Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, ce samedi 3 décembre 1887

Texte intégral

  • 1 La fabrique est l’organisme chargé d’administrer les biens de la paroisse conformément aux règles p (...)
  • 2 La fabrique peut recevoir des dons et des legs : terrains, maisons, rentes dont elle perçoit les re (...)
  • 3 De grandes disparités existent entre les paroisses. Les fabriques rurales n’ont qu’un revenu souven (...)

1Je m’aperçois qu’en ce qui concerne chez vous, les choses d’église, constitution de biens de fabrique1 et tout le reste, tout se passe un peu comme ici cela se passait dans le vieux temps. Je lis sur votre Journal qu’à Saint-Mathieu la terre avoisinant la chapelle apportera son revenu à la fabrique ; voilà ce qui s’appelle songer à l’avenir, je ne sais si dans nos environs les fabriques des églises possèdent encore des terrains, ici à Chambray et dans beaucoup de localités, leurs rentes consistent en revenus souvent dérisoires, quelquefois abondants, parfois tout à fait nuis, levés sur des débiteurs particuliers ou plutôt sur l’Etat à Chambray ; le château paie 20 F. et l’Etat 15 F. : total, revenu insignifiant2. Les grosses fabriques de ville ont des 5,000, des 10,000 ou 20,000 F. de rentes. Dans cette humble paroisse de Chambray-sur-Eure, les recettes montent seulement à 5 ou 600 F.3 ; c’est minime et cette médiocrité empêche de faire bien des choses.

  • 4 Quelques maisons sont spécialisées dans ce travail ; la plus connue est Pacard qui fabriqua « la Sa (...)

2A mon arrivée ici en 1880, ou plutôt un ou deux ans après, comme il n’y avait point d’orgue pour accompagner le chant, j’ai fait une quête et tout le monde donnant peu ou gros, les deux châteaux surtout aidant (car il y a deux châteaux, je ne sais si je vous l’ai déjà dit ; en tout cas nous en reparlerons), j’ai acheté l’instrument en question. C’est un simple harmonium, mais il est bon, doux et juste, et ma bonne, douce et juste princesse m’a fourni un organiste dans la personne de ses trois demoiselles qui jouent tour à tour. L’aînée s’est mariée, il y a quelques mois, elle a donc maintenant d’autres talents à exercer. Avec l’argent de reste sur l’orgue acheté et celui de la fabrique et surtout le joli billet de mille qui va venir à l’occasion de ce mariage dont je vous parle, et aussi de celui de son fils aîné qui s’est à son tour marié, il y a huit jours, je me propose, nous nous proposons : 1-d’acheter un lustre ou deux pour plus ample décoration de l’église ; 2-un pavage nouveau pour la dite église, les grandes pierres plates qui y sont étant définitivement trop usées ; et 3-surtout une nouvelle cloche : il y en a deux, mais la plus belle s’est cassée, il y a déjà quelques années : donc il faut songer à la refonte4. J’ai demandé à un fondeur qui n’a pas manqué, naturellement de fournir réponse à la demande : le prix du métal est de 3 F. 40 le kilo ; si notre cloche pèse 900 ou 1000 livres, c’est-à-dire 500 kilos, c’est tout ; la place dans le clocher manquerait et la solidité de la charpente peut-être aussi pour une sonnerie plus forte. Et la cloche de Saint-Mathieu, pèse-t-elle ce poids-là ? Et celle ou celles (mais il me semble n’en voir qu’une dans le clocher) de Shawenegan, et quel poids pour qu’elle puisse se faire entendre jusqu’aux confins de votre vaste royaume de deux lieues carrées ?

  • 5 Le toponyme rappelle le nom d’un des premiers colons défricheurs qui s’installèrent sur les bords d (...)

3Et ce joli lac qui avoisine la chapelle Saint-Mathieu et qui porte le nom maintenant de « Lac Bellemare »5, ce qui pourrait s’appeler un pléonasme ? L’a-t-on ainsi nommé en considération du zèle de M. le curé et de son vicaire ? Je lis aussi qu’il est question des chemins pour atteindre cette nouvelle paroisse ; je vois dans La Presse que certains malfaiteurs, condamnés pour autre chose que d’avoir fait le bien, sont obligés de casser les cailloux. Vous ne devez pas encore, dans vos vieux pays de 30 et 40 ans, avoir de belles routes bien alignées, bien pierrées, magnifiques et roulantes comme celles de la vieille France. Qui donc chez vous se charge de leur construction et entretien ? D’abord, probablement, les colons qui s’établissent dans un coin de pays, ensuite tout le monde sous la direction des municipalités ? Le gouvernement anglais a-t-il à mettre son nez en ceci ? Je ne me rappelle avoir rien lu touchant ces questions dans les intéressantes brochures que vous m’avez expédiées [...] Chez nous, à l’Etat le soin des routes nationales, les plus larges au moins 20 ou 30 mètres avec bordure de gazon, poteaux télégraphiques et bornes kilométriques ; à l’Etat aussi, sinon aux départements en même temps, le soin des nombreuses routes départementales ; puis viennent les routes de grande communication, puis les chemins vicinaux dont le soin incombe aux communes et pour lesquels il y a cet impôt ou cette tâche qu’on appelle « Prestation » : 6 F. à payer (les curés les paient en la plupart des endroits, à Chambray entre autres) ou trois jours de corvées à porter des pierres ou autre besogne analogue [...]

4Ces jours derniers, je suis allé chez M. de la Balle, à La Croix : il m’a dit avec tous les bonjours dont il m’a chargé pour vous, qu’il allait aviser son ami d’Elbeuf de votre réponse, et en attendant la suite, lui donner votre adresse. Celle de cet ami, un brave jeune homme de 30 ou 35 ans qui a toute envie de bien faire et aussi de réussir, la voici : M. Duhardel, industriel, à Elbeuf, Seine-Inférieure [...]

  • 6 Mgr Grolleau, originaire du diocèse d’Angers, fut évêque d’Evreux pendant vingt ans, de 1870 à 1890 (...)

5Je vais vous envoyer aussi la photographie de Mgr Grolleau, évêque d’Evreux6, je l’ai retrouvée, ces jours-ci, parmi un tas de vieilles cartes semblables ; il est plus âgé maintenant de 10 ou 15 ans : c’est un brave homme d’évêque parmi tous les braves hommes. Je l’ai revu dernièrement à la retraite pastorale et lui ai parlé quelques minutes : il m’a dit qu’il devait prochainement venir à Chambray demander ou accepter à déjeuner chez Mme la princesse de Croÿ, mais d’autres occupations sans doute, et elles ne lui manquent pas, l’ont empêché jusqu’ici de réaliser son petit projet. Quand on a besoin de le voir et lui parler et qu’il est à son palais épiscopal d’Evreux, on va l’y trouver. C’est l’homme le plus simple de manières et le plus abordable qui soit au monde ; mais, naturellement, le grand nombre de curés, ici, empêche qu’on soit, dans l’habitude de la vie, admis à brûle-pourpoint à la mense épiscopale ; ce ne serait plus un évêché, mais une table d’hôte en permanence [...]

6Mardi : j’irai à Douains, à pied, très probablement, en passant par Houlbec pour y prendre mon vieux camarade et faire le reste de la route ensemble. Mercredi, je dirai la messe à la chapelle du château. Ces jours-là, j’y reste la journée entière : conversation, étude dans un coin quand il fait froid ou vilain temps, dans le parc quand il fait beau ; puis j’entremêle cela d’une partie de billard, à laquelle je vous invite à votre plus ou moins prochaine venue en France, (quand sera-ce ?). Jeudi, je recevrai M. de la Balle. Le chemin de fer est si commode pour nos fréquentes relations [...] Mon presbytère est vilain autant que vieux ; mon église n’est pas neuve plus que belle, quoiqu’il y ait un peu de style à l’intérieur ; les archives ne remontent qu’à la Révolution de 89 ; je vous parlerai de tout cela plus amplement dans un autre numéro.

Notes

1 La fabrique est l’organisme chargé d’administrer les biens de la paroisse conformément aux règles précises énoncées par le décret du 30 décembre 1809. Elle surveille la gestion financière de la paroisse et vote le budget. Les décisions adoptées sont mises en œuvre par les marguilliers choisis au sein du conseil de fabrique.

2 La fabrique peut recevoir des dons et des legs : terrains, maisons, rentes dont elle perçoit les revenus. Le produit de la location des bancs et chaises et celui des troncs placés dans l'église lui reviennent aussi. En contrepartie, elle paie les chantres, le sacristain, finance aussi l’achat de mobilier ou les réparations. S’ajoutent à ces dépenses « les frais du culte », c’est-à-dire les hosties, le vin de messe, l’huile, l’encens. Parfois la fabrique verse un « supplément de traitement » au prêtre ; cependant si cette pratique est fréquente dans le diocèse de Rouen, elle est rare dans celui d’Evreux.

3 De grandes disparités existent entre les paroisses. Les fabriques rurales n’ont qu’un revenu souvent modeste c’est le cas de Chambray — tandis que les paroisses urbaines sont plus à l’aise ; ainsi dans ces années, Saint-Ouen de Rouen dispose de près de 100 000 francs ! Cf. Nadine-Josette Chaline, Des catholiques normands sous la IIIe République Horvath, 1985, pp. 31-32.

4 Quelques maisons sont spécialisées dans ce travail ; la plus connue est Pacard qui fabriqua « la Savoyarde ». Le curé de Chambray s’adressa à la maison Bollée du Mans.

5 Le toponyme rappelle le nom d’un des premiers colons défricheurs qui s’installèrent sur les bords du petit lac des Souris (lac Bellemare) entre 1865 et 1870. Lors de son érection canonique en 1874, la paroisse regroupait environ 250 fidèles localisés soit près du lac Bellemare, soit le long de la petite rivière Shawinigan. Cf. Michel Cloutier, Si St-Mathieu m’était conté. Histoire d’un village qui en dit long. 1850-1948, Saint-Mathieu, 1983, 296 p.

6 Mgr Grolleau, originaire du diocèse d’Angers, fut évêque d’Evreux pendant vingt ans, de 1870 à 1890. Cf. Chanoine Bonnenfant, Histoine générale du diocèse d’Evreux op cit. pp. 216-217.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search