Version classiqueVersion mobile

La Normandie et le Québec vus du presbytère

 | 
Vital Bellemare
, 
Charles Bellemare

Introduction

Texte intégral

1Le XIXe siècle fut le siècle de la correspondance. Que de lettres échangées entre amis, entre conjoints, entre parents et enfants... et souvent conservées comme le plus précieux des souvenirs ! S’il n’est pas rare de retrouver — encore aujourd’hui — dans des bibliothèques familiales de ces feuillets jaunis par le temps, beaucoup plus exceptionnelle est la découverte, au séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières, de huit volumes reliés renfermant la correspondance échangée — par-delà l’océan — par deux prêtres, un Québécois de la région de Trois-Rivières, le curé de Saint-Boniface-de-Shawinigan, et un Normand de Chambray-sur-Eure, petit village situé entre Vernon et Pacy. Tous deux s’appelaient Bellemare, et cette homonymie où ils se plaisaient à voir un lointain cousinage, en dépit du démenti apporté par les recherches généalogiques, allait tisser entre eux des liens très forts, malgré la distance qui les séparait.

Une correspondance franco-québécoise

2Animé du désir de dresser sa généalogie, Charles Bellemare, curé de Saint-Boniface-de-Shawinigan, recherche un homonyme dans un annuaire du clergé français ; il y repère Vital Bellemare, desservant de la paroisse normande de Chambray. S’interrogeant sur leur commune origine, il lui écrit en avril 1887 pour s’informer sur un village du nom de Belle-Mare. Ainsi commence un échange de lettres qui allait durer pas moins de douze ans. Une profonde amitié, démonstrative ainsi que la chaleur épistolaire le donne à lire, succède rapidement aux liens de sympathie qui s’étaient créés naturellement entre les deux « cousins ». Lointaine d’abord, cette amitié est consolidée par la visite de Charles à son ami chambraisien, en 1896.

3Entre 1887 et 1899 pas moins de 157 lettres, 79 de Charles et 78 de Vital, traversent l’Atlantique, mettant entre 12 et 17 jours à parvenir au destinataire. Evidemment le rythme des envois varie au cours des années. La nouveauté, la curiosité, le flot de nouvelles et d’informations donnent raison et occasion à 45 lettres pendant les 32 premiers mois. Plusieurs d’entre elles s’étendent sur 20 pages. Le rythme chute ensuite à une lettre par mois, exception faite cependant de l’année 1893, au cours de laquelle Vital Bellemare annonce, puis doit annuler son voyage au Canada. Trois ans plus tard, alors que la cadence des échanges paraît baisser, Charles, à son tour, prépare sa visite. Cela injecte une nouvelle vigueur à la correspondance qui, visiblement, s’essouffle. La rencontre des deux amis paraît avoir enlevé quelque attrait à l’écriture, puisque leurs échanges se font plus rares par la suite. Leur amitié dure cependant plus longtemps. Nous en avons pour preuve le testament de Charles Bellemare dans lequel il lègue, en 1911, « à son vieil ami Vital Bellemare, curé de Chambray, son chapelet en nacre de perles ».

4Dans leurs écrits, les deux « cousins » comparent leurs vies de prêtres, leurs familles, leurs ressources, leurs loisirs. Ils évoquent la population de leur paroisse, la situation politique, la presse, l’économie régionale, et surtout, bien sûr, la vie religieuse des populations qui leur sont confiées. C’est donc un document assez exceptionnel, une mine de renseignements sur la vie des deux régions. Le regard ethnographique que les curés jettent sur la société qui les entoure est, de plus, irremplaçable, la connaissance qu’ils en ont et leur facilité à en rendre compte ayant peu d’équivalent. Convenablement traité, c’est-à-dire en modernisant l’orthographe des mots et en corrigeant la ponctuation fantaisiste de Charles Bellemare qui avait transcrit toutes les lettres, les siennes et celles de Vital, le document mérite une plus large diffusion.

5Ecrites d’une plume alerte, ces lettres ont toujours un ton très humoristique : « mon nom de baptême est Vital, quel nom, hein ! » Mais Shawenegan (qu’il faut prononcer Shawinigan et que l’on a fini par écrire ainsi) et Yamachiche ont une curieuse consonnance pour une oreille normande peu habituée à fréquenter les Indiens. On plaisante volontiers à propos des différences de climat entre les deux pays : Charles, se plaignant d’une saison relativement douce et pluvieuse, la qualifie « d’hiver de Normandie » (28 janvier 1892), tandis que Vital, effrayé par les températures de janvier au Québec, interroge : « de quelle façon vous cabanez-vous ?... En êtes-vous réduit à vous réchauffer les mollets du matin au soir et à sortir le moins possible ? » Si l’hiver se fait trop rigoureux dans la vallée de l’Eure et suscite les gémissements de Vital, Charles s’en amuse et accuse les Normands « d’imprévoyance » : « si vous voyez nos Canadiens comme ils sont enveloppés... » (31 décembre 1890). Lorsque Vital découvre que son « cousin » goûte rarement au vin et à l’alcool, il se répand en imprécations : « O misère ! O privation ! Ils boivent de l’eau ! ! ».

6La rédaction de ces lettres devient le loisir préféré de nos deux complices qui, venant à peine de mettre une missive à la poste, attendent avec impatience la réponse. « Une lecture de vos bonnes et longues lettres ça dure une grande heure » écrit Vital ; ce plaisir est d’ailleurs prolongé par une nouvelle lecture destinée à ses parents, une autre à sa châtelaine, la princesse de Croÿ, une autre encore aux curés des paroisses voisines. Même satisfaction à Shawinigan au passage du facteur : « je suis seul à l’arrivée de (votre) charmante missive... Je dépose sur ma table toutes ces lettres et tous ces paquets ; j’allume ma lampe et j’oublie le Canada pour être tout à la Normandie » (26 avril 1889). Emporté par l’enthousiasme, Vital écrit même un jour : « mon cœur est celui d’un Canadien maintenant... et mes parents vous aiment mieux et plus déjà que bien d’autres cousins moins éloignés de distance et de parenté » (8 octobre 1887).

7Cette sympathie est certainement facilitée par le mouvement général de curiosité qui, dans ces années, pousse au rapprochement franco-québécois. Si les relations qui se nouent entre le Québec et la France en 1855 ont abusivement été qualifiées de « redécouverte », elles revêtent tout de même un caractère exceptionnel car, pour la première fois depuis la Conquête, un vaisseau de guerre français, La Capricieuse, remonta le Saint-Laurent pour y apporter le souhait officiel de collaboration de la France. L’événement suscita un tel enthousiasme qu’il fut perçu comme une redécouverte, bien que les relations culturelles avec la France n’aient jamais été interrompues, pas même durant la Révolution ou les guerres napoléoniennes. La signature de l’alliance anglo-française de 1854 avait rendu possible cette mission commerciale et culturelle que l’empereur Napoléon III confia au capitaine Henri de Belvèze. Il lui demanda notamment de rétablir l’influence française « dans la colonie si pleine encore de sympathies pour la France ». C’était l’année de l’exposition universelle de Paris où le Canada avait fait abondamment parler de lui, en particulier par quelques livres, dont Le Canada reconquis par la France de J.-G. Barthe, plaidoyer sans équivoque sur l’attachement des Canadiens français à l’ancienne mère patrie.

  • 1 Pierre Savard, Le consulat général de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1914. Presses de l’un (...)

8La « croisière » de La Capricieuse prépara la venue quatre ans plus tard d’un consul français à Québec1. Son établissement officialisa des échanges permanents et contribua à entretenir au Québec un enthousiasme continuellement renouvelé, bien que les élites d’allégeance conservatrice manifestent toujours une certaine prévention contre la France républicaine. Cela explique qu’en 1890, le clergé québécois ait organisé un accueil triomphal au comte de Paris, prétendant au trône de France, qui avait été banni de son pays. Il faut lire, au sujet de cette visite, les quelques belles pages empreintes d’émotions que le curé Bellemare nous livre.

9En 1882, la collaboration franco-québécoise s’enrichit de la nomination d’un agent commercial du Québec à Paris, le sénateur et journaliste Hector Fabre, qui occupa simultanément le poste de commissaire canadien. Il avait pour principale tâche de faire connaître le Canada aux investisseurs et aux immigrants. Fabre fonda dans ce but le journal Paris-Canada qui parut de 1884 à 1914. Sa nomination faisait suite aux premiers échanges économiques entre les deux pays, soit la fondation du Crédit foncier franco-canadien, en 1880, et la négociation l’année suivante d’un emprunt (sur la place de Paris) de quatre millions de dollars par le premier ministre Chapleau. Elle allait faciliter d’autres emprunts importants, en particulier ceux du premier ministre Mercier, qui suscita la fierté de ses compatriotes en étant reçu comme chef d’Etat à l’Elysée et promu commandeur de la Légion d’honneur.

  • 2 Gabriel Dussault, Le curé Labelle. Messianisme, utopie et colonisation au Québec, 1850-1900. Hurtub (...)

10Ces relations avec la France s’étendirent également à l’immigration que les élites canadiennes-françaises sollicitaient pour annuler les effets de l’exode vers les Etats-Unis. Ainsi le curé Labelle, prêtre colonisateur, sous-ministre de la colonisation sous le gouvernement Mercier, séjourna en France à plusieurs reprises pour organiser le recrutement2. Il a pu compter sur un réseau d’amis français à la tête duquel se trouvaient l’écrivain Edme Rameau de Saint-Père et le géographe Onésime Reclus. Rameau avait d’abord connu le Canada par des recherches en archives dont il publia les résultats dans La France aux colonies, avant de venir sur place, en 1860, pour visiter et étudier. Il conserva un attachement indéfectible pour ce petit peuple français et catholique, « peuple conquis, écrit-il, qui devient lui-même conquérant », chez qui il perçut une « force d’expansion... bien supérieure à celles des peuples qui (l’) entourent ». C’est en ce sens que le projet de Labelle d’orienter le peuplement vers le nord-ouest du Québec et du Canada et d’y ériger un Etat français intéressa Rameau et son ami le célèbre géographe, qui contribuèrent à mettre sur pied, à Paris, en 1885, la Société de colonisation du Témiscamingue. Le mouvement n’eut guère de succès car les Français émigraient peu, mais il entretint de chaque côté de l’Atlantique l’amitié et la solidarité de tous ceux qui, depuis l’épisode de La Capricieuse, à l’instar des Labelle, Rameau et Reclus, percevaient dans ces retrouvailles l’espoir utopique de la reconquête française.

  • 3 Semaine religieuse du diocèse d’Evreux, 30 janvier et 7 février 1891.
  • 4 Ibidem, 9 août 1890 puis le 7 février 1891 lors de son décès.
  • 5 Ibidem, 24 janvier 1891. Le 13 avril 1895 la Semaine religieuse cite son homologue de Québec du 30 (...)

11Le diocèse d’Evreux n’est pas en reste. A plusieurs reprises la Semaine religieuse évoque le Canada « resté si français par le cœur, par la langue, et sous beaucoup d’autres rapports »3, ainsi que les voyages de l’abbé Labelle à Paris et à Rome4. Elle se plaît à rappeler que Mgr de Laval-Montmorency, « premier évêque de Québec et fondateur de l’Eglise au Canada », que Rome vient de déclarer Vénérable, fut grand-archidiacre d’Evreux avant son départ pour la « belle province »5. Et on insiste beaucoup sur les liens existant entre la Normandie et le Québec, malgré les différences évidentes.

12La première, et non des moindres, porte sur la « colonisation des terres » et sur la démographie.

Un pays neuf et une vieille terre

  • 6 René Hardy et Normand Séguin, Forêt et société en Mauricie. La formation de la région de Trois-Rivi (...)

13Désignée sous le nom de région de Trois-Rivières, la Mauricie d’avant 1830 était habitée sur une mince bande de terre de 5 à 15 kilomètres de profondeur de chaque côté du fleuve entre La Pérade et Maskinongé. Les rares habitants qui avaient consenti à s’établir au-delà des limites du défrichement, vers l’intérieur du territoire, se voyaient contraints d’y vivre péniblement d’une agriculture de subsistance, car cette zone relativement éloignée était encore mal reliée aux activités commerciales de la vallée laurentienne. Pour qu’elle présente un certain attrait aux défricheurs, il faudra d’abord que les commerçants en bois s’intéressent à ses richesses forestières6

14Au début du XIXe siècle, lors des guerres napoléoniennes, le blocus continental obligea la Grande-Bretagne à s’approvisionner en bois d’œuvre dans ses colonies d’Amérique. C’est alors que débuta au Canada un commerce florissant qui demeura pendant des décennies le moteur de son développement économique. Commencée dans les riches pinèdes de la vallée de l’Outaouais, l’exploitation forestière s’étendit rapidement à l’ensemble de la vallée laurentienne, puis atteignit l’intérieur du territoire par le versant des affluents qui servirent au flottage des billes. Le marché américain s’ouvrit lui aussi à ce commerce. Moins exigeant que le premier sur la qualité et les espèces recherchées, il contribua à intensifier l’exploitation, à prolonger la période de coupe dans une même zone et conséquemment à favoriser l’embauche d’une main-d’œuvre beaucoup plus abondante.

15Dans le mouvement d’expansion de l’exploitation forestière, plusieurs régions neuves se constituèrent en marge de la zone fluviale et donnèrent naissance au Québec actuel. L’Outaouais, le Saguenay, une partie des Bois-Francs et la Mauricie comptent parmi celles qui doivent leur création à l’activité forestière. Il existait donc une étroite relation entre l’agriculture pratiquée sur les fronts pionniers et le travail en forêt. Cette relation trouvait sa principale raison d’être dans la complémentarité saisonnière des deux activités ; l’une se pratiquait durant la saison chaude, l’autre durant l’hiver à la faveur de l’épaisse couche de neige qui nivelle les obstacles naturels au transport des billes, et de la glace des rivières et des lacs qui deviennent autant de chemins pour accéder à peu de frais au territoire de coupe. Ainsi le déploiement de l’exploitation forestière vers l’arrière-pays fournit à la paysannerie non seulement un travail d’appoint presque nécessaire pour supporter les difficiles conditions de vie du défricheur, mais aussi un marché potentiel pour écouler les surplus de ses productions agricoles et des chemins mieux entretenus pour atteindre la vallée laurentienne. Dans ces conditions, les habitants du vieux terroir seigneurial acceptèrent d’aller s’établir loin de leur paroisse natale sur des terres qu’ils avaient déjà jugées inhospitalières.

16En Mauricie, deux obstacles retardèrent la progression de la colonisation, c’est-à-dire du défrichement des nouveaux espaces. Le premier était la propriété d’une partie et le privilège exclusif d’utilisation par la compagnie des Forges du Saint-Maurice d’un domaine d’une superficie de 420 kilomètres carrés situé de part et d’autre du Saint-Maurice entre Trois-Rivières et le Bouclier laurentien. Cette réserve foncière avait été obtenue du gouvernement pour garantir les approvisionnements en minerai et en charbon de bois. Elle ne lui fut retirée qu’en 1846 sous la pression de l’opinion régionale qui réclamait depuis plus d’une décennie la cession de ces lots à la colonisation. Le deuxième obstacle était le cours tumultueux de la rivière Saint-Maurice. Hérissée de chutes et de rapides entre Grandes-Piles et le Saint-Laurent, cette rivière se prêtait mal au flottage des billes. Pressé par les entrepreneurs forestiers, le gouvernement consentit à financer la construction des glissoires et estacades qui ouvrirent, en 1850, la vallée du Saint-Maurice à l’exploitation forestière.

17Avant la levée de ces obstacles qui empêchaient d’occuper la vallée du Saint-Maurice, les entrepreneurs forestiers et, à leur suite, les défricheurs avaient dû emprunter les versants des rivières du Loup, Yamachiche et Batiscan pour accéder aux ressources de l’intérieur. Le peuplement progressait alors lentement au rythme que lui imposait les débuts de l’activité forestière. Au cours des années 1830, le front pionnier avait atteint la zone située à mi-chemin entre le fleuve et le contrefort des Laurentides. Puis au milieu du siècle, quelques centaines de colons avaient atteint les montagnes. Sur les versants de la rivière du Loup, ils étaient assez nombreux pour fonder la paroisse de Saint-Paulin, mais c’était un cas exceptionnel où les colons avaient été attirés par une scierie implantée depuis une quinzaine d’années. Ailleurs au pied des Laurentides, les défricheurs n’étaient pas en nombre suffisant pour ériger une paroisse. L’ouverture de la vallée du Saint-Maurice allait donner un nouvel élan à ce mouvement. Il s’agissait d’un immense espace forestier rendu accessible par la rivière qui prend sa source à environ 500 kilomètres au nord du Saint-Laurent et par ses nombreux affluents dont près d’une dizaine se prolongent à plus de 100 kilomètres à l’est et à l’ouest. L’accès à ces ressources forestières attira les entrepreneurs qui acquirent du gouvernement les permis de coupe. Dès lors le mouvement de colonisation connut une formidable poussée qui se concrétisa, entre 1850 et 1900, par la création de 20 nouvelles paroisses dans l’espace compris entre le fleuve et le Bouclier. Ainsi commençait à prendre forme la Mauricie contemporaine.

18C’est dans ce contexte que fut créée la paroisse de Saint-Boniface-de-Shawinigan dont le territoire était compris dans le domaine réservé aux Forges du Saint-Maurice. Inaccessibles avant l’arpentage en 1849, ces nouveaux lots de colonisation offraient plus d’attraits parce qu’ils étaient en général mieux reliés à Trois-Rivières et aux paroisses du Saint-Laurent par la route des Forges du Saint-Maurice construite sous le Régime français et par un réseau de chemins et de pistes que la compagnie avait fait aménager pour ses besoins de cueillette de minerai (fer des marais) et de coupe de bois. De plus, au début des années 1850, le gouvernement fit prolonger la route des Forges jusqu’à la chute des Grandes Piles, là où débutait la section navigable du Saint-Maurice. Un premier tronçon atteignit le pied des chutes de Shawinigan en 1852. Cette année-là, la future paroisse dont le centre était situé à quelques kilomètres des chutes, comptait déjà 280 habitants. Mais ce nombre n’était pas encore suffisant pour que l’administration diocésaine consentît à la fondation d’une paroisse, car elle exigeait que la population, par la dîme, le casuel et les cotisations diverses assure la construction d’une église et d’un presbytère et fasse vivre un prêtre en résidence.

19La construction d’une chapelle fut terminée au début de l’année suivante ; le curé de la paroisse de Saint-Barnabé, et ensuite un prêtre de Trois-Rivières vinrent les desservir jusqu’au moment où, en 1859, l’évêque jugea bon d’ériger canoniquement la paroisse de Saint-Boniface-de-Shawinigan et d’y établir un curé résidant.

20La nouvelle paroisse comptait alors près de 1 000 habitants. La population y avait crû très rapidement, tout comme aux alentours dans l’ancien domaine des Forges où les lots, 10 ans après leur libération, étaient déjà presque entièrement occupés.

21La dispersion de l’habitat, sauf en quelques bourgs industriels, est une caractéristique des paroisses rurales de la Mauricie au cours de leurs premières décennies d’existence. L’explication se trouve principalement dans les modalités d’occupation du sol. Les lots acquis du gouvernement avaient généralement une superficie de 40 hectares. Ils avaient la forme d’un rectangle étroit, de 120 à 240 mètres de large approximativement, et étaient alignés parallèlement à une rivière ou à un repère géographique. Cet alignement de lots constitue ce qu’on appelle depuis le Régime français : le rang. Le premier commence au fleuve et sert de marque pour l’alignement parallèle des autres. Un chemin est tracé près de la ligne de front des lots face à la demeure des habitants. Dans les concessions de l’intérieur du territoire, le chemin est souvent bordé de chaque côté par un alignement de lots. On dit alors que le rang est double. L’habitat est ainsi dispersé le long de ces chemins qui sont à bonne distance les uns des autres, et qui le sont encore davantage lorsque le rang est double.

22Sur ce nouveau territoire appelé à devenir une paroisse, le choix de l’emplacement de l’église constituait presque toujours le sujet d’âpres discussions et parfois d’affrontements car tous les habitants étaient conscients qu’autour de l’église prendrait bientôt forme le village, centre administratif et commercial de la communauté rurale. A Saint-Boniface, les pionniers ne purent arriver à un consensus, il fallut que l’évêque se rende arbitrer leur différend en 1857. Les habitants acceptèrent son choix, ce qui ne fut pas toujours le cas ailleurs où d’interminables querelles dégénérèrent parfois en schisme. Le site de l’église détermine donc généralement le point de départ du noyau villageois. Des commerçants, des journaliers, des rentiers, des artisans et des membres des professions libérales viennent s’y établir ; mais le rythme de croissance du village est relatif au dynamisme de ses facteurs structurants. Il est surtout fonction du nombre et de l’ampleur des activités industrielles qui s’y déploient. Sans industrie, le village reste généralement petit, même s’il est entouré de nombreuses et prospères exploitations agricoles. Le village de Saint-Boniface, par exemple, se constitua lentement. Il ne comptait, selon le curé, que 47 familles en 1889, soit à peu près la taille de la majorité des villages riverains du fleuve quarante ans plus tôt. Comparativement aux localités fondées à la même époque et sises à proximité du Bouclier, le village de Saint-Boniface avait à peu près la taille de celui de Saint-Paulin (48 occupants d’emplacements en 1884) qui n’était pas mieux pourvu en industrie, mais était de trois à quatre fois moins gros que celui de Saint-Tite (1 000 habitants en 1900) qui fut favorisé par l’implantation de quelques scieries.

23La dispersion de l’habitat dans les rangs, en tant que forme première de l’occupation de l’espace tend donc à être supplantée par l’habitat regroupé des villages et des villes. En 1871, la population villageoise du district de recensement de Champlain comptait pour 29 %, incluant indistinctement la zone riveraine du fleuve où la population villageoise atteignait 40 % et l’arrière-pays où ce taux n’était que de 20 %. Il y a tout lieu de croire que ces chiffres représentant presque la moitié de la population de la Mauricie sur la rive nord du Saint-Laurent, reflètent assez fidèlement la réalité de la région tout entière. Et compte tenu des gains de population enregistrés au cours du dernier quart de siècle (56 203 en 1871 contre 77 139 en 1901), nous pouvons estimer à près de 40 % le taux régional de villageois en 1900. Par contre, à l’exception de Trois-Rivières avec ses quelque 10 000 habitants à la fin du siècle, la région ne comptait pas encore d’autre ville digne de ce nom.

24Au cours de sa carrière de curé, Charles Bellemare fut le témoin des principales étapes de la structuration de l’espace mauricien. De Saint-Boniface, il a pu vivre les progrès des défrichements jusqu’au Bouclier laurentien, participant même à la fondation d’une nouvelle paroisse, Saint-Mathieu, encore plus au nord. Il a pu aussi observer les signes avant-coureurs de l’industrialisation qui allait donner à la Mauricie son visage actuel.

25A elles seules, l’agriculture et l’exploitation forestière définissent presque en totalité l’économie rurale au milieu du XIXe siècle. Ces deux activités sont d’ailleurs étroitement liées en tous points du territoire, que ce soit aux limites de l’œcoumène ou dans le corridor laurentien. Ici la majorité des paysans tirent un revenu complémentaire de l’exploitation de leur boisé de ferme, là, ils s’engagent en saison morte dans les chantiers d’abattage afin de gagner les sommes nécessaires pour garantir l’indépendance de leur exploitation agricole. Cependant, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, s’accélère la diversification des activités économiques dans le milieu rural mauricien : quelques grandes fabriques et une nébuleuse de petits établissements apparaissent pour tirer profit des ressources humaines et naturelles de la région.

26Au milieu du siècle, après avoir été depuis le Régime français exportateurs de blé, les cultivateurs sont contraints d’abandonner cette culture. Plusieurs n’ont d’autre alternative que de pratiquer une agriculture de subsistance. Au nombre des facteurs qui expliquent cette réorientation, retenons principalement l’ouverture des plaines à blé de la région des Grands Lacs qui furent très tôt reliées au marché québécois par la canalisation du Saint-Laurent et, à la fin des années 1850, par le chemin de fer. En même temps que l’on cherche à redéfinir les productions et les marchés de l’agriculture laurentienne, la paysannerie continue de se reproduire en annexant de nouveaux espaces. Il en résulte alors deux types de pratiques agricoles qui caractérisent la région jusqu’aux premières décennies du XXe siècle : d’un côté, dans le corridor laurentien, une adaptation progressive aux exigences du marché, de l’autre, sur le front pionnier la persistance de productions dont le volume ne s’élève guère au-dessus des besoins de subsistance.

27A la fin des années 1870, l’agriculture de la vallée laurentienne s’oriente résolument vers la production laitière, grâce à l’ouverture du marché britannique et au marché intérieur qui s’accroît avec l’urbanisation. Les progrès de cette spécialisation peuvent être mesurés par l’accroissement du nombre de fabriques de beurre et de fromage : 163 en 1881, 728 en 1891 et 1192 en 1901. La Mauricie enregistre des gains semblables : 7, 48 et 126 fabriques pour les mêmes années de recensement. Il s’agit cependant pour la plupart de petites fabriques disséminées dans les rangs. C’est ainsi que la paroisse de Saint-Justin, comme le note le curé Bellemare, compte à elle seule 7 fabriques de beurre et de fromage en 1891. Mais la présence d’une fromagerie ou d’une beurrerie dans une paroisse dépend principalement des moyens de communication avec les marchés. Il est assez rare de rencontrer comme à Saint-Boniface, une fromagerie là où il n’y a pas de chemin de fer pour expédier la production. L’exploitation forestière dans l’arrière-pays contribue aussi à façonner les spécialisations de l’agriculture. L’élevage du porc, principale viande consommée par les bûcherons est aussi important que celui de la vache laitière, et parmi les grandes cultures, l’avoine, nourriture essentielle aux chevaux, occupe la première place. L’agriculture du front pionnier profite également de la proximité des chantiers qui constituent son principal marché. Un marché somme toute trop restreint qui explique que des productions de subsistance telles le blé, le sarrasin et l’élevage ovin demeurent parmi les caractéristiques de l’agriculture régionale. Ces caractéristiques tendront à s’effacer lorsque le chemin de fer et le réseau routier relieront efficacement toutes les zones du front pionnier au corridor commercial du Saint-Laurent.

28Tout au cours de ce demi-siècle, l’exploitation forestière demeura le principal secteur d’emploi. En 1861, environ 2 000 travailleurs s’engagèrent en forêt. Ils étaient près de 6 000 à la veille de la grande crise qui atteignit l’économie forestière en 1875 et paralysa ce secteur en Mauricie jusqu’à l’ouverture du marché du bois à pâte au début des années 1890. Le nombre d’emplois tomba dramatiquement durant la crise pour remonter à environ 5 000 à la fin du siècle et osciller entre 6 et 10 000 selon les conjonctures au cours des trois premières décennies du XXe siècle. Cette main-d’œuvre se recrutait un peu partout au Québec, mais majoritairement en Mauricie et davantage dans les paroisses du front pionnier ou sises à proximité. A Saint-Stanislas, par exemple, un peu plus de 40 % de la population masculine de 16 à 45 ans fréquentait les chantiers de la région durant l’hiver de 1861. Tous les groupes d’âge n’y participaient pas au même niveau : seulement 11 % des hommes de 46 à 60 ans y étaient représentés. Les pères de famille avaient tendance à y déléguer les fils en âge de travailler afin de constituer un capital familial qui allait permettre d’acquérir des terres pour les établir. Cet exemple reflète vraisemblablement la situation qui prévalut à Saint-Boniface et dans les autres paroisses de cette zone au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

29Le rôle moteur joué par l’exploitation forestière dans l’économie régionale de cette période ne tint pas seulement aux emplois en forêt. De nombreuses activités de transformation du bois, dont certaines échappaient au cycle saisonnier, fournirent un nombre considérable d’emplois : ici, une fabrique de bobines, de fuseaux, de bardeaux, de meubles ou de portes et de fenêtres, là sur le bord du fleuve, un petit chantier de construction navale, là encore quelques allumetteries qui embauchaient ensemble plus d’une centaine d’ouvriers. Mais de toutes ces activités de transformation du bois, avant l’arrivée des usines de papier à la fin du siècle, le sciage fut sans doute la plus importante et la plus répandue. Chaque paroisse ou presque avait sa scierie pour répondre aux besoins locaux. Il y en avait 71 en Mauricie en 1891. Ce type d’établissement engageait de 2 à 6 travailleurs saisonniers. Quelques grandes installations en employaient des dizaines, voire plus d’une centaine. Le cas de Saint-Boniface illustre bien le phénomène : en 1871, la paroisse en avait 4 petites dont une seule fonctionna toute l’année ; mais à la fin du siècle les travaux de construction sur le site des chutes de Shawinigan permirent la mise en activité de la grande scierie des frères Burrill qui embaucha des dizaines de travailleurs.

30De leur côté, les paysans trouvaient généralement moyen d’augmenter leur revenu en exploitant leur boisé de ferme. Ils transformaient la cendre des abattis en sel de potasse qu’ils livraient aux fabriques de la région ; ils prélevaient l’écorce de pruche pour alimenter les tanneries ; ils produisaient du sucre d’érable et vendaient du bois de chauffage sur le marché urbain ; enfin, en plusieurs endroits, dont Saint-Boniface, situé à proximité des Forges du Saint-Maurice et où vinrent s’établir les Forges Grondin, ils fabriquaient du charbon de bois pour les entreprises sidérurgiques.

31L’industrie du fer, l’une des plus anciennes de la région, acquit une importance considérable au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. Outre les Forges du Saint-Maurice, érigées sous le régime français et qui fermèrent en 1883, quatre autres établissements furent fondés au cours des années 1850-1880. Ils utilisaient le fer des marais qui se trouve en abondance dans la région, à la surface du sol, en veines ou masses plus ou moins épaisses qu’il suffit de recueillir et de laver. Ce minerai était transformé en objets divers, mais le plus souvent en roues de wagon ou en gueuses de fonte pour alimenter les fonderies. On estime à 6 ou 700, dans les meilleures années, le nombre de travailleurs employés aux diverses tâches qu’exige cette production. La sidérurgie joua un rôle important dans l’extension de l’espace régional : tout comme l’exploitation forestière, mais à un degré moindre, elle encourageait les habitants à s’établir loin à l’intérieur du territoire en leur fournissant un travail d’appoint à la cueillette du minerai, à la coupe du bois, au transport-ou à la carbonisation. Cette dernière opération se pratiquait soit en forêt sans équipement, comme l’ont fait pendant des décennies les habitants de Saint-Boniface, soit dans des fours de carbonisation que les compagnies firent ériger le long des voies ferrées.

32Ces activités, de même que les diverses fabriques dont les productions étaient surtout destinées à l’extérieur, ne pouvaient être localisées ailleurs qu’en bordure du fleuve avant que le chemin de fer ne desserve adéquatement la zone du contrefort. Un premier tronçon relia Les Piles à Trois-Rivières en 1879. Il faisait la jonction entre la section navigable du Saint-Maurice et la capitale régionale, mais était de moindre service pour les habitants du piémont. Ceux de Saint-Tite et de Sainte-Thècle, par exemple, vivaient un tel isolement qu’ils acceptèrent de travailler bénévolement au défrichement d’une voie ferrée afin de hâter sa réalisation, et quand elle fut terminée en 1887, ils fêtèrent l’événement en acheminant sur le marché urbain un important convoi de bois de chauffage. La zone de Saint - Boniface fut encore moins heureuse car il lui fallut attendre jusqu’en 1897 avant d’être desservie par le rail. Jusqu’à ce moment, ses habitants durent s’en remettre à la voiture à cheval par des chemins qui avaient le plus souvent l’allure de pistes et qui étaient encore moins carossables à l’automne avant le gel et au printemps. Malgré ces obstacles, un postillon faisait quotidiennement le trajet entre la paroisse et Trois-Rivières. Comme la plupart des habitants, il devait descendre de sa voiture pour monter les côtes de sable les plus abruptes, mais service oblige, il avait habituellement une monture un peu plus rapide qui lui faisait atteindre la ville en un peu moins de quatre heures.

33A défaut de moyens efficaces de communication, la zone du contrefort demeura longtemps sous l’emprise quasi exclusive de l’économie agro-forestière. La crise qui anémia ce secteur pendant une quinzaine d’années eut donc des conséquences plus désastreuses dans cette partie du territoire. Les difficultés d’y vivre entraînèrent une diminution de la population comme à Saint-Boniface (perte de 100 habitants entre 1871 et 1891) ou une stagnation comme en plusieurs autres localités. La population des trois districts de recensement de la Mauricie sur la rive nord du Saint-Laurent n’augmenta que de 1 600 habitants entre 1881 et 1891. Les villes de la Nouvelle-Angleterre devinrent alors l’exutoire recherché pour échapper à la misère ; 11 % de la population du Québec emprunta cette voie au cours de la décennie. Cette dure réalité en masque cependant une autre encore plus importante : tout au long de ce demi-siècle, les conditions de vie sur le front pionnier entraînèrent une mobilité extraordinaire de la population. Les paroisses de cette zone furent marquées par un flot constant de départs et d’arrivées, même après que l’espace utile à l’agriculture eût été entièrement occupé. Dans la paroisse de Sainte-Flore, voisine de Saint Boniface, dont la population a évolué dans un contexte semblable, 5 à 10 % des ménages quittaient la paroisse annuellement sans que la population ne cesse de croître. C’est que les terres ainsi libérées trouvaient rapidement preneurs et qu’un nombre encore plus élevé de ménages immigraient dans cette paroisse.

34C’est un tableau tout différent que présente le département de l’Eure. Ici plus de terre à défricher et à se partager ; l’espace est conquis depuis longtemps. Soucieux de bien localiser son village, Vital Bellemare décrit longuement la situation de sa paroisse de Chambray, dans une vallée de l’Eure aux terres fertiles et aux communications aisées : « Notre vallée est magnifique de verdure et de pittoresque, plus belle quoique moins grandiose que la vallée de la Seine qu’on trouve à deux ou trois lieues d’ici... A Chambray, vous vous en doutez, la terre vaut plus cher qu’au fond du Canada » (8 octobre 1887).

  • 7 V.-A. Malte-Brun, Le département de l’Eure, 1882, réédition 1985, p. 13.

35Pas de longues distances entre les diverses paroisses comme au Québec. Les routes sont bonnes et bien entretenues ; la circulation est aisée. Et lorsqu’il fait mauvais ou que l’on est pressé, le chemin de fer facilite encore les relations : « comme la ligne de chemin de fer passe à Chambray à 300 mètres derrière le presbytère et que nous y avons une gare, je m’embarque, et dans 10 minutes je me trouve transporté... à La Croix-Saint-Leufroy (distant) de 2 lieues... » (9 avril 1889). La voie ferrée suscite un véritable engouement. La réalisation de la ligne Paris-Rouen via Vernon en 1843 avait excité les convoitises et tous les notables locaux interviennent afin que, en 1855, celle de Paris à Caen passe par Evreux. Outre ces grands axes, des lignes secondaires relient entre elles les diverses parties du département : à Evreux un embranchement se dirige sur Louviers et se soude à la ligne d’Elbeuf à Dreux par Chambray. En 1875, « on évaluait la longueur des lignes exploitées (dans l’Eure) à 260 kilomètres et celle des lignes en construction ou à construire à 37 » nous dit le géographe Malte-Brun7. Le curé de Chambray ignore donc l’isolement. La poste aussi rapproche les gens, le facteur venant chaque jour apporter journaux et lettres.

  • 8 Ibidem, p. 14.

36Un pays facile d’accès donc, aux voies de pénétration bien aménagées, ne souffrant pas du long et rigoureux hiver canadien ; riche aussi, où les ressources sont variées : céréales, légumes pour l’approvisionnement des villes voisines, élevage ; « le département de l’Eure est un de ceux dans lesquels l’agriculture est la plus florissante et la mieux entretenue » confirme Malte-Brun8. Les prairies, de plus en plus nombreuses, sont désormais parsemées de pommiers à cidre qui remplacent la vigne cultivée autrefois un peu partout dans la vallée : « il y a 40 ou 50 ans, presque tous nos cultivateurs... avaient leur petit ou grand coin de vigne... Aujourd’hui la plupart de ces vignes n’existent plus... Les vins du commerce sont arrivés partout et à bon marché » (9 décembre 1888). Détail qui nous révèle tout à la fois les conséquences économiques entraînées par des transports plus commodes et le caractère récent de la consommation du cidre en Normandie. Le desservant de Chambray fabrique lui-même le sien, sa « boisson » comme l’on dit ici, ainsi que son « calvados », cette eau-de-vie tirée des déchets de pommes. A plusieurs reprises Vital Bellemare signale les abus que certains en font et condamne tous ces « boit-sans-soif... qui aiment joliment la goutte, et, petit verre après petit verre,... s’aperçoivent vite que la terre tourne... » (11 février 1889).

37Dans une telle région les pauvres sont rares : « ils sont si peu dans ce pays de la vallée de l’Eure ; on en trouve davantage dans mon pays natal (la région de Breteuil)..., ici des gens réputés pauvres... sont propriétaires d’une habitation très convenable et de terrains aussi... » (8 octobre 1887). Et si le château doit bien distribuer chaque hiver quelques vêtements aux plus pauvres, la véritable misère est inconnue. La vie est incontestablement moins rude sur les bords de l’Eure que sur ceux du Saint-Maurice.

  • 9 Ibidem, p. 14.
  • 10 Jean-Pierre Chaline, La Normandie de 1900 à nos jours (sous la direction de Gabriel Désert), Privat (...)
  • 11 C’est à Elbeuf que naît en 1885, deux ans avant le début de la correspondance entre les abbés Belle (...)

38D’ailleurs une petite industrie, essentiellement textile, disséminée le long de la rivière dont elle utilise encore la force motrice, fournit un complément de travail à ceux qui disposent de trop peu de terre. En effet, « sous le rapport de l’industrie manufacturière, le département peut être mis au nombre des vingt plus riches »9 ; si l’Eure ne possède pas de grand centre industriel à l’image de Rouen, ce « Manchester français »10, elle dispose de nombreux établissements modestes travaillant le coton dans la vallée de l’Andelle au nord, dans la région de Nonancourt et Saint-Rémy-sur-Avre, à la limite de l’Eure-et-Loir. Et, surtout, dans la petite ville de Louviers — très liée à la cité voisine d’Elbeuf située en Seine-Inférieure — s’est développé un actif foyer lainier dont le dynamisme s’est accru après la guerre de 70 avec l’arrivée d’Alsaciens, chefs d’entreprises et ouvriers, venus en Normandie pour échapper au joug allemand11. Vital Bellemare connaît certains industriels et s’inquiète de leur trouver des débouchés au Québec en intercédant pour eux auprès de son nouvel ami.

39Outre le textile, on trouve beaucoup d’autres activités à l’origine fort ancienne : fabrique de peignes en corne ou en ivoire près de Pacy-sur-Eure, papeteries près d’Evreux, petite métallurgie autour de Rugles ou Breteuil, travail du laiton dans la vallée de l’Avre, à Tillières et surtout à Evreux. Cet élan industriel ne va pourtant pas sans à-coup et sans reconversion. La concentration d’usines dans quelques centres entraîne un incontestable exode rural aux conséquences particulièrement fâcheuses dans une région où les enfants se raréfient.

40S’il est un phénomène qui surprend notre Normand, c’est bien la taille des familles québécoises. L’étonnement est d’ailleurs tout aussi vif chez le curé de Shawinigan, qui imagine mal que son ami de Chambray n’ait qu’un frère et une sœur : « vous avez un frère à Paris, une sœur chez vous. Ce ne doit pas être là toute la famille ? Ici, quand il n’y a pas 8 ou 10 enfants, on est surpris. Le maire de ma paroisse, pour sa part, en a fait baptiser 16. Vos maires français sont-ils aussi prolifiques ?... » (24 décembre 1887). Ces questions ont semblé bien saugrenues à Vital : « nous ne sommes que 3 enfants et c’est merveille ! Papa et maman Bellemare trouvent que ce n’est déjà pas si mal ! » (8 octobre 1887). Et le curé de Chambray d’évoquer ces « familles où il y a père et mère et fils unique... » Avoir 8 enfants comme les Bellemare de Yamachiche est « tout à fait rare ». Il y a plus de décès que de naissances en pays normand : en 1891, si l’abbé Bellemare célèbre 10 baptêmes à Chambray, il procède à 17 inhumations ; le pourcentage est comparable au village voisin de Fontaine-sous-Jouy : 10 inhumations pour seulement 6 baptêmes (11 mai 1892).

41Une faible natalité jointe à une forte mortalité engendre un bilan forcément négatif. La population de l’Eure diminue ainsi depuis la Monarchie de juillet. Il faut y ajouter l’exode vers les usines de Rouen, d’Elbeuf ou du Havre, qui, touchant avant tout les jeunes, accentue le vieillissement des campagnes. Enfin certaines maladies touchent particulièrement les jeunes, telle la « phtisie » dite encore « mal de poitrine », responsable de la disparition à 20 ans de l’un des protégés de l’abbé Bellemare. La Normandie n’a pas la démographie triomphante du Québec ! La tradition ne veut-elle pas, dans ce pays, que le vingt-sixième enfant d’une famille soit offert au curé en guise de dîme ? Cas rare certes, mais signalé cependant par Charles Bellemare dans la paroisse de Maskinongé. La Semaine religieuse du 7 février 1891 se fait d’ailleurs l’écho de cette coutume et cite un curé de Québec qui dit en être à son treizième pupille...

42Notre Normand, effaré, estime qu’une telle « population toujours grandissante, augmentant dans une proportion géométrique énorme... serait... effrayante pour la France » et, au Canada, il y voit une menace pour les « Anglais ». Effectivement, la volonté de ne pas être absorbé par les anglophones explique en partie cette si forte natalité. Le risque d’assimilation était d’autant plus redouté que, depuis la confédération des provinces canadiennes en 1867, la représentation à la Chambre était proportionnelle à la population. Les Canadiens français avaient pu vaincre les politiques assimilatrices de l’Union ; succomberaient-ils maintenant sous le poids du nombre ? Quel avenir réservait-on à la langue française dans ce pays où les droits scolaires et linguistiques des francophones du Nouveau-Brunswick et du Manitoba avaient été bafoués. Dans ce contexte d’exode vers les États-Unis et de risque de minorisation, on comprend mieux le sens de l’idéologie nataliste, la « revanche des berceaux », inscrite dans la stratégie de lutte des Canadiens français pour préserver l’intégrité de leur identité nationale. Il est certain que les Français ne connaissaient pas la même menace.

43Il est pourtant un point où Québécois et Normand se retrouvent : on est « vieux » tôt. Les deux prêtres parlent, l’un et l’autre, de « leur vieille maman de 64 ans »... dont les forces sont bien amoindries.

44Ces diverses annotations relatives à la situation économique de leur région et aux conditions de vie de leurs paroissiens témoignent de la curiosité de nos deux curés. Mais ce n’est là qu’un des apports de cette correspondance. A travers leurs préoccupations, leurs relations avec leurs confrères, les notables locaux et leurs fidèles, leurs loisirs aussi, c’est une bonne image des clergés français et québécois en cette fin du XIXe siècle qui apparaît.

Un prêtre normand enfermé dans son église, un curé québécois omniprésent

45Par ses origines et sa formation, le curé de Chambray est très représentatif du clergé français de son époque.

46Il appartient en effet à une famille modeste mais non pauvre, installée depuis toujours à Bémécourt, village de 600 habitants près de Breteuil, au sud du diocèse. Ses parents y ont conservé un petit bien dont le revenu les aide à vivre, maintenant qu’ils habitent avec leur fils au presbytère de Chambray. Né le 17 décembre 1854, le jeune Paul, Alfred, Vital Bellemare est d’abord élève au petit séminaire Saint-Aquilin à Evreux, avant de fréquenter le grand séminaire dirigé par les lazaristes, suivant là une filière très classique. Ordonné prêtre le 29 juin 1879, il fut un an vicaire à Brionne avant d’être nommé le 18 juillet 1880 desservant de Chambray-sur-Eure (369 habitants), où il restera jusqu’à sa mort le 10 juin 1923, soit pendant quarante-trois ans. Dans le presbytère proche de l’église, il vit avec sa sœur Alphonsine, de quelques années sa cadette (elle a 27 ans), et avec ses parents ; la mère aidée par sa fille tient la maison, tandis que le père fait le jardin, s’occupe de ramasser le bois pour l’hiver, sonne les cloches à l’occasion en l’absence du bedeau.

47« Desservant » de Chambray, ce titre ne lui plaît guère : « c’est le nom qu’officiellement (l’État) nous fait la gracieuseté de nous décerner... » (12 mai 1890). Dans la vie de tous les jours ses paroissiens l’appellent « Monsieur le curé », titre réservé en droit aux seuls ecclésiastiques installés dans quelque grosse paroisse urbaine ou dans les chefs-lieux de canton et responsables du « doyenné » (c’est-à-dire de la circonscription ecclésiastique correspondant au canton). Le diocèse d’Evreux compte ainsi 37 cures et 546 « succursales » appelées encore « desservices » (d’où le nom de « desservant » donné à celui qui en a la charge). Mais ces subtilités administratives définies par le concordat de 1801 échappent généralement aux fidèles qui appellent indifféremment tous les prêtres « Monsieur le curé ».

48Le diocèse d’Evreux étant relativement pauvre en vocations, on y accueille des prêtres originaires d’autres régions comme l’abbé Cormier, son voisin de Douains, venu d’Angers. Le « binage » est aussi souvent la règle ; ainsi notre curé de Chambray, sans parler des « annexes » de Sainte-Colombe (147 habitants) et Rouvray (55), bine-t-il à Fontaine-sur-Jouy (429 habitants) ; c’est-à-dire qu’il y célèbre la messe chaque dimanche et y assure les enterrements, baptêmes et mariages. Cette obligation de dire deux messes le dimanche matin l’oblige à fixer à 11 heures celle de Chambray, et donc de rester à jeun jusqu’au déjeuner.

49Par sa famille et sa vie, Charles Bellemare est lui aussi représentatif du clergé de son pays.

50L’ancêtre de la famille Bellemare, le premier à immigrer en Nouvelle-France s’appelait Etienne Gélinas. Ce charpentier de la ville de Saintes avait été recruté avec son fils Jean, à La Rochelle le 11 mai 1658, par Pierre Boucher, capitaine du bourg de Trois-Rivières. Vraisemblablement, ils s’installèrent sur une censive de Pierre Boucher à Cap-de-la-Madeleine, puisqu’ils y furent recensés en 1666 et 1667. Jean s’y maria cette dernière année avec Françoise de Charmenil. Nous savons à son sujet qu’elle fut baptisée à l’église de la paroisse rouennaise de Saint-Maclou le 15 mai 1651. Très tôt au XVIIIe siècle, trois de leurs fils, Etienne, Jean et Pierre partirent s’établir sur les bords de la petite rivière Yamachiche dans la seigneurie de Grosbois. La présence de Jean et de sa femme, Jeanne Boissonneault qu’il épousa à l’église de la paroisse de Saint-Jean de l’île d’Orléans, en 1700, y est attestée dès 1705, par le baptême de leur troisième fils, Jean-Baptiste. Déjà, Jean avait accolé, sans que nous sachions pourquoi, le nom de Bellemare à celui de Gélinas, alors que son frère Pierre, de son côté, se faisait appeler Gélinas-Lacourse. Comme il arriva fréquemment, la génération suivante ne retint plus que le surnom. Jean-Baptiste adopta définitivement le nom de Bellemare et fut le premier de ce nom.

GENEALOGIE DE CHARLES-THEODORE BELLEMARE (1846-1911)

GENEALOGIE DE CHARLES-THEODORE BELLEMARE (1846-1911)

1. N’a pas émigré. 2. Vécut 17 jours. 3. Postulante à la Congrégation Notre-Dame. 4. Se maria deux fois. Quatre filles et un garçon naquirent de son mariage avec Marie Lamy, en 1890. Son fils Charles mourut en 1918, célibataire. Deux de ses filles se firent religieuses, les deux autres moururent célibataires. 5. Décédée célibataire. * Religieuse de la Congrégation Notre-Dame. ** Prêtre.

51Charles Bellemare appartenait à la 8e génération. Né en 1846, à Yamachiche, de Hermine Gélinas et de Joseph Bellemare, il était l’aîné des garçons. Deux de ses frères furent prêtres comme lui, deux de ses quatre sœurs devinrent religieuses. On ignore quel climat familial a pu préparer une fécondité religieuse aussi exceptionnelle, si ce n’est la qualité de la vie intellectuelle familiale qui leur donna le goût de poursuivre des études.

52La famille pouvait en effet s’enorgueillir de compter, parmi les cousins, l’écrivain Antoine Gérin-Lajoie, auteur de Jean Rivard, le défricheur. Son fils, Léon Gérin, fut le premier sociologue canadien-français. Formé à l’école française de Le Play, dans la pure tradition du maître, il publia L’habitant de Saint-Justin, après un séjour au presbytère de son oncle, le curé Denis Gérin, ami intime de Charles Bellemare.

53Plus près de lui, son frère Elzéar partageait ce goût de l’écriture qu’il concrétisa dans des publications d’histoire sur la paroisse de la Baie-du Febvre où il fut curé, et sur la ville de Nicolet. Comme on le voit, la vie intellectuelle était vigoureuse au sein de la famille qui comptait également un journaliste dans la personne de l’oncle Raphaël Bellemare, rédacteur du journal montréalais La Minerve. Charles ne resta pas en marge. Son goût développé pour la lecture nous est connu par des lettres qu’il adressa, alors qu’il était vicaire à Saint-Guillaume, à son confrère et ami Isidore Béland. Manquant fréquemment d’argent pour payer ses achats de livres à Montréal, Charles recourait alors à son collègue. Au cours des ans, il se dota d’une bibliothèque dont il se montrait fier. Il affectionnait la lecture des journaux et appréciait grandement ceux que son ami français lui expédiait. L’objet principal de sa curiosité paraît avoir été la connaissance des origines familiales : les siennes et celles de ses paroissiens. La généalogie le passionnait. Sitôt arrivé à Saint-Boniface, il s’intéressa à l’histoire des fidèles à travers leurs ancêtres. Plus tard, lorsqu’il accéda à la cure de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, il entreprit de faire la généalogie des familles généviévoises qu’il consigna dans deux forts cahiers. Il collabora ensuite avec le généalogiste F.-L. Desaulniers à l’histoire des familles de Yamachiche.

54Parmi les motivations de Charles Bellemare à choisir la prêtrise, faut-il aussi faire une place au prestige et à l’aisance matérielle que procurait alors la carrière ecclésiastique ? Soulignons qu’il accéda rapidement, comme la plupart de ses collègues, à une cure qui le fit bien vivre. Reçu à la prêtrise en 1868, à l’âge de 23 ans et 6 mois, il fut nommé vicaire à Saint-Guillaume d’Upton où il servit pendant trois ans, avant d’errer comme « bouche trou », écrit-il. Il obtint sa première cure en 1873, à Saint-Louis-de-Blandford. Sa nomination à Saint-Boniface en 1875 fut sûrement reçue comme une promotion. Il quittait une paroisse où les voies de communication étaient difficiles, à telle enseigne qu’une voiture mettait 22 heures pour accomplir le voyage aller-retour à Trois-Rivières. En second lieu, il se rapprochait de sa paroisse natale et de ses parents pour venir vivre parmi des familles originaires, pour une grande part, de la paroisse d’Yamachiche. Dernière raison, enfin, mais non la moindre cependant, il augmentait ses revenus. Bellemare s’estimait à l’aise à Saint-Boniface et ne négligeait rien pour le demeurer. Ainsi, il revendait à la fabrique les cierges fournis par les paroissiens lors des services funèbres. Bien sûr, les dépenses étaient grandes, et elles l’étaient parce que, entre autres, il était assisté depuis 1883 par un vicaire, son frère Adélard. De plus, il avait à son service une domesticité qui, à sa manière, augmentait sa qualité de vie. Autre signe apparent de sa vie matérielle enviable, au cours des ans il accrut à tel point ses biens matériels que 25 charges de voiture furent requises pour déménager tous ses effets à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, sa nouvelle affectation.

55Charles n’avait pas souhaité cette mutation. Quelques années plus tôt, l’évêque l’avait pressenti pour aller occuper la cure de Maskinongé. Ses amis du village de Saint-Boniface, le docteur Fiset en tête, intervinrent auprès de l’évêque pour lui signifier que le changement anticipé affecterait grandement les paroissiens de Saint-Boniface. Quant au principal intéressé, il était peu chaud d’aller s’installer dans une paroisse divisée à propos de la construction de l’église. Bref, la nomination ne se fit pas. Cette fois-ci, il ne pouvait opposer un refus à l’évêque qui lui avait d’ailleurs demandé la discrétion afin d’éviter des remous. Après quelque vingt années de ministère au même endroit, il lui était demandé de servir ailleurs. C’était une promotion qui reposait moins sur une hausse du revenu que sur l’augmentation du confort. Plus ancienne, la paroisse de Sainte-Geneviève était solidement organisée, possédait des institutions mieux structurées dans lesquelles les paroissiens jouaient un rôle actif. Pour résumer, la paroisse de Sainte-Geneviève était du nombre des vieilles paroisses et cela impliquait l’existence d’une certaine tradition. Jusqu’alors, il avait presque toujours œuvré dans le milieu de la colonisation avec des responsabilités plus nombreuses et, surtout, assez différentes. L’initiative était, par contre, plus grande pour celui qui avait à cœur de « bâtir une paroisse ». A cet égard, nous pouvons renvoyer à plusieurs lettres. Elles illustrent la variété des fonctions et jusqu’à un certain point, leur lourdeur. Mais, il faut également se garder d’en exagérer le poids. Le curé disposait d’un temps de loisir. Les lectures nombreuses auxquelles il se livrait, les journées d’absence de la paroisse qu’il utilisait pour visiter l’un ou l’autre de ses collègues en faisaient partie. Les occasions de réunion ne manquaient pas : assister un curé voisin lors des Quarante-Heures, accompagner l’évêque en cours de visite pastorale dans les paroisses voisines, participer aux conférences ecclésiastiques. Déjà, à Saint-Boniface même, Charles Bellemare était entouré de la petite élite : le docteur Fiset, le notaire de Varennes, le marchand Héroux, le maire Rousseau.

56De même à Chambray, si le soin de ses fidèles l’occupe beaucoup, Vital Bellemare a cependant encore du temps à consacrer à ses loisirs. Déchargé des tâches matérielles par sa famille, notre desservant lit beaucoup, nourrissant une véritable passion pour les livres. N’écrit-il pas que sa bibliothèque compte au moins mille volumes pour lesquels il a dû aménager des rayonnages, les placards de la maison n’y suffisant plus (11 février 1889) ? Il est également abonné, à Paris, à un cabinet de lecture qui lui envoie périodiquement un certain nombre d’ouvrages qu’il peut garder quatre semaines. Chaque jour il effectue une véritable revue de presse, dépouillant plusieurs journaux qu’il reçoit lui-même ou que lui prêtent ses voisins, notamment la princesse de Croÿ, « sa bonne et digne châtelaine » : il s’agit de journaux locaux comme le Courrier de l’Eure ou le Patriote de Normandie mais aussi d’organes nationaux comme le Figaro, la Gazette de France, le Petit Moniteur, les Annales politiques et littéraires, la Revue Scientifique, etc... Et, bien sûr, depuis 1887, s’y ajoutent des journaux québécois envoyés par son confrère de Shawinigan.

57Amateur de lecture, l’abbé Bellemare est aussi mélomane. Il va à plusieurs reprises entendre des concerts à Louviers ou Elbeuf ; il s’essaie même à jouer du violon, retrouvant ses partitions après quelques années d’interruption.

58Il partage ce goût de l’étude avec les autres desservants de son canton, notamment celui de La Croix-Saint-Leufroy, M. de la Balle, qui publia plusieurs brochures d’histoire locale et avec lequel il a repris ses études de grec et d’allemand. Il s’initie même à l’italien avec un jeune paroissien !

59Cet attrait pour la vie intellectuelle n’est pas pour déplaire à l’évêque d’Evreux qui, depuis 1885, a institué des « conférences ecclésiastiques » destinées à regrouper une fois par mois les prêtres d’un même doyenné autour de quelques thèmes empruntés à la théologie ou à l’écriture sainte. Ces rencontres, outre la joie de passer une journée avec de bons amis, comblent le curé de Chambray. De même la retraite annuelle à laquelle la moitié des prêtres est conviée à tour de rôle. A cette occasion, note-t-il, les rues d’Evreux sont « noires de curés »... Vital Bellemare n’est pas le premier curé érudit de Chambray, puisque de 1812 à 1824, l’abbé Troussel alors desservant de la paroisse, fut un des membres les plus zélés de la Société de l’Agriculture de l’Eure et publia plusieurs mémoires relatifs à l’économie rurale.

60Les rapports avec leurs évêques sont différents. A Trois-Rivières les liens semblent plus étroits, tout prêtre souhaitant voir Mgr Laflèche est assuré de pouvoir le rencontrer à l’évêché lorsqu’il le désire. A Evreux pas question de venir sans avoir pris rendez-vous auparavant. Il est vrai que les diocèses français sont généralement beaucoup plus peuplés que les diocèses canadiens et que le nombre de prêtres y est plus élevé. Quant à la chaleur des relations, elle est tout simplement fonction des personnalités. Si Vital Bellemare apprécie la bonté paternelle du vieux Mgr Grolleau qui, restant vingt ans à Evreux, connaissait personnellement quasiment tous ses prêtres, il n’aime guère Mgr Hautin, qui ne passa que trois ans dans l’Eure avant de devenir archevêque de Chambéry, et lui refusa l’autorisation d’aller au Québec sous prétexte que jamais cas semblable ne s’était présenté !

61Leurs ressources sont-elles comparables ? Vital estime ses revenus « convenables ». Il est vrai que ses parents vivant avec lui joignent leurs biens aux siens. Pour son propre compte, il reçoit de l’État 1 000 francs par an pour le desservice de Chambray plus 200 francs pour celui de Jouy, auxquels il faut ajouter, en moyenne, 500 francs pour honoraires des messes demandées par des fidèles et encore de 5 à 600 francs de casuel, c’est-à-dire de sommes perçues lors des obsèques, baptêmes ou mariages. Ce dernier poste varie selon les années en fonction du nombre de ces services et aussi de leur paiement. Certes l’évêque a fixé un « tarif » uniforme pour tout le diocèse, mais l’abbé Bellemare juge plus sage de ne pas « réclamer tout ce que permettent les tarifs » afin de ne pas irriter ses paroissiens dont certains n’hésiteraient peut-être pas à se passer du prêtre pour éviter des frais : « il n’y a pas encore eu d’enterrement civil (à Chambray), mais je crois que ça débuterait » (7 février 1888). Il est vrai que la vallée de l’Eure ne nourrit pas les mêmes sentiments que celle du Saint-Maurice.

62De son côté, Charles Bellemare était en mesure d’afficher des entrées nettement supérieures. La dîme, le supplément et le casuel fondaient l’essentiel de son revenu qui, de 1875 à 1894, varia entre 530 et 920 dollars. Alors que la dîme, fixée à la 26e partie des récoltes ne rapportait jamais moins de 80 % du revenu total, la part du casuel oscillait entre 10 et 20 %. Certes, une mauvaise récolte pouvait laisser entrevoir des mois pénibles. Pourtant, il ne s’en inquiétait pas outre mesure car, ainsi que le passé le lui avait appris (9 novembre 1888), il était assuré de recevoir sa part. L’épisode de la nouvelle taxation sur le foin alors qu’il eut affaire avec de rares récalcitrants qui, d’ailleurs rentrèrent vite dans le rang, illustre l’emprise du clergé québécois sur les fidèles. Cette soumission émerveillait le curé normand (8 mai 1891).

63Bien que sommairement, Vital Bellemare définit assez justement leur position respective. Ici, dit-il, on est tout simplement le curé, le desservant, l’homme dont en bon Normand avisé il s’rait p’t’être ben à propos de s’méfier (16 mars 1888), ne jouant qu’un rôle de second plan ; là, Charles est le roi du pays, le conseiller écouté, le guide consulté aussi bien dans le domaine politique que dans celui de la colonisation, sans parler de celui des mœurs.

64Son rôle dans le village, Charles Bellemare le doit à la complicité d’autres groupes sociaux car, au Québec, c’est grâce à la collaboration des élites laïques que le clergé a acquis et maintient une influence considérable. L’harmonie entre les deux groupes est une conséquence de l’échec de la rébellion de 1837-38 qui avait été conduite par la petite bourgeoisie dans l’espoir de conquérir l’indépendance de la colonie laurentienne et d’y constituer une république qui s’inspirerait des idéaux libéraux et laïcs de la France révolutionnaire. Le clergé s’opposait à ce projet de société libérale et démocratique condamnée par Rome. L’échec de la révolte, la fuite des chefs et la sévère répression de l’armée britannique portèrent le discrédit sur le leadership des éléments radicaux de la petite bourgeoisie. La Grande-Bretagne voulut écarter définitivement tout risque de reprise en imposant, en 1841, l’union politique du Haut et du Bas-Canada (l’Ontario et le Québec actuels) dans le but avoué de mettre les Canadiens français en minorité et de les assimiler. Le clergé put alors se porter à la défense de la nation menacée sans subir l’opposition des radicaux. En reconnaissance de sa loyauté, le gouvernement britannique accorda au clergé le privilège de se renouveler en recrutant chez les communautés religieuses de France (oblats, jésuites, clercs de Saint-Viateur, etc.) ; grâce aussi à un climat défaitiste de crise sociale qui orientait le peuple vers les valeurs religieuses, le clergé se gagna la confiance populaire et devint en très peu d’années le groupe social le plus influent. Il put alors forcer les fractions politiques de la petite bourgeoisie à collaborer à ses projets en retour de son appui auprès de l’électorat. Cette collaboration permit au clergé d’obtenir du gouvernement canadien, formé majoritairement de protestants, le contrôle du système d’éducation publique, la principale assise de son influence sociale.

65Fort de cet appui des élites laïques, le clergé s’affirma comme principal leader de la nation. Il se donna pour mission de combattre tout ce qui menaçait le catholicisme canadien ; cause qu’il identifiait à celle de la nation. Il est à peine exagéré d’affirmer que l’Église développa une mentalité d’assiégé. Elle percevait les changements introduits par la révolution industrielle comme une menace pour la survie de la nation, et lui opposa l’idéal mythique du travail agricole et de la vie rurale. L’émigration aux États-Unis était vue comme un autre péril : « Les Etats de la Nouvelle-Angleterre engloutissent chaque année tant de pauvres Canadiens » vite isolés en cette terre protestante (3 avril 1892). Une troisième menace, enfin, faisait craindre pour l’avenir du catholicisme. Celle-là était plus diffuse mais non moins sentie : elle provenait de partout à la fois, de la progression en Occident des principes du libéralisme formellement condamnés par tous les papes depuis la Révolution française ; du prosélytisme des protestants venus de France et de Suisse à l’instigation des sociétés missionnaires britanniques ; de la ville et du va-et-vient entre le Québec et les Etats-Unis d’où provenaient des comportements et des attitudes qui contrevenaient aux enseignements moraux des prêtres ; du Canada anglais majoritairement protestant dont les lois contredisaient parfois (sur le divorce par exemple) les prescriptions de l’Eglise catholique ; bref d’un environnement libéral et protestant perçu comme hostile au catholicisme.

66Cette perception des menaces qui pesaient sur les Canadiens français justifiait le clergé de proposer l’unité de mœurs, de langue et de foi comme critères d’appartenance nationale. Notons l’absence d’un cadre territorial et politique dans cette définition de la nation dont la fonction est d’intégrer tous les éléments de la diaspora américaine et surtout de contredire le principe libéral des nationalités qui affirmait le droit inaliénable à l’autodétermination, principe au nom duquel la petite bourgeoisie avait conduit le peuple à la révolte en 1837. La réalisation d’un tel programme exigeait du clergé et de ses collaborateurs laïcs l’élimination des forces libérales, l’arrêt du mouvement migratoire et la restauration du catholicisme. Dans sa lutte contre le libéralisme le clergé sut employer plusieurs armes. Aux journaux qui diffusaient l’idéologie libérale, il opposa une condamnation doctrinale et fonda ses propres journaux. Chaque diocèse fut doté d’un ou de quelques organes de presse rédigés par des membres du clergé ou par des laïcs dévoués. Contre les bibliothèques qui diffusèrent les ouvrages mis à l’index, il décréta l’interdit et fonda des bibliothèques paroissiales se substituant ainsi au gouvernement provincial et aux pouvoirs municipaux. A l’exception de quelques municipalités où un certain pluralisme religieux put contribuer à diminuer l’influence du clergé, il n’y eut pas, avant le premier tiers du XXe siècle, d’autres bibliothèques accessibles au public que ces institutions paroissiales très pauvrement dotées. A Saint - Boniface, le curé Bellemare avouait préférer ne pas éduquer ses fidèles à la lecture, de crainte qu’ils ne découvrent les ouvrages condamnés. Le libéralisme et le laïcisme trouvèrent aussi un terrain fertile au sein des associations littéraires et scientifiques ; le clergé les combattit en les condamnant, en leur imposant un aumônier censeur et en créant des associations parallèles qui leur fit concurrence. Dans la mise en œuvre de l’ensemble de ces moyens d’action contre le libéralisme, le clergé montra une parfaite unité d’un bout à l’autre du Québec. Quelques évêques manifestèrent moins de zèle que d’autres, mais cela n’alla pas jusqu’à la scission comme dans le cas des luttes politiques.

67Quand, au tournant des années 1850, le libéralisme prit appui sur un parti politique, le clergé commença à militer ouvertement pour le parti conservateur, faisant servir le confessionnal et la chaire au combat contre l’erreur libérale. Les libéraux durent se soumettre s’ils voulaient entretenir quelque espoir de gagner la lutte électorale : ils retirèrent de leur programme toutes les politiques hostiles à l’Eglise (abolition de l’obligation légale de payer la dîme, séparation de l’Eglise et de l’Etat) et passèrent sous silence les principes du libéralisme (liberté d’opinion et de conscience) que l’Eglise condamnait. En somme, après 1870, le parti n’avait plus de libéral que le nom. Cette soumission ne satisfaisait pas les évêques les plus intransigeants, Laflèche à Trois-Rivières et Bourget à Montréal, Ceux-ci encouragèrent la formation d’un parti politique catholique dont les candidats aux élections devaient s’engager à suivre les recommandations du clergé. Cette position parut exagérée aux yeux de l’archevêque de Québec, Elzéar-A. Taschereau, qui désavoua ses collègues de Montréal et de Trois-Rivières et ouvrit une brèche au sein de la cohésion cléricale. Les évêques et le clergé se scindèrent en deux clans. D’un côté, les intransigeants qui exigeaient l’application rigoureuse des condamnations de Rome contre le libéralisme. Cette fraction était très minoritaire mais tenait sa force du prestige du vieil évêque de Montréal. A sa mort en 1878, les intransigeants s’identifièrent de plus en plus à T entourage de l’évêque de Trois-Rivières, qui jouissait d’une quasi-vénération dans son diocèse comme en témoignent les lettres de Charles Bellemare (26 avril 1889). De l’autre côté, les modérés, regroupés autour de l’archevêque de Québec, redoutaient, quant à eux, que l’opinion des intransigeants nuise à l’Église en lui aliénant la sympathie du pouvoir politique canadien contrôlé par les protestants ; et ils refusèrent de censurer le parti libéral.

68Fort de cet encouragement, le parti libéral contesta devant les tribunaux civils les prétentions de certains curés au droit d’orienter le vote. Ces célèbres procès sur « l’influence indue » du clergé marquèrent l’histoire politique du Québec. Rome voulut pacifier les antagonistes en déléguant à quelques reprises des enquêteurs spéciaux, mais chacun des partis resta sur ses positions et tenta de convaincre l’émissaire de la vérité de son point de vue. Car c’était bien de vérité et d’erreur dont il était question dans ce différend que Rome trancha en faveur des modérés sans convaincre les intransigeants de leur tort. Ainsi, encore à la fin du siècle, le curé Bellemare et plusieurs autres comme lui jugeaient que le libéralisme était une erreur doctrinale et que les libéraux étaient hostiles à l’Eglise.

69L’ampleur de l’émigration vers les États-Unis a profondément traumatisé les élites laïques et religieuses. Au nombre des politiques destinées à endiguer cet exode, l’agriculture et la colonisation furent les solutions proposées les plus accessibles et les moins coûteuses, et par surcroît, de prétendre le clergé, les plus conformes à la morale catholique. L’Eglise et l’État collaborèrent pour promouvoir cette solution : l’homme politique fixa le cadre juridique au mouvement d’extension du domaine agricole, le prêtre se fit le guide du colon. Il l’encouragea et le supporta au moyen des sociétés de colonisation qui dans bien des cas étaient son œuvre ; il valorisa son travail et l’encadra en le suivant en forêt, exécutant souvent les mêmes tâches de défrichement et lui apportant le réconfort moral que ces travaux exténuants faisaient apprécier. On connaît mieux les quelques figures légendaires des curés colonisateurs Labelle, Marquis ou Brassard, mais ceux-là ne doivent pas faire oublier que tous les prêtres qui desservirent les terres de colonisation jouèrent à peu près le même rôle. Les exemples du curé Bellemare et de son frère l’illustrent éloquemment.

70Le clergé s’employa avec zèle à diffuser des pratiques agricoles mieux adaptées aux exigences du marché et conséquemment plus susceptibles de retenir le paysan sur sa ferme. Jaloux de ses prérogatives dans le domaine de l’éducation, il se refusa à en laisser la moindre parcelle aux laïcs, pas même les écoles d’agriculture qu’il fonda dans quelques localités. Educateur agricole, le clergé le fut aussi à travers ses propres journaux destinés spécialement à la famille rurale. Il encouragea également les sociétés d’agriculture régionales ; et constatant les résultats plutôt mitigés de cette institution trop éloignée des bases locales, il contribua à former dans les paroisses des cercles agricoles où les curés jouèrent un rôle de premier plan. Misant sur l’efficacité de ces cercles, les évêques instituèrent, au milieu des années 1890, une nouvelle fonction au sein du clergé, celle de missionnaire agricole. Dans chaque diocèse, des prêtres eurent pour tâche de visiter les paroisses et d’y enseigner les nouvelles techniques agricoles. L’ami de Charles Bellemare, le curé Denis Gérin de Saint-Justin, fut un de ceux-là, et sans doute aussi un des plus engagés : secrétaire de l’œuvre des missionnaires agricoles, auparavant fondateur du premier cercle agricole du diocèse de Trois-Rivières et directeur de la société d’industrie laitière du Québec. C’est sans doute auprès de cet ami que le curé Bellemare a trouvé l’inspiration qu’il lui fallait pour fonder une fromagerie dans sa paroisse alors que l’absence de moyens efficaces de transport semblait en interdire la possibilité.

71La restauration du catholicisme, telle était l’autre cause que s’était assigné le clergé au lendemain des manifestations d’anticléricalisme qui surgirent dans les campagnes au cours des années de rébellion. L’obstacle majeur à une action pastorale plus énergique résidait dans la faiblesse numérique du clergé qui ne parvenait pas à desservir adéquatement toutes les paroisses. Or, à compter du milieu du siècle, les effectifs ecclésiastiques augmentèrent beaucoup plus rapidement que la population, non seulement grâce à l’apport des communautés religieuses de France, mais plus particulièrement en raison du recrutement au Québec dont le succès s’accrut avec le prestige des clercs. Le rapport prêtre/fidèles passa de 1/1080 à 1/567 entre 1850 et 1890. Dans le diocèse de Trois-Rivières, ce ratio qui était de 1/1965 chuta presque de moitié au cours de la période. Les effets ne se firent pas attendre : les trois quarts des paroisses de plus de 1500 habitants étaient desservies par plus d’un prêtre à la fin du siècle. Le clergé avait alors les effectifs pour mieux encadrer les fidèles et leur inculquer de nouveaux modèles de comportement religieux.

  • 12 Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la Troisième République, 1871-1898. Paris, 1973, p. 111 et suivant (...)

72En Normandie tout autre est la place du prêtre, surtout après le vote des « lois laïques ». La situation politique dans les années 80, après l’échec de la tentative de restauration monarchique durant les débuts de la Troisième République, est marquée, en effet, par un fort courant anticlérical qui s’exprime dans une série de lois destinées à « séculariser l’État et la vie sociale... et à ôter au clergé son influence dans la société et son autorité politique »12 : suppression de l’obligation du repos dominical (1880), abolition du caractère confessionnel des cimetières (1881), laïcité de l’enseignement (1882), autorisation du divorce (1884), laïcisation des hôpitaux, facilités plus grandes accordées pour les enterrements civils, loi militaire supprimant les exemptions accordées au clergé (« les curés sac au dos »...).

  • 13 Sur cette question de l’école, cf. G. Cholvy et Y.-M. Hilaire, Histoire religieuse de la France con (...)

73Le curé de Chambray, comme nombre de catholiques, a l’impression d’être dans une citadelle assiégée et dénonce, comme son confrère québécois parlant du libéralisme, « la vilaine politique ». Il se plaint amèrement de ne plus avoir le droit de pénétrer dans l’école, « droit que des mécréants se sont hâtés d’enlever au curé par la loi de 86 sur l’instruction laïque, gratuite et obligatoire, des mots bien ronflants qui recouvrent parfois de bien vilaines choses » (31 mai 1889). Désormais Chambray a son « école officielle » mixte — alors que le plus souvent filles et garçons étaient séparés — où les « fortes têtes » envoient leurs petites filles, et l’école fondée par le château et tenue par une religieuse de la Providence d’Evreux. C’en est fini de la surveillance exercée autrefois par le desservant du village auprès des instituteurs ; formés dans des Ecoles Normales devenues désormais de vrais « séminaires laïques », certains sont, surtout dans la seconde génération, fort anticléricaux à l’image de celui de Chambray13.

74Tout comme son ami, Vital Bellemare est politiquement très conservateur. Il ne tarit pas de mépris à l’égard du suffrage universel : « Triste ! Triste, cette démagogie où l’on patauge en France avec cet idiot de suffrage universel qui met la médiocrité sur le pavois et tyrannise et persécute ce qui est noble et bon » (13 mai 1898). Il répugne aux « sinistres comédies... du suffrage du populo souverain qui vote blanc, qui vote rouge, tantôt l’un tantôt l’autre, et sans trop savoir pourquoi... » (7 octobre 1889). Il n’a pas de mots assez durs pour condamner cette « salle de braillards » qu’est la chambre des députés (3 décembre 1887).

75Les républicains lui semblent gens méprisables avec tous les « épithètes (dont ils décorent leurs noms) : opportuniste, radical, révisionniste, possibilitste, etc... » (12 mai 1890). La monarchie lui paraît le meilleur régime possible et il ne cache pas sa sympathie pour le comte de Paris, dont il envoie une photo à son ami. L’accueil chaleureux que le comte reçoit au Québec en 1890 le comble de joie. Et ce ne sont pas les divers scandales, comme celui de Panama, dans lequel sont compromis des députés, qui le feront changer d’avis ! Ses sentiments monarchistes ne l’incitent cependant pas à soutenir le général Boulanger, dont il n’apprécie ni le style (un « pantin »...) ni le bruit fait autour de lui.

76Francs-maçons et libres-penseurs portent, selon lui, la responsabilité de la politique anticléricale menée par le gouvernement. S’il s’agit là de l’un des leit-motiv qui courent dans le monde catholique, il faut reconnaître que dans l’Eure, et plus particulièrement dans la région de Chambray et Pacy-sur-Eure, la franc-maçonnerie est très active. Or, depuis 1877, la mention de Grand Architecte de l’Univers disparaît des actes officiels et des rituels du Grand Orient de France, entraînant la laïcisation totale de l’obédience. Cet abandon des références divines rapproche alors la franc-maçonnerie des sociétés de libre-pensée qui se développent dans la banlieue rouennaise, à Elbeuf et dans le sud-est de l’Eure. Pour satisfaire ces groupes qui militent en faveur d’une séparation de l’Église et de l’État, certaines municipalités comme celle d’Evreux interdisent les processions sur la voie publique lors de la Fête-Dieu. L’abbé Bellemare y est évidemment très sensible et redoute semblable mesure dans sa paroisse. La propagande en faveur des obsèques civiles faite par la franc-maçonnerie est aussi l’un de ses soucis. Il est vrai que le chef de la loge maçonnique de Pacy habite près de Chambray, à Houlbec. Ce sont là des difficultés que ne rencontre pas son confrère québécois et qui le confortent dans son opposition à la République.

  • 14 Pierre Pierrard, Juifs et catholiques français, Paris, 1967, 345 p.
  • 15 Pierre Sorlin, La Croix et les Juifs, Paris, 1967, 345 p.
  • 16 Sur les catholiques dreyfusards, cf. l’article de Jean-Marie Mayeur, « Les catholiques dreyfusards  (...)

77Tous deux Usent la presse conservatrice et échangent leurs journaux favoris. Ils apprécient tout particulièrement le journal antisémite La Libre Parole, dont le rédacteur Edouard Drumont a droit à toute leur sympathie pour sa « sincérité » et la « persécution » dont il est l’objet (20 janvier 1893). Cette attitude n’est en rien originale, Pierre Pierrard14 et Pierre Sorlin15 ayant montré la vigueur de l’antisémitisme catholique de cette fin de siècle. L’équation juif = franc-maçon était installée dans bien des esprits et beaucoup de catholiques voient dans la République l’œuvre des Juifs et des francs-maçons. Cependant lorsque le marquis de Morès, disciple de Drumont, tue en duel le capitaine Mayer, un Juif alsacien, Charles émet des réserves... mais uniquement parce qu’il a « toujours eu le duel en horreur » : « il n’est pas regrettable de voir un Juif tomber sur le carreau, mais je n’approuve pas qu’il y tombe par le duel » (7 octobre 1892). L’arrestation de Dreyfus puis sa condamnation ne semblent pas, par contre, retenir leur attention ; il est vrai que « l’affaire » ne prend une grande importance dans l’opinion qu’à partir de 1898, soit peu de temps avant que ne cesse la correspondance entre nos deux amis16.

78L’entourage de Vital Bellemare ne peut que le conforter dans ses idées. Outre les desservants des paroisses voisines, il fréquente surtout la princesse de Croÿ, propriétaire du château de Chambray et veuve de l’un des membres les plus éminents de la noblesse française, apparenté aux princes de Ligne et aux ducs de Rochechouart-Mortemart. Quant à la princesse, elle est l’arrière-petite-fille de la duchesse de Tourzel, gouvernante des enfants de Louis XVI. Il s’agit donc d’une des familles les plus titrées de France. Des liens très étroits, faits de respect, de reconnaissance et d’admiration pour sa vie entièrement consacrée à ses enfants et aux pauvres, unissent le curé de Chambray à la princesse particulièrement généreuse pour l’église (chaque événement familial étant l’occasion d’un don destiné à embellir le sanctuaire). Vital Bellemare est heureux et fier d’avoir son couvert mis au château une fois par semaine, de disposer de la clé de la bibliothèque dans laquelle il peut puiser à son gré, et de pouvoir librement se promener dans le parc.

  • 17 Nadine-Josette Chaline et A. Fouré, Hier, une chrétienté ? Rouen, 1978, p. 96.

79Il ne faudrait toutefois pas imaginer que semblable concorde règne toujours entre curé et châtelain ; les relations sont fonction des tempéraments réciproques. Il existe d’ailleurs à Chambray même un autre château, tout près du presbytère, mais très « mal habité » et dont l’église n’a rien à attendre. Quant au châtelain anticlérical, il est plus répandu qu’on ne le croit. En 1828, visitant la commune du Héron, l’archevêque de Rouen note que le prêtre est « avec raison fatigué du château (habité par le marquis de Pomereu !) qui est le fléau de la paroisse et a fait travailler le jour de la Fête-Dieu »17. Vital apprécie donc tout particulièrement la compagnie de la princesse de Croÿ et de ses enfants, dont il raconte volontiers les faits et gestes (hivers à Paris, bals, mariages, petits événements de la vie quotidienne...), s’inquiétant parfois de la baisse des revenus de sa « bonne princesse » ou redoutant les excès de son dernier gendre, M. de Vennevelle, venu de Paris... à bicyclette : « quelles maladies de cœur ça prépare pour l’avenir, tous ces engins là ! » (10 août 1898).

80Mais parmi les relations de Vital aucun fonctionnaire du gouvernement, aucun de ces nouveaux notables issus de la classe moyenne, dont l’émergence avait été annoncée quelques années plus tôt par le républicain Gambetta. A Shawinigan, au contraire, ainsi que nous l’avons dit, Charles a établi des rapports harmonieux avec le notaire, le médecin, le fonctionnaire du gouvernement fédéral qui a la responsabilité des installations de flottage du bois.

81La situation respective des deux prêtres, tout en ayant des traits communs, comporte nombre de différences, dont certaines sont à mettre au compte de cette région de la vallée de l’Eure, où la pratique religieuse est incontestablement moins vive qu’au Québec.

Une terre de chrétienté au Québec... Une vallée de l’Eure indifférente

82La vie religieuse de la vallée de l’Eure et de la Mauricie est, bien sûr, au centre des préoccupations de nos deux ecclésiastiques ; le Normand ne cessant de mesurer ses ouailles à l’aune de la pratique des Québécois !

  • 18 Cholvy et Hilaire, dans leur Histoire religieuse..., tome I, pp. 259-307, montrent bien la géograph (...)

83Le contraste est effectivement fort grand entre la ferveur québécoise et la tiédeur des populations de l’Eure, l’une des régions les moins pratiquantes de France18.

  • 19 A Saint-Etienne-des-Grès, le curé déplorait le peu d’assiduité de ses fidèles à la messe les dimanc (...)
  • 20 René Hardy et Jean Roy, « Encadrement social et mutation de la culture religieuse en Mauricie, 1850 (...)
  • 21 Jean Roy, « Religion et vie quotidienne à Saint-Boniface au XXe siècle : une contribution à l’étude (...)

84L’étude de la pratique religieuse en Mauricie a révélé qu’au milieu du XIXe siècle, la moitié des paroisses comptaient 10 % et plus de fidèles qui ne se présentaient pas à la communion pascale. Si ce type de comportement contraire aux enseignements du clergé se rencontrait encore fréquemment au début des années187019, tous les paroissiens ou presque se déclaraient néanmoins catholiques pratiquants. Force est donc de conclure que la foi était bien ancrée au sein de cette population, mais que la religion pratiquée ne correspondait pas encore aux normes de l’Eglise. Cependant à la fin du siècle, le clergé est parvenu à faire accepter ses enseignements : la moyenne des non-pascalisants a été réduite à deux dans 31 des 35 paroisses ou dessertes du diocèse. La Mauricie était alors une région de pratique unanime, la croissance des effectifs du clergé ayant rendu possible un meilleur encadrement des fidèles20. La correspondance du curé Bellemare nous en offre de nombreux exemples : enseignement du catéchisme à l’école élémentaire publique, retraites prêchées par des prédicateurs spécialisés, pèlerinages annuels et multiplication des dévotions de toutes sortes encouragées par la création de nombreuses associations ou confréries de piété. A Saint-Boniface comme dans les autres paroisses, un calendrier liturgique des plus chargés a rythmé les saisons et imprégné les gestes quotidiens de symboles religieux : mois des Quarante-Heures en février, de saint Joseph en mars, de Marie en mai, du Sacré-Cœur en juin, du Rosaire en octobre, des Morts en novembre, sans compter les cérémonies préparatoires à la Nativité et à la Résurrection21. La toponymie n’a pas échappé à ce mouvement de sacralisation du quotidien qui a caractérisé ce demi-siècle de restauration du catholicisme, rares étant en effet les municipalités qui ne se sont pas placées sous le patronage d’un saint.

85La comparaison n’est pas à l’avantage du diocèse d’Evreux : « Quel pays de cocagne, là-bas... Quel pays de coquins ici ! » (3 août 1889). Esprit intelligent et fin, l’abbé Bellemare donne à plusieurs reprises une étude très nuancée de la vie religieuse de sa région : « Chambray est moins mal entre les pires... » (1er janvier 1888). Certes il existe des régions encore plus détachées, mais le sud-est du diocèse d’Evreux appartient à ces marches proches de Paris, où seule une très faible minorité fréquente régulièrement l’église. « Il faut toujours pousser à la roue », écrit l’abbé, « pour que la dévotion, morte ou languissante tout le reste du temps, se révèle un peu dans (les) grandes circonstances » (ibidem). « Comment comparer ces populations à la foi mourante, aux vôtres, vivantes et jeunes, croyantes et pratiquantes. Là où vous êtes accoutumé à voir et compter 2 à 300 communions et plus, nous sommes émerveillés, ici, de pouvoir en compter le dixième » confie-t-il un peu plus loin (4 mai 1888). Chaque année l’espoir renaît en voyant les enfants de la Première Communion s’engager solennellement à fréquenter les sacrements et à assister à la messe régulièrement ; puis, comme leurs parents, ils disparaissent à leur tour... Même les chantres se dispensent de venir « chanter la messe » pendant les moissons ! » « Je ne peux point, hélas ! commencer ma lettre comme vous commencez la vôtre en vous disant que je sors du confessionnal et que j’y ai passé la matinée », se lamente l’abbé Bellemare (3 août 1889), « les araignées auraient toute facilité de tisser leur toile dans le confessionnal, si on attendait, pour en chasser la poussière, que les dévots viennent y demander le sacrement de Pénitence ! » A plusieurs reprises, Vital Bellemare parlant avec humour de ses paroissiens, les appelle ses « infidèles » (8 octobre 1887, 4 mai 1888). Aussi si les routes sont trop mauvaises par suite de chutes de neige, il s’abstient d’aller dire l’office à Rouvray, car, écrit-il, « si j’avais eu l’intempestive audace de me déranger, (les gens) auraient ri de mon entreprise, mais n’auraient certainement pas admiré mon inutile courage... » (16 mars 1888).

86Pourtant les grandes fêtes ramènent les paroissiens à l’église ; la Fête-Dieu, le 15 août, Noël, Pâques, et surtout les Rameaux et la Toussaint (« Si tous les dimanches étaient une Toussaint... » laisse échapper Vital le 25 octobre 1888). Le culte des morts explique d’ailleurs la grande fréquentation de l’église ces deux derniers jours ; n’est-ce pas « pour avoir la messe à leur inhumation » que les habitants de Sainte-Colombe se sont cotisés pour procéder aux réparations indispensables à l’église ? (3 juin 1895).

87Du même désir relève le rôle assumé par la confrérie de charité d’Autheuil, village voisin de Chambray, qui rehausse de sa présence les obsèques célébrées dans les paroisses environnantes. Remontant à 1618, la charité d’Autheuil est une de ces confréries funéraires très caractéristiques de la province ; alors qu’avant la Révolution il en existait dans toute la Normandie, elles survivent surtout, au XIXe siècle, dans les villages de l’Eure. Composée de 12 à 15 « frères » recrutés aux alentours (7 février 1888), la charité, placée sous la protection d’un saint patron, possède croix, bannière et drap mortuaire. Portant « la culotte courte, une petite soutanelle et un beau chaperon avec galons en or » (ibidem), les frères ou « chantons » accomplissent « trois ans de service, soit eux-mêmes, soit par un commis qui (les) remplace » (ibidem) ; « ils sont obligés de « suivre un certain règlement, par-dessus lequel ils sautent quelquefois »... En effet ces confréries ne brillent pas toujours par la discipline ni surtout par la tempérance ! Cependant elles se sont bien assagies, même si des agapes longues et copieuses rythment encore leur calendrier et s’il reste d’usage d’arroser les retours d’inhumation parfois plus que de raison.

88Il n’en reste pas moins que les enterrements sont les moments privilégiés où se retrouve la communauté paroissiale : « le glas funèbre... ravive... la foi qui n’est pas sans cela très agissante. Nos gens n’accompagnent pas que les leurs dans la funèbre cérémonie, ils viennent en bon nombre... accompagnent le défunt à l’église, assistent à (l’office) sérieusement ou même dévotement, et vont au cimetière, où, une fois rendus, il arrive souvent qu’ils s’éparpillent pour aller prier sur les tombes de leurs défunts »... (11 février 1889). Les familles les plus ferventes demandent, pour le repos de l’âme de leurs morts, un « annuel » de messes, c’est-à-dire une messe chaque semaine durant un an (7 février 1891). D’autres, non sans quelque inconséquence, « font recommander leurs morts aux prières publiques le dimanche »... sans pour autant assister à la messe !

89Cet attachement au culte des morts explique la rareté des obsèques civiles à Chambray. Certes le phénomène n’est pas totalement inconnu ; à Fontaine il y en eut un en 1887 (« une vieille barbe de 48 » !) et un autre à Sainte-Colombe (le père du maire de la commune). Ce dernier appartenait à la franc-maçonnerie relativement bien implantée à Pacy et Saint-André de l’Eure et qui faisait campagne auprès des paysans pour les enterrements civils. Le mot d’ordre était très inégalement suivi, puisque le propre chef de la loge de Pacy, le député Bully, fut inhumé religieusement en février 1890. Cependant la menace est assez sérieuse pour inciter le desservant de Chambray à se montrer peu exigeant dans le règlement de ses honoraires, par crainte de voir certains paroissiens choisir l’enterrement civil afin de ne rien avoir à débourser !

90Outre les funérailles, la célébration d’une grande fête ou la visite de l’évêque dans le village viennent périodiquement réveiller ces fidèles assoupis. La Fête-Dieu, avec ses quatre reposoirs dressés dans les rues du village, attire encore beaucoup de monde : « petites filles en blanc, guidées par les religieuses et jetant au bon Dieu leurs pétales de roses, escorte de fidèles assez fournie..., le célébrant, votre serviteur, en belle chape d’or, porte Dieu sous le dais que portent les marguilliers... La route est pavée de feuillage et de beaux joncs qu’étalent les gens tout le long du parcours... » (29 mai 1889).

91La venue de l’évêque pour la confirmation est une autre occasion de grandes festivités : guirlandes et arc de triomphe sont installés aux limites de la paroisse, tandis que charitons, chantres et musiciens viennent à la rencontre de Monseigneur avec un grand concours de fidèles (9 avril 1889).

92Enfin qu’un événement extraordinaire survienne dans le village, et les paroissiens retrouvent le chemin de l’église. Ainsi pour la bénédiction de la nouvelle cloche à Chambray (6 juillet 1888) ou pour la réouverture au culte de l’église de Sainte-Colombe : on se serait « cru un peu au Canada plein de foi... il y avait foule, foule » (3 juin 1895). D’où la conclusion de l’abbé Bellemare : « vous voyez qu’il ne faut pas faire du pessimisme à jet continu... ».

  • 22 La Haute-Normandie est loin d’offrir un paysage religieux uniforme. Le diocèse de Rouen est plus pr (...)

93L’image qui s’impose, accentuée encore par la permanente comparaison avec l’unanimité québécoise, est celle d’une Normandie non certes déchristianisée mais où, dans des régions entières comme la vallée de l’Eure, malgré la persistance d’un encadrement religieux, la pratique tend à devenir purement épisodique22. La correspondance des deux abbés Bellemare s’arrête juste à la veille de ces lois anticléricales qui, à l’orée du XXe siècle, vont venir bouleverser la vie religieuse en France. Mais au moins les quelques aspects évoqués ici auront-ils suggéré l’intérêt de ce document.

Notes

1 Pierre Savard, Le consulat général de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1914. Presses de l’université Laval, 1970, 133 p.

2 Gabriel Dussault, Le curé Labelle. Messianisme, utopie et colonisation au Québec, 1850-1900. Hurtubise HMH, 1983, 392 p.

3 Semaine religieuse du diocèse d’Evreux, 30 janvier et 7 février 1891.

4 Ibidem, 9 août 1890 puis le 7 février 1891 lors de son décès.

5 Ibidem, 24 janvier 1891. Le 13 avril 1895 la Semaine religieuse cite son homologue de Québec du 30 mars rapportant une guérison attribuée au Vénérable François de Laval.

6 René Hardy et Normand Séguin, Forêt et société en Mauricie. La formation de la région de Trois-Rivières, 1830-1930. Boréal Express, 1984, 223 p. et René Hardy, Normand Séguin et Pierre Lanthier, « Les industries rurales et l’extension du réseau villageois durant la seconde moitié du XIXe siècle », dans Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l’Ouest, XVIIe-XXe siècles. Centre de recherche en études québécoises, Université du Québec à Trois-Rivières et Presses universitaires de Rennes II, 1987, pp. 239-254.

7 V.-A. Malte-Brun, Le département de l’Eure, 1882, réédition 1985, p. 13.

8 Ibidem, p. 14.

9 Ibidem, p. 14.

10 Jean-Pierre Chaline, La Normandie de 1900 à nos jours (sous la direction de Gabriel Désert), Privat, 1978, p. 45.

11 C’est à Elbeuf que naît en 1885, deux ans avant le début de la correspondance entre les abbés Bellemare, le jeune Emile Herzog (en littérature André Maurois) dans une famille d’industriels alsaciens repliés en Normandie.

12 Jean-Marie Mayeur, Les débuts de la Troisième République, 1871-1898. Paris, 1973, p. 111 et suivantes.

13 Sur cette question de l’école, cf. G. Cholvy et Y.-M. Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, 1880-1930, Privat, 1986, tome II, pp. 58-65.

14 Pierre Pierrard, Juifs et catholiques français, Paris, 1967, 345 p.

15 Pierre Sorlin, La Croix et les Juifs, Paris, 1967, 345 p.

16 Sur les catholiques dreyfusards, cf. l’article de Jean-Marie Mayeur, « Les catholiques dreyfusards », Revue historique, avril-juin 1979, pp. 337-361.

17 Nadine-Josette Chaline et A. Fouré, Hier, une chrétienté ? Rouen, 1978, p. 96.

18 Cholvy et Hilaire, dans leur Histoire religieuse..., tome I, pp. 259-307, montrent bien la géographie religieuse très contrastée de la France, où s’opposent terres de fidélité et zones de fragilité. La publication des deux premiers tomes des Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français, sous la direction du chanoine Fernand Boulard et de Yves-Marie Hilaire, confirme les grandes disparités régionales existant en France.

19 A Saint-Etienne-des-Grès, le curé déplorait le peu d’assiduité de ses fidèles à la messe les dimanches et les fêtes, et à Saint-Barnabé, pour citer le cas d’une autre paroisse de la zone de Saint-Boniface, le curé déclarait à l’évêque que vingt de ses paroissiens ne faisaient pas leurs pâques régulièrement et que cinquante ne venaient à l’église que très rarement.

20 René Hardy et Jean Roy, « Encadrement social et mutation de la culture religieuse en Mauricie, 1850-1900 », Question de culture, no 5, Les régions culturelles, Institut québécois de recherche sur la culture, 1983, pp. 61-79.

21 Jean Roy, « Religion et vie quotidienne à Saint-Boniface au XXe siècle : une contribution à l’étude de la piété populaire en Mauricie », dans Société villageoises et rapports villes campagnes au Québec et dans la France de l’Ouest, XVII-XXe siècle. Centre de recherche en études québécoises, Université du Québec à Trois-Rivières et Presses universitaires de Rennes II, 1987, pp. 409-416.

22 La Haute-Normandie est loin d’offrir un paysage religieux uniforme. Le diocèse de Rouen est plus pratiquant que celui d’Evreux. Et le pays de Caux est beaucoup plus fidèle que le pays de Bray. Cf. Nadine-Josette Chaline, Des catholiques normands sous la Troisième République. Crises, combats, renouveaux. Roanne, 1985, pp. 13-25.

Table des illustrations

Titre GENEALOGIE DE CHARLES-THEODORE BELLEMARE (1846-1911)
Légende 1. N’a pas émigré. 2. Vécut 17 jours. 3. Postulante à la Congrégation Notre-Dame. 4. Se maria deux fois. Quatre filles et un garçon naquirent de son mariage avec Marie Lamy, en 1890. Son fils Charles mourut en 1918, célibataire. Deux de ses filles se firent religieuses, les deux autres moururent célibataires. 5. Décédée célibataire. * Religieuse de la Congrégation Notre-Dame. ** Prêtre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search