Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 6 avril 1888

Texte intégral

  • 1 Ce roman d’Antoine Gérin-Lajoie (1824-1882) est à la fois didactique, patriotique et épique. Jean (...)

1[...] A l’heure qu’il est, nous sommes en plein dans le temps des sucres. Les sucriers ont envahi la montagne en arrière de Shawenegan et Saint-Mathieu, sur la fin de la Semaine sainte. Ils ont entaillé les érables, ont dressé leur bouilloire, préparé leur cabane, et déjà nous recevons quelques échantillons de leur savoir-faire. Tous les érables donnent de belle eau, mais tous les sucriers ne donnent pas de bons sucres. Le plus beau sucre d’érable est d’une couleur jaunâtre, d’un grain gros, facile à hacher. Tandis que celui de moyenne qualité est brun, bien dur, ayant un peu goût de fumée etc. Quand il est suffisamment cuit on le coule dans des moules carrés longs, en pains de 4 à 5 livres, et il est ainsi livré au marché. Vous avez dû voir dans Jean Rivard1 une explication plus détaillée et surtout plus littéraire du travail de nos gens dans les sucreries. C’est le nom que l'on donne aux érablières. Si jamais vous nous faisiez le plaisir d’une excursion à Shawenegan aux mois du printemps, nous irions manger la trempette et étirer la tire aux sucreries du voisinage. Une journée passée à la sucrerie est le nec plus ultra des réjouissances de nos villageois, et même des citadins et citadines à l’allure précieuse et au bec fin [...]

2J’ai été casanier tout l’hiver. Presque toujours seul. Adélard a passé six semaines aux Piles, a donné ses missions à Saint-Mathieu etc., j’ai gardé la maison pour répondre aux besoins de la paroisse. Nos pâques commencent avec le carême et ne se terminent qu’à la Quasimodo. Avant les pâques nous avions eu les 40 heures et les tempêtes dont je vous ai parlé dans mes lettres précédentes, ce qui fait que je ne suis allé qu’une fois à Yamachiche et dans chacune des paroisses voisines, si j’en excepte Saint-Etienne, où je me suis rendu plusieurs fois pour visiter M. Cloutier, malade pendant 4 ou 5 semaines et pour l’aider à ses pâques. D’ailleurs, pendant le carême il est difficile de s’absenter longtemps, nous avons le mardi et le vendredi, prière à l’église avec lecture, salut du Saint Sacrement et confessions. L’assistance est assez bonne et les offices de la semaine si l’on considère l’éloignement d’un bon nombre et les mauvais chemins, 150 à 200 doit être l’assistance moyenne. L’office dure une demi-heure.

3Nous avons des confessions à peu près tous les matins pendant le temps de pâques, excepté cependant le jeudi, jour réservé au curé pour son congé. Ici c’est la coutume que depuis le mercredi midi au jeudi soir, le curé est censé absent. Cette coutume nous vient-elle du vieux pays ? Veuillez me le dire. Nos 7 à 800 communiants défilent à tour de rôle pendant le carême et un bon nombre plusieurs fois. Chaque matin peut nous en amener 25 à 30 ; nous avons eu des matinées d’au-delà de cent. J’ai l’espoir de voir tous mes gens venir faire leurs pâques. Il n’y aura que quelques malades attendant les beaux jours de mai qui vont se trouver en arrière. Je crains cependant que deux ou trois nous échappent. Nous n’avons plus qu’une couple de jours et ils n’ont pas remué encore. Bonnes âmes au fond, ils sont de nature violente, et il faut aller les chercher chaque année. A part ces 2 ou 3 et 5 ou 6 autres, tout notre monde communie plusieurs fois l’année. C’est une des consolations du ministère, de trouver, parmi bien des misères il est vrai, une foi bien vive chez la plupart.

4Aux offices de la Semaine sainte, notre église se remplit. Le dimanche des Rameaux, chacun apporte, non la branche de buis, ce bois est assez rare, mais celle de sapin, et on la rapporte à la maison où elle est divisée en autant de rameaux que d’appartements, on en met partout même dans les hangars et les étables. Le Jeudi saint l’église est comble. Cette année surtout il faisait très beau le Vendredi saint, nous devions avoir au moins 6 à 700 personnes, peut-être au-delà. L’assistance est moindre le Samedi saint. L’office commence plus à bonne heure et de plus étant si long, que plusieurs n’osent venir.

5[...] 8 avril [...] Votre phrase normande a été toute une révélation. Vos gens parlent comme nos gens, presque pas de différence. Les nôtres au lieu de dire, méfié-té, disent méfie-toé ; itou est absolument canadien, ordinairement l’i est élidé, ils diront par exemple : toé tou. Au Canada d’un bout à l’autre de la province de Québec, il y a très peu de variations dans le langage qui est loin d’être correct. Nous-mêmes, vivant toujours avec une population peu instruite, en venons quelquefois à prendre sans nous en apercevoir une partie de leur patois [...]

Notes

1 Ce roman d’Antoine Gérin-Lajoie (1824-1882) est à la fois didactique, patriotique et épique. Jean Rivard incarne « le mythe du cramponnement à la terre » et fait l’apologie du monde rural au sein duquel se reconstruira le monde idéal. Cf. Antoine Gérin-Lajoie, Jean Rivard le défricheur (récit de la vie réelle) suivi de Jean Rivard économiste. Postface de René Dionne. Cahiers du Québec/Hurtubise HMH, 1977, 400 p. (Collection textes et documents littéraires).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search