Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, ce 8 octobre 1887

Texte intégral

1Si je juge de la joie que vous éprouvez là-bas, à Shawenegan, à la réception de quelques nouvelles arrivant de Chambray, par celle qu’on partage ici quand il nous arrive une bonne lettre de vous ou quelque petit colis toujours le bienvenu, le bien reçu, elle n’est pas mince. C’est chez moi une jubilation sans pareille ; sans pareille est un peu trop dire, si je me reporte à cette chère lettre que je viens de recevoir du Canada, il y quelques heures : le plaisir est bien le même, chez vous, chez moi. Voilà 4 ou 5 jours j’étais dans la salle où je me retire pour travailler, quand ma sœur me crie toute joyeuse : une lettre du Canada ! des petits paquets du Canada ! [...] Je trouvai là plusieurs journaux : La Presse et les Trois-Rivières, secundo un rouleau d’excellent tabac :

2J’ai du bon tabac
Qui m’vient du Canada :
Tout le monde n’en a pas,
En France, de comme ça

3Vous savez, c’est moi qui improvise la chanson ! Inutile d’user votre talent musical à lui trouver un air ! Mais mieux encore que cet excellent tabac, ce qui n’est pas peu dire, j’avais une bonne et excellente lettre. Savez-vous que je ne tarde pas beaucoup à les savoir par cœur vos lettres [...] Le matin même d’aujourd’hui samedi, 8 octobre, j’entends ma sœur m’annoncer la même bonne nouvelle : c’est presque toujours elle qui se trouve là quand le facteur arrive — notre facteur rural n’est point postillon : il vient tous les jours bien régulièrement, de Pacy, le bureau de poste, petite ville, chef-lieu de canton, à deux lieues d’ici, dans la vallée, sur les bords de l’Eure, comme Chambray ; il fait sa course à pied, distribuant les nouvelles bonnes ou mauvaises, lettres et journaux, dans les divers villages sur sa route ; quelquefois quand il nous arrive plus tôt, à 9 heures du matin au lieu de 10 heures, c’est qu’il est venu, comme il le raconte, sur quatre pattes, c’est-à-dire, dans la voiture de quelque voyageur complaisant : il fait sa tournée dans Chambray, gagne le château de la Princesse de Croÿ, qui se trouve au bout du village, à 12 ou 1500 mètres du presbytère et de l’église, y dîne, et se trouve de retour à Pacy vers 2 ou 3 heures de l’après-midi ; si je ne suis point prêt, quand il passe, à envoyer à mes chers Canadiens mes journaux ou une lettre, c’est bien simple, et c’est ce que je vais faire quand cette réponse que je vous écris sera finie, je me rends à la gare du chemin de fer qui est à 4 ou 500 mètres du presbytère, et je vous expédie par le premier train de passage, nous en avons sept ou huit par jour [...] Quelle heureuse et bonne famille vous faites, à vous tous : ce qui est ou a été est très bien ; mais pour la population toujours grandissante, augmentant dans une proportion géométrique énorme, qui serait peut-être effrayante pour la France et qui n’est pas très rassurante pour le Canada (les Anglais de l’avenir n’auront qu’à bien se tenir !) il est à croire ou même à espérer que toutes les familles d’Yamachiche ne sont pas comme la vôtre : du reste, vous m’instruisez à ce sujet avec l’histoire de ce Roger-Bontemps, votre paroissien, qui vient tout joyeux, vous en faire baptiser deux à la fois [...]

  • 1 Les conférences ecclésiastiques furent instituées dans la plupart des diocèses français par les évê (...)
  • 2 Pierre-Emile de la Balle est né le 27 octobre 1841 à Bernay. Ordonné prêtre en 1867, il fut vicaire (...)
  • 3 Désiré Brunet est né en 1848 à Sées (Orne). Ordonné en 1873, il devint curé de Houlbec Cocherel en (...)
  • 4 Victor-Marie Cormier est né à Saint-Sulpice-sur-Loire (diocèse d’Angers) en 1853. Ordonné à Evreux (...)

4Je m’y trouvais au commencement de la semaine, dans cette vallée séquanaise ou séquanesque ; c’était à la conférence ecclésiastique1, à Vernonnet, petit bourg séparé seulement de Vernon par le fleuve : dans notre diocèse d’Evreux, à cette époque-ci du moins, car il n’en a pas toujours été de même, on a quelques travaux de théologie ou d’Ecriture sainte, ou de vie spirituelle à faire et présenter, une fois le mois, en petit conciliabule. On devise ainsi une petite heure, puis on déjeune ensuite assez copieusement d’ailleurs, canton par canton, bien entendu. Nous sommes seulement 7 ou 8 curés dans le Doyenné de Vernon : il y a réunion, à tour de rôle, chez chaque curé, et ainsi depuis mai jusqu’en octobre. C’était l’autre jour, pour la dernière conférence de l’année 87 par conséquent : de Chambray à Vernon, 4 lieues ; mais comme on s’y rend par le chemin de fer de Chambray à Pacy, de Pacy à Vernon, c’est plus long et plus court : plus de distance, mais plus de vitesse. Il y a quelques années, quand j’étais jeune, je faisais parfois la route à pied. Ces promenades-là sont rares maintenant. Donc à l’année prochaine, maintenant, pour les conférences ecclésiastiques ! Ceci n’empêche pas les curés de se rencontrer ; je ne sais si je ne vous l’ai raconté : nous avons de temps à autre M. de Balle2, curé de La Croix, M. Brunet3, d’Houlbec, M. Cormier4, de Douains et votre cousin, de petites entrevues qui ne manquent pas de charmes [...]

  • 5 Ces prêtres n’étaient pas à plus grande distance que les précédents mais n’appartenaient pas, sembl (...)
  • 6 Premier évêque de Québec (1674-1688), François de Laval avait pour frère Henri de Laval qui entra c (...)
  • 7 Elbeuf, contrairement à Rouen qui travaillait le coton, s’adonnait au travail de la laine et fabriq (...)

5L’autre jour, comme je sais le curé de Douains grand fumeur de pipes, je n’ai point oublié de lui porter un peu de votre excellent et doux tabac ; comme j’avais précisément acheté à Vernon, une pipe semblable à celle du cousin Abélard, et cela pour moi, qui n’avait pourtant pas besoin de ce nouvel instrument pour faire de la fumée, je fumais jusqu’ici cigares et cigarettes, mais bah ! j’ai voulu faire un peu, moi aussi, le curé canadien ; or donc, dans le wagon qui nous rapportait, j’ai passé ma pipe neuve à ce voisin de Douains et il a commencé à me la culotter (connaissez-vous ce terme-là, sans nul doute puisque vous connaissez si bien notre langue française si riche). En pareille occurrence, il a été encore fortement question de mes amis de là-bas. Je vois plus souvent que ceux d’Houlbec et de Douains, le curé de La Croix-Saint-Leufroy ; moins souvent celui d’Ecardenville et celui de Vaux-sur-Eure5. Pour M. de la Balle, j’irai chez lui, mercredi 12, et ne manquerai pas de lui parler de ce frère de Mgr de Montmorency-Laval6, votre premier évêque de Québec. Il a précisément du goût pour ces détails d’histoire locale, archéologie et le reste ; il me montrait, il y a quelque temps, le dessin qu’il avait fait, sur les données des vieilles archives, du vieux monastère de La Croix ; la maison de l’abbé est aujourd’hui, restaurée sans doute, le château de La Croix. Mais pendant que j’y pense, parlons commerce, mon cher cousin, puisque M. de la Balle me l’a demandé comme un service à rendre, non à lui-même sûrement, mais à un industriel d’Elbeuf, un ami intime, qui est un peu le mien aussi ; bon garçon, qui ne demande qu’à bien faire. Il est à Elbeuf, marchand en gros, sinon fabricant d’étoffes, laines, draps7 et au lieu d’être obligés, vous, vos parents, amis, confrères, petits marchands, d’acheter des étoffes pour soutanes et autres, à des fournisseurs qui les tiennent du commerce anglais (lequel les tiennent des marchés d’Elbeuf) il semblerait avantageux pour tout le monde que d’Elbeuf, on vous les envoie directement ; si vous le voulez bien, cet ami vous enverrait des échantillons, aux personnes que vous pourriez désigner entre autres, fournirait aux gros marchands des Trois-Rivières ou Montréal ou Québec, réputés très solvables, qui y trouveraient tout profit et lui aussi, l’ami : un débouché de plus dans ces pays là-bas, n’est pas à dédaigner. Je vais vous expédier en même temps que ma lettre une petite notice sur le département de l’Eure et un petit album que j’ai achetés à Vernon à votre intention ; j’y joins cette feuille du journal d’Elbeuf que M. de la Balle m’a demandé de vous envoyer avec l’expression de tous ses respects et remerciements anticipés. Et voilà ce qui chez nous s’appelle faire l’article.

  • 8 Marie de Durfort-Civrac de Lorge, héritière du château de Chambray avait épousé le prince Georges d (...)
  • 9 Sur ces questions démographiques, on peut se reporter à Philippe Ariès, Histoire des populations fr (...)

6Pendant que j’y suis, autant vous dire que si vous rencontrez là-bas quelques industriels en quête d’une force motrice, gros marchand de bois voulant fréter quelque navire et faire travailler son bois en France, en Normandie, à Chambray, tout près d’une ligne ferrée, il y a ici au château, une force de 40 chevaux à sa disposition, ma brave et bonne dame châtelaine serait joliment satisfaite, elle trouverait là un petit revenu de 6 à 7000 F. qu’elle perd depuis deux ans. Je lui ai lu, à elle aussi, vos bonnes et chères lettres : elle m’a dit sa joie que j’aie lié connaissance et amitié avec ces francs Canadiens [...] C’est une veuve d’un grand mérite et une chrétienne de grande vertu, comme je serai heureux de vous la faire connaître ! Elle a cinq enfants8 : sa fille ainée, 23 ans, s’est mariée, il y a quelques mois ; son fils ainé, à son tour, va prendre femme dans quelques semaines, il a 25 ans. Puis viennent deux autres filles plus jeunes : puis le benjamin [...] 14 ans et demi qui est à Saint-François-de-Sales, à Evreux ; voici 3 ans qu’il y a passés. Auparavant, je l’ai eu un an ou deux sous ma direction de pédagogue. Il ne travaille pas plus qu’il ne convient, certes, mais sa belle intelligence et peu d’efforts le placent le 4e ou 5e de son cours, sur 22 ou 24 élèves. C’est assez joli ! et on a qu’à l’exhorter à plus de travail : j’ai sa photographie sous la main, je vous l’envoie, elle vous fera connaître un peu ce petit François de Croÿ : (il entre en seconde ces jours-ci) et aussi un peu le costume de ces collégiens. Quel bel établissement ils ont là-haut, je vous montrerai cela. Voici que j’ai également sous la main la photographie de mon frère qui vit à Paris avec sa femme. Elle est assez exacte, sauf cet air ennuyé qu’il n’a pas d’ordinaire. J’espère, en attendant les autres, que je retouverai quelque part, dans mes cartons, celle de ma mère [...] Je me promets toujours d’acheter, dût le budget du pauvre curé en ressentir vivement le contrecoup, un appareil de photographie [...] Nous ne sommes que trois enfants et c’est merveille ! Papa et maman Bellemare trouvent que ce n’est déjà pas si mal, surtout si on juge par ce qui se passe autour de nous : en Normandie surtout, c’est effrayant, la diminution d’enfants : à Chambray, partout un peu, il y a père et mère, fils unique ou même rien du tout ; parfois aussi trois ou quatre mais rarement ! tout à fait rare 1 fois sur 100, 7 et 8 enfants9 ; affaire de luxe et de bien-être, tout cela ! C’est presque toujours les plus pauvres qui en ont le plus : je dis pauvre, je ne sais pourquoi. Il y en a si peu dans ce pays de la vallée d’Eure. On en trouve davantage dans mon pays natal, Bémécourt-Breteuil et certaines autres contrées à terrains moins riches.

7A Chambray, la terre, vous vous en doutez, vaut plus cher qu’au fond du Canada : or il y a ici des gens réputés pauvres (pour la forme) qui sont propriétaires d’une habitation très convenable et de terrains aussi. C’est une obligation d’héritiers ; le château verse au percepteur qui la verse au curé, la somme de 300 F. avec lesquels on paie du pain, de la viande, etc. aux plus pauvres ou aux moins riches de la localité. Avec cela le Bureau de Bienfaisance a 100 ou 150 F. de rente que je distribue aussi de la même façon, puis, à l’hiver, ma bonne princesse de Croÿ lui fournit des vêtements ; puis l’hiver est rarement rigoureux : donc nos pauvres doivent être moins à plaindre que chez vous.

GENEALOGIE DES PROPRIETAIRES DU CHATEAU DE CHAMBRAY-SUR-EURE

GENEALOGIE DES PROPRIETAIRES DU CHATEAU DE CHAMBRAY-SUR-EURE

GENEALOGIE DE LA FAMILLE DE CROŸ

GENEALOGIE DE LA FAMILLE DE CROŸ
  • 10 Dans La Normandie de 1900 à nos jours, op. cit., Gabriel Désert titre (p. 20) : « un fléau normand (...)

8Sans doute, là-bas, l’hiver est commencé, ici voilà trois ou quatre jours sans soleil, ça manque de gaieté ; mais la température est douce : ce qui m’agréerait chez vous, c’est le sec du froid ; ici, il fait humide, ce sont des brouillards détestables et des pluies qui ne le sont pas moins ; nous avions au thermomètre centigrade aujourd’hui 12 à 15 degrés, je vous en souhaite autant. Vous avez, sans doute, des froids très intenses : mais quelle économie de nourriture et comme c’est donc commode de conserver ces viandes fraîches ! Mais quelle bombance aussi ils doivent se payer, ces braves Canadiens ! En retour, ô misère ! ô privation ! ils boivent de l’eau ! ! ! fraîche tant que vous voudrez, claire tant qu’il vous plaira mais ce composé d’hydrogène et d’oxygène est sans saveur pour les palais des normands buveurs de bon cidre, de petit et de gros vin, et d’alcools falsifiés. Je ne m’explique pas que vous soyez réduits à un régime si calmant, pour des gens de pays froids, pour des fumeurs endurcis comme vous l’êtes ; mais la bière est donc bien chère ou bien difficile à fabriquer là-bas [...] Si je pouvais donc vous expédier quelque bonne pièce de ce cidre qu’en ce moment même, mon père fabrique dans la cour du presbytère ? On va bientôt remplir les fûts vides ; la lie et déchet qui se trouve au fond, vous doutez-vous de ce que vais en faire. Voici : il y a quelques années je me suis pourvu d’un alambic : nous montons le petit appareil dans le jardin, on chauffe, on dirige, et il nous vient cette bonne eau-de-vie de cidre, appelée ici « calvados », pas falsifiée, celle-là ! Nous en avons déjà fabriqué des centaines de litres : mais, hélas ! elle ne vieillit pas beaucoup. Tous les jour, au repas du midi, le café, à quatre que nous sommes sans compter quelques bouches gourmandes, qui viennent par-ci, par-là, nous aider, le litre d’eau-de-vie y passe chaque semaine10 [...] Il y a 2 ou 3 ans, j’ai fabriqué ainsi, dans mes moments perdus, et papa aidant, toutes sortes de liqueurs que je serais aisé de vous faire goûter, mes chers amis : alcool de prunes, de prunelles sauvages, de mûres sauvages (baies de ronces), de merises, de poires, etc. [...]

9Mais, est-ce que je ne pourrai pas, un jour ou l’autre, prêt à payer à cet Etat qui réclame toujours des droits sans accomplir tous ses devoirs, vous en expédier quelques flacons de ces drogues en question ? De même pour le tabac : me permettez-vous de vous en envoyer ? Les droits sont payés dans l’achat, et, chez vous, je crois que le tabac n’en paie pas du tout [...]

  • 11 Le marquis Jacques de Chambray (1828-1910), conseiller général du canton de Damville de 1866 à sa m (...)
  • 12 Le château de la princesse de Croÿ, « de style Louis XIII, a subi au cours du temps quelques modifi (...)

10Dans cette petite notice et cet album que je vous envoie, vous remarquerez que le château de Chambray est celui de M. le Marquis de Chambray11, à Gouville, à 2 ou 3 lieues de mon pays natal : il y a eu erreur dans le principe, et cette faute se retrouve partout à Chambray ; ici, nous avons deux châteaux ; l’un à 50 mètres du presbytère, qui ne compte guère (quoique très coquet d’apparence) ni comme dépendance matérielle, ni comme contenu personnel. L’autre, le vrai ! (plus modeste que celui de Gouville où réside M. de Chambray, le grand veneur qui a, depuis longtemps, tué son millième cerf) château style Louis XIII12, parc magnifique, rivière d’Eure qui le baigne et passe sous terre, d’un côté entre le château et les cuisines ; propriété magnifique, ce château, et je vous l’ai dit magnifiquement habité, je vous en reparlerai [...] Je vous parlerai aussi de notre retraite une autre fois. Pour le silence, ce n’est pas tout à fait celui de la Chartreuse : on est là plus de 200, on se voit après longtemps ! dame ! on en profite, tout en ne négligeant pas le soin de son âme. Prêchée par le P. Matignon jésuite, que j’étais heureux de retrouver là [...]

Notes

1 Les conférences ecclésiastiques furent instituées dans la plupart des diocèses français par les évêques soucieux de développer les travaux intellectuels et la recherche parmi le clergé. Organisées à l’échelon du canton (ou du doyenné), ces conférences, dent le programme est fixé chaque année par l’évêché, existent à Evreux. Elles furent introduites dans le diocèse de Trois-Rivières en 1854, par Mgr Thomas Cooke. Là aussi l’évêque choisissait les sujets des discussions et déterminait la période des rencontres.

2 Pierre-Emile de la Balle est né le 27 octobre 1841 à Bernay. Ordonné prêtre en 1867, il fut vicaire à Verneuil pendant 5 ans jusqu’en 1872, puis curé de Saint-Ouen-du-Tilleul jusqu’à son arrivée à La Croix-Saint-Leufroy le 1er janvier 1884. Erudit, l’abbé de la Balle publia plusieurs articles dans La Semaine religieuse, notamment une étude consacrée aux « saints du diocèse d’Evreux » en octobre-novembre 1890. On lui doit également une plaquette sur Jeanne d’Arc et le pays d’Evreux publiée en 1893. Il mourra en août 1905 (Archives diocésaines).

3 Désiré Brunet est né en 1848 à Sées (Orne). Ordonné en 1873, il devint curé de Houlbec Cocherel en 1875 après deux années passées à Saint-Ouen-de-Freneuse. Il devait, plus tard, entretenir de très bonnes relations avec Aristide Briand, qui possédait une propriété à Cocherel. Il mourut en 1919 (Archives diocésaines).

4 Victor-Marie Cormier est né à Saint-Sulpice-sur-Loire (diocèse d’Angers) en 1853. Ordonné à Evreux en 1879 en même temps que Vital Bellemare, il devint curé de Douains en 1882 après 2 années de professorat à Saint-François à Evreux et un an de vicariat à Breteuil (Archives diocésaines).

5 Ces prêtres n’étaient pas à plus grande distance que les précédents mais n’appartenaient pas, semble-t-il, à la même génération.

6 Premier évêque de Québec (1674-1688), François de Laval avait pour frère Henri de Laval qui entra chez les bénédictins et devint prieur de La Croix-Saint-Leufroy. Cf. André Vachon, « Laval, François de », Dictionnaire biographique du Canada, II, 1701-1740, pp. 374-387.

7 Elbeuf, contrairement à Rouen qui travaillait le coton, s’adonnait au travail de la laine et fabriquait du drap.

8 Marie de Durfort-Civrac de Lorge, héritière du château de Chambray avait épousé le prince Georges de Croÿ qui appartenait à une famille de haute aristocratie. Il mourut le 15 avril 1879 (voir la généalogie de la famille de Croÿ). Les cinq enfants étaient : Eléonore, née en 1864. Elle a épousé le vicomte de Chevigné. Louis, né en 1862 à l’Hermitage (propriété de la famille de Croÿ, près de la frontière belge), épousa Hortense de l’Espine. Elizabeth et Jeanne sont nées respectivement en 1866 et 1870. François est né en 1873. Il est, en 1887, élève à 1 institution Saint-François-de-Sales. Ce collège puise ses origines dans une petite maîtrise fondée en 1872 et installée dans un immeuble occupé autrefois par la pension Corbeau. Son succès fut rapide. En 1882, les jésuites en prennent la direction et l’année suivante, le collège prend possession de nouveaux locaux construits par Darcy, disciple de Viollet-le-Duc. Cf. Chanoine Bonnenfant, Histoire générale du diocèse d’Evreux, Paris, Picard, 1933, tome II, p. 252.

9 Sur ces questions démographiques, on peut se reporter à Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, éditions du Seuil, 1971, 412 p. et Gabriel Désert (sous la direction de), La Normandie de 1900 à nos jours, Privat, 1978, pp. 14-18 (« un malthusianisme précoce »). Voir note 2, lettre du 11 mai 1892.

10 Dans La Normandie de 1900 à nos jours, op. cit., Gabriel Désert titre (p. 20) : « un fléau normand l’alcoolisme... ». En tenant compte des « quelques bouches gourmandes » de passage, la famille Bellemare consomme plus de dix litres d’eau-de-vie par personne et par an ! Ce chiffre donne une idée de ce que peut être la consommation des milieux plus populaires.

11 Le marquis Jacques de Chambray (1828-1910), conseiller général du canton de Damville de 1866 à sa mort, possédait un château à Gouville qui était communément appelé « château de Chambray » - ce qui pouvait prêter à confusion.

12 Le château de la princesse de Croÿ, « de style Louis XIII, a subi au cours du temps quelques modifications notables [...] C’est ainsi que l’aile gauche, primitivement couronnée de balustres de pierre de taille ne se trouve pas répétée à l’autre extrémité [...] La façade principale est tournée vers le nord-ouest. Tout près se trouve la chapelle [...] en briques et attenant à une élégante construction à arcades [...] de la même époque que les communs, c’est-à-dire du commencement du XVIIIe siècle [...] Au-delà, vers le sud-est, s’étend un beau parc agrémenté d’arbres centenaires, traversé par l’Eure. Une pièce d’eau amène les eaux de la rivière près des murailles du château, et de larges allées en franchissent plusieurs bras sur des ponts rustiques [...] Ce domaine a appartenu successivement aux familles de Clermont-Tonnerre, de Lannion, de Mondray, de Kerkoent, et, sous la Restauration, à la marquise de Tourzel [...] ». Alphonse-Georges Poulain, En vallée d’Eure et sur le plateau de Madrie, Vernon, 1963, pp. 51-54.

Table des illustrations

Titre GENEALOGIE DES PROPRIETAIRES DU CHATEAU DE CHAMBRAY-SUR-EURE
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre GENEALOGIE DE LA FAMILLE DE CROŸ
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search