Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Chambray-sur-Eure, ce 2 juillet 1887

Texte intégral

1Mon bon cousin,

2II faut tout d’abord que je vous demande pardon : car très probablement, en ce moment où je vous écris cette lettre, vous vous demandez quel est cet impoli et malotru du Diocèse d’Evreux à qui vous avez daigné écrire et répondre et même envoyer votre photographie et qui, lui, met tant de temps pour vous remercier de tout cela. Mais, je vous en prie, ne vous fâchez pas trop vivement et mettez ce retard, non sur le compte de mon mauvais vouloir, mais sur toutes sortes de circonstances malencontreuses. Entre autres, en voici une qui me fera, je l’espère, regagner vos bonnes grâces, si déjà vous étiez tenté de me les retirer. Depuis que je vous ai griffonné une première lettre, j’ai écrit, je suis allé à ce qu’on appelle des informations au sujet de vos vieux grands-pères, de ce village qui se nommait « Bellemare, des Gélinas-Bellemare ».

3Savez-vous jusqu’à présent quel est le résultat de mon enquête ? C’est triste à dire, sinon honteux : Rien ! [...] A défaut d’autres petits cousins, vous le voyez, je me paie le plaisir, ou j’usurpe l’honneur de prendre ce titre, et le très hardi curé de Chambray-sur-Eure vous appelle « mon bon cousin ». Si cette appellation tient tant soit peu du badinage, il y en a une, je l’espère beaucoup, dont je pourrai me servir avec vérité, c’est quand je vous appellerai : « mon Cher ami », « Cher frère », si vous voulez et comme vous me le disiez dans votre première lettre, parce que l’un et l’autre nous sommes prêtres ; et « Cher ami » parce que d’abord vous êtes un bon et franc Canadien, un vieux Français, et parce qu’ensuite, j’espère aussi que nous ne nous en tiendrons pas là en fait de correspondance : nous continuerons à converser amicalement sur toutes sortes de sujets, à défaut de celui de parenté [...] Mille fois merci de votre bonne attention en joignant à votre seconde lettre votre photographie : à la bonne heure, voilà ce que j’aime et vous avez dû comprendre qu’on connaît à moitié celui dont on connaît déjà la figure : on devient, tout de suite, moins étranger l’un pour l’autre, on sait avec qui l’on converse : moi, c’est avec un bon barbu, tête énergique, figure ouverte et franche, yeux bien vivants, que depuis la réception de votre bonne lettre, j’ai là, devant moi, pendant que je vous écris, sur ma table de travail [...].

  • 1 Le Journal des Villes et des Campagnes est catholique, légitimiste et ultramontain. Il devint dans (...)

4Je vous envoie la mienne. C’est presque ma tête, me dit-on ; ça vous donnera quelque idée du personnage [...] Quel âge lui donnerez-vous à ce curé de Chambray ? Je vous l’avoue bien, pour ce qui me concerne, j’ai été plus satisfait de vous trouver jeune, assez jeune, que si j’avais reçu la tête chenue d’un bon vieux à barbe blanche. J’aurais eu pour celle-ci beaucoup de respect, mais j’ai naturellement pour celle-là plus de sympathie et me sens plus en confiance. J’espère bien que vous ne me donnerez pas, non plus, soixante ans [...] je n’en ai que trente-deux [...] Vous pouvez facilement, je suppose, du Canada, vous procurer tout ce qui concerne le clergé français, ou la France sous n’importe quel rapport. Vous me disiez, dans votre première lettre, que vous vous étiez procuré l'Annuaire du Clergé français par l’entremise du gérant des Villes et Campagnes. J’ai correspondu avec ce Mr Lévêque tout dernièrement, qui s’est empressé de m’expédier aussi ce même volume : peut-être recevez-vous là-bas le journal Le Français ou La Défense1 dont il est également le gérant : en ce cas vous n’êtes pas sans avoir de nouvelles de la France en bon Canadien que vous êtes [...] Je me demandais quels livres, ou quel journal ou quelle revue je pourrais vous expédier là-bas, qui vous serait utile ou au moins agréable, quel service intellectuel d’ami je pourrais vous rendre : j’ai bien là, sur ma table, un tas de revues et de journaux ou de bouquins, car malheureusement pour ma petite bourse de petit curé de campagne, je suis abonné à tout cela, ce qui mange de l’argent. J’ai là, entre autres la figure de la reine Victoria, le dessin du grand défilé officiel qui a eu lieu, l’autre jour, à Londres, au cinquantenaire de la reine ; mais, sans doute, vous aurez eu, officiellement ou autrement, des réjouissances ce jour-là. Sans doute, vous avez sous la main, venant de France ou d’ailleurs, toutes sortes de journaux et de livres qui vous mettent complètement au courant de ce qui se passe dans notre Europe et en particulier chez nous. Vous me direz cela avec bien d’autres choses sur votre prochaine lettre.

  • 2 Le chemin de fer Intercolonial reliait déjà Montréal et Halifax depuis 1876.

5Je n’avais jamais tant étudié la carte et géographie du Canada, de votre région du moins, depuis que je suis en relations obligeantes et amicales avec le bon curé de Shawenegan. Je m’y plonge et m’y replonge. J’ai lu déjà, depuis peu, nombre d’articles sur ce pays trop loin du mien ; je sais d’une façon précise que, ma pendule en ce moment marquant 4 heures, il n’est encore que onze heures du matin à Shawenegan. Je sais aussi que si vous avez 3 ou 4 mois de grandes chaleurs, vous avez également, et ceci ne serait guère de mon goût, de longs mois d’un hiver rigoureux. Combien, 10, 20 degrés de froid ? brrr ! ! ! je sais que le Saint-Laurent se congèle et qu’alors, par voie d’eau, les relations commerciales sont interrompues : et il paraît, je lisais ça l’autre jour, que des Allemands ont constitué une société pour l’exploration de grande mines de fer, je crois, je ne sais dans quelle région : d’où l’herbe coupée sous le pied des négociants et ingénieurs français, trop lents pour les bonnes aubaines : et l’aubaine, paraît-il, en cette circonstance, serait de mettre, pour les mois d’hiver et vu leur commerce à ces Allemands, Halifax en rapport avec Montréal, par voie de terre2 [...]

  • 3 Cf. Louis Trichet, Le costume du clergé. Ses origines et son évolution en France d’après les règlem (...)
  • 4 La princesse Georges de Croÿ, née Marie de Dufort-Civrac de Lorge, n’est pas la petite-fille mais l (...)

6Y fait-il bien chaud, en ce moment ? Chez nous, aujourd’hui, à 4 heures de l’après-midi 27 à 28 degrés de chaleur, ça mord, mais j’aime mieux cela que la glace du Saint-Laurent ; ces jours derniers, on n’avait que 15 à 20 degrés, en plein midi s’entend. Du reste, je distingue sous votre soutane, ou votre lévite, un gros tricot qui m’indique bien autre chose qu’une chaleur de tropique, et ce que c’est que la lévite3 (ce que nous appelons ainsi, du moins) que vous portez comme habit ecclésiastique. Il y a trois ans, je me suis risqué, en allant par mer, de Dieppe à Newhaven, puis de là à Londres, à voyager en soutane longue telle qu’on la porte chez nous ; je ne suis resté, cette fois là, que 3 heures à Londres, dans cet accoutrement-là. Je crois, qu’à la fin, tant tous ces Londonnais avaient l’air surpris, un policeman de Victoria serait venu me prier de m’habiller comme tout le monde. L’année dernière, j’ai recommencé avec un bon compagnon ce petit voyage : j’ai compris et subi l’usage anglais et personne alors ne m’a regardé, c’est là ce que je désirais. Je pourrais, du reste vous reparler de ces petites promenades hors de France que je faisais alors, comme une sorte de préparation à quelque autre grande course. Avec un peu de temps, de liberté et d’argent, votre serviteur serait assez friand de ces bonnes équipées sur terre et sur mer : qui sait, une année ou l’autre, je pourrai peutêtre aller faire mon petit tour aux Etats-Unis, prendre le Transatlantique au Havre, filer à New York en 8 jours, voir le Niagara, les vastes contrées de là-bas et qui sait encore, pousser jusqu’à Montréal et Shawenegan ou je présenterais mes respects à M. le Curé et à sa bonne famille : voilà le rêve ; jusqu’à ce qu’il se réalise [...] J’ai déjà beaucoup parlé de vous avec mes bons parents et avec ma bonne châtelaine, une vraie sainte dame qui s’appelle la Princesse de Croÿ ; la petite fille de cette Madame de Tourzel qui était la gouvernante des enfants de Louis XVI4 ; j’aurai l’occasion de vous rebavarder de tout cela et de bien d’autres choses encore.

7P.S. Etes-vous curé résidant, toujours à Shawenegan ? Quelles sortes de paroisse a-t-on là-bas ? Pourriez-vous aisément m’expédier quelque annuaire du clergé canadien, ou du moins de votre diocèse, quelque carte très détaillée de votre région ? Je colle au plus vite, et à tort et à travers, trois timbres sur ma lettre.

Notes

1 Le Journal des Villes et des Campagnes est catholique, légitimiste et ultramontain. Il devint dans les débuts de la Troisième République « un satellite trihebdomadaire du Français ». Ce dernier, lancé en août 1868 était un « journal catholique, conservateur, libéral ». D’un faible tirage (4 700 exemplaires en 1880), il fut absorbé par le Moniteur universel en novembre 1887. Quant à la Défense sociale et religieuse, elle naquit en mai 1876 à l’initiative de Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, et est « à l’origine d’un renouveau de la presse catholique ». N’atteignant jamais les 5 000 abonnés, elle dut fusionner, en 1879, avec le Français, les deux feuilles conservant chacune leur autonomie. Pour l’étude de la presse, voir l’ouvragé collectif de Claude Bellenger, Jacques Godechot, Pierre Guiral, François Terrou et Pierre Albert, Histoire générale de la presse française, P.U.F., 1972, tome III (période 1871-1940).

2 Le chemin de fer Intercolonial reliait déjà Montréal et Halifax depuis 1876.

3 Cf. Louis Trichet, Le costume du clergé. Ses origines et son évolution en France d’après les règlements de l’Eglise. Cerf, 1986, pp. 129-186.

4 La princesse Georges de Croÿ, née Marie de Dufort-Civrac de Lorge, n’est pas la petite-fille mais l’arrière-petite-fille de Madame de Tourzel. Cette dernière, née Louise-Elisabeth de Croÿ-d’Havré (1749-1832) avait épousé Louis-François de Bouchet de Sourches, marquis de Tourzel (1744-1786) avant de devenir gouvernante des enfants de Louis XVI, Madame Royale et le petit dauphin, partageant avec eux l’emprisonnement au Temple. Sous la Restauration, elle fut faite duchesse de Tourzel et reçut à Chambray, en 1826, la visite de la fille de Louis XVI devenue duchesse d’Angoulême. Les Mémoires de la duchesse de Tourzel, qui couvrent la période 1789-1795, ont été publiées dans la collection « Le temps retrouvé » (Mercure de France), introduction et notes de Jean Chalon. Réédition en 1986.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search