Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Cinquième partie. Après la Commune (1871-1876)

Chapitre IV. L’éclipse du mouvement ouvrier et du radicalisme (1873-1876)

Texte intégral

1La tentative de Piéton représente la dernière offensive sérieuse du mouvement ouvrier avant 1877 ; d’autre part la politique de l’Ordre moral entraîne, à la même époque, l’effacement de la propagande radicale au profit de la défense républicaine.

LA FIN DE L’INTERNATIONALE

  • 1 L’Internationale, 23 février 1873. Aubry signale les poursuites et les explique par le désir de « m (...)
  • 2 A. D. S-M., M, Internationale, menées du parti radical. Préfet, 31 janvier 1873 ; c.c. police d’Elb (...)
  • 3 Ibid. Préfet, 3 février 1873 : « Chez le sieur Hallot, on a trouvé une correspondance assez volumin (...)

2Même après le vote de la loi du 14 mars 1872, la police continua à soupçonner une activité cachée de l’Internationale ; le congrès de La Haye lui donna la preuve que des groupes clandestins avaient été reconstitués... Des poursuites furent engagées dans plusieurs villes françaises : à Paris, Toulouse, Bordeaux, Lisieux...1. Le 31 janvier 1873, le procureur de la République de Rouen requit du juge d’instruction des mandats de perquisition à l’égard de diverses personnes de Rouen, Darnétal, Sotteville, Elbeuf et Caudebec-lès-Elbeuf, soupçonnées d’affiliation à l’Internationale2 ; étaient principalement visés Piéton, tisseur à Elbeuf, Diot, tisseur à Caudebec-lès-Elbeuf, Marque, professeur à Rouen, Hallot et Jullien, de Darnétal ; les résultats furent décevants3 ; chez Marque, on trouva une lettre d’Aubry datant de la Commune et le registre des procès-verbaux des séances de la rue de l’Amitié ; aucun document ne permettait d’établir que « ces individus aient fait acte d’adhésion à la société postérieurement à la loi du 14 mars ».

3Le commissaire central d’Elbeuf n’en était pas surpris, car depuis quelques jours la presse « retentissait du bruit d’arrestations... » faites dans plusieurs villes pour constitution de sociétés secrètes.

  • 4 L’Internationale, 1er décembre 1872.
  • 5 Ibid., 8 décembre 1872 : « la droite sait que le radicalisme ne trouvera pas un ouvrier naïf pour l (...)

4La seule victime de l’évolution politique et de la chute de Thiers fut Aubry lui-même. A la fin de 1872, il envisageait l’éventualité d’un coup d’Etat : « La République conservatrice est sur le point de subir le même sort que le gouvernement du 2 Décembre », mais la classe ouvrière doit laisser faire car son intervention rétablirait l’entente entre ses adversaires et elle serait de nouveau décimée4 ; les poursuites dirigées contre l’Internationale amenèrent Aubry à suspendre sa correspondance en mars ; en mai, il attaque les radicaux : « Les socialistes ne doivent jamais pratiquer avec eux la politique des compromis, toujours fructueuse pour les roués... »5.

  • 6 Ibid., 1er juin 1873.
  • 7 Archives de la ville de Bruxelles, police 5.
    A. P. P., Paris, Ba 941. Rapports de Bruxelles des 9 et (...)
  • 8 L’Internationale, 6 juillet 1873.
  • 9 Ibid., 26 janvier 1873.
  • 10 Ibid., 5 octobre (correspondance du 30 septembre). Dans l’article, Aubry rappelle que c’est à ce so (...)
  • 11 Bulletin de la Fédération jurassienne de l’A. I. T., 18 octobre, 2, 9 et 16 novembre 1873 (article (...)

5Aubry se réjouit donc de la défaite de Foutriquet I qui, depuis deux ans et demi, « exécutait des exercices de voltige aux applaudissements des niais de la gauche »6 ; mais il dut rapidement déchanter car, après l’élection de Mac-Mahon, de nombreux dossiers de communards furent réexaminés. Aubry se réfugia en juillet à Bruxelles, continuant cependant sa correspondance dans l’Internationale sous le pseudonyme de G. Durand7. L’exil entraîna un profond changement de sa position politique : par crainte d’une restauration monarchique, il se rapprocha d’abord des radicaux ; le socialisme peut apporter son concours au radicalisme aux conditions suivantes : le peuple libre politiquement et économiquement, le producteur affranchi de toutes redevances de parasitisme ; la propriété accessible à tous les producteurs « en un mot, l’Equité démocratique remplaçant le favoritisme révoltant des classes privilégiées... »8. Puis brusquement en octobre, il accepte même l’alliance avec le prince Napoléon. Pourtant à la mort de Napoléon III, n’avait-il pas écrit que « le parti Jérômiste serait désormais le plus dangereux ennemi parce qu’il flattait les aspirations et les vengeances populaires et, grâce à nos préjugés centralisateurs, chercherait à faire du socialisme césarien »9 ; le 5 octobre 1873, il déplorait encore l’initiative prise par Portalis et l’Avenir National de constituer une ligue contre la restauration avec l’appui du prince Napoléon : « Au point de vue de la moralité, tous les socialistes rationalistes... craindront que l’alliance ne donne au prince Napoléon une force capable d’escalader les marches du pouvoir et de faire du socialisme autoritaire... », mais il admet cependant que « le péril qui... menace... commande de faire cause commune avec tous les amis de la Révolution, quels qu’ils soient...10. En novembre, il se rallie franchement à l’Alliance socialiste de Paris et se justifie dans l’Internationale du 16 novembre des attaques dont il est l’objet de la part des Jurassiens et des réfugiés français de Genève11 : l’Avenir national a rendu service à la Révolution, parce qu’il a forcé les agents secrets du bonapartisme à discuter le programme de l’affranchissement économique des masses... Les alliances politiques de partis opposés ne sont pas chose nouvelle... Le principal... est de ne pas compromettre l’honneur du principe et la pureté de la cause de la Révolution...

  • 12 L’Internationale, 16 novembre 1873 : Aux adversaires de l’Alliance socialiste de Paris proposée par (...)

6« Depuis six ans, j’ai été le bouc émissaire de tous les partis politiques pour n’avoir jamais voulu leur servir d’appoint et certes ce n’est pas aujourd’hui que je commencerais à me déjuger. J’ai accepté cette alliance parce qu’elle m’a paru conforme, nécessaire au succès de la Révolution, en présence de l’attitude menaçante du cléricalisme et de la mollesse du parti radical... ». Aubry veut rassurer ses anciens amis ; « l’alliance ne cache aucun honteux compromis, aucune renonciation au programme socialiste qu’il a toujours suivi : le principe fédératif dans toute son acception... ; la véritable cause de l’alliance, c’est la menace que nous faisaient, en ce moment, les monarchistes qui déclaraient hautement vouloir nous retirer le suffrage universel..., cette conquête qui nous a rendus majeurs... »12.

  • 13 L’Internationale, 27 février 1873.
  • 14 Ibid., 13 avril 1873. Aubry assure également que « chaque jour des centaines d’ouvriers intelligent (...)
  • 15 Ibid., 6 juillet 1873 (correspondance du 30 juin). C’est la dernière correspondance adressée de Par (...)

7En 1873, Aubry ne pense plus qu’il soit possible de réorganiser l’Internationale. Dès février, il constatait que la loi du 14 mars 1872, les diffamations de la presse réactionnaire, et les décisions du congrès de La Haye avaient diminué le nombre des adhérents13 ; en avril, il espérait que l’exposition de Vienne pourrait jouer le même rôle que la réunion de Londres en 186214 mais, en juillet, lorsqu’il s’enfuit de Paris, il déclare s’opposer à toute reconstitution clandestine de l’A. I. T. : il faudrait être insensé pour envisager un tel projet dans la conjoncture politique actuelle, il ne peut s’agir que d’une provocation policière : « L’on veut faire avec l’Internationale ce que Louis-Philippe faisait avec la Marianne, la République de 48 avec le spectre rouge et l’Empire avec ses complots, quand le besoin de l’arbitraire se faisait sentir... Ne pouvant frapper sans motifs, on cherche à les créer et naturellement on invente une Internationale autoritaire repoussée par tous les ouvriers soucieux de leur dignité, jaloux de conserver leur autonomie ; avec cette forme quasi-césarienne, il est plus facile de trouver des prétextes à persécution... ». Aubry espère que ses camarades de Paris et des départements ne tomberont pas dans le piège et « qu’ils n’oublieront pas que le socialisme scientifique qui doit les affranchir a besoin du grand jour pour se développer et qu’il n’y a que les mauvais desseins qui s’élaborent de nuit... »15.

  • 16 A. P. P., Ba 941. Délégation judiciaire, cabinet 1er bureau, Versailles, 17 Septembre 1873. Les rec (...)
  • 17 A. P. P., Ba 941,1re Division, service de justice, 5e bureau, Versailles, 22 janvier 1874.
    Un rappor (...)
  • 18 Archives de Vincennes, 4e conseil de guerre, n° 1634. Aubry Hector Emile.
    A. P. P., Ba 941.
    Aubry fu (...)

8L’information ouverte contre Aubry le 24 juillet 1872 n’avait donné aucun résultat16 ; un nouveau mandat d’amener fut délivré le 22 janvier 1874, sans plus de succès évidemment17. Le 12 mars, le4e conseil de guerre reconnut Aubry « coupable de s’être en 1871 à Paris immiscé sans titre dans des fonctions publiques civiles et d’avoir participé à un attentat ayant pour but d’exciter à la guerre civile en armant et en portant les citoyens à s’armer les uns contre les autres » ; les juges le condamnèrent par contumace à la déportation dans une enceinte fortifiée18. L’exil d’Aubry rompit complètement les relations qui avaient pu encore exister entre Rouen et les réfugiés de Bruxelles.

  • 19 D’ESTAINTOT (Robert Langlois d’)-Etude sur le rapport parlementaire de M. Ducarre traitant des cond (...)
  • 20 Le Nouvelliste de Rouen, 16 mars 1877.
    A. D. S-M., M, Syndicats 1884. Les lithographes font remonter (...)
  • 21 Le Nouvelliste de Rouen, 11 avril 1877.
    Journal de Rouen, 10 avril 1877 ; le journal publie égalemen (...)
  • 22 Le mouvement coopératif renaît cependant dans l’agglomération d’Elbeuf avec la fondation de l’Aveni (...)

9A Rouen même, en 1874 et 1875, on ne signale plus aucune tentative de formation de groupements ouvriers. C’est seulement après le congrès de Paris d’octobre 1876 que les ouvriers boulangers et les peintres de Rouen annoncèrent la constitution de leurs chambres syndicales (25 février 1877)19. En mars « les initiateurs du mouvement social à Rouen adressent alors un appel à leurs frères de Paris et de toute la France qui ont constitué des syndicats, en les priant de leur faire parvenir leurs statuts et tous les renseignements nécessaires au siège des ouvriers boulangers et peintres »20. En avril, apparaissent les chambres syndicales des plâtriers et maçons21, des garçons limonadiers et des couvreurs-zingueurs, en juillet celle des sculpteurs ; le mouvement se développa de 1878 à 188022.

  • 23 A. D. S-M., M, Grèves de 1873. C.c. police de Rouen, 11 mars et 30 septembre 1873 ; aucun raport n’ (...)
  • 24 Ibid. Grèves de 1875-1879. C.c. police de Rouen, 17 avril 1875. Les ouvriers indienneurs réclamaien (...)
  • 25 Ibid. C.c. police de Rouen, 8 mai 1876.
  • 26 Ibid., 2 grèves en 1877, 2 en 1878, 6 en 1879.

10Les grèves deviennent aussi rares que sous l’Empire autoritaire : deux seulement en 1873, en mars chez Rousselin, filateur à Darnétal où une quinzaine d’ouvriers sur 123 réclament une diminution de la journée de travail ; en septembre, chez Sasle-Deschamps, grève d’une douzaine de teinturiers en rouge à la suite de laquelle fut congédié Gouellain, ancien membre de l’Internationale23. En 1875, les rapports de police mentionnent une tentative de coalition chez un indienneur de Darnétal et, en novembre, un arrêt de travail des couvreurs d’Elbeuf et de Rouen24 ; enfin en mai 1876 une grève des plâtriers et des maçons25. Il faut attendre 1879 pour que le nombre des mouvements augmente sensiblement26.

  • 27 A. N., F 12 4537. Conseil général, 2e session de 1873 (rapport de Cordier). La chambre de commerce (...)

11L’apaisement ne fut pas seulement dû à la crainte de poursuites, mais aussi à l’évolution de la conjoncture économique. Au début de 1873, le conseil général comme la chambre de commerce déploraient l’état de malaise dans lequel se trouvait l’industrie cotonnière : les transactions étaient « pénibles et désavantageuses », l’activité du travail ralentie dans tous les secteurs à cause de l’incertitude du futur régime économique27.

  • 28 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 3e et 4e trimestres 1873.
  • 29 Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 1er trimestre 1874, 1er trimestre 1875 : « les filés sont vendu (...)
  • 30 Syndicat normand de l’industrie cotonnière, réponse au questionnaire de la commission parlementaire (...)

12Mais, dès le milieu de l’année, les rapports deviennent plus optimistes ; surtout pour le tissage où disparaît « la pléthore de production qui entretenait depuis longtemps le marasme du marché »28 ; l’indienne même est en reprise au début de 1874 ; en 1875, « la situation est prospère pour le commerce et l’industrie, même dans les branches languissantes »29. Les années 1873 à 1882 seront plus tard considérées comme particulièrement fastes pour le textile rouennais : « la période qui a suivi la guerre de 1870 a donné de bons résultats par ce fait que la France se trouvait privée de la puissante industrie cotonnière alsacienne ; la concurrence fut momentanément moins grande »30.

  • 31 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce, 9 juillet 1874, 4 janvier 1875. La chambre de commerce a sig (...)

13Cependant, l’évolution des structures s’était poursuivie après 1870, mais à un rythme plus lent que sous le second Empire ; une vingtaine de filatures disparaissent parmi les plus petites, celles qui disposaient de moins de 5 000 broches ; 89 000 broches s’arrêtent en 1873 et pendant le1er semestre de 187431 ; ce sont la région de Darnétal et la vallée du Cailly qui sont le plus touchées ; à Maromme, il n’existe plus qu’une filature en 1876 (8 000 broches) contre sept en 1869 (32 360 broches).

  • 32 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1875-1891. Tableau des établissements de (...)

Les filatures de l’arrondissement de ROUEN en 1876 (entre parenthèses, le chiffre de 1869)32

Les filatures de l’arrondissement de ROUEN en 1876 (entre parenthèses, le chiffre de 1869)32
  • 33 Le tableau ne donne pas le nombre des petites filatures d’Oissel en 1876 ; il y en avait 36 inférie (...)

Note 3333

  • 34 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 juillet 1873, 9 avril 1874 : « Les industriels o (...)
  • 35 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce, 9 avril 1874. La statistique générale de la France dénombre (...)

14Le tissage mécanique continue à développer son activité : les industries s’efforcent de plus en plus de conquérir la fabrication des articles de couleur34. Les tisserands de rouenneries en subissent durement les conséquences : le tissage à la main, selon la chambre de commerce, est dans une situation des plus malheureuses à cause des chômages continuels et de la baisse excessive de la main-d’œuvre ; « il soutient difficilement la concurrence du tissage mécanique qui produit avec succès certains genres qui jusqu’à présent n’avaient été fabriqués que par les métiers à bras... »35. Si le nombre des établissements a un peu diminué (32 au lieu de 35) celui des métiers s’est élevé de 8 510 à 8 697.

  • 36 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures 1875-1891.
    Les principaux tissages : à Roue (...)

Les tissages de l’arrondissement de ROUEN en 1876 (entre parenthèses, le chiffre de 1869)36

Les tissages de l’arrondissement de ROUEN en 1876 (entre parenthèses, le chiffre de 1869)36
  • 37 Journal de Rouen, 26 août 1875. Rapport de Desgenétais au conseil général sur la situation industri (...)

15L’impression sur étoffes subit toujours la concurrence de l’étranger et de la laine37 ; il n’existe plus que 14 établissements en 1876 au lieu de 18 en 1869 ; une certaine recrudescence de l’activité se manifeste cependant en 1874 et 1875.

  • 38 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 29 janvier 1874.
  • 39 Ibid., 10 avril 1873. Voir aussi, 4 octobre 1874 : « Les cours sont privés de la spéculation ».
  • 40 A. D. S-M., M, Salaires des ouvriers.
    Salaire horaire moyen du fileur : 3,75 F de 1871 à 1875 ; 4,25 (...)
  • 41 A. M. Rouen, Mercuriales du marché aux bestiaux - Janvier 1873 : bœuf, 1,90 F ; mouton, 2,30 F ; po (...)

16Dès 1873, la chambre de commerce de Rouen considère que dans l’industrie cotonnière l’équilibre est à peu près établi entre la production et les besoins de la consommation38 ; la régularité des ventes contraste avec les brusques successions d’activité commerciales et de crises de la période antérieure : « l’esprit de spéculation est devenu comme paralysé, ce puissant levier des transactions a cessé complètement de fonctionner... »39. Certains fabricants ont pu regretter cette évolution ; par contre, si les transformations techniques et la concentration ont contraint quelques ouvriers - d’ailleurs assez peu nombreux après 1871 - à changer de métier ou de résidence, le plus grand nombre ont bénéficié d’une relative stabilité de l’emploi : le chômage partiel n’affecte plus guère que l’indienne ; les salaires ne subissent que de faibles variations40 ; le prix du pain diminue (0,48 F le kilo en 1873, 0,30 F au début de 1875), celui de la viande tend généralement à fléchir41.

Les principaux établissements industriels de l’arrondissement de ROUEN en 1876, à l’exception du canton d’Elbeuf

Les principaux établissements industriels de l’arrondissement de ROUEN en 1876, à l’exception du canton d’Elbeuf
  • 42 A. D. S-M., M, Industrie, objets généraux, 1870-1874. Lettre du préfet 18 mars 1874 ; le préfet est (...)
  • 43 A. N., F 12 4537. Conseil général de la Seine-Inférieure (2e session de 1873).

17Les appréciations sur l’état de l’industrie de la laine ne sont pas tout à fait concordantes. Au début de 1874, Pouyer-Quertier dresse un tableau effrayant du chômage dans certaines parties du département, le pays de Caux et la circonscription elbeuvienne où « des masses d’ouvriers » ne travaillent pas42. Vers la même époque, le conseil général estime qu’un tiers à un quart des ouvriers étaient en chômage depuis un an43.

  • 44 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce d’Elbeuf, rapports trimestriels de 1874 ; l’amélioration géné (...)
  • 45 Journal de Rouen, 5 avril, 15 octobre, 3 novembre 1874, 18 janvier, 4 mars 1875.

18Jusqu’en 1875, les comptes rendus de la chambre de commerce d’Elbeuf insistent sur la nullité des exportations et le ralentissement de la fabrication, surtout des nouveautés44 ; mais un journal d’Elbeuf, le Jacquard, signale dans ses chroniques bimensuelles que les opérations commerciales sont, en général, actives45.

  • 46 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, renseignements généraux, circulaire du 15 octobre 1884. Mouve (...)
  • 47 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures 1875-1891. Inspecteur départemental, 14 no (...)

19Il est certain que sous l’influence de la concurrence française et étrangère, la production elbeuvienne a légèrement fléchi après la guerre de 1870-1871 ; les entrées de laine brute ne représentent plus que 175 000 quintaux en 1876 (191 000 en 1868) ; les sorties de draps 64 880 quintaux (68 340 en 1868)46. Pour compenser la diminution de leurs marges de bénéfice, un certain nombre de fabricants « suivant l’exemple que leur donnait la ville de Lisieux, modifièrent la matière première en introduisant des substances à meilleur marché..., c’est-à-dire les bourres provenant des déchets de laine... »47, mais d’autres industriels, en particulier les Alsaciens venus s’établir à Elbeuf après le traité de Francfort, cherchèrent à diminuer leurs frais généraux en augmentant leur production, en centralisant dans leurs usines les diverses opérations qui se pratiquaient auparavant chez de nombreux intermédiaires et en développant la mécanisation.

  • 48 Ibid. Selon ce même rapport, un métier mécanique actionné par un ouvrier triplait, au moins, la pro (...)

20Avec plusieurs années de retard sur le coton, l’industrie de la laine connaît donc à son tour des transformations de structure. Le nombre des métiers à tisser mécaniques passe de 100 en 1869 à 438 en 1876, celui des métiers à main actifs de 8 315 à 6 67248.

  • 49 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1875-1891. Cette statistique, établie par (...)

Nombre des établissements d’Elbeuf (1862-1 876)49

Nombre des établissements d’Elbeuf (1862-1 876)49
  • 50 Autres établissements : teinturiers, apprêts, retorderies, décatissage, épaillages.

Note 5050

  • 51 A. D. S-M., M, Travail des enfants, 1875-1891. Le mouvement de concentration s’accélère au cours de (...)
  • 52 A. D. S-M., M, Salaire des ouvriers, 1864-1880. De 1872 à 1876, salaire horaire moyen du fileur de (...)

21Dans la ville d’Elbeuf on compte, en 1876, 87 établissements de moins qu’en 1869, dont 81 n’employant pas 25 ouvriers (tissages, ateliers d’apprêts, retorderies) : par contre quelques filatures (24 au lieu de 15) ont été créées près des principaux tissages51. Malgré l’augmentation du chiffre des fileurs, l’effectif total des ouvriers décroît de 9 135 à 8 700 (1876) et 8 300 (1880) ; et dans l’ensemble du canton de 23 300 (1869) à 20 000 (1880). Pour la première fois, le recensement de 1876 enregistre une diminution de la population d’Elbeuf : 22 213 habitants contre 22 848 en 1872. L’émigration a donc atténué les effets de la concentration ; les salaires horaires ne semblent pas avoir subi de modifications sensibles sauf pour les tisserands de nouveautés52.

  • 53 A D. S-M., M, Situation industrielle 1871-1875. Malgré la concurrence anglaise, l’industrie chimiqu (...)

22Au cours des premières années de la République, on peut donc constater que le fléchissement de l’industrie de la laine comme la stabilité de l’industrie cotonnière et partant de la métallurgie et de l’industrie chimique53 ne pouvaient favoriser les mouvements de revendication.

LES RADICAUX ET L’ORDRE MORAL

23Après la chute de Thiers, les rapports de police ne mentionnent plus aucune activité des radicaux ; la presse conservatrice ou républicaine n’y fait allusion que pendant les campagnes électorales.

  • 54 A. Desgenétais - Aux électeurs de la Seine-Inférieure - B. M. Rouen, dossiers A.Z. Election de 1873 (...)
  • 55 Le Nouvelliste de Rouen, 4 novembre 1873, 7 février 1876.
    La candidature de Letellier-Valazé proposé (...)
  • 56 Journal de Rouen, 31 octobre 1873.
  • 57 Journal de Rouen, 7 novembre 1873.
  • 58 Des comités républicains conservateurs se constituèrent au Havre, à Fécamp, à Cany... et lancèrent (...)
  • 59 Le Nouvelliste de Rouen, 7 février 1876. Gambetta écrivit en particulier à Bazan, Peulevey, Ramel.. (...)

24Le 16 novembre 1873, les électeurs de la Seine-Inférieure furent appelés à désigner un représentant à l’Assemblée nationale en remplacement de Vitet centre droit, décédé. Le comité Taillet présenta Desgenétais, industriel de Bolbec, sans passé politique, qui se déclara « conservateur - conservateur de l’ordre social si profondément troublé, mais aussi conservateur des libertés acquises - » et promit son concours énergique à l’illustre maréchal Mac-Mahon, qui avait entrepris la rude et difficile mission de rendre à la France le calme et la grandeur...54. Les comités républicains de Rouen et du Havre se mirent d’accord sur la candidature du général Letellier-Valazé, collaborateur de Thiers pour l’Histoire du Consulat et de l’Empire, sous-secrétaire d’Etat à la guerre en 1871, et ancien commandant de la 2e division militaire de Rouen. Letellier-Valazé était un orléaniste rallié55 qui a expliqué sa conversion dans une lettre à Félix Faure : « Fortement attaché au principe de la souveraineté nationale, j’avais cru que la monarchie constitutionnelle suffisait à garantir la liberté dans un pays d’aspiration monarchique et où la République n’avait pu réussir. Mais il n’est plus possible d’hésiter. Je dis donc très nettement que, si le mandat de député m’était confié, je voterais pour la République conservatrice et contre la royauté... »56. Et le comité républicain de la Seine-Inférieure assure que voter pour le général Letellier-Valazé, c’est affirmer le besoin de stabilité, de sécurité politique que peuvent seules nous donner les institutions républicaines avec le drapeau tricolore, cet emblème de nos libertés et de notre honneur national... », c’est consolider l’œuvre du gouvernement de Thiers auquel sont dus la réorganisation de l’armée, le rétablissement des finances et la libération anticipée du territoire57). Tout est mis en œuvre pour rallier à Letellier-Valazé les républicains conservateurs qui, en février, puis en juillet 1871, avaient voté avec les monarchistes58. Encore fallait-il obtenir une caution indiscutable de la gauche pour cette manœuvre habile ; ce fut Gambetta lui-même qui la fournit en recommandant la candidature à ses amis de la Seine-Inférieure et « à certaines personnes d’où une opposition pouvait venir... »59.

  • 60 Ibid., 7 février 1876. Les noms des participants à la réunion figurent dans les lettres de Félix Fa (...)
  • 61 Journal de Rouen, 14 novembre 1873.

25Quelle attitude allaient adopter les radicaux ? A la première réunion du 14 octobre, toutes les tendances républicaines étaient représentées : à côté de républicains modérés y assistaient, pour les radicaux, Thuillier, Ramel, Berthelot et Roger, ce dernier délégué des ouvriers60. Finalement « la candidature de Letellier-Valazé, après avoir été combattue en toute liberté a été acceptée par tous dans un esprit de conciliation et de modération qui fait honneur à ceux-là mêmes qui avaient cru devoir y faire le plus d’opposition »61.

  • 62 Journal du Havre, 12 novembre 1873, article « Abstention, trahison ».

26Mais les électeurs allaient-ils tous suivre docilement les conseils des dirigeants radicaux ? Ceux-ci ont craint que des abstentions ne compromissent le succès attendu62.

  • 63 La Ligue Républicaine de Rouen (comité démocratique) a été constituée au début de novembre 1873, so (...)
  • 64 La Tribune de Rouen, 15 novembre 1873.
    Le Journal de Rouen, 14 novembre 1873 reproduit le même appel (...)

27Aussi le bureau directeur du comité démocratique de la Ligue Républicaine63 lança-t-il un appel pressant en faveur de la participation au scrutin : il reconnaissait que le général Letellier-Valazé n’était pas le candidat qu’il aurait souhaité, mais qu’il était le seul républicain susceptible d’être élu en Seine-Inférieure et sur le vote de qui on pouvait compter pour s’opposer à une restauration monarchique64.

  • 65 Le Nouvelliste de Rouen, 12, 13 novembre 1873.
  • 66 La Tribune de Rouen, 8 novembre 1873. Lettre d’Elbeuf ; le journal renie toute entente entre l’Inte (...)
  • 67 Le général Letellier-Valazé finit par être présenté comme le complice éventuel des révolutionnaires (...)

28Cette déclaration a permis au Nouvelliste de Rouen de modifier sa tactique à l’égard du candidat républicain. Après avoir insisté sur le passé monarchiste et clérical du général afin d’amener les électeurs radicaux à se désintéresser de l’élection, il dénonça le soutien de l’extrême gauche pour effrayer les conservateurs. Il était évidemment difficile de classer Letellier-Valazé parmi « les rouges », mais n’allait-il pas leur frayer la voie ? Les radicaux jugeaient, pour le moment, plus habile de mettre en avant un ancien monarchiste pour prendre leur revanche des défaites passées, mais ce n’était qu’une étape65. Le 14 novembre, le Nouvelliste se demande même si un mot d’ordre de l’Internationale n’est pas déjà venu rallier au général la partie hésitante de sa future clientèle. Et le lendemain, il prétend apporter une confirmation : de Londres, Vermersch a donné l’ordre à ses affiliés de voter pour Letellier-Valazé ; plusieurs agents ont été envoyés au Havre, à Dieppe et dans le pays de Caux : « quatre d’entre eux travaillent Rouen, Sotteville et Darnétal depuis hier matin66 ; l’objectif est d’obtenir la dissolution de l’Assemblée ; ensuite on reportera toutes les voix sur les purs »67.

  • 68 Desgenétais n’obtient la majorité absolue que dans l’arrondissement d’Yvetot : Letellier-Valazé, 9  (...)
  • 69 La Tribune de Rouen, 18 novembre. Article « Aux ouvriers » : « Nous savons que cette candidature n’ (...)

29La propagande des conservateurs échoua complètement. Le chiffre des votants dépassa celui de juillet 1871 : 132 000 contre 114 000 ; Letellier-Valazé avec plus de 82 000 voix l’emportait largement sur Desgenétais (48 000). Deux constatations importantes peuvent être faites dans l’arrondissement de Rouen : l’accroissement de la participation électorale est à peu près égal dans les cantons urbains et ruraux ; l’augmentation des voix républicaines est considérable dans les campagnes (Clères de 36 à 61 % - Duclair de 36 à 69 %), mais elle n’est pas négligeable dans les cantons ouvriers(4e canton de Rouen 71 à 78 %),(6e canton 71 à 84 %, Elbeuf 66 à 81 %) ; Grand-Couronne 69 à 84 %, Maromme 71 à 82 %). Près d’un tiers des électeurs qui en juillet 1871 avaient voté pour les conservateurs ont reporté en 1873 leurs suffrages sur Letellier-Valazé, particulièrement dans les campagnes68 ; mais les ouvriers de leur côté ont observé la discipline républicaine et la Tribune de Rouen les en remercia au lendemain du scrutin69.

Election du 16 novembre 1873 (Seine-Inférieure)

Election du 16 novembre 1873 (Seine-Inférieure)
  • 70 Journal de Rouen, 24 septembre 1874.
  • 71 Ibid., 27 septembre 1874. Déclaration de Dieutre, candidat au conseil d’arrondissement dans le4e ca (...)
  • 72 Cordier (5e canton), Hardy(6e canton), Waddington (Darnétal), Besselièvre (Maromme), Badin (Pavilly (...)
  • 73 Déclaration de Waddington : « J’appuierai de mes vœux et au besoin de mes votes l’organisation défi (...)
  • 74 Journal de Rouen, 4 octobre 1874.
  • 75 Dans cinq cantons, les conservateurs ne présentèrent aucun candidat ; à Pavilly, le comte de Bagneu (...)

30Aux élections cantonales des 4 et 11 octobre 1874, le comité républicain de la Seine-Inférieure proclama à nouveau qu’il fallait « s’inspirer de l’esprit de sagesse qui recommandait l’union de tous les amis de la République... »70 ; le scrutin était essentiellement politique ; il devait concourir à la fondation d’institutions républicaines définitives... Les élections pour les conseils départementaux ne devaient être qu’une répétition générale avant les élections à l’Assemblée nationale71). Dans l’arrondissement de Rouen, sur six candidats, cinq furent choisis parmi les républicains modérés72. Il convient particulièrement de remarquer que dans le6e canton, celui de Cord’homme, l’Union républicaine de Saint-Sever et le Comité républicain de la Seine-Inférieure soutiennent E. Hardy (conseiller d’arrondissement du4e canton) ancien notaire, juge de paix révoqué par l’Ordre moral ; Hardy prêche l’union et la modération et exalte « l’œuvre du gouvernement réparateur de M. Thiers »73. Ramel conseiller sortant du4e canton, peut être considéré comme le seul vrai radical ; encore sa profession de foi manque-t-elle d’éclat ; s’il souligne son dévouement à la cause républicaine, il insiste plutôt sur sa qualité de négociant qui le rend apte à défendre les intérêts de Rouen et rappelle, d’autre part, l’ardeur avec laquelle il a plaidé la cause de l’infortune dans ses rapports sur l’assistance publique74. Cette tactique prudente permit aux républicains de remporter un nouveau succès puisque tous leurs candidats furent élus, mais les radicaux avaient dû cette fois encore s’effacer devant les modérés75.

  • 76 Les républicains obtinrent environ 6 500 voix et les conservateurs 4 000 ; les candidats communs au (...)
  • 77 Journal de Rouen, 14 novembre 1874. La liste républicaine était composée de négociants, de membres (...)
  • 78 Dans l’arrondissement de Rouen, aucune liste radicale ne se présenta mais sur les listes d’union ré (...)

31Les élections municipales qui eurent lieu quelques semaines plus tard (22 et 29 novembre 1874) permettent de faire la même constatation ; la liste républicaine fut entièrement élue dès le premier tour76 ; elle était essentiellement composée de modérés (Desseaux, Cordier, Nétien, Deschamps...) à l’exclusion de toute personnalité radicale connue. Le Journal de Rouen révéla les intentions du comité républicain : « Après avoir arboré hautement son drapeau en mettant en tête le vétéran de nos luttes en faveur de la liberté, le défenseur infatigable des institutions républicaines, après avoir constitué pour soutenir ces institutions une majorité assurée, le comité a pensé qu’il devait donner des preuves de son esprit de conciliation en maintenant dans notre assemblée communale les représentants spéciaux de certains intérêts les plus respectables... qui n’ont pas été mêlés aux luttes électorales »77. Ainsi douze candidats sur trente-six avaient été présentés à la fois par les deux comités78.

  • 79 Les candidats de l’Union conservatrice (Pouyer-Quertier, D. Ancel, le général Robert et Rouland) av (...)

32Après l’échec d’ailleurs attendu qu’ils subirent aux élections sénatoriales du 30 janvier 187679, les Républicains jugèrent qu’il leur était plus indispensable que jamais de s’unir afin de prendre une éclatante revanche aux législatives du 20 février 1876.

  • 80 L’arrondissement de Rouen était divisé en trois circonscriptions : 1re, Rouen ; 2e, cantons d’Elbeu (...)
  • 81 Le Journal de Rouen (19 février 1876) prétendit que Taillet et Bézuel d’Esneval étaient en réalité (...)
  • 82 Après 1871, Desseaux avait continué à jouer un rôle actif dans le comité républicain de la Seine-In (...)
  • 83 B. M. Rouen, dossiers, A.Z. Elections de 1876.
  • 84 Journal de Rouen, 12 février 1876.
    Richard Waddington, frère de William, adhéra au groupe du centre (...)

33L’Union conservatrice présenta dans la 1re circonscription A. P. Taillet, président du comité ; dans la seconde, Sevaistre, maire d’Elbeuf, dans la troisième H. Bezuel d’Esneval, maire de Pavilly80, qui tous acceptaient « l’expérimentation loyale de la constitution de 1875, mais déclaraient la guerre au radicalisme »81. Pourtant leurs adversaires ne méritaient guère d’être classés parmi les intransigeants : l’ancien député de Rouen et préfet de la Seine-Inférieure, Desseaux82 n’a accepté sa désignation que « parce qu’il a la ferme conviction que le gouvernement républicain peut seul garantir l’ordre, la paix et la liberté... ; les républicains sont aujourd’hui les vrais conservateurs puisqu’ils défendent le gouvernement établi contre ceux qui se coalisent pour le renverser... ; la République est essentiellement progressive..., elle facilite la réalisation des réformes nécessaires, graduellement, sans perturbation sociale ». Pour Lucien Dautresme, conseiller général d’Elbeuf, candidat dans la 2e circonscription, « la France est affamée de repos et de stabilité ; elle réclame un pouvoir souple et fort, dégagé de toute préoccupation dynastique et ennemi de toute violence, protégeant tous les droits acquis sans faire obstacle aux aspirations légitimes et poursuivant enfin avec modération mais sans faiblesse, avec persévérance mais sans précipitation, l’organisation définitive de la démocratie dans l’ordre et dans la liberté... ». Quant à Richard Waddington, industriel et conseiller général de Darnétal, « il ne peut mieux définir sa ligne de conduite qu’en rattachant ses opinions politiques à celles des hommes les plus libéraux du centre gauche, dont l’esprit ferme et conciliant à la fois a tant fait pour l’établissement de la République... »83. Il paraît donc superflu au Journal de Rouen d’insister sur le caractère essentiellement modéré et conservateur des candidats du Comité républicain de la Seine-Inférieure84.

  • 85 Parmi les candidats précédemment envisagés, figuraient Nétien et Buée, ancien maire d’Elbeuf (Le No (...)
  • 86 Journal de Rouen, 5 février 1876. Lettre de Ramel (3 février).

34Comment les radicaux ont-ils accueilli ces désignations ? Une lettre de Ramel nous renseigne à ce sujet : quelques groupes d’électeurs et un grand nombre de membres du comité démocratique « voulant écarter la nuance trop modérée qui, suivant le bruit public, devait prévaloir dans le choix de la députation de l’arrondissement » avaient d’abord songé à le présenter dans une circonscription...85. Mais l’adoption des candidatures de Desseaux, Dautresme et Waddington semble avoir rallié les hésitants : « Elles personnifient la République progressive et la République conservatrice... ; devant l’ensemble de ces noms, je croirais, avoue Ramel, non plus accomplir un devoir, mais, au contraire, me rendre coupable d’une faute en rejetant la division dans les rangs de notre parti, au moment surtout où une discipline rigoureuse doit être notre loi... Je me retire donc, heureux d’une solution qui donne la satisfaction désirée aux justes revendications de la démocratie républicaine... »86.

  • 87 Le Nouvelliste de Rouen, 9 février 1876. Réflexions sur la lettre de Ramel ; « Le comité démocratiq (...)
  • 88 Le Nouvelliste de Rouen, 13 et 19 février 1876. Réponse de Waddington dans le Journal de Rouen, et (...)

35Le Nouvelliste dénonça la manœuvre : « Si travaillées qu’aient été nos populations, on sait qu’elles ont un fonds de sagesse qu’on n’a pu encore détruire. On sait quelles reculeraient devant la bannière levée du radicalisme, et on voile cette bannière, on la cache derrière un drapeau de couleur moins vive, bien certain qu’on est, qu’après l’élection, le drapeau disparaîtrait et que la bannière se montrerait... ; que les revendications de la démocratie recevraient satisfaction... »87. Le journal conservateur accuse Dautresme et Waddington d’avoir accepté un mandat impératif des radicaux, ce que les deux candidats démentirent formellement88.

  • 89 Eugène Manchon, conseiller général de Grand-Couronne en 1871, avait été élu le 16 janvier 1876 dans (...)
  • 90 Gagne (1808-1876), ancien avocat, célèbre comme perpétuel candidat à toutes les élections. Il est p (...)
  • 91 Aux électeurs de la1re circonscription de Rouen. Le texte est signé pour le Comité central démocrat (...)

36Cependant en opposition avec le comité démocratique, Eugène Manchon, conseiller général du canton d’Argueil refusa de s’incliner devant ce qu’il appelait le « despotisme du Comité républicain et du Journal de Rouen » ; il s’était déjà présenté individuellement à l’élection sénatoriale de janvier et n’avait recueilli que huit voix ; le 15 février, il annonça sa candidature comme républicain indépendant dans la 1re circonscription de Rouen, pour faire échec à Desseaux qui avait trahi la cause républicaine en 1848 et 1870. « Je ne suis pas seul à protester et le Journal de Rouen sait bien que si je m’arrête ici, c’est que la loi m’interdit de publier les protestations des réfugiés de Rouen et du département... Pas de transaction pour favoriser les habiles et les comédiens du libéralisme, plutôt l’abstention ou le vote avec un bulletin blanc... »89. Cet appel ne risquait-il pas d’être entendu des démocrates qui avaient peu apprécié l’attitude de Desseaux pendant la guerre ? Le jour même, un groupe d’ouvriers du Comité central démocratique avec à sa tête Roger contre-attaqua en s’efforçant de ridiculiser Manchon : « Après avoir joué les tragiques, il joue maintenant les comiques et non sans succès ainsi que l’attestent les sept bulletins - sans compter le sien - dont l’ont honoré Messieurs les Electeurs du Sénat. Pauvre Manchon ! jouer les Aubry et les Gagne90, quand on a tenu les grands premiers rôles, c’est vraiment triste... Il n’est plus qu’un bouffon politique prenant tous les masques... et soutenant les affirmations les plus insensées... »91.

  • 92 A. D. S-M., M, Elections de 1876. Taillet, Sevaistre et Bezuel d’Esneval étaient présentés par l’Un (...)

Elections législatives du 20 février 187692 Arrondissement de Rouen

1ère circonscription

1ère circonscription

2è circonscription

2è circonscription

3è circonscription

3è circonscription
  • 93 Le Nouvelliste de Rouen, 19 février. Lettre de Manchon, 17 février 1876. Bien que radical. Manchon (...)

37Sa candidature ne pouvait que jeter la division dans les rangs du parti républicain, au profit des cléricaux ! Attaqué par les comités, privé de la publicité de tout journal, Manchon jugea préférable de se retirer dès le 17 février93.

  • 94 Résultats des républicains par circonscription et comparaison avec 1873 :
    1re circonscription : Dess (...)

38Grâce au rétablissement de l’union républicaine, Desseaux, Dautresme et Waddington furent élus dès le premier tour de scrutin, retrouvant à peu près à l’exception de Dautresme, les pourcentages de voix obtenus par Letellier-Valazé en 187394.

  • 95 1re circonscription (Rouen) ; inscrits, 21 558 ; votants, 13 304.
    Duvivier, soutenu par l’Union répu (...)

39Le radicalisme n’a donc pas absolument disparu après 1873 ; le Nouvelliste signale complaisamment au moment des élections le rôle de Ramel et de Roger, du comité démocratique et du groupe radical ouvrier - mais le parti a perdu tout caractère subversif : la priorité accordée à l’union des républicains pour empêcher le retour de la monarchie a conduit les radicaux à accepter tous les compromis susceptibles de favoriser l’établissement définitif de la République, à voter pour des hommes, comme Desseaux, qu’ils avaient précédemment combattus, à renoncer même à toute action politique autonome. En 1876, l’éclipse du radicalisme paraît aussi complète que celle du mouvement syndical. Ce n’est qu’après la victoire de la République que l’un comme l’autre vont essayer de retrouver une vigueur nouvelle, tandis que les chambres syndicales se reconstituent, les démocrates se dégagent de la tutelle des républicains modérés : le 21 août 1881 à Rouen, Duvivier, candidat du comité démocratique et du comité radical l’emportera facilement sur Letellier, présenté par le comité républicain95.

Notes

1 L’Internationale, 23 février 1873. Aubry signale les poursuites et les explique par le désir de « montrer à la commission des Trente que l’on était vigilant pour défendre les intérêts de caste ».
Ibid.,
28 février 1873.

2 A. D. S-M., M, Internationale, menées du parti radical. Préfet, 31 janvier 1873 ; c.c. police d’Elbeuf, 2 février 1873.

3 Ibid. Préfet, 3 février 1873 : « Chez le sieur Hallot, on a trouvé une correspondance assez volumineuse..., les papiers saisis chez Piéton et chez Diot n’offrent rien de particulièrement significatif ».

4 L’Internationale, 1er décembre 1872.

5 Ibid., 8 décembre 1872 : « la droite sait que le radicalisme ne trouvera pas un ouvrier naïf pour le défendre ».
Ibid., 22 décembre 1872. Aubry reproche aux radicaux leur trahison du 18 mars : « A la veille d’une nouvelle Saint-Barthélemy, la classe ouvrière trouve qu’elle s’est assez sacrifiée et ne veut pas recommencer ».
Ibid., 18 mai 1873. Aubry avait cependant célébré la victoire de Barodet : « Barodet signifiait revendication sociale et politique », mais il continuait à attaquer Gambetta « dictateur à l’eau de rose qui, de Tours, ordonnait le désarmement des ouvriers de Lyon et de Marseille et refusait l’armement de ceux de Normandie ».

6 Ibid., 1er juin 1873.

7 Archives de la ville de Bruxelles, police 5.
A. P. P., Paris, Ba 941. Rapports de Bruxelles des 9 et 24 juillet 1873 ; Aubry habita d’abord chez Vaughan à Schaerbeek et travailla chez Brismée (rapport de Bruxelles, le 30 août 1873). Aubry était déjà venu à Bruxelles en décembre 1871, en mars 1872 (banquet commémoratif du 18 mars à Etterbeek), et en mars 1873 (sa correspondance a cessé entre le 2 et le 30 mars).

8 L’Internationale, 6 juillet 1873.

9 Ibid., 26 janvier 1873.

10 Ibid., 5 octobre (correspondance du 30 septembre). Dans l’article, Aubry rappelle que c’est à ce socialiste césarien (le prince Napoléon) « que l’on doit l’idée d’une Internationale des travailleurs, que le peuple français en l’acceptant eut le bon esprit de ne pas vouloir lui en laisser la direction, bien au contraire la tourna impolitiquement contre l’Empire... ».

11 Bulletin de la Fédération jurassienne de l’A. I. T., 18 octobre, 2, 9 et 16 novembre 1873 (article de Lefrançois).
GUILLAUME (James) - L’Internationale op. cit., t. III, p. 37.
A. P. P., Ba 941. Rapport du 26 octobre 1873. Aubry aurait assisté à Genève le 20 octobre 1873 à une réunion où l’on étudia quelles résolutions il fallait prendre en présence de l’éventualité d’une restauration monarchique : « On n’a pu s’entendre sur la conduite à tenir ». Un autre rapport de Genève (12 novembre) annonce l’adhésion au parti Richard, Gaspard Blanc et Portalis, c’est-à-dire à l’Empire socialiste, d’Aubry, réfugié à Bruxelles : « Sous le pseudonyme de G. Durand, il a publié des articles tendant à appeler toute l’Internationale sous la bannière de Napoléon IV ».

12 L’Internationale, 16 novembre 1873 : Aux adversaires de l’Alliance socialiste de Paris proposée par l’Avenir National... « J’étais loin de supposer que ma déclaration serait insuffisante pour mettre ma probité de socialiste depuis vingt ans à l’abri des soupçons des Internationalistes et des réfugiés français de Genève... qui m’accablent d’épithètes indignes de citoyens qui devraient donner l’exemple de la modération... ». Aubry continue à réaffirmer son adhésion au principe fédératif et son hostilité à « toute autorité princière, bourgeoise ou socialiste, quand bien même les intérêts de la cause populaire m’auraient commandé de faire alliance avec eux la veille de la lutte... ».

13 L’Internationale, 27 février 1873.

14 Ibid., 13 avril 1873. Aubry assure également que « chaque jour des centaines d’ouvriers intelligents sont presque invités à quitter la France car la police avertit quelques jours à l’avance qu’elle est dans l’intention de vous arrêter... ». Est-ce pour faciliter le coup d’Etat ?

15 Ibid., 6 juillet 1873 (correspondance du 30 juin). C’est la dernière correspondance adressée de Paris : « Conformément à ma lettre particulière, j’ai le regret de vous adresser mon dernier bulletin ; ma santé et la prudence m’obligent à prendre cette détermination »... Il annonce cependant qu’un ami se chargera de continuer la tâche inachevée. En fait, ce sera Aubry lui-même sous le pseudonyme de G. Durand.

16 A. P. P., Ba 941. Délégation judiciaire, cabinet 1er bureau, Versailles, 17 Septembre 1873. Les recherches furent abandonnées le 31 octobre 1872.

17 A. P. P., Ba 941,1re Division, service de justice, 5e bureau, Versailles, 22 janvier 1874.
Un rapport de police de Bruxelles, daté du 9 juillet avait déjà annoncé la présence de Ricard (Aubry) à Bruxelles, le 7 juillet 1873. Il avait assisté à un concert avec des communistes et internationalistes et annoncé qu’il allait cesser de correspondre. Voir également un autre rapport de police du 25 juillet 1873.

18 Archives de Vincennes, 4e conseil de guerre, n° 1634. Aubry Hector Emile.
A. P. P., Ba 941.
Aubry fut grâcié le 27 septembre 1879, mais il ne l’apprit qu’en février 1880 (A. N., BB 24 850, 14 février 1880).

19 D’ESTAINTOT (Robert Langlois d’)-Etude sur le rapport parlementaire de M. Ducarre traitant des conditions de travail en France et sur quelques faits postérieurs - Bulletin de la Société libre d’Emulation de la Seine-Inférieure, 1876-18 7 7, p. 187.

20 Le Nouvelliste de Rouen, 16 mars 1877.
A. D. S-M., M, Syndicats 1884. Les lithographes font remonter leur chambre syndicale au 13 juillet 1875 (voir aussi A. N., F 22 136) ; mais l’existence de ce groupement est restée tout à fait discrète.

21 Le Nouvelliste de Rouen, 11 avril 1877.
Journal de Rouen, 10 avril 1877 ; le journal publie également une information sur l’assemblée générale des typographes.

22 Le mouvement coopératif renaît cependant dans l’agglomération d’Elbeuf avec la fondation de l’Avenir coopératif d’Elbeuf (1873), de la Prospérité de Caudebec-lès-Elbeuf (7 décembre 1874) et de l’Avenir de Saint-Pierre-lès-Etbeuf (1875). Voir GAUMONT (Jean) -La coopération en Normandie, op. cit., p. 16-18. Elles s’ajoutent aux deux seules sociétés qui avaient survécu, celles de Maromme et de Pavilly.

23 A. D. S-M., M, Grèves de 1873. C.c. police de Rouen, 11 mars et 30 septembre 1873 ; aucun raport n’existe pour 1874.

24 Ibid. Grèves de 1875-1879. C.c. police de Rouen, 17 avril 1875. Les ouvriers indienneurs réclamaient une augmentation de salaire ; c.c. police, 4 novembre (Elbeuf) et 15 novembre 1875 (Rouen).

25 Ibid. C.c. police de Rouen, 8 mai 1876.

26 Ibid., 2 grèves en 1877, 2 en 1878, 6 en 1879.

27 A. N., F 12 4537. Conseil général, 2e session de 1873 (rapport de Cordier). La chambre de commerce de Rouen (10 avril, 10 juillet 1873) invoque aussi la prolongation du régime des importations temporaires en Alsace, qui fut effectivement supprimé le 1er mai 1874.

28 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 3e et 4e trimestres 1873.

29 Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 1er trimestre 1874, 1er trimestre 1875 : « les filés sont vendus à des cours satisfaisants, les tissus rares et recherchés... ».

30 Syndicat normand de l’industrie cotonnière, réponse au questionnaire de la commission parlementaire d’enquête sur l’industrie textile - Rouen, juin 1904, 66 p. ; p. 33-34.

31 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce, 9 juillet 1874, 4 janvier 1875. La chambre de commerce a signalé (3e trimestre 1873) la disparition d’une filature de 18 000 broches jointe à un tissage de 450 métiers ; il s’agit probablement de l’établissement Vaussard à Notre-Dame-deBondeville, mais il fut réorganisé par son nouvel acquéreur, Gresland.

32 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1875-1891. Tableau des établissements de la Seine-Inférieure (7e circonscription d’inspection), octobre 1884.

33 Le tableau ne donne pas le nombre des petites filatures d’Oissel en 1876 ; il y en avait 36 inférieures à 5 000 broches en 1869, 24 en 1884. Nombre total des broches en 1869 pour l’arrondissement de Rouen, 923 885 ; en 1876, 938 591.
Les principales filatures sont la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray (80 000 broches), Pouyer-Quertier à Petit-Quevilly (52 200) et Fauquet à Oissel (45 000).

34 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 juillet 1873, 9 avril 1874 : « Les industriels ont adopté les genres des pays voisins ou du tissage à la main » ; 9 juillet, 4 octobre 1874 : « Le tissage est animé grâce à la substitution du tissage à la main pour les articles de couleur ».

35 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce, 9 avril 1874. La statistique générale de la France dénombre encore 22 435 métiers à main en 1876 pour la Seine-Inférieure, sans préciser s’ils fonctionnent et seulement 18 000 en 1877 !

36 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures 1875-1891.
Les principaux tissages : à Rouen, Lemarchand (800 métiers) et Manchon (660) ; à Saint-Etienne-du-Rouvray, la société cotonnière (695).

37 Journal de Rouen, 26 août 1875. Rapport de Desgenétais au conseil général sur la situation industrielle du département : « L’industrie des toiles peintes soutient sa réputation et a vu ses efforts couronnés de succès dans l’impression de certains articles dont l’Alsace avait le monopole. La demande de l’indienne s’est réveillée depuis quelque temps et on pense qu’elle sera bientôt plus active... ».

38 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 29 janvier 1874.

39 Ibid., 10 avril 1873. Voir aussi, 4 octobre 1874 : « Les cours sont privés de la spéculation ».

40 A. D. S-M., M, Salaires des ouvriers.
Salaire horaire moyen du fileur : 3,75 F de 1871 à 1875 ; 4,25 F en 1876. Celui du tisseur : 3,25 F de 1871 à 1875.

41 A. M. Rouen, Mercuriales du marché aux bestiaux - Janvier 1873 : bœuf, 1,90 F ; mouton, 2,30 F ; porc, 1,47 F. - Janvier 1875 : bœuf. 1,68 F ; mouton, 2 F ; porc, 1,50 F.

42 A. D. S-M., M, Industrie, objets généraux, 1870-1874. Lettre du préfet 18 mars 1874 ; le préfet estime que ce tableau est exagéré, que le chômage n’atteint qu’un petit nombre d’individus et qu’il est généralement partiel.

43 A. N., F 12 4537. Conseil général de la Seine-Inférieure (2e session de 1873).

44 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce d’Elbeuf, rapports trimestriels de 1874 ; l’amélioration générale n’est signalée qu’à partir du 2e trimestre de 1875.

45 Journal de Rouen, 5 avril, 15 octobre, 3 novembre 1874, 18 janvier, 4 mars 1875.

46 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, renseignements généraux, circulaire du 15 octobre 1884. Mouvement industriel et commercial du canton d’Elbeuf.

47 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures 1875-1891. Inspecteur départemental, 14 novembre 1884. Antérieurement, Lisieux achetait les déchets d’Elbeuf ; l’inspecteur départemental conclut : « Ce n’était même pas un palliatif,... c’en était fait de la renommée d’Elbeuf ».

48 Ibid. Selon ce même rapport, un métier mécanique actionné par un ouvrier triplait, au moins, la production du métier à main.
Le recul du tissage à la main va être très rapide : en 1884, 3 640 métiers à main et 879 métiers mécaniques.

49 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1875-1891. Cette statistique, établie par l’inspecteur du travail, diffère un peu de celle qui avait été communiquée par la Chambre de commerce d’Elbeuf.

50 Autres établissements : teinturiers, apprêts, retorderies, décatissage, épaillages.

51 A. D. S-M., M, Travail des enfants, 1875-1891. Le mouvement de concentration s’accélère au cours des années suivantes, 211 établissements seulement en 1884, dont 118 tissages (au lieu de 226 en 1876), mais 17 tissages de plus de 100 ouvriers contre 10 en 1876.

52 A. D. S-M., M, Salaire des ouvriers, 1864-1880. De 1872 à 1876, salaire horaire moyen du fileur de laine 3,50 F ; du tisserand 2,25 F pour les draps unis, 2,50 F pour les nouveautés (au lieu de 3 F de 1865 à 1870).

53 A D. S-M., M, Situation industrielle 1871-1875. Malgré la concurrence anglaise, l’industrie chimique a pu conserver son niveau antérieur. Voir Statistique de l’inspection du travail : 812 ouvriers en 1876 dont 517 chez Malétra, contre 834 en octobre 1871.
La métallurgie (machines pour l’impression et l’apprêt des tissus, machines à vapeur...) employait 1 590 ouvriers en 1874, 2 000 en 1875 (Rapport de la chambre de commerce de Rouen du 13 janvier 1875).

54 A. Desgenétais - Aux électeurs de la Seine-Inférieure - B. M. Rouen, dossiers A.Z. Election de 1873.
Le Journal de Rouen présenta Desgenétais comme un royaliste, un homme du drapeau blanc : « Ce bloc fleurdelysé ne nous dit rien qui vaille » (10 novembre 1873). La Gazette de Normandie, cependant, regrette l’absence de toute affirmation monarchique dans la profession de foi de Desgenétais, mais engage ses amis à voter pour lui pour éviter les divisions du grand parti conservateur » (11 novembre 1873).

55 Le Nouvelliste de Rouen, 4 novembre 1873, 7 février 1876.
La candidature de Letellier-Valazé proposée probablement par le docteur Le Plé fut examinée au cours d’une réunion de délégués rouennais le 14 octobre ; à la suite d’un échange de correspondance avec Félix Faure (18 octobre), la candidature du général fut préférée à celle de Bazan par les comités havrais.
C’est un rédacteur du Journal du Havre qui se rendit à Paris pour demander l’appui de Gambetta (26 octobre 1876).

56 Journal de Rouen, 31 octobre 1873.

57 Journal de Rouen, 7 novembre 1873.

58 Des comités républicains conservateurs se constituèrent au Havre, à Fécamp, à Cany... et lancèrent des appels en faveur de Letellier-Valazé. Dans sa lettre à Letellier-Valazé, Félix Faure souligne que le général « combat également toutes les tentatives de révolution nouvelle qu’elles viennent de droite ou des exagérés de gauche ».

59 Le Nouvelliste de Rouen, 7 février 1876. Gambetta écrivit en particulier à Bazan, Peulevey, Ramel... Des lettres furent envoyées « en assez grand nombre », signées par Gambetta, J. Simon et Cordier.

60 Ibid., 7 février 1876. Les noms des participants à la réunion figurent dans les lettres de Félix Faure et de Duvivier.
Le Nouvelliste de Rouen, 9 février 1876 : « La candidature de Letellier-Valazé a été l’œuvre de toutes les nuances du parti et M. Gambetta comme MM. Le Cesne, Duvivier, Ramel et Roger ont donné l’accolade à l’honorable général. Tout le monde aura compris que le Journal de Rouen et son comité s’abouchaient avec la fine fleur du radicalisme... ».

61 Journal de Rouen, 14 novembre 1873.

62 Journal du Havre, 12 novembre 1873, article « Abstention, trahison ».

63 La Ligue Républicaine de Rouen (comité démocratique) a été constituée au début de novembre 1873, son bureau directeur comprenait neuf membres dont Ramel, Berthelot, Duvivier, Faquet, ouvrier mécanicien, et Dubois, cordonnier...
Voir la Tribune de Rouen, 15 novembre 1873.

64 La Tribune de Rouen, 15 novembre 1873.
Le Journal de Rouen, 14 novembre 1873 reproduit le même appel : « Les républicains de la Seine-Inférieure ne se diviseront pas... aucun d’eux ne s’abstiendra... ».

65 Le Nouvelliste de Rouen, 12, 13 novembre 1873.

66 La Tribune de Rouen, 8 novembre 1873. Lettre d’Elbeuf ; le journal renie toute entente entre l’Internationale et les radicaux. A la fin du second Empire, les dirigeants de l’Internationale étaient des agents de la préfecture de police chargés d’effrayer le corps électoral par leurs revendications économiques et sociales. « Quand le tour était joué, c’est-à-dire quand le vote était accompli, on rentrait ces fantoches dans une boîte..., les industriels étaient terrifiés... Ils croyaient que ces mouchards étaient des républicains ».
L’auteur fait en particulier allusion aux réunions de l’hôtel de ville d’Elbeuf où furent préparées les grèves de 1869, « sous la direction d’un attaché au Nouvelliste », il s’agit évidemment d’Aubry.

67 Le général Letellier-Valazé finit par être présenté comme le complice éventuel des révolutionnaires ; voir Le Nouvelliste de Rouen, 16 novembre 1873 ; lettre en patois adressée au Journal de Neufchatel : « Les radicas vont l’y donner tout leur voix pour l’faire nommer. Pis après, si ces farcheux-là font une nouvelle révolution rouge, créyez-vous, qu’L’teliez-Valazé l’z’empêchera d’nos piller et pis d’nos tuer. J’t’en fiche. Merci, j’sortons d’en prendre... ». L’auteur rappelle qu’il y a quelques années les électeurs de la campagne furent qualifiés « de ruraux, de grossiers, d’ignorants » parce qu’ils ne voulaient pas manger « de la cuisine à la sauce au sang ».

68 Desgenétais n’obtient la majorité absolue que dans l’arrondissement d’Yvetot : Letellier-Valazé, 9 434 ; Desgenétais, 12 422.

69 La Tribune de Rouen, 18 novembre. Article « Aux ouvriers » : « Nous savons que cette candidature n’avait pas vos préférences, que beaucoup d’entre vous voulaient s’abstenir... ».

70 Journal de Rouen, 24 septembre 1874.

71 Ibid., 27 septembre 1874. Déclaration de Dieutre, candidat au conseil d’arrondissement dans le4e canton. Voir aussi les commentaires du Journal de Rouen : « Les populations veulent le calme et la sécurité ; elles veulent qu’un gouvernement solidement établi leur garantisse un avenir stable et assuré... ».

72 Cordier (5e canton), Hardy(6e canton), Waddington (Darnétal), Besselièvre (Maromme), Badin (Pavilly).

73 Déclaration de Waddington : « J’appuierai de mes vœux et au besoin de mes votes l’organisation définitive de la République sous la présidence du maréchal de Mac-Mahon ». Journal de Rouen, 26 septembre 1874.

74 Journal de Rouen, 4 octobre 1874.

75 Dans cinq cantons, les conservateurs ne présentèrent aucun candidat ; à Pavilly, le comte de Bagneux, conseiller général depuis 1864, conservateur, fut battu au second tour par le manufacturier Badin ; celui-ci accusé de pression électorale sur ses ouvriers, vit son élection annulée, mais fut réélu le 29 novembre 1874. Voir Journal de Rouen, 28 octobre 1874.
Sept cantons (Rouen, 1er, 2e, 3e, Grand-Couronne, Boos, Elbeuf, Clères) devaient élire un conseiller d’arrondissement. Les républicains l’emportèrent partout, sauf à Clères.

76 Les républicains obtinrent environ 6 500 voix et les conservateurs 4 000 ; les candidats communs aux trois listes 11 000.

77 Journal de Rouen, 14 novembre 1874. La liste républicaine était composée de négociants, de membres de professions libérales, de quelques manufacturiers, mais aucun artisan ni ouvrier.

78 Dans l’arrondissement de Rouen, aucune liste radicale ne se présenta mais sur les listes d’union républicaine qui l’emportèrent dans plusieurs communes, Sotteville, Le Petit-Quevilly, Maromme, Elbeuf, Caudebec-lès-Elbeuf, Saint-Pierre, Saint-Aubin... figuraient les noms de quelques radicaux, en particulier dans la banlieue d’Elbeuf.

79 Les candidats de l’Union conservatrice (Pouyer-Quertier, D. Ancel, le général Robert et Rouland) avaient obtenu de 495 à 621 voix, les républicains (Nétien, Masurier, Desseaux et Buée) de 238 à 326, Manchon, candidat indépendant. 8 voix.

80 L’arrondissement de Rouen était divisé en trois circonscriptions : 1re, Rouen ; 2e, cantons d’Elbeuf, Grand-Couronne et Boos ; 3e, cantons de Buchy, Clères, Darnétal, Duclair, Maromme et Pavilly.

81 Le Journal de Rouen (19 février 1876) prétendit que Taillet et Bézuel d’Esneval étaient en réalité légitimistes et Sevaistre, bonapartiste.

82 Après 1871, Desseaux avait continué à jouer un rôle actif dans le comité républicain de la Seine-Inférieure, mais il n’avait accepté à nouveau d’être candidat qu’aux élections municipales de 1874.

83 B. M. Rouen, dossiers, A.Z. Elections de 1876.

84 Journal de Rouen, 12 février 1876.
Richard Waddington, frère de William, adhéra au groupe du centre gauche dont il devint le secrétaire ; Dautresme et Desseaux à la gauche républicaine (Journal de Rouen, 7 mars 1876).

85 Parmi les candidats précédemment envisagés, figuraient Nétien et Buée, ancien maire d’Elbeuf (Le Nouvelliste de Rouen, 7 février 1876).

86 Journal de Rouen, 5 février 1876. Lettre de Ramel (3 février).

87 Le Nouvelliste de Rouen, 9 février 1876. Réflexions sur la lettre de Ramel ; « Le comité démocratique retire ses candidats parce qu’il sait que ceux devant lesquels il s’efface, une fois à la Chambre, malgré leur étiquette moins accentuée voteraient comme ils auraient voté eux-mêmes... ».

88 Le Nouvelliste de Rouen, 13 et 19 février 1876. Réponse de Waddington dans le Journal de Rouen, et le Nouvelliste du 14 février : « Il ne connaît pas les clauses qu’aurait imposées le comité radical ; il ne sait pas même si le programme auquel le Nouvelliste fait allusion existe ». Réponse de Dautresme dans le Journal de Rouen du 19 février : « S’il était élu, il prendrait place aux côtés de Grévy ! »

89 Eugène Manchon, conseiller général de Grand-Couronne en 1871, avait été élu le 16 janvier 1876 dans le canton d’Argueil où il possédait une propriété à La Feuillie.
Aux électeurs de la ville de Rouen, candidature républicaine indépendante de M. Eugène Manchon, B. M. Rouen, Dossiers A.Z. Elections de 1876.

90 Gagne (1808-1876), ancien avocat, célèbre comme perpétuel candidat à toutes les élections. Il est plus intéressant de noter la référence à Aubry, qui répond à l’allusion de Manchon sur les réfugiés rouennais. Aubry, nous l’avons vu, avait été en 1869 accusé de se présenter pour faire échouer le candidat de l’opposition républicaine.

91 Aux électeurs de la1re circonscription de Rouen. Le texte est signé pour le Comité central démocratique de l’arrondissement, par neuf ouvriers, le « conseil des neuf » ; le « comité radical des ouvriers » auquel le Nouvelliste de Rouen attribue une influence prépondérante à Martainville et à Saint-Sever : « Le comité républicain n’en est que la doublure... », « ce n’est qu’après que M. Roger a parlé que le Journal de Rouen se permet d’agir ». Voir Le Nouvelliste de Rouen. 11 et 19 février 1876.

92 A. D. S-M., M, Elections de 1876. Taillet, Sevaistre et Bezuel d’Esneval étaient présentés par l’Union conservatrice.

93 Le Nouvelliste de Rouen, 19 février. Lettre de Manchon, 17 février 1876. Bien que radical. Manchon était catholique : « Le meilleur paroissien de La Feuillie ». « Radical à la ville, clérical à la campagne, tel est présentement la situation du citoyen Manchon » (Appel du comité démocratique).

94 Résultats des républicains par circonscription et comparaison avec 1873 :
1re circonscription : Desseaux, 10 109 voix (69 %) ; en 1873, Letellier-Valazé, 73 %.
2e circonscription : Dautresme, 10 117 voix (67 %) ; en 1873, Letellier-Valazé, 81 %.
3e circonscription : Waddington, 11 521 voix (68 %) ; en 1873, Letellier-Valazé 72 %.
Le recul de Dautresme s’explique vraisemblablement par la personnalité de son adversaire, maire d’Elbeuf, plus connu que Desgenétais en 1873.

95 1re circonscription (Rouen) ; inscrits, 21 558 ; votants, 13 304.
Duvivier, soutenu par l’Union républicaine des 6 cantons de Rouen, le comité démocratique de Rouen et le comité radical de la Seine-Inférieure est réélu avec 7 441 voix, Letellier (Comité républicain) n’en obtint que 4 472 et Manchon, « républicain libéral », 912. Duvivier avait été élu le 26 mai 1881 sans concurrent en remplacement de Desseaux, décédé. A la Chambre des députés, Duvivier adhéra à l’Union républicaine, puis à la Gauche radicale.
2e circonscription : inscrits, 21 897 ; votants, 14 835.
Dautresme, 12 789 ; Secondigné (parti ouvrier), 1 083.
3e circonscription : inscrits, 23 786 ; votants, 14 479.
Waddington, 12 595 ; Cord’homme (radical), 1 011. Cord’homme avait soutenu la campagne de Duvivier.

Table des illustrations

Titre Les filatures de l’arrondissement de ROUEN en 1876 (entre parenthèses, le chiffre de 1869)32
Légende Note 3333
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Les tissages de l’arrondissement de ROUEN en 1876 (entre parenthèses, le chiffre de 1869)36
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Les principaux établissements industriels de l’arrondissement de ROUEN en 1876, à l’exception du canton d’Elbeuf
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Nombre des établissements d’Elbeuf (1862-1 876)49
Légende Note 5050
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Election du 16 novembre 1873 (Seine-Inférieure)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 1ère circonscription
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 2è circonscription
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8305/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 3è circonscription
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8305/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540