Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray, ce vendredi, 26 août 1887

Texte intégral

  • 1 Pacy-sur-Eure, chef-lieu de canton, était à 8 kilomètres au sud-est de Chambray.
  • 2 Le Canada ecclésiastique remplaça en 1887 l’Almanach ecclésiastique comme revue annuelle destinée à (...)
  • 3 Ouvrage de Paul-Marie de Cazes (1841-1913), le second fils de Charles de Cazes, un émigrant breton (...)
  • 4 Il pourrait s’agir de la publication des discours prononcés le 18 novembre 1880 lors d’un banquet e (...)

1Votre lettre dernière, avec les plans de votre village et de votre paroisse, avec la liste de vos nombreux paroissiens, était partie de Shawenegan le 29 juillet ; elle est arrivée à notre bureau de poste de Pacy1 le 12 août, en passant le même jour par Calais, et m’est parvenue, à mon presbytère de Chambray le lendemain 13. Quelle joie elle m’a causée il me sera certainement impossible de vous l’exprimer, elle est trop vive pour cela ! Et ce qui n’est pas fait pour la calmer, c’est que je peux me dire, maintenant, que j’aurai ainsi de temps en temps, de vos nouvelles, une bonne et longue lettre que je lirai attentivement une première fois, puis une seconde tout de suite après, puis je ne sais combien ensuite [...] Ainsi en a-t-il été des lettres déjà reçues, surtout de la dernière : je l’ai bientôt montrée à tout le monde, lue toute entière ou en partie à beaucoup d’amis ; j’ai montré votre photographie presque à tous ceux qui viennent chez moi ou que je vais voir ; mes bons parents tout d’abord, en ont pris vite connaissance de cette bonne lettre du cousin canadien : cousin canadien, cousin français, c’est synonyme, n’est-ce pas ? Quand je vous parle de mes parents, je veux dire : mon père, ma mère et ma sœur que j’ai chez moi au presbytère de Chambray. J’y avais même, l’autre semaine, mon frère et sa femme qui venaient en famille, prendre quelques jours de congé et qui, en temps ordinaire, vivent à Paris : tous ont lu votre lettre, vos lettres et me voilà même passé professeur de géographie canadienne. Et à ce propos, je vous suis très reconnaissant de vos envois : votre bonne lettre m’avait mis en joie et c’était bien naturel ; mais ce n’a plus été de la joie, c’est devenu de l’enthousiasme, quand, huit jours après [...] j’ai trouvé, venant de Shawenegan, les deux grandes et belles feuilles géographiques de la province de Québec, le Canada ecclésiastique2, les Notes sur le Canada3 et la France et le Canada4 [...] Je vois dans Notes sur le Canada que vous avez encore comme sauvages dans votre province de Québec, des Hurons, des Algonquins, Iroquois, etc., au nombre d’environ 11,000. Jusqu’où faut-il donc pénétrer pour rencontrer ces citoyens-là, ces robustes enfants comme les appelle Paul de Cazes, l’auteur ? En avez-vous dans vos environs ? Je ne me l’imagine pas : ils doivent se trouver reculés, confinés dans d’immenses territoires non encore explorés.

  • 5 L’Ordo est une publication annuelle de l’évêché comportant le calendrier liturgique ainsi que le no (...)
  • 6 Véritable journal officiel de l’évêché, la Semaine religieuse du diocèse d’Evreux a été fondée en 1 (...)
  • 7 Le Patriote de Normandie est un quotidien monarchiste, de tendance autoritaire, lancé en 1882. Cf. (...)
  • 8 Le Petit Moniteur appartient au groupe du Moniteur et est vendu à 5 centimes. Connaissant de sérieu (...)
  • 9 Le Parti national est un hebdomadaire publié par Jules Brisson.
  • 10 La Gazette de France est le plus ancien des journaux français, puisque sa fondation remonte à 1631. (...)
  • 11 Le Courrier de l’Eure est un journal conservateur trihebdomadaire né en 1841. Imprimé à Evreux, il (...)
  • 12 Le Figaro est une des réussites de la presse de l’époque. Le journal de Villemessant est quotidien (...)
  • 13 La Revue politique et littéraire est née en 1871 de la Revue des cours littéraires créée en 1863 po (...)
  • 14 Le Journal illustré est un hebdomadaire publié depuis 1863 par le Petit Journal. Ibidem, pp. 220-22 (...)
  • 15 Les Annales politiques et littéraires furent fondées par Jules Brisson en août 1883. Elles s’inspir (...)

2Je constate, par votre plan de Shawenegan, qu’il y a encore toute une partie inculte « montagne des Laurentides », qu’est-ce qu’on fera jamais de ces terrains-là ? Rien sans doute. Il doit y avoir longtemps de la neige par-là, plus longtemps qu’ailleurs. Ici nous ne sommes pas dans le comté de Saint-Maurice ; dans notre riante vallée d’Eure, nous avons bien 4 ou 5 paroisses ou églises dans une lieue carrée. En plaine, elles sont un peu moins rapprochées, vous le constaterez peut-être, si toutefois vous pouvez vous y reconnaître, sur la seule carte d’état-major, que je vous ai expédiée, ces jours derniers, en même temps qu’une autre petite feuille, donnant postes et chemins de fer dans l’Eure, et un vieil Ordo5 de 1886 que j’avais sous la main et qui vous donne la liste des prêtres du diocèse d’Evreux avec leurs paroisses. Et que je dise de suite ce que j’ai à vous dire de ce côté-là : je vous envoyais en même temps, c’était lundi dernier, 22, deux numéros de la Semaine religieuse6 feuille que nous trouvons assez souvent fort peu intéressante ; il en sera sans aucun doute de même pour vous ; comme j’ai, en ce moment du moins, à ma disposition le Patriote de Normandie7, je vous l’expédie [...] Je suis, pour ma part, comme journaux quotidiens, abonné au Petit moniteur8 et au Parti national9, quand, mes parents et moi, nous avons lu le Petit Moniteur, je le fais passer à des voisins du presbytère, c’est pourquoi je vous envoyais ce matin quelques numéros vieux déjà de quelques jours. Je peux en outre, comme lecture dans ce genre là, mais lecture promptement faite, voir la Gazette de France10, le Courrier de l’Eure11, le Figaro12 ; je reçois, en outre, chaque semaine, la Revue littéraire13, la Revue scientifique, le Journal illustré14, les Annales politiques et littéraires15 que sais-je encore ? Beaucoup trop de choses, en somme, pour ma maigre bourse de curé de Chambray [...] Vous me ferez grand plaisir en m’expédiant quelquefois, si vous le pouvez, les journaux de votre cher Canada dont vous n’aurez que faire et autant en me demandant quelque nouveauté, revue ou livre, n’y manquez pas [...]

3Vous me dites que votre population de 1300 vous fournit 3500 à 4000 F. de revenu : ce doit être magnifique, quoique vous ayez le ministère de votre bon frère rétribué sur cette somme, et aussi l’obligation pour le desservice de votre vaste pays, d’avoir chevaux et voitures et tout le reste. Je crois assez aisément que la vie matérielle ne doit point coûter très cher là-bas : vous me donnerez des détails, n’est-ce pas, à ce sujet. Vous avez, sans doute, de grandes dépendances où vous vous payez magnifique basse-cour, et le pain ? et la viande ? et la manière de vivre ? Quelle est-elle à Shawenegan, et qu’est-ce qu’on boit ? Est-ce du bon cidre de Normandie, du vin de Champagne, ou de la Pale-ale ou de la bière indigène ? Comme il est curieux ce curé de Chambray ! Il veut tout connaître, ce qui se fait chez lui et ce qui se passe chez les autres ! [...].

  • 16 Les annexes sont des communes trop peu peuplées pour être érigées en paroisse, et rattachées à une (...)
  • 17 Un desservice est une paroisse indépendante mais qui, faute de prêtres assez nombreux, est « desser (...)
  • 18 Conformément au concordat de 1801 le desservant de Chambray et de Fontaine-sous-Jouy reçoit un trai (...)
  • 19 Les honoraires de messes sont versés par les personnes qui demandent une messe selon un tarif fixé (...)
  • 20 Une lieue équivaut à 4 kilomètres. La Croix-Saint-Leufroy, qui eut une abbaye détruite lors de la R (...)
  • 21 La ligne de chemin de fer allant de Dreux à Louviers en passant par Chambray et La Croix-Saint-Leuf (...)

4Pour ce qui me concerne, voici : j’ai, confiées à mes soins de jeune pasteur, environ 1100 âmes : Chambray avec les petites communes de Sainte-Colombe et de Rouvray comme annexes16, c’est-à-dire réunies au culte, et Fontaine-sous-Jouy, paroisse voisine, sans curé, et dont j’ai le desservice17 ; vous pouvez voir cela en l’Ordo. On m’a envoyé là en 1880 et j’y suis en compagnie de mes chers parents, sans songer à en déguerpir de sitôt. Ici, les curés, cependant, un bon nombre du moins, changent assez souvent de résidence : en est-il de même chez-vous ? Ici, j’ai comme revenus de l’Etat 1000 F. pour Chambray, 200 F. pour Fontaine, total : 1200 F.18, environ 500 F. pour honoraires de messe et peut-être 500 ou 600 F. de casuel19, d’où, en moyenne 2300 à 2500 ou plus ou moins. C’est jugé passablement rétribué ; mon père, qui a soixante ans, travaille de temps en temps, d’où petit supplément. Avec cela 200 F. environ de petit revenu rapporté par la location de notre mince propriété au pays natal, Bémécourt, près Breteuil-sur-Iton. Nous vivons comme vous, assez confortablement, sans pouvoir se dire aujourd’hui : demain il me plaît de filer au Canada, je vais y aller. Un peu de patience, par conséquent, et vivons d’espoir en attendant mieux. De Chambray à mon église de Fontaine, il me faut seulement 20 minutes de marche, c’est un plaisir, quoique je ne trouve plus plaisant du tout d’y aller le dimanche chanter une première messe avec prône, pour revenir à 10 1/2 heures en célébrer une seconde à Chambray. Comme curés voisins j’en ai tant aux alentours, moins pourtant qu’il y en aurait, s’il n’y avait pas aujourd’hui, dans notre diocèse entre autres, tant de paroisses sans curés. J’en vois surtout deux ou trois assez fréquemment entre autres, le curé de La Croix-Saint-Leufroy ; sa paroisse est à deux lieues20 de la mienne ; mais comme la ligne du chemin de fer passe à Chambray, à 300 mètres derrière le presbytère et que nous y avons une gare21, je m’embarque, et dans dix minutes, je me trouve transporté chez ce brave compère de La Croix.

  • 22 L’évêque d’Evreux, comme la plupart des responsables de diocèse, avait institué chaque année une re (...)

5Mais je continue de suivre votre lettre : de quelle façon vous cabanez-vous quand il fait froid ? En êtes-vous réduits à vous réchauffer les mollets du matin au soir et à sortir le moins possible ? et alors seulement bien bottés, bien fourrés, une bonne pipe à la bouche, à cheval ou en traîneau ? [...] Pour vous rendre de Shawenegan, par exemple, chez quelqu’un de vos bons voisins, avez-vous de bonnes routes bien fermes, comme nous en avons ici ? Et pour aller aux Trois-Rivières, y-a-t-il communication par voie d’eau sur le Saint-Maurice ? Le trajet est-il facile ? Chez nous, avec belles routes et voies ferrées à profusion, des gares-stations qui ne sont qu’à une lieue de distance, quelquefois moins, les unes des autres, on n’est pas à plaindre ; beaucoup de curés, même, ne se contentent pas de ces facilités et se paient cheval et voiture, mais cela surtout en plaine où les lignes de chemin de fer sont naturellement clairsemées. Notre vallée est magnifique de verdure et de pittoresque, plus belle quoique moins grandiose que la vallée de la Seine qu’on trouve à deux ou trois lieues d’ici. Vous devez être en vallée aussi ! et je m’imagine vos terrains de Shawenegan assez mamelonnés, vu la quantité de ruisseaux ou rivières qui l’arrosent ; est-ce que je me trompe ? [...] Lundi prochain, beaucoup de curés du diocèse, et je serai du nombre, se rendent à Evreux, pour y faire leur retraite pastorale22

Notes

1 Pacy-sur-Eure, chef-lieu de canton, était à 8 kilomètres au sud-est de Chambray.

2 Le Canada ecclésiastique remplaça en 1887 l’Almanach ecclésiastique comme revue annuelle destinée à informer sur les diocèses, les paroisses, les communautés religieuses et le clergé dont elle fournissait les noms et publiait les statistiques.

3 Ouvrage de Paul-Marie de Cazes (1841-1913), le second fils de Charles de Cazes, un émigrant breton arrivé à Québec en 1854 et qui fit carrière politique. Paul pratiqua le droit à Saint-Hyacinthe. Il fut également journaliste avant d’occuper le poste de secrétaire au ministère de l’Instruction publique en 1880. C’est d’ailleurs cette année-là qu’il publia Notes sur le Canada (troisième édition en 1884, intitulée Le petit manuel canadien (« Notes sur le Canada » augmentées) où il dressait un tableau économique et social du Canada. Paul de Cazes publia divers autres travaux et fut nommé membre de la Société royale du Canada. Après sa retraite il retourna en France. Cf. Andrée Désilets, « Charles de Cazes », Dictionnaire biographique du Canada, IX, 1861-1870, p. 132-133.

4 Il pourrait s’agir de la publication des discours prononcés le 18 novembre 1880 lors d’un banquet en l’honneur de trois hommes d’affaires français, MM. de Molinari, Thors et de Lalonde. La France et le Canada français, La Minerve, 1880, 60 p.

5 L’Ordo est une publication annuelle de l’évêché comportant le calendrier liturgique ainsi que le nom des prêtres du diocèse avec leurs dates de naissance et d’ordination et leurs affectations successives.

6 Véritable journal officiel de l’évêché, la Semaine religieuse du diocèse d’Evreux a été fondée en 1870 par le chanoine Odieuvre qui la dirigea jusqu’à sa mort en 1913. Chaque diocèse se dote de cette publication au cours du dernier tiers du XIXe siècle. Cf. Emile Poulat, Les « Semaines religieuses », approche socio-historique et bibliographique des Bulletins diocésains français. Lyon, 1973.

7 Le Patriote de Normandie est un quotidien monarchiste, de tendance autoritaire, lancé en 1882. Cf. Paul Mansire, « La presse quotidienne et hebdomadaire de la Seine-inférieure sous la Troisième République (de 1871 à 1939) », Etudes Normandes, 1965, p. 151.

8 Le Petit Moniteur appartient au groupe du Moniteur et est vendu à 5 centimes. Connaissant de sérieuses difficultés, il essaie de garder sa clientèle en publiant de nombreux feuilletons.

9 Le Parti national est un hebdomadaire publié par Jules Brisson.

10 La Gazette de France est le plus ancien des journaux français, puisque sa fondation remonte à 1631. Dirigée par Janicot, la Gazette est monarchiste. Cf. Histoire générale de la presse, op. cit., p. 320.

11 Le Courrier de l’Eure est un journal conservateur trihebdomadaire né en 1841. Imprimé à Evreux, il tire à 1 800 exemplaires en 1888. Il deviendra quotidien de septembre 1888 à 1895. Cf. Claude Cornu, Elections et vie politique dans l’Eure de 1848 à 1914. Thèse de doctorat de troisième cycle, Université de Rouen, 1986, p. 316.

12 Le Figaro est une des réussites de la presse de l’époque. Le journal de Villemessant est quotidien depuis 1866. Il est de tendance conservatrice. Il finira par se rallier sans enthousiasme à la République. Cf. Histoire générale de la presse, op. cit., pp. 194-197.

13 La Revue politique et littéraire est née en 1871 de la Revue des cours littéraires créée en 1863 pour publier les cours du Collège de France. Parfois appelée Revue bleue pour la distinguer de la Revue scientifique ou Revue rose, apparue dans les mêmes conditions. Ibidem, p. 393.

14 Le Journal illustré est un hebdomadaire publié depuis 1863 par le Petit Journal. Ibidem, pp. 220-222.

15 Les Annales politiques et littéraires furent fondées par Jules Brisson en août 1883. Elles s’inspirent de la Revue bleue mais s’adressent à un public moins averti.

16 Les annexes sont des communes trop peu peuplées pour être érigées en paroisse, et rattachées à une paroisse voisine plus importante. Ainsi Rouvray avait, en 1895, 55 habitants et Sainte-Colombe 147 ; Chambray pour sa part en comptait 369.

17 Un desservice est une paroisse indépendante mais qui, faute de prêtres assez nombreux, est « desservie » par le prêtre responsable de la paroisse voisine.

18 Conformément au concordat de 1801 le desservant de Chambray et de Fontaine-sous-Jouy reçoit un traitement de l’Etat. A propos du statut du prêtre et de son traitement, cf. Marcel Launay, Le bon prêtre. Le clergé rural au XIXe siècle. Aubier, 1986, pp. 92-109.

19 Les honoraires de messes sont versés par les personnes qui demandent une messe selon un tarif fixé par l’évêque. Quant au casuel, il rassemble les sommes versées par les familles lors des baptêmes, mariages et enterrements. Là aussi un tarif a été fixé par l’évêque. Mais nous verrons plus loin que souvent Vital Bellemare n’ose pas l’appliquer et demande moins.

20 Une lieue équivaut à 4 kilomètres. La Croix-Saint-Leufroy, qui eut une abbaye détruite lors de la Révolution, se trouve dans la vallée de l’Eure, au nord-ouest de Chambray.

21 La ligne de chemin de fer allant de Dreux à Louviers en passant par Chambray et La Croix-Saint-Leufroy fut décidée par le décret du 1er mai 1869. Cf. Claude Cornu, op. cit., p. 160.

22 L’évêque d’Evreux, comme la plupart des responsables de diocèse, avait institué chaque année une retraite pastorale pour son clergé, afin de permettre aux prêtres de consacrer deux jours à la prière et à la méditation avec l’aide d’un prédicateur.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search