Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Troisième partie. La fédération ouvrière rouennaise de novembre 1868 à mai 1870

Chapitre IV. Le congrès de Bâle et les grèves de 1869

Texte intégral

  • 1 A. N., BB 30 389. Procureur général, 11 juillet 1869. « L’œuvre de formation des corporations ouvri (...)

1Après les élections de 1869, la presse républicaine ne publia plus de textes du Cercle d’études économiques ; il semble qu’au cours de l’été, celui-ci se soit surtout consacré à la campagne de solidarité en faveur des ovalistes de Lyon et à la préparation du congrès de Bâle1.

2Ce congrès attira à nouveau l’attention de l’opinion sur la Fédération rouennaise ; et plus encore les grèves d’Elbeuf et de Darnétal dont le déclenchement fut attribué à l’action des « agents de l’Internationale ».

LE CONGRES DE BÂLE (5-12 SEPTEMBRE 1869)

  • 2 C’est la première fois qu’apparaît dans un texte de l’A. I. T. la mention du cercle d’Elbeuf, const (...)
  • 3 La composition du congrès de Bâle était fort différente de celle du congrès de Bruxelles : 27 Franç (...)

3Au congrès de Bâle, la région rouennaise envoya trois représentants : Aubry (Fédération ouvrière de l’arrondissement de Rouen), Creusot, fileur de Sotteville (Association des fileurs de l’arrondissement de Rouen) et Piéton, tisseur (Cercle ouvrier des études économiques d’Elbeuf)2. Paris avait désigné quinze délégués, Lyon, six, Marseille, deux et Limoges, un3.

4Cinq questions avaient été mises à l’ordre du jour par le Conseil général :

  1. de la propriété foncière ;

  2. du droit d’héritage ;

  3. le crédit mutuel ;

  4. l’instruction intégrale ;

  5. l’action des sociétés de résistance sur l’émancipation des travailleurs.

5La Fédération rouennaise présenta des rapports sur la première, la seconde et la cinquième question.

  • 4 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 15.

6Creusot et Piéton participèrent aux travaux de la première commission ; Aubry, secrétaire pour la langue française, à ceux de la cinquième4.

  • 5 The General Council..., op. cit., t. III, (1868-1870), p. 117 et suiv. Au mois de juillet, le Conse (...)

7La question de la propriété foncière, une des plus importantes, opposa, comme à Bruxelles, collectivistes et partisans du maintien de la propriété foncière individuelle. A Bruxelles, Aubry avait figuré parmi les collectivistes, mais le vote acquis à une faible majorité fut contesté par les minoritaires5.

  • 6 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 61
    GUILLAUME (James) - L’Internationale..., op. cit. (...)

8Au Congrès de Bâle, la commission de la propriété foncière proposa deux résolutions6 :

  1. Le Congrès déclare que la société a le droit d’abolir la propriété individuelle du sol et de faire entrer le sol à la communauté.

  2. Il déclare encore qu’il y a nécessité de faire entrer le sol à la propriété collective.

9Mais, sur la manière dont la société organiserait le travail, la commission ne fut pas unanime.

10La majorité (Lucraft, Varlin...) était d’avis que le sol devait être cultivé et exploité par les « communes solidarisées » (8 voix). La minorité (6 voix) préférait accorder l’occupation de la terre, soit aux agriculteurs individuels, soit de préférence à des associations agricoles qui paieraient la rente à la collectivité (De Paepe, Langlois, Murat, Creusot, Piéton...).

  • 7 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 62.
    PROUDHON (P.-J.) - De l’idée générale de la révo (...)
  • 8 La Première Internationale, op. cit., t. II, P-65 - Rapport de la section lyonnaise, pp. 76-79.
  • 9 Ibid. Rapport de la section bruxelloise, pp. 79-81.

11En séance plénière, Rittinghausen défendit le point de vue de la majorité ; plusieurs orateurs lurent les rapports de leurs sections : Albert Richard (Lyon), De Paepe (Bruxelles), Heng (Genève) et Aubry (Rouen) ; une discussion ardente suivit à laquelle prirent part Chemalé, Lucraft, Tolain, Bakounine, Hins, Eccarius... Une faible minorité se prononça pour la propriété paysanne. Tolain reprenait un projet de Proudhon : « Pour réaliser l’émancipation des travailleurs, il faut transformer les baux de fermage..., en un mot tous les contrats de location en contrats de vente... »7. Les partisans de l’appropriation collective étaient eux-mêmes fort divisés. Lucraft renouvela les propositions qu’il avait faites au Conseil général : « Je suis partisan de la propriété collective du sol et quant à la manière dont la société devrait organiser le travail agricole, je demande que c soit l’Etat qui en soit chargé..., que la terre devienne la propriété de l’Etat..., que la culture de cette terre soit dirigée par un Parlement, par le conseil de la nation... Pour cela, avant tout, il faut que la classe ouvrière s’empare du pouvoir politique... ». Par contre, Richard se prononça contre le communisme autoritaire et centralisateur ; il présenta le collectivisme comme la condition nécessaire de l’établissement de la mutualité : « la répartition des terres est faite aux termes du contrat mutuel consenti par les travailleurs dont il harmonise et solidarise les intérêts... »8. De Paepe, qui donna lecture du rapport le plus complet, laissait aux individus ou aux associations particulières la simple occupation du sol moyennant un double contrat qui garantissait à la fois les droits de la société et ceux du cultivateur (droit à la propriété des fruits du sol, liberté, dans des limites convenues, du genre et du mode de culture, baux à long terme...)9. Enfin Tartaret accepta en principe la propriété collective, mais demanda que les moyens pratiques de la liquidation sociale fussent mis au programme du prochain congrès de l’A. I. T.

12Finalement les collectivistes l’emportèrent largement : Pour l’abolition de la propriété individuelle, 54 oui ; 4 non, dont Tolain et Chemalé, et 13 abstentions ; sur la nécessité de faire entrer le sol à la propriété collective, 53 oui, 8 non dont Tolain, Murat et Chemalé... et 10 abstentions.

  • 10 Ibid., t. II, p. 74. Ibid., t. II, pp. 88-91. Rapport de la section rouennaise, 1re question, propr (...)

13Comment avaient voté les délégués normands ? Pour la première question, ils s’étaient abstenus. Piéton vota contre la seconde proposition ; Aubry et Creusot s’étaient encore abstenus10. Ils n’ont fourni aucune explication au cours de la discussion, mais leurs votes sont conformes au rapport rédigé par le Cercle de Rouen.

14Comme à Bruxelles, Aubry affirme que « de toutes les causes qui créent l’inégalité sociale..., la principale... est la prélibation du capital.

  • 11 PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la révolution, op. cit., p. 236 et suiv.

15« La solution de toutes les questions économiques n’est par ailleurs que dans la détermination de la moyenne de rémunération de l’heure de travail », c’est-à-dire la constitution de la valeur11.

  • 12 Lettre d’Aubry à Richard, 23 décembre 1868 : « Comment n’avoir pas vu qu’en supprimant l’hérédité v (...)

16La terre n’est pas une production du travail de l’homme : elle ne peut devenir propriété individuelle et ne peut être qu’une propriété collective. Aubry se range donc parmi les collectivistes ; il ajoute que « le droit d’occupation individuelle doit être déterminé par la commune organisée fédérativement » ; il rejette ainsi « le principe communautaire avec toutes ses conséquences autoritaires », ce qui semble le rapprocher de Richard ; mais il précise : « le droit d’occupation doit être transmissible par voie d’hérédité »12. Même si les « intérêts collectifs peuvent le retirer en accordant à l’occupant une indemnité pour le travail qu’il aura dépensé », la résolution de Rouen ne s’en oppose donc pas moins aux projets de Richard ou même de De Paepe. Elle condamne la propriété terrienne telle qu’elle existait, le communisme étatique, et le collectivisme de l’Alliance ; les délégués de Rouen devaient naturellement s’abstenir dans les votes sur la propriété foncière...

17Le droit d’héritage séparait essentiellement Richard d’Emile Aubry pour qui supprimer l’hérédité devait abolir la famille ; c’était une question brûlante sur laquelle s’opposaient l’Alliance de la démocratie socialiste et le Conseil général, Bakounine et Marx.

  • 13 La Première Internationale, op. cit., t. II, pp. 139-144. Communication confidentielle du Conseil g (...)
  • 14 The General Council..., op. cit., t. III, (1868-1870), p. 130.
  • 15 Brismée était le rapporteur de la commission de l’héritage.

18Marx croyait déceler une manœuvre de Bakounine. Le congrès de Bâle ayant adopté les principes proclamés par Bakounine au Congrès de la Paix de Berne, parmi lesquels la suppression complète de l’héritage, il aurait été démontré au monde que ce n’était pas Bakounine qui était allé à l’Internationale, mais l’Internationale qui était venue à Bakounine ; le Conseil général de Londres dont l’opposition « à l’exhumation de cette vieillerie saint-simonienne » était connue aurait dû s’effacer devant un nouveau conseil qui aurait été transféré à Genève13. A Londres, au cours de la réunion du 20 juillet 1869, Marx avait expliqué que commencer la révolution sociale par cette mesure provoquerait une opposition insurmontable et une réaction ; si la classe ouvrière avait assez de pouvoir pour abolir le droit d’héritage, elle serait en mesure de procéder à l’expropriation, ce qui serait un procédé plus simple et plus efficace14 ; l’abolition de l’héritage ne devrait donc être décidée qu’à la fin de la Révolution. Au congrès de Bâle, Brismée, Richard, Varlin... défendirent le point de vue de l’Alliance15 adopté par la commission de l’héritage : « le congrès reconnaît que le droit d’héritage doit être complètement et radicalement aboli et que cette abolition est une des conditions indispensables de l’affranchissement du travail... ». Dans l’opposition se trouvèrent à la fois les mutuellistes (Chemalé, Tartaret, Langlois...) et les partisans du Conseil général pour qui toute mesure concernant l’héritage « ne paraît avoir rapport qu’à un état de transition sociale » ; ils envisageaient :

  1. l’extension de l’impôt sur le droit d’héritage déjà existant dans beaucoup d’états et l’attribution des fonds publics ainsi obtenus à des mesures d’émancipation sociale,

    • 16 La Première Internationale, op. cit., p. 97 - Eccarius, au nom du Conseil général a purement et sim (...)

    la limitation du droit de tester qui, en ce qu’il se distingue du droit d’héritage en ligne directe, paraît une exagération arbitraire et superstitieuse des principes mêmes de la propriété individuelle16.

  • 17 Ibid., t. II, p. 95.

19Sur 68 votants la proposition de la commission de l’héritage recueillit 32 oui, 23 non (Tolain, Chemalé... mais aussi Eccarius, Jung) et 13 abstentions ; les conclusions du Conseil général : sur 62 votants, 19 oui, 37 non, et 6 abstentions, dans les deux scrutins, Aubry et Piéton avaient voté non, Creusot s’était abstenu17.

  • 18 Ibid., t. II, P-91.

20Le Cercle de Rouen avait justifié sa position dans sa résolution sur la propriété foncière : « En ce qui concerne le droit d’héritage... il déclare le reconnaître transmissible à tous les degrés, décision la seule compatible avec la reconnaissance de la constitution de la famille en dehors de laquelle aucune organisation sociale n’est possible... »18. Le Cercle restait ainsi fidèle aux enseignements de Proudhon, à sa défense exaltée de la famille :

  • 19 PROUDHON (P.-J.)-De la justice dans la Révolution et dans l’Eglise. Deuxième étude, amour et mariag (...)

21« C’est surtout dans la famille que se découvre le sens profond de la propriété. La famille et la propriété marchent de front, appuyées l’une sur l’autre, n’ayant l’une et l’autre de signification et de valeur que par le rapport qui les unit... L’hérédité est l’espoir du ménage, le contrefort de la famille, la raison dernière de la propriété. Sans l’hérédité, la propriété n’est qu’un mot »19. Si le congrès de Bruxelles s’était prononcé pour la propriété collective de la terre, Aubry avait expliqué ensuite à Richard qu’il ne fallait pas en conclure qu’il avait voté l’abolition de l’hérédité, mais qu’il voulait conserver l’hérédité de l’occupation du sol.

  • 20 La Première Internationale, op. cit., pp. 118-123. De l’influence des sociétés de résistance pour l (...)

22La cinquième question, sur les sociétés de résistance intéressa particulièrement le Cercle de Rouen. Quelle devait être la mission de ces sociétés ? Quelle organisation fallait-il leur donner ? Trois rapports furent présentés. La société de crédit mutuel et de solidarité des ouvriers du bronze de Paris reprenait le projet de la chambre fédérale des sociétés ouvrières : « le pacte fédératif a pour objet la recherche et la mise en œuvre des moyens reconnus justes par les travailleurs... pour les rendre possesseurs de tout leur outillage et les créditer afin qu’ils puissent se soustraire à l’arbitraire du patronat et aux exigences du capital ». Echange de statistiques sur les salaires et les conditions de travail ; appui moral et matériel en cas de grève (prêts proportionnés à l’importance des sociétés...). Mais la lutte pour l’augmentation des salaires ne paraît pas suffisante aux bronziers ; le but des sociétés de résistance est d’arriver à acquérir l’outillage, non pas grâce aux économies des ouvriers mais en exigeant la participation aux bénéfices20. « Si l’on nous repousse nous n’avons plus qu’à lutter par la grève pour faire triompher notre revendication ».

  • 21 Le délégué des sections de Courtelary était le graveur Schwitzguébel, partisan de Bakounine.
  • 22 La Première Internationale, op. cit., t. II, pp. 123-126. Des caisses de résistance, rapport adopté (...)

23Pour la section du district de Courtelary (canton de Berne)21, le rôle des sociétés ouvrières n’est pas seulement d’obtenir des améliorations de salaires ; « elles préparent l’organisation générale du prolétariat... elles sont la base de l’organisation sociale à venir, puisque les associations ouvrières n’auront qu’à prendre la direction des entreprises industrielles et agricoles, alors que l’outillage, le sol, les mines... leur seront concédés par la collectivité qui en sera devenue propriétaire au moyen de la liquidation sociale... ». Dans l’immédiat, pour résister au pouvoir croissant des grandes compagnies financières, les sociétés ouvrières doivent se fédérer. Ici se place une critique à l’égard du Conseil général ; il est temps que l’A. I. T. « par des institutions pratiques, se mette en mesure de réaliser quelques-unes des espérances du prolétariat et augmente sa puissance d’action... » ; il faut créer une fédération internationale des sociétés ouvrières à laquelle correspondrait une fédération internationale des caisses de résistance qui pourra22 fournir aux grévistes des secours plus réguliers et plus rapides.

  • 23 La caisse centrale de grève serait alimentée par les cotisations des sociétés ouvrières et une coti (...)
  • 24 La Première Internationale, op. cit., t. II, pp. 126-129. Rapport de la Fédération rouennaise. Au p (...)

24Le Cercle de Rouen développe le rapport qu’il avait déjà présenté au congrès de Bruxelles sur la formation des corporations, en l’adaptant à la conjoncture politique et sociale. A la suite de l’échec de juin, l’objectif politique est plus nettement affirmé qu’en 1868 : « Il faut, dans l’avenir, que tous les travailleurs qui appartiennent aux nations possédant le suffrage direct organisent leurs forces pour pénétrer dans la place ». D’autre part on envisage d’utiliser les grèves qui se multiplient pour faciliter le développement des groupements ouvriers. Des exemples récents prouvent que la grève revendicative n’apporte que des avantages momentanés. Pour vaincre la résistance des industriels, il faudra non seulement coordonner les grèves, mais créer des ateliers corporatifs « servant de place forte à la corporation en grève et permettant d’assiéger sérieusement l’ennemi en faisant élever le salaire outre-mesure dans les ateliers du capital et le maintenant, d’après les tarifs, dans les ateliers sociaux...23. Concurrencé par des ateliers livrant leur production au prix de revient24, le capital sera « forcé de proposer une transaction ou de déposer son bilan ».

25La grève aboutira ainsi dans le meilleur des cas, à un changement d’organisation économique ; elle permettra aux ouvriers de devenir des producteurs libres.

26Pour surmonter la difficulté initiale, le manque de capitaux, il faut préalablement constituer des fédérations régionales de corporations, une fédération internationale des caisses corporatives, une banque internationale d’échange, organisme de crédit pour les ateliers.

27L’organisation fédérative permettra en outre de conquérir l’Etat par le jeu du suffrage universel : « C’est la direction du pays par le travail qui fera surgir du suffrage universel des représentants directs de la classe ouvrière envahissant toutes les administrations » et arrachant des réformes au gouvernement.

  • 25 La discussion sur les sociétés de résistance a pris place au cours de la dernière journée du congrè (...)

28Les trois rapports confiaient donc aux sociétés de résistance la mission de fonder des groupements de production qui pourraient devenir les bases de la future société débarrassée du salariat. Au cours de la discussion, d’ailleurs brève25, quelques orateurs limitèrent au contraire leur rôle : pour Chemalé, elles pouvaient seulement « aider la solution des questions de grève et de salaires ; elles disparaîtraient dans un état social démocratique ».

29Pindy donna lecture des conclusions de la commission : « Le congrès est d’avis que tous les travailleurs doivent s’employer activement à créer des caisses de résistance dans les différents corps de métier.

30« A mesure que ces sociétés se forment, il invite les sections, groupes fédéraux et conseils centraux, à en donner avis aux sociétés de la même corporation, afin de provoquer la formation d’associations nationales de corps de métier.

31« Ces fédérations sont chargées de réunir tous les renseignements intéressant leur industrie respective, de diriger les mesures à prendre en commun, de régulariser les grèves et de travailler activement à leur réussite, en attendant que le salariat soit remplacé par la fédération des producteurs libres.

  • 26 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 109. Dans le rapport, Pindy avait présenté la corpo (...)

32« Le congrès invite le Conseil général à servir, en cas de besoin, d’intermédiaire à l’union des sociétés de résistance de tous les pays »26.

33Malgré les demandes de certains délégués, aucun projet précis de fédération internationale ne fut élaboré et finalement les recommandations assez vagues de la commission furent adoptées à l’unanimité.

34Au congrès de Bâle, la délégation du Cercle de Rouen n’avait donc adhéré complètement à aucune des grandes tendances en présence ; la tradition proudhonienne pouvait la rapprocher des mutuellistes, mais elle s’en écartait sur la question de la propriété collective et la mission des sociétés de résistance.

35Comment réagit la presse rouennaise aux débats du congrès ?

  • 27 Le Nouvelliste de Rouen, 13 septembre 1869. Extrait d’un compte rendu du journal La France (Emile M (...)
  • 28 Journal de Rouen, 13 septembre 1869 : « M. Aubry a fait le rapport de la section rouennaise. Il pré (...)

36Le Nouvelliste de Rouen publia des articles tendancieux et mentionna l’intervention d’Aubry pour inquiéter les possédants : « Le délégué de Rouen, M. Aubry, dit que rien ne sera fait tant que la valeur du prix du travail n’aura pas été trouvée ; là est la solution du problème, non ailleurs. Mais pour en arriver là, il faut absolument ne plus s’occuper que de rétribuer le travail exécuté et cesser de faire entrer dans le prix de revient ce qui n’est le résultat du travail de personne ; il croit donc indispensable de faire rentrer le sol dans la propriété collective, mais en assurant au travailleur le moyen de devenir propriétaire des fruits de son travail dont il aura la libre disposition et qu’il pourra transmettre par voie d’héritage. Ce rapport n’est que peu goûté des communistes autoritaires. Cette déclaration du droit d’héritage soulève même quelques protestations dans la partie allemande de l’Assemblée »27. Le Journal de Rouen fut encore plus bref et ne permit pas, cette fois, à Aubry, d’exposer ses interventions28.

  • 29 A. N., F 1 b II, Seine-Inf. 8. Cotisation de 2 F par personne, le banquet a commencé à 4 h et s’est (...)

37C’est seulement au banquet organisé par le Cercle de Rouen le 19 septembre 1869, qu’Aubry put, devant 370 membres des corporations ouvrières, faire le compte rendu des débats du congrès de Bâle et des résolutions qui y avaient été votées29.

LA GREVE DES FILEURS DE LAINE D’ELBEUF

  • 30 L’HUILLIER (Fernand) - L’évolution des principales grèves à la fin du second Empire - Bulletin de l (...)
  • 31 La Première Internationale, op. cit., p. 23. Rapport du Conseil général au congrès de Bâle.

38A la fin du second Empire, des grèves éclatèrent dans toutes les régions industrielles de France : en 1867, celle des bronziers de Paris (février-mars) auxquels le Cercle de Rouen envoya une modeste contribution ; des tailleurs de Paris (mars-avril), des tisseurs de Roubaix (mars)30 ; des fileurs de Vienne (décembre 1868), mais ce sont surtout les élections de 1869 qui réveillèrent l’esprit de révolte : « les seuls caractères étranges de ces grèves étaient leur soudaine explosion après un calme apparent et leur rapide succession. Cependant la raison en était simple... Ayant pendant les élections, essayé avec succès leur pouvoir contre le despote public, les ouvriers devaient fatalement, après les élections, l’essayer contre leurs despotes privés... »31. La presse insista particulièrement sur les mouvements des mineurs de la Loire, des mégissiers de Paris et des ovalistes de Lyon.

  • 32 Le Progrès de Rouen, 30 juillet 1869.
  • 33 A N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, juillet 1869.
  • 34 A. N., F 18 500 F, Progrès de Rouen. Préfet, 14 et 16 juin 1869. Les deux journalistes furent défen (...)
  • 35 Le Progrès de Rouen, 20 octobre, le Réveil, 21 octobre.
  • 36 Le Progrès de Rouen, 26 octobre 1869.

39Les répercussions des élections furent moins sensibles à Rouen que dans beaucoup de grandes villes. Comme seule manifestation en l’honneur de Desseaux, les républicains organisèrent le 29 juillet un banquet de 1 200 convives auquel participèrent Jules Favre et les représentants de la presse parisienne et régionale32, ce qui « réveillait le souvenir des mauvais temps »33. Pour rassurer les conservateurs, le préfet fit engager des poursuites contre les journaux radicaux du département en particulier le Progrès de Rouen ; Gallois et Hirigoyen furent condamnés pour « propagation de fausses nouvelles de mauvaise foi et excitation à la haine et au mépris du gouvernement »34. Pourtant, les républicains de Rouen n’étaient pas disposés à se laisser entraîner dans des actions subversives. Lors de la manifestation du 26 octobre 1869 pour la convocation du Corps législatif, le Progrès de Rouen publia un appel de Noiret recommandant aux ouvriers parisiens de ne pas y participer35 et Gallois expliqua que cette protestation inopportune pouvait « devenir pour ce pouvoir chancelant et trébuchant à chaque pas, l’appui qu’il cherchait vainement à tâtons pour reprendre son équilibre »36.

  • 37 A. N., BB 30. Procureur général, 11 juillet 1869.
  • 38 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, septembre 1869.
  • 39 En août, les seules grèves signalées concernent le Havre : les débardeurs de charbon (quelques jour (...)

40Les industriels paraissaient inquiets du comportement des ouvriers : « Les rapports avec les patrons sont tendus ; ceux-ci se plaignent de l’arrogance des travailleurs, des difficultés qu’ils soulèvent sans cesse et de l’insoumission dont ils donnent de fréquents exemples »37. « L’esprit des ouvriers laisse malheureusement à désirer ; l’action des associations corporatives commence à se produire et menace de devenir une sérieuse entrave pour l’industrie »38. Cependant, l’apaisement social qui s’était produit après l’échec de la grève de Sotteville ne paraissait pas immédiatement compromis ; jusqu’au mois d’août, aucune grève n’est signalée dans l’arrondissement de Rouen39.

  • 40 TESTUT (Oscar) - L’Internationale, op. cit., pp. 69-72.
    L’Egalité (Genève), 24 juillet 1869. Appel d (...)
  • 41 A. M. Lyon, I2 56-160. Aubry à Richard, 26 juillet 1869.
  • 42 A. M. Lyon, I2 56-161. Aubry à Richard, 27 juillet 1869. Le secours total s’était élevé à 1.323 F.

41A cette époque, la Fédération rouennaise se préoccupait avant tout de venir en aide aux ovalistes de Lyon ; le 25 juin, les ouvrières qui, pour 14 h de travail, recevaient 1,40 F, s’étaient mises en grève afin d’obtenir un salaire de 2 F ; le 6 juillet, les membres de la commission de grève, au nom des 8 000 membres qui composaient la corporation, déclarèrent adhérer à l’Internationale et firent appel à la solidarité de toutes les sections40. Le 10 juillet, le Cercle de Rouen s’adressa aux membres des corporations de l’arrondissement et leur demanda de verser d’urgence les fonds au caissier de chaque comité. Le 20 juillet, le Cercle envoya 500 F ; Aubry pensait que la souscription aurait pu atteindre 1.000 F si les journaux bourgeois n’avaient laissé entendre qu’un accord était intervenu41 ; les 200 F recueillis après la fin de la grève furent partagés entre les ovalistes et les familles des citoyens arrêtés à Paris après les élections42. C’était finalement la Fédération rouennaise qui avait apporté aux ouvrières lyonnaises le plus important appui.

  • 43 Lettre d’Aubry à Varlin, 6 août 1869. Gazette des tribunaux, 23 juin 1870.
  • 44 A. M. Lyon, I2 56-161. Aubry à Richard, 27 juillet 1869.
  • 45 Varlin, à qui Aubry avait exposé ce point de vue, répliquait que la révolution politique et les réf (...)

42Alors que les adversaires de l’A. I. T. imaginaient l’origine des grèves dans un secret mot d’ordre lancé par le Conseil général, Varlin s’inquiétait plutôt de leur extension : comment apporter un appui financier à des milliers de travailleurs43. Si Aubry se félicitait du résultat obtenu par la solidarité et des nombreuses adhésions à l’A. I.T. qu’elle avait entraînées, il craignait que le mouvement social ne se compromît avec le mouvement politique : « Il faut entretenir constamment les masses dans un esprit révolutionnaire socialiste momentanément en dehors de toute politique militante, non pas qu’elles doivent oublier leurs droits, au contraire, mais bien les persuader que s’organiser en vue de conquérir des réformes sociales, c’est marcher certainement vers des réformes politiques qui jusqu’alors n’ont été rien à cause de l’absence des premières... ». Il regrettait de voir certains de ses amis conserver des contacts avec « d’impitoyables adversaires appelés jacobins à Rouen ». Aux élections de 1869 : « Paris avait abdiqué une fois de plus ses aspirations sociales pour faire cause commune avec ses ennemis naturels, dans la crainte de n’avoir pas assez vite ce qu’il appelle ses droits politiques... »44. L’organisation des forces économiques et révolutionnaires du travail lui paraissait exclure l’agitation politique que voulaient entretenir « nos fameux démagogues de 48 qui sentent combien nos comités ouvriers seraient à craindre si des événements imprévus surgissaient... ». Aubry soupçonnait certains républicains de pousser les ouvriers à la grève pour l’exploiter politiquement. Varlin admettait que les bourgeois cherchaient à tirer tout le parti possible du mécontentement général, mais ajoutait-il, « je ne puis, ni le regretter, ni les en blâmer, car dans ce cas ils nous servent en même temps qu’eux »45.

43Jusqu’en juillet 1869, Aubry se montra donc assez réservé à l’égard de la vague de conflits sociaux. C’est seulement après le congrès de Bâle que la Fédération rouennaise se trouva elle-même engagée dans la grève des fileurs de laine d’Elbeuf, qui allait se transformer rapidement en une épreuve de force entre l’Internationale et les manufacturiers.

  • 46 Le Progrès de Rouen, 13 août 1869. « Travail dans les manufactures » (Louis Fossard, tisseur) : « V (...)

44A l’origine, les fileurs avaient réclamé une diminution de la journée de travail. Le 13 août, parut dans le Progrès de Rouen un article de Fossard sur les abus commis par les industriels d’Elbeuf46. Dans les usines, les lois de 1848 et 1851 n’étaient absolument pas respectées. La loi de 1851 permettait de demander à l’ouvrier 14 heures de travail, mais jusqu’à concurrence d’une période de 100 à 120 jours par an.

  • 47 Suit une allusion à la condamnation du Progrès de Rouen : « Si les réquisitoires sont bons contre l (...)

45Sous le couvert de cette dérogation, les ouvriers d’Elbeuf « étaient asservis à un labeur d’au moins treize heures pendant tout le cours de l’année, 16 heures et souvent plus suivant le caprice de la saison et un peu du fabricant » ; les jeunes rattacheurs de moins de 12 ans étaient soumis aux mêmes obligations. Fossard demandait à l’autorité « d’ouvrir les yeux... sur l’état des travailleurs qui s’étiolent et s’atrophient au milieu des abus » et de faire appliquer strictement la loi47.

  • 48 SAUVAGE (Léon) - Réponse à la lettre de M. Fossard au Progrès de Rouen, 17 août 1869 - B. N., 4o LK (...)

46Or quelques jours plus tôt, le comité de la corporation des fileurs de laine venait d’engager la lutte pour la journée de 12 heures ; le 4 août, il avait adressé une circulaire aux fileurs d’Elbeuf : « La dernière assemblée générale du premier août a décidé, à l’unanimité, qu’à dater du lundi 16 du présent mois, les ouvriers fileurs de laine ne travailleront pas au-delà du nombre d’heures fixé par la loi, c’est-à-dire qu’après douze heures de travail effectif, ils arrêteront leurs métiers... »48. Cette mesure fournirait des emplois aux chômeurs ; la journée de 12 heures permettrait également aux ouvriers « de pouvoir se livrer à l’instruction et de réparer plus facilement leurs forces ».

  • 49 Ibid. « Il y a une chose remarquable et profondément affligeante au point de vue de la liberté, c’e (...)
  • 50 La lettre de Sauvage était suivie d’un post-scriptum : « L’habitude de faire le lundi compte un nom (...)

47Léon Sauvage, entrepreneur de teinturerie, répondit dans une brochure, qu’il n’y avait pas de chômage à Elbeuf et que les ouvriers chargés de famille étaient très désireux de faire des heures supplémentaires ; les longues journées n’existaient d’ailleurs qu’au début des deux saisons de production des articles d’été et d’hiver. Il reconnaissait cependant les abus concernant le travail des enfants ; la seule solution était de demander l’instruction gratuite et obligatoire ; en attendant, il était moins dangereux d’envoyer les enfants à l’usine que de les laisser vagabonder. En conclusion, l’auteur dénonçait Fossard et Aubry comme des agents provocateurs des conservateurs49 : « A l’époque des dernières élections... nous avons entendu à Elbeuf un sieur Aubry demander dans cette ville si commerçante la suppression du capital et de la Banque de France... Des réformes libérales sont devenues une nécessité..., la plupart des commerçants sont disposés à applaudir ces tendances..., vite le comité de la corporation, présidé dans l’hôtel de ville d’Elbeuf par M. Aubry, envoie sa circulaire aux filateurs et M. Fossard lance son petit brûlot dans le Progrès comme s’ils avaient pour mission d’étouffer la liberté sous des menaces aux intérêts commerciaux qui sont les intérêts de tout le monde. L’auteur espérait que les ouvriers honnêtes et intelligents ne se laisseraient pas prendre à ces manœuvres et ne se feraient pas complices de toutes les réactions »50.

  • 51 Réponses du comité de la corporation des fileurs de laine de la ville d’Elbeuf (27 septembre 1869) (...)

48Aubry protesta contre les affirmations de Sauvage : Fossard, qui « avait marché avec la démocratie bourgeoise aux dernières élections », n’avait rien de commun avec le mouvement social ; il faisait appel à la réglementation de l’Etat, alors que « les horribles socialistes » voulaient que le travail seul pose ses conditions au capital. Aubry n’avait jamais demandé la suppression du capital, ni même de la Banque de France, mais seulement de son monopole. Et plus généralement, il s’en prenait, à travers Sauvage, à tous les pseudo-démocrates qui restaient ce qu’ils étaient en 1848, toujours hostiles aux réformes sociales. Sur un ton méprisant, le comité des fileurs voulut faire ressortir la nullité économique de l’adversaire, son ignorance même de la législation, puisqu’il semblait oublier que les ouvriers avaient obtenu le droit de coalition en 186451.

  • 52 A D. S-M., M, Grèves de 1869 - Union corporative et fédérative des ouvriers fileurs d’Elbeuf.

49Le 22 août, la corporation des fileurs de laine décida de réclamer une augmentation de salaire ; l’assemblée générale vota un tarif de 61 articles qui fut communiqué aux employeurs le 13 septembre, au lendemain du congrès de Bâle ; il devait être mis en vigueur le 27 septembre, ce délai paraissant suffisant « pour permettre aux patrons d’apprécier les différentes séries de prix » ; le texte était signé par 214 ouvriers. Selon le commissaire central d’Elbeuf, le nouveau tarif représentait une augmentation d’environ 15 % que les fileurs justifiaient par le coût élevé de la vie52.

  • 53 Le Progrès de Rouen, 4 octobre 1869 : « La réclamation des fileurs a bien sa raison d’être et l’on (...)

50Dans le Progrès de Rouen, Fossard approuva cette revendication53. Il estimait que la situation des ouvriers s’était dégradée depuis une trentaine d’années ; un cardeur gagnait alors 2 F à 2,5 F par jour, pour 30 à 50 kg de laine, aujourd’hui 2,75 F à 3,25 F pour 70 à 100 kg ; le fileur recevait 5 à 6 centimes par fraction de 3 000 m, aujourd’hui, 3,5 à 4,5 centimes à cause du remplacement des métiers de 120 broches par des métiers de 200 à 300 broches.

  • 54 Les assertions de Fossard furent contestées par deux filateurs dans le Progrès de Rouen du 6 octobr (...)

51Si le salaire nominal semblait s’être légèrement accru, ce que le travailleur avait gagné en argent, il le perdait en santé à cause du plus grand effort physique dans des ateliers où l’atmosphère était pestilentielle ; le salaire réel en fait avait diminué à cause de l’augmentation du prix des denrées alimentaires et des loyers. Pour régler le différend et pour éviter une grève « ruineuse pour l’ouvrier, ruineuse aussi pour le patron, lorsque l’ouvrier est soutenu et qu’il peut tenir longtemps », Fossard conseillait d’instituer une chambre syndicale mixte qui essaierait de concilier les intérêts opposés54.

  • 55 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police de Caudebec-lès-Elbeuf, 19 septembre ; préfet, 5 octobre (...)

52Les ouvriers semblaient en position de force vis-à-vis des patrons : sur 327 fileurs répartis en 27 établissements, 260 adhéraient à la corporation ; l’époque était bien choisie puisque la fabrication de l’article d’hiver allait commencer, la grève des fileurs obligerait à mettre en congé les cardeurs, les rattacheurs, certains tisserands et entraînerait la fermeture de presque tous les établissements de la circonscription d’Elbeuf ; les filateurs qui venaient de relever leurs tarifs de vente aux fabricants de drap en réduisant l’escompte de 20 à 10 % allaient-ils risquer de ruiner une cinquantaine de maisons, comme l’annonçait Fossard ?55.

  • 56 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 21 septembre 1869.

53Les douze principaux filateurs se réunirent de 20 septembre. Quelques-uns proposèrent de faire des concessions sur certaines séries de prix, mais la majorité s’opposa à toute augmentation ; ils pensaient que les grévistes ne pourraient tenir plus d’une semaine et envisageaient comme moyen de pression de faire venir des fileurs de Romorantin où « la filature languissait », de Reims, Louviers, Lisieux ou Vienne, d’embaucher des fileurs de coton rouennais en chômage et même d’employer des rattacheurs56.

  • 57 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. Lettre du comité de la corporation, 22 septembre 1869 Ibid. Lettre d (...)
  • 58 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 23 septembre 1869. Le commissaire de police prétend que les cardeurs, r (...)

54Le comité de la corporation constitua alors une chambre syndicale de douze membres qui invita les patrons à présenter leurs observations sur le tarif, « afin d’établir une conciliation favorable aux deux parties »57, mais tous les filateurs, sauf quatre, refusèrent de rencontrer les délégués ouvriers (23 septembre) ; « ils voulaient bien s’entendre avec le groupe des fileurs qu’ils emploient, mais tous ou presque tous refusent de traiter soit avec le comité, soit avec la chambre syndicale »58.

  • 59 Ibid. C.c. polioe d’Elbeuf, 25 septembre 1869.
  • 60 Le Progrès de Rouen, 6 octobre 1869. « Sur les 273 signataires de l’Union corporative, 270 ne deman (...)

55Les ouvriers déclarèrent alors qu’ils se mettraient en grève le 27 septembre. Ils devaient rester à leur domicile en attendant un appel des filateurs acceptant le nouveau tarif ; la confiance semblait régner : on disait qu’avec les subsides de Rouen, les grévistes pourraient disposer de 30.000 F, ce qui leur permettrait de tenir longtemps. Cependant, le commissaire de police croyait qu’un grand nombre d’entre eux, contents de leur sort, renonceraient facilement à leurs revendications s’ils n’étaient sous l’influence des meneurs qui les intimidaient...59. Selon le manufacturier Jules May, leur mobile « pour les uns, c’est le sentiment d’honneur qui les lie à la parole donnée ; pour le petit nombre, la crainte, mais pour tous, je le dis bien haut, c’est leur naïve confiance dans certains hommes, certains conseils, certaines idées, leurs sentiments de suspicion vis-à-vis de leurs amis et leurs protecteurs naturels, les chefs d’établissement »60.

  • 61 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 27 septembre, 8 octobre 1869. F 1 C III, Seine (...)

56Le 27 septembre, cinquante ouvriers seulement se présentèrent au travail, quelques-uns les rejoignirent après le chômage du lundi : « de vieux serviteurs qui par dévouement pour leurs maîtres n’avaient pas voulu tremper dans la coalition, ceux qui veulent se montrer dociles à l’usage en faisant une semaine de congé », mais surtout des fileurs de Romorantin, établis à Elbeuf depuis un an qui n’adhéraient pas à l’Union corporative, « rendus prudents par les chômages subis dans leur pays »61.

57La grève était donc largement suivie ; parmi les réfractaires, on ne signale qu’un ancien membre de la corporation, il venait d’ailleurs de démissionner.

  • 62 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 29 septembre, 4 octobre 1869.

58Une douzaine de filatures se trouvaient donc complètement arrêtées, d’autres fonctionnaient avec des moyens de fortune ; les patrons utilisaient des cardeurs ou des rattacheurs, travaillant parfois eux-mêmes aux métiers avec leurs fils ou leurs employés, mais s’efforçant surtout de recruter de la main-d’œuvre extérieure, des fileurs de laine ou de coton en chômage (on en signale 8 ou 10 de Rouen et de Louviers, le 28 septembre). Les résultats pendant quelques jours furent pourtant décevants : sur les 14 fileurs recrutés à Pavilly, trois seulement vinrent à Elbeuf ; quelques ouvriers arrivés de Louviers et de Lisieux repartirent dès qu’ils comprirent la situation ; le 4 octobre, malgré tous les expédients, une centaine de fileurs seulement étaient au travail62.

  • 63 Ibid. D’après le tableau du 16 octobre 1869.

Statistique de la grève des fileurs de laine à Elbeuf63

Fileurs avant la grève

6

18 octobre

Fileurs inoccupés

ELBEUT

May Jules

36

1

26

19

Vve Chennevière

29

11

10

12

Del rez

24

1

22

2

Pion Léon

19

17

10

9

Cornu

22

-

22

-

Lesage Leroy

17

1

17

-

Grille-Moreau

23

-

23

-

Vve Nivert

10

-

10

-

Flavigny Fré.

8

-

8

-

Gérin-Roze

8

-

7

1

Legris-Maurel

8

-

8

-

Hardy

8

-

4

4

Berrier

6

-

6

-

Flavigny Rob

5

-

3

2

Vve Plantefol

2

1

2

-

Turgis (64)

11

11

11

-

Mignard

8

3

3

5

Lion

4

4

1

-

Peltier

4

4

1

-

CAUDEBEC-LES-ELBEUF

Gossclin

19

6

19

-

Hardy

11

-

8

3

Dugard

9

-

9

-

Hébert Jeune

8

-

8

-

L’homme

8

-

8

-

Hennebert

6

6

6

-

SAINT-PIERRE-LES-ELBEUF

Hébert Ainé

11

-

11

-

Heulant

4

2

1

-

328

73

273

55

Répartition des fileurs (16 octobre 1869)

Non-grévistes

73

Fileurs rentrés

73

Etrangers ou nouveaux fileurs

127

Fileurs "non occupés"

55

Total

328

  • 64 L’établissement Turgis qui ne filait que de la lisière ne fut pas concerné par la grève. Leroy, Lio (...)
  • 65 Ibid. C.c. de police d’Elbeuf, 29 septembre 1869 ; président du conseil des prud’hommes, 19 octobre (...)
  • 66 Ibid. C.c. de police d’Elbeuf, 7 octobre 1869. Il s’agit des fileurs de Mme Chennevière qui par « s (...)

59Quelques patrons essayèrent de faire pression sur leurs ouvriers en les faisant citer devant le conseil des prud’hommes parce qu’ils n’avaient pas effectué leur semaine de congé64 ; le 27 septembre, les ouvriers de Gérin-Roze acceptèrent de rentrer pour une semaine, précisant qu’ils reprendraient la grève le lundi suivant65 ; mais les fileurs convoqués le 30 septembre ne se présentèrent pas pour la plupart et envoyèrent une lettre collective expliquant que la demande d’augmentation de salaire contenait à leurs yeux, une déclaration de congé ; le conseil des prud’hommes condamna, le 4 octobre, 18 grévistes à verser à leurs patrons une indemnité égale au montant des salaires de la dernière quinzaine, soit environ 50 F. Trois cents ouvriers, presque tous membres de l’Union corporative, attendaient dans la cour de la mairie la décision des prud’hommes : « Lorsque le jugement fut rendu, ils prirent une attitude mécontente et il y eut quelques murmures »66. Le Progrès de Rouen critiqua l’initiative des patrons : « C’était là une dure leçon pour les travailleurs et qui n’était pas de nature à les disposer à la conciliation. On leur a fait sentir par là que la loi sur les coalitions, que certaines gens appellent la liberté de coalition, n’était qu’un traquenard. Il n’y a presque point de grèves qui finissent sans amendes et sans prison.

  • 67 Le Progrès de Rouen, 15 octobre 1869. Réponse de Fossard aux lettres de Gérin-Roze et de Jules May. (...)

60« Trop heureux encore les ouvriers lorsqu’ils n’en sortent qu’avec ces flétrissures. Il ne faut que la mauvaise humeur d’un préfet, le caprice d’un ministre pour qu’en déployant à leurs yeux l’appareil de la force, on ne les irrite et on ne les jette en colère. De là, ces scènes déplorables dont le dénouement s’appelle les massacres de la Ricamarie et d’Aubin »67.

  • 68 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. de police d’Elbeuf, 2 octobre 1869. Dans un établissement, troi (...)

61Le 4 octobre cependant, des grévistes n’avaient repris le travail qu’à Caudebec chez Dugard qui avait accepté le tarif et à Elbeuf chez Grille et Moreau qui avaient promis une augmentation de 7 à 8 %68.

  • 69 Ibid. C.c. de police d’Elbeuf, 4 octobre 1869 ; la principale crainte des grévistes semble avoir ét (...)

62Le conflit menaçait de se prolonger. L’Union corporative avait compté jusqu’alors sur ses propres ressources ; le 2 octobre, elle procéda à la première distribution de secours ; selon le commissaire de police, on avait promis à chaque gréviste une somme de 15 F ; elle ne fut remise qu’aux chefs de famille, les autres devant se contenter de 10, 8 ou même 5 F, ce qui aurait provoqué quelque mécontentement : des fileurs exprimèrent l’intention de reprendre le travail dans deux ou trois jours s’ils n’étaient pas soutenus plus efficacement69. Le comité corporatif se décide alors à demander l’aide du Cercle d’études économiques.

  • 70 La Réforme sociale, no 1, 30 janvier 1870. Grèves d’Elbeuf et de Darnétal.

63Le comité fédéral s’étonna que les responsables des fileurs n’eussent pas respecté l’article des statuts prévoyant que toute grève devait être préalablement autorisée par la Fédération : « nos frères elbeuviens n’avaient-ils pas été dupes d’une pression exclusivement politique », - c’est-à-dire vraisemblablement d’une manœuvre des démocrates elbeuviens - ; « renseignements pris on fut convaincu qu’ils avaient agi sous l’influence légitime de leur dignité insolemment blessée »70.

  • 71 Le Réveil (8 octobre 1869) publia intégralement la communication, « malgré quelques réserves à fair (...)
  • 72 A. M. Lyon, 12 56-158. Aubry à Richard, 7 octobre 1869.

64Le 3 octobre, le Cercle adressa une circulaire à toutes les fédérations françaises et européennes ; après avoir résumé dans quelles conditions avait éclaté la grève, il faisait appel à la solidarité des sections de l’A. I. T. : « Courage, camarades ! Ceux des autres villes organisent des secours pour soutenir votre lutte et venir en aide aux familles, car tous savent que vous êtes 500 et que chacun de vous a femme et enfants ; c’est donc 2.000 existences qu’il nous faut à tout prix secourir. Nous dirons même que c’est sur cette difficulté que comptent vos adversaires ; ils s’en sont vantés »71. Aubry écrivit personnellement à Varlin et à Richard pour solliciter des emprunts en faveur de la plus importante grève que le département eût connue et qui devait s’étendre aux villes voisines72.

  • 73 Gazette des Tribunaux, 23 juin 1870. Lettre de Varlin à Aubry, 8 oct. 1869. Varlin annonce qu’il a (...)
  • 74 Les brossiers, les tisseurs en canevas et les doreurs sur bois.

65La première souscription fut organisée le 3 octobre dans la salle de la fédération ; le 8 octobre, 832,35 F seulement avait été recueillis ce qui confirmait l’erreur commise par les fileurs de ne pas s’être concertés avec le Cercle. Le 9 octobre arrivaient les premiers prêts des sociétés parisiennes : 500 F des typographes, 300 F des ferblantiers, 200 F des bijoutiers auxquels s’ajoutaient 500 F des lithographes et 500 F des bronziers73. Varlin annonçait d’autres concours, mais attirait l’attention d’Aubry sur les limites de la solidarité, les sociétés parisiennes étaient épuisées par les nombreuses grèves quelles avaient à soutenir - trois à Paris même74. « Je dois vous conseiller d’éviter l’extension de la grève aux autres fabriques des environs d’Elbeuf. Si les patrons ne forcent pas, que les ouvriers prennent patience et attendent, pour exiger le tarif, qu’il soit obtenu dans les maisons actuellement en grève ».

  • 75 D’après la Réforme sociale, no 2, 18 février 1870. Compte rendu matériel des grèves des ouvriers fi (...)

Recettes-prêts aux fileurs d’Elbeuf75

Recettes-prêts aux fileurs d’Elbeuf75

66Il invitait d’autre part son correspondant à s’adresser au Conseil général de Londres.

Recettes-Souscriptions

Souscriptions dans la salle du Cercle de Rouen

610,95 F

Cercle d’Elbeuf

17,50 F

Ouvriers de la Vallée de l’Andelle

55,00 F

Corporation des bretelliers

216,85 F

Corporation des charpentiers de l’arrondissement

25,00 F

Corporation des chineurs de Rouen

44,90 F

Dévideuses, cardières, débourreurs... de Darnétal

70,60 F

Fileurs de laine de Darnétal

1 04,00 F

Fileurs de laine d’Elbeuf

1 05,50 F

Fileurs de coton de Darnétal

50,00 F

Fileurs de coton de Maromme

23,20 F

Fileurs de coton d’Oissel

7,50 F

Fileurs de coton de Pavilly

30,00 F

Fileurs de coton de Rouen, 4ème canton

16,50 F

Fileurs de coton de Rouen Saint-Sever

55,75 F

Fileurs de coton de Sotteville

230,00 F

Imprimeurs sur étoffe de Darnétal

28,00 F

Lithographes

10,00 F

Teinturiers grand teint

100,00 F

Teinturiers petit teint

25,50 F

Corporation des tisseurs de calicot

1 30,00 F

Corporation des tisseurs de Rouen

100,00 F

Corporation des tisseurs de Saint-Etienne-du-Rouvray

7,25 F

Souscriptions particulières

Seine-Inférieure

216,20 F

Beauvais

53,00 F

Bretagne

10,50 F

Boulonniers de Lyon

100,00 F

Corporations marseillaises

350,00 F

Paris (Varlin)

1 200,00 F

Fileurs de soie de Paris

1 32,00 F

Corporation des papiers peints de Paris

200,00 F

Verviers

150,00 F

Fileurs de Vienne

100,00 F

Tisseurs de Vienne

290,00

Total des souscriptions reçues par la Fédération

4 874,50 F

Récapitulation des recettes

Reçues par la Fédération

Recettes-prêts

7 51 0,50 F

Recettes-souscriptions

4 874,50 F

En dehors de la Fédération

5 21 5,00 F

17 600,00 F

  • 76 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 8 et 10 octobre 1869 : « Les ouvriers dont on (...)

67A la fin de la seconde semaine de grève, l’Union corporative put procéder à une nouvelle distribution de secours comparable à la première, mais un certain flottement apparut. D’abord les jugements des prud’hommes avaient suscité des inquiétudes, mais surtout l’arrivée de travailleurs d’autres régions : un filateur d’Elbeuf, anciennement employé à Romorantin, était retourné dans cette ville embaucher vingt fileurs ; un industriel d’origine belge en avait fait venir deux de Verviers et croyait qu’une vingtaine de camarades les rejoindraient76. Par crainte de ne pas retrouver leur emploi, des ouvriers paraissaient disposés à reprendre le travail le lundi 10 octobre, si quelques satisfactions partielles leur étaient accordées ; le comité de l’Union corporative lui-même, selon le commissaire de police, aurait accepté comme transaction de discuter les propositions qui avaient été faites au début de la grève par certains patrons ; mais la plupart des industriels restèrent fermes ; ils arrivaient à faire fonctionner au moins partiellement leurs établissements et limitaient ainsi les pertes qu’ils subissaient. Il en résulta rapidement un durcissement des rapports avec les employeurs : « Lors de la déclaration de la grève, l’attitude des fileurs était très calme, convenable, mais un peu moqueuse... ils se croyaient sûrs du succès... ; ils sentent (maintenant) que leur cause est compromise en voyant les ateliers se garnir peu à peu d’ouvriers qui prennent leur place et ils ne pardonnent pas aux patrons leur résistance... ; quelques-uns se montrent grossiers quand une circonstance les met en présence de filateurs... ». Seule la menace de l’extension du mouvement à Pont-Authou et à Louviers ramena quelque confiance. Les industriels pourraient-ils vraiment pallier ces nouvelles défections ?

  • 77 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 11 octobre 1869 : « La sortie n’a pas été inscrite sur leurs livrets pa (...)

68La troisième semaine de grève fut décisive ; dès le lundi, des grévistes se présentèrent dans les ateliers, manifestant l’intention de rentrer moyennant une augmentation de 10 % mais la plupart des patrons refusèrent ; des fileurs réclamèrent alors leurs livrets77.

  • 78 D’après la Réforme sociale, no 2, 13 février 1870. Sommes reçues par la fédération ouvrière pour le (...)

69Le samedi 16 octobre les secours furent distribués en quantité très insuffisante : « La caisse est à peu près vide ; les grévistes ne paraissent plus pouvoir soutenir la lutte... Lorsque la grève a éclaté le comité disposait de 2.500 F, ils ont été absorbés à la fin de la première semaine... »78.

  • 79 Ibid. C.c. police d’Elbeuf,18 octobre 1869.
  • 80 Ibid. Préfet, 19 octobre 1869.

70D’après le tableau de la situation au 18 octobre, sur les 255 fileurs en grève, le 27 septembre, 73 étaient rentrés, dont 23 aux anciennes conditions ; 50 avaient obtenu quelque augmentation, 127 nouveaux fileurs avaient été embauchés, des rattacheurs (25 environ) et surtout des ouvriers étrangers au canton. C’est alors la débâcle de la grève ; « Les grévistes abandonnent toutes leurs prétentions ; ils sont venus ce matin à l’heure de l’ouverture des ateliers demander du travail, ils avaient la meilleure attitude ; 80 environ ont été reçus pour combler les vides ou pour remplacer des ouvriers improvisés dont le travail était imparfait ». Le comité de l’Union corporative a rendu à ses sociétaires leur liberté d’action « Il est vrai que tous les ouvriers las de trois semaines de désœuvrement et de misère exprimaient nettement l’intention de secouer le joug des instigateurs de la grève et de se remettre à l’œuvre avec ou sans leur assentiment »79. Le 19 octobre, le préfet pouvait écrire au ministre le l’Intérieur que la grève était terminée80.

  • 81 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 7 octobre 1869.
    Journal de Rouen, 21 octobre 1869.
    Le Progrès de l’Eure, (...)

71Cependant, le mouvement s’était étendu à Pont-Authou et à Louviers. Le 27 septembre, 110 fileurs de quatre établissements de Pont-Authou avaient demandé que leurs salaires de 4 et 5 F fussent élevés à 5 et 6 F, sinon ils devaient cesser le travail le 11 octobre81 ; l’initiative était lourde de conséquences car lorsque les fileurs d’Elbeuf s’étaient mis en grève, des fabricants elbeuviens avaient continué à s’approvisionner en filés dans l’Eure, ce qui avait déjoué le plan de l’Union corporative de paralyser le tissage elbeuvien.

  • 82 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. Le commissaire signale deux établissements fermés, les autres avec u (...)

72Mais lorsque le 18 octobre, ils se rendirent à Elbeuf pour demander des secours, ils s’irritèrent de constater que le travail y avait repris. Le 21 octobre, la situation était redevenue normale dans l’Eure82.

  • 83 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. Préfet, 23 octobre 1869.
  • 84 L’Egalité (Genève), 30 octobre 1869.
    La Réforme sociale, 30 janvier 1870. Selon Aubry, le maximum d’ (...)

73La grève de Darnétal fut beaucoup plus dure. A leur réunion du 10 octobre, les membres de la corporation des fileurs avaient, comme ceux d’Elbeuf, préparé un tarif : « En raison de la leçon reçue par les fileurs d’Elbeuf, la grève de Darnétal n’aurait pas eu lieu sans la malencontreuse mesure prise par MM. Dumont et Hébert directeurs de l’établissement de Mme Veuve Dumont »83 qui décidèrent de renvoyer le président, le caissier et un membre du comité de (‘association. La réaction fut immédiate ; le 23 octobre dans six filatures de Darnétal 110 ouvriers étaient en grève, le travail ne continuait que dans l’établissement Duperron dont les six ou sept fileurs ne faisaient pas partie de la corporation84.

  • 85 L’Egalité, 20 octobre 1869. Appel en faveur des grévistes d’Elbeuf, de Pont-Authou et de Darnétal.
  • 86 Gazette des tribunaux, 23 juin 1870. Lettre de Varlin à Aubry, 29 octobre 1869 : envoi de 500 F des (...)
  • 87 Ibid. Lettre de Varlin à Aubry, 4 novembre 1869. Envoi de 800 F (prêts des bronziers, 300 F et sous (...)
  • 88 Le Travail, 21 novembre 1869.

74Le Cercle de Rouen dut donc à nouveau faire appel aux sections de l’Internationale85. Varlin envoya le 29 octobre un nouveau secours de 1.000 F : « Il y a quelques mois... vous prétendiez que les grèves étaient suscitées par les partis politiques... Est-ce que vous pensez toujours de même à propos de cette avalanche de grèves qui nous tombent sur les bras de tous côtés en ce moment ? »86. Il ajoute, le 4 novembre, que celle des mégissiers absorbent toutes les ressources des sociétés parisiennes et qu’elles ne pourront plus faire de nouvel effort avant qu’elle ne se termine87. Le 12 novembre, Aubry adresse une correspondance au Travail en faveur des frères de Darnétal... en lutte contre une demi-douzaine de petits hobereaux de l’industrie, si arrogants et si oublieux de leur époque qu’ils en sont arrivés à faire pâlir les disciples de Loyola, eux les descendants des fils de Voltaire88 ; « Il faut les aider à soutenir une lutte suprême contre les tyranneaux qui ont juré de ne céder qu’après avoir anéanti le principal instrument d’affranchissement du travail, la solidarité corporative... ».

  • 89 L’Egalité, 20 novembre 1869.
  • 90 Le Travail, 21 novembre 1869 : « Voilà pourquoi nos camarades, de 200 grévistes qu’ils étaient au d (...)

75Au début de la troisième semaine de grève, quelques fileurs en accord avec les manufacturiers, allèrent de porte en porte annoncer aux grévistes que quarante d’entre eux reprendraient le travail aux anciennes conditions en promettant de renoncer à faire partie de l’association des fileurs. « A cette nouvelle, la panique s’empara des gréveurs (sic), douze victimes tombent dans le piège ; tout allait être perdu. Mais le bureau de la Fédération rouennaise, prévenu à temps, arrive à propos pour détromper les ouvriers. Sur les douze malheureux qui avaient failli, six se rétractèrent, et la grève reprit son cours avec une nouvelle énergie »89. En effet, les ouvriers des spécialités annexes de la filature décidèrent de se joindre au mouvement90.

  • 91 A D. S-M., M, Grèves de 1869. Préfet, 2 novembre 1869.
  • 92 Ibid. Préfet, 2 décembre 1869.

76Mais, forts de l’expérience d’Elbeuf, les industriels de Darnétal adoptèrent une attitude intransigeante, rejetant toute concession sur les salaires et recrutant du personnel extérieur à la localité91. Après quatre semaines, la grève de Darnétal se termina par un échec complet : « Elle a pris fin par suite de la venue du dehors d’un nombre d’ouvriers équivalent à celui des grévistes... ; malgré leurs propositions d’arrangement, les patrons n’en ont pas repris un seul... »92.

  • 93 Ibid. Préfet, 2 novembre 1869 : « Ces diverses catégories de métiers sont payées au moins 5 F par j (...)
  • 94 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 14 octobre 1869.

77D’autres menaces de grèves avaient été signalées par le préfet, les décatisseurs, trieurs de laine, apprêteurs d’Elbeuf avaient élevé des prétentions analogues à celles des fileurs93. Les tisserands eux-mêmes se disposaient à engager un mouvement mais, comme le constatait le commissaire d’Elbeuf, ils n’auraient pas une influence aussi grande que les fileurs : « 10.000 tisserands ne pourront pas prendre part à cette coalition parce qu’ils sont distribués dans un très grand nombre de communes... »94. L’échec des fileurs mit fin à tous ces préparatifs.

  • 95 Ibid. C.c. police de Rouen, 13, 15 septembre 1869.
  • 96 Ibid. C.c. police de Rouen, 25 septembre 1869.
  • 97 Ibid. C.c. police de Rouen, 16 octobre 1869.
  • 98 Ibid. C.c. police de Rouen, 2 et 5 novembre 1869. Plusieurs ouvriers furent renvoyés.
    Le sous-préfet (...)

78Dans les autres corps de métier, si quelques grèves se produisirent, elles ne se généralisèrent pas : tissages de coton Dubosc frères95 et Aubé-Camentron, 23-24 septembre, pour une augmentation de salaires96 ; de même chez Thuillier, imprimeur sur étoffes à Darnétal97 ; à la fonderie Martin, 50 ouvriers cessèrent le travail pour obtenir le renvoi d’un contremaître (2-4 novembre 1869198.

79Quels furent les résultats de la grève des fileurs de laine ?

  • 99 A. M. Lyon, I2 56-158. « Trois autres villes limitrophes... vont suivre l’exemple d’Elbeuf, afin de (...)
  • 100 La Réforme politique et sociale, 6 novembre 1869.
  • 101 A. N., BB 30 390. Procureur général, 7 janvier 1870 : 150 nouveaux ouvriers sont arrivés ; 50 fileu (...)

80Contrairement à l’affirmation des adversaires de l’Internationale, le Cercle d’études de Rouen n’avait ni organisé, ni encouragé ce mouvement, qui surprit même le comité de la fédération. Par contre, la grève une fois déclenchée, il lui apporta le plus large soutien pour essayer d’arriver, au moins régionalement, à la « constitution de la valeur » ; Aubry l’écrivit à Richard le 7 octobre99 et le répéta dans la Réforme politique et sociale. « Les fileurs de laine de Normandie veulent l’application d’un tarif uniforme pour toute la contrée... »100. A Elbeuf, Aubry a estimé que les fileurs avaient remporté une « victoire relative » puisqu’un certain nombre d’entre eux obtinrent une augmentation d’environ 5 à 10 %, mais une centaine d’ouvriers avaient perdu leur emploi et d’autre part l’Union corporative, pour rembourser les prêts, devait porter la cotisation de 0,20 F à 1 F par semaine (elle espérait se libérer en un an)101. A Darnétal et Pont-Authou, l’échec avait été complet. Aubry tira à nouveau la leçon que la grève, pour devenir productive, devait être précédée de la création d’un atelier corporatif.

  • 102 L’Egalité, 30 octobre 1869, d’après le Travail.

81« Nous venons, auraient déclaré les ouvriers d’Elbeuf, de faire une heureuse expérience de deux forces dont nous n’avions qu’une bien faible idée : la première, la presse, a fait connaître nos misères et nos besoins et a en quelque sorte mis nos patrons en demeure d’écouter nos réclamations avec moins de dédain ; l’autre, l’association, nous a permis de réussir sinon complètement, du moins à demi dans la lutte que nous avons entreprise... »102. Cependant, la solidarité n’a pas joué aussi complètement que le Cercle avait pu l’espérer. En France, ce sont cette fois Paris, grâce à Varlin, et Vienne qui ont adressé les secours les plus importants ; à Marseille et surtout Lyon, les caisses étaient à peu près vides, à cause des grèves locales. La Belgique, sauf Verviers qui organisa un meeting et la Suisse n’ont fourni aucune assistance.

  • 103 The General Council, op. cit., t. III, (1868-1870), p. 167-168, 12 octobre 1869.

82Le Conseil général de Londres prit connaissance le 12 octobre de l’appel des fileurs d’Elbeuf ; Hales fit ressortir qu’il n’existait aucune possibilité de leur apporter une aide financière, Jung ajouta qu’il fallait avertir les ouvriers de ne pas se lancer étourdiment dans les grèves103.

83Dans la région rouennaise, la répartition géographique des souscriptions ne s’est pas sensiblement modifiée depuis la grève Bertel : Darnétal et Sotteville arrivent encore en tête les sommes recueillies à Rouen demeurant relativement minimes, et plus encore l’apport des vallées. Il semble donc qu’à cette époque, si la Fédération a élargi son influence autour de Darnétal vers Rouen et la rive gauche, le nombre des adhérents reste faible dans les cantons de Maromme et de Pavilly.

  • 104 Le progrès de Rouen, 6 octobre 1869. Lettre de Gérin-Roze.
  • 105 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. Préfet, 2 décembre 1869. Selon le préfet, la même résolution aurait (...)
  • 106 The General Council, op. cit., t. III, (1868-1870), p. 167. Voir lettre de Varlin à Aubry, 8 octobr (...)
  • 107 Le Courrier de l’Eure, 21 octobre 1869 ; Le Nouvelliste de Rouen, 23 octobre 1869. Aubry prétendit (...)

84Mais la conséquence la plus importante de la grève apparaît dans le durcissement de l’opposition des industriels à l’égard des associations ouvrières. Les patrons d’Elbeuf, à la fin de septembre, s’étaient réunis pour adopter une attitude commune à l’égard du tarif : « Voulez-vous, demande Gérin-Roze que l’instinct de conservation nous force à nous organiser en comité de défense ? »104 Si à Elbeuf les patrons finissent souvent par adopter des compromis, ceux de Darnétal maintiennent une solidarité parfaite : « Il a été résolu qu’aucun ouvrier appartenant aux sociétés corporatives ne serait plus admis dans les ateliers de filature de laine de la vallée de Darnétal »105. Aubry lui-même fut congédié par le Nouvelliste de Rouen à compter du 15 octobre106. Quelques jours plus tard, fort opportunément, le Nouvelliste publia la lettre d’un « ouvrier fileur » de Louviers. Aubry était accusé de vivre aux crochets du Cercle d’études économiques et de préparer la révolution dans son intérêt107 ; « à côté des bons ouvriers..., il y a aussi des ouvriers d’inconduite qui absorbent en liquides une partie de ce qu’ils gagnent, sans se préoccuper de leur famille.

85« Ceux-là aussi sont jaloux de cette classe bourgeoise et de leurs camarades qui se conduisent bien ; ce sont eux qui, comme M. Aubry, sont toujours disposés à troubler l’ordre, parce qu’ils espèrent tirer parti du désordre ».

  • 108 A. N., BB 30 390. Procureur général, 9 octobre 1869.
  • 109 Le Nouvelliste de Rouen, 6 décembre 1869. Conférence de M. Oursel sur les syndicats entre patrons e (...)
  • 110 Le Travail, 12 décembre 1869.
    La chambre de commerce préféra s’occuper seule de la question.

86Les autorités ne paraissaient pas étonnées du déroulement de ces conflits : « C’est déjà un progrès dans les mœurs ouvrières, soulignait le procureur général, que des grèves organisées par les sociétés dites corporatives aient cessé de provoquer le désordre de la rue et de recourir pour se maintenir aux pressions violentes »108. Pour éviter la généralisation des grèves, le projet de création de chambres syndicales mixtes fut à nouveau évoqué à la suite d’une étude faite par la chambre de commerce d’Avignon et reprise par celle de Rouen : ces organismes devraient plus particulièrement régler les questions de salaires109. Le 8 décembre, dans le Travail, Aubry expliqua la position adoptée, le 22 novembre, par les comités corporatifs à l’égard d’une chambre syndicale mixte des fils et tissus : « Toute organisation qui n’aurait pas pour but l’abolition intégrale des monopoles financiers, industriels et commerciaux, serait énergiquement repoussée comme un piège tendu aux victimes de l’ordre social actuel... Que la liberté des banques soit entièrement proclamée !... Que la chambre syndicale émette dans ses statuts le moyen pour les ouvriers de devenir possesseurs de l’outillage national par une liquidation à prix de revient... ; une concession était admise cependant : les possesseurs actuels resteraient directeurs de l’établissement racheté, mais sous le contrôle d’un comité de surveillance... »110.

87On demandait en somme aux industriels de contribuer à la suppression du capitalisme. Aubry reconnaît que sa note fut fort peu goûtée par les promoteurs du projet : « L’auteur convenait fort bien que nous avions raison, mais malheureusement les préjugés qui dominaient la bourgeoisie ne permettaient pas de lui faire accepter ces propositions... ».

LA CAMPAGNE PROTECTIONNISTE

88Après la fin des grèves, l’attention de l’opinion publique fut surtout retenue à nouveau par le développement de la campagne protectionniste.

  • 111 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile..., op. cit., p. 417-424.
  • 112 Exposé des travaux de la chambre de commerce de Rouen, op. cit., 1867-1868. Selon Pouyer-Quertier, (...)
  • 113 Journal de Rouen, 20 novembre 1869. Comité consultatif des arts et manufactures. Enquête relative à (...)

89Les critiques contre les traités de 1860 n’avaient jamais cessé ; mais elles se faisaient plus ou moins vives selon la conjoncture économique ou politique. En 1867 et 1868, la lutte contre les admissions temporaires de calicots pour indiennes, autorisées par le décret du 13 février 1861, ne suscita pas la même passion qu’en Alsace111 ; à une pétition des filateurs et tisseurs de Rouen (13 septembre 1867) répondit une contre-pétition des indienneurs en faveur des admissions temporaires (5 octobre 1867). Embarrassée, la chambre de commerce de Rouen conclut au maintien du statu quo, mais demanda une enquête générale sur les conséquences du régime économique (25 novembre 1867)112 ; après sa délibération du 28 octobre 1869, elle déclara encore que n’ayant pas à sa disposition les éléments suffisants pour statuer en connaissance de cause, « elle laissait aux Alsaciens à se prononcer sur cette grave question »113.

  • 114 Journal de Rouen, 4 février 1869.
  • 115 A. N. F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, février 1869.
    F 1 C III, Seine-Inf. 17. Préfet,1er mai 1869. (...)

90Les difficultés économiques et l’approche des élections de 1869 incitèrent les industriels protectionnistes à s’assurer l’appui des ouvriers. Quelques jours après le manifeste des manfacturiers pour la dénonciation des traités avec l’Angleterre114, six ouvriers prirent l’initiative d’une pétition115 ; ils évoquaient avec nostalgie leur situation avant 1860 : le travail était alors assuré, les salaires aussi élevés dans certaines professions ; les familles vivaient d’une manière supportable. « Confiants dans les promesses qui avaient été faites lors de la réforme douanière, nous n’avons pas supposé un instant que notre travail pût en souffrir et nous avons compté sur la vie à bon marché.

91« ... Quelques mois s’étaient à peine écoulés que l’introduction des produits anglais venait apporter la perturbation dans notre travail » : chômages répétés..., fermeture d’établissements, augmentation du prix des denrées... « Nous avons dû et pu obtenir par les grèves des augmentations de salaires pour certaines branches de travail, mais éclairés par les sacrifices faits par nos patrons pour soutenir la concurrence étrangère, nous sommes obligés de reconnaître que le travail national n’est pas suffisamment protégé ; devant l’évidence des faits, il y aurait, de notre part, faiblesse ou parti pris à n’en pas convenir » ; les ouvriers demandaient donc le retour à des tarifs vraiment protecteurs pour sauvegarder les salaires et donner au travail la stabilité qui lui manquait : « c’est le seul moyen de faire renaître le contentement dans nos cœurs et la prospérité dans le pays ». Selon le préfet, la circulaire ne rencontra « qu’une indifférence assez marquée » dans les ateliers.

  • 116 A. N., F 12 4537. Chambre de Commerce de Rouen, 7 octobre 1869. La chambre de commerce justifiait s (...)

92Le sénatus-consulte du 8 septembre 1869, article 10, attribuait au Corps législatif le droit de légiférer en matière de traités de commerce : « Les modifications apportées à l’avenir à des tarifs de douanes ou de postes par des traités internationaux ne seront obligatoires qu’en vertu d’une loi... ». Du moment que le pays est remis en possession du droit de se prononcer sur ses intérêts commerciaux, la dénonciation du traité anglo-français était, pour la chambre de commerce de Rouen, la meilleure, la seule garantie de la sincérité du gouvernement116.

  • 117 Journal de Rouen, 10 octobre 1869. Lettre de la chambre de commerce de Rouen, 7 octobre. « L’année (...)
  • 118 Le Progrès de Rouen, 22 octobre 1869.

93La campagne protectionniste devint particulièrement ardente lorsque la presse annonça la venue à Rouen du conseiller d’Etat Ozenne, secrétaire général du ministère du Commerce ; le 3 novembre, il devait procéder à une enquête sur la situation des principales industries (117. « Chaque fois qu’un mouvement pacifique ou non se produit dans ce pays, le gouvernement de Décembre envoie un homme à lui, aide de camp ou conseiller d’Etat pour le représenter et commencer une enquête administrative qu’il s’agisse des souffrances de l’industrie, de l’anthropophagie en Algérie ou des massacres de La Ricamarie ou d’Aubin »118.

  • 119 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 79.
  • 120 Ibid., p. 86. Le mémoire de Cordier parut au début d’octobre (Voir Journal de Rouen, 8 octobre 1869 (...)

94La chambre de commerce avait déjà décidé, dans sa séance du 19 août, l’édition du mémoire que Cordier avait préparé au cours des semaines précédentes : Exposé de la situation des industries du coton et des produits chimiques dans la Seine-Inférieure et dans l’Eure, 1859-1869. L’auteur constatait que depuis le traité avec l’Angleterre, de nombreuses filatures et manufactures d’indiennes avaient disparu ; l’augmentation du nombre de métiers à tisser s’expliquait seulement par le développement de la fabrication des gros tissus et par l’introduction des filés étrangers. « Outillage, force motrice, main-d’œuvre, ces trois termes du problème de la grande production manufacturière, semblent devoir nous fermer tout espoir de prendre rang parmi les peuples industriels sur le terrain de la libre concurrence. Les Anglais nous dominent par l’abondance de leurs houilles, les Belges par le bas prix de leurs charbons et de leur main-d’œuvre, les Suisses par la multiplicité de leurs moteurs naturels et la modération de leurs impôts ; tous par leurs positions acquises et l’étendue de leurs clientèles... »119. Sans prétendre à un retour aux prohibitions, Cordier concluait qu’il fallait établir « un système sagement et équitablement compensateur »120.

  • 121 Journal de Rouen, 11 octobre 1869. L’assemblée du 12 octobre avait été préparée dans une réunion du (...)

95Le 12 octobre, industriels et commerçants de Rouen se réunirent au Lloyd rouennais sous la présidence de Pouyer-Quertier121 et nommèrent un comité pour la défense de l’industrie nationale, composé de 31 membres, filateurs, tisseurs, indienneurs, teinturiers et apprêteurs, constructeurs et cardiers, fabricants de rouenneries, négociants et commissionnaires, fabricants de produits chimiques et commissionnaires de transport ; dix sous-comités étaient chargés de réunir la documentation et de rédiger les rapports propres à éclairer Ozenne sur la situation des diverses industries. Pour donner plus de retentissement à l’action du comité, on envisagea d’y associer les travailleurs.

  • 122 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile, op. cit., p. 430-431. A Lille (30 octobre, 6 novembre) et à (...)

96Les rapports furent approuvés à la séance du 22 octobre et présentés à l’assemblée générale du 29122.

  • 123 Le Nouvelliste de Rouen, 30 octobre 1869. Le journal souligne évidemment la présence de Desseaux, q (...)

97Au palais des Consuls devant 1 500 personnes - dont tous les députés de la Seine-Inférieure, sauf Le Cesne, représentant du Havre - Lamer résuma les conclusions adoptées à l’unanimité : dénonciation des traités de commerce, nouveaux tarifs de douane, non pas pour protéger mais pour compenser les charges qui pesaient sur l’industrie en France et rendaient la lutte impossible ; un ouvrier vint remettre la pétition de février, couverte maintenant de 8 614 signatures : « Les ouvriers savent que leurs intérêts sont les mêmes que ceux de leurs patrons »123, ces délégués estimaient que les tarifs de 1860 provoqueraient la disparition de l’industrie en Fance entraînant avec elle la prospérité du pays tout entier.

  • 124 Le Progrès de Rouen, 20 octobre 1869 ; Journal de Rouen, 30 octobre 1869.
  • 125 Le Progrès de Rouen, 4 novembre 1869 ; voir dans le même numéro un article de Riduet sur la questio (...)

98Les commentaires de la presse républicaine trahissent un certain embarras : Le Progrès de Rouen admettait que beaucoup d’établissements connaissaient des difficultés, mais il en rejetait la responsabilité sur le régime autoritaire : « Les crises sont dues à une administration dont la destinée est de vouloir toucher à tout, de viser aux grandes choses et d’aboutir constamment à des catastrophes... Le propre du césarisme, c’est l’improductivité » ; le gouvernement s’appuyait sur deux soutiens, l’armée et les fonctionnaires, castes parasites ; la France était le pays le plus imposé du monde, ce qui entraînait une augmentation des prix et des salaires et rendait la concurrence étrangère redoutable. La question ne doit pas, concluait le Progrès, se poser entre l’ouvrier et le patron, entre le travail et le capital également atteints ; mais entre la nation et la caste gouvernementale et fonctionnaire qui s’impose au pays, l’épuise et l’opprime124. Le Journal de Rouen exprimait son accord avec les manufacturiers pour certaines réformes : « Par la facilité des transports, la régularité des tarifs, l’abondance des approvisionnements, l’industriel français devait se trouver sur le pied des plus favorisés entre les industriels d’Europe ». Le Nouvelliste s’était bruyamment réjoui de la présence de Desseaux à l’assemblée du 29 octobre : les républicains rejoignaient le camp protectionniste ; le Progrès répliqua que demander la dénonciation des traités, ce n’était pas dire que la liberté commerciale dût être enterrée, mais rendre aux représentants de la nation le droit de déterminer le régime économique125.

99Desseaux avait bien précisé : « Quelle que soit la divergence des opinions politiques, il est des questions sur lesquelles l’accord doit se faire... ; le traité de commerce a été un coup d’Etat économique, conséquence d’un coup d’Etat politique... ». Les journaux républicains évitaient ainsi de se prononcer sur le fond du problème et s’en remettaient à la décision du Corps législatif.

  • 126 Journal de Rouen, 19 et 20 novembre 1869. Etaient présents : Leroy, préfet de la Seine-Inférieure, (...)
  • 127 Journal de Rouen, 5 novembre. Les ouvriers n’avaient pu être reçus en audience par l’Empereur qui é (...)
  • 128 En reproduisant cette lettre, le Journal de Rouen ajoutait : « Les signataires émettent des argumen (...)

100Le 3 novembre, le conseiller Ozenne dut subir les assauts des industriels rouennais126 dont il contesta certaines affirmations : la diminution du nombre d’établissements ne correspondait pas, bien au contraire, à une baisse de la production ; le prix de revient des broches et le montant des salaires étaient moins défavorables que le prétendaient les manufacturiers ; l’importance des exportations anglaises était exagérée... Le délégué du ministre reçut communication de la pétition des ouvriers rouennais127 : « Nous osons espérer, écrivaient-ils, que cette nouvelle enquête ne ressemblera pas à ses devancières qui n’ont abouti à aucun résultat utile à l’industrie..., nous n’avons pu faire d’études économiques, ni saint-simoniennes, mais nous jugeons avec notre bon sens pratique que, si les affaires allaient comme auparavant, nous aurions la ressource de nous faire augmenter..., mais nous ne pouvons songer à demander l’élévation de nos salaires à des patrons dont une partie des ateliers est en chômage et qui se ruinent avec le reste, ainsi que le prouvent les nombreuses suspensions et les faillites qui se succèdent autour de nous et attestent l’impossibilité où ils sont de supporter plus longtemps la concurrence étrangère ». La lettre évoquait le misérable destin des émigrants allemands, victimes du libre-échange, qui traversaient la Normandie pour se rendre aux Etats-Unis et concluait en réclamant la dénonciation immédiate des traités de commerce128.

101Ozenne promit de transmettre toutes les doléances : le Corps législatif serait saisi d’un projet de révision du tarif douanier ; mais « aucune explication ne pouvait être donnée » concernant la dénonciation des traités.

  • 129 Journal de Rouen, 8 novembre 1869. Le journal « laissa aux auteurs toute la responsabilité des prin (...)
  • 130 D’autres exemples avaient été cités dans les rapports officiels, en 1860 et 1861 ; voir rapport de (...)

102Le Cercle d’études économiques ne devait évidemment pas rester à l’écart de ce débat et laisser sans réponse les arguments d’un groupe de contremaîtres et d’ouvriers qui affirmaient leur solidarité avec les patrons. Dans une note publiée par le Journal de Rouen Aubry reconnaît que les doléances des industriels concernant l’application des traités de commerce sont en partie justifiées, mais le changement de régime douanier n’est pas suffisant pour améliorer la condition des travailleurs129. Avant 1860, les salaires n’étaient pas moins menacés, contrairement à ce qu’affirmaient les auteurs de la pétition ; depuis 1860, la diminution des droits de douane n’a pas nécessairement entraîné celle des produits importés ; l’auteur cite le cas des gommes et des cuirs130. Ce sont les monopoles qui dévorent les forces vitales du pays et qui sont certainement les causes principales de la cherté générale. Le rétablissement des barrières douanières compléterait leur domination : les grands établissements déjà débarrassés des rivaux malheureux qui avaient succombé à la crise, le seraient désormais de la concurrence étrangère. Les traités mieux appliqués produiraient la prospérité que demande le pays. Les corporations refusaient donc catégoriquement de s’associer à la campagne protectionniste, laissant aux industriels le soin de protester à leurs risques et périls. La situation que la classe ouvrière supporte difficilement mais qu’elle n’a point faite (ne pourrait) être changée que par de grandes réformes intérieures.

  • 131 Le Nouvelliste de Rouen, 9 novembre 1869.

103Le Nouvelliste de Rouen comprit parfaitement le sens de l’intervention « Nous avons dit que 8.614 ouvriers s’étaient joints aux manufacturiers normands... ; cette attitude a visiblement contrarié le Journal de Rouen, qui s’empresse d’insérer, sous certaines réserves, une protestation signée de M. Aubry ; C’est donc contre les capitalistes et contre les patrons et non contre les traités de commerce que s’élève M. Aubry... Tout ce galimatias équivaut à dire qu’il ne pardonne pas aux industriels de ne point réclamer la suppression du capital ». Selon le Nouvelliste, en publiant ce manifeste, le Journal de Rouen était mû par le désir de prendre sa revanche du 29 octobre et de la conversion de Desseaux131.

  • 132 Journal d’Elbeuf, 14 novembre 1869 : « Le commissaire du gouvernement a déclaré que la Chambre sera (...)
  • 133 Journal d’Elbeuf, 9 décembre 1869.

104Après le passage d’Ozenne, Pouyer-Quertier élargit l’action de son comité ; au nom de l’assemblée générale du 29 octobre, il envoya le 6 novembre une circulaire aux industriels des différentes régions de France132 les invitant à faire partie du comité central qui « aurait pour mission d’agir auprès du gouvernement et du Corps législatif et de travailler aussi énergiquement que possible à la dénonciation des traités. Le comité général de la Ligue nationale du travail se réunit le 3 décembre à Paris133.

  • 134 Journal de Rouen, 22 novembre 1869.
  • 135 Ibid., 27 novembre 1869 : compte rendu de la réunion de la chambre de commerce de Rouen (25 novembr (...)
  • 136 Journal d’Elbeuf, 9 décembre 1869. A. N., F 12 6170. Lettre du comité industriel et commercial norm (...)

105Loin de prendre des engagements précis, le gouvernement confia à une commission, sous le contrôle du Conseil supérieur du commerce, le soin d’examiner les effets du traité de commerce134. Cette décision provoqua l’indignation des protectionnistes et une cascade de protestations. La commission ne comprenait-elle pas quelques-uns des responsables des traités de 1860, de hauts fonctionnaires et des dignitaires dont les opinions étaient trop connues135. La chambre de commerce de Rouen déclara qu’elle n’enverrait pas de délégués ; elle réclama une commission parlementaire de représentants du pays auxquels la réforme constitutionnelle avait remis le soin de légiférer sur ces grands intérêts. La chambre de commerce d’Elbeuf adopta une attitude analogue136, un meeting de protestation fut organisé à Rouen le 3 décembre.

  • 137 Journal d’Elbeuf, 12 décembre 1869.
  • 138 Le Progrès de Rouen, 10 décembre 1869. Le comité ouvrier de Rouen avait reçu une invitation à prote (...)

106A nouveau, le comité industriel et commercial normand voulut associer à son action les parlementaires et les ouvriers. Une demande d’interpellation fut déposée au Corps législatif concernant la dénonciation des traités de commerce et la présentation d’un projet de loi fixant les tarifs douaniers et le régime des admissions temporaires ; parmi les 37 signataires figuraient cinq députés de la Seine-Inférieure dont Desseaux ; pour lui, il s’agissait avant tout de rendre ses droits au Corps législatif sans pour cela condamner la liberté commerciale !137. D’autre part, dans une lettre adressée au ministre du Commerce, le comité ouvrier appuya la protestation des industriels138. « Des enquêtes, mais voilà dix ans qu’on nous berce avec ces moyens dilatoires. Chacun de nous sait à quoi s’en tenir, et se demande si celle de M. Ozenne n’était donc qu’une comédie... Pendant tous ces délais, les ateliers succombent et se ferment, le chômage augmente, la faim, qui n’attend pas, est à nos portes, et le gouvernement ne fait rien : Rien que des enquêtes dérisoires où siègent et président les auteurs de nos maux... Nous ne demandons pas pour cela de privilèges. Nous ne demandons que l’égalité des charges avec l’ouvrier étranger, mais tant que la conscription, les octrois, l’inscription maritime, des impôts indirects énormes pèseront sur nous, il faut qu’on établisse des tarifs équivalents sur la fabrication étrangère, afin que la nôtre puisse vivre à côté...

  • 139 Ibid. Lettre de E. Marie, Noël, Beauvisage, F. Pouteau, Maltot, Tourneur, Emile Bourdin (9 décembre (...)
  • 140 A. N. F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, novembre 1869. Cependant le préfet croit constater en décemb (...)

107Nous revendiquons le droit imprescriptible de remettre nos intérêts entre les mains des représentants du peuple, éclairés sur la situation, incapables de nous trahir... et voilà qu’on renvoie notre cause devant ces hommes, qui, dans les ténèbres d’une nuit néfaste, livrèrent à l’étranger le travail et le pain de leurs frères »139. Le ton de la lettre, l’allusion aux fils de 89, ne pouvait que plaire au Progrès de Rouen ; le préfet, par contre s’inquiéta de cet encouragement à l’agitation : « Dans un but facile à expliquer, on laisse entrevoir la crainte du chômage comme imminente, ceux qui l’entretiennent seraient d’ailleurs les premiers à souffrir de l’arrêt... »140.

  • 141 Le Progrès de Rouen, 26-27 décembre 1869.
  • 142 Ibid., 28 décembre 1869.
  • 143 Ibid., 15 janvier 1870.
  • 144 Le Nouvelliste de Rouen, 14 janvier 1870.

108Le 20 décembre, le comité ouvrier appela les travailleurs rouennais à verser chacun la somme de 10 centimes pour apporter un appoint matériel et surtout un encouragement moral à l’œuvre de défense entreprise par le comité central141. Presque aussitôt arriva la participation de 190 fileurs de Corneville-sur-Risle et des employés du tissage mécanique Hilzinger de Charleval142 ; le 15 janvier, le comité central publiait une liste de 8 393 souscriptions ; on y trouvait les 155 ouvriers de Lamer à Saint-Pierre-de-Varengeville, ceux de Pouyer-Quertier à Perruel (208), à Vascœuil (168) et Petit-Quevilly (415), de Fauquet à Oissel (272), de la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray (585)143. « Les ouvriers montrent le plus grand empressement, concluait le Nouvelliste de Rouen »144.

109Le Cercle d’études économiques s’indigna de ce nouveau moyen de prouver la solidarité des ouvriers et des patrons. « D’après les listes, il résulterait que tous les ouvriers employés par les barons de l’industrie cotonnière verseraient spontanément leur obole en faveur de l’œuvre entreprise par leurs patrons...

110« Pas un organe ne s’est avisé de dire la vérité sur cette honteuse spoliation, pas un n’a dit que les ouvriers qui refusent de donner 10 centimes en faveur de cette souscription sont suspectés de socialisme et presque toujours renvoyés des ateliers ; beaucoup de nos camarades dans la crainte de se voir chassés donnent leur obole avec la rage au cœur, sachant qu’ils travaillent contre les intérêts généraux du prolétariat.

  • 145 La Réforme sociale, 30 janvier 1870.

111« La bourgeoisie jalouse du denier de Saint-Pierre a inventé le denier de la protestation. Non contents d’écraser d’amendes leurs victimes, il faut encore à ces chevaliers du coffre-fort la dernière goutte du sang des prolétaires pour payer les frais de leur inutile campagne... »145.

  • 146 Votes des députés de la Seine-Inférieure. Pour la dénonciation des traités : Buisson, Corneille, De (...)
  • 147 A. N. F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, janvier 1870.

112La discussion sur les traités de commerce se déroula au Corps législatif du 17 au 26 janvier ; la dénonciation, défendue par Thiers et Brame, ne recueillit que 32 voix sur 243 votants146. Ce fut un dur échec pour les protectionnistes. Le préfet de la Seine-Inférieure remarquait cependant, « que la dénonciation des traités était un parti pris chez quelques patrons seulement..., les autres, les fabricants de seconde zone, trouvent dans l’enquête parlementaire la perspective d’une révision des tarifs... Quant aux ouvriers, ils se montrent en réalité, et quoiqu’on en dise, indifférents... »147.

113A la fin de 1869, de nombreux industriels étaient désormais convaincus que l’Internationale était leur plus dangereux adversaire et qu’il fallait éliminer son influence dans les ateliers. Dans quelle mesure la Fédération rouennaise a-t-elle souffert de cette hostilité ?

  • 148 Journal de Rouen, 8 novembre 1869.

114En novembre, la note du Cercle d’études économiques est revêtue de « 130 signatures représentant les comités de 13 corporations » ; la fédération aurait été composée de 3 000 membres148. Si ces chiffres étaient exacts, elle aurait parfaitement résisté aussi bien à l’échec des grèves qu’à la défaite électorale de juin.

  • 149 De ces douze corporations, neuf sont mentionnées en octobre : lithographes, fileurs de laine de Dar (...)
  • 150 Le terme même de corporation n’est pas utilisé pour ces trois dernières catégories. Aubry écrivait (...)

11513 corporations ? En mai, 12 avaient approuvé le manifeste électoral149 ; trois d’entre elles ne sont pas mentionnées dans la souscription en faveur des grévistes d’Elbeuf : les chauffeurs, les plombiers et les mécaniciens de Darnétal. Mais, nous y voyons figurer les corporations des fi leurs de laine d’Elbeuf et des chineurs, ainsi que les cardières et dévideuses et les ouvriers de l’Andelle150.

  • 151 Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars, op. cit., t.I, p. 592. Rapport du préfet de la (...)
  • 152 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police Girard, 13 juillet 1871.
  • 153 The General Council..., op. cit., t. III, (1868-1870), p. 142.
    Les cotisations devaient être versées (...)

1163 000 membres ? Ce serait donc le même effectif qu’au printemps ! L’enquête parlementaire de 1871 fournit une tout autre évaluation : « les ouvriers normands positifs et intéressés se lassaient de verser 40 centimes par quinzaine à la caisse des corporations. Il leur semblait dur de s’imposer ce sacrifice pour soutenir les grèves de tous les corps d’état de toutes les nations sans être consultés sur leur opportunité et sans connaître même en réalité l’usage qui était fait de leur argent. Aussi commencèrent-ils à murmurer et à se montrer moins assidus aux réunions. Le nombre des sociétaires descendit peu à peu à 1 100 en janvier 1870 »151. Ce chiffre fourni par le commissaire Girard qui a pu consulter, à l’époque de la Commune, les archives de la Fédération, paraît plus vraisemblable. N’y-a-t-il pas chez Aubry confusion entre le nombre d’ouvriers qui ont donné leur adhésion et celui des cotisants ?152. On se heurte à Rouen, comme dans les autres villes à l’impossibilité de déterminer avec exactitude le nombre des membres de l’Internationale153.

Notes

1 A. N., BB 30 389. Procureur général, 11 juillet 1869. « L’œuvre de formation des corporations ouvrières se continue sous la direction du sieur Emile Aubry... Son échec éclatant aux élections à nui momentanément à son crédit. Mais il a une vie honnête, de l’ardeur, une grande persévérance et la foi dans le succès. Il reprendra son action sur les masses ».

2 C’est la première fois qu’apparaît dans un texte de l’A. I. T. la mention du cercle d’Elbeuf, constitué par certains membres du groupe ouvrier elbeuvien du cercle de Rouen. Selon le premier président de la cour de Rouen, le cercle d’Elbeuf fut inauguré le 24 février 1870.
Voir Enquête parlementaire sur le 18 mars, op. cit., p. 525.

3 La composition du congrès de Bâle était fort différente de celle du congrès de Bruxelles : 27 Français sur 80 délégués présents, 24 Suisses, 12 Allemands, 6 Anglais, 5 Belges... Parmi les Français, Tolain, Murat et Aubry étaient les seuls à avoir assisté aux trois congrès précédents.

4 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 15.

5 The General Council..., op. cit., t. III, (1868-1870), p. 117 et suiv. Au mois de juillet, le Conseil général étudia la question : pour abolir la propriété privée individuelle du sol cultivable, fallait-il invoquer le droit de la société ou la nécessité économique (argument que préférait Marx) ?

6 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 61
GUILLAUME (James) - L’Internationale..., op. cit., t.I, p. 196 ; 10 voix contre 4 (Murat, Langlois, Creusot, Piéton).

7 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 62.
PROUDHON (P.-J.) - De l’idée générale de la révolution..., op. cit., p. 204 et suiv. ; « De la propriété foncière ».

8 La Première Internationale, op. cit., t. II, P-65 - Rapport de la section lyonnaise, pp. 76-79.

9 Ibid. Rapport de la section bruxelloise, pp. 79-81.

10 Ibid., t. II, p. 74. Ibid., t. II, pp. 88-91. Rapport de la section rouennaise, 1re question, propriété foncière ou terrienne.

11 PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la révolution, op. cit., p. 236 et suiv.

12 Lettre d’Aubry à Richard, 23 décembre 1868 : « Comment n’avoir pas vu qu’en supprimant l’hérédité vous arrivez à l’abolition de la famille et qu’en proclamant les unions libres, vous décrétez la promiscuité ? » A. M. Lyon, 12 54-157.

13 La Première Internationale, op. cit., t. II, pp. 139-144. Communication confidentielle du Conseil général.

14 The General Council..., op. cit., t. III, (1868-1870), p. 130.

15 Brismée était le rapporteur de la commission de l’héritage.

16 La Première Internationale, op. cit., p. 97 - Eccarius, au nom du Conseil général a purement et simplement repris les considérants et les conclusions rédigés à Londres : « la disparition du droit d’héritage sera le résultat mutuel d’un changement social abolissant la propriété individuelle dans les moyens de production, mais l’abolition du droit d’héritage ne peut être le point de départ d’une pareille transformation sociale ». Rapports et conclusions du Conseil général.

17 Ibid., t. II, p. 95.

18 Ibid., t. II, P-91.

19 PROUDHON (P.-J.)-De la justice dans la Révolution et dans l’Eglise. Deuxième étude, amour et mariage - Paris, Rivière, 1930, t. IV, p. 283 » « le dernier mot de cette constitution de la famille est l’hérédité... Bien loin de restreindre la successibilité, je voudrais, en faveur des amis, des associés, des compagnons, des confrères et des collègues, des domestiques eux-mêmes, l’étendre encore... ».
PROUDHON (P.-J.) - Système des contradictions économiques - Paris, Rivière, 1923, t. II, p. 196.

20 La Première Internationale, op. cit., pp. 118-123. De l’influence des sociétés de résistance pour l’émancipation des travailleurs. « L’expérience chèrement acquise par la plupart des groupes ouvriers nous autorise à croire... que la seule épargne ne peut suffire que pour les professions où la matière première et le matériel sont peu coûteux, et qu’elle est impuissante dans nombre de cas pour assurer l’émancipation radicale des travailleurs ».

21 Le délégué des sections de Courtelary était le graveur Schwitzguébel, partisan de Bakounine.

22 La Première Internationale, op. cit., t. II, pp. 123-126. Des caisses de résistance, rapport adopté par la section du district de Courtelary.

23 La caisse centrale de grève serait alimentée par les cotisations des sociétés ouvrières et une cotisation supplémentaire des membres de l’Internationale ; « ce que nous désirons avant tout, c’est que le congrès ne se borne pas à une nouvelle affirmation théorique ».

24 La Première Internationale, op. cit., t. II, pp. 126-129. Rapport de la Fédération rouennaise. Au paragraphe suivant apparaît une restriction : la vente au prix de revient ne sera accordée qu’aux corporations organisées et à leurs membres. Le profit prélevé sur les autres, clients devant servir à augmenter l’outillage.

25 La discussion sur les sociétés de résistance a pris place au cours de la dernière journée du congrès (matinée et début de l’après-midi du 11 septembre).

26 La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 109. Dans le rapport, Pindy avait présenté la corporation comme la base de l’organisation économique et politique de l’avenir ; la formule adoptée dans la conclusion est beaucoup plus vague. C’est évidemment ce qui a permis à tous les délégués de voter ce texte. Les propositions d’Applegarth, du Conseil général, ne furent pas même discutées.

27 Le Nouvelliste de Rouen, 13 septembre 1869. Extrait d’un compte rendu du journal La France (Emile Martin). Autres articles les 12, 14 et 15 septembre.

28 Journal de Rouen, 13 septembre 1869 : « M. Aubry a fait le rapport de la section rouennaise. Il prétend régler les échanges, déterminer la valeur vraie des produits et des services en fondant cette valeur sur l’échelon de l’heure de travail moyenne, calculée par les délégués des associations ouvrières. Il veut d’ailleurs la propriété collective, sous l’administration de la commune fédérée et proteste contre la propriété individuelle, tout en admettant l’héritage des biens acquis par le travail personnel ».

29 A. N., F 1 b II, Seine-Inf. 8. Cotisation de 2 F par personne, le banquet a commencé à 4 h et s’est prolongé jusqu’à 9 h. Des pancartes invitaient les convives à s’abstenir de toute conversation ayant trait à la politique, de tout discours et de tout chant. Ces recommandations ont été ponctuellement suivies ».

30 L’HUILLIER (Fernand) - L’évolution des principales grèves à la fin du second Empire - Bulletin de la société d’histoire moderne, 1951, no 24, p. 8.
Ibid. La lutte ouvrière à la fin du second Empire - Cahiers des Annales, no 12 - A. Colin, 1957, 84 p.
JELOUBOVSKAIA - La chute du second Empire et la naissance de la troisième République - Ed. de Moscou, 1959, 688 p.

31 La Première Internationale, op. cit., p. 23. Rapport du Conseil général au congrès de Bâle.

32 Le Progrès de Rouen, 30 juillet 1869.

33 A N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, juillet 1869.

34 A. N., F 18 500 F, Progrès de Rouen. Préfet, 14 et 16 juin 1869. Les deux journalistes furent défendus par Jules Favre et Desseaux ; Hirigoyen fut condamné à 2 mois de prison et Gallois à 15 jours.

35 Le Progrès de Rouen, 20 octobre, le Réveil, 21 octobre.

36 Le Progrès de Rouen, 26 octobre 1869.

37 A. N., BB 30. Procureur général, 11 juillet 1869.

38 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, septembre 1869.

39 En août, les seules grèves signalées concernent le Havre : les débardeurs de charbon (quelques jours) et les charpentiers (3 jours). A Darnétal, 30 ouvrières d’une fabrique de rubans ayant voulu faire grève contre un règlement trop sévère, furent immédiatement renvoyées. A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, août 1869.

40 TESTUT (Oscar) - L’Internationale, op. cit., pp. 69-72.
L’Egalité (Genève), 24 juillet 1869. Appel d’Aubry. Les ovalistes travaillaient au moulinage de la soie.

41 A. M. Lyon, I2 56-160. Aubry à Richard, 26 juillet 1869.

42 A. M. Lyon, I2 56-161. Aubry à Richard, 27 juillet 1869. Le secours total s’était élevé à 1.323 F.

43 Lettre d’Aubry à Varlin, 6 août 1869. Gazette des tribunaux, 23 juin 1870.

44 A. M. Lyon, I2 56-161. Aubry à Richard, 27 juillet 1869.

45 Varlin, à qui Aubry avait exposé ce point de vue, répliquait que la révolution politique et les réformes sociales s’enchaînent et ne peuvent aller l’une sans l’autre : « Nous sentons bien, par toutes les circonstances auxquelles nous nous heurtons, qu’il nous sera impossible d’organiser la révolution sociale tant que nous vivrons sous un gouvernement aussi arbitraire que celui sous lequel nous vivons ». Lettre de Varlin à Aubry, 6 août 1869. Gazette des tribunaux, 23 juin 1870.

46 Le Progrès de Rouen, 13 août 1869. « Travail dans les manufactures » (Louis Fossard, tisseur) : « Voudriez-vous, Monsieur le Directeur, me permettre aujourd’hui de signaler, par la voie de votre journal, à l’attention publique, un véritable abus que j’ai déjà eu l’occasion de relever quelque part ? Comme l’abus persiste..., je veux persister dans mes critiques... ».

47 Suit une allusion à la condamnation du Progrès de Rouen : « Si les réquisitoires sont bons contre les journalistes, seraient-ils donc déplacés contre les fabricants tirant parti des illégalités qu’ils commettent ? MM. les procureurs impériaux ont, peut-être, dans cette voie de répression, à cueillir moins de titres d’avancement... ».

48 SAUVAGE (Léon) - Réponse à la lettre de M. Fossard au Progrès de Rouen, 17 août 1869 - B. N., 4o LK7 14988 (1). le Progrès de Rouen refusa de publier intégralement la lettre de Sauvage (29 août 1869).

49 Ibid. « Il y a une chose remarquable et profondément affligeante au point de vue de la liberté, c’est que, lorsque les idées libérales ont de la tendance à monter à l’esprit et au cœur de chacun, lorsque tous, ouvriers et commerçants, sentent le besoin de relever le niveau de la dignité humaine, il surgit quelques individus qui seraient à volonté, et tour à tour, plus royalistes que le roi, et plus républicains que la République et qui semblent avoir pour but d’effrayer les indécis afin de les jeter dans les bras de n’importe quel pouvoir absolu, pourvu qu’il soit très fort ».

50 La lettre de Sauvage était suivie d’un post-scriptum : « L’habitude de faire le lundi compte un nombre considérable d’adeptes..., en faisant deux heures de veille par jour, les ouvriers ne feraient que réparer à grand-peine le temps perdu... Grâce à MM. Aubry et Fossard ni les ouvriers ni les patrons ne pourront regagner un peu de temps perdu... », La controverse entre Fossard et Sauvage se transforma en attaques personnelles. Voir Aux 28 Fossards, par Leon Sauvage - Bib. nat., 4o LK 714988 bis ; A deux Fossards qui signent un Fossard seul (octobre 1869) - Bib. nat., 4o LK 714988 ter.

51 Réponses du comité de la corporation des fileurs de laine de la ville d’Elbeuf (27 septembre 1869) et de E. Aubry de Rouen à la circulaire de M. Léon Sauvage - Rouen, imprimerie Brière, 1869, 23 p.

52 A D. S-M., M, Grèves de 1869 - Union corporative et fédérative des ouvriers fileurs d’Elbeuf.

53 Le Progrès de Rouen, 4 octobre 1869 : « La réclamation des fileurs a bien sa raison d’être et l’on ne saurait sans inhumanité y opposer une fin de non-recevoir... Nous ne sommes point partisans de la grève générale ; nous sommes bien obligés de confesser qu’elle est aujourd’hui, pour l’ouvrier, le seul moyen de faire valoir ses doléances ».

54 Les assertions de Fossard furent contestées par deux filateurs dans le Progrès de Rouen du 6 octobre. Selon Jules May, « nos rattacheurs sont alertes, gais, vifs et joyeux..., les filatures d’Elbeuf, sauf une ou deux, sont de construction nouvelle, la poussière a disparu. Les fileurs gagnent de 35 F à 40 F par semaine avec les métiers de 200 broches, autrefois de 18 à 22 F avec les métiers de 120 broches ; les cardeuses gagnent de 15 à 25 F par semaine, peu d’industries offrent aux femmes un salaire plus élevé ». Gérin-Roze contestait également l’insalubrité des ateliers : « pour huit fileurs et quatre cardeurs, il n’y a pas eu une journée de maladie depuis cinq ans, il y a cinq ans, les cardeurs gagnaient 2,75 F pour 12 heures, aujourd’hui 3,5 à 4 F ; les fileurs 5,35 F (rattacheur payé) ; il y a cinq ans, le relevé des salaires était bien inférieur ».

55 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police de Caudebec-lès-Elbeuf, 19 septembre ; préfet, 5 octobre 1869.

56 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 21 septembre 1869.

57 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. Lettre du comité de la corporation, 22 septembre 1869 Ibid. Lettre de la chambre syndicale des ouvriers fileurs, 22 septembre 1869.

58 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 23 septembre 1869. Le commissaire de police prétend que les cardeurs, rattacheurs, dévideurs... menacés de chômage, désapprouvent la résolution des fileurs... puisque ce sont eux qui sont le mieux payés... « Ce blâme n’a peut-être pas été étranger au parti que les ouvriers fileurs ont adopté, qui avait pour but d’obtenir un arrangement avec les patrons... ».

59 Ibid. C.c. polioe d’Elbeuf, 25 septembre 1869.

60 Le Progrès de Rouen, 6 octobre 1869. « Sur les 273 signataires de l’Union corporative, 270 ne demanderaient pas mieux que de travailler », voir déclaration de Gérin-Roze à qui ses ouvriers auraient confié : « Nous n’avons aucun grief, nous gagnons bien notre vie, nous ne pouvons pas ne pas faire grève. Les malheureux ont abdiqué leur liberté. Est-ce là le progrès que vous patronnez. Marchons-nous vers le rétablissement des corporations ? »

61 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 27 septembre, 8 octobre 1869. F 1 C III, Seine-Inf. 17. Préfet, 28 septembre 1869.

62 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 29 septembre, 4 octobre 1869.

63 Ibid. D’après le tableau du 16 octobre 1869.

64 L’établissement Turgis qui ne filait que de la lisière ne fut pas concerné par la grève. Leroy, Lion et Peltier étaient les seuls filateurs qui avaient fait quelques concessions ; Leroy avait promis de se soumettre aux conditions que ses collègues accepteraient.

65 Ibid. C.c. de police d’Elbeuf, 29 septembre 1869 ; président du conseil des prud’hommes, 19 octobre 1869.

66 Ibid. C.c. de police d’Elbeuf, 7 octobre 1869. Il s’agit des fileurs de Mme Chennevière qui par « son bon vouloir » abaissa l’indemnité à 25 F ; les ouvriers devraient subir une retenue de 5 F par semaine. A une troisième séance du conseil des prud’hommes, plusieurs employés de Cornu-Lesage furent condamnés à verser une indemnité de 25 F (voir l’Internationale, 31 octobre 1869) ; un4e groupe devait être cité le 18 octobre, mais les poursuites furent abandonnées.

67 Le Progrès de Rouen, 15 octobre 1869. Réponse de Fossard aux lettres de Gérin-Roze et de Jules May. Fossard affirme que les deux manufacturiers n’ont pu relever aucune inexactitude dans sa lettre sur la condition des fileurs : « Les ouvriers respectent plus qu’on le suppose ceux qui leur donnent du travail. Mais du moins ceux-ci doivent-ils comprendre que l’ouvrier comme le patron a des besoins et des désirs qui grandissent avec le progrès et l’amélioration des mœurs ».

68 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. de police d’Elbeuf, 2 octobre 1869. Dans un établissement, trois ou quatre grévistes qui acceptaient de reprendre le travail aux anciennes conditions n’ont pas été acceptés, le patron craignant qu’ils ne viennent débaucher les autres travailleurs.

69 Ibid. C.c. de police d’Elbeuf, 4 octobre 1869 ; la principale crainte des grévistes semble avoir été l’arrivée de travailleurs étrangers à la région (Voir aussi 2 octobre 1869).

70 La Réforme sociale, no 1, 30 janvier 1870. Grèves d’Elbeuf et de Darnétal.

71 Le Réveil (8 octobre 1869) publia intégralement la communication, « malgré quelques réserves à faire ». Voir l’Internationale, 10 octobre ; résumé et extraits dans l’Opinion nationale, 10 octobre, le Rappel et l’Egalité, 9 octobre.

72 A. M. Lyon, 12 56-158. Aubry à Richard, 7 octobre 1869.

73 Gazette des Tribunaux, 23 juin 1870. Lettre de Varlin à Aubry, 8 oct. 1869. Varlin annonce qu’il a transmis la circulaire du Cercle aux fileurs de laine de Vienne ainsi qu’aux journaux l’Internationale de Bruxelles et l’Egalité de Genève.

74 Les brossiers, les tisseurs en canevas et les doreurs sur bois.

75 D’après la Réforme sociale, no 2, 18 février 1870. Compte rendu matériel des grèves des ouvriers fileurs de laine d’Elbeuf et de Darnétal.

76 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 8 et 10 octobre 1869 : « Les ouvriers dont on a fait des fileurs, qui gagnent de meilleures journées, le resteront. De même les ouvriers venus de l’extérieur ; Elbeuf peut fournir du travail à 350 fileurs, on en compte aujourd’hui plus de 430 et, chaque jour, on attend des fileurs étrangers ».

77 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 11 octobre 1869 : « La sortie n’a pas été inscrite sur leurs livrets parce qu’ils n’ont pas fait leur semaine de congé et ne sont pas libres d’engagement ». Des fabricants jugèrent cependant plus habile d’accorder quelques suppléments de salaires, par exemple Hébert de Saint-Pierre-lès-Elbeuf ou Gérin-Roze. Le 12 octobre, le commissaire de police estimait que 150 fileurs avaient été recrutés ou improvisés depuis le début de la crise.

78 D’après la Réforme sociale, no 2, 13 février 1870. Sommes reçues par la fédération ouvrière pour les grévistes (en francs).

PrêtsSouscriptionsTotal3-9 octobre2 000,00855,20855,2010-16 octobre-287,65287,6517-23 octobre3 300,00450,503 750,5024-30 octobre783,501 090,051 873,5531 octobre - 6 novembre700,00594,001 294,007-13 novembre12,00623,20635,2014-20 novembre715,00 460,701 175,7021-27 novembre-196,20196,2028 novembre - 4 décembre-62,5062,50après le 4 décembre-254,50254,50

79 Ibid. C.c. police d’Elbeuf,18 octobre 1869.

80 Ibid. Préfet, 19 octobre 1869.

81 Ibid. C.c. police d’Elbeuf, 7 octobre 1869.
Journal de Rouen, 21 octobre 1869.
Le Progrès de l’Eure, 16 octobre 1869 : « Les fileurs des vallées ont annoncé qu’à partir du 11 octobre, ils n’accepteraient le travail qu’aux prix portés sur un tarif présenté par eux. Or ce tarif est d’une exagération outrée ; certains prix sont doublés et d’autres augmentés de 50 % ». Le Courrier de l’Eure, 5 octobre 1869 : « Les filateurs se sont assemblés ; une affiche annonce aux fileurs que leurs livrets seront remis aux ouvriers... En même temps sont congédiés les journaliers, dévideuses, cardeuses, bobineuses. Jugez comme ces imbéciles comprennent leurs intérêts : 150 fileurs font occuper 400 ouvriers et ouvrières ».

82 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. Le commissaire signale deux établissements fermés, les autres avec un nombre restreint d’ouvriers (13 octobre 1869).
A. N., F 12 4652, Grève de Pont-Authou. Préfet, 2 et 22 octobre 1869.
Le Courrier de l’Eure, 19 octobre 1869 : « Les ouvriers sauf trois ou quatre qui ont été récusés par les patrons comme meneurs ont repris le travail aux mêmes conditions que précédemment. Tous promettent bien de ne pas recommencer. Ils se plaignent d’avoir été délaissés par leurs confrères d’Elbeuf qui devaient leur envoyer de l’argent et dont ils n’ont rien reçu... ».

83 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. Préfet, 23 octobre 1869.

84 L’Egalité (Genève), 30 octobre 1869.
La Réforme sociale, 30 janvier 1870. Selon Aubry, le maximum d’augmentation demandé était de 0,25 F par jour. Le nombre total d’ouvriers en chômage s’élevait à 397.

85 L’Egalité, 20 octobre 1869. Appel en faveur des grévistes d’Elbeuf, de Pont-Authou et de Darnétal.

86 Gazette des tribunaux, 23 juin 1870. Lettre de Varlin à Aubry, 29 octobre 1869 : envoi de 500 F des ferblantiers et de 300 F de souscriptions.

87 Ibid. Lettre de Varlin à Aubry, 4 novembre 1869. Envoi de 800 F (prêts des bronziers, 300 F et souscriptions, 500 F). Lettre de Varlin à Aubry, 8 novembre 1869.

88 Le Travail, 21 novembre 1869.

89 L’Egalité, 20 novembre 1869.

90 Le Travail, 21 novembre 1869 : « Voilà pourquoi nos camarades, de 200 grévistes qu’ils étaient au début se trouvent aujourd’hui en nombre de 400 ».
La Réforme sociale, 30 janvier 1870 : la grève des professions accessoires augmenta... de 130 le nombre des grévistes.

91 A D. S-M., M, Grèves de 1869. Préfet, 2 novembre 1869.

92 Ibid. Préfet, 2 décembre 1869.

93 Ibid. Préfet, 2 novembre 1869 : « Ces diverses catégories de métiers sont payées au moins 5 F par jour et, en outre de l’augmentation, les ouvriers ont la prétention de ne travailler que 10 heures et de toucher les salaires actuels de 11 et 12 heures ».

94 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 14 octobre 1869.

95 Ibid. C.c. police de Rouen, 13, 15 septembre 1869.

96 Ibid. C.c. police de Rouen, 25 septembre 1869.

97 Ibid. C.c. police de Rouen, 16 octobre 1869.

98 Ibid. C.c. police de Rouen, 2 et 5 novembre 1869. Plusieurs ouvriers furent renvoyés.
Le sous-préfet du Havre signale plusieurs grèves en septembre 1869 : charpentiers, maçons et plâtriers pour des augmentations de salaire (A. D. S-M., M, Grèves de 1869 ; F 1 C III, Seine-Inf. 17, 17-24 septembre 1869). Les typographes du Havre déclarèrent, le 22 septembre, qu’à partir du 8 octobre, ils ne travailleraient plus au-delà du6e jour (Le Nouvelliste de Rouen, 29 septembre 1869).

99 A. M. Lyon, I2 56-158. « Trois autres villes limitrophes... vont suivre l’exemple d’Elbeuf, afin de seconder le mouvement en faveur de l’unification des prix... ».

100 La Réforme politique et sociale, 6 novembre 1869.

101 A. N., BB 30 390. Procureur général, 7 janvier 1870 : 150 nouveaux ouvriers sont arrivés ; 50 fileurs ont quitté la ville, les autres travaillent chez les teinturiers ou les retordeurs où ils ne gagnent que 2,5 F par jour.

102 L’Egalité, 30 octobre 1869, d’après le Travail.

103 The General Council, op. cit., t. III, (1868-1870), p. 167-168, 12 octobre 1869.

104 Le progrès de Rouen, 6 octobre 1869. Lettre de Gérin-Roze.

105 A. D. S-M., M, Grèves de 1869. Préfet, 2 décembre 1869. Selon le préfet, la même résolution aurait été prise par la fabrique d’Elbeuf ; mais Aubry prétend que des fileurs de Darnétal refoulés à Lisieux ont réussi à y trouver un emploi.

106 The General Council, op. cit., t. III, (1868-1870), p. 167. Voir lettre de Varlin à Aubry, 8 octobre 1868(3e procès de l’Internationale, op. cit., p. 24 et 25), et lettre d’Aubry à Richard, 7 octobre 1869 (A. M. Lyon, 12 36-158).

107 Le Courrier de l’Eure, 21 octobre 1869 ; Le Nouvelliste de Rouen, 23 octobre 1869. Aubry prétendit que la lettre avait été en réalité rédigée par un filateur de Louviers (La Réforme sociale, 30 janvier 1869).

108 A. N., BB 30 390. Procureur général, 9 octobre 1869.

109 Le Nouvelliste de Rouen, 6 décembre 1869. Conférence de M. Oursel sur les syndicats entre patrons et ouvriers (300 personnes y assistent). Oursel offrait de rencontrer patrons et ouvriers qui s’intéresseraient au projet. Il convient de noter que Fossard avait déjà évoqué cette solution à la veille de la grève des fileurs.

110 Le Travail, 12 décembre 1869.
La chambre de commerce préféra s’occuper seule de la question.

111 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile..., op. cit., p. 417-424.

112 Exposé des travaux de la chambre de commerce de Rouen, op. cit., 1867-1868. Selon Pouyer-Quertier, la Normandie produisait 800 000 pièces d’indiennes, l’Alsace 500 000. Il fallait ajouter 320 000 pièces en importation temporaire, dont 220 000 pour l’Alsace.
A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 octobre 1867.

113 Journal de Rouen, 20 novembre 1869. Comité consultatif des arts et manufactures. Enquête relative à l’importation en franchise temporaire des tissus de coton destinés à être réexportés après impression ou teintures. Procèsverbaux de la commission - Paris, 1868, 206 p. Dépositions de Pouyer-Quertier et Cordier, p. 6 et p. 120.
A. N., F 12 6170. Enquête industrielle de 1869. Les fabricants d’indiennes envoyèrent séparément une pétition au ministre du Commerce pour souligner l’importance des admissions temporaires (10 novembre 1869).

114 Journal de Rouen, 4 février 1869.

115 A. N. F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, février 1869.
F 1 C III, Seine-Inf. 17. Préfet,1er mai 1869. Le Progrès de Rouen, 19 février 1869. Les ouvriers de Rouen suivaient l’exemple de l’Alsace et du Nord. La pétition était signée de Marie, commis ; Beauvisage et Noël, menuisiers ; Bourdin, mécanicien ; Tourneur, aide-contremaître de filature ; Pouteau, contremaître de tissage et Maltot, fileur.

116 A. N., F 12 4537. Chambre de Commerce de Rouen, 7 octobre 1869. La chambre de commerce justifiait sa demande par la menace qui pesait sur l’activité industrielle : « La saison d’hiver sera pénible car nous aurons à redouter de nombreux chômages ; une déclaration franche ramènerait la confiance ».

117 Journal de Rouen, 10 octobre 1869. Lettre de la chambre de commerce de Rouen, 7 octobre. « L’année prochaine, le traité anglo-français vient à échéance, c’est une date qui tient toutes les entreprises en échec ; elle pèse lourdement sur la situation et ajoute à l’intensité de la crise. Il importe que le traité soit dénoncé ; il est la clef de voûte de tout le système ; il importe surtout que le gouvernement se prononce à cet égard ; autrement les promesses contenues dans le message impérial et ratifiées par le sénatus-consulte seraient sans signification pour nous ».

118 Le Progrès de Rouen, 22 octobre 1869.

119 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 79.

120 Ibid., p. 86. Le mémoire de Cordier parut au début d’octobre (Voir Journal de Rouen, 8 octobre 1869).

121 Journal de Rouen, 11 octobre 1869. L’assemblée du 12 octobre avait été préparée dans une réunion du 8 octobre. La chambre de commerce avait examiné le 7 octobre la lettre du préfet annonçant la venue d’Ozenne. Journal de Rouen, le Nouvelliste de Rouen, le Progrès de Rouen, 13 octobre 1869. Industries représentées : filature, tissage, impression, rouenneries, teinture, produits chimiques, construction de machines, fabriques de cardes, commerce, trafic maritime.

122 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile, op. cit., p. 430-431. A Lille (30 octobre, 6 novembre) et à Roubaix (22 novembre) furent organisés des meetings auxquels assistèrent plusieurs milliers d’ouvriers. Le comité de Rouen préféra se contenter d’inviter une délégation.

123 Le Nouvelliste de Rouen, 30 octobre 1869. Le journal souligne évidemment la présence de Desseaux, qui avait toujours défendu le parti libre - échangiste ; il se réjouit de l’attitude d’ouvriers qui « négligent de faire dégénérer une réunion en club de Belleville ». A. N. F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, octobre 1869. Journal de Rouen, 30 octobre, 5 novembre 1869.

124 Le Progrès de Rouen, 20 octobre 1869 ; Journal de Rouen, 30 octobre 1869.

125 Le Progrès de Rouen, 4 novembre 1869 ; voir dans le même numéro un article de Riduet sur la question. Journal de Rouen, 30 octobre 1869 : « Demander que le pays soit le maître de régler ses intérêts industriels et commerciaux, c’est être d’accord avec tous les hommes du parti libéral ».

126 Journal de Rouen, 19 et 20 novembre 1869. Etaient présents : Leroy, préfet de la Seine-Inférieure, H. Barbet, Pouyer-Quertier, Bertel, Cordier, Malétra... La discussion fut particulièrement vive entre Pouyer-Quertier et Ozenne.

127 Journal de Rouen, 5 novembre. Les ouvriers n’avaient pu être reçus en audience par l’Empereur qui était alors malade. La lettre à Ozenne porte les mêmes signatures que la pétition de février.
Les délégués ouvriers à la réunion du 29 octobre furent désignés après une réunion privée de patrons et d’ouvriers, le 21 octobre à Saint-Sever (Voir le Nouvelliste de Rouen, 22 octobre 1869).
Indépendamment de la pétition ouvrière, Germonière remit à Ozenne un texte signé de 2 400 industriels et commerçants.

128 En reproduisant cette lettre, le Journal de Rouen ajoutait : « Les signataires émettent des arguments qui pourraient être aussi bien invoqués contre les découvertes faites chaque jour dans l’industrie que contre le principe de la liberté des échanges... ».

129 Journal de Rouen, 8 novembre 1869. Le journal « laissa aux auteurs toute la responsabilité des principes sur lesquels ils s’appuient... Certains de ces principes ne sont pas complètement d’accord avec une liberté ennemie de toute pression quelle qu’elle soit et de toute règlementation arbitraire de quelque côté qu’elle vienne ». Mais le journal n’était certainement pas fâché d’affaiblir la position des protectionnistes en donnant la parole à des ouvriers partisans de la liberté du commerce extérieur.

130 D’autres exemples avaient été cités dans les rapports officiels, en 1860 et 1861 ; voir rapport de Philippon, 29 mai, 6 septembre 1860 (A. D. S-M., M, Corr. Leroy).

131 Le Nouvelliste de Rouen, 9 novembre 1869.

132 Journal d’Elbeuf, 14 novembre 1869 : « Le commissaire du gouvernement a déclaré que la Chambre serait saisie, dès l’ouverture de la session, d’un projet de loi concernant les tarifs généraux des douanes et aurait ainsi à se prononcer de façon indirecte sur la question des traités ». La dernière partie de la phrase semble être une interprétation de Pouyer-Quertier (voir Journal de Rouen, 20 novembre 1869). C’est à la séance du 29 octobre que le comité rouennais avait décidé de fonder un comité central.
Le Nouvelliste de Rouen,
10 et 15 décembre 1869.

133 Journal d’Elbeuf, 9 décembre 1869.

134 Journal de Rouen, 22 novembre 1869.

135 Ibid., 27 novembre 1869 : compte rendu de la réunion de la chambre de commerce de Rouen (25 novembre).

136 Journal d’Elbeuf, 9 décembre 1869. A. N., F 12 6170. Lettre du comité industriel et commercial normand, s.d., protestant contre la composition de la commission : « Vous ne voyez donc pas la désaffection générale qui se manifeste envers un gouvernement qui ne veut tenir aucun compte des doléances ni des plaintes de ceux qui ont été écrasés par l’imprudente et intempestive application de trompeuses et fatales doctrines ».

137 Journal d’Elbeuf, 12 décembre 1869.

138 Le Progrès de Rouen, 10 décembre 1869. Le comité ouvrier de Rouen avait reçu une invitation à protester de la part des comités ouvriers du Nord, de l’Est et de l’Ouest Voir réponse d’Eugène Marie, citée par le Progrès de Rouen.

139 Ibid. Lettre de E. Marie, Noël, Beauvisage, F. Pouteau, Maltot, Tourneur, Emile Bourdin (9 décembre 1869).

140 A. N. F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, novembre 1869. Cependant le préfet croit constater en décembre un apaisement progressif de l’agitation soulevée par la question économique.

141 Le Progrès de Rouen, 26-27 décembre 1869.

142 Ibid., 28 décembre 1869.

143 Ibid., 15 janvier 1870.

144 Le Nouvelliste de Rouen, 14 janvier 1870.

145 La Réforme sociale, 30 janvier 1870.

146 Votes des députés de la Seine-Inférieure. Pour la dénonciation des traités : Buisson, Corneille, Desseaux, Estancelin, Quesné ; contre : Le Cesne.

147 A. N. F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, janvier 1870.

148 Journal de Rouen, 8 novembre 1869.

149 De ces douze corporations, neuf sont mentionnées en octobre : lithographes, fileurs de laine de Darnétal, tisseurs de bretelles, tisseurs de calicot, fileurs de coton, imprimeurs sur indiennes, teinturiers petit teint, teinturiers grand teint, charpentiers ; les trois autres n’avaient jamais dû être bien nombreuses.
L’Union corporative des fileurs de coton comprenait, en octobre, sept comités cantonaux : Darnétal, Oissel, Saint-Sever, Sotteville, Maromme,4e canton de Rouen et Pavilly.

150 Le terme même de corporation n’est pas utilisé pour ces trois dernières catégories. Aubry écrivait le 8 décembre au sujet de l’Andelle : « Dans quelques jours, la fédération doit aller remuer la vallée d’Andelle, vallée de Josaphat de nos barons dont le principal est le célèbre Pouyer-Quertier... ».

151 Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars, op. cit., t.I, p. 592. Rapport du préfet de la Seine-Inférieure.

152 A. D. S-M., M, Internationale. C.c. police Girard, 13 juillet 1871.

153 The General Council..., op. cit., t. III, (1868-1870), p. 142.
Les cotisations devaient être versées au congrès de Bâle, mais leur montant ne figure pas.
A l’assemblée générale du 30 janvier 1870, Aubry flétrit l’attitude de quelques adhérents qui ont refusé de continuer à payer leurs cotisations après avoir reçu des secours. Un prêtre aurait même conseillé cette dérobade à quelques grévistes « encore courbés sous le joug de la soutane... ; ces procédés prouvent que le clergé pactise avec la bourgeoisie pour perpétuer l’asservissement du travailleur ».

Table des illustrations

Titre Recettes-prêts aux fileurs d’Elbeuf75
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Versements
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540