Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Quatrième partie. Les crises de la fédération ouvrière (1870-1871)

Chapitre II. La guerre et la défense de Rouen

Texte intégral

1Deux dates dominent la vie politique rouennaise à la fin de 1870 : le 4 septembre, la proclamation de la République, fraîchement accueillie par les autorités locales, provoqua une tension entre démocrates et amis de l'ordre, ces derniers craignant la révolution sociale, un nouveau 1848 ; le 5 décembre, la chute de Rouen sans combat déchaîna une controverse non seulement entre dirigeants, civils et chefs militaires, mais entre les partis qui se rejetèrent la responsabilité de la présence des Prussiens, s'accusant mutuellement d'avoir, depuis septembre, compromis la défense de la capitale normande.

LE PROBLEME DE LA DEFENSE DE ROUEN

  • 1 Journal du Havre, 6 décembre 1870 ; le Journal du Havre prétendait citer les clauses de la capitul (...)
  • 2 Journal du Havre, 9 décembre 1870.

2Les premières accusations furent portées par le Journal du Havre, dès le 6 décembre : la surprenante capture de Rouen par les Allemands ne pouvait s'expliquer que par une trahison. Au cours d’une entrevue secrète avec un officier allemand, la municipalité de Rouen aurait accepté de verser une indemnité de 17 millions, de livrer les armes et munitions et de désarmer la garde nationale ; les citoyens de 20 à 40 ans mobilisés, considérés comme prisonniers de guerre pourraient être emmenés en Prusse. Par contre les propriétés privées seraient respectées, les troupes prussiennes logées dans les casernes et au besoin chez l'habitant, les vivres réquisitionnés fournis à valoir sur l’indemnité à verser1. Ces attaques sont intéressantes à relever non pour l’exactitude des faits qui ne purent être prouvés, mais pour caractériser l’état d’esprit des démocrates : les notables de la ville, le maire, l’archevêque étaient accusés d'être entrés en relations avec les Prussiens pour préserver la ville, non seulement des horreurs d'un bombardement, mais aussi de troubles sociaux. Les jours suivants, le Journal du Havre publia des articles, inspirés par les réfugiés de Rouen, qui tendaient tous à accréditer la thèse de la trahison2.

3Ces « révélations » reprises par de nombreux journaux français et étrangers ouvrirent une polémique qui se poursuivit jusqu'aux élections de février 1871.

  • 3 Protestations du conseil municipal de Rouen aux journaux du Havre et de l’Eure (20 décembre 1870).

4La municipalité de Rouen publia d'abord dans la presse du Havre et de l'Eure un compte rendu sommaire des séances du conseil afin de prouver qu'elle n'avait pris aucun contact avec l'ennemi ni versé aucune indemnité3.

  • 4 Journal du Havre, 9 décembre 1870 ; Journal de Rouen, 6 février 1871.
    Lettre collective signée de C (...)

5Mais les démocrates rouennais mirent plus généralement en cause la volonté de résistance des autorités locales depuis le 4 septembre : « La défense n'a cessé d'être paralysée tantôt par les propos décourageants des personnes intéressées, tantôt par l'impéritie des généraux, tantôt par des menées et des mesures réactionnaires cachées sous un dévouement d’apparat »4.

  • 5 RAOUL-DUVAL (Edgar) - Comment Rouen n'a pas été défendu - Le Nouvelliste de Rouen, 10 février 1871 (...)

6Dans sa brochure Comment Rouen n'a pas été défendu, Raoul-Duval, conseiller municipal et conseiller général, expliqua que la municipalité s'était toujours préoccupée aussi bien de l'armement des troupes que de la construction d'une ligne de défense autour de Rouen, mais que ses démarches n'avaient jamais été prises en considération, ni par le commandement militaire, ni par le gouvernement de la Défense nationale. Au passage, l'auteur critiquait le comité de défense, dont avaient fait partie des démocrates et des membres de l'Internationale : « Dans ce comité, un temps considérable fut, comme dans toutes les assemblées, dépensé en paroles inutiles... » (14 décembre 1870)5.

  • 6 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense Nationale. Déposition de Raoul-D (...)
  • 7 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale..., op. cit., t. I, p. (...)

7Raoul-Duval reçut la mission d’entrer en rapport avec la presse française et étrangère pour faire justice « des infâmes calomnies » que les radicaux s’efforçaient de propager contre la municipalité ; il devait également réclamer à l'assemblée de Bordeaux la nomination d'une commission d'enquête sur les événements de Rouen et l'occupation de la Haute-Normandie (13 décembre 1870)6. Sur l'avis de Gambetta la délégation de la Défense nationale ajourna toute décision jusqu’à l'évacuation de Rouen « afin de garantir les droits de ceux qui allaient être accusés »7.

  • 8 Journal du Havre, 14 décembre 1870. Lettre de Desseaux, 10 décembre 1870 (Honfleur).
  • 9 Ibid., 22 décembre 1870.

8De son côté, le préfet de la Seine-Inférieure. Desseaux chercha à dégager complètement sa responsabilité dans l'évacuation dont il n’avait pas même été prévenu8. Estancelin, commandant général de la garde nationale, qualifiait de tissu de mensonges une lettre de Cord’homme : la garde nationale avait toujours accompli son devoir et son chef exécuté strictement les ordres qui lui étaient transmis... ; il n'avait quitté la ville que sur les ordres du général Briand, commandant la division militaire9.

9Les dirigeants de l'Internationale, dont l'action politique, aurait troublé les préparatifs de défense, contre-attaquèrent à leur tour.

10Le 24 décembre, Ernest Vaughan adressa une lettre ouverte à Raoul-Duval : « Votre brochure et celle publiée par la municipalité établissent que jusqu'a la dernière heure celle-ci a fait son devoir et rejettent tous les torts sur le général Briand.

11« La protestation de M. Desseaux rend son auteur blanc comme neige.

12« M. le commandant général Estancelin se décerne dans la sienne la palme du martyre.

13« Le général Briand seul n’a, je crois, encore rien dit. Bientôt sans doute il suivra votre exemple et mettra à couvert sa responsabilité.

14« Par malheur, vous oubliez tous qu’on ne peut être juge et partie à la fois.

15« L'opinion publique, jugeant en dernier ressort, dira de vous : ils sont tous coupables.

  • 10 VAUGHAN (Ernest) - Lettre de M. Vaughan, membre de l’Internationale et du comité de défense à M Ra (...)

16Et l’opinion publique aura raison »10.

  • 11 Journal du Havre, 4 janvier 1871. Réponse du général Briand au conseil municipal de Rouen et à M. (...)

17Comme Vaughan le prévoyait, le général Briand replié au Havre, puis dans la Manche, expliqua qu’il avait dû évacuer Rouen à cause de la mauvaise volonté de la municipalité qui refusait de faire appel à la population pour coopérer à la défense de la ville11.

  • 12 Fédération ouvrière rouennaise, séance extraordinaire du 25 décembre 1870 ; Mémoire pour servir à (...)

18Tout en regrettant de publier un rapport sur son activité avant le départ des Prussiens, la Fédération ouvrière estima qu’elle ne pouvait laisser passer de hâtives justifications sans protester énergiquement : « Nous avons le droit de dire et d’affirmer bien haut sans craindre le démenti : si l’on avait daigné nous écouter et suivre nos conseils, jamais Rouen n’aurait été pris... Malheureusement, aucune de (nos) résolutions n’a été prise en considération... Faut-il croire, ainsi que beaucoup l’ont répété, que ces conseils n'étaient pas écoutés, surtout parce qu'ils émanaient trop directement du peuple travailleur ? » Le conseil municipal rejetait les responsabilités sur le gouvernement de Tours et les comités de défense, mais lui-même n’avait, pendant plusieurs semaines, fait preuve d’aucune ardeur pour se procurer des armes et voter les crédits pour la défense : « Ce n’est pas seulement à la veille de l’arrivée de l’ennemi que l’on devait montrer tant de chaleur ». Pourquoi les autorités locales avaient-elles témoigné une telle répugnance à donner des armes aux ouvriers ?12.

  • 13 Voir aussi Journal de Rouen, 5 février 1871. Lettre du procureur général Peulevey (28 décembre 187 (...)

19Ce débat passionné met en relief l’importance des préoccupations de politique intérieure dans le choix des décisions militaires prises pour la défense de Rouen du 4 septembre à l'arrivée même des Prussiens13.

  • 14 Les archives du préfet furent en partie détruites au moment de l'arrivée des Prussiens (Le Réveil (...)
  • 15 Bulletin de la Fédération ouvrière rouennaise, 3 numéros, 8 pages, 13x21 (B. M. Lyon). Les comptes (...)

20Malheureusement, notre documentation sur l’activité politique à Rouen est réduite en particulier pour le mois de septembre14. La Fédération ouvrière rouennaise publia bien à partir du 11 septembre un bulletin hebdomadaire en attendant, espérait-elle, la réapparition de la Réforme sociale, mais les trois brefs numéros des 11, 18 et 25 septembre ne renferment que les appels de l’A. I. T., quelques commentaires sur la situation, mais aucun compte rendu des réunions publiques15. Le 30 septembre parut la Liberté de Rouen, « journal franchement républicain », qui voulait reprendre la tradition du Progrès ; ses rédacteurs R. H. Tabouelle et R. Delaporte y exposèrent jusqu’au 5 décembre 1870 le point de vue des radicaux. Mais les deux grands quotidiens le Nouvelliste et le Journal de Rouen se montrèrent remarquablement discrets sur la politique locale.

L'INTERNATIONALE ET LA GUERRE FRANCO-PRUSSIENNE

  • 16 La Réforme sociale, 31 juillet. Adresse de l'A. I. T., section française, aux travailleurs de tous (...)
  • 17 La Réforme sociale, 31 juillet. La F. O. R. à ses frères de Prusse et d’Espagne (14 juillet). La p (...)

21L’imminence de la guerre entre la France et la Prusse avait provoqué les protestations des groupes de l'Internationale ; celle de la section française parut dans la Réforme sociale du 31 juillet : elle appelait les frères d'Allemagne « à rester sourds à des provocations insensées, car la guerre entre nous serait une guerre fratricide » et les frères d'Espagne à ne pas se courber comme nous sous une nouvelle tutelle16. Le 14 juillet, la Fédération rouennaise rédigea sa propre protestation17 : « La lutte, si elle éclate, aura pour acteurs les ouvriers de chaque pays enrôlés de force dans les armées ». Elle faisait « des vœux pour que le sang de ses frères ne coule pas en faveur de principes nullement en rapport avec ceux professés par la sainte alliance des opprimés contre le capital », elle attaquait la politique belliqueuse des gouvernements, les armées permanentes, sources perpétuelles de conflits et affirmait sa solidarité à l’égard de tous les combattants : « Chers compagnons qui composez les armées de tous les pays, nous vous prions de croire à nos sympathies et de vous bien persuader que nous éprouvons une cruelle douleur des calamités qui vont affliger notre classe ».

  • 18 La Réforme sociale, 31 juillet. « L’Internationale et la guerre » (Aubry).
    Ibid., 24 juillet. « La (...)

22Mais la guerre paraissait tellement inévitable que ni la section française, ni la Fédération rouennaise n’envisagèrent d'autre forme d’action pour en écarter la menace. Après la déclaration de guerre, Aubry expliqua qu’on ne pouvait supprimer les conflits qu’en changeant de régime social « Pauvre peuple ! pauvre peuple ! c'est toi toujours qu’on massacre, qu'on appauvrit, qu'on écrase pour la plus grande gloire des potentats. Et il en sera toujours ainsi tant que les peuples seront assez simples pour ne pas comprendre leurs véritables intérêts qui sont de savoir se gouverner eux-mêmes »18.

  • 19 Le Nouvelliste de Rouen, 6 août 1871. « Nous aurions pensé que les radicaux et les socialistes s'a (...)

23Ces articles furent exploités par les Amis de l’ordre pendant la campagne des élections municipales. Pour le Nouvelliste, l’Internationale avait contribué à donner de l’audace à la Prusse en lui faisant croire que le gouvernement n’aurait pas la nation derrière lui en cas de guerre. « Quel beau succès pour les irréconciliables et pour l'Internationale si Rouen, en face des dangers que court la patrie, les appelait au conseil municipal... Si les choses se passaient de même dans beaucoup d’autres grandes villes, on en ferait des gorges chaudes à Berlin et la Gazette de la Croix ne manquerait point de dire qu’il y a là une protestation contre la guerre que nous soutenons contre son pays »19.

  • 20 Bulletin de la Fédération rouennaise, 11 septembre 1871, p. 5 et 6. « Au peuple allemand ». « Repa (...)
  • 21 Ibid., 11 septembre 1870, p. 7 à 9. Appel signé par les membres du comité : Aubry, Fouet, Marque, (...)

24Après six semaines de silence, la Fédération rouennaise reprit l'appel à la démocratie socialiste de la nation allemande des internationaux parisiens, Beslay, Camélinat, Chemalé, Longuet, Tolain, Vaillant : l’Empire responsable de la guerre abattu, les troupes allemandes étaient invitées à repasser le Rhin, sinon « il nous faudra combattre jusqu’au dernier homme et verser à flots ton sang et le nôtre ». Les signataires espéraient que les démocrates allemands qui avaient protesté contre la guerre travailleraient avec eux « au désarmement général et à l'harmonie économique »20. La Fédération rouennaise donna son entière adhésion mais ne semblait se faire aucune illusion sur les chances qu'il avait d'être entendu ; maintenant que « l'horrible institution du gouvernement personnel » avait disparu, le devoir le plus impérieux était de chasser les hordes prussiennes, les « esclaves de la monarchie », conduits par les valets de Guillaume et de Bismarck » ; les sociétés ouvrières devaient aider le gouvernement de la République à organiser la défense et reconquérir les territoires perdus pour les rendre à leur légitime propriétaire, la France de 89 et du 4 Septembre 187021. La Fédération ouvrière, désormais à l’avant-garde du mouvement patriotique, constitua son comité en permanence et invita les ouvriers à s’armer.

25Mais elle voulait écarter les soupçons qui pouvaient naître sur ses intentions politiques ; elle ne jetait aucune exclusive, recommandant « de ne voir partout que des citoyens préoccupés d'un seul objet, d’une seule idée, la défense du sol national ». Un article paru dans le même bulletin définissait le rôle de l'Internationale pour détruire « les mensonges et les calomnies » de la propagande bonapartiste. L'Internationale n’aspirait pas au bouleversement social, à une transformation brutale des propriétés, ni à l’abolition de la famille ; elle comptait dans son sein toutes les écoles socialistes sans être inféodée à une seule..., « sa mission n'était pas de renverser violemment l’ordre économique actuel, mais bien de transformer selon les lois de la Science Sociale les relations qui existaient entre le travail et le capital ». Transformer en conservant ! « Il faut que les honnêtes gens s’assurent que nous sommes plus conservateurs que ceux qui ont livré la France aux hordes étrangères... ». Sans abandonner ses objectifs sociaux, la Fédération voulait rassurer les républicains sur les moyens qu'elle comptait employer pour les atteindre et en particulier se distinguer des communistes et des collectivistes : « Notre mission à nous, internationaux, a été et est toujours de combattre tous les despotismes » ; cette affirmation ne pouvait que faciliter le rapprochement avec les radicaux et l’action commune pour la lutte à outrance.

ROUEN APRES LE 4 SEPTEMBRE - LE COMITE DE VIGILANCE

  • 22 A. M. Rouen, 1 D 1. Analyse des délibérations du conseil municipal, 4 septembre 1870. Le conseil m (...)

26La révolution du 4 Septembre ne provoqua aucun désordre à Rouen22. Le préfet de l'Empire, Leroy de Boisaumarié, quitta tranquillement son poste.

  • 23 A. D. S-M., M, Procès-verbaux du conseil général de la Seine-Inférieure, 22 septembre 1870 : « Le (...)
  • 24 Journal de Rouen, 6 septembre 1870 (Beuzeville).

27Les Amis de l'ordre lui votèrent des motions de reconnaissance23 et le Journal de Rouen lui-même tint à saluer l’administrateur qui avait dirigé la Seine-Inférieure depuis 22 ans : « Il y a des incompatibilités politiques que personne ne saurait méconnaître. Mais la question politique étant écartée, nous devons constater que M. Ernest Leroy... a conquis de nombreuses sympathies personnelles, elles lui vaudront... des souvenirs qui font honneur à son caractère »24.

  • 25 MAUPASSANT (Guy de) - Contes et nouvelles - Albin Michel, 1964, t. II, p. 122 - Boule de Suif.

28Qui allait lui succéder ? Les journaux du Havre proposèrent Le Cesne, député du Havre, ou Peulevey, conseiller général démocrate ; on parla de radicaux rouennais, Leplieux ou Berthelot, conseiller d'arrondissement du 6e canton ; si l'on en croit Maupassant, Cord'homme se voyait déjà préfet25. mais finalement le gouvernement choisit Desseaux, député de Rouen : « Nous serons sincères, reconnaissait le Nouvelliste de Rouen que, comparativement aux candidatures qui, tout d'abord, paraissaient vouloir s'imposer, le choix de M. Desseaux nous a causé un certain soulagement.

29« Son honorabilité personnelle, sa longue expérience, nous paraissent des garanties sérieuses contre les entraînements de ses sentiments et des ses amitiés politiques.

  • 26 Le Nouvelliste de Rouen, 7 septembre 1870.

30« Dans les tristes épreuves que subit la patrie, et en face des dangers de l’invasion, ce serait un crime que de faire naître le moindre prétexte à discorde... »26.

  • 27 Ramel fut nommé sous-préfet du Flavre. Vaughan sollicita le poste de sous-préfet d’Yvetot ; Edmond (...)

31Mais Desseaux fut entouré de collaborateurs démocrates : Leplieux secrétaire général, et Albert Leroy, chef de cabinet27, ce qui apaisa pendant quelque temps les radicaux.

  • 28 La Chronique de Rouen, 6 août 1871 ; LEVASSEUR (Louis) - Les notables de la Normandie. 1re série -(...)
  • 29 LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 301. Délégation de Simon auprès de (...)
  • 30 Le Réveil social, 24 juillet 1892. Ma vie, mes souvenirs,(Ch. Cord’homme).
    LEVASSEUR (Louis), op. c (...)
  • 31 Peulevey (Léon), (1815-1885), avocat au Havre, procureur général jusqu’au 24 mars 1871, député du (...)
  • 32 Cette affaire révèle les pressions contradictoires qui s’exerçaient à Tours. La révocation de Lete (...)

32L. Levasseur a laissé un clairvoyant portrait de Desseaux : « doux, âgé, d’un extérieur plutôt simple que sévère, honnête de caractère, sorte de Nestor en robe d’avocat, M. Desseaux, s'est vu bâtir un piédestal d’honorabilité... ; ceux qui l’avaient envoyé à la chambre le prenaient pour un montagnard dantonien. M. Desseaux est un républicain sage, convaincu et honnête... De révolutionnaire... qu’on le croyait, il s’était pris d’un véritable goût pour le rôle de pasteur, de conciliateur, de pacificateur. Il avait sans doute plus d’une bonne raison de choisir ce rôle, mais il ne pouvait échapper au reproche de se montrer débonnaire... »28. La Fédération ouvrière l'accusa plus simplement de continuer à subir l’influence pernicieuse de ses camarades de collège et de barreau qui entravaient ses aspirations démocratiques29. Dans ses Souvenirs, Cord’homme assure que Desseaux n'aurait voulu destituer aucun des fonctionnaires de l’Empire, pas même « le commissaire central archibonapartiste »30. Le comité démocratique envoya donc à Tours Duvivier et Cord’homme pour demander le remplacement de Desseaux ; Crémieux ne consentit qu'à abandonner le procureur général et choisit pour ce poste Peulevey, avocat au Havre ; « Nous faisons, Peulevey et moi, le nettoyage, pas aussi complet que je l’aurais désiré et nous nommons procureur de la République, M. Letellier, avoué à la cour »31. Quelques jours plus tard, Letellier était révoqué ; nouvelle intervention à Tours de Cord’homme et Crémieux annulait sa décision : « Puisque j'ai déjà nommé M. Letellier, je le renomme... »32.

  • 33 A. M. Rouen. Procès-verbal du conseil municipal, 5 septembre 1870 (Raoul-Duval).

33L’opposition la plus sérieuse à la nouvelle administration républicaine vint des autorités municipales de Rouen. Un des derniers actes du préfet Leroy avait été la désignation comme maire de l'adjoint Nétien (4 septembre). Le 5 septembre, celui-ci demanda au conseil s'il ne jugeait pas nécessaire dans les circonstances actuelles, de reconnaître le gouvernement établi..., il fallait enlever tout prétexte à une émotion populaire, des rumeurs s'étaient propagées à ce sujet ; malgré le manque d'enthousiasme de quelques conseillers. Deschamps et Raoul-Duval firent ressortir que la situation intérieure et extérieure rendait indispensable la reconnaissance de la République ; « En présence de l'étranger il faut être unis... il faut que chacun non pas acclame, mais accepte la République »33.

  • 34 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Préfet à Justice, Tours, 21 septembre. « Dépêches successives (...)
  • 35 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Préfet à Intérieur, Tours, 1er octobre 1870. Le préfet assurai (...)

34Ce ralliement pouvait-il suffire à sauver la municipalité de Rouen ? Le décret du 16 septembre fixait au 25 les élections pour le renouvellement intégral des conseils ; celui du 20 septembre prononçait leur dissolution et donnait entière latitude aux préfets pour nommer les présidents et assesseurs appelés à siéger aux bureaux des sections de vote. Desseaux télégraphia aussitôt à Tours « qu’il y avait danger de mécontenter l'opinion publique »34. Le décret du 24 septembre ajournant les élections municipales, Desseaux s'empressa de maintenir provisoirement en exercice le conseil de Rouen. Aussi la circulaire du 30 septembre sur la nomination de commissions municipales suscita aussitôt des protestations. « La dissolution immédiate de tous les conseils municipaux va mécontenter ; elle rendra plus difficile l’emprunt, sinon impossible ; ne conviendrait-il pas de donner aux préfets la faculté d’exécuter ou de suspendre provisoirement l'exécution suivant les circonstances, surtout pour les départements menacés d’invasion »35. Devant la commission d’enquête sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, Raoul-Duval a révélé quelles pressions furent exercées sur le préfet : « Le conseil municipal avait été élu à une grande majorité, 8.000 et tant de voix contre 1.200. En présence des malheurs qui accablaient la France, nous n'avons pas voulu nous séparer, nous n'avons pas voulu abandonner notre poste.

35« Il fut décidé que nous ne nous laisserions pas remplacer par une commission. Nous étions les élus du suffrage universel, et nous ne devions pas abandonner ses intérêts.

36« Nous étions décidés à faire au besoin appel à la garde nationale qui était, en grande majorité, animée d'un excellent esprit et à ne pas nous laisser remplacer par des intrus.

  • 36 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 4 (...)

37« L’esprit conciliant de M. Desseaux a pu éviter ce conflit, et il n’a pas été nommé de commission municipale »36.

38Le préfet a donc cédé devant la crainte d’un sabotage de l’emprunt et le risque d’un affrontement avec la garde nationale, à laquelle il n'avait aucune force à opposer vers la mi-septembre.

  • 37 Journal du Havre, 9 décembre 1871. Lettre des démocrates rouennais.
  • 38 RAOUL-DUVAL (Edgar) - Comment Rouen n'a pas été défendu dans LE ROY (Albert), op. cit., p. 266 : « (...)
  • 39 A. M. Rouen. Analyse des délibérations du conseil municipal, 29 août 1870.
    CAUBERT (A.) - Pouvait-o (...)

39Les démocrates reprochaient surtout à ce conseil municipal, « composé soit de complaisants de l’Empire, soit de déserteurs des autres partis »37, de ne faire aucun préparatif sérieux pour mettre Rouen en état de résister. Pourtant, après les défaites d’août, un comité municipal de défense avait été créé, en prévision du siège de Paris et d'une avance allemande en direction de la Haute-Normandie ; il comprenait plusieurs membres du conseil, Raoul-Duval, Deschamps... et les deux chefs de légion de la garde nationale. Une délégation se rendit auprès du général de Lioux qui commandait alors la division pour qu’il voulût bien donner des indications sur les travaux à effectuer, la ville se chargeant de les exécuter. Démarche sans résultat38. A défaut du concours de l'armée, le conseil municipal fit appel, le 30 août à quelques officiers en retraite qui étudièrent la défense des abords de la ville et de la ville elle-même ; un premier crédit de 50.000 F fut voté le 4 septembre. A cette date, aucune mesure n'avait donc encore été appliquée : quant au projet retenu, ses ambitions paraissaient fort limitées : on prévoyait que les ennemis ne se présenteraient pas devant Rouen avant une quinzaine de jours.... « La ville ne pourrait se défendre devant une armée ; elle pourrait se défendre devant une avant-garde d'infanterie et de cavalerie ; les précautions à prendre consisteraient donc à se préserver des maraudeurs ou des détachements de cavalerie !... »39.

  • 40 Un bataillon de mobiles de la Seine-Inférieure (quatre autres furent envoyés à Paris) ; le 4e bata (...)
  • 41 ESTANCELIN (Louis)-La vérité sur les événements de Rouen - Rouen 1871, 42 p. ; p. 7.
    Estancelin (Lo (...)
  • 42 Journal de Rouen, 8 septembre 1870.

40Après la capitulation de Sedan, c'était un corps d'armée qui risquait d'apparaître aux confins de la Normandie ; Le Havre émit un premier emprunt de 300.000 F le 14 septembre, un second d’un million le 5 octobre ; tous les citoyens furent invités à s’armer de pelles et de pioches pour terminer la nouvelle enceinte (22 septembre) ; les initiatives locales semblaient indispensables, car le commandement militaire ne disposait alors que de forces insignifiantes : vers le 20 septembre, quatre bataillons de mobiles en Seine-Inférieure40. En prenant ses fonctions de commandant général des gardes nationales de la Seine-Inférieure, du Calvados et de la Manche (15 septembre), Estancelin évaluait l'armement à 12 000 fusils à percussion et fusils à silex pour un effectif théorique de 100 000 gardes nationaux sédentaires et de 20 000 mobiles41 ; le conseil municipal expliquait qu'il ne pouvait s'en procurer en Angleterre, car la commission nationale, présidée par Le Cesne, interdisait aux départements et aux villes les marchés d’armes à l’étranger et s’en réservait la fourniture exclusive pour éviter les surenchères. Les seules mesures décidées à Rouen furent donc l'autorisation d'effectuer les travaux de défense approuvés par la commission municipale et le vote d'un crédit de 15.000 F pour équiper les 200 éclaireurs du corps franc de Gaston Desseaux, fils du préfet42.

  • 43 Le Barbier (Edouard), ancien élève de l’Ecole Normale supérieure (1849) puis de l'Ecole d’Athènes  (...)
  • 44 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., p. 489.
  • 45 A. M. Rouen. Analyse des délibérations du conseil municipal, 17 septembre 1870.

41Le conseil municipal de Rouen paraissait surtout préoccupé de conserver le contrôle de la ville. Le 10 septembre, pour « concentrer les efforts de tous les citoyens en vue de seconder l'énergie patriotique de Paris et de protéger la Seine-Inférieure », Desseaux créa un comité départemental de défense formé de 1B membres, personnalités militaires, civiles et quelques hommes politiques, Raoul-Duval, Deschamps mais aussi trois radicaux : Cord'homme, Berthelot et Le Barbier43. Raoul-Duval a expliqué pourquoi il accepta d'en faire partie : « La composition de ce comité... donnait de médiocres garanties sous quelques rapports... mais nous étions affichés, il n'y avait plus moyen de se retirer et d'un autre côté, il y avait un intérêt général à surveiller certains éléments qui ne devaient aboutir qu'à organiser l'insurrection, si nous nous étions tenus à l’écart... »44. Pour se garantir des initiatives intempestives de ce comité, le conseil municipal conserva sa commission et demanda que les actions militaires auxquelles pourraient être affecté le contingent de la garde nationale de Rouen, soient arrêtées par l'autorité militaire et dirigées par elle avec le concours d’officiers préparés par leur expérience à conduire les opérations de guerre45.

  • 46 Journal de Rouen, 16 septembre 1870.
  • 47 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Comité central démocratique (7 septembre) ; les membres délégu (...)
  • 48 Journal de Rouen, 12 septembre 1870.
  • 49 Bulletin de la Fédération ouvrière rouennaise, 11 septembre, p. 8.

42Les démocrates ne manquaient pas d'opposer le patriotisme des Havrais à l'inertie des Rouennais. Le Journal du Havre proposa même de mettre la ville de Rouen en demeure de déclarer si elle se défendrait ou ne se défendrait pas46. Le Comité central démocratique, dès le 7 septembre, avait demandé l'incorporation dans la garde nationale de tous les citoyens de 20 à 55 ans, et la révocation du personnel de police47. Le 11 septembre, une délégation d'ouvriers se présenta au Journal de Rouen : « Ils étaient prêts à répondre à l’appel suprême du pays, réclamaient la levée en masse de la nation ; ils préféraient la mort donnée par les balles prussiennes à la misère affreuse et aux désastres incalculables que causerait une occupation prolongée »48. Cette démarche suit probablement la réunion générale de la Fédération ouvrière qui s’était tenue le jour même, afin de « prendre des mesures ou plutôt de s'associer sincèrement à celles prises par le gouvernement de la Défense nationale en vue de repousser l'envahisseur »49.

  • 50 LE ROY (Albert)-Le Havre et le département de la Seine-Inférieure, op. cit., p. 301. Bulletin de l (...)

43Vers le 16 septembre, le comité fédéral envoya un de ses membres, Simon, auprès de Gambetta pour le prier de nommer en Seine-Inférieure un commissaire extraordinaire, Delescluze ou Félix Pyat, afin de combattre les menées des bonapartistes ; le délégué rencontra le secrétaire de Gambetta, Laurier, qui promit de transmettre les désirs de la Fédération. « Le comité ne reçut aucune réponse, c'est alors qu’il décida de s’adresser à l’opinion publique en prenant l’initiative de réunions populaires »50.

  • 51 Ibid., 18 septembre 1870. « La République à Rouen » (Aubry).

44Le 18 septembre, Aubry manifesta son impatience dans le bulletin de la Fédération51 ; l’épuration n'avait pas été réalisée : « Comment se fait-il que ceux qui persécutaient, il y a trois semaines à peine les Républicains, sont chargés de diriger dans notre cité les affaires de la République : tribunaux, municipalité, commerce, sont restés entre les mains des bonapartistes... ; on dit naïvement, que voulez-vous, la ville de Rouen n'est pas républicaine !

45« Rouen n’est pas républicaine, parce qu'il y a à sa tête une centaine de gens appartenant au haut négoce, au gros commerce, à la finance, gens qui ne connaissent que la pièce de cinq francs, qui n’admirent un gouvernement que d’après le cours de la bourse, et ne se préoccupent guère de la conscience publique... Pour que Rouen soit républicaine, il faut confier l'administration à ceux qui ne craignent pas de défendre le nouveau régime.

46« Les bonapartistes et les orléanistes sabotent la défense ; ils sont disposés à livrer la ville aux Prussiens ou à leur payer la rançon qu’ils leur demanderont sous ce prétexte que l’on ne peut se hasarder d’opposer une résistance énergique sans s'exposer à voir la ville forcée de subir un bombardement... Il serait possible de lever en Normandie une armée de 100.000 hommes : Il est temps que tous ceux qui veulent la France libre s'entendent pour la défendre ».

  • 52 Ibid., 25 septembre 1870. « La défense à Rouen » (Aubry). Cette accusation était également lancée (...)

47Dans un nouvel article, la Défense à Rouen, Aubry précise ses accusations contre les notables : « L’ennemi est à nos portes et rien encore n’est organisé sérieusement pour le repousser ou l’arrêter dans sa marche. La crainte de confier des armes à la classe ouvrière est une des principales causes de cette longanimité. Rappelons-nous 92 et nous vaincrons ! »52.

48Quelles étaient les mesures proposées ?

49« Que tous les ouvriers se fassent inscrire pour obtenir une arme, qu’ils soient tous consultés pour préparer la défense du sol et du foyer ;

50« que l’administration enfin choisisse des républicains pour gérer les affaires de la République.

  • 53 Bulletin de la F. O. R., 18 septembre 1870. « La République à Rouen » (Aubry).
  • 54 OLIVESI (Antoine) - La Commune de 1871 à Marseille - Paris 1950, 170 p.
    ANDRIEUX (Louis) - La Commu (...)

51« Il faut un comité de salut public, qui exerce la plus grande vigilance et inspire la confiance de tous les citadins, pour cela, il ne suffit que de le composer de tous les éléments qui constituent la réalité de la cité », c’est-à-dire évidemment d’y faire place aux délégués de la Fédération ouvrière53. Aubry citait les exemples des frères de Marseille et de Lyon, « qui plus énergiques que nous, ont eu le bonheur dans leur localité d’être les auxiliaires écoutés du parti purement démocratique ; ensemble ils ont pu le jour même de la proclamation de la République imprimer à leur cité une impulsion en harmonie avec les nouvelles institutions ; à Marseille, comme à Lyon54, c’est la Fédération ouvrière qui organise le travail et la défense. Soyons aussi dévoués qu’eux à l’avenir de nos enfants et, suivant leur exemple, nous pourrons aussi faire entendre notre voix et écouter nos conseils... ».

  • 55 La Chronique de Rouen, 25 septembre 1870. La Chronique de Rouen était un hebdomadaire artistique e (...)
  • 56 Aubry signalait que Bordeaux avait voté un crédit de 2 millions et demi.

52C’est l’esquisse des sujets traités dans les réunions publiques de la Fédération rouennaise, à la fin du mois de septembre. Le 22 septembre 1870, 10 rue de l’Amitié, un registre est ouvert pour l’inscription des volontaires : ils ne partiront que s’ils sont équipés d’armes modernes, chassepots ou carabines Minié, si leurs familles sont secourues « en raison de leurs besoins », et si tous les citoyens sans distinction sont appelés à la défense. L’assemblée exprime ensuite un certain nombre de vœux concernant la politique générale : « Le gouvernement de la Défense nationale ne devra accepter aucune proposition de paix » qu’à la condition que les Prussiens soient refoulés au-delà du territoire français. Les élections générales seront ajournées jusqu’à l’expulsion complète de l’ennemi. De plus, la somme de 246.000 F votée par le conseil municipal de Rouen pour l'armement et les travaux communaux est considérée comme dérisoire ; il faut, déclare Aubry, quatre millions que l’on doit se procurer par voie d'emprunt : « Ne dites pas que cette somme est introuvable car sur la réquisition de cinq ou six uhlans, nos industriels et capitalistes la trouveraient sur l’heure... »55. L’argent devait être utilisé pour moitié à la fabrication d’armes de guerre et de munitions56. Et surtout l’assemblée nomme un comité de vigilance chargé de se mettre en rapport avec le comité de défense du département ; elle choisit, « à une très grande majorité », François, organisateur d’un corps de francs-tireurs, les Guides de la Seine-Inférieure, Aubry, Simon, Marque, Oursel, Dufour, Cauboue, Schrub, Bellelle, Boulanger, Fouet et Lefrançois, avec comme suppléants Creusot, Fritsch et Vaughan, pour la plupart membres connus de l’Internationale.

  • 57 La salle de la Fédération étant trop petite, les réunions suivantes eurent lieu au Château-Baubet, (...)
  • 58 FLAUBERT (Gustave) - Correspondance - Edition du centenaire (Librairie de France). Lettre à sa niè (...)
  • 59 ESTANCELIN (Louis)-Lu vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 25. La réunion avait été pr (...)

531 500 personnes avaient assisté à la réunion57 ; l’échec de l’entrevue de Ferrières (19-20 septembre) renforça le parti de la lutte à outrance. Flaubert, dans sa correspondance, témoigne de l’évolution de l’opinion. Il écrit le 15 septembre : « Rouen est décidé à céder tout de suite, mais le département se défendra. Comment ? » Le 22 septembre : « Comme on sait qu'il ne faut attendre aucune pitié des Prussiens, et qu’ils ne veulent pas faire la paix, les gens les plus lucides sont résignés maintenant à se battre à outrance. Enfin, il me semble que tout n'est pas perdu » ; et le 27 septembre : « Depuis dimanche (23 septembre) où nous avons appris les conditions que la Prusse voudrait nous imposer rien que pour un armistice, il s’est fait un revirement dans l'esprit de tout le monde. C'est maintenant un duel à mort. Il faut, suivant la vieille formule, Vaincre ou mourir. Les hommes les plus capons sont devenus braves58. Le 29 septembre, il assure à Maxime du Camp que d’ici quinze jours, la France entière se soulèvera, que la plus franche cordialité règne et qu’il n’y aura pas de guerre civile : « Les bourgeois sont devenus républicains 1) par venette, 2) par nécessité. On n’a pas le temps de se disputer ; je crois la Sociale ajournée pour bien longtemps ». De Croisset, Flaubert n’appréciait pas exactement la situation politique de Rouen : le 27 septembre, la Fédération complétait l’organisation du comité de vigilance et réclamait en particulier la dissolution du conseil municipal et son remplacement par une commission provisoire59.

  • 60 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Affiche transmise par le commissaire central d’Elbeuf le 7 sep (...)
  • 61 Ibid. Comité central de défense de la Seine-Inférieure, 17 septembre 1870.
    L’Industriel elbeuvien, (...)

54A Elbeuf, depuis le 4 septembre, radicaux et membres de l’Internationale coopéraient au sein du comité démocratique ; ils avaient mis en garde leurs concitoyens contre tout excès « qui pourrait nuire aux institutions présentes et futures de la République naissante » ; il est de notre devoir de nous unir..., de marcher à la défense de la patrie, que la Démocratie serre ses rangs ! »60. A la réunion du 15 septembre, Régnier faisait appel au dévouement de tous les citoyens et exprimait le désappointement éprouvé par la population laborieuse de la cité qui assistait désarmée et impuissante aux malheurs du pays..., faute d’une direction vigoureuse et surtout faute d'armes ; il réclamait des fusils pour tous les citoyens valides sans exception61.

  • 62 D’autres problèmes ont dû être abordés, mais l'Industriel elbeuvien est discret : « Le citoyen Rég (...)

55L’assemblée nomma un comité de défense nationale de douze membres pour mettre à exécution cette résolution62.

  • 63 A. M. de Rouen, Analyse des procès-verbaux des séances du Conseil municipal : « On voit afficher l (...)
  • 64 A. M. Rouen, Affiches 1870-1871.
    Journal de Rouen, 28 et 29 septembre 1870.
    ESTANCELIN (Louis)-La(...)
  • 65 Archives du ministère de la Guerre, Lm 3. Historique du 2e bataillon de mobiles de la Seine Inféri (...)

56Le comité de défense d’Elbeuf et le comité de vigilance de Rouen, apparurent aux conservateurs comme des organismes révolutionnaires qui voulaient se substituer aux autorités légales. Le conseil municipal de Rouen adressa une protestation au préfet : « Il faut que l’on sache que nous ne céderons à aucune intimidation »63. Le général Estancelin « jugea impossible d’assister impassible à l’établissement d’un pouvoir révolutionnaire sans mandat d’aucune sorte » venant essayer de jeter le trouble au milieu du pays, sous prétexte de défense contre l'étranger. Pour indiquer aux membres des clubs qu’il n’était pas disposé à subir leur influence et aux hommes d’ordre qu'ils pouvaient compter sur sa vigilance, le 27 septembre il proclama « qu’il n'admettait aucune espèce d'organisation illégale qui, sous des noms divers, voudrait empiéter sur l’action des pouvoirs publics. En conséquence, ayant confiance dans le patriotisme de la garde nationale, je suis résolu à ne tolérer aucune espèce de manifestation extérieure ou proclamations pouvant troubler l’ordre ». Poussé par Estancelin, le préfet à son tour, assura que l'administration ne supporterait pas que « des comités sans mission viennent substituer leur vigilance à la sienne ; des résolutions improvisées sans un examen approfondi pourraient devenir la cause ou le prétexte de désordres regrettables... » ; il ajoutait qu’il était fermement décidé à remplir le devoir que le gouvernement lui avait imposé de maintenir l’ordre à l’intérieur (28 septembre)64. La garde nationale et des détachements de mobiles furent chargés de surveiller les réunions publiques et de protéger l'hôtel de ville et la préfecture65.

  • 66 La Liberté de Rouen, 1er octobre 1870. On demande des Républicains (P. Delaporte) :
    « N’avons-nous (...)
  • 67 ESTANCELIN (Louis) -La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 25. Le maire de Sotteville (...)
  • 68 La Liberté de Rouen, 30 septembre et 1er octobre. Delaporte reprenait la motion votée à la séance (...)
  • 69 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Déclaration de la population patriote d’Elbeuf au citoyen Dess (...)

57Par ses déclarations maladroites, Estancelin fit redoubler l’agitation politique : les réunions publiques devinrent alors tumultueuses66. L’assemblée du 1er octobre demanda la destitution d'Estancelin, du maire de Sotteville67, des magistrats et des commissaires de police et la création par l’Internationale d’un corps de francs-tireurs qui « serait formé, malgré l’autorité qui veut les incorporer à la garde nationale, ce à quoi ils veulent s’opposer, car c’est une marque de défiance à l'égard des ouvriers ». Dans la Liberté de Rouen, P. Delaporte réclama avec force l’épuration de la République », de toutes ces administrations issues de l’Empire et corrompues comme lui qui, à travers toute la France, nous lèguent l’exemple de la lâcheté et de la trahison »68. Le comité de défense d’Elbeuf demanda, au nom de la population patriote, la dissolution de la municipalité « composée d’hommes qui s’inspirent trop des privilèges que le régime déchu leur accordait et pas du tout du présent qui réclame leur patriotisme absent ». Suivait une liste de griefs : le maire ne s’était pas associé à la proclamation de la République ; il n’avait pas fait une publicité suffisante pour les enrôlements volontaires ; des fonds suffisants n’avaient pas été votés pour la défense et l’armement ; la police, « fruit corrompu pendant vingt années », n’a pas été épurée. La pétition fournissait la liste des citoyens qu’elle souhaitait voir figurer dans la nouvelle commission municipale : démocrates (Lucien Dautresme...) et membres de l’Internationale (Champin, Régnier, Sulpice...)69.

  • 70 La Liberté de Rouen, 2 octobre 1870. Vaughan, Fouet, Sulpice et Régnier faisaient partie de la Féd (...)
  • 71 A. N., F 1 B 1, 158-20, Desseaux.

58A l’issue d’une entrevue entre les délégués des comités et le préfet, une solution de compromis fut trouvée : le comité de vigilance prendrait le nom moins provoquant de Comité d’initiative ; il présenterait des vœux et non plus des résolutions ; par contre, sept nouveaux membres étaient adjoints au comité départemental de défense : Bouron, médecin à Barentin ; Oursel, négociant à Rouen ; Fouet, tisseur à Rouen et Ernest Vaughan, ces trois derniers de l'excomité de vigilance ; Régnier, Dautresme et Sulpice, du comité de défense d’Elbeuf. Ces nominations devaient renforcer la tendance favorable à la lutte à outrance, mais le comité restait purement consultatitf70. Desseaux se félicita plus tard d’avoir habilement manœuvré : « Je rencontrai l’opposition du parti socialiste dont j’ai déjoué les projets alors qu’il tentait d’introduire à Rouen comme à Lyon et à Marseille le régime de la Commune autoritaire ; j’eus de plus à lutter contre quelques démocrates exaltés auxquels j’ai refusé, malgré leurs instances réitérées, de remplacer le conseil municipal de Rouen par une commission provisoire »71.

LE PASSAGE DE GAMBETTA A ROUEN

  • 72 La Liberté de Rouen, 8 octobre 1870.
    Après les réunions publiques des 22, 24, 27 et 29 septembre, l (...)
  • 73 Le général Gudin avait préféré regrouper ses forces sur l’Andelle, plutôt que sur l’Epte ; il prét (...)
  • 74 A. M. Rouen, Affiches 1870-1871.
  • 75 Le 17 septembre, le conseil municipal avait voté une somme de 126.000 F pour l’armement de la gard (...)

59La tension persista cependant les jours suivants : le 6 octobre, Estancelin renforça les mesures de sécurité par crainte d'une attaque du comité démocratique72. La cause principale en était l'aggravation de la situation militaire : le 2 octobre, les Allemands venaient de faire leur apparition en Seine-Inférieure dans la région de Gournay ; il ne s'agissait que de l'une de ces colonnes qui parcouraient le Vexin pour ravitailler l'armée qui encerclait Paris, mais les Rouennais se crurent directement menacés73. Le 8 octobre, Estancelin lança un pressant appel aux gardes nationaux : « Aux armes ! L'ennemi entre dans notre province ; que tout homme de cœur prenne son fusil et vienne le recevoir ! Sur les frontières de notre département, des accidents de terrain, des bois profonds permettent une résistance efficace : que chaque arbre abrite un tireur, que chaque obstacle soit défendu !... Aux armes ! et à Rouen ! »74. Le 3 octobre, le conseil municipal de Rouen avait voté enfin un emprunt d'un million qui rencontra un accueil fort tiède : il ne put être couvert qu’à moitié75.

  • 76 ROLIN (Louis)-La guerre dans l'ouest, Paris 1874, 406 p. ; p. 42-49.
  • 77 Lettre de Vaughan à Raoul-Duval, op. cit. Gudin aurait ajouté : « Le prince Albert est un homme ch (...)

60Pourtant des renforts étaient arrivés en Seine-Inférieure à la fin de septembre. Le général Gudin, qui avait remplacé le général de Lioux, disposait de deux régiments de cavalerie qui avaient échappé au désastre de Sedan, de deux bataillons de marche de la ligne en formation dans la 2e division militaire, de onze bataillons de mobiles, en tout 13 à 14 000 hommes, forces supérieures en nombre aux 7 à 8 000 hommes du prince Albert ; mais les Français étaient mal équipés, la plupart des mobiles armés de fusils à tabatière et surtout il s’agissait de troupes inexpérimentées qui n'avaient jamais vu l’ennemi76. Le général Gudin rejetait l'éventualité d'offrir la moindre résistance à une attaque générale. Il aurait déclaré : « Rouen ne peut être défendu et mon intention n’est pas de le défendre. Je n’ai confiance ni dans mes troupes, ni dans mes officiers, ni dans la mobile, ni dans les mobilisés, ni dans la garde nationale sédentaire, ni dans les administrations civiles. Pour moi, je me replierai sur Barentin d’abord, sur Le Havre ensuite, où le prince Albert ne viendra pas me poursuivre. Mon principal souci est de savoir comment alors je ferai pour alimenter mes troupes.... »77.

  • 78 La Liberté de Rouen, 10 octobre 1870. « Gambetta à Rouen ».
    Journal de Rouen, 9 octobre 1870.
    STEENA (...)

61Le passage de Gambetta à Rouen allait permettre aux démocrates d’exprimer leur défiance à l’égard des autorités. Gambetta, qui avait atterri près de Montdidier le 7 octobre arriva à Rouen le 8 à 15 heures et quart ; une foule nombreuse et enthousiaste l’attendait à la gare de la rue Verte78. Une adresse qui venait de circuler parmi l’assistance et dans les rangs de la garde nationale lui fut remise à sa descente de train.

62« Illustre citoyen Gambetta, y lisait-on, le dévouement abonde, mais l'énergie et la direction font défaut.

63« Soyez pour la province, comme vous l’avez été pour Paris, l’énergie ; soyez la direction et l'ennemi sera chassé, la France sauvée, la République définitivement et à jamais fondée.

64« Vive la France, vive la République ».

65Gambetta s'adressa brièvement a la foule pour faire connaître la résolution de toute la population parisienne : « Plus de divisions, plus de classes, plus de partis ; on ne trouve là qu’un camp formidable, où chacun s'exerce avec une mâle énergie au métier des armes... ; la République est considérée par tous comme le gouvernement de salut public ». Puis il lança un appel au patriotisme des Normands : « Que la Normandie se défende, s'écrie-t-il, en terminant au milieu des acclamations, qu'elle agisse, que tous les intérêts particuliers disparaissent ; que chacun fasse abnégation de tout sentiment personnel pour ne songer qu'au salut du pays ».

  • 79 La Liberté de Rouen, 10 octobre : « Avant le départ de Gambetta, le commandant général de la garde (...)

66Après s’être entretenu quelque temps avec le préfet, le maire et le général Gudin, il se rendit à la gare Saint-Sever, suivi de plusieurs milliers de personnes. Au moment du départ, un citoyen lui demanda de faire retirer à Estancelin les pouvoirs militaires qui lui avaient été donnés79. Estancelin était accusé de ne pas organiser avec assez d’énergie la défense de la Normandie..., de ne pas savoir utiliser les volontaires qui s’étaient mis à sa disposition pour arrêter l’invasion des Prussiens. Gambetta refusa de s’engager : « Ce n’est pas sur le marchepied d’un wagon que j’entends faire de la politique gouvernementale ; c’est en conseil de gouvernement que toute mesure importante est prise ».

  • 80 Journal de Rouen, 10 octobre 1870. Communiqué de la préfecture sur les incidents de la Guérilla ro (...)
  • 81 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 28 : « Les excitations ré (...)

67Le lendemain, 9 octobre, des incidents se produisirent encore, provoqués par la Guérilla Rouennaise. Ce nouveau corps franc avait été formé le 29 septembre par quelques anciens sous-officiers, Goujat, Buhot... Le 2 octobre, le comité départemental de défense avait autorisé l’ouverture d’une souscription pour son équipement ; le 9 octobre, la compagnie, forte d’une cinquantaine d’hommes, se rendit à 13 heures chez le maire puis à la préfecture pour obtenir des armes ; Estancelin les refusa, « sous prétexte que la loi s’y opposait ». Le conseil d’administration déclara alors que, sachant l’ennemi sur la frontière du département, la compagnie resterait en faction pour donner le temps de réfléchir à M. Estancelin ; les hommes devaient demeurer calmes, ne faire aucune démonstration hostile, « ce qui eut lieu sauf les cris de Vive la France ! des armes pour défendre le pays ! et à bas M. Estancelin ! ». Vers 16 h 30, Estancelin expliqua qu’il ne donnerait pas d’armes à la compagnie parce que son commandant avait subi une peine de deux mois de prison ; Goujat démissionna aussitôt, mais son successeur, le lieutenant Buhot n’obtint pas davantage satisfaction ; selon les dirigeants de la Guérilla, la compagnie se serait alors « séparée, toujours en bon ordre, et répétant les mêmes cris ». Mais Estancelin prétend que ce jour-là, la préfecture fut sérieusement menacée et que, seule, l’attitude résolue d’une compagnie de mobiles dissuada la Guérilla de mettre son projet à exécution80. De plus, il laisse entendre que cette affaire était liée à la campagne d’exaltation menée par l’Internationale à qui, en fait, rien ne permet d'attribuer une responsabilité quelconque dans cette manifestation81.

  • 82 FLAUBERT (Gustave) - Correspondance, op. cit., mardi 11 octobre à George Sand. Dès le 5 octobre, F (...)
  • 83 A D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Procès-verbal de la séance du 11 octobre 1870.
  • 84 La Liberté de Rouen, 11 octobre.
  • 85 A. N., AB XIX-468. Copies des dépêches envoyées par le gouvernement de la Défense Nationale par A. (...)

68Le 10 octobre, on apprit que pendant quelques heures, les Allemands avaient occupé Gournay - les troupes françaises s'étant retirées sans combattre - ; ils avaient désarmé la garde nationale, levé des réquisitions et s’étaient retirés avec trois otages. Le moral des Rouennais en fut sérieusement affecté : « Les Prussiens sont maintenant à douze heures de Rouen, écrivait Flaubert à George Sand, et nous n'avons pas d’ordres, pas de commandement, pas de discipline, rien, rien... »82. Au comité de défense, Vaughan jugeait inexplicable l'abandon de Gournay, alors que les forces françaises de Seine-Inférieure étaient numériquement supérieures à l'ennemi83. La Liberté de Rouen sous le titre « Incapacité ou trahison », publia son plus violent article contre les chefs militaires ; elle accusait Estancelin de cacher des armes pour ne pas les distribuer « à notre brave population ouvrière... Incapacité ou trahison ? C’est-à-dire ou destitution ou conseil de guerre... Nous imposera-t-on les Estancelin et les Gudin jusqu’à la consommation des siècles, jusqu'à ce que les Prussiens aient ravagé notre ville ? Et le général Gudin est de ceux sans doute qui s’étonnent qu'en 93 la Convention ait livré au bourreau les généraux Biron, Custine, Houchard et autres encore... »84. Le conseil municipal et le sous-comité de défense du Havre votèrent des résolutions demandant le remplacement des généraux Gudin et Estancelin et envoyèrent une députation près du ministre de la Guerre85.

  • 86 The General council, op. cit., t. IV, (1870-1871), p. 83-84. Lettre d’Aubry lue à la réunion du Co (...)
  • 87 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Préfet au ministre de la guerre, 11 octobre : « Général de div (...)

69La Fédération ouvrière s’associa à cette campagne en désignant sa propre délégation à Tours ; dans sa lettre au Conseil général de l'A. I.T., Aubry s’est attribué le mérite du changement de commandant en chef86. En fait, au début d'octobre, l’opinion paraissait unanime, Desseaux télégraphiait le 11 qu’il était d’une urgence extrême de nommer un général actif, réunissant le commandement supérieur de plusieurs départements et regroupant les forces éparses...87.

70Gambetta, ministre de la Guerre, après la démission de Crémieux (10 octobre), prit des mesures qui calmèrent l’agitation à la fin du mois : Décret du 10 octobre, complétant celui du 29 septembre sur la formation de la garde nationale mobilisée et mettant à la charge des départements les dépenses d’équipement, d’habillement et d’armement, - ainsi pourraient être effectivement enrôlés tous les citoyens désireux de combattre ; décret du 14 octobre, réglementant l’état de guerre dans les départements dont les limites se trouvaient à moins de 100 kilomètres de l’ennemi et créant des comités militaires. Ces comités devaient désigner dans les quarante-huit heures les points qui paraissaient le plus favorablement situés pour disputer le passage à l’ennemi et les feraient immédiatement fortifier : « Article 3, le comité militaire ou les membres délégués par lui auront droit de réquisition directe sur les personnes et sur les choses pour procéder à l’établissement des travaux ; article 4, dès que le chef militaire du département jugera que l’un des points ainsi fortifié est menacé, il y dirigera les forces nécessaires à la défense. Ces forces seront empruntées, soit aux troupes régulières ou auxiliaires du département, soit à la garde nationale sédentaire ».

  • 88 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 14.

71Il en résultait donc deux conséquences importantes : le comité départemental de défense n’avait plus d’existence officielle ; il subsista cependant pour améliorer l'équipement et le ravitaillement des troupes. D’autre part, Estancelin passait sous la dépendance directe du commandant de la 2e division militaire ; il fut aussitôt chargé d'aller à Caen, contrôler la formation des gardes nationales de Basse-Normandie, ce qui ne pouvait que satisfaire les démocrates de Rouen88.

  • 89 En fait, les opérations ne furent jamais coordonnées entre les forces de Normandie et l’armée du N (...)

72L’organisation militaire fut également remaniée par la création de commandements régionaux ; la Seine-Inférieure passa sous l'autorité nominale de Bourbaki (17 octobre)89 ; le 18 octobre, le général Gudin était nommé à la division de Montpellier et remplacé par le général de brigade Briand, ancien colonel de spahis.

  • 90 Le 14 octobre, Estancelin crut que l’occupation d’Ecouis annonçait la marche des Prussiens vers Ro (...)

73Les partisans de la lutte à outrance accueillirent très bien toutes ces décisions. Le 15 octobre, à la réunion de la salle Baubet, Jouanne félicita la garde nationale de son comportement : « Nous avons critiqué la garde nationale, mais aujourd'hui nous lui disons bravo ! Armez-vous, nous irons vous aider et tâcherons de vous devancer. Voilà comment les ouvriers entendent se venger des mauvais soupçons. Nous n'allons plus avoir de réunions publiques jusqu'à ce que les Prussiens soient chassés. Alors que chacun coure aux armes »90. Le 18 octobre, la Liberté de Rouen critiqua même une centaine d'ouvriers qui avaient parcouru Rouen, de la préfecture à la mairie, en réclamant des armes : « N'allons pas, par des manifestations intempestives, jeter le désordre dans nos rangs ».

  • 91 The General Council, op. cit, t. IV, (1870-1871), p. 84, séance du 1er novembre 1870.

74La popularité de Gambetta avait donc ramené l’apaisement dans la ville de Rouen. Cependant, Aubry exprimait dans une lettre au Conseil général de l'A. I. T. de sérieuses réserves sur les résultats qu’il avait obtenus : « Mon voyage à Tours m’a confirmé ce que je soupçonnais auparavant : Gambetta est un phraseur qui a peur du peuple et qui a plus confiance dans les partisans de Bonaparte que dans les organisations de travailleurs. Dans notre conversation, il nous a dit que le gouvernement ne pouvait pas tout faire, que beaucoup de choses dépendaient de l’initiative du peuple, mais chaque fois que nous la prenons, nous rencontrons les gens de l'Empire, qui sont soutenus par Gambetta »91.

LA CAPITULATION DE METZ (27 OCTOBRE)

  • 92 La Liberté de Rouen, 1er novembre 1870 : « Il engageait les ouvriers à signer une nouvelle adresse (...)
  • 93 Le Nouvelliste de Rouen, 2 novembre.
    Journal de Rouen, 2 novembre.
    La Liberté de Rouen, 3 novembre : (...)

75Après la capitulation de Metz, l'agitation politique reprit avec une nouvelle vigueur. Le 30 octobre, à Déville, Jouanne s'écrie que devant de telles trahisons, on ne pouvait prendre de mesures trop rigoureuses ; le gouvernement devait ordonner la levée en masse, armer les ouvriers et par contre « désarmer les hommes flétris et les lâcheurs... »92. Le 1er novembre, Vaughan préside au Palais de Justice de Rouen une importante réunion où les orateurs, s'inspirant de 1793, réclament des décisions révolutionnaires : levée en masse, emprunt forcé et envoi de commissaires auprès des généraux en chef93.

76Une première pétition au ministre de la guerre concernait le général Bourbaki « l’ami de Bazaine et le récent visiteur d’Eugénie Bonaparte » ; sous peine de révocation, il devait affirmer... qu’il se considérait comme absolument délié du serment de fidélité qu’il avait prêté à l’ex-Empereur et qu’il ne prêterait jamais son concours à la restauration de l’Empire... « Faute de cette déclaration, les citoyens armés pour la défense nationale et résolus à tous les sacrifices, ne peuvent marcher avec confiance sous ses ordres ».

77Une seconde adresse était destinée aux membres du gouvernement de la Défense nationale : « N’est-il pas temps enfin que l’on y voie clair... et que la trahison la plus cynique, qui semble être depuis quatre mois le vrai et seul mot d’ordre dans une grande partie de la France, apprenne enfin que la France n’est pas une courtisane. L’assemblée demandait :

78« l) que la levée en masse soit décrétée sur-le-champ, et que son application effective ait lieu dans les quarante-huit heures ;

79« 2) qu'un emprunt forcé soit immédiatement effectué, afin que l’équipement et l’armement ne puissent en éprouver aucun retard ;

  • 94 En ce qui concerne la Seine-Inférieure proprement dite, l’assemblée demandait au commandement mili (...)

80« 3) que trois délégués au moins sur le patriotisme réel desquels la nation soit en droit de compter, soient adjoints à chaque général à la tête des grands commandements. Ils devaient être choisis parmi les membres des comités de défense des départements et auraient pouvoir discrétionnaire »94.

81Bouron, ancien membre du comité d’initiative, fut chargé de porter ces résolutions à Tours.

  • 95 Le Comité central démocratique semble avoir pris le nom de Comité central républicain au début d’o (...)

82De son côté, le Comité central républicain s’inquiétait, pour la Seine-Inférieure, des conséquences militaires de la chute de Metz ; il souhaitait une prompte réorganisation du commandement des troupes et des administrations municipales, l'armement, l'équipement et la mise en marche des gardes nationales95.

  • 96 LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 271-277. Comité central de défense (...)

83Le comité de défense, craignant d’être débordé, envoya également à Tours une députation composée de Raoul-Duval, Dautresme et l’ingénieur de Coëne ; reçue le 14 novembre par Gambetta et de Freycinet, elle leur présenta le premier plan cohérent d’utilisation des forces qui se trouvaient déjà en Seine-Inférieure96.

84L’infanterie et la cavalerie de ligne et les meilleurs bataillons de mobiles disséminés le long de l'Andelle et dans le pays de Bray seraient endivisionnés pour constituer une petite armée active ; les positions défensives continueraient à être tenues par les mobiles et les mobilisés ; derrière cette première ligne, Rouen serait couvert par un camp retranché et deviendrait centre d'opérations et d’approvisionnement.

85Gambetta télégraphia aussitôt au général Briand, nommé commandant supérieur des forces militaires de la Seine-Inférieure et de l’Eure, des instructions inspirées par les propositions du comité : création d’une colonne mobile, occupation des positions défensives par les mobiles et les mobilisés, construction de fortifications de campagne autour de Rouen : la direction des travaux était confiée au capitaine de vaisseau Mouchez, nouveau commandant de la subdivision de Rouen (15 novembre), un des rares chefs militaires dont la compétence était unanimement reconnue.

  • 97 La Liberté de Rouen, 11 novembre, 23 novembre : « Sauvons la République », attaque contre les séni (...)

86Ces mesures, ainsi que le décret du 5 novembre mobilisant les hommes valides de 21 à 40 ans, mariés ou veufs avec enfants, le 2e ban de la garde nationale, rétablirent la confiance ; seuls le conseil municipal de Rouen et le préfet continuèrent à être la cible des critiques97.

87Dans sa réunion du 19 novembre 1870, la Fédération ouvrière rouennaise se trouva elle-même amenée à modifier brusquement son attitude à l’égard du mouvement patriotique.

88Ernest Vaughan, critiqua la politique de la Fédération depuis deux mois : « Nous nous sommes inconsidérément engagés dans une voie qui n’était pas la nôtre ; qu'avons-nous fait depuis deux mois ? de la politique puérile se traduisant en protestations, adresses, manifestations... ».

  • 98 Association internationale des travailleurs, section rouennaise, de son rôle dans les circonstance (...)

89La République ne correspond pas à l'idéal de la Fédération, mais c'est un premier pas vers lui. Il faut soutenir Gambetta, « mal entouré, plutôt entravé que servi, qui accomplit seul une œuvre surhumaine, puisque tous ses efforts tendent à mettre à exécution les principales idées que nous avions émises, d'accord en cela avec les autres sections de l’Internationale : guerre à outrance, levée en masse, emprunt forcé... ». Il ne faut pas compliquer sa tâche par des réclamations intempestives. Vaughan lance un appel à l’union de tous les Français pour repousser l'envahisseur ; il faut faire une trève politique, mais penser dès maintenant à l’élection de la constituante qui suivra le rétablissement de la paix ; l'orateur envisage des candidatures ouvrières et purement sociales pour combattre orléanistes, légitimistes et bonapartistes : « Si jamais vous veniez à porter une main sacrilège sur la liberté qui vient de nous être rendue, nous saurions vous châtier et réduire à néant vos projets criminels »98.

90Aubry à qui Vaughan avait réservé le soin de parler du problème social estime également que « le devoir des patriotes est de laisser les chefs militaires accomplir leur œuvre de soldats » ; il conviendra de dénoncer les faiblesses dont pourraient se rendre coupables les autorités locales, mais sans attaques inutiles.

91L'essentiel pour la Fédération est de revenir à l’étude de la question sociale ; Aubry énumère les graves difficultés économiques et Financières qui vont se poser à la France après la guerre, en particulier l'accroissement de la dette publique, qu’il estime supérieure à 40 milliards. Désormais la Fédération va organiser des causeries sur le crédit et l’association, la lutte contre le capital, la bourgeoisie, le socialisme qui n'a point pour but de diviser les différentes classes qui coopèrent à la richesse sociale, mais bien au contraire, de les fusionner. L'heure de la revendication sociale est sonnée.

92Aubry et Vaughan estiment que Gambetta applique le programme militaire de l'Internationale : « Nous n'avons plus que quelques mauvais jours à passer ; tout annonce la fin de nos désastres ; l'ennemi lui-même est atteint par le marasme que lui causent les attaques incessantes des francs-tireurs et l’organisation sérieuse de la défense. Plus que jamais, il nous faut crier : En avant ! en avant ! ».

  • 99 A la fin de novembre, Aubry était persuadé du développement de l'esprit de résistance. The General (...)

93La Fédération ne doit plus participer à une agitation inutile, mais étudier les perspectives politiques et sociales de l'après-guerre99.

LA PRISE DE ROUEN - LA FUSILLADE DU 5 DECEMBRE

94Les illusions sur la défense de Rouen se dissipèrent vite ; la marche de l'armée Manteuffel de la Picardie vers Rouen commença le 1er décembre, alors que les instructions données le 14 novembre n'avaient pu être encore suivies d’effet ; la colonne mobile n'avait pas été formée, les travaux de fortification autour de Rouen - dont le périmètre s’étendait sur plus de 40 kilomètres - entrepris le 22 novembre, étaient loin d'être terminés.

  • 100 Les estimations varient : plus de 45 000 hommes selon Rolin, environ 30 000 hommes d'infanterie, 3 (...)

95Aux 40 à 45 000 Allemands des 1er et VIIIe corps100, le général Briand ne pouvait opposer que 13 000 soldats de ligne, mobiles et mobilisés. Trois lignes de résistance avaient été envisagées : le pays de Bray, région de bocage ininterrompu propice aux embuscades ; les retranchements en construction à une dizaine de kilomètres de Rouen ; enfin, la ville elle-même.

  • 101 LE ROY (Albert)-Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit, p. 45. Télégramme du comité de défense a (...)

96Depuis l'alerte du 14 octobre, des membres du comité de défense comme Le Barbier avaient réclamé la construction de barricades dans les rues, proposition souvent reprise ensuite par les orateurs des réunions publiques, notamment Jouanne, qui ne manquait pas de rappeler qu’il avait combattu au cloître Saint-Merri101.

  • 102 Les forces françaises à Buchy avaient été, au dernier moment, placées sous les ordres du commandan (...)

97Le pays de Bray dut être abandonné ; à la suite de la tentative de sortie de Champigny, le général Briand avait reçu l’ordre de porter le maximum de forces vers Paris (2 décembre), le départ des bataillons de l’Andelle aggrava la menace sur le pays de Bray ; craignant d'être coupé de Rouen, le lieutenant-colonel de Beaumont se replia sur Buchy. C’est à quelques kilomètres à l’est de cette localité que, dans la matinée du 4 décembre, l’armée allemande rencontra plusieurs unités françaises qui, après avoir subi une courte canonnade, refluèrent en désordre vers Rouen où seulement la retraite s’arrêta102.

98Dans l’après-midi du 4 et la nuit du 4 au 5 va se poser dramatiquement le problème de la défense de Rouen. Le général Briand ne croyait pas aux possibilités de résistance d’une ville dominée par des collines, c'était « une véritable souricière » ; il songeait plutôt à ramener son armée en débandade dans le camp retranché du Havre par la rive gauche de la Seine et Honfleur. Mais, d'autre part, pouvait-on livrer sans combat une ville de 100 000 habitants ? Le général refusait d'être rangé au nombre de ces chefs « que l’on accusait de trahison ou de tourner le dos à l'ennemi ». Dans l'après-midi du 4 décembre, il se présenta devant le conseil municipal de Rouen pour savoir quelle aide la ville pouvait lui apporter ; il espérait, ont prétendu ses adversaires, qu'on lui demanderait de ne pas la défendre. Les conseillers voulaient à tout prix éviter un bombardement, mais ils n'osaient pas se prononcer pour la reddition sans combat. Alors, Frédéric Deschamps, trouva une formule habile, qui fut adoptée à l’unanimité : « Le conseil met aux ordres du général toutes les forces dont la ville dispose et déclare s’en remettre au général pour la défense, parce qu’en défendant son honneur militaire, le général défendra l’honneur de la ville de Rouen ». Donc, combat pour l'honneur et non lutte à outrance !

99Briand demande alors qu'à 4 heures du matin on batte la générale pour appeler la garde nationale et qu'on sonne le tocsin.

  • 103 Procès-verbaux du conseil municipal de Rouen..., op. cit., p. 8.
    RAOUL-DUVAL - Comment Rouen n’a pa (...)
  • 104 A I. T. Section rouennaise, exposé des événements de Rouen, dans LE ROY (Albert) - Le Havre et la (...)
  • 105 ERNOUF-BIGNON (Baron Alfred-Auguste) - Souvenirs de l’invasion prussienne en Normandie, Paris 1872 (...)
  • 106 Le Réveil social, 3 juillet 1892. Souvenirs de la guerre de 1870, l'amiral Mouchez (Charles Cord'h (...)
  • 107 Journal du Havre, 10 décembre 1870. Manchon parle d'une réunion à la préfecture du comité de défen (...)

100Si la première demande fut acceptée, la seconde suscita diverses objections : pourra-t-on équiper tous ceux qui se présenteront ?103. On aura une foule considérable et sans ordre, une multitude confuse ! Le tocsin est le signal d'incendie et la population se trompera sur les causes104. Le baron Ernouf-Bignon explique clairement pourquoi les conseillers municipaux de Rouen ne voulaient pas faire sonner le tocsin : « Il y avait... un autre motif dont on ne parlait pas tout haut, l’appréhension que le tocsin ne devînt le signal de désordres intérieurs qu'on n’aurait plus le moyen de réprimer »105. Un conseiller, Cordier, a même laissé échapper : « Le tocsin, c’est l’insurrection ». La municipalité voulait bien d’une défense symbolique aux portes de Rouen avec l’armée et la garde nationale, mais non de la guerre de rues qu’envisageaient les partisans de la lutte à outrance. D’après les Souvenirs de Cord’homme, « les comités de défense, les comités démocratiques des barricades se réunirent le soir (du 4 décembre) et en présence de toutes les autorités, des maires des communes voisines, on décida que partout le tocsin sonnerait, que des barricades seraient élevées pour s’opposer à l’entrée de l’envahisseur... »106. C’est la décision à laquelle Eugène Manchon fera allusion dans sa lettre au Journal du Havre du 10 décembre 1870107.

101Les notables de Rouen redoutaient la destruction d’une partie de la ville mais, de plus, les barricades réveillaient les mauvais souvenirs d’avril 1848 : la résistance aux Prussiens n’aboutirait-elle pas à une commune révolutionnaire ? D’où les arguments plus ou moins spécieux avancés par les conseillers pour refuser de sonner le tocsin ; ils finirent par trouver l’échappatoire : afficher un appel à la garde nationale : « Nos généraux comptent sur le concours de tous et nous sommes convaincus qu’il ne leur fera pas défaut » ; et un autre à leurs concitoyens : « Nous comptons sur le dévouement de tous. Aujourd’hui, s’adresser à la garde nationale, c’est vous le savez, s’adresser à tous les citoyens, car ils sont tous désormais appelés dans ses rangs.

102« Votre courage et vos efforts seront à la hauteur des sacrifices que le pays attend de vous ».

  • 108 Procès-verbaux du conseil municipal (4 décembre 1870), op. cit., p. 13.
    Le Réveil social, 25 décemb (...)

103Cette proclamation ne risquait guère d'être suivie d'effet puisqu'elle fut votée à 9 heures du soir et que les gardes nationaux étaient convoqués à 4 heures du matin108.

  • 109 Réponse du général Briand dans le Journal du Havre, 5 janvier 1871.
    Journal du Havre, 7 janvier 187 (...)
  • 110 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 20 ROLIN (Louis) - La gue (...)

104Au cours de la nuit, le maire confirma au général Briand que le tocsin ne serait pas sonné109 ; cependant l’ordre de défendre la ville resta maintenu. A 4 heures du matin, officiers et troupes gagnèrent donc leurs positions de combat ; mais vers 4 heures trente, les commandants d'unités reçurent l’ordre de se replier sur la rive gauche en direction de Honfleur, d'où ils s'embarqueraient pour Le Havre110.

  • 111 Conseil municipal de Rouen, réponse à la lettre du général Briand, parue dans le Journal du Havre,(...)
  • 112 Le général Estancelin assure avoir donné des ordres pour que la générale fût battue mais il omet d (...)

105Comment expliquer le brusque revirement ? Le général Briand en rejette la responsabilité sur la municipalité de Rouen, qui n'aurait pas tenu ses engagements : « Quand à quatre heures du matin, j’ai trouvé la ville endormie, les rues désertes, et après avoir vainement attendu une demi-heure qu'on battît la générale, j'ai pensé que la ville n'était pas résolue à la résistance..., qu’on ne battrait pas plus la générale qu'on n'avait sonné le tocsin. C’est donc en présence de ce silence bien significatif que j'ai dû prendre une résolution immédiate... donner l’ordre aux troupes qui se trouvaient sur la ligne de défense de battre en retraite ». Cependant, plusieurs conseillers municipaux ont affirmé que la générale avait bien été battue dans leur quartier111. Mais le fut-elle partout et à quelle heure ? Le témoignage du lieutenant-colonel Hurault de Ligny semble confirmer que l'ordre n'a pas été partout formellement exécuté112.

  • 113 Journal du Havre, 11 décembre. Récit de Jouanne, qui prétend avoir été désigné par plus de 4 000 o (...)
  • 114 Journal de Rouen, 6 février 1871.

106Vers 5 heures, étaient donc rassemblés sur la place de l'Hôtel de Ville une foule de soldats de toutes unités et des volontaires qui avaient eu connaissance de l'appel aux armes et bien voulu y répondre ; obéissant à l’ordre d'évacuation, soldats de ligne, mobiles et mobilisés se retirèrent sur la rive gauche dans une certaine confusion. Vers 7 heures, la garde nationale reçut à son tour l’ordre de se disperser113. C’est alors que se produisirent les incidents que relate le Journal de Rouen114. « Les gardes nationaux de Rouen, réunis pour marcher à l'ennemi, ne pouvant soupçonner la cause de cet abandon de toute défense, s'en prirent à l’autorité présente et de nombreuses récriminations furent adressées au conseil municipal. Plusieurs de ses membres, MM. Denoyers, Rapp et Napoléon Gallet, qui se rendaient à une convocation extraordinaire furent même, au moment où ils traversaient la place, l’objet de menaces aux suites desquelles, ils furent soustraits par de courageux citoyens.

  • 115 Journal de Rouen, 6 février 1871. « Le 5 décembre ». « La population ouvrière qu'on n'avait pas vo (...)

107« ... Quand les gardes nationaux furent assurés que la ville ne se défendrait pas, plusieurs d'entre eux brisèrent avec rage leurs armes inutiles, d’autres déchargèrent en l'air leurs fusils... ou les jetèrent sur la place. Cette démonstration fut malheureusement suivie d'actes plus regrettables : des individus groupés sur la place, s'emparèrent des armes et des munitions ainsi abandonnées et dirigèrent sur l'Hôtel de Ville une fusillade, qui n’a eu heureusement d’autre résultat que de briser un grand nombre de vitres et de percer quelques tableaux de peinture qui, du reste, seront facilement réparés... »115. En accord avec le préfet qui venait d'arriver, le conseil municipal se hâta de rédiger une proclamation dans laquelle il rejetait sur le général Briand l'entière responsabilité de l'évacuation.

  • 116 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 4 (...)

108Les procès-verbaux du conseil présentent de ces événements un récit plus dramatique qui laisse croire à un véritable siège et un assaut manqué : « La salle des séances est criblée de balles ; l'appartement situé au 2e étage et occupé par le secrétaire général en reçoit un grand nombre ; plus tard, la galerie du rez-de-chaussée est labourée par les projectiles lancés au travers de la porte donnant dans la cour du dépôt d'artillerie et il devient impossible d'y circuler... ». Les « prisonniers » peuvent observer le pillage d’une voiture de fusils, l'envahissement du dépôt de l'atelier de réparations des armes de la garde nationale, l’enlèvement des cartouches qui s'y trouvent, ainsi que, dans la cour des canons, le pillage d'objets que l'intendance avait déposés, enfin la destruction du poste des sergents de ville. « A chaque instant les grilles menacent de céder sous l’effort des assaillants... Pendant cinq heures toute communication avec l'extérieur fut impossible, et aucun secours ne vint protéger l’Hôtel de Ville »116. Le rapport veut souligner la carence des autorités judiciaires qui ne seraient intervenues qu'après la bataille.

  • 117 RAOUL-DUVAL (Edgar) - Comment Rouen n’a pas été défendu dans LE ROY (Albert) - Le Havre et la Sein (...)
  • 118 Journal de Rouen, 6 février 1871. Lettre du procureur de la République Letellier (24 décembre 1870 (...)
  • 119 Journal de Rouen, 6 février 1871. Lettre du Préfet Desseaux, 10 décembre 1870.

109Il faut donc essayer de déterminer l'ampleur de la manifestation d'après des témoignages contradictoires sur certains points. Quelle en a été la durée ? Cinq heures, selon le conseil municipal ; on a même dit : jusqu’à l’arrivée des Prussiens, ce qui est inexact, puisque ceux-ci sont apparus à deux heures et n'ont réussi à confisquer que deux fusils rue de l'Hôpital. Raoul-Duval limite la durée du désordre à trois heures117 ; le procureur Letellier constata vers 11 heures qu’il y avait encore une vingtaine d’hommes devant la mairie118, mais le préfet a déclaré que lorsqu’à 10 heures, il traversa la place Saint-Ouen, toute apparence de tumulte avait disparu119.

  • 120 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 21. L'auteur distingue de (...)
  • 121 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 4 (...)
  • 122 Enquête sur le 18 mars..., op. cit., t. IV, p. 593. rapport du préfet de la Seine-Inférieure, 26 j (...)

110Qui étaient ces manifestants ? Pour Estancelin, simplement ces hommes « qu’on trouve toujours quand il s’agit de faire du désordre »120, Raoul-Duval dans Comment Rouen n’a pas été défendu parle de deux cents personnes à peine, « pour la plupart braves gens exaltés, égarés par quelques meneurs mais au milieu desquels s’étaient glissés des individus que la police a pu reconnaître comme ayant passé par Toulon ou Brest avant d'échouer à Rouen et comme intéressés par leurs antécédents à chauffer toute manifestation qui pourrait aboutir au pillage ». Devant la commission d’enquête sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, il évoque la responsabilité indirecte de l'Internationale121, qui fut encore plus nettement soulignée dans le rapport du préfet Lizot sur les événements du 18 mars : « Toutes les excitations (de l’Internationale) ne pouvaient manquer de se traduire par des actes hostiles et, le 5 décembre, l’Hôtel de Ville fut menacé d’un envahissement... »122.

111Il s'agit en réalité d'une manifestation spontanée. Depuis quelques temps, la rumeur courait de tractations entre la municipalité de Rouen et les Prussiens ; les autorités judiciaires ne semblaient pas en écarter la possibilité : le procureur Letellier avoua au conseil municipal qu’il ne pensait pas que ce dernier fût exposé à aucun danger puisque, d'après les bruits qui lui étaient parvenus, il avait été arrêté, dès la veille, une capitulation qui, moyennant le versement d’une somme considérable par la ville, réglait les conditions de l'entrée de l’ennemi. Leplieux, secrétaire général de la préfecture, aurait même déclaré : « Le conseil municipal de Rouen est vendu ; si ce sont des traîtres, qu’on les fusille ». La brutale réaction d’hommes rassemblés inutilement devant l’hôtel de ville est donc facilement explicable.

  • 123 Le Réveil social, 3 juillet 1892. Souvenirs de la guerre de 1870 (Charles Cord’homme). Ibid., 22 j (...)

112Cord’homme reconnaît qu’il fut le premier surpris par les événements : « Ainsi qu'il était convenu, on vint me réveiller à 5 heures : « Venez en hâte à la préfecture », me dit-on, j’y vais, il n’y avait plus personne. Tout était évacué, replié. Les cheminées seules brûlaient encore les papiers jetés à la hâte. « On se bat à l’Hôtel de Ville ». me dit-on. J'y vais, on ne se battait pas. mais les gardes nationaux indignés jetaient leurs fusils sur la place et, avant de s'en débarrasser, tiraient une cartouche sur les murs de la mairie »123.

  • 124 Enquête sur le 18 mars..., op. cit., p. 592.
  • 125 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 23-24.

113Le rapport du préfet Lizot, ainsi que la brochure d’Estancelin, cherchent à donner l’impression que la ville de Rouen a été touchée par un complot révolutionnaire soigneusement ourdi depuis le 4 septembre 1870 : « Il suffit, écrit le préfet, de suivre les menées du parti socialiste dans le district rouennais pour comprendre que le mouvement qui a éclaté le 18 mars à Paris était préparé de longue date et préconisé depuis longtemps en province »124. Estancelin s'attribue le mérite d’avoir neutralisé un comité de vigilance « dont le plan arrêté et le but vers lequel étaient dirigés ses efforts, c'était d’obtenir la dissolution du conseil municipal de Rouen. d'Elbeuf..., de désorganiser la garde nationale en désarmant la population et nous placer dans la situation de Paris. Lyon et Marseille... »125.

  • 126 Ibid., p. 28 : « Je ne pourrai, ajoute Estancelin, en songeant à la réception qui lui eût été fait (...)
  • 127 LE ROY (Albert)-Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 124.

114Il convient d'abord de remarquer que les incidents du 9 octobre et du 5 décembre ne peuvent être mis au compte de l'Internationale. Mais les réunions de septembre n'avaient-elles pas pour but d'imposer une administration révolutionnaire ? Le 9 novembre, à Darnétal, selon Estancelin, « le citoyen Aubry rappelait les mesures de 1793, en disant qu’elles seules pouvaient sauver la France126 et qu'il n'avait tenu qu'à lui d'instituer la Commune à Rouen ». Il semblait donc en avoir délibérément écarté l’éventualité. Albert Le Roy cite d'autres propos d’Aubry à la réunion du 26 septembre127. « Dans les circonstances présentes, ce serait manquer aux devoirs du citoyen d'agiter les questions de l’affanchissement du prolétariat et de la réforme sociale ou économique, questions qui ne peuvent venir utilement à la discussion qu'après la défaite de l’ennemi. Notre devoir à tous est de consacrer uniquement notre temps et notre intelligence à la défense du pays : faisons abnégation de nos aspirations, oublions toutes nos dissidences et ne pensons qu’au salut de la patrie... ».

  • 128 Le 9 septembre. Dupont avait envoyé de Londres aux correspondants français la Seconde adresse du C (...)

115Certes, l’activité des sections de Lyon et de Marseille a pu servir d'exemple à Rouen, mais on ne trouve aucune trace d'une action concertée128 ; l’évolution politique locale suffit à expliquer l’hostilité grandissante des partisans de la guerre à outrance à l'égard des conservateurs lesquels redoutent que des mesures inspirées de 1793 n’entraînent dans un proche avenir le triomphe de la République démocratique et sociale. Le Journal du Havre expliqua comment la crainte de l'agitation n’aboutissait en réalité qu'à favoriser son développement : « Dans le parti républicain, il existe à Rouen, comme au Havre, des éléments actifs qu'on doit, lorsqu'on est administrateur, utiliser au profit de la défense nationale ». Le rédacteur cite plus particulièrement un « club très fréquenté de la classe ouvrière », c’est-à-dire l’A. I. T. : « Il eût été sage de se taire et de profiter des observations que présenterait la vigilance, légale ou non... ».

116« Si le gouvernement de Tours hésite, les hommes les plus dévoués ne tarderont pas à être au-dessous dé la situation ; alors ils s'entoureront d’impérialistes, d’orléanistes, de réactionnaires qui les absorberont. Alors les républicains voudront protester contre cet entourage pernicieux et il en résultera une division qu’il faut éviter à tout prix.

117« Certains citoyens, par respect pour le gouvernement central, se tairont... ; d’autres, au contraire, essaieront de secouer ce qu'ils appellent tout haut un « sommet sénile » et tenteront peut-être de former une administration révolutionnaire à côté de l'administration normale...

118« Voilà ce qu'il convient d’empêcher non en cherchant à intimider les hommes d’action... mais en les disciplinant et en faisant tourner au profit de la chose publique leur excessive énergie et leur indomptable hardiesse ».

  • 129 Bismarck contribua personnellement à propager les bruits concernant la trahison des notables rouen (...)

119L’attitude de l'Internationale rouennaise à l'égard de Gambetta, après la capitulation de Metz, confirme la justesse de cette analyse. Le fossé se creusa entre les démocrates et les conservateurs, accusés de préférer une paix rapide avec les Prussiens pour éviter la consolidation de la République. La chute de Rouen apparut comme la preuve éclatante de leur trahison ; aux élections de 1871 la liste des Amis de l'ordre sera qualifiée de « liste prussienne »129.

Notes

1 Journal du Havre, 6 décembre 1870 ; le Journal du Havre prétendait citer les clauses de la capitulation indiquées par l'état-major prussien « au correspondant d’un journal étranger » (L'International). Le Journal du Havre annonçait la prise de Rouen en ces termes : « L’intendance militaire, la préfecture et la municipalité ont rivalisé d’ineptie et de scélératesse ». Le texte précisait que sept millions avaient déjà été payés sur des fonds votés, il y a quinze jours, dans une séance secrète du conseil municipal ; ces fonds, paraît-il, avaient été recueillis et pieusement conservés par l’archevêché. Le Journal du Havre faisait également allusion à des incidents, place de l’Hôtel de Ville, « Nétien, Desseaux et Raoul-Duval avaient été tués ou grièvement blessés... ».

2 Journal du Havre, 9 décembre 1870.

3 Protestations du conseil municipal de Rouen aux journaux du Havre et de l’Eure (20 décembre 1870).

4 Journal du Havre, 9 décembre 1870 ; Journal de Rouen, 6 février 1871.
Lettre collective signée de Ch. Cord'homme, Alfred Dumesnil, ancien suppléant de M. Quinet au Collège de France, Jullien ancien représentant à la Constituante, Tabouelle, rédacteur en chef de la Liberté de Rouen, P. Delaporte, journaliste, Roger, ouvrier mécanicien, Albert Leroy, avocat, Bourbon, courtier de commerce. Les dirigeants démocrates rouennais avaient suivi l’armée de Rouen dans sa retraite vers Le Havre. En y arrivant, ils auraient déclaré « qu’ils étaient navrés et honteux d’être Rouennais » (Journal du Havre, 7 décembre).

5 RAOUL-DUVAL (Edgar) - Comment Rouen n'a pas été défendu - Le Nouvelliste de Rouen, 10 février 1871 : « Le comité s’enrichit du concours... de Fouet, de la Fédération rouennaise, Vaughan et Régnier, membre de l’Internationale et président du comité démocratique d'Elbeuf, tous coryphées de réunions politiques ».

6 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense Nationale. Déposition de Raoul-Duval, 27 juillet 1871, t. IV, p. 488-493 et annexes. Raoul-Duval (4 janvier 1871) : « Il faut que les noms des calomniateurs soient connus, publiés et flétris... Il faut que les actes du général Briand, chef militaire au moment de l’invasion, soient précisés et appréciés ». Crémieux, ministre de la Justice, se montrait favorable à la nomination d’une commission, ainsi que Glais-Bizoin et l'amiral Fourichon ; elle devait être présidée par Sénard, l'ancien député de la Seine-Inférieure.

7 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale..., op. cit., t. I, p. 573. Déposition de Gambetta : « Je savais que les gens qui demandaient l’enquête et qui allaient la diriger sous l’occupation étrangère, c'est-à-dire, sans moyens de contradiction sérieux, la dirigeraient exclusivement contre le général et j’ai demandé l’ajournement, pour garantir les droits de ceux qui allaient être accusés ». Lettre de Crémieux à Raoul-Duval, 10 janvier 1871 : « La délégation se fera un devoir, dès que Rouen nous sera rendu par la victoire, d’ordonner toutes les mesures qui pourront établir d’une manière incontestable la vérité de la déplorable reddition de Rouen ».

8 Journal du Havre, 14 décembre 1870. Lettre de Desseaux, 10 décembre 1870 (Honfleur).

9 Ibid., 22 décembre 1870.

10 VAUGHAN (Ernest) - Lettre de M. Vaughan, membre de l’Internationale et du comité de défense à M Raoul-Duval à propos de sa brochure « Comment Rouen n'a pas été défendu », 28 décembre 1870 - Imp. Giroux, Rouen.

11 Journal du Havre, 4 janvier 1871. Réponse du général Briand au conseil municipal de Rouen et à M. Raoul-Duval, 31 décembre 1870.
Réponse du conseil municipal de Rouen à la lettre publiée par le général Briand (séance du conseil municipal du 11 janvier 1871). Journal du Havre, 14 janvier ; Deuxième lettre du général Briand, (11 janvier 1871).

12 Fédération ouvrière rouennaise, séance extraordinaire du 25 décembre 1870 ; Mémoire pour servir à l'histoire de la reddition de Rouen. Ce texte fut rédigé par une commission de neuf membres : Aubry, Fouet, Mondet, Druel, Bellelle, Vaughan, Pâques, Vimont et Leder. Il ne devait à l’origine être publié qu’après le départ des Prussiens. « L’heure nous semblait inopportune pour des récriminations dont notre dignité à tous ne pourra que souffrir ». Dans LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure pendant la guerre de 1870-1871 - 2e édition, Le Havre 1887, 402 p. ; p. 290-304.

13 Voir aussi Journal de Rouen, 5 février 1871. Lettre du procureur général Peulevey (28 décembre 1870) ; lettre du procureur de la République Letellier (24 décembre 1870).

14 Les archives du préfet furent en partie détruites au moment de l'arrivée des Prussiens (Le Réveil social, 3 juillet 1892).

15 Bulletin de la Fédération ouvrière rouennaise, 3 numéros, 8 pages, 13x21 (B. M. Lyon). Les comptes de la Fédération mentionnent un quatrième numéro qui n'a pas été conservé. Le bulletin était adressé à tous les abonnés de La Réforme sociale.

16 La Réforme sociale, 31 juillet. Adresse de l'A. I. T., section française, aux travailleurs de tous les pays.

17 La Réforme sociale, 31 juillet. La F. O. R. à ses frères de Prusse et d’Espagne (14 juillet). La publication était accompagnée d'un court commentaire : « Il ne nous reste plus qu’à taire nos consciences et à faire des voeux pour que le sang des peuples qui va couler soit le dernier et que les résultats soient favorables à la liberté et à l'affranchissement de l’Europe entière » ; voir TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme, op. cit., p. 186-202.
La Réforme sociale publia quelques informations sur le mouvement de protestation belge et la réponse des ouvriers allemands au manifeste de l'Internationale (24 juillet 1870).

18 La Réforme sociale, 31 juillet. « L’Internationale et la guerre » (Aubry).
Ibid., 24 juillet. « La guerre » (Paule Mink) ; l’auteur commente la protestation des travailleurs de Paris et de Rouen.

19 Le Nouvelliste de Rouen, 6 août 1871. « Nous aurions pensé que les radicaux et les socialistes s'abstiendraient d'affronter la lutte électorale au moment même où nos armées opèrent sur le Rhin. Mais socialistes et radicaux sont incorrigibles. Nous les retrouvons sur la brèche à Rouen, absolument comme au beau temps où M. Rochefort et les Bellevillois traitaient la France en pays conquis ».

20 Bulletin de la Fédération rouennaise, 11 septembre 1871, p. 5 et 6. « Au peuple allemand ». « Repassez le Rhin ! Sur les deux rives du fleuve disputé, Allemagne et France, tendons-nous la main. Oublions les crimes militaires que les despotes nous ont fait commettre les uns contre les autres.
Proclamons la Liberté, l’Egalité, la Fraternité des peuples.
Par notre alliance, fondons les Etats-Unis d’Europe.
Vive la République universelle ! »

21 Ibid., 11 septembre 1870, p. 7 à 9. Appel signé par les membres du comité : Aubry, Fouet, Marque, Schrub, D. Fritsch, D. Vérité, E. Vérité, Boulanger, Laperrière, Simon, Lefrançois, P. Jullien, Piéton, Creusot, Régnier, Déparnay, Arcade Boulanger.

22 A. M. Rouen, 1 D 1. Analyse des délibérations du conseil municipal, 4 septembre 1870. Le conseil municipal craignait des troubles : « Il faut avant tout maintenir l’ordre dans la cité... » déclare Cordier qui demande que la force matérielle nécessaire soit à la disposition de l’autorité. « Cette nuit, on réunira le nombre d'hommes nécessaires pour parer à toute éventualité ».
Le 4 septembre ne fut marqué à Rouen que par les manifestations d'enthousiasme des républicains. Voir Journal de Rouen, 5 septembre 1870 : « La foule qui stationnait hier au soir aux portes de la préfecture, attendant des nouvelles, a accueilli par des acclamations l’annonce que la République avait été proclamée à Paris. Bientôt des groupes nombreux ont parcouru la ville en chantant la Marseillaise et en faisant retentir les cris de « Vive la République ».

23 A. D. S-M., M, Procès-verbaux du conseil général de la Seine-Inférieure, 22 septembre 1870 : « Le conseil général exprime ses sentiments de reconnaissance... à raison de sa gestion des intérêts départementaux » (motion Raoul-Duval) ; trois voix contre : Bazan, Cord’homme et Peulevey.
A. M. de Rouen, 1 D 1. Analyse des délibérations, op. cit, 9 septembre 1870. Motion exprimant les regrets inspirés par le départ d’Ernest Leroy votée à l’unanimité.

24 Journal de Rouen, 6 septembre 1870 (Beuzeville).

25 MAUPASSANT (Guy de) - Contes et nouvelles - Albin Michel, 1964, t. II, p. 122 - Boule de Suif.

26 Le Nouvelliste de Rouen, 7 septembre 1870.

27 Ramel fut nommé sous-préfet du Flavre. Vaughan sollicita le poste de sous-préfet d’Yvetot ; Edmond Bazire intervint en sa faveur auprès du ministre de l’Intérieur et écrivit à Desseaux : « Je viens de présenter notre ami Vaughan au ministère de l’Intérieur et l’on n’y attend que votre assentiment pour le nommer sous-préfet d’Yvetot. Vous le connaissez. C’est un homme énergique, républicain et dont je réponds. Dans un poste dangereux et Yvetot en est un, étant à une si courte distance de Paris, il rendra de grands services ». Mais la démarche n’eut pas de suite.

28 La Chronique de Rouen, 6 août 1871 ; LEVASSEUR (Louis) - Les notables de la Normandie. 1re série - Rouen 1871, 59 p. - Desseaux.

29 LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 301. Délégation de Simon auprès de Gambetta.

30 Le Réveil social, 24 juillet 1892. Ma vie, mes souvenirs,(Ch. Cord’homme).
LEVASSEUR (Louis), op. cit. : « M. Desseaux a été circonspect et modéré. On s'attendait à un abattis de fonctionnaires et puis à un partage des places, des honneurs. Point du tout : il défendit la curée. Il fit plus ; il passa la main sur le cou des autorités les plus effarouchées. Il laissa entendre qu’on accorderait des délais à ceux qui pouvaient craindre la loi de Lynch. Il les remit complètement de leur frayeur, et finalement les conserva dans l'attelage administratif ».
... Sans brûler la maison, quelques-uns ont pensé qu'on pouvait renouveler un peu le mobilier, ou au moins ajouter un peu de neuf à l'ancien.
M. Desseaux n’ignorait rien du passé. Mais de révolutionnaire, de montagnard qu'on le croyait, il s'était pris d'un véritable goût pour le rôle de pasteur, de conciliateur, de pacificateur...

31 Peulevey (Léon), (1815-1885), avocat au Havre, procureur général jusqu’au 24 mars 1871, député du Havre de 1878 à 1885, inscrit à l'Union Républicaine.
Letellier (Georges), né en 1839, avoué à la cour de Rouen, conseiller à la cour (1882), conseiller général du 3e canton de Rouen de 1876 à 1901.

32 Cette affaire révèle les pressions contradictoires qui s’exerçaient à Tours. La révocation de Letellier aurait été provoquée par Sénard.

33 A. M. Rouen. Procès-verbal du conseil municipal, 5 septembre 1870 (Raoul-Duval).

34 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Préfet à Justice, Tours, 21 septembre. « Dépêches successives révoquant, maintenant et dissolvant les conseils municipaux reçues. Danger de mécontenter opinion publique ». Desseaux.

35 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Préfet à Intérieur, Tours, 1er octobre 1870. Le préfet assurait que le conseil avait voté des crédits importants entre le 20 et le 30 septembre.

36 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 493.
ROLLAND (Amédée) - Histoire de la garde nationale de Rouen - Rouen 1871, 88 p. La garde nationale de Rouen qui avait, sans défaillance, participé à la répression des journées d'avril 1848 à Rouen et de juin à Paris fut maintenue sous la seconde République et le second Empire ; en 1870, la légion était composée de 5 bataillons d’infanterie (6 compagnies de 120 hommes) : 3 600 h ; 2 batteries d'artillerie, 200 h ; 1/2 escadron de cavalerie, 80 h ; sapeurs-pompiers, 84 h = 3 964 h.
Quelle état sa valeur militaire ? « En cas de troubles, une compagnie de grenadiers de la ligne rendrait plus de services que toute la légion rouennaise » (Le Nouvelliste de Rouen, 20 février 1870).

37 Journal du Havre, 9 décembre 1871. Lettre des démocrates rouennais.

38 RAOUL-DUVAL (Edgar) - Comment Rouen n'a pas été défendu dans LE ROY (Albert), op. cit., p. 266 : « Il fut impossible de rien tirer du général de Lioux, pas même la désignation d'un officier d'état-major chargé de préparer, ou tout au moins de tracer les travaux de défense ».

39 A. M. Rouen. Analyse des délibérations du conseil municipal, 29 août 1870.
CAUBERT (A.) - Pouvait-on défendre Rouen ? Rouen 1871, 16 p. ; p. 7 : « Le crédit de 50 000 F devait servir à mettre Rouen à l'abri des incursions des uhlans » (projet du commandant Randon).
Avant le 4 septembre, la municipalité républicaine du Havre avait invité tous les citoyens à s'enrôler dans la garde nationale sédentaire qui venait d’être rétablie, encourageait la formation de corps francs et obtenait du général de Palikao le commencement de travaux de défense qui devaient être surveillés par une commission du conseil. Le 18 septembre, 4 000 gardes étaient déjà enrôlés.

40 Un bataillon de mobiles de la Seine-Inférieure (quatre autres furent envoyés à Paris) ; le 4e bataillon de l'Oise ; les 1er et 8e bataillons du Pas-de-Calais. Les renforts n’arrivèrent qu'à la fin de septembre.

41 ESTANCELIN (Louis)-La vérité sur les événements de Rouen - Rouen 1871, 42 p. ; p. 7.
Estancelin (Louis), (1823-1906), député orléaniste, 1849-1851, réélu en 1863 et en 1869 (Dieppe). Nommé, le 10 septembre 1870, commandant de la garde nationale. D'après Le Roy, son état-major était rempli de jeunes officiers sans autre valeur que leurs titres et particules aristocratiques.

42 Journal de Rouen, 8 septembre 1870.

43 Le Barbier (Edouard), ancien élève de l’Ecole Normale supérieure (1849) puis de l'Ecole d’Athènes ; il fut envoyé en mission en Turquie, puis en Espagne, où il fut chargé par Napoléon III de recherches pour son histoire de Jules César. Pressenti pour devenir précepteur du prince impérial, il fut écarté par l’Impératrice à cause de son anticléricalisme ; il devint alors professeur libre (voir Journal de Rouen, 19 janvier 1929). Le Barbier était secrétaire du comité départemental de défense.

44 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., p. 489.

45 A. M. Rouen. Analyse des délibérations du conseil municipal, 17 septembre 1870.

46 Journal de Rouen, 16 septembre 1870.

47 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Comité central démocratique (7 septembre) ; les membres délégués : Cord’homme, Rossignol, Dalleinne, Leplieux,...

48 Journal de Rouen, 12 septembre 1870.

49 Bulletin de la Fédération ouvrière rouennaise, 11 septembre, p. 8.

50 LE ROY (Albert)-Le Havre et le département de la Seine-Inférieure, op. cit., p. 301. Bulletin de la Fédération ouvrière rouennaise, 25 septembre 1870. « La défense à Rouen » (Aubry). Le gouvernement a fait réponse (au délégué) que « tout citoyen devait prendre l’initiative de la défense du sol de la République ».

51 Ibid., 18 septembre 1870. « La République à Rouen » (Aubry).

52 Ibid., 25 septembre 1870. « La défense à Rouen » (Aubry). Cette accusation était également lancée par les radicaux. Voir la Liberté de Rouen, 17 octobre 1870. « Pourquoi l’administration s’obstine-t-elle à tenir la classe ouvrière en suspicion et à lui refuser son incorporation et son armement dans la garde nationale, contrairement au vœu et au texte de la loi. Plusieurs travailleurs de Saint-Sever animés du plus pur patriotisme n’ont pu trouver grâce devant l’administration et partir armés avec le 3e bataillon auquel ils appartiennent de droit... ». A. D. S-M., R, Dissolution de la garde nationale (1871) C.c. police de Rouen, 20 juin 1871. Le commissaire central insiste sur les conséquences de l’application de la loi du 12 août 1870 concernant l’état d’esprit de la garde nationale. « A Rouen, la garde nationale dans laquelle au moment de la guerre on a accepté indistinctement tous ceux qui se sont présentés était composée des éléments les plus disparates de façon qu’il n’y avait pas trop de la moitié des effectifs pour surveiller l’autre moitié. La nomination des officiers à l’élection avait surtout amené au commandement certains hommes dans lesquels on ne devait avoir qu’une confiance médiocre pour la répression du désordre ». Cette situation explique pourquoi les autorités étaient soupçonnées de ne pas vouloir armer les nouveaux recensés.

53 Bulletin de la F. O. R., 18 septembre 1870. « La République à Rouen » (Aubry).

54 OLIVESI (Antoine) - La Commune de 1871 à Marseille - Paris 1950, 170 p.
ANDRIEUX (Louis) - La Commune de Lyon - Paris 1906, 298 p.
TESTUT (Oscar) - L'Internationale et le Jacobinisme, op. cit., t. II, p. 162 ; un comité de salut public et un comité de sûreté générale avaient été constitués à Lyon, dès le 4 septembre 1870.

55 La Chronique de Rouen, 25 septembre 1870. La Chronique de Rouen était un hebdomadaire artistique et théâtral (1853-1887) ; quotidien du 21 au 29 septembre 1870, il suspendit alors sa parution et fut remplacé par la Liberté de Rouen. Voir LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 300. « Le public rouennais sait que, par voie d’affiche, il était invité à assiter à la première réunion publique qui devait et s’est exclusivement occupée de la défense.
L'Internationale, 9 octobre 1870.

56 Aubry signalait que Bordeaux avait voté un crédit de 2 millions et demi.

57 La salle de la Fédération étant trop petite, les réunions suivantes eurent lieu au Château-Baubet, île Lacroix.

58 FLAUBERT (Gustave) - Correspondance - Edition du centenaire (Librairie de France). Lettre à sa nièce Caroline ; il ajoute le 22 septembre qu’il commence ses patrouilles de nuit et qu’il passera son épée dans la bedaine du premier qui reculerait. « Ton vieux baudruchard d’oncle est passé au ton épique ». Flaubert était lieutenant de la garde nationale.

59 ESTANCELIN (Louis)-Lu vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 25. La réunion avait été présidée par un soldat du 41e de ligne qui se disait délégué de l’Internationale ; il fut arrêté et condamné à 60 jours de prison. Voir lettre du général Gudin, Archives de Vincennes, Lh 1, 28 septembre 1870. Selon Le Nouvelliste de Rouen, (26 septembre), le comité démocratique avait de son côté réclamé sans aucun succès un emprunt de 500 000 F pour la fabrication d’armes et les secours aux ouvriers en chômage.

60 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Affiche transmise par le commissaire central d’Elbeuf le 7 septembre 1870. 16 signatures, dont celles de Fossard, Régnier, Mangeot, Piéton, Monfray, Déparnay...

61 Ibid. Comité central de défense de la Seine-Inférieure, 17 septembre 1870.
L’Industriel elbeuvien, 17 septembre 1870. Réunion du comité démocratique : « Retirer aux gardes nationaux actuels, déjà possesseurs d’armes de chasse, le fusil appartenant à l’Etat pour donner cette arme à un autre citoyen... ».

62 D’autres problèmes ont dû être abordés, mais l'Industriel elbeuvien est discret : « Le citoyen Régnier... a traité la question sociale, au point de vue de ses opinions connues et sur lesquelles nous trouvons le moment peu opportun pour nous étendre ; le salut du pays prime toutes les questions, et les rapports du capital et du travail sont affaires de paix qui ne peuvent être traitées que dans la paix... ».

63 A. M. de Rouen, Analyse des procès-verbaux des séances du Conseil municipal : « On voit afficher les manifestations d'un comité de vigilance, c’est-à-dire de défiance qui est le contraire de la confiance. Il est nécessaire que l’on sache que l’on ne veut pas dans la population rouennaise quelque chose qui ressemble à ce qui se passe à Lyon. Nous ne devons pas être exposés... à être effacés par une mesure révolutionnaire ; que l’on sache que nous ne céderons à aucune intimidation de ce genre... ».

64 A. M. Rouen, Affiches 1870-1871.
Journal de Rouen, 28 et 29 septembre 1870.
ESTANCELIN (Louis)-La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 25-26.

65 Archives du ministère de la Guerre, Lm 3. Historique du 2e bataillon de mobiles de la Seine Inférieure.
The General council, op. cit., t. IV, (1870-1871), p. 84. Lettre d’Aubry lue à la réunion du 1er novembre 1870.

66 La Liberté de Rouen, 1er octobre 1870. On demande des Républicains (P. Delaporte) :
« N’avons-nous pas vu le maire de notre cité, affolé de terreur, faire garder militairement trois jours durant l’hôtel de ville contre la République, armer la garde nationale contre le droit de réunion, semant l’épouvante dans la ville, la discorde dans les esprits et faisant croire à la réalité de dangers imaginaires ».

67 ESTANCELIN (Louis) -La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 25. Le maire de Sotteville s’était opposé aux réunions politiques.

68 La Liberté de Rouen, 30 septembre et 1er octobre. Delaporte reprenait la motion votée à la séance du comité démocratique le 28 septembre : « Remplacer les serviteurs de l’Empire par des citoyens dévoués à la République et fermement résolus à repousser l’étranger ».

69 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Déclaration de la population patriote d’Elbeuf au citoyen Desseaux, préfet de la Seine-Inférieure, 1er octobre 1870 ; 20 signatures (Fossard, Sulpice, Régnier, Dautresme, Champin...).

70 La Liberté de Rouen, 2 octobre 1870. Vaughan, Fouet, Sulpice et Régnier faisaient partie de la Fédération ouvrière. Marx fait allusion à ces décisions dans une lettre à E. S. Beesly (19 octobre 1870). « A Rouen, comme dans la plupart des autres villes industrielles de France, les sections de l’Internationale, suivant l’exemple de Lyon, ont fait pratiquer l’admission officielle dans les comités de défense de l’élément ouvrier. M. RUBEL - Marx et la Première Internationale - Cahiers de l'I.S.E.A., août 1965, p. 20.
Enquête parlementaire sur tes actes au gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 489.

71 A. N., F 1 B 1, 158-20, Desseaux.

72 La Liberté de Rouen, 8 octobre 1870.
Après les réunions publiques des 22, 24, 27 et 29 septembre, la Fédération ouvrière en organisera les 1er, 5, 8, 10, 15 octobre puis le rythme se ralentit : 31 octobre, 3, 5 et 10 novembre. Les comptes rendus qu’Estancelin a pu consulter, n’ont pas été conservés.

73 Le général Gudin avait préféré regrouper ses forces sur l’Andelle, plutôt que sur l’Epte ; il prétendait ne pas disposer d’assez de troupes pour tenir une ligne de défense éloignée, mais il abandonnait ainsi à l’ennemi le Vexin normand et lui permettait de s’approcher dangereusement de Rouen. Mantes fut occupée le 1er octobre, Pacy-sur-Eure et Vernon le 5, une patrouille allemande entra le 6 à Gisors.

74 A. M. Rouen, Affiches 1870-1871.

75 Le 17 septembre, le conseil municipal avait voté une somme de 126.000 F pour l’armement de la garde nationale. La Fédération ouvrière estimait qu’il aurait fallu 4 millions pour l’armement et les travaux.
Voir Hellis, manuscrit cité, 4 octobre 1870, au sujet de l’emprunt 6 % : « J'ignore ce que cela donnera, mais dans l’attente où l’on est, beaucoup sont réservés dans la crainte de la rançon que les Prussiens peuvent demander, mèche allumée... ».

76 ROLIN (Louis)-La guerre dans l'ouest, Paris 1874, 406 p. ; p. 42-49.

77 Lettre de Vaughan à Raoul-Duval, op. cit. Gudin aurait ajouté : « Le prince Albert est un homme charmant, et tous les généraux prussiens ayant eu pour quartier général une grande ville de France, il doit avoir la sienne. Il lui faut son fleuron, ce fleuron sera Rouen » (déclaration de Gudin 4 Leplieux et de Germiny).
Voir Archives de Vincennes, Lm 3. Instructions données au commandement du 1er bataillon du Pas-de-Calais : « Faire une guerre des partisans et d'avant-garde et se replier en cas d’attaque sérieuse sur Le Havre ».

78 La Liberté de Rouen, 10 octobre 1870. « Gambetta à Rouen ».
Journal de Rouen, 9 octobre 1870.
STEENACKERS (F. F.) et LE GOFF (F.) - Histoire du gouvernement de la Défense nationale en province, t. II, Paris 1884, 342 p., p. 11-12.
La Liberté de Rouen donne un résumé du discours, sans prétendre le citer exactement : « Il faut que la France n’ait devant elle qu’un seul but, le salut du pays et que l’intérêt général fasse oublier tous les sacrifices, quelque douloureux qu’ils puissent être...
Que la France réponde à ce que l'on attend d’elle ; montrons que si nous n’avons pas conclu un pacte avec la victoire, nous en avons conclu un avec la mort ».

79 La Liberté de Rouen, 10 octobre : « Avant le départ de Gambetta, le commandant général de la garde nationale a été l’objet d’une manifestation peu équivoque. Beaucoup de citoyens ont crié : « A bas Estancelin » avec une vigueur qui attestait suffisamment les légitimes antipathies et l’impopularité dont jouit le chef de la faction orléaniste. Nous croyons même savoir que la révocation de ce général pour rire a été demandée ».

80 Journal de Rouen, 10 octobre 1870. Communiqué de la préfecture sur les incidents de la Guérilla rouennaise ; 12 octobre, réponse des organisateurs de la Guérilla.
A. M. Rouen, Affiches 1870-1871. Appels de la Guérilla rouennaise.
MARQUIS (Jean-Claude) - Les corps francs rouennais dans La guerre de 1870-1871 en Haute-Normandie, op. cit., p. 53-68.
Vacquerel qui avait avancé la somme nécessaire pour équiper la Guérilla, envoya une délégation à Tours. La 1re compagnie de 54 hommes fut autorisée le 15 octobre ; le décret du 3 novembre permit à la Guérilla de se constituer en compagnies de 150 hommes. La 1er compagnie eut quelques accrochages avec les Prussiens, notamment à Forêt-la-Folie (7 novembre). Après la chute de Rouen, les quatre compagnies se retrouvèrent au Havre où elles prirent le nom de Guérilla parisienne !
Voir Archives de Vincennes, Lm 39. Guérilla rouennaise.

81 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 28 : « Les excitations résultant des déclamations des réunions publiques portèrent leurs fruits... Un conflit sanglant était prêt d’éclater car les ordres étaient donnés pour repousser par la force toute tentative contre la préfecture... ».
Aucun des dirigeants de la Guérilla ne semble avoir fait partie de l’Internationale. Seule mention dans les comptes de la Fédération : le versement d’une indemnité de 5 F à un membre de la Guérilla.

82 FLAUBERT (Gustave) - Correspondance, op. cit., mardi 11 octobre à George Sand. Dès le 5 octobre, Flaubert écrivait à sa nièce Caroline : « Les Prussiens sont d’un côté à Vernon, de l’autre à Gournay. Rouen ne résistera pas. Je ne connais rien de plus ignoble que la Normandie ».

83 A D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Procès-verbal de la séance du 11 octobre 1870.

84 La Liberté de Rouen, 11 octobre.

85 A. N., AB XIX-468. Copies des dépêches envoyées par le gouvernement de la Défense Nationale par A. Ranc, Seine-Inférieure, 11 octobre 1870.
LE ROY (Albert)-Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 47.

86 The General council, op. cit., t. IV, (1870-1871), p. 83-84. Lettre d’Aubry lue à la réunion du Conseil général du 1er novembre. Le général Gudin était un traître qui avait déclaré qu’il était l’ami du prince Albert de Prusse... ; il organisait les déplacements de ses troupes de manière à ne pas rencontrer les Prussiens...

87 A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Préfet au ministre de la guerre, 11 octobre : « Général de division Gudin, bon pour le conseil, trop âgé pour l’action ».
Rolin écrit au contraire : « Le général Gudin, ancien page de Napoléon Ier à Waterloo..., presque septuagénaire, était un homme d’une activité et d’une énergie vraiment surprenante pour son grand âge ;... il voyait clairement qu’en voulant se défendre de tous côtés, on n’arrêterait l’invasion nulle part ; aussi était-il d’avis de temporiser...
... Il fut tout à coup sacrifié aux répugnances de quelques agitateurs qui passaient leur temps à faire des manifestations loin de l’ennemi... ».
ROLIN (Louis) - La guerre dans l'ouest, op. cit.
Au Havre, le capitaine de vaisseau Mouchez succéda au colonel Massu et reçut le commandement supérieur des forces de terre et de mer.

88 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 14.

89 En fait, les opérations ne furent jamais coordonnées entre les forces de Normandie et l’armée du Nord, sauf au combat de Formerie (28 octobre 1870).

90 Le 14 octobre, Estancelin crut que l’occupation d’Ecouis annonçait la marche des Prussiens vers Rouen ; il demanda des renforts au Havre, à Dieppe, Yvetot... : « Nous avons vu des hommes en blouse et en sabots, armés de mauvais fusils à pierre, ou encore sans fusils, se joindre à leurs camarades pour marcher à l’ennemi... ».
DESSOLINS (Emile) - Les Prussiens en Normandie, Rouen 1873, 144 p. ; p. 40. C'était une fausse alerte, dont Estancelin rejeta la responsabilité sur le général Gudin.
La Liberté de Rouen, 21 octobre 1870.
Ibid., 18 octobre (P. Delaporte).
Ibid., 23 octobre. Commentaire du décret du 14 octobre : « N’allons pas jusqu’à faire du désordre pour l’amour de l'art. Il n’y a de vraiment puissantes que les forces ordonnées... »

91 The General Council, op. cit, t. IV, (1870-1871), p. 84, séance du 1er novembre 1870.

92 La Liberté de Rouen, 1er novembre 1870 : « Il engageait les ouvriers à signer une nouvelle adresse plus accentuée que celle qui se signait hier et avant-hier à Rouen et dire au gouvernement de Tours qu’il eût à décréter des mesures plus révolutionnaires ; une autre réunion était prévue le 31 octobre et le 3 novembre.

93 Le Nouvelliste de Rouen, 2 novembre.
Journal de Rouen, 2 novembre.
La Liberté de Rouen, 3 novembre : « Le président expose l’objet de la réunion. Quelques personnes entre lesquelles n'existait d’autre lien que celui du patriotisme, ont été émues à la nouvelle de la capitulation de Metz... » (R. H. Tabouelle) ; selon la Liberté, 2 000 personnes assistaient à la réunion, 500 seulement d'après le Nouvelliste. Le bureau était composé de Vaughan, président, Nos-D’argens, Baudry et E. Salva.

94 En ce qui concerne la Seine-Inférieure proprement dite, l’assemblée demandait au commandement militaire de prendre l'offensive dans le Vexin, et de débarrasser le département de l'ennemi ; une délégation devait exiger du conseil municipal qu'il entreprenne la fabrication d'armes (canons, mitrailleuses...) et prépare la construction de barricades.

95 Le Comité central démocratique semble avoir pris le nom de Comité central républicain au début d’octobre, à l’occasion de la constitution d’une liste de candidats pour les élections. Voir la Liberté de Rouen, 9 octobre.
Après le combat de Formerie (28 octobre), le général Briand fut mis en disponibilité pour raison de santé, puis nommé à la tête de la 1re brigade du 18e corps, en formation à Nevers. En fait, il semble avoir été déçu par le manque d’ardeur d’une partie de la population. Voir A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871, Général Briand, 20 octobre 1870 : « Par l’examen de divers rapports militaires, j’ai le regret de constater les dispositions peu sympathiques que rencontrent nos troupes de la part d’un certain nombre de maires et en revanche les sentiments bienveillants de ces mêmes autorités à l’égard de l’ennemi ». Il cite quelques exemples, dont Goumay, où on a fait des démarches pour éviter une nouvelle occupation française, tandis que, chaque jour, on y accueille les uhlans. Voir La Liberté de Rouen, 25 octobre. Voir Archives de Vincennes, Lm 3, historique du 4e bataillon de l'Oise (30 octobre). Briand fut remplacé par le général de Tucé, du 12e chasseurs.

96 LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 271-277. Comité central de défense de la Seine-Inférieure au ministre de la Guerre, 12 novembre 1870).
Selon Raoul-Duval, se trouvaient alors en Seine-Inférieure, 2 régiments de cavalerie, deux bataillons de marche, 10 à 12 bataillons de mobiles, des corps variés de francs-tireurs, 20 000 mobilisés du premier ban, une réserve de gardes nationaux sédentaires (sept à huit mille hommes).
Voir ROLIN (Louis) - La guerre dans l'ouest, op. cit., p. 201.

97 La Liberté de Rouen, 11 novembre, 23 novembre : « Sauvons la République », attaque contre les séniles préfets et les créatures de l’Empire. 26 novembre : « M. Desseaux est aussi timide devant les ennemis du dehors que devant ceux de l’intérieur... Il a consacré ce que l’âge lui a laissé d’énergie à démentir son passé et nos espérances, à résister au courant national et à s’ancrer dans les faciles jouissances de l’ambition satisfaite.. ».
A. N., AB XIX-468, Copie des dépêches... A. Ranc, 21 novembre, préparation d’une commission extraordinaire pour envoyer Aimable Jullien en Normandie.
A. D. S-M., M, Guerre de 1870-1871. Télégramme Intérieur à Préfet de Seine-Inférieure : « Aimable Jullien, ancien représentant à la Constituante me paraît un excellent choix pour les fonctions de commissaire extraordinaire en Normandie. Je vais lui faire préparer sa commission ; Messieurs Dumesnil Michel et Albert Beaudouin pourront être associés à ses travaux... ».

98 Association internationale des travailleurs, section rouennaise, de son rôle dans les circonstances actuelles, Rouen 1870, 19 pages.
Discours du citoyen Vaughan, p. 2 à 5.
Discours du citoyen Aubry, p. 6 à 9.
Les deux allocutions sont suivies dans la brochure par la reddition des comptes aux adhérents, la première depuis la suppression de la Réforme sociale. Les recettes permettent de savoir quelles sont les corporations qui avaient payé leurs cotisations : tisseurs de calicot, tisseurs de bretelles, fileurs de coton de Darnétal, de Grand-Couronne et de Pavilly, fileurs de laine de Darnétal et de Louviers, teinturiers petit teint, charpentiers, imprimeurs sur étoffe, chineurs, corroyeurs et chauffeurs, soit onze corporations.

99 A la fin de novembre, Aubry était persuadé du développement de l'esprit de résistance. The General Council, op. cit., t. IV, (1870-1871), p. 29-30, séance du 29 novembre 1870. Lettre d’Aubry : « La guerre devenait populaire ; les républicains de la classe moyenne devaient faire confiance à la classe ouvrière, la réaction bonapartiste effraya tellement la bourgeoisie que les travailleurs avaient été armés pour lui résister. Guillaume et Bismarck posaient les fondations de la République universelle. 50.000 hommes armés avaient quitté Rouen ».

100 Les estimations varient : plus de 45 000 hommes selon Rolin, environ 30 000 hommes d'infanterie, 31 escadrons et 168 canons pour Wartensleben, chef d'état-major de l'armée allemande. Pour les forces françaises, il faut ajouter la garde nationale sédentaire, environ 15 000 hommes dans le département, dont la majorité disponibles dans la région de Rouen. Les troupes françaises ne possédaient qu'un armement disparate et pratiquement pas d'artillerie (11 canons).

101 LE ROY (Albert)-Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit, p. 45. Télégramme du comité de défense au sous-préfet du Havre, 14 octobre : « ... J’ordonne barricades... » Voir ROLIN (Louis)-La guerre dans l'ouest..., op. cit., p. 81.
La Liberté de Rouen, 16 octobre. « Aux barricades ».
La Liberté de Rouen, 21 octobre. Réunion à Déville (15 octobre) : « Il fut décidé que je me rendrais près de l’autorité supérieure pour la formation de barricades dans Rouen et aux en virons ».
Le Nouvelliste de Rouen, 2 Novembre.
Sur Jouanne (Jules) voir Dictionnaire du mouvement ouvrier (Maitron), t. II, p. 385 et « Jouenne », p. 386.

102 Les forces françaises à Buchy avaient été, au dernier moment, placées sous les ordres du commandant Mouchez. Seuls, les éclaireurs de la Seine et le 2e bataillon des mobiles de la Marne, le 3e hussards et le 5e bataillon de marche furent en contact avec l'ennemi. Certaines unités (les mobilisés du Havre) furent prises de panique devant l’attaque allemande. L'ennemi ne poursivit pas les troupes françaises qui se réfugièrent dans Rouen ou s'établirent sur la ligne théorique des retranchements qui passait par Malaunay, Isneauville, Darnétal ; le 4 décembre, sur 18 bastions, 5 seulement étaient terminés, ainsi que la moitié des retranchements. Sur les 46 pièces de marine acheminées du Havre, quelques-unes seulement étaient en position, il était donc impossible d'imaginer une résistance sérieuse. Par ailleurs, il aurait fallu disposer d’effectifs beaucoup plus considérables : en décembre, lorsqu’après avoir pris Rouen, les Allemands, à leur tour, envisagèrent de construire des retranchements, ils estimèrent que pour une ligne de 23 kilomètres seulement, il fallait 25 bataillons et 90 canons, « encore la défense serait-elle toujours faible ».

103 Procès-verbaux du conseil municipal de Rouen..., op. cit., p. 8.
RAOUL-DUVAL - Comment Rouen n’a pas été défendu, op. cit.
Journal du Havre. 5 janvier 1871. Lettre du général Briand.

104 A I. T. Section rouennaise, exposé des événements de Rouen, dans LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 298 : « Les arguments invoqués contre l'emploi du tocsin sont d'un ridicule qui frise la puérilité ».

105 ERNOUF-BIGNON (Baron Alfred-Auguste) - Souvenirs de l’invasion prussienne en Normandie, Paris 1872, 290 p. ; p. 249.

106 Le Réveil social, 3 juillet 1892. Souvenirs de la guerre de 1870, l'amiral Mouchez (Charles Cord'homme).

107 Journal du Havre, 10 décembre 1870. Manchon parle d'une réunion à la préfecture du comité de défense dans la journée du 4 décembre « pour appeler aux armes la population des environs de Rouen en faisant sonner le tocsin dans les églises de banlieue, et demander la délivrance de fusils pour armer les ouvriers des faubourgs. Nous nous sommes séparés à minuit après avoir obtenu les autorisations nécessaires et la promesse d'une défense énergique, pour le lendemain. Des lettres furent remises à divers citoyens pour diverses communes de la banlieue pour donner l'ordre de convoquer la population le lendemain ».

108 Procès-verbaux du conseil municipal (4 décembre 1870), op. cit., p. 13.
Le Réveil social, 25 décembre 1892. « Causerie sur le parlementarisme » (E. Aubry).

109 Réponse du général Briand dans le Journal du Havre, 5 janvier 1871.
Journal du Havre, 7 janvier 1871 : « Le journal explique comment l’action du général Briand fut contrariée par les autorités civiles. Le général voulait que l'on fit des barricades dans la ville et qu'on sonnât le tocsin pour appeler tous les habitants. Le préfet n'a pas consenti... Le maire trouvait que les barricades étaient dangereuses pour les édifices publics et les maisons particulières ; il s'est opposé à toute lutte dans les rues ».

110 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 20 ROLIN (Louis) - La guerre dans l'ouest, op. cit., p. 236 et suiv.

111 Conseil municipal de Rouen, réponse à la lettre du général Briand, parue dans le Journal du Havre, 5 janvier 1871.
BRINDEAU (Léon) - Les événements de 1870-1871 au Havre, 2 vol. , Le Havre 1904-1912, t. I, p. 310-312.

112 Le général Estancelin assure avoir donné des ordres pour que la générale fût battue mais il omet de dire comment ils ont été exécutés.
A. Roland dans son histoire très anecdotique de la garde nationale de Rouen rapporte (p. 71) que dans la soirée du 4 décembre, Estancelin avait proclamé que le lendemain à 4 h le tocsin et la générale « appelleraient les défenseurs sur les remparts de la vieille cité ». Il poursuit... « Quatre heures se font vaguement entendre. Pas de tocsin... rien.
Cinq heures. Point de glas terrifiant ! Cependant le tambour bat dans le lointain, il approche. C’est bien sa plus effrayante mélodie, mais il faut être compétent pour en saisir le sens ! »
Lettre de Hurault de Ligny, lieutenant-colonel de la garde nationale au Journal de Rouen (2 février 1871). Coll. Andrieux : « Le dimanche soir, M. Estancelin annonça bien que le lendemain matin, on battrait la générale et qu'on sonnerait le tocsin, mais si je n'avais pas répété ce dire au tambour-maître du 1er bataillon, personne n'aurait donné l'ordre formel de la battre ; elle n’aurait pas été battue.
Et cependant, par qui devait être donné cet ordre ? Par le général évidemment. Il y a plus, des tambours du 4e bataillon attestèrent devant moi que, le lundi à 4 heures, ils ont été arrêtés dans leur parcours et empêchés par un officier supérieur de l'armée, et par le général lui-même, suivant l’un d'eux, dans la rue de l’Hôtel de Ville ».

113 Journal du Havre, 11 décembre. Récit de Jouanne, qui prétend avoir été désigné par plus de 4 000 ouvriers pour « commander les forces populaires » : « A 6 h, j’étais à l'Hôtel de Ville. Une grande partie des troupes était déjà partie. A 7 h, le colonel arriva et dit : « Messieurs, retirez-vous chacun chez vous. La ville a capitulé. Que les hommes de 21 à 40 ans suivent l’armée, sans quoi ils seraient faits prisonniers de guerre ».
Ce fut une exclamation unanime de réprobation, la nouvelle avait abasourdi la population, qui ne raisonnait plus... ».

114 Journal de Rouen, 6 février 1871.

115 Journal de Rouen, 6 février 1871. « Le 5 décembre ». « La population ouvrière qu'on n'avait pas voulu armer par amour de l'ordre, s’est emparée de quelques-uns des fusils déposés en tas sur la place de l'Hôtel de Ville et a tiré sur ce monument ».
Journal du Havre, 9 décembre : « Un ouvrier a pris un drapeau au Journal de Rouen ; 700 à 800 personnes le suivent sur la place ; cette foule s'arme... ». M. Gallet arrive dans un coupé attelé d’un cheval blanc, il est assailli mais défendu par des personnes présentes : « C'est le protecteur des ouvriers, laissons-le partir ! » - « C'est égal, il est riche, il est du conseil... ».

116 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 493 : « Si les grilles de l’Hôtel de Ville avaient cédé, tous les hommes qui se trouvaient dans l'intérieur auraient été tués ; le conseil municipal aurait été probablement massacré... ».
L’importance des événements fut considérablement exagérée en dehors de Rouen. Voir lettre de Michelet à Eugène Noël, datée de Florence, le 11 janvier 1871 : « Les environs de Rouen ont été dévastés. Est-ce par les ouvriers comme on le dit ici ? » MICHELET (Jules) - Lettres inédites à Alfred Dumesnil et Eugène Noël (1842-1871) - Paris 1924.

117 RAOUL-DUVAL (Edgar) - Comment Rouen n’a pas été défendu dans LE ROY (Albert) - Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 284.

118 Journal de Rouen, 6 février 1871. Lettre du procureur de la République Letellier (24 décembre 1870) : « Je trouvai une vingtaine d’individus groupés au pied de la statue (de Napoléon) et tirant des coups de fusil sur la galerie du premier étage et sur les fenêtres du musée. J’engageai un certain nombre d'ouvriers à porter leurs fusils dans un bateau alors en charge au bas de la rue Jeanne d’Arc ; j’exhortai quelques autres à rentrer chez eux... ».

119 Journal de Rouen, 6 février 1871. Lettre du Préfet Desseaux, 10 décembre 1870.

120 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 21. L'auteur distingue deux phases dans la manifestation : la réaction de gardes nationaux « sous l'empire d'une excitation patriotique qui brisèrent leurs armes après les avoir déchargées dans les rues, puis l'intervention des hommes de désordre qui tirèrent sur l'hôtel de ville ».

121 Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., t. IV, p. 491 : « Certains individus qu'on avait armés, grâce à l'activité des agents de l'Internationale, voyant les troupes partir, tournèrent leurs armes contre l'hôtel de ville et répétèrent cette accusation que nous avions vendu la ville 17 millions ».

122 Enquête sur le 18 mars..., op. cit., t. IV, p. 593. rapport du préfet de la Seine-Inférieure, 26 juillet 1871.
Le docteur Hellis (manuscrit cité, lettre du 12 janvier 1871) écrit que « les émeutiers se promettaient d'achever leur besogne le lendemain n'ayant point éprouvé de résistance et de proclamer la République rouge avec l'établissement de la Commune, comme à Lyon ».

123 Le Réveil social, 3 juillet 1892. Souvenirs de la guerre de 1870 (Charles Cord’homme). Ibid., 22 juillet 1894. Réponse à la Chronique de Rouen : « Des barricades devaient être faites dans la ville. Tout était arrêté, on ferait la défense de Rouen, défense illusoire, il est vrai, mais qui sauvait l'honneur de la ville... ». Suit le récit de la fusillade : « Les gardes nationaux, furieux de cette lâche trahison, vinrent jeter leurs fusils et les déchargèrent sur ceux qu'ils croyaient complices... ».

124 Enquête sur le 18 mars..., op. cit., p. 592.

125 ESTANCELIN (Louis) - La vérité sur les événements de Rouen, op. cit., p. 23-24.

126 Ibid., p. 28 : « Je ne pourrai, ajoute Estancelin, en songeant à la réception qui lui eût été faite, ne pas penser qu'il se berçait de la plus grande des illusions ».

127 LE ROY (Albert)-Le Havre et la Seine-Inférieure, op. cit., p. 124.

128 Le 9 septembre. Dupont avait envoyé de Londres aux correspondants français la Seconde adresse du Conseil général, qui leur indiquait quel devait être le rôle de l’organisation dans les événements actuels, mais il se plaignit à Charvet (Lyon), le 17 octobre, qu'un grand nombre d'amis n'eussent pas compris ; ils se sont laissé aveugler par le patriotisme, ont fait chorus avec les bourgeois « qui prêchaient l’union devant l'ennemi » (Voir TESTUT (Oscar)-L'Internationale et le Jacobinisme, op. cit., t. II, p. 28).
GUILLAUME (James) - L'Internationale, op. cit., t. II, p. 135, explique la réaction spontanée des ouvriers français : « Dès le commencement de septembre, il fut clair... que le gouvernement... préférait les Prussiens au socialisme. Dès lors, sans qu'il y eût entente préalable, les ouvriers des grandes villes françaises animés de la même pensée se dirent qu'il n'y avait qu'un moyen de faire face au danger, l’initiative spontanée et libre de chaque ville, de chaque commune, affranchie des entraves que mettait à leur action le gouvernement. Des tentatives dans ce sens furent faites à Strasbourg, Mulhouse, Metz, Lille, Rouen, Brest et dans plusieurs villes du midi, mais ce sont les mouvements de Lyon et de Marseille qui ont eu le plus de retentissement ». De son côté, Aubry se plaignit plutôt de ne pas recevoir de nouvelles de Marseille et des autres villes (The General Council, t. IV, (1870-1871), p. 89, séance du 29 novembre 1870).

129 Bismarck contribua personnellement à propager les bruits concernant la trahison des notables rouennais. Le 18 octobre, à Metz, le général Boyer fit état des informations que le chancelier lui avait fournies sur l'état de la France, au cours de leur entrevue du 15 octobre : En présence des désordres intérieurs dont elles étaient les victimes, certaines villes de Normandie, en particulier Rouen, avaient demandé des garnisons allemandes.
Affaires de la capitulation de Metz - Procès Bazaine, compte rendu sténographique..., Paris 1873, 806 p. Témoignages du général Boyer (p. 617), du général Canrobert (p. 630), du général Desvaux (p. 639), du maréchal Le Bœuf (p. 633). Voir aussi le rapport de Séré de Rivières (témoignage de Bompard, maire de Bar-le-Duc), p. 55.
Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, op. cit., témoins, t. I, p. 65 (déposition du maréchal Le Bœuf).
Journal de Rouen, 15 septembre 1871 (protestation du Comité central républicain).
BAUMONT (Maurice) - L’échiquier de Metz - Paris 1971, 350 p. ; p. 264. Il convient également de citer l'anecdote rapportée par Bülow au moment de l'arrivée des troupes allemandes : « Un adjoint de la municipalité de Darnétal aurait déclaré au commandant Dinklage qu'il se portait garant du calme de la partie honnête de la population : « Les bons citoyens sont sages et tranquilles comme partout ; mais je ne puis répondre de la canaille. Il y a ici plusieurs fabriques et par conséquent beaucoup d'ouvriers. Ceux-ci ont commis des excès après le départ des troupes françaises. Ils sont bien capables d'en commettre encore si vous continuez votre marche ». Bülow - Mémoires, t. I, p. 120-121.
L'attitude du cardinal de Bonnechose fut également trouvée suspecte. Au sujet de ses rencontres avec les autorités prussiennes on peut rappeler le témoignage de Fidus (Eugène Balleyguier, ancien secrétaire de Falloux). « J'ai vu M. Le Cardinal de Bonnechose. Il est aussi zélé et fidèle impérialiste qu’on le peut désirer. Voici ce qu'il m'a raconté. A Rouen, il eut l'occasion de voir fréquemment le général de Manteuffel qui commandait les troupes prussiennes ». M. de Manteuffel lui exprima le désir qu’on avait d'en finir le plus tôt possible ; si la guerre se prolongeait, elle deviendrait atroce, mais avec qui traiter ? On n'avait nulle foi en ce gouvernement de l’Hôtel de Ville. Le cardinal s'étonna qu'on ne pensât pas à l'Empereur et il proposa la réunion des anciennes Chambres. Manteuffel offrit au cardinal de lui permettre de rencontrer à Versailles le roi et M. de Bismarck. « Malheureusement le cardinal ne put partir : il était suspect aux représentants du gouvernement de Paris qui, s'il était parti, l'auraient appelé traître (ils prétendaient déjà qu'il avait donné des millions aux Prussiens) ».
Le cardinal rencontra Bismarck et Frédéric-Guillaume seulement en février 1871 lorsqu'il vint solliciter la réduction de la contribution de guerre de 26 millions qui avait été imposée à Rouen. Il en profita pour demander le rétablissement du pouvoir temporel du pape. FIDUS Journal de 10 ans - Paris 1886, 2 vol. , 359 et 367 p. ; t. I. p. 45-46 (17 février 1872). FREDERIC III - Journal de guerre, 1870-1871 - Paris 1929, 416 p. ; p. 396 (13 février). BISMARCK (Otto von) - (Pensées et souvenirs, 1899, t. II, p. 146) fail allusion aux rôles du cardinal. « A Versailles j'avais eu, du 5 au 9 novembre, des entretiens avec le comte Ledochowski, archevêque de Posen... Je lui fis la proposition de prouver la réciprocité des bons rapports entre le pape et nous par une action du Saint-Siège sur le clergé français dans le sens de la conclusion de la paix... Ledochowski et, dans des limites plus étroites Bonnechose cardinal-archevêque de Rouen, firent auprès des différents membres du haut clergé la tentative de les déterminer à agir dans le sens indiqué... ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540