Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Troisième partie. La fédération ouvrière rouennaise de novembre 1868 à mai 1870

Chapitre III. Les élections au corps législatif (mai-juin 1869)

Texte intégral

  • 1 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 janvier 1866.
  • 2 Ibid., Procureur général, 16 juillet 1867.
  • 3 A Darnétal, Le Painturier de Guillerville obtenait 66 % des suffrages exprimés. En 1868, à la mort (...)

1Après la succession des élections au Corps législatif (1863), au conseil général (1864) et aux conseils municipaux (1865), le calme sembla revenir dans la vie politique locale1. La question de l’évolution du régime et des libertés passe au second plan pour beaucoup d’industriels, préoccupés davantage par les traités de commerce ; « quant aux masses ouvrières, selon le procureur général, il n'y a que les questions sociales qui, en parlant vivement à leurs instincts, surexcitent leur attention et encore les ramènent-elles à une seule : l’amélioration de leur condition matérielle et de leur développement intellectuel »2. Les élections de 1867 au conseil général, qui dans la région ne concernaient d'ailleurs que le 1er et le 2e canton de Rouen, ainsi que Darnétal ne provoquèrent aucune lutte ; les candidats officiels furent facilement élus (les conseillers sortants Barbet, 1er canton, et Verdrel, 2e canton, sans aucune opposition)3.

  • 4 Voir aussi A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, janvier 1867 : « On dirait presque qu’ils aband (...)
  • 5 A. N., BB 30 387. Procureur générai, 12 janvier 1867.
    La police surveillait l’activité des démocrat (...)

2Cependant, en tenant compte de l’intérêt porté aux sessions du Corps législatif, le procureur général dégage l’évolution des grandes tendances politiques : légitimistes et cléricaux gardent une attitude réservée4, la république « systématique » ne gagne pas d’adhérents nouveaux, « les hommes manquent au radicalisme républicain autant que l’esprit d’initiative et les idées neuves »5.

  • 6 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 janvier 1866, 11 juillet 1867.
  • 7 Ibid. Procureur général, 15 avril 1866.

3L’opposition continue de grandir seulement grâce à la poussée du parti libéral qui, s’il affecte de se désintéresser des questions de dynastie, s’en prend au gouvernement personnel. « Il a trouvé dans la revendication exclusive des pratiques libérales, un terrain commun, habilement choisi sur lequel tous les mécontents peuvent s’unir sans rien abdiquer de leur passé, sans rien engager de l’avenir »6 ; un rapprochement s’opère ainsi entre orléanistes et républicains modérés. Le procureur général regrettant qu’il n’existe pas un véritable parti conservateur et impérialiste, estime qu’il ne faut rien négliger pour résister aux oppositions coalisées qui « après avoir attiré une grande partie de la bourgeoisie dont l'éducation politique n'a fait aucun progrès » se sont efforcées d'enlever les ateliers et commencent à attaquer les campagnes7.

  • 8 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, février 1866 : hostilité accentuée du Journal de Rouen ; j (...)
  • 9 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, mars 1868.
    Il convient de noter également que la souscripti (...)

4Le Journal de Rouen, républicain libéral, représentait cette tendance8 ; même s'il s’était enhardi au cours des dernières années, il évitait encore d'exprimer des opinions trop tranchées, en particulier sur les problèmes locaux. Aussi en mars 1868, après le vote de la nouvelle loi sur la presse, les radicaux projetèrent de publier des journaux vraiment démocratiques à Rouen, au Havre et à Dieppe, mais il leur fallut plusieurs mois pour recueillir les fonds nécessaires : Le Havre et la Ligne directe (Dieppe) ne commencèrent à paraître qu'à la fin de 1868 et le Progrès de Rouen, le 27 janvier 18699.

LA POLEMIQUE ENTRE LE PROGRES DE ROUEN ET LE CERCLE D'ETUDES ECONOMIQUES

5Le Progrès de Rouen « organe démocratique de la Seine-Inférieure et de l’Eure » fut fondé avec un capital de 50.000 F - porté plus tard à 100.000 F - fourni par 101 souscripteurs, surtout des démocrates : Cord'homme, Leplieux, Berthelot, Manchon, Larible (Dieppe), Canel (Pont-Audemer)... mais aussi des républicains modérés : Desseaux, Dieutre...

  • 10 A. N., F 18, 500 F. Le Progrès de Rouen, 17 juin 1869 ; le Réveil Social, 23 mai 1897. A l’époque (...)

6Jusqu’à sa disparition, le 23 juillet 1870, ce quotidien fut dirigé par un publiciste connu, Napoléon Gallois qui, avant le coup d’Etat, avait successivement collaboré au Réformateur de Raspail, au Peuple de Dupaty, à la Réforme, au Courrier de la Sarthe et au Bonhomme monceau ; il assura lui-même la rédaction avec le concours d’André Hirigoyen, Albert Leroy, Camille Riduet et Leplieux ; Gallois, Hirigoyen et Cord'homme avaient avancé le cautionnement de 30.000 F exigé par la loi10. Dans le premier numéro, Gallois traça la ligne politique du journal : « Le Progrès de Rouen ne peut avoir d’autre drapeau que les principes de 1789 évoqués par la constitution de 1852. Ces principes sont les nôtres, ils nous appartiennent, nous avons le droit de les propager sans cesse, partout, car ils sont la force de l’avenir ».

  • 11 Journal de Rouen, 20 août 1868.
  • 12 Rapport sur les travaux et la marche du cercle, p. 2 : « Aux lecteurs ».
  • 13 TESTUT (Oscar) - L'Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t. I, p. 358.
    Aubry avait écrit à (...)

7Le Cercle d’études économiques, de son côté, avait également envisagé dans sa réunion du 23 août 1868, de publier un hebdomadaire11, mais faute de pouvoir réunir le cautionnement de 12.500 F, il avait dû se contenter d’une brochure12. Aubry caressa peut-être l’espoir d’utiliser les colonnes du Progrès de Rouen, malgré l’hostilité qu’il manifestait aux radicaux13.

8La polémique entre le Progrès et le Cercle commença le 1er février, lorsque Gallois s’en prit à un correspondant anonyme - peut-être Aubry - au sujet de l’orientation politique et sociale du journal : « Quand nous entendons des hommes qui dans l’ordre de leurs idées, se préoccupent surtout des vices qu’ils reprochent à l'organisation sociale s’écrier : que nous fait la politique, que nous importe qui gouverne, nous nous demandons s’il n’y a pas dans ce langage une étrange aberration d’esprit... ». Le correspondant demandait si le Progrès allait seulement représenter à sa façon et comme il l’entendait « la théorie et l’application de l’idée démocratique ».

  • 14 Le Progrès de Rouen, 1er février 1869. « Ceux-là donc qui voudraient soutenir une thèse qui n’est (...)

9« Le Progrès a son programme répondit Gallois ; s’il s'agissait de laisser développer dans nos colonnes la théorie de la suppression de l’intérêt, nous dirions à ceux qui souhaitent substituer leur place à la nôtre : nous ne sommes point les apôtres de cette idée... ; nous voulons la liberté même pour le capital ; nous comprenons qu’il ait ses exigences proportionnées à ses risques... », en économie sociale, Gallois n’acceptait de discuter que d’association et de coopération14.

  • 15 Rapport sur les travaux et la marche..., op. cit., p. 15-17.

10Cet article irrita vivement Aubry, qui contre-attaqua au cours de l'assemblée générale du 7 février15 : « Cet organe à titre sonore... déclare solennellement que les utopies ne trouveront jamais place dans ses hospitalières colonnes, mais, ajoute-t-il, on y pourra parler coopération, association... Probablement que pour le signataire de l’article, ces mots signifient : nous permettrons à tous les ouvriers de défendre à cœur joie toute organisation sociale qui déclarera la bourgeoisie seule et unique tutrice des intérêts ouvriers. C’est le langage que depuis quatre-vingts ans nous tiennent tous les avocassiers du régime bancocratique... ».

  • 16 Le Progrès de Rouen, 9 avril 1869. Gallois déclare qu'il vient seulement de prendre connaissance d (...)

11Gallois ironisa sur l’outrecuidance du Cercle d’études économiques et sur l’excommunication « fulminée pontificalement » contre le Progrès. Il admet tout ignorer de la science sociale, opposant les idées positives défendues par la Révolution française aux négations orgueilleuses qui prétendent régénérer le monde : « nous sommes dans la position du malade en présence de vingt remèdes de bonne femme qui lui sont présentés avec la plus entière bonne foi comme devant le sauver ; nous ne les acceptons pas et nous consultons le médecin... ». Il expose à nouveau comment il envisage l’amélioration du sort des masses : « le médecin pour nous c’est tout d'abord la réforme politique, acheminement à la réforme sociale... Nous luttons depuis 1848, depuis le 2 Décembre contre la marche actuelle des choses... Si ce n’est pas votre avis, criez Vive l’Empereur et n’en parlons plus »16.

  • 17 Rapport sur les travaux et la marche..., op. cit, p. 16 ; « nous aurions voulu taire de pareilles (...)

12Il n’y avait évidemment aucune conciliation possible entre le programme du Cercle et celui du Progrès. Au-delà de la controverse, les adversaires pensaient aux élections : « nous devenons un danger pour les croquemitaines politiques »17 affirmait Aubry. Gallois, de son côté, en appelait au bon sens et à la loyauté des ouvriers pour qu’ils fissent justice des attaques dont il était l’objet et se déclarait certain qu’aux élections prochaines les membres du Cercle d’études économiques se trouveraient à peu près tous sous la bannière de la démocratie que tenait le Progrès de Rouen.

LA CANDIDATURE OUVRIERE18

  • 18 Sur les élections de mai-juin 1869.
    A. D. S-M., M, Elections au Corps législatif, 1869.
    A. D. Eure, (...)

13Le conflit entre le Cercle d’études économiques et les républicains libéraux et démocrates s’aggrava lorsque la candidature ouvrière d'Aubry vint compliquer la situation électorale, dans les circonscriptions de Rouen et d’Elbeuf.

  • 19 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 7 février 1869 : « M. Bourdon ne sera pas candidat ; en (...)
  • 20 A. N., BB 30 389. Procureur général, 12 avril 1869.

14En avril, la compétition paraissait plus simple qu’en 1863 : à Rouen, devaient s’opposer Pouyer-Quertier, député sortant, et son ancien adversaire Desseaux ; à Elbeuf, Quesné, député sortant, et Eugène Manchon. Dans les deux villes, les orléanistes nettement battus en 1863, renonçaient à la lutte19. En 1863, Pouyer-Quertier l'avait emporté avec 52,5 % des votants, et Quesné 54,6 %, mais depuis cette époque, le procureur général n’avait cessé de signaler la dégradation de l’esprit public ; en avril 1869, il évoquait le sentiment de malaise et de sourd mécontentement dans lequel se combinait l’aigreur causée par la situation précaire de l'industrie cotonnière dans les dernières années, l'excitation produite par les campagnes des journaux radicaux, la crainte d'une guerre prochaine... Le parti conservateur, au lieu de se lancer résolument dans la lutte, « s’affaisse et s’énerve à mesure que les partis extrêmes redoublent d’ardeur »20.

  • 21 Sur Pouyer-Quertier :
    GUIBERT (Denis) - Pouyer-Quertier, sa vie et ses œuvres - Paris 1872, 190 p.
    F (...)
  • 22 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 7 février 1869.

15Quelles étaient, un mois avant les élections, les chances respectives des candidats ? La position de Pouyer-Quertier est assez ambiguë21 ; depuis 1860, il a fréquemment critiqué certains aspects de la politique du gouvernement ; il a attaqué les traités de commerce et s’est fait le champion du protectionnisme ; après sa réélection en 1863, il a combattu les privilèges des compagnies de chemin de fer, réclamé l’abaissement des tarifs (visant particulièrement la Compagnie des chemins de fer du Midi) et la réorganisation de la navigation intérieure dont les monopoles nuisent au commerce national ; il est à nouveau intervenu contre les traités, particulièrement en janvier 1864, en mars et avril 1866 et surtout depuis 1868, reprochant au gouvernement de sacrifier les producteurs, les agriculteurs, les manufacturiers, les ouvriers condamnés au chômage, au profit des monopoles qui ont supprimé la liberté de la concurrence ; il demande enfin pour le Corps législatif le droit de régler les traités internationaux. Le préfet Leroy se montre cependant assez favorable à la désignation de Pouyer-Quertier comme candidat officiel, à cause de la place qu’il tient dans l’industrie rouennaise, de la popularité qu'il a acquise, dans la défense du travail national : « la passion d’ailleurs qu'il apporte dans les débats parlementaires ne se reproduit pas dans ses rapports avec ses commettants. Il est ordinairement, ici, aussi modéré et accommodant qu’il est à Paris, ardent et exclusif. Ce langage et cette attitude sont commandés par le caractère et les habitudes de la région, ce serait pour le député du centre rouennais manque d'habileté que d'en montrer de différents ». Mais surtout « une raison décisive des préférences des électeurs de la première circonscription, c’est qu’on considère le député actuel comme fermement dévoué à la dynastie impériale et à nos institutions. Les protestations de M. Pouyer-Quertier, sur ce point essentiel, sont explicites ; aussi, sa réélection ne paraît pas douteuse »22.

  • 23 A. N., BB 30 389. Procureur général, 12 avril 1869.
  • 24 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Ministre de l'Intérieur au préfet, 9 mars 1869. « Vous apprécier (...)
  • 25 Ibid. Lettre de Duclos, propriétaire, au préfet (26 avril 1869) : « Malgré le peu de sympathie que (...)

16Partisan à Paris de l’accroissement des pouvoirs du Corps législatif dans l’intérêt des manufacturiers, Pouyer-Quertier se présente à Rouen comme le plus ferme soutien de l’Empire ; cette habileté doit assurer sa réussite, prévoit également le procureur général : « Monsieur Pouyer-Quertier profite de cette tendance de l’opinion qui pousse les candidats à faire montre de leur soi-disant indépendance et à se dégager, en paroles du moins, de tout patronage administratif. Son attitude à la Chambre lui a gagné bien des voix de l’opposition et celles de beaucoup d’électeurs indécis, sans lui enlever dans le parti conservateur le suffrage de ceux qui sont en dissidence avec lui sur les questions économiques et regrettent certains discours ou certains votes de leur député... »23. Mais il était bien difficile au gouvernement de pardonner à Pouyer-Quertier ses interventions parlementaires et ses excès de langage. Il fut décidé de le « laisser à ses propres forces », sans cependant lui opposer de candidat officiel24. Pouyer-Quertier, « candidat indépendant et libéral », va ainsi pouvoir disposer de l’appui du préfet et de l’administration départementale et pratiquement donc de tous les avantages de la candidature officielle sans supporter le discrédit dont elle était frappée dans certains milieux25.

  • 26 Ibid. Procureur général, 12 avril 1869.

17Dans la deuxième circonscription, le gouvernement ne rencontra pas de semblables difficultés. Le député sortant, Quesné, s’était montré favorable au protectionnisme, mais en évitant tout éclat. Originaire d’Elbeuf, longtemps industriel, « il jouit de nombreuses sympathies personnelles parmi les fabricants dont l’industrie en pleine prospérité ne réclame guère contre le nouveau système économique que par crainte de l’avenir et pour faire écho aux plaintes de Roubaix... Au fond, ils sont satisfaits et bien disposés pour les candidats du gouvernement... »26. Quesné fut, sans discussions, investi de la candidature officielle.

  • 27 Vénérable de la loge La Persévérance couronnée, Desseaux était devenu membre du Comité rouennais d (...)
  • 28 Le Nouvelliste de Rouen, 11 avril 1869.
  • 29 Le Progrès de Rouen, 12 avril 1869. Le Nouvelliste essaya de créer des difficultés entre libéraux (...)
  • 30 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 11 avril 1869.

18Chez les républicains, dans la première circonscription, Louis-Philippe Desseaux, bâtonnier de l’ordre des avocats avait obtenu plus de 8.100 voix contre Pouyer-Quertier en 1863 : il avait contre lui son âge - 70 ans - beaucoup d’électeurs, selon le procureur général, le trouvaient trop vieux pour commencer une carrière politique. Républicain de la tendance Cavaignac, il n’avait jamais soutenu l’action des démocrates, mais rejeté toute compromission avec l’Empire27. Le Progrès de Rouen et le Journal de Rouen réalisèrent facilement l’entente cordiale à son sujet, ironisa le Nouvelliste, qui insinuait que le Journal de Rouen avait fait triompher son candidat28. Le Progrès de Rouen répliqua que le choix de Desseaux était sorti spontanément, unanimement, d'une réunion de plus de cent citoyens « rendant un solennel hommage aux vertus privées, au dévouement démocratique, à l’intelligence d’un de ces vétérans de nos luttes politiques29. Dans un pays où, comme le regrettait Cord’homme, il fallait « un candidat pas trop rouge, pas trop bleu » pour satisfaire une population timorée, Desseaux pourrait rallier des suffrages libéraux de 1863, qui ne se seraient certainement pas portés sur un radical. Le préfet comprit aussitôt le danger de l’accord entre libéraux et radicaux : « Energiquement patronnée par les deux organes de l’opposition à Rouen..., cette candidature ne peut manquer de réunir un nombre considérable de voix, notamment parmi la population ouvrière... M. Pouyer se trouve donc exposé à un gros écart dans les calculs qu’il a pu former d’une brillante réélection..., le succès de la candidature de M. Pouyer paraît devoir être largement diminué » ; le préfet affectait cependant de croire que la victoire « ne semblait pas compromise par la candidature démocrate »30.

  • 31 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 11 avril 1869. La candidature de Jules Simon ne fut pas (...)
  • 32 Ibid. C.c. police, 16 avril 1869.
  • 33 Ibid. C.c. police Maromme, 14 mai 1869.
    Manchon était catholique pratiquant, véritable exception pa (...)

19Dans la 2e circonscription, les républicains, après avoir songé à Jules Simon31, présentèrent comme en 1863 le démocrate Eugène Manchon, avocat à Paris et propriétaire à Argueil. Un rapport de police ne dissimule pas la popularité dont il jouit auprès des paysans qu'il aide de ses conseils ; il sait être fraternel avec les ouvriers32 : en 1864, il ne lui avait manqué que quatre voix pour être élu conseiller général de Maromme. C'est un bon orateur ; il sera le seul, à organiser des réunions publiques où il attendra, en général vainement, la contradiction. Il risque cependant d'attirer moins de suffrages libéraux que Desseaux, car il s'est formellement engagé à siéger à l’extrême gauche et « même à la Montagne, s’il y en a une »33.

20Les chances de l’opposition paraissaient donc sérieuses, surtout à Rouen, mais, au début de mai, l'annonce de candidatures ouvrières modifia les données électorales.

  • 34 Troisième procès de l'A. I. T., op. cit., p. 18-19, note : « l’avocat impérial dit Prud'hommes, li (...)

21En 1863, les proudhoniens rouennais avaient conseillé l’abstention ; c’est à la fin de 1868 qu’Aubry fait part à Varlin de son projet de s’engager dans la lutte électorale en 1869. Varlin l’encourage vivement : « Quant à la candidature ouvrière, je vois avec plaisir que vous êtes résolus à la poser. Lyon s’est déjà prononcé dans ce sens. Marseille nous a adressé une demande de renseignements. J'espère que nous allons bientôt nous entendre à ce sujet et que, malgré les abstentionnistes, prud’hommes enragés, nous entrerons dans la lice électorale concurremment avec les républicains bourgeois de toutes nuances, afin de bien affirmer la scission du peuple avec la bourgeoisie »34.

  • 35 Rapport sur les travaux..., op. cit., p. 3.

22Dans l’introduction du rapport sur les travaux et la marche du Cercle paru en mars, Aubry fait nettement allusion à la nécessité d'une représentation ouvrière35 ; les restrictions à la liberté de la presse disparaîtraient « si l’élément ouvrier faisait son entrée dans les corps délibérants... Si le travail balançait l’influence du capital dans les conseils supérieurs de la nation, les droits de tous seraient mieux défendus ».

  • 36 Ibid., p. 25.
  • 37 A. N., BB 30 389. Procureur général, 12 avril 1869.
  • 38 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 1er mai 1869.
    « Le Cercle d'études économiques... vient d (...)
  • 39 A. D. S-M., M, Elections de 1869. C.c. police, 10 mai 1869. Tout s’est passé dans le plus grand or (...)
  • 40 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Circulaire d’Aubry.
    Journal de Rouen, 17-18 mai 1869.

23Dans le compte rendu de la grève Bertel, le suffrage universel, discipliné par la corporation, est jugé capable de vaincre tous les obstacles qui s’opposent à l’affranchissement des travailleurs36. Le 12 avril, le procureur général révéla que des candidatures ouvrières seraient soutenues par les socialistes à Rouen et à Elbeuf37. Le 25 avril, les comités corporatifs réunis en assemblée générale adoptèrent un manifeste électoral et proposèrent Aubry comme candidat dans la première et la deuxième circonscription38. L’assemblée générale trimestrielle à laquelle assistaient 700 personnes approuva à la fois le programme et la désignation d’Aubry (9 mai 1869)39. La candidature fut publiquement annoncée le 12 mai à Elbeuf, au cours de la réunion organisée par Manchon ; quelques jours plus tard, Aubry adressait une circulaire aux ouvriers et petits commerçants : « Cédant à l'invitation faite par 3.000 camarades..., je viens faire appel au désir maintes fois exprimé, de prouver à la bourgeoisie que désormais nous prendrons en main la défense de nos intérêts... Las de toujors servir d'appoint aux luttes que se livrent nos adversaires depuis quatre-vingts ans, sans jamais en avoir obtenu que déceptions de toutes sortes, aggravations de charges et finalement misère progressive, nous devons dire à notre aînée que nous ne nous mêlerons plus de ses querelles politiques, dont nous avons toujours été dupes... L'heure de la revendication de nos droits politiques et économiques est arrivée... Nous avons le suffrage universel, nous avons le droit d’organiser les forces révolutionnaires du travail par la solidarité des métiers. Avec cette organisation, tout doit se transformer... Puisque nous avons le nombre, nous serions coupables de ne pas le mettre au service de nos intérêts... »40. Aubry faisait appel aux ouvriers pour qu’ils écartent indistinctement les adversaires bourgeois, conservateurs ou républicains et votent pour le candidat patronné par 3 000 camarades organisés corporativement.

24Comment fut accueillie la candidature ouvrière ?

  • 41 Le Nouvelliste de Rouen, 19 mai 1869 (Ch. F. Lapierre).

25Le Nouvelliste de Rouen où Aubry travaillait depuis 14 ans comme lithographe se défendit de l’avoir directement ou indirectement suscitée. C’était, selon son directeur Lapierre, le Journal de Rouen qui en portait la responsabilité, pour avoir complaisamment accueilli les « élucubrations » de M. Aubry : « La candidature socialiste est donc un peu l'œuvre du Journal de Rouen : quoi qu'il fasse, il ne peut contester qu'il n'y ait quelque droit de paternité »41 Mais, il ne cherchait pas à dissimuler sa satisfaction devant le désarroi des partisans de Desseaux : « on ne doutait pas que les sympathies de la classe ouvrière ne fussent acquises à M. Pouyer-Quertier... mais on espérait glaner çà et là quelques suffrages parmi ceux qui se disent les avancés. Et voici que cet apport d’électeurs fait bande à part ; on ne peut plus comme autrefois l’amener à faire partie de cette minorité qui, à chaque élection, vient déposer ses bulletins de vote comme des couronnes d'immortelles en la mémoire de la feue République de 1848 ».

  • 42 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 1er mai 1869 ; préfet, 7 mai : « Ce seront autant de voi (...)
  • 43 Le Nouvelliste de Rouen, 23 mai 1869. (Ch. F. Lapierre) - « M. Aubry représente l’utopie doublée d (...)
  • 44 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 14 mai 1869.

26Le préfet exprima également son soulagement : l’unité de l’opposition se trouvait à nouveau brisée : « Ce qui n’est pas douteux, c’est que l’appel du Cercle n’opère une favorable diversion contre les candidatures d’opposition des deux circonscriptions de Rouen et d’Elbeuf. Il y a, en effet, scission complète entre les hommes du parti démocratique avancé et ceux du Cercle d’études économiques, association composée de démagogues ardents... Cette division ne peut qu’être profitable aux intérêts des candidats qui, avec plus ou moins de netteté, se présentent dans les deux circonscriptions en déclarant leurs sentiments gouvernementaux »42. Le texte du manifeste permettrait en outre au préfet de ressusciter le « spectre rouge », d’effrayer les possédants pour les rallier aux défenseurs de l’ordre43. Les populations de la Seine-Inférieure, écrivait-il, dans une lettre adressée aux maires repousseront avec énergie les partisans de ces réformes chimériques dont le but réel s’est trahi dans des réunions où rien n'a été respecté, ni la propriété, ni la morale, ni la famille, ni la religion...44.

  • 45 Journal de Rouen, 17-18 mai 1869. Le Journal de Rouen protesta contre cet étrange amalgame ; il dé (...)

27Aubry se trouve ainsi assimilé aux orateurs des réunions publiques de Paris, mais la manœuvre est également dirigée contre les républicains : « ... Elles (les populations) écarteront également les hommes qui, trop habiles pour préconiser de pareilles doctrines, voudraient cependant nous pousser aveuglément dans la voie d'une liberté sans limites » : le préfet espérait détacher des libéraux, les électeurs de la campagne...45.

  • 46 Ibid., 14 mai 1869 (Beuzeville).
  • 47 Ibid., 15 mai 1869 (Beuzeville).
  • 48 Ibid., 17-18 mai 1869 (Beuzeville).
  • 49 Le Progrès de Rouen, 19 mai 1869 (N. Gallois). Gallois fait évidemment allusion à l'échec des cand (...)

28La presse républicaine ne cacha pas sa vive hostilité à une candidature qui compromettait les chances de Desseaux et de Manchon. Le Journal de Rouen laissa d'abord entendre qu'il pouvait s'agir d'une opération adroitement montée par la préfecture : « Les promoteurs d'une telle candidature à Elbeuf et à Rouen ont cru sans doute obéir à une pensée généreuse. Sont-ils sûrs de n'avoir pas été séduits par une inspiration née hors d'eux-mêmes et dont la source pourrait ne pas être aussi désintéressée qu'ils le croient... », l'administration a grand intérêt à désunir les forces des électeurs libéraux... ; en conclusion, le Journal de Rouen invitait Aubry à se retirer46. Celui-ci ayant protesté contre une insinuation qu’il jugeait malveillante, le Journal de Rouen admit que c'était à leur insu que le candidat et ses électeurs donnaient une telle satisfaction à l'administration47. Le Journal de Rouen s’efforça ensuite de réfuter les arguments de la circulaire ; il ne fallait pas confondre l'antagonisme de classes « que chacun concentre à sa façon dans des limites arbitraires, avec l’antagonisme malheureusement inévitable des intérêts privés ; les améliorations sociales ont toujours été le résultat de l’accroissement des libertés accordées aux populations ; le véritable candidat des ouvriers, c’était celui des électeurs démocrates et libéraux48. Quant au Progrès de Rouen, il s’en prit au principe même de la candidature ouvrière49 ; « Nous ne croyons pas que l’on se pose comme candidat parce qu'on est entrepreneur, journaliste, avocat, typographe, en un mot en raison de la profession qu’on exerce. L'élection n'est pas une question professionnelle ou de corporation... Quels sont en général ceux qui repoussent le plus les candidatures ouvrières ? Les travailleurs eux-mêmes...

29« Ils comprennent qu’en dehors de l’atelier ils sont avant tout citoyens, ils tiennent à conserver cette dignité civique qu'ils doivent aux deux Révolutions de 1789 et 1848... A leurs yeux il n’y a pas une démocratie ouvrière et une démocratie bourgeoise, il y a une seule démocratie poursuivant généreusement depuis 1789 à travers toutes les réactions, la réalisation du problème social, l’élévation des humbles par l’instruction, l’amélioration matérielle du sort des classes laborieuses... dont elle a intérêt à voir développer la prospérité... ».

  • 50 A. D. S-M., M, Elections de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 12 mai 1869.
  • 51 Journal de Rouen, 14 mai. A cette réunion, organisée par Manchon assistaient 3 000 personnes ; 2 0 (...)
  • 52 A. N., C 1375. Elections de 1869. Lettre de Diot, Grimoin et Champin, 26 mai 1869. Protestation de (...)
  • 53 Journal de Rouen, 22 mai, 3 juin 1869. Le Journal de Rouen et le Progrès publièrent une pétition q (...)

30La réaction des républicains libéraux ou démocrates était prévisible ; mais à l’intérieur du Cercle d'études économiques, Aubry contrairement à ce qu’il affirmait, était loin de rencontrer l’unanimité. A la réunion d’Elbeuf, le 11 mai, sa déclaration fut plutôt fraîchement accueillie : « M. Aubry... dans un discours assez obscur s’est posé comme socialiste... Sa pensée mal définie n'a pas toujours été comprise. On l’a interrompu par des huées et quelques voix se sont élevées, l’accusant de n’avoir posé sa candidature que dans un but de division »50. Diot, tisserand membre du groupe elbeuvien du Cercle, assura lui-même à la tribune au nom de ses camarades qu’il fallait appuyer la seule candidature de M. Manchon51. Au cours de la campagne, les meilleurs agents électoraux de Manchon appartiennent au Cercle ; ce sont Diot, Grimoin et Champin. Ils vont par exemple signaler des irrégularités qui auraient été commises pour les inscriptions sur les listes électorales à Elbeuf et Caudebeclès-Elbeuf et fournir les documents en vue d'une éventuelle invalidation de Quesné52. Le désarroi de certains militants apparaît évident : Creusot. membre du comité corporatif des fileurs de coton demeurant à Sotteville, proteste contre la présence de son nom au bas du manifeste électoral du Cercle ; il n'aurait donné à Aubry aucune autorisation d’utiliser sa signature ; mais quelques jours plus tard, il revient sur sa protestation qui aurait été le résultat de faux renseignements donnés par quelques camarades trompés eux-mêmes sur le véritable caractère de la candidature de M. Emile Aubry53.

LA CAMPAGNE ELECTORALE LE MANIFESTE DU CERCLE D’ETUDES ECONOMIQUES

  • 54 Le Progrès de Rouen, 22 mai 1869.
  • 55 Le Progrès de Rouen, 30 mai, 12 juin. L'Union (12 juin) parla des éclatants succès obtenus par la (...)

31La campagne électorale ne fut pas marquée par de grandes réunions publiques, en dehors de celle du 12 mai à Elbeuf. Les candidats firent connaître leur programme par des circulaires et surtout par la presse où les polémiques furent très vives, particulièrement dans la 1re circonscription. Pouyer-Quertier fut soutenu par le Nouvelliste de Rouen et par un nouveau quotidien créé à la veille des élections, le Courrier de Rouen, monarchiste et catholique. Pourquoi appuyait-il un candidat officiel déguisé interrogeait le Progrès de Rouen ? Ce sont ses votes en faveur du pouvoir temporel du pape et de la seconde expédition de Rome qui l'ont déterminé54. Le Journal de Rouen et le Progrès firent preuve d’une égale combativité en faveur de Desseaux ; l’Union (Paris) accusa les frères Péreire d'avoir versé 100.000 F au Progrès pour faire échouer la candidature de Pouyer-Quertier qui s’en était pris à leurs activités ; le Progrès démentit ces « révélations » reproduites par le Nouvelliste et le Courrier55. Les attaques personnelles se succédèrent quotidiennement pendant toute la durée de la campagne.

32Pouyer-Quertier développa les thèmes qu'il avait traités à maintes reprises au Corps législatif :

  • Défense persévérante de la cause du travail national et dénonciation des traités de commerce.
  • Contrôle sévère et rigoureux des pratiques regrettables des grandes entreprises financières ; défense de l’honnêteté des affaires contre le jeu et l’agiotage qui ont improvisé en quelques années tant de fortunes scandaleuses. Abaissement des tarifs des chemins de fer, achèvement des travaux de navigation fluviale.
  • Des mesures libérales sages : « Je veux la liberté aussi complète que possible, mais je déteste le désordre et suis l’ennemi des révolutions ». Pouyer-Quertier se déclare attaché au régime impérial qui garantit l’ordre et la sécurité, mais le gouvernement doit continuer à « marcher dans des voies de plus en plus libérales et accroître l'influence de la représentation nationale dans les affaires du pays ».
  • Les projets de réformes sociales restent beaucoup plus vagues ; il convient de propager l’instruction publique, d'alléger les impôts et les dépenses militaires qui pèsent sur l'agriculture, l'industrie, le commerce et les contribuables, d'améliorer les conditions morales et matérielles des populations ouvrières, en particulier par l'abandon des traités de commerce qui ont provoqué la baisse des salaires et le chômage56.

33Pouyer-Quertier présenta son programme au cours de réunions privées tenues dans les villages ou les ateliers en évitant toute confrontation directe avec ses adversaires.

  • 57 Ibid. Circulaire de Quesné, s.d.
    Le Journal d’Elbeuf ignore les candidatures de Manchon et d'Aubry  (...)

34Quesné, membre du corps législatif depuis 18 ans, se borna à rappeler ses états de service : « Il ne m'appartient pas de vous dire si j’ai montré du zèle pour vos intérêts agricoles et industriels, pour les besoins de l’instruction primaire et secondaire, si le malheur et la souffrance ont trouvé chez moi l'aide que je leur devais ». Il se déclarait dévoué à l’empereur, tout en conservant sa pleine indépendance ; il rappelait qu'il avait « avec regret, mais sans hésitation » parlé et voté contre plusieurs projets du gouvernement, notamment lorsqu'il s’était agi de la protection insuffisante du travail national et dans certaines questions financières, religieuses ou politiques57.

  • 58 Journal de Rouen, 9 mai 1869.
  • 59 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Circulaire de Desseaux (2e tour).

35Desseaux, candidat « démocratique et libéral », ne participa à aucune réunion, comptant sur la presse et sur ses agents électoraux. Sa profession de foi fut plutôt une critique de la politique de Napoléon III qu’un programme précis de gouvernement ; il dénonça la candidature officielle, « qui ne produit que des magistrats dociles, constamment inféodés aux exigences d’une volonté suprême », qui ont approuvé les entreprises les plus aventureuses, l'expédition du Mexique, les traités de commerce hâtivement et secrètement conclus, les malencontreux échecs de la diplomatie, une paix équivoque aussi ruineuse que la guerre, des budgets énormes avec des déficits permanents... « Vous avez à choisir entre cette alternative : ou la paix possible avec la liberté ou la guerre possible avec la servitude »58. Dans sa circulaire du deuxième tour, Desseaux indiqua quelques orientations politiques : pour prévenir de nouvelles commotions, il fallait à la France la pratique sincère de la liberté ; la paix à l'extérieur ramènerait la réduction des armements, la diminution du contingent de cent mille conscrits, l’allègement des impôts indirects. « Paix, économie, liberté », telles sont mes aspirations59. Une politique extérieure pacifique devait permettre selon Desseaux, comme la dénonciation des traités de commerce pour Pouyer-Quertier, de résoudre la plupart des problèmes sociaux.

  • 60 Ibid. Circulaire de Manchon (5 mai).
    Au cours des réunions électorales qu'il tint à Elbeuf, Maromme (...)

36A Elbeuf, Manchon « candidat démocratique », présentait un programme beaucoup plus concret sur certains points : liberté véritable de la presse par la suppression du cautionnement, libertés de réunion et d’association débarrassées de toutes entraves, liberté de l’enseignement. Comme Desseaux, il est prudent au sujet du régime douanier : « Je suis favorable au libre-échange tout en réclamant certaines mesures transitoires qui assurent la protection du travail national ». Il demande la diminution des impôts, mais aussi la suppression des octrois, l’abolition des armées permanentes. En conclusion, il déclare vouloir toutes les améliorations politiques et sociales qui assureront le triomphe de la démocratie et affranchiront le peuple de la misère et de l’ignorance60.

  • 61 Il existe deux éditions du manifeste ; la première sur papier blanc ; c'est l'exemplaire remis aux (...)

37Le Cercle d’études économiques, de son côté, publia un manifeste électoral qui contraste par son ampleur et sa précision avec les proclamations des candidats républicains ou conservateurs61.

  • 62 PROUDHON (P.-J.) - De la capacité politique des classes ouvrières, op. cit., p. 49. Texte exact : (...)

38En épigraphe figure une phrase inspirée de Proudhon pour justifier la candidature ouvrière : « Si les ouvriers en 1869 votent encore pour leurs patrons politiques, ils retarderont leur affranchissement de cinquante ans »62.

39Le manifeste comprend trois parties : un préambule, le mandat impératif et le programme.

  • 63 Dans sa circulaire électorale, Aubry écrit : « La discorde règne dans le camp de nos adversaires » (...)

40Le préambule donne à la candidature du secrétaire du Cercle un caractère de classe : toutes les professions sont représentées au Corps législatif, sauf les ouvriers et la petite bourgeoisie. Si les représentants des différents partis peuvent se trouver en désaccord sur leurs principes politiques, ils adoptent la même attitude à l’égard du travail, « bête de somme » qui doit supporter l’impôt de l’Etat et l'impôt du monopole capitaliste : « Rien de surprenant... puisque les représentants sont toujours pris dans la classe ayant des intérêts opposés aux nôtres ». L’économie sociale prime la politique : « le despotisme d’Etat n’a pas d’autre cause que la tyrannie du capital. L’aggravation de la condition ouvrière n’est pas due, comme l’affirment les « politiquants », à l’absence de libertés politiques, mais à la concentration capitaliste qui s’est aussi bien développée sous la seconde République que sous le second Empire. Pour transformer le vieux monde économique, « affranchir le travail et les échanges de toutes les entraves fiscales, bancocratiques et bourgeoises, il faut élire des représentants ouvriers qui, seuls, pourront défendre les intérêts des prolétaires ». C’était donc la rupture complète avec les démocrates mis sur le même pied que les conservateurs63.

41Le candidat désigné par les corporations ouvrières de l’arrondissement devra signer un mandat impératif. Il s’engage à défendre l’esprit du programme de la fédération et à soumettre à celle-ci toute question imprévue (la décision, dans ce cas, devra être votée par 2 000 membres, ce qui représente en fait une majorité des deux tiers, si l’on admet le chiffre des effectifs cité par Aubry) ; l’élu sera déchu de son mandat s’il ne le respecte pas ; il devra donner sa démission lorsqu’elle sera demandée par la majorité absolue des « électeurs qui l’auront nommé ». Le droit de révocation n’est donc pas clairement formulé. Qui sont ces électeurs ? Les membres de la fédération ou tous les électeurs sans exception ?

  • 64 Comment ce droit de révocation pourra-t-il effectivement être exercé ? Il n’avait aucune valeur lé (...)

42Le candidat s’engage également à rendre compte de son activité chaque fois que le comité électoral ouvrier le demandera. Une restriction prudente cependant : « sauf pour les questions qui compromettraient inutilement sa personne comme par exemple... la forme politique de l’Etat ». Dans ce cas encore, le Cercle veut rester dans la légalité64.

  • 65 Le problème de la fidélité de l’élu à ses promesses a préoccupé également les démocrates. Manchon (...)

43L’élu se trouverait donc sous l’étroite dépendance des comités, non seulement avant le scrutin, mais pendant toute la durée de la législature ; le candidat s’adresse aux ouvriers et petits bourgeois de l'arrondissement mais il ne représentera plutôt qu’une catégorie privilégiée d'électeurs, les adhérents de la fédération65.

  • 66 Le texte primitif présentait d’abord les nouvelles dispositions concernant les libertés (9 article (...)

44Le projet de programme soumis aux corporations fut adopté avec quelques amendements ; le texte définitif est plus concis : 18 points au lieu de 22 après suppression de quelques redites ; cependant des précisions importantes ont été apportées à plusieurs articles66.

  • 67 PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la Révolution, op. cit., p. 269 et suiv.
  • 68 Ibid., p. 209 et suiv.

45Réformes politiques et administratives — Liberté individuelle garantie par la responsabilité des fonctionnaires, liberté complète de réunion et d’association ; liberté de presse avec suppression du cautionnement et du timbre. C’étaient là des revendications également formulées par les démocrates. La décentralisation politique avec retour aux communes de toutes les franchises municipales est présentée dans le premier article ; le Cercle, comme Proudhon, exprime son hostilité à la centralisation, qu’elle soit monarchique, jacobine ou napoléonienne, à la fois toute-puissance de l’administration et de son délégué, le préfet67. L’article 3 concerne la justice : les magistrats seront élus au suffrage universel et pourront être révoqués, les juridictions seront renouvelées par tiers tous les trois mois ; on s’oriente donc, selon les principes proudhoniens vers la suppression du corps judiciaire68. Les colonies obtiendront le droit de s'administrer comme la métropole.

  • 69 A. M. Lyon, 12 54-157. Lettre d'Aubry, 23 décembre 1868.

46Les rapports avec l'Eglise — Liberté des cultes et des croyances, mais suppression du budget des cultes et séparation de l’Eglise et de l’Etat. Dans une lettre à Albert Richard, Aubry avait expliqué qu’il rejetait à la fois le spiritualisme et le matérialisme : « Que Dieu existe ou n’existe pas, cela m’importe peu, le besoin que j’en éprouve m’est si peu nécessaire que je le rejette dans le domaine des théories fantastiques »69.

  • 70 Projet de manifeste... Art. 22 : « Instruction intégrale, transitoirement gratuite et obligatoire (...)
  • 71 Vœu du Cercle du Havre de la Ligue de l'enseignement (6 novembre 1869).

47Enseignement — Abolition du monopole universitaire et liberté de l’enseignement. Le texte primitif envisagait un enseignement « transitoirement » gratuit et obligatoire70 ; l’article 7 du manifeste, un enseignement gratuit, obligatoire et laïque avec sélection des meilleurs élèves par concours ; c’est la circonscription communale et non l’Etat qui est responsable de l’organisation de l’enseignement. On retrouve ici l’écho des discussions du congrès de Bruxelles, mais dans son rapport Aubry n’avait pas abordé le problème de la laïcité. La position du Cercle apparaît donc plus réformatrice que celle de beaucoup de républicains qui, par crainte de heurter l’Eglise et les catholiques, hésitaient à se prononcer sur l’obligation et la laïcité ; en Seine-Inférieure, la Ligue de l’enseignement ne prit parti en faveur de l’enseignement primaire obligatoire qu’en 1870 seulement71.

48Armée — Abolition de la conscription et suppression des armées permanentes ; Manchon avait émis le même vœu.

  • 72 Projet de manifeste... Art. 17 : « Abolition des impôts indirects, remplacés par l’impôt unique in (...)
  • 73 PROUDHON (P.-J) - Idée générale de la Révolution, op. cit., p. 246 et suiv.
  • 74 Ibid., p. 186 et suiv.

49Impôts72 — Abolition des impôts tels que douanes et octrois. Le Cercle se prononce donc implicitement pour le libre-échange, conformément d’ailleurs à ses principes sur la constitution de la valeur73 ; création d’un impôt direct proportionnel, suppression des emprunts extraordinaires et extinction de la dette publique (art. 17)74.

  • 75 Projet de manifeste... Art. 14 : « Abolition de tous les monopoles industriels y compris ceux exer (...)
  • 76 Le manifeste est signé pour le Comité électoral elbeuvien par Couronné, Dupré, Deparnay, Piéton et (...)

50Réformes des structures économiques — Elles sont assez rapidement esquissées. Le collectivisme est écarté : liberté de l’industrie (art. 12), liberté des banques (art. 8), mais suppression des monopoles des compagnies industrielles (art. 12 et 16) ou de la Banque de France (art. 9)75 ; aucune allusion n’est faite à la propriété terrienne. Il faut reconnaître que ces propositions ne s'éclairent qu'au travers de l'œuvre de Proudhon et en particulier l'Idée générale de la Révolution au XIXe siècle76.

  • 77 Pouyer-Quertier lui-même combattait l'influence grandissante des compagnies financières.

51Si le préambule du manifeste affirme vigoureusement la scission du prolétariat et de la bourgeoisie, si le mandat impératif rompt avec la tradition parlementaire, par contre beaucoup d'articles du programme auraient pu figurer dans celui d’un candidat démocratique, Manchon par exemple77. Evidemment, le Cercle comptait se servir de la liberté de l’industrie et des banques pour créer de nouvelles structures économiques, développer les institutions corporatives et le crédit mutuel, mais les électeurs qui n’apercevaient pas ces prolongements pouvaient être sensibles aux arguments des adversaires de la candidature ouvrière qui dénonçaient une manœuvre de division.

LE PREMIER TOUR DE SCRUTIN (23-24 MAI 1869)

  • 78 Le Progrès de Rouen, 25 mai 1869.
    Journal de Rouen, 26 mai 1869 : « Il est bien évident pour tout l (...)

52Les craintes des républicains furent confirmées le soir du dépouillement. Pouyer-Quertier arrivait en tête avec 10 777 suffrages, suivi de Desseaux 10 548 et d'Aubry 826 seulement. « Sans la diversion dont la préfecture n’a certes pas été fâchée, le succès de la démocratie était complet à Rouen aujourd’hui »78.

  • 79 A. N., C 1375, Elections de 1869. Lettre de Diot, Grimoin et Champin, 26 mai 1869 : « 1.500 radiat (...)
  • 80 Le scrutin durait deux jours ; la presse d’opposition avait conseillé à ses lecteurs de voter le s (...)

53Dans la seconde circonscription, Quesné était élu dès le premier tour avec 13 387 voix contre 11 657 à Manchon et 287 à Aubry. Les résultats furent contestés par les partisans de Manchon, en particulier ceux du groupe elbeuvien ; ils prétendirent que l'on avait procédé à des radiations arbitraires sur les listes électorales : 1 500 à Elbeuf, 2 000 dans les autres localités79. (Le maire d’Elbeuf, Buée, expliqua qu’il avait procédé à la révision seulement après avoir recueilli des renseignements, fait des publications à son de caisse, et inséré des avis dans les journaux). Par ailleurs dans plusieurs communes rurales, les urnes auraient été abandonnées aux maires ou secrétaires de mairie « sans qu’aucune précaution eût été prise pour la fermeture ou le scellé »80. La réclamation de Manchon fut cependant rejetée.

54Quelles sont les orientations politiques qui se dégagent de ce scrutin par comparaison avec celui de 1863 ?

  • 81 L'accroissement du nombre des votants est manifeste dans quelques communes urbaines : Rouen, + 1.5 (...)

55Le nombre des votants s'est accru, bien que celui des inscrits ait diminué, mais on ne peut guère faire confiance aux listes électorales. 1 300 suffrages de plus dans la première circonscription, 2 100 dans la seconde. Les conditions de la campagne suffisent à expliquer cette progression ; la propagande par voie de presse, très faible en 1863, surtout pour l'opposition, a pu se développer librement en 186981.

56Les candidats officiels conservent à peu près le nombre de voix obtenu en 1863 : Pouyer-Quertier perd 128 voix, Quesné en gagne 695 ; l'accroissement de la participation a donc surtout profité à leurs adversaires comme on l’avait déjà constaté en 1863 : la possibilité d’un succès des candidats républicains a incité à venir voter des opposants qui, par crainte ou découragement, s'étaient abstenus en 1863.

Elections au Corps Législatif (1869) (Pourcentage par rapport aux votants). 1ère Circonscription (ROUEN)

Elections au Corps Législatif (1869) (Pourcentage par rapport aux votants). 1ère Circonscription (ROUEN)

Résultats par cantons. Premier tour

Résultats par cantons. Premier tour

2è circonscription (ELBEUF)

2è circonscription (ELBEUF)

Résultats par cantons

Résultats par cantons
  • 82 Il faut tenir compte à Grand-Couronne de l’accroissement de la population ouvrière par suite du dé (...)
  • 83 Cette augmentation du pourcentage de Quesné apparaît également à Caudebec-lès-Elbeuf (21 à 32 %, à (...)

57En pourcentage, on constate une dégradation de la position de Pouyer-Quertier : 48 % au lieu de 52 % des votants ; et de Quesné : 52 % au lieu de 54 %. Les candidats gouvernementaux ont faiblement reculé dans les cantons ruraux et dans certains cantons ouvriers où les républicains l'avaient largement emporté en 1863 (6e canton de Rouen, Maromme...) plus fortement dans les autres cantons ouvriers (4e canton de Rouen, -9 % ; canton de Pavilly, -7 % ; Grand-Couronne, -10 %)82. Dans la 2e circonscription, il faut noter le cas particulier du canton d'Elbeuf où Quesné progresse de 34 à 46 % et, dans la ville même, de 25 à 46 %83.

58Les républicains ont à peu près partout rallié les suffrages qui s’étaient portés en 1863 sur les candidats libéraux, on le constate non pas seulement pour l’ensemble d’une circonscription, mais au niveau du canton et même dans beaucoup de communes, ce qui correspond parfaitement aux remarques du procureur général sur les tendances de l’opposition libérale ; d'anciens électeurs orléanistes ont préféré voter pour le républicain modéré, souvent même pour le radical plutôt que d’apporter leur suffrage au candidat officiel. Le canton d'Elbeuf, seul, fait exception : Bourdon était arrivé en tête en 1863 ; un peu plus de la moitié seulement des voix semblent s'être reportées sur Manchon, probablement à cause du caractère nettement démocratique de son programme.

  • 84 Quelques exemples :
    Maromme : Quesné 151 ; Manchon 441 ; Aubry 1
    Notre-Dame-de-Bondeville : Quesné 1 (...)

59Les résultats de la candidature ouvrière furent très médiocres dans la circonscription d’Elbeuf, où les membres les plus influents du groupe ouvrier elbeuvien s’étaient prononcés pour Manchon, malgré le soutien que le Cercle d’études économiques avait apporté aux tisserands en 1868. Aubry ne recueillit que 287 voix (1,1 % des votants) dont 142 dans le canton d’Elbeuf (86 à Elbeuf, 39 à Caudebec où un comité électoral ouvrier avait réussi à se constituer), 78 dans le canton de Grand-Couronne (48 à Sotteville sur 2 000 votants), 13 dans le canton de Maromme, fidèle aux démocrates84.

  • 85 Darnétal : Pouyer-Quertier 387 ; Desseaux 541 ; Aubry 412
    Saint-Léger-du-Bourg-Denis : Pouyer-Quert (...)

60Dans la circonscription de Rouen, ses 826 voix représentaient moins de 4 % des votants ; la plus grande partie venait du canton de Darnétal, 570 voix (Darnétal, 412, 30 % des votants et Saint-Léger-du-Bourg-Denis 56, 23 % des votants) ; c’était le résultat de l’action des corporations sur les ouvriers de Darnétal et des communes voisines85. A Rouen même, 207 voix (1,3 % des votants, le 6e canton le plus démocratique n’en apportant que 28, le 4e canton 57, grâce au quartier le plus proche de Darnétal, Saint-Hilaire).

  • 86 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 25 mai 1869.

61Dans son rapport au ministère de l’Intérieur86, le préfet Leroy, évitant de donner au scrutin une signification politique générale, attribua l’échec de Pouyer-Quertier aux maladresses commises par le député sortant lui-même et aux pressions des agents électoraux démocrates : « le parti avancé a engagé la lutte en faveur de M. Desseaux avec une extrême violence. Le mot d'ordre a été donné dans les ateliers et les ouvriers ont montré à quel point ils sont disciplinés sous l’autorité de leurs meneurs, puisqu'ils ont voté en masse pour le candidat qui leur était désigné encore, bien qu'ils eussent un des leurs pour concurrent de M. Desseaux...

  • 87 Le préfet résume les maladresses de Pouyer-Quertier et de ses partisans : « Le sentiment marqué de (...)

62Dans la 2e circonscription... les ouvriers des centres industriels ont été, dès le commencement de la période électorale, en butte aux excitations incessantes de la presse et des réunions publiques ; obéissant d'ailleurs à un mot d'ordre venu de Paris, ils ont voté en masse pour le candidat démagogue... »87.

  • 88 The General Council..., op. cit., t. III (1868-1870), p. 85 (20 avril 1869).
  • 89 Si la presse républicaine s’était bornée à déclarer que le Cercle faisait, à son insu, le jeu de l (...)

63Aubry, sans évidemment espérer l’emporter, avait écrit à Dupont qu'il comptait obtenir une bonne minorité de suffrages88 ; il expliqua sa défaite par les calomnies dont il avait été l’objet89. Cependant, ses 826 voix risquaient d’être déterminantes au second tour de scrutin.

LE SCRUTIN DE BALLOTTAGE (6 ET 7 JUIN 1869)

64Dès le 25 mai, le Progrès de Rouen affirma sa confiance dans les résultats du second tour : « Les voix ouvrières se rangeront, n’en doutons pas, du côté de la démocratie ; leur place est là où est le progrès ; la satisfaction de leurs intérêts est là où est la liberté ». Le désistement d’Aubry tardait cependant à être annoncé ; le 29 mai, le Progrès de Rouen s'adressa alors directement aux ouvriers, particulièrement à ceux qui suivaient Aubry. Le journal exposait l’œuvre sociale de la première et de la seconde République, « comment dire qu’en raison de l’indifférence de 1789 et de 1848 à votre égard, votre place n’est pas sous le drapeau de la démocratie ? ».

  • 90 Le Progrès de Rouen, 29 mai 1869 (N. Gallois).

65« L’on voudrait ainsi, égarant votre cœur et votre raison, vous faire servir d'appoint à un candidat, M. Pouyer-Quertier, dont les votes passés attestent qu'il voterait toutes les mesures répressives qu'on pourrait proposer contre vous ». Et le Progrès de Rouen donnait en exemple les travailleurs de Paris, qui ne s’étaient pas isolés dans le scrutin à la suite de quelques personnalités orgueilleuses et voulaient avant tout protester en faveur de la liberté ». L’abstention, au second tour, ne serait pas la neutralité, « ce serait favoriser une seule candidature... à la grande joie de la préfecture, de l'archevêché, de tous ceux qui se préoccupent bien plus de plaire au pouvoir que de rechercher les moyens de résoudre les problèmes de l’amélioration des masses...90.

  • 91 Journal de Rouen, 30 mai 1869.

66Le Progrès savait que le Cercle hésitait sur la conduite à tenir. Le 29 mai, Aubry démentit une information du Rappel au sujet de son désistement : « Je ne sais où ce journal a puisé ses renseignements... ; quoique je ne puisse encore rien préciser, il m'est cependant permis d'avancer que, selon toutes probabilités, d'après l'opinion de quelques amis, la décision sera rendue dans le sens d'une entière liberté laissée aux électeurs qui ont bien voulu nous aider à produire notre manifestation, en les invitant à agir selon leur conscience. Du reste, une affiche fera connaître au public pourquoi il nous est impossible de nous désister en faveur d'aucun candidat »91.

  • 92 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Scrutin de ballottage, candidature ouvrière Emile Aubry. Le titr (...)
  • 93 Aubry faisait allusion à la critique dédaigneuse des quatre grands journaux de Rouen : le Courrier (...)

67A la réunion du 30, les comités corporatifs, malgré les partisans du désistement, se rangèrent à l’avis d’Aubry et justifièrent la décision par une circulaire92 : « Quoique notre nombre n’ait pas été ce qu'il devait être, il n’en a pas moins posé le droit des minorités..., nos 827 suffrages si honnis, si méprisés la veille, ont été la cause qu'aucun adversaire n’a pu obtenir la majorité absolue »93. Le Cercle explique pourquoi il n'est pas possible de choisir entre deux candidats dont l’un, Pouyer-Quertier, représente les libertés à l'état théorique, mais personnifie la féodalité industrielle, mercantile et financière ; l’autre, Desseaux, en apparence plus favorable aux libertés politiques, dédaigne les réformes sociales : « En présence d’adversaires refusant de reconnaître nos aspirations, nous pensons qu'il convient de conserver intacte la pureté de nos principes. Cependant, comme en matière religieuse et philosophique, nous avons proclamé la liberté et le respect absolu de la pensée, de même nous proclamons la liberté des votes et à tous nos amis d'agir en cette circonstance, selon leur conscience ». En principe, le Cercle d'études économiques maintenait donc la candidature d'Aubry, tout en laissant la liberté de vote à ses adhérents ; mais Aubry s'efforça de conserver au second tour les suffrages de ses partisans. Républicains et conservateurs redoublèrent d’activité pour s’assurer l’appoint des quelques centaines de voix ouvrières.

  • 94 Journal de Rouen, 4 juin 1869. Protestation de trois ouvriers ajusteurs présents à la séance du 30 (...)
  • 95 Le Progrès de Rouen, 4 juin (Porré, Bazire, Julian, mécaniciens).
  • 96 Ibid., 6 juin, lettre non signée.
  • 97 Ibid., 7 juin. « Ouvriers de Rouen, au scrutin ! M. Aubry aurait dû se désister s’il n'avait pas l (...)

68Les journaux républicains publièrent le 4 juin les réflexions de trois ouvriers ajusteurs membres du Cercle sur « l’inconséquence » d’Aubry, sur les résultats possibles de ce « non-sens » ; ils se demandent « s’il n'y a là que de l’aveuglement politique et s'adressent à leurs amis de Darnétal : « D’eux surtout peut dépendre le triomphe ou l’échec de la démocratie rouennaise »94. Le même jour, trois ouvriers mécaniciens, lancent également un appel aux démocrates des cantons de Boos et de Darnétal : « Nous persistons à croire que M. Aubry n’est pas l'auxiliaire de M. Pouyer-Quertier, mais il le serait qu’il n’agirait pas autrement et cela nous fait regretter amèrement que l’homme qui a eu le courage de présenter un programme aussi radical recule devant les mesures à prendre vis-à-vis d’un désistement loyal... ; deux candidats seulement sont en présence, votre choix n’est pas douteux »95. Le 6 juin, lettre d’un ouvrier de Darnétal, invitant « ceux qui ont voté pour Aubry à ne pas recommencer, ce serait affaiblir notre parti... »96. Le 7 juin, ultime appel du Progrès de Rouen : voter pour Aubry au second tour sera une manifestation inutile qui aura pour seul résultat d’assurer la victoire de Pouyer-Quertier97.

  • 98 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 4 juin 1869.

69De son côté Pouyer-Quertier s'assurait des appuis extérieurs, Jules Brame, qui venait d’être triomphalement réélu dans le département du Nord, grâce aux ouvriers du textile, vint à Rouen pour la campagne du ballottage98.

  • 99 Ibid. Appel aux ouvriers de Rouen, Boos et Darnétal : « Une grande manifestation publique vient d' (...)
  • 100 Le Progrès de Rouen, 4 juin 1869. Visite de l’établissement Lacroix : « Je suis le représentant de (...)
  • 101 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 4 juin 1869.
  • 102 Ibid. Gendarmerie impériale, 4 juin 1869. Journal de Rouen, 7 juin 1869. Lettre de Percheval.

70Un appel signé Un électeur apporta au député sortant le soutien de Brame et indirectement de plusieurs milliers d’ouvriers (4 juin 1869)99. Les employés de Pouyer-Quertier intervinrent dans la lutte en protestant dans le Nouvelliste contre les calomnies dont leur patron avait été victime : l’usine de La Foudre n’avait jamais manqué de travail pendant la crise américaine, les salaires y étaient élevés, il régnait dans les ateliers « une discipline équitable alliée à une sollicitude paternelle... ». Pouyer-Quertier, parfois accompagné de M. Brame, se rendit dans plusieurs établissements industriels pour exposer ses idées politiques et économiques100. Au cours des premières visites « l’accueil a été généralement favorable en ce sens qu’il n’a donné lieu à aucune manifestation »101, mais le 4 juin chez Vallery et Delaroque, constructeurs mécaniciens à Saint-Sever, Pouyer-Quertier et Brame n'arrivèrent pas à se faire entendre : « un nommé Cheval (sic) qui garde des ânes dans un pré voisin est venu, accompagné d’ouvriers d’autres établissements et par leurs cris A bas Pouyer ! ils ont fait tourner les bonnes dispositions des ouvriers de l’usine et MM. Brame et Pouyer ont dû se retirer »102. Dès le 1er juin, le commissaire central de police avait informé le préfet que des manifestations tumultueuses étaient à craindre le soir des élections ; le 4 juin, le chef d’escadron de gendarmerie précisa que les ouvriers étaient disposés à accueillir l'élection de Desseaux par de joyeuses démonstrations, au contraire celle de Pouyer-Quertier en cassant les vitres de La Foudre et « faire mieux, si on le peut » ; « il s’accrédite de plus en plus que l’intervention de la force armée sera nécessaire pour réprimer lundi dans la soirée, les démonstrations sur lesquelles on compte, sans croire cependant qu’elles puissent devenir sérieuses... ».

  • 103 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Pouyer-Quertier au préfet (7 juin 1869).
  • 104 Le Progrès de Rouen, 7 juin 1869. « Soyons calmes ! » Le journal fait allusion aux rumeurs de déso (...)

71Le 5 juin, il croit constater, d’après les propos tenus publiquement, que « l’effervescence des esprits se monte graduellement ». Pouyer-Quertier lui-même demande au préfet d’assurer la sécurité de ses employés : « Il y a une certaine excitation dans les classes laborieuses contre les dignes ouvriers que j’occupe à La Foudre et qui ont protesté contre les infâmes calomnies répandues contre moi... Je serais désolé qu’il pût leur arriver le moindre mal pour l’acte de dévouement et de sympathie qu’ils ont fait à mon égard... »103. Le Progrès de Rouen, inquiété par ces rumeurs alarmantes, crut devoir lancer un appel au calme104.

  • 105 Exemple de pression électorale dans une commune rurale. Au Mesnil-Raoul, au premier tour, Pouyer-Q (...)

72On s’attendait donc généralement à une journée agitée ; les ouvriers de Saint-Sever avaient décidé de ne pas travailler le lundi 8 juin - deuxième jour du scrutin-, « par mesure de précaution pour assurer l'intégrité de leurs votes »105.

  • 106 Comparaison du premier et du second tour : Darnétal : Pouyer-Quertier + 56, Desseaux + 428, Aubry (...)

73Les élections cependant se déroulèrent dans le calme le plus absolu et la victoire de Desseaux fit disparaître la menace de troubles ; sur 23 522 votants, Desseaux obtenait 1 1 936 suffrages, Pouyer, 11 450 et Aubry 110. Le total des votants était plus élevé qu’au premier tour (+ 909) ; Pouyer-Quertier gagnait 673 voix (223 à Rouen, 201 à Boos, 249 à Darnétal) ; sa propagande dans les ateliers n’avait servi à rien : à Saint-Sever, Pouyer-Quertier retrouva exactement son chiffre de voix du premier tour ; Desseaux progressait de 1 388 voix (771 à Rouen, 44 à Boos, 573 à Darnétal) ; Aubry était victime de l'âpreté de la lutte : il perdait 716 voix (168 à Rouen, 45 à Boos, et 503 à Darnétal), la plus grande partie vraisemblablement s'étant reportées sur Desseaux106.

  • 107 La presse républicaine adressa des remerciements aux ouvriers de Saint-Sever et du quartier Saint- (...)
  • 108 Journal de Rouen, 31 mai 1869 (Beuzeville).

74Les résultats furent accueillis avec enthousiasme par une foule nombreuse qui se rendit devant le domicile de Desseaux, rue Beauvoisine ; le nouvel élu remercia les électeurs promettant de se consacrer au bien-être de la classe ouvrière ; « Ses auditeurs se dispersèrent sans autre manifestation que des cris de Vive Desseaux ! ». Le préfet fut soulagé de ce dénouement107. « La modération de langage de M. Desseaux est pour beaucoup dans la majorité importante qu'il a obtenue à Rouen. Il n’est pas indifférent de faire observer que, dans sa dernière circulaire, ce candidat n’a pas hésité à manifester son désir de prévenir de nouvelles commotions politiques »108.

  • 109 Correspondance du Docteur Hellis, ms. cité, B. M. Rouen - Le docteur Hellis fut indigné par la déf (...)

75Jamais depuis 1848, les ouvriers rouennais n’avaient été autant sollicités par tous les candidats ; jamais leurs votes n'avaient été aussi décisifs ; la scission de l’électorat ouvrier avec les républicains ne risquait guère de se produire, alors que l’adversaire commun était l’un des plus gros manufacturiers de la région109.

  • 110 A. D. Eure, 4 M 133. Le Cercle d'études économiques avait également déposé le 8 mai 1869 la candid (...)

76L’échec d’Aubry a eu des conséquences fâcheuses pour la Fédération ouvrière ; des dissensions étaient apparues à l’intérieur du cercle sur l’opportunité de présenter puis de maintenir sa candidature ; elles ont probablement contribué au fléchissement des effectifs que l’on constate à la fin de l’année ; elles ont certainement freiné le développement des corporations dans la vallée du Cailly et surtout à Elbeuf où les fileurs de laine restent le seul groupement organisé en 1869110.

Notes

1 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 janvier 1866.

2 Ibid., Procureur général, 16 juillet 1867.

3 A Darnétal, Le Painturier de Guillerville obtenait 66 % des suffrages exprimés. En 1868, à la mort de Veidrel, Rapp lui succéda également sans opposition. Le Journal de Rouen ignora l'élection.

4 Voir aussi A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, janvier 1867 : « On dirait presque qu’ils abandonnent toute lutte à propos de la question romaine ».

5 A. N., BB 30 387. Procureur générai, 12 janvier 1867.
La police surveillait l’activité des démocrates, A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1867-1870 :
26 avril 1868, ministre de l’Intérieur : Boutteville, tailleur demeurant à Rouen, est venu à Paris voir ses coreligionnaires : il est disposé à combattre les conservateurs aux élections.
25 février 1869, C.c. police Rouen : pas de réunions politiques à l’occasion de l’anniversaire de la République ; quelques repas d'amis, une douzaine chez Boutteville avec Dalleinne et Roger ont bu à l’avènement prochain de la République.
15 juin 1869, C.c. police Rouen : Poirier arrêté à Paris, s’était abouché à Rouen avec Dalleinne et Boutteville. A Paris, Poirier les avait présentés à Collet et Delescluze.

6 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 janvier 1866, 11 juillet 1867.

7 Ibid. Procureur général, 15 avril 1866.

8 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, février 1866 : hostilité accentuée du Journal de Rouen ; juin 1866 : le Journal de Rouen est revenu à un sentiment plus marqué des convenances. Mais, en août, Degouve-Denuncques et Beuzeville furent condamnés pour publication de fausses nouvelles.

9 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, mars 1868.
Il convient de noter également que la souscription Baudin ne recueillit que quelques centaines de francs ; F 1 C III Seine-Inf. 9. Préfet, novembre 1868.

10 A. N., F 18, 500 F. Le Progrès de Rouen, 17 juin 1869 ; le Réveil Social, 23 mai 1897. A l’époque de la fondation du Réveil, Delescluze et Napoléon Gallois étaient venus à Rouen essayer de trouver un appui financier. La décision de faire paraître le Progrès fut prise après la réunion chez Berthelot des douze premiers souscripteurs. Les deux copropriétaires gérants, Gallois, né à Foix en 1815, et Hirigoyen, né à Bordeaux en 1839, étaient étrangers à la région rouennaise ; Hirigoyen quitta Rouen au bout de quelques mois pour aller diriger l'Avenir d’Auch.

11 Journal de Rouen, 20 août 1868.

12 Rapport sur les travaux et la marche du cercle, p. 2 : « Aux lecteurs ».

13 TESTUT (Oscar) - L'Internationale et le Jacobinisme..., op. cit., t. I, p. 358.
Aubry avait écrit à Varlin, le 26 mai 1868 « Le jacobinisme exerce encore un peu d'empire sur (nos compagnons d'infortune) avec son galimatias politique et ici les gros bonnets de ce parti incapable se frottent les mains de votre dissolution ».

14 Le Progrès de Rouen, 1er février 1869. « Ceux-là donc qui voudraient soutenir une thèse qui n’est point la nôtre ne devraient point s’étonner de nous voir refuser de devenir pour eux une tribune, pas plus qu’ils ne s’étonneraient de nous voir fermer nos colonnes à ceux qui prétendraient y développer les doctrines du royalisme, y célébrer les bienfaits de la monarchie. A l’assemblée du 7 février, Aubry prétendit qu’il n’avait rien demandé au Progrès de Rouen, mais il avait, au moins, tâté le terrain.

15 Rapport sur les travaux et la marche..., op. cit., p. 15-17.

16 Le Progrès de Rouen, 9 avril 1869. Gallois déclare qu'il vient seulement de prendre connaissance de la brochure du cercle.

17 Rapport sur les travaux et la marche..., op. cit, p. 16 ; « nous aurions voulu taire de pareilles sottises si elles ne cachaient, pour un moment très proche, de futures calomnies contre lesquelles nos amis doivent se mettre en garde... On doit s’attendre à voir nos idées, nos principes et nos actions odieusement travestis.

18 Sur les élections de mai-juin 1869.
A. D. S-M., M, Elections au Corps législatif, 1869.
A. D. Eure, M, Elections de 1869.
A. N., C 1375, Elections de 1869. DUBUC (André) - Les élections au Corps législatif à Rouen - Actes du 91e congrès national des sociétés savantes - 1966, t. III, p. 308-342.

19 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 7 février 1869 : « M. Bourdon ne sera pas candidat ; en dehors d’Elbeuf où la fraction orléaniste possède un certain contingent, la candidature... n’aurait aucune chance ».

20 A. N., BB 30 389. Procureur général, 12 avril 1869.

21 Sur Pouyer-Quertier :
GUIBERT (Denis) - Pouyer-Quertier, sa vie et ses œuvres - Paris 1872, 190 p.
FOVILLE (A. de) - Pouyer-Quertier. Souvenirs et documents - Paris 1911, 57 p.
CLAVEAU (Anatole) - Souvenirs politiques et parlementaires d'un témoin, t. I, 1865-1870 - Paris 1913, p. 177-178.

22 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 7 février 1869.

23 A. N., BB 30 389. Procureur général, 12 avril 1869.

24 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Ministre de l'Intérieur au préfet, 9 mars 1869. « Vous apprécierez, le moment venu et lorsque le parti démocratique aura fait son choix dans quelle mesure devra s’accuser votre résistance à la candidature de l’opposition ».

25 Ibid. Lettre de Duclos, propriétaire, au préfet (26 avril 1869) : « Malgré le peu de sympathie que Desseaux inspire, il est certain que si l’administration propose encore cette année M. Pouyer, un grand nombre d'électeurs voteront pour Desseaux... ».

26 Ibid. Procureur général, 12 avril 1869.

27 Vénérable de la loge La Persévérance couronnée, Desseaux était devenu membre du Comité rouennais de la Ligue de l'enseignement (1868).

28 Le Nouvelliste de Rouen, 11 avril 1869.

29 Le Progrès de Rouen, 12 avril 1869. Le Nouvelliste essaya de créer des difficultés entre libéraux et radicaux ; le 21 mai, sous la signature « un démocrate », parut un article rappelant que le procureur Desseaux avait dirigé les poursuites contre la Solidarité républicaine en 1849 (le 2 juin, il publiait la liste des condamnés). Le Progrès de Rouen répondit que les poursuites avaient été ordonnées par Paris et que Desseaux s'était efforcé de les limiter (Le Progrès de Rouen, 22 mai 1869).

30 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 11 avril 1869.

31 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 11 avril 1869. La candidature de Jules Simon ne fut pas retenue, car il réclamait 15.000 F pour les frais de la campagne électorale.

32 Ibid. C.c. police, 16 avril 1869.

33 Ibid. C.c. police Maromme, 14 mai 1869.
Manchon était catholique pratiquant, véritable exception parmi les démocrates rouennais (Le Réveil social, 31 janvier 1897).

34 Troisième procès de l'A. I. T., op. cit., p. 18-19, note : « l’avocat impérial dit Prud'hommes, lisez Proudhoniens ».

35 Rapport sur les travaux..., op. cit., p. 3.

36 Ibid., p. 25.

37 A. N., BB 30 389. Procureur général, 12 avril 1869.

38 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 1er mai 1869.
« Le Cercle d'études économiques... vient d’adresser aux ouvriers de la 1re et de la2e circonscriptions un manifeste électoral dans lequel se trouve posée la question des candidatures ouvrières... ».

39 A. D. S-M., M, Elections de 1869. C.c. police, 10 mai 1869. Tout s’est passé dans le plus grand ordre. Aucun incident particulier ne s’est produit, si ce n’est la protestation de quelques individus bien connus par l’exaltation de leurs idées qui, ne faisant partie d’aucune corporation ouvrière, n’ont pas été admis malgré leur insistance ».

40 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Circulaire d’Aubry.
Journal de Rouen, 17-18 mai 1869.

41 Le Nouvelliste de Rouen, 19 mai 1869 (Ch. F. Lapierre).

42 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 1er mai 1869 ; préfet, 7 mai : « Ce seront autant de voix enlevées au candidat démagogue ».

43 Le Nouvelliste de Rouen, 23 mai 1869. (Ch. F. Lapierre) - « M. Aubry représente l’utopie doublée de menaces ; sans le vouloir peut-être, par son programme, par la démarcation qu’il trace entre la classe ouvrière et la bourgeoisie, qu’on a si justement appelée le peuple arrivé, il fait appel aux mauvaises passions et compromet la cause qui lui paraît valoir un défenseur spécial »...

44 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 14 mai 1869.

45 Journal de Rouen, 17-18 mai 1869. Le Journal de Rouen protesta contre cet étrange amalgame ; il dénonça la manœuvre électorale du préfet et la candidature officielle.

46 Ibid., 14 mai 1869 (Beuzeville).

47 Ibid., 15 mai 1869 (Beuzeville).

48 Ibid., 17-18 mai 1869 (Beuzeville).

49 Le Progrès de Rouen, 19 mai 1869 (N. Gallois). Gallois fait évidemment allusion à l'échec des candidatures ouvrières de 1863 : « Si l'on cherchait à repousser les ouvriers du sein de ce grand parti démocratique, toujours obligé de recommencer ses luttes pour l'accomplissement de son but, la grande, l’immense majorité des travailleurs s'affligeraient, s'indigneraient de cette exclusion ».

50 A. D. S-M., M, Elections de 1869. C.c. police d’Elbeuf, 12 mai 1869.

51 Journal de Rouen, 14 mai. A cette réunion, organisée par Manchon assistaient 3 000 personnes ; 2 000 n'avaient pu entrer : « Aubry a exposé des théories socialistes qui ont provoqué dans l'assemblée des contradictions assez vives. Avant de quitter la tribune, M. Aubry a déclaré qu’il ne croyait pas être nommé mais qu'il avait déposé son serment pour pouvoir affirmer ses principes. Plusieurs personnes ont invité M. Aubry à se désister de sa candidature ». Compte rendu semblable dans le Progrès de Rouen (Fossard) et dans le Nouvelliste du 14 mai.

52 A. N., C 1375. Elections de 1869. Lettre de Diot, Grimoin et Champin, 26 mai 1869. Protestation de Manchon, 26 juin 1869.

53 Journal de Rouen, 22 mai, 3 juin 1869. Le Journal de Rouen et le Progrès publièrent une pétition qui circulait dans les ateliers de Rouen et avait déjà recueilli 350 signatures « convaincus que dans les circonstances actuelles, une candidature ouvrière ne saurait se produire avec des chances sérieuses de succès.
« Qu’elle ne peut être qu'une diversion fâcheuse et inopportune au profit de la candidature de M. Pouyer-Quertier,
« qu'il est anti-démocratique de servir directement une candidature incontestablement anti-démocratique,
« que l'intérêt des travailleurs doit les porter à voter pour M. Desseaux et à repousser M. Pouyer-Quertier,
« déclarent protester contre la candidature ouvrière qui se produit dans des conditions où elle ne peut que nuire à la cause de la démocratie intelligente... ».

54 Le Progrès de Rouen, 22 mai 1869.

55 Le Progrès de Rouen, 30 mai, 12 juin. L'Union (12 juin) parla des éclatants succès obtenus par la famille Péreire : « Isaac élu dans l'Aude, Pouyer-Quertier battu, Mirés dépose les armes ».

56 A D. S-M., M, Elections de 1869. Circulaire de Pouyer-Quertier, s.d.

57 Ibid. Circulaire de Quesné, s.d.
Le Journal d’Elbeuf ignore les candidatures de Manchon et d'Aubry ; « M. Quesné est un ami sincère de la liberté et du progrès, mais de la liberté sans licence, du progrès rationnel et sans secousses. Il est, on le sait, l’ennemi convaincu, l'adversaire déclaré... des idées subversives de toute société ; tout ce qui touche à l'amélioration morale et matérielle des travailleurs, à leur instruction, à leur bien-être, a toujours éveillé sa sollicitude la plus vive, et cette sollicitude s'est traduite par des actes nombreux que nous n'avons pas besoin de citer parce qu'ils sont connus de tous » (15 mai 1869).

58 Journal de Rouen, 9 mai 1869.

59 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Circulaire de Desseaux (2e tour).

60 Ibid. Circulaire de Manchon (5 mai).
Au cours des réunions électorales qu'il tint à Elbeuf, Maromme, Pavilly..., Manchon se déclara favorable à l'enseignement obligatoire et à la suppression du budget des cultes.

61 Il existe deux éditions du manifeste ; la première sur papier blanc ; c'est l'exemplaire remis aux corporations ouvrières le 25 avril avec la mention expresse « ce texte ne peut pas être affiché » (A. D. S-M., M, Elections de 1869, Préfet, 1er mai 1869) et la seconde sur papier violet, texte définitif adopté le 9 mai qui fut affiché (Archives de la préfecture de police de Paris, Ba 439) reproduit par TESTUT (Oscar) - L'Internationale et le Jacobinisme, op. cit., t. I, p. 257-260.

62 PROUDHON (P.-J.) - De la capacité politique des classes ouvrières, op. cit., p. 49. Texte exact : « Il s'agit de faire comprendre à la plèbe française que si, en 1869, elle s'avise de gagner pour le compte de ses patrons encore une bataille comme celle qu'elle leur a gagnée en 1863-1864, son émancipation peut être ajournée d'un demi-siècle ». Proudhon pensait alors à la protestation par bulletin blanc.

63 Dans sa circulaire électorale, Aubry écrit : « La discorde règne dans le camp de nos adversaires », c’est-à-dire entre démocrates et conservateurs. De là l’indignation du Journal de Rouen : « Ainsi partisans d’une candidature gouvernementale ou défenseurs d'une candidature qui affirme les grands principes de la révolution seraient également les adversaires des hommes laborieux qui sont la richesse véritable et la force du pays » (Journal de Rouen, 17 mai 1869).

64 Comment ce droit de révocation pourra-t-il effectivement être exercé ? Il n’avait aucune valeur légale. L’engagement est peut-être solennel mais dépourvu de sanction juridique. Les rédacteurs du manifeste ont oublié parmi les réformes politiques à faire voter par le Corps législatif d’inscrire le droit de révocation à l’égard des représentants.

65 Le problème de la fidélité de l’élu à ses promesses a préoccupé également les démocrates. Manchon proposait le mandat annuel ; il s’engageait personnellement à démissionner au bout d’une année, s’il était élu.

66 Le texte primitif présentait d’abord les nouvelles dispositions concernant les libertés (9 articles), puis l'abrogation des restrictions à ces libertés (11 articles), ce qui entraînait inévitablement des redites.

67 PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la Révolution, op. cit., p. 269 et suiv.

68 Ibid., p. 209 et suiv.

69 A. M. Lyon, 12 54-157. Lettre d'Aubry, 23 décembre 1868.

70 Projet de manifeste... Art. 22 : « Instruction intégrale, transitoirement gratuite et obligatoire pour tous, avec indemnité accordée aux élèves et proportionnée aux progrès de l’enfant et fixée par le conseil communal ».

71 Vœu du Cercle du Havre de la Ligue de l'enseignement (6 novembre 1869).

72 Projet de manifeste... Art. 17 : « Abolition des impôts indirects, remplacés par l’impôt unique individuel. Art. 18 : « Abolition des emprunts extraordinaires, remplacés par une élévation consentie et temporaire de l’impôt unique individuel ». L’octroi de Rouen était rendu en partie responsable du coût élevé de la vie à l’intérieur de la ville.

73 PROUDHON (P.-J) - Idée générale de la Révolution, op. cit., p. 246 et suiv.

74 Ibid., p. 186 et suiv.

75 Projet de manifeste... Art. 14 : « Abolition de tous les monopoles industriels y compris ceux exercés par l’Etat ».
Le texte adopté énumère certains de ces monopoles, chemins de fer, canaux, mines.

76 Le manifeste est signé pour le Comité électoral elbeuvien par Couronné, Dupré, Deparnay, Piéton et Parmentier. Les trois derniers avaient également signé, pour le groupe elbeuvien, la protestation de novembre 1868.

77 Pouyer-Quertier lui-même combattait l'influence grandissante des compagnies financières.

78 Le Progrès de Rouen, 25 mai 1869.
Journal de Rouen, 26 mai 1869 : « Il est bien évident pour tout le monde que si M. Aubry n’était pas venu, surtout à Darnétal, faire une véritable diversion, le candidat libéral démocratique aurait été élu à une importante majorité... ».

79 A. N., C 1375, Elections de 1869. Lettre de Diot, Grimoin et Champin, 26 mai 1869 : « 1.500 radiations sur les listes... 3.000 cartes restées dans les bureaux sans avoir été distribuées ».
Réponse de Buée (6 juillet) qui justifie les radiations d’office par le caractère cosmopolite de la population elbeuvienne et les fréquentes mutations. Protestation de Manchon (26 juin 1869). Pétition de 46 électeurs rayés des listes ; une cinquantaine de personnes avaient déjà protesté à l'ouverture du scrutin.
Voir Journal de Rouen et Progrès de Rouen ; 23, 24 et 25 mai.

80 Le scrutin durait deux jours ; la presse d’opposition avait conseillé à ses lecteurs de voter le second jour !

81 L'accroissement du nombre des votants est manifeste dans quelques communes urbaines : Rouen, + 1.581, Caudebec-lès-Elbeuf, 1.410 suffrages au lieu de 884, Saint-Pierre-lès-Elbeuf, + 201.

82 Il faut tenir compte à Grand-Couronne de l’accroissement de la population ouvrière par suite du développement industriel.

83 Cette augmentation du pourcentage de Quesné apparaît également à Caudebec-lès-Elbeuf (21 à 32 %, à Saint-Pierre-lès-Elbeuf, Saint-Aubin...

84 Quelques exemples :
Maromme : Quesné 151 ; Manchon 441 ; Aubry 1
Notre-Dame-de-Bondeville : Quesné 190 ; Manchon 356 ; Aubry 0
Déville : Quesné 218 ; Manchon 691 ; Aubry 2.

85 Darnétal : Pouyer-Quertier 387 ; Desseaux 541 ; Aubry 412
Saint-Léger-du-Bourg-Denis : Pouyer-Quertier 79 ; Desseaux 106 ; Aubry 56.

86 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 25 mai 1869.

87 Le préfet résume les maladresses de Pouyer-Quertier et de ses partisans : « Le sentiment marqué de jalousie qu'a fait naître la grande situation industrielle et de fortune de M. Pouyer-Quertier a été développé par le ton de la polémique à laquelle s'est livré le Nouvelliste de Rouen... qui en exaltant le nom et les actes de M. Pouyer-Quertier a froissé plus d'un de ses rivaux d’industrie... D'autre part, aux yeux de beaucoup d'électeurs, M. Pouyer a eu le tort grave de se séparer, par ses votes, du gouvernement, surtout dans quelques circonstances récentes... ».

88 The General Council..., op. cit., t. III (1868-1870), p. 85 (20 avril 1869).

89 Si la presse républicaine s’était bornée à déclarer que le Cercle faisait, à son insu, le jeu de l'administration, des accusations plus graves furent lancées au cours des réunions publiques et Aubry qualifié de « mouchard »... (Le Nouvelliste de Rouen, 5 août 1870). « Sous l’Empire, on envoyait de la préfecture de police des agents mâles et femelles qui disaient dans des réunions publiques, l’un qu’il fallait supprimer la Banque de France, l'autre qu'il fallait exproprier les instruments de travail. Quand le tour était joué, c'est-à-dire quand le vote était accompli, on rentrait ces fantoches dans leur boîte... Les industriels étaient terrifiés ; ils croyaient que ces mouchards étaient des républicains (La Tribune de Rouen, 8 novembre 1873). Il est intéressant de voir que ces calomnies étaient encore reproduites en 1873.

90 Le Progrès de Rouen, 29 mai 1869 (N. Gallois).

91 Journal de Rouen, 30 mai 1869.

92 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Scrutin de ballottage, candidature ouvrière Emile Aubry. Le titre même indique qu'Aubry ne retirait pas sa candidature.

93 Aubry faisait allusion à la critique dédaigneuse des quatre grands journaux de Rouen : le Courrier de Rouen répondit que le mépris ou l’insulte n’étaient pas dans ses habitudes : « M. Aubry maintient sa candidature ; nous n’avons ni à nous en effrayer, ni à l'en féliciter et nous n’insisterons pas plus sur la seconde proposition de M. Aubry que sur la première ; à M. Aubry et à ses adhérents de voir si le moment est bien choisi pour se séparer de l’adversaire le plus acharné d’une école de financiers justement flétrie ».

94 Journal de Rouen, 4 juin 1869. Protestation de trois ouvriers ajusteurs présents à la séance du 30 mai « N’ayant pu obtenir que M. Aubry engageât ses électeurs à reporter leurs voix sur M. Desseaux, nous n’attendions plus que ses dernières explications que voici : il laisse à la conscience de ses électeurs le choix de leurs votes, mais au moment où la séance est levée, où toute protestation est impossible, le secrétaire de M. Aubry, appuyé par lui, adjure les électeurs de réunir le plus grand nombre de voix possibles sur M. Aubry ». Texte signé par trois ajusteurs Pomint, Maleut, Féron.

95 Le Progrès de Rouen, 4 juin (Porré, Bazire, Julian, mécaniciens).

96 Ibid., 6 juin, lettre non signée.

97 Ibid., 7 juin. « Ouvriers de Rouen, au scrutin ! M. Aubry aurait dû se désister s’il n'avait pas l’intention de porter la division parmi nous et d’assurer le succès de M. Pouyer-Quertier ».

98 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 4 juin 1869.

99 Ibid. Appel aux ouvriers de Rouen, Boos et Darnétal : « Une grande manifestation publique vient d'avoir lieu à Roubaix. 20.000 ouvriers et chefs d'ateliers sont venus remercier M. Jules Brame, leur député sortant, pour les services rendus par lui dans la défense du travail national ». Dans sa réponse, Jules Brame attribue les résultats acquis au Corps législatif à « une petite phalange d’amis à la tête desquels Pouyer-Quertier et moi nous nous trouvons... ». L'électeur concluait : « A l’heure du scrutin, vous saurez vous montrer animés des mêmes sentiments de confiance et de justice que vos camarades de Roubaix et le nom de Pouyer-Quertier restera votre drapeau... » (s.d.).

100 Le Progrès de Rouen, 4 juin 1869. Visite de l’établissement Lacroix : « Je suis le représentant de la démocratie ouvrière, j’aime les ouvriers ; je me suis occupé à la Chambre de la question de leur salaire ». Cette allocution, affirme le Progrès, a laissé l’auditoire complètement froid, aucune manifestation n’a eu lieu ».

101 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 4 juin 1869.

102 Ibid. Gendarmerie impériale, 4 juin 1869. Journal de Rouen, 7 juin 1869. Lettre de Percheval.

103 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Pouyer-Quertier au préfet (7 juin 1869).

104 Le Progrès de Rouen, 7 juin 1869. « Soyons calmes ! » Le journal fait allusion aux rumeurs de désordres qui se produiraient après le scrutin : « Résistez à toutes les provocations qui pourraient vous être faites ».

105 Exemple de pression électorale dans une commune rurale. Au Mesnil-Raoul, au premier tour, Pouyer-Quertier 58 voix, Desseaux 68, au second tour, Pouyer-Quertier 108, Desseaux 34. Le maire attribue ce revirement « au zèle et au dévouement des quelques honnêtes gens du pays qui m'ont prêté leur concours ».
Le préfet pense que la campagne de Pouyer-Quertier dans les ateliers l'a plutôt desservi : « Quant à M. Brame, il n'aurait dû, dans l’intérêt de personne, se montrer en ces circonstances ».

106 Comparaison du premier et du second tour : Darnétal : Pouyer-Quertier + 56, Desseaux + 428, Aubry - 348 Saint-Léger-du-Bourg-Denis : Pouyer-Quertier + 2, Desseaux + 57, Aubry - 56.

107 La presse républicaine adressa des remerciements aux ouvriers de Saint-Sever et du quartier Saint-Hilaire, et aux ouvriers de Darnétal, « qui ont pris une grande part à la manifestation qui place Rouen à l'avant-garde de la France qui se lève et marche à la conquête de ses droits » (Le Progrès de Rouen, 8 juin).

108 Journal de Rouen, 31 mai 1869 (Beuzeville).

109 Correspondance du Docteur Hellis, ms. cité, B. M. Rouen - Le docteur Hellis fut indigné par la défaite de Pouyer-Quertier. La presse démocrate a enrégimenté ces « brutes d'ouvriers »... ces « oies » qui ne voient pas qu’ils travaillent à faire suspendre les travaux et à manquer d'ouvrage... ». Le Progrès a donné la main aux francs-maçons, aux sociétés secrètes, aux chefs d'atelier, et de plus, on a distribué à chaque ouvrier, vingt francs pour son vote. Les cabarets ont fait fortune... » (Lettres du 31 mai et du 12 Juin 1869).

110 A. D. Eure, 4 M 133. Le Cercle d'études économiques avait également déposé le 8 mai 1869 la candidature de Marque, dans la 1re circonscription de l'Eure (Fleury-sur-Andelle, Pont-de-l'Arche), mais finalement Marque déclara renoncer à son projet. Notice de police sur Marque : « Bonne conduite et moralité, un peu taciturne, ses relations sont restreintes. Professeur au lycée de Rouen vers 1860 ; professeur libre, il reçoit des pensionnaires qu'il prépare au baccalauréat... Membre du comité de la Ligue de l'enseignement ; opinions libérales avec quelques tendances socialistes ; corrige les bulletins et écrits du Cercle d’études économiques d'Aubry ; connaît Aubry depuis trois ans. Honnête, sans consistance au point de vue politique ».

Table des illustrations

Titre Elections au Corps Législatif (1869) (Pourcentage par rapport aux votants). 1ère Circonscription (ROUEN)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Résultats par cantons. Premier tour
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Deuxième tour
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 2è circonscription (ELBEUF)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Résultats par cantons
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8292/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540