Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Cinquième partie. Après la Commune (1871-1876)

Après la Commune

Texte intégral

  • 1 A. D. S-M., U 1051. C.c. police de Rouen, 29 juin 1871 ; Creusot se trouvait alors à Saint-Amé (Vos (...)
  • 2 Voir Hellis - Correspondance, ms. cit., 21 juin 1871 : le Nouvelliste de Rouen. 3 et 22 juin 1871.
  • 3 La Chronique de Rouen. 28 mai 1871. Aubry fut arrêté au coin des rues Castiglione et Saint-Honoré ; (...)
  • 4 Arch. Vincennes, 15e conseil de guerre, no 203 ; Régnier fut prévenu d’avoir « dans un mouvement in (...)

1Les poursuites d’avril avaient complètement désorganisé le parti radical et la Fédération ouvrière. Les principaux dirigeants : Cord’homme, Delaporte, Fossard, Vaughan, Gustave Mondet, étaient en prison ; Creusot remis en liberté, avait jugé préférable de quitter la région1 ; Aubry lui-même avait disparu ; le bruit courut d’abord qu’il avait été fusillé aux Tuileries2 ; en réalité, dénoncé à la police, il avait été envoyé à Satory, puis interné sur un ponton de Lorient d’où il ne fut libéré qu’en septembre 18713 ; Régnier de son côté, avait déjà été arrêté, dès le 2 mai, à la gare de La Varenne4.

2Radicaux et membres de l’Internationale n’ont donc pu jouer qu’un rôle effacé aux élections complémentaires de juillet. Cependant, l’écrasement de la Commune n’avait pas anéanti leurs espoirs ; en octobre plusieurs radicaux sont élus au conseil général et parmi eux Cord’homme ; en décembre, les plus importantes grèves que Rouen ait connues éclatent dans l’industrie cotonnière. Le départ des Prussiens (22 juillet) avait permis le réveil des organisations politiques et ouvrières.

Notes

1 A. D. S-M., U 1051. C.c. police de Rouen, 29 juin 1871 ; Creusot se trouvait alors à Saint-Amé (Vosges).

2 Voir Hellis - Correspondance, ms. cit., 21 juin 1871 : le Nouvelliste de Rouen. 3 et 22 juin 1871.

3 La Chronique de Rouen. 28 mai 1871. Aubry fut arrêté au coin des rues Castiglione et Saint-Honoré ; alors qu’il avait été réquisitionné pour faire la chaîne devant le ministère des Finances, il fut reconnu par un pompier du détachement envoyé de Rouen et conduit place Vendôme.
Arch. Vincennes, 4e conseil de guerre, no 1634. Détenu sur le ponton La Vengeance, Aubry réussit à tromper la religion du magistrat instructeur, grâce à des fausses indications, aucune pièce ne pouvant alors servir de contrôle des dires de l’inculpé. Il fut mis en liberté à la suite d’une ordonnance de non-lieu du 23 août 1871 (Rapport du 12 février 1874).

4 Arch. Vincennes, 15e conseil de guerre, no 203 ; Régnier fut prévenu d’avoir « dans un mouvement insurrectionnel, porté des armes apparentes et un uniforme militaire... ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540