Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 24 février, 1888

Texte intégral

  • 1 Peu répandue jusque-là, la Congrégation de la Bonne Mort fut étendue à tout le diocèse par un mande (...)
  • 2 L’évêque obtint le pouvoir d’établir le Tiers-Ordre de saint François le 21 novembre 1885. Il fut é (...)

1[...] Les détails que vous me donnez sur vos cérémonies funèbres m’ont vivement intéressé, surtout parce que vous m’avez donné là des choses toutes nouvelles pour nous, Canadiens. La confrérie de charité, les Laudes avant la messe, l’adoration de la croix pendant le service, le Libera du dimanche sur la tombe de ceux inhumés dans le cours de la semaine, sont des cérémonies que nous ne connaissons pas dans nos campagnes et je crois, même dans nos villes. Nous avons bien, par-ci, par-là nos confréries de la Bonne Mort1 du Tiers-Ordre2, mais leur rôle consiste à communier le jour du service pour le défunt ou la défunte. Nous ne chantons jamais les Laudes avant le service. Tout bonnement, nous faisons la levée du corps sur le perron de l’église ou au plus sur le terrain en face de l’église. (Elles sont rares maintenant les paroisses qui ont conservé la vieille coutume d’aller à domicile, faire la levée du corps) et aussitôt le Misere et le Subvenite chantés, nous commençons immédiatement la messe de Requiem, suivie de l’absoute et de l’inhumation au cimetière qui presque partout, dans nos campagnes, environne l’église, et tout est fini, excepté le paiement qui parfois se laisse attendre assez longtemps.

2Nous avons diverses classes de services : (ici cinq classes) depuis cinq piastres jusqu’à trente-cinq (25 F. à 175 F.) ; sur la dite somme le curé reçoit comme casuel $ 1.25 (6 F.25) et de plus les cierges qui ont servi, soit aux autels, soit autour du catafalque, ce qui varie de 5 à 25 francs. Les chantres ont $ 0.33 (1 F.60) chaque ; le bedeau, qui est en même temps sacristain et fossoyeur reçoit une piastre, plus un sixième du montant donné pour les tentures, et la fabrique a le reste, ce qui lui donne jusqu’à quinze piastres (75 F.) Nos heures pour les services sont un peu plus matinales que chez vous : ainsi l’hiver, l’heure réglementaire est huit heures et en été sept heures et, généralement, les plus éloignés de l’église sont les plus exacts. On partira de la maison à 5 et 6 heures du matin, pour arriver à l’église à l’heure juste. Nos gens sont fiers de cette ponctualité. Bien entendu, s’il arrive quelquefois que pour une raison ou pour une autre, on retarde d’arriver à l’église, on attend pour commencer la cérémonie que le corps soit arrivé. Quelques curés ont chanté le service avant l’arrivée du corps quand il y avait retard notable, mais les gens ont crié et l’autorité a parlé. Vous devez trouver énormément fatigants, ces jeûnes jusqu’à l’heure de l’après-midi, et je vois dans la Semaine Religieuse, qu’à Evreux, deux églises ont tous les dimanches, une messe à midi. C’est inouï au Canada où dans les villes, même les plus populeuses, le dernier office est à 10 heures. A Shawenegan, où j’ai des habitants à deux lieues de l’église, la messe en hiver est à 9 1/4 et en été à 9 heures.

3Je viens de souper. Pendant que Mémère Tatatte, l’institutrice du village (mile Caron), Charles et sa femme jouent au « Gros Major », je m’en vais causer avec vous, et vraiment le jeu sera plus amusant. A dire vrai, je ne suis pas un amateur de jeu de cartes et ce n’est que lorsqu’il manque un partenaire que je me sacrifie pour le bien public. J’ai aimé beaucoup, autrefois, ce jeu de piquet que vous avez enseigné au château dernièrement. Quand j’étais vicaire à Saint-Guillaume, mon bon curé (un vrai père au cœur d’or) M. de Keroack, un descendant des Bretons, ne voulait pas passer une seule journée sans jouer au moins une ou deux parties de piquet, et ce bon curé s’enthousiasmait avec les quatorzes, les quintes, les soixantes et les nouantes, si bien que souvent j’avais plus de plaisir à perdre qu’à gagner, tant il en avait de joie. Ayant été seul de longues années, de 1871 à 1884, époque où Adélard m’arriva, je me suis déshabitué complétement de ce jeu, et maintenant, Adélard et moi, nous passons tout bonnement notre temps, nos récréations du midi dans des causeries avec Charles et sa femme et nos veillées au jeu de bagatelle, espèce de billard.

4Ceci m’amène à vous décrire comment nous passons nos journées : A 6 heures, lever ; 7 heures, messe, déjeuner, temps libre jusqu’au dîner, à midi. Après le dîner récréation jusqu’à 2 heures, ensuite, temps libre jusqu’au souper, à 6 heures. Récréation jusqu’à 8 heures. On se couche quand on s’endort, ce qui varie de 9 heures à minuit. Vous voyez par là que le règlement est facile à observer. Mais si je mets : temps libre, cela ne veut pas dire que nous le passons à bayer aux corneilles. Pour Adélard, il s’occupe à des études de son choix ou à des diverses industries d’imprimeur, de menuisier, de n’importe quoi, ou encore de musique (il s’y entend assez bien dans l’harmonium, le cornet et la flûte) ; mon talent de musicien consiste à jouer sur la flûte par oreille les airs de cantiques et de chansons qui me passent par la tête, et suffisamment pour jouer : « Tout est cassé ». Pendant le temps libre, j’ai à voir aux affaires temporelles de la paroisse, la visite de paroissiens à l’office, les mille et un conseils à donner à M. Celui-ci, à Madame Celle-là. Le curé au Canada, comme chez vous, je pense bien, est l’homme de tout le monde. Si on est malade, il faut voir le curé, si sa vache est malade, il faut aussi voir le curé : il doit avoir quelques bonnes recettes. A-t-on une lettre à écrire à sa fille aux Etats-Unis ? vite, allons chez le curé : « Il écrit des lettr’qui par’si bin. » Deux voisins ne s’entendent pas, c’est au curé à régler leur différend, et nos gens s’y entendent parfaitement à ne pas s’entendre : la moindre chose, des bagatelles, souvent, des chicanes d’enfants, suffisent pour amener des mauvaises humeurs que nous avons mille peines à calmer. A cause de cela, j’ai entendu dire que nous avions le caractère normand : est-ce vrai ?

5Il y a des époques dans l’année ou nous avons à peine le temps de dire le bréviaire : du matin, jusqu’au soir, nous avons là quelqu’un à nous amuser. Pendant le mois de mars, je crois que j’aurais peine à trouver une journée pour vous écrire. Le curé est le secrétaire-trésorier de la fabrique, or, pendant mars, j’ai à retirer les cotisations imposées à la paroisse pour le parachèvement de notre église, en 1883. Il faut que chacun des habitants passant par le presbytère, m’apporte sa quote-part pour le versement de 1888. Si chacun payait et s’en retournait de suite, ce ne serait qu’amusant ; mais il n’en est pas toujours de même ; on jasera des heures et au-delà. Jugez si, quand nous sommes pressés, nous trouvons le temps long. J’ai pris pour habitude de résister aussi patiemment que possible à toutes ces longueurs ; ce n’est quelquefois qu’après une heure ou deux que nos Gros-Jean ouvrent leur cœur à la confiance, et comme c’est alors qu’une bonne parole ou un bon conseil peut leur être utile, j’attends et, de la sorte, j’espère que le bon Dieu me tiendra compte de ce temps passé à m’ennuyer à deux, tout comme si j’étais plongé dans des études sérieuses. Malheureusement, je ne m’y plonge pas souvent et ne craignez pas d’entendre dire que je m’y suis noyé. [...]

  • 3 Les Oblats de Marie Immaculée arrivèrent au Québec en décembre 1841. Voués aux « missions diocésain (...)

6Adélard est absent depuis quatre semaines et ne me reviendra que dans une quinzaine de jours. Il est aux Piles, remplaçant le curé M. Gravel, parti pour la mission des chantiers. Ce pauvre Adélard, il doit s’ennuyer passablement, seul, avec une population qu’il ne connaît pas, avec des domestiques, au presbytère, qu’il connaît peu. Mais enfin, c’est notre métier de faire des sacrifices. Autant commencer quand on est jeune ; le noviciat est plus facile. En fait de noviciat, je ne vous ai pas dit encore qu’Adélard en avait fait un réel, chez les PP. Oblats3, où il est demeuré près de deux ans. Quand il est sorti Mgr Laflèche l’accepta de suite, et aussitôt son grand séminaire terminé, il vint chez moi.

7Pour revenir à M. le curé des Piles, parti pour les chantiers, vous saurez que ce n’est pas une mince besogne que celle de faire cette mission. On nomme chantier une cabane de bois rond bâtie en plein milieu de la forêt et pouvant habiter vingt, trente et même quarante travaillants. A côté du chantier et y attenant, il y a l’écurie pour les chevaux et de l’autre côté ce que les hommes appellent le « Fort pic » où se tiennent d’ordinaire le contre-maître et le commis. On travaille à faire des billots depuis novembre jusqu’en mars ou avril, et ces hommes, la lie de la société, pour la plupart, n’ayant pas vu de prêtres depuis des mois et des mois, quelques-uns depuis des années, ayant passé leurs journées et surtout leurs soirées à blasphémer et à canailler de toutes façons, ne sont pas toujours d’équerre à recevoir la visite du missionnaire qui arrive parmi eux absolument comme une brebis au milieu des loups. L’accueil parfois n’est pas enthousiaste, mais généralement assez respectueux. Il faut au missionnaire saluer chacun, lui donner la main être toujours d’une grande gaieté malgré qu’il soit certaines fois accablé de fatigues après un long voyage à travers les bois. N’importe, il fait bonne contenance, il y a là des âmes à gagner, des consciences à écurer (quel besoin) et si le contre-maître donne l’exemple, il a la consolation, à son départ d’avoir confessé et communié tous ces garnements, fiers alors d’avoir fait leur devoir.

8Le travail a duré une partie de la nuit, le missionnaire part et va recommencer la nuit suivante au chantier voisin. A part les fatigues du voyage et du travail de nuit, il y a aussi celle occasionnée par une compagnie absolument mauvaise et désagréable et dont se sauvent peu de personnes qui visitent les chantiers. Vous vous doutez certainement que ces habitations ne sont pas toujours des modèles de propreté. Or, imaginez trente ou quarante hommes qui vous passent une partie de l’hiver sans changer d’habits ; il vient un temps où chacun porte avec soi une multitude d’habitants plus ou moins insupportables et plus ou moins voraces. Comme ceux-ci aiment la viande fraîche, ils s’en donnent à cœur-joie sur leur hôte des bois, et malheureusement aussi sur le missionnaire qui fait leur connaissance dès les premiers jours de la mission. C’est là un des plus grands supplices qu’il a à en endurer. Un missionnaire demandait un jour à un de ces hommes, à quoi il passait son temps le dimanche. — Je passe mon temps à me gratter, répondit celui-ci. Vous voyez par là comme ce doit être amusant et poétique. Ceci vous fait comprendre que si, au Canada, dans nos paroisses nous avons des âmes sensibles qui comprennent notre travail et nos sacrifices, nous avons cependant certaines misères que vous ne connaissez pas chez vous [...]

Notes

1 Peu répandue jusque-là, la Congrégation de la Bonne Mort fut étendue à tout le diocèse par un mandement du 1er octobre 1903.

2 L’évêque obtint le pouvoir d’établir le Tiers-Ordre de saint François le 21 novembre 1885. Il fut érigé en fraternité le 4 juillet 1889, par le R.P. Frédéric de Ghyvelde, franciscain qui était à ce moment-là à Saint-Boniface.

3 Les Oblats de Marie Immaculée arrivèrent au Québec en décembre 1841. Voués aux « missions diocésaines et sauvages », à l’enseignement ainsi qu’à la desserte des églises, les Oblats se virent confier la paroisse de Saint-Sauveur de la ville de Québec en 1853. Ils fondèrent un noviciat à Lachine, près de Montréal. Leur ministère s’exerça également dans le contexte missionnaire du haut Saint-Maurice, auprès des Têtes-de-Boules. Leurs activités contribuèrent au renouveau religieux au Québec, après 1840. Cf. Bernard Denault et Benoît Lévesque, Eléments pour une sociologie des communautés religieuses au Québec, Montréal, P.U.M., 1975, 220 p.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search