Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, 1er janvier 1888

Texte intégral

1Avant la fête des Rois, avant la fête du Jour de l’an, nous avions la belle fête de Noël, plus belle chez vous, mes chers cousins, où il y a une foi vive et active et aimante, que dans nos paroisses où il faut toujours pousser à la roue, pour que la dévotion, morte ou languissante tout le reste du temps, se révèle un peu dans ces grandes circonstances. Ici, pourtant, ils n’ont pas des lieues à franchir, ils n’ont pas une température bien rigoureuse généralement à affronter. Ils ont, à l’église, le Bon Dieu qui les appelle, son humble ministre qui les y invite, d’assez belles cérémonies qui les y attendent. Pourquoi ne viennent-ils pas tous ? La réponse ne serait pas difficile à trouver, mais ne la cherchons pas ; et sachons nous dire contents, surtout si nous comparons Chambray avec beaucoup de pays des alentours : Chambray est moins mal entre les pires ; La Croix, où est M. de la Balle, est meilleure : mais le reste, dans cette vallée d’Eure et sur les plateaux ! nous en reparlerons plus en détails [...]

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search