Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 24 décembre, 1887

Texte intégral

  • 1 Journaliste, homme politique libéral, poète et prosateur, Louis-Honoré Fréchette fut, en 1880, le (...)

1[...] J’ai reçu en son temps l’Atlas départemental de la France, l'Album des Monuments de Paris et la fort belle carte de Paris. Je vis en France et voici que les confrères commencent à me dire que je suis plus souvent à Chambray qu’à Shawenegan. Merci encore pour tous ces envois, et pour le Patriote et pour La Semaine religieuse. Mon premier soin en les recevant, c’est de les ouvrir et de voir s’il n’y a pas quelque chose pour Chambray, Fontaine-sous-Jouy, La Croix Saint-Leufroy, etc., Le Journal illustré et le Figaro m’ont grandement intéressé. Louis Fréchette1 est mon confrère de collège. En 1858, il était en Belles-lettres (seconde) au collège de Nicolet, et j’étais en syntaxe (cinquième). A Pâques 1859, il nous déclama une poésie « Alleluia » qui fit le tour de la presse. On était émerveillé de voir un poète si jeune et si fort. A sa sortie du collège, 1860 ou 1861, il s’en alla à l’Université Laval de Québec et depuis il a vagabondé un peu partout, ayant ses succès et ses revers, acclamé des uns, raillé des autres ; jetant des malédictions à ses ennemis, chantant louanges à ses amis ; sensible à la flatterie, caractère un peu frondeur, n’ayant de dévotion que juste ce qu’il faut ; constant dans ses affections, surtout à l’égard de notre vénéré supérieur le regretté grand vicaire M. Thomas Caron. Le pays sera inondé dans quelques jours de la « La légende d’un peuple », car Fréchette doit nous arriver sous peu et naturellement, il se fera suivre de tous ses petits [...]

Notes

1 Journaliste, homme politique libéral, poète et prosateur, Louis-Honoré Fréchette fut, en 1880, le premier écrivain canadien honoré par l’Académie française. C’est à Paris qu’il publia sept ans plus tard, La légende d’un peuple dont le titre rappelle La légende d’un siècle de Victor Hugo, son principal maître. Cf. Pierre de Grand pré. Histoire de la littérature française du Québec, Tome I, 1534-1900, Beauchemin, rééd. 1971, 368 p.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search