Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 13 septembre 1887

Texte intégral

1[...] Vos comptes de fabrique sont obligés de passer par la mairie. Nos maires n’ont rien à voir dans nos affaires d’église et dans toute notre administration. A part le double de nos registres de baptêmes, mariages et sépultures que nous envoyons au greffe, à la fin de l’année, nous sommes, j’oserais dire, absolument indépendants de l’autorité civile.[...]

2Shawenegan que vous croyez être un pays couvert de mamelons et de collines, à cause de ses nombreuses petites rivières est plat comme une carte dans la moitié sud de son étendue ; la variété ne commence qu’au village en allant du côté de ces montagnes incultes que je mentionne sur le plan de la paroisse ; montagnes qui ne vaudront jamais grand-chose. Si ne n’est qu’à nous fâcher quand nous les traversons, à cause des mauvais chemins qu’elles nous fournissent. Dans la plaine, c’est-à-dire d’ici aux Trois-Rivières et aux paroisses voisines : Saint-Elie, Saint-Etienne, Saint-Barnabé, et les autres, nous avons de très beaux chemins et avec un bon cheval nous franchissons aisément les 7 lieues qui nous séparent des Trois-Rivières ou d’Yamachiche. Là, dans cette dernière, ma paroisse natale, vit encore ma bonne vieille maman, agée de 65 ans, avec un frère et une sœur, les deux plus jeunes de la famille. Mon père, mort en 1884, à l’âge de 64 ans avait été pendant 40 ans le maître-chantre de l’église (aucun de ses enfants n’a hérité de sa belle voix). Il était cultivateur jusqu’à quatre ou cinq ans avant sa mort. Brisé par le travail, il vendit sa terre et passa ses dernières années vivant assez à l’aise de la rente de son argent. Ma mère continue le même genre de vie avec mon frère qui ajoute aux revenus paternels ceux que lui donne un petit négoce d’épiceries. Mais n’allez pas croire qu’ils sont riches, ils vivent bien tout en étant obligés d’être bons économes. Je vous ai dit, dans ma première lettre, je crois, que les six autres enfants s’étaient donnés au bon Dieu. Des trois religieuses, une seule vit encore, celle de l’Ile-du-Prince-Edouard. [...]

3Vous avez un frère à Paris, une sœur chez vous avec vos bons parents. Ce ne doit pas être là toute la famille ? Ici, quand il n’y a pas huit ou dix enfants, on est surpris. Le maire de ma paroisse, pour sa part, en a fait baptiser seize. Vos maires français sont-ils aussi prolifiques ? Un paroissien arrivant, le printemps dernier, tout rayonnant au presbytère. — Qu’avez-vous donc aujourd’hui vous voilà bien faraud ? — Il y a de quoi, M. le curé, je vous en amène deux au baptême, un garçon et une fille, et avec cela la mère est bien portante. N’y a-t-il pas de quoi se réjouir un peu. C’étaient le 9e et le 10e depuis 12 années de mariage. Quand les moyens de subsistance sont restreints et que l’on voit la famille augmenter aussi rapidement, il y a bien, par-ci, par-là des découragements mais, en général, cela ne dure pas longtemps. Votre géographie qui vous apprend que notre population augmente dans d’énormes proportions vous a dit la belle vérité.

  • 1 Cette coutume fait partie des tournées et chansons de quête du cycle des douze jours inventoriés pa (...)

4Avec ces nombreuses familles le père et la mère trouvent assez facilement le pain quotidien. Nous avons des pauvres, naturellement ; assez souvent l’hiver nous devons faire des tournées pour les plus nécessiteux. La veille du jour de l’an on chante encore « La Ignolée »1 pour les pauvres. Avez-vous encore cette vieille coutume chez vous, avec la chanson :

5Bonjour le maître et la maitresse
Et tous les gens de la maison
Nous avons fait une promesse
De venir vous voir une fois l’an., etc.

  • 2 L’œuvre fondée à Paris par Frédéric Ozanam fut introduite à Québec en 1846. La Société Saint-Vincen (...)

6L’hiver, c’est le temps de la misère pour les pauvres. Le bois de chauffage est nécessaire, les habits et les chaussures ne sont pas toujours ce qu’ils devraient être, et alors, en avant la charité ! Ceci, c’est pour nos paroisses éloignées des villes. Dans celles-ci comme dans les grands villages, il y a la Saint-Vincent-de-Paul2. [...]

7Pendant nos veillées, Adélard et moi, ma ménagère (une cousine germaine) et son époux (j’ai le couple) nous nous entretenons tellement et si bien de Chambray, de la Normandie, de la France, qu’à quelque bon matin je me réveillerai chez vous. Cela n’empêche pas que j’ai retenu votre chambre chez M. Rousseau, un brave homme s’il en est, gardien des glissoirs et estacades du gouvernement à la Chute de Shawenegan. Nous nous en donnerons à cœur-joie. Puissiez-vous m’arriver un bon jour [...]

  • 3 Une scission au sein du parti conservateur amena, le 15 octobre 1884, la fondation du quotidien La (...)
  • 4 Bi-hebdomadaire fondé le 19 mai 1865. Il cessa ses activités le 19 mai 1893. Ultramontain et conser (...)

816 sept. Je viens de passer, avec mon frère, notre récréation du soir à la cuisine où, tout en fumant la pipe avec nos gens, nous avons épluché des haricots qui nous serviront quelquefois pour nos déjeuners d’hiver. Pendant la journée, mon domestique a arraché une partie de nos patates : celles-ci serviront encore à nos repas d’hiver en compagnie de 40 ou 50 poules et poulets, d’un porc, d’une vache et de quelques moutons que nous immolons au commencement de décembre, dès que les froids seront suffisants pour geler nos viandes et les conserver fraîches jusqu’au printemps suivant. Voilà ce que fournit la basse-cour ; quant aux boissons, la plus commune et celle que nous trouvons en tout temps ici et chez nos confères, c’est la bonne eau fraîche du Canada. Nous n’avons pas de cidre, nous avons la bière anglaise ou la canadienne dans les grandes circonstances, et dans la plupart de nos paroisses rurales nous avons le vin à l’autel seulement. Dans la petite armoire il y a bien pour les confrères qui le désirent, le vrai cognac français qu’ici nous appelons de son nom anglais le brandy ; nous avons le gin (genièvre) hollandais ou réputé tel ; il y a encore le whiskey, mauvaise boisson ! De toutes ces dernières, cependant, il faut user avec grande prudence à cause du danger de mettre la cervelle en ébullition. J’ai appris avec plaisir que vous êtes bien rétribué comme curé de Chambray et desservant de Fontaine-sous-Jouy et que vous avez l’avantage de vivre très confortablement et aussi, que peu désireux d’amasser, vous vous accordez ce que vous désirez pour favoriser vos goûts pour la lecture. J’étais de même à votre âge et j’ai reçu en même temps jusqu’à 10 et 12 journaux, revues de France, des Etats-Unis et du Canada. Aujourd’hui, je n’ai que le Journal des Villes et Campagnes, de Paris, La Presse3, journal quotidien, et le Journal des Trois-Rivières4, deux fois la semaine, avec une couple de revues. Vos envois du Patriote et de la Semaine religieuse compléteront ma collection et si vous aimez à continuer, ce qui me serait bien agréable, je vous donnerai du canadien en retour.

  • 5 Le Journal des Trois-Rivières publia 11 articles de Napoléon Caron (5 septembre au 13 octobre 1887) (...)
  • 6 A la fin du XIXe siècle, deux tribus de la famille algonquienne occupaient les quatre territoires i (...)

9Je vous ai envoyé hier, 3 numéros de La Presse et 2 du Journal des Trois-Rivières où vous aurez la suite du rapport de M. le Chanoine Caron sur la visite pastorale de Monseigneur dans le haut Saint-Maurice5. Vous y remarquerez sans peine un cantique sauvage chanté par Monseigneur qui fut pendant douze ans missionnaire dans l’Ouest à Manitoba et à Saskatchewan à sept ou huit cents lieues d’ici. Monseigneur a une voix superbe et il nous chante ainsi de temps en temps quelques cantiques appris dans ses missions sauvages. Ici, il n’y a plus à s’en servir, car nous n’avons plus de sauvages dans les environs, si peu, que maman âgée de 65 ans, comme je vous l’ai dit plus haut, n’en a peut-être jamais vus que rarement. Il y a les bourgades de Lorette, de Bécancour, de Saint-François et de Caughnawaga qui ont encore chacune une centaine de ces êtres qui vivent presque tous de la vie civilisée. Les quelques mille mentionnés par Paul de Cazes vivent dans les forêts, en arrière des Laurentides6.

1017 sept. [...] C’est demain dimanche. Après les vêpres, il me faut aller à Saint-Mathieu avec mon frère, à trois lieues dans les montagnes, pour y voir une chapelle que nous sommes à y construire. Lundi nous partons tous les deux pour les 40 heures de Saint-Etienne où nous serons une dizaine de prêtres. Donnez-moi donc des détails sur votre retraite ecclésiastique. Quel prédicateur ? De quel ordre religieux ? Comment le silence est-il observé ? Ici, il y a quelquefois des oublis, excepté cette année ; notre retraite a été admirablement bien suivie et aussi admirable de recueillement [...]

Notes

1 Cette coutume fait partie des tournées et chansons de quête du cycle des douze jours inventoriés par Arnold Van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, tome premier, livre VII. Toutefois, à la différence de la plupart des endroits de France où, comme dans la vallée de l’Eure, la coutume s’était maintenue jusqu’au milieu du XIXe siècle, la quête était faite au profit des pauvres mais non par eux. Elle se rapprochait ainsi de certaines pratiques bretonnes, à Morlaix et à Landerneau au XVIIe siècle, où les notables recueillaient des dons au profit des pauvres et des malades de l’hôpital.

2 L’œuvre fondée à Paris par Frédéric Ozanam fut introduite à Québec en 1846. La Société Saint-Vincent-de-Paul a pour objet de visiter et secourir les pauvres. En 1900, la ville de Trois-Rivières comptait quatre conférences et un conseil particulier chargé de coordonner les activités. La seule autre conférence du diocèse était à Louise-ville. Cf. Historique de la Société de Saint-Vincent-de-Paul au Canada, 1846-1930. Québec, 1931, 69 p.

3 Une scission au sein du parti conservateur amena, le 15 octobre 1884, la fondation du quotidien La Presse par des amis de Adolphe Chapleau, premier ministre du Québec de 1879 à 1882, puis chef au Québec du parti conservateur canadien. Cf. André Beaulieu et Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours. P.U.F., 1977.

4 Bi-hebdomadaire fondé le 19 mai 1865. Il cessa ses activités le 19 mai 1893. Ultramontain et conservateur, il était l’organe de l’évêché de Trois-Rivières et fut de tous les combats politico-religieux. Depuis la fin de 1872, il était administré et rédigé par Gédéon Désilets sur lequel Mgr Laflèche avait un fort ascendant. Cf. André Beaulieu et Jean Hamelin, op. cit.

5 Le Journal des Trois-Rivières publia 11 articles de Napoléon Caron (5 septembre au 13 octobre 1887), relatant le périple de la première visite de Mgr Laflèche dans cette partie du diocèse accessible uniquement par la rivière et très peu habitée. Devant le succès de cette publication, Caron fit un voyage dans les paroisses du bas Saint-Maurice, et rédigea un texte dans le même style. L’ensemble fit l’objet d’un livre : Deux voyages sur le Saint-Maurice, Trois-Rivières, P.V. Ayotte, 1889, 319 p.

6 A la fin du XIXe siècle, deux tribus de la famille algonquienne occupaient les quatre territoires indiens de la région. Les Abénakis, séparés en deux bandes, vivaient Tune dans la réserve d’Odanak (1700), à Saint-François-du-Lac, l’autre à Bécancour, sur un territoire concédé en 1708. De leur côté, les Têtes-de-Boules appartenaient à la tribu des Ojibwés. Venus de l’ouest vers le début du 18e siècle, ils s’installèrent sur le territoire laissé vide par la disparition des Attikamègues. La loi de 1851 leur attribua les réserves de Weymontachingue et de Coucoucache, dans le haut Saint-Maurice.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search