Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 3 novembre 1887

Texte intégral

  • 1 La Congrégation de Notre-Dame, vouée à l’enseignement, fut fondée à Ville-Marie (Montréal), en 165 (...)

1[...] Quel bonheur vous avez de vivre la vie de famille ! Je suis ici, avec mon frère Adélard il est vrai ; mais les autres sont éparpillés ici et là : Ile-du-Prince-Edouard, Sainte-Hélène de Chester, Yamachiche, et, avant la mort de mes deux sœurs, Montréal et L’Assomption. Ces sœurs, toutes deux de la Congrégation de Notre-Dame1, comme l’aînée de Charlotte-town, sont mortes, l’une, la 5e de la famille, et l’autre, la 4e, l’hiver dernier, à Montréal, après une douloureuse maladie d’estomac, à l’âge de 35 ans, après 17 ou 18 ans de vie religieuse. C’est cette même maladie (ulcères, cancers de l’estomac) qui a fait mourir papa en 1884, et, la vilaine, elle a déjà frappé à ma porte une couple de fois [...]

  • 2 Créé en 1852, l’immense territoire du diocèse de Trois-Rivières qui s’étendait jusqu’à la frontièr (...)

2Mon autre frère prêtre est Elzéar, le troisième de la famille (je suis le deuxième). Il est au diocèse de Nicolet2, curé de Sainte-Hélène de Chester ; il a trois ans de moins que moi. Avant d’entrer dans le ministère, il avait été professeur de sciences au Séminaire de Nicolet. Le diocèse des Trois-Rivières comprenait, quand j’ai été fait prêtre, au sud du Saint-Laurent et jusqu’aux Etats-Unis, une lisière de terrains de même largeur que celle qu’il occupe au nord du même fleuve. J’ai d’abord été, après trois ans de vicariat à Saint-Guillaume d’Upton, un an curé à Saint-Gabriel de Stratford (aujourd’hui le diocèse de Sherbrooke). Je fus ensuite curé deux ans à Saint-Louis-de-Blandford (aujourd’hui dans le diocèse de Nicolet) et depuis un peu plus de douze ans je suis curé à Shawenegan ; et à travers tout ça, je fus un an bouche-trou, après Saint-Gabriel, Monseigneur n’ayant pas de cure disponible, il me constitua garde-malades, et je fis trois paroisses la même année. Vous avez par là une preuve bien concluante qu’ici les curés ne sont pas inamovibles. Monseigneur nous échange à son gré et pour les besoins des paroisses, tout en prenant en bonne considération les objections que nous pouvons lui faire et en y faisant droit. S’il trouve les raisons suffisantes.

3Mon frère est à Sainte-Hélène depuis une dizaine d’années ; il vient d’entrer dans un magnifique presbytère où il a tout le confortable des villes : fournaise, aqueduc fournissant l’eau au dernier étage, salle de bains, lieux d’aisances à l’eau, avec les derniers perfectionnements etc. Sa paroisse a du pittoresque au parfait : montagnes élevées, points de vue admirables, etc. mais j’aime mieux le plat et la monotonie de notre vallée du Saint-Laurent. La vie et le voyage y sont plus faciles.

4Quand le diocèse fut divisé, la dernière fois, et que la partie sud du fleuve devint le diocèse de Nicolet, Elzéar se trouva séparé de ses deux frères de Shawenegan, mais il resta avec son oncle de Sainte-Monique et son cousin et voisin de Saint-Paul [...]

5Votre église est-elle ancienne ? A quelle date commencent les registres et archives de votre paroisse ? Chambray doit avoir une histoire ? Il n’en est pas de vos cures comme des nôtres qui ne datent que d’hier. (Shawenegan eut son premier colon en 1850 et son premier curé en 1861) [...]

6Je demande aussi à nos saints patrons qu’ils vous donnent une bonne santé, de la joie et de la gaieté parmi les vôtres et à votre ministère le succès et les consolations. Qu’y a-il de plus beau pour nous, prêtres du Seigneur, que de travailler dans le champ que nous devons cultiver ? Quoi de plus consolant ! Je ne puis me défendre de vous dire la joie que j’éprouve chaque année aux fêtes de la Toussaint. Notre peuple a une grande dévotion aux âmes du Purgatoire. Aussi dès la veille de la Toussaint, nos confessionnaux sont assiégés et notre peuple, qui visite le confessionnal trois et quatre fois l’année en moyenne, se croirait coupable s’il ne se confessait et s’il ne communiait dès les premiers jours de novembre. Dans nos trois premiers jours nous avons communié près de 500 et les autres viendront aujourd’hui à la quinzaine. Il y un peu plus de fatigue, il est vrai, mais qu’elle est douce, et comme nous aimons ce peuple plein de foi, qui vient de loin, par les chemins malaisés de l’automne, par la pluie, par la neige, faire sa communion pour les morts. Généralement il ne vient pas seul, il apporte aussi son présent pour les âmes ; il le donne au syndic des âmes, crieur nommé par la paroisse qui s’installe dans une tribune en avant de l’église, vend ces divers effets au plus haut enchérisseur et donne le revenu pour les grand-messes pour les âmes. Il y a quelquefois des joutes remarquables. L’année dernière une pomme de terre a été vendue trois piastres et cinq centins (15 F. 50), quand c’est pour les âmes, vous le voyez, on n’est pas regardant. Le R.P. Maricourt qui nous prêchait alors une mission envoya au syndic quelques amandes, ce fut une guerre, elles furent vendues un prix fou. Et nos gens sont contents après cela de venir au presbytère nous conter leurs frousses [...]

74 novembre [...] A mon grand regret, je ne vois aucune possibilité d’encourager nos industriels à faire travailler leur bois en France et à se servir de la force motrice appartenant à Madame la Princesse de Croÿ. Nous avons ici des moulins en quantité, pouvoir d’eau, vapeur, tout est employé pour travailler le bois si commun dans notre pays. A l’heure qu’il est, dans la paroisse voisine, à Sainte-Flore, on est à bâtir d’immenses usines devant fabriquer la pulpe, le papier, les portes, fenêtres, meubles, etc. et cela avec un pouvoir que l’on dit être porté jusqu’à 150,000 chevaux. La chute de la Grand’Mère fera mouvoir ces machineries [...]

Notes

1 La Congrégation de Notre-Dame, vouée à l’enseignement, fut fondée à Ville-Marie (Montréal), en 1658, par Marguerite Bourgeoys, sanctifiée le 31 octobre 1982. Cf. Diane Bélanger et Lucien Rozon, Les religieuses au Québec, Montréal, Libre Expression, 1982, 338 p.

2 Créé en 1852, l’immense territoire du diocèse de Trois-Rivières qui s’étendait jusqu’à la frontière américaine, fut une première fois amputé au profit du nouveau diocèse de Sherbrooke en 1874 ; puis, en 1885, il perdit les 47 paroisses situées au sud du fleuve Saint-Laurent, donnant ainsi naissance au diocèse de Nicolet.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search