Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Quatrième partie. Les crises de la fédération ouvrière (1870-1871)

Les crises de la fédération ouvrière rouennaise (1870-1871)

Texte intégral

1Jusqu’en 1870, la Fédération ouvrière avait bénéficié de la tolérance des autorités administratives et judiciaires qui affectaient de rester neutres dans les conflits du travail.

2En mai 1870, cette situation privilégiée cessa brusquement. Comme les autres sections françaises de l’Internationale, la Fédération rouennaise fut victime des poursuites ordonnées par Emile Ollivier ; puis l'occupation prussienne paralysa son activité de décembre 1870 à mars 1871 ; enfin, elle subit le contrecoup de la guerre civile.

3Le changement d’attitude du gouvernement fut, l’on s’en doute, fort bien accueilli par les manufacturiers rouennais : « Les poursuites dirigées contre les chefs de l’Internationale, produisent une salutaire impression. Les industriels de cette contrée qui se trouvent en quelque sorte à la merci de l’ouvrier savent gré au gouvernement d'apporter une entrave au développement de ces sociétés, véritable cause de ruine pour l’industrie et de danger permanent pour l’ordre social... »

4 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. Préfet, 2 juillet 1870.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540