Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Quatrième partie. Les crises de la fédération ouvrière (1870-1871)

Chapitre III. L’occupation de Rouen et la Commune de Paris

Texte intégral

1Après la prise de Rouen, les Allemands occupèrent la plus grande partie de la Seine-Inférieure à l’exception du camp retranché du Havre, auquel ils renoncèrent à donner l’assaut ; l’armistice fixa la ligne de leurs avant-postes, de Fécamp à Lillebonne. La rive gauche de la Seine fut évacuée au début de mars, après la signature des préliminaires de paix ; mais le reste du département, le 22 juillet seulement.

  • 1 Procès-verbaux des séances du conseil municipal de Rouen (6 décembre 1870-12 juillet 1871). Lettre (...)
  • 2 Le Moniteur officiel à Rouen, 79 numéros du 14 décembre 1870 au 17 mars 1871, comprend une partie o (...)

2L’occupation paralysa la vie politique et économique ; elle a également limité nos sources d’information, puisque la presse de Rouen et d’Elbeuf cessa de paraître du 5 décembre 1870 au 5 février 18711 et que le Moniteur officiel prussien (14 décembre 1870-17 mars 1871) ne fournit guère de renseignements sur la région2.

L’OCCUPATION (5 DECEMBRE 1870 - 22 JUILLET 1871)

  • 3 Journal de Rouen, 6 octobre 1871. Réponse de Cord’homme au Nouvelliste de Rouen.

3Les principaux dirigeants démocrates et ouvriers quittèrent Rouen avec l’armée ; on les accusa plus tard d’avoir fui devant l’ennemi : « Nous partions, répondit Cord’homme avec l’espoir et le désir de la revanche. Avec les 35.000 hommes... de Rouen et les troupes du Havre, nous espérions reprendre l’offensive... »3.

  • 4 A. N., F 1 B 1 158 20 (Desseaux). Lettre du Comité central républicain du Havre, (Président, E. Dro (...)
  • 5 Carnot (Sadi), 1837-1894, ingénieur, préfet de la Seine-Inférieure (10 janvier-7 février 1871), dém (...)

4Au Havre, l’hostilité était si vive à l’égard des responsables présumés de la chute de Rouen que le préfet Desseaux ne fut pas admis à séjourner dans la ville ; le maire Guillemard prétendit que l’installation de la préfecture pourrait être l’occasion de graves désordres ; Desseaux se rendit à ses instances et repartit pour Honfleur ; une seconde tentative le 15 décembre, ne fut pas plus heureuse4. Le Comité central républicain du Havre demanda même à Gambetta, la révocation du préfet qui s’était montré au-dessous de sa mission dans la défense de Rouen ; le sous-préfet Ramel conseillait au gouvernement de désigner un commissaire civil avec pleins pouvoirs pour la défense de la Normandie. Le 10 janvier, Sadi Carnot fut nommé préfet de la Seine-Inférieure et commissaire extraordinaire de la République dans les départements de la Seine-Inférieure, de l’Eure et du Calvados5.

  • 6 Lizot (Gustave), 1831-1896, substitut du procureur impérial d’Evreux (1856) puis de Rouen (1862), s (...)
  • 7 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Rapports avec les autorités allemandes (occupation, évacuation, (...)
  • 8 A. N., F 1 C I 131. Les effectifs ont été très variables, même après l’armistice : 7 509 hommes à R (...)

5Une administration civile allemande s’installa à Rouen sous la direction de Cramer, conseiller du roi de Prusse, chargé des affaires de la préfecture de la Seine-Inférieure (8 décembre) puis du baron de Pfuel (29 décembre) ; la convention de Rouen signée le 16 mars entre le lieutenant-général de Fabrice et Pouyer-Quertier, ministre des finances, remit à l’autorité française l’administration départementale et communale, y compris la sûreté générale et le maintien de l’ordre public dans les départements occupés par les troupes allemandes. Un ancien magistrat de l’Empire, Lizot, succéda à Sadi Carnot comme préfet de la Seine-Inférieure6, mais l’état de siège était maintenu et le comte Lehndorff-Steinort, commissaire civil du rayon d’occupation de la 1re armée, conservait la surveillance de tout ce qui concernait les intérêts allemands, de la presse, de la sûreté, du mouvement des chemins de fer, « la répression et la punition de tous les excès qu’il jugerait de nature à pouvoir porter préjudice aux intérêts des troupes »7 : les 1er et VIIIe corps (général de Manteuffel), puis le XIIIe corps (grand-duc de Mecklembourg)8.

6Jusqu’à l’armistice, l’état-major allemand éprouva des inquiétudes sur le comportement de la population de Rouen : « Il s’agissait de garder une ville ennemie de plus de 100.000 habitants, parmi lesquels 30.000 ouvriers sans pain. Cette masse d’hommes faciles à soulever... qui à chaque coup de canon ou de fusil entendu dans les environs, accouraient sur les quais, en dissimulant mal leurs espérances, pouvait dans le cas d’une retraite de nos troupes à travers la ville, être pour nous un danger direct... ».

  • 9 WARTENSLEBEN (Hermann de) - Opérations de la 1re armée sous le commandement du général de Manteuffe (...)

7L’occupation avait aggravé la crise économique que traversait la région depuis la déclaration de la guerre9.

  • 10 A N., BB 30 390. Procureur général, juillet 1870.
  • 11 A N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 1er mars 1871.
  • 12 Ibid. Chambre de commerce d’Elbeuf, 4 mars 1871. L’intendance acheta 340.000 mètres d’excellentes d (...)

8Dès juillet 1870, les transactions commerciales s’étaient considérablement ralenties ; l’encombrement des produits manufacturés et la raréfaction du crédit amenèrent de nombreuses filatures de coton à réduire ou même à suspendre leur activité10 ; dans le tissage, la production des calicots pour impression et des articles légers fut particulièrement atteinte, par contre celle des cretonnes resta soutenue grâce aux achats de l’armée ; la vente des indiennes cessa complètement11. A Elbeuf également on déplora l’annulation de commandes, les reports d’échéances demandés notamment par les clients de l’est de la France ; cependant les ventes de draps à la 2e division militaire soulagèrent momentanément l’industrie lainière12. Selon la chambre de commerce, beaucoup de fabricants voulurent occuper aussi longtemps que possible leurs ouvriers jusqu’au jour où, par suite de l’investissement de Paris, ils virent clairement que toutes leurs ressources allaient être absorbées dans un stock considérable de marchandises en magasin.

  • 13 Ibid. Rapports de la chambre de commerce de Rouen, trafic du port de Rouen :
    1869 - 4e trimestre : 3 (...)

9L’invasion désorganisa complètement les communications ; dans leur retraite, les forces françaises avaient procédé à des destructions sur les voies ferrées et évacué une grande partie du matériel ; si le trafic de Rouen à Amiens fut rétabli le 19 décembre, les trains ne recommencèrent à circuler de Rouen à Paris et de Rouen au Havre qu’après l’armistice. Jusqu’à cette date également, la navigation fluviale resta interrompue en aval de Rouen par les épaves des navires que les Allemands avaient coulés près de Duclair, pour empêcher une attaque de la flotille du Havre13 ; les services postaux et télégraphiques ne reprirent qu’à la fin de janvier.

  • 14 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 49 (...)
  • 15 A. M., F 1 C III, Seine-lnf. 17. Délibération de la chambre de commerce de Rouen, 10 février 1871 ; (...)

10De leur côté, les autorités du Havre appliquèrent strictement le décret du 13 décembre, ordonnant le blocus de la côte entre la Somme et la Seine. Industriels et commerçants de Rouen et d’Elbeuf protestèrent contre cette rigueur. Lorsque, au début de janvier 1871, Raoul-Duval arriva à Bordeaux pour réclamer une commission d’enquête sur les événements de Rouen, il s’efforça d’obtenir aussi la levée partielle du blocus du Havre, de Dieppe et de Fécamp ; il convenait de le réduire aux seules marchandises susceptibles d’être militairement utilisées par l’ennemi, telles qu’armes, chevaux, munitions de guerre..., mais d’en excepter les denrées alimentaires dont la disette ne pouvait peser que sur la partie la plus pauvre de la classe ouvrière ; « L’absence de charbon et de matières brutes rendait tout travail impossible et amenait la misère à des proportions inconnues jusqu’à ce jour ». Raoul-Duval a déclaré qu’il fut successivement renvoyé de la Marine à la Guerre, de la Guerre à la Justice, de la Justice à l’Intérieur, sans parvenir à savoir quel était le ministre qui avait commandé le blocus. On prétendit même à Rouen « qu’il s’agissait d’une manœuvre politique, que les radicaux havrais espéraient que l’excès de misère provoquerait une révolte des ouvriers rouennais »14. « S’il y avait tentative de soulèvement, remarquait Raoul-Duval, elle se produirait, non pas contre les Prussiens mais, ce qui serait beaucoup moins dangereux, contre les Français désarmés... ». Après l’armistice, le 10 février 1871, la chambre de commerce de Rouen s’éleva à son tour contre l’interdiction d’expédier vers Rouen cotons et houilles « mesure inique et inhumaine » qui ne pouvait plus être justifiée par le prétexte de défense nationale ; Pouyer-Quertier et Cordier délégués près du gouvernement n’obtinrent la levée du blocus que le 20 février15.

  • 16 A N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 15 avril 1872.
    A Elbeuf, les marchands s’approvisionn (...)

11C’est seulement après la signature des préliminaires de paix que l’on constate une véritable reprise du travail, favorisée par l’accumulation des besoins16 ; mais les événements de Paris suspendirent à nouveau la demande ; les stocks de 1870 s’écoulèrent à des conditions défavorables et le chômage persista jusqu’en juin.

  • 17 Journal de Rouen, 30 novembre 1871. La situation industrielle, rapport au conseil général.
  • 18 HALEVY (Ludovic) - L’invasion, souvenirs et récits - Paris 1885, 330 p., p. 246-250. Halévy rapport (...)
  • 19 FLAUBERT (Gustave) - Correspondance, op. cit. Lettre à la princesse Mathilde, 23 octobre 1870.
    Voir (...)

12L’industrie connut donc une crise d’une gravité exceptionnelle : « Pendant cinq mois, un silence de mort s’étendit sur tous les établissements sans exception et le niveau de la misère s’éleva d’une manière effrayante17. En entrant dans la zone occupée de la Seine-Inférieure, Ludovic Halévy fut surtout frappé par le dénuement de la population : « Des bandes de Prussiens et des bandes de mendiants, voilà Yvetot ! Et plus de mendiants encore que de Prussiens, La misère est horrible, Yvetot compte une très nombreuse population de tisserands, et pas un métier n’a marché depuis six mois... Sur la route jusqu’à Barentin, nous sommes poursuivis par des troupes de mendiants, vieillards, femmes, enfants. Ils courent après la voiture, s’accrochent aux portières, criant d’une voix lamentable : la charité, un peu de pain ! »18. Dans sa correspondance, Flaubert a fait allusion à l’insécurité qui régnait à Croisset : « Nous sommes assaillis par des bandes de pauvres ; nous en avons jusqu’à quatre cents par jour. Ils font des menaces ; on est obligé de fermer les volets en plein jour... »19.

  • 20 La municipalité offrait d’avancer 10 F par semaine et par ouvrier à tout manufacturier qui s’engage (...)
  • 21 Procès-verbaux du conseil municipal de Rouen, op. cit., 30 décembre 1870. En décembre, la dépense s (...)
  • 22 Ibid., 17 mars 1871. Les contributions de guerre en argent s’étaient élevées à 740.000 F.
    Les dépens (...)
  • 23 BESSON (Mgr) - Vie du cardinal de Bonnechose, Paris, 2 vol., 516 et 680 p. ; t. II, p. 143 : « Un j (...)

13Dans les principaux centres, la mendicité fut cependant fortement atténuée par l’assistance publique. A Rouen, la municipalité accorda des avances aux manufacturiers pour leur permettre de prolonger l’activité de leurs ateliers20 ; elle envisagea même de garantir financièrement un comptoir de main-d’œuvre, société anonyme dont le but aurait été de passer des commandes aux industriels de la ville. L’échec de ces initiatives l’obligea à revenir aux formes traditionnelles de secours : ouverture, le 16 décembre, d’ateliers communaux consacrés à des travaux d’utilité publique (chemin de fer de Rouen à Elbeuf, chemin d’intérêt commun de Rouen à Bonsecours, terrassements de Quatre-Mares, aménagements du jardin de l’Hôtel de Ville) ; attribution par les bureaux de bienfaisance de bons alimentaires (six livres de pain par semaine aux hommes et aux femmes, quatre livres et demie aux enfants) ; organisation de fourneaux économiques pour distribuer des soupes aux chômeurs et aux indigents (elles coûtaient 15 à 20 centimes et pouvaient être livrées pour 10 centimes aux industriels). A la fin de décembre, 30 000 personnes étaient ainsi secourues ; en janvier, le chiffre dépassa 40 00021. Du 5 décembre au 10 mars la municipalité a estimé que les pertes subies par la ville de Rouen (réquisitions et dommages en nature, contribution en argent, entretien et nourriture des troupes...) s’étaient élevées à 7.500.000 F, les frais de l’assistance aux ouvriers et indigents étant compris dans ce chiffre pour 1.269.989 F22. Il n’existe aucune évaluation de l’assistance privée ; nous savons seulement que le cardinal de Bonnechose répartit plus de 100.000 F entre les ouvriers sans travail et les communes soumises aux contributions de guerre23.

  • 24 A. M. Darnétal, Assistance ; sur 5 800 habitants, on comptait 2 000 chômeurs en septembre, les atel (...)
  • 25 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 4 mars 1871.

14La situation était aussi déplorable en banlieue ; Darnétal, Oissel, Sotteville... durent créer des ateliers24. A Elbeuf des secours furent largement distribués soit au moyen de travaux communaux, soit par des souscriptions en faveur des familles privées par la guerre de leurs soutien, soit par l’ouverture de refuges pour l’enfance « dans lesquels les enfants sont nourris, habillés et gardés pendant le jour pour qu’ils n’errent pas dans les rues, soit enfin par l’intermédiaire du bureau de bienfaisance généreusement doté. (Mais) tous les efforts de la charité... ne sauraient empêcher la démoralisation qui naît de la mendicité ; il résulte de cet état de chose une espèce de droit à la paresse »25.

  • 26 DUBOSC (Georges)-La guerre de 1870-1871 en Normandie - Rouen 1905, p. 126-127. Au cours de la soiré (...)
  • 27 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871, Occupation, Rapports du commissaire central (26 juin), du charg (...)

15Toutes les mesures en faveur des classes populaires contribuèrent probablement à éviter des incidents avec les forces d’occupation ; de décembre 1870 à juillet 1871, on ne peut signaler à Rouen que deux manifestations collectives contre les Allemands. Le 10 mars, la journée des Drapeaux noirs : pour protester contre la visite du prince Frédéric-Charles, le futur empereur Frédéric III, de nombreux Rouennais arborèrent, en signe de deuil, des drapeaux noirs aux façades de leurs maisons26. Le 14 juin, l’affaire de File Lacroix : trois officiers allemands qui se promenaient en barque entre file Lacroix et la rive gauche furent assaillis par une grêle de pierres lancées du pont et du quai de Saint-Sever ; la foule était composée, selon le rapport du commissaire central, « d’enfants et d’ouvriers de la plus basse classe ; par contre les promeneurs bourgeois ne se seraient mêlés en aucune façon à l’agression »27.

  • 28 Procès-verbaux du conseil municipal de Rouen, op. cit., p. 2, 7 décembre 1870.
  • 29 BESSON (Mgr) - La vie du cardinal de Bonnechose, op. cit., t. II, p. 141 : « J’ai fait voir au géné (...)

16Mais l’occupation ne fit pas disparaître les antagonismes entre Rouennais. Dans une lettre du 26 janvier, le docteur Hellis s’indignait des sombres menaces proférées par les ouvriers ; les Prussiens partis, ils proclament qu’ils assassineront tous les riches qui ont refusé de donner de l’argent pour défendre la ville. « On dépense 80.000 F par semaine pour apaiser les besoins des indigents qui ne tarissent pas d’imprécations contre ceux qui s’épuisent à les alimenter. Afin de prévenir une insurrection après l’évacuation de la ville, dès le 7 décembre le conseil municipal avait demandé au commandement allemand de conserver les armes de la garde nationale »28, et le cardinal de Bonnechose fit la même démarche auprès du général de Manteuffel lui-même29.

L’ELECTION A L’ASSEMBLEE NATIONALE (8 FEVRIER 1871)

  • 30 Annales parlementaires, t. XXV, p. 1361 - Enquête sur les actes du gouvernement de la Défense natio (...)

17Dès le lendemain de l’armistice, le décret du 29 janvier 1871 organisa les élections à l’Assemblée nationale. Les représentants des comités républicains, réunis au Havre adressèrent vainement un télégramme de protestation à Gambetta : « Fidèle aux sentiments qui l’ont toujours animée, la démocratie de la Seine-Inférieure émet le vœu suivant : pas d’élections, lutte à outrance »30.

  • 31 Décret du 4 février 1871, signé Gambetta. Voir Brindeau (Louis) - Les événements de 1870-1871 au Ha (...)
  • 32 Le Courrier du Havre prétendit que « cette combinaison électorale » avait été proposée à la délégat (...)
  • 33 Ibid., 13 février 1871. Protestation d’électeurs du Havre.

18Le 8 février, la Seine-Inférieure devait donc choisir 16 députés au scrutin de liste départemental majoritaire. Mais un décret de Bordeaux (4 février) autorisa la ville du Havre et son arrondissement à constituer une circonscription de vote distincte pour désigner quatre représentants ; cette décision était officiellement justifiée par l’occupation allemande qui interrompait les communications et « constituait l’arrondissement du Havre à l’état de péninsule parfaitement isolée »31. Mais elle donnait aussi satisfaction aux tendances autonomistes des Havrais qui réclamaient depuis longtemps la création d’un département de Seine-Maritime et surtout elle devait permettre aux républicains, certains d’être vaincus dans l’ensemble du département, d’enlever les quatre sièges du Havre32. Après la démission de Gambetta, Arago confirma la division du département alors que le gouvernement de Paris refusait de ratifier le décret. Il en résulta de sérieuses complications au moment du dépouillement : dans les cantons du Havre on ne compta que les quatre premiers noms des listes départementales de candidats33.

  • 34 Les difficultés financières et politiques de la presse radicale apparaissent dans la succession mêm (...)
  • 35 Le Nouvelliste, 7 octobre 1870. Liste du Comité central républicain - Onze noms seulement furent co (...)

19La campagne électorale fut de très courte durée ; les journaux de Rouen ne reparurent que le 5 ou le 7 février : Nouvelliste, Journal de Rouen, Liberté et Patriote (ces deux derniers n’eurent d’ailleurs qu’une existence éphémère)34. Nous ne possédons que peu de renseignements sur les conditions dans lesquelles les comités élaborèrent les listes de candidats. Celles du Comité central républicain et de l’Union patriotique et libérale avaient été préparées en vue du scrutin du 16 octobre 1870, mais elles subirent de sérieux remaniements35.

  • 36 La Liberté de Rouen (7 février 1871) mit les Républicains en garde contre leurs divisions « L’éparp (...)

20A une seule liste conservatrice s’opposèrent six listes républicaines36.

  • 37 FLAUBERT (Gustave) - Lettres inédites à Raoul-Duval - Paris 1950, 318 p. ; p. 42 : « Les cléricaux (...)
  • 38 Le Nouvelliste de Rouen, 6 février 1871. Lettre d’Alphonse Cordier. La Délégation de Bordeaux avait (...)
  • 39 Journal de Rouen, 6 février ; la Liberté de Rouen, 7 février 1871.

21La liste conservatrice était fort habilement dosée ; elle comprenait des personnalités nationales : Thiers, Trochu, Dufaure, des notabilités départementales de Rouen (Pouyer-Quertier, Cordier), d’Elbeuf (Buée), du Havre (Peulvé), de Dieppe (Lanel, maire de la ville, Buisson), d’Yvetot (Anisson-Duperron...), parmi lesquelles plusieurs anciens députés de la Seine-Inférieure : Thiers, Ancel, Vitet, Buisson, Pouyer-Quertier. Elle résultait d’un accord entre deux comités ; Comité départemental (ancien comité Taillet, conservateur) et comité de l’Union patriotique et libérale de Keittinger-Turgis - considéré comme plus clérical - qui fit remplacer Raoul-Duval par Dufaure37. Politiquement, quelles tendances représentaient ces candidats ? On trouvait des légitimistes : Ancel, de Bagneux, Vitet ; des orléanistes : Peulvé, Anisson-Duperron ; des libéraux qui s’étaient opposés à l’Empire : Buisson, Cordier - ce dernier tint à manifester avec netteté ses convictions républicaines : « Je veux la République parce que la forme républicaine, malgré les erreurs et les fautes des républicains, est encore la seule qui permette d’accueillir le concours de toutes les bonnes volontés sincèrement et loyalement dévouées au salut de la patrie... »38. Plus tard, Buisson, Cordier, Lanel et Buée siégèrent d’ailleurs au centre gauche avec Thiers et Dufaure. La liste conservatrice représentait, sans option sur le régime futur de la France, tous les « éléments d’ordre », à l’exception des bonapartistes trop voyants, candidats officiels de 186939.

22La liste du Comité départemental républicain soutenue par le Journal de Rouen était placée sous le patronage de Jules Favre, Sénard et Frédéric Deschamps ; elle paraissait donc donner toutes garanties aux modérés ; elle faisait cependant une large place à des éléments politiquement plus avancés : Duvivier (Rouen), Le Cesne et Peulevey (Le Havre), Dautresme (Elbeuf) ; la moitié de ses candidats figuraient en effet sur les listes radicales, par contre aucun sur la liste du Nouvelliste de Rouen : mais il exista une liste formée par « un certain nombre d’électeurs » qui accueillit également Thiers, Trochu, Gambetta et Buisson.

  • 40 Liste du Comité central républicain : Duvivier, Pouchet, Crépet, Dautresme, Dufour, Le Cesne, Peule (...)
  • 41 Journal du Havre, 2 février 1871 : Cette liste a été constituée par les délégués des comités démocr (...)

23Sur les quatre listes radicales, deux seulement reçurent l’appui de la presse havraise ou de la Liberté de Rouen. La liste du Comité central républicain avec les principaux partisans de la lutte à outrance, Cord’homme, Vaughan, Régnier, Manchon...40. Celle des Comités républicains réunis constituée au Havre plaça nécessairement en tête les quatre candidats de la circonscription. Dufour, Le Cesne, Peulevey et Quesnel, d’autre part, elle substitua à Duvivier, Crépet et Pouchet deux démocrates rouennais, réfugiés au Havre, Aubry et Leplieux, ainsi que le sous-préfet Rame41.

  • 42 B. M. Rouen, dossiers A.Z, Elections du 8 février 1871. Candidats des Patriotes de Rouen : Ledru-Ro (...)
  • 43 Comité radical républicain : Gambetta, Ledru-Rollin, Delescluze, Cord’homme, Aubry, Manchon, Vaugha (...)
  • 44 Régnier est présenté sur la liste du Comité radical républicain comme « ancien membre de l’Internat (...)

24Les deux autres listes ne sont connues que par des bulletins qui ont été conservés ; les Patriotes de Rouen42 et le Comité radical républicain43 qui apparaît pour la première fois, présentèrent de nombreux candidats communs avec les autres comités démocratiques et ajoutèrent des personnalités extérieures, Gambetta, Ledru-Rollin, Delescluze, et des militants d’Elbeuf, Diot et Fossard. L’Internationale disposa donc de représentants sur toutes les listes radicales : deux sur les listes du Comité central républicain et des Patriotes de Rouen, trois sur celle des Comités républicains réunis, quatre sur celle du Comité radical républicain44.

  • 45 Le Nouvelliste de Rouen, 8 février 1871.
  • 46 Ibid., 7 février 1871.
  • 47 Le manifeste électoral du comité départemental (Le Nouvelliste de Rouen, 5 février 1871), se pronon (...)

25Les conservateurs affectent avant tout de défendre la liberté contre la dictature de Gambetta, dont la politique depuis octobre 1870 n’aurait été inspirée que par les préoccupations électorales : « C’est sans doute parce que les transformations du personnel administratif (préfets, sous-préfets, procureurs...) n’étaient pas alors assez complètes qu’on refusa en octobre l’armistice qui permettait de procéder aux élections. On a attendu pour cela la capitulation de Paris et on a donné à l’ennemi le temps d’occuper notre territoire à 150 kilomètres autour de la capitale... Nous conjurons les électeurs de rejeter loin d’eux tout esprit de parti... Les complaisants de la dictature de Bordeaux doivent être soigneusement écartés »45. Les conservateurs s’abstiennent de poser la question du régime (comment auraient-ils pu le faire si l’on tient compte de l’hétérogénéité de leur liste ?) ; ils prêchent l’union nationale : « Apprenons donc à être Français avant tout, à faire abnégation de nos tendances personnelles et de nos prédilections particulières pour telle ou telle forme de gouvernement et n’envisageons que les intérêts du pays... Que tous les partis tombent d’accord pour ne poursuivre qu’un seul but, le salut de la nation. Trève de criailleries, d’accusations stériles... »46. L’assemblée devra se prononcer sur la paix ou la guerre ; il n’est fait aucune allusion à l’intégrité du territoire, les patriotes doivent se consacrer au relèvement du pays47. Le programme de liberté et de paix conduit tous les amis de l’ordre à mener une lutte vigoureuse contre la démagogie : « Ne regardons que le drapeau de la France, écartons systématiquement les hommes de passion politique, les discoureurs et les péroreurs. Montrons-nous impitoyables à l’égard de ceux qui, sous tous les régimes, et même avec la forme de gouvernement qu’ils désirent ne peuvent pas se résigner à abdiquer le rôle de factieux... Soyons sérieux, soyons Français ; que tous les hommes d’ordre, que tous les véritables patriotes restent unis... Ce n’est pas à l’heure présente où les radicaux incorrigibles s’agitent, malgré la présence de l’ennemi, qu’il est permis d’hésiter ».

  • 48 Journal de Rouen, 7 février 1871.
  • 49 Sur la question de la guerre, la controverse porta plus sur les responsabilités au sujet de l’évacu (...)
  • 50 Journal de Rouen, 8 février 1871.

26Pour le Comité départemental républicain, le vote du 8 février, doit être « une revendication des grands principes de la Révolution française, une glorification de l’indépendance nationale, un témoignage posé en face de l’étranger d’une union courageuse et patriotique de toutes les forces morales du pays »48. Il n’est donc pas envisagé de reprendre le combat. Le comité met au premier plan la question du régime : « Les électeurs choisiront leurs représentants parmi les constants adversaires de l’Empire ; parmi les listes qui leur sont proposées, ils acceptent celle qui contient le nom d’adversaires de tout despotisme, de citoyens uniquement fiers de ce titre et de républicains sincères... »49 ; ces modérés refusent d’être confondus avec les fauteurs de troubles : « La République est l’ennemie du désordre et des abus de toute sorte ; c’est elle qui nous rendra le repos, la sécurité, la grandeur de la nation... »50.

  • 51 La Liberté de Rouen, 6 février 1871.
  • 52 Journal du Havre, 2 février 1871.

27Les radicaux proclament hautement leur attachement à l’idée républicaine. La Liberté accuse les candidats du Nouvelliste de complicité avec le régime déchu51 ; leur passé répond de l’avenir ; « Leur entente pour renverser la République sera toujours parfaite..., mais s’ils pouvaient y réussir leur désunion immédiate viendrait aussitôt s’ajouter aux malheurs publics. Les uns tiendront pour Chambord, les autres pour les d’Orléans, les autres pour Bonaparte ; nul de ces hommes ne tiendra pour la France seule, car la France n’existe pour eux que quand elle est livrée à une famille princière... ». Les champions de l’ordre, de la légalité, de la régularité, ces fougueux sauveurs plébiscitaires sont précisément les hommes « qui provoquent tous les bouleversements et qui amènent nos périodiques révolutions ». Quant à la paix, même les radicaux du Havre ne la rejettent pas. S’ils ont tenu haut et ferme le drapeau national, ils se déclarent prêts à payer les fautes commises en tolérant Napoléon III. « Mais nous ne voulons pas, ajoutent-ils, que le déshonneur aggrave notre désastre. Nous ne refusons pas la paix, mais nous la voulons digne de la France et de la République... »52.

  • 53 A. N., C 3456. Les procès-verbaux de cette élection n’existent qu’aux Archives nationales ; encore (...)

28Le 8 février, on put tout d’abord noter le nombre élevé d’abstentions53 ; 132 000 votants en 1871 contre 153 000 en 1869. D’autre part, les résultats ne purent être proclamés pour l’ensemble du département, les bureaux du Havre n’ayant fourni que des chiffres incomplets.

  • 54 LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure..., op. cit., p. 227 : « Les partisans de la list (...)

29Circonscription du Havre : si les républicains - essentiellement les quatre candidats des comités républicains réunis - obtiennent la majorité absolue dans la ville même (61 % en 1871 contre 48 % en 1869 ; 7 824 voix à Le Cesne, 3 796 à Thiers), les conservateurs l’emportent finalement grâce aux votes des cantons ruraux (Le Cesne 1 1 575 voix, Thiers 18 039)54.

30Arrondissements de Dieppe, Neufchâtel, Rouen et Yvetot : le succès de la liste Thiers est encore plus nettement assuré (74 % des votants contre 11 % au Comité départemental républicain et 9 % aux listes radicales). Parmi les listes radicales, celles des Comités républicains réunis et du Comité central républicain se partagent à peu près les suffrages, les deux autres, Patriotes et Comité républicain radical ayant recueilli ensemble moins de quatre cents voix.

Elections du 8 février 1871 (à l’exception de l’arrondissement du Havre)

Elections du 8 février 1871 (à l’exception de l’arrondissement du Havre)
  • 55 Voir note sur les résultats de l’arrondissement de Rouen.

Note 5555

  • 56 Les moyennes ont été calculées de la façon suivante ;
    Pour la liste des conservateurs, 13 candidats  (...)

Elections à l’Assemblée Nationale (8 février 1871)56. Arrondissement de Rouen

Elections à l’Assemblée Nationale (8 février 1871)56. Arrondissement de Rouen
  • 57 Résultats comparés du canton d’Elbeuf.

31Dans l’arrondissement de Rouen, les oppositions antérieurement constatées entre les cantons subsistent donc ; les républicains conservent la majorité absolue à Rouen (4e et 6e cantons), à Elbeuf et à Grand-Couronne. Mais par rapport à 1869, ils enregistrent presque partout un net recul du pourcentage de leurs voix, un quart environ dans les villes et la moitié dans les campagnes ; des libéraux qui, en 1869, avaient voté pour Desseaux contre le candidat de l’Empire ont cette fois, rallié le camp des conservateurs. L’originalité d’Elbeuf n’en apparaît que plus grande : c’est le seul canton qui ait accordé plus de voix aux républicains en 1871 qu’en 1869, grâce aux communes de la banlieue (Caudebec et Saint-Pierre)57.

  • 58 Le pourcentage des voix radicales a très peu varié d’un scrutin à l’autre : 14 % en 1870, 13 % en 1 (...)

32Chez les républicains, on peut observer que le Comité départemental précède presque partout les listes radicales, sauf dans les cantons d’Elbeuf, de Grand-Couronne et de Pavilly. Cet affaiblissement du radicalisme par rapport à 1849 était déjà apparu en 1870 aux élections municipales de Rouen58. Quant aux candidats de l’Internationale, ils subissent le sort des listes radicales sur lesquelles ils figurent : Vaughan 9 807 voix (Comité central républicain et Comité des républicains réunis), Aubry 4 085 voix (Comité des républicains réunis exclusivement).

  • 59 Journal de Rouen, 10 février. Le Journal de Rouen appuyait son argumentaion sur la déclaration de C (...)

33Le Journal de Rouen prétendit que ces résultats étaient dus à l’exploitation de la peur d’une reprise des hostilités : « ... Nous y voyons une trace regrettable des préoccupations individuelles soutenues par la situation tout exceptionnelle de notre département. Tant de gens sont intéressés à présenter dans un jour faux les ardeurs du patriotisme qu’ils ont pu troubler la conscience de certains électeurs cruellement frappés dans leurs familles et dans leurs fortunes et trop préparés par les malheurs dont ils souffrent à des erreurs d’appréciation bien regrettables pour la cause de la liberté... ». Mais les vainqueurs avaient promis l’indépendance du pays, une attitude digne devant l’étranger ; la nécessité de la République avait été proclamée par les « manifestations » électorales59. « Nous pouvons donc prendre acte que les électeurs ont voté pour la République, pour l’indépendance nationale et pour que l’honneur du pays soit défendu ».

  • 60 Le Nouvelliste de Rouen, 12 février 1871. Voir aussi le Courrier du Havre (13 février 1871) : « Ce (...)

34Le Nouvelliste répondit que « les idées républicaines n’étaient pas en cause et qu’on avait grand tort de les faire intervenir dans les circonstances actuelles ; il s’agissait du pays !... Par son vote du 8 février, le département de la Seine-Inférieure a voulu condamner le désordre, condamner la dictature usurpée et créer enfin un état de choses régulier qui permette à la France de se relever de ses désastres »60. Le scrutin du 8 février apparaissait donc surtout comme une victoire sur la République radicale.

ROUEN ET LA COMMUNE DE PARIS

  • 61 HELLIS (Dr) - Correspondance, ms. cit.. Lettre à Floquet (3 juin 1871).
  • 62 Ibid., 22 juin 1871. Hellis ajoute : « Outre son plan on a trouvé chez lui 200.000 F, car il était (...)

35Dans ses lettres de juin 1871, le docteur Hellis révélait à un correspondant à quels périls la ville de Rouen venait d’échapper : « Un vaste complot était organisé pour faire jouir au plus tôt les grandes villes des douceurs de la Commune. Rouen était en première ligne... Les fils de cette trame ont été saisis ; on a capturé et mis à l’abri plusieurs des meneurs, entre autres M. Cord’homme, membre du conseil général ; heureusement Aubry, typographe (sic), qui était le chef suprême, a été tué à Paris récemment... »61. Il était à la tête d’un mouvement bien combiné, d’abord assassinat de tous les prêtres, emprisonnement comme otages des notables de la ville, incendie de la rue de l’Impératrice dont je suis et des quartiers dits riches plus le Palais de Justice »62. Le docteur transpose évidemment les événements de Paris ; de mai à juin, la ville de Rouen fut-elle vraiment menacée de la proclamation d’une Commune ? On peut en douter.

  • 63 Le Réveil social, 26 juin 1892. Enquête sur les événements du 18 mars, op. cit., p. 523. Aubry quit (...)
  • 64 Le Réveil social. 19 mars 1893. Le 18 mars, souvenirs : « Cord’homme déclara qu’il devait rentrer à (...)

36Les patriotes réfugiés au Havre n’étaient rentrés à Rouen qu’après l’armistice. Aubry et Cord’homme se trouvaient à Paris le 18 mars ; Aubry était venu se procurer du matériel d’imprimerie63 et Cord’homme passait quelques jours dans la capitale » que le siège l’avait empêché de visiter »64.

  • 65 VAUGHAN (Ernest) - Souvenirs sans regrets, op cit., p. 12.
  • 66 Arch. Vincennes, Ly 8. Theisz était directeur général des Postes.
  • 67 Le Nouvelliste de Rouen, 30 mars et 19 avril 1871.
    La confusion s’explique facilement ; il y avait b (...)

37Selon Vaughan qui se trouvait en leur compagnie, Aubry et lui-même firent à Varlin des « offres de service »65. Au début d’avril, Aubry fut nommé grâce à Theisz, chef de la caisse des postes66. Le bruit courut à Rouen qu’il avait été élu à la Commune ; il s’agissait d’une confusion. Car Aubry n’exerça aucune fonction politique jusqu’en mai67. Quant à Vaughan, il regagna Rouen où il devint le principal animateur de l’Internationale.

  • 68 A. D. S-M., M, Internationale : C.c. police d’Elbeuf, 12 juillet 1871.
  • 69 Arch. Vincennes, 15e conseil de guerre. Arrivé à Paris le 30 Mars, Régnier fut incorporé dans la 12(...)

38A Elbeuf, qui n’était plus occupé par les Prussiens, Régnier aurait essayé de provoquer un mouvement de solidarité à l’égard de Paris : « Plusieurs conciliabules eurent lieu, mais ils n’attirèrent que peu de monde et n’aboutirent à aucun résultat. La majorité de la population ouvrière, très éprouvée par le chômage, généreusement secourue, alimentée par la bienfaisance municipale, hésita à se lancer dans cette voie dangereuse qui l’aurait conduite à une misère irrémédiable ; elle résista à l’entraînement et ne voulut point écouter ses meneurs... »68. Régnier partit alors à Paris - pour rencontrer Aubry, affirme le commissaire central, - pour trouver du travail et rejoindre sa famille, déclara l’intéressé devant le conseil de guerre. En son absence Piéton, « toujours timide et circonspect » hésita à s’engager ; Fossard allait donc prendre la tête du mouvement69.

  • 70 Enquête parlementaire sur les événements du 18 mars, op. cit., t. III, pièces justificatives, procè (...)
  • 71 L’Internationale, 15 octobre 1871. Considérations sur la Commune de Paris (Eugène Faillet) : « Le 2 (...)

39Les relations entre Paris et Rouen furent assurées par l’intermédiaire d’Aubry : le 23 mars, invité au conseil fédéral de l’A. I. T. pour discuter de l’état social de la province, il expliqua l’indécision qui régnait à Rouen : « Rouen s’étonne de ne pas trouver une liaison intime entre la Fédération ouvrière et le Comité central ; cependant la révolution du 18 mars est toute sociale et les journaux dans toute la France citent l’Internationale comme ayant pris le pouvoir ; nous savons qu’il en est différemment. Je crois que l’on coordonnerait le mouvement en invitant le Comité central à adhérer à l’Internationale... »70. D’après l’auteur des Considérations sur la Commune, parues dans le journal belge l’Internationale, Aubry aurait inspiré la déclaration par laquelle le comité fédéral exposa son programme de révolution communale : autonomie de la commune ; organisation du crédit, de l’échange et l’association, afin d’assurer au travailleur la valeur intégrale de son travail ; instruction gratuite, laïque et intégrale ; droit de réunion et d’association, liberté absolue de la presse ; organisation au point de vue municipal des services de police, de force armée, d’hygiène, de statistique...71.

  • 72 A. D. S-M., M, Internationale, Rapport du 13 juillet 1871. Ce document a servi de base au rapport d (...)

40Le commissaire central de Rouen a résumé l’activité de l’Internationale en mars et avril 187172 : « Aubry adressait des correspondances qui toutes exaltaient le régime de la Commune ; la bourgeoisie, les patrons ont fait leur temps, disait-il dans l’une de ses lettres, c’est maintenant à notre tour. Les réunions devinrent plus fréquentes, et plus nombreuses. Outre les correspondances d’Aubry, on y lisait les plus mauvais journaux : le Vengeur, le Cri du Peuple, le Père Duchêne avaient la préférence. On cherchait à connaître le jour du départ des Prussiens, car Aubry n’attendait que cela pour venir proclamer la Commune à Rouen (6 avril 1871), il prêchait sans cesse l’organisation, se plaignait de la tiédeur de la province, et enfin conseillait une manifestation en faveur de la Commune..., (le 14 avril), la correspondance d’Aubry est plus intéressante que les précédentes, il annonce qu’il va voir Tolain pour organiser le gouvernement provisoire, car celui de Versailles va disparaître.

41« Dans la séance du 17 avril apparaît la possibilité d’un anéantissement de Paris : Aubry annonce que la Commune préférera s’ensevelir sous les ruines plutôt que de céder ».

  • 73 A. D. S-M., U 1051, Cette lettre, ainsi que la suivante furent saisies sur Vaughan.

42Les copies de trois lettres seulement ont été conservées. Dans l’une d’elles, à Mondet (5 avril 1871), Aubry regrette que les Internationaux « ne soient pas encore à la Commune... ; jusqu’alors nous n’avons eu que des décrets politiques... Cependant la Commune a décrété la séparation absolue de l’Eglise et de l’Etat qui a bien un caractère économique... ». Les socialistes rationalistes, parmi lesquels Aubry se range, doivent faire adopter des réformes économiques, donner satisfaction aux ouvriers pour qu’ils soient certains que l’ordre nouveau n’a rien du semblable avec l’ancien73.

  • 74 Aubry adressa cette lettre à Lapierre pour protester contre la fausse information parue à son sujet (...)

43Dans sa lettre à Lapierre, directeur du Nouvelliste de Rouen (19 avril,), Aubry explique son ralliement à la Commune, première étape de l’affranchissement des ouvriers : « La Commune proclame énergiquement le principe fédératif qui, seul, est capable de construire l’ordre vrai et de nous débarrasser des utopistes autoritaires de toute école... ». Elle affirme pour la première fois depuis 1789, l’avènement du travail au pouvoir. Aubry précise à nouveau que l’Internationale ne joue qu’un rôle très secondaire dans la Commune ; en conclusion, il se déclare certain que le prolétaire parisien s’ensevelira sous ses murailles plutôt que d’abandonner une parcelle des droits économiques qu’il aspire à exercer librement et pacifiquement74.

  • 75 A. D. S-M., M, Internationale, Rapport du c.c. police de Rouen, 1er février 1873 ; la lettre fut tr (...)

44Seul a été conservé un extrait de la lettre qu’Aubry écrivit à sa femme, le 15 avril ; il insiste à nouveau sur le calme qui règne à Paris, exprime son optimisme au sujet des opérations militaires : « La Commune continue à obtenir des succès, le général Cluseret se montre habile militaire ; sa stratégie n’a pu encore être déjouée ou du moins vaincue par Mac-Mahon... ». Il espère que les élections complémentaires du 16 avril amèneront « une majorité d’économistes distingués appartenant tous à l’illustre Proudhon » qui donneront au mouvement « un caractère éminemment social ». Mais il reconnaît que Paris s’inquiète de la froideur de la Province « qui ne voit pas que tant de sang versé soit pour l’affranchissement du travail »75.

45Le contenu des lettres correspond donc à peu près aux relations qui en ont été faites au cours des réunions de la Fédération rouennaise, telles que les ont résumées les informateurs de la police ; cependant, il n’est jamais question d’une proclamation de la Commune à Rouen.

  • 76 VAUGHAN (Ernest) - Souvenirs sans regrets, op. cit., p. 12.

46Pourtant, sur ce point, Vaughan a été formel. Dans ses souvenirs, il explique pourquoi il est rentré à Rouen après le 18 mars « nous voulions tout bonnement soulever la population rouennaise en faveur de la Commune..., quand la police de Foutriquet... nous mit la main au collet et se chargea de notre logement... »76. Mais vers la mi-avril la situation de la Commune paraissait compromise : échec de la sortie du 3 avril, bombardement des forts à partir du 10 avril. Alors que se déroulaient les tentatives de médiation de l’Union républicaine des droits de Paris, de l’Union du commerce et de l’industrie et de la Franc-Maçonnerie, on peut constater, en réalité, une évolution des projets de Vaughan.

  • 77 A. D. S-M., U 1051. Cet article daté du 23 avril fut saisi chez Vaughan le 25 avril (quatre feuille (...)

47Dans un article sur la paix (23 avril), il exprime sa douleur devant la lutte qui se prépare ; il s’efforce de justifier la Commune, ses aspirations sociales et humanitaires et sa défense de la République ; il s’adresse à ceux qui, à Versailles, se prétendent des républicains sincères et les conjure de ne pas employer la force pour réduire la capitale : « Laissez donc parler en vous le cœur de l’honnête homme ! Que le patriotisme impose silence à votre ressentiment, que Versailles fasse à Paris des concessions sur les libertés communales. Criez : Nous laissons à Paris, aux villes qui le veulent suivre leur autonomie tout entière... ». Il s’agit donc d’un appel en faveur d’un compromis pour rétablir la paix, « au nom de nos frères, qui sont à Versailles, au nom de nos frères qui sont à Paris... »77. Texte important pour l’interprétation des réunions qui vont se tenir à Rouen à la fin d’avril et qui selon la police auraient préparé le soulèvement de Rouen. A cette date un des plus ardents partisans de la Commune ne semblait plus croire à ses possibilités de victoire et ne songeait qu’à éviter son écrasement.

  • 78 Journal de Rouen, 28 mars 1871 : « Cette assemblée ne paraît rien comprendre à la situation ; sa ha (...)
  • 79 Journal de Rouen, 1er avril 1871. « S’il suffit d’être un républicain honnête et honoré pour deveni (...)
  • 80 Ibid., 8 avril 1871 : « Vainement la Commune revendique le privilège de représenter la République ; (...)
  • 81 Ibid., 9 avril 1871.
  • 82 Ibid., 11 avril 1871.
  • 83 Ibid., 17 avril 1871. « On ne peut songer sans frémir aux victimes que causerait l’attaque de vive (...)
  • 84 Ibid., 23 avril 1871. Le 27 avril, le correspondant de Paris regrettait encore cependant l’intransi (...)
  • 85 Journal du Havre, 7 avril 1871.
  • 86 Journal de Rouen, 28 avril 1871.
    Le même jour cependant, le Journal de Rouen, publiait l’adhésion de (...)

48Mais les républicains libéraux ne penchaient plus vers le compromis. Le 28 mars, le Journal de Rouen critiquait encore à la fois Paris et Versailles78 ; le 1er avril, il s’élevait seulement contre les poursuites dont était l’objet son ancien collaborateur Degouve-Denuncques79, puis les jours suivants contre l’occupation des services publics par la Commune, la suppression de plusieurs journaux et l’arrestation des otages, mesure de « tyrannie criminelle »80. « Espérons que la Commune sera promptement brisée...81. La Commune s’est livrée à de tels excès qu’il n’y a plus que des fous ou des criminels qui puissent la soutenir »82. Le Journal de Rouen se rallie à la solution de force : il explique, le 10 avril, comment l’armée entrera à Paris en versant le moins de sang possible d’un côté comme de l’autre, car tout en approuvant la tentative de l’Union républicaine, il ne pense plus qu’il y ait la moindre chance d’un accord avec Paris83. A la fin d’avril, l’attaque paraît imminente : « C’est le moyen que tous les bons citoyens auraient voulu conjurer » ; il faut souhaiter que la Commune entende raison et que « nous n’assisterions pas à ce désastreux spectacle d’une armée française noyant Paris dans le sang »84. Le 28 avril, le journal publia une lettre de Carnot, président de la gauche républicaine au Comité central républicain du Havre ; le comité avait affirmé que « toute conspiration contre la République était une conspiration contre le salut du pays », mais regrettait que l’Assemblée nationale n’eût pas proclamé la République d’une façon définitive ; il blâmait les excès de la Commune mais trouvait justes les revendications communales et suppliait les frères de Paris, les membres du gouvernement et les républicains de l’assemblée de mettre un terme à une lutte sans honneur et si contraire à l’avenir du pays et au développement des institutions républicaines et démocratiques85. Carnot répondit que l’insurrection contre la souveraineté nationale était inqualifiable, que l’on ne pouvait pas même alléguer l’urgence de défendre la République contre des projets de restauration monarchique qui rencontreraient l’opposition non seulement des républicains de l’Assemblée mais de ceux qui, plus nombreux chaque jour, se ralliaient à l’idée que la République seule pouvait assurer l’avenir du pays. Carnot combattait ensuite l’autonomie communale, « le droit de former une individualité politique distincte ayant sa constitution et ses lois particulières... Nous repoussons avec toute l’énergie du patriotisme une entreprise qui nous ramènerait au temps de la barbarie et de la féodalité... »86.

LA CAMPAGNE DES ELECTIONS MUNICIPALES DU 30 AVRIL 1871. LES ARRESTATIONS DU 25 AVRIL

  • 87 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Fossard à Delaporte, 8 avril 1871 : « Les élections vont avoir lieu p (...)
  • 88 Au Havre, par exemple, le conseil municipal républican avait voté l’ordre du jour suivant : « Le co (...)

49Ce sont les élections municipales qui vont faire renaître pour quelques jours la vie politique à Rouen87. Les principes défendus par la Commune de Paris au sujet du rôle des municipalités pouvaient facilement amener les candidats à se prononcer non seulement sur les droits des conseils municipaux, mais également sur l’attitude à adopter envers la Commune elle-même88.

  • 89 Le Nouvelliste de Rouen, 29 avril 1871.

50Le Nouvelliste de Rouen présenta la liste de la municipalité sortante et développa comme en février le thème de l’union nationale qu’il fallait placer au-dessus de la question du régime : « Les élections de demain n’auront aucun caractère politique. Les électeurs n’affirmeront qu’une chose, c’est qu’ils sont les partisans de l’ordre et qu’ils répudient les fatales doctrines au nom desquelles le sang français est répandu à Paris... Nous vivons des temps où il est désirable à tous égards que républicains sincères et monarchistes convaincus n’hésitent pas à se réunir sur le terrain des véritables principes sociaux... »89.

  • 90 Journal de Rouen, 28 avril 1871.

51En août 1870, Brière, directeur du Journal de Rouen avait soutenu les listes républicaines dans lesquelles figuraient en proportion variée modérés et radicaux. Le 28 avril 1871, le journal informa ses lecteurs qu’il ne proposerait aucune liste contre les conseillers sortants : Il serait souhaitable d’affermir les principes de liberté sur lesquels la République doit s’appuyer, nécessaire que le gouvernement de la République soit à tous les degrés servi par des hommes dévoués au principe républicain. Mais les événements récents permettent de réserver, pour une autre époque, les luttes politiques : l’occupation, la lutte sanglante « soutenue par des utopistes de toute sorte » donneraient à la formation d’une liste d’opposition au conseil municipal actuel une sorte de sanction aux accusations calomnieuses qui se sont manifestées avec tant de violence et d’injustice à l’époque de l’entrée à Rouen des troupes allemandes »... ; « lorsque le nouveau mandat municipal sera expiré..., il n’y aura plus alors à s’occuper seulement de la conduite d’hommes réunis dans un péril commun, mais aussi à demander compte à chacun d’eux de ses opinions politiques. Il ne peut y avoir de désunion quand il s’agit de se prononcer en face des douleurs de l’occupation étrangère, en face des maux si terribles et si cruels qu’enfante la guerre civile »90. Le Journal de Rouen acceptait donc aussi l’union nationale, sans pourtant demander expressément aux républicains de voter pour la liste Nétien.

  • 91 Article de la Presse de Rouen, cité par le Nouvelliste, 29 avril 1871. La Presse de Rouen qui parut (...)

52La Presse de Rouen révéla que l’absence d’une liste républicaine était due à l’échec des négociations entre modérés et radicaux et elle en rejetait la responsabilité sur les uns et les autres : « Les républicains de Rouen divisés en deux groupes profondément hostiles n’ont pas voulu s’entendre et se réconcilier. C’est parce qu’il y a. d’un côté, des personnalités ignorantes, absorbantes et cassantes et de l’autre, des médiocrités heureuses, ambitieuses, peureuses, égoïstes, séniles qui n’ont plus même la force de bégayer le mot de liberté »91.

53L’article du Journal de Rouen exprime donc l’embarras des républicains modérés : ils ne veulent pas accepter sur leur liste des candidats qui éprouvent quelques sympathie pour la Commune, mais n’osent pas, même pour défendre l’ordre social, figurer aux côtés d’adversaires de la République ; se présenter seuls c’était courir à un échec certain, il ne restait donc que la solution de se tenir provisoirenemt à l’écart de la lutte électorale.

  • 92 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Cord’homme au président de la chambre des mises en accusation, 28 jui (...)
  • 93 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Delaporte à Fossard, 21 avril 1871.

54Quelle décision allaient prendre les radicaux et la Fédération ouvrière ? Cord’homme, ancien président du Comité central républicain, chercha à le reconstituer sous le nom de Comité radical et il convoqua pour le 22 avril un certain nombre d’électeurs parmi lesquels des membres de l’Internationale92. Mais Delaporte laisse peut-être percer d’autres intentions ; il écrit à Fossard, le 21 avril : « Dautresme, Brière et compagnie font un comité de fusion ou de confusion sous la présidence du père Desseaux... De concert avec Riduet et Cord’homme, nous tentons de constituer un comité révolutionnaire ayant des ramifications dans tout le département... Venez samedi sans faute avec quelques patriotes d’Elbeuf pour que nous puissions nous entendre tous sur le mode de protestation ou d’action que nous devons adopter à l’occasion des élections... Nous formons ce comité d’accord avec le comité Aubry... »93.

55A cette réunion, qui se tient le 22 avril chez Percheval, fabricant de voitures rue de Grammont, assistent une trentaine de personnes, parmi lesquelles Cord’homme, Delaporte, Riduet ; d’anciens démocrates de 1848 : Dalleinne, Boutteville, le fileur Gratigny, Blaizet, ancien tailleur devenu mercier, qui avait été poursuivi en 1856 ; la Fédération ouvrière avait délégué Vaughan et Gustave Mondet... Après la constitution du Comité radical, on discuta de la participation aux élections municipales.

  • 94 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Cord’homme au président de la chambre des mises en accusation, 28 jui (...)
  • 95 Ibid. Réquisitoire définitif du procureur de la République. Le programme de la Commune avait été ad (...)
  • 96 Ibid. Interrogatoire de Vaughan (17 mai 1871). Fossard avait consulté Delaporte au sujet d’une péti (...)

56Cord’homme a expliqué pourquoi les assistants se prononcèrent en faveur de l’abstention ; il ne restait que huit jours avant les élections, le temps manquait pour organiser des sous-comités et créer un journal qui pût développer les idées du comité ; la liberté de réunion était illusoire avec l’occupation prussienne. Une commission de cinq membres, Vaughan, Delaporte, Gustave Mondet, Riduet et Cord’homme, fut nommée pour rédiger un manifeste justifiant l’abstention, qui serait présenté à l’assemblée générale du 24 avril94. Mais une autre question se posa après lecture du programme de la Commune de Paris95 : Fallait-il adhérer à la Commune ou lancer un appel à Versailles en faveur de la conciliation ?96. La commission se chargea de préparer une réponse.

  • 97 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police de Rouen, 24 avril 1871.
    A. D. S-M., U 1051. Interrogatoi (...)
  • 98 Il s’agit de la lettre adressée par Aubry à sa femme, le 15 avril. Voir l’interrogatoire de Gustave (...)
  • 99 A D. S-M., U 1051. D’après le réquisitoire, Gérard (ou Girard) aurait remis une lettre d’Aubry, « d (...)

57Le 23 avril, la Fédération ouvrière était réunie à son tour, sous la présidence de Gustave Mondet. Parmi les 40 présents, d’après l’instruction judiciaire, figuraient Druel, secrétaire, Vaughan, Boulanger, Fritsch, Rigault, Jullien, Mardor, Pâques, Marque... et pour le comité radical : Riduet, Percheval, Roger, Boutteville, Blaizet et Delaporte97. Constituée en comité électoral, la Fédération se prononça également pour l’abstention ; on discuta à nouveau de l’attitude à adopter à l’égard de la Commune de Paris : un « commissionnaire », Girard ou Gérard, étranger à Rouen, selon Mondet, avait apporté une lettre d’Aubry98, en ajoutant qu’il était chargé de parcourir la province pour provoquer de la part des conseils municipaux une intervention conciliatrice auprès du gouvernement de Versailles »99.

  • 100 Ibid. L’assertion s’appuie sur les déclarations de Vaughan, Gustave Mondet, Fritsch, « La commissio (...)
  • 101 Ibid. Fédération ouvrière, section rouennaise de l’Internationale, La commune fédérale. Le comité d (...)
  • 102 La Commune voulait se justifier de l’accusation de dictature : « Paris travaille et souffre pour la (...)

58La commission élue la veille désigna deux rapporteurs, Riduet pour le manifeste électoral et Delaporte pour l’adresse à la Commune100. Vaughan lut également un article qu’il avait écrit pour la Presse de Rouen au nom de la Fédération ouvrière : « L’heure des expédients est passée... Déguiser son opinion pour se faire des partisans qui, sans cela, seraient des adversaires est une tactique déloyale et peu profitable à qui l’emploie. Nous n’hésiterons pas à arborer franchement le drapeau sous les plis duquel nous sommes fiers de combattre, celui de la Commune fédérale dont le nom seul suffit à soulever un concert de malédictions... ». L’auteur reprochait à beaucoup de ses concitoyens d’accuser la Commune de tous les maux ; il expliquait ce qu’il fallait entendre par Commune fédérale, la liberté individuelle, la décentralisation, le droit pour les habitants d’une même commune, d’une même province de s’occuper de leurs propres affaires, de fixer leur budget, de contrôler les actes des magistrats, la séparation absolue de l’Eglise et de l’Etat, l’instruction gratuite, obligatoire et laïque, - « la conscience de l’homme n’appartenant à personne et ne devant avoir pour guides que la morale et la raison » -, la suppression des armées permanentes, sources de tous les vices et menace constante à la liberté. Pour établir le régime politique de la France, toutes les communes formeront une grande assemblée nationale qui élaborera une constitution « courte et bonne », affirmant dans son préambule le droit à la vie, le droit au travail, le droit à la liberté ; des réformes économiques sont envisagées : organisation par la collectivité des banques de crédit, chemins de fer, routes, canaux et postes... mais il n’est pas question des propriétés foncières ! « Ces énormités-là, nous les devons à la Commune et jamais au gouvernement fort, idéal de nos parvenus ! »101. En conclusion, la Fédération affirmait qu’il fallait renoncer à l’espoir d’une alliance impossible entre deux adversaires : « A quoi sert de tenter un nouveau replâtrage ? C’est ce que nous demandons aux conciliateurs de bonne foi que la vue de nos divisions fait souffrir et qui, trop timorés ou trop superficiels pour donner tort à l’une des deux parties, cherchent, en les amenant à des concessions mutuelles, à obtenir un accord factice que la première occasion fera rompre ». Le programme, qui reprenait dans ses grandes lignes celui présenté aux élections municipales de 1870, correspondait également aux propositions de la Commune102 ; il pouvait donc être considéré comme un projet d’adhésion ; mais il restait à le faire adopter par l’ensemble des membres du comité radical et de la Fédération ouvrière.

  • 103 A. D. S-M., M, Internationale. Rapport du c.c. police de Rouen, 25 avril 1871.
    A. N., C 2884, pièce (...)

59Le 24 avril, de 8 heures à 9 h 30, se réunit donc, sous la présidence de Cord’homme, une assemblée générale des deux organisations ; tous les dirigeants étaient présents : pour le comité radical, Percheval, Roger, Dalleinne, Boutteville, Blaizet, Delaporte... pour la Fédération, Fossard, Creusot, les frères Mondet, Hallot, Pâques... réunion privée en principe, mais tous ceux qui voulurent entrer purent le faire et, parmi eux, deux agents de police en civil103.

  • 104 A. D. S-M., U 1051. Elections municipales du 30 avril 1871, Comité radical et Fédération rouennaise (...)

60Selon le compte rendu, Riduet donna d’abord connaissance du manifeste sur les élections municipales qui fut adopté à l’unanimité ; le comité radical dénonçait l’illégalité de la consultation : l’Assemblée nationale élue pour traiter de la paix ou de la guerre devait céder la place à une Constituante à qui il appartiendrait de voter une loi municipale : « En présence des revendications de Paris qui, pour la première fois depuis 1789, affirme le principe de la véritable souveraineté populaire, de l’affranchissement du travail par les travailleurs, notre ligne de conduite n’est-elle pas toute tracée ? » L’abstention ! « Laissons donc se rendre au scrutin ceux qui, ayant nommé l’assemblée de Versailles, acceptent la solidarité de ses actes... »104.

  • 105 A. D. S-M., U 1051. A la Commune de Paris ; texte également trouvé chez Fossard. Voir Enquête sur l (...)
  • 106 Cependant des opinions divergentes avaient été exprimées. Un orateur, dont le nom n’est pas cité, p (...)

61Delaporte lut ensuite le manifeste en faveur de la Commune de Paris, qui résumait l’article préparé par Vaughan : « Unis dans une fraternelle solidarité pour la revendication des franchises du peuple et le triomphe de la Révolution », les membres de la Fédération rouennaise et du comité radical « saluent avec enthousiasme l’avènement de la Commune et adhérent sans réserve à son programme » ; ils s’en prenaient aux monarchistes, à l’Eglise, à l’administration et à la presse réactionnaire. Partageant les espérances de la Commune, ils exprimaient leur certitude en son succès ; « que la Commune de Paris poursuive donc son œuvre sans relâche et sans faiblesse, sûre que par toute la France la démocratie désavoue hautement le gouvernement fratricide de Versailles. La victoire ne sera pas lente à consacrer l’émancipation du peuple et le triomphe définitif de la République. Vive la Commune ! Vive la République ! »105. Ce texte, comme le précédent, fut discuté par paragraphe et voté à l’unanimité106.

62Puis l’assemblée étudia les modalités de l’abstention aux élections municipales ; des radicaux préconisèrent le bulletin blanc moins dangereux pour les employés « qui pourraient subir une certaine pression », mais Mondet, Vaughan et l’Internationale firent prévaloir l’abstention complète, « afin de ne pas reconnaître le soi-disant gouvernement de Versailles ».

63Vaughan proposa, à défaut de journal, de faire imprimer des tracts, grâce à la petite presse dont disposait la Fédération.

  • 107 A. D. S-M., U 1051. Les signatures devaient être apposées sur deux feuilles différentes, l’une plac (...)
  • 108 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen, 25 avril 1871.
  • 109 A. N., C 2884, Séance du 24 avril 1871.

64Les deux manifestes, l’appel à l’abstention et l’adhésion à la Commune furent présentés à la signature de tous les assistants107. Vaughan attira l’attention sur le risque d’arrestation : « une certaine hésitation, rapporte le commissaire central, se manifesta dans le comité, mais Vimont, Mondet et Percheval ont vaincu les hésitations108. Percheval aurait déclaré que si un seul était arrêté tous les autres devraient se constituer prisonniers..., personnellement il demanderait à aller à Cayenne »109.

  • 110 A. D. S-M., U 1051. Interrogatoire de Lamy.
  • 111 Enquête parlementaire sur le 18 mars, op. cit.,p. 525.
    « Si des arrestations sont faites, dit Vaugha (...)
  • 112 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen, 25 avril 1871.

65De tous les orateurs, seul le typographe Lécureuil, qui n’adhérait à l’Internationale que depuis un mois, se prononça pour le recours à la force. Après la lecture de l’adresse à la Commune de Paris, il avait déjà déclaré « qu’on était en mesure de proclamer la Commune à Rouen, qu’on avait pour cela tout ce qu’il fallait, que si on ne le faisait pas, c’est qu’on ne le voulait pas »110. En cas d’arrestation de certains signataires, il était d’avis d’aller aussitôt les délivrer : « on avait des armes et on s’en servirait, on était prêt... »111. Mais ces propositions furent écartées. Vaughan observa qu’il fallait être prudent112, « laisser plutôt arrêter les signataires et ensuite les faire élargir, quand le moment serait venu, en allant en force faire ouvrir les portes de la prison ».

  • 113 A. D. S-M., U 1051. Interrogatoire de Gustave Mondet.
    Ibid. Note de renseignements sur Lécureuil. Lé (...)

66Riduet, au nom du bureau, blâma les propos de Lécureuil ; Creusot demanda même à l’assemblée s’il ne s’agissait pas d’un « agent prussien »113.

  • 114 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. Rapport du c.c. police de Rouen (25 avril 1871). Le 25 avril, Co (...)

67L’assemblée décida donc finalement de porter tous les noms sur les deux manifestes ; afin de permettre à ceux qui n’avaient pu assister à la réunion de joindre leurs signatures, la salle de la Fédération devait être ouverte le lendemain à 11 heures114.

  • 115 Ibid. Rapports du commissaire central Girard, 24 et 25 avril 1871. Deux agents en civil avaient ass (...)

68Cependant, le commissaire central était parfaitement renseigné sur les activités des radicaux et de l’Internationale ; le 23 avril, il avait pu fournir au préfet un compte rendu de la réunion privée du jour même et, le 25 avril, celui de l’assemblée du 24115. Dans son rapport du 26 avril, le préfet affirme quelles n’avaient que les apparences d’une convocation électorale et qu’il s’agissait en réalité pour le comité radical et la Fédération ouvrière de se concerter en vue d’« éventualités prochaines... ». Dans les réunions privées, depuis le début d’avril, « les doctrines les plus malsaines avaient été affichées, un appel aux passions révolutionnaires était imminent et l’occupation allemande paralysait seule l’accomplissement du projet formé par la Fédération de proclamer à Rouen, la Commune.

  • 116 Ibid. Préfet au ministre de l’Intérieur, 26 avril 1871.

69« Une fermentation sourde, mais parfaitement saisissable, se manifestait dans la population des établissements industriels, notamment sur la rive gauche de la Seine, à Saint-Sever qui, évacué par les Allemands et privé d’une force publique suffisante, est devenu la proie facile des fauteurs de désordre et d’anarchie ». L’annonce de la réunion du 24 avril aurait fait craindre au préfet l’imminence d’un soulèvement : « Une double voie m’était dès lors, ouverte : interdire cette réunion que je pouvais justement considérer comme étant de nature à compromettre l’ordre et la sécurité publique ou attendre que les promoteurs du projet eussent réalisé leur adhésion à la Commune pour remettre entre les mains de l’autorité judiciaire la preuve matérielle et irrécusable d’un fait tombant, au premier chef, sous l’application de la loi pénale. C’est à cette dernière détermination que je me suis arrêté... »116.

  • 117 Ces papiers ne furent pas retenus parmi les pièces à conviction.
  • 118 A. D. S-M., U 1051. Chez Cord’homme, outre la lettre déjà citée du 23 mars, fut saisie une correspo (...)

70Le préfet se concerta avec le procureur général et le procureur de la République ; des mandats d’amener furent immédiatement délivrés contre ceux qui étaient considérés comme les chefs du mouvement, Cord’homme, Vaughan, Fritsch, Boulanger, Fossard, Creusot et Gustave Mondet et exécutés dans la soirée du 25 avril. Des perquisitions permirent de découvrir les statuts et les bulletins de la Fédération et des corporations qui en faisaient partie, ainsi que quelques brochures de l’Internationale sans rapport avec l’affaire117. Chez Vaughan, la police saisit deux projets d’articles (La paix et le texte sur la Commune fédérale), le programme de la Commune, ainsi que les lettres d’Aubry à Mondet et à Lapierre ; chez Fossard, les copies du manifeste électoral et l’acte d’adhésion à la Commune qui allaient devenir les pièces maîtresses de l’accusation avec le procès-verbal de la réunion du 24 avril trouvé dans la salle de la Fédération118.

  • 119 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. Préfet au ministre de l’Intérieur, 26 avril 1871.
  • 120 A. D. S-M„ U 1051. Procureur général au procureur de la République, 1er mai 1871 : « Les bons rense (...)

71Le 26 avril, à 8 heures du matin, une réunion se tint chez Delaporte ; selon les informations adressées au préfet, on y discuta de « l’urgence d’une manifestation à faire en masse, soit au palais de justice, soit à la préfecture pour arracher à l’autorité l’élargissement des détenus »119. Delaporte fut à son tour mis en état d’arrestation (26 avril), puis Percheval, qui avait prêté son domicile pour la séance du 22 avril (2 mai) et Lécureuil qui « avait été fort violent » le 24 avril. Par contre, Creusot et Fritsch étaient libérés dès le 1er mai120.

  • 121 Journal de Rouen, 26 avril : Cord’homme, ancien membre du conseil général, a été arrêté hier à Roue (...)
  • 122 Le préfet craignait surtout des incidents à la prison : 500 détenus avec seulement 5 gendarmes et 2 (...)

72En dehors de l’initiative de Delaporte, les arrestations des dirigeants du comité radical et de la Fédération ouvrière ne semblent pas avoir provoqué de réactions ; la presse se borna à les signaler sans aucun commentaire121. Le préfet, prétendit même que l’opinion les avait accueillies avec une évidente satisfaction ; il réclamait cependant des mesures de sécurité et attirait l’attention du ministre sur la situation regrettable des localités industrielles : Rouen Saint-Sever, Elbeuf, Sotteville, qui n’étaient gardées que par quelques gendarmes et se trouvaient à peu près « désarmées en face des passions insurrectionnelles de l’explosion desquelles elles sont menacées » ; il sollicitait l’envoi de détachements de troupes sur la rive gauche122.

  • 123 Le Gaulois, 30 avril 1871 : « La présence de l’armée allemande a seule empêché jusqu’ici l’explosio (...)

73Paradoxalement, certains journaux de Paris ou de Versailles s’intéressèrent plus vivement à cette affaire. Le Gaulois entretint régulièrement ses lecteurs du complot de Rouen « Bonnes nouvelles, écrivait-il le 2 mai : le parti de la Commune a vécu : tous ses adeptes, le citoyen Cord’homme en tête ont été pris dans un seul coup de filet, sans coup férir... » et il ajoute que le préfet Lizot a été félicité télégraphiquement par le chef du pouvoir exécutif123.

  • 124 Journal Officiel de la Commune, 8 mai 1871. L’article semble avoir été rédigé d’après le récit de « (...)

74A Paris, dans le Journal officiel de la Commune, Aubry présenta sa version des événements : 500 personnes avaient répondu à l’appel du comité fédéral pour signer une adresse à la Commune de Paris ; le parquet avait cherché à opérer la rafle générale de tous les adhérents mais la réunion ayant été avancée, il avait dû se borner à saisir les papiers de la Fédération et arrêter « près de vingt citoyens ». Selon fauteur de l’article, il s’agissait d’une manœuvre électorale : il fallait briser l’opposition, en interdisant toute réunion après avoir supprimé la presse démocratique. Ceux qui croyaient à une conciliation possible avec Versailles devaient donc être désormais convaincus qu’il n’y avait plus d’autre issue que la victoire : « Vaincre Versailles ou s’ensevelir sous les murailles de la grande capitale, pas d’autre alternative ; le triomphe de la justice ou l’esclavage à perpétuité, tel est le dilemme posé par la Révolution du 18 mars »124.

  • 125 A. D. S-M., U 1051. Le 29 avril, une lettre de Collot adressée de Sens à Cord’homme avait été inter (...)
  • 126 Ibid. Réquisitoire d’information.

75Le 5 mai, les huit détenus plus Aubry et Collot125 en fuite, Creusot, Fritsch et Riduet, laissés en liberté provisoire furent inculpés « d’avoir à Rouen dans le cours du mois d’avril, par une résolution d’agir préparée et concertée entre eux, formé un complot dont le but était de détruire et de changer le gouvernement, d’exciter à la guerre civile en armant ou en portant les habitants à s’armer les uns contre les autres ». C’était admettre la thèse du complot que la Justice elle-même devait abandonner quelques semaines plus tard126.

LES ELECTIONS DU 30 AVRIL ET LA FIN DE LA COMMUNE

76Les arrestations du 25 avril supprimèrent toute campagne avant les élections municipales du 30 avril.

Elections municipales de ROUEN

Elections municipales de ROUEN

77Néanmoins, le nombre des votants, à cinq voix près, correspond à celui de 1870. Mais en 1871, les suffrages exprimés sont inférieurs de plus de 1 200 au chiffre des votants ; c’est-à-dire à peu près celui des électeurs radicaux et socialistes de 1870.

  • 127 Nous ne possédons que peu de renseignements sur les résultats des communes de la banlieue de Rouen. (...)

78La liste de Nétien a donc recueilli un peu moins de suffrages que les conservateurs et les républicains modérés en 1870 : Liste de conciliation, Amis de l’ordre et de la liberté, Comité libéral. On peut donc penser que les républicains modérés ont interprété les articles du Journal de Rouen comme une invitation à voter pour la liste des conseillers sortants. L’électorat radical ne semble pas avoir été entamé ; mais le bulletin blanc ou nul a été préféré à l’abstention127.

  • 128 A. D. S-M., M, Internationale. Rapport du c.c. police de Rouen, 13 juillet 1871 : « La séance du 24 (...)
  • 129 La Révolution politique et sociale, 15 mai 1871. « La Révolution Sociale et la Commune » (E. Aubry)

79A Rouen, radicaux et membres de l’Internationale se sont tenus au mois de mai dans une prudente réserve128. Par contre, à Paris, Aubry se prononça à nouveau pour la lutte à outrance contre Versailles. Dans un article de la Révolution politique et sociale, il critiquait les hésitations de la Commune ; il reprochait d’abord aux militaires de mener une guerre conventionnelle : « Sortis des écoles de la bourgeoisie, ils ont appris à faire la guerre suivant les règles et selon les formes du militarisme, mettant leur amour-propre de soldat au-dessus de la grande idée que nous défendons. Leur préoccupation a été exclusivement consacrée à prouver à leurs camarades d’école de Versailles qu’ils avaient des talents militaires et se sont toujours refusé d’employer les moyens qui ne sont pas reconnus par les lois de la guerre ». Il faut faire appel à l’ingénieur et lui demander non pas combien il faudra d’hommes pour enlever une position, mais « combien il faut de picrate, de fulminate ou de nitroglycérine et quelle sorte de machine il faut immédiatement construire pour renverser les obstacles ; l’industrie en a renversé de plus grands que les gens de Versailles, faisons comme elle... Nous sommes la Révolution, encore une fois agissons en révolutionnaires ! » Aubry regrette ensuite que la Commune n’ait pas poursuivi l’œuvre de réorganisation économique et sociale ; la guerre a pu la faire passer au second plan, mais « il serait bon que des décrets sociaux prouvent au peuple que la régénération du travail se poursuit tant dans l’intérieur que sur les remparts... »129.

  • 130 Journal de Rouen, 6 mai 1871.
  • 131 Ibid., 12 mai 1871.
    Le Journal de Rouen, publia le 3 juin un communiqué du conseil du Grand-Orient d (...)

80Les républicains libéraux, de leur côté, rejettent tout compromis. Pour le Journal de Rouen, il y a urgence à ce que la fortune des armes décide et permette à la vie normale de reprendre son cours...130 ; il admet que la défaite de l’insurrection ne pourra être obtenue sans une lutte acharnée131.

  • 132 Journal de Rouen, 23 mai 1871.
  • 133 Le Nouvelliste de Rouen, 26 mai 1871.
  • 134 Journal de Rouen, 26 mai 1871.

81Après la semaine sanglante, le Journal de Rouen reconnut que la victoire des troupes de Versailles avait été accueillie avec satisfaction, mais il ajoutait pourtant que ce sentiment était tempéré par la pensée que les vaincus, quelque nécessité qu’il y eût de les combattre, étaient des Français « égarés par quelques énergumènes et quelques misérables. Les défenseurs de la Commune étaient-ils tous des coupables en face desquels il ne fallait songer qu’à la répression ? ». Les combattants de bonne foi croyaient la République en péril ; ils se battaient pour la défendre. N’est-il pas facile de leur donner une entière satisfaction132 et l’application la plus large et la plus complète des principes républicains ? » Le Nouvelliste ayant été scandalisé par ces réserves133, le Journal de Rouen lui reprocha de s’en tenir à la formule : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens... ». « Qu’on ne parle pas à notre confrère de justice dans la répression... C’est paraît-il se rendre criminel »134.

82Quelles furent donc finalement les intentions des radicaux et de la Fédération rouennaise à l’égard de la Commune ?

83Le point culminant de leur action est marqué par l’assemblée du 24 avril, en principe convoquée à cause de la proximité des élections municipales. La police a prétendu qu’il ne s’agissait que d’un prétexte ; la Fédération et le comité radical envisageaient de proclamer la Commune après l’évacuation de la ville par les Prussiens ! Mais il faut reconnaître que l’adhésion à la Commune se limita à une approbation de principe, toute action était écartée dans l’immédiat et rien ne permettait de prévoir un départ rapide de l’armée allemande.

  • 135 A. D. S-M., U 1051. Témoignages. Sur les 34 témoins trois étaient entrés par hasard, sans avoir reç (...)

84Il est, d’autre part, intéressant de comparer l’attitude des membres des deux comités. 34 témoins furent entendus par le juge d’instruction135, 15 appartenaient au comité radical et 17 à l’Internationale.

  • 136 A. D. S-M., U 1051. Objet de poursuites après l’affaire des Arts et Métiers, Percheval avait été ac (...)
  • 137 Ibid. Renseignements du commissaire central : « Creusot est un ouvrier de filature sobre et économe (...)
  • 138 Ibid. Delaporte s’était rendu à Paris pour y faire son droit « Il a mené pendant plusieurs années u (...)

85D’après les interrogatoires, le compte rendu de la séance du 24 avril et les rapports de police, trois d’entre eux seulement ont envisagé une manifestation publique à plus ou moins long terme : Vaughan, Percheval, un radical déjà poursuivi en 1849136 et Lécureuil, adhérent de fraîche date à la Fédération, dont l’attitude fut d’ailleurs jugée suspecte par l’un des assistants. Les principaux animateurs des corporations ne se manifestent pas : Fritsch est absent ; ni Creusot, ni Marque ne signent le manifeste d’adhésion à la Commune137 ; le 25 avril, c’est encore un radical, Delaporte, qui envisage d’aller réclamer la libération des prisonniers138.

86A Elbeuf, le commissaire de police attribue le calme de la population à la crise économique qui y sévissait ; mais il ne fournit pas la moindre indication sur des tentatives qui auraient pu être préparées en faveur d’une adhésion à la Commune ; bien au contraire, il prétend qu’après le départ de Régnier, Piéton en était réduit à faire simplement des vœux pour le triomphe de la Commune ; quant à Fossard, il préférait adresser une pétition à Versailles en faveur d’un compromis.

87En conclusion, d’après les renseignements que nous possédons, les radicaux se sont montrés plus ardents en faveur de la Commune que les membres de la Fédération. Si à Paris, Aubry plongé dans la guerre civile, se prononce pour la lutte à outrance, ses amis restés à Rouen n’ont-ils pas été influencés par la ligne qu’il avait antérieurement définie ? N’ont-ils pas éprouvé une certaine méfiance à l’égard d’un mouvement qui n’était pas intégralement dirigé par des ouvriers et dont Aubry lui-même soulignait l’insuffisance des réformes sociales ? Par leur signature, il s’associaient à une pression politique sur Versailles plus qu’ils ne s’engageaient à prendre les armes.

Notes

1 Procès-verbaux des séances du conseil municipal de Rouen (6 décembre 1870-12 juillet 1871). Lettre du préfet Cramer : « Les rédacteurs du Journal de Rouen et du Nouvelliste m’ont déclaré qu’il leur était impossible, quant à présent, de faire paraître leurs journaux... ; la population de la ville est devenue tellement nerveuse que, si les journaux devaient dire toute la vérité et exhorter la population au calme, les rédacteurs et les éditeurs de ces journaux seraient regardés par les Français comme des traîtres et poursuivis comme tels, après le retrait des troupes prussiennes... » (14 décembre 1870).

2 Le Moniteur officiel à Rouen, 79 numéros du 14 décembre 1870 au 17 mars 1871, comprend une partie officielle : actes des administrations militaires et civiles, communiqués sur les opérations militaires ; et une partie non officielle composée d’articles « inspirés » : commentaires de caractère général, sur la situation politique ou militaire.

3 Journal de Rouen, 6 octobre 1871. Réponse de Cord’homme au Nouvelliste de Rouen.

4 A. N., F 1 B 1 158 20 (Desseaux). Lettre du Comité central républicain du Havre, (Président, E. Drouet) au citoyen Gambetta, ministre de l’Intérieur et de la Guerre à Bordeaux, 19 décembre 1870. Le sous-préfet Ramel fut chargé de tous les pouvoirs civils dans l’arrondissement du Havre.

5 Carnot (Sadi), 1837-1894, ingénieur, préfet de la Seine-Inférieure (10 janvier-7 février 1871), démissionna après le remplacement des ministres partisans de la lutte à outrance (7 février 1871) ; il fut élu le 8 février député de la Côte-d’Or ; président de la République de 1887 à 1894.

6 Lizot (Gustave), 1831-1896, substitut du procureur impérial d’Evreux (1856) puis de Rouen (1862), substitut du procureur général de Rouen (1864), conseiller général du canton de Saint-Romain-de-Colbosc (1862-1871), nommé préfet à la demande des députés de la Seine-Inférieure (20 mars 1871-21 mars 1876), préfet du Nord (1876-1877), puis à nouveau de la Seine-Inférieure (19 mai-18 décembre 1877).

7 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Rapports avec les autorités allemandes (occupation, évacuation, incidents). Lettre du « civil-commissar bei dem obercommando der ersten Armée » (6 avril 1871).

8 A. N., F 1 C I 131. Les effectifs ont été très variables, même après l’armistice : 7 509 hommes à Rouen le 26 février ; 15 445 le 6 mars.

9 WARTENSLEBEN (Hermann de) - Opérations de la 1re armée sous le commandement du général de Manteuffel - Paris 1873, 317 p., p. 147.
Wartensleben était chef d’état-major de la 1re armée.

10 A N., BB 30 390. Procureur général, juillet 1870.

11 A N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 1er mars 1871.

12 Ibid. Chambre de commerce d’Elbeuf, 4 mars 1871. L’intendance acheta 340.000 mètres d’excellentes draperies, à payer comptant ; mais si les livraisons furent terminées en janvier, un quart de la somme seulement était versé au début de mars.

13 Ibid. Rapports de la chambre de commerce de Rouen, trafic du port de Rouen :
1869 - 4e trimestre : 331 navires, 66 407 tonneaux.
1870 - 1e trimestre : 301 navires, 62 085 tonneaux - 2e trimestre : 408 navires, 81 406 tonneaux - 4e trimestre : 86 navires, 16 501 tonneaux.
1871 - 1e trimestre : 147 navires, 40 879 tonneaux - 2e trimestre : 564 navires, 122 139 tonneaux.

14 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 494. Lettre de Raoul-Duval, 6 janvier 1871 ; voir aussi p. 491 : « Il n’y avait plus aucune possibilité de travailler et, au Havre, on nous répondait : Eh bien ! tant mieux, si les ouvriers manquent de travail ; ils crèveront de faim et ils se soulèveront ». Ces accusations furent à nouveau portées contre les radicaux rouennais réfugiés au Havre, en particulier Leplieux, pendant la campagne électorale d’octobre 1871 pour le renouvellement du conseil général.

15 A. M., F 1 C III, Seine-lnf. 17. Délibération de la chambre de commerce de Rouen, 10 février 1871 ; lettre du ministre de l’Intérieur au sous-préfet du Havre.

16 A N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 15 avril 1872.
A Elbeuf, les marchands s’approvisionnèrent en Angleterre pour les articles de printemps, la reprise ne fut marquée que pour la production des articles d’hiver.

17 Journal de Rouen, 30 novembre 1871. La situation industrielle, rapport au conseil général.

18 HALEVY (Ludovic) - L’invasion, souvenirs et récits - Paris 1885, 330 p., p. 246-250. Halévy rapporte les propos d’une femme de Barentin : « On n’a pas de quoi manger, et il faut nourrir les Prussiens. Voilà plus de deux mois que j’en ai un, logé à la maison... Il faut que je donne tous les jours deux gros morceaux de bœuf à mon Prussien ».

19 FLAUBERT (Gustave) - Correspondance, op. cit. Lettre à la princesse Mathilde, 23 octobre 1870.
Voir aussi Dr Hellis, manuscrit cité, 22 janvier 1871.

20 La municipalité offrait d’avancer 10 F par semaine et par ouvrier à tout manufacturier qui s’engagerait à maintenir son usine en activité ; cette proposition ne semble pas avoir intéressé les établissements cotonniers.

21 Procès-verbaux du conseil municipal de Rouen, op. cit., 30 décembre 1870. En décembre, la dépense s’élevait à 69.300 F par semaine, à laquelle il fallait ajouter 8.400 F pour les ateliers communaux.

22 Ibid., 17 mars 1871. Les contributions de guerre en argent s’étaient élevées à 740.000 F.
Les dépenses d’assistance correspondent presque au double de celles d’une année moyenne (8 à 9 000 personnes secourues).

23 BESSON (Mgr) - Vie du cardinal de Bonnechose, Paris, 2 vol., 516 et 680 p. ; t. II, p. 143 : « Un jour quelques pauvres gens abusés par les bruits (concernant les relations du cardinal avec les Allemands) assiégèrent la porte de l’archevêché... Les secrétaires les firent mettre en ligne et leur distribuèrent des aumônes ; c’en fut assez pour les déterminer à se retirer... ».

24 A. M. Darnétal, Assistance ; sur 5 800 habitants, on comptait 2 000 chômeurs en septembre, les ateliers coûtèrent 132.000 F.

25 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 4 mars 1871.

26 DUBOSC (Georges)-La guerre de 1870-1871 en Normandie - Rouen 1905, p. 126-127. Au cours de la soirée les soldats allemands, en représailles, assommèrent quelques habitants de la ville.
KAISER FRIEDRICH III - Das Kriegstagebuch von 1870-1871, Berlin 1926, 512 p. ; p. 419-421. Le prince Frédéric-Charles a laissé un récit de sa visite à Rouen des 10 et 11 mars 1871. Il déclare avoir trouvé très naturelle la démonstration des Rouennais.

27 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871, Occupation, Rapports du commissaire central (26 juin), du chargé d’affaires d’Allemagne (2 Juillet) et du préfet (25 juillet). Les trois officiers voulaient voir des canonnières françaises qui arrivaient de Paris ; ils furent accueillis par les huées des marins ; des enfants et des ouvriers se joignirent à eux puis lancèrent des pierres sur la barque.

28 Procès-verbaux du conseil municipal de Rouen, op. cit., p. 2, 7 décembre 1870.

29 BESSON (Mgr) - La vie du cardinal de Bonnechose, op. cit., t. II, p. 141 : « J’ai fait voir au général (de Manteuffel) le danger auquel nous serions exposés après le départ des Prussiens, s’il éclatait quelque émeute révolutionnaire, et je l’ai prié de ne pas détruire les fusils qui lui seraient apportés par suite du désarmement (de la garde nationale), mais d’en laisser assez à la municipalité pour armer la partie saine de la garde... au moment où l’occupation cesserait. Il me l’a promis » (8 décembre 1870).
Cette démarche avait été connue de la population. Voir lettre du docteur Hellis « Devant les menaces de troubles révolutionnaires, la municipalité qui redoute des désordres semblables à ceux de Lyon, a demandé qu’on laisse des armes à la disposition de la garde nationale ; le cardinal de Bonnechose s’est fait l’intercesseur de la ville auprès du général prussien Manteuffel » (12 janvier 1871).

30 Annales parlementaires, t. XXV, p. 1361 - Enquête sur les actes du gouvernement de la Défense nationale... Le télégramme est signé des comités républicains du Havre, de Rouen, d’Elbeuf, de Darnétal, de Déville et de la Fédération ouvrière rouennaise : E. Aubry (F. O. R.), Drouet (Le Havre), Cord’homme (Rouen), Régnier (Elbeuf), Vaughan (Darnétal), Delacroix (Déville).

31 Décret du 4 février 1871, signé Gambetta. Voir Brindeau (Louis) - Les événements de 1870-1871 au Havre, op. cit., t. II, 6e partie, chapitre 1er.

32 Le Courrier du Havre prétendit que « cette combinaison électorale » avait été proposée à la délégation de Bordeaux par Le Cesne, député du Havre, et président de la commission d’armement instituée après le 4 septembre par la délégation de Tours.
Voir Nouvelliste de Rouen, 11 février 1871.

33 Ibid., 13 février 1871. Protestation d’électeurs du Havre.

34 Les difficultés financières et politiques de la presse radicale apparaissent dans la succession même de ses journaux : la Liberté de Rouen remplacée par la Presse de Rouen (13-26 avril), le Républicain de Rouen (30 avril-5 juin). L’Indépendant fut interdit par les Prussiens ; le Patriote n’eut qu’un seul numéro (7 février). Il n’existe que quelques exemplaires de ces journaux à la biliothèque municipale de Rouen.

35 Le Nouvelliste, 7 octobre 1870. Liste du Comité central républicain - Onze noms seulement furent conservés en février (parmi les éliminés, Favre et Desseaux). Journal d’Elbeuf, 6 octobre. Formation du Comité de l’Union patriotique et libérale de la Seine-Inférieure : « Nous croyons l’heure venue de tenter sérieusement l’épreuve d’une république sage et conservatrice... ». Le comité lui demande de « nous donner l’ordre et de respecter les consciences... ».

36 La Liberté de Rouen (7 février 1871) mit les Républicains en garde contre leurs divisions « L’éparpillement et l’indiscipline de nos soldats ont causé des désastres militaires ; tâchons que ceux des Républicains ne soient pas la cause d’un désastre politiquement irréparable... ».

37 FLAUBERT (Gustave) - Lettres inédites à Raoul-Duval - Paris 1950, 318 p. ; p. 42 : « Les cléricaux s’étant refusés à toute fusion sur mon nom, adopté à l’unanimité par le comité dit conservateur, j’ai pris l’initiative de me retirer pour ne laisser en ce moment aucun prétexte à discussion parmi les gens d’ordre ». Voir sa lettre parue dans le Nouvelliste de Rouen, « Raoul-Duval a été sacrifié à un comité mystico-républicain ».

38 Le Nouvelliste de Rouen, 6 février 1871. Lettre d’Alphonse Cordier. La Délégation de Bordeaux avait déclaré inéligibles « les individus qui de 1851 à 1870 avaient accepté la candidature officielle » (31 janvier). Ce décret fut annulé par le gouvernement de Paris (4 février), sur l’intervention de Bismarck. Pouyer-Quertier avait été candidat officiel en 1857 et Savoye chef de cabinet du ministre de l’Intérieur (1868).

39 Journal de Rouen, 6 février ; la Liberté de Rouen, 7 février 1871.

40 Liste du Comité central républicain : Duvivier, Pouchet, Crépet, Dautresme, Dufour, Le Cesne, Peulevey, Delanoë, Lebon, Dargent, Follin, Cord’homme, Vaughan, Régnier, Quesnel, Manchon ; la Liberté de Rouen, 6 février 1871.

41 Journal du Havre, 2 février 1871 : Cette liste a été constituée par les délégués des comités démocratiques réunis au Havre.

42 B. M. Rouen, dossiers A.Z, Elections du 8 février 1871. Candidats des Patriotes de Rouen : Ledru-Rollin, Delescluze, Cord’homme, Manchon, Berthelot, Vaughan, Fossard, Diot, Bazan, Quesnel, Michel (Fécamp), Follin, Dupont (Yvetot), Lebon, Delanoë, Crépet.

43 Comité radical républicain : Gambetta, Ledru-Rollin, Delescluze, Cord’homme, Aubry, Manchon, Vaughan, Berthelot, Michel, Lebon, Peulevey, Ramel, Régnier, Dupont, Fossard, Leplieux.

44 Régnier est présenté sur la liste du Comité radical républicain comme « ancien membre de l’Internationale ». Bibliothèque municipale de Rouen, dossiers A.Z, Elections du 8 février 1871.

45 Le Nouvelliste de Rouen, 8 février 1871.

46 Ibid., 7 février 1871.

47 Le manifeste électoral du comité départemental (Le Nouvelliste de Rouen, 5 février 1871), se prononce ainsi sur la question de la paix : « Vous devez réunir vos suffrages sur des hommes assez fermes pour que la gravité des périls laisse entière la lucidité de leurs pensées ; assez calmes pour que vous soyez certains qu’une exaltation irréfléchie ne les entraînera pas à voter des mesures dont l’exécution serait impossible ; assez patriotes surtout, pour qu’il n’y ait aucun doute sur leur volonté de ne rien concéder au-delà de ce que d’impérieuses nécessités pourront exiger ».
Il ajoute ; « ... Ces représentants auront encore à statuer sur la forme et l’organisation du gouvernement, à faire renaître le travail, en rétablissant sur tout le territoire, l’ordre, la légalité, la régularité qui engendrent la confiance... ».

48 Journal de Rouen, 7 février 1871.

49 Sur la question de la guerre, la controverse porta plus sur les responsabilités au sujet de l’évacuation de Rouen que sur les possibilités de reprendre le combat. C’est à l’époque des élections que parurent dans les journaux de Rouen les textes publiés, dès la fin de décembre, dans la presse du Havre.
Le Journal du Havre déclara que la liste du « parti rouennais, prussien, réactionnaire, dont MM. Nétien et Raoul-Duval étaient les coryphées », comprenait seize noms « qui resteraient marqués d’un stigmate ineffaçable » ; le journal parle également « des Vandales et de leurs acolytes de Rouen ». Leur victoire, s’ils triomphaient serait due à Bismarck (Journal du Havre, 4 février 1871 ; le Nouvelliste de Rouen, 7 février 1871, lettre de Raoul-Duval). Poursuivi en diffamation, A. Brindeau, directeur gérant et rédacteur en chef du Journal du Havre, fut condamné à 1.000 F d’amende par le tribunal correctionnel du Havre (audience du 27 février 1871) ; voir Journal de Rouen, 6 mars 1871.

50 Journal de Rouen, 8 février 1871.

51 La Liberté de Rouen, 6 février 1871.

52 Journal du Havre, 2 février 1871.

53 A. N., C 3456. Les procès-verbaux de cette élection n’existent qu’aux Archives nationales ; encore sont-ils incomplets ; le nombre d’inscrits manque le plus souvent.

54 LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure..., op. cit., p. 227 : « Les partisans de la liste réactionnaire répandirent dans toutes les communes que la liste des quatre noms était celle des républicains rouges qui voulaient la guerre à outrance, c’est-à-dire livrer le pays au pillage, au massacre et à l’incendie. Cette tactique réussit. La liste départementale et réactionnaire l’emporta à une grande majorité ».

55 Voir note sur les résultats de l’arrondissement de Rouen.

56 Les moyennes ont été calculées de la façon suivante ;
Pour la liste des conservateurs, 13 candidats ;
Pour le comité départemental, Sénard, Deschamps ;
Pour les radicaux ; Cord’homme, Manchon, Régnier et Vaughan (ces candidats figurant sur toutes les listes radicales).
Le nombre des inscrits n’est pas connu dans la plupart des cantons de l’arrondissement de Rouen.

57 Résultats comparés du canton d’Elbeuf.
Image 10000000000002AA000000D919583469.jpg

58 Le pourcentage des voix radicales a très peu varié d’un scrutin à l’autre : 14 % en 1870, 13 % en 1871 ; on le constate dans tous les cantons de Rouen sans exception ; la guerre ne semble donc pas avoir affecté l’électorat radical lui-même.

59 Journal de Rouen, 10 février. Le Journal de Rouen appuyait son argumentaion sur la déclaration de Cordier. Cordier avait obtenu 80 107 voix, mais il était le seul de la liste conservatrice à avoir nettement affirmé ses convictions républicaines.

60 Le Nouvelliste de Rouen, 12 février 1871. Voir aussi le Courrier du Havre (13 février 1871) : « Ce n’est pas la République qui a été vaincue, mais le système arbitraire inauguré par M. Gambetta sous prétexte de République »...

61 HELLIS (Dr) - Correspondance, ms. cit.. Lettre à Floquet (3 juin 1871).

62 Ibid., 22 juin 1871. Hellis ajoute : « Outre son plan on a trouvé chez lui 200.000 F, car il était caissier de la compagnie ». Détail intéressant sur l’exagération de la puissance de l’Internationale ! La nouvelle de la mort d’Aubry avait été faussement annoncée par le Nouvelliste de Rouen

63 Le Réveil social, 26 juin 1892. Enquête sur les événements du 18 mars, op. cit., p. 523. Aubry quitta Rouen le 16 mars... (Rapport du premier président de la Cour de Rouen...). Selon la même source, Cord’homme aurait séjourné à Paris jusqu’au 26 mars.

64 Le Réveil social. 19 mars 1893. Le 18 mars, souvenirs : « Cord’homme déclara qu’il devait rentrer à Rouen le 18 mars, mais il avait rencontré Courbet et "son bon ami" Delescluze ». A. D. S-M., U 1051. Lettres de son beau-père Jules de Maupassant, 17 et 23 mars 1871 ; « Tout le monde ici, amis et ennemis, vous blâment..., on prétend que vous pactisez avec l’émeute... Pour moi, je ne puis croire que vous prêtiez la main à tous ces assassins. Si ces dires se trouvaient vérifiés, je vous maudirais et pourtant vous devez savoir combien je vous aime... Vous êtes parti de Rouen pour faire des affaires à Paris et on dit ici que vous passez votre temps au café avec Gallois.. ».

65 VAUGHAN (Ernest) - Souvenirs sans regrets, op cit., p. 12.

66 Arch. Vincennes, Ly 8. Theisz était directeur général des Postes.

67 Le Nouvelliste de Rouen, 30 mars et 19 avril 1871.
La confusion s’explique facilement ; il y avait bien eu une candidature Aubry dans le 8e arrondissement (Faubourg Saint-Honoré), mais il s’agissait d’un homonyme déjà mentionné aux élections de novembre 1870. Voir Archives de la Seine. Elections du 23 mars 1871. La femme d’Aubry vendit son épicerie de la rue de l’Amitié et se rendit à Paris le 17 mai (A. D. S-M., U 105t, Rapport du 21 mai 1871).

68 A. D. S-M., M, Internationale : C.c. police d’Elbeuf, 12 juillet 1871.

69 Arch. Vincennes, 15e conseil de guerre. Arrivé à Paris le 30 Mars, Régnier fut incorporé dans la 12e compagnie du 180e bataillon fédéré ; nommé délégué à la mairie de son arrondissement pour répartir des subsides aux familles des fédérés nécessiteux, il ne participa à aucune opération militaire. Condamné à la déportation simple (20 février 1872), il rentra de Nouvelle-Calédonie au début de 1879.

70 Enquête parlementaire sur les événements du 18 mars, op. cit., t. III, pièces justificatives, procès-verbaux des séances du conseil fédéral de TA. I. T., p. 238.

71 L’Internationale, 15 octobre 1871. Considérations sur la Commune de Paris (Eugène Faillet) : « Le 23 mars, sous l’inspiration du citoyen Aubry, fut rédigée la déclaration du conseil fédéral des sections parisiennes... Nous n’avons pas à critiquer la rédaction de ce manifeste, trop long et parfois diffus. Nous croyons que, sauf la question de forme, jamais acte ne fut plus opportun, plus politique, plus consciencieux... ».
RIHS (Charles) - La Commune de Paris, 1871, sa structure et ses doctrines - Paris 1973, 382 p. ; p, 270-272.

72 A. D. S-M., M, Internationale, Rapport du 13 juillet 1871. Ce document a servi de base au rapport du préfet de la Seine-Inférieure (26 juillet 1871), ; voir Enquête parlementaire sur le 18 mars..., op. cit., p. 591-596.

73 A. D. S-M., U 1051, Cette lettre, ainsi que la suivante furent saisies sur Vaughan.

74 Aubry adressa cette lettre à Lapierre pour protester contre la fausse information parue à son sujet dans le Nouvelliste de Rouen, du 30 mars et le commentaire ironique signé A. C. (Aubry pensa qu’il s’agissait d’Alphonse Cordier).

75 A. D. S-M., M, Internationale, Rapport du c.c. police de Rouen, 1er février 1873 ; la lettre fut trouvée au cours d’une perquisition chez Marque le 31 janvier 1873.

76 VAUGHAN (Ernest) - Souvenirs sans regrets, op. cit., p. 12.

77 A. D. S-M., U 1051. Cet article daté du 23 avril fut saisi chez Vaughan le 25 avril (quatre feuilles manuscrites formant brochure) ; il était destiné au Radical « d’après la demande d’un délégué de Paris, pour faire une protestation contre la guerre civile provoquée par les Versaillais ».

78 Journal de Rouen, 28 mars 1871 : « Cette assemblée ne paraît rien comprendre à la situation ; sa haine contre la République l’aveugle au point qu’elle n’aperçoit pas le danger qu’il peut y avoir pour elle et pour le pays à vouloir remonter le courant républicain auquel il s’est laissé aller au lendemain du 4 septembre ; tous les hommes qui réfléchissent quelque peu sont en proie à une très vive anxiété, car il semble impossible que tout cela ne finisse pas par une catastrophe... ».

79 Journal de Rouen, 1er avril 1871. « S’il suffit d’être un républicain honnête et honoré pour devenir suspect, nous sommes tombés plus bas que la dernière nation d’Europe... Combien de temps se polongera ce gouvernement de la Commune ? Personne ne saurait le dire aujourd’hui, mais pour tous les honnêtes gens, il a déjà trop duré ».

80 Ibid., 8 avril 1871 : « Vainement la Commune revendique le privilège de représenter la République ; elle en est la négation violente aussi bien que le serait la réaction la plus déclarée ».

81 Ibid., 9 avril 1871.

82 Ibid., 11 avril 1871.

83 Ibid., 17 avril 1871. « On ne peut songer sans frémir aux victimes que causerait l’attaque de vive force de Paris. On voudrait qu’elle pût être évitée, mais il y a de la part des défenseurs de la Commune tant de maladresses évidentes et aussi tant de fureurs aveugles que l’on ne sait où trouver des espérances de pacification ».

84 Ibid., 23 avril 1871. Le 27 avril, le correspondant de Paris regrettait encore cependant l’intransigeance de l’Assemblée nationale : « Que voulez-vous que l’on pense lorsqu’on sait que la plus grande partie de l’Assemblée entre en fureur au seul nom de « République »... Si (elle) se bornait à affirmer qu’elle se retirera après la paix, bien des inquiétudes seraient apaisées à Paris chez les gens modérés ».

85 Journal du Havre, 7 avril 1871.

86 Journal de Rouen, 28 avril 1871.
Le même jour cependant, le Journal de Rouen, publiait l’adhésion de la franc-maçonnerie rouennaise (26 avril) au manifeste du conseil de l’Ordre (8 avril) demandant à Paris et à Versailles d’arrêter l’effusion de sang et de « poser les bases d’une paix définitive qui soit l’aurore d’un avenir nouveau ». Parmi les signataires : Desseaux, Deschamps (la Vérité), Eugène Viénot (la Persévérance couronnée)...

87 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Fossard à Delaporte, 8 avril 1871 : « Les élections vont avoir lieu prochainement. Ne pouvez-vous me trouver un livre qui me renseigne sur l’origine des conseils municipaux, de leurs attributions, et du rôle qu’ils ont joué depuis leur création, quelle différence il y a entre les principes et les attributions de la Commune de Paris et les conseils municipaux de nos jours... ».

88 Au Havre, par exemple, le conseil municipal républican avait voté l’ordre du jour suivant : « Le conseil municipal considérant que la République et la franchise municipale sont les deux points principaux réclamés de toutes parts, désire faire tous ses efforts pour arrêter une lutte fratricide qui met en péril la France et la République... ». En tête de son programme la liste sortante plaçait « la défense de la République une et indivisible et des franchises communales... ».

89 Le Nouvelliste de Rouen, 29 avril 1871.

90 Journal de Rouen, 28 avril 1871.

91 Article de la Presse de Rouen, cité par le Nouvelliste, 29 avril 1871. La Presse de Rouen qui parut du 13 au 26 avril 1871 n’a pas été conservée. Voir AUBE - Bibliographie de la presse rouennaise, ms. cité.

92 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Cord’homme au président de la chambre des mises en accusation, 28 juin 1871.
Cette réunion avait été précédée de contacts entre les radicaux et la Fédération ouvrière. Le 14 avril, le journaliste Paul Delaporte avait assisté à l’assemblée de l’Internationale. Noir Enquête sur les événements du 18 mars, op. cit., Rapport du préfet, t. I, p. 594.
A. D. S-M., U 1051. Lettre de Cord’homme et Riduet à Fossard, 20 avril 1871 : « Plusieurs de nos amis s’étant déjà réunis dans le but de former un comité radical de la Seine-Inférieure aux prochaines élections ; donnant à cette formation un caractère d’urgence, il a été décidé qu’une réunion préparatoire aurait lieu demain vendredi à 8 h du soir, rue de Grammont 32, chez le citoyen Percheval ». Fossard ne put assister à la réunion.

93 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Delaporte à Fossard, 21 avril 1871.

94 A. D. S-M., U 1051. Lettre de Cord’homme au président de la chambre des mises en accusation, 28 juin 1871.

95 Ibid. Réquisitoire définitif du procureur de la République. Le programme de la Commune avait été adressé par Aubry à sa femme, mais également à Cord’homme par Adolphe Collot, délégué de la Commune, qui l’avait expédié de Sens.

96 Ibid. Interrogatoire de Vaughan (17 mai 1871). Fossard avait consulté Delaporte au sujet d’une pétition que les habitants d’Elbeuf voulaient adresser à Versailles : « Les soussignés, habitants d’Elbeuf, déplorent profondément le malentendu qui existe entre Paris et Versailles ; les soussignés pensent que si l’assemblée de Versailles donnait satisfaction aux revendications des habitants de Paris, ce terrible malentendu cesserait pour faire place à la paix et à la concorde si nécessaires en ce moment critique où la France se trouve » (Lettre non datée, probablement du 21 avril 1871).

97 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police de Rouen, 24 avril 1871.
A. D. S-M., U 1051. Interrogatoire de Riduet (1er mai 1870 : « C’est à titre d’invité, en quelque sorte de curieux, que je me suis rendu à la réunion du 23 avril. On s’y est occupé de l’ordre du jour fixé dans la dernière réunion de la Fédération... ».

98 Il s’agit de la lettre adressée par Aubry à sa femme, le 15 avril. Voir l’interrogatoire de Gustave Mondet (16 mai 1871).

99 A D. S-M., U 1051. D’après le réquisitoire, Gérard (ou Girard) aurait remis une lettre d’Aubry, « disant que tout allait bien à Paris, mais que, pour encourager la Commune, il fallait que les fédérations de province adressassent leur adhésion... ».

100 Ibid. L’assertion s’appuie sur les déclarations de Vaughan, Gustave Mondet, Fritsch, « La commission chargée de rédiger les deux manifestes ayant reconnu l’impossibilité d’une œuvre collective... » (Vaughan).

101 Ibid. Fédération ouvrière, section rouennaise de l’Internationale, La commune fédérale. Le comité de rédaction comprenait Mondet, Vaughan et Vimont aîné.
L’article était destiné à la Presse qui cessa de paraître le 22 avril. Le texte fut saisi au cours d’une perquisition chez Vaughan, il constituait une adhésion beaucoup plus motivée au programme de la Commune que celui qui sera voté le 24 avril par l’assemblée générale du comité radical et de la Fédération ouvrière.

102 La Commune voulait se justifier de l’accusation de dictature : « Paris travaille et souffre pour la France entière dont il prépare par ses combats et ses sacrifices la régénération intellectuelle, morale, administrative, économique, la gloire et la prospérité ». Le programme insistait sur la reconnaissance et la consolidation de la République, l’autonomie de la commune, la garantie absolue de la liberté individuelle ; la Commune se réservait « le droit d’opérer... les réformes administratives et économiques que réclame sa population, de créer des institutions propres à développer et propager l’instruction, l’échange et le crédit »… Elle se défendait de vouloir briser l’unité nationale : « L’unité politique telle que la veut Paris, c’est l’association volontaire de toutes les initiatives locales ». Le programme écartait la possibilité d’un compromis illusoire. La province était enfin appelée à se prononcer en faveur de Paris « qui ne s’était armé que par dévouement pour la liberté et la gloire de tous. Que la France fasse cesser ce sanglant conflit. C’est à la France de désarmer Versailles par la manifestation solennelle de son irrésistible volonté ».

103 A. D. S-M., M, Internationale. Rapport du c.c. police de Rouen, 25 avril 1871.
A. N., C 2884, pièce no 3. Compte rendu de la séance du 24 avril 1871 (président : Cord’homme ; assesseurs : Vaughan et Riduet) rédigé par Druel et Constant Mondet.

104 A. D. S-M., U 1051. Elections municipales du 30 avril 1871, Comité radical et Fédération rouennaise, Aux électeurs (Riduet). Le texte fut trouvé chez Fossard.
A. N., C 2284. Le manifeste devait être imprimé le 25 avril.

105 A. D. S-M., U 1051. A la Commune de Paris ; texte également trouvé chez Fossard. Voir Enquête sur les événements du 18 mars, op. cit., p. 524.
Le manifeste devait être porté à Paris par une délégation composée de Cord’homme, Gustave Mondet, Delaporte, Riduet et Vaughan.

106 Cependant des opinions divergentes avaient été exprimées. Un orateur, dont le nom n’est pas cité, proposa un appel à Versailles ; c’était l’avis de Fossard qui ne signa pas le manifeste électoral : « Le gouvernement de Versailles était le seul régulier et c’est à lui que je voulais m’adresser, seulement je pensais qu’il fallait faire des concessions à Paris pour terminer la guerre civile » ; mais Riduet s’était opposé à cette proposition qui impliquait la reconnaissance du gouvernement de Versailles.

107 A. D. S-M., U 1051. Les signatures devaient être apposées sur deux feuilles différentes, l’une placée près du bureau (adhésion à la Commune), l’autre près de la porte (manifeste électoral). Les dépositions sont fort contradictoires ; certains témoins ne se souviennent pas de cette partie de la séance (Gratigny, Boutteville...), Pâques « parlait avec un voisin », Roger « était sorti », Hallot et Joseph Mondet ont signé les manifestes « sans les lire »... Plusieurs ont déclaré qu’ils croyaient l’appel rédigé en termes moins énergiques ; peut-être s’agit-il d’une confusion avec l’article de Vaughan, La Paix. Voir A. N., C 2884, Séance du 24 avril. « Percheval demande que tout le monde signe la protestation du citoyen Vaughan contre la guerre civile ».
Les listes de signatures ne purent être trouvées par la police au cours des perquisitions.

108 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen, 25 avril 1871.

109 A. N., C 2884, Séance du 24 avril 1871.

110 A. D. S-M., U 1051. Interrogatoire de Lamy.

111 Enquête parlementaire sur le 18 mars, op. cit.,p. 525.
« Si des arrestations sont faites, dit Vaughan, il faut attendre que l’on soit en nombre pour aller délivrer les prisonniers.
Il n’y a pas à attendre, répliqua Lécureuil, on a des armes et on peut marcher ».

112 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen, 25 avril 1871.

113 A. D. S-M., U 1051. Interrogatoire de Gustave Mondet.
Ibid. Note de renseignements sur Lécureuil. Lécureuil est présenté comme ivrogne, paresseux, coureur de mauvais lieux, le « type même de l’ouvrier crapuleux »....» Typographe, il employait la plus grande partie de ses heures de repos à s’enivrer et dans cet état, il courait la ville en compagnie de camarades de même trempe, tirant les sonnettes, effrayant les bourgeois attardés ; maintes fois, il a eu maille à partir avec les sergents de ville qu’il honorait d’ailleurs de sa profonde aversion ». Franc-tireur pendant la guerre, il était rentré à Rouen, le 9 mars. A. D. S-M., U 1051. Interrogatoire de Lécureuil : « Je suis prompt à m’exalter en paroles... J’ai dit qu’il ne fallait pas avoir peur et que, quand on avait un principe, il fallait souffrir pour le défendre, mais je n’ai pas dit qu’on avait des armes et qu’on était prêt, car de cela je ne sais absolument rien... ».

114 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. Rapport du c.c. police de Rouen (25 avril 1871). Le 25 avril, Cord’homme et « quatre ou cinq autres personnes » attendaient les signataires, 12 rue de l’Amitié.

115 Ibid. Rapports du commissaire central Girard, 24 et 25 avril 1871. Deux agents en civil avaient assisté à l’assemblée du 24 avril ; les renseignements sur les réunions du 22 ou du 23 prouvent que la police disposait d’un informateur parmi les dirigeants.

116 Ibid. Préfet au ministre de l’Intérieur, 26 avril 1871.

117 Ces papiers ne furent pas retenus parmi les pièces à conviction.

118 A. D. S-M., U 1051. Chez Cord’homme, outre la lettre déjà citée du 23 mars, fut saisie une correspondance de Jules de Maupassant, du 17 mars, qui nous renseigne sur les difficultés financières de Cord’homme : « Je reçois une lettre du Havre vous réclamant, mon cher Charles, une facture de 600 F pour 150.000 bulletins de vote imprimés pour le compte du comité électoral démocratique de Rouen.
J’ai bien peur que cette facture reste à votre compte personnel, d’après ce que j’ai entendu dire ; enfin faut-il remettre cette facture à l’huissier ?
J’ai également reçu aujourd’hui de l’administration des domaines une petite note de 145 F pour terminer l’affaire du Progrès et à payer de suite, si vous voulez éviter des poursuites ; je l’ai envoyée à l’huissier avoué pour la payer ; il me la renvoie en me disant de la remettre à M. Varlin. M. Girard la portera demain ».
Dans la lettre du 23 mars, Jules de Maupassant ajoute : « La banque nous a présenté sept mandats de vous dont trois à Leplieux que nous n’avons pu satisfaire (2.400 F) ».

119 A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. Préfet au ministre de l’Intérieur, 26 avril 1871.

120 A. D. S-M„ U 1051. Procureur général au procureur de la République, 1er mai 1871 : « Les bons renseignements fournis sur la moralité de Creusot rendent cet homme intéressant ». Quant à Fritsch, il n’avait pas assisté à l’assemblée du 24 avril.

121 Journal de Rouen, 26 avril : Cord’homme, ancien membre du conseil général, a été arrêté hier à Rouen. Nous ignorons les causes de cette mesure qui ne peut avoir qu’un motif politique ».
Le Nouvelliste de Rouen, 26 avril 1871.
L’Industriel elbeuvien, 29 avril 1871.

122 Le préfet craignait surtout des incidents à la prison : 500 détenus avec seulement 5 gendarmes et 20 gardiens, c’était évidemment tentant pour des manifestants décidés.

123 Le Gaulois, 30 avril 1871 : « La présence de l’armée allemande a seule empêché jusqu’ici l’explosion de troubles dans les faubourgs de Rouen. Si c’est là tout le profit que les Rouennais ont retiré de leur long martyre, c’en est un, du moins, assez appréciable, quand on voit ce qui s’est passé à Marseille et ce qui se passe à Paris.
L’autorité a ouvert les yeux. Elle a pris prétexte d’une réunion secrète composée de chefs rouennais de l’Internationale et de la démocratie unitaire et radicale pour faire arrêter tous les personnages qu’elle craignait de voir se mettre à la tête du mouvement ».

124 Journal Officiel de la Commune, 8 mai 1871. L’article semble avoir été rédigé d’après le récit de « sociétaires, avertis à temps,... qui seraient venus se mettre sous la protection de la Commune ».
The General Council..., op. cit., t. IV, (1870-1871), p. 201, 23 mai 1871.
Karl Marx dénonce la collusion de Thiers et des Prussiens ; Bismarck a permis à Thiers de reconstituer une armée pour écraser Paris. Pour montrer comment les Prussiens ont fait leur travail de police, Marx mentionne l’exemple de Rouen occupé par les Prussiens où 500 personnes ont été arrêtées sous le prétexte qu’elles appartenaient à l’Internationale. Il s’agit évidemment d’une nouvelle déformation des événements ; dix arrestations seulement ont été opérées et les Allemands ne sont pas intervenus.

125 A. D. S-M., U 1051. Le 29 avril, une lettre de Collot adressée de Sens à Cord’homme avait été interceptée par la police ; elle contenait le programme de la Commune. Un mandat d’arrêt fut délivré le 12 mai contre Collot - que Cord’homme prétendait ne pas connaître - mais il ne put être exécuté. Il en fut de même à l’égard d’Aubry (6 mai).

126 Ibid. Réquisitoire d’information.

127 Nous ne possédons que peu de renseignements sur les résultats des communes de la banlieue de Rouen. A Darnétal (inscrits 1 920, votants 973) la plupart des conseillers sortants furent réélus, mais aucun membre de l’Internationale ; sur quelques bulletins figuraient des mentions de protestations « Je vote pour la République démocratique et sociale... » ou des injures. Le 28 avril, un placard manuscrit avait été affiché à Darnétal, pour protester contre l’arrestation de Vaughan (voir A. D. S-M., M, Affaire Cord’homme. C.c. police de Rouen, 28 avril 1871) : « Je finis en criant vengeance et en appelant les vengeurs de nos amis aux armes ». A Elbeuf, deux écrits subversifs avaient également été affichés : « La police emprisonne nos frères... fesons la Saint-Barthélémy : (sic) « Nous sommes sous la terreur des assassins de Versailles, nous vous engageons de ne pas voter, Vive la République, Vive la Commune !... ». Les conservateurs furent élus dès le premier tour (1 334 à 2 036 voix)-, sur la liste démocratique, Sulpice, membre de l’Internationale obtenait 597 voix. Par contre, à Caudebec-lès-Elbeuf, si la liste démocratique, complètement élue en 1870, perdait quelques sièges, elle conservait cependant la majorité contre les Amis de l’ordre et de la liberté.

128 A. D. S-M., M, Internationale. Rapport du c.c. police de Rouen, 13 juillet 1871 : « La séance du 24 avril est la dernière qu’ait tenue l’Internationale à Rouen. Ses membres, effrayés par les arrestations opérées, se sont dispersés... ».

129 La Révolution politique et sociale, 15 mai 1871. « La Révolution Sociale et la Commune » (E. Aubry).

130 Journal de Rouen, 6 mai 1871.

131 Ibid., 12 mai 1871.
Le Journal de Rouen, publia le 3 juin un communiqué du conseil du Grand-Orient du 29 mai condamnant les maçons qui avaient participé à la manifestation de Paris du 29 avril. Parmi les signataires, Eugène Viénot, vénérable de la Persévérance Couronnée - voir Bibliothèque nationale, fonds maçonnique, La Persévérance Couronnée, 1851-1875.

132 Journal de Rouen, 23 mai 1871.

133 Le Nouvelliste de Rouen, 26 mai 1871.

134 Journal de Rouen, 26 mai 1871.

135 A. D. S-M., U 1051. Témoignages. Sur les 34 témoins trois étaient entrés par hasard, sans avoir reçu de convocation ; par contre, Vaughan, au moins, appartenait à la fois au comité radical et à l’Internationale. Parmi les membres du comité radical on peut distinguer deux générations : les anciens de 1848 : Cord’homme 47 ans, Percheval 56 ans, Roger 46 ans, Dalleinne 63 ans, Gratigny 62 ans, Boutteville 58 ans, Blaizet 51 ans et les jeunes qui avaient plus ou moins collaboré au Progrès de Rouen, Riduet 25 ans, et Delaporte 25 ans.

136 A. D. S-M., U 1051. Objet de poursuites après l’affaire des Arts et Métiers, Percheval avait été acquitté (1849).
Renseignements du commissaire central : « Percheval est un démocrate ardent... affectant une certaine bonhomie, il s’est fait dans les clubs et réunions politiques une réputation d’orateur gai. Dans les réunions de la rue de l’Amitié, il s’est particulièrement fait remarquer par les motions les plus violentes contre la Société et ses témoignages de sympathie pour la Commune ».

137 Ibid. Renseignements du commissaire central : « Creusot est un ouvrier de filature sobre et économe, mais il se fait remarquer par ses idées socialistes, par son acharnement et sa passion à les développer et les communiquer à ses amis... Ce n’est point un homme de désordre mais il se laisse facilement persuader ou entraîner... ».

138 Ibid. Delaporte s’était rendu à Paris pour y faire son droit « Il a mené pendant plusieurs années une vie de bohème... Après le 4 septembre, il revint à Rouen, espérant se créer une position à la faveur du désordre... » ; il écrivit dans la Liberté de Rouen « des articles empreints d’une exagération et d’une violence excessives. Ambitieux à sa manière, il n’est pas fâché de se poser en martyr et il espère bien que ces moments difficiles lui seront comptés un jour. C’est un jeune révolutionnaire qui désire faire son chemin... ».

Table des illustrations

Titre Elections du 8 février 1871 (à l’exception de l’arrondissement du Havre)
Légende Note 5555
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Elections à l’Assemblée Nationale (8 février 1871)56. Arrondissement de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8299/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Elections municipales de ROUEN
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8299/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540