Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Conclusions

Texte intégral

1Sous le second Empire et les débuts de la IIIe République, l’évolution générale du mouvement ouvrier n'est pas identique dans toutes les grandes cités industrielles de France. A une époque de profondes transformations économiques, quand ce mouvement, à ses débuts, doit se définir sur les plans social et politique, des différences sensibles apparaissent d'une région à l’autre entre les types d'organisations qui se constituent, leur composition, les buts qu’elles poursuivent, réformistes ou révolutionnaires, les moyens d’action quelles sont amenées à utiliser, les rapports qu’elles entretiennent avec les autorités administratives et les partis politiques.

2Les caractères originaux du mouvement ouvrier rouennais méritent d’être dégagés au cours de trois périodes : le début du second Empire ; les années 1866 à 1870 ; les crises de la guerre de 1870, de la Commune et des premières années de la République.

I

3Les études consacrées aux industries françaises sous le second Empire ont souligné l'extrême diversité de leur degré d’évolution. Il est superficiel d'opposer sommairement les industries nouvelles aux industries anciennes car dans chaque secteur coexistent les formes d’activité les plus archaïques et les plus modernes. Ainsi à Rouen, pour le coton, les petites filatures à bras, ou les vieux métiers des tisserands de la campagne et d’autre part les grands établissements de Pouyer-Quertier, de Fauquet ou la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray. A Elbeuf, la situation n’est guère différente, avec quelques années de décalage : les tisserands à la main fournissent encore une grande partie de la production mais le tissage mécanique de la laine progresse après 1860. Dans la métallurgie non loin de Buddicom à Sotteville, les ateliers de Saint-Sever emploient au maximum quelques dizaines de personnes. Il en résulte évidemment une très grande diversité de la condition matérielle des ouvriers tant du point de vue du salaire ou de la régularité de l’emploi que de la vie même dans les ateliers.

4Cependant, pour les auteurs contemporains, la classe ouvrière rouennaise dans son ensemble manifeste le même comportement à l’égard des patrons : sauf pendant la crise de 1848, elle se montre en général assez facile à conduire.

5Ce calme habituel s’explique par une dépendance très étroite à l’égard des employeurs. La soumission des tisserands de coton est totale envers les commis et les fabricants ; elle est un peu moins marquée chez les tisserands de la laine puisqu’un certain nombre d’entre eux habitent Elbeuf et peuvent se concerter. On la retrouve dans les entreprises familiales des vallées du Cailly et de la Sainte-Austreberthe où les ouvriers, dans les communes voisines, ont conservé des attaches rurales et servent la même entreprise pendant de nombreuses années ; les réclamations, si elles se produisent, ne sortent pas du cadre de l’usine. Ce sont ces établissements qui donnent le ton aux relations entre patrons et ouvriers dans toute la région. Ouvriers du bâtiment, teinturiers, fileurs de laine, moins stables, sont également moins disciplinés mais, même en période de crise, ils se contentent généralement de protestations verbales : de 1852 à 1863 on ne compte que 16 grèves dans l'arrondissement. Après 1860, la concentration dans l’industrie du coton va contribuer à modifier la situation ; les grandes usines qui apparaissent doivent faire appel à la main-d’œuvre extérieure ; elles seront les premières atteintes par les mouvements de grève à la fin de l’Empire.

6Il convient, en second lieu, d'insister sur l’échec complet de l'association ouvrière au milieu du XIXe siècle. Alors que Gaumont cite de nombreuses coopératives de production ou de consommation à Paris ou à Lyon, Rouen et Elbeuf sont à peine mentionnés. En 1848 et au début de 1849 on a bien discuté théoriquement dans la presse ou les clubs des mérites comparés de l’association universelle et de l'association partielle, du rôle de l’Etat dans l’association, mais les tentatives de réalisation furent peu nombreuses ; au Club du passage Nitrière les orateurs signalèrent à plusieurs reprises les obstacles que rencontrait la coopération. Aussi en 1849 n’existait-il dans la région que deux coopératives de production, encore ne concernaient-elles pas la grande industrie : celles des tailleurs et des cordonniers et deux coopératives de consommation. Les sociétés de résistance ne connurent pas plus de succès. Salva dut avouer en octobre 1848 que ses tentatives pour organiser les ajusteurs et les fileurs avaient totalement échoué. Enfin s’il existait des sociétés de secours mutuels, elle provenaient généralement d’initiatives patronales, religieuses ou plus tard administratives ; les ouvriers montraient peu d’enthousiasme à se laisser encadrer par les membres honoraires ; les effectifs restèrent faibles et si, exceptionnellement, l’Emulation chrétienne comptait, en 1852, 3 000 adhérents, il faut constater que les ouvriers de la grande industrie n’en constituaient qu’une minorité.

7Sous l'Empire autoritaire les incidents qui pourraient révéler des ententes entre ouvriers de plusieurs établissements sont très rares : grèves du bâtiment de 1852 et 1853, grève des tisserands de Bolbec en juillet 1856 ; on ne peut guère signaler qu'une seule dissolution pour camouflage d’une association de résistance sous les aspects d’une société de secours mutuels, celle de la société des travailleurs du textile de Pavilly (1859).

8Cette absence de tradition de l'association est confirmée après 1864 ; lorsque la surveillance de la police et de l’administration se relâche, les ouvriers ne cherchent pas à en profiter. Les grèves de juin et juillet 1865 affectent une quinzaine d'entreprises cotonnières mais n’aboutissent à aucune esquisse d'organisation ; les sociétés de secours mutuels ne progressent guère : l'Emulation chrétienne même est en recul ; le mouvement coopératif des années 1866 et 1867 pourtant soutenu par des bourgeois libéraux et le Journal de Rouen ne connaît qu'un succès limité ; deux coopératives de production, une société de crédit mutuel, six coopératives de consommation qui végètent et pour la plupart disparaissent avant même la crise de 1870.

9Noiret a montré, à l'époque, qu’il était impossible, par manque de capitaux, de constituer une société de production dans la grande industrie ; mais les artisans du coton ou de la laine rencontraient d'autres difficultés : leur dispersion, la multiplicité des opérations de production et de commercialisation. Quant à l'organisation corporative, elle se heurtait à l’hostilité des manufacturiers qui, ainsi que l'a affirmé Cordier, acceptèrent parfois de discuter avec leurs propres employés mais repoussaient catégoriquement toute intervention extérieure. Au congrès de Lausanne, Aubry décrivit la population rouennaise « courbée sous le joug abrutissant du monopole industriel »... La crainte du pouvoir et du chômage était telle, selon lui, qu’elle empêchait toute tentative d'association.

10Les élections permettaient cependant aux ouvriers de manifester leur hostilité aux défenseurs de l'ordre social.

11Avec l’adoption du suffrage universel le poids de l’électorat ouvrier était devenu prédominant dans les circonscriptions de Rouen et d’Elbeuf. En 1848 chaque liste - et surtout celle du Comité central démocratique - présenta des artisans ou des travailleurs de l’industrie et s'il est évident que certains ouvriers ont voté pour les candidats conservateurs sous l’influence des industriels ou de l’Eglise, par l’intermédiaire des sociétés de secours mutuels ou des œuvres de charité, les résultats des élections prouvent que la majorité des travailleurs rouennais a choisi la démocratie sociale ; les 4e et 6e cantons de Rouen, Grand-Couronne, Elbeuf, Maromme placent les candidats démocrates en tête aussi bien en 1848 qu’en 1849 ; les cantons semi-ruraux de Darnétal et Pavilly leur accordent des pourcentages plus faibles mais précèdent encore nettement les cantons purement agricoles.

12Le programme de la démocratie sociale se présentait comme le prolongement de la démocratie politique par des moyens seulement pacifiques et surtout grâce au suffrage universel. En opposition aux conservateurs, aux industriels, aux notables ruraux, à l’Eglise, il pouvait être accepté aussi bien des bourgeois de professions libérales, des artisans, des ouvriers, et même des paysans, en 1849, quand la peur des « rouges » se fut affaiblie.

13Quelle place ont tenue les ouvriers dans le mouvement démocratique après la disparition des organisations politiques ? La Franc-maçonnerie rouennaise, libérale et très prudente, ne peut comme la Triple unité de Fécamp, servir de refuge aux démocrates. Les radicaux doivent recourir, pour reprendre l’expression de M. Agulhon, à la « sociabilité coutumière » : le café, la boutique du tailleur ou du cordonnier deviennent le lieu de rencontre des opposants, le siège de ces « comités » dont parle le policier Philippon. En fait ces relations assez imprécises permettent au préfet, selon les circonstances, de déclarer qu’il n'existe pas de sociétés secrètes ou qu’un millier de personnes en font partie.

14Ce sont donc les artisans qui tiennent le rôle essentiel dans la démocratie sociale assurant la liaison entre la bourgeoisie et les ouvriers de la grande industrie. Si dans certaines communes de banlieue, à Maromme, Déville ou Elbeuf, des fileurs ou des tisseurs sont jugés des « démagogues dangereux », ils évitent en général de se mettre en avant : « ces messieurs les fabricants, écrit un ouvrier dans le Républicain de Rouen du 28 mai 1849, sont sans pitié pour ceux d'entre nous qu’ils savent ou soupçonnent d’avoir voté rouge, comme ils disent ; vous ferez votre semaine de congé, c’est le dernier mot ». L’ouvrier rouennais qui craint de se compromettre n’apparaît pas comme un militant actif, mais un électeur fidèle qui suit les consignes des agents électoraux dans la mesure où elles ont pu être transmises. Aussi les autorités administratives sont-elles surprises quand, après avoir cru constater l’apathie des ouvriers, elles doivent commenter les résultats des scrutins.

15Il faut cependant mettre à part les consultations dans lesquelles Louis-Napoléon s’est personnellement engagé. Les ouvriers ont voté massivement pour lui aussi bien en 1848 qu’aux plébiscites de 1851 et 1852, malgré les appels des dirigeants démocrates. Selon le Républicain deRouen, le peuple s’est laissé égarer par la religion du souvenir... (14 mai 1849). Mais le Progressif Cauchois tient compte surtout des promesses les plus contradictoires qui ont été faites à toutes les catégories sociales de la nation « Tout le monde va être heureux, grâce aux mines de Potosi que le pouvoir va jeter dans les caisses de la République ». Les rapports du préfet, du procureur général et de la police affirment que les ouvriers sont convaincus que Louis-Napoléon améliorera leur condition et supprimera le chômage - leur principale préoccupation. Après le retour à la prospérité, la confiance apparut à peine entamée par la crise de 1853-1857 dont la responsabilité fut rejetée sur les patrons et la lettre du 5 janvier 1860 suscita de nouveaux espoirs. Les ouvriers rouennais semblent être fidèles à Napoléon jusqu’à la crise politique et sociale de la fin de l’Empire.

16Mais ils n’en continuent pas moins à soutenir les radicaux même lorsque ceux-ci sont contraints de se rapprocher des libéraux. Dès la fin de la seconde République, les démocrates victimes des poursuites, ne peuvent plus mener d’action autonome. Cord’homme reconnaît qu’au moment du coup d’Etat, « on attendait l’initiative de Paris ». Sous l’Empire autoritaire l’affaiblissement de la démocratie sociale se poursuit à cause de la disparition, de l’éloignement ou du renoncement d’un certain nombre de militants. Puis, la peur ayant disparu après 1860, les libéraux osent à nouveau combattre ouvertement le régime ; le rapport des forces bascule et en 1863 l’opposition de gauche choisit comme candidat au Corps législatif non plus un démocrate mais un vieux libéral, Desseaux. Comment allaient réagir artisans et ouvriers qui s'étaient prononcés naguère contre les partisans de Cavaignac ? Après quelques hésitations, leurs voix vont se porter sur l’ancien procureur général de Rouen. Plus tard, au terme de cette évolution, ils en arriveront à soutenir des candidats dont le républicanisme était pourtant de très fraîche date.

17Soumission apparente de la majeure partie de la classe ouvrière à l’égard des manufacturiers, absence complète d’esprit d’association, adhésion fidèle cependant au parti républicain, telles sont les conditions d’ensemble devant lesquelles se trouve le Cercle d’études économiques lorsqu’il entreprend d’organiser un mouvement ouvrier autonome à partir de 1865.

II

18Le rôle de l’Association internationale des travailleurs dans les manifestations du mouvement ouvrier français de 1864 à 1870 a pu être discuté. A Rouen, pourtant, la réponse est simple : à l’exception de la corporation des mouleurs, d’ailleurs peu nombreuse, toutes les organisations créées à la fin de l’Empire s’affilièrent à l’A. I. T.

19Second trait original : alors qu’à Paris, Lyon... le développement de l’A. I. T. s’effectue en deux étapes séparées par le reflux de 1867, la section de Rouen progresse assez régulièrement sans subir de poursuites ni connaître de crises internes.

20Les dirigeants rouennais, jusqu’en 1870, ont toujours cherché à se maintenir strictement dans la légalité en profitant des lois sur les coalitions, le droit de réunion ainsi que de la tolérance envers les chambres syndicales.

21La création du Cercle d’études économiques avait été fort discrète et les fondateurs peu soucieux de se faire connaître, comme le révèle la correspondance de Schrub. Aussi, au milieu de 1867, la section de Rouen ne comptait qu’une vingtaine d’adhérents contre 500 ou 700 pour Lyon. C’est seulement le 18 août 1867 qu'est lancé le premier appel public et le texte ne peut guère permettre de découvrir l’ampleur du programme de l’A. I. T. Le cercle se présente comme un groupe d'études qui doit recueillir une documentation statistique sur la condition ouvrière et cherchera à développer la dignité du travailleur par l’élévation du niveau intellectuel et l’association. Aubry ne manque pas une occasion dans les congrès, les journaux ou les publications du cercle de réprouver l'usage de la violence. Le Journal de Rouen accorde donc facilement son appui à cette organisation qui lui paraît dans la ligne du mouvement coopératif. La lenteur des progrès de l’Internationale est alors simplement due à l’indifférence des ouvriers qui ne voient pas l’intérêt immédiat du programme proposé.

22Au plan politique, les Rouennais adoptent la même attitude circonspecte que les membres du premier bureau parisien : attachés à former des organisations professionnelles, il leur semble inutile et même maladroit de s’attaquer au régime impérial qui s’est engagé sur la voie des concessions à la classe ouvrière. Jusqu’en 1870 les rapports ont été courtois avec l’autorité préfectorale dont on ne manquait jamais de solliciter l’autorisation avant toute convocation de réunion ou création de corporation. Particulièrement significative apparaît la lettre du 20 février 1869 par laquelle Aubry apprend au préfet que le Cercle d’études économiques, faisant droit à ses avis officieux, a décidé de supprimer dans ses statuts toute référence à une attache directe avec l’A. I. T.

23En 1869, la Fédération rouennaise est devenue une organisation de masse ; les corporations qui participent aux grèves - telle celle des fileurs de laine - observent la coutume du préavis, d’autre part on ne signale pratiquement pas d’infractions à la loi de 1864 au cours des différents mouvements. Au début de 1870, lorsque l’agitation politique se développe à Paris, Aubry manifeste son inquiétude à Varlin, principalement devant les incidents qui avaient marqué les funérailles de Victor Noir.

24Grâce à ce respect constant de la légalité, le secrétaire du Cercle espérait ne rencontrer aucun obstacle pour réunir à Rouen au printemps de 1870 le congrès national qui devait permettre la fédération des corporations ouvrières françaises. Dans la brochure Justice et solidarité il a expliqué le choix de cette méthode par sa conception de la Révolution sociale : « La Révolution, dans notre bouche, comme sous notre plume signifie marche en avant, réformes progressives, droits successifs accordés aux citoyens dans le but de conquérir leur émancipation politique, économique, intellectuelle et morale... La Révolution n’est autre chose que la marche progressive de l’esprit humain... ; de son essence, il est patient et son élaboration ayant été lente, il a toujours pour habitude de prendre des allures timides, sachant bien que ce n'est que de cette façon qu’il peut pénétrer toutes les couches sociales... ».

25Cette opinion n’était évidemment pas partagée en 1870 par les fédérations parisienne, lyonnaise ou marseillaise. Quelle a été la place de la fédération rouennaise dans l’idéologie et l’organisation du mouvement ouvrier français ?

26Les délégués rouennais ont été confrontés à des discussions doctrinales dans les différents congrès auxquels ils ont assisté et ils ont dû prendre position à Bruxelles comme à Bâle. Mais ces controverses ne semblent pas avoir pénétré à l’intérieur de la fédération même. Des mentions à ces problèmes ne figurent que dans les correspondances d’Aubry à Richard ou à Varlin ou dans la Lettre aux frères de Suisse parue dans la Réforme sociale. Devant le conflit qui opposait le Conseil général à l'Alliance, Aubry affirme nettement son hostilité au programme de l’Alliance, au collectivisme absolu, à l’abolition de l’héritage et de la famille, au recours à la révolution violente - comme il avait, dès la fin de 1869, repoussé les avances du camp bakouninien. Mais plus tard, après le congrès de La Haye, il devait cette fois protester, avec non moins de vigueur, contre le socialisme autoritaire et centralisateur, « la Fédération rouennaise s’étant toujours faite le vaillant champion du principe fédératif ».

27Aubry a souvent déclaré que les querelles d’écoles devaient passer au second plan « Il n’y a, en ce moment, écrit-il à Richard le 15 juillet 1870, ni proudhoniens, ni collectivistes, ni individualistes, ni mutuellistes absolus ; il ne doit y avoir que des socialistes dévoués qui cherchent la solution du problème social... ». Cependant la Fédération rouennaise est toujours restée dans la ligne proudhonienne. Aubry a expliqué que, déçu par l’échec de la seconde République, dès le début de l'Empire il s’était attaché à l’étude des œuvres de Proudhon dont il cite l'Idée générale de la Révolution au XIXe siècle et surtout De la capacité politique des classes ouvrières. Il subit également, après 1866, l’influence des articles du Courrier français ; les interventions des orateurs aux congrès de l’A. I. T. lui permirent de préciser sa pensée sur le rôle des grèves, la transformation de la propriété terrienne et la réforme de l'éducation. Les orientations de son programme d'action présentées dans ses discours aux assemblées de la Fédération et les rapports aux congrès de Lausanne, Bruxelles et Bâle ont été regroupées dans les articles parus dans l’Internationale en 1872, puis réédités en 1889. L’ouvrage intitulé Justice et Solidarité, solutions pratiques, est divisé en cinq parties :

  • de la Révolution,
  • de l’Economie politique et de l'Economie sociale,
  • de la propriété,
  • de la détermination de la valeur,
  • de la solidarité.
    1. Le but général poursuivi est de compléter l’œuvre politique de 1789 par la Révolution sociale. Alors que la démocratie sociale de 1849 acceptait de collaborer avec certaines fractions de la bourgeoisie, les prolétaires devront entrer en lutte avec celle-ci pour devenir des producteurs libres. Mais cette transformation ne doit pas s'accompagner de violences. Aubry craint le renouvellement d’événements analogues à ceux de 1848 « La Révolution a pour mission de trouver un ordre politique et social capable d'empêcher les crises violentes, car son but n’est que l’établissement de la Justice, c'est-à-dire l’ordre, l'équilibre... ».
    2. C’est la science qui permettra de trouver la solution du problème social. Non pas l’Economie politique, prétendue science « qui subordonne ses découvertes aux intérêts généraux de la classe bourgeoise, mais l’Economie sociale qui les subordonne au point de vue de la société entière ».
    3. Il faut lutter contre le monopole et la concentration capitaliste. La propriété du capital ne peut être qu’une propriété collective ; la terre elle-même doit le devenir. Mais l'auteur s'oppose cependant aux collectivistes absolus et maintient la propriété individuelle des biens de consommation (maison, mobilier...) ainsi que le droit d'héritage. La propriété est le « corollaire de la liberté » et, avec la famille, la base de la civilisation. La propriété individuelle et l’héritage sont « en communion d’idées » avec les aspirations de la classe ouvrière. C’est pour devenir libre et propriétaire que la classe ouvrière combat et travaille depuis 1789.
    4. La détermination de la valeur tient la première place dans l'œuvre de reconstruction sociale. Au congrès de Bâle, Aubry avait déjà affirmé que la solution de toutes les questions économiques et sociales n'était pas ailleurs que dans la moyenne de rémunération de l’heure de travail, les autres questions apparaissant secondaires ; « la propriété, la liberté, la morale, la solidarité, la fraternité » même et la justice qui est la synthèse de toutes ces facultés sociales, ne seront vraies que le jour où les hommes seront arrivés à déterminer exactement le mètre de la production individuelle dans l’ensemble des productions. Elle doit faire cesser l'anarchie qui règne dans les prix de vente et les salaires et mettre fin à ce qu’Aubry appelle la « prélibation capitaliste »1.
    5. D’où la nécessité pour imposer ce calcul d’organiser les forces ouvrières en corporations avec chambres syndicales, fédérations locales, fédérations départementales, nationales et même continentales. Le principe fédératif doit permettre à chaque individu de conserver sa liberté d’action, son autonomie... A chaque échelon l'administration est confiée à des délégués « Lorsque la fédération nationale sera faite, constituez une administration et non un gouvernement. C’est vous qui devez gouverner »... Varlin, sur ce point, ne pensait pas différemment. « Ce n'est pas un état centralisateur et autoritaire qui nommera les directeurs d'usines, de manufactures... ». Les travailleurs eux-mêmes doivent avoir la libre disposition, la possession de leurs instruments de travail, sous la condition d'apporter à l'échange leurs produits au prix de revient, afin qu’il y ait réciprocité de service entre les travailleurs des différentes spécialités (LaMarseillaise, 11 mars 1870).

28Toutes ces réflexions sont évidemment inspirées des ouvrages de Proudhon ; cependant en 1868 et 1869 la Fédération rouennaise avait modifié sa position initiale à l’égard des élections et des grèves.

  1. Aux élections, les proudhoniens rouennais ont d’abord recommandé l'abstention. Le Cercle d'études se tenait à l’écart des « politiquants » qui avaient tous « trahi » la classe ouvrière. Cependant en 1869, il découvre qu'il va devenir une force politique non négligeable « En associant leurs forces économiques, les ouvriers peuvent très facilement, à l'aide du suffrage universel envahir les corps délibérants... »2 La Fédération rejetant toute compromission avec la démocratie se double donc d’un comité électoral formé de délégués de toutes les corporations afin de présenter une candidature ouvrière à Rouen et à Elbeuf. Mais il ne s’agit pas de créer un parti politique ouvrier, « il faut entretenir les masses dans un esprit révolutionnaire exclusivement socialiste en dehors de toute politique militante » (Aubry à Richard, 27 juillet 1869). Dans Justice etSolidarité, Aubry, probablement par souci d’unité, n'a guère insisté sur ce problème ; il renouvelle cependant sa condamnation de l’agitation aux côtés des radicaux. « Si les chefs du mouvement ouvrier avaient (en 1869 et 1870) mieux apprécié la situation, ils n’auraient livré la bataille à l’Empire que le jour où celui-ci aurait voulu leur retirer le droit de coalition. Malheureusement les préjugés de la classe ouvrière étaient encore trop dominants à cette époque et nos adversaires économiques et politiques surent, cette fois encore, en profiter pour faire dévier le mouvement de son véritable but et arriver à celui du 4 Septembre ». Le problème de la collaboration avec les radicaux fut la seule source de controverse entre militants de Rouen et d’Elbeuf, ces derniers faisant, en général, partie du comité démocratique mais il n'en résulta pas, cependant, de véritable conflit.
  2. Il est généralement admis que l’Internationale n’a pas suscité les mouvements de grève à la fin de l'Empire. Ils furent, à l'origine, extérieurs à l’A. I. T., « l’expression palpable de la mesure du sentiment de classe de l’époque, de sa mesure et aussi de ses limites » (J. Dhont), mais favorisèrent singulièrement son développement. C’est l’appui accordé par la section rouennaise à la grève de Sotteville qui lui valut un afflux d'adhésions au début de 1869. Les travailleurs rouennais ont certainement subi la contagion des autres régions industrielles, réagi à la transformation de leurs propres conditions de travail, à la concentration des entreprises, à l’évolution de la conjoncture dans les industries du coton et de la laine mais, également, été encouragés par la solidarité générale, ils ont cessé de se sentir isolés, se sont vus appuyés par une force dont on exagérait singulièrement l’importance : c’est alors que se développe le « mythe de l’Internationale » chez les ouvriers comme chez les industriels étonnés de ne plus trouver seulement comme adversaires, leurs propres salariés.

29Aubry avait d'abord condamné la grève, « non-sens économique » qui imposait de grands sacrifices pour n’apporter que des avantages partiels et temporaires. En 1869, il la préconise comme moyen de développer l’association ouvrière et de créer des ateliers corporatifs ; c'est la grève productive, la grève révolutionnaire, la meilleure arme pour « établir la valeur ». C’est pour atteindre ce but que la corporation des fileurs de laine et la Fédération ouvrière ont organisé la grève d’Elbeuf qui devait être étendue à Darnétal, Louviers, Pont-Authou... Dans ce cas précis, le Cercle n’a pas subi le mouvement mais en a pris l’initiative.

30La Fédération rouennaise, contrairement à celles de Paris, Lyon ou Marseille n’a pas abandonné le mutuellisme pour le collectivisme et ne modifia ses positions doctrinales que sur des points particuliers. Tout d’abord, jusqu’en 1870, elle n’a pas eu à soutenir de luttes qui auraient pu conduire à cette radicalisation. D’autre part les discussions idéologiques paraissaient moins importantes que la mise en place d’une solide organisation. « Aubry, selon Richard, rappelait... qu’en dehors de principes généraux, on n’avait rien à décider avant que le prolétariat... pût indiquer, sans théoriciens et sans doctrinaires, la voie qu’il voulait suivre... En attendant, on n'avait qu’une chose à faire : hâter par la propagande, par l’organisation et la fédération des sociétés ouvrières, l’heure où le monde du travail pourrait enfin prendre la parole efficacement... ».

31Aubry s’est souvent plu à rappeler qu'il avait constitué la première fédération ouvrière en France. Combien compta-t-elle de membres ? Et dans quelles professions ?

32Le manque de documents de trésorerie interdit de connaître même approximativement le nombre des adhérents de l'Internationale ; partisans et adversaires ont eu tendance à l’exagérer et le chiffre de 200 à 300 000 parfois avancé n’est pas admis par les historiens.

33Il faudrait d’abord pouvoir distinguer les adhésions individuelles, qui donnèrent lieu au paiement d'une cotisation et à la remise d’un livret, des adhésions collectives par l’intermédiaire d’une chambre syndicale. Il faut noter ensuite les fluctuations rapides des effectifs ; des centaines d’adhésions de principe signalées après une grève, on ne trouve plus aucune trace quelque temps après.

34Nous disposons simplement de quelques repères pour la région de Rouen : 21 membres en mars 1867 ; l’appel du 29 août 1867 et le congrès de Lausanne apportent, d’après les minutes du Conseil général, 60 cotisations en novembre 1867 et 100 en mars 1868. Ce sont là, des adhésions individuelles à la fois au Cercle d’études et à l’A. I. T.

35Mais à partir de février 1869, l’adhésion à la Fédération rouennaise n'implique plus formellement un lien avec l’Internationale et, en août, Aubry s’est seulement engagé à verser les cotisations au congrès de Bâle ; nous ne disposons donc plus d'aucune indication précise. Le secrétaire de la Fédération a parlé d’un millier de membres au début de 1869 et de trois mille environ à la veille des élections ; un rapport du préfet fournit le chiffre, peu différent de 2 500. La fin de l’année 1869 est marquée, comme nous l'avons vu, par un sensible recul : 1 100 membres en janvier 1870 (250 à Darnétal, 350 à Elbeuf, 500 à Rouen, Sotteville, Oissel, Grand et Petit-Quevilly, selon Testut). Le poursuites dont fut victime la Fédération au printemps et pendant l’été semblent avoir provoqué des mouvements contraires, des démissions et par contre l'apparition de nouvelles corporations. En août, un document du tribunal correctionnel de Rouen estime que le nombre des affiliés au cercle dépasse 1 200 pour l’arrondissement. C'est le chiffre le plus significatif ; il ne représente évidemment qu’un faible pourcentage de la population ouvrière mais il s’agit d’une période assez difficile pour la Fédération.

36Dans quelles professions se recrutaient ces adhérents ; les métiers anciens, semi-artisanaux ou la grande industrie moderne ?

37Pour ce problème, il faut distinguer les époques et les localités.

38La première corporation, celle des lithographes était peu nombreuse et facile à organiser, elle fournira de nombreux militants, outre Aubry, Goupil, Baillemont... ; la seconde celle des fileurs de laine représente le seul secteur modernisé de l’industrie lainière avec des ouvriers qualifiés, relativement bien payés. Puis apparaissent des représentants d’autres métiers, imprimeurs sur indiennes, teinturiers petit teint, teinturiers grand teint, chauffeurs, charpentiers, mécaniciens, plombiers, tous de Darnétal. Il est évident, comme l'a fait remarquer Aubry qu’il faut attribuer ce résultat à un noyau de militants très actifs : Hallot, Jullien, les frères Berroux... qui vont suivre avec discipline tous les mots d’ordre de la Fédération, à l’occasion des élections de 1869 par exemple.

39Jusqu’à la fin de 1868, l’industrie cotonnière, pourtant la plus importante, s’est complètement tenue à l’écart. C’est le mouvement de solidarité en faveur des grévistes de Sotteville qui - ainsi que l'avait déjà remarqué l’industriel Cordier - va donner de l’audace aux fileurs et tisseurs de coton de Darnétal, Grand-Couronne, Saint-Sever, mais c’est également dans ce secteur que la retombée s’opérera le plus rapidement. Les travailleurs de l'industrie lainière s’organiseront à Elbeuf à la fin de 1869 et mèneront avec ceux de Darnétal la plus longue grève de l’époque.

40Si le chiffre des adhérents recule en 1870, l’Internationale se consolide cependant car le mouvement s’élargit et se diversifie. De nouvelles corporations apparaissent : les tanneurs et corroyeurs, les chineurs, les charpentiers et même dans la métallurgie, les mécaniciens et les ouvriers des chemins de fer de l’Ouest, succès remarquable car ces derniers avaient, jusqu'alors, refusé toute compromission avec leurs collègues du textile. Ainsi lorsqu'éclate la guerre de 1870, toutes les branches d’activité sont déjà plus ou moins touchées - à l’exception des tisserands de la campagne trop isolés et des travailleurs du port qui forment toujours un monde complètement à l’écart du reste de la population - donc aussi bien des industries concentrées (filature de laine ou de coton, métallurgie...) que des métiers semi-artisanaux (tissage de la laine, teinturerie...) ; la nature des activités ou la taille des entreprises, le degré de modernisation ne semblent donc pas être des éléments d’explication absolument déterminants.

41L'étude régionale permet cependant de faire apparaître un intéressant contraste : les adhésions proviennent surtout de Darnétal, de deux communes de la rive gauche : Sotteville et Saint-Etienne-du-Rouvray, d’Elbeuf et des communes voisines, par contre beaucoup moins des vallées du Cailly et de la Sainte-Austreberthe ainsi que de Rouen. Avec le rôle déjà signalé de quelques militants, deux autres facteurs doivent être pris en considération :

  1. Aux communes où les ouvriers ont conservé encore des attaches rurales s’opposent celles où l’on rencontre un pourcentage notable de travailleurs d’origine étrangère à la région (Sotteville, Saint-Etienne-du-Rouvray, Elbeuf).
  2. Les rapports avec les partis républicains ont également exercé une influence : la Fédération s’était opposée très tôt à la bourgeoisie libérale comme à la démocratie sociale ; l'A. I. T. a donc été tenue en suspicion, rendue responsable de la division de l'opposition devant le régime impérial. Les communes de la vallée du Cailly qui vont donner la majorité au non en mai 1870, n'avaient fourni qu'un nombre ridicule de voix à Aubry en 1870. Il en est de même à Martainville Ou à Saint-Sever ; l’encadrement des ouvriers par les militants démocrates paraît donc avoir longtemps retardé ou même arrêté les progrès de la Fédération.

42On peut faire les mêmes constatations dans les arrondissements voisins ; de petits groupes de l’A. I. T. sont apparus, temporairement dans les centres lainiers de l’Eure, Louviers et Pont-Authou et dans les communes cotonnières de l'Andelle, où les rapports avec les patrons étaient analogues à ceux de la vallée du Cailly. Par contre les villes de Bolbec et de Lillebonne où il existe un fort courant républicain ne sont pas atteintes ; le cas du Havre est encore plus remarquable, c'est la grande ville d'opposition à l'Empire qui a donné la majorité à Cavaignac en 1848, élu un opposant en 1863, un républicain en 1869, et dispose d'un actif groupe démocratique, le Club de la rue Bernardin de Saint-Pierre ; la liste radicale recueillera 2 200 voix aux élections municipales de 1871 ; cependant l’Internationale n’a pas réussi à y pénétrer. Les premiers contacts sérieux n'ont vraisemblablement été pris qu’au début de 1871 par les dirigeants rouennais réfugiés au Havre et c’est seulement en mars qu’Aubry écrit à Yansen pour lui demander de constituer un cercle d’études économiques, initiative qui ne semble d'ailleurs pas avoir eu de succès.

  • 3 Nous n'avons pas tenu compte des 119 noms figurant sur la pétition des teinturiers grand teint de (...)

43D’après les comptes rendus des réunions de la Fédération et les diverses publications nous avons pu relever les noms de 227 adhérents et la profession de 147 d'entre eux : 11 lithographes et 1 typographe, 28 tisseurs et 15 fileurs de coton, 29 fileurs de laine et 16 tisserands, 21 teinturiers, 2 imprimeurs sur étoffes, 1 charpentier et 1 charron, 6 mécaniciens, 2 chaudronniers et 1 ouvrier des ateliers des chemins de fer, 2 tanneurs et 11 divers (1 plombier, 1 marbrier, 1 chauffeur, 1 relieur, 1 tailleur, 1 épicier, 1 marchand, 1 jardinier, 1 professeur, 1 contremaître et même 1 directeur d’usine, Ernest Vaughan3. Ce ne sont pas les professions qui prédominaient dans la démocratie sociale : dès 1869, le textile fournit le plus grand nombre de militants de l’Internationale, la métallurgie et le bâtiment ne commençant à intervenir en effet qu’en 1870.

44Nous ne possédons que très rarement des renseignements sur l’état-civil de ces militants (pour 23 d’entre eux seulement : 13 étaient originaires de Rouen, Darnétal ou Elbeuf, 10 de communes extérieures à la région ; neuf nés avant 1830 parmi lesquels tous ceux qui avaient joué le principal rôle dans l’organisation de la fédération : Aubry, Schrub, Marque, Jullien, Creusot, Hallot, Pâques..., dix nés entre 1830 et 1840, quatre après 1840.

45Enfin il est révélateur de comparer la liste des membres de l’Internationale avec celle des individus mêlés aux événements de 1848 et de 1849 et des démocrates « suspects et dangereux » surveillés par la police sous l’Empire autoritaire. Sur les 227 noms de la première, on n'en trouve guère que 5 ou 6 sur la seconde. Dans le recrutement - des principaux militants, du moins - la séparation est donc à peu près complète entre l’A. I. T. et les radicaux ; c’était là une situation très différente de celle de Lyon ou de Paris ; il faut noter cependant qu’à Elbeuf à la fin de l’Empire des membres de l’Internationale feront partie du comité démocratique.

46En 1870, plus sensible à l'accroissement du nombre des corporations qu'à la stagnation des effectifs, Aubry considérait que la Fédération rouennaise qui disposait du seul journal authentiquement ouvrier et s’apprêtait à fonder des ateliers corporatifs, pouvait servir de modèle aux autres villes françaises. Elle était la mieux placée pour parachever l’œuvre entreprise : la fédération de toutes les sociétés ouvrières de France grâce à la réunion d'un congrès national au cours duquel Aubry espérait voir triompher ses solutions au problème social.

47Comment cette initiative fut-elle accueillie par les correspondants d’Aubry ? D'après le nombre des réponses, elle semble avoir reçu l'approbation de plusieurs groupes de province mais par contre éveillé la résistance des Parisiens ; les oppositions de doctrine et de tactique s'étaient aggravées ; l’analyse que Varlin faisait de la situation politique, de la décrépitude de l’Empire le conduisait « à refuser de se laisser endormir par la théorie abstraite de la science sociologique » et à participer à l'anéantissement du vieil Etat politique afin de permettre les réformes sociales. Les réserves de Varlin ne concernaient donc pas seulement les conditions de la convocation du congrès ou le choix de la date. L’interdiction des réunions prévues empêcha seule ces graves divergences d’apparaître en pleine lumière.

III

48Pendant les crises de 1870 et 1872 la guerre et l'invasion, la Commune, les réactions de Rouen sont encore différentes de celles de Lyon ou de Marseille... ; pas de troubles au moment de la chute de l'Empire, pas de Commune rouennaise ni même d’intervention spectaculaire en faveur de la Commune de Paris, et par contre un important mouvement de grèves en octobre.

49A la fin de juillet 1870, l'activité de l’Internationale se trouve à peu près paralysée par les poursuites dont elle fait l'objet. Peu après le Progrès de Rouen, la Réforme sociale, à son tour, cesse de paraître ; Aubry se réfugie à Paris. La guerre ne suscita qu'une protestation de la Fédération rouennaise mais aucune autre manifestation. La capitulation de Sedan elle-même ne provoqua aucun mouvement à Rouen qui se borna à attendre la proclamation de la République.

50Cependant, en septembre, l’invasion prussienne qui menaçait directement la Normandie entraîna une brusque reprise de l'agitation politique. Alors que les notables de Rouen songeaient seulement à se protéger des uhlans et non d'une occupation en force, radicaux et membres de l’Internationale, cette fois parfaitement d'accord, réclamèrent la guerre à outrance et l’établissement d’une République démocratique et sociale.

51Estancelin a prétendu que le véritable objectif immédiat du comité de vigilance était la formation d'une Commune, comme à Lyon et que seule l'attitude énergique de la garde nationale permit d’éviter le pire.

52Mais Aubry a déclaré, au contraire, qu’il avait eu la possibilité de proclamer la Commune et qu’il s'était refusé à le faire. Le premier devoir des ouvriers était de prendre les armes pour chasser l'ennemi ; ils n'en seraient que plus forts lorsqu'ils poseraient à nouveau la question sociale après la victoire. Dans une lettre à Beesly où il condamnait l’aventure de « ces ânes de Bakounine et de Cluseret », Karl Marx approuva l'action plus habile d’autres sections, celle de Rouen en particulier, qui se contentaient d’obtenir l'admission officielle de l’élément ouvrier dans les comités de défense.

53La Fédération rouennaise participera à la lutte contre l'envahisseur aux côtés de tous ceux qui la veulent sincèrement ; il n'est donc pas envisagé de briser l'union des démocrates. Loin de penser à renverser le régime, les Internationaux de Rouen sont prêts à le soutenir s'il manifeste vraiment son intention de mener une guerre à outrance. C’est ainsi qu'à deux reprises les décisions de Gambetta vont calmer l’agitation à Rouen : d’abord le 8 octobre lorsqu’après avoir traversé Rouen, il nomme le général Briand à la tête des forces de Seine-Inférieure, puis, après la capitulation de Metz, lorsqu'il donne des instructions précises pour organiser une véritable défense de département.

54Aussi le 19 novembre, c’est avec soulagement que les dirigeants de la Fédération peuvent déclarer qu'il faut désormais renoncer à toute agitation politique, revenir à l’étude et à la préparation de la solution des problèmes économiques, et compléter l’organisation des travailleurs. Ce document extraordinairement optimiste alors que les Allemands s'apprêtaient à attaquer Rouen marque donc le retour de la Fédération à sa première orientation, après une courte participation à l’action politique aux côtés des radicaux.

55A l’époque de la Commune l’agglomération rouennaise était encore, en partie, occupée par les Allemands qui évacuèrent la rive gauche au début de mars mais la rive droite le 22 juillet seulement. Cette situation interdisait les réunions publiques à Rouen. La crise économique contribua également à apaiser les esprits ; c’est ainsi que le préfet explique le calme d’Elbeuf.

56Mais Aubry, resté à Paris, lançait alors des appels à ses amis de Rouen pour obtenir une aide effective de la province. Plongé au cœur de la lutte, loin de continuer à condamner tout recours à la violence, il en arriva à proposer les solutions les plus désespérées, le suicide même de la Commune.

57Ses lettres lues et commentées à Rouen ne semblent pas avoir convaincu ses amis. Il faut attendre les élections municipales du 30 avril pour que le comité radical et l’Internationale se trouvent contraints de définir leur attitude d’où le vote de deux motions, l’une d’adhésion aux principes de la Commune, l’autre demandant aux électeurs de ne pas participer au scrutin. On doit cependant remarquer, qu’à la veille de la réunion, Fossard avait proposé d’adresser un appel aux deux parties pour les inciter à négocier ; d’autre part que Vaughan dans son article La paix envisage la possibilité d’un compromis moyennant certaines concessions de Versailles. Les interrogatoires des accusés et les autres pièces du procès révèlent qu’à Rouen ce sont les radicaux qui ont dirigé le mouvement, anciens survivants de 1848 auxquels s’ajoutent quelques jeunes journalistes du Progrès de Rouen ; les responsables des corporations n'ont guère participé aux débats et n’auraient pas même approuvé tous les termes de l’adresse à la Commune, si l’on croit leurs déclarations.

58L’analyse des documents fait apparaître les orientations différentes des radicaux et des Internationaux. Les premiers sont essentiellement préoccupés par la question du régime politique et les élections municipales pour lesquelles aucun accord n'a été possible avec les libéraux ; de la Commune, ils retiennent le programme politique et non communaliste, l’extension des libertés municipales, la lutte contre la centralisation. De programme social, il n'est pas question dans l’adresse et fort peu dans l'article de Vaughan.

59Par contre les dirigeants des corporations, proudhoniens depuis longtemps, méfiants à l'égard de l’action et des hommes politiques n’ont manifesté que peu de détermination à répondre à l’appel d’Aubry. Il faut même souligner que celui-ci, dans ses lettres les plus enthousiastes, présente quelques réserves sur la faiblesse du programme social de la Commune.

60Ici encore la tradition de la prééminence de faction économique freinait un engagement ferme sur le plan politique.

61Il n’est donc pas paradoxal que l'action ouvrière atteigne son apogée à Rouen après la défaite de la Commune : les grèves qui n'avaient jamais totalement disparu sous l’Empire autoritaire s’étaient développées plus facilement grâce à la loi de 1864 et à la fin de la guerre d’Amérique. En 1868 elles affectèrent 500 ouvriers, puis plus d'un millier en 1867, 1869, 1870. D'autre part les objectifs ont changé : il ne s’agit plus seulement de simples grèves défensives contre une diminution de salaire ou même de grèves, « contre-offensives » pour retrouver le niveau de salaire antérieur à la crise comme en 1865, mais de grèves offensives pour obtenir une amélioration des conditions de travail. Si la grève de l’usine Bertel en 1868 apparaît comme une réaction contre la suppression d’une prime, celle des fileurs de laine de Sotteville et de Darnétal tend à obtenir non seulement une augmentation de salaire mais son uniformité.

62Depuis la fin de 1867, de plus, a commencé une campagne pour la diminution de la journée de travail justifiée par les progrès de la technique et de la productivité.

63En octobre et novembre 1871, les grèves de Rouen concernent plus de 50 établissements et de 7 000 salariés, chiffre que l’on ne retrouvera plus jusqu’à la fin du siècle ; puis en 1872 les mouvements revendicatifs disparaissent presque complètement. Là encore, la Seine-Inférieure ne suit pas exactement le mouvement français puisque Michelle Perrot a dénombré 88 232 grévistes en 1870, 14 145 en 1871, 21 094 en 1872 pour l’ensemble de la France.

64Les rapports de l’administration fournissent une explication trop simple de ces grèves ; elles auraient été d’origine politique (leur point culminant correspondant à l'époque du procès des radicaux) et dirigées par les meneurs de l’Internationale. Il est pourtant bien certain que l’A. I. T. n’avait plus à Rouen qu’une existence nominale puisqu’elle ne comptait en 1872 que 31 cotisants ; ce n’étaient que des adhésions individuelles et non celles de corporations. La conclusion de Jean Maîtron que l’Internationale, en tant qu’organisation n’existait plus après la Commune paraît donc pratiquement justifiée ; mais la solidarité régionale survivait grâce aux hommes qui avaient participé aux mouvements de 1869 et 1870 et les revendications pour la journée de 10 heures et l’augmentation de salaires apparaissent comme le prolongement, au-delà de la Commune, de l’action engagée à la fin de l’Empire.

65Malgré ses progrès, la Fédération constituait encore un édifice fragile au début de 1870 ; adversaire à la fois du conservatisme social, du libéralisme et du radicalisme elle se trouva amenée à combattre sur plusieurs fronts et ne put compter que sur une précaire neutralité de l'administration impériale.

66Aussi le bilan de son action peut-il paraître à première vue assez décevant sur certains points.

67Au plan politique la quasi-exclusivité accordée à l'action économique a fait écarter tout projet de formation d’un parti ouvrier ; les corporations ne constituent un comité électoral qu’à la veille des élections pour soutenir les candidatures ouvrières. En de rares occasions, après les poursuites de mai 1870 ou l’armistice, l’Internationale admet une alliance avec les radicaux (élections aux conseils municipaux d’avril 1870 ou à l’Assemblée nationale de février 1871) ; les candidatures d'union connurent un échec à peu près aussi complet que les simples candidatures ouvrières.

  • 4 RIHS (Charles) - La Commune de Paris, 1871. Sa structure et ses doctrines - Paris 1973, p. 256 et (...)

68Le Cercle d’études économiques proposait l’édification d’un nouvel ordre mondial par le fédéralisme économique avec à la base la commune sociale4 A Rouen, la seule réalisation fut l’atelier des lithographes de 1870 qui ne survécut d'ailleurs pas à la crise de 1870-1871. Les autres projets furent seulement l’objet de discussions préliminaires. Après la Commune, les tisserands d’Elbeuf essayèrent à leur tour de s’organiser, mais le préfet s’opposa à cette initiative ; les tentatives de coopératives syndicales furent alors abandonnées.

69Pourtant, la Fédération a connu un incontestable succès avec le développement des chambres syndicales. Elle les considérait comme le meilleur instrument de la révolution sociale, mais leurs membres plutôt comme le moyen d’obtenir des avantages immédiats. Les lettres publiées par la corporation des fileurs de laine en août et septembre 1869 insistent plus sur l’augmentation du tarif que sur les perspectives de transformation des structures économiques. Après la Commune, ce sont les chambres syndicales et non l’Internationale elle-même qui sont à l’origine du mouvement pour la réduction de la journée de travail. Elles s'effacent seulement après 1872, victimes à la fois de l'hostilité des patrons et de l’administration préfectorale et ne réapparaîtront qu'après la victoire des Républicains.

70Cependant la concentration industrielle rendait alors de plus en plus difficile la formation de coopératives syndicales. La plupart des syndicats qui se reconstituent à partir de 1875 n'évoquent plus guère l’établissement d’un nouvel ordre économique mais l'amélioration des conditions de travail ou de salaires par la négociation avec les patrons. Les statuts du syndicat des typographes apparaissent particulièrement révélateurs : par des retouches successives le syndicat finit par être présenté comme le moyen d'aider à la « consolidation et à l'extension des bons rapports indispensables entre patrons et ouvriers appelés à vivre en commun et dont les intérêts quoique différents ne sont pas totalement étrangers ».

71Ces nouvelles chambres syndicales conscientes des limites de leurs forces ne manifestent plus d’hostilité à l'égard des partis républicains opportuniste, radical ou socialiste et recherchent au contraire leur alliance. En 1881, le comité électoral des chambres syndicales se prononce pour Duvivier, candidat démocrate qui propose « l’étude de toutes les questions qui ont pour but l'amélioration du sort des travailleurs » et comme mesure immédiate la journée de 10 heures dans les manufactures ; pendant plusieurs années les syndicats rouennais vont entretenir les meilleures relations avec les comités opportunistes. Parmi les membres de la Fédération qui n'ont pas renoncé à toute activité militante après 1872, certains (Marque, Mangeot, Diot) ont rejoint le radicalisme, prolongement de la démocratie sociale qui n’apparaît d’ailleurs plus qu’une force politique secondaire en Seine-Inférieure ; d’autres enfin (Hallot, Jullien) glissent vers le socialisme qui fait son apparition, sur la scène politique d'Elbeuf, aux élections législatives de 1881 avec la candidature de Secondigné ; le Cercle des travailleurs socialistes d'Elbeuf demande aux ouvriers de se constituer en parti politique indépendant.

72Les résultats obtenus par le mouvement ouvrier au début de la IIIe République n'ont certes pas répondu aux grandes ambitions de ses dirigeants qui, déçus par les échecs de la démocratie sociale en 1848, avaient rêvé de l’affranchissement des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes et envisagé une reconstruction de la société par la fédération nationale des chambres syndicales françaises sous l’impulsion de la Fédération rouennaise.

73Les rapides progrès de l'organisation à partir de 1868 avaient fait surestimer les forces matérielles de l’Internationale et la volonté même d’émancipation des travailleurs.

  • 5 Le Réveil social, 8 janvier 1893.

74Dans des articles écrits entre 1872 et 1890, Aubry lui-même a reconnu les illusions qu’il avait pu entretenir. Il n’en demeurait pas moins persuadé de l’excellence à terme des solutions qu’il avait défendues et qu’il crut retrouver en partie dans le syndicalisme des années 90. En 1892 et 1893, dans le Réveil social, il condamne à la fois le parlementarisme, le collectivisme autoritaire, le socialismé d’Etat et place tous ses espoirs dans le mouvement des bourses du travail. « Avec les bourses, vous avez la révolution sociale en germe. Vienne le grand branle-bas et ces miniscules organisations jetteront les bases de l’organisation corporative... »5.

  • 6 L’Action directe, 15 janvier 1908, citée par MAITRON (Jean)-Histoire du mouvement anarchiste en Fr (...)

75James Guillaume, en 1908, rappelait le projet présenté en 1870, au congrès de la Chaux-de-Fonds, de fédération de corps de métier comme seul moyen d’assurer le succès de la révolution sociale : « Voilà bien la conception que plus d’un quart de siècle après, au lendemain du Congrès d’Amiens, on a résumée dans cette formule qui a fait fortune : le syndicalisme se suffit à lui-même »6.

  • 7 Les deux organisations se séparent sur les moyens d’action : la Fédération rouennaise défendait la (...)

76Sur ce point la Fédération rouennaise ne s'était pas distinguée de ses « frères de Suisse » et Aubry n’a pratiquement jamais cessé d’attribuer aux syndicats un rôle exclusif dans l’émancipation des travailleurs7 comme le proclameront les syndicalistes révolutionnaires.

Notes

1 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 90. Voir aussi De l'individualisme, commentaire de l'ouvrage de Fitzgérald. La Réforme sociale, 17 juillet 1870.

2 AUBRY (Emile) - Justice et solidarité, op. cit., p. 28.

3 Nous n'avons pas tenu compte des 119 noms figurant sur la pétition des teinturiers grand teint de 1868, et des 214 signataires du projet de tarif des fileurs de laine d'Elbeuf de 1869.

4 RIHS (Charles) - La Commune de Paris, 1871. Sa structure et ses doctrines - Paris 1973, p. 256 et suiv.

5 Le Réveil social, 8 janvier 1893.

6 L’Action directe, 15 janvier 1908, citée par MAITRON (Jean)-Histoire du mouvement anarchiste en France (1880-1918) - Paris 1955, p. 263.

7 Les deux organisations se séparent sur les moyens d’action : la Fédération rouennaise défendait la grève productive et la Fédération jurassienne, la grève générale.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540