Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray Eure, ce 8 juillet 1888

Texte intégral

1Enfin, je peux m’asseoir à ma table de travail, non pas pour y travailler, mais pour y bavarder amicalement quelques quarts d’heure avec mes bons et chers Canadiens ce n’est pas un travail cela, c’est un bon moment de congé. C’est une distraction qui finit toujours trop tôt et un délassement d’esprit qu’on fait durer pendant vingt pages, pas plus, parce qu’il faut se borner [...]

  • 1 L’âge à la première communion était de 11 ans pour les garçons et de 10 ans pour les filles. Mandem (...)
  • 2 Remarque fort exacte et confirmée par la carte de la « vitalité religieuse des diocèses de France v (...)
  • 3 Dans la plupart des diocèses, les évêques ont ordonné de ne faire la cérémonie de communion solenne (...)

2Je me suis imaginé que l’intelligence des enfants était éveillée de bonne heure là-bas, à en juger d’après l’âge précoce auquel vous admettez généralement les enfants à la première communion1 ; il faut ajouter que de très bonne heure chez vous, ils se trouvent initiés aux premières connaissances de la religion ; d’ailleurs, il ne faut pas croire qu’il en est par toute notre France, comme dans notre contrée avoisinant Paris2, il y a pire et il y a mieux. Ça sent son normand, ces paroles-là, mais elles sont vraies. Chez vous les enfants ont leurs parents qui, je n’en doute pas, leur inculquent les premières notions ; les institutrices ensuite, dont j’admire beaucoup le zèle et estime la vertu, continuent la besogne et vous livrent bien préparées ces jeunes âmes que vous perfectionnez. Des institutrices et non des instituteurs, bonnes et instruites, qui dirigent et éduquent petits garçons et petites filles, je crois bien que c’est ce qu’il y a de moins imparfait, du moins beaucoup le disent et savent le prouver, quand il s’agit d’écoles tout à fait primaires, d’enfants jusqu’à 9 ou 10 ans. Passé cet âge, c’est une autre affaire ! Vous avez donc la voie bien tracée pour les faire et les confirmer bons chrétiens ; mais ici, dans nos parages à civilisation raffinée : changement de tableau ! Il m’arrive, chaque année, sur 20 ou 30 enfants, trois, quatre et plus qui ne savent pas faire le signe de la croix, ni deux mots du « Notre Père ». Ils savent parfois mieux le refrain de quelque marseillaise. Tout est à faire, en commençant par le commencement, pour ces quelques petits abandonnés ; pour le reste qui forme tout de même la grande majorité, la besogne n’est pas trop ingrate et, généralement, toutes ces petites têtes ne sont pas dures, et on ne tarde pas à en obtenir quelques résultats. Cette année, à Chambray, pas plus qu’à Fontaine, il n’y a pas eu de première communion3. L’ordonnance épiscopale, avec la lecture de laquelle vous avez cherché à édifier vos paroissiens, a semblé dure de digestion à quelques parents, vu l’âge de leurs petits, les distances à parcourir ou d’autres projets d’avenir ; mais tant bien que mal, elle a fait loi, et si la loi est dure, c’est la loi ; tant pis pour les retardataires. Je vais interrompre bientôt ces catéchismes et les reprendrai en septembre, à la rentrée des classes. Ici, dans les écoles communales, les vacances commencent le 14 juillet, puis vient la moisson, où bon nombre de ce petit monde s’occupe derrière les moissonneurs, à glaner les épis qui trament, ou à tendre des liens pour les foins, les blés, les seigles et les avoines [...]

  • 4 Le cardinal de Croÿ fut archevêque de Rouen de 1824 à 1844. Né en 1773 au château de l’Hermitage, i (...)

3Il y a quelques mois je me suis payé un abonnement au Cabinet de lecture à Paris. Ils m’envoient par colis de 5 kilos les livres que je demande ; je les renvoie quand je veux, et j’en reçois d’autres[...] Le Cardinal de Croÿ, archevêque de Rouen, était effectivement le grand-oncle du Prince de Croÿ4.

  • 5 Le culte de saint Eloi (vers 590-659) est répandu dans toute la France. Les orfèvres le reconnaisse (...)
  • 6 Cf. Gabriel Désert, La vie quotidienne sur les plages normandes du Second Empire aux années folles,(...)

4Mardi l’après-midi, j’ai filé à pied à La Croix, chez M. de la Balle, qui comme tous les autres vous souhaite le bonjour. Nous avons passé, comme toujours, assez gaiement la soirée ensemble : je couche là-bas à Ecardenville pour faire un service funèbre à l’acquit de la Confrérie de Charité ; c’était le lendemain ou surlendemain de leur grand jour de fête la saint Pierre, où se fait l’admission de nouveaux frères ; il y avait mercredi 4 services semblables pour les défunts qui avaient servi dans leur corporation, ensuite, dîner en commun, les trois autres curés présents, votre serviteur et tous ces frères de Charité. Tout s’y est bien passé : après deux ou trois heures nous pouvions nous retirer, nous les invités ; mais eux, assez souvent, ne terminent pas sitôt leur ripaille, et, digestion faite ou pas faite, on se raccroche au râtelier à la fin du jour, pour faire marque d’un nouvel appétit. La semaine en voulait, comme on dit. Le lendemain jeudi, j’avais à Fontaine une grand’messe en l’honneur de saint Eloi (saint Eloi d’été, le bâton de saint Eloi)5. Connaissez-vous ces coutumes ? Celui qui a le bâton rend un pain-bénit ce jour-là, vient à la messe avec les invités, après quoi, tout le monde se rend, le curé avec tout le monde, à la maison du bonhomme où il y a généralement grandissime festin ! J’ai la patience, et il le faut, de rester collé à ma chaise 4 ou 5 heures après quoi je file en disant bonjour et mêlant mes mercis à ceux qu’on m’adresse ; que le bon Dieu les bénisse, ces Normands dévorants, grands mangeurs de canards, de dindons et de petits pâtés, et francs buveurs de bon cidre et de vin du pays ! mais un invité me contait, ces jours-ci, que si on avait quitté la table en même temps que Monsieur le Curé, on n’avait pas manqué, vers 9 ou 10 heures du soir, de jouer le second acte de la pièce : d’où départ général seulement à 3 ou 4 heures du matin. C’est comme cela ici : pour qu’un festin soit un festin, il faut d’abord qu’il soit plus que copieux (à qui fera mieux que le camarade !) et surtout qu’il dure longtemps ; ça a un commencement, mais ça n’a pas de fin ! on vous offre 4 ou 5 plats, mais parfois à une demi-heure d’intervalle ! [...] Ce matin de mardi, je me suis rendu chez mon demi-châtelain de la Ronce, M. Nouvel, sur les côtes de Fontaine-sous-Jouy. C’est un brave et bon enfant, ce monsieur Nouvel : il y a longtemps qu’il me répétait de retourner là-haut ; j’y suis allé, ce matin déjeuner. Ils partent ces jours-ci pour Villers-sur-Mer, près de Trouville, magnifique plage, comme tout le long de la côte du Calvados, où leur grand-mère possède et habite un beau château6 ; je vous reparlerai d’eux une autre fois. Et c’est à mon tour qu’enfin je peux continuer cette missive commencée vendredi !

  • 7 Le compte rendu de cette fête est paru dans la Semaine religieuse du 11 août 1888.
  • 8 Sur les orphéons, voir l’étude de Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe (...)

5Pensez-vous que, maintenant, il ne va plus me rester qu’à me livrer tranquillement à l’étude ? Oui et non. Hier même, j’ai invité une demi-douzaine de curés à se rendre à Chambray, par chemin de fer ou voitures, le dimanche 29 juillet prochain, l’après-midi : grandissime fête que je pourrai vous raconter en gros ou en détail la prochaine fois. Il s’agit du baptême de la nouvelle cloche dont je vous ai parlé ; pas plus tard qu’hier, le fondeur, du Mans, (je lui avais expédié la vieille de 880 livres il y a quelques semaines) m’avise qu’il m’expédie en gare, une belle et bonne petite cloche de 910 livres ; pas plus forte, parce que avec celle que nous avons déjà, les dimensions de notre assez misérable clocher ne le comporteraient pas. Parrain et marraine : Madame la princesse de Croÿ et son fils Louis de Croÿ, donateurs de la cloche ; l’évêque d’Evreux va venir faire la bénédiction ; j’ai déjà fait part de la chose aux habitants de mes diverses paroisses. C’est d’habitude, une fête où l’on vient en foule : y aura-t-il foule ? Sera-ce si grandiose que ça ? Je vous le conterai, mais il faut d’ici là que je prévoie à une multitude de détails, décorations, invitations et tout le reste [...] Je voudrais vous dire aussi la belle petite fête donnée au pays, il y a quelques semaines, au château, à l’occasion du mariage du fils aîné7 : gentil concert donné par la fanfare de Chambray, l’Orphéon de Fontaine-sous-Jouy et l’Harmonie de Jouy-sur-Eure8 ; c’était très bien mené et fort divertissant. Après une averse d’une heure ou deux, lampions et lanternes se sont allumés partout. 800 personnes présentes, peut-être plus : danses et rafraîchissements, feu d’artifice qui ravissait tous les spectateurs ; je me demandais alors s’il y avait quelquefois des fêtes semblables à Shawenegan ! peut-être, mais quelque chose que vous n’y avez pas, c’est la bonne et généreuse châtelaine que j’ai ici. Elle est si bonne qu’on l’aime, et les gens pour lui marquer un brin de gratitude, ont nommé son fils au Conseil municipal, le 6 mai dernier.

  • 9 On songe à telle planche de la Normandie illustrée, Nantes, 1853. On peut lire aussi la très belle (...)
  • 10 Dans un certain nombre de villes — comme Rouen ou Evreux — des municipalités anticléricales ont int (...)
  • 11 Les « reposoirs » sont des autels dressés par des fidèles à un carrefour, sur une place, voire dans (...)

6Je voudrais vous conter également nos processions de la Fête-Dieu, quoique ce soit déjà de l’histoire ancienne : frères de charité, petites filles en blanc, bannière au vent, fanfare de Chambray, clergé et fidèles qui accompagnent avec une bonne tenue parfaite, le saint sacrement9. La cérémonie finit un peu tard ; l’estomac du curé s’en plaint mais cette démonstration religieuse ne manque pas de pittoresque et d’édifiant ! A Chambray, elle se fait comme en beaucoup d’autres endroits, où une municipalité revêche ne l’a pas interdite10, les deux dimanches qui suivent la Fête-Dieu. Ici, elle a lieu avant la grand’messe : on se rend successivement aux 3 ou 4 gentils reposoirs11 dressés dans les rues du village. Avez-vous pareille cérémonie et dans le même genre à Shawenegan ? Le bon état des routes permet-il ce petit manège ? [...]

Notes

1 L’âge à la première communion était de 11 ans pour les garçons et de 10 ans pour les filles. Mandements de l’évêque de Québec, 8 septembre 1853, vol. 4, p. 108.

2 Remarque fort exacte et confirmée par la carte de la « vitalité religieuse des diocèses de France vers 1880 » dressée par Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire dans leur Histoire religieuse de la France contemporaine, 1800-1880, op. cit., p. 260. Dans sa lettre l’abbé Bellemare utilise une expression voisine de celle de Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, parlant de ces « malheureux diocèses qui avoisinent Paris ».

3 Dans la plupart des diocèses, les évêques ont ordonné de ne faire la cérémonie de communion solennelle que tous les deux ans si le nombre des enfants était trop faible.

4 Le cardinal de Croÿ fut archevêque de Rouen de 1824 à 1844. Né en 1773 au château de l’Hermitage, il émigra à Vienne avec une partie de sa famille. Entré dans les Ordres, il fut nommé évêque de Strasbourg par Louis XVIII en 1817, mais passa le plus clair de son temps à la cour dont il était le grand Aumônier. Il fut transféré à Rouen en 1823 où il arriva en 1824. Il était le grand oncle du mari de la princesse de Croÿ vivant à Chambray (cf. l’arbre généalogique, lettre du 8 octobre 1887).

5 Le culte de saint Eloi (vers 590-659) est répandu dans toute la France. Les orfèvres le reconnaissent comme patron.

6 Cf. Gabriel Désert, La vie quotidienne sur les plages normandes du Second Empire aux années folles, Paris, 1983, 334 p.

7 Le compte rendu de cette fête est paru dans la Semaine religieuse du 11 août 1888.

8 Sur les orphéons, voir l’étude de Paul Gerbod, « L’institution orphéonique en France du XIXe au XXe siècle », Ethnologie Française, 1980, no 1, pp. 27-44.

9 On songe à telle planche de la Normandie illustrée, Nantes, 1853. On peut lire aussi la très belle description faite par Flaubert dans un « un Cœur simple », Trois contes, Gallimard, 1973, p. 59. L’importance de la Fête-Dieu dans les campagnes est attestée aussi par l’abbé Decorde, qui voit en elle « une de nos solennités les plus grandes et les plus populaires », Le Magasin Brayon, 15 juin 1863.

10 Dans un certain nombre de villes — comme Rouen ou Evreux — des municipalités anticléricales ont interdit les processions.

11 Les « reposoirs » sont des autels dressés par des fidèles à un carrefour, sur une place, voire dans le jardin d’un particulier.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search