Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Quatrième partie. Les crises de la fédération ouvrière (1870-1871)

Chapitre premier. Le plébiscite et les poursuites contre l’A. I. T.

Note de l’éditeur

L'édition d'origine (papier) ne comportait pas de note de bas de page 102. L'édition électronique a rétabli une numérotation continue : il y a donc un décalage d'une unité dans la numérotation des notes à partir de la note 102 entre les deux éditions (la note 103 de l'édition papier est ici la note 102).

Texte intégral

1Les rapports entre la Fédération ouvrière et les républicains ne s’étaient guère modifiés depuis les élections de 1869 ; la presse quotidienne continuait à ignorer les corporations et leur activité, ne faisant qu’une simple exception pour les conférences de Paule Mink.

  • 2 La Réforme sociale, 30 janvier 1870. « Déclaration ».
  • 3 Ibid., 20 février 1870. Assemblée générale des fileurs de coton de Pavilly.
  • 4 La Réforme sociale, 6 mars 1870.
  • 5 Le Mirabeau, 6 février 1870 (Rouen, 22 janvier).
  • 6 A. M. Lyon, 12 54-162. Lettre d’Aubry à Richard, 9 mars 1870.
  • 7 La Réforme sociale, 10 avril 1870. « De la grève ».

2De son côté, la Fédération ne ménageait pas ses attaques contre les partis bourgeois. La déclaration de fondation de la Réforme sociale rappelait la nécessité de la candidature ouvrière. En matière politique comme en économie sociale, les lois ne seraient faites en faveur des ouvriers « que le jour où le travail aurait le bon esprit de comprendre qu’il faut qu’elles se fassent par lui-même »2. A la réunion des fileurs de coton de Pavilly, Fritsch affirmait qu’il existait un complot des démocrates pour détruire la solidarité naissante dans cette localité3 ; Aubry confirmait que les travailleurs ne voulaient plus servir de pantins à aucun parti et s’affranchiraient eux-mêmes4. Dans le Mirabeau, il dénonça les prétendus libéraux comme les adversaires les plus acharnés : « qui n’aspirent qu’à des changements de personnes et, après la violente commotion, le tour serait encore joué, c’est-à-dire qu’ils feraient un replâtrage politique, laissant bien soigneusement l’ignoble organisation économique que nous voulons faire disparaître »5. Le 9 mars, il exprimait à Richard son espoir que le congrès de Lyon détacherait complètement les travailleurs » des saltimbanques politiques à qui nous servons de pantins depuis 80 ans »6. Dans la Réforme sociale du 10 avril7, il attaquait à nouveau les démocrates qui se bornent à réclamer quelques réformes anodines en criant à pleins poumons : nous voulons la République démocratique et sociale, sans présenter aucun programme précis de transformations sociales... « Dites-nous si vous continuerez de proclamer l’égalité en politique sans la faire passer dans les faits économiques ; vous ne devez pas ignorer que l’égalité politique n’est qu’une blague avec laquelle on a amusé jusqu’alors les niais qui ont cru aux phrases pompeuses des Démosthènes écarlates... Vous êtes capitalistes ou soldés par eux pour en défendre les privilèges et vous ne voulez pas que le travail se dirige, s’affranchisse lui-même... Ayez donc le courage de la franchise et faites cause commune avec ceux que vous combattez puisque, comme vous, ils veulent le maintien de notre esclavage, et trêve de phrases et de mots... ».

  • 8 Le Progrès de Rouen, 20 novembre 1869. Après sa défaite de juin, Pouyer-Quertier se présenta dans l (...)

3La coopération avec les radicaux paraissait donc inconcevable à Aubry, mais tous les membres de la Fédération rouennaise ne le suivaient pas8 ; le plébiscite de 1870 va révéler ces divisions plus encore que les élections de 1869.

LE PLEBISCITE DU 8 MAI 1870

4La question posée aux électeurs était, en principe, purement constitutionnelle : « Le peuple approuve les réformes libérales opérées dans la constitution depuis 1860 par l’Empereur avec le concours des grands corps de l’Etat et ratifie le sénatus-consulte du 20 avril 1870 » ; en fait toutes les questions de politique intérieure, extérieure et économique allaient être évoquées par les partisans du oui et du non.

  • 9 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Préfet au ministre, 24 avril 1870.

5Le préfet de la Seine-Inférieure s’en inquiétait dès le 14 avril : « Comme vous le savez, écrivait-il au ministre de l’Intérieur, les populations de cette contrée sont calmes, réfléchies et peu communicatives. Malheureusement la position de notre industrie en général, et celle de la fabrique cotonnière en particulier, déjà rudement éprouvée depuis plusieurs années, s’aggrave encore du ralentissement marqué des affaires et des symptômes d’indocilité qui agitent la classe ouvrière. Sous l’empire de ces difficultés, il est à craindre que dans plusieurs des centres industriels, les votes négatifs ne donnent une majorité... » ; mais grâce aux campagnes les oui devraient largement l’emporter pour l’ensemble du département9.

6Tandis que le parti « ultra-démocratique » organisait immédiatement sa propagande, les hommes d’ordre ne montraient que peu d’empressement à constituer des comités.

  • 10 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Préfet, 28 avril 1870.

7Le 28 avril, le préfet constatait cependant une amélioration de la situation ; l’opposition envoyait des émissaires dans les campagnes organiser des souscriptions : « En présence de ces menaces, le parti de l’Ordre semble enfin sortir de son apathie », sur l’initiative d’industriels et de gros négociants et l’administration s’attachait à encourager leurs efforts10.

  • 11 Le Nouvelliste de Rouen, 29 et 30 avril 1870.
  • 12 Le Courrier de Rouen, 3 mai 1870. Manifeste du comité Revelle (Amis de l’ordre et de la liberté) : (...)

8Les deux réunions privées des 28 et 29 avril, organisées par l’ancien comité des Amis de l’ordre el de la liberté, révélèrent les divergences qui existaient entre les partisans du oui11. Le comité plébiscitaire demande le 1er mai aux électeurs de répondre affirmativement : « Ce n’est pas que nous approuvions tous les actes du passé, ce que nous voulons, c’est le gouvernement du pays par le pays. Nous obtiendrons ce résultat, mais il faut avant tout maintenir l’ordre et la tranquillité, seules sauvegardes de notre liberté... Nous ne voulons pas de révolution et pour cela pas de vote négatif, pas d’abstention, pas de bulletin blanc... »12. Mais des dissidents rédigèrent un manifeste à l’Empereur, à qui ils posaient leurs conditions : « Voter non, c’est la révolution, l’abstention pourrait conduire au même résultat.

9« Nous voterons donc oui, mais en déclarant que nous n’entendons pas approuver le régime personnel et toutes les fautes politiques et économiques qui, depuis 1852, en ont été la conséquence.

  • 13 Le Nouvelliste de Rouen, 3 mai 1870. Le Courrier commente : « Comme le mamamouchi de Molière, on se (...)

10« Nous voterons oui, mais au moindre pas fait en arrière, le gouvernement nous rencontrera parmi ses adversaires... »13.

  • 14 Le Progrès de Rouen, 30 avril.
  • 15 Le Courrier de Rouen, 5 mai 1870. « La politique de la peur ». Le Courrier accuse le pouvoir person (...)

11Il était bien difficile à Rouen de concilier le oui au plébiscite et la campagne contre les traités de commerce : « Il y a, commenta le Progrès de Rouen, les plébiscitaires parce que, et les plébiscitaires quoique, les partisans du oui quand même et ceux du oui restreint, du oui sur la frontière du non »14. Seule, la peur du spectre rouge et de la révolution pouvait rallier les amis de l’ordre15.

12Le Courrier de Rouen aggrava encore la division des conservateurs en recommandant le bulletin blanc qui seul évitait de tomber dans le piège préparé par le pouvoir personnel : fournir une seule réponse à deux questions « Approuvez-vous les modifications libérales apportées à la constitution de 1852 ? Oui, sans doute. Approuvez-vous le sénatus-consulte de 1870 ? Non, sans doute, car il n’est pas libéral.

  • 16 Le Courrier de Rouen, 29 avril 1870. Le journal reproche à l’Empire la guerre d’Italie, la guerre d (...)

13« Nous ne votons pas oui parce que nous aimons la liberté, nous ne votons pas non parce que nous aimons l’ordre, mais notre bulletin a aussi son éloquence, car il est la protestation modérée, attristée, pressante de ceux qui ne cherchent pas le renversement du pouvoir, mais refusent de s’associer aux actes déplorables auxquels son aveuglement le conduit...16. Pas de révolution, pas de pouvoir personnel ».

  • 17 Le Courrier de Rouen, 2 mai 1870.

14Le Courrier, cherchait par ailleurs à affaiblir la campagne d’intimidation menée par l’administration et le Nouvelliste, en insistant sur le calme des réunions antiplébiscitaires : « La réunion de la salle Baubet a réduit à néant la tactique alarmante que cherchent à répandre autour de nous tous les défenseurs du pouvoir personnel. Pas de coups de fusil, a dit M. Leplieux. Le parti démocratique, en se maintenant sur ce terrain, a fait preuve d’un sens politique que nous tenons à constater, et il a réduit ainsi à néant ces terreurs du spectre rouge qui sont tout le bagage de la propagande si activement organisée par les partisans du oui plébiscitaire... »17.

  • 18 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Maire de Rouen, 9 mai 1870.
  • 19 Le Progrès de Rouen, 29 avril 1870. Le comité comprenait 29 membres mais d’autres orateurs intervin (...)

15Les républicains, par contre, réalisèrent facilement l’union contre le plébiscite. Le Journal de Rouen renonça à son opposition modérée pour suivre le Progrès18. Le comité antiplébiscitaire de Seine-Inférieure constitué le 28 avril, regroupait à la fois des républicains libéraux, Desseaux, Dieutre... et des radicaux, d’ailleurs en plus grand nombre, Cord’homme, Berthelot, Leplieux, Le Barbier, Lieury, Noiret, Percheval, Ramel... ainsi que Fossard et Ernest Vaughan19.

  • 20 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. C.c. police de Rouen : 2 000 à 2 500 dont 1/4 d’ouvriers, Journa (...)
  • 21 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. C.c. police de Rouen : 2 500 à 3 500.

16Après une réunion privée chez d’Argis à laquelle assistèrent 300 personnes, les républicains de Rouen organisèrent deux grandes réunions publiques au Tivoli, île Lacroix, le 1 er mai, plus de 4 000 personnes, selon les journaux républicains20 et surtout le 2 mai, 5 000 personnes21. Rouen n’avait pas connu de pareils rassemblements depuis les débuts de la seconde République.

  • 22 Le Progrès de Rouen, 3 mai 1870.

17Le 1er mai, Desseaux montra la portée du sénatus-consulte du 20 avril 1870 dont l’Empereur demandait la ratification par le peuple : « Il suffit de le lire pour reconnaître le triple but du gouvernement : Laver le péché originel de 1851 ; consolider la transmission héréditaire dans la famille Bonaparte ; ressaisir le pouvoir personnel... ; vous n’avez qu’un seul parti à adopter, votez non, mille fois non ! ». Les autres orateurs, Percheval, Leplieux, recommandèrent aux auditeurs de propager ce mot d’ordre22.

  • 23 Ibid., 4 mai 1870.
    A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Comité central antiplébiscitaire de la Seine-I (...)

18Le 2 mai, cependant, Desseaux précisa sa pensée à l’égard des différents moyens d’exprimer l’opposition au plébiscite ; sans proscrire l’abstention ou le bulletin blanc, il exliqua que le non était préférable ; « quant à l’équivoque de l’abstention, à en juger par l’activité dévorante que les ministres mettent à la combattre, on pourrait se croire autorisé à conclure qu’elle équivaudrait à un vote négatif. Il n’en est rien. Si les abstentions sont nombreuses, le gouvernement changera de langage »23.

  • 24 Le Progrès de Rouen, 8 mai. Parmi les signataires, plusieurs manufacturiers : Aubé, Duchemin, filat (...)

19L’action des dirigeants politiques républicains fut appuyée par un manifeste de commerçants et industriels insistant sur le risque que l’on courait à laisser dépendre de la volonté d’un seul homme le droit de proposer les réformes constitutionnelles et économiques les plus contraires à l’opinion du pays24.

20L’unanimité de la gauche ne fut troublée que par la décision de la Fédération ouvrière rouennaise en faveur du bulletin blanc. Cette solution avait déjà été recommandée par la branche française de l’A. I. T. qui considérait que le plébiscite n’était qu’un piège : « Nous ne pouvons voter ni pour l’Empire parlementaire, ni pour l’Empire autoritaire.

  • 25 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t I, p. 71. A I. T. branche franç (...)
  • 26 La Marseillaise, 25 avril 1870. Manifeste antiplébiscitaire des sections parisiennes fédérées de l’ (...)

21« Nous voterons tous pour la République en déposant des billets blancs dans l’urne... »25. A Paris, radicaux et membres de l’Internationale n’avaient pu se mettre d’accord ; la déclaration des députés de la gauche appelait à voter non sans équivoque ; le 23 avril, les sections parisiennes de l’A. I. T. et la chambre fédérale des sociétés ouvrières rédigèrent leur propre manifeste. Elles refusaient de reconnaître à l’exécutif le droit de les interroger, la disparition de l’Empire était indispensable pour faire droit aux aspirations légitimes des travailleurs : « Si vous voulez affirmer la république démocratique et sociale, le meilleur moyen, selon nous, c’est de vous abstenir ou de déposer dans l’urne un bulletin inconstitutionnel ; ceci dit sans exclure les autres modes de protestation »26. Varlin expliqua la décision à Aubry : « Le plébiscite est notre unique préoccupation en ce moment... ».

22« La chambre fédérale et les sections internationales de Paris ont résolu de faire ensemble un manifeste antiplébiscitaire.

23« Nous protestons contre l’Empire en particulier et en général contre toutes les individualités qui croiraient pouvoir s’arroger le droit de poser des questions au peuple souverain, sans lui permettre de les discuter. Nous revendiquons la souveraineté absolue du peuple, le gouvernement direct par le peuple.

  • 27 Troisième procès de l’Internationale..., op. cit., p. 63. Lettre de Varlin à Aubry, 20 avril 1870.

24« Nous affirmons la République sociale universelle. Nous protestons contre le plébiscite et contre son résultat, quel qu’il soit, et nous recommandons à tous nos frères travailleurs, l’abstention sous toutes ses formes »27.

  • 28 La Réforme sociale, 24 avril 1870... « Chronique politique et socialiste » (Wolf) et surtout 1er ma (...)

25Le comité de la Fédération ouvrière rouennaise expose un point de vue différent dans la Réforme sociale ; l’abstention lui paraissait maladroite, car les adversaires du suffrage universel en confondant volontairement abstentionnistes et indifférents en tireraient argument pour le retour au suffrage restreint. Le sujet proposé étant « dénué de tout intérêt économique et ne renfermant aucune intention de nature à prouver aux masses que leurs intérêts occupent le premier plan de l’édifice gouvernemental... ; « la Fédération ne dira ni oui ni non... C’est pourquoi voulant prouver son antipathie pour toute question qui ne l’intéresse nullement..., elle déposera dans l’urne un bulletin blanc »28.

26Mais il ne s’agissait là que de la position du comité fédéral qui ne semble pas avoir été approuvée par de nombreux membres. Vaughan, par exemple, faisait partie du comité antiplébiscitaire de la Seine-Inférieure ; à Darnétal et surtout à Elbeuf, la propagande en faveur du vote négatif l’a emporté au sein de l’Internationale.

27Dans la région de Rouen, des comités antiplébiscitaires furent constitués à Oissel, Darnétal et Elbeuf.

  • 29 Le Progrès de Rouen, 30 avril 1870. Le comité d’Oissel évoque également la décentralisation, la dim (...)

28Celui d’Oissel était dirigé par de petits filateurs : la réunion du 29 avril (500 personnes) vota un appel en faveur du non ; la constitution conservait au chef de l’Etat les droits et les prérogatives les plus redoutables, « comme de faire des traités de commerce bâclés en quelques heures, sans examen préalable ni ménagements pour d’immenses et respectables intérêts et dont les effets ont été si funestes à l’industrie française et particulièrement à l’industrie cotonnière... ». Le vote négatif serait le moyen le plus sûr d’obtenir des réformes et d’éviter par cela même une Révolution29.

  • 30 Journal de Rouen, 2 mai 1870.

29A Darnétal, un comité fut nommé le 1er mai au cours d’une réunion privée (650 présents) pour la propagande démocratique et la distribution de bulletins négatifs : Vaughan, qui présidait, présenta le non comme la condamnation sans appel du régime30. Le 2 mai, Noiret donna lecture d’un article où il passait en revue toute la politique de l’Empire : les impôts, le coût de la vie, le gaspillage des finances, la loi de sûreté générale, la crise économique, la guerre de Crimée, les expéditions coloniales ; « Quels sont ceux qui s’acharnent à la défense (de l’Empire) ?... ce sont ceux qui veulent perpétuer l’ignorance et la servitude, en même temps que la ruine et la honte des populations travailleuses ; enfin, ce sont les cagots, les financiers, les exploiteurs sans pitié, sans entrailles... Au despotisme armé du glaive impérial, il faut répondre Non.

  • 31 Le Progrès de Rouen, 3 mai. Noiret, qui s’adresse surtout aux ouvriers, attaque les soutiens de l’E (...)

30Non ! Non ! toujours aux auteurs et aux complices en participation de la servitude et de la misère du peuple »31.

  • 32 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. C.c. police d’Elbeuf, 27 avril 1870.

31La population elbeuvienne avait d’abord paru rester indifférente. Le commissaire central écrivait le 27 avril : « La question du plébiscite n’agite pas encore profondément les esprits ; on ne parle pas de réunions publiques. L’opposition ne compte pas un orateur qui soit en état de discuter et de faire comprendre cette question plébiscitaire »... Il ajoutait, ce qui révèle la nature des rapports entre patrons et ouvriers à Elbeuf : « On a eu l’intention de former un comité de propagande choisi surtout dans l’industrie et le haut commerce ; je ne partage pas cet avis... Nos ouvriers n’ont encore adopté aucun parti à cet égard et ils se tiennent très calmes. Il y aurait lieu de craindre, à mon avis, que l’institution d’un comité ne fût considérée par les ouvriers comme une provocation et, dans ce cas, une vive agitation se produirait nécessairement ; des centres d’action se formeraient pour combattre les tendances des patrons... ». Le commissaire conseillait de préparer les bases d’un tel comité, « sauf à ne manifester ouvertement son existence que dans le cas où l’opposition commencerait les hostilités... »32.

  • 33 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t. I, p. 77.
  • 34 Le Progrès de Rouen, 25 avril. Membres du comité : Couronné, Fortin Martial, Hareng Armand, Fossard (...)
  • 35 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. C.c. police d’Elbeuf, 28 avril 1870.
    Le comité antiplébiscitaire (...)
  • 36 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 30 avril 1870.
  • 37 Le Progrès de Rouen, 4 mai 1870.

32Le Cercle elbeuvien, dès le 13 avril, avait décidé de s’entretenir de la question du plébiscite avec la Fédération rouennaise pour déterminer quelle serait l’attitude des socialistes elbeuviens33 ; il n’hésita pas à se séparer du comité fédéral en constituant le 24 avril sous la présidence de Régnier, un comité antiplébiscitaire comprenant des membres de la corporation des fileurs de laine et des tisserands parmi lesquels Fossard34. Le commissaire central considérait qu’il ne s’agissait pas là d’une initiative bien redoutable35. Cependant, le 30 avril, une première réunion regroupait 2 000 personnes ; aux ouvriers socialistes s’étaient joints tous les meneurs de l’opposition démocratique36 ; le lendemain, seconde réunion à Saint-Aubin-Jouxte-Boulleng : 3 000 ouvriers viennent écouter Tolain ; le 2 mai à Elbeuf, Régnier et Diot engagent leurs 1 800 auditeurs à voter non ; Tolain dénonce ensuite l’agiotage, les monopoles des grands établissements industriels, les sociétés financières...37.

  • 38 Le Nouvelliste de Rouen, 3 mai 1870 : « Nous ignorons encore quel est le caractère de son arrestati (...)
  • 39 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t. I, p. 311-312.
    Le conseil génér (...)

33Les réunions publiques se terminèrent le 2 mai ; le 3 mai, les journaux de Rouen annoncèrent brièvement l’arrestation du secrétaire de la Fédération ouvrière38. Cette mesure était liée aux poursuites générales qu’Emile Ollivier avait engagées dans toute la France contre l’Association Internationale des travailleurs, accusée d’avoir participé à l’organisation d’un complot contre la vie de l’Empereur, le 30 avril39.

34Les ordres d’Emile Ollivier aux procureurs généraux concernaient tous les adhérents de l’Internationale : « Si cette société a des ramifications parmi vous, arrêtez les affiliés ». L’A. I. T. était poursuivie comme association illicite et société secrète. Le procureur de Rouen télégraphia à Paris le 1er mai : « Il y a à Rouen l’un des principaux membres de l’Internationale en France. Faut-il l’arrêter sous l’inculpation de société secrète ou d’affiliation au complot ? ».

  • 40 Papiers et correspondance de la famille impériale - Paris, Imp. nationale, p. 326. Journal d’Elbeuf(...)

35« - Arrêtez-le de suite, mais seulement sous l’inculpation d’association non autorisée, puis nous verrons d’après les pièces trouvées à Rouen ou ailleurs, s’il convient d’ajouter d’autres qualifications » (Emile Ollivier)40.

  • 41 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Ministre de l’Intérieur, 3 mai 1870.

36Des mesures analogues avaient été prises à Paris, Lyon, Marseille, Brest, Cannes, Neuville-sur-Saône, Saint-Etienne, Le Creusot, Dijon... A SaintQuentin des manifestants essayèrent de délivrer le tisseur Sauvageot ; 25 gardes nationaux et plusieurs gendarmes furent blessés ; aussi le ministre mit-il en garde le préfet de la Seine-Inférieure contre les projets du parti révolutionnaire41.

  • 42 Ibid. Préfet, 2 et 3 mai 1870.
  • 43 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 4 mai 1870 ; le commissaire central estimait qu’un poste de 15 à 20 hom (...)

37Le préfet adressa une réponse rassurante : « L’arrestation d’Aubry n’a produit aucune émotion appréciable parmi ses adhérents », il estimait même que la mesure produirait une impression favorable sur l’esprit public « en ce sens qu’elle donnerait une preuve de la ferme résolution de l’autorité de maintenir l’ordre et de sauvegarder les intérêts du pays audacieusement menacés par la Révolution »42. Le commissaire d’Elbeuf ne se faisait pas d’illusions sur les sentiments qui agitaient le parti socialiste : « Ce groupe qui a formé le comité antiplébiscitaire serait assez disposé à recourir à la violence bien qu’il ait déclaré à plusieurs reprises, par la voix de son président dans les réunions publiques, qu’il était ennemi de tout désordre ; mais il faudrait pour cela que le vote du 8 mai fût bien déplorable » ; la majorité des ouvriers avides de tranquillité refuseraient de participer à un mouvement43.

  • 44 La Réforme sociale, 15 mai 1870. Protestation de la Fédération ouvrière de Rouen. « Aux travailleur (...)

38La Fédération ouvrière se borna à publier des protestations : d’abord celle de 91 membres des corporations qui rappelait que le Cercle d’études économiques ne pouvait être une société illicite44 ; « M. le garde des sceaux paraît ignorer que M. Ollivier, député, conseillait, il y a deux ans, aux membres de la Fédération ouvrière de réclamer hautement leurs droits, ce qu’il se sont empressés de faire, avec l’assentiment de l’autorité locale ».

  • 45 La Réforme sociale, 15 mai 1870. Lettre de Paule Mink, 5 mai 1870.

39Paule Mink envoya une lettre aux journaux démocratiques de Paris pour exprimer son étonnement et son indignation : « Emile Aubry est un paisible et bon père de famille, un homme actif, intelligent, d’une honnêteté et d’un dévouement à toute épreuve... Il fallait un prétexte pour entraver à tout prix le mouvement de sublime fraternité qui se faisait d’un bout de la France à l’autre ; toute union est un danger pour le despotisme et ils ont eu peur, nos tyranneaux plus ou moins grands et officiels... »45.

  • 46 Journal d’Elbeuf, 5 mai 1870. Le comité était présidé par le député Quesné ; en faisaient partie Ba (...)
  • 47 Le Nouvelliste de Rouen, 4 mai 1870. Le Nouvelliste publiait des extraits d’une décision du congrès (...)
  • 48 Parfois même, l’opposition soupçonna une provocation policière. Voir Journal d’Elbeuf (5 mai 1870) (...)

40La découverte du complot fut largement exploitée par la presse gouvernementale. A Elbeuf, un comité plébiscitaire de 16 membres, presque tous manufacturiers, sortit enfin de l’ombre46 : « Pas de vote non, pas d’abstention, pas de bulletin blanc, ce serait voter pour la révolution qui prélude en ce moment à ses desseins sinistres par des complots dont le but est l’assassinat, pour la révolution dans les flots sanglants de laquelle la liberté de notre pays a déjà sombré deux fois ». Le Nouvelliste entreprit de faire connaître à ses lecteurs les buts que se proposaient les membres de « la vaste association communiste internationale » dans laquelle se trouvait englobée l’Europe tout entière, afin de montrer à ceux qui voteraient non, s’abstiendraient ou déposeraient un bulletin blanc combien ils s’illusionnaient sur la signification de leur vote47. L’opposition, par contre, accueillit avec scepticisme toutes les informations concernant le complot et dénonça une manœuvre électorale48.

  • 49 Le Progrès de Rouen, 8 mai 1870.
  • 50 Le Progrès de Rouen, 7 mai 1870. Lettre de Malétra dans le Journal d’Elbeuf, 5 mai 1870. La révolut (...)

41Dans son dernier appel aux maires, le préfet exprima le souhait que « la libre, indépendante et loyale manifestation de la volonté nationale assurerait l’intime alliance de l’ordre et de la liberté ; elle prouverait une fois de plus que suivant une belle parole, les masses sont persistantes dans leur foi et dans leur affection »49. Si dans les campagnes une large majorité paraissait assurée au oui, dans quelle mesure les ouvriers qui avaient voté pour l’Empire en 1851 et 1852 rejoindraient-ils cette fois l’opposition ? C’est vers eux que s’exercèrent les derniers efforts de la propagande plébiscitaire ; le complot était le prélude d’une révolution : « que deviendra la classe ouvrière si le travail s’arrête brusquement ? » demandait l’industriel Malétra50.

42De son côté, le comité antiplébiscitaire convoqua une réunion privée le 7 mai chez d’Argis, île Lacroix : 300 personnes avaient été invitées dont les trois quarts d’ouvriers, probablement des militants électoraux.

  • 51 Le Progrès de Rouen, 9 mai 1870 : « Les grandes mesures militaires prises par l’autorité, la compag (...)

43Le scrutin se déroula à Rouen dans le plus grand calme51.

Plébiscite du 8 Mai 1870

Plébiscite du 8 Mai 1870

44Le nombre des votants fut plus élevé qu’aux élections au Corps législatif de 1869 ; 14 % d’abstentions à Rouen, au lieu de 19 % en 1869, 30 % dans le canton d’Elbeuf (35 % en 1869).

45A Rouen, les non dépassent de peu les oui : 48 % contre 47 % et 3 % de bulletins blancs ou nuls ; dans les cantons industriels, le non l’emporte seulement à Grand-Couronne (52 %) grâce aux votes d’Oissel (60 %), SaintEtienne-du-Rouvray (59 %) et Sotteville (70 %) ; dans le canton d’Elbeuf 50 % de oui, 47 % de non (48 % à Elbeuf, 61 % à Caudebec-lès-Elbeuf) ; dans le canton de Marornme 50 % de oui et 47 % de non (55 % à Déville, 61 % au Houlme, 63 % à Notre-Darne-de-Bondeville, 70 % à Marornme).

46Dans les autres cantons, les oui sont nettement majoritaires, sauf dans quelques communes industrielles (Darnétal, 57 % de non, Saint-Léger-du-Bourg-Denis, 58 %, Pavilly, 56 %).

  • 52 Déville fait exception : 693 voix pour l’opposition en 1869 (75 % des votants), 594 non, seulement, (...)
  • 53 Le Progrès de Rouen, 18 mai 1870. Dans l’arrondissement de Rouen, pour les communes de plus de 500 (...)

47Il est surtout intéressant de comparer ces résultats à ceux des élections de 1869. Dans la plupart des cantons de l’arrondissement on constate un recul plus ou moins important des non par rapport aux pourcentages obtenus par les candidats de l’opposition. A Rouen, la différence est faible, 48 % contre 51 % ; 47 % de oui contre 46 % de voix à Pouyer-Quertier ; l’écart n’est guère sensible d’un canton à l’autre, les oui diminuant de 1 à 2 % dans les 1er et 2e cantons et augmenant de 2 à 3 % dans les 3e, 4e et 6e cantons. En banlieue, les écarts sont plus importants : les non perdent 6 % à Elbeuf, 8 % à Grand-Couronne et à Pavilly, 15 % à Marornme et à Darnétal, mais on constate que dans ces cantons, le recul est dû aux localités rurales ; il est beaucoup plus faible dans les communes industrielles ; 4 % à Elbeuf et Caudebec-lès-Elbeuf, 5 % à Oissel,6 % à Sotteville et Saint-Etienne-du-Rouvray, 2 % à Notre-Dame-de-Bondeville, 3 % à Maromme et à Malaunay52. On peut donc estimer que contrairement à ce qui s’était passé en 1851 et 1852, la plupart des ouvriers qui avaient voté pour l’opposition à l’élection du Corps législatif ont continué à le faire au plébiscite. La révélation du brutal écroulement du bonapartisme ouvrier a surpris même les radicaux : « Telle est l’intensité du mouvement démocratique... dans l’arrondissement de Rouen, écrivait le Progrès, que malgré cette réputation de calme et de sapience qui, pour nos hommes d’Etat n’était que le synonyme de réaction, une grande majorité des électeurs s’est ouvertement déclarée dans les grands centres urbains, contraire à tout ce qui s’est passé depuis le 2 décembre 1851 »53.

48Comment a été suivie la recommandation de voter blanc formulée par la Fédération ouvrière et le Courrier de Rouen ?

49Le nombre des bulletins blancs et nuls est plus élevé qu’aux élections de 1869, mais reste cependant très faible, 1 à 2 % dans la plupart des cantons ; à Darnétal il dépasse 2 %, à Rouen 4 % dans le 1er, le 3e et le 5e canton, 5 % dans le 6e. Cette répartition géographique permet de conclure que le bulletin blanc a trouvé moins de partisans dans les cantons ouvriers que dans les quartiers bourgeois ; il provient plutôt d’orléanistes ou de légitimistes que de membres de l’Internationale. Les résultats de la commune de Darnétal sont particulièrement significatifs ; Aubry y avait obtenu son meilleur résultat en 1869 ; 412 voix contre 387 à Pouyer-Quertier et 541 à Desseaux ; en 1870 on compte 539 oui et 828 non ; les oui dépassent largement le chiffre des voix obtenu par Pouyer-Quertier ; il s’agit probablement d’un glissement de suffrages d’électeurs libéraux ; les 75 bulletins blancs ou nuls sont à rapprocher des 412 voix d’Aubry au 1er tour et 64 au 2e tour, 5 % des votants contre 30 % les 23 et 24 mai 1869 ; mais à Darnétal, Vaughan avait fait campagne pour le non.

  • 54 Par contre, dans le pays de Caux, sous l’influence de notables légitimistes, le chiffre des non dép (...)

50On ne peut guère s’étonner de ce faible pourcentage. Les partisans du bulletin blanc avaient essayé de le justifier en ne considérant que le problème constitutionnel ; or c’est toute la politique de l’Empire qui a été mise en cause dans la presse de Rouen et les réunions publiques ; dans ces conditions, il était normal que la plupart des électeurs, quand ils le pouvaient, fissent un choix analogue aux élections de 1869 et au plébiscite54.

LES POURSUITES CONTRE L’A. I. T.

  • 55 Journal de Rouen, 8 mai 1870 ; le Progrès de Rouen, 9 mai.
  • 56 La Réforme sociale. 22 mai 1870. Voir La Réforme sociale. 21 février 1870. Attaque contre « les sic (...)
  • 57 Ibid., 29 mai 1870.

51Aubry, arrêté le 2 mai, fut libéré le 14 ; il adressa des remerciements aux membres de la Fédération qui avaient rédigé une protestation, aux journaux (Progrès de Rouen, Journal de Rouen) qui l’avaient publiée55 ; il rappela qu’il avait dénoncé depuis longtemps la Branche française fédérale de Londres « qui avait toujours cherché à compromettre l’A. I. T., soit en la calomniant, soit en l’entraînant à participer à des complots qui aboutissaient toujours à des déceptions »56 ; il tenait à réaffirmer son appartenance à l’Internationale qui luttait en Europe contre tous les despotismes : « Noble et vaillante association, compte-moi toujours au nombre des soldats ; la persécution dont tu es l’objet augmente le nombre de tes adeptes et assure ton triomphe... »57.

  • 58 Le Progrès de Rouen, 19 mai 1870. Lettre de Régnier, 17 mai 1870.
    Ibid., 22 mai 1870. Lettre de Régn (...)

52Des perquisitions avaient été opérées au Cercle ouvrier elbeuvien, siège du comité antiplébiscitaire ; différents papiers et journaux avaient été saisis, ainsi que les statuts de la corporation des tisseurs, alors en voie de formation ; les recherches, selon Régnier, n’avaient peut-être pas apporté tout ce que pouvait espérer le procureur impérial « qui nous l’espérons, ne trouvera pas dans les quelques papiers... la moindre trace du trop fameux complot... »58. Au domicile de Piéton, la police enleva des lettres, des imprimés et quelques brochures « Si c’est là le commencement de l’Empire libéral, remarqua-t-il, je laisse aux patriotes le soin de deviner l’avenir... ».

53Aubry, Piéton, Régnier et les autres représentants de l’Internationale ne devaient passer en jugement qu’en septembre, mais auparavant la Fédération rouennaise fut victime d’autres tracasseries.

  • 59 La Réforme sociale, 26 juin 1870.
  • 60 Ibid., 3 juillet. Congrès national ; protestation de la Fédération rouennaise adressée aux journaux (...)
  • 61 Il s’agit de la correspondance reproduite dans le Nouvelliste de Rouen (24 juin) d’après la Gazette (...)
  • 62 La Réforme sociale, 3 juillet 1870 : « La discussion orale eût produit sur l’intelligence des class (...)

54D’abord, le congrès national, dans lequel Aubry mettait tant d’espoir et qui devait s’ouvrir le 27 juin, fut interdit le 20 juin (59 ; la semaine précédente, une demande verbale d’autorisation avait été présentée à la préfecture qui avait seulement prescrit aux organisateurs de se conformer aux formalités exigées par la loi sur les réunions publiques s’occupant exclusivement d’économie sociale. Le 20 juin, le préfet déclara qu’il avait reçu l’ordre formel d’interdire le congrès, éventuellement par la force ; il n’avait pas l’intention d’empêcher les réunions de la Fédération ouvrière puisqu’il avait autorisé l’assemblée générale du 19 juin ; mais, en présence des procès de l’Internationale, l’administration avait décidé d’agir « dans la crainte que des étrangers ne vinssent compromettre le mouvement »60. En réalité, il ne s’agissait pas de prévenir une simple manifestation de protestation, mais surtout l’unification du mouvement ouvrier français et la création d’une fédération nationale. Aubry adressa donc une nouvelle protestation aux journaux parisiens s’indignant particulièrement que cette mesure fût encore prise par Emile Ollivier, ancien rapporteur de la loi sur les coalitions, qui deux ans auparavant, avait encouragé le Cercle d’études économiques à constituer des corporations. Comment poursuivre l’Internationale comme société secrète, alors que depuis quatre ans, elle propageait ses idées au grand jour ? La Fédération rouennaise n’avait-elle pas rendu publique la correspondance de Varlin et d’Aubry qui était essentiellement consacrée aux manifestations de solidarité à l’occasion de la grève des fileurs de laine d’Elbeuf et de Darnétal, mais ne contenait aucune incitation à une action révolutionnaire ?61. Devant cette interdiction, la Fédération décidait de publier dans la Réforme sociale les mémoires qui lui avaient été adressés et d’en discuter le programme. Même si le projet avait pu aboutir, il n’aurait pas eu la même portée que le congrès ni pour la Fédération rouennaise, ni pour le mouvement national62.

  • 63 A. N., BB 30 390. Procureur général, juin 1870 : « L’interdiction du congrès... qui devait avoir li (...)

55Selon le procureur général, l’interdiction portait à la Fédération un coup dont elle aurait peine à se relever63.

  • 64 La Réforme sociale, 1er mai 1870. « Faits et gestes du monopole, communication elbeuvienne (Elbeuf, (...)
  • 65 Ibid., 24 juillet 1870.
  • 66 A. D. S-M., U, Tribunal correctionnel de Rouen. Affaire de partie à partie. Gosselin, filateur à Ca (...)

56La Réforme sociale, à son tour, connut des difficultés. Le 1er mai, dans la rubrique Faits et gestes du monopole paraissait une communication elbeuvienne de Piéton : un filateur de Caudebec-lès-Elbeuf, M. G. (Gosselin), était accusé d’avoir procédé à une retenue abusive sur le salaire d’un ouvrier employé à divers travaux pendant que son métier était en réparation ; l’industriel était classé parmi « ces messieurs qui cherchent à se faire passer pour les pourvoyeurs de l’humanité alors qu’ils n’en sont que la vermine... ». Aubry concluait : « J’appelle un chat, un chat et M. G. un f... »64. Le 14 juillet, Aubry, Piéton et le fileur Lescuyer comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Rouen pour diffamation. Le procureur, après avoir considéré que l’auteur indirect de la lettre avait agi sans discernement, aurait demandé en revanche au tribunal de se montrer impitoyable pour Piéton et Aubry, « qui propagent des idées subversives et excitent les ouvriers contre les patrons » ; Aubry avait voulu dénoncer à la vindicte des ouvriers un honorable manufacturier qui, en cas de troubles, en deviendrait la première victime. Au-delà de l’affaire elle-même, c’est la Réforme sociale qui était visée. « La partie plaignante n’aurait pu nier qu’elle avait cédé aux sollicitations du parquet qui désirait poursuivre l’organe qui, seul en France, défend le prolétariat »65. Le 21 juillet, de lourdes condamnations furent prononcées : Aubry, 20 jours de prison et 100 F d’amende, Piéton, 15 jours et 25 F ; plus les frais d’insertion dans trois journaux de l’arrondissement66.

  • 67 La Réforme sociale, 31 juillet 1870. Faits et gestes du monopole.
  • 68 La Réforme sociale, 31 juillet 1870.
  • 69 A. D. S-M., U, Police correctionnelle. Affaires du ministère public, 10 et 11 août 1870. En particu (...)
  • 70 Journal de Rouen, 12 août 1870.

57Regrettant la trop grande confiance dont elle avait fait preuve, la Réforme sociale annonça que, désormais, la commission de rédaction agirait avec plus de circonspection ; elle ne dénoncerait les abus que sous une forme générale sans citer le nom des victimes ni des spoliateurs à moins que l’exactitude du fait signalé ne soit garantie par les signatures des membres du comité auquel appartient la victime67. Mais Aubry se permit de commenter le jugement, invoquant l’article 463 du Code pénal : il remarquait que les circonstances atténuantes ne leur avaient pas été accordées, alors qu’ils n’avaient jamais comparu devant un tribunal et que la préméditation n’avait pas été retenue ; « C’est donc un procès de tendance qui nous a été fait ; nous l’acceptons et nous nous enorgueillissons de voir notre propagande l’objet des préoccupations de MM. du parquet. Cela prouve aux incrédules que nos idées ne sont point des utopies puisqu’on leur fait l’honneur de les prendre au sérieux... »68. Aubry comparut à nouveau le 10 août devant le tribunal correctionnel de Rouen, prévenu d’avoir donné le 24 juillet le compte rendu d’un procès dirigé contre lui pour un délit de diffamation « avec une circonstance aggravante que ledit compte rendu était infidèle et rédigé de la mauvaise foi la plus insigne...)69 ; il fut cette fois condamné à 1.000 F d’amende (11 août 1870170.

58La Réforme sociale, nous l’avons vu, se trouvait déjà dans une situation financière difficile ; les mesures envisagées pour la sauver ne purent être appliquées à cause des poursuites engagées contre l’A. I. T. dans plusieurs villes ; les condamnations aggravèrent le déficit et lorsque la préfecture réclama le cautionnement de 12.500 F, le journal dut cesser de paraître (31 juillet 1870).

  • 71 TESTUT (Oscar) – L’Internationale et le Jacobinisme, op. cit., p. 313-333 ; pièces U, jugements pro (...)
  • 72 L’article 291 du Code pénal soumettait à l’autorisation les associations de plus de 20 personnes ; (...)

59Cependant, l’instruction concernant l’affaire de mai se poursuivait plus ou moins rapidement selon les ressorts ; le jugement du tribunal correctionnel de Saint-Quentin fut rendu le 21 mai, celui du tribunal de Paris le 8 juillet, celui de Brest le 23 juillet71. Le procès des membres rouennais de l’A. I. T., d’abord fixé au 10 août, fut renvoyé au 23, puis au 25 et finalement au 30. Cinq membres du comité fédéral étaient poursuivis : Aubry Emile, 41 ans, imprimeur lithographe à Rouen ; Creusot Jean, 44 ans fileur à Sotteville ; Piéton Eugène, 32 ans, tisseur à Elbeuf ; Régnier Arnoux, 53 ans, tisserand à Elbeuf ; Jullien Pierre, 49 ans, épicier à Darnétal, prévenus de constitution d’association non autorisée. Jugés par défaut, ils furent déclarés coupables d’avoir, dans l’arrondissement, depuis moins de trois ans, fait partie de l’association dite Cercle d’études économiques de Rouen et de celle dite l’Internationale des Travailleurs qui se composent chacune de plus de vingt personnes et qui n’ont pas été autorisées, délits prévus par l’article 291 du Code pénal, les articles 1 et 2 de la loi du 10 avril 1 83472.

60Dans ses attendus, le tribunal prétendait établir :

    • 73 Cette correspondance avait été en partie utilisée également dans le procès de Paris.

    d’après des extraits de lettres de Dupont, Varlin, Amouroux, Robert (de La-Chaux-de-Fonds)73 que les affiliés de l’A. I.T. et du Cercle d’études économiques poursuivaient la ruine de nos institutions politiques et la destruction même de la société ; les prévenus ne pouvaient l’ignorer, puisque trois d’entre eux avaient assisté au congrès de Bâle, qui avait voté une résolution en faveur de la propriété collective.

  1. autorisation n’avait été accordée à l’A. I.T. ou au Cercle d’études économiques. A l’époque où Aubry avait déposé à la préfecture les statuts du Cercle et ceux de l’A. I. T., les résolutions sur la propriété foncière n’avaient pas encore été votées. « Si l’administration n’a pas immédiatement dénoncé ces associations à la justice, c’est que les affiliés avaient su dissimuler leurs menées en masquant leurs doctrines subversives ».

  • 74 A. D. S-M., M, Cercles. Lettre d’Aubry au préfet, 20 février 1869.
    Lorsque Aubry dépose les statuts (...)

61Dans ces attendus, les magistrats ont montré leur embarras ; l’association qu’ils jugeaient n’avait pas caché ses objectifs depuis 1867. Pouvait-on dire que la bonne foi du préfet était trompée lorsqu’il accordait sa tolérance au Cercle d’études économiques ? C’est lui-même qui avait conseillé à ses dirigeants de supprimer les références à l’A. I. T.74. La propriété collective n’aurait été étudiée qu’au congrès de Bâle ? Nouvelle inexactitude ; il en avait été question à Bruxelles en 1868. Aubry l’avait d’ailleurs approuvée, alors qu’à Bâle, les trois délégués de Rouen s’étaient tenus à l’écart des collectivistes. Les dirigeants rouennais n’étaient donc pas poursuivis pour leurs propres activités, mais pour celles de l’A. I. T. dans son ensemble, du Conseil général, des congrès et des autres fédérations.

  • 75 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme, op. cit., t. I, P 112 ; t. II, p. 85 ; les con (...)

62Aubry n’en fut pas moins condamné à six mois de prison et 500 F d’amende ; Piéton, Régnier, Creusot et Jullien à trois mois et 100 F d’amende ; mais ils ne subirent pas leur peine, car ils bénéficièrent de l’amnistie après le 4 septembre75.

  • 76 La Réforme sociale, 10 juillet 1870. Bulletin du mouvement social, congrès ouvrier.
    Fédération ouvri (...)
  • 77 La Réforme sociale, 17 juillet 1870.
  • 78 Ibid., 3 juillet 1870.

63Cette condamnation semblait être aussi celle de la méthode choisie par Aubry de rester constamment en règle avec la loi en sollicitant toutes les autorisations nécessaires. Quelles furent les conséquences de ces poursuites sur le développement de l’A. I. T. ? Aubry en nia l’efficacité : « L’heure de l’affranchissement du travail est arrivée et le temps est passé où l’incarcération de quelques rares défenseurs suffisait pour jeter la panique dans le monde des opprimés ; au contraire, la persécution de nos jours accélère la chute de la vieille société et ce qui se serait fait en quelques années va s’accomplir en quelques mois »76. Paule Mink affirme que les arrestations et les procès ont fait la meilleure publicité à l’Internationale : « vous voyez que nous pourrions voter une adresse de remerciements à nos persécuteurs... »77. A l’assemblée générale du 19 juin, Aubry assure que, loin d’arrêter la « marche des travailleurs » les derniers événements auraient produit l’effet contraire et le nombre des adhérents aurait augmenté78. Cependant, à plusieurs reprises, des comités de corporations signalent les difficultés qu’ils rencontrent dans le paiement des cotisations. D’après les papiers saisis au cours des perquisitions de mai 1870, le chiffre des adhérents est estimé à 1 200, dépassant à peine celui de la fin de 1869 (1 100), après l’apparition de nouveaux groupements.

  • 79 Ibid., 17 juillet 1870.
    Allusion au lock-out du bâtiment à Genève.

64Malgré l’échec du respect de la légalité, Aubry continue à rester hostile à une révolution politique. L’instruction des procès aurait fait connaître au public que l’Internationale ne poursuivait qu’un but : l’affranchissement des travailleurs, sans prêter la main aux différentes coteries politiques : « Pas de cadavres dans les rues pour servir de piédestal aux politiquants, nous ne nous lèverons que, si l’on voulait porter atteinte à nos droits ; en cela, nous ferions comme nos amis de Genève qui, dans ce moment peut-être, versent leur sang pour le maintien de leurs libertés ». Cette dernière menace apparaît comme l’indice d’une certaine évolution79.

LES ELECTIONS DE JUIN ET AOUT 1870

65Les élections au conseil général de juin 1870 suivies par les élections municipales d’août permettent de constater un changement dans les rapports entre la Fédération ouvrière et les républicains.

Les élections au conseil général (11 et 12 juin, 18 et 19 juin 1870)

  • 80 Le Progrès de Rouen, 7 avril 1870 : « Mon drapeau est celui du Progrès de Rouen ».
  • 81 Journal de Rouen, 12 avril 1870 : « Le comité désirait un candidat qui eût donné des gages à la dém (...)
  • 82 A. D. S-M., M, Elections du conseil général, Rouen.
  • 83 Journal de Rouen, 21 avril : « Ceux d’entre vous qui ont voté pour M. Desseaux doivent voter pour l (...)
  • 84 Michel Durand, entrepreneur, avait été candidat du Comité central républicain aux élections législa (...)
  • 85 Le Nouvelliste de Rouen, 24 avril 1870.
  • 86 Ibid., 23 avril 1870.
  • 87 Il convient de noter le fort pourcentage de participation pour une élection partielle au conseil gé (...)

66Dans le 6e canton, à la suite du décès de Bazille, une élection partielle avait eu lieu les 23 et 24 avril. En 1864, sur 3 026 inscrits et 1 524 votants, Bazille avait été élu avec 825 voix contre 527 au démocrate Cord’homme. Le Progrès de Rouen annonça d’abord la candidature de d’Argis80, mais celui-ci se retira dès qu’il apprit que le comité de l’Union démocratique et libérale s’était prononcé pour Cord’homme81 « un de ses amis politiques » ; celui-ci rappela dans sa circulaire qu’il était sur la brèche depuis plus de vingt ans et que ses principes n’avaient pas varié : « Ce sont ceux qui ont été proclamés le 24 février et anéantis dans la nuit néfaste du 2 Décembre »82 ; il s’élevait contre les monstrueux budgets gouvernementaux et départementaux « qui avaient surtout servi à élever des palais, des églises et des casernes »83. Le Nouvelliste de Rouen, qui soutenait Michel Durand84, libéral et indépendant, chercha à diviser les républicains en rappelant que celui-ci avait été à plusieurs reprises le candidat du Journal de Rouen qui maintenant « le jetait par-dessus bord. Le Progrès de Rouen donne la note radicale et le Journal de Rouen se met au diapason »...85. « Etant donné que M. Durand passe pour tiède aux yeux des irréconciliables, il nous semble que tous ceux qui professent des idées d’ordre, de liberté et de sage progrès doivent se rallier à sa candidature »86. Les résultats confirmèrent la poussée démocratique dans le 6e canton, puisque Cord’homme fut élu dès le premier tour à une forte majorité : sur 3 447 inscrits, 2 232 votants, il obtenait 1 388 voix contre 833 à Durand87.

  • 88 A. N., BB 18 1754 B. Procureur général, 29 avril 1870 : « Le résultat n’a pas été bon... M. Cord’ho (...)
  • 89 Waddington (Richard), 1838-1913. Frère de William, le futur président du conseil ; filateur à Saint (...)

67Ce succès incontestable88 incita l’Union démocratique et libérale à désigner des candidats dans presque tous les cantons de la région rouennaise au renouvellement de juin 1870. Pour le conseil général, il s’agissait de démocrates : Leplieux, « un des trois anabaptistes », dans le 4e canton ; Duvivier, dans le 3e ; Manchon à Elbeuf et Lieury à Darnétal ; pour le conseil d’arrondissement, plutôt des libéraux - Waddington89 (1er canton), Germonière (3e canton), Hardy (4e canton), Dubosc (5e canton) - à l’exception du démocrate Berthelot (6e canton).

  • 90 La Réforme sociale, 12 juin 1870.

68La Fédération rouennaise résolut d’abord de présenter ses propres candidats ouvriers à Rouen : pour inviter les électeurs démocrates socialistes à protester contre « l’omnipotence des candidatures exclusivement politiques présentées par le comité bourgeois dit Union démocratique et libérale, qui n’avait pas daigné consulter les ouvriers » ; le comité n’espérait pas voir son appel entendu de tous les intéressés, il reconnaissait que « malheureusement pour une trop grande partie, (ils restaient) trop pénétrés des préjugés d’une politique qui ne leur a donné jusqu’alors que déception, misère et ignorance... ». Mais il lui semblait nécessaire de prouver aux adversaires qu’il persévérait dans son intention de conquérir l’affranchissement des travailleurs par des moyens pacifiques. Finalement le projet avait été abandonné, afin de réserver les ressources de la Fédération pour le congrès national du 27 juin et la préparation des élections municipales du mois d’août beaucoup plus importantes. Dans ces circonstances puisque la majorité des candidats ne parlait aucunement de vouloir supprimer les privilèges économiques, le comité invitait les électeurs ouvriers à protester en déposant un bulletin blanc dans l’urne90.

Elections au Conseil Général (juin 1870)

Elections au Conseil Général (juin 1870)
  • 91 Au premier tour, un candidat indépendant obtint 474 voix.

Note 9191

  • 92 A Elbeuf : inscrits, 12 514 ; votants, 6 233.
    Moreau-Turgis, candidat de la Prospérité, 3 289.
    Papavo (...)

Conseil d’arrondissement (juin 1 870)92

Conseil d’arrondissement (juin 1 870)92
  • 93 Dutuit, conseiller sortant, fut soutenu par les deux comités.
  • 94 Lafond fut déclaré élu au bénéfice de l’âge.

Note 9393
Note 9494

  • 95 A. D. S-M., M, Elections au conseil d’arrondissement, Rouen. « Cord’homme, Leplieux... et Berthelot (...)

69Dans le 4e canton, pourtant ouvrier, Vaucquier du Traversain l’emporta dès le 1er tour sur Leplieux, car certains électeurs libéraux ont peut-être été inquiétés par le radicalisme de Leplieux95 ; mais, dans le 3e canton, à cause de la présence d’un candidat indépendant, l’avocat général Raoul-Duval ne fut élu qu’au second tour de scrutin.

  • 96 A. D. S-M., M, Renouvellement triennal au conseil général. Préfet, 2 et 7 juin 1870 : « M. Lieury j (...)
  • 97 Le Progrès de Rouen, 8 juin 1870. Aux électeurs du canton de Darnétal (Ch. Noiret).

70A Darnétal se représentait le conseiller sortant, le baron Le Painturier de Guillerville, élu en 1867 avec 2 006 voix contre 702 ; l’opposition songea d’abord à Ernest Vaughan, commis de fabrique, membre de l’Internationale, puis désigna Augustin Lieury, ancien avocat, conseiller municipal d’Elbeuf-sur-Andelle96. Pour lutter contre l’abstention, Charles Noiret lança dans le Progrès de Rouen, un appel en faveur de Lieury : « Nous sommes en démocratie et, avec le suffrage universel, il n’y a politiquement plus de coteries, plus de partis, plus de bourgeois ni de prolétaires, il n’y a plus que des citoyens ; et ceux qui veulent autre chose que le possible ont tort ; ils nuisent à la cause commune, ils servent sans le vouloir le despotisme, habile à saisir tout ce qui peut lui venir en aide... »97. Lieury, dont le programme était nettement démocratique - il réclamait l’instruction primaire gratuite et obligatoire, l’extension des libertés et la décentralisation - n’obtint que 741 voix contre 2 204 au baron de Guillerville.

  • 98 Frédéric Deschamps, conseiller général sortant, ne se représentait pas.
  • 99 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, Elbeuf, 10 juin 1870.
    Manchon, dans sa circulaire aux é (...)
  • 100 Les réunions publiques n’étaient pas autorisées pour les élections au conseil général.

71A Elbeuf, les électeurs devaient choisir entre deux personnalités fort connues98 ; le notaire Buée, maire d’Elbeuf depuis 1848, conseiller d’arrondissement et l’avocat Eugène Manchon, adversaire de Quesné, candidat officiel aux élections du Corps législatif. La campagne fut plus ardente que dans les autres cantons ; « On fait une terrible propagande depuis deux jours, constatait le commissaire central. M. Manchon se multiplie ; on le voit dans toutes les communes du canton ; il va de maison en maison »99. Le Cercle d’études économiques d’Elbeuf ne suivit pas à l’égard de la candidature démocratique l’exemple de Rouen : le 7 juin, le Progrès publia le compte rendu d’une réunion d’électeurs d’Elbeuf ; « Pénétrés de cette pensée que le drapeau de la démocratie doit s’affirmer dans le choix de ses candidats chaque fois que le pays est appelé à choisir ses mandataires100.

72« Habituer les électeurs à ne manifester leur foi politique dans l’exercice du suffrage universel que lorsque leur conscience est suffisamment éclairée sur la valeur et l’importance du mandat qu’ils vont confier à l’homme sur qui ils auront fixé leur choix, voilà la pensée qui a dirigé les électeurs qui se sont décidés de porter à votre connaissance la résolution unanime qu’ils ont prise.

  • 101 Le Progrès de Rouen, 7 juin 1870. Ont signé Régnier, Mangeot, Monfray, Leblond, Huard, Sulpice, God (...)

73« Nous comptons sur vous pour faire triompher notre candidat le jour du scrutin, en faisant comprendre à tous cette maxime : pas de devoir sans droits, pas de droits sans devoir ». Le manifeste de l’Union démocratique et libérale était signé101 de radicaux, mais aussi de membres elbeuviens de l’Internationale.

74Buée fut élu au 1er tour avec 3 550 voix, contre 2 436 à Manchon dont le pourcentage était inférieur à celui des élections de 1869, puisqu’il avait alors obtenu 53 % des voix dans le canton d’Elbeuf.

  • 102 A. D. S-M., M, Elections au conseil d’arrondissement, Rouen. Waddington, par exemple, s’engage à lu (...)
  • 103 Le Nouvelliste de Rouen, 11 juin 1870.
  • 104 A. D. S-M., M, Elections au conseil d’arrondissement ; Elbeuf, 2 juin 1870.
    A Elbeuf, il n’y eut pas (...)

75L’Union démocratique et libérale gagnait deux sièges au conseil d’arrondissement : 1er canton, Waddington ; 4e canton, Hardy. La plupart de ses candidats avaient insisté sur la défense des intérêts économiques régionaux et locaux et sur la décentralisation...102. Seul Berthelot, conseiller sortant du 6e canton, assura « qu’il tenait haut et ferme le drapeau de 1848 » ; les Amis de l’ordre lui opposèrent Auguste Morin constructeur mécanicien, ancien conseiller prud’homme ouvrier de 1859 à 1867, qui se déclarait « ouvrier », fils d’ouvrier lui-même »103. Cette qualité ne lui évita cependant pas une défaite, dans ce canton radical104.

76Comment l’appel de la Fédération ouvrière en faveur du bulletin blanc a-t-il été accueilli par les électeurs ? Le chiffre des bulletins blancs ou nuls est très faible dans les cantons ouvriers : 17 dans le 6e canton, 34 à Darnétal, 114 dans le 4e canton (mais probablement en partie ceux d’électeurs libéraux qui n’ont voulu voter ni pour un conservateur, ni pour un radical). L’échec était encore plus complet qu’à l’occasion du plébiscite.

Les élections municipales (6, 7, 13 et 14 août 1870)

  • 105 La Réforme sociale, 30 janvier 1870. « Déclaration ».
  • 106 La Réforme sociale, 12 juin 1870. Comité électoral de l’arrondissement de Rouen, 4 Juin 1870.
  • 107 Ibid., 10 juillet 1870. Elections municipales.

77La Fédération ouvrière attachait une importance particulière à ces élections. A Rouen, la municipalité élue en 1865 - 34 candidats de l’administration sur 36 ne comprenait que des représentants de la bourgeoisie, principalement des négociants, des membres des professions libérales, quelques propriétaires, deux anciens manufacturiers, aucun petit commerçant, ni artisan, ni ouvrier d’usine. Dès janvier 1870, la rédaction de la Réforme sociale annonça ue série d’articles sur le rôle des conseils municipaux et la manière d’administrer les communes « pour que satisfaction soit donnée à tous »105. Négligeant les élections au conseil général, le comité décida en juin d’élaborer une liste municipale, « dans le sens d’une représentation de toutes les classes de la cité »106. La Fédération semblait donc exclure le projet d’une liste ouvrière homogène. Aux congrès de Bruxelles et de Bâle, plusieurs délégués avaient insisté sur la place des collectivités locales dans la future organisation économique et sociale ; les tentatives pour détruire les corporations ouvrières rendaient immédiatement nécessaire « que le travail, prenne en main la direction des communes et proteste par son entrée dans le conseil municipal contre les tendances féodales du monopole qui seul depuis 89 tient les rênes du gouvernement des cités... »107.

  • 108 Ibid., 10 juillet 1870. Appel du comité électoral aux ouvriers de Rouen. Une réunion privée était é (...)

78Sous l’influence de la Fédération se constituèrent donc, des comités électoraux ouvriers à Rouen, Darnétal, Sotteville et Elbeuf. Celui de Rouen, demanda aux diverses professions de désigner des délégués à une réunion privée pour procéder au choix des candidats108.

  • 109 La Réforme sociale ne publie plus aucune information sur les élections dans ses derniers numéros de (...)

79Mais la guerre fit passer au second plan le renouvellement des conseils : la presse ne commença à s’en occuper sérieusement que dans les derniers jours de juillet109.

80Le Nouvelliste de Rouen accorda son appui au comité des Amis de l’ordre et de la liberté, qui retenait les noms de 12 conseillers sortants sur les 17 qui se représentaient : Nétien, Deschamps, Achille Flaubert, Vaucquier de Traversain... et désignait parmi ses nouveaux candidats le conseiller général Raoul-Duval.

  • 110 Journal de Rouen, 31 juillet 1871. « Pour l’élection au conseil municipal, tout en posant en princi (...)

81Le Comité libéral et démocratique chercha à maintenir l’union qui avait été réalisée aux diverses élections depuis 1863 entre les tendances de l’opposition de gauche. Sa liste soutenue par le Journal de Rouen, comprenait quelques radicaux (Cord’homme, le tailleur Dalleinne, Ramel...) une majorité de républicains libéraux : Brière, directeur du Journal de Rouen, Waddington, Hardy, conseiller d’arrondissement et aussi huit candidats sans convictions politiques bien définies, présentés également par les Amis de l’ordre (Deschamps, Nétien...)110.

  • 111 Journal de Rouen, 2 août 1870.

82La liste du Comité central démocratique (23 noms en commun avec la liste précédente) ne retenait que des républicains affirmés, parmi lesquels l’épicier Beaufour et Charles Noiret, rescapés de 1848, Eugène Viénot, Le Barbier, Percheval... ; elle faisait place à sept membres de la Fédération ouvrière : Aubry, lithographe ; Désiré Vérité, tisseur ; Alfred Couturier et Neunez, menuisiers ; Hallot, chef d’atelier de teinture, Boulanger, charpentier et Marque, professeur libre111. Mais cette liste ne pouvait compter sur l’appui d’aucun journal : le Progrès de Rouen, par suite de difficultés financières, avait dû cesser de paraître le 22 juillet 1870.

83Deux autres listes vinrent compliquer le choix des électeurs. Une liste de conciliation, de défense des intérêts industriels et commerciaux de Rouen (23 candidats des Amis de l’ordre, 8 du Comité libéral et 5 nouveaux), avait été préparée par le Courrier de Rouen, avant qu’il ne disparût à la fin de juillet.

  • 112 Le Nouvelliste de Rouen, 7 août 1870. La liste du Comité électoral ouvrier comprenait donc :
    2 candi (...)

84Enfin, la liste du Comité électoral ouvrier où figuraient 11 membres de la Fédération ouvrière, les 7 déjà cités, ainsi que Baillemont, lithographe, Arcade Boulanger, Schrub, tailleur et Lefrançois, tisseur. Conformément au projet exposé dans la Réforme sociale, le comité avait retenu d’autres candidats pris dans toutes les listes, à l’exclusion des Amis de l’ordre, représentant des activités variées, le grand et le petit commerce, les professions libérales - sauf le patronat industriel112.

  • 113 Le Nouvelliste de Rouen, 7 août. Le manifeste fut également affiché sur les murs de Rouen.

85Le manifeste publié par le comité justifiait la constitution de cette liste pour rompre avec la tradition qui confiait aux classes « supérieures par la fortune la gestion de la cité ; le choix naturel des électeurs doit se faire selon les groupements naturels des intérêts, des besoins et des aspirations ». Sans affirmer d’une manière aussi absolue qu’en mai 1869, le principe du mandat impératif, les futurs conseillers devaient « être toujours prêts à rendre compte de leur conduite et de leurs actes... à leurs mandants », mais le comité admettait des initiatives personnelles113.

86Le programme comprenait 26 articles, avec les dispositions suivantes :

  1. Autonomie communale (art. 1 à 5) ; élection des maires et des adjoints par le conseil municipal (art. 2) ; suppression de la tutelle préfectorale (art. 3).

  2. Garantie concernant la liberté des citoyens (art. 6 à 8), la police ne devait plus servir d’instrument politique ; le droit de réunion deviendrait effectif par la mise à la disposition des citoyens des locaux municipaux.

    • 114 La Réforme sociale, 10 juillet 1870. Commentaires sur le budget de la ville de Rouen.

    Finances de la commune (art. 9 à 15, art. 19) : économies, suppression des subventions n’offrant pas un caractère de nécessité - aucune précision n’est fournie à ce sujet ; il s’agit probablement des dépenses des cultes, de certains aménagements (docks...) qui ne profitent qu’aux industriels et sont dispendieux pour la collectivité. Il convenait de « n’autoriser que les travaux utiles et productifs (art. 12) (certains « embellissements » de la ville entrepris depuis 1860 avaient été très contestés par de nombreux Rouennais). Abolir les octrois, rendus en partie responsables du coût élevé de la vie (art. 14) ; ne pas recourir aux emprunts « de façon à ne pas engager l’avenir de plusieurs générations » (le budget de Rouen subissait une lourde charge due aux intérêts et aux remboursements des emprunts contractés pour financer les grands travaux)114.

    • 115 Ibid., 762 448 F sur 2 344 448 F pour l’assistance publique, « cette hideuse plaie sociale, que la (...)

    Assistance (art. 16 à 18) : suppression de l’assistance publique (bureau de bienfaisance...) considérée comme dégradante ; remplacement des travaux de charité par des travaux véritablement utiles. D’après l’exposé de Verdrel (1865), les crédits d’assistance avaient représenté près du tiers de budget de la ville115.

  3. Economies (art. 20 à 22) : suppression des monopoles, gaz, omnibus, docks... sans que le programme indique comment ils doivent être remplacés (probablement par des services municipaux, sinon des compagnies ouvrières comme Aubry l’avait déjà proposé) ; organisation de marchés d’alimentation « de manière à mettre le consommateur en rapport direct avec le producteur » pour lutter contre la spéculation sur les grains ou la viande, souvent accusée de provoquer la hausse des prix.

  4. La séparation complète de la municipalité et des cultes (art. 23).

    • 116 Il est intéressant de constater l’évolution du Cercle d’études économiques, qui s’était prononcé co (...)

    Enseignement : enseignement primaire gratuit, obligatoire et laïque ; création d’écoles professionnelles « en rapport avec les industries de la cité » (art. 24 et 25)116.

  5. Enfin, le programme insiste sur la nécessité « d’assurer le plus efficacement possible le respect des bonnes mœurs » (art. 26).

  • 117 Le manifeste n’affirmait donc pas formellement que tous les candidats avaient été consultés sur les (...)

87Le comité électoral avait donc évité toute déclaration de principe sur la lutte contre le capitalisme et les monopoles : les mesures pratiques proposées pouvaient être, en grande partie du moins, acceptées par les radicaux et certains libéraux. Le comité affirmait d’ailleurs que les candidats de sa liste « d’après les relations ou les explications que nous avons eues avec eux117 sont tout disposés à faire prévaloir et à défendre les questions renfermées dans notre programme ».

  • 118 Le Nouvelliste de Rouen, 7 août 1870.
    Le Nouvelliste attaquait particulièrement Brière ; car le Jour (...)

88Le Nouvelliste saisit alors habilement l’occasion de diviser l’opposition de gauche ; il publia intégralement le programme ouvrier et dénonça l’étrange alliance qui venait de se conclure entre l’Internationale et les libéraux. Le 5 août, il commente la composition de la liste du Comité central démocratique : « Celui qu’on avait traité de mouchard lors des élections législatives, le citoyen Aubry et six ou sept ouvriers y prennent place à côté de MM. Brière, Duvivier, Hardy, Waddington, Germonière et Desseaux fils. Les alliances se corsent et préparent l’entrée en lice de l’Internationale »..., puis il s’en prenait à celle du comité ouvrier qui avait « mis du renfort socialiste... La coalition de toutes les factions du radicalisme et du socialisme est manifeste... Il faut que les véritables amis de la ville de Rouen, que les partisans de l’ordre et de la liberté soient étroitement unis contre les idées de coteries et les intérêts égoïstes que personnifie le Journal de Rouen. Si on ne veut pas s’exposer à voir sortir de l’urne les noms de MM. Brière, Germonière et autres flanqués de ceux de MM. Noiret, Aubry, Dalleinne et consorts, il faut qu’il n’y ait pas de division dans notre camp. Il s’agit des plus graves intérêts de la ville, de l’avenir de la cité rouennaise. Si nos amis s’abstiennent de voter ou s’ils modifient leur bulletin de vote, Rouen sera infailliblement à la discrétion de ce parti qui commence par M. Brière, se continue par M. Cord’homme et se termine par les citoyens Aubry et Noiret »118.

  • 119 Journal de Rouen, 7 août 1870. Lettre signée par 13 candidats dont Brière, Duvivier, Hardy, Wadding (...)
  • 120 Aux côtés des 11 membres de l’Internationale, figuraient donc Cord’homme, négociant en vins ; Gasto (...)

89Les républicains libéraux comprirent aussitôt le danger de cette attaque ; leur compromission avec les rouges risquait de leur faire perdre plus de voix d’électeurs modérés qu’elle ne leur en ferait gagner chez les ouvriers ; dans une mise au point qui parut dans les journaux de Rouen, quinze d’entre eux précisèrent qu’ils ne s’estimaient pas liés par le manifeste du Comité électoral ouvrier119 : « En acceptant une candidature au conseil municipal, nous avions pensé et nous pensons encore que notre nom appartient à tous les électeurs, aussi ne nous sommes-nous pas préoccupés de le voir figurer sur une liste plutôt que sur telle autre. Le Comité électoral ouvrier en publiant la liste proposée par lui et sur laquelle nous figurons, la fait précéder d’un programme qui semblerait avoir été connu et approuvé par tous les candidats. Il n’en est pas ainsi... en ce qui nous concerne. Nous n’avons pas à discuter le programme, affiché seulement ce matin... ». Mais les signataires ne refusaient pas explicitement de figurer sur la liste aux côtés d’un « agent » de l’Internationale. Dix candidats, pour la plupart radicaux, ne s’associèrent pas à la protestation et parurent donc approuver les articles du manifeste120.

90La brièveté de la campagne électorale et surtout la situation politique générale expliquent le faible nombre de votants : 9 627 sur 20 520 inscrits (47 %) contre 12 509 sur 18 389 inscrits en 1865 ; les républicains ont prétendu avoir été les principales victimes de l’abstention.

  • 121 Huit d’entre eux avaient été également présentés par le Comité libéral et démocratique, un seul, Fl (...)

91Au premier tour, 26 conseillers furent élus, qui figuraient tous sur la liste des Amis de l’ordre121 ; la droite avait perdu 1 500 voix par rapport à 1865, et les républicains 300 seulement ; leur pourcentage par rapport aux votants passait de 31 à 37 %.

92La comparaison de ces résultats avec ceux de 1869 et du plébiscite de 1870 fait cependant ressortir un net recul de l’opposition.

  • 122 Voir le Progrès de Rouen, 5 juin 1870. Riduet cite le cas de Vaucquier du Traversain « que l’on cro (...)

93Il convient de remarquer qu’une constatation analogue avait pu être faite en 1863 et 1865 ; en 1863, Desseaux avait obtenu à Rouen 42 % des suffrages, et les républicains 31 % seulement aux élections municipales de 1865. Les candidatures communes à plusieurs listes faussaient la signification politique du scrutin et la présence parmi les Amis de l’ordre de notabilités honorablement connues favorisait le glissement d’une partie de l’électorat122.

Elections municipales de ROUEN

Elections municipales de ROUEN
  • 123 Chiffre de voix obtenu par les candidats de la Fédération ouvrière. Candidats communs avec le Comit (...)

Note123123

94Les résultats d’août 1870 fournissent en outre pour la première fois depuis 1849 une estimation sur les forces respectives des tendances républicaines à Rouen ; en 1849, les démocrates (32 % des suffrages) l’emportaient largement sur les républicains modérés (12 %) en 1870, ils ne représentaient plus que le tiers de l’électorat républicain.

95Quant à la Fédération ouvrière, malgré les progrès de son organisation, elle subissait un nouvel échec électoral : si les candidats communs avec le Comité central démocratique obtenaient plus 1 300 voix, sauf Aubry lui-même, victime des panachages, ses quatre candidats particuliers ne recueillaient que de 136 à 159 voix (207 voix pour Aubry à Rouen en mai 1869).

  • 124 Journal de Rouen, 12 août 1870.
    Cette décision du Comité central démocratique fit probablement perdr (...)

96Au second tour, ne restèrent en présence que les candidats des Amis de l’ordre et ceux du Comité libéral et démocratique ; le Comité central démocratique déclara qu’il ne présenterait personne124 ; le chiffre des votants tomba à 6 725 ; furent élus les dix candidats des Amis de l’ordre, qui détenaient ainsi le contrôle total des affaires de la ville.

97Nous ne possédons que peu d’informations sur les conditions dans lesquelles la Fédération rouennaise participa aux élections municipales dans quelques communes de la région rouennaise ; la presse n’en parle pas et les rapports officiels n’ont été que rarement conservés.

  • 125 A. D. S-M., M, Elections municipales, affaires générales, 1866-1873.
    C’est en effet Vaughan qui fut (...)
  • 126 21 élus au 1er tour, 2 au second (Vaughan et un candidat de la liste conservatrice).

98A Darnétal, deux listes seulement : celle de la municipalité sortante et une liste républicaine, à l’élaboration de laquelle participa Vaughan125 ; elle regroupait des manufacturiers, des commerçants, des membres de professions libérales et six ouvriers, adhérents des corporations. A cause des panachages, les sièges furent à peu près également répartis entre conservateurs et opposants ; parmi les élus : Pierre Jullien, trésorier de la Fédération ouvrière, ainsi qu’Ernest Vaughan, celui-ci au second tour126 ; par contre, le tisseur Fritsch et l’imprimeur sur étoffes Pâques furent battus.

  • 127 A. D. S-M., M, Elections municipales, Elbeuf. Au premier tour sur 6 340 inscrits et 2 325 votants : (...)

99A Elbeuf, pour 27 sièges, 50 candidats se présentaient sur quatre listes, l’une d’elles étant formée de radicaux et de membres du Cercle ouvrier elbeuvien : Régnier, Fossard, Sulpice, Piéton, Deparnay, Flareng, Mangeot... Aucun candidat de la liste démocratique ne fut élu127. Par contre, à Caudebec-lès-Elbeuf, le comité démocratique, présidé par Diot, enleva tous les sièges, sauf un ; au moins un membre de l’Internationale, le tisseur et conseiller prud’homme Cauvin, faisait partie de la nouvelle municipalité.

  • 128 Enquête parlementaire sur le 18 mars, op. cit., p. 592.
    Rapport du préfet de la Seine-Inférieure, 26 (...)

100La Fédération ouvrière n’avait donc réussi à faire élire qu’un nombre fort limité de ses membres. Cependant, ces élections municipales sont intéressantes pour l’évolution politique de la région rouennaise ; on voit réapparaître, aussi bien à Rouen qu’à Elbeuf, des comités démocratiques qui avaient disparu depuis 1849. D’autre part, contrairement à ce qu’affirme le rapport du préfet128, le rapprochement entre l’Internationale et les radicaux ne s’est pas produit seulement après la révolution du 4 septembre ; il s’esquissait dès le mois d’août. Il est probable que les poursuites dont avait été victime l’A. I. T. ont renforcé au sein de l’organisation la position de ceux qui, à l’exemple de Vaughan ou de la plupart des militants elbeuviens Fossard, Diot, avaient adopté cette attitude dès le plébiscite et les élections au conseil général.

Notes

2 La Réforme sociale, 30 janvier 1870. « Déclaration ».

3 Ibid., 20 février 1870. Assemblée générale des fileurs de coton de Pavilly.

4 La Réforme sociale, 6 mars 1870.

5 Le Mirabeau, 6 février 1870 (Rouen, 22 janvier).

6 A. M. Lyon, 12 54-162. Lettre d’Aubry à Richard, 9 mars 1870.

7 La Réforme sociale, 10 avril 1870. « De la grève ».

8 Le Progrès de Rouen, 20 novembre 1869. Après sa défaite de juin, Pouyer-Quertier se présenta dans la troisième circonscription de la Seine aux élections complémentaires de novembre 1869. Sur l’initiative de Noiret, un manifeste fut adressé par des ouvriers rouennais pour inviter leurs frères de Paris à faire échouer cette candidature : « ... Un seul fait pour vous édifier... c’est le faubourg Saint-Sever qui l’a écrasé aux dernières élections ;... ce faubourg fournit une grande partie du personnel travaillant dans l’établissement de M. Pouyer-Quertier » (La Foudre, à Petit-Quevilly). Plusieurs membres des corporations ouvrières (Hareng, Vimont aine, Vérité jeune...) avaient accepté de signer l’appel qui favorisait la candidature de Crémieux.

9 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Préfet au ministre, 24 avril 1870.

10 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Préfet, 28 avril 1870.

11 Le Nouvelliste de Rouen, 29 et 30 avril 1870.

12 Le Courrier de Rouen, 3 mai 1870. Manifeste du comité Revelle (Amis de l’ordre et de la liberté) : « Le comité Revelle est plein de sourdine, le second se donne l’air de casser les vitres, le premier s’adresse aux bonnes gens, le second aux gens à caractère... ». Le manifeste à l’Empereur pouvait être signé au Lloyd rouennais.

13 Le Nouvelliste de Rouen, 3 mai 1870. Le Courrier commente : « Comme le mamamouchi de Molière, on serait tenté de dire : quelle belle langue que ce turc, car c’est évidemment parler turc que tirer toutes ces belles choses du oui plébiscitaire ».

14 Le Progrès de Rouen, 30 avril.

15 Le Courrier de Rouen, 5 mai 1870. « La politique de la peur ». Le Courrier accuse le pouvoir personnel d’avoir développé cette crainte en faisant propager « des récits colorés sur les grèves et les réunions publiques, des extraits bien choisis de la presse radicale... ».

16 Le Courrier de Rouen, 29 avril 1870. Le journal reproche à l’Empire la guerre d’Italie, la guerre du Mexique, les traités de commerce et le sénatus-consulte, « négation du régime représentatif ». Le Nouvelliste décela des intentions monarchistes puis une certaine complicité avec l’A. I. T., ce qui provoqua l’indignation du Courrier de Rouen (5 mai 1870).

17 Le Courrier de Rouen, 2 mai 1870.

18 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Maire de Rouen, 9 mai 1870.

19 Le Progrès de Rouen, 29 avril 1870. Le comité comprenait 29 membres mais d’autres orateurs intervinrent dans les réunions ; les journalistes du Progrès de Rouen : Gallois, Riduet... et aussi Viénot, animateur de la Ligue de l’Enseignement.

20 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. C.c. police de Rouen : 2 000 à 2 500 dont 1/4 d’ouvriers, Journal de Rouen, 2 mai : Deray, dessinateur déclara que personne ne voulait la révolution et que la classe ouvrière surtout avait le plus grand intérêt à empêcher les commotions violentes.

21 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. C.c. police de Rouen : 2 500 à 3 500.

22 Le Progrès de Rouen, 3 mai 1870.

23 Ibid., 4 mai 1870.
A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Comité central antiplébiscitaire de la Seine-Inférieure : « N’écoutant que leur patriotisme, les électeurs des villes et des campagnes s’uniront partout dans la même protestation, quelle que soit la forme qu’ils préfèrent ; le vote négatif en première ligne, le bulletin blanc ou l’abstention » (28 avril 1870). Voir aussi le Progrès de Rouen, 6 mai, article d’Emile Ramel en faveur du non.

24 Le Progrès de Rouen, 8 mai. Parmi les signataires, plusieurs manufacturiers : Aubé, Duchemin, filateurs, Th. Powell, ingénieur mécanicien, R. Waddington... Voir aussi la lettre de Keittinger-Turgis : « Nous refusons de remettre entre les mains du chef de l’Etat le pouvoir de faire des traités de commerce sans le concours du Corps législatif... ».

25 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t I, p. 71. A I. T. branche française, adresse aux citoyens français - Londres, 11 avril 1870.

26 La Marseillaise, 25 avril 1870. Manifeste antiplébiscitaire des sections parisiennes fédérées de l’Internationale et de la chambre fédérale des sociétés ouvrières à tous les travailleurs français.
Delescluze regrettait cette attitude : « Il pensait faire l’unité des partis complète dans cette occasion » (Lettre de Murat à Theisz, 18 avril 1870) citée par TESTUT (Oscar)-L’Internationale et le Jacobinisme, op. cit., t. I, p. 72.

27 Troisième procès de l’Internationale..., op. cit., p. 63. Lettre de Varlin à Aubry, 20 avril 1870.

28 La Réforme sociale, 24 avril 1870... « Chronique politique et socialiste » (Wolf) et surtout 1er mai, « Le plébiscite » (comité fédéral) ; le comité fédéral expose son point de vue non sous la forme d’un manifeste - qui aurait vraisemblablement provoqué l’opposition de certains adhérents - mais d’une réponse à plusieurs lettres « demandant quelle serait l’attitude de la Fédération ouvrière de Rouen au moment du vote ».
La prise de position politique apparaissait cependant mais brièvement ; la Fédération déclarait qu’elle ne voulait ni de la constitution de 1852, ni de celle de 1870, toutes deux laissant à un seul homme ou aux classes privilégiées la direction des affaires.

29 Le Progrès de Rouen, 30 avril 1870. Le comité d’Oissel évoque également la décentralisation, la diminution des impôts, la suppression des traitements scandaleux.
A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Parmi les filateurs, E. Potel, P. Potel, E. Dehais, Mortreuil...

30 Journal de Rouen, 2 mai 1870.

31 Le Progrès de Rouen, 3 mai. Noiret, qui s’adresse surtout aux ouvriers, attaque les soutiens de l’Empire, les cléricaux, « ceux qui dans leur menteuse dévotion se traînent et traînent les leurs avec eux au confessionnal, à la sacristie, au presbytère, à l’archevêché » et les industriels, « qui nous imposent leur autorité, nous jettent sur le pavé sans ouvrage, quand dans les élections nous n’avons pas fait ce qu’ils voulaient ». Il assure qu’au cours de la crise de 1862-1863, « on nous a imposé treize heures de travail pour retenir la 13 heure au profit de la souscription qui a donné aux ouvriers sans travail trois francs chacun en deux ans pour nourrir leurs enfants.

32 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. C.c. police d’Elbeuf, 27 avril 1870.

33 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t. I, p. 77.

34 Le Progrès de Rouen, 25 avril. Membres du comité : Couronné, Fortin Martial, Hareng Armand, Fossard, Huart, Déparnay, Harel, Mangeot, Léger, Sulpice, Diot, Edeline, Monfray, donc des membres du Cercle elbeuvien et des démocrates.

35 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. C.c. police d’Elbeuf, 28 avril 1870.
Le comité antiplébiscitaire se réunissait rue Saint-Jean dans le local de la société des fileurs : « Jusqu’à ce moment les électeurs qui se rendent à l’appel du comité, sont en petit nombre ».

36 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 30 avril 1870.

37 Le Progrès de Rouen, 4 mai 1870.

38 Le Nouvelliste de Rouen, 3 mai 1870 : « Nous ignorons encore quel est le caractère de son arrestation ; on dit que les papiers saisis chez lui sont sans importance ».

39 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t. I, p. 311-312.
Le conseil général publia un communiqué pour expliquer que la branche française fédérale de Londres avait depuis deux ans cessé de faire partie de l’A. I. T. et n’avait aucune communication, soit avec le Conseil général, soit avec aucune des branches de cette association sur le continent (10 mai 1870). The General Council..., op. cit., t. III, (1868-1870), p. 235-236 ; la Réforme sociale, 22 mai 1870.

40 Papiers et correspondance de la famille impériale - Paris, Imp. nationale, p. 326. Journal d’Elbeuf 5 mai 1870.

41 A. D. S-M., M, Plébiscite de 1870. Ministre de l’Intérieur, 3 mai 1870.

42 Ibid. Préfet, 2 et 3 mai 1870.

43 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 4 mai 1870 ; le commissaire central estimait qu’un poste de 15 à 20 hommes à la mairie, suffirait à rétablir l’ordre si des troubles se produisaient cependant.

44 La Réforme sociale, 15 mai 1870. Protestation de la Fédération ouvrière de Rouen. « Aux travailleurs » (Wolf, rédacteur de la Réforme sociale).

45 La Réforme sociale, 15 mai 1870. Lettre de Paule Mink, 5 mai 1870.

46 Journal d’Elbeuf, 5 mai 1870. Le comité était présidé par le député Quesné ; en faisaient partie Bazin, président du conseil des prud’hommes, Flavigny Louis...

47 Le Nouvelliste de Rouen, 4 mai 1870. Le Nouvelliste publiait des extraits d’une décision du congrès de Bruxelles sur le collectivisme des terres : « Ainsi décrètent les inoffensifs révolutionnaires avec lesquels les trois journaux des comités Desseaux-Vittecoq engagent les électeurs de Rouen et de la Seine-Inférieure à voter non, à s’abstenir ou à déposer un bulletin blanc. Est-ce assez édifiant ? »

48 Parfois même, l’opposition soupçonna une provocation policière. Voir Journal d’Elbeuf (5 mai 1870) qui proteste ironiquement contre les accusations de l’opposition : « C’est le gouvernement qui a inventé le complot, c’est la police qui a fabriqué les bombes ».

49 Le Progrès de Rouen, 8 mai 1870.

50 Le Progrès de Rouen, 7 mai 1870. Lettre de Malétra dans le Journal d’Elbeuf, 5 mai 1870. La révolution après quelques mois, peut-être une année de désastres, de chômage, de misère, nous ramènera son inévitable dénouement, la dictature et le despotisme.

51 Le Progrès de Rouen, 9 mai 1870 : « Les grandes mesures militaires prises par l’autorité, la compagnie de ligne envoyée à la préfecture, les deux compagnies de la garde nationale réunies le soir et consignées à la mairie, comme l’ont été les troupes, n’ont en rien distrait notre population de sa tranquillité habituelle ».

52 Déville fait exception : 693 voix pour l’opposition en 1869 (75 % des votants), 594 non, seulement, en 1870 (55 % des votants).

53 Le Progrès de Rouen, 18 mai 1870. Dans l’arrondissement de Rouen, pour les communes de plus de 500 électeurs : inscrits 47 203 ; votants 37 723 ; oui, 17 615 ; non, 18 997 ; blancs ou nuls, 1 111. Le Progrès de Rouen attribue le recul de l’opposition dans les campagnes aux pressions exercées sur le corps électoral.

54 Par contre, dans le pays de Caux, sous l’influence de notables légitimistes, le chiffre des non dépasse celui des opposants de 1869 ; dans la région de Dieppe, il est nettement inférieur, par suite du ralliement d’électeurs libéraux.

55 Journal de Rouen, 8 mai 1870 ; le Progrès de Rouen, 9 mai.

56 La Réforme sociale. 22 mai 1870. Voir La Réforme sociale. 21 février 1870. Attaque contre « les sicaires du jésuitisme politique qui à Londres comme à Lyon, comme à Marseille et comme à Paris, emploient les mêmes armes : la calomnie et le faux ; au nom de la Liberté, ils cherchent à soulever les masses pour perpétuer leur esclavage économique ».

57 Ibid., 29 mai 1870.

58 Le Progrès de Rouen, 19 mai 1870. Lettre de Régnier, 17 mai 1870.
Ibid., 22 mai 1870. Lettre de Régnier, 20 mai : « Tous les papiers, listes, registres qui se rattachaient au comité électoral du plébiscite ont été scrupuleusement respectés ». Régnier voulait ainsi rassurer les électeurs elbeuviens qui auraient pu craindre de se trouver compromis.

59 La Réforme sociale, 26 juin 1870.

60 Ibid., 3 juillet. Congrès national ; protestation de la Fédération rouennaise adressée aux journaux parisiens (20 juin 1870).

61 Il s’agit de la correspondance reproduite dans le Nouvelliste de Rouen (24 juin) d’après la Gazette des Tribunaux, et utilisée par l’accusation pendant le 3e procès de l’Internationale. Dans sa défense, Héligon cita la fameuse lettre d’Emile Ollivier à Aubry (3e procès de l’Internationale, op. cit., p. 125-126).

62 La Réforme sociale, 3 juillet 1870 : « La discussion orale eût produit sur l’intelligence des classes ouvrières de nos contrées ainsi que sur celles de la bourgeoisie studieuse un tout autre effet ; elle aurait convaincu adversaires et partisans et affirmé que la classe ouvrière était mûre pour son affranchissement ».

63 A. N., BB 30 390. Procureur général, juin 1870 : « L’interdiction du congrès... qui devait avoir lieu à Rouen a jeté le désarroi dans la Fédération rouennaise. Tout était disposé et on avait vidé pour l’installation les caisses du comité... Paule Mink comptait faire des conférences et recueillir de fructueuses recettes... Il est juste de constater que le sieur Aubry s’est soumis docilement aux avertissements de l’autorité ».

64 La Réforme sociale, 1er mai 1870. « Faits et gestes du monopole, communication elbeuvienne (Elbeuf, 16 avril 1870) ». L’industriel aurait ainsi retenu 5 F à son employé, ce qui lui permettait de récupérer la somme qu’il avait généreusement donnée à sa fille pour qu’elle puisse venir en aide à sa famille... « Cela s’appelle dans le monde de la fabrique savoir faire des affaires ».

65 Ibid., 24 juillet 1870.

66 A. D. S-M., U, Tribunal correctionnel de Rouen. Affaire de partie à partie. Gosselin, filateur à Caudebec-lès-Elbeuf contre Lescuyer Pierre, 27 ans, fileur à Elbeuf, Piéton Eugène et Aubry Emile. Ils furent de plus condamnés à verser solidairement 100 F de dommages et intérêts.

67 La Réforme sociale, 31 juillet 1870. Faits et gestes du monopole.

68 La Réforme sociale, 31 juillet 1870.

69 A. D. S-M., U, Police correctionnelle. Affaires du ministère public, 10 et 11 août 1870. En particulier, le tribunal avait reconnu la fausseté des faits imputés à Gosselin.

70 Journal de Rouen, 12 août 1870.

71 TESTUT (Oscar) – L’Internationale et le Jacobinisme, op. cit., p. 313-333 ; pièces U, jugements prononcés par les différents tribunaux. Testut reproduit la plus grande partie du texte du jugement du tribunal correctionnel de Rouen. A. D. S-M., U, Police correctionnelle. Affaires du ministère public, 31 août 1870, audience de la 3e chambre du tribunal de Rouen jugeant correctionnellement.

72 L’article 291 du Code pénal soumettait à l’autorisation les associations de plus de 20 personnes ; la loi de 1834 punissait les membres d’une association illégale de deux mois à un an d’emprisonnement et de 50 F à 1.000 F d’amende.

73 Cette correspondance avait été en partie utilisée également dans le procès de Paris.

74 A. D. S-M., M, Cercles. Lettre d’Aubry au préfet, 20 février 1869.
Lorsque Aubry dépose les statuts du Cercle à la préfecture, il est absolument impossible d’ignorer l’orientation de l’A. I. T. ; d’ailleurs, les juges se contredisent quelques lignes plus loin : « Si les résolutions de l’association n’ont été formulées qu’au congrès de Bâle, il n’en est pas moins vrai cependant que les doctrines précisées dans les résolutions étaient professées depuis longtemps déjà par les principaux meneurs ».

75 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme, op. cit., t. I, P 112 ; t. II, p. 85 ; les condamnés purent ainsi récupérer les pièces et documents saisis à leur domicile.

76 La Réforme sociale, 10 juillet 1870. Bulletin du mouvement social, congrès ouvrier.
Fédération ouvrière rouennaise, séance du 27 juin 1870 ; Aubry lance un nouvel appel à la solidarité, à la formation de corporations.

77 La Réforme sociale, 17 juillet 1870.

78 Ibid., 3 juillet 1870.

79 Ibid., 17 juillet 1870.
Allusion au lock-out du bâtiment à Genève.

80 Le Progrès de Rouen, 7 avril 1870 : « Mon drapeau est celui du Progrès de Rouen ».

81 Journal de Rouen, 12 avril 1870 : « Le comité désirait un candidat qui eût donné des gages à la démocratie et dont le passé ne comportait aucun de ces compromis que certains hommes politiques acceptent trop facilement » ; cette remarque visait Durand, « girouette politique ».

82 A. D. S-M., M, Elections du conseil général, Rouen.

83 Journal de Rouen, 21 avril : « Ceux d’entre vous qui ont voté pour M. Desseaux doivent voter pour le candidat démocratique, M. Cord’homme ».

84 Michel Durand, entrepreneur, avait été candidat du Comité central républicain aux élections législatives de 1849 ; il était conseiller municipal de Rouen.

85 Le Nouvelliste de Rouen, 24 avril 1870.

86 Ibid., 23 avril 1870.

87 Il convient de noter le fort pourcentage de participation pour une élection partielle au conseil général : 64 %.

88 A. N., BB 18 1754 B. Procureur général, 29 avril 1870 : « Le résultat n’a pas été bon... M. Cord’homme a été élu... C’est un riche marchand de vins ardemment révolutionnaire, se proclamant irréconciliable et faisant à sa cause des sacrifices d’argent considérables ».
Le Progrès de Rouen, 25 avril 1870. « Le 6e canton est l’armée de Mayence de la démocratie rouennaise ».

89 Waddington (Richard), 1838-1913. Frère de William, le futur président du conseil ; filateur à Saint-Rémy-sur-Avre. Son élection au conseil d’arrondissement fut le début d’une longue carrière politique ; député de la 3e circonscription de Rouen de 1876 à 1891, puis sénateur de la Seine-Inférieure.

90 La Réforme sociale, 12 juin 1870.

91 Au premier tour, un candidat indépendant obtint 474 voix.

92 A Elbeuf : inscrits, 12 514 ; votants, 6 233.
Moreau-Turgis, candidat de la Prospérité, 3 289.
Papavoine, Amis de l’ordre et de la liberté, 1 436.
Il y avait 1 508 voix perdues.

93 Dutuit, conseiller sortant, fut soutenu par les deux comités.

94 Lafond fut déclaré élu au bénéfice de l’âge.

95 A. D. S-M., M, Elections au conseil d’arrondissement, Rouen. « Cord’homme, Leplieux... et Berthelot offrent, de longue date à Rouen, la trilogie ultra-démocratique » (Préfet, 3 juin 1870).

96 A. D. S-M., M, Renouvellement triennal au conseil général. Préfet, 2 et 7 juin 1870 : « M. Lieury jouit dans le pays d’une certaine popularité et sa concurrence devient ainsi plus sérieuse à combattre » (que celle de Vaughan).

97 Le Progrès de Rouen, 8 juin 1870. Aux électeurs du canton de Darnétal (Ch. Noiret).

98 Frédéric Deschamps, conseiller général sortant, ne se représentait pas.

99 A. D. S-M., M, Elections au conseil général, Elbeuf, 10 juin 1870.
Manchon, dans sa circulaire aux électeurs, rappelait qu’il avait été déjà candidat à la députation vingt ans auparavant, qu’il n’avait pas varié dans ses opinions politiques et qu’il était resté fidèle défenseur des libertés dans les bons comme dans les mauvais jours. Il réclamera la réduction des impôts, le libre développement de l’industrie et de l’agriculture... et la décentralisation (Journal de Rouen, 4 juin 1870).

100 Les réunions publiques n’étaient pas autorisées pour les élections au conseil général.

101 Le Progrès de Rouen, 7 juin 1870. Ont signé Régnier, Mangeot, Monfray, Leblond, Huard, Sulpice, Godebin, Couronné, Louis Fossard, Cauvin, Hédouin.

102 A. D. S-M., M, Elections au conseil d’arrondissement, Rouen. Waddington, par exemple, s’engage à lutter contre le monopole des compagnies de chemin de fer, à demander la révision des traités de commerce, la diminution des droits d’octroi, l’élargissement des pouvoirs des conseils généraux et des conseils d’arrondissement.

103 Le Nouvelliste de Rouen, 11 juin 1870.

104 A. D. S-M., M, Elections au conseil d’arrondissement ; Elbeuf, 2 juin 1870.
A Elbeuf, il n’y eut pas de candidat de l’Union démocratique et libérale, mais certains opposants votèrent pour Moreau-Turgis, soutenu par le nouveau journal, l’Industriel elbeuvien.

105 La Réforme sociale, 30 janvier 1870. « Déclaration ».

106 La Réforme sociale, 12 juin 1870. Comité électoral de l’arrondissement de Rouen, 4 Juin 1870.

107 Ibid., 10 juillet 1870. Elections municipales.

108 Ibid., 10 juillet 1870. Appel du comité électoral aux ouvriers de Rouen. Une réunion privée était également prévue à Sotteville ; afin que les délégués « soient à la hauteur de leur mission » ; la Réforme sociale publia un extrait de l’exposé de Verdrel en 1865 sur les dépenses des services publics de la municipalité rouennaise.

109 La Réforme sociale ne publie plus aucune information sur les élections dans ses derniers numéros des 17, 24 et 31 juillet, mais plusieurs articles sur les poursuites dirigées contre la Fédération et la guerre avec la Prusse.

110 Journal de Rouen, 31 juillet 1871. « Pour l’élection au conseil municipal, tout en posant en principe l’obligation d’une parfaite indépendance et de sentiments franchement libéraux, le Comité libéral et démocratique ne s’arrêtait pas à des nuances qui, dans des élections exclusivement politiques, ont une importance beaucoup plus significative... ». Il a donc repris les noms d’anciens conseillers municipaux en tenant compte de leurs votes ; mais il a également voulu accorder une place à toutes les catégories de la population ; « le comité a reçu dans son sein des ouvriers qui lui étaient signalés par les sympathies nombreuses de leurs camarades ; il a entendu leurs observations sur les diverses questions soumises à la discussion et il a pu apprécier par la netteté, la précision, la rectitude d’esprit avec lesquelles les questions étaient envisagées, l’utilité de ces candidatures au conseil municipal ». Mais si les ouvriers furent représentés dans le comité électoral, un seul, le tailleur Dalleinne, apparaît dans la liste présentée aux électeurs.

111 Journal de Rouen, 2 août 1870.

112 Le Nouvelliste de Rouen, 7 août 1870. La liste du Comité électoral ouvrier comprenait donc :
2 candidats communs à 4 listes, y compris la liste de conciliation, dont Brière, qui espérait ainsi avoir les meilleures chances d’être élu,
18 candidats communs à la liste libérale et à la liste démocratique,
12 à la liste du Comité central démocratique seulement (dont les 7 membres de la Fédération),
4 candidats particuliers.
Professions représentées : onze ouvriers, un artisan, deux petits commerçants, un employé de commerce, un directeur de journal, un architecte, deux médecins, un notaire, un juge, un avoué, deux avocats, un agréé, deux professeurs libres, cinq négociants, deux courtiers maritimes, un propriétaire et un seul manufacturier.

113 Le Nouvelliste de Rouen, 7 août. Le manifeste fut également affiché sur les murs de Rouen.

114 La Réforme sociale, 10 juillet 1870. Commentaires sur le budget de la ville de Rouen.

115 Ibid., 762 448 F sur 2 344 448 F pour l’assistance publique, « cette hideuse plaie sociale, que la science fera un jour disparaître, quand le travail voudra s’organiser d’après ses formules ».

116 Il est intéressant de constater l’évolution du Cercle d’études économiques, qui s’était prononcé contre l’enseignement obligatoire au congrès de Genève. Dans un article de la Réforme sociale, du 22 mai 1870, l’obligation était réclamée, mais la question de la laïcité n’était pas abordée.

117 Le manifeste n’affirmait donc pas formellement que tous les candidats avaient été consultés sur les articles mêmes du programme, mais seulement sur les grandes orientations.

118 Le Nouvelliste de Rouen, 7 août 1870.
Le Nouvelliste attaquait particulièrement Brière ; car le Journal de Rouen était le seul soutien de l’opposition : « M. Brière se fait placer sur toutes les listes ouvrières ou autres auxquelles il accorde l’hospitalité de son journal... ». Le Nouvelliste s’en prenait aussi à la liste de coalition, accusée de provoquer la division des voix des amis de l’ordre et de faire le jeu des révolutionnaires.
Noiret annonça qu’il retirait sa candidature (Journal de Rouen, 6 août 1870) mais cette décision tardive n’a pas modifié les votes des électeurs.

119 Journal de Rouen, 7 août 1870. Lettre signée par 13 candidats dont Brière, Duvivier, Hardy, Waddington... puis, le lendemain, par deux autres, dont Achille Flaubert.

120 Aux côtés des 11 membres de l’Internationale, figuraient donc Cord’homme, négociant en vins ; Gaston Desseaux, négociant, fils du député de Rouen ; Le Barbier, professeur libre ; Percheval, fabricant de voitures ; Rasse, tisseur, conseiller prud’homme ; Viénot, agréé ; Ramel, négociant ; Le Plé, médecin ; Dieutre, ancien avoué ; Beaufour, épicier. Parmi ces 21 candidats, 11 travailleurs manuels, 3 négociants, 1 épicier, 1 artisan, 5 membres de professions libérales.

121 Huit d’entre eux avaient été également présentés par le Comité libéral et démocratique, un seul, Flaubert, par le Comité central démocratique.

122 Voir le Progrès de Rouen, 5 juin 1870. Riduet cite le cas de Vaucquier du Traversain « que l’on croyait indépendant quoique clérical et légitimiste » et qui continue à être porté sur la liste libérale et démocratique, malgré son ralliement à l’Empire ; il en fut de même pour Frédéric Deschamps.

123 Chiffre de voix obtenu par les candidats de la Fédération ouvrière. Candidats communs avec le Comité central démocratique : Aubry 1 243, Boulanger 1 326, Couturier 1 323, Hallot 1 353, Marque 1 394, Neunez 1 336, Vérité 1 303.
Candidats particuliers de la Fédération ouvrière : Arcade Boulanger 159, Lefrançois 136, Schrub 137, Baillemont 140.

124 Journal de Rouen, 12 août 1870.
Cette décision du Comité central démocratique fit probablement perdre quelques sièges au comité libéral, car trois de ses candidats figuraient parmi les dix premiers du ballottage. Cord’homme avait cependant demandé de voter pour les libéraux.

125 A. D. S-M., M, Elections municipales, affaires générales, 1866-1873.
C’est en effet Vaughan qui fut chargé de la déclaration des candidatures (1er août 1870) ; sur la liste républicaine figuraient quatre conseillers sortants, dont le futur maire, Benner.

126 21 élus au 1er tour, 2 au second (Vaughan et un candidat de la liste conservatrice).

127 A. D. S-M., M, Elections municipales, Elbeuf. Au premier tour sur 6 340 inscrits et 2 325 votants : Régnier, 617 voix ; Fossard, 589 ; Sulpice, 568 ; Piéton, 553 ; Déparnay, 533... (Le 7e et dernier élu avait obtenu 1 585 voix) ; au second tour, 1 870 votants : Régnier, 484 voix ; Sulpice, 457, alors que le 23e élu en recueillait 724.

128 Enquête parlementaire sur le 18 mars, op. cit., p. 592.
Rapport du préfet de la Seine-Inférieure, 26 juillet 1871 : « Cependant, jusqu’à ce moment (août 1870), aucun point de contact n’existait entre les affiliés de l’Internationale et le parti jacobin. Ce fut seulement à dater du 4 septembre que l’Internationale se montra dans les réunions publiques, à côté de la démocratie radicale... ».

Table des illustrations

Titre Plébiscite du 8 Mai 1870
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Elections au Conseil Général (juin 1870)
Légende Note 9191
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Conseil d’arrondissement (juin 1 870)92
Légende Note 9393Note 9494
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Elections municipales de ROUEN
Légende Note123123
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540