Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 4 janvier 1888

Texte intégral

1[...] Les visites commencent à se faire un peu plus rares au presbytère. Les deux ou trois premiers jours de l’année, c’était feu roulant. Celles que j’aime par-dessus tout sont les visites des enfants (souvent ce sont des babouins de quatre ou cinq ans) qui viennent gravement vous dire : M. le Curé, je vous souhaite la bonne année ! Leurs souhaits partent d’un cœur si pur, d’une âme si candide ; il faut si peu de chose pour les rendre heureux : quelques pommes, des bonbons, des images, et fiers comme tout, ils retournent à la maison conter à leur bonne maman comme ils ont bien fait les choses chez M. le Curé.

2Nous avons ici notre aveugle du village qui vit avec sa vieille tout devant l’église. Le père a 83, la mère 86 et ils n’ont pour vivre que les aumônes de la paroisse. Demandez M. Rivard à n’importe qui de la paroisse, infailliblement il vous sera répondu, je ne le connais pas. Informez-vous de « pépère Tatatte », de suite on vous conduit chez nos vieux. La bonne vieille qui est la mémère de tout le monde a bien conservé ses facultés et c’est elle qui se charge de faire vivre le vieux qui n’y voit goutte. Aussi, faut la voir au Jour de l’an, passant d’une maison à l’autre, faisant un compliment à celui-ci, chantant une chanson à celle-là, contant un conte à un autre et s’en revenant chez elle chargée d’effets, de provisions et aussi d’argent. Cette année pépère un peu plus vigoureux que d’ordinaire a fait aussi sa visite. Il était content, le soir, de dire comme il avait bien été reçu partout [...]

35 janvier. Adélard vient de partir pour la Pointe-du-Lac, paroisse voisine des Trois-Rivières. Il se rend dans sa paroisse pour y prêcher demain et faire une collecte pour notre chapelle de Saint-Mathieu. Nous en avons encore pour sept ou huit dimanches à laisser notre Shawenegan pour aller s’exhiber dans les églises étrangères. Quelle besogne ! Plaise au ciel que nous réussissions à la fin ![...]

  • 1 Dans sa lettre pastorale du 8 décembre 1887, l’évêque de Montréal, Edouard-Charles Fabre affirmait (...)

4Je ne vous dirai rien aujourd’hui de la manière dont nos chemins ont été ouverts et comment ils sont entretenus, seulement qu’il ne fait pas bon d’avoir à voyager après deux tempêtes [...] et que les curés n’ont rien à payer pour taxes1 de n’importe quelle façon. Mais on commence, parci, par-là, à les faire entrer sous le droit commun, et l’archevêque de Montréal a lancé une lettre dernièrement contre les conseillers qui voulaient taxer églises et curés. Notre premier ministre, M. Mercier a fait son jars à ce sujet, il n’y a que quelques semaines.[...]

  • 2 Les Filles de Jésus, venues de Bretagne, s’installèrent à Saint-Boniface le 28 août 1903, à la dem (...)

5Votre ordo de 1886 donne à Chambray un couvent de Sœurs de la Providence. Ont-elles en même temps école et hospice ou l’un des deux seulement et combien de religieuses avez-vous ? Sont-elles cloîtrées ? Sinon, vont-elles voir les malades à domicile ? J’aimerais bien avoir un couvent à Shawenegan2 : il me semble que c’est un immense avantage pour un curé que d’avoir des religieuses pour l’aider à son ministère. Les catéchismes, la décoration des autels, la bonne éducation des enfants sont des œuvres dans lesquelles ces bonnes sœurs excellent toujours.

Notes

1 Dans sa lettre pastorale du 8 décembre 1887, l’évêque de Montréal, Edouard-Charles Fabre affirmait que les exemptions, reconnues par le code municipal et la législation scolaire, « de par l'œuvre historique de l’Eglise à l’édification de ce pays », servaient à nourrir les œuvres de l’Eglise et, en particulier, à secourir les pauvres qui, autrement, seraient à la charge de la société.

2 Les Filles de Jésus, venues de Bretagne, s’installèrent à Saint-Boniface le 28 août 1903, à la demande du curé Télesphore Gravel. Cf. R. Pracentini, Les Filles de Jésus. Kermaria-Locmine, [Bar-le-Duc], 1952, 339 p.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search