Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Correspondance de Charles et Vital Bellemare

Shawenegan, 18 avril 1887

Texte intégral

1Monsieur l’Abbé,

2J’ai eu l’avantage de me procurer, par l’entremise de Mr Lévêque, du Journal des Villes et Campagnes, de Paris, la France ecclésiastique, pour l’année 1887, et je trouve à la page 358 qu’à Chambray, dans le diocèse d’Evreux, c’est un Monsieur Bellemare qui est le curé de cette localité. Portant le même nom que moi, vous jugez facilement de ma joie et je m’empresse de vous écrire afin de savoir si votre famille et la mienne n’auraient pas quelques liens de parenté, liens éloignés il est vrai, mais de parenté tout de même.

3Mon ancêtre est émigré au Canada dans la seconde moitié du XVIIe siècle, vers 1660, venant de la ville de Saintes ou des environs.

4J’ai vu sur une vieille carte du XVIIe siècle que dans les environs de Saintes, il y avait un village portant le nom de Bellemare. Serait-ce le lieu originaire de notre famille ? Je n’ai pu malgré mes recherches m’en assurer. Un dictionnaire du commencement du XIXe siècle donne aussi un village du nom de Belle-Mare situé à une douzaine de lieues de Rouen, ce bourg étant donné comme chef-lieu de canton. Je ne vois rien cependant dans mes papiers de famille qui nous rattache à la Normandie. Le nom seul m’a intrigué.

5Ici dans la Province de Québec, au diocèse des Trois-Rivières, la famille Bellemare est très répandue, et j’oserais dire que dans ma paroisse et celles qui l’entourent il y a au moins 150 chefs de famille portant ce nom.

6[...] Malgré les 200 ans qui nous séparent de la France, l’ancienne Mère Patrie est toujours vivante dans nos souvenirs et dans nos cœurs. C’est pour cela que voyant votre nom comme curé français je me suis réjoui, d’abord parce que vous étiez mon homonyme et ensuite parce que vous étiez prêtre.

7J’ai lu avec beaucoup d’intérêt la nomenclature des curés du diocèse d’Evreux. Vraiment je me croyais être en plein Canada. La plupart de ces nom sont familiers ici : en effet, les Morin, les Gendron, les Lefebvre, les Langlois, les Cormier, Deshayes, Héroux, Robillard, Fortin, Normand, Clément, sont les noms de mes paroissiens ou de ceux des paroisses voisines.

8N’est-ce pas que Messieurs les curés du diocèse d’Evreux portant ces noms seront surpris de savoir qu’ils ont des petits cousins dans le diocèse des Trois-Rivières, au Canada ?

9Soyez donc assez bon, mon cher Monsieur Bellemare, de me dire de quel canton de France votre famille est originaire ? Votre famille est-elle nombreuse ? Y-a-t-il d’autres prêtres portant notre nom ? etc, etc,. En un mot, tous les renseignements que vous jugerez me donner seront reçus avec la plus grande reconnaissance. C’est pure affaire de curiosité, me direz-vous, mais enfin, cette curiosité je la crois légitime [...]

10En attendant une réponse que j’espère de votre bonté, je vous prie d’agréer mes cordiales salutations et de croire à la haute considération avec laquelle je suis votre frère en J.-C., certainement par nos aïeux je l’espère.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search