Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, 4 mai 1888

Texte intégral

  • 1 Le titre exact livre les objectifs : La Vallée du Saint-Maurice et les avantages qu'elle offre à l’ (...)
  • 2 Il est malaisé de dire exactement de quel ouvrage il s’agit. Le gouvernement de la province de Québ (...)
  • 3 Alors que le pays est en pleine euphorie boulangiste, des refrains vantant le général Boulanger se (...)
  • 4 La tour Eiffel, qui porte le nom de son maître d’œuvre Gustave Eiffel, fut la principale attraction (...)

1Vos lettres sont déjà numérotées, par rang de date : je les conserve et les conserverai bien précieusement. C’est mon bien maintenant, ce gage toujours renouvelé de votre bonne amitié et malin serait celui qui pourrait me l’arracher. Mais il n’y a pas que mes lettres que je garde ainsi : je garde tout ce qui m’est venu de vous depuis les débuts de notre correspondance. Vos journaux, que je reçois fidèlement, une fois lus, sont placés en réserve. Dans un coin : ainsi de Jean Rivard, quand il a été lu, et avec quel plaisir ! Me voilà instruit d’une foule de choses sur le Canada, que je connaissais si peu (je le dis à ma propre honte !) et me voilà Canadien dans l’âme, tout en tâchant de conserver du Normand ce qui peut y avoir de bon dans ce caractère-là ! J’ai reçu aussi, il y a quelque temps, parcouru ou étudié avec grand intérêt La Vallée du Saint-Maurice1 et votre Guide du colon2 : que d’avantages on peut trouver dans ces nouveaux grands pays non tous cultivés, quand on a argent en poche et courage au cœur pour le travail ! [...] Depuis quelques temps on nous serine de tous côtés des chansons descendues du café-concert dans la rue, et du boulevard jusqu’au fond des villages : « Boulange ! Boulange ! » « En r’venant de la r’vue » ; « Pioupious d’Auvergne »3, que sais-je ? un tas de babioles, à paroles idiotes, si l’air est souvent assez gai, qui sont la marotte d’un certain public pendant un certain temps, et font ensuite place à d’autres inventions du même esprit : il en est de cela, d’ailleurs, comme des pantins, qui en ont fourni l’idée, qu’ils se nomment présidents de république ou ex-commandant de corps d’armée. Eh bien ! mes pauvres amis ! êtes-vous assez édifiés de tout ce qui se passe au vieux pays à l’heure présente ! [...] A Paris, où j’étais, en effet, quand j’ai mis ma dernière lettre à la poste, avenue Marceau, j’ai vu les commencements de cette fameuse tour de fer, que construit l’ingénieur Eiffel4. C’est formidable, comme masse, c’est très savant comme sciences de toutes sortes, mais c’est loin d’être artistique et agréable à l’œil, pour le moment du moins. Je vous ai envoyé le dessin général : actuellement, ils ont terminé la construction des 80 premiers mètres [...]

  • 5 Effectivement le diocèse de Coutances possède des régions très pratiquantes. Cf. Matériaux pour l’h (...)
  • 6 Le mois de Marie est le mois de mai, consacré à la Vierge. Dans les familles pieuses, on dresse un (...)

2Mes parents ont été émerveillés de la grosseur de vos pépins de citrouilles [...]. Mon père a tout de suite mis en terre ceux qu’il a gardés. On en a donné un à celui-ci, un à celui-là, que voulez-vous ? C’est précieux comme tout ce qui me vient de mes chers Canadiens ! [...] Mardi dernier, j’ai profité que quatre ou cinq lessivières étaient au presbytère, bonnes commères du village (et qui dit commères dit bavardes) pour n’y pas rester : je me suis enfui à La Croix [...] Mercredi matin, je prenais le train de 8 1/2 h. et une heure après j’étais à Vernon, où il y avait fête de l’adoration perpétuelle [...] Vernon a bien 6 000 habitants. Croyez-vous qu’on s’apercevait dans ces rues qu’il y avait fête à l’église ? Oui, le soir un peu, au salut il y a sermon et grande illumination, où beaucoup ne se rendent qu’en gens curieux et non en dévots convaincus et croyants. Le matin, à la grand’messe 100 à 200 personnes au plus, tout compris et compris aussi une dizaine d’hommes au plus qui se font un devoir de ne pas laisser le Saint Sacrement tout seul ! Que dites-vous du tableau ? Est-ce encourageant ? C’est mieux en vérité, toute proportion gardée, dans les petites paroisses comme Chambray, surtout si j’en crois tous ces curés que je questionnais l’autre jour à ce sujet. Comment maintenant comparer ces populations à la foi mourante, aux vôtres, vivantes et jeunes, croyantes et pratiquantes. Là où vous êtes accoutumé à voir et compter 2 à 300 communions et plus, nous sommes émerveillés, ici, de pouvoir en compter le dixième. Mais conclusion qui en console beaucoup ! tous les pays de France ne ressemblent pas aux nôtres, et j’ai vu moi-même, en Basse-Normandie, dans le département de la Manche, de ces spectacles pieux comme on en a au Canada5. Et le Mois de Marie6 ! faites-vous tous les jours les exercices, ici à Chambray rien ! en public au moins : l’usage n’en a jamais existé, paraît-il, et il serait bien inopportun d’essayer de l’établir. A La Croix, M. de la Balle a de ces exercices deux fois par semaine. La Croix, d’ailleurs, est un pays un peu plus dévot que tous ceux d’alentour [...]

3Dans ces temps derniers comme récréation, je me suis distrait à me bâtir avec des planches taillées sur commande, une assez vaste bibliothèque. J’en avais pourtant, dans mon presbytère, des bibliothèques : en haut, dans un cabinet à part, dans ma chambre en bas, dans les placards ; j’ai réuni tout cela et mis un peu d’ordre dans mes innombrables bouquins et revues ; il y a longtemps que j’aurais dû le faire.

  • 7 Le comptoir général de photographie venait d’être fondé au début de 1888 par Léon Gaumont. Situé av (...)

4Autre récréation, enfin, et celle-là j’espère, durera longtemps [...] A Paris, il y a quelques semaines, je me suis rendu, entre autres courses, à un comptoir général de photographie, et j’ai fait, après deux leçons qui débrouillent un peu celui qui n’y connaissait absolument rien du tout, acquisition d’un appareil (pas trop coûteux, généralement parlant toujours coûteux pour ma maigre bourse ; mais voilà on n’est pas tenu à payer de suite) ; j’avais donc l’appareil et tous les accessoires7, et les fêtes de Pâques passées, alleluia ! me voilà photographe ! [...]

  • 8 Robert Planquette composa en 1877 l’opérette « Les cloches de Corneville », qui connut un grand suc (...)

5Si je retrouve un de ces jours, la chanson du « Cidre de Normandie » des « Cloches de Corneville »8 je vous l’envoie, tant pis ! ça ressemble fort peu à un cantique du Mois de Marie, c’est un peu leste, mais bah ! la musique en est agréable [...]

6Je n’ai pas manqué de lire avec admiration le petit compte rendu de votre belle fête de Pâques et vous adresse toutes mes félicitations : ici, ça été passable aussi ! je continue de suivre votre dernière lettre : mon frère s’appelle Auguste ; ma mère Félicie Amaury, avant d’être la bonne maman Bellemare.

  • 9 Léon Sevaistre (1840-1909), manufacturier à Elbeuf et conseiller général du canton d’Amfreville, es (...)
  • 10 Les élections législatives se faisaient au scrutin uninominal à deux tours. Il y eut cependant une (...)

7Députés de l’Eure : Sevaistre, Fouquet, Passy, Papon, Milliard, de la Ferrière, sur lesquels quatre conservateurs9. Depuis trois ans on les nomme au scrutin de liste10 Tous les électeurs de l’Eure. Toujours les élections ont lieu le dimanche (est-ce que vous pensez qu’ils iraient à la messe autrement, tous ces votants ?) La raison de cela est sans doute qu’ils se reposent généralement ce jour-là, plus qu’un autre. Les curés votent et pourront voter, pas plus tard que dimanche prochain, 6 mai. Election des conseillers municipaux pour toute la France [...]

Notes

1 Le titre exact livre les objectifs : La Vallée du Saint-Maurice et les avantages qu'elle offre à l’industrie, au commerce, à la colonisation. 1887, 32 pages. Document publicitaire vantant les mérites de la région.

2 Il est malaisé de dire exactement de quel ouvrage il s’agit. Le gouvernement de la province de Québec publia un Guide du colon en 1877, réédité en 1880 (Guide du colon, Province de Québec, Lévis, Mercier et Cie, 1880, 62 p.) qui procurait tous les renseignements légaux régissant la colonisation. Ce pourrait être aussi l’ouvrage de Stanislas Drapeau, Le guide du colon français, belge, etc., Ottawa, 1887, qui s’adresse en premier lieu à l’émigrant à qui il fournit un tableau général de la colonisation ainsi que des informations toutes aussi générales.

3 Alors que le pays est en pleine euphorie boulangiste, des refrains vantant le général Boulanger se répandent. « En r’venant de la r’vue » a été lancé par le chansonnier Paulus au lendemain du défilé qui se déroula à Longchamp, le jour du 14 juillet 1887, et vit Boulanger caracoler en tenue de parade sur un superbe cheval noir. « Les pioupious d’Auvergne » font allusion à la nomination du général à Clermont-Ferrand afin de l’éloigner de la capitale (le pioupiou désigne le soldat depuis 1870). Cf. Philippe Levillain, Boulanger, fossoyeur de la Monarchie, Paris, 1982 ; et Michel Winock, La fièvre hexagonale. Les grandes crises politiques. 1871-1968, Paris, 1986, pp. 89-134.

4 La tour Eiffel, qui porte le nom de son maître d’œuvre Gustave Eiffel, fut la principale attraction de l’exposition universelle de 1889. Marquant le triomphe de l’emploi du fer, elle suscita de violentes oppositions et campagnes de presse.

5 Effectivement le diocèse de Coutances possède des régions très pratiquantes. Cf. Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français, T. II. pp. 275-308

6 Le mois de Marie est le mois de mai, consacré à la Vierge. Dans les familles pieuses, on dresse un petit reposoir devant lequel on se réunit chaque soir pour chanter des cantiques à Marie.

7 Le comptoir général de photographie venait d’être fondé au début de 1888 par Léon Gaumont. Situé avenue de l’Opéra, le comptoir fournit tout le nécessaire susceptible d’intéresser le photographe. Cf. L’aide-mémoire de photographie édité par Gauthier-Villars, 1889, 340 p.

8 Robert Planquette composa en 1877 l’opérette « Les cloches de Corneville », qui connut un grand succès.

9 Léon Sevaistre (1840-1909), manufacturier à Elbeuf et conseiller général du canton d’Amfreville, est élu député en 1885 sur la liste républicaine. Camille Fouquet (1845-1912), polytechnicien, est élu conseiller général du canton de Broglie en 1877 puis, en 1885, député de l’Eure sur la liste conservatrice.
Louis Passy (1830-1913) appartient à l’une des familles les plus influentes de l’arrondissement des Andelys. Elu député en 1876, il sera réélu jusqu’à sa mort. Lucien Gaultier de la Ferrière (1838-1912), procureur de la République à Pont-Audemer puis avocat au barreau de Rouen, est le quatrième député conservateur élu en 1885. Alexandre Papon (1821-1895), avoué à Evreux, anime l’opposition républicaine à Evreux sous l’Empire. Après la chute de Napoléon III, il organise avec Lepouzé et Corbeau les campagnes des républicains. Député d’Evreux depuis 1876, il est, en 1885, le seul élu de la liste républicaine, battant le duc de Broglie au second tour. Quant à Victor Milliard (1844-1921), avocat à Paris et ancien secrétaire de Jules Favre, il est élu conseiller général des Andelys où son père était avoué. Il devint député en 1887 lors de l’élection partielle provoquée par la mort de Raoul-Duval. Cf. Claude Cornu, Elections et vie politique..., op. cit., pp. 535-566.

10 Les élections législatives se faisaient au scrutin uninominal à deux tours. Il y eut cependant une exception, celles de 1885 qui se déroulèrent au scrutin de liste, à la suite de la loi du 16 juin 1885 prise à l’initiative de Waldeck-Rousseau. Cf. Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, 1984, pp. 82 et 116.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search