Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, 7 février 1888

Texte intégral

  • 1 Il était interdit, alors, à qui devait communier de prendre la moindre nourriture depuis la veille (...)

1Il est onze heures du matin, je suis à jeûn1. Je m’en vais, dans quelques instants, procéder à l’inhumation d’une bonne petite vieille, mes chantres m’attendent, la cloche m’appelle, à tantôt ![...]

  • 2 Ces confréries, composées de 12 à 15 membres, remontent souvent à l’époque médiévale et la fonction (...)
  • 3 La charité d Autheuil a été érigée en 1618. Cf. E. Veuclin, Documents concernant les confréries de (...)
  • 4 Mgr Bourlier, évêque d’Evreux, donna le 20 mai 1804 un « règlement pour les charités de son diocèse (...)
  • 5 Les charitons revêtent effectivement un costume spécial. Si la culotte courte est de plus en plus r (...)
  • 6 Si, à cette date, les charitons se tiennent convenablement à l’église, il leur arrive, une fois l’o (...)
  • 7 L’abbé Bellemare fait allusion ici au changement de situation des instituteurs à la suite des lois (...)
  • 8 Les charités possèdent une croix qui, montée sur une hampe en bois, est portée en tête des processi (...)
  • 9 Voir la note 2 de la lettre du 7 février 1891.

2Voici qu’il est cinq heures du soir, je viens reprendre ma causerie de ce matin ; l’inhumation est faite et voici, ci-dessous, des détails qui vous conduisent jusqu’à cinq heures où je peux reprendre ma plume. D’ordinaire, les inhumations se font à une heure moins tardive ; généralement, la levée du corps a lieu à 10 heures, 10 1/4, au plus tard. Dans nos contrées, c’est-à-dire, dans tout le diocèse d’Evreux, à peu près, et même ailleurs, il existe des confréries, dites « Confréries de charité » qui ont la charge d’enterrer les morts2 ; il n’en existe pas à Chambray même, c’est celle d’Autheuil3 qui fonctionne ici, comme à Ecardenville et aux environs. A La Croix, ils en ont une ; à Houlbec, une aussi ; à Fontaine, c’est pareillement celle d’Autheuil qui opère. Comme aussi à Sainte-Colombe quand il y meurt quelqu’un, ce qui est rare, heureusement, vu la population. A Rouvray, quand il y a un enterrement, ce sont les frères de la charité d’Houlbec généralement qui se dérangent et y viennent. On entre dans cette confrérie de bonne volonté, et on y fait un an, 2 ou 3 ans de service, soit soi-même, soit par un commis qui vous remplace. Ils sont là une quinzaine d’hommes recrutés aux alentours, obligés de suivre un certain règlement, par-dessus lequel ils sautent quelquefois4. Comme vêtement, ils ont une culotte courte, une petite soutanelle et un beau chapeau avec galons en or5, comme dit la chanson. Il est vrai que le chaperon varie d’éclat selon qu’il y a inhumation de gens quelconques, ou de gens ayant fait eux-mêmes leur service dans cette confrérie. Ils sont une quinzaine et se tiennent assez convenablement, pendant le service du moins6. Je ne vous dis pas tout sur ce sujet, ce serait long pour moi et fastidieux pour vous ; mais si vous ne le saviez déjà, vous voilà un peu initié aux coutumes locales religieuses. Donc ils étaient ici ce matin même, la morte, c’était la mère de l’instituteur de Chambray, qui résidait chez son fils depuis seulement six mois. C’était une brave femme, paraît-il ; mais, hélas ! tout mis en balance il ne paraît pas du tout que son fils, qui l’aimait bien pourtant, la vaille ; autrefois, m’a-t-on dit, ce gaillard-là étant chantre à l’église, faisait ses pâques et se faisait estimer de tout le monde. Sous le souffle de je ne sais quel mauvais vent ou plutôt d’un vent que je connais et que vous connaissez aussi, il a tourné et aujourd’hui il fait un peu de zèle rouge7. Tant pis pour lui, il a perdu l’estime des gens qui ne la lui rendront pas tout-à-l’heure. Sa mère est morte avant-hier, dimanche, et on l’inhumait ce matin. Il était venu me demander de ne faire la levée du corps qu’à 11 1/2, parce qu’il lui arrivait par le train de llh.20, des parents qu’il attendait. Accordé, monsieur ! à 11 1/2 h. j’allais donc, de l’église, avec deux chantres, quatre ou cinq enfants de chœur, faire cette levée du corps à la maison d’école ; elle est là, en la place de Chambray, à 100 mètres de l’église : vous voyez que la course n’était pas longue : les frères de la charité nous attendaient avec croix, bannière et drap mortuaire8 ; j’entame l’antienne, on chante le Deprofundis, puis on descend à l’église en chantant le Miserere. Quelques amies et voisines portaient un cierge, payés par la famille, ces cierges-là. A l’église, nous chantons les Laudes ; plus la Sainte messe, puis le Libéra, puis on défile, toujours en bon ordre, vers le cimetière qui, ici, environne l’église9, et enfin, à une heure je peux me réconforter d’une bonne soupe au lait et d’un morceau de viande, il était temps, que vous en semble ?

  • 10 Le tarif avait été fixé par l’évêque afin d’uniformiser les prix dans tout le diocèse. Conformément (...)

3Maintenant, comme casuel, pour tâcher d’accorder les nécessités locales avec le tarif des oblations, non prescrit, mais donné en aide, il y a quelques années, par l’Evêché et la Préfecture10, je demanderai à cet instituteur quelque chose comme 19 ou 20 F. ainsi répartis : pour moi, 13 F.50, y compris le Libera qu’on a chanté dimanche, après la messe, sur la fosse de la défunte (je ne prends généralement que 10 F. quand l’inhumation se fait à 10 h) ; pour les enfants de chœur : 1 F., pour chaque chantre, c’est d’habitude 2 F., que je réclame. Ensuite vient mon père qui remplit ici l’office de sonneur et quelque peu de sacristain ; il demandera sans doute 3 F., pour les deux jours de sonnerie et le service. Pendant la grand-messe, il y a adoration de la croix ; ceux qui veulent viennent adorer la croix ; à côté de l’officiant se tient un enfant de chœur qui reçoit leur obole : j’ai obtenu ce matin une offrande ou offerte de 3 à 4 F. et voilà ! Mais, mon cher cousin il est probable que vous en connaissez long déjà, dans ces usages-là : peut-être agissez-vous en grande partie de semblable façon [...]

4Nos régions ne sont pas, je ne sais si je vous l’ai déjà dit, l’élite du diocèse d’Evreux, comme population religieuse pratiquante. Que voulez-vous ? Quand on n’a pas ce que l’on aime, dit le proverbe, il faut aimer ce que l’on a et oui donc ! On n’a pas été placé curé à Chambray uniquement pour son plaisir, n’est-il pas vrai ? [...] d’où l’obligation morale et de bon sens pratique de ne pas aller, comme casuel, leur réclamer tout ce que permettent les tarifs d’où diminution d’émoluments ; dans certaines parties du diocèse, les curés appliquent ces tarifs, et les gens, m’ont dit plusieurs, n’en murmurent pas trop haut. Dans ce cas, il y a plusieurs classes d’inhumation ; tentures, luminaires importants, chantres nombreux, ou office plus simple, il revient alors au curé des 20 F. des 30 F. des 40 F. Essayez donc ces manières à Chambray, pour voir ! Ce que vous verriez alors ne serait pas beau : il n’y a pas eu encore d’enterrement civil, mais je crois que ça débuterait.

  • 11 C’est-à-dire un révolutionnaire de 1848. Le quarante-huitard était effectivement souvent barbu. Cf. (...)

5A Fontaine, il y en a eu un l’année dernière, celui d’une vieille barbe de 4811 ; à Sainte-Colombe, un également l’année dernière, celui du père du maire, tout cela par cabale, parce que frères et amis s’étaient entendus pour faire, en la circonstance, une manifestation à leur manière. Pauvres manifestants ! Que le bon Dieu leur pardonne ! Que le bon sens ait pitié d’eux ! Quelques semaines après, je me le rappelle, chez ce maire de Sainte-Colombe, qui n’a pas inventé les épinards [...] ni les brouettes, mourait son beau-père, l’inhumation a été religieuse : expliquez toute cette logique ! Et je vous affirme que beaucoup de ces pauvres gens, maires ou autres, faibles par conséquent entraînés, ne sont pas méchants au fond. L’avenir peut-être remettra un peu d’équilibre et de calme dans ces cerveaux agités qui ne sont pas agitateurs.

  • 12 Ce chemin de croix fut inauguré en août 1888. Il est composé de « magnifiques grisailles sur émail, (...)

6Savez-vous que pour nous janvier a fini bien mal sous ce rapport et février commence de même ? Au 2 février, jour de la Chandeleur, 11 à 12 degrés de froid ici, c’est affreux ! 15 en certains endroits, que je les plains ! mais par bonheur, c’est, je l’espère, le dernier couplet de la chanson du Bonhomme Hiver. [...] Samedi dernier je recevais cet architecte que la châtelaine m’avait proposé pour la question du repavage de l’église. L’église est un peu enfoncée en terre, un peu humide, pavée de vilaines dalles qui font mauvaise figure : donc 1000 à 2000 F. à couler là dans un enduit de ciment magique. Je me suis entretenu de cela hier avec le curé de La Croix, qui, de son côté, m’a dit, qu’il poursuivait, pour l’instant, l’érection d’un chemin de croix12, dans son église : nous sommes convenus ensemble que je vous dirais tout cela [...] pour vous édifier à notre sujet : quel zèle (pour des prunes... ou pour la plus grande gloire de Dieu seulement !) chez les curés de la vallée d’Eure ! Je vous reparlerai de toutes ces entreprises ; ils ne feront pas de miracles, hélas ! ces bons curés et il en faudrait, je crois, mais ils feront des merveilles, vous les diront, et là-bas, ça vous fera sourire, en comparant le peu qu’ils font ici à tout ce que vous pouvez faire et faites là-bas. Là-bas, vous créez ; le pays est neuf, les colons dévoués, les cœurs sensibles ; vous vous donnez beaucoup de peine ce dont je vous félicite en vous admirant, mais cette peine produit ses fruits, et ceci vous console et vous engage à marcher en avant. Racontez-moi, sans trop d’humilité, tout ce que vous avez fait et ferez, mon cher cousin, mes chers amis de Shawenegan.

  • 13 Ce cantique fut composé en 1847 par Placide Cappeau, négociant en vin, pour les paroles, et Adolphe (...)

7Mardi dernier, il y a huit jours, je suis allé avec le curé d’Houlbec célébrer un service funèbre à Douains, chez l’ami perdu là-bas dans sa plaine. Nous avons passé ensemble l’après-midi très gaiement [...] Le curé d’Houlbec nous a raconté sa fête de Noël [...] Ils ont, cette année ressuscité ce vieil usage : ils avaient 15 bergers avec leur long manteau de pastour, le grand chapeau à larges bords, la houlette qui apportaient (tout cela, à la messe de minuit, bien entendu !) un petit agneau nouveau-né à bénir : c’était pieux, charmant et pittoresque, et la pauvre église de ce bon ami M. Brunet, d’habitude bien délaissée, regorgeait de monde cette nuit-là. On avait cette habitude à Douains aussi m’ont-ils dit, comme elle existe encore, paraît-il, dans beaucoup d’endroits de notre Vexin normand ; mais les abus s’y étaient glissés, les pastors de l’étable, au Réveillon et le lendemain étaient devenus des soiffards titubants, chancelants, trébuchants et même roulants d’où suppression de la naïve cérémonie. A Chambray, ç’a été plus genre mondain. L’année dernière déjà, j’avais 4 ou 5 artistes violons : je leur ai fait jouer l’Ave Maria de Gounod (êtes-vous forts ou très forts en musique ? ? ?) le cantique de Minuit Chrétiens13 (j’ai vu, dans la Presse, qu’on le chantait là-bas), d’autres cantiques ou motets où la voix du public alternait ou était accompagnée de ces violons. C’était, ma foi, presque bien réussi. Pendant ce temps, une des demoiselles de la princesse, une des petites princesses comme on les appelle ici, tenait l’orgue [...] Nous n’avons pas eu ici assez de ressources pour nous payer quelque brasero ou calorifère dans l’église. Ce serait pourtant bien utile, par ces temps d’humidité, de brouillards, de gelée, tout cela pêle-mêle, de vilaine température enfin. Certes, oui, j’aimerais mieux un peu de votre froid sec que nos vilaines journées souvent de brume plus ou moins chauffée [...]

Notes

1 Il était interdit, alors, à qui devait communier de prendre la moindre nourriture depuis la veille au soir.

2 Ces confréries, composées de 12 à 15 membres, remontent souvent à l’époque médiévale et la fonction funéraire prit de plus en plus de place dans leur activité au point de devenir quasiment leur seul but. La plupart des paroisses possédaient, sous l’Ancien Régime, une « charité » ; supprimées par la Révolution, ces confréries renaissent — mais en nombre beaucoup plus restreint — au début du XIXe siècle. Cf. N.-J. Chaline, « Renaissance et difficultés des charités au XIXe siècle », La sociabilité en Normandie, Rouen, 1983, pp. 70-80.

3 La charité d Autheuil a été érigée en 1618. Cf. E. Veuclin, Documents concernant les confréries de charité normandes, Evreux, 1892, p. 113.

4 Mgr Bourlier, évêque d’Evreux, donna le 20 mai 1804 un « règlement pour les charités de son diocèse » concernant les assemblées, les amendes, les services, messes, etc. ; l’évêque affirmant notamment la dépendance des confréries à l’égard du clergé (Archives diocésaines d’Evreux, 6 J-3K 1). Chaque charité a aussi son règlement personnel fixant par exemple les amendes dues par les frères de charité (dits charitons) coupables de n’avoir pas respecté ces règles : « Manquer la messe... 40 centimes ; parler haut sans nécessité dans l’église... 10 centimes... ». Qu’il faille rappeler ces préceptes élémentaires témoigne d’une certaine indiscipline des charitons. Lorsqu’écrit l’abbé Bellemare, les charités sont paisibles ; mais quelque cinquante ans plus tôt un violent conflit les avait opposées à leur évêque. Cf. Michel Bée,

5 Les charitons revêtent effectivement un costume spécial. Si la culotte courte est de plus en plus rarement portée, la soutanelle — robe de drap noir rappelant le vêtement ecclésiastique — et surtout le chaperon sont le signe distinctif du chariton. Le chaperon, porté en sautoir sur l’épaule gauche, est richement décoré de galons et de broderies de fil d’or ou d’argent représentant la Vierge ou le saint patron ; il est noir ou rouge, ou, plus rarement blanc.

6 Si, à cette date, les charitons se tiennent convenablement à l’église, il leur arrive, une fois l’office terminé, de se livrer à des libations trop généreuses ! « Boire comme un chariton » disait de proverbe...

7 L’abbé Bellemare fait allusion ici au changement de situation des instituteurs à la suite des lois Ferry. Désormais l’instituteur ne doit plus enseigner le catéchisme et accompagner les enfants à l’église ; si certains gardent une attitude très déférente à l’égard de la religion et continueront de pratiquer, d’autres seront très satisfaits des nouvelles mesures voire feront du zèle en ne fréquentant plus les offices.

8 Les charités possèdent une croix qui, montée sur une hampe en bois, est portée en tête des processions. La bannière, en drap ou en velours brodé comme les chaperons, reproduit d’un côté le titre et les attributs de la charité et de l’autre l’image de son saint patron. Quant au drap mortuaire, décoré lui aussi, il est destiné à recouvrir le cercueil.

9 Voir la note 2 de la lettre du 7 février 1891.

10 Le tarif avait été fixé par l’évêque afin d’uniformiser les prix dans tout le diocèse. Conformément au concordat en vigueur le préfet avait dû l’approuver. Il pouvait y avoir dans les grandes paroisses urbaines jusqu’à sept classes. Plus le prix est élevé, plus il y a de chantres, de tentures, etc. L’Eglise faisait ainsi payer ceux qui souhaitaient d’imposantes cérémonies afin de pouvoir disposer de plus d’argent pour les œuvres d’assistance dont elle avait la charge.

11 C’est-à-dire un révolutionnaire de 1848. Le quarante-huitard était effectivement souvent barbu. Cf. Maurice Agulhon, Les quarante-huitards, Gallimard, 1975.

12 Ce chemin de croix fut inauguré en août 1888. Il est composé de « magnifiques grisailles sur émail, genre Limoges, entourées de cadres en bronze doré. Un des plus beaux chemins de croix du diocèse ». Semaine Religieuse, 25 août 1888.

13 Ce cantique fut composé en 1847 par Placide Cappeau, négociant en vin, pour les paroles, et Adolphe Adam pour la musique. Ce dernier, disciple de Boïeldieu et auteur, en 1836, du « Postillon de Longjumeau », qualifia son œuvre de « Marseillaise religieuse ». Les paroles étaient en effet assez inattendues pour un hymne religieux à cette époque : « Peuple, Debout ! Chante ta délivrance... ». Cf. René Durieu, « La Marseillaise religieuse », Notre histoire, no 7, pp. 54-55. Les amis de Vincent d’Indy et de Charles Bordes virent dans cette « chanson d’ivrogne » le résultat d’un complot de la « juiverie internationale ». Les autorités religieuses tenteront vainement de l’interdire. Son succès fut immédiat et durable. Cf. la communication de Jean-Yves Hamelin in La religion populaire, colloque C.N.R.S., 1977, p. 439.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search