Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Cinquième partie. Après la Commune (1871-1876)

Chapitre III. L’échec de la reconstitution des corporations ouvrières

Texte intégral

  • 1 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police de Rouen, 14 décembre 1871.

1Les condamnations de novembre 1871 ont mis fin à toute activité apparente des radicaux et de l’Internationale : « Les uns et les autres sont devenus d’une réserve excessive, évitant avec soin tout ce qui pourrait les compromettre, mais s’organisant dans l’ombre et d’autant plus dangereux qu’ils mettent plus de prudence à agir »1, Il subsiste bien, en effet, au début de 1872 un petit groupe d’affiliés à l’Internationale et Rouen est représenté par un délégué au congrès de La Haye, mais la manifestation la plus intéressante du mouvement ouvrier en 1872 est la tentative de constitution de corporations ouvrières sur le modèle de celles qui avaient existé avant la guerre.

LE DECLIN DE L’AGITATION SOCIALE ET POLITIQUE

  • 2 A. N., F 12 537. Chambre de commerce de Rouen, 11 avril 1872.

2Après les grèves de 1871, le déclin de l’agitation sociale fut favorisé par l’évolution de la conjoncture économique. La poussée des affaires dans le textile n’a été que de courte durée à la fin de 1871. La chambre de commerce de Rouen signale qu’au début de 1872 la situation est assombrie ; elle attribue la saturation rapide du marché à trois causes générales : les achats considérables effectués antérieurement par des consommateurs qui craignaient l’augmentation des impôts indirects ; la concurrence des filés et des tissus anglais en France et en Algérie, les importations de produits alsaciens particulièrement des indiennes, bénéficiant jusqu’au 1er janvier 1872 de l’entrée sans droits2.

  • 3 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 26 juillet 1872 : « Quand les cours sont descendus (...)
  • 4 Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 15 avril 1872 ; le rapport insiste sur la concurrence des tissu (...)
  • 5 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. C.c. police de Rouen, 5 juillet 1872.
  • 6 Ibid. 22 juillet : chez Deschamps, 125 fileurs pour 5 jours ; chez Rivière à Sotteville, 162 fileur (...)
  • 7 A « . N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 26 juillet 1872 : « Le chômage qui menaçait de s (...)

3Les autres rapports trimestriels font état des mêmes doléances malgré la reprise des exportations vers l’Algérie3. L’activité de la filature de coton fut réduite dès la mi-février par suite de la hausse du prix du coton brut et de la baisse des filés ; le tissage était encore plus atteint et les stocks commencèrent à s’accumuler, aussi bien pour le calicot que pour les rouenneries ; en ce qui concerne les indiennes « jamais on n’avait eu une demande aussi limitée »4 Dès avril, la chambre de commerce prévoyait un ralentissement de l’activité des usines et mêmes des fermetures. De mai à juillet, plusieurs établissements ne travaillent plus que quatre ou cinq jours par semaine ; le 15 juillet, Harel arrête définitivement son tissage de Rouen ; l’établissement n’avait plus aucun crédit et ne pouvait se soutenir que dans une période de prospérité exceptionnelle comme la fin de 1871 ; une centaine d’ouvriers durent chercher du travail dans d’autres usines ou à la campagne5 ; on mentionne encore quelques fermetures pour une durée limitée6, mais en 1872 la plupart des entreprises n’eurent à subir qu’un chômage partiel7.

  • 8 Ibid. Chambre de commerce d’Elbeuf, 3e trimestre 1872 ; Aubry parle même de la moitié. L’Internatio (...)

4Dans l’industrie de la laine la même régression est constatée. Si les salaires ne varient pas, le chômage partiel apparaît et même le chômage total : pendant le troisième trimestre de 1872, trois quarts seulement des tisserands sont occupés8.

  • 9 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. C.c. police de Rouen, 2 et 4 mars 1872.
  • 10 Ibid., 16 et 20 novembre 1872. Etablissements Marinier et Sasle-Deschamps, à Saint-Légerdu-Bourg-De (...)

5Il est donc normal que les grèves soient peu nombreuses en 1872 ; on ne peut guère en noter que deux dans l’arrondissement de Rouen : à Darnétal, le tissage Dreyfus, du 1er au 4 mars, à cause d’un changement de mode de rémunération, le salaire aux pièces au lieu du paiement à la journée ; sur 63 ouvriers, 23 alsaciens seulement continuent à travailler ; les grévistes doivent accepter le nouveau tarif9. A Darnétal encore et Saint-Léger-du-Bourg-Denis, une cinquantaine de teinturiers en rouge de trois établissements réclament une augmentation de salaire et obtiennent partiellement satisfaction après une courte grève (19-20 novembre 1872)10.

  • 11 Enquête parlementaire sur les conditions du travail en France (1872).
    A. D. S-M., M, C.c. police de (...)

6Mais ce calme apparent ne traduit pas une amélioration des rapports entre les patrons et les ouvriers. L’Enquête parlementaire sur les conditions de travail en France nous le prouve. A Rouen, « les rapports entre patrons et ouvriers sont assez tendus....les ouvriers, travaillés par ceux qui sous le prétexte d’améliorer le sort du prolétariat ne visent qu’à améliorer leur propre condition, se montrent envieux, insoumis, traitent le patron en ennemi et à force de s’entendre répéter que celui-ci s’enrichit à leurs dépens en arrivent à travailler le moins possible et seulement juste ce qu’il faut pour ne pas être mis à la porte de l’atelier. Il en résulte que le patron ne peut à son gré exécuter ses travaux et que ses intérêts se trouvent compromis par suite du mauvais vouloir qu’il ne peut vaincre et dont il ne connaît pas toujours la cause. La conséquence inévitable d’une pareille situation est de fatiguer l’industriel qui n’aspire qu’au moment où il pourra sans trop de perte quitter les affaires et ensuite de nuire au développement et au perfectionnement de l’industrie... »11.

  • 12 A. D. S-M., M, Enquête parlementaire sur les conditions de travail... Rapport du c.c. police d’Elbe (...)
  • 13 L’Industriel elbeuvien. En août et septembre 1872, ce journal publia trois séries d’articles rédigé (...)
  • 14 L’Industriel elbeuvien. 28 août 1872.
    Ibid., 17 août 1872 : « Le patron victime du manque de conscie (...)
  • 15 Ibid., 5 octobre 1872. Piéton expose dans cet article son projet d’association ouvrière pour suppri (...)

7A Elbeuf, « les rapports sont difficiles ; l’ouvrier, accoutumé à gagner un fort salaire et à se livrer à toutes les jouissances matérielles, supporte impatiemment la crise commerciale actuelle. La politique est venue s’en mêler ; les orateurs de clubs, l’Internationale ont fait appel aux sentiments de jalousie contre le capital. D’autre part, le patron a voulu réagir contre cette attitude hostile et il en résulte de fréquents conflits qui viennent se terminer devant le conseil des prud’hommes... D’un autre côté, les patrons exclusivement préoccupés de leurs intérêts commerciaux, montrent la plus grande indifférence pour l’avenir de la jeune population ouvrière, pour son éducation morale et religieuse... La famille ouvrière telle qu’elle existe à Elbeuf présente un triste tableau »12. Ces constatations sont confirmées par les articles parus dans l’Industriel elbeuvien13 ; Nosegay déplore l’antagonisme qui existe entre patrons et ouvriers : « Des doctrines pernicieuses et antisociales se sont implantées et sont propagées par de fervents adeptes qui sont plus ignorants que dangereux »14. Piéton attribue la tension à la réduction des salaires et à l’augmentation du travail, à « la façon peu polie avec laquelle les patrons reçoivent les réclamations des ouvriers, à l’insouciance de certains manufacturiers pour tout ce qui concerne la condition des travailleurs »15. Le projet de loi sur les coalitions provoqua donc une vive réaction à Elbeuf, principalement l’article 5 qui déclarait illicite toute association « ayant pour but de provoquer, organiser ou subventionner des grèves ».

  • 16 Ibid., 24 janvier 1872. L’article est évidemment inspiré par des membres de l’Internationale ; il s (...)
  • 17 Ibid., 3 février 1872. Au renouvellement du conseil des prud’hommes d’Elbeuf (17 janvier) furent él (...)
  • 18 Ibid., 27 janvier 1872.
  • 19 A. N., C 2 857. Projet de loi sur les coalitions. Déposition de Cordier (7 février 1872). Cordier s (...)

8Dans l’Industriel elbeuvien du 24 janvier 1872, Tabouelle au nom d’un groupe ouvrier envisage une pétition contre le projet16 ; quelques jours plus tard, les membres ouvriers du conseil des prud’hommes protestent à leur tour17 ; un rédacteur du journal conseille d’organiser l’arbitrage plutôt que la répression des conflits18. Ce fut également l’avis de l’industriel Cordier, député de la Seine-Inférieure. Devant la commission de l’Assemblée, il ne condamna que les grèves sans préavis et les coalitions dues à l’intervention « d’affiliations étrangères à la circonscription,... aveugles et par conséquent inaccessibles à la raison » ; pour régler les autres conflits, il proposa la création d’un tribunal arbitral19.

  • 20 A. D. S-M., M, Internationale, menées du parti radical. Rapport du c.c. police de Rouen, 14 décembr (...)

9La police soupçonnait les radicaux de se préparer à passer à l’action : « Tous s’attendaient à un prochain mouvement qui serait provoqué par une tentative quelconque de restauration monarchique ou par une manifestation de la Chambre tendant à mettre en question la forme du gouvernement ». Bray, « conspirateur émérite sous tous les régimes », aurait averti ses amis rouennais que le comité radical du Havre avait reçu des lettres de Paris et de Londres dans lesquelles on leur recommandait de se tenir prêts en cas d’un coup d’Etat tenté par les princes d’Orléans20 ; Letellier, procureur de la République après le 4 septembre, avait tenu des propos semblables.

  • 21 A. D. S-M., M, Internationale. Rapport du c.c. police de Rouen, 11 mars 1872.
    Roger (Frédéric), ajus (...)
  • 22 A. D. S-M., M, Internationale.
    Simon Joseph, « qui ne le cède en rien au précédent sous le rapport d (...)

10La police redoubla de vigilance à l’égard de Roger qui assurait que Rouen ne resterait pas en arrière et avait été chargé d’entrer en contact avec les comités révolutionnaires de quelques villes : Lisieux, Caen, Paris et Lyon, « afin d’être prêts à tout événement, de façon que le mouvement qui doit faire triompher la République ait cette simultanéité sans laquelle il risque d’avorter »21. Elle surveilla également Simon, marchand de volailles, ancien membre de l’Internationale, qui s’était fait délivrer un passeport pour l’Angleterre afin de se rendre à Londres22.

  • 23 A. D. S-M., M, Internationale. Sûreté générale, 2 juillet 1872. Le rapport signale en particulier u (...)

11Le 2 juillet, la sûreté générale de Rouen fait connaître au ministre de l’Intérieur que les radicaux rouennais tiennent fréquemment des réunions intimes, que des correspondances du dehors sont lues et commentées ; « elles peuvent toutes se résumer ainsi : Courage et espoir nous marchons lentement, mais nous atteindrons plus sûrement le but ». Après s’être occupés de l’instruction gratuite laïque et obligatoire, ils s’agitent aujourd’hui pour recueillir des signatures au profit des pétitions tendant à la dissolution de l’Assemblée »23.

  • 24 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police de Rouen, 8 août ; c.c. police d’Elbeuf, 11 août 1872. A (...)

12Au mois d’août, la police s’inquiéta du voyage que Tolain devait effectuer à Elbeuf. Martial Fortin, caissier de l’Internationale, était venu en apporter la nouvelle à Rouen. Tolain arriva le 10 août ; il rencontra le 11 cinq membres de l’ancien comité démocratique parmi lesquels Fortin, Déparnay et Hareng24.

13Les autorités étaient donc persuadées que, calme en surface, le parti démagogique préparait sa revanche.

LES EXILES : L’ESSAI DE REORGANISATION DE L’INTERNATIONALE

  • 25 A. D. S-M., M, Internationale. Préfet de la Seine-Inférieure, 10 janvier 1872. Une lettre des ouvri (...)
  • 26 The General Council, op. cit., t. V, (1871-1872), p. 215, séance du 4 juin 1872.
    A. D. S-M., M, Inte (...)
  • 27 L’Internationale, 28 janvier 1872.

14Le radicalisme, selon le commissaire central de Rouen, trouvait dans le concours de l’Internationale un appui qui, pour être occulte, n’en était pas moins réel et efficace. Le préfet de la Seine-Inférieure avait écrit en janvier à son collègue de Lyon que, depuis le départ d’Aubry et des condamnés de novembre, le Cercle d’études économiques pouvait être considéré comme disparu25. Il est certain pourtant qu’en 1872, il existait un petit groupe d’adhérents de l’Internationale : à la réunion du Conseil général de Londres, le 4 juin 1872, Serraillier lut une lettre de la Section française de Bruxelles, qui contenait une cotisation de neuf francs provenant de 31 membres de Rouen, 14 de Paris et un franc des réfugiés de Bruxelles26. Selon Aubry, la reconstitution de la section rouennaise aurait eu lieu en janvier 1872 : « La Fédération rouennaise mutilée par l’invasion des Prussiens et la persécution des capitulards vient de se reconstituer après avoir toutefois pris toutes les précautions exigées par les circonstances ; le comité fédéral vient de prendre l’initiative d’une reconstitution des corporations... »27.

  • 28 Archives royales de Belgique, Justice, dossier 244.270 (Vaughan).
    Vaughan avait d’abord été accueill (...)
  • 29 Archives du Royaume de Belgique. Justice, dossier 244.270, 24 avril 1872 : « Vaughan ne manque pas (...)

15Les internationaux rouennais conservèrent des relations avec les exilés de Bruxelles qui s’étaient eux-mêmes regroupés ; Vaughan28 fonda avec Cord’homme et Frappay une section française de l’Internationale, dont les réunions se tinrent d’abord chez Frappay puis dans la maison de commerce que dirigeait Vaughan, ancien hôtel de Groenendael, rue de la Putterie. Convoqués par la sûreté générale, les intéressés nièrent et prétendirent qu’il ne s’agissait que de « causeries familières sur des intérêts absolument étrangers à la politique » (29 juillet 1872)29.

  • 30 A. P. P., Ba 941, 10 septembre 1872.
  • 31 Archives Vincennes, Aubry Emile, 4e conseil de guerre, no 1634. Rapport du 12 février 1874 : « Inte (...)
  • 32 A. P. P., Ba 941. Aubry habita 36 rue des Fourneaux chez le relieur Durel, puis 3 impasse de l’Enfa (...)
  • 33 A. P. P., Ba 941, 25 juillet 1873.
  • 34 Ricard était le nom de sa grand-mère maternelle. Après s’être réfugié une seconde fois à Bruxelles, (...)
  • 35 L’Internationale, 26 novembre 1871.
  • 36 Ibid., 24 décembre 1871 : « La journée de 10 heures est réclamée depuis longtemps par les malheureu (...)
  • 37 Ibid., 18 février 1872.
  • 38 Ibid., 3 novembre et 15 décembre 1872, 28 février 1873.

16Selon d’autres rapports de police, Aubry aurait fait plusieurs voyages à Rouen au début de 1 87230. L’ancien secrétaire de la Fédération ouvrière rouennaise détenu sur le ponton La Vengeance, à Lorient, avait bénéficié le 23 août 1871 d’une ordonnance de non-lieu31 ; il était alors venu habiter Paris32. A la suite d’une nouvelle information dirigée contre lui le 24 juillet 1872, il s’était pour quelque temps réfugié à Bruxelles, d’où il ne rentra qu’en novembre ou décembre33. Depuis le 26 novembre 1871, il publiait une correspondance régulière dans l’Internationale sous le pseudonyme de H. R. (Henri Ricard)34 ; on y trouve quelques allusions concernant Rouen : le 22 novembre 1871, Aubry dénonce les condamnations dont ont été victimes les grévistes du textile35 ; le 21 décembre, il souligne la naïveté des cotonniers qui présentent une pétition pour réclamer la loi de 10 heures36 ; le 12 février, il cite le texte de la protestation des ouvriers d’Elbeuf contre le projet de loi sur les coalitions et engage ceux qui voudraient les imiter à « tenir un langage ferme »37 ; à la fin de l’année, il donne des informations sur les tentatives d’organisation des tisserands d’Elbeuf38.

17Par ailleurs, Aubry analyse presque quotidiennement l’évolution de la situation politique générale et du mouvement ouvrier.

  • 39 Ibid., 2 juin 1872 : « Déjà Paris ne prononçait le nom de cet homme qu’avec un profond mépris ; dep (...)
  • 40 Ibid., 28 janvier 1872 : « Malgré toute l’aversion que nous avons pour de si honteuses combinaisons (...)
  • 41 Ibid., 4 février 1872 : « D’après les renseignements qui nous ont été fournis, Richard a depuis les (...)

18A plusieurs reprises, il manifeste son hostilité au bonapartisme, dont les partisans essaient de reconquérir les ouvriers en leur faisant croire que l’ex-Empereur continue de chercher à favoriser leur émancipation (39 ; il s’étonne du ralliement « de deux ou trois personnalités, qui ont joui d’une certaine popularité dans les derniers jours de l’Empire » à un projet de restauration napoléonienne40. Il refuse tout d’abord de les condamner, les croyant momentanément égarées, mais après avoir lu la brochure L’Empire et la France nouvelle, il dénonce ouvertement la trahison d’Albert Richard et de Gaspard Blanc. « Pourquoi conclure que la République est impossible parce que quelques crétins se disant démocrates faussent les principes républicains ; faut-il nier la possibilité de la République et se jeter dans le bonapartisme qui ne représente aucun principe ? »41.

  • 42 Ibid., 14 juillet 1872.
  • 43 Ibid., 25 août 1872.
  • 44 Ibid., 30 juin 1872.
  • 45 Ibid., 21 avril 1872 : « M. Gambetta fait son tour de France pour recueillir les adhésions à la Rép (...)
  • 46 Ibid., 13 octobre 1872.
    Aubry dénonce la haine contre les Prussiens « que les polichinelles de la bo (...)
  • 47 Ibid., 28 avril 1872 : « Gambetta réclame, à grand renfort de caisse et de cliquetis de verres, des (...)

19Le régime actuel de la France ne correspond évidemment pas à la République dont rêve Aubry, qui serait chargée de réaliser le principe fédératif, seul capable d’assurer l’autonomie individuelle et les droits de la collectivité. Aussi attaque-t-il violemment le « petit Thiers » qui pour satisfaire son ambition paraît désireux de maintenir son pouvoir sur la république nominale qu’il préside42. « Foutriquet Ier joue tout à fait à la royauté ; il a sa petite cour, ses ministres l’encensent dans leurs discours et crient à tue-tête : Vive la République conservatrice des privilèges »43. Gambetta, dont il avait semblé approuver la politique à la fin de 1870, n’est pas non plus épargné, c’est « l’illustre compère et futur successeur de Thiers »44 ; le commis voyageur de la démocratie est un charlatan qui n’aspire qu’au pouvoir45. Aubry lui reproche ses trahisons : Gambetta a refusé d’armer les ouvriers après le 4 Septembre et s’est fait le pourchasseur des socialistes à l’époque du gouvernement de la Défense nationale ; après la conclusion de l’armistice, il s’est allié aux capitulards et après la Commune, aux ennemis du peuple de Versailles ; il exalte le chauvinisme pour apaiser le mouvement social46, affirme d’ailleurs « qu’il n’y a pas de question sociale et que s’il y a bien des améliorations à apporter pour soulager la misère du plus grand nombre, elles ne pourront être appliquées que par la génération qui nous suivra... »47.

  • 48 Ibid., 17 décembre 1871 : « Depuis quelque temps, les radicaux paraissent nous faire de sincères av (...)
  • 49 Ibid., 19 mai 1872. Au sujet du Corsaire : « Depuis le Peuple de Proudhon et la Commune de Georges (...)
  • 50 Ibid., 7 janvier 1872. Aubry ne se priva pas, par exemple, d’adresser des critiques, au Corsaire et (...)
  • 51 Ibid., 3 novembre 1872 : « L’élection du 20 octobre 1872 a affirmé la République dans des départeme (...)

20A l’égard des radicaux, les jugements d’Aubry sont plus nuancés. Il se réjouit parfois de leur évolution48 et de l’intérêt que portent à la condition des ouvriers un certain nombre de journaux, le Radical, la Constitution, le Rappel, le Corsaire49, mais sa méfiance n’en subsiste pas moins : « Le parti radical faisant, à son insu peut-être, l’œuvre de la Révolution, le socialisme le soutient tout en ne le perdant pas de vue... »50. Il lui reproche sa timidité, son respect de la légalité, mais surtout craint toujours que le mouvement ouvrier ne soit exploité par les « politiques ». Il faut que les ouvriers cessent de servir d’appoint aux candidats d’une République qui les méprisera tout autant que les monarchistes. Comme à plusieurs reprises sous l’Empire, il conseille l’abstention aux élections partielles et envisage pour les futures élections générales des candidatures ouvrières assorties d’un mandat impératif et d’un programme démontrant la ferme volonté d’affranchissement économique »51.

  • 52 Ibid., 8 décembre 1872.
  • 53 Ibid., 17 mars 1872. Aubry félicite Tolain d’avoir défendu l’Internationale au cours de la discussi (...)
  • 54 Ibid. 24 mars 1872.

21Le suffrage universel dirigé par la Fédération ouvrière peut seul faire triompher la réforme sociale52, mais la loi du 14 mars 1872 contre l’Internationale ne constituait-elle pas un sérieux obstacle à toute organisation ?53. Aubry conseille de la tourner : « Qu’une nouvelle société se forme avec un nom autre, publiant un programme affirmant... la prospérité, la famille et l’hérédité pour tous individuellement et l’Internationale triomphera de nouveau ; le prolétaire français a pour la propriété individuelle une passion effrénée qu’il a acquise en 89 et depuis cette époque, les révolutions n’ont eu d’autre but que la réalisation de ces aspirations, la propriété accessible à tous et la famille élevée à l’état de culte. Tel a été et tel est encore l’esprit qui gît au fond du prolétariat français et voilà pourquoi il songe à relever une Internationale affirmant le principe de propriété afin de prouver à ses détracteurs bourgeois qu’il est plus grand défenseur de ce principe que ceux qui, à l’aide de l’agio et de la spéculation, dépouillent le plus grand nombre en le mettant dans l’impossibilité d’en jouir »54.

  • 55 Ibid., 21 janvier, 25 février 1872.
  • 56 Ibid., 28 avril 1872.
  • 57 Ibid., 12 mai 1872. Aubry approuve la suppression de l’article 2 des statuts de la corporation des (...)
  • 58 Ibid., 1er septembre 1872 : « Malheureusement la terreur et l’état de siège poussent les remanieurs (...)

22Aubry suit attentivement la formation à Paris de nouvelles chambres syndicales ; en janvier 1872, celles des bijoutiers, des marbriers et des imprimeurs lithographes ; en février celle des relieurs55. Il en dénombre plus de 25 en avril56, mais le vote de la loi contre l’Internationale a brusquement arrêté le mouvement ; d’autre part certaines chambres ont remanié leurs statuts pour faire disparaître toute trace d’adhésion à l’Internationale57. Cependant, dès le mois de mai, d’autres corporations se reconstituent : ouvriers en voiture, graveurs, chaudronniers...58.

  • 59 Ibid., 28 avril 1872.
    Ibid.,
    12 mai 1872 ; voir aussi les graveurs qui ont proposé de créer un syndi (...)

23Les chambres devraient aboutir, comme Aubry l’espérait avant 1870, à la création d’ateliers corporatifs, de coopératives syndicales ; par exemple les bronziers ont nommé une commission pour étudier le projet d’une société de production en cas de grève59.

  • 60 Ibid., 9 juin 1872 : « La grève telle qu’elle a été comprise et appliquée jusqu’alors est une anoma (...)
  • 61 Ibid., 28 janvier, 21 avril, 28 avril 1872. Aubry cite encore les bijoutiers, les gantiers, les fer (...)
  • 62 Ibid., 6 octobre 1872.
  • 63 Ibid., 5 janvier 1873.
  • 64 Ibid., 12 et 19 janvier 1873.

24Selon l’expression maintes fois utilisée par la Fédération ouvrière rouennaise, seuls les ateliers corporatifs permettent d’engager des grèves productives60. Marbriers, ouvriers en cuirs et peaux, passementiers, bijoutiers, gantiers, ferblantiers... s’organisent dans ce but61. « Cette tendance chez les travailleurs parisiens prouve que la science sociale pénètre peu à peu et que les sacrifices si considérables dépensés dans les grèves qui ont eu lieu depuis 1864 auraient donné des résultats immenses s’ils avaient été employés à la formation d’un outillage... ». Les ouvriers se rendent compte qu’il y a autre chose de plus sérieux à faire que de fonder des caisses de secours contre le chômage et la maladie ; les ateliers corporatifs leur permettront de devenir des travailleurs libres, « idéal du monde nouveau que l’Internationale a si vigoureusement propagé dans toutes les contrées de notre vieille Europe »62. A la fin de 1872, 19 chambres syndicales auraient disposé d’un atelier63, mais leur développement était limité par les difficultés économiques : les ouvriers ne pouvant payer régulièrement leurs cotisations64.

  • 65 GAUMONT (Jean) - Histoire générale de la coopération, op. cit., t. II, p. 25.
  • 66 L’Internationale, 17 novembre 1872.
    Ibid., 22 décembre 1872. Aubry oppose l’association en commandit (...)

25Aubry continue à s’opposer aux coopératives de production traditionnelles, et en particulier à la Société d’études pratiques pour le développement des associations coopératives, constituée le 9 août 187265. Tout en affichant des allures démocratiques, les organisateurs conservent l’exploitation capitaliste en fondant des groupes de prolétaires produisant pour leur compte au détriment de leurs compagnons appelés par ce moyen à changer de tyrannie »66.

  • 67 Ibid., 6 octobre 1872. Cas de la coopérative de consommation de St-Rémy-sur-Avre, fondée par l’indu (...)
  • 68 Ibid., 17 novembre 1872 ; cas de l’épicerie coopérative de Lille, fondée par des amis de Casimir-Pé (...)

26De même, il attaque les coopératives de consommation qui permettent aux patrons de diminuer les salaires67 ; ce sont « des balourdises que l’on a l’audace de décorer du nom de socialisme »68.

  • 69 L’Internationale, 16 juin 1872.
  • 70 Ibid., 30 juin 1872 ; « L’appui chaleureux des journaux du sire Gambetta permet de supposer qu’ils (...)
  • 71 Ibid., 21 juillet 1872.
    Aubry, à l’occasion de l’étude des statuts de l’Union, approuve l’interdicti (...)
  • 72 Ibid., 20 octobre 1872. « Aujourd’hui, je regrette d’écrire que le Cercle sur lequel les ouvriers a (...)
  • 73 Ibid., 25 août 1872.
    Voir aussi, 8 septembre. « Les relations du capital et du travail ne sont jamai (...)
  • 74 Ibid., 15 septembre 1872. Aubry exprime la crainte que l’ignorance des chambres syndicales ne profi (...)
  • 75 Ibid., 4 et 18 août 1872.
  • 76 Ibid., 15 septembre 1872. « La plupart de ceux qui organisent le Cercle croient être des phénix et (...)
  • 77 Ibid., 29 septembre 1872. « Au cours d’une réunion, Barberet a insulté les socialistes ». Aubry cro (...)

27Cependant les ateliers corporatifs n’ont de chances de succès que s’ils se fédèrent à l’échelon local et national ; Aubry espère que le Cercle de l’Union syndicale ouvrière créé le 28 mai 1872, deviendra le comité fédéral des sociétés parisiennes, « l’embryon de la future Commune »69 ; les graveurs doivent surmonter la crainte qu’il ne s’agisse d’un instrument politique aux mains des Gambettistes, leur méfiance est justifiée mais il ne faudrait pas « qu’ils poussent leur sagesse jusqu’à repousser la solidarité fédérative qui, seule, peut leur donner la victoire du point de vue économique »70. Le Cercle pourra remplacer l’Internationale ; les prolétaires en feront à leur service, une organisation plus solide que « celle qui aida à renverser l’Empire »71. Mais Aubry finit lui-même par éprouver quelques doutes ; le nombre des chambres syndicales qui adhèrent au Cercle est peu élevé : une vingtaine sur soixante72 ; les initiateurs ne vont-ils pas réussir à se servir comme piédestal de l’Union qui, mieux inspirée, pourrait succéder à l’illustre chambre fédérale de 1870-1871 ? La puérilité des discussions sur les articles des statuts fait douter de la sincérité des promoteurs du mouvement qui « ignorent tout de la prélibation du capital et du principe fédératif »73 et ne semblent se préoccuper que des cours professionnels ; ne renient-ils pas même les principes de l’Internationale ?74. Aubry attaque surtout Barberet qui, dans le Corsaire, prétend à la direction du mouvement, « écrit dans ses bulletins du travail des choses qu’il ignore complètement »75, affecte, de se tenir à l’écart des courants socialistes76 et s’en déclare même l’adversaire77.

  • 78 Ibid., 10 novembre 1872. Aubry reconnaît lui-même que des bonapartistes pénètrent dans les sociétés (...)
  • 79 Ibid., 11 août 1872. Un des secrétaires du Cercle avait déjà été appelé à la Préfecture de police à (...)

28Le Cercle finit cependant par inquiéter la police qui pouvait tolérer les chambres syndicales tant qu’elles ne se préoccupaient que de secours contre le chômage et la maladie mais craignait qu’elles ne fussent un danger pour l’avenir. Le gouvernement aurait surtout redouté de voir la direction du Cercle tomber entre les mains des agents bonapartistes. Lors de la notification de la dissolution, le commissaire de police précisa que la correspondance française de l’Internationale avait dévoilé les aspirations de cette organisation78. Les articles imprudents d’Aubry n’auraient donc pas été étrangers à la décision79.

LE CONGRES DE LA HAYE

  • 80 Faillet (Eugène) (1840-1912), employé de commerce, délégué général à la direction des contributions (...)

29Malgré les poursuites dont avait été victime l’Internationale, sur 65 délégués au congrès de La Haye, on comptait douze français dont Dumont (pseudonyme d’Eugène Faillet) pour la Fédération rouennaise80. La Fédération va ainsi devoir prendre parti dans le conflit qui opposa marxistes et bakouniniens.

  • 81 The General Council, op. cit., t. V, (1871-1872), p. 215-219. La 9e résolution de la conférence de (...)

30Les difficultés étaient apparues entre la section française de Bruxelles et le comité fédéral belge dès le printemps de 1872 ; elles nous sont connues par le compte rendu de la séance du 4 juin 1872 du Conseil général de Londres : La lettre lue par Serraillier demandait que la section fût admise comme une section indépendante ; il y avait plusieurs raisons qui l’empêchaient d’entrer dans la fédération belge : de nombreux membres du conseil fédéral avaient averti les Français qu’ils pourraient être dénoncés à la police et expulsés du pays ; en outre, ajoutait l’auteur de la correspondance, le conseil refusait de reconnaître la neuvième résolution de la Conférence de Londres à laquelle la section adhérait sans réserve81. Le congrès de la fédération belge des 24 et 25 décembre 1871 avait en effet repoussé les décisions de Londres et affirmé que le Conseil général n’était et n’avait jamais été qu’un centre de correspondance et de renseignements.

  • 82 The General Council, op. cit., t. V, (1871-1872), p. 214-219. A la séance du 11 juin, la question f (...)

31Le Conseil général discuta longuement de la demande présentée par les exilés français ; Frankel pensait qu’il fallait consulter le conseil belge avant de reconnaître la section ; Engels et Jung furent d’abord de son avis ; mais Serraillier rappela le danger que couraient les Français d’être expulsés ; pour Marx il fallait se souvenir que le conseil belge avait rejeté la 9e résolution ; Dupont insista sur la situation exceptionnelle des réfugiés « qui représentaient l’esprit de la Révolution française ». Marx appuyé par Vaillant, suggéra de reconnaître la section ; le Conseil général prendrait la responsabilité de la décision devant le congrès et finalement la proposition de Serraillier et de Dupont fut adoptée à l’unanimité moins une voix : « La section française sera admise sans en référer au conseil fédéral belge, conformément à l’avis donné à la section par les membres du conseil fédéral belge eux-mêmes, pour ne pas mettre en danger sans nécessité la sécurité des réfugiés français en Belgique »82.

  • 83 Archives générales du Royaume de Belgique. Justice, dossier Mondet, no 247-153 : « Des Français par (...)

32La section française paraissait donc, d’après la lettre adressée à Londres, se ranger aux côtés du Conseil général ; mais un certain nombre de réfugiés approuvaient le conseil fédéral belge et constituèrent une association d’aide aux compatriotes dans la détresse qui envisagea de désigner un délégué au congrès de La Haye pour combattre la 9e résolution ; parmi ces fondateurs se trouvait Gustave Mondet83.

  • 84 L’Internationale, 15 septembre 1872. A. P. P., Ba 437, Dumont, délégué de la section française de P (...)
  • 85 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 373 et suiv.
    GERTH (Hans) - The First International. (...)

33Dumont (Faillet), avait été désigné pour représenter les sections de Paris et de Rouen84. Au cours des débats, aucune intervention de Dumont n’est mentionnée ; il fait partie de la commission de vérification des comptes, vote pour l’exclusion de Bakounine, Guillaume et Schwitzguébel, le relèvement des cotisations de l’A. I. T., le transfert du Conseil général à New York et la modification des règlements : article 2, le Conseil est tenu d’exécuter les résolutions des congrès et de veiller dans chaque pays à la stricte observation des principes, des statuts et règlements généraux de l’Internationale ; article 7 a, constitution du prolétariat en parti politique. Mais il s’abstient sur l’article 6 qui accordait au Conseil général le droit de suspendre des branches, sections, conseils ou comités fédéraux et fédérations de l’Internationale, jusqu’au prochain congrès85. Dumont s’est donc aligné presque constamment sur les positions du Conseil général.

  • 86 L’Internationale, 27 octobre 1872.
    Bulletin de la Fédération jurassienne de l’A. I. T., 10 novembre (...)

34Le 19 septembre, l’Internationale attaqua les décisions du congrès de La Haye : le renforcement du Conseil général et la transformation de l’A.I.T. en parti politique consacraient un double échec du fédéralisme, de la libre association des producteurs ; le 27 octobre, elle publia la Protestation de la Fédération ouvrière rouennaise contre les votes du congrès de La Haye relatifs à l’accroissement d’autorité donné au Conseil général et à la transformation de l’A.I.T. en société politique militante86.

35La Fédération déclarait que, faute d’avoir pu être directement représentée à La Haye, elle avait remis à Dumont son mandat et un mémoire qui devait être lu au congrès : le Conseil général ne devait être que « l’exécuteur des volontés des fédérations »... ; il lui était recommandé « de défendre l’autonomie des groupes par la reconnaissance implicite du principe fédératif dont notre association s’est toujours faite le vaillant champion et que notre section s’est constamment efforcée de défendre... ». En votant avec la majorité du congrès, Dumont avait « compromis le passé de la Fédération ».

  • 87 Texte de la déclaration de la minorité du congrès dans La Première Internationale, op. cit., t. II, (...)

36La Fédération rouennaise considérait comme nul le vote fait en son nom ; elle persistait à ne reconnaître « d’autre autorité dans l’A. I. T. que celle des fédérations qui doivent conserver le droit autonome de s’administrer comme bon leur semble, alors qu’elles respectent le pacte fédéral », et de déterminer leur ligne politique : « Les groupes se réservent de pratiquer la politique suivant le moment et leur milieu et toujours en vue de conquérir non le pouvoir politique, mais l’affranchissement économique. La Fédération rouennaise voulant remplacer l’Etat bourgeois par l’administration fédérale, rejetait « toute dictature prolétarienne ou bourgeoise » et s’associait à la protestation de la minorité du Congrès de La Haye87.

  • 88 La Réforme sociale, 8 mai 1870. Lettre à nos frères de Suisse.
  • 89 L’Internationale, 17 mars 1872. Commentaire du discours de Tolain sur l’Internationale.
  • 90 Ibid., 27 octobre 1872.
  • 91 Ibid., 15 décembre 1872.
  • 92 Voir aussi l’Internationale, 6 avril 1873 : « La grande pensée de la Révolution à notre époque est (...)
  • 93 L’Internationale, 4 mai 1873.
    Aubry ne cessera par la suite de s’opposer aux marxistes. Voir Causeri (...)

37Ainsi Aubry qui, en 1870, s’était opposé aux collectivistes de l’Alliance88, puis après la Commune, condamnait « ceux qui n’avaient cessé de nous insulter de Genève jusqu’à Bâle et ne s’étaient mis dans l’Internationale que le jour où ils avaient senti qu’elle pourrait leur servir d’instrument politique pour arriver au pouvoir »89, se rangeait du côté de Bakounine. Il s’en expliqua dans plusieurs correspondances de l’Internationale « Nous qui défendons aujourd’hui Bakounine contre le despotisme oriental du Conseil général, ou pour mieux dire de son chef, nous avons été des premiers à combattre son projet. Alors, comme maintenant, nous pensions que les prolétaires ne devaient attendre que d’eux-mêmes leur affranchissement... »90. Il renouvelle ses attaques contre le socialisme autoritaire à l’occasion de la publication du manifeste des socialistes de Berlin ; il leur reproche de vouloir substituer au Bismarck de Guillaume un Bismarck centralisateur socialiste... »91. En mai 1873, il rappelle comment le principe d’autorité représenté par la centralisation a, sous le second Empire, « énervé, abâtardi les âmes »92 ; le socialisme autoritaire conduirait également à la ruine de la civilisation, « mais grâce aux déductions de la science qui en dernière analyse, dirige la marche de l’humanité, le principe d’autorité sombrera sous le poids de ses excès à quelque parti qu’il appartienne, car malheureusement il n’y a pas que les classes dirigeantes qui en sont idolâtres. Certains grands prêtres du mouvement socialiste rêvent aussi l’heure de se faire adorer et regardent les masses comme des instruments propres à ce genre d’exercice... »93.

LES TENTATIVES DE RECONSTITUTION DES CORPORATIONS OUVRIERES (JUILLET - DECEMBRE 1872)

38La loi Dufaure (14 mars 1872) ne concernait, en apparence, que l’Internationale ; la loi sur les associations n’étant pas encore votée, rien ne paraissait légalement pouvoir empêcher la reconstitution des corporations tolérées à la fin du second Empire : Paris avait donné l’exemple ; deux tentatives sont signalées à Rouen en 1872.

  • 94 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Société corporative des ouvriers teinturiers de Damétal (lettre du 1 (...)
  • 95 Il s’agissait évidemment d’une de ces « précautions exigées par les circonstances » dont avait parl (...)
  • 96 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. C.c. police de Rouen, 17 juillet : « Les sociétés, même de secours m (...)

39La première initiative vient des teinturiers grand teint de Darnétal qui, le 15 juillet 1872, demandèrent l’autorisation de tenir une réunion générale le 21 juillet, sous le prétexte anodin de présenter le compte rendu des opérations de leur caisse et d’élire un nouveau comité94. Le commissaire de police ne douta pas que « même si elle semblait réduite aux proportions d’une société de secours mutuels, il s’agissait d’une des nombreuses ramifications de l’Internationale fondées par Aubry puisque parmi les six signataires on comptait quatre anciens membres de l’organisation ; « on jugera si son esprit s’est modifié ». L’article 2 des statuts semblait particulièrement suspect : « Le but de la société est de fonder la Solidarité ou mutualité des intérêts entre tous ses membres en ce qui touche la profession de teinturier en grand teint. Ces rapports ne s’étendent pas au dehors du cercle purement corporatif »95. En conclusion, il fallait demander à la société de se dissoudre « car si on la laissait subsister, ainsi que les autres fondées dans le même esprit, la loi sur l’Internationale pourrait être tournée... »96.

  • 97 A. D. S-M., M, Grèves de 1872 : la 1re pétition était signée de Baudemont, V. Denis, Isébé, Aug. Pi (...)

40Le second cas parut encore plus grave à l’administration préfectorale ; il s’agissait en effet d’une corporation nombreuse qui n’avait pas réussi à se grouper en 1869 ou 1870, celle des tisserands en laine d’Elbeuf. En août 1872, neuf d’entre eux demandèrent au maire l’autorisation de se réunir pour « fonder un syndicat professionnel afin de chercher les moyens pratiques pour arriver, par voie de conciliation, à l’obtention d’une rémunération plus en rapport avec la cherté toujours croissante des subsistances alimentaires... »97. Le 2 octobre, les tisserands lancèrent à leurs collègues un appel reprenant les termes de la pétition adressée au préfet ; ils insistaient sur les objectifs purement corporatifs et sur la méthode qu’ils comptaient suivre : la conciliation.

  • 98 L’Industriel elbeuvien, 2 octobre 1872 : « Un groupe d’ouvriers tisseurs, dans l’espoir d’une enten (...)

41A l’assemblée du 6 octobre, strictement réservée aux seuls membres de la corporation, le président et le secrétaire du comité d’initiative exposèrent la situation malheureuse des tisserands et les remèdes qu’ils proposaient, inspirés visiblement des solutions propagées par la Fédération rouennaise en 1869 et 1870 : « Ce n’est que par l’union et la solidarité que les travailleurs pourront obtenir une répartition équitable des produits de leur travail » ; ils doivent s’efforcer de conquérir leur dignité d’homme, de proclamer le devoir en même temps que le droit ; qu’ils soient à jamais unis dans leurs consciences et dans leurs œuvres et alors s’établira le lien de solidarité qu’ils désirent... Privés par leur isolement des moyens d’entretenir une concurrence réelle entre le capital et le travail, ils restent livrés sans défense sérieuse à la merci de leurs patrons... Mais l’orateur réaffirma que le but ne serait atteint que par la sagesse, la persévérance et la bonne administration98.

  • 99 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Pétition du 8 novembre pour la réunion du 17 ; autorisation du préfe (...)

42L’assemblée, le 17 novembre, vota les statuts de l’organisation et désigna une chambre syndicale. A côté des membres de la commission d’initiative, on voyait, cette fois, apparaître les noms bien connus d’anciens militants de l’Internationale : Couronné, Fortier, Hédouin, Piéton et Diot99.

  • 100 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. C.c. police de Rouen, 2 décembre 1872 : « Dans un de mes derniers ra (...)
  • 101 Ibid. Maire d’Elbeuf au préfet, 20 décembre 1872. Le maire signale parmi ceux qui ont été mêlés aux (...)
  • 102 Ibid. Préfet au ministre, 16 décembre 1872. Les statuts de la société avaient été adressés au préfe (...)

43Le commissaire central mit aussitôt le préfet en garde : la société corporative des tisseurs se rattachait incontestablement à l’Internationale par son but : l’émancipation des travailleurs, et par la composition de la chambre syndicale100. Le maire d’Elbeuf confirma au préfet que la nouvelle organisation s’inspirait de l’Union des fileurs de laine d’Elbeuf (1 869) ; « les ouvriers tranquilles et laborieux qui paraissaient en avoir pris l’initiative n’avaient jamais manifesté d’idées ardentes en matière politique, mais bientôt étaient venus à eux quelques hommes qui s’étaient trouvés mêlés dans tous les temps aux questions politiques, personnes remuantes dont l’influence peut être fâcheuse et de nature à modifier les premières tendances de l’association... »101. Le commissaire central croyait déceler une vaste manœuvre de l’Internationale dont l’initiative des tisseurs n’était que le prélude : « On espère que chaque groupe se présentant isolément, sans lien apparent avec les autres, pourra obtenir l’autorisation nécessaire et, qu’à un moment donné, on pourra les réunir de nouveau en une vaste fédération ouvrière qui sera assez forte pour dicter ses conditions ; en un mot l’Internationale que l’on aura abattue, se rélèvera plus puissante que jamais... ». Dans son rapport au ministre, le préfet abonda dans ce sens : l’analyse des statuts permettait d’apercevoir tous les dangers que la société ferait courir à l’ordre public102.

  • 103 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Statuts de la corporation des tisseurs d’Elbeuf et des environs, s.d (...)

44La corporation des tisseurs d’Elbeuf avait pour but « de fonder la solidarité entre tous les associés, en ce qui concerne la profession de tisseur » (art. 2) ; le préambule développe cette idée : « Pour le moment les ouvriers tisseurs solidarisés doivent songer à leur émancipation, en s’affranchissant de toute omnipotence individuelle, ensuite en aidant à préparer le succès de l’œuvre coopérative et corporative, par la création d’une caisse destinée à fonder une association de production, base fondamentale des sociétés à venir, laquelle leur permettra de s’affranchir du monopole des capitaux... »103.

  • 104 Au congrès de Bâle, il avait été décidé d’abolir la présidence dans les organisations syndicales. C (...)

45La corporation est administrée par un syndicat de 21 membres élus chaque année qui choisit en son sein les membres du bureau, vice-président, deux secrétaires du bureau et un secrétaire-comptable104 ; parmi ses attributions, le syndicat peut « régler les différends qui s’élèveraient entre les sociétaires et les patrons, ayant trait aux intérêts généraux de la corporation » (art. 5).

46La cotisation est fixée à 0,25 F par mois, mais elle pourra être élevée par décision de l’assemblée générale (art. 11) ; il s’agissait, selon le préfet, de permettre d’établir une cotisation supplémentaire lorsque l’Internationale serait ressuscitée.

  • 105 Selon le préfet, il s’agit de prescriptions qui constituent une entrave à la liberté du travail (ar (...)

47Les articles 20 et 21 concernent la défense des salaires : aucun adhérent ne doit accepter de travailler au-dessous du tarif fixé en assemblée générale sans avoir consulté le syndicat ; sinon il « sera invité à expliquer les causes qui lui ont fait oublier la solidarité envers ses coassociés et pourra être radié »105.

  • 106 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Préfet, 16 décembre 1872. L’article ne fait aucune distinction entre (...)

48L’article 24 retient particulièrement l’attention du préfet : les ouvriers tisseurs « passagers » à Elbeuf, qui ne trouveraient pas de travail recevront une indemnité s’ils justifient être membres d’une corporation ouvrière. Ne s’agit-il pas là d’une disposition tendant à établir des relations directes avec les sociétés des autres départements et même de l’étranger ? Cet article ne peut-il pas faire tomber la société sous le coup de la loi du 14 mars 1872 visant l’Internationale ?106.

49Le syndicat, d’après l’article 29, sera chargé d’organiser le bureau de renseignements corporatifs « en établissant les rapports les plus économiques et les plus directs entre les ouvriers et les patrons..., il devra leur enseigner les établissements où le travail est le plus lucratif ». Disposition anodine en apparence, qui permettra en pratique de jeter l’interdit sur certains ateliers.

50Les dispositions générales des articles 33 et 35, l’exclusion des discussions politiques et religieuses, le dépôt préalable des propositions d’études économiques ne suffirent pas à rassurer les autorités. Le préfet conclut qu’il ne pouvait s’agir d’une simple société de secours mutuels, mais d’un organe de lutte du travail contre le capital.

  • 107 Ibid. PIETON (Eugène) - Etude sur la corporation ouvrière - Elbeuf, 8 novembre 1872, 16 p. Cette br (...)

51Ces statuts étaient directement inspirés par une brochure que venait de publier Eugène Piéton, Etude sur la corporation ouvrière107.

  • 108 PIETON (Eugène) - Etude sur la corporation, op. cit., p. 5. Piéton explique qu’il a écrit sa brochu (...)

52Piéton décrit d’abord la misère des ouvriers elbeuviens victimes du chômage et de la baisse des salaires ; il prévoit que « l’heure de la rénovation ne peut tarder à sonner et qu’il serait téméraire de vouloir s’opposer à son avènement, il ne s’agit cependant pas de lever le drapeau de la révolte, mais d’arriver lentement et pacifiquement à l’émancipation économique des classes salariées... » à l’égard du capital108.

  • 109 Ibid., p. 6. Piéton pense probablement aux grèves de 1869 et de 1870 dans la région de Rouen.

53La solution ne peut être trouvée que par l’organisation corporative ; Piéton se défend de pousser aux grèves ; « elles sont une calamité, une guerre et comme telles préjudiciables aux intérêts de tous »109, il ne faut les entreprendre qu’après avoir épuisé tous les moyens pour arriver à une entente amiable.

  • 110 Ibid., p. 8. La cotisation pourrait être de 0,25 F par mois « dans une corporation où les membres s (...)
  • 111 Ibid., p. 8-9. « Il est constaté que ce sont toujours les mêmes patrons qui, quand la demande se fa (...)

54Comment fonctionneront les associations corporatives ? Les ouvriers fonderont une chambre syndicale qui recherchera les moyens pratiques d’améliorer la condition des membres (voir article 3 des statuts)110 ; elle organisera un bureau de renseignements et de placement (art. 29) qui empêchera la concurrence entre les ouvriers et permettra d’exercer une pression sur les patrons111 ; la corporation élaborera un tarif et jettera l’interdit sur les établissements qui ne le respecteront pas.

  • 112 Ibid., p. 10. « L’échange direct au prix de revient de ses produits avec des associations analogues (...)

55Mais l’augmentation des salaires ne pourra avoir qu’un effet passager, car les patrons ne manqueront pas de relever leurs prix ; le seul véritable remède est la fondation d’ateliers corporatifs qui rendront l’ouvrier « possesseur de son outil »112.

  • 113 Ibid., p. 14. Comme Aubry, Piéton imagine de plus que les ouvriers travaillant chez les patrons exi (...)

56Utopie ! répondront les détracteurs. Mais Piéton évoque d’abord la réussite des Equitables pionniers de Rochdale ; puis dans le cas des fileurs d’Elbeuf, il estime que sur 20 000 travailleurs, 4 000 au minimum adhéreront à l’association et grâce à un cotisation de 0,50 F par semaine disposeront de 120.000 F à la fin de l’année et pourront alors commencer à fabriquer pour leur compte ; il faudra évidemment une stricte discipline acceptée par tous et respectée par tous113.

  • 114 Ibid., p. 16.

57Cela sera évidemment difficile à obtenir d’ouvriers dont une minorité seulement travaille à Elbeuf, les autres étant dispersés dans les communes rurales environnantes, parfois même dans l’Eure ou le pays de Caux. Nous n’atteindrons le but, conclut Piéton, « que par la mise en pratique de la solidarité et en faisant une propagande active... »114.

  • 115 L’Internationale, 15 décembre 1872. « Aubry signale la publication à Elbeuf d’un opuscule sur les a (...)

58Il est évident que cette brochure reprend très fidèlement le programme proposé en 1869 par Aubry ; celui-ci ne put donc que l’approuver, il regrette seulement que, soit par prudence, soit par calcul, Piéton n’eût pas mentionné la feuille- la Réforme sociale - d’où les documents étaient tirés115.

  • 116 A. D. S-M., M, grèves de 1872. Préfet 4 décembre 1872 : « L’esprit dans lequel est rédigé cet opusc (...)
  • 117 Ibid. Préfet au ministre de l’Intérieur, 31 décembre 1872.
    Denis renouvela, sans succès, la demande (...)

59Mais, malgré la discrétion de l’auteur, le commissaire central et le préfet avaient facilement découvert cette filiation : « Accorder l’autorisation à une association semblable serait fournir aux ouvriers une arme qui, entre leurs mains, ne demeurerait pas longtemps défensive et qui serait bientôt une menace pour l’ordre social et la sécurité publique »116. Le ministre approuva cette conclusion : « La constitution d’une société réunissant sous la forme d’une chambre syndicale les débris des anciennes sections de l’Internationale n’est pas un fait isolé... Il convient d’ajourner, au moins jusqu’à la promulgation de la loi en préparation sur les associations, l’examen des demandes d’autorisation qui seront présentées par des sociétés de cette nature... »117.

60Comment les typographes de Rouen, plus heureux que les teinturiers de Damétal ou les tisserands d’Elbeuf réussirent-ils à constituer leur chambre syndicale dès 1873 ?

  • 118 A. D. S-M., X, Secours mutuels, Le Havre. La société typographique du Havre fut fondée le 1er juill (...)
  • 119 A. D. S-M., M, Correspondance du préfet Leroy, 1857-1867. Comité typographique ; c.c. police de Rou (...)
  • 120 Cent ans d’action syndicale, 1873-1973, 22e section de la Fédération française des travailleurs du (...)
  • 121 Association syndicale..., op. cit., annexe 4. Société de secours mutuels typographique rouennaise, (...)

61En 1861, suivant l’exemple de leurs collègues du Havre118, les typographes de Rouen avaient déjà songé à fonder une société de secours mutuels, en correspondance avec le comité typographique de Paris, mais après deux ou trois réunions, « ils n’avaient pu s’accorder sur la rédaction des statuts »119. Le projet n’aboutit que le 10 janvier 1870120. L’association composée de membres actifs et honoraires devait non seulement secourir les malades et les vieillards mais faciliter le placement des chômeurs et diffuser les connaissances utiles à la bonne exécution des travaux typographiques121. De nouveaux statuts votés le 13 août 1871 renforcèrent encore la solidarité entre les membres de la corporation : « La société a pour but :

62« - de veiller à la défense des intérêts corporatifs de tous les sociétaires et de procéder à l’élaboration d’un tarif qu’elle aura pour mission de faire mettre en vigueur (art. 2) ;

63« - de secourir ceux de ses membres qui auraient perdu leur travail pour l’exécution des prescriptions du tarif (art. 3) ;

  • 122 Ibid., annexe 5. Projet de règlement adopté en assemblée générale le 13 août 1871, adressé à la pré (...)

64« - l’exclusion est prononcée en assemblée générale pour refus de se conformer aux décisions du bureau relativement à la défense des intérêts corporatifs et à l’exécution du tarif »122.

  • 123 Ibid., annexe 6. Préfet, 27 janvier 1872 ; « la disposition des statuts relative à l’élaboration d’ (...)
  • 124 Ibid., annexe 7. Préfet, 2 mars 1872.

65Le préfet fit remarquer qu’il ne s’agissait pas d’une société de secours mutuels « dans le sens du décret du 25 mars 1862 »123 ; il précisa qu’il accorderait son autorisation si l’association supprimait « les dispositions inconciliables avec la législation actuelle... »124. Le texte rectifié dans le sens indiqué fut adopté en assemblée générale le 17 mars 1872. Mais en janvier le préfet n’avait toujours pas envoyé son approbation.

  • 125 Robert (Gustave), né à Rouen le 20 novembre 1837, mort en 1922, typographe au Journal de Rouen à pa (...)
  • 126 Association syndicale, op. cit., annexe 8. Typographie rouennaise, assemblée générale du 9 février (...)
  • 127 Ibid. Typographie rouennaise, op. cit., p. 6. Robert fait allusion à l’existence de groupements sec (...)
  • 128 Ibid., p. 8. En cas de conflit, les typographes accepteront de se soumettre à l’arbitrage d’une com (...)
  • 129 Ibid., p. 11-12. Cinquante typographes étaient présents. La formation du capital de 500 F devait êt (...)
  • 130 Ibid., annexe 9. Assemblée générale du 21 septembre 1873 - Rouen 1873, 12 p. Neuf réunions furent c (...)

66A l’assemblée du 9 février 1873, G. Robert, président du comité125, déclara que, devant cette situation, il lui paraissait préférable de « créer un autre genre d’association126 : cercle, syndicat... reposant sur les droits que nous accorde la loi et qui aurait pour nous le même but et les mêmes résultats : prévoyance, conservation de nos intérêts légitimement défendus et amélioration indispensable de nos capacités professionnelles trop peu développées, il faut l’avouer, chez beaucoup d’ouvriers... ». Il ne s’agissait pas d’engager la lutte contre les patrons. « Je dirai au président de la chambre syndicale des maîtres imprimeurs : l’association des typographes rouennais n’a vis-à-vis de vous aucune intention hostile127. Bien au contraire, elle se donne pour mission de régler et de maintenir les bons rapports qui doivent exister entre patrons et ouvriers, d’échanger les vœux que les uns et les autres peuvent avoir à formuler pour l’amélioration matérielle et morale de la corporation, et d’éviter ainsi, pour l’avenir, toutes les causes de conflits qui pourraient troubler l’entente cordiale que nous désirons toujours voir régner au sein de la typographie »128. L’assemblée décida, à l’unanimité, de réunir le capital nécessaire pour solder tous les frais de l’installation matérielle129 et chargea le bureau de rédiger les statuts de l’association qui furent définitivement adoptés le 21 septembre 1873130.

  • 131 Ibid., annexe 10. Premiers statuts de l’Association syndicale des ouvriers typographes de la ville (...)

67La société de secours mutuels purement philanthropique et humanitaire « s’adressait directement à la famille privée » ; la chambre syndicale devait, selon Robert, « appliquer les mêmes principes de solidarité à la famille professionnelle ». L’association syndicale des ouvriers typographes de la ville de Rouen inclut donc dans son règlement « ce qui se trouve en dehors du but ordinaire des sociétés de secours mutuels, la solidarité corporative » : indemnités de chômage (au moins 1 F par jour, pendant une période qui ne dépassera pas vingt jours par an), secours de route aux sociétaires rouennais ou de passage, registre de placement, bibliothèque typographique... »131.

  • 132 Ibid. Les statuts furent déposés, le 6 octobre 1873, à la préfecture « les délégués durent se rendr (...)
  • 133 Ibid. Assemblée générale du 21 septembre 1873, p. 10-11.
    Ibid., annexe 12. Premier banquet annuel, p (...)
  • 134 Ibid., annexe 13. Projets concernant la constitution d’une commission arbitrale et l’établissement (...)
  • 135 Ibid., annexe 15. Mémoire à propos du refus du tarif (30 novembre 1875).
    Ibid., annexe 16. Adhésion (...)
  • 136 Ibid., annexe 17. Compte rendu du banquet typographique du 10 mai 1877, Robert porte un toast « Au (...)

68Cette conception de l’action syndicale valut aux typographes la tolérance de l’autorité préfectorale132. Aucun lien ne paraissait les rattacher à l’Internationale dont ils n’avaient d’ailleurs pas fait partie en 1870 ; à la différence des tisserands d’Elbeuf, Robert n’envisageait aucune réforme de la production ; il n’entendait pas même constituer une société de résistance, mais une « société de conciliation » avec l’espoir d’obtenir une amélioration des salaires et des conditions de travail par la seule négociation. « Loin de former deux camps, deux partis, patrons et ouvriers doivent faire tous leurs efforts pour établir et maintenir entre eux des relations empreintes de la plus sincère cordialité... »133. Fidèle à ces principes, la chambre syndicale proposa la formation d’une commission arbitrale pour l’établissement d’un tarif de main-d’œuvre134 ; après avoir tout d’abord rejeté le projet, les imprimeurs finirent par l’accepter en 1876135 ; Robert put alors célébrer la réalisation de « l’alliance patronale et ouvrière »136.

Notes

1 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police de Rouen, 14 décembre 1871.

2 A. N., F 12 537. Chambre de commerce de Rouen, 11 avril 1872.

3 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 26 juillet 1872 : « Quand les cours sont descendus à leur limite minimum et que la raréfaction de la marchandise commence à leur faire reprendre leur marche ascensionnelle, une nouvelle avalanche de tissus étrangers s’abat sur notre marché et ramène nécessairement les pernicieux résultats que nous venons de relater... ».
Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 10 octobre 1872 : « L’écoulement reste difficile malgré la réduction de la production ; on signale cependant une reprise pour quelques spécialités en particulier les imprimés pour meubles qui soutiennent l’industrie de l’indienne.

4 Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 15 avril 1872 ; le rapport insiste sur la concurrence des tissus mélangés anglais à des prix très bas qui tentent les intermédiaires dont le bénéfice est considérable.

5 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. C.c. police de Rouen, 5 juillet 1872.

6 Ibid. 22 juillet : chez Deschamps, 125 fileurs pour 5 jours ; chez Rivière à Sotteville, 162 fileurs pour 15 Jours...

7 A « . N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 26 juillet 1872 : « Le chômage qui menaçait de se généraliser n’est plus que partiel aujourd’hui ». 30 janvier 1873 ; « Le chômage dont nous avons dû déplorer l’existence n’a point pris de plus grandes proportions ».

8 Ibid. Chambre de commerce d’Elbeuf, 3e trimestre 1872 ; Aubry parle même de la moitié. L’Internationale, 8 septembre 1872.

9 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. C.c. police de Rouen, 2 et 4 mars 1872.

10 Ibid., 16 et 20 novembre 1872. Etablissements Marinier et Sasle-Deschamps, à Saint-Légerdu-Bourg-Denis, Châtel à Darnétal.

11 Enquête parlementaire sur les conditions du travail en France (1872).
A. D. S-M., M, C.c. police de Rouen, 24 août 1872. Par contre l’industriel Lamer estime que les rapports entre patrons et ouvriers sont satisfaisants (22 novembre 1872).
A. N., C 3024, 3025, 3026. Badin insiste sur les mesures à prendre pour s’attirer les sympathies des ouvriers : constructions de logements ; création de caisses de retraites, de sociétés de secours mutuels, d’écoles... (A. N., C 3024).
DUCARRE (M.) - Rapport fait au nom de la Commission d’enquête parlementaire sur les conditions du travail en France. Salaires et rapports entre ouvriers et patrons - Lyon 1877, 342 p. ; p. 220.

12 A. D. S-M., M, Enquête parlementaire sur les conditions de travail... Rapport du c.c. police d’Elbeuf, 21 août 1872.

13 L’Industriel elbeuvien. En août et septembre 1872, ce journal publia trois séries d’articles rédigées par « Un revenant », Nosegay et Piéton, en réponse au questionnaire de l’Enquête ouvrière. Ils dressent un tableau assez complet de la condition des ouvriers d’Elbeuf, de leurs rapports avec les patrons, de l’état de l’instruction et du développement de l’association.

14 L’Industriel elbeuvien. 28 août 1872.
Ibid., 17 août 1872 : « Le patron victime du manque de conscience de l’ouvrier se croit autorisé à rogner pour équilibrer les salaires avec la somme réelle du travail effectif... Cet état de choses durera tant que la journée sera supérieure à 10 heures. Le travail ne permet pas à l’ouvrier de réparer ses forces... Il carotte toutes les minutes qu’il peut impunément soustraire au travail. Le rédacteur conseille également de faire participer les ouvriers aux bénéfices de l’entreprise.

15 Ibid., 5 octobre 1872. Piéton expose dans cet article son projet d’association ouvrière pour supprimer le salariat.

16 Ibid., 24 janvier 1872. L’article est évidemment inspiré par des membres de l’Internationale ; il se termine par la formule : « Pas de droits sans devoirs, pas de devoirs sans droits ».

17 Ibid., 3 février 1872. Au renouvellement du conseil des prud’hommes d’Elbeuf (17 janvier) furent élus d’anciens membres de l’Internationale, Couronné, Deparnay, Heullant.

18 Ibid., 27 janvier 1872.

19 A. N., C 2 857. Projet de loi sur les coalitions. Déposition de Cordier (7 février 1872). Cordier se refusait à condamner les grèves : « Je considère que le travail dont le concours est indispensable est une propriété aussi sacrée que le capital, que les machines ». Il reconnaît que certaines grèves sont justes. « Quand il était ouvrier, sa préoccupation était de gagner cinq sous de plus par jour ».

20 A. D. S-M., M, Internationale, menées du parti radical. Rapport du c.c. police de Rouen, 14 décembre 1871. Bray avait été condamné sous le second Empire pour avoir été mêlé à l’affaire Greppo ; en 1872, il habitait le Havre. Roger (Frédéric) avait épousé, en 1862, la fille de Bray.

21 A. D. S-M., M, Internationale. Rapport du c.c. police de Rouen, 11 mars 1872.
Roger (Frédéric), ajusteur mécanicien à Rouen, né à Bosville (Seine-Inférieure) en 1824, mort à Rouen en 1900 est présenté comme « l’un des plus ardents adeptes de la Révolution sociale ». Roger, parti le 10 Mars, rentra le 14 après un voyage à Lisieux et Caen ; « il prétend avoir vu dans cette dernière ville un ami qui fera le reste » (C.c. police de Rouen, 16 mars 1872).

22 A. D. S-M., M, Internationale.
Simon Joseph, « qui ne le cède en rien au précédent sous le rapport de la violence des passions politiques », était né à Saint-André-sur-Cailly en 1812. C’est lui qui avait été envoyé en mission auprès de Gambetta le 16 septembre 1870. Le commissaire central croyait qu’il se rendait à Londres pour la commémoration du 18 mars. En fait, il ne quitta Rouen qu’après avoir vendu son fonds de commerce, en laissant de nombreuses dettes (C.c. police de Rouen, 11 avril 1872).

23 A. D. S-M., M, Internationale. Sûreté générale, 2 juillet 1872. Le rapport signale en particulier une correspondance avec le comité radical de Paris.

24 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police de Rouen, 8 août ; c.c. police d’Elbeuf, 11 août 1872. Aucun renseignement n’est fourni sur la réunion elle-même.

25 A. D. S-M., M, Internationale. Préfet de la Seine-Inférieure, 10 janvier 1872. Une lettre des ouvriers boulonniers de Lyon avait été apportée à la préfecture ; ils réclamaient au Cercle le remboursement d’un prêt de 100 F accordé en septembre 1869 aux fileurs de laine de la région rouennaise ; le préfet de la Seine-Inférieure transmit l’information à son collègue de Lyon.

26 The General Council, op. cit., t. V, (1871-1872), p. 215, séance du 4 juin 1872.
A. D. S-M., M, Internationale. Ministre de l’Intérieur au préfet de la Seine-Inférieure, 7 février 1872 : « On me signale comme affiliés à l’A. I. T. les nommés Fritsch, Saval, Cornillot et Pâques, tous demeurant à Rouen. J’ai cru devoir vous transmettre ces renseignements sous toutes réserves et à toutes fins utiles... ».
Voir A. P. P., Ba 439. Rapport adressé d’Yverdon le 30 janvier 1872.

27 L’Internationale, 28 janvier 1872.

28 Archives royales de Belgique, Justice, dossier 244.270 (Vaughan).
Vaughan avait d’abord été accueilli par Brismée, sur la recommandation d’Aubry ; puis un de ses amis, Léon Christophe, qui tenait une maison de commerce à Paris, monta à son intention une succursale à Bruxelles.

29 Archives du Royaume de Belgique. Justice, dossier 244.270, 24 avril 1872 : « Vaughan ne manque pas d’intelligence et comprend parfaitement sa situation. On ne sait s’il a été exalté, mais aujourd’hui il est très modéré et s’occupe surtout de gagner sa vie. On peut reprocher à Vaughan de recevoir chez lui un grand nombre de proscrits et d’être ainsi que son employé Faillet en correspondance avec plusieurs des exilés qui se tiennent actuellement à Londres ». Voir aussi le rapport du 24 octobre 1872.

30 A. P. P., Ba 941, 10 septembre 1872.

31 Archives Vincennes, Aubry Emile, 4e conseil de guerre, no 1634. Rapport du 12 février 1874 : « Interrogé, il réussit à tromper la religion du magistrat instructeur lequel n’avait, du reste alors, aucune pièce pouvant servir au contrôle des dires de l’inculpé... ».

32 A. P. P., Ba 941. Aubry habita 36 rue des Fourneaux chez le relieur Durel, puis 3 impasse de l’Enfant Jésus, enfin, 11 rue du Jardinet.

33 A. P. P., Ba 941, 25 juillet 1873.

34 Ricard était le nom de sa grand-mère maternelle. Après s’être réfugié une seconde fois à Bruxelles, il adoptera le pseudonyme de G. Durand.

35 L’Internationale, 26 novembre 1871.

36 Ibid., 24 décembre 1871 : « La journée de 10 heures est réclamée depuis longtemps par les malheureuses victimes du capital monopolisé dans ces contrées par les Pouyer-Quertier, les Cordier, les Ancel, les Nétien... exploiteurs qui réclamaient il y a quinze jours une heure de travail gratuit chaque jour pour payer l’indemnité de guerre ».

37 Ibid., 18 février 1872.

38 Ibid., 3 novembre et 15 décembre 1872, 28 février 1873.

39 Ibid., 2 juin 1872 : « Déjà Paris ne prononçait le nom de cet homme qu’avec un profond mépris ; depuis le message de Napoléon III, l’Empire et l’Empereur ne sont plus qu’un objet de dégoût ».

40 Ibid., 28 janvier 1872 : « Malgré toute l’aversion que nous avons pour de si honteuses combinaisons, il convient d’attendre la publication (de la brochure) pour se prononcer ; la prudence et le devoir nous imposent le silence ».

41 Ibid., 4 février 1872 : « D’après les renseignements qui nous ont été fournis, Richard a depuis les événements du 4 septembre une conduite très équivoque ; dans les conversations, il n’a jamais pu dissimuler son ambition personnelle... ». Lecture faite de l’opuscule de Richard, il ressort clairement que les auteurs se sont créé un Empire et un socialisme de fantaisie pour cacher leur trahison... ».
Voir aussi l’Internationale, 21 janvier, 15 septembre, 10 novembre 1872.

42 Ibid., 14 juillet 1872.

43 Ibid., 25 août 1872.

44 Ibid., 30 juin 1872.

45 Ibid., 21 avril 1872 : « M. Gambetta fait son tour de France pour recueillir les adhésions à la République... ; les pérégrinations gambettistes ont pour but final l’escalade du pouvoir ».

46 Ibid., 13 octobre 1872.
Aubry dénonce la haine contre les Prussiens « que les polichinelles de la bourgeoisie espèrent bien exploiter d’ici quelques jours ». Il suppose que Gambetta et Thiers « font bon ménage pour tirer parti du chauvinisme que l’on a soin de réveiller chaque jour..., on espère par ce moyen apaiser la Révolution sociale ».

47 Ibid., 28 avril 1872 : « Gambetta réclame, à grand renfort de caisse et de cliquetis de verres, des libertés politiques et même économiques. Mais ce farouche tribun... affirme qu’il n’y a pas de remède social ni même de question sociale ».

48 Ibid., 17 décembre 1871 : « Depuis quelque temps, les radicaux paraissent nous faire de sincères avances ».

49 Ibid., 19 mai 1872. Au sujet du Corsaire : « Depuis le Peuple de Proudhon et la Commune de Georges Duchêne, aucune feuille n’avait osé défendre le principe fédératif... seul capable de relever la France de l’abaissement où l’ont plongée les aveugles faiseurs de centralisation ».

50 Ibid., 7 janvier 1872. Aubry ne se priva pas, par exemple, d’adresser des critiques, au Corsaire et au Rappel. Voir l’Internationale, 1er septembre et 20 octobre 1872.

51 Ibid., 3 novembre 1872 : « L’élection du 20 octobre 1872 a affirmé la République dans des départements jusqu’alors pourris de réaction... ; elle n’affirme pas grand chose du point de vue de l’émancipation sociale des travailleurs. Rien ne sera fait tant que le prolétariat ne pourra entrevoir son émancipation économique. Ce jour-là, la question sociale dominant le tout, la politique ne sera pour lui qu’un moyen très secondaire pour réaliser ses aspirations ».

52 Ibid., 8 décembre 1872.

53 Ibid., 17 mars 1872. Aubry félicite Tolain d’avoir défendu l’Internationale au cours de la discussion, mais il n’a pas l’intention de lui pardonner « son odieuse conduite » dans les événements qui se sont passés depuis son élection... « Tolain reste à mes yeux un rénégat et peut-être aurais-je personnellement plus que tout autre des motifs sérieux de le critiquer plus amèrement ».

54 Ibid. 24 mars 1872.

55 Ibid., 21 janvier, 25 février 1872.

56 Ibid., 28 avril 1872.

57 Ibid., 12 mai 1872. Aubry approuve la suppression de l’article 2 des statuts de la corporation des chaudronniers en cuivre, mais ne comprend pas celle de l’article 1 (solidarité locale avec les autres professions) ; c’est un excès de crainte impardonnable. « La corporation sans la fédération locale et nationale est une organisation tellement incomplète que le premier pas fait par elle se termine par un trébuchement ».

58 Ibid., 1er septembre 1872 : « Malheureusement la terreur et l’état de siège poussent les remanieurs à porter atteinte au principe d’internationalité... ».

59 Ibid., 28 avril 1872.
Ibid.,
12 mai 1872 ; voir aussi les graveurs qui ont proposé de créer un syndicat général du dessin « qui ouvrirait des cours où les corporations pourraient avoir des notions de dessin... leur permettant d’arriver à créer des chefs-d’œuvre qui pourraient élever l’art en même temps que la dignité du travail et du travailleur... ».

60 Ibid., 9 juin 1872 : « La grève telle qu’elle a été comprise et appliquée jusqu’alors est une anomalie, une hérésie économique ».
Aubry reconnaît que « quelques-unes ont réussi et, par leur succès, rendu service à la solidarité naissante, mais il faut bien se pénétrer que ces rares succès n’eurent lieu que grâce à l’indiscipline du patronat et à son incrédulité dédaigneuse à l’endroit d’une organisation ouvrière. Aujourd’hui le capital a fédéré ses forces et offre une masse moins vulnérable aux légitimes prétentions des travailleurs ».

61 Ibid., 28 janvier, 21 avril, 28 avril 1872. Aubry cite encore les bijoutiers, les gantiers, les ferblantiers (9 juin 1872), les maçons de Bordeaux, les ouvriers de céramique (13 août), les cordonniers (13 octobre).

62 Ibid., 6 octobre 1872.

63 Ibid., 5 janvier 1873.

64 Ibid., 12 et 19 janvier 1873.

65 GAUMONT (Jean) - Histoire générale de la coopération, op. cit., t. II, p. 25.

66 L’Internationale, 17 novembre 1872.
Ibid., 22 décembre 1872. Aubry oppose l’association en commandite ouverte aux seuls actionnaires à l’atelier corporatif accessible à tous ceux qui font acte de solidarité. De même, il défend à nouveau le crédit mutuel et gratuit ; l’intérêt est synonyme d’exploitation (L’Internationale, 29 décembre 1872).

67 Ibid., 6 octobre 1872. Cas de la coopérative de consommation de St-Rémy-sur-Avre, fondée par l’industriel Waddington.

68 Ibid., 17 novembre 1872 ; cas de l’épicerie coopérative de Lille, fondée par des amis de Casimir-Périer, la société de Saint-Waast (Voir le Rappel, 2 novembre 1872).

69 L’Internationale, 16 juin 1872.

70 Ibid., 30 juin 1872 ; « L’appui chaleureux des journaux du sire Gambetta permet de supposer qu’ils espèrent s’en servir au moment des élections comme de la Chambre fédérale à la fin du second Empire ».

71 Ibid., 21 juillet 1872.
Aubry, à l’occasion de l’étude des statuts de l’Union, approuve l’interdiction des discussions politiques et religieuses. Il fait allusion à des observations adressées par « l’ancienne organisation rouennaise » (L’Internationale, 4 août 1872).

72 Ibid., 20 octobre 1872. « Aujourd’hui, je regrette d’écrire que le Cercle sur lequel les ouvriers avaient fondé beaucoup d’espérances ne reçoit que fort peu d’adhésions à cause de la puérilité des questions qui y sont traitées... ».

73 Ibid., 25 août 1872.
Voir aussi, 8 septembre. « Les relations du capital et du travail ne sont jamais l’objet d’un sérieux examen, et jamais le groupe n’ose aborder l’étude de la science sociale ».

74 Ibid., 15 septembre 1872. Aubry exprime la crainte que l’ignorance des chambres syndicales ne profite aux radicaux : « Une preuve à l’appui ; tout citoyen qui se permet de rappeler les services rendus à la Cause par les Internationaux est traité de bonapartiste... Cette épithète, renouvelée des Jacobins sous l’Empire, me paraît de mauvais augure... à moins que les corporations non encore adhérentes ne viennent déjouer les projets de nos adversaires... ».

75 Ibid., 4 et 18 août 1872.

76 Ibid., 15 septembre 1872. « La plupart de ceux qui organisent le Cercle croient être des phénix et semblent avoir tout dit quand, à l’exemple de Barberet, ils s’écrient ; nous n’appartenons à aucune école, puis c’est tout des doctrines, des idées sur l’échange, le coût, le monopole, les machines, la propriété... ».

77 Ibid., 29 septembre 1872. « Au cours d’une réunion, Barberet a insulté les socialistes ». Aubry croit que Barberet est préoccupé par les élections.

78 Ibid., 10 novembre 1872. Aubry reconnaît lui-même que des bonapartistes pénètrent dans les sociétés ouvrières. Il avait personnellement été attaqué dans Paris-Journal (25 septembre 1872) ; voir aussi Paris-Journal du 25 décembre 1872.

79 Ibid., 11 août 1872. Un des secrétaires du Cercle avait déjà été appelé à la Préfecture de police à la suite d’un article d’Aubry paru dans l’Internationale.

80 Faillet (Eugène) (1840-1912), employé de commerce, délégué général à la direction des contributions directes sous la Commune, passa en Angleterre, aux Pays-Bas, puis se réfugia à Bruxelles. Il devint employé de Vaughan.
Voir MAITRON - Dictionnaire du mouvement ouvrier, t. IV, et SARTORIUS (Francis) - Les communards en exil à Bruxelles, op. cit., p. 33-35. Faillet correspondait avec Serraillier à Londres et avec Aubry à Paris.

81 The General Council, op. cit., t. V, (1871-1872), p. 215-219. La 9e résolution de la conférence de Londres rappelait que dans l’état militant de la classe ouvrière, son mouvement économique et son action politique étaient indissolublement unis : « Le prolétariat ne peut agir comme classe qu’en se constituant lui-même en parti politique distinct opposé à tous les anciens partis formés par les classes possédantes... ». Plusieurs délégués belges s’étaient prononcés contre la résolution : De Paepe et Steens refusaient d’imposer à tous les pays une ligne identique. Coenen et Verrycken rejetaient la proposition de Vaillant ; Steens déclara que la conférence était incompétente. En outre, De Paepe manifesta la crainte que certaines sections ne suivraient pas cette ligne de conduite et provoqueraient de nouveaux conflits. Voir MOLNAR (Miklôs) Le déclin de la Première Internationale, la Conférence de Londres de 1871 - Genève 1963, 260 p. ; p. 83-84.
La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 194-199.

82 The General Council, op. cit., t. V, (1871-1872), p. 214-219. A la séance du 11 juin, la question fut à nouveau abordée. Engels protesta contre le texte des Minutes où ne figuraient pas ses arguments ni la proposition qu’il avait faite et ensuite retirée.
La police belge connaissait l’existence de la section. Voir Archives générales du Royaume de Belgique. Justice, dossier Vaughan, 22-270, rapport du 6 août 1872 : « La section française de l’Internationale avec le docteur Frappay, Vaughan et Cord’homme est en relations avec le Conseil de Londres qui l’a, paraît-il, reconnue ». Voir aussi le rapport du 14 avril 1872.

83 Archives générales du Royaume de Belgique. Justice, dossier Mondet, no 247-153 : « Des Français parmi lesquels Mondet (Gustave) et Jaleaux se sont formés en association de bienfaisance pour aider aux compatriotes dans la détresse ; ils se proposent d’envoyer un délégué au Congrès de La Haye pour protester contre la nouvelle voie inaugurée par le Conseil général de Londres et qui a pour objet de transformer l’Internationale en association politique... L’association est presque exclusivement constituée de braves et honnêtes ouvriers. Jaleaux pourrait être Jeallot (Pierre) ; voir MAITRON (Jean). Dictionnaire du mouvement ouvrier.

84 L’Internationale, 15 septembre 1872. A. P. P., Ba 437, Dumont, délégué de la section française de Paris, dite section Ferré, et de la section de Rouen.

85 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 373 et suiv.
GERTH (Hans) - The First International. Minutes of the Hague Congress of 1872 - Madison, University of Wisconsin press, 1958, 316 p.
Le Congrès de la Haye de la Première Internationale (2-7 septembre 1872) - Procès-verbaux et documents - Institut du Marxisme-Léninisme, Moscou 1972, 178 p.
Au cours des débats, la question de la reconnaissance de la section française de Bruxelles fut à nouveau posée... Brismée s’est prononcé contre la formation des Français en sections à Genève, à Bruxelles et ailleurs. « Ils ne devaient se réunir en groupes que pour payer leurs cotisations. S’ils n’adhéraient pas aux sections locales, c’est probablement parce que, dans les sections belges, on examine la situation et la moralité des candidats, pour éviter l’admission des crapules ». Marx : « A Bruxelles, la situation était différente (de Genève) ; la section française avait écrit au Conseil général que des membres du Conseil fédéral belge lui avaient fait savoir que son admission à la Fédération belge l’exposerait à la police belge. Le Conseil général n’avait donc pu faire autrement que de reconnaître et d’admettre séparément la section française de Bruxelles et il a fallu agir de la même façon envers la deuxième section française qui s’y est formée... » - La Première Internationale..., op. cit., t. II, p. 337-338.

86 L’Internationale, 27 octobre 1872.
Bulletin de la Fédération jurassienne de l’A. I. T., 10 novembre 1872.
La Première Internationale, op. cit., t. III, p. 136-138.
Le Congrès de Cordoue de la Fédération espagnole de l’A. I. T. (25 décembre 1872-2 juin 1873) en rejetant les « résolutions autoritaires » du Congrès de la Haye, fit allusion à la protestation de la Fédération rouennaise. Voir Archives Bakounine - II. Michel Bakounine et les conflits dans l’Internationale - 1872, Leiden 1965, 492 p. ; p. 476.
L’existence de la Fédération rouennaise fut contestée par l’Emancipacion de Madrid, selon laquelle il ne faisait aucun doute que « le ou les auteurs anonymes de ce manifeste de la prétendue Fédération rouennaise sont soit quelques individus qui vivent en dehors de la France, soit quelqu’un qui se trouve en meilleure harmonie avec le gouvernement républicain de M. Thiers ». (Emancipacion, 16 novembre 1872), cité dans La Première Internationale, op. cit., t. III. p. 476.
Il existait bien un groupe rouennais de l’Internationale en 1872 ; en faisaient partie quelques-uns des anciens dirigeants des corporations ouvrières : Fritsch, Saval, Cornillot et Pâques.
Selon une information de la police belge du 27 août 1872, citée par Freymond, Victor Cyrille aurait été délégué d’un groupe rouennais formant une soi-disant section française à Bruxelles. Il représentait donc une section de réfugiés français, la seconde probablement, puisqu’il vota contre l’exclusion de Bakounine ; Dumont (Faillet) représentait la Fédération rouennaise elle-même.

87 Texte de la déclaration de la minorité du congrès dans La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 367-368.
La condamnation de l’attitude de Dumont (Faillet) entraîna la rupture entre celui-ci et Vaughan. Archives du Royaume de Belgique, dossier Vaughan, no 244-270 ; rapport du 24 octobre 1872 : « Vaughan ayant renvoyé Faillet, celui-ci a fait courir le bruit que la maison Christophe se proposait de supprimer la succursale qu’elle a établie à Bruxelles sous la direction de Vaughan... ».

88 La Réforme sociale, 8 mai 1870. Lettre à nos frères de Suisse.

89 L’Internationale, 17 mars 1872. Commentaire du discours de Tolain sur l’Internationale.

90 Ibid., 27 octobre 1872.

91 Ibid., 15 décembre 1872.

92 Voir aussi l’Internationale, 6 avril 1873 : « La grande pensée de la Révolution à notre époque est d’annihiler de plus en plus l’Etat pour en faire une simple administration... Cette administration doit être constamment sous le contrôle des mandataires du pays... ».

93 L’Internationale, 4 mai 1873.
Aubry ne cessera par la suite de s’opposer aux marxistes. Voir Causeries sur le parlementarisme parues dans le Réveil social, 4 et 18 décembre 1892 : « Je n’entends nullement incriminer les citoyens Guesde, Ferroul et Lafargue qui sont logiques en faisant du socialisme d’Etat, mais nous qui voulons ou, du moins, avons la prétention de faire de l’Economie sociale, c’est-à-dire du socialisme scientifique, nous repoussons de toute notre âme l’intervention de l’Etat, qu’il soit monarchique, impérial ou républicain... ».

94 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Société corporative des ouvriers teinturiers de Damétal (lettre du 15 juillet) ; rapport du c.c. police de Rouen du 17 juillet. Les teinturiers grand teint avaient formé une des premières corporations organisées dans la région de Rouen en 1868 ; parmi les six signataires de la lettre du 15 juillet, figuraient les noms de trois ouvriers qui avaient protesté en 1870 contre l’arrestation d’Aubry : Gouellain, Duclos et Déhais.

95 Il s’agissait évidemment d’une de ces « précautions exigées par les circonstances » dont avait parlé Aubry. Voir L’Internationale, 28 janvier 1872.

96 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. C.c. police de Rouen, 17 juillet : « Les sociétés, même de secours mutuels, organisées en corporations, sont un danger pour l’ordre social ». Si donc les teinturiers de Damétal veulent se grouper, rien ne s’oppose à ce qu’ils demandent leur affiliation à une société de secours mutuels déjà existante.

97 A. D. S-M., M, Grèves de 1872 : la 1re pétition était signée de Baudemont, V. Denis, Isébé, Aug. Picard, Coty, J. Savard, Moraine, Croullebois, Brieux fils.
Le préfet demanda que soient indiqués la qualité et le domicile des déclarants ; sur la seconde pétition (3 septembre) figurent les mêmes noms plus celui de Prilly. Le préfet, conformément à la loi du 6 juin 1868, donna son autorisation, s’il ne s’agissait que d’une réunion publique préparatoire et non de la constitution immédiate d’une société ouvrière (17 septembre). La déclaration de réunion est datée du 28 septembre, l’autorisation définitive du 2 octobre.

98 L’Industriel elbeuvien, 2 octobre 1872 : « Un groupe d’ouvriers tisseurs, dans l’espoir d’une entente générale, prend l’initiative de vous convoquer pour organiser notre corporation si cruellement éprouvée par la diminution des salaires et élire une chambre syndicale, laquelle aura pour but de rechercher les moyens pratiques d’arriver, par voie de conciliation, à l’obtention d’un salaire plus en rapport avec l’élévation, toujours croissante, du prix des subsistances alimentaires, des loyers et des objets de première nécessité... ».
Ibid., 12 octobre 1872. Compte rendu sommaire de la séance du 6 octobre. La commission des statuts comprenait les 10 membres de la commission d’initiative auxquels furent adjoints cinq nouveaux noms.

99 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Pétition du 8 novembre pour la réunion du 17 ; autorisation du préfet le 13 novembre.
Sur les 10 membres de la commission d’initiative, quatre habitaient Caudebec, trois Saint-Pierre, un Elbeuf. Le domicile des deux autres n’est pas mentionné.
La chambre syndicale comprenait 21 membres ; secrétaire, Victor Denis. L’Industriel elbeuvien, 23 novembre 1872.

100 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. C.c. police de Rouen, 2 décembre 1872 : « Dans un de mes derniers rapports, je faisais connaître à l’administration que les tronçons épars de l’Internationale tendaient à se renouer, que les sociétés corporatives créées par cette association se disposaient à se constituer régulièrement et à présenter leurs statuts à l’approbation... La tentative d’organisation de la société des tisseurs d’Elbeuf est le premier pas dans la voie que je viens d’indiquer... Son but, elle ne le cache pas, c’est à sa manière, l’émancipation du travailleur, c’est-à-dire que celui-ci, abdiquant son libre arbitre entre les mains d’hommes qui feront de lui un instrument aveugle de leurs doctrines antisociales et même de leurs rancunes personnelles pourra, à son tour, et comme compensation, tenir le patron sous sa complète dépendance. Dans ces conditions, c’est bien la plus monstrueuse entrave à la liberté du travail que l’on puisse imaginer... ».

101 Ibid. Maire d’Elbeuf au préfet, 20 décembre 1872. Le maire signale parmi ceux qui ont été mêlés aux questions politiques, Piéton, Diot et Déparnay.

102 Ibid. Préfet au ministre, 16 décembre 1872. Les statuts de la société avaient été adressés au préfet le 29 novembre ; le commissaire central avait attiré son attention sur les articles 19, 20 et 21.

103 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Statuts de la corporation des tisseurs d’Elbeuf et des environs, s.d., 18 p. Le préfet remarquait que l’article 2 constituait une entrave à la liberté du travail (art. 416 du code pénal).

104 Au congrès de Bâle, il avait été décidé d’abolir la présidence dans les organisations syndicales. Chez les tisseurs d’Elbeuf, le président sera choisi seulement pour la durée de l’assemblée générale.

105 Selon le préfet, il s’agit de prescriptions qui constituent une entrave à la liberté du travail (article 416 du code pénal). Sinon même des manœuvres frauduleuses organisées dans le but de forcer la hausse ou la baisse des salaires ou de porter atteinte au libre exercice de l’industrie (article 414). L’élaboration d’un tarif en assemblée générale implique que des moyens de coalition seront préparés contre les patrons. Ceux des membres qui auront perdu leur travail en refusant de se prêter à des conditions autres que celles du tarif auront sans doute droit à des secours.

106 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Préfet, 16 décembre 1872. L’article ne fait aucune distinction entre Français et étrangers. L’article 1 de la loi du 14 mars 1872 qualifiait d’attentat contre la paix publique toute association internationale... qui aura pour but de provoquer à la suspension du travail.

107 Ibid. PIETON (Eugène) - Etude sur la corporation ouvrière - Elbeuf, 8 novembre 1872, 16 p. Cette brochure déposée le 11 novembre était « répandue dans les ateliers d’Elbeuf ».

108 PIETON (Eugène) - Etude sur la corporation, op. cit., p. 5. Piéton explique qu’il a écrit sa brochure « afin d’apprendre aux travailleurs les moyens praticables pour arriver à l’obtention d’un salaire plus rémunérateur, puis à solidariser leur épargne, en vue de se procurer réciproquement au plus bas prix possible les denrées indispensables à leur consommation journalière et, enfin, participer directement à la distribution des produits du travail par eux fabriqués... ».

109 Ibid., p. 6. Piéton pense probablement aux grèves de 1869 et de 1870 dans la région de Rouen.

110 Ibid., p. 8. La cotisation pourrait être de 0,25 F par mois « dans une corporation où les membres s’élèveraient à plusieurs mille ».

111 Ibid., p. 8-9. « Il est constaté que ce sont toujours les mêmes patrons qui, quand la demande se fait sentir, donnent le signal de la diminution ; il sera très juste, quand l’offre excédera la demande, que ce soient ceux-ci qui manquent de bras, de sorte que quand ils auront manqué une ou deux saisons, ils y regarderont à deux fois avant que de porter atteinte à la propriété des travailleurs ».

112 Ibid., p. 10. « L’échange direct au prix de revient de ses produits avec des associations analogues supprimera les intermédiaires qui prélèvent jusqu’à 40 % ».

113 Ibid., p. 14. Comme Aubry, Piéton imagine de plus que les ouvriers travaillant chez les patrons exigeront une « augmentation de salaires de 25 % pour renforcer la position de l’atelier corporatif ».

114 Ibid., p. 16.

115 L’Internationale, 15 décembre 1872. « Aubry signale la publication à Elbeuf d’un opuscule sur les avantages du principe corporatif... Quels que soient les motifs de son silence (sur la Réforme sociale), l’apparition de cet opuscule ne peut que bien faire ; c’est un réveil chez les populations atterrées par l’invasion prussienne et la lâcheté de la bourgeoisie... ».

116 A. D. S-M., M, grèves de 1872. Préfet 4 décembre 1872 : « L’esprit dans lequel est rédigé cet opuscule, les antécédents du sieur Piéton qui paraît avoir inspiré sinon rédigé lui-même les statuts... donnent à l’administration des doutes sérieux sur les tendances de l’association en voie de formation... ».
Préfet au ministre de l’Intérieur, 16 décembre 1872.

117 Ibid. Préfet au ministre de l’Intérieur, 31 décembre 1872.
Denis renouvela, sans succès, la demande d’autorisation le 5 janvier 1873. Voir l’Internationale, 28 février 1873.

118 A. D. S-M., X, Secours mutuels, Le Havre. La société typographique du Havre fut fondée le 1er juillet 1850 et approuvée le 3 octobre 1854.
CHAUVET (P.) - Les ouvriers du Livre en France, t. II, de 1789 à la constitution de la Fédération du Livre - Paris 1956.

119 A. D. S-M., M, Correspondance du préfet Leroy, 1857-1867. Comité typographique ; c.c. police de Rouen, 21 novembre ; préfet, 29 novembre 1865 : « Aucun indice ne révèle l’affiliation des typographes de Seine-Inférieure avec le comité de Paris... ».

120 Cent ans d’action syndicale, 1873-1973, 22e section de la Fédération française des travailleurs du livre C.G.T. (B. Lansoy), Rouen 1973, 126 p.
Association syndicale des ouvriers typographes de la ville de Rouen, historique de l’association, 1873-1896. Documents recueillis pour l’exposition nationale ouvrière de Rouen de 1896 (Archives de la 22e section).

121 Association syndicale..., op. cit., annexe 4. Société de secours mutuels typographique rouennaise, projet de règlement de 1870. La formation de la société, avait été envisagée à nouveau à la fin de 1869 et les statuts votés par l’assemblée générale du 10 janvier 1870 furent déposés à la préfecture, à la veille de la guerre.

122 Ibid., annexe 5. Projet de règlement adopté en assemblée générale le 13 août 1871, adressé à la préfecture pour approbation.

123 Ibid., annexe 6. Préfet, 27 janvier 1872 ; « la disposition des statuts relative à l’élaboration d’un tarif et celle qui assure des secours au sociétaire privé de son emploi pour s’être prévalu de ce tarif constitue le « plan concerté » dont fait mention un article de la loi du 25 mai (1864). Les statuts renferment même des proscriptions et interdictions puisqu’ils prévoient l’exclusion... pour refus de se conformer aux décisions du bureau... ».

124 Ibid., annexe 7. Préfet, 2 mars 1872.

125 Robert (Gustave), né à Rouen le 20 novembre 1837, mort en 1922, typographe au Journal de Rouen à partir de 1851 ; conseiller municipal de Rouen (1878-1922), conseiller général du 3e canton (1901-1922) ; il avait été soutenu par le comité républicain.

126 Association syndicale, op. cit., annexe 8. Typographie rouennaise, assemblée générale du 9 février 1873 - Rouen 1873, 15 p. Robert se plaint de l’indifférence de la part des typographes ; la réélection du bureau n’avait pu avoir lieu à cause du trop grand nombre d’absents. « Une nouvelle société de secours mutuels leur paraît inutile dans la ville de Rouen qui possède déjà plusieurs de ces sociétés... qui, par le nombre de leurs membres, sont à même de donner au point de vue purement philantropique de plus grands avantages que ceux que nous pouvons promettre... ».

127 Ibid. Typographie rouennaise, op. cit., p. 6. Robert fait allusion à l’existence de groupements secrets dans certaines corporations. « Je suis ennemi acharné de tout ce qui est occulte, de tout ce qui craint la clarté du jour... J’aime peu toutes ces caisses particulières, qui ne servent qu’à entretenir de dangereuses illusions et qui font croire à une force trop souvent éphémère et bien vite brisée. A mes yeux, la véritable force d’une association est toute morale ; elle repose... sur l’union de tous ses membres et aussi sur la valeur de chacun d’eux. Hors de là, tout n’est que vaine chimère : la violence et la lutte, presque toujours incapables de rien créer de durable ne prouvent jamais que le droit est de votre côté, quelle que soit, bien des fois, la justice de votre cause ».

128 Ibid., p. 8. En cas de conflit, les typographes accepteront de se soumettre à l’arbitrage d’une commission mixte.

129 Ibid., p. 11-12. Cinquante typographes étaient présents. La formation du capital de 500 F devait être assurée par le versement d’une cotisation mensuelle de 0,70 F.

130 Ibid., annexe 9. Assemblée générale du 21 septembre 1873 - Rouen 1873, 12 p. Neuf réunions furent consacrées à la rédaction des statuts pour lesquels des documents avaient été demandés aux sociétés typographiques de Rennes, Le Havre, Angers, Nantes, Le Mans (sociétés de secours mutuels pour la plupart).

131 Ibid., annexe 10. Premiers statuts de l’Association syndicale des ouvriers typographes de la ville de Rouen fondée le 1er octobre 1873. La société s’engageait à établir des rapports de bonne confraternité avec les associations typographiques de France et à fournir des secours de route aux membres desdites associations.

132 Ibid. Les statuts furent déposés, le 6 octobre 1873, à la préfecture « les délégués durent se rendre à l’invitation du préfet pour conférer sur quelques modifications touchant particulièrement à l’établissement de relations avec les autres sociétés typographiques. Mais il rien fut pas tenu compte, une large tolérance de la part du gouvernement couvrait déjà à cette époque l’organisation des syndicats professionnels ».
Ibid., annexe 11. Robert écrivit le 24 novembre au président de la chambre syndicale des maîtres-imprimeurs de Rouen pour lui faire part de l’installation de la chambre syndicale ouvrière. « Notre but, tout pacifique, vous est un sûr garant de la bonne entente que nous désirons maintenir entre nous et nos chefs d’industrie ».

133 Ibid. Assemblée générale du 21 septembre 1873, p. 10-11.
Ibid., annexe 12. Premier banquet annuel, procès-verbal (14 mai 1873)-Rouen 1874, 12 p. ; p. 7. « La vie en commun de tous les jours ne crée-t-elle pas..., non seulement une raison sérieuse, mais encore un devoir de former une alliance fraternelle et durable ? »

134 Ibid., annexe 13. Projets concernant la constitution d’une commission arbitrale et l’établissement d’un tarif de main-d’œuvre typographique par G. Robert (20 mai 1875).

135 Ibid., annexe 15. Mémoire à propos du refus du tarif (30 novembre 1875).
Ibid., annexe 16. Adhésion au tarif mis en vigueur le 1er mai 1877. Les patrons avaient accepté le 11 juin 1876 la formation de la commission mixte arbitrale.

136 Ibid., annexe 17. Compte rendu du banquet typographique du 10 mai 1877, Robert porte un toast « Au tarif ! A sa propagation dans toute la typographie ! A l’alliance patronale et ouvrière ! ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540