Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Troisième partie. La fédération ouvrière rouennaise de novembre 1868 à mai 1870

Chapitre V. La Réforme sociale

Texte intégral

  • 1 Rapport sur les travaux et la marche du Cercle, op. cit., p. 3.

1Depuis 1868, le Cercle d’études économiques rêvait de posséder son propre journal qui lui permettrait d’exposer librement ses opinions1 ; la nécessité s’en accrût en 1869, lorsque la presse conservatrice ou républicaine cessa de publier toutes informations concernant les corporations ; le 20 janvier 1870 enfin parut la Réforme sociale, hebdomadaire de quatre pages, dont les 26 numéros jusqu’au 31 juillet 1870 nous fournissent des renseignements plus précis qu’à aucune autre époque sur la vie intérieure de la Fédération.

LA PUBLICATION DE LA REFORME SOCIALE

  • 2 La Réforme sociale, 20 janvier 1870. « Déclaration ». Brismée, imprimeur, 13 rue des Alexiens à Bru (...)
  • 3 Lettres d’Aubry à Richard, 22 février et 15 juillet 1870 (A. M. Lyon, 12 56-159 et 163) : « Nous so (...)

2Le Cercle n’avait évidemment pu trouver les 12.500 F nécessaires pour le cautionnement ; dans le premier numéro, la commission de rédaction expliqua comment il était possible de tourner les dispositions de la loi : si l’administration se trouvait à Rouen, 12 rue de l’Amitié et 68 rue du Bac, le journal était imprimé à Bruxelles chez Brismée2. La Réforme sociale devait donc simplement acquitter un droit de cinq centimes par exemplaire à l’entrée en France : « nous paraissons avec la singulière conformation d’une tête belge et d’un corps français » ; l’inconvénient majeur était la lenteur de l’édition et de la distribution : envoi de la copie à Bruxelles, expédition des journaux, formalités de douane et de timbre, dépôt de deux exemplaires à la préfecture et au parquet3.

3La Réforme sociale, « organe de l’affranchissement du prolétariat », se donnait pour mission de combattre les maux dont souffraient les populations ouvrières et d’en indiquer les remèdes, de dénoncer les abus qui se rencontraient dans les ateliers de la région, « en respectant les personnes, chez qui l’exploitation est tempérée par un atome de justice, mais en déclarant une guerre implacable à tous les privilèges, les sinécures, les pots-de-vin, les pourboires et les bénéfices illicites » ; il s’agissait de réformer la société, de défendre les droits imprescriptibles du travail et de limiter ceux du capital.

4Du point de vue politique, le comité de rédaction s’en prenait à la fois au parlementaire « qui discutait trois jours une loi sans la faire en faveur de tous » et au pouvoir personnel « qui déclarait en douze heures des arrêtés ayant la même signification ». Les ouvriers devaient choisir parmi eux leurs représentants ; comme aux élections générales de 1869, ils présenteraient donc leurs propres candidats aux élections municipales d’août 1870. Mais la Réforme sociale laisserait de côté toute discussion religieuse « sachant pertinemment que le jour où le travailleur sera économiquement affranchi de tout monopole, il n’aura besoin qu’on lui indique la religion qu’il devra suivre... ».

  • 4 Le Nouvelliste de Rouen, 2 février 1870.
  • 5 La Réforme sociale, 30 janvier 1870 « Ligue de l’enseignement ». La Ligue est présentée comme « une (...)
  • 6 La Réforme sociale, 30 janvier 1870. « Grèves d’Elbeuf et de Darnétal ». Le Nouvelliste juxtapose d (...)

5La déclaration, ferme sur les principes, était rédigée en termes volontairement mesurés, mais le Nouvelliste de Rouen4 en annonçant l’apparition de son nouveau confrère, cita surtout les attaques contre les dirigeants de la Ligue de l’enseignement5 et les fabricants d’Elbeuf, « ces malthusiens de la vallée..., misérables hobereaux de la féodalité industrielle..., exploitant des Iscariotes », ou les industriels de Darnétal « ces petits Attilas de la broche... les feudataires de l’industrie cotonnière..., les barons de la laine... »6.

6Quelles furent les principales rubriques de la Réforme sociale ?

  • 7 Marque faisait partie du comité rouennais de la Ligue de l’enseignement à laquelle il aurait voulu (...)
  • 8 La Réforme sociale, 13 février 1870 : « Ces diverses mesures de garanties nous sont suggérées d’abo (...)
  • 9 La Réforme sociale, 6 mars 1870. Comité fédéral du 20 février 1870.
  • 10 Ibid. Comité fédéral du 8 mars 1870.
    La Réforme sociale reproduisit également de larges extraits de (...)

7Tout d’abord, les informations sur l’activité de la Fédération : convocations et comptes rendus des assemblées générales, des réunions du comité fédéral ou des corporations elles-mêmes (fileurs de coton et de laine, tisseurs de calicot ou de bretelles, tanneurs et corroyeurs...), des conférences de Paule Mink en mars et juillet, des grèves, particulièrement celles des fileurs de laine d’Elbeuf et de Darnétal, mais aussi celles auxquelles la Fédération n’a pris aucune part ; plusieurs articles furent consacrés à la préparation du congrès national de Rouen. Assez régulièrement paraissent des résumés des causeries organisées par la Ligue de l’enseignement7. La chronique Faits et gestes du monopole dénonce les exactions commises par les patrons dans certains établissements ; la Réforme cependant avait voulu éviter de se faire l’écho d’accusations calomnieuses8 : toute communication ayant trait à des abus n’était prise en considération qu’après avoir été préalablement contresignée par le comité corporatif ; celles qui provenaient de professions non organisées devant être accompagnées de trois signatures (malgré ces précautions la Réforme sociale connut des ennuis sérieux, comme nous le verrons). Les articles purement politiques sont rares ; Amouroux ayant proposé sa collaboration, son offre fut acceptée seulement à la condition qu’il s’occuperait exclusivement d’économie sociale et de politique non militante » afin de conserver au journal la ligne de conduite que la prudence et les intérêts du travail commandaient9 ; quelques commentaires parurent cependant sur la mort de Victor Noir (numéro du 10 avril), mais surtout sur le plébiscite (24 avril et 1er mai), les élections au conseil général (12 juin), au conseil municipal (10 juillet) et la déclaration de guerre (24 juillet). De longues études précisent les points de vue de la Fédération sur des problèmes d’actualité : les grèves (20 février, 6 mars, 10 avril) ; l’instruction (22 mai, 31 juillet). Dans la Lettre à nos frères de Suisse, Aubry définit son attitude à l’égard de l’Alliance de la démocratie socialiste de Bakounine10.

8La Réforme sociale, voulant participer à l’éducation du peuple, publia également des études de Fitzgérald sur l’individualisme (17 avril au 3 juillet), de Littré sur les origines organiques de la morale (22 mai, 5 juin), de J.-F. Arnaud sur la Science sociale (à partir du 26 juin).

9Mais le Cercle d’études économiques avait principalement l’ambition de créer un organe de liaison avec les autres associations ouvrières françaises et étrangères, grâce à son bulletin du mouvement social et de la presse socialiste : correspondances de Lyon (lettre de Richard, le 27 février, congrès de Lyon du 13 mars), de Paris (constitution de la Fédération parisienne, 24 avril, 1er mai), de Marseille (lettre de Bastelica, 26 juin, de Logier, 24 juillet), de Verviers et même de la branche de New York (Cluseret, 5 juin et 10 juillet) ; plusieurs articles enfin furent consacrés à la grève du Creusot.

  • 11 Lettre à Albert Richard, 15 juillet 1870 (A. M. Lyon, 12 56-163).
    L’administration de la Réforme soc (...)

10L’intérêt du journal pouvait-il suffire à lui assurer une existence exempte de soucis financiers ? Aubry a analysé la situation avec précision11.

  • 12 Lettre à Albert Richard, 15 juillet 1870.
    Coût de la publication : impression 55 F, port 6 F, timbre (...)

11Le prix de l’abonnement avait été fixé à 2 francs par trimestre, 8 F par an. Le prix de revient de 1 000 exemplaires s’élevait à 144F ; la vente de 750 journaux rapportait 107,50 F ; 100 étaient envoyés gratuitement aux organisations ouvrières ; restaient environ 150 invendus et un déficit de 37,50 F couvert par les cotisations fédérales et les avances d’Aubry lui-même12.

  • 13 La Réforme sociale, 3 juillet 1870.
  • 14 Ibid., 31 juillet 1870.

12La situation devint très difficile au mois de juillet. Une première solution fut alors retenue : rendre obligatoire l’achat du journal par les membres des corporations. A l’assemblée générale de la Fédération, le 19 juin, Régnier, d’Elbeuf, déclara qu’il fallait à tout prix sauver la Réforme sociale : « c’est notre tribune, c’est de là que partent les échos qui vont résonner, même en Amérique. Il faut qu’elle vive, dussions-nous pour cela faire les plus grands sacrifices »13. Le 20 juillet, les comités corporatifs décidèrent que les sociétaires recevraient le journal à titre de prime : la caisse de chaque corporation verserait par mois et par sociétaire 0,50 F à titre d’abonnement et cela à partir du 1er août14.

  • 15 L’administration de la Réforme sociale..., op. cit.

13Mais la crise s’aggrava à la suite des procès engagés par les industriels dénoncés dans les Faits et gestes du monopole et surtout de la décision prise par le parquet de Rouen d’obliger la Fédération à verser le cautionnement de 12.500 F à moins que le journal ne fût expédié de Belgique ; cette solution augmentait le prix de vente à cause du droit de 8 centimes perçu à la frontière ; le prix de revient se serait élevé à 0,25 F. Aubry proposa alors, de transformer la Réforme sociale en organe de la Fédération nationale des sociétés ouvrières15 ; chaque groupement désignerait un comité correspondant qui, toutes les semaines, donnerait un compte rendu d’activité ou des articles traitant exclusivement d’économie sociale ; le tirage aurait pu être ainsi considérablement augmenté et, pour 2 000 exemplaires, le prix de revient ramené à 0,16 F.

  • 16 Coût prévu de la publication (tirage à 2 000 exemplaires) : impression 80F, droit et port 160 F, ad (...)

14« Nous espérons, concluait Aubry, que les fédérations françaises comprendront l’importance qu’il y a à ne pas laisser tomber le seul journal appartenant à la classe ouvrière et qui par cette combinaison aura l’immense avantage de préparer la fondation de la fédération nationale »16. Le projet ne put aboutir.

L’ORGANISATION DE LA FEDERATION AU DEBUT DE 1870

  • 17 Enquête parlementaire sur les événements du 18 mars, op. cit., p. 592 (Préfet de Rouen).
  • 18 La Réforme sociale, 30 janvier, 13 et 20 février 1870.
    Journal de Rouen, 31 janvier 1870.
  • 19 La Réforme sociale, 20 février 1870. A cette assemblée générale, Aubry donna lecture de sa correspo (...)
  • 20 Le 12 juin, la fédération se réunissait encore 68 rue du Bac (La Réforme sociale, 5 juin). La nouve (...)

15Pour réagir contre le fléchissement des effectifs à la fin de 1869 et réchauffer l’enthousiasme des adhérents, la Fédération donna un éclat particulier aux assemblées générales trimestrielles17. Varlin fut invité à présider celle du 30 janvier 1870 au Théâtre des Variétés : Aubry y présenta un rapport sur les grèves d’Elbeuf et de Darnétal et les projets concernant l’organisation de conférences économiques, la fondation d’ateliers corporatifs et d’abord d’une imprimerie fédérative18. Varlin cita l’exemple des mégissiers de Paris qui n’avaient pas imaginé que leurs patrons préféreraient tout perdre plutôt que de faire des concessions aux grévistes : « Cette rude leçon nous fit penser aux ateliers corporatifs et la fédération parisienne émit 40 000 obligations de un franc19, garanties par elle, pour réaliser cet atelier. A l’assemblée du 19 juin, dans la nouvelle salle de la Fédération, 10 rue de l’Amitié20, Paule Mink exalta « les sentiments de solidarité qui sont le moyen le plus pratique pour arriver à l’émancipation des travailleurs... ». Elle exhorta les auditeurs à défendre la Réforme sociale.

  • 21 La Réforme sociale, 20 février et 6 mars. Lettre d’Emile Vincent : « Persistant dans ses attaques e (...)
  • 22 La Réforme sociale, 20 mars 1870.
  • 23 Ibid., 8 mai, 26 juin 1870.
  • 24 Ibid., 27 avril 1870. Plusieurs adhérents ont dénoncé les tendances de quelques membres des comités (...)

16Si l’on en juge d’après le nombre et l’importance des comptes rendus, ce sont les comités de l’industrie cotonnière qui semblent avoir manifesté l’activité la plus régulière, fileurs de coton, 6 février : réunion du comité de Pavilly marquée par un incident entre Aubry et un défenseur de la démocratie sociale lequel protestait « contre le mouvement ouvrier qui avait le tort de diviser, par ses attaques contre l’ordre économique actuel, la société en bourgeois et ouvriers »21 puis avec deux membres de la coopérative « patronnée par les libéraux bourgeois », qui voulaient provoquer la dissolution de la corporation ; 27 février, séance du comité de Darnétal : Creusot fait un compte rendu du congrès de Bâle, exprime le regret que tous les fileurs ne soient pas encore organisés, ce qui empêche les ouvriers de résister aux baisses de salaires nombreuses depuis quelques semaines ; il a acquis la conviction que le commissaire de police de Sotteville note soigneusement les noms des sociétaires et les communique aux patrons22 ; 15 mai et 12 juin, réunions à Rouen des fileurs du canton de Grand-Couronne23 ; le 3 avril, à l’assemblée générale des fileurs de coton furent décidées la fédération de tous les comités cantonaux, la nomination de délégués au conseil général et la création d’une commission de contentieux qui exercerait un contrôle régulier sur chaque comité et ferait disparaître tout soupçon de malversation24.

  • 25 La Réforme sociale, 5 juin et 10 juillet 1870.
  • 26 Ibid., 30 janvier 1870.

17Tisseurs de calicot : réunion de la corporation de l’arrondissement de Rouen le 12 juin et le 27 juin pour évoquer surtout les incidents de la grève de Saint-Etienne-du-Rouvray25 ; tisseurs de bretelles, le 20 février 187026.

  • 27 Ibid., 17 avril 1870. Une autre réunion du comité eut lieu le 12 juin (voir La Réforme sociale, 5 j (...)

18Fileurs de laine : le 29 mars, « ceux d’Elbeuf décidèrent, à l’invitation du congrès de Bâle, de supprimer le poste de président de la corporation et d’abolir dans la profession les coutumes appelées « bienvenues ou amendes » qui sont toujours consommées en liqueurs fortes, sont onéreuses pour ceux qui les paient, occasionnent de grandes pertes de temps, excitent les ouvriers à la boisson, enfin sont un moyen de démoralisation constante qui achève de détruire la dignité humaine et crée un des principaux obstacles à l’affranchissement du travail... »27.

  • 28 La Réforme sociale, 27 février 1870. « Selon le patron, nos idées étaient excellentes mais les ouvr (...)
  • 29 Ibid., 3 avril 1870.

19Les autres comités qui existaient à la fin de 1869 n’ont fourni aucune information au journal ; par contre, de nouvelles associations se sont constituées au printemps de 1870. La tentative d’organisation des tanneurs et corroyeurs est signalée en février, lorsqu’un patron menace de renvoyer les ouvriers qui décideraient d’adhérer à la société28 ; le 20 mars, l’élection du comité définitif est fixée au 24 avril et un projet d’atelier social envisagé29.

  • 30 Ibid., 10 avril 1870 ; le 7 avril, le comité des fileurs du canton de Grand-Couronne adressa une in (...)

20A la réunion générale des comités corporatifs du 29 mars 1870, Mullet croit pouvoir annoncer que les ouvriers des grands ateliers de chemin de fer « seraient bientôt avec la Fédération » ; il s’agissait d’une nouvelle importante, car ces travailleurs s’étaient jusqu’alors résolument tenus à l’écart : « quelques-uns commencent à comprendre qu’ils ne doivent pas rester en dehors d’un mouvement qui intéresse si fortement les classes ouvrières puisqu’il s’agit de leur affranchissement radical »30.

  • 31 Ibid., 17 juillet 1870. Un comité de mécaniciens avait existé à Darnétal à l’époque des élections d (...)

21Le 8 juillet, près de 800 mécaniciens discutent un projet de statuts fédératifs et corporatifs, alors qu’un certain nombre d’entre eux envisagent de se mettre en grève pour obtenir la journée de 10 heures ; le comité définitif de 9 membres est élu le 13 juillet31.

22La Fédération s’est également efforcée de constituer des groupes en dehors de la région rouennaise proprement dite.

  • 32 La Réforme sociale, 30 janvier 1870. Conférence à Fleury-sur-Andelle.

23Sur l’invitation des fileurs de coton de la vallée de l’Andelle, dix-huit délégués de Rouen assistèrent, le 19 décembre 1969, à une assemblée organisée à Fleury-sur-Andelle ; malgré l’insuffisance de publicité « un grand nombre de citoyens se firent inscrire pour former l’embryon d’un cercle des diverses corporations de la vallée »32

  • 33 La Réforme sociale, 30 janvier 1870, Grèves d’Elbeuf et de Darnétal.

24A l’occasion de la grève des fileurs de laine, on peut noter deux autres tentatives dans le département de l’Eure. A Pont-Authou, l’échec est complet ; Aubry l’attribue à l’influence du marquis de Duruflé, puissant propriétaire et sénateur : « Les ouvriers privés de toute initiative... crurent que la coupole du ciel leur tomberait sur la tête s’ils s’avisaient d’avoir des velléités d’indépendance sans consulter leur seigneur et maître. Le niveau intellectuel de ces malheureux étant encore à l’état de servitude absolue, le chapeau d’un gendarme ou l’habit galonné du plus humble fonctionnaire suffit pour leur faire exécuter tout ordre, quel qu’il soit, émané du brahma » (sic)33.

  • 34 Ibid., 27 février 1870. Selon le sous-préfet de Louviers, « la réunion n’a donné lieu à aucun incid (...)
  • 35 Ibid., 13 mars 1870.
  • 36 Ibid., 26 juin et 24 juillet 1870.

25A Louviers, une corporation réussit à se constituer, avec bien des difficultés ; une assembée générale se réunit le 7 février34, mais le président ayant tenté lui-même de saboter la société en la transformant en association de secours mutuels contre la maladie, il fallut donc reconstituer le comité35. Après l’arrestation des principaux dirigeants de l’Internationale, le nouveau secrétaire donna, à son tour, sa démission36 ; la pression des industriels et de l’administration semble avoir été particulièrement vive dans cette ville.

  • 37 Par exemple en mars les tailleurs d’habits avaient exposé leur intention de se constituer en corpor (...)
  • 38 Le Progrès de Rouen, 17 mai 1870. Lettre de Régnier (16 mai) : Une société de tisseurs était en voi (...)

26De février à juillet 1870, plusieurs corps de métier expriment donc leur intention de se constituer en corporations37 ; même si toutes ces initiatives n’ont pas le temps d’aboutir, elles révèlent que l’influence de la fédération s’élargit ; elle commence à dépasser les limites de la région rouennaise et à pénétrer dans les vallées industrielles de l’Eure : Risle et Andelle ; d’autre part, l’industrie textile étant à peu près complètement organisée, à l’exception du tissage de la laine38, le mouvement gagne la métallurgie (mécaniciens, ateliers de Sotteville) et le bâtiment (charpentiers) ; l’industrie chimique et le port seuls restent complètement à l’écart.

  • 39 La Réforme sociale, 1er mai 1870 : « La corporation des ouvriers mouleurs a été organisée en dehors (...)

27Si les effectifs de la fédération semblent avoir été beaucoup plus élevés au début de 1869, ce n’était alors qu’un gonflement exceptionnel et passager ; les assises de la Fédération paraissent beaucoup plus solides en mai 1870. Dans la région elle s’identifie presque complètement au mouvement ouvrier, puisque les fondeurs représentent le seul groupement qui n’ait pas été constitué sous le patronage du Cercle d’études économiques39.

GREVES ET ATELIERS CORPORATIFS

28La formation des nouvelles corporations se produisit parfois à l’occasion de grèves. Pourtant dans la métallurgie et le bâtiment, les mouvements éclatèrent d’abord au Havre, où il n’existait aucune section de l’A. I. T.

  • 40 Ibid. Sous-préfet du Havre, 31 mars, 1er et 4 avril 1870. Dans les deux principaux établissements, (...)
  • 41 Le Progrès de Rouen, 10 avril 1870. « Une grève exemplaire ». « Ce qui vient de se passer aux Chant (...)
  • 42 Ibid., 6 avril 1870.
  • 43 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. Préfet, 5 et 23 avril 1870.
    Réduction d’une heure du travail quotidie (...)
  • 44 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. Grève Elmering, C.c. police de Rouen, 11 et 12 avril ; préfet, 22 av (...)

29A la fin de mars et au début d’avril, les ouvriers des ateliers de construction mécanique du Havre avaient facilement obtenu la réduction de la journée de travail de 11 heures à 10 heures40. L’Opinion nationale citait en exemple les négociations entre les Chantiers de l’Océan et leur personnel : « Grâce à cette façon de procéder, l’entente a remplacé une grève qui eût pu être désastreuse pour les ouvriers autant que pour la compagnie »41. Le 5 avril, le Nouvelliste de Rouen se faisait l’écho de bruits annonçant que les mécaniciens de la Compagnie de l’Ouest allaient se mettre en grève pour obtenir la journée de 10 heures ; en fait, les ouvriers avaient simplement présenté à la direction une pétition de 545 signatures (sur un effectif total de 1 040 employés)42 ; la compagnie accepta aussitôt les revendications sans qu’aucun arrêt de travail fût nécessaire43. Au contraire la grève de l’établissement Elmering eut une issue fâcheuse pour le personnel : 28 mouleurs avaient voulu ainsi protester contre certains abus (brutalités, amendes...) et réclamer un nouveau règlement à leur patron d’atelier (12 avril) ; le conseil des prud’hommes les condamna à verser une indemnité de 30 à 50 F pour avoir abandonné le travail sans effectuer leur quinzaine de congé ; de plus, dix d’entre eux considérés comme les meneurs, furent définitivement congédiés. A la suite de ce mouvement, un syndicat des maîtres fondeurs de fer se serait constitué à Rouen, aucun ouvrier gréviste, précise l’accord, ne sera employé dans une fonderie de fer avant qu’il ne soit rentré et n’ait travaillé un mois dans l’établissement où la grève aura eu lieu. Le chef d’établissement pourra seul lever cette interdiction dans le cas où il ne lui conviendrait pas de reprendre son ancien ouvrier. Les industriels se proposent aussi, autant que les circonstances le permettront, de mettre immédiatement leur personnel en quinzaine dès qu’une tentative de grève se manifestera44.

  • 45 Ibid. Préfet, 1er juin 1870.
    Journal de Rouen, 2 et 19 juin ; les charpentiers gagnaient alors 3,5 F (...)
  • 46 Journal de Rouen, 9 et 10 juillet. Les patrons précisaient cependant qu’il ne serait plus toléré dé (...)
  • 47 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police de Rouen, 6 juillet 1870 ; Journal de Rouen, 4 juillet 1 (...)
  • 48 Ibid. C.c. police de Rouen, 10 juillet 1870.
  • 49 Ibid. C.c. police de Rouen, 9 juillet 1870 (45 grévistes sur 60), Le Nouvelliste de Rouen, 10 juill (...)

30Dans le bâtiment, l’exemple vient également du Havre. A Rouen, 70 charpentiers cessèrent le travail le 1er juin ; ils réclamèrent un salaire horaire de 0,50 F et la journée de 10 heures (au lieu de 11)45. Les patrons voyant leurs formules de compromis repoussées, durent accepter les revendications de leurs ouvriers (1er juillet), mais ceux-ci ne consentirent à revenir sur les chantiers « qu’après insertion dans les journaux de Rouen des nouvelles conditions de travail » (9 juillet) 46. Ce fut ensuite le tour des menuisiers qui, le 16 juin, demandèrent une augmentation du salaire horaire de 0,35 ou 0,40 F (outils fournis par le patron) ou 0,43 F (outils fournis par l’ouvrier)47. Sur 600 salariés de 136 maîtres menuisiers, 250 commencèrent la grève le 4 juillet ; elle était à peu près terminée le 9 juillet ; dans ce cas encore la plupart des patrons avaient dû céder48. Après un arrêt de travail de quelques jours (9 au 13 juillet) les scieurs de pierres arrivèrent également à un accord avec les entrepreneurs de maçonnerie49.

  • 50 A. D. S-M., M, C.c. police d’Elbeuf, charpentiers, 13, 18, 19 et 28 juillet 1870 ; menuisiers, 18 e (...)

31Les travailleurs du bâtiment d’Elbeuf obtinrent des améliorations de salaires analogues après quelques jours de grève : charpentiers (18 au 28 juillet), menuisiers (18 au 29 juillet), « Les patrons éprouvant des difficultés par suite des vides qui s’étaient faits dans ces catégories et des besoins actuels »50.

  • 51 Journal de Rouen, 3 et 4 août 1870.
    Les maréchaux-ferrants se mirent également en grève pour obtenir (...)

32Les maçons s’apprêtaient à suivre le mouvement ; leur commission ouvrière invita les patrons du bâtiment à une réunion le 4 août, mais la guerre fit abandonner le projet51.

  • 52 A. N., F 12 - 4537. Chambre de commerce de Rouen, 4 mai 1870. En avril, fermeture à Rouen de la fil (...)
  • 53 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police de Rouen, 28 et 29 juillet 1870.
    A. N., F 12-4652. Préfet (...)

33Dans l’industrie du coton, la conjoncture n’était guère favorable et les ouvriers durent parfois même accepter des baisses de salaires52 ; les deux seules grèves signalées en 1870 pour cette question concernent les tissages Lemaître-Lavotte de Bolbec (6-13 juillet) et Quesnel de Rouen (28 juillet-1er août 1870)53.

  • 54 La Réforme sociale, 13 février 1870. Faits et gestes du monopole.
  • 55 La Réforme sociale, 6 mars 1870 ; les bambrocheuses gagnaient de 2,50 F à 3 F.
  • 56 L’HUILLIER (Fernand)-La lutte ouvrière..., op. cit., p. 56-57.
    A. N., F 12 4652. Préfet, 31 mai et 7 (...)

34A la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray, une diminution de 10 % ne provoqua aucune réaction ; la Fédération ouvrière conseilla même à ses camarades « d’accepter momentanément cette philantropique attitude du capital... » mais en décidant « que d’ici quelques mois elle prendrait les mesures nécessaires pour s’assurer une revanche qui respecterait la propriété d’autrui en faisant respecter celle du travailleur »54. En mars, le salaire quotidien des bambrocheuses fut encore réduit de 50 centimes55. Le mécontentement provoqué par ces mesures ne fut certainement pas étranger au conflit qui éclata à la fin de mai56. Le 30, les ouvriers de la Société cotonnière, mécontents des règlements imposés par un nouveau directeur d’origine alsacienne, voulurent le contraindre à donner sa démission. Alors se produisit une scène au sujet de laquelle les versions diffèrent : D’abord celle la Réforme sociale « Irrité de l’insistance des ouvriers, M. Kah exhiba un revolver à six coups et le posa sur la gorge d’une ouvrière, espérant par ce coup de théâtre effrayer les ouvriers, mais ce fut le contraire... ; ceux-ci furent tellement indignés de ce procédé que plusieurs se hâtèrent de s’emparer du furibond pour l’inviter à mettre bas son arme... ». Puis celle du commissaire de « Comme le directeur résistait..., les ouvriers l’ont saisi pour le conduire à la mairie. En présence de l’agression dont il était l’objet, il a tiré un revolver de sa poche et en a menacé ceux qui l’entouraient..., il a soulevé contre lui l’atelier tout entier..., on l’a désarmé... ». Les six cents employés de l’établissement « appuyés par près de 3.000 personnes qui avaient grossi ce singulier convoi » entraînèrent le directeur à la mairie de Saint-Etienne-du-Rouvray où les commissaires de police de Rouen et d’Oissel entendirent les témoins.

  • 57 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. Préfet, 31 mai 1870.
  • 58 Ibid. C.c. police de Rouen, 2 juin 1870.

35L’affaire parut se régler rapidement puisque Kah demanda lui-même à abandonner son poste ; le travail devait donc reprendre le vendredi 3 juin - délai de quatre jours pour trouver un nouveau directeur ou chômage imposé à dessein ? -, « ce sera pour les ouvriers une salutaire leçon, ce sera aussi un utile exemple... »57. Le 2 juin, le gérant Lucas qui avait pourtant accepté la démission de Kah fit placarder une affiche : « La grève ayant pour effet de rompre le contrat existant entre patrons et ouvriers, les employés et ouvriers de l’établissement de Saint-Etienne-du-Rouvray sont prévenus de la fermeture générale des ateliers... Chacun pourra réclamer son livret et son argent demain et samedi ». Lucas comptait ainsi se débarrasser des instigateurs de la manifestation. A la réouverture de l’usine, le mardi 7 juin, il annonça donc le renvoi de quelques tisseurs. Devant la menace d’une reprise de la grève, il dut accepter de les conserver à condition que le personnel admît le retour du directeur58.

  • 59 A. D. S-M., U. Six ouvriers furent poursuivis pour violation de domicile et voies de fait ; la prem (...)
  • 60 La Réforme sociale, 26 juin, 3 juillet 1870 : « Cette sévère condamnation infligée à des ouvriers e (...)

36Cependant, une quarantaine d’ouvriers quittèrent l’établissement ; d’autre part, deux tisseurs et quatre tisseuses passèrent en jugement et furent condamnés par le tribunal correctionnel de Rouen, à des peines de prison pour voies de fait59. La Réforme sociale avait fait valoir des circonstances atténuantes : « Nos amis ont agi sans préméditation ; l’indignation seule les a poussés à revendiquer, trop vivement peut-être, leur droit et leur dignité brutalement méconnus par M. Kah »60.

  • 61 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1852-1867. Préfet, 26 avril 1870 ; le préfet répond au ministre de l’In (...)
  • 62 Le Nouvelliste de Rouen, 2 juillet 1870.
  • 63 A D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police de Rouen, 6 juillet 1870.
    La Réforme sociale, 17 juillet 1 (...)

37L’industrie de Rouen n’a donc été que partiellement atteinte par le raz de marée de grèves qui s’est étendu sur la France au printemps de 1870. Mais l’Internationale fut une fois de plus accusée d’être à l’origine de l’agitation61. Le Nouvelliste, par exemple, se déclarait certain que la plupart des charpentiers reprendraient les travaux s’ils ne craignaient les représailles des meneurs cachés. « Toutes ces grèves se font avec une régularité, une ponctualité parfaites, notamment en ce qui concerne la construction. Après les couvreurs, les charpentiers, les menuisiers, ce sera le tour des maçons, des plâtriers... »62. Le commissaire central s’exprimait encore plus clairement : « Quoique la plupart des ouvriers constructeurs ne fassent pas partie de l’Internationale, ce n’est pas moins Emile Aubry qui est le promoteur de ces grèves. Il tient tous les jours chez lui des réunions privées pour les différents corps de métiers. Il est à remarquer que depuis le refus qu’il a essuyé au sujet du Congrès national qui devait avoir lieu à Rouen, il s’est jeté complètement dans l’opposition ; il se fait fort de diriger les grèves pour tous les corps d’état... »63.

  • 64 La Réforme sociale, 10 avril 1870.
    Les fileurs d’Elbeuf, endettés à l’égard des autres corporations, (...)

38Pourtant à la suite des mouvements de 1869, Aubry avait repris et précisé ses arguments contre les grèves revendicatives. Dans le Mirabeau (Verviers) du 6 février 1870, il tirait la leçon des échecs d’Elbeuf et de Darnétal : « La grève, comme généralement elle a été faite jusqu’alors, épuise les ressources de la solidarité, sans donner matériellement de résultats sérieux... », d’autant plus que les patrons, à l’exemple des ouvriers, se fédèrent à leur tour pour résister à la pression des travailleurs et exclure les meneurs ; une grève malheureuse peut détruire en quelques jours le travail laborieusement effectué pendant des mois »64. Aubry met en garde les esprits impatients « qui aspirent au triomphe immédiat de l’affranchissement de notre classe » ; il faut, tout d’abord, créer une grande fédération de corporations, ouvrir des ateliers sociaux qui serviront de refuge aux grévistes. « Si les milliers de francs dépensés (à Paris) sans résultats autres qu’une plus grande misère, et, ce qui est bien plus malheureux, le découragement parmi les victimes déjà disposées à douter du succès, si, dis-je, les deux cent mille francs dévorés à Paris par nos courageux compagnons avaient été transformés en outillage, le capital aurait été certainement vaincu surtout en considération du mouvement fédératif des sociétés ouvrières de l’Europe... ». Aubry essaie de répondre à l’objection qu’il serait difficile de créer des ateliers corporatifs dans la grande industrie ; « alors il faudrait, avant d’en prendre possession, avoir celle de la commune... De toute façon les ateliers de la petite industrie pèseront d’un grand poids dans la formation de ceux-là ».

  • 65 La Réforme sociale, 20 février, 6 mars et 10 avril 1870. « De la grève ». Dans le1er et le second a (...)

39Aubry développa dans trois longs articles de la Réforme sociale son plan de « convertir la grève oisive en grève productive et la transformer en force économique »65. Il s’inspirait du projet proudhonien de crédit mutuel mais sans faire intervenir une banque nationale qui aurait supposé un pouvoir politique favorable aux ouvriers. Les associations emprunteront, sous forme d’obligations sans intérêt, pour acheter l’outillage nécessaire à l’équipement de l’atelier corporatif, des titres étant souscrits par les autres groupements fédérés. L’atelier livrera ses produits au prix de revient « j’entends par prix de revient :

40« 1°) la main-d’œuvre ;

41« 2°) le prix de remboursement calculé d’après la production moyenne de tous et du délai dudit remboursement ;

42« 3°) l’entretien de l’outillage ;

43« 4°) son augmentation ;

44« 5°) une réserve pour parer aux éventualités... ».

  • 66 Aubry signale un autre avantage : l’ouvrier pourra devenir propriétaire des produits de son travail (...)
  • 67 La Réforme sociale, 10 avril 1870.

45Aubry prévoit assez arbitrairement que le prix des produits baissera de 40 % au moins66. L’entreprise capitaliste pourra-t-elle résister même en acceptant des sacrifices ? Aubry imagine la riposte : « Dites à ceux qui veulent nous tuer et chez qui vous travaillez qu’à partir de la semaine prochaine votre salaire sera augmenté de 25 % et que chaque semaine cette augmentation s’élèvera jusqu’à ce qu’ils soient vaincus... ». L’augmentation de salaire que vous aurez ainsi obtenue appartiendra de droit à la caisse de l’atelier corporatif qui l’emploiera à l’augmentation de son outillage ». L’industriel payant sa main-d’œuvre peut-être 100 ou 200 pour cent plus cher sera vaincu. Il ne lui restera plus qu’à céder son établissement à la compagnie corporative. « N’est-ce pas ce que nous appelons une liquidation pacifique ? ». Par la coalition, Aubry espère donc que les travailleurs arriveront à s’affranchir du joug du capital67.

  • 68 Aubry reprend son rapport de Bruxelles sur la liquidation pacifique de la propriété privée des bien (...)

46L’auteur se défend d’être « un grand collectiviste, c’est-à-dire un communiste... ». Deux propriétés peuvent coexister celle des compagnies ouvrières : chemins de fer, canaux, routes, transports, usines, mines... et la propriété individuelle du produit du travail « Il est possible à la propriété collective de n’être pas absorbée par l’individu et à celui-ci de ne pas subir le joug de la collectivité puisque les limites sont parfaitement déterminées pour l’une et pour l’autre... »68. Aubry espère ainsi qu’ouvriers et petits commerçants, c’est-à-dire distributeurs de la production, pourront s’entendre pour imposer pacifiquement ces réformes.

  • 69 Mémoire présenté par la Fédération jurassienne de l’A. I. T. à toutes les Fédérations de l’Internat (...)

47Pourtant des expériences analogues à celles que proposait Aubry avaient connu l’échec. Les dirigeants de l’A. I. T. ne l’ignoraient pas. Schwitguébel écrit à Jung en juin 1870 : « Je partage vos vues sur l’emploi des fonds (destinés à la résistance) à des travaux coopératifs ; Aubry croit avoir trouvé la clef de la solution dans la grève productive ; erreur, mon cher, erreur fatale ; il y a vingt ans que les sociétés anglaises ont essayé l’emploi de ces fonds à la coopération productive et elles n’ont trouvé que déceptions et ruine... »69. Mais Aubry sous-estimait l’efficacité des coalitions patronales.

  • 70 La Réforme sociale, 20 février 1870. Emission de 40.000 obligations de 1 F garanties par la fédérat (...)
  • 71 L’administration de l’imprimerie s’engagea à accepter les obligations en paiement de toute commande (...)
  • 72 La Réforme sociale, 27 février 1870 : « Nous ne doutons pas un seul instant que tous les ouvriers q (...)

48L’imprimerie lithographique représente la première tentative de fondation à Rouen d’un atelier corporatif. A l’assemblée générale du 30 janvier, au cours de laquelle Varlin avait évoqué l’exemple des mégissiers de Paris70, Aubry avait présenté le projet des lithographes de Rouen ; il était nécessaire à la Fédération de disposer de sa propre imprimerie car, à plusieurs reprises, elle avait rencontré de grosses difficultés pour faire publier ses textes. Le nouvel établissement serait financé par l’émission de 10 000 obligations de un franc : les lithographes s’engageaient à les rembourser par voie de tirage au sort, par cinquième, de semestre en semestre, un an après l’ouverture. Les obligations au porteur étaient « échangeables contre tout produit de valeur équivalente ». Cette disposition éclaire la difficulté qu’il fallait surmonter ; conformément à la doctrine du crédit mutuel et gratuit, aucun intérêt ne pouvait être versé aux prêteurs qui se contenteraient de la possibilité d’échange contre des produits au prix de revient. Mais quels produits, puisqu’il n’existait pas encore d’autres ateliers corporatifs ?71. Des producteurs libres accepteraient-ils ces obligations de l’association des lithographes ? Le montant des obligations risquait d’être immobilisé pendant un certain temps, peut-être même jusqu’au tirage au sort. Il fallait donc essentiellement compter sur les corporations elles-mêmes pour réaliser l’opération. L’imprimerie commencerait à fonctionner après que 2 000 obligations auraient été souscrites - 600 l’étaient déjà le 30 janvier ; des carnets d’émission seraient déposés au siège de la Fédération, d’autres adressés à toutes les fédérations françaises72.

  • 73 A D. S-M., M, Imprimeurs, Rouen, 1810-1880. En 1858, Aubry avait personnellement essayé d’obtenir u (...)
  • 74 A. D. S-M., M, Imprimeurs, Rouen. Signataires de la pétition : Aubry, A. Doulard, Chenu, Glasford, (...)
  • 75 A D. S-M., M, Imprimeurs, Rouen. Maire, 13 avril ; préfet, 22 avril 1870.
    La Réforme sociale, 3 juil (...)

49Le 7 février, les lithographes demandèrent au préfet de leur accorder le brevet nécessaire pour exercer leur profession73 ; les signataires furent invités à s’entendre pour choisir le futur titulaire du brevet74 ; Aubry, désigné par ses collègues, sollicita donc à nouveau une autorisation « afin que nous puissions devenir producteurs libres au même titre que nos honorables patrons ». Le maire fit un rapport favorable sur la moralité et la capacité du sieur Aubry mais présenta la même objection qu’en 1858 : le nombre d’imprimeurs était suffisant à Rouen. Cependant, le préfet écrivit au ministre qu’il ne voyait aucun inconvénient à ce que le brevet fût accordé75, bien qu’il n’ignorât pas qu’Aubry fût un des « meneurs » de l’Internationale ; il ne mettait donc aucun obstacle à la fondation d’une imprimerie qui pourrait devenir un instrument de propagande ; le ministre suivit l’avis du préfet (1er juin).

  • 76 La Réforme sociale, 19 juin 1870. Le 2 juillet, Aubry, à son tour, pour hâter la création d’une imp (...)

50Le 19 juin, le comité lithographique pouvait donc lancer un nouvel appel aux souscriptions, momentanément ralenties par les poursuites contre l’Inter¬-nationale : « Déjà beaucoup d’obligations ont été prises, mais le nombre n’est pas encore suffisant pour entreprendre la lutte aussi sérieusement que nous le désirerions ; cependant, d’ici peu de jours, nous commencerons à nous mettre à l’œuvre... ». Le caissier Baillemont insistait sur l’importance de cette première tentative de mise en pratique dans la région du projet d’ateliers corporatifs : « De cet essai va dépendre pour nos contrées l’avenir du mouvement social. Les travailleurs qui doutent attendent cette épreuve pour faire acte d’adhésion à nos principes. Si, ainsi que nous l’espérons, nous sortons victorieux de cette lutte, le socialisme triomphera à son tour non seulement ici mais au loin, et le mouvement se décuplera »76.

  • 77 La Réforme sociale, 17 juillet. Conférence de Paule Mink, 2 juillet 1870.

51« Après l’imprimerie, la filature corporative, le tissage corporatif et l’imprimerie en indienne également corporative... ». Aubry se plaisait à imaginer un immense développement de l’institution : « Raisonnant dans l’hypothèse qui deviendra bientôt une réalité, d’un nombre de 2.000.000 d’ouvriers en corporation fédérative, il a démontré (au cours de la réunion du 2 juillet), qu’à l’aide d’une souscription permanente hebdomadaire de un franc sous la forme d’obligations remboursables périodiquement, les ouvriers pourraient chaque semaine créer de vastes ateliers, voire même des usines métallurgiques et des houillères, entreprendre la construction de voies ferrées et toutes les plus grandes édifications que nécessite l’application de la science à l’industrie »77.

  • 78 Ibid., 13 et 20 mars 1870.
  • 79 Ibid., 17 avril 1870.
  • 80 Ibid., 8 avril 1870. Assemblée des tanneurs et corroyeurs du 20 mars.

52Dans la grande industrie cependant, aucun plan précis n’a pu être élaboré. Le 27 février, les fileurs de coton de Darnétal, après avoir entendu Creusot regretter que tous les collègues ne fussent pas encore organisés, décidaient de mettre à l’ordre du jour de l’assemblée générale de l’arrondissement l’urgence de la création d’un atelier corporatif78. Le 3 avril, la cotisation des adhérents était uniformément fixée à 50 centimes, afin de réunir les fonds nécessaires79 ; mais le projet n’aboutit pas ni celui des tanneurs et corroyeurs, pourtant techniquement moins complexe80.

  • 81 Ibid., 6 mars 1870. Compte rendu de la réunion mensuelle du comité fédéral de la Fédération (20 fév (...)

53Certains adhérents proposèrent le développement d’institutions plus traditionnelles. Il avait été prévu dans les statuts du Cercle d’études économiques que, lorsque les circonstances le permettraient, on jetterait les bases d’une société libre de secours mutuels contre la maladie. Le comité fédéral examina le 20 février les propositions de quelques sociétaires favorables à sa création immédiate, mais considéra que le moment était vraiment mal choisi. Comment demander une nouvelle cotisation à des ouvriers touchés par le chômage et la baisse des salaires ? Aubry était évidemment plus attaché à la fondation d’ateliers, il pensait que « les maladies sociales qui engendrent celles physiques doivent avant tout nous préoccuper... »81.

  • 82 La Réforme sociale, 17 avril 1870. Compte rendu sommaire de la réunion générale des fileurs de coto (...)

54Le même argument fut développé le 3 avril au cours de la réunion des fileurs de coton : « L’organisation corporative est la société de secours mutuels contre les maladies sociales, qui seules engendrent les maladies physiques ; guérissons-nous d’abord des maux qui nous empêchent d’équilibrer notre budget et nous aurons moins besoin de recourir au médecin pour les maladies physiques... »82.

  • 83 Ibid., 17 juillet 1870. Réunion du 6 juillet à la salle de la fédération ; projet présenté par Aubr (...)

55Par contre, la Fédération admit que les coopératives pouvaient contribuer activement à l’émancipation des travailleurs. Le projet d’une boulangerie corporative fut adopté le 6 juillet, à la suite d’une conférence de Paule Mink83 ; elle devait être financée par la souscription de 6 000 à 10 000 obligations de un franc ; la farine serait achetée chez les petits meuniers qui étaient alors obligés de vendre leurs produits aux grosses meuneries dans des conditions défavorables, le pain fourni à plusieurs centimes au-dessous du prix courant, mais aux seuls membres de la fédération ; la boulangerie viendrait éventuellement au secours des grévistes qui obtiendraient pendant toute la durée du mouvement un crédit garanti par les corporations. « L’assemblée manifesta énergiquement ses sympathies » pour une telle entreprise.

  • 84 Ibid., 31 juillet. Réunion des comités corporatifs du 20 juillet. Une boucherie coopérative avait f (...)

56Le 20 juillet, la corporation des serruriers, chaudronniers et tourneurs mécaniciens de l’arrondissement, fit approuver les statuts d’une boucherie fédérale qui livrerait la viande à meilleur marché que le commerce traditionnel. Comme l’imprimerie et la boulangerie, la boucherie émettrait des obligations de un franc84.

57Les poursuites contre l’Internationale, les difficultés économiques dues à la guerre firent abandonner ces projets, cependant ils révèlent les ambitions de la Fédération ouvrière ; celle-ci s’efforce de devenir le centre d’une activité de production grâce aux ateliers sociaux, aux coopératives syndicales qui doivent vendre au prix de revient sans fournir ni intérêts, ni dividendes. Les corporations apporteront leur appui aux coopératives, mais les avantages offerts attireront de nouveaux membres à la Fédération et accroîtront sa puissance financière et sociale.

LA PROPAGANDE ET LES CONFERENCES

58La Fédération compléta l’œuvre d’éducation entreprise par la Réforme sociale en organisant plusieurs séries de conférences.

  • 85 La Réforme sociale, 13 février 1870. Les conférences hebdomadaires commencèrent le 5 février 1870.

59Pour les adhérents, des causeries économiques se succédèrent chaque samedi dans la salle de la Fédération pour « initier les travailleurs aux principes d’économie sociale » : origine du capital, forces économiques qui concourent à la formation de la richesse sociale, division du travail, crédit, propriété, machines, monopoles et impôt... ; on devait y démontrer ce qui distinguait l’économie politique de l’économie sociale85.

  • 86 Ibid., 27 mars 1870. Conférence de la citoyenne Paule Mink.

60Pour les conférences publiques, le Cercle fit appel à des orateurs parisiens, d’abord Varlin, le 30 janvier, mais surtout Paule Mink ; le 6 mars au théâtre des Variétés à Rouen, elle traita du rôle de la femme dans la famille et la société, et fit preuve « d’un talent d’érudition peu commun, surtout chez les personnes de son sexe, dont l’instruction et l’éducation dans notre société bourgeoise, sont si peu cultivées... » ; retraçant la condition inférieure de la femme depuis les Hébreux, les Grecs et les Romains, elle « affirma le mépris du christianisme pour la femme, l’ignoble conduite des évêques qui ne voulaient pas plus l’affranchissement de la femme que celle des serfs... ; elle termina en recommandant aux femmes du peuple de s’associer aux légitimes revendications de leurs maris... pour conquérir les droits imprescriptibles du travail...86. Le jeudi 10 mars, dans une seconde conférence, elle étudia la condition du peuple à travers les âges, l’esclavage, le servage, s’en prenant à nouveau à l’Eglise qui « consacra toutes les iniquités » ; faisant un court historique de l’Internationale, elle exhorta les ouvriers à la solidarité pour vaincre leur ennemi commun : la bourgeoisie.

  • 87 Ibid. Les interventions les plus violentes, prélude de l’orage qui éclata à la troisième conférence (...)
  • 88 Ibid. Troisième conférence : « Dès l’ouverture des portes, des cris et des sifflets se faisaient en (...)

61Certaines interprétations de Paule Mink provoquèrent des incidents87. La troisième conférence, à Elbeuf, le 15 mars, fut perturbée par une « cabale montée par un groupe d’individus appartenant pour la plupart aux administrations cléricales industrielles de la localité ». Cette « troupe de désœuvrés » aurait eu pour mission de provoquer l’intervention de la police et l’interruption de la réunion88. La Réforme sociale publia un récit dramatique des événements : On accuse Aubry de vouloir la guerre sociale, « Pendant une demi-heure le tumulte est à son comble, le président agite en vain sa sonnette, la sacro-sainte bande ne veut rien entendre... ». L’exposé de Paule Mink sur le Travail et la Misère est haché par des interruptions surtout lorsqu’elle montre l’Eglise pactisant avec les exploiteurs ou attaque le monopole industriel qui reconstitue une nouvelle féodalité ; un contradicteur qui a osé parler de la défense de la civilisation « contre les attaques des Caraïbes » se voit expulsé de la tribune par des citoyens indignés qui l’invitent à ne pas lasser leur patience.

  • 89 Le Progrès de Rouen, 11 et 12 mars. Le Journal de Rouen, 7 et 11 mars, est cependant le seul qui fa (...)
  • 90 La Réforme sociale, 17 juillet 1870.

62Le but que la Fédération s’était proposé était largement dépassé ; les journaux républicains de Rouen qui, depuis plusieurs mois, ignoraient ses activités reconnurent l’intérêt des réunions et désapprouvèrent les manifestations hostiles89. Paule Mink fut à nouveau invitée en juillet pour des conférences privées : 2 juillet à Rouen, Du principe de la solidarité ; 3 juillet à Louviers, sur l’affranchissement du travail ; 5 juillet à Elbeuf, sur l’instruction au point de vue de l’affranchissement des classes ouvrières ; 6 juillet, seconde causerie à Rouen sur le même sujet90.

  • 91 Ibid., 30 janvier 1870. Soixante membres de la Fédération adhéraient au Cercle rouennais de la Ligu (...)
  • 92 Ibid. Lettre à Eugène Noël (27 mars) ; Les trois polichinelles (17 avril) ; seconde lettre à Eugène (...)
  • 93 Le Cercle rouennais de la Ligue de l’enseignement ne devint républicain qu’après le départ de Pouye (...)
  • 94 Le cercle rouennais se prononça pour l’instruction obligatoire, le 25 janvier 1870 (Journal de Roue (...)

63La Ligue de l’enseignement s’efforçait également de faciliter l’émancipation intellectuelle des masses : le Cercle d’études économiques avait d’abord conseillé à ses membres de la soutenir, mais en 1869, il commença à critiquer le choix des sujets de conférences, trop étrangers au mouvement social : « La Ligue ne semble être qu’une course au clocher pour les rhétoriciens et les amateurs de littérature bourgeoise... »91. En 1870 Marque présenta de nouveaux griefs ; il accusa Eugène Noël, fondateur de la Ligue en Seine-Inférieure d’avoir, dans le Journal de Rouen, ridiculisé sa conférence sur les enseignements de l’histoire, de s’opposer à ses initiatives et même de chercher à l’écarter du comité de direction en profitant d’une réforme des statuts92. La rupture ne se produisit cependant pas entre les deux organisations ; Marque continua à publier les comptes rendus des conférences de la rue de Fontenay, tout en regrettant que la Ligue évitât de prendre position sur les questions sociales ou le régime politique93 ; Fédération et Ligue de l’enseignement se trouvèrent d’accord en 1871 pour admettre, après bien des hésitations, la nécessité de l’enseignement primaire obligatoire94.

LA FEDERATION ROUENNAISE ET LES AUTRES GROUPES DE L’A. I. T.

  • 95 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le jacobinisme..., op. cit., p. 357-359, a publié des extraits (...)
  • 96 La Réforme sociale, 17 avril 1870.
    Fédération rouennaise, A. I. T. (section de Rouen). La grève du C (...)

64La Fédération attribuait une grande importance aux relations avec les autres sections de l’A. I. T. Les correspondances avec Paris, Lyon, Marseille ou même l’étranger étaient lues aux assemblées générales ou paraissaient dans la Réforme sociale. Aubry servit d’intermédiaire entre Dupont et Robert en vue de la formation à Besançon d’une nouvelle association95. La grève du Creusot fut l’occasion d’une éclatante démonstration de solidarité ; comme la Fédération marseillaise (Bastelica) et les sections parisiennes, la Fédération rouennaise publia un manifeste96 ; elle rappelait les origines du conflit, le refus de Schneider de donner aux intéressés la gestion de leur caisse de prévoyance puis d’accorder une augmentation de salaire, l’envoi au Creusot de la force armée pour « défendre les intérêts d’un millionnaire qui s’est cru autorisé à se payer ce luxe parce qu’il est investi d’une fonction appelée supérieure dans l’ordre législatif... ».

  • 97 La Réforme sociale, 24 avril, 1er et 8 mai 1870. Verviers fit également transmettre 73 F par l’inte (...)

65La Fédération appela la population de Rouen à seconder l’héroïque revendication des ouvriers du Creusot : « Tous comprendront que ce qui se passe en ce moment est la lutte suprême du travail opprimé contre le capital oppresseur »..., le triomphe est certain « si nous comprenons tous qu’en les faisant triompher (les grévistes du Creusot) nous triomphons nous-mêmes... »97. Les souscriptions furent assez faibles à cause des difficultés économiques et de la baisse des salaires

24 avril

142,00 F

1er mai

27 00 F

8 mai

69,50 F

soit au total

238,50 F

66auxquels il convient d’ajouter 79 F recueillis par le cercle elbeuvien ; parmi les corporations, les fileurs de laine de Darnétal, 30 F ; les teinturiers en bleu, 10,50 F ; les chineurs, 5 F ; les fileurs de coton de Darnétal, 15,85 F ; les fileurs de laine de Louviers, 15 F ; des groupes de tisseurs de bretelles, de teinturiers en rouge et de mécaniciens ; l’industrie du coton a donc fourni une somme beaucoup plus faible que celle de la laine.

67Deux séries de correspondances sont particulièrement importantes, parce qu’elles révèlent les divergences d’opinion qui existaient entre la Fédération rouennaise, Paris et Lyon.

  • 98 Troisième procès de l’A. I. T. à Paris, op. cit., Audience du 22 juin 1870 (avocat impérial). Gazet (...)
  • 99 La Réforme sociale, 20 février 1870. Lectures des correspondances des citoyens Varlin, Bastelica et (...)

68Les lettres de Varlin à Aubry ont été utilisées par l’accusation au cours du 3e procès de l’A. I. T. à Paris98 et publiées dans la Gazette des tribunaux et le Nouvelliste de Rouen ; elles étaient d’ailleurs déjà connues, puisqu’elles avaient été lues au cours de l’assemblée générale du 30 janvier99 ; elles concernent principalement les grèves et le secours qu’il fut possible de leur apporter, mais elles contiennent également des allusions aux rapports de l’Internationale et des partis politiques.

  • 100 Troisième procès, op. cit., p. 22-23. A Paris, les réunions prévues pour la désignation des délégué (...)

69Le 6 août 1869, Varlin répond à une remarque d’Aubry : « Vous semblez croire que le milieu dans lequel je vis est plus préoccupé de la révolution politique que des réformes sociales. Je dois vous dire que pour nous, la révolution politique et les réformes sociales s’enchaînent et ne peuvent aller l’une sans l’autre. Seule la révolution politique ne serait rien ; mais nous sentons bien, par toutes les circonstances auxquelles nous nous heurtons, qu’il nous sera impossible d’organiser la révolution sociale tant que nous vivrons sous un gouvernement aussi arbitraire que celui sous lequel nous vivons ». C’est là le fond du désaccord entre Varlin et Aubry, en partie explicable par la différence de situation à Paris et à Rouen ; alors qu’à Paris, l’A. I. T. a été poursuivie, à Rouen le Cercle d’études économiques bénéficie encore de la tolérance de l’administration impériale100.

  • 101 Ibid., op. cit., p. 24-25. Lettre de Varlin, 8 octobre 1869.

70Varlin s’inquiétait de cette attitude d’Aubry, qu’il attribuait à la timidité ; le renvoi d’Aubry du Nouvelliste de Rouen lui parut bénéfique : « S’il vous était possible de vous créer à Rouen une petite position indépendante, cela serait très heureux pour vous et surtout pour notre cause ; car cela vous permettrait de prendre des allures plus rudes et surtout plus révolutionnaires »101.

  • 102 Le Progrès de Rouen, 20 octobre 1869.
  • 103 Troisième procès, op. cit., p. 26 - Varlin à Aubry, 29 octobre 1869. Noiret ne faisait pas partie d (...)

71Mais quelques jours plus tard, le Progrès de Rouen publiait un appel de Noiret pour dissuader les ouvriers parisiens de participer à la manifestation prévue pour le 26 octobre102. Varlin demande à Aubry des éclaircissements : « Connaissez-vous le citoyen Ch. Noiret ?... J’ai vu cette adresse reproduite dans plusieurs journaux de Paris. Vous en avez sans doute connaissance. Rouen n’est pas si grand. Les quelques groupes d’hommes d’action doivent se connaître... »103. En fait la Fédération était absolument étrangère à la rédaction de ce texte.

  • 104 Troisième procès, op. cit., p. 33 à 35. Varlin à Aubry, 25 décembre 1869 ; Varlin a écrit le même j (...)
  • 105 Varlin estime cependant nécessaire, à juste titre, de recommander à Aubry, la concision : « Les art (...)

72En décembre cessa de paraître le Travail, auquel Aubry avait envoyé des articles sur la grève des fileurs de laine. Varlin entre alors en relations avec Minière, directeur de la Marseillaise, le journal de Rochefort. Varlin explique et justifie ce rapprochement avec les intransigeants 104. « Il est utile que je vous donne quelques éclaircissements afin que vous ne croyiez pas qu’il n’y a là qu’une machine de guerre contre l’Empire ». Les socialistes avec leurs seules ressources ne peuvent fonder un quotidien ; avec Rochefort la difficulté se trouve levée « non par sa fortune, il n’en a pas, mais par son nom... Un journal fait par Rochefort est assuré du succès... Rochefort a pu trouver des prêteurs... Minière, nommé directeur, est en même temps et surtout chargé de la ligne socialiste du journal. Cette ligne est celle affirmée par la presque unanimité des délégués de l’Internationale au congrès de Bâle, c’est-à-dire le socialisme collectiviste ou communisme non autoritaire »... Le journal entend préparer la « révolution sociale européenne », mais sur ce point Varlin veut encore rassurer Aubry : « Nous avons été presque unanimes à reconnaître que nous n’étions pas prêts pour la Révolution ; qu’il nous fallait encore un an, deux ans peut-être, de propagande par le journal, les réunions publiques et privées, et l’organisation des sociétés ouvrières, pour arriver à être maîtres de la situation et être assurés que la révolution ne nous échappera pas au profit des républicains non socialistes... » - ce qui était la hantise d’Aubry. Varlin sollicite le concours de son correspondant, aux côtés de Malon, Verdure, Dereure et Minière105. Aubry ne semble pas cependant avoir été totalement convaincu ; il va réserver ses articles à son propre journal, la Réforme sociale, « seul organe ouvrier de France ».

  • 106 Troisième procès, op. cit., p. 39-40. Varlin à Aubry, 19 janvier 1870, en réponse à une lettre du 1 (...)

73Le 12 janvier, l’enterrement de Victor Noir, avait failli dégénérer en émeute. Aubry a dû exprimer ses craintes à Varlin, car celui-ci cherche à les apaiser dans sa lettre du 19 janvier : « Vous êtes dans l’erreur lorsque vous pensez que l’influence de notre fédération a probablement contribué à empêcher que la manifestation du 12 janvier se transforme en insurrection. Les délégués de la chambre fédérale ne s’étaient ni réunis, ni concertés, à l’avance... Rochefort était maître du mouvement. Il a été assez intelligent et raisonnable pour ne pas donner un ordre funeste et envoyer au massacre les meilleurs soldats de la révolution... ». Varlin ne rejette pas la perspective de la révolution : « la révolution s’avance, mais il ne faut pas se laisser déborder ». Une émeute vaincue satisferait les partis bourgeois, il faut donc faire preuve de beaucoup de prudence : « Nous devons du même coup abattre toutes les têtes de l’hydre ; mais il ne faut pas que nous les manquions et c’est pourquoi nous hésitons... »106.

  • 107 Ibid., p. 43-44. Bastelica à Varlin, 2 février : « Votre voyage à Rouen a-t-il comblé vos désirs ? (...)

74Aubry redoutait toujours que l’Internationale ne fût entraînée dans une aventure par les « politiquants » radicaux. Varlin s’est bien rendu compte que sa visite à Rouen le 30 janvier n’avait rien changé107, car le 8 mars, quelques jours après sa sortie de prison, il s’étonne qu’Aubry soit encore hostile à une révolution. « Et vous voulez bien que je devienne moins révolutionnaire en présence d’un état de choses pareil, qui semble encore s’aggraver tous les jours. Quand l’arbitraire et l’iniquité auront disparu, quand la liberté et la justice régneront sur la terre, je ne serai plus révolutionnaire... » ; mais il se défend d’oublier les réformes sociales : « Vous avez tort de croire un seul instant que je néglige le mouvement socialiste pour le mouvement politique. Non ce n’est qu’au point de vue vraiment socialiste que je poursuis l’œuvre révolutionnaire mais vous devez bien comprendre que nous ne pouvons rien faire, comme réforme sociale, si le vieil état politique n’est pas anéanti...

  • 108 Ibid., p. 52-53. Varlin à Aubry, 8 mars 1870. Après les incidents du 7 février provoqués par l’arre (...)

75« Si, dans ces circonstances graves, le parti socialiste se taisait endormir par la théorie abstraite de la science sociologique, nous pourrions bien nous réveiller un beau matin sous de nouveaux maîtres plus dangereux pour nous que ceux que nous subissons en ce moment, parce qu’ils seraient plus jeunes et conséquemment, plus vigoureux et plus puissants... »108.

76Aubry continua cependant à considérer comme illusoire tout changement de régime politique.

77Les lettres d’Aubry à Albert Richard ne concernent pas seulement les rapports de l’Internationale avec les mouvements politiques ; elles permettent surtout de dégager la position de la Fédération rouennaise à l’égard de l’Alliance de la démocratie socialiste.

  • 109 Le programme de l’Alliance de la démocratie socialiste fut envoyé le 29 novembre 1868 au Conseil gé (...)
  • 110 A. M. Lyon, I2 54-157. Ces trois points figuraient dans les deux premiers articles du programme de (...)

78En décembre 1868, après le congrès de Bruxelles, Aubry adressa à Richard des critiques au sujet du programme de l’Alliance109 ; il retenait trois points : l’athéisme, la suppression de l’héritage et l’émancipation politique de la femme110 ; article 1 : l’Alliance se déclare athée... : « il m’a semblé... que sans vous en apercevoir, vous tombiez dans le matérialisme moderne qui n’est que le contrepied du spiritualisme ; toute doctrine qui conduit à l’absolu mène directement au despotisme, conséquemment à l’annihilation de l’individu ou si vous aimez mieux, de la liberté... » ; article 2 : « la propriété collective et la suppression de l’héritage ; la suppression de l’héritage aboutirait à l’abolition de la famille, ce serait ce qu’on appelait le « grand communisme », c’est-à-dire le communisme intégral que l’humanité repoussera toujours parce qu’elle ne veut aucunement être parquée ». Aubry lui oppose le mutuellisme des positivistes. L’émancipation politique de la femme ? Elle ne profiterait qu’à celles dont la « position sociale leur permettrait de confier à des auxiliaires les soins du ménage... ».

  • 111 FREYMOND (Jacques) - Etudes et documents sur la Première Internationale en Suisse - Genève 1964, 31 (...)
  • 112 A. M. Lyon, 12 56-161. Aubry à Richard, 27 juillet 1869.
  • 113 Troisième procès, op. cit., p. 23-24. Lettre de Bastelica à Richard, 1er octobre 1869. GUILLAUME (J (...)

79Après la dissolution officielle du bureau central de l’Alliance, Albert Richard, au nom du comité fondateur, fut chargé par la section de Genève de recueillir des adhésions en France et à l’étranger111. Il poursuit sa correspondance avec Aubry, qui continue à prêcher la solidarité « momentanément en dehors de toute politique militante »112. A Bâle, la délégation rouennaise ne suivit pas les collectivistes dans les votes sur l’héritage et la propriété terrienne. Bastelica, également membre de l’Alliance, ne désespère pas de rallier Aubry ; le 1er octobre, il écrivait à Varlin : « Si Aubry pouvait aussi se rendre (à Lyon) en même temps que moi et un Parisien, nous étudierions ensemble bien des projets, et, peut-être aussi bien des équivoques se purgeraient. Avouez-moi qu’a la veille d’une révolution sociale autant et même plus que politique, il est nécessaire qu’une entente loyale (surtout sur les moyens pratiques) s’établisse entre les socialistes de Lyon, Paris, Rouen et Marseille, afin de ne pas livrer les événements au hasard : il nous faut donc au plus vite étudier à établir un plan de révolution française »113.

  • 114 FREYMOND (Jacques) - Etudes et documents sur la Première Internationale en Suisse, op. cit., p. 218 (...)

80Le 4 décembre 1869, Guillaume et Senti non rencontrent à Lyon, Bastelica, Palix et Richard auquel Guillaume remet le vocabulaire chiffré de Bakounine114. Le 30 janvier Varlin vient à Rouen, mais Aubry n’entrera directement en contact avec les représentants de l’Alliance qu’à l’occasion du congrès de Lyon (13 mars 1870).

  • 115 A. M. Lyon, I2 54-162. Aubry à Richard, 9 mars 1870.

81Qui a, le premier, envisagé de réunir un congrès des groupes français de l’Internationale ? Richard en avait parlé à Malon et Aubry à Vaganey (de Vienne) : « Nous en avons eu l’idée sans nous consulter, en même temps... Je vous abandonne très aisément le droit d’aînesse en cette matière comme en beaucoup d’autres ; l’essentiel, concluait Aubry, c’est que nous puissions faire passer notre idée dans la réalité... »115.

82A l’assemblée générale de la Fédération lyonnaise étaient invités les délégués des sections de Paris, Rouen, Neuchâtel, Marseille, Limoges, Bruxelles, Saint-Etienne... ; elle permettrait à la fois de fonder définitivement l’organisation lyonnaise et de préparer la création de la fédération nationale. Richard expliquait l’orientation de la Fédération lyonnaise : « Nous sommes résolus à livrer une bataille décisive à nos deux antagonistes décrépits, le jacobinisme et la coopération ». Aubry qui qualifie de magnifique la correspondance de Richard, devait être sensible aux conclusions : « Répétons sans cesse et partout notre mot d’ordre du moment, organisation locale, corporative, fédérale et internationale des masses ouvrières.

83« Les partisans d’une révolution politique immédiate nous disent que cette révolution porterait le Socialisme dans ses flancs.

84« Mais celle de 1848 aussi portait le Socialisme dans ses flancs, et comme elle a été simplement politique, quand le socialisme a voulu se montrer, on l’a écrasé.

  • 116 La Réforme sociale, 27 février 1870. Correspondance de Lyon ; il s’agit à la fois du compte rendu d (...)

85« Encore une leçon qu’il ne faut pas oublier »116.

  • 117 A. M. Lyon I2 56-159. Aubry à Richard, 22 février 1870.
    La Réforme sociale, 6 mars 1870 : Réunion me (...)

86Cependant Aubry déclina d’abord l’invitation ; « la misère sévit tellement ici que beaucoup d’ouvriers ont du mal à payer leurs cotisations », mais surtout la Fédération rouennaise annonçait qu’elle réunirait elle-même au mois de mai un congrès national de toutes les sociétés ouvrières de France, ce qui exigerait de nouveaux sacrifices117 ; les « chaleureuses invitations » de Richard amenèrent la Fédération à changer d’avis quelques jours plus tard et Aubry fut délégué au congrès de Lyon.

  • 118 Troisième procès, op. cit., p. 52-53. Varlin à Aubry, 8 mars 1870.

87Varlin souhaitait pouvoir faire route avec Aubry « Bastelica sera à Lyon... Il y aura sans doute aussi des délégués de Genève, des montagnes neuchâtelloises et des environs de Lyon... En dehors du meeting, nous pourrions nous entendre sur bien des points, ce serait très utile... »118.

  • 119 La Réforme sociale, 27 mars 1870. Délégués français en dehors des Lyonnais : Bastelica et Porrini ( (...)

88Aubry a publié un compte rendu du congrès dans la Réforme sociale ; il n’y eut aucune discussion au cours de la séance plénière, d’ailleurs assez courte (midi à 15 heures 30), Richard et Bastelica firent l’historique de leurs sections, exaltèrent la solidarité des travailleurs. Aubry retraça le développement du mouvement corporatif à Rouen, les difficultés rencontrées de la part des partis politiques, exposa une fois de plus son programme d’ateliers corporatifs, exhorta les différentes sections à constituer une fédération nationale : « Abritons-nous sous le drapeau de l’Internationale et bientôt tous les peuples de l’Europe ne seront plus, ainsi que l’ont pensé les réformateurs, qu’un peuple de frères... Le 13 mars 1870 marquera dans l’histoire du prolétariat... ; ce sera, non seulement pour Lyon, mais pour toutes les fédérations ouvrières, une date mémorable parce qu’elle est une étape vers le 89 social... ». En fait, aucune décision ne fut prise concernant la fédération nationale119.

89Bakounine avait jugé prudent de ne pas venir lui-même exposer ses projets. Mais il avait remis à Schwitzguébel une lettre datée du 12 mars dans laquelle il invitait les travailleurs français à ne contracter aucune alliance de dupes avec le radicalisme bourgeois et à organiser en dehors de lui les forces du prolétariat par la fédération des ateliers, la création des caisses de résistance et leur fédération non seulement nationale, mais internationale.

90« ...Et quand l’heure de la révolution aura sonné, la liquidation de l’Etat et de la société bourgeoise, y compris tous les rapports juridiques. L’anarchie, c’est-à-dire la vraie, la franche révolution populaire : l’anarchie juridique et politique, et l’organisation économique, de bas en haut et de la circonférence au centre, du monde triomphant des travailleurs.

  • 120 BAKOUNINE (Michel) - De la guerre à la Commune, textes présentés par Fernand Rude - Paris 1972, 614 (...)

91« Et pour sauver la révolution, pour la conduire à bonne fin, au milieu même de cette anarchie, l’action d’une dictature collective, invisible, non revêtue d’une puissance quelconque, mais d’autant plus efficace et puissante - l’action de tous les révolutionnaires socialistes énergiques et sincères, disséminés sur la surface du pays, de tous les pays, mais unis fortement par une pensée et une volonté commune... »120.

  • 121 Aubry était donc considéré comme un ami extérieur dont l’appui pouvait être précieux pour l’Allianc (...)

92Aubry figurait-il parmi ces « révolutionnaires socialistes » ? Selon James Guillaume, cette lettre devait être communiquée « à Albert Richard et aux autres Français faisant partie de notre intimité : Varlin, Bastelica (Aubry n’en était pas) ». Cependant, le 1er avril, Bakounine écrit à Richard au sujet de la tentative d’Outine, partisan du Conseil général, de prendre le contrôle de la section de Genève « Je te demande énergiquement, impérieusement au nom de notre Intimité de prévenir tous nos amis de France et surtout Varlin, Bastelica, Aubry, Malon sans oublier Palix de cette sale et réactionnaire intrigue ». L’intérêt que Bakounine porte à Aubry est renforcé par la place que doit tenir Rouen dans le déclenchement de la révolution « non centralisée » : « Les provinces, au moins les points principaux, tels que Lyon, Marseille, Saint-Etienne, Rouen et autres ne doivent pas attendre les décrets de Paris pour se soulever et s’organiser révolutionnairement... »121.

  • 122 A la suite de la scission du congrès de La Chaux-de-Fonds (4-6 avril 1870), deux comités fédéraux e (...)

93L’opposition d’Aubry à l’Alliance de la démocratie socialiste ne fut nettement révélée que lorsqu’il fut amené à intervenir dans le conflit qui éclata entre les deux journaux suisses de l’A. I. T. : l’Egalité (Genève) fidèle à la ligne du Conseil général et la Solidarité (Neuchâtel) rédigée par Guillaume122. Dans un article de la Réforme sociale du 8 mai, il reprend certains arguments du Conseil général par exemple la tentative de l’Alliance pour contrôler l’A. I. T., mais développe surtout les critiques qu’il avait déjà adressées à Richard après le congrès de Bruxelles : l’Alliance professe le collectivisme absolu et comme il est impossible d’appliquer ce programme sans une transformation radicale de la société, elle fait appel à la violence. L’Alliance proclame l’abolition de l’héritage et n’ose avouer qu’elle veut aussi l’abolition de la famille. « L’Alliance cherche à son insu... à imposer à son tour l’absolutisme de la collectivité... ». Autre grief, qui détermine les Genevois à rompre avec l’Alliance : elle représente « une société composée de journalistes, d’avocats, de publicistes, de professeurs, voire même de boyards proscrits... :, alors que l’A. I. T. est formée d’ouvriers manuels luttant pour l’affranchissement des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes. On retrouve ici la méfiance à l’égard des intellectuels qui s’était manifestée au congrès de Genève : « Par la facilité d’écrire ou de parler, il se pourrait qu’un jour la direction du mouvement social tombât entre les mains de personnes intéressées à le faire dévier ». Que les travailleurs de la pensée créent des groupes de professeurs, de journalistes et de publicistes et ils pourront être représentés dans les comités corporatifs constitués de sociétés ouvrières et non de catégories de socialistes.

  • 123 A l’assemblée générale de Lyon, Schwitzguébel avait critiqué les essais de candidature ouvrière pol (...)

94Au sujet des moyens que voulait employer l’Alliance pour vaincre la résistance de la bourgeoisie, Aubry ne peut guère lui reprocher de refuser de pactiser avec les bourgeois radicaux ; mais il n’admet pas que « l’état d’asservissement dans lequel se trouve le prolétariat soit un obstacle que la légalité ne pourra vaincre ; il rejette la violence inutile ; ce serait un crime de faire périr des milliers d’existences pour conquérir des réformes qu’un simple bulletin peut faire surgir de l’urne... »123.

  • 124 Aubry reprend dans sa lettre certaines remarques qu’il avait déjà présentées dans son article de la (...)

95Aubry termine sa lettre en exposant son propre point de vue sur l’organisation de la société : la propriété individuelle doit subsister à côté de la propriété collective, car « la liberté individuelle ne peut exister qu’à la condition que la valeur des produits d’un producteur soit son entière propriété... »124.

  • 125 La Réforme sociale, 8 mai 1870 : « l’un des courants représente l’idée de propriété individuelle un (...)
  • 126 Aubry semble cependant faire quelques réserves au sujet de certains militants de l’Alliance : « Bra (...)

96Il condamne donc formellement à la fois les principes de l’Alliance et les moyens qu’elle propose : « Nous déclarons franchement qu’elle fait fausse route et compromet le socialisme si elle persiste dans ses idées de collectivisme absolu ». Aubry, qui ne semble pas avoir aperçu tous les aspects du conflit entre l’Egalité et la Solidarité, l’assimile au double courant d’idées qui existe en France, mutuellistes et collectivistes125 et se prononce pour les principes des sections de Genève. Mais ne mettant pas en doute que ses frères de Suisse soient animés de bonnes intentions126, il les invite à discuter publiquement de leurs buts et de leurs moyens d’action et à se faire des concessions mutuelles.

LE CONGRES NATIONAL DE ROUEN

  • 127 La Réforme sociale, 6 mars 1870. Compte rendu de la réunion mensuelle du comité fédéral. Un appel d (...)

97Le comité de la Fédération rouennaise avait décidé, le 20 février, d’organiser à Rouen un congrès des sociétés ouvrières françaises. L’objectif proposé était de frapper un coup décisif sur l’opinion normande : « Le mutisme que la presse locale garde sur notre mouvement pouvant faire croire aux ouvriers de notre ville que nous sommes peu nombreux en France, il serait de la plus grande importance d’appeler l’attention des indifférents sur leurs propres intérêts... ; la bourgeoisie, de son côté, « verrait avec quelle énergie le prolétariat cherche à conquérir son affranchissement ». Le congrès devait être la revanche des échecs de 1869127.

  • 128 Ibid., 3 avril 1870. Fédération ouvrière rouennaise, réunion du comité fédéral (20 mars 1870). Cong (...)

98Le 20 mars, après l’assemblée de Lyon, le comité fixa la date du congrès au 15 mai et sa durée à une semaine ; il s’agissait donc d’une réunion d’une tout autre portée que celle de Lyon, d’un véritable congrès national où ne manqueraient pas de se confronter les tendances du mouvement ouvrier français128. Le programme établi sur les propositions du secrétaire de correspondance comprenait six thèmes de discussion :

  1. des causes de la misère,

  2. des moyens d’y remédier,

  3. de la grève,

  4. de la solidarité,

  5. des ateliers corporatifs dits de résistance,

  6. du crédit et de l’échange.

  • 129 Voir articles de la Réforme sociale, : « La misère et ses remèdes » (27 février), « La grève » (à p (...)
  • 130 La Réforme sociale, 10 avril 1870. Compte rendu sommaire de la réunion générale des comités corpora (...)

99Ces questions qui avaient déjà été étudiées par la Fédération129 serviraient donc de base aux délibérations du congrès et à l’établissement d’un « programme commun, ralliant toutes les fédérations ». La Fédération rouennaise en prenant la tête du mouvement vers la fédération nationale cherchait à lui donner sa propre orientation. Aubry invitait les comités rouennais à travailler activement à la formation de nouvelles corporations pour augmenter le poids de la Fédération rouennaise et donner au congrès « plus de solennité » (130.

100Varlin accueillit assez fraîchement l’initiative d’Aubry ; la date lui apparaissait inopportune car la fédération parisienne était en cours d’organisation mais surtout le programme ne pouvait évidemment lui convenir : « Maintenant, écrivait-il à Aubry le 5 avril, j’ai à vous adresser quelques observations critiques à propos de notre congrès national. Il me semble que vous auriez dû, avant de convoquer publiquement les sociétés ouvrières de France à un congrès dont vous fixez vous même la date et le programme, il me semble, dis-je, que vous auriez dû consulter ces sociétés, ou tout au moins les fédérations de ces sociétés, sur l’opportunité de ce congrès et sur les questions à mettre à l’ordre du jour...

  • 131 Troisième procès, op, cit., p. 57-58. Varlin à Aubry, 5 avril 1870.
    Voir la Réforme sociale, 24 avri (...)

101« Pour quant à moi, je trouve le congrès précipité, peut-être inopportun... ». Varlin précise bien qu’il s’agit d’un point de vue strictement personnel, mais il pense que la chambre fédérale fera également des objections et il laisse planer la menace d’un refus de participation : « je regrette que votre appel ait été rendu public, car toutes ces observations auraient dû se faire sans que nos ennemis soient dans la confidence, comme ils seraient forcés d’y être si le congrès venait à ne pas se faire... »131.

  • 132 Troisième procès, op. cit., p. 63-64. Varlin à Aubry, 20 avril 1870.

102Le 20 avril, Varlin proposa de retarder le congrès à cause de l’annonce du plébiscite, la préoccupation générale du moment132.

  • 133 La Réforme sociale, 1er mai 1870 : « Nous avons reçu de diverses sociétés l’avis qu’elles ne pourra (...)
  • 134 La Réforme sociale, 5 juin 1870.
    Le congrès devait également « préparer la réponse aux questions mis (...)

103La Fédération rouennaise se trouva obligée de céder sur le choix de la date, et de reporter le congrès après le plébiscite133 ; le 26 mai, les comités corporatifs décidèrent de le fixer irrévocablement au 27 juin, mais le programme n’était pas modifié ni les ambitions réduites : « Il nous est permis d’espérer que ce congrès donnera la véritable solution du problème social depuis longtemps cherchée par les philosophes socialistes...134. Cette phrase révèle toute l’ampleur des intentions d’Aubry.

Notes

1 Rapport sur les travaux et la marche du Cercle, op. cit., p. 3.

2 La Réforme sociale, 20 janvier 1870. « Déclaration ». Brismée, imprimeur, 13 rue des Alexiens à Bruxelles, avait représenté la section bruxelloise au congrès de Bâle.

3 Lettres d’Aubry à Richard, 22 février et 15 juillet 1870 (A. M. Lyon, 12 56-159 et 163) : « Nous sommes obligés d’envoyer notre copie au plus tard le jeudi pour obtenir notre numéro huit jours après, puis alors nous avons deux jours à passer pour remplir les formalités de douane et de vérification à la préfecture ainsi que l’apposition du timbre ». Richard, qui envisageait de faire imprimer un journal socialiste en Suisse, avait demandé à Aubry des renseignements sur les conditions financières d’une telle publication.

4 Le Nouvelliste de Rouen, 2 février 1870.

5 La Réforme sociale, 30 janvier 1870 « Ligue de l’enseignement ». La Ligue est présentée comme « une coterie exclusivement composée de bourgeois antipathiques à toute réforme sociale ».

6 La Réforme sociale, 30 janvier 1870. « Grèves d’Elbeuf et de Darnétal ». Le Nouvelliste juxtapose des expressions dispersées dans l’article.

7 Marque faisait partie du comité rouennais de la Ligue de l’enseignement à laquelle il aurait voulu donner une orientation plus sociale ; il est l’auteur des comptes rendus des conférences organisées par le cercle de Rouen.

8 La Réforme sociale, 13 février 1870 : « Ces diverses mesures de garanties nous sont suggérées d’abord par l’impartialité, puis pour ne pas tomber dans les pièges tendus par nos adversaires ». Voir aussi La Réforme sociale, 20 et 27 février 1870.

9 La Réforme sociale, 6 mars 1870. Comité fédéral du 20 février 1870.

10 Ibid. Comité fédéral du 8 mars 1870.
La Réforme sociale reproduisit également de larges extraits de l’étude de Georges Duchêne, rédacteur au Havre, sur la situation économique de l’Empire (20 février, 6, 13 et 20 mars) et la préface de la publication de Paule Mink, Les mouches et les araignées (13 février).

11 Lettre à Albert Richard, 15 juillet 1870 (A. M. Lyon, 12 56-163).
L’administration de la Réforme sociale aux sociétés ouvrières de France (E. Aubry), 2 p., s.d. (entre le 21 juillet, condamnation d’Aubry et de Piéton, et le 31 juillet, disparition de la Réforme sociale) B. N. La 22536.

12 Lettre à Albert Richard, 15 juillet 1870.
Coût de la publication : impression 55 F, port 6 F, timbre 20 F, poste (200 abonnés) 9 F, rédaction et administration 40 F, feuilleton 10 F, port d’argent en espèces 4 F = 144 F. Recettes : 600 exemplaires à 15 centimes 90F, 100 exemplaires aux marchands 10F ; 50 exemplaires vendus comptant à 15 centimes 7,5 F = 107,5 F.
« C’est moi qui dans cette affaire supporte tout le poids, aussi suis-je à bout... Je suis en découvert de 800 F ».

13 La Réforme sociale, 3 juillet 1870.

14 Ibid., 31 juillet 1870.

15 L’administration de la Réforme sociale..., op. cit.

16 Coût prévu de la publication (tirage à 2 000 exemplaires) : impression 80F, droit et port 160 F, administration 40 F, mise sous bande, pliage 30 F, port des copies et de l’argent 10 F = 320 F.
100 exemplaires étant distribués gratuitement, le prix de revient de l’exemplaire s’élevait à 0,16 F.

17 Enquête parlementaire sur les événements du 18 mars, op. cit., p. 592 (Préfet de Rouen).

18 La Réforme sociale, 30 janvier, 13 et 20 février 1870.
Journal de Rouen, 31 janvier 1870.

19 La Réforme sociale, 20 février 1870. A cette assemblée générale, Aubry donna lecture de sa correspondance avec Varlin (au sujet des grèves), Bastelica et Vaganey (de Vienne).

20 Le 12 juin, la fédération se réunissait encore 68 rue du Bac (La Réforme sociale, 5 juin). La nouvelle salle se trouvait voisine du domicile d’Aubry, 12 rue de l’Amitié.
La Réforme sociale, 3 juillet 1870.
Le Nouvelliste de Rouen, 24 juin 1870.

21 La Réforme sociale, 20 février et 6 mars. Lettre d’Emile Vincent : « Persistant dans ses attaques et descendant à la personnalité afin d’arriver à une dissolution violente de la réunion, il fut invité par le commissaire de police à ménager ses expressions... ».

22 La Réforme sociale, 20 mars 1870.

23 Ibid., 8 mai, 26 juin 1870.

24 Ibid., 27 avril 1870. Plusieurs adhérents ont dénoncé les tendances de quelques membres des comités « qui font intervenir l’élément des sociétés de secours mutuels contre les maladies dans l’administration de la corporation », c’est-à-dire utilisent les fonds recueillis pour servir de secours !

25 La Réforme sociale, 5 juin et 10 juillet 1870.

26 Ibid., 30 janvier 1870.

27 Ibid., 17 avril 1870. Une autre réunion du comité eut lieu le 12 juin (voir La Réforme sociale, 5 juin) pour préparer l’assemblée générale du 19 et le congrès de Rouen.

28 La Réforme sociale, 27 février 1870. « Selon le patron, nos idées étaient excellentes mais les ouvriers étaient trop bêtes pour savoir les comprendre et en profiter ».

29 Ibid., 3 avril 1870.

30 Ibid., 10 avril 1870 ; le 7 avril, le comité des fileurs du canton de Grand-Couronne adressa une invitation aux ouvriers de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest employés aux ateliers de Sotteville ; mais ils n’étaient pas encore organisés, le 19 juin (voir La Réforme sociale, 3 juillet 1870).

31 Ibid., 17 juillet 1870. Un comité de mécaniciens avait existé à Darnétal à l’époque des élections de 1869, mais son activité n’est pas mentionnée ultérieurement. Voir Journal de Rouen, 6 juillet 1870.
A. D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police de Rouen, 9 et 14 juillet 1870 : Constitution de la société par les mécaniciens des ateliers de Sotteville (60 présents sur 135) ; aucun mécanicien de la ville n’assistait à la réunion.

32 La Réforme sociale, 30 janvier 1870. Conférence à Fleury-sur-Andelle.

33 La Réforme sociale, 30 janvier 1870, Grèves d’Elbeuf et de Darnétal.

34 Ibid., 27 février 1870. Selon le sous-préfet de Louviers, « la réunion n’a donné lieu à aucun incident et n’a produit aucune impression sur la population ouvrière de Louviers, composée en majeure partie d’ouvriers vivant en famille et attachés depuis longtemps aux mêmes établissements et entretenant de bons rapports avec leurs patrons ». A. D. Eure, 8 M.

35 Ibid., 13 mars 1870.

36 Ibid., 26 juin et 24 juillet 1870.

37 Par exemple en mars les tailleurs d’habits avaient exposé leur intention de se constituer en corporation (La Réforme sociale, 10 avril 1870) ; le projet ne semble pas avoir abouti.

38 Le Progrès de Rouen, 17 mai 1870. Lettre de Régnier (16 mai) : Une société de tisseurs était en voie de formation au moment des poursuites contre l’Internationale. Ses statuts furent saisis au cours d’une perquisition chez Piéton.

39 La Réforme sociale, 1er mai 1870 : « La corporation des ouvriers mouleurs a été organisée en dehors de la Fédération par les soins de quelques bourgeois, soi-disant libéraux... Nous regrettons qu’ils aient eu plus confiance en ceux qui vivent de leur labeur que dans l’organisation fédérale... ».
Aubry les invitait à rejoindre la Fédération.
A. D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police, 11 avril 1870. L’Union des ouvriers fondeurs en fer de Rouen se réunit à Sotteville pour renouveler la commission nommée six mois auparavant et apporter son soutien à la grève des mouleurs d’Elmering.

40 Ibid. Sous-préfet du Havre, 31 mars, 1er et 4 avril 1870. Dans les deux principaux établissements, Chantiers de l’Océan, Nillus et Normand, les ouvriers avaient obtenu satisfaction après négociation ; il avait fallu une courte grève dans deux autres entreprises. Le Progrès de Rouen, 29 mars 1870.

41 Le Progrès de Rouen, 10 avril 1870. « Une grève exemplaire ». « Ce qui vient de se passer aux Chantiers de l’Océan fait contraste avec ce qui se passe trop souvent ailleurs. Ici, les ouvriers ont réclamé avec précision ; ils ont discuté leurs griefs ; avant d’ouvrir le feu, ils ont parlementé. D’un autre côté la compagnie n’a point repoussé avec dédain leurs prétentions ; elle les a examinées, elle a compris qu’à notre époque le travailleur doit être admis à produire ses raisons » (J.-J. Blanc).

42 Ibid., 6 avril 1870.

43 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. Préfet, 5 et 23 avril 1870.
Réduction d’une heure du travail quotidien en conservant les salaires au taux actuel ; la pétition était rédigée « en termes convenables ». La journée de 10 heures était déjà appliquée aux Batignolles.
La Réforme sociale, 1er mai 1870.
Les autres ateliers de construction mécanique conservèrent la journée de 11 heures ; en juillet 1870, leurs ouvriers envisageaient de se mettre en grève ; voir La Réforme sociale, 17 juillet. Le Progrès de Rouen, 30 juin. Lettre des ouvriers mécaniciens : « Les demandes et grèves partielles faites sans accord entre les ouvriers n’ont amené que division parmi eux... et indisposé les patrons contre nous... ».

44 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. Grève Elmering, C.c. police de Rouen, 11 et 12 avril ; préfet, 22 avril 1870.
Parmi les 63 ouvriers d’Elmering, seuls les 28 mouleurs étaient en grève ; mais sans eux l’établissement devait s’arrêter. Voir La Réforme sociale, 1er mai et 12 juin 1870.

45 Ibid. Préfet, 1er juin 1870.
Journal de Rouen, 2 et 19 juin ; les charpentiers gagnaient alors 3,5 F à 4 F par jour en été, 2,8 à 3,20 F en hiver. Les grévistes désignèrent un comité de quatre délégués pour diriger le mouvement.

46 Journal de Rouen, 9 et 10 juillet. Les patrons précisaient cependant qu’il ne serait plus toléré désormais de quitter les chantiers le lundi et que les heures supplémentaires ne seraient faites qu’à la demande des ouvriers et au tarif ordinaire.

47 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police de Rouen, 6 juillet 1870 ; Journal de Rouen, 4 juillet 1870.

48 Ibid. C.c. police de Rouen, 10 juillet 1870.

49 Ibid. C.c. police de Rouen, 9 juillet 1870 (45 grévistes sur 60), Le Nouvelliste de Rouen, 10 juillet 1870 ; Journal de Rouen, 14 juillet 1870.

50 A. D. S-M., M, C.c. police d’Elbeuf, charpentiers, 13, 18, 19 et 28 juillet 1870 ; menuisiers, 18 et 29 juillet 1870. Le Progrès de Rouen, 17 juillet 1870.

51 Journal de Rouen, 3 et 4 août 1870.
Les maréchaux-ferrants se mirent également en grève pour obtenir une augmentation d’1 F par jour et une diminution d’une heure de travail. Ils gagnaient alors 3,5 à 4 F pour 11 ou 12 heures. Journal de Rouen, 15 juillet 1870.

52 A. N., F 12 - 4537. Chambre de commerce de Rouen, 4 mai 1870. En avril, fermeture à Rouen de la filature et tissage Harel, des filatures Fouray et Hérisson ; en mars, Crépet avait diminué les salaires de 10 %.
La Réforme sociale, 27 février, 3 avril 1870.

53 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police de Rouen, 28 et 29 juillet 1870.
A. N., F 12-4652. Préfet, 6, 11 et 15 juillet 1870.

54 La Réforme sociale, 13 février 1870. Faits et gestes du monopole.

55 La Réforme sociale, 6 mars 1870 ; les bambrocheuses gagnaient de 2,50 F à 3 F.

56 L’HUILLIER (Fernand)-La lutte ouvrière..., op. cit., p. 56-57.
A. N., F 12 4652. Préfet, 31 mai et 7 juin 1870.
A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 17. Préfet, 31 mai 1870.
La Réforme sociale, 19 juin 1870.
A. D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police de Rouen, 30 mai, 1er, 2, 3 et 7 juin 1870. Parmi les mesures appliquées par le nouveau directeur, la Réforme sociale citait l’interdiction faite aux ouvriers de prendre, sous quelque prétexte que ce soit, de l’eau à la pompe ; « nous demandons... quelle différence il y a entre l’ouvrier des manufactures de Saint-Etienne-du-Rouvray et l’ancien esclave de l’Amérique du Sud, qui, à chaque instant, avait à redouter le fouet du planteur ».

57 A. D. S-M., M, Grèves de 1870. Préfet, 31 mai 1870.

58 Ibid. C.c. police de Rouen, 2 juin 1870.

59 A. D. S-M., U. Six ouvriers furent poursuivis pour violation de domicile et voies de fait ; la première charge fut écartée. Condamnation de deux tisseurs : Oudiard, deux mois de prison, Delarue, six semaines et de quatre tisseuses : Dubois, huit jours, Koch, 2 mois, Lokroy, 1 mois, Ozanne, six semaines. Un fileur qui avait pris la parole au nom de ses camarades fut acquitté.

60 La Réforme sociale, 26 juin, 3 juillet 1870 : « Cette sévère condamnation infligée à des ouvriers et ouvrières qui ont eu le courage de protester contre les règlements léonins d’une direction ultra-autoritaire, sera loin de calmer les esprits... ».

61 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1852-1867. Préfet, 26 avril 1870 ; le préfet répond au ministre de l’Intérieur qui lui a signalé les tentatives de grève générale poursuivies par l’Internationale : « Il existe un Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen dont l’affiliation à l’A. I. T. est avérée, mais les tentatives de grèves qui se sont produites au commencement de l’année parmi les fileurs de laine ont donné des résultats si peu encourageants qu’il ne paraît pas y avoir à craindre jusqu’à présent de nouvelles tentatives dans cette branche non plus que dans les autres ressortissant de l’industrie drapière.
« En ce qui concerne l’industrie du coton, la production est restreinte à des proportions tellement exiguës que les ouvriers ont évidemment tout intérêt à ménager la situation et à ne pas se laisser entraîner à se compromettre.
« Dans les autres branches de travail... notamment la construction des machines, l’outillage et la fabrique de produits chimiques, comme elles sont intimement liées à notre principale industrie, on peut, pour les mêmes raisons, espérer que toute tentative de grève demeurerait sans succès... ».
Il faut remarquer que les menuisiers et les fondeurs ne faisaient pas partie de la Fédération ouvrière, que les constructeurs mécaniciens de Sotteville ont présenté leurs revendications alors qu’ils n’étaient pas encore organisés en corporation et que la grève des charpentiers a éclaté en dehors du comité corporatif ; « elle n’en a pas moins toutes nos sympathies » assurait la Réforme sociale (12 juin 1870).

62 Le Nouvelliste de Rouen, 2 juillet 1870.

63 A D. S-M., M, Grèves de 1870. C.c. police de Rouen, 6 juillet 1870.
La Réforme sociale, 17 juillet 1870.

64 La Réforme sociale, 10 avril 1870.
Les fileurs d’Elbeuf, endettés à l’égard des autres corporations, ne purent participer aux frais d’organisation du congrès national. De même l’augmentation de la cotisation fédérale fut de leur part l’objet d’une vive discussion (La Réforme sociale, 3 juillet 1870).
La Réforme sociale, 20 février 1870 ; voir intervention de Varlin à l’assemblée générale trimestrielle de la Fédération (30 janvier 1870).

65 La Réforme sociale, 20 février, 6 mars et 10 avril 1870. « De la grève ». Dans le1er et le second article, Aubry se borne à reprendre les arguments qu’il a développés dans son mémoire du congrès de Bruxelles et dans l’article du Mirabeau de Venders.

66 Aubry signale un autre avantage : l’ouvrier pourra devenir propriétaire des produits de son travail puisque tous les produits seront vendus à leur prix de revient. La compagnie ouvrière de construction de maisons pourra ainsi permettre à un ouvrier de devenir possesseur d’une maison de 2.000F en 10 ans moyennant un versement de 50 F par trimestre. Argument important, alors que les loyers avaient subi une augmentation considérable en quelques années.

67 La Réforme sociale, 10 avril 1870.

68 Aubry reprend son rapport de Bruxelles sur la liquidation pacifique de la propriété privée des biens de production : attribuer aux possesseurs actuels une indemnité semestrielle équivalente à la 10e ou 20e partie de la valeur vraie de l’outillage.

69 Mémoire présenté par la Fédération jurassienne de l’A. I. T. à toutes les Fédérations de l’Internationale - Sonvillier 1873, 285 p., p. 135 - Institut Emile Vandervelde, Bruxelles.

70 La Réforme sociale, 20 février 1870. Emission de 40.000 obligations de 1 F garanties par la fédération parisienne pour fonder l’atelier des mégissiers.

71 L’administration de l’imprimerie s’engagea à accepter les obligations en paiement de toute commande à la condition que le numéro soit compris dans les tirages opérés. La Réforme sociale, 19 juin 1870.

72 La Réforme sociale, 27 février 1870 : « Nous ne doutons pas un seul instant que tous les ouvriers qui constituent les diverses corporations de notre arrondissement, s’empresseront de prendre de ces obligations afin de posséder une imprimerie qui sera toujours à leur disposition et de mettre à l’essai la nouvelle force économique - la grève productive - si différente de celle appliquée jusqu’ici... Montrons à nos adversaires que, travaillant, nous sommes plus qu’eux ; et pour preuve, démontrons-leur que nous pouvons nous passer d’eux... ».

73 A D. S-M., M, Imprimeurs, Rouen, 1810-1880. En 1858, Aubry avait personnellement essayé d’obtenir un brevet d’imprimeur lithographe ; le maire de Rouen donna un avis favorable (26 juillet 1858) : « Aubry est un père de famille laborieux et d’une conduite exemplaire... ». Sa capacité paraît être à la hauteur de la profession qu’il désire exercer, mais le préfet estima que le nombre des imprimeurs lithographes était suffisant et que le brevet ne pouvait être accordé que par voie de transfert : les prétentions du détenteur du seul brevet disponible étant trop élevées, Aubry renouvela sa demande le 8 novembre 1858, mais, pour la même raison, aucune suite ne lui fut donnée.

74 A. D. S-M., M, Imprimeurs, Rouen. Signataires de la pétition : Aubry, A. Doulard, Chenu, Glasford, Chasse, A. Ségard, Victor Hardy, H. Laperrière, J.-M. Rouxel, Victor Neveu, C. Damez, Baillemont ; Hardy et Damez devaient participer à la formation du syndicat des typographes sous le IIIe République.

75 A D. S-M., M, Imprimeurs, Rouen. Maire, 13 avril ; préfet, 22 avril 1870.
La Réforme sociale, 3 juillet 1870 : « Ce n’était pas sans crainte d’insuccès que le comité des lithographes avait lancé les livres à souches... parce que chacun voyait beaucoup de difficultés pour obtenir le brevet d’imprimerie... ».

76 La Réforme sociale, 19 juin 1870. Le 2 juillet, Aubry, à son tour, pour hâter la création d’une imprimerie, rappelait que les carnets d’obligations étaient à la disposition de toutes les fédérations françaises.

77 La Réforme sociale, 17 juillet. Conférence de Paule Mink, 2 juillet 1870.

78 Ibid., 13 et 20 mars 1870.

79 Ibid., 17 avril 1870.

80 Ibid., 8 avril 1870. Assemblée des tanneurs et corroyeurs du 20 mars.

81 Ibid., 6 mars 1870. Compte rendu de la réunion mensuelle du comité fédéral de la Fédération (20 février 1870) : « le comité... à l’unanimité conclut au rejet, pour le moment, de cette demande ».

82 La Réforme sociale, 17 avril 1870. Compte rendu sommaire de la réunion générale des fileurs de coton de l’arrondissement de Rouen (3 avril 1870). L’orateur critique les sociétés de secours mutuels qui ne sont pas organisées « bien dignement » ; il fait probablement allusion à la présence de membres honoraires.

83 Ibid., 17 juillet 1870. Réunion du 6 juillet à la salle de la fédération ; projet présenté par Aubry, qui fut chargé de rédiger le texte.

84 Ibid., 31 juillet. Réunion des comités corporatifs du 20 juillet. Une boucherie coopérative avait fonctionné à Elbeuf, mais elle avait été victime d’une coalition des bouchers.
Une commission provisoire fut chargée de prendre des mesures nécessaires à la réalisation du projet : à cause de la disparition de la Réforme sociale, nous ignorons tout de ses travaux. Mais la Fédération subordonnait en principe la création de coopératives de consommation à la fondation d’ateliers de production (voir la Réforme sociale, 20 mars 1870).

85 La Réforme sociale, 13 février 1870. Les conférences hebdomadaires commencèrent le 5 février 1870.

86 Ibid., 27 mars 1870. Conférence de la citoyenne Paule Mink.

87 Ibid. Les interventions les plus violentes, prélude de l’orage qui éclata à la troisième conférence, furent celles provoquées par le parti clérical représenté par quelques jeunes gens appartenant à des familles de marguilliers ».

88 Ibid. Troisième conférence : « Dès l’ouverture des portes, des cris et des sifflets se faisaient entendre... l’attitude provocatrice de deux groupes confirmait les révélations faites au bureau de la Fédération sur l’existence d’une cabale... ». Aubry, qui présidait la réunion, pensa que les perturbateurs étaient des employés de commerce. Tous les journaux de Rouen firent allusion aux incidents qui marquèrent cette conférence. Le Nouvelliste de Rouen, 16 mars : « Un certain nombre de négociants, d’employés de commerce et de jeunes gens de la ville avaient voulu assister à la réunion pour protester contre les doctrines antisociales de la conférencière... ».

89 Le Progrès de Rouen, 11 et 12 mars. Le Journal de Rouen, 7 et 11 mars, est cependant le seul qui fasse allusion au rôle de la Fédération dans l’organisation des conférences.

90 La Réforme sociale, 17 juillet 1870.

91 Ibid., 30 janvier 1870. Soixante membres de la Fédération adhéraient au Cercle rouennais de la Ligue de l’enseignement qui en comptait alors environ 400.

92 Ibid. Lettre à Eugène Noël (27 mars) ; Les trois polichinelles (17 avril) ; seconde lettre à Eugène Noël (15 mai). La conférence de Marque fut sévèrement jugée également par le Progrès de Rouen, 15 mars 1870 : « Une seconde conférence comme celle d’hier suffirait amplement pour éloigner à tout jamais le public de la rue de Fontenay ».

93 Le Cercle rouennais de la Ligue de l’enseignement ne devint républicain qu’après le départ de Pouyer-Quertier et de ses amis... Voir Journal de Rouen, 20 septembre 1871.

94 Le cercle rouennais se prononça pour l’instruction obligatoire, le 25 janvier 1870 (Journal de Rouen, 27 janvier). Pour la Fédération, voir les articles signés Savoie Rilborg (Savoir oblige) du 22 mai et du 31 juillet 1870 : « Quelle que doive être l’instruction obligatoire, nous l’appelons de tous vos vœux. Ce sera, comme le suffrage universel, un instrument qui fonctionnera mal sans doute en commençant... Nous verrons plus tard à tirer de cet avantage tout le parti qu’on peut en tirer... ».

95 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le jacobinisme..., op. cit., p. 357-359, a publié des extraits de la correspondance d’Aubry et de Robert : 14 février, lettre de Robert à Aubry ; 22 février, réponse d’Aubry ; 2 mars, deuxième lettre de Robert ; 17 mars, lettre de Séverin (Besançon).

96 La Réforme sociale, 17 avril 1870.
Fédération rouennaise, A. I. T. (section de Rouen). La grève du Creusot - 6 avril 1870, 2 p.

97 La Réforme sociale, 24 avril, 1er et 8 mai 1870. Verviers fit également transmettre 73 F par l’intermédiaire d’Aubry. A Elbeuf, circulèrent douze listes de souscription, l’une d’elles sous la responsabilité de Fossard.

98 Troisième procès de l’A. I. T. à Paris, op. cit., Audience du 22 juin 1870 (avocat impérial). Gazette des tribunaux, 24 juin 1870 ; Le Nouvelliste de Rouen, 24 juin 1870.

99 La Réforme sociale, 20 février 1870. Lectures des correspondances des citoyens Varlin, Bastelica et Vaganey (Vienne). Comme le remarquait Aubry, il paraissait donc surprenant de les utiliser pour établir la preuve du délit de société secrète (La Réforme sociale, 3 juillet 1870). Nous ne connaissons que les lettres de Varlin, mais à travers ses réponses, on peut apercevoir les points de vue d’Aubry.

100 Troisième procès, op. cit., p. 22-23. A Paris, les réunions prévues pour la désignation des délégués au Congrès de Bâle et pour la constitution d’une fédération des sociétés ouvrières avaient été interdites.

101 Ibid., op. cit., p. 24-25. Lettre de Varlin, 8 octobre 1869.

102 Le Progrès de Rouen, 20 octobre 1869.

103 Troisième procès, op. cit., p. 26 - Varlin à Aubry, 29 octobre 1869. Noiret ne faisait pas partie de la Fédération ; voir réponse de Noiret au Nouvelliste, Journal de Rouen, 27 juin 1871. Il est d’ailleurs invraisemblable qu’en octobre 1869, un membre de la Fédération eût écrit : « nous vous disons comme notre député, M. Desseaux, tout vient à point, qui sait attendre... ».

104 Troisième procès, op. cit., p. 33 à 35. Varlin à Aubry, 25 décembre 1869 ; Varlin a écrit le même jour à James Guillaume une lettre sur ce sujet ; on y retrouve mot pour mot les paragraphes sur l’orientation socialiste de la Marseillaise. Voir James Guillaume - L Internationale, op. cit., t. I, p. 257-258.

105 Varlin estime cependant nécessaire, à juste titre, de recommander à Aubry, la concision : « Les articles courts sont toujours les plus lus ; par conséquent, lorsque vous aurez beaucoup de faits à signaler, faites plutôt deux petites correspondances qu’une longue ; ça fera plus de variété ; on donnera plus d’attrait au journal, et vous serez plus assuré d’être lu... ».

106 Troisième procès, op. cit., p. 39-40. Varlin à Aubry, 19 janvier 1870, en réponse à une lettre du 17 janvier qui n’a pas été conservée.

107 Ibid., p. 43-44. Bastelica à Varlin, 2 février : « Votre voyage à Rouen a-t-il comblé vos désirs ? L’ami Aubry se remue beaucoup ».

108 Ibid., p. 52-53. Varlin à Aubry, 8 mars 1870. Après les incidents du 7 février provoqués par l’arrestation de Rochefort, la plupart des rédacteurs de la Marseillaise, dont Varlin, furent emprisonnés pendant deux semaines. Aubry a certainement vu dans ces faits, en particulier dans la tentative de Flourens pour renverser le gouvernement, la confirmation de ses craintes. Il est vraisemblable que dans sa lettre, Aubry avait dû faire des réserves sur l’opportunité du manifeste de la Marseillaise (9 février 1870) ou de la déclaration de Varlin, Malon et Combault dans le Réveil (11 février 1870). La Réforme sociale ne fait aucune allusion aux événements, sauf pour se féliciter de la libération de Varlin (réunion des comités corporatifs du 28 février 1870. La Réforme sociale, 13 mars 1870).

109 Le programme de l’Alliance de la démocratie socialiste fut envoyé le 29 novembre 1868 au Conseil général de Londres.

110 A. M. Lyon, I2 54-157. Ces trois points figuraient dans les deux premiers articles du programme de l’Alliance (Aubry à Richard, 23 décembre 1868).

111 FREYMOND (Jacques) - Etudes et documents sur la Première Internationale en Suisse - Genève 1964, 317 p., p. 219.
TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t. I, p. 402.

112 A. M. Lyon, 12 56-161. Aubry à Richard, 27 juillet 1869.

113 Troisième procès, op. cit., p. 23-24. Lettre de Bastelica à Richard, 1er octobre 1869. GUILLAUME (James) - L’Internationale, op. cit., t. I, p. 214. Au congrès de Bâle, Guillaume avait rencontré Varlin qui « entre dans notre intimité » ; « nous avons appris par Bakounine qu’il existait depuis quelques années une organisation secrète internationale à laquelle quelques-uns d’entre nous étaient affiliés. Il nous semblait très désirable que cette organisation s’étoffât davantage et surtout qu’à Paris et dans les principales villes françaises, en vue de l’action révolutionnaire, il se constituât des groupes analogues aux nôtres... ».

114 FREYMOND (Jacques) - Etudes et documents sur la Première Internationale en Suisse, op. cit., p. 218. TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme, op. cit., t. I, p. 129-156.

115 A. M. Lyon, I2 54-162. Aubry à Richard, 9 mars 1870.

116 La Réforme sociale, 27 février 1870. Correspondance de Lyon ; il s’agit à la fois du compte rendu de l’assemblée préparatoire du 13 février et de l’ordre du jour de l’assemblée générale.

117 A. M. Lyon I2 56-159. Aubry à Richard, 22 février 1870.
La Réforme sociale, 6 mars 1870 : Réunion mensuelle du comité fédéral (20 février). « Le secrétaire de correspondance prend la parole pour faire ressortir toute l’importance des congrès nationaux dont l’idée communiquée aux fédérations de Marseille, Lyon et Vienne a été prise en considération ; l’une de ces villes va donner très prochainement une assemblée générale qui pourrait être à bon droit regardée comme l’application de ce projet puisque plusieurs fédérations sont invitées à s’y faire représenter ».

118 Troisième procès, op. cit., p. 52-53. Varlin à Aubry, 8 mars 1870.

119 La Réforme sociale, 27 mars 1870. Délégués français en dehors des Lyonnais : Bastelica et Porrini (Marseille), Coccial (Aix), Aillaud et Vaganey (Vienne), Focillon (Dijon), Varlin (Paris), Aubry (Rouen) - Suisse : Schwitzguébel (Neuchâtel).
Une adresse des travailleurs belges rédigée par De Paepe fut lue à la tribune. « L’Etat politique n’a plus de raison d’être ; le mécanisme artificiel appelé gouvernement disparaît dans l’organisation économique, la politique se fond dans le socialisme... Quant à la coopération, les socialistes ne considèrent pas l’extension et la généralisation des sociétés coopératives comme devant réaliser l’affranchissement intégral du prolétariat ». Cette adresse, qui répondait aux sentiments de tous, fut accueillie par des applaudissements unanimes. Voir GUILLAUME (James) - L’Internationale..., op. cit., t. I, p. 283-284.
L’assemblée fut suivie d’un banquet qui dura quatre heures.

120 BAKOUNINE (Michel) - De la guerre à la Commune, textes présentés par Fernand Rude - Paris 1972, 614 p. ; p. 466-471.

121 Aubry était donc considéré comme un ami extérieur dont l’appui pouvait être précieux pour l’Alliance, mais pas évidemment comme un intime. Ce terme était réservé aux membres de la direction occulte constituée par Bakounine au sein de l’Alliance publique. « En parlant d’un des nôtres nous disions, c’est un de nos intimes, c’est un frère ». Voir l’Internationale de James Guillaume, op. cit., p. L. Préface de M. Vuilleumier ; lettre de Guillaume à Fritz Bruphacher, 21 juin 1913. Albert Richard avait vainement essayé d’attirer Aubry dans l’Alliance.

122 A la suite de la scission du congrès de La Chaux-de-Fonds (4-6 avril 1870), deux comités fédéraux existaient en Suisse romande, celui de Genève, fidèle au Conseil général de Londres, et celui de La Chaux-de-Fonds, bakouninien ; le premier conserva la direction de l’Egalité, le second publia la Solidarité d’abord à Neuchâtel (11 avril 1870-12 mai 1871) puis à Genève. La Réforme sociale, 8 mai 1870. Lettre à nos frères de Suisse (E. Aubry), « l’Egalité de Genève et la Solidarité de Neuchâtel ayant fait appel, dans leurs colonnes à notre impartialité, ainsi qu’à celle de nos amis Varlin de Paris et De Paepe de Bruxelles... ».

123 A l’assemblée générale de Lyon, Schwitzguébel avait critiqué les essais de candidature ouvrière politique qui ne feraient nullement avancer la question sociale « parce qu’il serait à craindre que l’atmosphère des chambres bourgeoises ne soit malsaine ».

124 Aubry reprend dans sa lettre certaines remarques qu’il avait déjà présentées dans son article de la Réforme sociale sur la grève.

125 La Réforme sociale, 8 mai 1870 : « l’un des courants représente l’idée de propriété individuelle universalisée et limitée par la production individuelle de chaque producteur basée sur la constitution de la valeur, l’autre représente l’idée de propriété collective dont la distribution est confiée à la commune autonome ».
Voir lettre plus chaleureuse de Creusot à James Guillaume - l’Internationale, op. cit., t. II, p. 27. « Si quelques questions de principes séparent nos frères romands, je fais des vœux bien sincères pour la fédération de vos caisses de résistance, et j’ai la conviction que vous réaliserez cette solidarité capitale le plus tôt possible. Nous sommes charmés de l’active propagande que vous faites, vous êtes de vaillants soldats, nous vous remercions... ».

126 Aubry semble cependant faire quelques réserves au sujet de certains militants de l’Alliance : « Braves camarades de l’Alliance, dont la majorité est composée de lutteurs de bonne foi..., nous avons ouï-dire que parmi votre minorité certains rêvent dictature... ». La Réforme sociale, 8 mai 1870.

127 La Réforme sociale, 6 mars 1870. Compte rendu de la réunion mensuelle du comité fédéral. Un appel devait être lancé « aux professions non organisées pour les inviter à se grouper le plus vite possible afin de pouvoir prendre part au congrès ».

128 Ibid., 3 avril 1870. Fédération ouvrière rouennaise, réunion du comité fédéral (20 mars 1870). Congrès national des sociétés ouvrières de France ; la Fédération ouvrière rouennaise à toutes les fédérations et sociétés ouvrières de France ; invitation à participer au congrès. Les personnes n’appartenant à aucune organisation pourront adresser des mémoires qui seront... soumis à une commission ».

129 Voir articles de la Réforme sociale, : « La misère et ses remèdes » (27 février), « La grève » (à partir du 20 février) et les mémoires de Rouen aux congrès de l’A. I. T. sur le crédit et l’échange, les ateliers corporatifs...

130 La Réforme sociale, 10 avril 1870. Compte rendu sommaire de la réunion générale des comités corporatifs (29 mars 1870).
Voir déclaration de Creusot à la réunion générale des fileurs de coton (3 avril) les invitant « à engager leurs camarades à venir grossir le plus possible le nombre des sociétaires afin de prouver aux délégués de l’extérieur que ce n’est pas en vain que l’on parle de solidarité aux ouvriers fileurs de Rouen » (La Réforme sociale, 17 avril).

131 Troisième procès, op, cit., p. 57-58. Varlin à Aubry, 5 avril 1870.
Voir la Réforme sociale, 24 avril 1870. Aubry donne également un avertissement discret à Varlin : « Que nos amis de Paris ne prennent conseil que de leurs propres intérêts et la classe ouvrière arrêtera un programme commun dont le congrès de Rouen sera le premier jalon pour combattre de pied ferme l’ennemi commun... ».

132 Troisième procès, op. cit., p. 63-64. Varlin à Aubry, 20 avril 1870.

133 La Réforme sociale, 1er mai 1870 : « Nous avons reçu de diverses sociétés l’avis qu’elles ne pourraient assister au congrès qu’après la période plébiscitaire ».
« Prenant en sérieuse considération ces conseils, le comité fédéral dans une réunion spéciale déterminera la date définitive et s’empressera d’en donner connaissance aux sociétés correspondantes ».

134 La Réforme sociale, 5 juin 1870.
Le congrès devait également « préparer la réponse aux questions mises à l’étude du congrès international des travailleurs.. ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540