Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 29 juillet, 1887

Texte intégral

1[...] Assez parlé de température. Ici, nous portons continuellement la soutane longue, absolument comme chez vous, et nous voyageons à travers la province de Québec en habit ecclésiastique ; mais dès que nous en franchissons les lignes, nous laissons cet habit pour le séculier. Depuis que je suis prêtre (19 ans) je n’ai été obligé de laisser la soutane pour voyager qu’une fois. J’étais allé voir l’aînée de mes sœurs, supérieure au Couvent de Charlottetown, dans l’Ile-du-Prince-Edouard, dans le golfe Saint-Laurent. Je porte la barbe, mais ce n’est pas dans nos coutumes canadiennes, mon évêque me l’a permis, à cause d’une affection au menton qui pourrait devenir cancéreuse, si le rasoir, deux ou trois fois la semaine, irritait cette partie malade. Je demeure continuellement dans ma paroisse de Shawenegan (prononcez « Chawinigane, ») j’ai un bon presbytère de 45 pieds par 36 (15 mètres par 12) à un étage et mansardes. Nous avons ici une assez belle église en pierre, de 130 pieds par 50, avec sacristie de 36 sur 30. J’ai fait terminer notre église en 1883 pour le prix de $ 10,000 (50,000 francs). La maçonne avait coûté autant.

  • 1 Voir Introduction, p. 13.
  • 2 Les paroisses du diocèse étaient réparties en trois classes. Cette hiérarchie reposait principaleme (...)
  • 3 Suppléant à la pauvreté, les curés, ainsi que le faisait Charles Bellemare, supportaient en tout ou (...)

2Je vous envoie un petit plan de la paroisse. Ici, il y a village autour de l’église et le territoire de la paroisse qui est assez considérable : 2 1/3 lieues par 2 lieues (9 kilomètres par 8) est divisé en rangs1 ou concessions où demeurent nos habitants (cultivateurs) sur leurs propriétés, d’une superficie moyenne de 100 arpents (25 à 26 hectares) et ces habitants paient pour le soutien de leurs pasteurs la dîme (la 26e partie) de tous les grains qu’ils récoltent, et à leur louange, je dois dire qu’ils sont d’une exactitude scrupuleuse dans l’accomplissement de ce devoir. Nos revenus, naturellement, varient suivant la grandeur et la richesse de la localité. Ici, paroisse de deuxième classe2, la moyenne de $ 600 (3,000 F) comme revenu de dîme et de $ 100 à $ 150 (500 à 750 F) comme revenu de casuel. Avec un pareil revenu nous vivons à l’aise, mais ne pouvons faire d’épargne : l’entretien de nos presbytères est un peu dispendieux, le cheval commence à ronger le bénéfice, les domestiques et les enfants aux études3, avec la dépense de la cuisine, prennent le reste, de sorte qu’on arrive à la fin de l’année capable d’équilibrer la recette avec la dépense, mais dans l’impossibilité de nous donner le plaisir d’un voyage en Europe [...].

Notes

1 Voir Introduction, p. 13.

2 Les paroisses du diocèse étaient réparties en trois classes. Cette hiérarchie reposait principalement sur la taille des revenus.

3 Suppléant à la pauvreté, les curés, ainsi que le faisait Charles Bellemare, supportaient en tout ou en partie les coûts de la formation au petit séminaire, d’un ou de plusieurs enfants de la paroisse. On peut penser que le recrutement sacerdotal doit beaucoup à cette assistance financière.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search