Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Cinquième partie. Après la Commune (1871-1876)

Chapitre II. Les élections au Conseil général (8 et 15 octobre) et les grèves d’octobre et de novembre 1871

Texte intégral

LES ELECTIONS AU CONSEIL GENERAL (8 ET 15 OCTOBRE 1871)

  • 1 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Préfet au ministre de l’Intérieur, 14 septembre (...)
  • 2 Le Nouvelliste de Rouen, 24 septembre 1871 : « Il y a gros à parier qu’avec notre rage de fourrer l (...)

1Les élections d’octobre 1871, les plus animées depuis 1869, permettent d’évaluer l’importance des différents partis dans la région rouennaise. Le 14 septembre, le préfet annonçait déjà que les élections départementales caractérisées dans le passé par des compétitions d’influence locales dans lesquelles la question politique ne tenait qu’une place secondaire, allaient subir une profonde transformation à cause de l’accroissement du pouvoir des conseils généraux1. La droite faisait cependant remarquer que, d’après l’article 51 de la loi du 29 août 1871, ceux-ci ne pouvaient émettre de vœux politiques. Pour le Nouvelliste de Rouen, c’étaient les radicaux qui voulaient faire de ces élections une manifestation illégale contre l’Assemblée nationale, prouver qu’elle ne représentait plus l’opinion et la contraindre à démissionner2.

  • 3 Ibid. Préfet au ministre de l’Intérieur, 21 et 23 septembre 1871.
    Journal de Rouen, 23 septembre 187 (...)
  • 4 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Préfet au ministre de l’Intérieur, 24 septembre (...)
  • 5 Ibid. Préfet au ministre de l’Intérieur, 27 septembre 1871. Le préfet suppose que les organisateurs (...)
  • 6 Journal de Rouen, 23 septembre 1871.
    Le préfet tint à publier une mise au point dans la presse : la (...)

2L’administration constatait que les républicains avaient jusqu’alors restreint leurs candidatures à quelques cantons de Rouen et du Havre, mais seraient cette fois présents dans un grand nombre de cantons ; les radicaux cherchaient à suivre l’exemple. Si le préfet rappela dans une circulaire aux fonctionnaires la réserve qu’ils devaient observer dans les élections, il s’efforça cependant de paralyser la propagande radicale : la loi du 6 juin 1868 autorisait les réunions publiques seulement pour les scrutins politiques ce qui permettait d’en exclure les élections départementales3. Le Comité radical décida donc de convoquer individuellement les délégués des cantons - plus de 120 - pour qu’ils puissent désigner les candidats4, mais le préfet prétendant que la réunion n’était pas vraiment privée la fit interdire : les organisateurs auraient accepté de laisser entrer dans la salle tous ceux qui se seraient présentés5. Cord’homme protesta vainement dans le Journal de Rouen contre un abus de pouvoir qui empêchait les radicaux de préparer les élections, « ce qu’ils avaient fait librement et publiquement sous l’Empire »6. Privés également de tout appui dans la presse locale, ils durent avoir recours à des journaux de l’extérieur qui furent diffusés à Rouen : le Peuple souverain, la Constitution, la Cloche, le Journal de Paris, l’Avenir national...

  • 7 A. D. S-M., M, Elections au conseil général 1871. Manifeste électoral.
  • 8 Le Nouvelliste de Rouen, 5 octobre 1871.
    Voir aussi la proclamation de Vaucquier du Traversain (Le N (...)

3Sur les quinze conseillers de l’arrondissement de Rouen, et Cord’homme excepté (6e canton de Rouen), 14 avaient été considérés comme plus ou moins favorables au régime déchu. A cause, probablement, de la politisation des élections, cinq sortants seulement se représentent en 1871, trois à Rouen (Rapp, Vaucquier du Traversain et Cord’homme), et deux dans la banlieue (de Guillerville et de Bagneux). Les candidats conservateurs du Nouvelliste de Rouen affectent à nouveau de ne pas se placer sur le terrain politique et de ne pas aborder la question du régime ; ils se proposent seulement de contribuer au relèvement de la France et de défendre les intérêts locaux : « Indépendant, je n’ai qu’un désir, obliger, qu’un but, être utile à mes concitoyens et à mon pays (de Guillerville, Darnétal) »7. Parfois sont reprises les propositions du parti de l’Ordre : « Ennemi du despotisme d’où qu’il vienne, je veux l’ordre et la liberté, le respect de la famille, de la religion, de la propriété et de la loi (Letellier, Clères)8.

  • 9 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Proclamation de Coëne (1er tour de scrutin).
  • 10 Ibid. Manifeste de Née (1er tour) et de Lair (2e tour).
  • 11 Ibid. Manifeste de Coëne : « C’est au moyen de l’instruction et du travail surtout que nous finiron (...)

4Les candidats du Journal de Rouen insistent au contraire sur le choix du régime et se prononcent nettement pour la République : « La forme républicaine est une nécessité, ce serait une faute de vouloir reconstruire un gouvernement monarchique quelconque (de Coëne. 4e canton de Rouen)9. La régénération de la France n’est possible qu’avec la République de M. Thiers. « Attaché de cœur et de conviction aux institutions républicaines qui, seules, peuvent relever la France, je regarde comme un devoir commun à tous d’apporter à l’illustre chef du gouvernement le concours de tous pour l’ordre à fonder, le seul ordre de choses compatible avec notre dignité d’homme et de citoyen, c’est-à-dire le gouvernement républicain, le seul qui puisse nous donner l’ordre et la liberté ». Car la République doit être un régime d’ordre. « Il est temps de clore l’ère des révolutions et des guerres civiles ou étrangères pour travailler sincèrement et sans préoccupations d’autre espèce à réparer nos effroyables désastres » (Née, Duclair) ; « Ma devise est Travail, Ordre et Liberté » (Lair, Pavilly)10. La seule réforme précise annoncée dans certains programmes concerne le développement de l’instruction, considérée elle-même comme une garantie de l’ordre social11.

  • 12 La Constitution, 6 octobre 1871. Cordier et Nétien avaient été combattus par le Journal de Rouen en (...)
  • 13 Le Peuple Souverain, 4 octobre 1871. En fait, Ferry s’était prononcé pour la République, alors que (...)

5Le souci de l’ordre rapproche donc les candidats du Nouvelliste et ceux du Journal de Rouen ; il suffit que le conservateur n’ait pas manifesté d’aversion pour la République et que le républicain n’ait pas exprimé de sympathie à l’égard des radicaux pour que l’un ou l’autre puissent trouver grâce auprès des deux journaux ; ce fut le cas à Rouen même de Nétien (1er canton). Deschamps (3e canton), Cordier (5e canton). Les radicaux purent accuser le Journal de Rouen de prendre ses candidats au Nouvelliste12. Ironiquement, le Peuple souverain prétendit que ses deux confrères avaient dû tirer au sort dans le 2e canton pour fixer leur choix sur Rapp ou Ferry13.

  • 14 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Rapports du c.c. police de Rouen, 28 et 30 septe (...)
  • 15 Ibid. A la réunion du 25 septembre, un incident éclata entre Dalleinne et Lécureuil : « A propos d’ (...)

6Seuls les radicaux semblent avoir eu l’intention de faire désigner leurs représentants par les délégués des différents cantons ; faute d’avoir pu tenir leur assemblée générale, ils organisèrent des réunions restreintes au domicile des membres du comité, le 24 septembre, le 25 (chez Blaizet, 30 présents), le 28 (80 assistants) et le 1er octobre14. Le commissaire central, qui avait cependant pu recueillir des renseignements, rendit compte au préfet quelles regroupaient les membres de l’ancien Comité radical républicain et de la Fédération ouvrière : « Internationaux et radicaux sont étroitement unis en ce moment ». En fait, les radicaux paraissent beaucoup plus nombreux : Cord’homme, Riduet, Delaporte, Roger, Manchon, Percheval, Piquerel, Blaizet, Dalleinne, Beaufour, Gratigny, Boutteville... ; de l’Internationale, on ne peut guère signaler que Gustave Mondet et Lécureuil15.

  • 16 Les radicaux avaient d’abord prévu de se présenter au conseil général dans trois cantons de Rouen ( (...)

7Les radicaux proposèrent au Journal de Rouen de s’entendre dans chaque canton sur une candidature républicaine unique, modérée ou radicale ; mais le 1er octobre, Cord’homme révéla à ses amis que les négociations avec Brière et le Comité républicain n’aboutiraient pas. Les radicaux restaient seuls avec les Internationaux et leurs chances paraissaient donc très réduites. Après avoir envisagé de présenter des candidats dans sept cantons, ils se bornèrent à retenir les noms de Ramel (4e canton de Rouen), Cord’homme (6e canton), Manchon (Elbeuf et Grand-Couronne)16.

  • 17 Le président du comité radical était alors Cord’homme et le secrétaire Riduet qui semble avoir été (...)

8Le Comité radical17 ne rédigea aucun programme général, réclamant seulement la dissolution de l’Assemblée et la création d’un impôt progressif, mais autant que la particularité des manifestes, la personnalité même des candidats explique les réactions diverses de l’opinion.

  • 18 A D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Manchon, 1er octobre 1871 : « Depuis plus de ving (...)

9Manchon, avocat connu, plusieurs fois candidat dans la région, put se permettre de publier une courte profession de foi dans laquelle il rappelait son passé de républicain irréconciliable : « Si vous voulez consolider la République et éviter de nouvelles révolutions, il faut repousser les candidats monarchiques »18.

  • 19 Ibid. Manifeste électoral de Ramel (2 octobre 1871).
  • 20 Le Nouvelliste de Rouen, 5 et 14 octobre 1871.
    Ramel répondit au Nouvelliste pour justifier son admi (...)
  • 21 Le Nouvelliste de Rouen, 4 octobre 1871.

10La proclamation de Ramel provoqua plus de passion ; il donnait aux élections un caractère essentiellement politique : le scrutin du 8 octobre devait permettre au pays de manifester sa volonté sur le choix du régime, « au moment où s’ourdissaient des intrigues monarchiques inavouables ». Hors de la République, il n’y avait que trouble et anarchie ; elle seule pouvait donner l’ordre moral vrai. Ceux qui voulaient écarter la politique de ces élections étaient des endormeurs « qui vous exhortaient, en 1869 encore, à voter pour les complaisants du pouvoir et, en 1870, à donner à l’Empire le blanc-seing dont il a fait l’usage que vous savez »19. Mais, plus que ces déclarations, le passé de Ramel était mis en cause : sous-préfet du Havre après le 4 septembre, il avait contribué avec le maire Guillemard à mettre la ville en état de défense. Le Nouvelliste le qualifiait « d’instrument du Gambetta et du Havre », il l’accusait d’avoir participé à la campagne de dénigrement dirigée contre Rouen et propagé des nouvelles calomnieuses20. Le Journal de Rouen, prudent, s’abstint, avant le premier tour, de se prononcer sur la personnalité de Ramel21.

  • 22 Le Nouvelliste de Rouen, 7 octobre 1871, d’après la Constitution (Le Nouvelliste attribua l’article (...)

11La candidature de Cord’homme présentait le plus de signification politique. A cause des poursuites engagées contre lui depuis le mois d’avril, le Journal de Rouen avait refusé de la soutenir22.

  • 23 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Manifeste électoral de Cord’homme, 2 octobre 187 (...)

12Par ailleurs Cord’homme ne se contenta pas d’une déclaration générale en faveur de la République mais exposa un programme précis de réformes politiques et sociales : franchises municipales, instruction laïque, gratuite et obligatoire ; création d’écoles professionnelles où l’adolescent apprendra un métier qui lui permettra, plus tard, de vivre en travaillant ; droit au travail, supérieur à tous les autres ; suppression des impôts indirects et des octrois remplacés par un impôt unique et progressif, liberté individuelle et de conscience ; séparation complète de l’Eglise et de l’Etat ; service militaire obligatoire « afin de tâcher de relever notre malheureux pays de la honte où l’ont amené les monarchistes de toutes sortes, depuis la chute de notre première et glorieuse République » ; suppression du cumul et « diminution de ces traitements de fonctionnaires, préfets ou autres... scandaleux sous tous les régimes, mais surtout sous une République... ; liberté absolue de presse, de réunion et d’association. Cord’homme ajoutait quelques considérations sur les intérêts de la rive gauche : par exemple, la construction aux docks de Saint-Sever, de la gare terminus du chemin de fer d’Orléans23.

  • 24 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Cord’homme aux électeurs du 6e canton, 12 octobr (...)

13Le manifeste reprenait donc plusieurs revendications de la Fédération ouvrière aux élections municipales de 1870, mais Cord’homme insistait aussi sur la continuité du programme radical depuis 184624.

14Malgré le nombre élevé d’abstentions, neuf conseillers généraux furent élus dès le premier tour.

Elections au Conseil Général (8 et 15 octobre 1871)

Elections au Conseil Général (8 et 15 octobre 1871)
  • 25 Les résultats des cantons de Darnétal et de Maromme marquaient un considérable progrès des républic (...)

15A Rouen - un conservateur, un républicain et deux élus communs aux républicains et aux conservateurs - le Nouvelliste faisait remarquer que son rival n’avait pu faire passer que les candidats qu’il avait lui-même accepté de soutenir mais il devait admettre que le scrutin n’avait pas répondu à toutes ses espérances : en banlieue deux conservateurs l’emportaient à Buchy et Duclair et deux républicains à Darnétal et à Maromme où l’industriel Besselièvre obtenait 2 881 voix contre seulement 602 au duc de Polignac25.

16Un second tour fut nécessaire dans six cantons en particulier à Rouen (4e et 6e cantons), Grand-Couronne et Elbeuf où s’étaient présentés des radicaux. Comment allaient s’effectuer les désistements entre républicains de différentes tendances ?

  • 26 Journal de Rouen, 12 octobre ; le Nouvelliste, 13 octobre 1871. Déclaration de Ramel, 12 octobre 18 (...)
  • 27 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Déclaration de Ramel, 12 octobre 1871.

17Dans le 4e canton, le candidat du comité républicain, de Coëne, arrivé en seconde position, se retira. Le Journal de Rouen, qui avait naguère reproché à Ramel son comportement après la chute de Rouen, accepta cependant de le soutenir au scrutin du 15 octobre26. Ramel, il est vrai, avait tempéré sa déclaration du premier tour : Il continuait à s’affirmer hostile à toute restauration monarchique mais il s’engageait aussi « à soutenir toutes les mesures pouvant assurer le mieux la prospérité du pays et l’affermissement de la République en même temps que la reprise des affaires et les améliorations toujours ajournées et plus que jamais nécessaires de votre canton »27.

  • 28 Ibid. Aux électeurs du 6e canton (12 octobre 1871),
    Il suffisait à Cord’homme de conserver les voix (...)
  • 29 Journal de Rouen, 5 octobre 1871. Cord’homme répondit qu’il avait quitté Rouen à midi, alors qu’il (...)
  • 30 Journal de Rouen, 13 octobre 1871. Duchemin se déclarait vrai républicain, mais ennemi de la violen (...)

18Dans le 6e canton, Cord’homme se borna à reprendre simplement son appel du premier tour28. Le Journal de Rouen s’était montré particulièrement vif à son égard, lui reprochant, alors qu’il exerçait une influence notable sur la classe ouvrière, d’avoir quitté Rouen le 5 décembre 1870, alors qu’il aurait été de son devoir de calmer l’effervescence populaire ; puis de s’être associé à la campagne contre la municipalité rouennaise29 ; au second tour, le journal continua de soutenir Duchemin, républicain d’ordre30.

  • 31 A. D. S-M., M, Elections au Conseil général, 1871. Devant le refus de Bertel, Fauquet porposa même (...)

19On admettait que, dans le 6e canton, un républicain serait nécessairement élu ; il pouvait ne pas en être de même à Grand-Couronne où le radical Manchon était en tête (1 261 voix) suivi par un industriel républicain (Fauquet 1 014 voix) et un autre filateur (Bertel, conservateur, 921 voix). Fauquet essaya d’obtenir le désistement de Bertel : « Au ballottage, écrivit-il dans une affiche, deux partis sont en présence, le parti de l’Ordre et le parti radical... Avec M. Bertel, nous luttons tous les deux dans l’intérêt du parti de l’Ordre contre le parti radical... ». Mais en dépit de plusieurs appels, Bertel n’en persista pas moins à se présenter au second tour31.

  • 32 A. D. S-M„ M, Elections au Conseil général, 1871. Comité démocratique du canton d’Elbeuf : « Bourge (...)
  • 33 L’Industriel elbeuvien, 25 mars 1871.
  • 34 Ibid., 4, 7 et 11 octobre. Selon l’Industriel elbeuvien d’aucuns prétendent que le Comité démocrati (...)
  • 35 A. D. S-M., M, Elections au Conseil général, 1871. Le président du Comité démocratique du canton d’ (...)

20A Elbeuf, Lucien Dautresme était soutenu par le Comité démocratique, qui avait participé aux côtés des radicaux à la campagne antiplébiscitaire de 1870 et aux élections à l’Assemblée nationale de février 1871. Son appel aux électeurs condamnait tout recours à la monarchie qui ramènerait le régime féodal, le parasitisme et les gaspillages financiers, le cléricalisme et la perspective d’une guerre avec l’Italie pour la restauration du pouvoir temporel du pape ; le comité formulait ainsi ses objectifs : instruction laïque, gratuite et obligatoire ; droit de réunion et d’association ; liberté absolue de la presse et du citoyen ; séparation de l’Eglise et de l’Etat ; impôt unique et progressif ; décentralisation administrative la plus étendue, « en conservant toutefois l’unité nationale » ; suppression du cumul dans les fonctions publiques32. Le programme ne différait guère de celui de Cord’homme, mais Dautresme se voulait également un républicain d’ordre qui avait condamné la Commune33, et s’affirmait adversaire du désordre, de la violence et de l’anarchie34. Bourdon ayant retiré sa candidature, le désistement de Manchon en faveur de Dautresme paraissait indispensable, mais le Comité radical prétendait le subordonner à celui de Fauquet à Grand-Couronne. Le Comité démocratique d’Elbeuf rappela qu’en 1869, le comité démocratique de Rouen avait reproché à Aubry d’avoir maintenu sa candidature au scrutin de ballottage et risqué ainsi de faire passer M. Pouyer-Quertier, au détriment de M. Desseaux. « En 1871, le Comité radical ne voudra pas renouveler la faute qui fut si justement blâmée, il y a deux ans, et dont les monarchistes seuls pourraient profiter ». Le Comité radical parut d’abord refuser de s’incliner, ce qui entraîna une vigoureuse protestation d’Eugène Diot. Cord’homme était accusé d’intervenir abusivement dans les affaires du canton d’Elbeuf, de sacrifier les principes républicains en servant l’ambition de Manchon et, en satisfaisant une rancune personnelle contre Dautresme, de faire ainsi le jeu des ennemis de la démocratie (35. Mais comme la situation était devenue favorable à Grand-Couronne, grâce au maintien de la candidature de Bertel, Manchon renonça finalement à se présenter à Elbeuf.

  • 36 Le Nouvelliste de Rouen, 14 octobre 1871.
  • 37 Ibid., 15 octobre 1871. Ce journal s’en prend plus particulièrement aux deux candidats radicaux de (...)

21Le Nouvelliste avait estimé que les résultats quelque peu décevants du premier tour étaient dus aux abstentions des « électeurs conservateurs » ; ceux-ci, sous peine d’une irrémédiable déchéance, devaient réagir et prendre la direction des affaires : « Si nous ne parvenons pas à établir le règne des idées libérales, les classes ouvrières, ou plus tôt, ou plus tard, nous entraîneront avec elles dans la démagogie ou le césarisme »36. Allusion au spectre rouge sur lequel il était inutile d’insister en octobre 187137.

22Le nombre des votants fut cependant à peu près le même le 15 octobre. Parmi les six élus : un candidat du Nouvelliste, à Pavilly ; deux du Journal de Rouen à Boos et à Elbeuf et surtout les trois radicaux présentés à Rouen et à Grand-Couronne.

  • 38 Certains radicaux avaient pourtant refusé de solliciter les voix des modérés.
    Voir Le Nouvelliste de (...)
  • 39 L’Industriel elbeuvien (14 et 21 octobre 1871), accuse à nouveau Dautresme d’avoir bénéficié de l’a (...)

23A Grand-Couronne, si Fauquet conservait à peu près le même nombre de voix qu’au premier tour, celles de Manchon s’élevaient de 1 261 à 1 667 ; dans le 6e canton de Rouen, les deux candidats récupéraient les votes perdus au 1er tour : Cord’homme 1 151 voix, 56 % des votants contre 62 % en 1870. Dans le 4e canton, Ramel bénéficiait des suffrages républicains qui s’étaient portés sur de Coëne38. Inversement, la discipline républicaine fut également observée à Elbeuf par les radicaux, en faveur de Dautresme, 3 913 voix contre 2 392 au 1er tour (Manchon en avait obtenu 979) ; la controverse entre le Comité démocratique et le Comité radical de Rouen n’avait pas affecté les électeurs39.

  • 40 L’élection du président du conseil général donne la répartition exacte des différentes tendances : (...)
  • 41 Le Nouvelliste de Rouen, 17 octobre 1871.
  • 42 Les élections pour le conseil d’arrondissement eurent lieu simultanément. Les radicaux présentèrent (...)

24L’arrondissement de Rouen était donc représenté par dix républicains dont sept combattus par le Nouvelliste40. Ce dernier s’en prit à nouveau aux abstentionnistes, ne pouvant dissimuler l’ampleur de l’échec : « ce qui nous frappe, ce qui nous fait envisager l’avenir avec crainte, c’est de voir que le parti radical que l’on pouvait croire terrassé après les épouvantables événements de Paris et les cruelles leçons qui ont été infligées à la France, reparaît sans cesse et toujours aussi ardent, toujours aussi discipliné, avec la même audace et le même acharnement... »41. Les élections d’octobre 1871, comparées à celles de février et de juillet, montraient qu’après l’affaiblissement passager dû à la guerre et à la Commune, les radicaux retrouvaient leur électorat dans les cantons où ils étaient le mieux organisés : 4e et 6e cantons de Rouen, Grand-Couronne42.

  • 43 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police de Rouen, 12 octobre 1871.
    Réunion du 11 octobre avec Cor (...)
  • 44 A. D. S-M., M, Internationale...C.c. police de Rouen, 28 octobre 1871. Deux titres avaient été prop (...)

25L’action électorale avait surtout été dirigée par le Comité radical ; radicaux et membres de l’Internationale considérèrent les résultats comme une victoire commune dès le 1er tour de scrutin43. Le 27 octobre, les représentants des deux organisations se réunirent à nouveau : pour le Comité radical Cord’homme, Riduet, Delaporte, Blaizet, Piquerel, Roger ; pour l’Internationale, Gustave Mondet, Marque et Piéton. On décida de fonder un nouveau journal démocratique, la Solidarité. Delaporte en précisa le programme : diminution de l’impôt, suppression des octrois et des douanes, diminution de l’intérêt du capital (en attendant mieux), séparation de l’Eglise et de l’Etat, dissolution de l’Assemblée nationale. Pour financer la publication, Piéton offrit d’avancer 1.500 F au nom de la Fédération ouvrière d’Elbeuf ; Roger proposa « d’embrigader » tous les ouvriers et de leur faire verser un franc par mois. Il ajouta qu’« ainsi embrigadés, on les aurait toujours sous la main lorsqu’on en aurait besoin pour autre chose ; ceci a été dit avec un mauvais sourire qui ne laissait aucun doute sur le fond de sa pensée ». Il se faisait fort d’embaucher, à Saint-Sever seulement, 3 000 ouvriers. Le journal devait être imprimé hors de Rouen afin de diminuer les frais généraux et de rendre la surveillance exercée par la police plus difficile. Mondet fit ensuite une quête en faveur des veuves des victimes de la réaction, « pour ceux qui sont morts en combattant pour la défense du travail sous la Commune »44.

26La Solidarité donnerait-elle une nouvelle impulsion au mouvement démocratique ? Ses fondateurs l’espéraient d’autant plus que l’agitation ouvrière reprenait : plusieurs grèves venaient d’éclater dans la région de Rouen.

LES GREVES D’OCTOBRE-NOVEMBRE 1871

  • 45 A. D. S-M, M, Grèves de 1871. Commentaire du tableau de l’industrie, 12 octobre 1871. A. N., F 12 4 (...)

27La défaite de la Commune fut suivie d’une vive reprise de l’activité économique. En octobre, la chambre de commerce de Rouen signale que les besoins de la consommation ont provoqué une progression des affaires au cours du troisième trimestre, aussi bien pour la filature et le tissage mécanique du coton que pour le tissage à main ; les stocks ont disparu et les industriels reçoivent des commandes qui assurent pour longtemps du travail aux ouvriers. Un ralentissement ne s’esquisse qu’à la fin de l’année, à cause de l’augmentation du prix du coton brut et devant la menace d’un impôt sur les matières premières. Sans atteindre les effectifs d’une période « normale » d’avant la guerre, les chiffres globaux du personnel employé par les industries cotonnières sont supérieurs à ceux de mars 187045.

  • 46 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce d’Elbeuf, rapports sur l’année 1871 et le 1er trimestre 1872, (...)

28A Elbeuf également, le travail, presque complètement interrompu au commencement de l’année, reprend au début du mois de mars et connaît un nouvel essor à la fin de 1871, malgré la hausse des matières premières46.

29La crise de 1870-1871 avait entraîné le chômage ; la reprise de l’automne 1871 va permettre aux ouvriers de retrouver et même de dépasser le niveau des salaires de 1870.

  • 47 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. Demande, non datée, d’autorisation de la réunion, signée de neuf tei (...)

30La première grève commença à la fin de mai, celle des teinturiers en bleu de Rouen et de Darnétal, qui s’étaient réunis le 29 mai dans le local de la Fédération ouvrière, 10 rue de l’Amitié. « à l’effet de s’entendre sur les intérêts du travail »47.

  • 48 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. C.c. police de Rouen, 30 mai 1871. Le travail serait payé 8 F les 50 (...)
  • 49 Ibid., 5 juin. Réunion des patrons teinturiers (3 juin 1871).
  • 50 Ibid., 10 juin. Les teinturiers se contentaient d’un salaire de 7,50 F par 50 kg, mais maintenaient (...)
  • 51 Ibid., 12 et 13 juin 1871.
  • 52 Ibid., 26 et 27 juin 1871. Deux des patrons au moins consentirent une augmentation de 0,25 F.
    Ibid.,(...)

31Ils ont affecté de se soumettre scrupuleusement à la loi, sollicitant l’autorisation de l’administration et proposant même d’inviter un commissaire de police. Les 80 teinturiers réclament l’abolition du travail dominical, la suppression de toute tâché extérieure à l’atelier, les corvées de charbon par exemple, et une augmentation de salaire dépassant 20 %48. Les revendications étant rejetées, 340 teinturiers de 12 établissements cessent le travail le 5 juin ; les patrons fort irrités demandent vainement à l’autorité d’intervenir et déclarent qu’ils ne reprendront aucun gréviste venant d’un autre atelier49. Les ouvriers changent alors de tactique : ils se contenteront d’une augmentation limitée des salaires et comme il leur paraît impossible de continuer la grève générale, ils se bornent à frapper d’interdit un certain nombre d’établissements. Les travailleurs des autres entreprises pourront ainsi abandonner une partie de leurs gains aux grévistes50. Mais cette forme d’action elle-même échoue ; le 12 juin, quatre établissements seulement restent fermés avec 200 grévistes, qui tous rentrent dans les ateliers le lendemain51. Le 26 juin, le mouvement reprend pourtant à Darnétal où 80 teinturiers sur toiles demandent une augmentation journalière de 0,50F (2,75 F au lieu de 2,25 F) ; cinq patrons transigent à 0,25 F, les trois autres doivent subir une grève de deux jours52.

  • 53 Ibid., 2 et 10 juin 1871. Les patrons proposaient des primes de 1 à 5 F pour les ouvrières tissant (...)
  • 54 Ibid., 20 juillet 1871.
  • 55 Ibid., 7 août 1871. Un des meneurs fut arrêté pour avoir adressé des menaces aux rattacheurs qui re (...)
  • 56 Ibid., 14 septembre 1871. Les patrons n’avaient pas répondu à la demande des ouvriers : la grève ce (...)

32De juin à septembre se produisent quelques grèves isolées : le 2 juin chez Lehucher et Brée, 50 tisseuses53 qui trouvent insuffisantes les primes accordées pour encourager le travail ; le 18 juillet, 400 à 500 indienneurs de Saint-Léger-du-Bourg-Denis, Darnétal, Saint-Aubin-Epinay, réclament vainement une augmentation de 0,55 F par jour et doivent reprendre le travail le 2054 ; le 7 août, les rattacheurs de chez Crépet menacent de se mettre en grève si les fileurs ne leur accordent pas un salaire plus élevé55. Le 14 septembre, 300 menuisiers d’Elbeuf exigent l’application du tarif établi quinze mois auparavant56.

  • 57 Ibid., 19 octobre ; grève du 16 au 18 octobre.
  • 58 Ibid., 19 octobre ; 265 grévistes sur 365 ouvriers.
  • 59 Ibid., 20 et 23 octobre ; grève du 19 au 22 octobre.
  • 60 Ibid., 24 octobre.
  • 61 Ibid., 21 et 23 octobre. Les blanchisseurs réclamaient la journée de 10 heures et un relèvement gén (...)

33Dans la deuxième quinzaine d’octobre, les grèves gagnent les secteurs les plus variés à Darnétal et autour de Déville ; 60 couvreurs en ardoises de Rouen et de Darnétal obtiennent 0,50 F par jour (5 F au lieu de 4,50 F)57. Après une grève de 24 heures, les 365 métallurgistes de Laveissière, à Déville, reçoivent la promesse d’une amélioration ultérieure de leur salaire (18 octobre)58 ; au bout de quatre jours (19-22 octobre), les 220 indienneurs de Bardin à Déville, qui demandaient la journée de 10 heures (au lieu de 11) et une augmentation de 0,25 F par jour, doivent se contenter de 0,20 F59 ; mais Tassel, imprimeur à Déville, accorde à ses ouvriers 3,50 F par jour (au lieu de 3,25 F), le 23 octobre60 ; l’échec est par contre à peu près complet pour les 85 blanchisseurs de Lemazurier61.

  • 62 Ibid., 19 octobre 1871. Chez Monfray les rattacheurs de 12 à 15 ans gagnaient 1,5 F par jour, ceux (...)
  • 63 Ibid., 27 octobre 1871. Une vingtaine de tisseuses réclament une augmentation de 0,25 F par jour, s (...)

34La même semaine, plusieurs grèves éclatent chez les filateurs qui ont refusé une augmentation à leurs ouvriers, Monfray à Déville et Gresland à Déville et Notre-Dame-de-Bondeville, Rondeaux au Houlme, Vilain à Darnétal et Hazard à Malaunay d’où sont renvoyés vingt ouvriers parmi lesquels un certain Martin, qui passe pour « être de l’Internationale »62. Enfin les tisseuses de Crosnier à Malaunay cessent également le travail le 26 octobre63.

  • 64 Ibid., 19 octobre 1871 : grève Bardin.

35Les grèves, parties de Déville, se sont donc étendues à plusieurs communes de la vallée du Cailly, d’autant plus rapidement que certains manufacturiers s’étaient montrés conciliants. Il était préférable pour les patrons, « s’ils reconnaissaient que l’augmentation était juste de ne pas attendre pour l’accorder que les ouvriers quittent les ateliers... »64.

Grève des fileurs (19-26 octobre 1871)

Grève des fileurs (19-26 octobre 1871)
  • 65 Ibid., 20 octobre 1871 : grève Châtel.
  • 66 Ibid., 19 octobre 1871 ; grève Bardin. « Les ouvriers ne savent pas assez que l’Internationale est (...)

36La police a cru déceler, derrière les simples meneurs locaux, l’action des agents de l’Internationale aussi bien à Déville qu’à Darnétal ; « les ordres sont donnés par Hallot, Gustave Mondet, Leroy et Marque... ; leur projet est de procéder par des grèves isolées en prenant établissement par établissement afin que la grève puisse être soutenue par les ouvriers qui travaillent ce qui ne pourrait avoir lieu si on frappait d’interdit toute une industrie... »65. Il était inévitable que les anciens dirigeants des corporations de la Fédération ouvrière fussent mêlés à ces mouvements sociaux. Mais peut-on en conclure qu’ils obéissaient à des mots d’ordre d’étrangers ?66. Dans son rapport sur la grève Châtel, le commissaire de police lui-même souligne que si les grèves tournantes indiquent que les ouvriers se sont concertés, elles éloignent la pensée qu’ils reçoivent des subsides du dehors, car dans ce dernier cas, ils procéderaient en masse.

  • 67 Ibid. C.c. police, 10 novembre 1871. 3 600 grévistes le 8 novembre ; ce total correspond aux chiffr (...)

37Mais quelques jours plus tard, la grève des fileurs et tisseurs atteignit simultanément une vingtaine d’usines et près de 4 000 ouvriers !67.

  • 68 D’après les rapports du commissaire central et du préfet. Ne sont pas comptés les ouvriers de Riviè (...)

Grèves du textile (4-18 novembre 1871)68

Grèves du textile (4-18 novembre 1871)68
  • 69 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. C.c. police de Rouen, 4 novembre 1871.
  • 70 Ibid., 7 et 14 novembre 1871 : « La réduction de la journée de travail causerait des embarras aux i (...)
  • 71 Ibid., 9 novembre ; une partie seulement des fileurs et rattacheurs étaient en grève, en tout 173 g (...)

38Le mouvement commença chez Dubosc à Rouen, route de Caen, où le 4 novembre 350 ouvriers demandent la réduction de la journée de travail de 12 à 10 heures, sans diminution de salaire journalier ce qui correspondait donc à une élévation d’un sixième du salaire horaire69 ; la même revendication est présentée chez de Loys et Lemarchand. Le mouvement s’étend les jours suivants à d’autres tissages et filatures de Rouen puis de Sotteville. Partout les ouvriers se heurtent à la résistance des patrons : Aubé, par exemple, répond qu’il a déjà augmenté les salaires trois semaines auparavant et que ceux-ci ont retrouvé le niveau antérieur à la crise de 1870-187170. Dans la plupart des établissements la grève est à peu près totale ; elle reste cependant partielle à La Foudre (fileurs, rattacheurs, veilleuses aux métiers continus), mais cela suffit à paralyser toutes les activités de l’usine71.

  • 72 Ibid., 8 novembre 1871.

39Chez Rivière seulement, les tisseurs de bretelles reprennent aussitôt le travail sur la promesse d’obtenir, en janvier 1872, la journée de 10 heures qui avait été accordée aux fileurs depuis 186972.

  • 73 Ibid., 10 novembre 1871. Les barrières étant fermées, les grévistes reprirent la route de Sottevill (...)

40Le 6 novembre, le commissaire central dénombre 1 470 grévistes, 2 313 le 7, 3 608 le 9, chiffre maximum. Aucun incident grave n’est signalé ; la pression sur les ouvriers au travail se limitant à quelques démonstrations devant les grilles des usines : ainsi, le 8 novembre, une « bande de grévistes » de Saint-Sever et de Sotteville se rend devant la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray en chantant la Marseillaise73.

  • 74 Ibid. Préfet, 8 novembre 1871 : « Une soixantaine d’ouvriers ont été condamnés aujourd’hui ».
    Journa (...)

41Le 9 novembre, un seul nouvel établissement se joint au mouvement, un autre le 10, un troisième encore le 11 ; mais le reflux a commmencé ; on signale des reprises partielles dès le 10. La poursuite de la grève est d’abord compromise par la fermeté des patrons qui exigent le respect de la quinzaine ; dès le 4 novembre de Loys, Dubosc et Lemarchand ont fait assigner leurs ouvriers devant le conseil des prud’hommes ; les défaillants sont condamnés à une amende de 3 F par jour d’absence sans motif plausible74.

  • 75 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. Préfet, 10 novembre 1871.
  • 76 Ibid. C.c. police de Rouen, 4 novembre 1871 (grève Dubosc) ; préfet, 8 novembre 1871.

42Plusieurs autres industriels les imitent ; « les décisions, déclare le préfet, produisent d’excellents résultats ; elles sont commentées dans les groupes ouvriers, parfois même appuyées, symptôme qui paraît indiquer que certains d’entre eux ne sont pas éloignés de reprendre le travail »75. Mais, surtout, le manque de ressources va se faire sentir ; il ne semble pas qu’une aide extérieure soit parvenue, ni que des secours aient été distribués aux grévistes ; d’autre part, les petits commerçants de Saint-Sever, qui avaient fait crédit aux chômeurs pendant la crise et n’avaient pas toujours été remboursés, se refusaient à prendre de nouveaux risques76.

  • 77 Ibid., 15 novembre 1871.
  • 78 Ibid., 11 et 15 novembre 1871. Lamblé, ouvrier de Lemarchand, avait été envoyé porter cette pétitio (...)
  • 79 Ibid., 13 novembre 1871 ; par exemple, Lefebvre, Dubosc et Lemarchand.

43La grève, s’effrite donc, lentement d’abord : 3 375 grévistes le 10 novembre, 2 600 le 13, 2 068 le 15. Ce jour-là, 4 ou 500 ouvriers font une dernière tentative auprès des patrons ; ils se contenteraient de la journée de 10 heures sans augmentation du salaire horaire ; c’est un nouvel échec77. De plus, ils apprennent que le tisseur Lamblé, qui avait été chargé de porter une pétition au ministre du Commerce, a trahi leur confiance et s’est rendu à Reims pour chercher du travail78. Certains patrons offrent, en outre, de renoncer à percevoir les indemnités qui leur ont été accordées par les prud’hommes si la grève cesse immédiatement79.

  • 80 Ibid., 18 novembre 1871. Quesnel avait continué à exiger le paiement des amendes infligées par le c (...)

44Aussi la reprise se généralise-t-elle : 685 grévistes le 16 novembre ; la rentrée des ouvriers de Quesnel, le 18 novembre, marque la fin d’un mouvement qui aura ainsi duré de une à deux semaines pour la plupart des ouvriers80.

  • 81 A. D. S-M., M, Grèves. Voir tableau du 3 février 1872.

Les grèves dans l’arrondissement de ROUEN (1864-1 876)81

Les grèves dans l’arrondissement de ROUEN (1864-1 876)81
  • 82 La grève des fileurs et tisseurs atteint successivement 9 établissements du 17 au 26 juin 1865.
  • 83 Non compris les grévistes de l’établissement Manchon.
  • 84 22 établissements pour la grève des fileurs d’Elbeuf, 7 pour celle de Darnétal.
  • 85 Non compris les menuisiers, charpentiers et scieurs de pierres d’Elbeuf.
  • 86 Entre le 8 et le 27 octobre, 1 423 grévistes dans 10 établissements (4 filatures, 1 tissage, 2 indi (...)

Note 8282
Note 83
83
Note 84
84
Note 85
85
Note 86
86

Les grèves de 1871

Les grèves de 1871

45Quels en furent les résultats ?

  • 87 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. C.c. police de Rouen, 9 novembre 1871. Le ministre répondit le 6 jan (...)
  • 88 Ibid. La chambre de commerce de Rouen reprenait un projet déjà présenté par la chambre de commerce (...)

46Pour éviter la grève, quelques industriels ont donné satisfaction aux ouvriers ; par contre, il semble que beaucoup de grévistes ont repris le travail aux anciennes conditions ; le préfet, du moins, l’affirme. Certains patrons étaient prêts, disaient-ils, à accepter la journée de 11 et même de 10 heures ; ils reconnaissaient que les transformations techniques rendaient le travail plus pénible et que d’autre part, avec l’amélioration de la productivité, la journée de 10 heures aurait été suffisante sans que la production en souffrît, mais ils craignaient de se trouver ainsi en état d’infériorité vis-à-vis de leurs concurrents ; ils déclaraient donc souhaiter une modification de la loi de 1848 et la réduction autoritaire de la durée du travail87. Mais, en même temps, ils demandent une limitation du droit de grève : la chambre de commerce de Rouen rédigea un rapport sur l’opportunité de créer des chambres de conciliation des travailleurs, la nécessité d’abolir la loi de 1864 et de réprimer la cessation sans préavis du travail88.

  • 89 Thomas Perrey (Perrés) avait signé en 1870 la protestation contre l’arrestation d’Aubry : « Cet ind (...)

47La généralisation rapide du mouvement, l’identité des revendications semblaient révéler un plan concerté que l’on attribua une fois de plus à l’Internationale. Parmi les grévistes traduits devant les prud’hommes, se trouvait par exemple, Thomas Perrey, déjà condamné en 1870 à l’occasion de la grève de Saint-Etienne-du-Rouvray89. Devant le tribunal, il fit l’apologie de la grève, « avec une véhémence de parole très inconvenante à l’égard du conseil, en employant un langage comminatoire contre la Société qui sera forcée bon gré, mal gré, d’admettre l’augmentation des salaires et la réduction du travail.

48« Comme les frères et amis de la Suisse, de l’Allemagne et de l’Angleterre... l’ouvrier français endormi depuis longtemps déjà par les patrons, écrasé sous le poids de la misère, abandonné par tout le monde, est contraint de faire valoir ses droits par la force, les moyens de conciliation étant épuisés... Ensuite il a entamé avec le président une discussion d’économie politique et sociale... ».

  • 90 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. Maire de Rouen, 5 novembre. Un nommé Capron tisserand de drap, ancie (...)

49D’après ses propres informations, le maire de Rouen affirmait que le mouvement de grève avait été organisé le 29 octobre au cours d’une réunion à laquelle assistaient Gustave Mondet, Cord’homme, Delaporte, Riduet, Roger et plusieurs délégués des ouvriers ; « C’est un mouvement concerté entre l’Internationale et les radicaux... qui sont aujourd’hui étroitement liés... ». Il y aurait été également envisagé de protester contre la mise en jugement des organisateurs de la réunion du 24 avril par une manifestation devant le Palais de Justice, le 15 novembre 1871, date de l’ouverture du procès90.

LE PROCES DU 15 NOVEMBRE 1871

  • 91 L’Industriel elbeuvien, 13 mai 1871. Fossard se plaint de sa longue détention préventive et de la r (...)
  • 92 Le Gaulois, 16 mai 1871.
    « Cord’homme, opinions politiques à part, est assez aimé dans la ville ; c’ (...)

50Cord’homme et ses amis avaient été inculpés le 5 mai ; l’instruction dura jusqu’à la fin de juin. De la presse régionale, seul l’Industriel elbeuvien fit quelques allusions à l’affaire : il demanda le 13 mai la mise en liberté provisoire de Fossard91 ; par contre à Paris le Gaulois fournit des renseignements tendancieux sur les personnalités poursuivies92.

  • 93 A D. S-M., U 1051. Réquisitoire du procureur de la République, 19 juin 1871.
    C’est le texte du manif (...)
  • 94 Ibid. Le réquisitoire du procureur général dissocia le cas de Boulanger « contre lequel il n’exista (...)

51Le procureur de la République présenta son réquisitoire le 19 juin, il mettait hors de cause Fritsch et Creusot, le premier parce qu’il n’avait pas assisté à la réunion du 24 avril, le second parce qu’il n’était pas assez établi qu’il eût pris une part effective aux débats (le procès-verbal ne mentionne pas son nom) ; « on peut rigoureusement les placer dans la catégorie de ceux qui en si grand nombre, ne se rendaient pas suffisamment compte de la portée délictueuse de tous ces actes et des conséquences qui pouvaient en résulter... Par contre la Justice devait demander un compte sévère aux meneurs ambitieux et incorrigibles, imbus des doctrines les plus pernicieuses, affiliés à des sociétés ne rêvant que de la destruction de toutes les bases de l’ordre social ». Riduet et les huit détenus étaient prévenus d’attaques contre le respect dû aux lois et l’inviolabilité des droits quelles ont consacrés93 ; Cord’homme, Vaughan et Riduet, membres du bureau de la réunion du 24 avril, d’avoir commis une infraction aux prescriptions de la loi sur les réunions publiques du 6 juin 1868 ; Cord’homme, Vaughan, Delaporte, Riduet, Percheval, Lécureuil et Mondet, d’avoir, au mois d’avril 1871, « par une résolution d’agir concertée et arrêtée, formé un complot ayant pour but de détruire ou changer la forme du gouvernement soit d’exciter à la guerre civile en portant les citoyens ou habitants à s’armer les uns contre les autres..., avec la circonstance que ce complot a été suivi d’un acte commis ou commencé pour en préparer l’exécution ou tout au moins d’avoir par les cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics fait l’apologie de faits qualifiés crimes par la loi pénale... ». Le procureur estimait, en effet, qu’il y avait plus qu’une apologie qui n’aurait été qu’une manifestation passagère et fugitive des sentiments de l’assistance ; le but qu’on se proposait était d’encourager la Commune, secours moral en lieu et place du secours matériel qu’on eût sans doute préféré mais que les circonstances ne permettaient pas d’obtenir94.

  • 95 Ibid. Arrêt du renvoi de la chambre des mises en accusation, 28 juin 1871.
  • 96 Le Nouvelliste de Rouen, 7 juillet. « Cette qualification fait perdre à cette affaire le caractère (...)

52La chambre des mises en accusation rendit son arrêt le 28 juin95 : Aubry et Collot, qui n’étaient pas à Rouen lors des réunions des 22, 23 et 24 avril, ne pouvaient être « maintenus dans les lieux de prévention ». D’autre part, il n’existait contre aucun des autres prévenus d’indices suffisants d’avoir formé un complot. La chambre retenait contre eux : 1) l’apologie de faits qualifiés crimes, 2) les attaques contre le respect dû aux lois ; de plus, contre Cord’homme, Vaughan et Riduet, d’avoir été membres du bureau d’une réunion publique tenue sans autorisation préalable ; elle les renvoyait tous devant la cour d’assises de la Seine-Inférieure96.

  • 97 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Vaughan au juge d’instruction, 23 mai 1871 : « Depuis un mois, je sui (...)
  • 98 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Cord’homme au président de la chambre des mises en accusation, 28 jui (...)
  • 99 Ibid. Demandes de mise en liberté provisoire de Cord’homme (30 juin), Mondet, Vaughan, Delaporte (1(...)
  • 100 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen au préfet, 6 juillet 1871 : « Ces individus (...)

53Cord’homme et ses amis avaient protesté contre les conditions de leur détention97. Dans une lettre au président de la chambre des mises en accusation, Cord’homme nia qu’un complot eût été organisé : « Où ? Quand ? Avec qui ? Avec quelles villes nous sommes-nous mis en relations ? Où étaient nos armes ? Où étaient nos affiliés ? Nous ne sommes plus que six prévenus chez qui on n’a rien saisi..., ni armes, ni correspondance. Les faits ou plutôt le prétexte qui a donné lieu à notre arrestation, c’est la constitution d’un comité électoral ». A l’égard de la lutte entre la Commune et Versailles, il affirmait que ses amis et lui avaient toujours été favorables à la conciliation : « On nous accuse... d’excitation à la guerre civile ! La guerre civile ! Où ? Comment ? A Rouen ! Mais pour qui connaît l’esprit pacifique de ce pays, il faudrait être fou pour y songer... Mon véritable crime, mon seul crime, c’est d’être républicain. Oh ! pour celui-là, je m’en avoue coupable... Après plus de vingt ans de luttes, j’espérais jouir enfin de mes sacrifices et surtout Républicain, ne pas être arrêté sous la République. J’espérais que nous allions entrer dans une ère de liberté, de concorde et de prospérité. Bourgeois, je voyais avec peine les droits du peuple non reconnus. Avoir lutté si longtemps pour changer en République le mot Empire, franchement cela n’en valait pas la peine, c’est là ce qu’on ne nous pardonne pas.... »98. Après l’arrêt de renvoi devant la cour d’assises. Cord’homme demanda sa mise en liberté provisoire, ainsi que Percheval, qui rappela ses états de service pendant la guerre : il s’était engagé et avait participé à la campagne des frontières ; Vaughan insista sur les préjudices qu’il subissait : il avait perdu sa place de directeur d’établissement industriel et sa famille se trouvait sans ressources99. Cord’homme, Vaughan, Delaporte, Percheval, Mondet et Lécureuil furent libérés le 5 juillet et purent ainsi reprendre leur activité politique100.

  • 101 Ibid. C.c. police de Rouen au préfet, 14 novembre 1871 : « Il est probable que l’intérêt particulie (...)

54Les prévenus devaient passer devant les assises à la session de novembre. Par crainte de troubles, le commandant de la 2e division militaire doubla les postes de l’hôtel de ville, du palais de justice et de la préfecture ; deux compagnies de piquet se tenaient prêtes dans les casernes de Bicêtre et de Martainville et une autre à Bonne-Nouvelle101.

  • 102 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Vaughan, novembre 1871.

55Un des principaux prévenus ne comparut pas : Vaughan faisait défaut ; il avait averti le président des assises qu’il avait dû se rendre à Bruxelles pour d’importantes affaires dont dépendaient son avenir et celui de sa famille102.

  • 103 Le Gaulois (7 mai 1871) avait parlé de Gambetta comme éventuel défenseur de Cord’homme.
  • 104 Gazette des Tribunaux, 17 novembre 1871.
  • 105 Le Réveil social, 28 octobre 1894. A la fin de 1870, Pouyer-Quertier et la comtesse de Valon avaien (...)

56Nous ne possédons aucun compte rendu des débats, puisqu’il était interdit aux journaux d’en publier. Les accusés furent défendus par six avocats, dont Manchon103. La Gazette des tribunaux a résumé, en quelques lignes, leur système de défense : la réunion du 24 avril était strictement privée ; d’autre part « nous n’avions adhéré à la Commune que comme représentant le principe des franchises communales »104. Dans ses souvenirs, Cord’homme ne révèle qu’un détail sur le procès : il demanda vainement à Pouyer-Quertier de venir témoigner en sa faveur ; pourtant n’avait-il pas, à la fin de 1870, fait interrompre les poursuites engagées contre le manufacturier pour complicité avec l’ennemi ?105.

  • 106 A. D. S.-M., U 1051. Cour d’assises de la Seine-Inférieure - Arrêts, 1871-1872.

57Le jury répondit affirmativement à toutes les questions, n’accordant de circonstances atténuantes qu’à Boulanger ; la cour prononça les condamnations suivantes106 :

  • 107 Ibid. Outre les renseignements déjà cités sur Delaporte, Percheval et Lécureuil, le commissaire fou (...)

58Vaughan et Cord’homme, deux ans de prison et 50 F d’amende107 ;

59Delaporte et Lécureuil, un an de prison et 50 F d’amende ;

60Riduet, Mondet et Percheval à six mois de prison et 50 F d’amende ;

61Fossard à 3 mois de prison et 50 F d’amende ;

  • 108 Ibid.
    Riduet Olympe, né le 23 mars 1845 à Yébleron (Seine-Inférieure). « Déclassé qui n’ayant pu jus (...)

62et Boulanger à 2 mois de prison et 50 F d’amende108.

  • 109 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen, 15 novembre 1871.

63Contrairement aux craintes du maire de Rouen et du commissaire central, le procès ne fut pas troublé : « Après le prononcé du jugement, l’auditoire qui, à la fin des débats, s’était montré un peu bruyant, s’est écoulé silencieusement... En ville le calme est parfait »109.

  • 110 SARTORIUS (Francis) et DE PAEPE (Jean-Luc) - Les Communards en exil. Etat de la proscription commun (...)

64Plusieurs condamnés réussirent à échapper à la prison : Vaughan se trouvait déjà à Bruxelles depuis le 30 septembre, Cord’homme, Mondet, Delaporte et Riduet l’y rejoignirent, le 25 novembre110.

  • 111 A. N., AM 1035, 22 décembre 1871. « Les demandeurs condamnés pour un délit correctionnel à une pein (...)
  • 112 A. N., BB 24 737, 1105. La demande en grâce était en particulier appuyée par Ramel et Manchon. Simp (...)
  • 113 A. N., BB 24 732, 571, 5601. Le procureur général présente Fossard comme un ouvrier laborieux, sobr (...)

65Les pourvois en cassation de Cord’homme et de Riduet furent rejetés à l’audience du 22 décembre 1871111. Le recours en grâce présenté le 20 janvier 1873 par Mme Cord’homme en faveur de son mari n’eut pas plus de succès112. Par contre Fossard, qui s’était constitué prisonnier le 29 janvier 1872 et déclarait répudier toute solidarité avec les agissements de la Commune qui avaient amené l’assassinat des otages et les incendies de Paris, obtint une remise de peine d’un mois le 22 février 1872113.

  • 114 Archives royales de Belgique, ministère de la Justice, dossier 244.270 (Vaughan) ; le passeport de (...)

66Le procès du 15 novembre suspendit l’activité du comité radical et de la Fédération ouvrière ; les condamnés étaient apparus comme les éléments les plus actifs des organisations à l’époque des élections d’octobre ; on les avait, en outre, soupçonnés d’être les instigateurs des grèves ; l’exil les écarta pour longtemps du mouvement politique et social rouennais puisqu’ils ne rentrèrent en France qu’après l’amnistie, en 1880114.

Notes

1 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Préfet au ministre de l’Intérieur, 14 septembre 1871 : « L’impuissance du parti radical bien constatée surtout dans les cantons ruraux et sa pénurie de personnel condamnent ses efforts à une stérilité presque absolue ».

2 Le Nouvelliste de Rouen, 24 septembre 1871 : « Il y a gros à parier qu’avec notre rage de fourrer la politique partout, on s’occupera plus de classer chaque candidat dans telle ou telle catégorie que de scruter consciencieusement son mérite, son caractère et la réalité de son indépendance. Comme toujours, du reste, c’est aux républicains de droit divin que revient l’honneur d’avoir dès le début donné à la lutte électorale... cette tournure passionnée et exclusive ». A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Rapport du c.c. police de Rouen, 30 septembre 1871. A la réunion du 28 septembre, Cord’homme insista sur l’illégalité du titre de Constituante pris par l’Assemblée nationale - « S’il était élu, il émettrait le vœu d’une dissolution immédiate ». Manchon se déclara d’accord.

3 Ibid. Préfet au ministre de l’Intérieur, 21 et 23 septembre 1871.
Journal de Rouen, 23 septembre 1871.

4 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Préfet au ministre de l’Intérieur, 24 septembre 1871.

5 Ibid. Préfet au ministre de l’Intérieur, 27 septembre 1871. Le préfet suppose que les organisateurs auraient peut-être même distribué des lettres d’invitation à l’entrée de la salle.

6 Journal de Rouen, 23 septembre 1871.
Le préfet tint à publier une mise au point dans la presse : la réunion privée du Comité radical semblait avoir le caractère d’une réunion publique (Journal de Rouen, 24 septembre 1871).

7 A. D. S-M., M, Elections au conseil général 1871. Manifeste électoral.

8 Le Nouvelliste de Rouen, 5 octobre 1871.
Voir aussi la proclamation de Vaucquier du Traversain (Le Nouvelliste de Rouen, 13 octobre 1871) : « L’ordre, le travail, l’instruction, le projet sagement étudié, la liberté largement appliquée, l’amour de la famille et le respect de Dieu, là est le salut de la France. Les passions surexcitées, le désordre dans la rue, les théories subversives affichées, les lois divines et humaines méconnues, là est le chemin qui nous ramènera au despotisme. Voilà pourquoi je veux l’ordre, le travail, l’instruction, le progrès et la liberté ».

9 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Proclamation de Coëne (1er tour de scrutin).

10 Ibid. Manifeste de Née (1er tour) et de Lair (2e tour).

11 Ibid. Manifeste de Coëne : « C’est au moyen de l’instruction et du travail surtout que nous finirons par établir sur des bases solides la liberté sagement progressive qui fera enfin trouver à la France sa stabilité et sa grandeur... ».
Voir aussi Dieutre (Conseil d’arrondissement, Rouen, 3e canton) : « Je suis républicain, voici mon programme : Ordre, Progrès et Justice ».
Développement de l’instruction, encouragement de l’instruction primaire gratuite et obligatoire.
Répartition des impôts selon l’importance des fortunes.
C’est dans le calme que les améliorations sont possibles ; la reprise du travail et des affaires ne peut être assurée que par l’ordre ».

12 La Constitution, 6 octobre 1871. Cordier et Nétien avaient été combattus par le Journal de Rouen en février 1871 ; dans le 3e canton malgré la présence de Leroy, le Nouvelliste se rallia à Deschamps.

13 Le Peuple Souverain, 4 octobre 1871. En fait, Ferry s’était prononcé pour la République, alors que Rapp déclarait que « le développement des puissants moyens de prospérité qui assurent à chaque père de famille le pain de ses enfants le préoccupait plus que les problèmes et les discussions politiques ».

14 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Rapports du c.c. police de Rouen, 28 et 30 septembre, 1er octobre 1871.

15 Ibid. A la réunion du 25 septembre, un incident éclata entre Dalleinne et Lécureuil : « A propos d’une question d’honnêteté, on s’est lancé des gros mots à la tête..., le président a dû interposer son autorité » (Rapport du 28 septembre 1871).

16 Les radicaux avaient d’abord prévu de se présenter au conseil général dans trois cantons de Rouen (3e, 4e, 6e), à Grand-Couronne, Darnétal (Vaughan), Elbeuf et Pavilly.
Pour le conseil d’arrondissement, trois candidatures seulement furent retenues : Lemonon (3e canton), Piquerel (4e) et Berthelot (6e).

17 Le président du comité radical était alors Cord’homme et le secrétaire Riduet qui semble avoir été l’organisateur de la campagne radicale.

18 A D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Manchon, 1er octobre 1871 : « Depuis plus de vingt ans, je combats pour le triomphe de la liberté et le progrès social. Plusieurs fois mes amis ont été maîtres du pouvoir, jamais je n’ai occupé une place ni touché aucun traitement. Je suis un républicain sincère et désintéressé ». Manchon réclamait de grandes économies dans l’emploi des deniers publics et la réduction des rétributions des fonctionnaires dont le traitement dépassait 4.000 F.

19 Ibid. Manifeste électoral de Ramel (2 octobre 1871).

20 Le Nouvelliste de Rouen, 5 et 14 octobre 1871.
Ramel répondit au Nouvelliste pour justifier son administration du Havre (le Nouvelliste, 7 octobre 1871 ; Journal de Rouen, 6 octobre 1871).

21 Le Nouvelliste de Rouen, 4 octobre 1871.

22 Le Nouvelliste de Rouen, 7 octobre 1871, d’après la Constitution (Le Nouvelliste attribua l’article à Riduet). Le Journal de Rouen ménage Ramel alors qu’il attaque Cord’homme. Journal de Rouen, 5 octobre 1871.

23 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Manifeste électoral de Cord’homme, 2 octobre 1871 : « Nos adversaires politiques sont toujours les mêmes et la réaction se cachant sous le masque n’a pas changé (depuis 1848). Vous avez la République, cela devrait vous suffire ! et on voudrait que nous nous inclinions devant cette République, d’où tous les Républicains sont exclus et qui n’est gouvernée uniquement que par tous les monarchistes... ». Aussi, sommes-nous encore de l’opposition et nous y resterons jusqu’au moment où nous aurons obtenu nos droits et nos libertés ».
Le Nouvelliste de Rouen, 4 octobre 1871.
Journal de Rouen, 5 octobre. Le journal explique pourquoi il ne soutient pas Cord’homme qui s’est associé à l’antagonisme du Havre contre Rouen, en décembre 1870.

24 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Cord’homme aux électeurs du 6e canton, 12 octobre 1871.
Le Nouvelliste de Rouen, 13 octobre 1871. « Nous reprenons le programme du comité radical de 1846 ».

25 Les résultats des cantons de Darnétal et de Maromme marquaient un considérable progrès des républicains. A Darnétal, en juin 1870, de Guillerville, conservateur, 2 204 voix ; Lieury, démocrate, 741. A Maromme, en juin 1870, au second tour, Levavasseur, candidat officiel, 2 375 voix ; Manchon, 2 370.
Le Nouvelliste de Rouen, 9 octobre 1871.

26 Journal de Rouen, 12 octobre ; le Nouvelliste, 13 octobre 1871. Déclaration de Ramel, 12 octobre 1871.

27 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, 1871. Déclaration de Ramel, 12 octobre 1871.

28 Ibid. Aux électeurs du 6e canton (12 octobre 1871),
Il suffisait à Cord’homme de conserver les voix radicales du 1er tour. Résultats complets du scrutin du 8 octobre - Inscrits : 3 440 ; votants ; 1 931 ; Cord’homme, 972 ; Duchemin, 776 ; Berthelot, radical, 185 ; Morel, conservateur, 89. Des électeurs avaient voté par erreur pour les candidats au conseil d’arrondissement, Berthelot et Morel. Avec 1 157 voix contre 865, Cord’homme aurait obtenu la majorité absolue.

29 Journal de Rouen, 5 octobre 1871. Cord’homme répondit qu’il avait quitté Rouen à midi, alors qu’il n’y avait plus aucun soldat, « avec le désir et l’espoir de la revanche ». Il croyait que l’offensive serait reprise avec les troupes de Rouen et du Havre. Par ailleurs, il déclarait ne pas s’être « associé à l’antagonisme du Havre contre Rouen ».

30 Journal de Rouen, 13 octobre 1871. Duchemin se déclarait vrai républicain, mais ennemi de la violence et scrupuleux observateur de la loi. Le Nouvelliste conseillait de voter pour lui afin de faire absolument échec à Cord’homme.

31 A. D. S-M., M, Elections au Conseil général, 1871. Devant le refus de Bertel, Fauquet porposa même la constitution d’un tribunal d’honneur pour savoir qui devait se retirer de Fauquet ou de Bertel (13 octobre). L’industriel Emile Malétra engagea les électeurs de Bertel à reporter leurs voix sur Fauquet « pour assurer le triomphe du parti de l’Ordre... ». Une affiche signée « un électeur » affirma que Manchon et Fauquet étaient « des enfants de la même mère qui s’entre-dévoraient à cause de leurs casaques ! ».

32 A. D. S-M„ M, Elections au Conseil général, 1871. Comité démocratique du canton d’Elbeuf : « Bourgeois, artisans, ouvriers, paysans, nous tous qui sommes les descendants de ceux qui furent des serfs sous le régime féodal, de ceux qui payaient la dîme aux seigneurs, de ceux qui étaient mainmortables, taillables et corvéables et que l’on battait à merci ; à nous de répondre si nous voulons reprendre les traditions de ces mille dernières années... ».

33 L’Industriel elbeuvien, 25 mars 1871.

34 Ibid., 4, 7 et 11 octobre. Selon l’Industriel elbeuvien d’aucuns prétendent que le Comité démocratique n’est autre chose que « la section de l’Internationale à Elbeuf ». Le journal reprochait à Lucien Dautresme « qui avait souscrit au programme du Comité démocratique et pris l’engagement d’en poursuivre la réalisation dans la mesure de ses forces et du mandat... confié », de s’être soumis au mandat impératif qui le rendait « le très humble instrument des électeurs ». Par contre, Cord’homme accusait les membres du comité d’être les « courtiers électoraux de Dautresme ».

35 A. D. S-M., M, Elections au Conseil général, 1871. Le président du Comité démocratique du canton d’Elbeuf au citoyen Cord’homme, 12 octobre 1871 : « Electeurs, considérez les hommes qui prêchent la division... Il y a deux ans, ils se servaient du nom du citoyen Aubry, aujourd’hui, ils se servent du nom du citoyen Manchon ».

36 Le Nouvelliste de Rouen, 14 octobre 1871.

37 Ibid., 15 octobre 1871. Ce journal s’en prend plus particulièrement aux deux candidats radicaux de Rouen : « Si, dans les deux cantons de Rouen, le suffrage universel nous réservait une fâcheuse surprise, ce ne serait plus l’un des deux élus qui se dirait honteux d’être rouennais, mais bien les électeurs ».

38 Certains radicaux avaient pourtant refusé de solliciter les voix des modérés.
Voir Le Nouvelliste de Rouen, 15 octobre 1871.
Ils avaient fait distribuer un supplément du journal la Constitution accusant le Journal de Rouen de « ravir Ramel »... M. Ramel n’avait que faire de la protection du Journal de Rouen. Cependant au second tour, avec un nombre sensiblement égal de votants, 1 573 au lieu de 1 580, Vaucquier du Traversain ne gagne que 60 voix et Ramel 249. La discipline républicaine en faveur des radicaux semble donc avoir presque parfaitement joué.

39 L’Industriel elbeuvien (14 et 21 octobre 1871), accuse à nouveau Dautresme d’avoir bénéficié de l’appui des sociétés secrètes, des affiliations, des menées de l’intimidation. « Ah, si vous êtes fier de ces suffrages que l’Internationale vous a achetés avec l’argent de Napoléon ou de Bismarck, c’est que vous n’êtes pas difficile ».

40 L’élection du président du conseil général donne la répartition exacte des différentes tendances : Ancel, conservateur, 31 voix ; Deschamps, 15 voix ; Bazan, 4 voix. Dans le conseil de 1870, il n’y avait que quatre républicains.

41 Le Nouvelliste de Rouen, 17 octobre 1871.

42 Les élections pour le conseil d’arrondissement eurent lieu simultanément. Les radicaux présentèrent des candidats dans les 3e, 4e et 6e cantons de Rouen ; seul Berthelot fut élu (6e canton.

Image 10000000000002A6000000C4639B18B6.jpg

43 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police de Rouen, 12 octobre 1871.
Réunion du 11 octobre avec Cord’homme, Piquerel, Delaporte, Riduet, Gustave Mondet, Ramel, Roger, Lemonon, Percheval, Boutteville.... en tout 80 présents, dont la moitié de Saint-Sever. « Cord’homme a stimulé le zèle de ses agents électoraux ; il leur a démontré la nécessité de rester unis. On fera venir samedi 1 500 numéros du Peuple souverain pour les répandre dans la classe ouvrière ».

44 A. D. S-M., M, Internationale...C.c. police de Rouen, 28 octobre 1871. Deux titres avaient été proposés pour le nouveau journal : La Solidarité et le Radical ; la Solidarité l’emporta par 40 voix contre 30 ; ce titre ainsi que le programme et l’offre de Piéton prouvent que l’internationale exerçait une influence dans le comité, même si les principaux dirigeants appartenaient au comité radical.

45 A. D. S-M, M, Grèves de 1871. Commentaire du tableau de l’industrie, 12 octobre 1871. A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 25 janvier 1872 ; le prix du coton de Louisiane se releva de 2,26 F le kilo à 2,52 F au cours du 4e trimestre.

46 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce d’Elbeuf, rapports sur l’année 1871 et le 1er trimestre 1872, 15 avril 1872.

47 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. Demande, non datée, d’autorisation de la réunion, signée de neuf teinturiers dont Ernest Lepage qui semble avoir été le principal « meneur » ; il dut quitter Rouen après l’échec de la grève, et habita alors Elbeuf. Un certain Lepage avait signé en 1870 la protestation contre l’arrestation d’Aubry.
Rapport du c.c. police de Rouen, 27 et 30 mai 1871.

48 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. C.c. police de Rouen, 30 mai 1871. Le travail serait payé 8 F les 50 kg au lieu de 6,50 F.

49 Ibid., 5 juin. Réunion des patrons teinturiers (3 juin 1871).

50 Ibid., 10 juin. Les teinturiers se contentaient d’un salaire de 7,50 F par 50 kg, mais maintenaient leurs autres revendications. Les patrons ne répondirent pas à la convocation.

51 Ibid., 12 et 13 juin 1871.

52 Ibid., 26 et 27 juin 1871. Deux des patrons au moins consentirent une augmentation de 0,25 F.
Ibid., 8, 9 et 20 octobre 1871. En octobre encore, douze teinturiers en rouge de l’établissement Châtel font grève pour obtenir une augmentation de 0,50 F (5,50 F au lieu de 5 F).
Selon le commissaire de police, les meneurs, les frères Laîné, auraient exécuté, les ordres de l’Internationale.

53 Ibid., 2 et 10 juin 1871. Les patrons proposaient des primes de 1 à 5 F pour les ouvrières tissant plus de 27 m de cretonne par jour ; celles-ci exigeaient à la fois une augmentation de 0,25 F pour 100 m de toile plus une prime de 10 %. La grève a commencé le 2 juin, le 10 juin la moitié des ouvrières avaient repris le travail, les autres avaient été remplacées.

54 Ibid., 20 juillet 1871.

55 Ibid., 7 août 1871. Un des meneurs fut arrêté pour avoir adressé des menaces aux rattacheurs qui reprenaient le travail.

56 Ibid., 14 septembre 1871. Les patrons n’avaient pas répondu à la demande des ouvriers : la grève cessa aussitôt après l’intervention du maire d’Elbeuf. Le tarif serait appliqué à partir du 1er janvier 1872.
A Lillebonne, chez Lemaistre frères, les tisseurs réclament une augmentation et la journée de 11 heures, comme l’avaient obtenue les ouvriers de Desgenétais en 1869. Le maire écrit : « Cette affaire a été menée sourdement. Je crains vivement, l’intervention de l’Int.., je n’ose terminer le nom... » ! (8 août).

57 Ibid., 19 octobre ; grève du 16 au 18 octobre.

58 Ibid., 19 octobre ; 265 grévistes sur 365 ouvriers.

59 Ibid., 20 et 23 octobre ; grève du 19 au 22 octobre.

60 Ibid., 24 octobre.

61 Ibid., 21 et 23 octobre. Les blanchisseurs réclamaient la journée de 10 heures et un relèvement général de leurs salaires. Une augmentation est accordée seulement aux ouvriers « qui la méritent par leur travail et leur habileté ».

62 Ibid., 19 octobre 1871. Chez Monfray les rattacheurs de 12 à 15 ans gagnaient 1,5 F par jour, ceux de plus de 15 ans 1,75 F.
Martin, cafetier au Houlme, avait déjà été renvoyé de l’établissement Rondeaux « parce qu’on trouvait qu’il montait la tête aux ouvriers ».
Chiffray, filateur à Maromme, évita la grève en accordant partiellement satisfaction à ses ouvriers. Ils demandaient une augmentation de 5 centimes de l’heure ; il accorda 2,5 centimes, soit 10 %.

63 Ibid., 27 octobre 1871. Une vingtaine de tisseuses réclament une augmentation de 0,25 F par jour, sans résultat.

64 Ibid., 19 octobre 1871 : grève Bardin.

65 Ibid., 20 octobre 1871 : grève Châtel.

66 Ibid., 19 octobre 1871 ; grève Bardin. « Les ouvriers ne savent pas assez que l’Internationale est dirigée par des étrangers et qu’en exécutant ses ordres, ils ruinent l’industrie de leur pays au profit des étrangers... ».

67 Ibid. C.c. police, 10 novembre 1871. 3 600 grévistes le 8 novembre ; ce total correspond aux chiffres des rapports individuels ; mais d’autres grèves se sont produites après le 8 novembre qui n’ont pas été comptées.
Préfet, 8 novembre 1871 : « Le mouvement a commencé chez les tisseurs... Ceux-ci, comme s’ils obéissaient à un mot d’ordre, demandèrent partout à la fois une augmentation de salaire et la réduction de la journée de travail de 12 heures à 10 heures... ».

68 D’après les rapports du commissaire central et du préfet. Ne sont pas comptés les ouvriers de Rivière, tisseur de bretelles, qui, à l’exception de 5 rattacheurs, ont repris le travail aussitôt après leur entrevue avec la direction.

69 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. C.c. police de Rouen, 4 novembre 1871.

70 Ibid., 7 et 14 novembre 1871 : « La réduction de la journée de travail causerait des embarras aux industriels... On invoque la concurrence de l’Alsace où, conformément à la loi prussienne, la durée du travail n’est pas limitée... Cependant quelques industriels ont évité la grève en promettant, comme Rivière, d’accorder la journée de 10 heures ».

71 Ibid., 9 novembre ; une partie seulement des fileurs et rattacheurs étaient en grève, en tout 173 grévistes.

72 Ibid., 8 novembre 1871.

73 Ibid., 10 novembre 1871. Les barrières étant fermées, les grévistes reprirent la route de Sotteville en déclarant qu’ils reviendraient en plus grand nombre, mais aucune autre manifestation ne semble s’être produite.
Autre démonstration, le même jour, devant l’établissement Lemarchand à Rouen, rue Sablée ; une soixantaine de grévistes essaient d’empêcher les ouvriers de se remettre à l’ouvrage, « mais ils sont entrés quand même ». Il n’y a eu ni rixe, ni violence.

74 Ibid. Préfet, 8 novembre 1871 : « Une soixantaine d’ouvriers ont été condamnés aujourd’hui ».
Journal de Rouen, 9 novembre 1871.

75 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. Préfet, 10 novembre 1871.

76 Ibid. C.c. police de Rouen, 4 novembre 1871 (grève Dubosc) ; préfet, 8 novembre 1871.

77 Ibid., 15 novembre 1871.

78 Ibid., 11 et 15 novembre 1871. Lamblé, ouvrier de Lemarchand, avait été envoyé porter cette pétition ; il est parti à Reims, avec 80 F de cotisations, expliquant qu’il avait pris des engagements qu’il ne pouvait pas tenir et qu’il voulait échapper aux justes reproches de ses compagnons.

79 Ibid., 13 novembre 1871 ; par exemple, Lefebvre, Dubosc et Lemarchand.

80 Ibid., 18 novembre 1871. Quesnel avait continué à exiger le paiement des amendes infligées par le conseil des prud’hommes.

81 A. D. S-M., M, Grèves. Voir tableau du 3 février 1872.

82 La grève des fileurs et tisseurs atteint successivement 9 établissements du 17 au 26 juin 1865.

83 Non compris les grévistes de l’établissement Manchon.

84 22 établissements pour la grève des fileurs d’Elbeuf, 7 pour celle de Darnétal.

85 Non compris les menuisiers, charpentiers et scieurs de pierres d’Elbeuf.

86 Entre le 8 et le 27 octobre, 1 423 grévistes dans 10 établissements (4 filatures, 1 tissage, 2 indienneries, 1 blanchisserie, 1 teinturerie et 1 entreprise métallurgique) ; entre le 4 et le 18 novembre, 3 873 grévistes dans 24 filatures ou tissages de coton.
Le nombre de 7 000 grévistes pour l’ensemble du département ne sera dépassé qu’en 1900 : 12 615 grévistes. Voir Ministère du Commerce et de l’Industrie... Direction du Travail. Statistique des Grèves.

87 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. C.c. police de Rouen, 9 novembre 1871. Le ministre répondit le 6 janvier qu’il n’y avait pas opportunité, ni même utilité à modifier la loi de 1848 ; on occasionnerait dans la plupart des industries des perturbations non moins préjudiciables aux ouvriers qu’aux patrons.

88 Ibid. La chambre de commerce de Rouen reprenait un projet déjà présenté par la chambre de commerce d’Avignon en 1869.

89 Thomas Perrey (Perrés) avait signé en 1870 la protestation contre l’arrestation d’Aubry : « Cet individu est l’un des membres les plus actifs de l’Internationale » (c.c. police de Rouen. 8 novembre) ; le commissaire central ajoute que « son langage a révolté le conseil, quelques ouvriers même l’ont blâmé assez énergiquement ».

90 A. D. S-M., M, Grèves de 1871. Maire de Rouen, 5 novembre. Un nommé Capron tisserand de drap, ancien secrétaire d’Aubry aurait assisté à la réunion : « Cet individu qui arrive, diton, de Bruxelles, en passant par Paris, aurait assuré que le comité de l’Internationale, siégeant à Londres enverrait des fonds pour soutenir les grèves ; c’est sur cette assurance que Mondet a engagé les ouvriers à se coaliser pour obtenir une réduction du travail et une augmentation de salaire... ».
Les minutes du Conseil général ne mentionnent aucune discussion sur les grèves de Rouen. Parmi les membres de la Fédération ouvrière, il n’existe aucun Capron, mais un tisseur de bretelles, Cappon, signataire du manifeste électoral de 1869.

91 L’Industriel elbeuvien, 13 mai 1871. Fossard se plaint de sa longue détention préventive et de la rigueur de son incarcération. L’Industriel demande que la prévention soit abrégée ; « quant à l’affaire de la Fédération ouvrière rouennaise... nous ne la connaissons pas et le respect dû à la justice du pays nous fait une loi d’attendre la décision à intervenir... ».

92 Le Gaulois, 16 mai 1871.
« Cord’homme, opinions politiques à part, est assez aimé dans la ville ; c’est un honnête homme qui a toujours trop cédé à la manie révolutionnaire. On le dit assez abattu dans sa prison.
Vaughan, adjoint au maire de Darnétal... passe pour un chimiste distingué. Est-ce à cela qu’il a dû la verve plus que gauloise avec laquelle il a écrit un poème sur un certain sujet... Cambronne. Il fait dans sa cellule des vers sur le directeur de la prison. Attitude très ferme.
Delaporte, ancien rédacteur du journal le Patriote, supprimé par l’autorité prussienne. Jeune homme qu’on dit être fort intelligent. On nous rapporte qu’à une démarche tentée près de M. Jules Favre pour obtenir la mise en liberté provisoire de ce détenu, l’homme d’Etat aurait répondu : Il est en prison, n’est-ce pas ? Eh bien, je n’ai qu’une faveur à lui accorder : qu’il y reste !
Les autres accusés sont obscurs. Il y a parmi eux des ouvriers typographes. Il est à remarquer qu’un des inculpés, ancien journaliste, ancien officier d’état-major, M. Riduet, a été laissé en liberté provisoire ».
A. D. S-M., M, Enquête sur le 18 mars. Mme Leplieux, mère de Delaporte, répondit au Gaulois qu’aucune démarche n’avait été tentée auprès de Jules Favre, que Cord’homme n’était nullement abattu mais calme et souriant, comme au premier jour. Quant à Riduet, l’exception dont il était l’objet n’était remarquable pour personne plus que pour lui.

93 A D. S-M., U 1051. Réquisitoire du procureur de la République, 19 juin 1871.
C’est le texte du manifeste électoral qui avait permis de retenir « l’attaque contre le respect dû aux lois ».

94 Ibid. Le réquisitoire du procureur général dissocia le cas de Boulanger « contre lequel il n’existait pas de charges suffisantes d’avoir commis un délit d’attaque aux lois... » (22 juin 1871).

95 Ibid. Arrêt du renvoi de la chambre des mises en accusation, 28 juin 1871.

96 Le Nouvelliste de Rouen, 7 juillet. « Cette qualification fait perdre à cette affaire le caractère de gravité qu’on lui avait prêté tout d’abord... ».

97 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Vaughan au juge d’instruction, 23 mai 1871 : « Depuis un mois, je suis enfermé dans une cellule mesurant deux mètres de largeur sur cinq de longueur communiquant avec l’atmosphère par une ouverture de 23 cm... Je me promène quotidiennement une demi-heure et vis dans la compagnie constante de water-closets inodores comme ils le sont tous... ». Vaughan demandait à être réuni à ses amis ; il estimait que sa détention préventive prolongée au-delà du temps nécessaire à l’instruction devenait une peine afflictive. Pour se distraire, Vaughan composa la Ballade du prisonnier. A ces messieurs de la Chambre à Versailles, où il attaque Jules Favre, Thiers, Picard, Jules Simon et le Cardinal de Bonnechose. En voici une strophe :
« Des satisfaits, mon homélie
Dira les poignantes douleurs.
Ils ont tout, donc on les spolie,
Ceux qui n’ont rien sont des voleurs.
Voyez monsieur de Bonnechose
Et ses collègues si dispos ;
Méritent-ils qu’on les dépouille ?
Je pourris sur la paille humide des cachots. »

98 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Cord’homme au président de la chambre des mises en accusation, 28 juin 1871. Cord’homme se plaignait également des conditions de détention ; « On me refuse le vin que m’ordonnent les médecins pour ma santé ; on me le refuse, la quantité d’un litre par jour excédant le règlement... ».

99 Ibid. Demandes de mise en liberté provisoire de Cord’homme (30 juin), Mondet, Vaughan, Delaporte (1er juillet), Lécureuil et Percheval (2 juillet) ; Fossard et Boulanger avaient été libérés dès le 19 juin.
A. D. S-M., U 1051, 5 juillet 1871.

100 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen au préfet, 6 juillet 1871 : « Ces individus, en sortant de la maison d’arrêt, se sont rendus en ville par le pont suspendu. Ils s’attendaient sans doute à une manifestation, mais personne n’a paru les remarquer ».

101 Ibid. C.c. police de Rouen au préfet, 14 novembre 1871 : « Il est probable que l’intérêt particulier qui s’attache à cette affaire attirera une affluence d’autant plus grande que beaucoup d’ouvrière sont encore en grève ; d’un autre côté, la décision du jury peut donner lieu à des manifestations... ».
Etat-major de la 2e division militaire (Letellier-Valazé, 14 novembre 1871).

102 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Vaughan, novembre 1871.

103 Le Gaulois (7 mai 1871) avait parlé de Gambetta comme éventuel défenseur de Cord’homme.

104 Gazette des Tribunaux, 17 novembre 1871.

105 Le Réveil social, 28 octobre 1894. A la fin de 1870, Pouyer-Quertier et la comtesse de Valon avaient été sous le coup d’un mandat d’arrêt pour complicité avec les Prussiens. Cord’homme convaincu que les accusations n’étaient que des « cancans de paysans », était intervenu à Tours auprès de Crémieux. Le 15 novembre, l’avocat général interdit à Duvivier de raconter l’histoire.
CLEMENT-SIMON (Gustave) - La comtesse de Valon, Apollonie de la Rochelambert. Souvenirs de sa vie - Paris 1909, 406 p.; p. 216-225.

106 A. D. S.-M., U 1051. Cour d’assises de la Seine-Inférieure - Arrêts, 1871-1872.

107 Ibid. Outre les renseignements déjà cités sur Delaporte, Percheval et Lécureuil, le commissaire fournit des notices sur les autres accusés :
Cord’homme (Charles), né à Rouen le 17 novembre 1824. « Jouissant d’une certaine fortune, il a été entouré, choyé par toute la basse démagogie qui n’était pas fâchée d’avoir avec elle un homme pouvant lui être utile à tous les points de vue... Tenant avant tout à être digne de la confiance des énergumènes qui le prenaient comme chef, il s’appliqua à les dépasser par ses exagérations, faisant de la politique à tout propos, pérorant, critiquant, exposant à tout venant et en tous lieux ses principes anarchiques ; jouant au conspirateur, il s’est fait parmi les siens une réputation de courage civique dont ils l’ont récompensé en le faisant nommer conseiller général pour le canton de Saint-Sever ». Le commissaire prétend que Cord’homme est devenu aigri après le 4 septembre : « Dans le partage des places, il fut, non oublié, mais malheureux... Comme homme politique, il est dangereux, car il est très violent et malheureusement il est pris au sérieux par les gens qui ne le jugent que de loin ».

108 Ibid.
Riduet Olympe, né le 23 mars 1845 à Yébleron (Seine-Inférieure). « Déclassé qui n’ayant pu jusqu’ici se faire une situation honorable à cause d’un laisser-aller de sa conduite, s’en prend à la société tout entière ; agent voyer à Yvetot (1868-1869), congédié pour ivrognerie et propagande révolutionnaire ; rédacteur au Progrès de Rouen ; conduite privée déplorable, pilier d’estaminet, riboteur, coureur de nuit ; arrêté le 3 février 1868 pour tapage nocturne en compagnie de deux autres individus dont la distraction consiste à troubler l’ordre en criant, frappant aux portes, renversant les urinoirs et autres gamineries du même genre... ».
Mondet Gustave, né à Rouen le 25 mars 1839, typographe, « l’un des membres les plus actifs de l’Internationale, très assidu à toutes les réunions..., membre du comité de vigilance de 1870... ; peu assidu au travail, sans moralité et d’une loyauté douteuse ; marié en 1863, sa femme l’a quitté après des scènes violentes causées par son inconduite et son intempérance ».
Fossard Louis, né à Caudebec-lès-Elbeuf, le 18 août 1830, tisserand, « ouvrier laborieux, pas de penchant à l’intempérance... Parmi les ouvriers, on le juge intelligent et ambitieux... Il se plaît à pérorer au milieu de ses camarades qui admirent ses discoure. Il paraît avoir beaucoup lu et il a retenu des phrases à effet qu’il sait répéter assez à propos ». Malgré son désir immodéré de popularité, le commissaire central ne le considère pas comme un « méchant homme ».
Boulanger François Isidore, né à Blargies (Oise), le 18 août 1830, charpentier, « un des caissiers de l’A. I. T., l’un des promoteurs des grèves... très ardent dans la défense de ce qu’il croit être les intérêts des travailleurs, il a du moins le mérite d’être de bonne foi. Il a le mérite de croire à toutes les sottises qu’il entend débiter autour de lui. C’est une des nombreuses dupes des intrigants qui font du socialisme dans un intérêt d’ambition personnelle ».
Vaughan, d’après le commissaire de police de Darnétal (28 avril 1871), « a les opinions démagogiques les plus exaltées, contrecarrant et critiquant tous les actes du gouvernement ainsi que ceux émanant des autorités locales... ; aux dernières élections municipales, il aurait manqué de respect à M. Bayle, maire de Darnétal ».

109 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen, 15 novembre 1871.

110 SARTORIUS (Francis) et DE PAEPE (Jean-Luc) - Les Communards en exil. Etat de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs - Cahiers bruxellois, t. XV-XVI, 1970-1971, fasc. 1-2.
DE WEERNDT (Denise) - Les proscrits de la Commune en Belgique - Socialisme (Bruxelles), 1971, p. 66-72.

111 A. N., AM 1035, 22 décembre 1871. « Les demandeurs condamnés pour un délit correctionnel à une peine d’emprisonnement ne se sont pas mis en état et ne justifient pas de leur mise en liberté provisoire ». Cord’homme et Riduet furent déchus de leur pourvoi.

112 A. N., BB 24 737, 1105. La demande en grâce était en particulier appuyée par Ramel et Manchon. Simple réponse de la division criminelle : « Rien à faire ».

113 A. N., BB 24 732, 571, 5601. Le procureur général présente Fossard comme un ouvrier laborieux, sobre, honnête, « son jugement a été faussé par des lectures pernicieuses et par ses relations avec des hommes qui ont exercé sur lui une influence funeste. Entraîné par le nommé Aubry qui était à Rouen le représentant actif de l’Internationale, il s’était affilié à cette société dont il était devenu le correspondant à Elbeuf ». Le procureur tenant compte de « l’apaisement dans les opinions de Fossard » proposa lui-même une réduction de peine d’un mois. La demande de Fossard avait été soutenue par plusieurs industriels, membres du conseil des prud’hommes d’Elbeuf, ainsi que par le maire de la ville.

114 Archives royales de Belgique, ministère de la Justice, dossier 244.270 (Vaughan) ; le passeport de Vaughan avait été délivré à Maromme le 9 août 1871. Dossier 247.153 (Mondet).
Archives de la ville de Bruxelles, police 11, dossier 450 (Delaporte), 1169 (Riduet).
Riduet décéda à Saint-Josse-ten-Noode, le 3 février 1874 d’une phtisie galopante.
Journal de Rouen, 5 février 1874).
WOUTERS (Hubert) - Documenten betreffende de geschiedenis der arbeitersbeweging ten tijdevande Ie Internationale - 1866-1870 (Cahiers du centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, n° 60, Louvain 1971, p. 665-667.

Table des illustrations

Titre Elections au Conseil Général (8 et 15 octobre 1871)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8303/img-1.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Grève des fileurs (19-26 octobre 1871)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8303/img-2.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Grèves du textile (4-18 novembre 1871)68
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8303/img-3.jpg
Fichier image/, 100k
Titre Les grèves dans l’arrondissement de ROUEN (1864-1 876)81
Légende Note 8282Note 8383Note 8484Note 8585Note 8686
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8303/img-4.jpg
Fichier image/, 72k
Titre Les grèves de 1871
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8303/img-5.jpg
Fichier image/, 44k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540