Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 1er août, 1888

Texte intégral

1[...] Je continue cette lettre à Saint-Etienne, où je suis avec Adélard, depuis 11 A.M. M. Cloutier, malheureusement est absent ; nous restons quand même ; nous dînons à midi et après une pipe, pendant qu’Adélard dort du sommeil du juste, je pense aux belles choses de Chambray et, en attendant qu’il s’éveille, je veux m’entretenir avec vous pendant quelques minutes.

  • 1 On désigne du terme de mission « un territoire déterminé sur lequel il y a une chapelle ou un édifi (...)
  • 2 Cf. Réal Boissonneault, Les Forges du Saint-Maurice, 1729-1883, Parcs Canada, 1983, 65 p.

2Vous avez dû recevoir, il y a quelques semaines déjà, un petit album photographique de Vues canadiennes que M. Cloutier m’avait donné à votre intention. Ce bon curé est parti ce matin pour assister aux Forges Saint-Maurice (distance de 2 et demi lieues) à une cérémonie en l’honneur de la Sainte Face, célébrée en cette mission par M. Caisse, le desservant. Je savais que cette fête avait lieu aujourd’hui, jeudi, mais ce matin, ne pensant qu’au plaisir de faire une petite promenade et de causer avec un ami, j’ai oublié que comme voisin, M. Cloutier devait être de la fête. Les Forges n’ont pas de curé résidant : c’est une mission1 desservie par un prêtre du séminaire, lequel, quand il vient y faire l’office, prend gîte et pension chez M. le docteur Beauchemin, richissime de l’endroit. Ce dernier considère comme un grand honneur de loger le prêtre ; il ne se contente pas de cela, il va lui-même le chercher à la ville et le ramène après la mission donnée. Cette localité porte le nom de Forges Saint-Maurice2, parce qu’il y avait là sur le bord de la rivière Saint-Maurice, jusqu’à ces dernières années, d’immenses forges fournissant du fer d’une qualité à ne pas le céder même au meilleur fer de Suède. Ces forges, fondées par des Français, il y a deux siècles au commencement de la colonie canadienne passèrent, il y a une trentaine d’années aux mains d’une famille anglaise de Montréal et en 1881 ou 1882, le transport du minerai étant trop coûteux, à cause de la distance, ces forges qui donnaient à une centaine de familles les moyens de vivre, cessèrent de forger et aujourd’hui ce poste est à peu près désert. Il n’y a guère qu’une vingtaine de familles, la plupart employées chez le docteur Beauchemin dont je vous ai parlé plus haut.[...]

  • 3 Sainte-Anne-de-Beaupré, modeste paroisse rurale d’environ 1200 habitants, est située à trente-trois (...)

3Ces jours derniers aussi, j’ai mis dans une gazette la photographie de l’église de Sainte-Anne-de-Beaupré3, lieu bien célèbre par les pèlerinages. J’ai pris part, le 17 juillet dernier à celui organisé par la Saint-Vincent-de-Paul des Trois-Rivières.

  • 4 Venus de Baltimore, quatre pères et trois frères de la Congrégation du Très-Saint-Rédempteur s’inst (...)

4Nous étions près de 1400, parmi lesquels 80 de mes paroissiens. Notre pèlerinage, commencé partout par une neuvaine préparatoire à la bonne sainte Anne, se fit de Shawenegan aux Trois-Rivières en récitant le chapelet, et au départ de la ville le 17 à 9 heures du matin, nous fîmes résonner les échos des collines trifluviennes d’un immense Ave maris Stella et jusqu’au soir, sur le bateau, on entremêla cantiques, prières, instructions, etc., de manière à laisser nos pèlerins dans une atmosphère continuelle de piété et de ferveur. Les charmants paysages qui, de chaque côté de notre beau fleuve, bordent la rive et attirent la vue du touriste, nous laissent indifférents. Québec même avec son « Cap Diamant » et sa citadelle imprenable n’attire pas nos regards ; nous récitons le chapelet et nos pèlerins ne pensent qu’à sainte Anne. A peine si quelques-uns se dérangent pour admirer en passant la belle chute de Montmorency, haute de 160 à 200 pieds. Les esprits et les cœurs tendent vers Sainte-Anne où nous arrivons après avoir longé toute l’île d’Orléans, vers 4 heures du soir après un voyage de près de 40 lieues (de 45 si je compte de Shawenegan). M. le curé des Trois-Rivières organise la procession et, bannière en tête, nous défilons quatre par quatre, formant une suite de près de vingt arpents, chantant des cantiques, récitant le chapelet et nous entrons enfin dans le sanctuaire de Sainte-Anne où nous sommes reçus par les Révérends Pères Rédemptoristes4 qui se dévouent avec le plus grand zèle pour la gloire de la patronne du Canada. Nous étions vingt prêtres et nous acceptons la généreuse hospitalité des bons Pères.

5La veillée et une partie de la nuit se passent à entendre les confessions et dès 4h. le matin, les messes et les communions commencent pour se continuer pendant deux ou trois heures. Enfin, à 7 heures, messe de pèlerinage, suivie d’un chaleureux sermon donné par le R.P. Sternon, jeune rédemptoriste belge, puis vénération de la relique de sainte Anne et retour au bateau, dans le même ordre qu’à l’arrivée. Nous étions enthousiasmés, mais pourtant sainte Anne n’avait pas fait de ces prodiges qui remuent tout un peuple. N’a-t-elle pas entendu nos supplications ? Veut-elle éprouver notre foi ? Malgré tout, nous voulons terminer ce pèlerinage et le faire complètement, aller et retour, priant Dieu et la grande sainte.

6Après le chant de l’Ave maris Stella, en laissant le quai, nos gens se reposent un peu, puis au pied d’une statue de sainte Anne érigée dans le bateau, on récite le chapelet. Aussitôt que j’eus fini (je le récitais moi-même au milieu de tout ce peuple) j’entre dans la chambre des prêtres, et aussitôt quelqu’un crie après moi : c’est un de mes paroissiens (venu au pèlerinage avec sa nièce atteinte de surdité) qui, tout impressionné, m’annonce que sa nièce avait recouvré l’ouïe pendant le récitation du chapelet. J’y vais. Je constate la véracité du fait ; j’appelle le directeur du pèlerinage ; une instruction est donnée pour annoncer ce miracle à la foule et dans l’enthousiasme créé par ce premier miracle, voici que deux ou trois femmes qui, la veille, avaient à peine pu faire le trajet (l’une d’elles perdit connaissance plusieurs fois pendant la route), s’en viennent contentes, joyeuses, nous conter qu’elles sont guéries. Je réunis mes Shaweganiens et les pèlerins des paroisses d’alentour, chaque prêtre en fait autant et dans notre reconnaissance, de trois ou quatre places différentes dans le bateau, s’échappe de nos poitrines le plus beau Te Deum que j’aie entendu après celui de ma première messe.

7[...] Après Sainte-Anne-de-Beaupré, Sainte-Anne-d’Yamachiche, où il se fait aussi des pèlerinages que la sainte récompense comme toujours par des miracles. J’y étais le 26 juillet, où j’ai assisté à la consécration par Monseigneur des Trois-Rivières de trois riches autels en marbre et à la bénédiction d’un superbe baldaquin sur le modèle de celui de Saint-Paul-hors-les-Murs, à Rome [...]

Notes

1 On désigne du terme de mission « un territoire déterminé sur lequel il y a une chapelle ou un édifice quelconque pour les fins du culte et dont les habitants sont desservis par un prêtre résidant ou non, nommé par l’évêque ». J.-F. Pouliot, Droit paroissial, Québec, 1919, p. 423. L’établissement d’une mission est souvent une étape vers la fondation d’une paroisse.

2 Cf. Réal Boissonneault, Les Forges du Saint-Maurice, 1729-1883, Parcs Canada, 1983, 65 p.

3 Sainte-Anne-de-Beaupré, modeste paroisse rurale d’environ 1200 habitants, est située à trente-trois kilomètres à l’est de Québec, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent. On y commença en 1872 la construction d’une église spacieuse, appelée à remplacer la chapelle dédiée à sainte Anne dont le culte remontait au 17e siècle. Elle fut inaugurée au mois d’octobre 1876, moins de six mois après la déclaration de sainte Anne patronne de la province de Québec. En 1888, les Rédemptoristes accueillirent pas moins de 116 pèlerinages, 91 347 pèlerins et visiteurs. Ce renouveau spirituel bien entretenu par l’Eglise, savait s’appuyer sur le désir de voyager rendu possible par l’avènement du train et du bateau à vapeur. Cf. Jean-Pierre Asselin, Les rédemptoristes au Canada. Implantation à Sainte-Anne-de-Beaupré. Montréal, Bellarmain, 1981, 165 p.

4 Venus de Baltimore, quatre pères et trois frères de la Congrégation du Très-Saint-Rédempteur s’installèrent à Québec le 2 octobre 1874 pour desservir les Irlandais. A la demande de l’archevêque Taschereau, ils prirent en charge le pèlerinage et la paroisse de Sainte-Anne-de-Beaupré en 1878. Bien que d’origine européenne, les rédemptoristes américains étaient peu familiers avec la langue française, favorisant ainsi la prise en charge de ces œuvres par la province belge de la Congrégation. Les Pères arrivèrent à Québec le 21 août 1879. Leur ministère s’étendait à la prédication des missions et des retraites au clergé et aux fidèles. Cf. Jean-Pierre Asselin, op. cit.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search