Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Cinquième partie. Après la Commune (1871-1876)

Chapitre premier. Les élections du 2 juillet 1871 et l’évacuation de Rouen

Full text

LES ELECTIONS COMPLEMENTAIRES A L'ASSEMBLEE NATIONALE (2 JUILLET 1871)

1Quatre élus conservateurs de février avaient opté pour d'autres départements : Thiers pour la Seine, Trochu pour le Morbihan, Dufaure pour la Charente-Inférieure et de Montaignac pour l'Allier. Par le décret du 9 juin, les électeurs furent donc à nouveau convoqués le 2 juillet, cette fois au chef-lieu de chaque commune ; aucune réunion publique ne put avoir lieu à cause de l'occupation prussienne et les journaux ne s’occupèrent guère des élections avant le 26 juin.

  • 5 Le Nouvelliste de Rouen, 26 juin 1871, « Pour obtenir l’apaisement il faut des hommes profondément (...)
  • 6 Le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871.
  • 7 Le général Robert, né en 1814, chef d’état-major du général Douay en 1870, avait déjà été candidat (...)

2Le Comité départemental de la Seine-Inférieure, plus connu sous le nom de comité Tablet, publia son manifeste le 26 juin5. En février, la liste conservatrice était le résultat d'un accord avec le comité « républicain-clérical » de Keittinger-Turgis qui avait fait écarter Raoul-Duval, protestant et l’un des fondateurs de la Ligue de l'enseignement. En juillet, l’ancien avocat général figure sur la liste du comité départemental ; le Nouvelliste rappelle qu'il fut l’un des plus ardents défenseurs de l’honneur de Rouen contre ses calomniateurs et qu'il chercha à faire lever le blocus de la ville par les Havrais6. Les conservateurs désignèrent également Lebourgeois, maire de Dieppe sous l'Empire, le général Robert7 et le maire de Rouen, Nétien, dont la candidature était « le témoignage le plus expressif de reconnaissance, une protestation contre les odieuses imputations dirigées contre lui et qui avaient rejailli sur toute notre population ». Le manifeste évite, comme en février, de poser la question du régime politique.

  • 8 Le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871.
  • 9 Ibid., 29 juin 1871. Voir aussi Le Nouvelliste de Rouen, 28 juin : « La République, jusqu'à ce jou (...)
  • 10 Le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871 : « Nous demandons comment l’insurrection du 18 mars a pu fa (...)

3Après la victoire sur l'émeute, il faut obtenir l'apaisement, « plus désirable encore que la répression de l'insurrection », élire des députés profondément dévoués à l'ordre, à la famille et à la religion »... « La question reste plus que jamais posée entre l'ordre et le désordre »8 et le Nouvelliste réplique aux républicains qui se déclarent également partisans de l’ordre : « Si l'anarchie a été domptée, ce n'est pas par la République impuissante à réprimer les passions qu'elle avait imprudemment soulevées, mais par l'Assemblée et par Thiers qui n’est pas un républicain de conviction »9. Parmi les républicains, il y avait, selon le Nouvelliste, beaucoup d’attentistes prêts à bondir dans un camp ou dans l'autre : « Qui pourrait garantir, si les criminelles tentatives du 18 Mars avaient réussi que le Journal de Rouen n'eût pas retrouvé des amis, des clients du côté de la Commune ? »10.

  • 11 Gazette de Normandie, 15 juin 1871. La Gazette oppose sa conception de « l’ordre de Dieu » à l'ord (...)
  • 12 Ibid., 29 juin 1871 : « La Gazette de Normandie aurait voulu des candidats catholiques et légitimi (...)
  • 13 Gazette de Normandie, 27 juin 1871 ; le Comité départemental rejeta les propositions du comité Kei (...)
  • 14 Ibid., 30 juin : « Son nom doit être, dès maintenant, soigneusement et impitoyablement biffé parto (...)

4Mais en juillet 1871, la seule conservation de l'ordre social ne pouvait plus satisfaire les légitimistes. La Gazette de Normandie posa nettement la question du régime et de la restauration de Henri V : « Dans l'ordre politique, répudiation complète de la monarchie élective pour revenir aux principes de la monarchie héréditaire et par là-même à l'auguste dynastie des Bourbons... » ; du point de vue religieux, le futur gouvernement doit proclamer « l'affirmation nette et précise des droits de Dieu sur l'homme et des devoirs de la société envers Dieu... »11. La Gazette reprochait aux candidats du Nouvelliste d'être « trop fades » à l'exception de Raoul-Duval « impérialiste et antianti-catholique »12. En désaccord sur le programme et sur les hommes13, les légitimistes se refusèrent cependant à constituer une liste qui aurait divisé le parti de l'Ordre ; la Gazette conseilla à ses amis de s'abstenir ou tout au moins de rayer le nom de Raoul-Duval14. Cette dissidence plaçait donc les conservateurs dans une position beaucoup moins favorable qu'en février.

  • 15 La Chronique de Rouen, 3 août 1871 : « M. Desseaux a perdu les grâces de son parti. On lui demanda (...)
  • 16 Journal du Havre, 29 juin : « Bazan, opposant déterminé sous l’Empire, éprouva quelques scrupules (...)
  • 17 Gazette de Normandie, 29 juin : « La liste bénigne du Journal de Rouen comprend un maire de l’Empi (...)
  • 18 Le Nouvelliste de Rouen, 28 juin 1871.
  • 19 Journal de Rouen, 25 juin 1871.
    Le Havre, 29 juin 1871 : « Le gouvernement de la République vient d (...)
  • 20 Journal de Rouen, 27 juin 1871.
  • 21 Journal de Rouen, 28 juin 1871. Pour rassurer davantage encore les électeurs, le comité républicai (...)

5Les républicains connurent également des difficultés. On avait pu croire que l'écrasement de la Commune allait éliminer les candidatures radicales ; pendant quelques jours, le Journal de Rouen se félicita qu’il y eût seulement une liste républicaine, celle du Comité républicain de la Seine-Inférieure. Le nom de l’ancien député Desseaux n'y figurait pas ; son passage à la préfecture lui avait attiré trop d'inimitiés15. Après plusieurs réunions, le comité choisit des candidats susceptibles de rallier les voix des conservateurs : Frédéric Deschamps, le général Le Baron, ancien ami de Cavaignac, Bazan conseiller général du Havre16, ce qui permettait d'écarter Le Cesne et Peulevey trop favorables à Gambetta, et surtout Nétien, que le Journal de Rouen avait combattu en février17 ; le Nouvelliste s’étonna de ce revirement : « Le Journal de Rouen tire sur le rouge quand un journal radical l’aiguillonne, se rabattant sur les nuances moins colorées quand il n'a plus à compter avec les farouches du parti »18. Le manifeste des candidats s'inspirait de celui de la Gauche républicaine à l'Assemblée19 : affirmer et maintenir la République existante, développer les institutions qui assurent à tous les citoyens le libre exercice de leurs droits, repousser toute usurpation, qu’elle favorise des principes monarchiques ou qu’elle serve les désordres de la rue, établir enfin un véritable gouvernement du pays par le pays. « Le gouvernement républicain bien compris est le seul qui puisse maintenir l'ordre en comprimant les excès de la démagogie et la réaction monarchique. Par l'énergie de ses principes il saura restaurer les mœurs nationales systématiquement altérées par le régime impérial », rétablir les finances, l'activité commerciale et industrielle, assurer au travail un équilibre rémunérateur. « Avec la République tous les progrès sont possibles, sans elle nous rentrons dans le cercle fatal des luttes intestines... »20. Le Journal de Rouen condamnait vigoureusement la Commune, mais expliquait qu’en lisant le manifeste du comité Taillet, « on pouvait être préoccupé de nouveaux risques de guerre civile au profit de la monarchie et de guerre étrangère au profit du pape » car Taillet « cachait son drapeau dans sa poche quitte à le déployer le lendemain »21.

  • 22 Gazette de Normandie, 24 juin 1871.
  • 23 Le Havre, 4 juillet 1871. Lettre du Comité central républicain du Havre : la liste du comité Desse (...)
  • 24 Le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871.
  • 25 Le Havre, 29 juin et 1er juillet 1871.
    Pouchet (Georges), 1833-1894, était le fils de Félix Archimè (...)
  • 26 Journal du Havre, 27 juin 1871. Les radicaux sont qualifiés de « brandons de discorde ».
  • 27 Le Havre, 1er juillet 1871.
  • 28 Si, au Havre, la liste radicale fut connue le 29 juin, à Rouen ses affiches ne furent placardées q (...)

6Mais toutes les assurances données aux conservateurs dans le choix des candidats et la présentation du programme eurent pour conséquence de faire échouer l’union des républicains. La liste du Journal de Rouen rencontra l'opposition du comité républicain du Havre qui proposait Le Cesne22 et du Comité radical républicain de Rouen qui refusait de s'incliner devant les décisions d’une « coterie »23. Le journal Le Havre annonça donc la formation d'une nouvelle liste comprenant Gambetta qui avait d'abord décliné toute candidature mais « paraissait revenu sur sa détermination »24. Duvivier, négociant et ancien juge au tribunal de commerce, Le Cesne et le docteur Georges Pouchet25, présentés en février 1871 à la fois par les modérés et les radicaux, Duvivier ; Le Cesne et Pouchet n'avaient pas pris parti pour la Commune, mais ils refusaient toute compromission avec les conservateurs. Le Journal de Rouen affecta d’ignorer ces nouveaux adversaires ; le Journal du Havre les accusa de semer la division chez les républicains26. Le Havre, au contraire, souligna que l'initiative des radicaux aurait pour principal résultat d'accroître la participation électorale au premier tour et les chances d’un scrutin de ballottage pour lequel évidemment il faudrait se rallier sur les noms des candidats républicains les mieux placés27. Mais la liste radicale devait souffrir de sa publication tardive et du faible soutien qu’elle trouva dans la presse28.

Elections à l'Assemblée Nationale (2 juillet 1871). Seine-Inférieure

Elections à l'Assemblée Nationale (2 juillet 1871). Seine-Inférieure
  • 29 Le calcul des chiffres des voix et des pourcentages a été établi de la façon suivante : moyenne de (...)

Arrondissement de ROUEN29

Arrondissement de ROUEN29
  • 30 Les conservateurs obtiennent la majorité absolue dans les arrondissements d’Yvetot (72 %), Dieppe (...)

7Au scrutin du 2 juillet, le nombre d'abstentions dépassa celui de février : 114 000 votants au lieu de 132 000 ; les quatre candidats du comité départemental furent élus dès le premier tour, malgré les pertes des conservateurs dans tous les arrondissements ; pour l'ensemble du département, à l'exclusion de l'arrondissement du Havre. 45 000 à 47 000 voix au lieu de 77 à 80 000 en février30.

  • 31 A l’exclusion de l'arrondissement du Havre, pour lequel aucune comparaison n’est possible avec fév (...)

8Les républicains modérés, qui avaient obtenu en février de 11 000 à 12 000 voix, triplent presque le chiffre de leurs suffrages : 33 669 (Bazan) à 34 449 (Deschamps) aux dépens surtout des conservateurs mais aussi des radicaux : 9 494 à 10 550 voix en février et seulement de 5 592 (Duvivier) à 6 980 (Gambetta) en juillet. Donc, en dehors de l'arrondissement du Havre, les radicaux subissaient également un sérieux échec31.

  • 32 Gazette de Normandie, 6 juillet 1871.
  • 33 Le Nouvelliste de Rouen, 3 et 5 juillet 1871 : « Qu'on nous passe ce néologisme dans la langue pol (...)
  • 34 Journal de Rouen, 3 juillet 1871.

9La Gazette de Normandie se permit de revendiquer les abstentionnistes comme s'ils avaient voulu exprimer des opinions légitimistes, ce qui était évidemment très contestable32 ; le Nouvelliste les attribua au parti de l'Ordre « qui comme toujours ne croit plus utile de déployer ses forces dès que le danger cesse d'être imminent » ; ces élections n’étaient ni monarchistes, ni républicaines, elles étaient « thiéristes », comme le prouvait la défaite des radicaux33. Le Journal de Rouen célébra le succès de la République dans l’arrondissement de Rouen34.

  • 35 Les républicains modérés obtiennent des pourcentages beaucoup plus élevés dans les communes indust (...)

10Les progrès des républicains modérés y étaient en effet particulièrement remarquables, dans la ville même (27 % en février, 54 % en juillet), dans les cantons ouvriers, à Elbeuf (16 à 33 %), à Grand-Couronne (de 20 à 43 %), à Maromme (26 à 6 1 %)35 et plus encore dans les cantons ruraux (Boos, 17 à 48 %) ; Buchy (de 13 à 45 %), Clères (8 à 36 %) ; probablement parce que l'influence des administrateurs ne s’était plus exercée comme aux élections précédentes en faveur des candidats conservateurs : les votes des villes et des campagnes tendaient à s’équilibrer.

  • 36 Gambetta n’obtient au moins une voix que dans 4 communes du canton de Buchy, 7 de Boos, 2 de Ducla (...)

11Pour les radicaux, au contraire, les résultats sont fort différents selon les cantons. A Rouen, le pourcentage de leurs voix augmente légèrement de 13 à 16 %, à peu près également dans tous les cantons ouvriers ou bourgeois ; mais dans les communes rurales proches de Rouen, l’effondrement est général (0,2 % dans les cantons de Buchy et de Clères) ; les localités ouvrières de la banlieue occupent une situation intermédiaire : si le recul est sensible dans les Vallées de l'Austreberthe, du Cailly et à Darnétal, le radicalisme maintient sensiblement ses positions dans les communes industrielles de la rive gauche (Sotteville 45 %, Saint-Etienne-du-Rouvray 26 %, Petit-Quevilly 25 %) et de l'agglomération elbeuvienne (Caudebec-lès-Elbeuf 47 %, Saint-Pierre-lès-Elbeuf 36 %). Il faut évidemment tenir compte des conditions dans lesquelles a été publiée la liste radicale : ses candidats ont-ils été partout connus ? Dans de très nombreuses communes, aucun d’entre eux ne recueille une seule voix36. Mais le scrutin de juillet permet surtout d'apprécier l’influence répulsive exercée sur le corps électoral par la Commune de Paris à laquelle les propagandes des conservateurs et de libéraux avaient plus ou moins associé le radicalisme.

  • 37 Le Nouvelliste de Rouen, 28 juin 1871.
  • 38 Le résultat de Darnétal est particulièrement étonnant ; inscrits 1 939 ; votants 1 027 ; blancs et (...)

12Aucune action de l’Internationale n'est mentionnée pendant la campagne électorale. Le Nouvelliste n'y fait qu'une allusion rétrospective dans une attaque contre le Journal de Rouen « qui avait donné asile dans ses colonnes à des noms entachés de complicité avec la Commune de Paris et l’Internationale »37. Cependant, il faut remarquer que le nombre des bulletins blancs et voix perdues - 2 142 pour l'ensemble de l'arrondissement - est particulièrement élevé à Elbeuf (432). Un mot d’ordre n’a-t-il pas été discrètement donné dans une commune où là Fédération ouvrière était influente ?38.

13Le scrutin du 2 juillet semblait prouver qu'au niveau départemental le radicalisme, malgré quelques îlots de résistance, ne représentait plus qu’un courant secondaire du mouvement républicain.

L'EVACUATION DE ROUEN PAR LES ALLEMANDS (22 JUILLET)

  • 39 Après l’incident de l’île Lacroix (24 juin), les forces prussiennes avaient même été renforcées. V (...)

14Le 22 juillet 1871 à 5 heures du matin, les troupes allemandes évacuèrent Rouen, moment redouté depuis longtemps par certains notables. Les Prussiens ne les avaient-ils pas protégés jusqu'alors contre les désordres de la rue ?39.

  • 40 BESSON (Mgr)-La vie du cardinal de Bonnechose, op. cit., t. II, p. 141.
    HELLIS (Dr) - Correspondanc (...)

15Le commandement allemand avait tenu la promesse faite le 7 décembre au cardinal de Bonnechose de remettre aux autorités les fusils enlevés à la garde nationale lors de l'occupation40.

  • 41 A. N., F 1 C I, 133. Préfet de la Seine-Inférieure au ministre, 22 juillet 1871.
  • 42 A. D. S-M., M, Occupation allemande. Préfet au ministre de l’Intérieur, 21 et 22 juillet 1871. Le (...)
  • 43 A. N., F 1 C 133. Préfet, 1er juillet 1871.

16Mais, après les incidents du 26 juin, le préfet avait déjà pris des dispositions pour éviter toute démonstration à l'occasion du départ des Prussiens, et particulièrement « une tentative de désordre de la classe ouvrière se couvrant d'une manifestation patriotique »41. Le 21 juillet, il se concerta avec l'étatmajor du général Letellier-Valazé pour faire occuper immédiatement par les soldats du 24e de ligne tous les points stratégiques de la ville, la préfecture, l’hôtel de ville, le palais de justice42. Le 22 juillet, le préfet put télégraphier au ministre de l'Intérieur que la population avait conservé une attitude digne, calme et résignée : « Pas un cri n'a été poussé contre les Allemands. Le 24e de ligne a été chaleureusement acclamé ». Dans ces conditions, les fusils de la garde nationale devenaient encombrants : leur possession allait « infailliblement tenter les anarchistes » ; le préfet demanda donc l'autorisation de les expédier à Cherbourg43.

  • 44 A. D. S-M., M, Internationale, menées du parti radical. C.c. police de Rouen au préfet, 20 juillet (...)
  • 45 Ibid. Lettre de P. Chevallier, 26 juin 1871. L’auteur offrait ses services « comme homme de l’ordr (...)

17Les rapports de police avaient mentionné « l’agitation de mauvais aloi qui régnait alors parmi les hommes de désordre ; radicaux et membres de l’Internationale semblaient être dans l'attente d’un événement qui changerait à leur profit la face des choses ». Une réunion avait eu lieu le 17 juillet chez Gustave Mondet, à qui l’on venait d’apporter des nouvelles de Paris : la femme d’Aubry engageait les prévenus d'avril à s’efforcer de reculer le plus possible la date de leur jugement « afin de donner le temps aux événements de se produire » ; Riduet et Dalleinne recommandaient à leurs amis de se tenir prêts « car les événements marchaient à pas de géant ». Les uns et les autres s’attendaient à une dissolution prochaine de l’Assemblée nationale et à la chute du pouvoir exécutif ; ils mettaient tout leur espoir en Gambetta pour « prendre les rênes du gouvernement radical ». Le commissaire central signalait d'autres réunions à Déville, chez un charron, Belliard, où se retrouvaient quelques amis « les uns paraissant des ouvriers, les autres étant assez bien vêtus »44. D’Elbeuf, il reçut même une dénonciation sur la reconstruction clandestine de l’Internationale : dans la ville et à Caudebec, 450 affiliés formaient des groupes de 10 (trillions), de 40 (quatrillons), de 100 (centrillons) ; des réunions de 10 avaient lieu toutes les semaines à Caudebec ; une assemblée de 40 membres s'était tenue sous la présidence de Bernard Lallemand de Verviers ». « La Révolution immédiate et sur tous les points du globe y avait été posée en principe »45.

18Quelle valeur faut-il attribuer à ces renseignements ?

  • 46 Enquête sur les événements du 18 mars, op. cit., t. I, p. 594.
  • 47 A D. S-M., M, Internationale. Rapport du c.c. police de Rouen, 10 septembre 1871. Cord’homme devai (...)

19La police semble avoir vraiment redouté la renaissance des sociétés secrètes ; les déclarations non confirmées de Chevallier furent reproduites dans le rapport du préfet de la Seine-Inférieure à la Commission d'enquête sur les événements du 18 mars46. Il est certain que la Fédération ouvrière n'avait pas disparu, mais loin de se réfugier dans la clandestinité, elle sollicita l'autorisation de se réunir, le 10 septembre, dans le local de la rue de l'Amitié. Le prétexte était le compte rendu du paiement du loyer de la salle, mais il s'agissait plutôt de réorganiser le Cercle des études économiques en nommant un nouveau bureau et une commission des comptes ; le but des futures réunions était assez vaguement mentionné : « l’instruction de tous par tous ». Parmi les signataires de la lettre, seul Marque était un ancien membre connu de l'Internationale ; les autres, Michel, ancien jardinier ; Jean Stephen, Bertin, Thomas Perrés, tisseurs ; Leroy, teinturier et Augustin Cavelier, tisserand n'avaient jamais occupé un poste de responsabilité ; aucun n'avait encouru de poursuites en avril. Cependant, sur avis du commissaire central, l'autorisation fut refusée « le Cercle d’études économiques n’étant qu’un des groupes de l’Internationale »47.

  • 48 A. D. S-M., M, Internationale. Ministre de l’Intérieur, 30 août 1871.

20Les radicaux, de leur côté, firent en septembre, campagne pour l'élection d’une constituante. Une pétition circula dans les ateliers : « Les soussignés considérant comme expiré le mandat de l'Assemblée demandaient sa dissolution » ; le 10 septembre, elle avait déjà recueilli 500 signatures. Le ministre de l’Intérieur rappela au préfet que le droit de pétition était reconnu et qu'il ne pouvait « exercer aucune action contre les individus qui l’exerçaient sans troubler l'ordre public, mais qu'il fallait s'opposer à ce que les corps constitués prennent part à des manifestations qui étaient contraires aux lois comme elles l’étaient à toutes les convenances »48.

21Les mois de juillet, août et septembre furent donc à peu près calmes ; l'agitation politique et sociale ne reprit qu’à la fin de l’année avec les élections au conseil général et les conflits du travail, qui dépassèrent largement en extension ceux de 1869.

Notes

5 Le Nouvelliste de Rouen, 26 juin 1871, « Pour obtenir l’apaisement il faut des hommes profondément dévoués,
A l'« Ordre, sans lequel il n’y a ni vraie liberté ni travail.
Au respect de la Famille, base de toute autorité ;
Au respect de la Religion, qui élève l’âme dans les temps de calme, la fortifie et la soutient dans les temps d’épreuves, et qui seule peut éteindre les convoitises malsaines, plaies de notre temps, parce qu’en consacrant les droits, elle ne les sépare jamais des devoirs » (Le président du comité, A. P. Taillet).

6 Le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871.

7 Le général Robert, né en 1814, chef d’état-major du général Douay en 1870, avait déjà été candidat en 1848 sur la liste des Amis de l'ordre et de la liberté.

8 Le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871.

9 Ibid., 29 juin 1871. Voir aussi Le Nouvelliste de Rouen, 28 juin : « La République, jusqu'à ce jour, n’a été qu’un intermède violent et désastreux. Il n'est pas nécessaire que les monarchistes l'attaquent ; ce sont les républicains qui se chargent de la tuer... ».

10 Le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871 : « Nous demandons comment l’insurrection du 18 mars a pu faire oublier la dictature de Gambetta ».

11 Gazette de Normandie, 15 juin 1871. La Gazette oppose sa conception de « l’ordre de Dieu » à l'ordre purement matériel du comité Taillet : « Pour nous l’ordre n'est pas tout entier dans le gendarme, pas plus qu'à notre avis l'honnêteté ne consiste pas seulement à échapper au parquet et à la maréchaussée » (Gazette de Normandie, 28 juin 1871).

12 Ibid., 29 juin 1871 : « La Gazette de Normandie aurait voulu des candidats catholiques et légitimistes au lieu des produits par trop généralement fades de la maison Taillet ».
Le Nouvelliste de Rouen, 29 juin 1871. Lettre de Raoul-Duval au comité Taillet.
Raoul-Duval s'explique sur les préventions qu’il a rencontrées à cause de son action dans la Ligue de l’enseignement ; il n’aurait jamais adhéré à une organisation qui lui fût apparue dirigée contre la religion.

13 Gazette de Normandie, 27 juin 1871 ; le Comité départemental rejeta les propositions du comité Keittinger et du Comité de l’ordre monarchique.

14 Ibid., 30 juin : « Son nom doit être, dès maintenant, soigneusement et impitoyablement biffé partout où on le rencontre ».

15 La Chronique de Rouen, 3 août 1871 : « M. Desseaux a perdu les grâces de son parti. On lui demandait de la verdeur, de la verve, de l’action, de la passion ; il n’avait à donner que de la sagesse, du calme, de la raison, de la prudence et presque de la lenteur. Ses électeurs se sont lassés de l'entendre appeler le Juste comme Aristide et ont oublié, sinon anathémisé leur propre idole ».

16 Journal du Havre, 29 juin : « Bazan, opposant déterminé sous l’Empire, éprouva quelques scrupules à figurer sur la liste du comité Desseaux aux côtés de Nétien ».

17 Gazette de Normandie, 29 juin : « La liste bénigne du Journal de Rouen comprend un maire de l’Empire, un inconnu, un républicain, qui ne sera pas élu ; Bazan a déclaré qu’il avait été mis sur la liste à son insu ».

18 Le Nouvelliste de Rouen, 28 juin 1871.

19 Journal de Rouen, 25 juin 1871.
Le Havre, 29 juin 1871 : « Le gouvernement de la République vient de rassurer la société contre les tentatives les plus criminelles et les plus insensées, mais sous prétexte de haine contre le seul gouvernement qui nous divise le moins, c’est la guerre et la révolution en permanence que l’on propose aux électeurs en soumettant à leur choix des candidats monarchistes » (Déclaration de Bazan, Le Baron et Deschamps).

20 Journal de Rouen, 27 juin 1871.

21 Journal de Rouen, 28 juin 1871. Pour rassurer davantage encore les électeurs, le comité républicain se plaçait, comme comité départemental, sous le patronage de Thiers « à qui l’on devait le rétablissement de l'ordre et la conservation du crédit national ». Il affirmait son respect des valeurs traditionnelles : « La République a toujours proclamé comme base fondamentale de toute société les principes d’ordre, le culte de la famille et le respect de la propriété dont les monarchistes prétendent s'attribuer le monopole. De plus, elle affirme la liberté de conscience, cette sauvegarde de toutes les croyances religieuses ».

22 Gazette de Normandie, 24 juin 1871.

23 Le Havre, 4 juillet 1871. Lettre du Comité central républicain du Havre : la liste du comité Desseaux et du Journal de Rouen n’était pas celle d'un parti mais d’une coterie ; de là, la liste patronnée par le Comité radical de Rouen à titre de protestation contre ce qui s’était passé, qui fut appuyée par le Comité central républicain du Havre.

24 Le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871.

25 Le Havre, 29 juin et 1er juillet 1871.
Pouchet (Georges), 1833-1894, était le fils de Félix Archimède Pouchet, auteur du Traité de la génération spontanée (1859).

26 Journal du Havre, 27 juin 1871. Les radicaux sont qualifiés de « brandons de discorde ».

27 Le Havre, 1er juillet 1871.

28 Si, au Havre, la liste radicale fut connue le 29 juin, à Rouen ses affiches ne furent placardées que le 30.
D’autre part, les hésitations des candidats radicaux avaient pu semer la confusion : Le Cesne avait annoncé à deux reprises (21 et 27 juin) qu’il ne serait pas candidat ; il en fut de même pour Duvivier. Voir le Nouvelliste de Rouen, 30 juin 1871.

29 Le calcul des chiffres des voix et des pourcentages a été établi de la façon suivante : moyenne de Lebourgeois, Robert et Raoul-Duval pour le Comité départemental ; Deschamps, Le Baron et Bazan pour le Comité départemental républicain ; Gambetta, Duvivier, Le Cesne et Pouchet pour le Comité radical.

30 Les conservateurs obtiennent la majorité absolue dans les arrondissements d’Yvetot (72 %), Dieppe (60 %), Neufchâtel (56 %), mais leur recul est général dans tous les cantons, urbains ou ruraux. Au Havre même, ils ne recueillent plus que de 1 850 à 1 943 voix au lieu de 2 987 à 3 796 en février 1871.

31 A l’exclusion de l'arrondissement du Havre, pour lequel aucune comparaison n’est possible avec février. Résultats de cet arrondissement, en juillet :
Conservateurs : 12 934 voix (Raoul-Duval) à 13 646 (Robert)
Républicains : 7 675 (Le Baron) à 8 293 (Bazan)
Radicaux : 4 644 (Duvivier) à 5 807 (Gambetta).
Au Havre même, la liste radicale arrivait en tête : Gambetta (4 636 voix) ; Deschamps (2 301) ; Robert (1 943).

32 Gazette de Normandie, 6 juillet 1871.

33 Le Nouvelliste de Rouen, 3 et 5 juillet 1871 : « Qu'on nous passe ce néologisme dans la langue politique, ces élections sont thiéristes car c'est dans le programme de Thiers que se résument pour le moment toutes les aspirations du parti de l’ordre ».

34 Journal de Rouen, 3 juillet 1871.

35 Les républicains modérés obtiennent des pourcentages beaucoup plus élevés dans les communes industrielles des cantons de Maromme (Déville 68 % ; Le Houlme 72 % ; Notre-Dame-de-Bondeville 76 %) et de Pavilly (Pavilly 69 % ; Barentin 82 %) que dans celles des cantons d’Elbeuf et de Grand-Couronne, où les radicaux ont mieux résisté.

36 Gambetta n’obtient au moins une voix que dans 4 communes du canton de Buchy, 7 de Boos, 2 de Duclair, 3 de Clères, 3 de Pavilly, chiffres très inférieurs évidemment aux votes radicaux de février.

37 Le Nouvelliste de Rouen, 28 juin 1871.

38 Le résultat de Darnétal est particulièrement étonnant ; inscrits 1 939 ; votants 1 027 ; blancs et voix perdues 432 ; républicains 543 ; conservateurs 326 ; les radicaux n'obtiennent aucune voix à l'exception de Gambetta (105). Il convient de remarquer que Vaughan, de sa prison, avait envisagé d’être candidat aux élections. Voir A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. Lettre du directeur de la prison de Rouen au préfet, 16 juin 1871 : « Le nommé Vaughan, prévenu politique a chargé hier M. Fouet, muni d'une autorisation de visite, d'aller trouver M. Marque, professeur à Elbeuf et Roger, demeurant à Rouen, afin, dit-il, « d’allumer » les voix pour lui aux prochaines élections ; il ajoute qu’il était sûr d’avance de Saint-Sever, Martainville, Elbeuf et Darnétal.
Le gardien qui assistait à la visite a arrêté de suite la conversation attendu que j’ai formellement interdit les conversations politiques ».

39 Après l’incident de l’île Lacroix (24 juin), les forces prussiennes avaient même été renforcées. Voir A. D. S-M., M, Occupation prussienne ; C.c. police de Rouen, 28 juin 1871 : « L’augmentation de la garnison prussienne produit sur la population la plus fâcheuse impression. Les adversaires de l’administration répandent le bruit que c'est elle qui a réclamé ce surcroît de garnison dans l'intérêt du maintien de l'ordre. Ce thème est même exploité dans un intérêt électoral ».

40 BESSON (Mgr)-La vie du cardinal de Bonnechose, op. cit., t. II, p. 141.
HELLIS (Dr) - Correspondance, B. M. Rouen, ms. cité, 12 janvier 1871.
A. D. S-M., R, Dissolution de la garde nationale (1871). Préfet, 6 avril, 22 juin 1871. Le préfet avait, au début d’avril, envisagé le réarmement d’une partie de la garde nationale de Rouen avec les 2 500 fusils détenus, depuis décembre 1870, par l’autorité prussienne et les 650 chassepots de mobilisés restés au Havre. Mais la garde nationale ne paraissait plus sûre depuis l'élargissement de son recrutement après août 1870 : le projet fut donc abandonné. La garde nationale du Havre, la seule qui subsistât depuis l’invasion allemande, fut dissoute par le décret du 14 novembre 1871, sans incident.

41 A. N., F 1 C I, 133. Préfet de la Seine-Inférieure au ministre, 22 juillet 1871.

42 A. D. S-M., M, Occupation allemande. Préfet au ministre de l’Intérieur, 21 et 22 juillet 1871. Le général Letellier-Valazé avait commandé la subdivision de la Seine-Inférieure de 1864 à 1870. Fait prisonnier à Metz, il était rentré en France en mars 1871 ; sous-secrétaire d’état à la guerre (24 mars), général de division (20 avril), il venait d'être nommé le 2 juin commandant de la 3e division militaire (Rouen).

43 A. N., F 1 C 133. Préfet, 1er juillet 1871.

44 A. D. S-M., M, Internationale, menées du parti radical. C.c. police de Rouen au préfet, 20 juillet 1871.

45 Ibid. Lettre de P. Chevallier, 26 juin 1871. L’auteur offrait ses services « comme homme de l’ordre » ; il se déclarait membre de l’Internationale et « faisant partie du bureau », après avoir été pendant 4 mois, secrétaire de correspondance à Venders. « Sachant tout ce qui se passait » il se mettait à la disposition du préfet, mais demandait le secret car « il craignait pour sa vie ».
Chevallier fut reçu par le préfet le 12 juillet ; il prétendit dévoiler l’organisation elbeuvienne et mit particulièrement en cause Piéton, Couronné et Déparnay : « Les membres actifs du sous-groupe elbeuvien sont Piéton, Couronné, Epernay (sic) ; Fossard fait de la politique, mais non du socialisme ».
Chevallier semble avoir gonfle son importance. C. OUKHOV (Documents relatifs à l'histoire de la 1re internationale en Wallonie - Louvain 1967, 376 p.) ne mentionne pas son nom : nous ne possédons aucun autre renseignement sur son activité à Elbeuf.
Bernard Lallemand a été membre de la section de Verviers (Voir OUKHOV op. cit., p. 128 et 132).

46 Enquête sur les événements du 18 mars, op. cit., t. I, p. 594.

47 A D. S-M., M, Internationale. Rapport du c.c. police de Rouen, 10 septembre 1871. Cord’homme devait recevoir de Paris des exemplaires d'une autre pétition rédigée dans le même but et qu’il se proposait de faire colporter. Préfet, 11 septembre ; selon le préfet, les autres parties du département restent étrangères à cette manifestation ; il estime cependant vraisemblable qu’elle trouvera un certain nombre d’adhérents dans l'arrondissement du Havre.
De même, en réponse à une enquête du ministre de l'Intérieur sur l'envoi d’émissaires de l’Internationale dans les campagnes pour recruter des adhérents dans les populations agricoles, le préfet assure qu’aucun fait de ce genre n’a été signalé jusqu’à présent en Seine-Inférieure (30 septembre 1871).

48 A. D. S-M., M, Internationale. Ministre de l’Intérieur, 30 août 1871.

List of illustrations

Title Elections à l'Assemblée Nationale (2 juillet 1871). Seine-Inférieure
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8302/img-1.jpg
File image/jpeg, 73k
Title Arrondissement de ROUEN29
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8302/img-2.jpg
File image/jpeg, 127k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Terms of use: http://www.openedition.org/6540