Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 5 juin 1888

Texte intégral

1[...] 31 mai, 8h. P.M. Nous venons de terminer nos exercices du Mois de Marie que nous faisons chaque soir avec beaucoup de solennité. Nous le commençons à l’angelus du soir. 7 heures, et nous avons une assistance moyenne d’une couple de cents personnes [...]

2En général, nos écoles ont des institutrices qui ont à cœur l’enseignement du catéchisme. Ceci me donne l’occasion de répondre aux renseignements que vous me demandez dans une de vos lettres précédentes sur nos écoles et d’après quel système elles sont régies. Le mode est facile : chacune de nos concessions à une école, même deux : cela dépend de la population. Shawenegan en a six. Une école modèle au village, et les cinq autres élémentaires, une dans chaque rang ou concession. Ce sont généralement des filles de 18 à 25 ou 30 ans qui dirigent ces institutions. Elles ont besoin avant d’entrer dans l’enseignement d’avoir leur diplôme de capacité qu’elles obtiennent en passant un examen devant des examinateurs (autant de prêtres que de laïques) choisis par le Gouvernement, que leur curé leur donne un certificat de probité et de bonne conduite religieuse. De cette manière, nous avons, à peu d’exceptions près, un bon choix d’institutrices, et celles-ci sont d’une grande aide au curé, et pour l’instruction religieuse des enfants et surtout pour la préparation à la première communion. Les enfants nous arrivent sachant bien, pour le plus grand nombre, la lettre du catéchisme et quelques-uns passablement avancés dans l’intelligence du même catéchisme, de sorte qu’au mois de mai quand nous les appelons à l’église pour achever de les instruire, c’est une affaire de quelques semaines [...]

  • 1 Sur le réseau scolaire et les institutrices, cf. Louis-Philippe Audet, Histoire de l’enseignement a (...)

3Ces écoles sont sous le contrôle d’une corporation scolaire laïque formée de cinq membres que l’on nomme commissaires. Ceux-ci ont la direction temporelle, matérielle. Ils bâtissent les écoles, les réparent, engagent les maîtresses et retirent des contribuables les taxes imposées à la paroisse pour le soutien de ces écoles. Au-dessus des commissaires, il y a toujours le curé qui, de droit, est toujours le visiteur de toutes les écoles de sa paroisse, et qui portera plainte à l’évêque et au Surintendant de l’Instruction publique, à Québec, si les choses ne sont pas ce qu’elles doivent être1. Il y a cependant assez souvent peines et misères. Je vous ai déjà dit que nos gens avaient l’esprit passablement querelleur ; ils sont aussi un peu jaloux, et la moindre partialité ou semblant de partialité de la part de la maîtresse, amène des scènes parfois drolatiques, plus souvent pas drôles du tout. Quand nous avons affaire à des caractères pas trop revêches, la chose est facile, mais il n’en est pas toujours de même. [...]

  • 2 Le cycle des visites fut de trois ou quatre ans, avant 1885, puis, à la suite de la division territ (...)

4Dans notre diocèse, nous avons la visite pastorale tous les deux ou trois ans2. Nous n’avons pas la visite des doyens, ce titre et ces fonctions sont inconnus en Canada.

5Comme votre canton, notre comté est essentiellement conservateur et n’a envoyé depuis nombre d’années que des conservateurs dans nos chambres d’Ottawa et de Québec. Ceci m’amène à vous dire un mot de Mercier notre premier ministre, sur lequel vous me demandez des renseignements dans une de vos lettres. Ce M. Mercier n’est rien autre chose qu’un catholique-libéral imbu d’idées absolument fausses, surtout en ce qui concerne l’éducation. Elevé par les Jésuites, il tient pourtant à être catholique et vous le voyez remplir ses devoirs religieux avec la fidélité de nos campagnards. Ainsi, il y a quelques semaines, il faisait ses pâques à Montréal dans l’église de sa paroisse. Les relations qu’il eut avec les libéraux de Saint-Hyacinthe et une mauvaise affaire avec Cartier, l’un des chefs conservateurs d’autrefois, lui donna sur la cervelle et le voilà maintenant chef de la gente libérale. Au commencement de décembre, il donna un coup de griffe aux curés à propos de la tenue des registres, mais voyant qu’il avait fait un pas de clerc, il voulut mettre de l’huile sur la plaie et il envoya, au Jour de l’an, sa carte à tous les curés avec ces mots écrits de sa main : « avec mes souhaits de bonne et heureuse année ». Timeo Danaos. Il ne se soutient qu’à force de ruse et nous espérons qu’il déguerpira avant peu. Les scandaleuses élections de ses amis achèvent d’écœurer le pays. Il a été reçu par le Pape, lors de son dernier voyage à Rome et j’en suis fier. Il était le représentant du Gouvernement du Québec qui, au fond, est catholique : il a l’habileté pour faire honneur au pays quand il s’agit de convenance et de la diplomatie.

Notes

1 Sur le réseau scolaire et les institutrices, cf. Louis-Philippe Audet, Histoire de l’enseignement au Québec, Montréal, Holt, Rinehart et Winston, 1971, 2 vol. , et André Labarrère Paulé, Les instituteurs laïques au Canada français, 1836-1900, Québec, P.U.L., 1965.

2 Le cycle des visites fut de trois ou quatre ans, avant 1885, puis, à la suite de la division territoriale du diocèse au profit de la création de Nicolet, le tour complet ne demanda que deux ans.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search