Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Troisième partie. La fédération ouvrière rouennaise de novembre 1868 à mai 1870

Chapitre II. L’activité du Cercle d’études économiques à la fin de 1868 et au début de 1869

Full text

LA PROTESTATION DU GROUPE ELBEUVIEN DU CERCLE D’ETUDES ECONOMIQUES ; L’A. I. T. A ELBEUF

  • 1 Protestation adressée par le groupe ouvrier elbeuvien du Cercle d’études économiques de l’arrondiss (...)

1Pour la première fois, le 20 novembre 1868, le Cercle d’études économiques intervint directement dans un conflit entre manufacturiers et ouvriers en patronnant la protestation des tisserands elbeuviens contre un rapport de la chambre de commerce d’Elbeuf sur la situation industrielle de la ville pendant le premier semestre de 18671.

2L’auteur de la publication avait conclu que « le prix des salaires loin d’avoir baissé, s’était encore élevé pour les ouvriers employés au tissage, élévation due à plusieurs causes dont la principale est la réduction du temps, qui ordinairement employé au travail, se trouvait maintenant consumé dans les cabarets ».

  • 2 A. D. S-M., M, Commerce, réforme agricole, industrielle et commerciale. Correspondance du préfet et (...)

3Les ouvriers elbeuviens, « membres du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen » protestaient d’abord contre l’accusation d’être des « suppôts de cabaret » - assertion courante que l’on retrouve aussi bien chez Villermé ou Reybaud que dans les rapports officiels - « L’insulte que vous avez lancée a provoqué dans nos rangs une indignation qui nous force à vous répondre... Il ne faut pas étendre à la partie du prolétariat qui pense sérieusement à son affranchissement ou à celle qui lutte vainement pour élever dignement sa famille, les errements de certains ouvriers ; « Plus que vous, nous déplorons ces fatales habitudes, car seuls nous en supportons les tristes conséquences, qui nous font rencontrer dans nos camarades, enclins à ce malheureux vice, l’indifférence pour le beau, le vrai, et, ce qui est encore infiniment plus regrettable, le refus de tout conseil tendant à relever la dignité humaine »2.

  • 3 Protestation..., op. cit, p. 19. Satins de 1,20 F par demi-kilogramme à 0,75 F - 0,90 F ; Casimir d (...)
  • 4 Progrès de Rouen, 4 octobre 1869.
    Fossard cite quelques chiffres : « Il y a 30 ans : viande 0,50 F à (...)
  • 5 Comparer avec les chiffres cités par Villermé pour « les temps ordinaires » vers 1830, la dépense d (...)

4En second lieu, ils niaient que l’on pût constater une hausse des salaires ; ils citaient des articles pour lesquels la rémunération de base avait fortement diminué depuis 18523 ; d’autre part, le coût de la vie s’était considérablement élevé, en particulier les loyers et certaines denrées alimentaires qui avaient doublé depuis seize ans4. Pour vivre honorablement pendant une année et sans pouvoir faire aucune économie, une famille de quatre personnes devait disposer de 1.860,25 F, soit de 5,10 F par jour. D’après ce calcul, neuf dixièmes des familles étaient contraintes de supporter des privations ou de solliciter la charité5.

  • 6 Protestation, op. cit., p. 19.

5Mais les auteurs voulaient surtout remonter à la source du mal : le régime économique, l’appropriation privée, l’accumulation du capital, la « prélibation », et l’inégalité croissante des revenus ; il ne faut pas s’étonner que les malheureux aillent, « sous l’empire du désespoir, étourdir leur douleur, quelquefois aussi leur faim, dans les établissements débitant les liqueurs alcooliques, que la concurrence sans frein et la cupidité forcent à livrer presque toujours frelatées, et qui, par ce fait, achèvent de tuer la raison de ces infortunés en les bestialisant »6.

  • 7 Ibid., p. 28.

6Quels étaient les remèdes proposés ? Les réformes économiques ! « Diminuez le parasitisme ! Arrêtez les excès du monopole ! et vous aurez plus fait pour l’humanité que tous les prêches sur la moralité des masses et l’immortalité de l’âme » ; il faut lutter contre l’agiotage mais surtout « élever tous les coopérateurs de la richesse sociale à la dignité de producteurs libres »7.

7Malgré quelques passages véhéments, la protestation affecte encore de faire confiance au « Tiers Etat » qui a l’honneur, depuis 1789, de diriger les destinées de la nation, pour qu’il aide la classe ouvrière à renverser sans secousses les barrières qui s’opposent encore à la conquête de l’émancipation du travail.

  • 8 Ibid., p. 33-34.

8Ce long texte est suivi d’un appel qui donne tout son sens à la publication : les travailleurs ne doivent compter que sur eux-mêmes ; la solidarité seule pourra vaincre tous les obstacles. Le Cercle invite les ouvriers d’Elbeuf à fonder des institutions corporatives pour acquérir leur liberté économique et politique8.

  • 9 La protestation et l’appel sont signés par les membres du bureau du Cercle de Rouen et le « groupe (...)

9Ce manifeste représente une étape importante pour le développement de l’A. I. T. dans la région rouennaise. Jusqu’alors, Elbeuf n’était représenté que par quelques adhérents à titre individuel9, le groupe elbeuvien issu du Cercle de Rouen va s’attacher après le 20 novembre, à organiser les ouvriers de la laine qui formaient la partie la plus nombreuse et la plus active de la population.

  • 10 A. N., BB 30 389. Procureur général, 11 janvier 1865.
    « Sur les huit délégués prud’hommes, quatre re (...)
  • 11 A D. S-M., M, Elections municipales, Elbeuf - En 1865, au second tour, sur 6 130 inscrits et 2 265 (...)

10Les animateurs de ce groupe étaient principalement cinq tisserands délégués ouvriers au conseil des prud’hommes, Fossard, Edeline, Cauvin, Piéton et Champin... (Fossard et Champin depuis le renouvellement de 1864 qui avait eu « un cachet d’opposition et d’antagonisme de classes », les anciens prud’hommes appuyés par les patrons ayant tous été écartés)10. Certains avaient un passé politique : Fossard et Cauvin comme candidats aux élections municipales de 1865 sur des listes républicaines de coalition11.

11Enfin il convient de signaler que deux des signataires de la protestation, Fossard et Diot, figuraient parmi les fondateurs de la Société économique et de prévoyance pour le commerce de la boucherie alors en lutte contre les bouchers d’Elbeuf. Les principaux membres du groupe elbeuvien étaient donc des militants ouvriers et démocrates connus, qui ne partageront pas toujours exactement les points de vue politiques du comité de Rouen.

  • 12 A. D. S-M., M, Grèves, 1868. Lettre d’Aubry au préfet, 2 décembre 1868 : « Cet incident est très re (...)

12Aubry a souligné le succès de la protestation dû tout entier à l’empressement des ouvriers d’Elbeuf, « qui en achetant la publication, se sont faits l’écho de nos réclamations ». De son côté, le commissaire central constate que la brochure a fait grand bruit et que sa vente paraît assez animée12.

13L’affaire semblait assez grave pour que le préfet, à qui Aubry avait d’ailleurs adressé un exemplaire du texte, intervînt personnellement pour apaiser l’agitation. Le Journal d’Elbeuf, le 6 décembre, publia une mise au point de la chambre de commerce : « La chambre de commerce d’Elbeuf a reçu une protestation qui lui a été adressée sous forme de brochure.

14« Elle regrette que ses auteurs ne se soient pas bornés à réclamer contre une phrase qui avait blessé leur juste susceptibilité, car alors elle n’aurait pas hésité à reconnaître qu’il aurait été loin de sa pensée de donner un caractère de généralité à son expression ; elle n’a jamais cessé, en effet, de rendre pleine et entière justice à l’ensemble de la classe ouvrière.

  • 13 Journal d’Elbeuf, 6 décembre 1868.
    Le Nouvelliste de Rouen, 7 décembre 1868.
    Le président de la chamb (...)

15« Quant aux salaires, elle croit devoir faire remarquer que son unique but a été d’établir la comparaison entre le premier semestre de 1867 et l’année précédente où une tendance à la baisse avait été constatée »13.

  • 14 A. D. S-M., M, Réforme agricole, industrielle et commerciale. Lettre du maire d’Elbeuf, 26 décembre (...)

16Le maire d’Elbeuf, dans une lettre au préfet, convenait que dans le centre industriel d’Elbeuf, les ouvriers étaient généralement sobres et économes, et que ceux auxquels pouvait s’appliquer le reproche formulé dans le rapport de la chambre de commerce étaient heureusement en petit nombre. Mais il estimait que la publication de la note donnait une satisfaction légitime et suffisante aux ouvriers honnêtes14.

  • 15 Ibid., Préfet au ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, 30 décembre 1868. L (...)

17Le ministre et le préfet furent également de cet avis15.

  • 16 Rapport sur les travaux et la marche du Cercle, op. cit., p. 10.

18Il n’était guère possible à la chambre de commerce d’aller plus loin et d’approuver la critique du régime capitaliste par le groupe elbeuvien ; la rétractation ne pouvait être évidemment considérée « comme une victoire des idées d’affranchissement »16.

  • 17 Ce passage qui figure dans la minute de la lettre du préfet (30 déc. 1868) n’a pas été reproduit da (...)

19Mais l’ampleur du mouvement commençait à retenir l’attention des autorités : « Quant à la fondation de la société corporative que la brochure patronne à cette occasion et qui a été, à n’en pas douter, le but principal des meneurs, je ne pense pas qu’elle puisse rencontrer à Elbeuf de nombreuses sympathies, pas plus qu’elle n’en obtient à Rouen. Cet objectif actuel des ouvriers utopistes et remuants rencontrera à Rouen et à Elbeuf l’active surveillance de l’administration »17.

GREVE AU TISSAGE BERTEL DE SOTTEVILLE (10 DECEMBRE 1868 - 13 JANVIER 1869)

  • 18 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1857-1870.
    A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9 ; F 1 C III, Seine-Inf. 19.
    A. (...)

20Plus encore que la protestation du groupe elbeuvien, la longue grève des tisseurs de l’établissement Bertel contribua au rapide essor de l’A. I. T. en décembre 1868 et janvier 1869. Lorsqu’il éclata, ce conflit ne présentait aucune originalité : spontanément, les ouvriers voulaient s’opposer à une baisse brutale de leurs salaires, mais rapidement, il allait prendre une place particulière dans l’histoire du mouvement ouvrier rouennais par les réactions qu’il provoqua en dehors de la région, en France et même en Angleterre, et par l’appui qu’il reçut de l’Internationale18.

  • 19 A. N„ F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 11 janvier 1869.

21La filature et le tissage du maire de Sotteville Bertel constituaient l’un des grands établissements modernes qui s’étaient développés sur la rive gauche de la Seine depuis le traité avec l’Angleterre ; il faisait travailler 300 métiers et 1 000 broches en 1859, 384 métiers et 31 000 broches en 1869. Pour attirer les meilleurs tisseurs, Bertel leur avait accordé en 1864 une prime de 20 % ; mais, le 9 décembre 1868, il fit annoncer que cette augmentation serait supprimée à partir du 2 janvier 1869, parce que le prix de vente des tissus de coton n’offrait plus depuis plusieurs mois, en raison des cours des matières premières, qu’une rémunération insuffisante19.

  • 20 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Rapport du commissaire central Girard, 10 décembre 1868.

22Sur 260 ouvriers (220 femmes et 40 hommes), 200 quittent aussitôt les ateliers : « Tout jusqu’à présent s’est passé avec calme, aucune menace ne s’est fait entendre contre le patron... Il y a tout lieu de croire que cette grève n’aura pas de suite et que les ouvriers reprendront leur travail très prochainement »20.

  • 21 Ibid. Préfet au ministre, 11 décembre 1868 : « L’autorité départementale s’est bornée à insister po (...)
  • 22 Ibid. Commissaire central, 12 décembre 1868.

23Le 11 décembre, une députation d’ouvriers se rend à la préfecture pour solliciter l’intervention de l’administration ; selon la règle adoptée depuis 1864, le préfet refuse d’intervenir dans le différend, mais demande cependant aux ouvriers de reprendre le travail pour respecter la coutume de la quinzaine21 ; « les ouvriers délégués se sont montrés disposés à se ranger à cet avis et il y a lieu d’espérer que le travail sera prochainement repris. D’ici à la fin du mois les choses pourront vraisemblablement s’arranger amiablement ». Effectivement, le 12 décembre, 130 ouvriers sont au travail ; le commissaire de police espère que les 130 autres les imiteront, le lundi 14 décembre22, conformément à l’évolution d’autres grèves analogues.

  • 23 Ibid. Capitaine de gendarmerie au préfet, 14 décembre 1868.
  • 24 Ibid. Commissaire central, 14 décembre 1868.
  • 25 Ibid. Commissaire central, 16 décembre 1868.

24Mais les rapports du 14 décembre sont moins optimistes : « les autres ouvriers auraient repris le travail, s’il n’y avait pas de meneurs »23. « Bien plus, 80 se retirent à nouveau, toujours à l’instigation des meneurs »24, le 16 décembre, le commissaire central révèle, qu’il circule dans différents établissements industriels de Sotteville et des environs une lettre invitant les travailleurs à s’unir pour empêcher la diminution qui leur a été annoncée ; il ajoute que des quêtes sont faites aux ateliers de chemin de fer pour soutenir les grévistes25.

  • 26 Publication du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen - Rapport sur les travaux e (...)
  • 27 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Préfet, 21 décembre 1868. Le texte de la circulaire n’a pas été conserv (...)

25A l’assemblée générale du 7 février 1869, Emile Aubry a expliqué comment le Cercle d’études économiques fut amené à intervenir dans le conflit : « Comptant sur le concours des ouvriers des autres établissements, (les grévistes) se sont d’abord adressés à ceux-ci ; mais s’apercevant qu’ils avaient accepté le combat sans être armés, ils sont alors venus trouver le Cercle... qui, par ses relations avec les sociétés ouvrières de l’Europe, était à même de pouvoir faire accepter la lutte. Après leur avoir fait remarquer qu’il fallait agir avec plus de circonspection, « c’est-à-dire qu’avant de pouvoir assurer son salaire contre les brusques attaques du monopole, il était indispensable de fonder préalablement des sociétés de prévoyance en vue de sauvegarder les intérêts communs de la profession », le Cercle adressa cependant un appel à toutes les sociétés ouvrières avec lesquelles il était en relations26. Le préfet tint à préciser que les formalités pour le colportage de ces circulaires furent remplies27.

  • 28 Ibid. Capitaine de gendarmerie, 21 décembre 1868.
  • 29 Ibid. Commissaire central, 22 décembre 1868.

26Le 19 décembre, Bertel veut intimider les tisseurs « en payant aux ouvriers ce qui leur était dû et en leur offrant leurs livrets comme ayant quitté son établissement » ; quelques-uns acceptent mais 130 refusent alléguant qu’ils n’ont pas terminé leur quinzaine et qu’ils se croient en droit de la terminer quand bon leur semblerait. Bertel fait alors remettre les livrets au bureau de police28. Mais, le 22 décembre, 100 ouvriers seulement sont présents dans les ateliers (50 qui n’ont pas fait grève, 20 nouveaux embauchés, 30 qui ont cédé à la menace)29, plusieurs femmes préférant renoncer au travail de fabrique et rester chez elles en attendant le résultat du colportage de la circulaire.

  • 30 A. M., Lyon, 12 54-157. Lettre à Albert Richard, 23 décembre 1868.
  • 31 Lettre de Varlin à Aubry, 8 janvier 1869, lue au 3’procès de l’Internationale. Gazette des tribunau (...)

27Le Cercle s’est efforcé d’obtenir des appuis à l’extérieur ; mais sans grand succès en France. Lyon n’a pas répondu30 ; Paris est fort réservé : dans une lettre du 8 janvier 1869, Varlin explique pourquoi la souscription n’a été ouverte que chez les relieurs : « Nous avions pensé que la grève n’avait pas une grande importance comme chiffre, que les districts cotonniers pouvaient à peu près suffire à la soutenir... Nous réservons de faire appel à toute la population ouvrière de Paris, si la grève se généralisait ». Paradoxalement, Varlin donne à Aubry des conseils de prudence : « Vous devez comprendre que la souscription est un moyen dont il faut user, mais non pas abuser parce qu’alors on arrive à l’épuiser, il faut qu’une grève prenne des proportions assez vastes pour que l’on puisse faire un appel général avec chance d’être entendu ». Paris n’est donc décidé à « faire des efforts héroïques » que si la grève s’étend, que les tisseurs s’organisent, entrent dans l’Internationale. « Cette grève doit être pour vous une bonne occasion de propagande »31.

  • 32 The General council..., op. cit., t. III (1868-1870), p. 57-58 (réunion du 5 janvier 1869).
    La Premi (...)

28Par contre, le Conseil général de Londres, alerté à la fin de décembre, donna au conflit une importance internationale. Le 5 janvier Karl Marx expose, d’après le rapport du sous-comité du 2 janvier, que les manufacturiers en coton français ont conclu une alliance pour attaquer les Anglais sur leurs propres marchés ; bien que l’industrie anglaise soit mieux équipée et dispose de plus grands capitaux, les Français peuvent soutenir la concurrence grâce à la faiblesse des salaires ; un nouvel abaissement de ces salaires permettrait aux produits français d’envahir l’Angleterre. L’initiative de Bertel est présentée comme « l’inauguration de cette nouvelle croisade contre la classe ouvrière »32.

  • 33 Johannard fut chargé d’apporter la résolution aux bronziers et de transférer les fonds à Rouen.
  • 34 Résolution parue dans le Bee-Hive (Londres), 16 janvier 1869. Voir The General Council..., op. cit. (...)
  • 35 Le Siècle, 2 février 1869.
  • 36 Dans une lettre à Engels, Marx résume les origines de la grève de Sotteville. Marx, Engels Werke - (...)

29Malgré la détresse des régions cotonnières d’Angleterre, la misère qui règne à Londres, il est donc nécessaire, à cause du caractère particulier du conflit, de soutenir sans délai les travailleurs de Sotteville pour montrer aux capitalistes que leur guerre industrielle internationale peut être mise en échec par l’union internationale des classes laborieuses. Marx propose comme secours immédiat, de demander aux bronziers de Paris de transférer aux tisseurs de Sotteville les 20 livres qui avaient été prêtées, en février 1867, par les charpentiers et les menuisiers et qui n’avaient pas été utilisées33. D’autre part, une résolution d’Applegarth, soutenue par Marx, invita les sociétés ouvrières anglaises à envoyer des délégués à la réunion du 19 janvier au Conseil général, pour étudier les meilleurs moyens de déjouer les manœuvres des manufacturiers français et de procurer aux grévistes de Sotteville toute l’assistance dont ils peuvent avoir besoin34. Dès le 15 janvier, l’Express annonçait que le conseil des Unions Trades Old Bailey s’était réuni et avait proclamé que la question méritait la sympathie et l’appui des sociétés anglaises35. En accord avec le Conseil général, le Trade council de Londres décida d’organiser un meeting monstre, au profit des frères de Normandie, mais la fin de la grève rendit inutile cette manifestation36.

  • 37 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1867-1870. Préfet, 24 décembre 1868.

30Les sommes recueillies jusqu’alors s’étaient révélées insuffisantes pour permettre aux ouvriers de poursuivre leur mouvement. Le 26 décembre, 372,50 F avaient été distribués, 640,50 F le 29 décembre, 520 F le 5 janvier, 260 F le 8 janvier, au total 1.770 F pour un mois à près de 200 ouvriers qui en temps ordinaire gagnaient environ 45 F par quinzaine. Selon le préfet, l’appel des ouvriers de Bertel avait trouvé peu d’écho parce que leurs prétentions étaient jugées exagérées ; la diminution exacte des salaires n’aurait été que de 2,25 F par semaine : « la maison Bertel est une de celle où l’outillage est des mieux conditionnés par conséquent dont les ouvriers obtiennent les salaires les plus larges »37.

  • 38 Rapport sur les travaux, op. cit., p. 17. Compte rendu matériel de la grève Bertel. Il s’agit uniqu (...)

Collecte pour les grévistes de Sotteville38

Collecte pour les grévistes de Sotteville38
  • 39 Ibid., p. 10.

31Le compte rendu matériel de la grève permet de se faire une idée de l’influence du Cercle d’études économiques. Sur les 2.027,50 F recueillis avant la fin de la grève, nous connaissons la provenance de 940,50 F. C’est Darnétal qui a fourni la plus grande partie de la somme, plus de 500 F ; Elbeuf où l’A. I. T. est en cours d’organisation 114,50 F seulement ; la contribution de Rouen est relativement faible, 211,15 F ; les vallées de l’ouest complètement absentes. Aubry insiste sur ces différences : « Nos camarades de la féconde et industrielle vallée de Darnétal... par leur mouvement raisonné dans la mise en pratique de la solidarité corporative, ont fait preuve d’une intelligence qui doit donner quelque honte à la métropole normande. Espérons que cette dernière cherchera bientôt à se relever de cette accusation d’indifférence qu’elle a jusqu’alors justement méritée »39, et Aubry remercie les vétérans du cercle « qui appartiennent presque tous à la valeureuse contrée (de Darnétal) », d’avoir élargi leur champ d’action.

32Paris n’a avancé qu’une somme très faible et seulement grâce aux relieurs et à Durel, ami d’Aubry. Les 500 F prêtés par le Conseil général de Londres n’arrivèrent qu’après la fin du conflit.

  • 40 Ibid., p. 14.

33Aubry qui affirmait que huit jours plus tard 10 000 ouvriers britanniques auraient pu verser 30.000 F au Cercle et assurer le triomphe du mouvement a évidemment accusé les tisseurs de Sotteville d’avoir mis bas les armes trop tôt ; la masse des grévistes n’avait pas compris l’importance de l’appel à Londres ; « elle continua de remplir le rôle que jusqu’alors les ouvriers de nos contrées ont joué, c’est-à-dire celui de la race moutonnière et effrayée, sans motifs aucuns, de la houlette du berger, roi industriel »40.

34Que furent les résultats de la grève ?

  • 41 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Préfet, 13 janvier 1869. A cette date 210 ouvriers travaillaient chez B (...)

35Sur le plan matériel, l’échec est incontestable, la diminution de salaire maintenue ; les ouvriers qui ont refusé les nouvelles conditions ont été remplacés ; il semble cependant qu’ils aient pu facilement retrouver du travail ailleurs41. Aubry se réjouit que grâce à la solidarité, la grève n’ait pas fait de victimes.

  • 42 Rapport sur les travaux..., op. cit., p. 34. Remerciements à tous les souscripteurs de Paris et des (...)
  • 43 Ibid., p. 20.
    L’exagération est évidente ; le mouvement a surtout concerné les tisseurs de coton. Le (...)

36Et il ajoute que, du point de vue moral, le Cercle devait adresser des remerciements à Bertel, car jamais grève n’avait aidé si puissamment à développer le mouvement corporatif. Les tisseurs « qui avaient cru, sans organisation aucune, pouvoir entreprendre de résister aux exigences du monopole industriel ont appris à leurs dépens que la grève était un instrument de guerre et, comme tel, ne pouvait être employé qu’à la condition d’être savamment organisé »42. L’échec même de la grève prouvait la nécessité, avant d’engager toute action de ce genre, de faire appel à la solidarité, de constituer des corporations et des sociétés de prévoyance : « Depuis cette lutte éphémère, des milliers d’ouvriers viennent de jeter dans l’arrondissement les bases de la prévoyance, au point de vue des salaires : Rouen, Elbeuf, Darnétal, et tous les pays environnants organisent la mutualité des intérêts économiques des masses travailleuses »43.

  • 44 A N., C 2857. Projet de loi sur les coalitions (déposition de Cordier, 7 février 1872).
    Cette explic (...)

37En contrepartie, la résistance des ouvriers et l’ampleur, même relative, de la solidarité ont étonné les patrons, habitués à ne supporter que des grèves très courtes. Pour expliquer ce changement, ils ont invoqué le rôle des meneurs étrangers à la région. Ainsi, au cours de l’enquête de 1872, Cordier oppose les grèves de 1864 à 1868, « circonscrites dans un cercle étroit et n’ayant jamais dépassé les limites d’une vallée... ou d’un bourg même », à la grève Bertel, plus sérieuse, qui avait éclaté à l’instigation d’un « agent de l’Internationale »44.

38Au début de 1869, le patronat comme l’administration commençait à considérer que les interventions du Cercle d’études économiques dans les rapports entre patrons et ouvriers risquaient de présenter un danger pour la paix sociale.

L’ORGANISATION AU DEBUT DE 1869 - LA FEDERATION OUVRIERE ROUENNAISE

39Les progrès du Cercle d’études économiques le transforment en mouvement de masse au début de l’année 1869. Avant la grève de l’établissement Bertel, il n’existait que trois corporations : lithographes, teinturiers grand teint de Darnétal, fileurs de laine de Darnétal ; ce sont les seules qui sont encore mentionnées dans la souscription en faveur des tisseurs de Sotteville. Mais, au mois de mai 1869, le manifeste électoral du Cercle d’études économiques est signé non seulement par le comité électoral du Cercle, le comité électoral ouvrier d’Elbeuf, mais par les présidents de douze organisations :

40lithographes, teinturiers grand teint, fileurs de laine, tisseurs de calicot, tisseurs de bretelles, fileurs de coton ; et six comités de Darnétal :

  • 45 A. P. P., Ba 439. Proclamation aux électeurs des 1e et 2e circonscriptions de Rouen (élections au c (...)

41imprimeurs sur indiennes, teinturiers petit teint, chauffeurs, charpentiers, mécaniciens, plombiers45.

  • 46 Malgré la protestation de novembre 1869, les tisserands en laine d’Elbeuf ne forment pas une organi (...)

42Malgré le caractère local de ces dernières formations, on peut donc constater que l’éventail des corps de métier s’était notablement élargi, mais surtout que les diverses branches de l’industrie cotonnière étaient désormais représentées46.

  • 47 Journal de Rouen, 27 février 1869.
  • 48 Nouvelliste de Rouen, 20 mars 1869.
    Journal de Rouen, 20 mars 1869.

43La corporation des tisseurs de coton s’est organisée sous une forme particulière : une union corporative générale des tisseurs de l’arrondissement de Rouen, réunissant des groupes cantonaux ou des branches spécialisées : bretelles, calicot. Pour les bretelliers - c’étaient essentiellement les ouvriers de Fromage à Darnétal et de Rivière à Rouen - la fondation définitive du 28 février 1869 (discussion des statuts proposés par le comité d’initiative et nomination du comité définitif des bretelliers)47 ; pour les tisseurs de calicot, du 22 mars 186948.

  • 49 Union corporative et fédérative des ouvriers tisseurs et tisseuses de l’arrondissement de Rouen - R (...)

44Les statuts de l’Union corporative et fédérative des tisseurs et tisseuses de l’arrondissement de Rouen s’inspirent, assez fidèlement, de ceux des lithographes49 ; ils sont précédés d’un préambule rappelant aux travailleurs qu’il leur est nécessaire de s’unir contre la centralisation financière : celui-ci insiste avec force sur la défense des salaires qui doivent être maintenus « dans des proportions en harmonie avec les besoins des intéressés et ceux des autres producteurs, conformément aux saines notions de la science sociale ». C’était là évidemment le reflet de la principale préoccupation des tisseurs, comme venait de le montrer la grève Bertel.

  • 50 Ibid. Art. 3 : « Autant de membres qu’il y aura de fractions de 50 adhérents... ». Ils sont élus to (...)

45L’article 1er présente l’Union à la fois comme une société de prévoyance (accidents) et de résistance (défense des salaires). Elle est administrée par un conseil général dans lequel toutes les spécialités devront être représentées50. Suivent les attributions du conseil général, fort étendues, pour maintenir la solidarité entre les différentes branches du tissage ; il peut se constituer en chambre syndicale en cas de conflit entre patrons et ouvriers ayant trait aux intérêts généraux (art. 6).

46Le conseil nomme un bureau se composant d’un président, de deux secrétaires, et d’un secrétaire-comptable, dont les fonctions sont rétribuées. La cotisation des membres s’élève à 30 centimes par quinzaine, donc moins que chez les lithographes (25 centimes par semaine).

  • 51 Ibid. Art. 15 à 24.
    Les comités de chaque spécialité restent libres de modifier leurs propres tarifs

47Les devoirs des groupes adhérents sont également calqués sur ceux des lithographes51 :

  • ne pas fixer la durée du travail de chaque spécialité au-delà des limites de l’heure officielle (chez les lithographes, elle était de 10 heures) ;

  • n’accepter aucune diminution des salaires établis par les comités sans leur en référer préalablement.

48Le conseil s’efforcera de sauvegarder les intérêts généraux, mais il ne veut pas se trouver entraîné dans des grèves inconsidérées : « Avant de recourir à des expédients extrêmes il fera appel à la sagesse des deux parties et n’agira qu’après s’être assuré que toute conciliation est impossible ».

49Les statuts énumèrent enfin, comme autres devoirs, le paiement régulier des cotisations, la probité, l’envoi des enfants qui travaillent comme auxiliaires aux cours du soir, l’assiduité aux réunions des comités.

  • 52 Instruite par la difficulté de soutenir une longue grève, l’Union envisage dans ce cas une augmenta (...)

50Les articles 25 et suivants exposent les droits des sociétaires : indemnité de 2 F par jour aux ouvriers privés d’emploi parce qu’ils refusent de travailler au-dessous du tarif ou ont été renvoyés pour leur dévouement à la corporation, aux victimes de chômage ou d’accidents de travail. Par contre, le secours maladie et la retraite vieillesse ne sont pas pris en charge par l’Union, qui envisage de constituer une société libre de secours mutuels « quand le chiffre des membres offrira des garanties suffisantes, propres à satisfaire le principe de mutualité »52.

  • 53 Union corporative et fédérative des ouvriers tisseurs et tisseuses de l’arrondissement de Rouen, gr (...)

51Les statuts particuliers de la corporation des bretelliers sont évidemment conformes aux dispositions générales de l’union des tisseurs ; même type d’organisation, avec un comité et un bureau, mais les fonctions sont gratuites, le versement des cotisations est soigneusement réglementé et confié à des collecteurs dans chaque établissement53.

  • 54 De même l’article 31 prévoit que tout sociétaire refusant une place vacante sans motif valable perd (...)

52En ce qui concerne les devoirs des sociétaires, l’article 29 insiste sur la nécessité de recourir à la négociation avec les patrons avant de décider la grève. En cas d’échec, « il en serait fait communication au conseil général qui aviserait en dernier ressort dans l’intérêt de la corporation » ; il est certain que loin de pousser à la grève, comme leurs adversaires les en ont accusées, les corporations voulaient faire le maximum pour l’éviter, à cause des risques financiers qu’elle faisait courir54.

53Par l’article 33, la société s’engage, au cas où un sociétaire quitterait un atelier en laissant un travail payé et inachevé, à rembourser la somme avancée dans la limite de 20 F. Parmi les droits des sociétaires, il convient de noter le secours de route de 3 F accordé à l’adhérent contraint de se rendre dans une autre ville (art. 39) ; l’indemnité de 2 F attribuée aux ouvriers tisseurs étrangers, membres d’une corporation, qui ne trouveraient pas immédiatement du travail dans l’arrondissement de Rouen.

  • 55 Journal de Rouen, 3 avril 1869.

54Les fileurs de coton de l’arrondissement de Rouen fondèrent à leur tour une union corporative le 4 avril à Darnétal, sous le patronage du Cercle d’études économiques. Dans ce cas encore, l’initiative était venue de quelques fileurs de Darnétal55.

55Ainsi se constituaient ces « corporations » dont Aubry avait déjà parlé au congrès de Lausanne ; il les concevait alors comme des sociétés de résistance et de production, inspirées dans une certaine mesure par les compagnies ouvrières que Proudhon avait envisagées dans l’Idée générale de la Révolution au XIXe siècle ; les corporations de 1868 et 1869 sont des associations de prévoyance et de résistance pouvant d’ailleurs se constituer en chambres syndicales pour négocier avec les patrons.

56A l’assemblée générale du Cercle, le 7 février 1869, la première depuis celle qui avait précédé le congrès de Bruxelles, Aubry dresse le bilan des semaines précédentes et montre les progrès réalisés depuis la protestation des tisserands elbeuviens, précise à nouveau ce qu’il entend par corporation pour essayer de désarmer les critiques : « Nous n’avons pas hésité à appeler corporation ce qui constituait un corps, et semblable aux agrégations de molécules qui constituent le corps humain, nous nous sommes demandé si tous les ouvriers qui composaient une profession n’étaient pas les molécules aujourd’hui désagrégées du corps professionnel... ».

57Il faut la distinguer de la corporation du Moyen Age, organisation hiérarchisée « subalternisant » ses membres ; la corporation nouvelle, c’est la solidarité dans la profession.

  • 56 Rapport sur les travaux et la marche du Cercle..., op. cit., p. 27.

58D’autre part, elle n’est pas non plus une entreprise de subversion. « La différence des époques établit la différence des moyens ; en 1789 les armes meurtrières, en 1869 les armes pacifiques - aux premiers la poudre et le plomb, aux seconds l’emploi de la plus importante conquête politique du XIXe siècle : nous avons nommé le suffrage universel »56

  • 57 En particulier aux congrès de Lausanne et de Bruxelles et dans les comptes rendus publiés par le Jo (...)

59La corporation pourra donc engager une action économique, qu’Aubry avait maintes fois esquissée57 ; organisation du travail pour créer une force susceptible de parler d’égal à égal avec les patrons, d’établir l’unité de salaire et de la garantir.

60Mais aussi une action politique : la corporation doit devenir un instrument de conquête des assemblées politiques et des administrations, grâce au suffrage universel : « Oui, par le suffrage universel, discipliné par la corporation qui est l’apprentissage administratif du travailleur, nous pourrons vaincre tous les obstacles qui s’opposent à notre affranchissement ».

61C’est donc, à quelques semaines des élections au Corps législatif, une orientation nouvelle fort différente de l’abstentionnisme recommandé en 1863.

LES STATUTS DE LA FEDERATION OUVRIERE ROUENNAISE58

  • 58 A. D. S-M., M, Cercles. Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen, statuts déposés l (...)

62L’augmentation du nombre des corporations, aux intérêts parfois dissemblables, rendait nécessaire l’établissement d’un lien fédératif, la transformation du Cercle d’études économiques en une véritable fédération ouvrière. Dans ce cas encore, comme il l’avait recommandé à Varlin, Aubry voulait rester dans la légalité et obtenir toutes les autorisations administratives.

  • 59 Le Moniteur Universel, 31 mars 1868. rapport de Forcade - Laroquette, Ministre de l’Agriculture, de (...)

63Les groupes corporatifs à caractère professionnel pouvaient bénéficier de la tolérance accordée aux chambres syndicales depuis mars 186859, mais la création de la fédération posait un problème particulier à cause des rapports qu’elle devait entretenir avec le Conseil général de Londres.

64Les statuts du Cercle d’études économiques déposés le 22 avril 1868 n’avaient pas reçu l’agrément du préfet. De nouveaux statuts furent présentés à l’assemblée générale du 7 février 1869 et remis le 20 février à la préfecture.

65La déclaration préliminaire était habilement rédigée ; si le développement exagéré du monopole capitaliste était rendu responsable de l’anarchie économique et de la misère du prolétariat, les signataires affirmaient rechercher les moyens d’affranchir pacifiquement le travail de la subordination du capital ; ils agiraient en « complète harmonie » avec les lois qui régissent la nation et celles de la science expérimentale.

66Comment définir les liens avec les autres sociétés, dont le Conseil général de Londres en particulier ? Le Cercle établira des relations avec les groupes s’occupant du même sujet, mais conservera son autonomie, les adhérents n’accepteront aucune invitation, ayant les apparences d’un ordre, adressée par les sociétés correspondantes ; la fédération de son côté limitera son action à l’arrondissement de Rouen.

67Afin de prouver leur respect des lois, en particulier de celle de 1868 sur les réunions, les membres du cercle s’engagent :

  • à ne pas s’occuper dans les réunions publiques de questions politiques « de nature à laisser planer un soupçon de conspiration contre l’ordre des choses établi », ce qui n’exclut donc pas toute discussion politique, mais seulement les attaques contre le régime ;

  • à éviter toute discussion religieuse ;

    • 60 Il était difficile de mentionner l’Empereur et sa famille, c’étaient pourtant eux qui avaient surto (...)
    • 61 Voir article 35 : « sera exclu celui qui chercherait sciemment à compromettre la Société ».

    à ne pas attaquer « la vie privée des fonctionnaires politiques civils et religieux »60. Et cela sous peine d’exclusion61.

68Les articles 1 à 5 définissent les devoirs des sociétaires, le Cercle ayant pour mission de rechercher les moyens pratiques d’affranchir le travail, l’adhérent devra :

  1. Faire « ce qui dépendra de lui pour répandre le goût des études sociales » : développer l’instruction économique dans la classe ouvrière.

  2. Participer à la formation de coopératives de production, de consommation, d’institutions de crédit mutuel, de cours professionnels...

  3. « Aider à trouver la solution des questions relatives aux salaires », c’est-à-dire diriger l’établissement de la statistique du travail, servir de conseil juridique aux corporations, juger de l’opportunité des grèves.

69Ces articles, sous le couvert des obligations des adhérents, fixent donc les responsabilités du Cercle ; elles se rattachent aux objectifs qui avaient été plus ou moins complètement définis dans les statuts de chaque corporation ; le Cercle devient leur organisme de coordination à un triple point de vue : études sociales, institutions mutuellistes, résistance aux patrons.

70Des garanties sont prises contre l’introduction d’éléments indésirables : toute demande d’admission devra être accompagnée de l’engagement formel de respecter les principes énoncés dans le préambule ; elle ne pourra être acceptée qu’après un mois - le temps de faire une enquête - à moins qu’elle ne soit appuyée par trois sociétaires. On pourra rejeter les personnes ne présentant pas de garanties suffisantes de moralité.

  • 62 Certains membres du cercle appartenaient en effet à des professions où aucune corporation n’était e (...)

71La cotisation s’élève à 50 centimes par mois pour un adhérent isolé et 25 centimes seulement pour les membres des sociétés corporatives, ce qui implique deux types d’adhésions directe ou indirecte au Cercle62.

  • 63 Art. 8 - Le nombre des membres risque d’être élevé puisque il y en aura un pour vingt adhérents ou (...)

72Le cercle est administré par un comité élu tous les ans au scrutin de liste au cours d’une assemblée générale, toutes les professions devant être représentées63. Le comité se réunit tous les mois et l’assemblée générale des sociétaires une fois par trimestre.

73Les relations entre le cercle et les groupes ou sections sont précisées par l’article 10 : les groupes s’administrent eux-mêmes, mais - restriction importante - « si un groupe cherchait à propager des principes contraires à ceux professés par le cercle, il pourrait recevoir une observation du comité et même éventuellement être exclu par l’assemblée générale ». Il s’agit de maintenir l’unité de doctrine et d’empêcher une société, grâce à son autonomie, de compromettre l’action du cercle.

74Le comité élit un bureau comprenant un secrétaire de correspondance, un secrétaire de bureau, un comptable et un trésorier (art. 11).

  • 64 Art. 15-11 convient de remarquer que les statuts définitifs sont tout à fait conformes à la pratiqu (...)

75Le secrétaire de correspondance détient les fonctions les plus importantes64 : il est en relations à la fois avec les groupes de l’arrondissement et les sociétés étrangères ; il recueille la documentation nécessaire pour établir la statistique du travail, rédige les rapports sur la situation morale et matérielle du cercle, « prépare les mémoires sur les travaux et la marche de l’organisation destinés à être présentés et défendus aux différentes réunions économiques qui pourraient avoir lieu en Europe » ; il est le gardien de la doctrine, chargé de veiller à ce que les principes d’économie sociale qui sont à la base du cercle ne soient travestis ni faussement interprétés, soit par les intéressés, soit par leurs adversaires. Le secrétaire du bureau n’a qu’un rôle subalterne, il rédige les procès-verbaux des séances du comité et des assemblées générales et sert d’adjoint au secrétaire de correspondance.

76Les articles suivants concernent deux activités particulièrement importantes : la participation aux congrès et aux grèves.

  • 65 Il s’agit de congrès économiques et non politiques. Il faut se souvenir des difficultés que les dél (...)

77L’article 23 traite de la question des congrès internationaux. Le cercle pourra participer « à un congrès ou réunion économique devant avoir lieu dans une ville française ou étrangère ». La décision doit être prise par l’assemblée générale qui nomme également les délégués ; une commission est chargée de rédiger le mémoire qui sera présenté. Il est bien évident que ce paragraphe concerne les congrès de l’A. I. T.65.

  • 66 Art. 24 - On retrouve l’écho des discussions passionnées qui avaient opposé aux congrès de Lausanne (...)
  • 67 Rapport sur les travaux et la marche..., op. cit., p. 6. D’autre part, les secours sont de simples (...)

78Les articles 24 à 29 exposent la position du cercle devant les grèves. Les rédacteurs des statuts continuent de rejeter la grève, comme moyen d’affranchissement du prolétariat66. C’est une « hérésie économique », mais il faut admettre que les travailleurs sont parfois obligés d’y recourir - et cela s’est produit récemment à Sotteville - pour assurer la défense de leurs salaires. En cas de menace de grève, le comité du cercle se constituera en comité arbitral, jugera de son opportunité et décidera s’il y a lieu de la soutenir ; les secours devront être rapides et nombreux pour éviter une prolongation du conflit qui épuiserait les ressources des sociétés. On saisit à la fois l’influence des principes -éviter que la grève ne soit une nouvelle source de déséquilibre économique en favorisant une catégorie d’ouvriers au détriment d’une autre ou en risquant de mettre en jeu l’existence même d’une industrie - et les leçons de la grève Bertel : sauf exception, une corporation ne pourra espérer obtenir un appui que si elle adhère au cercle depuis un mois. Dans le rapport du 7 février, Aubry avait également insisté sur la nécessité de constituer des fonds de réserve avant de passer à l’action67.

79Les statuts envisagent ensuite la possibilité d’adjoindre au cercle d’autres organismes : bureau de renseignements sur l’emploi, auquel pourraient s’adresser patrons et ouvriers, école de militants, « école de professorat » pour les ouvriers se destinant à « la propagation orale des principes économiques du cercle » ; des cours professionnels pour le perfectionnement de la main-d’œuvre...

80Le titre adopté par le cercle à son origine semblait le destiner à l’étude de l’économie sociale ; les statuts de 1869 élargissent considérablement son champ d’action et le transforment en une véritable fédération de toutes les corporations ouvrières de l’arrondissement de Rouen. Cette ambition est nettement exprimée par exemple dans l’article 23, où il est fait allusion aux groupes composant la fédération, et dans l’article 24 : « le cercle représente dans son ensemble et par son comité les différentes corporations de l’arrondissement » ; il entreprend, tout en laissant aux groupes leur autonomie, d’animer l’ensemble du mouvement ouvrier de la région en disciplinant les grèves, en créant des bureaux de placement, des cours professionnels et en favorisant la création de coopératives de production et de consommation.

81La Fédération ouvrière rouennaise se distingue de celles de Paris, Lyon et Marseille créées ultérieurement. Les statuts de Rouen sont plus précis dans le détail, mais surtout les moyens d’action différent, ainsi que la définition des liens avec le Conseil général de Londres.

  • 68 TESTUT (Oscar) - L’Internationale – 7e éd., Paris 1871, 288 p. ; p. 106-109.

82La fédération des sections parisiennes de l’Internationale (1870) a pour but de faciliter les relations de toute nature entre les divers groupes de travailleurs (art. 1) ; le conseil fédéral se mettra en communication avec le Conseil central ; il lui enverra tous les mois un exposé de l’état de l’Internationale à Paris... et réciproquement le Conseil central devra envoyer tous les trois mois au conseil fédéral parisien, un exposé de la situation de l’A. I. T. dans tous les pays... L’affiliation de la fédération parisienne à l’A. I. T. est donc statutairement établie68.

  • 69 Ibid., p. 109-113.

83La fédération ouvrière lyonnaise (1870) coordonne l’action morale et matérielle des travailleurs en vue de la défense de leurs salaires et des intérêts divers de leurs corporations, de l’étude des questions économiques et sociales, de l’affranchissement définitif de la classe ouvrière. Elle se rattache également sans équivoque à l’A. I.T. : une cotisation de 10 centimes par membre est versée chaque année au Conseil général contre la remise de cartes individuelles d’adhésion69.

  • 70 Ibid., p. 113-117. Il s’agit du projet des statuts.

84La chambre fédérale des corporations ouvrières de Marseille recherche les moyens reconnus justes par les travailleurs de toutes professions pour les rendre possesseurs de tout leur outillage et les créditer afin qu’ils puissent se soustraire à l’arbitraire du patronat et aux exigences du capital ; elle assurera à chacune des sociétés adhérentes, dans le cas de grèves, l’appui moral et matériel des autres groupes. Comme à Rouen, il n’existe pas de référence précise au Conseil général70.

85On peut donc dégager deux remarques essentielles concernant les statuts de la fédération rouennaise.

  • 71 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme au ban de l’Europe, op. cit., t. I, p. 48.
  • 72 Voir préambule des statuts du cercle.

86Les discussions publiques de caractère politique ou religieux sont nettement exclues. Cette disposition fut critiquée notamment par Verdure, rédacteur du Travail. Dans une lettre adressée à Piéton à la fin de 1869, il se plaint amèrement de ne pas voir les questions politiques figurer dans les statuts du Cercle de Rouen ; c’était, d’après lui, « une lacune profondément regrettable »71. Mais nous avons vu qu’il ne s’agit que des débats « de nature à laisser planer un soupçon de conspiration contre l’ordre de choses politiquement établi »72. D’autre part, le Cercle d’études économiques va se doubler, à l’occasion des élections de 1869 à Rouen et à Elbeuf, de comités électoraux qui publieront un manifeste.

  • 73 Statuts du cercle de Rouen, art. 15.
  • 74 Ibid., préambule. Cette disposition n’exclut évidemment pas une coordination de l’action avec les a (...)

87L’adhésion à l’A. I. T. n’est nulle part formulée, ni par l’échange d’informations, ni par le versement de cotisations, mais elle transparaît clairement : le secrétaire de correspondance établit des relations avec les sociétés étrangères s’occupant de questions économiques et sociales..., rédige des mémoires destinés à être présentés et défendus aux différentes réunions qui pourraient être tenues en Europe73. Tout l’article 23 concerne sans aucun doute possible les congrès de l’A. I. T. Seule réserve, mais importante, l’affirmation que la fédération conserve son autonomie et n’a pas à recevoir d’ordres ni même « aucune invitation ayant les apparences d’un ordre »74.

88Les limitations de l’activité de la fédération sont donc beaucoup plus apparentes que réelles.

  • 75 A. D. S-M., M, Cercles. Lettre d’Aubry au préfet de la Seine-Inf. (20 février 1869).

89Une lettre d’Aubry permet d’éclairer les intentions du Cercle75. En adressant au préfet, le 20 février 1869, le texte des nouveaux statuts, Aubry fait allusion à des amendements apportés à la précédente rédaction : « Tous les sociétaires se sont empressés de faire droit aux avis officieux de votre bienveillante administration en introduisant dans lesdits statuts les modifications relatives aux attaches directes qu’elle supposait exister entre l’Association internationale et notre institution.

90Nous ne doutons pas, Monsieur le Préfet, qu’après en avoir pris connaissance, vous ne soyez convaincu que nous avons fait tous nos efforts pour fonder, dans l’arrondissement de Rouen, une institution s’occupant exclusivement d’organiser la solidarité entre toutes les professions manuelles qui font la richesse de nos contrées... ».

91Le cercle soucieux de remplir « toutes les formalités exigées par les lois », a exclu les discussions politiques et religieuses pour se mettre en règle avec la circulaire Forcade-Laroquette ; et c’est à la demande du préfet qu’il a fait disparaître les références trop voyantes à l’Internationale.

  • 76 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 1er mai 1869.
    A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 1er (...)
  • 77 A. N., C 2857. Enquête sur les coalitions. Cordier fait remarquer l’inertie de la justice pendant l (...)

92Les apparences sont sauves, cependant le préfet n’ignore pas les liens qui existent entre le cercle et l’A. I. T. ; il a reçu des rapports de police depuis le début de 1868 ; il a pu lire dans la presse les commentaires d’Aubry sur les différents congrès. Mais l’action politique que s’apprête à engager le cercle ne peut lui déplaire ; il espère qu’elle va détacher un certain nombre d’ouvriers de la candidature républicaine. A la veille des élections, Leroy de Boisaumarié ne le dissimule pas dans ses comptes rendus au ministre de l’Intérieur76. D’autre part, la formation de corporations en lutte avec les industriels ne va-t-elle pas inciter ceux-ci à se rapprocher de l’administration et calmer les récriminations contre la politique économique du gouvernement77.

93A court terme, la neutralité des autorités va être bénéfique pour le cercle, dont les progrès ne seront pas entravés, mais il s’agissait d’une simple tolérance sans garantie pour l’avenir et nous verrons qu’en 1870, le préfet n’hésitera pas, sur l’ordre d’Emile Ollivier, à faire arrêter Aubry pour constitution de société secrète !

94Au printemps de 1869, cependant, les dirigeants rouennais peuvent se montrer satisfaits- ; non seulement l’influence du cercle commence à s’étendre sur tout l’arrondissement de Rouen, mais les relations se sont resserrées avec les groupes similaires de Paris (correspondance avec Varlin), de Lyon (Albert Richard) et le Conseil général de Londres, à l’occasion de la grève de Sotteville.

  • 78 Journal de Rouen, 17-18 mai 1869. Il ne peut s’agir du nombre de personnes qui ont assisté à la réu (...)
  • 79 Rapport sur les travaux et la marche du cercle, op. cit., p. 10.
  • 80 Rapport du préfet de la Seine-Inférieure, 26 juillet 1871. Enquête parlementaire sur l’insurrection (...)

95Quels étaient, à cette époque, les effectifs de la Fédération ? Aucun document précis ne permet de l’établir, nous devons nous contenter des déclarations assez vagues d’Aubry lui-même. Dans sa première circulaire électorale, il fait allusion aux 3 000 camarades qui l’ont invité à présenter sa candidature ; il s’agit donc vraisemblablement du nombre approximatif des membres des corporations78. Dans une note du 20 mars, ajoutée au compte rendu de la réunion du 7 février, Aubry précise que depuis la rédaction du texte « 2.000 ouvriers appartenant à des industries exercées dans Rouen, ont jeté les bases corporatives »79. C’est donc en février et mars après la grève de Sotteville, que l’on a assisté à un brusque gonflement des effectifs, grâce aux ouvriers de l’industrie cotonnière80. Cette subite progression inspira un grand optimisme à Aubry et le confirma dans son intention d’envisager une candidature ouvrière pour les élections de mai.

Notes

1 Protestation adressée par le groupe ouvrier elbeuvien du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen à Messieurs les membres de la Chambre de commerce d’Elbeuf - Rouen 1868, 34 p. A. D. S-M., M, Grèves, 1868.

2 A. D. S-M., M, Commerce, réforme agricole, industrielle et commerciale. Correspondance du préfet et de la chambre de commerce au sujet de la protestation.

3 Protestation..., op. cit, p. 19. Satins de 1,20 F par demi-kilogramme à 0,75 F - 0,90 F ; Casimir de 1 F - 1,10 F à 0,75 F - 0,86 F.

4 Progrès de Rouen, 4 octobre 1869.
Fossard cite quelques chiffres : « Il y a 30 ans : viande 0,50 F à 0,60 F la livre ; beurre 0,75 F ; œufs 0,40 F à 0,60 F la douzaine ; actuellement : viande 0,80 F à 0,90 F ; beurre 2 F ; œufs 0,80 F à 1,20 F - Loyers, autrefois 90 à 100 F, actuellement 150 à 200 F.

5 Comparer avec les chiffres cités par Villermé pour « les temps ordinaires » vers 1830, la dépense d’un ménage avec deux enfants l’un en bas âge, l’autre de six ans, 1.043,54 F.

6 Protestation, op. cit., p. 19.

7 Ibid., p. 28.

8 Ibid., p. 33-34.

9 La protestation et l’appel sont signés par les membres du bureau du Cercle de Rouen et le « groupe elbeuvien » (sans aucune mention de secrétaire). Ce groupe n’avait donc encore aucune organisation propre.

10 A. N., BB 30 389. Procureur général, 11 janvier 1865.
« Sur les huit délégués prud’hommes, quatre représentent des opinions avancées ». Cauvin, Edeline et Piéton avaient été élus après 1865.
Voir aussi Annuaire de Rouen, conseil des prud’hommes.

11 A D. S-M., M, Elections municipales, Elbeuf - En 1865, au second tour, sur 6 130 inscrits et 2 265 votants, Fossard avait obtenu 888 voix et Cauvin 271. Quatre candidats des listes d’opposition seulement avaient été élus.

12 A. D. S-M., M, Grèves, 1868. Lettre d’Aubry au préfet, 2 décembre 1868 : « Cet incident est très regrettable et produit un certain émoi dans la classe ouvrière ».

13 Journal d’Elbeuf, 6 décembre 1868.
Le Nouvelliste de Rouen, 7 décembre 1868.
Le président de la chambre de commerce, Charles Flavigny, admet que les expressions employées n’ont pas eu la clarté et la précision désirables. (Lettre au préfet, 24 décembre 1868).

14 A. D. S-M., M, Réforme agricole, industrielle et commerciale. Lettre du maire d’Elbeuf, 26 décembre 1868.

15 Ibid., Préfet au ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, 30 décembre 1868. Lettre du préfet à Aubry, 8 février 1869, « Monsieur le Ministre pense que la note insérée par les soins de la chambre de commerce est une explication suffisante du passage qui a. donné lieu aux réclamations des ouvriers ».

16 Rapport sur les travaux et la marche du Cercle, op. cit., p. 10.

17 Ce passage qui figure dans la minute de la lettre du préfet (30 déc. 1868) n’a pas été reproduit dans le texte adressé au ministre.

18 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1857-1870.
A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9 ; F 1 C III, Seine-Inf. 19.
A. N., F 12 4652.

19 A. N„ F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 11 janvier 1869.

20 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Rapport du commissaire central Girard, 10 décembre 1868.

21 Ibid. Préfet au ministre, 11 décembre 1868 : « L’autorité départementale s’est bornée à insister pour la reprise du travail interrompu au mépris de la réglementation qui exige, en effet, des ouvriers comme des patrons, un délai de quinzaine pour accepter ou rejeter les modifications dans les contrats de louages ».

22 Ibid. Commissaire central, 12 décembre 1868.

23 Ibid. Capitaine de gendarmerie au préfet, 14 décembre 1868.

24 Ibid. Commissaire central, 14 décembre 1868.

25 Ibid. Commissaire central, 16 décembre 1868.

26 Publication du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen - Rapport sur les travaux et la marche du Cercle depuis le 23 août 1868, lu dans la dernière assemblée générale du 7 février 1869, suivi du compte rendu moral et matériel de la grève de Sotteville-lès-Rouen - Rouen 1869.

27 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Préfet, 21 décembre 1868. Le texte de la circulaire n’a pas été conservé.

28 Ibid. Capitaine de gendarmerie, 21 décembre 1868.

29 Ibid. Commissaire central, 22 décembre 1868.

30 A. M., Lyon, 12 54-157. Lettre à Albert Richard, 23 décembre 1868.

31 Lettre de Varlin à Aubry, 8 janvier 1869, lue au 3’procès de l’Internationale. Gazette des tribunaux, 23 juin 1870.
Varlin citait, en particulier, le cas de la grève des bronziers et de celle des ouvriers de Genève.

32 The General council..., op. cit., t. III (1868-1870), p. 57-58 (réunion du 5 janvier 1869).
La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 22-23. Rapport du Conseil général au Congrès de Bâle : le conseil général attribuait l’initiative de l’opération aux manufacturiers de la Somme. Les industriels de la Seine-Inférieure auraient adopté la même politique au cours d’une réunion secrète.

33 Johannard fut chargé d’apporter la résolution aux bronziers et de transférer les fonds à Rouen.

34 Résolution parue dans le Bee-Hive (Londres), 16 janvier 1869. Voir The General Council..., op. cit., t. II, p. 426.

35 Le Siècle, 2 février 1869.

36 Dans une lettre à Engels, Marx résume les origines de la grève de Sotteville. Marx, Engels Werke - Dietz Verlag, Berlin 1966 ; band 33, p. 244-245. Lettre du 13 janvier 1869.

37 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1867-1870. Préfet, 24 décembre 1868.

38 Rapport sur les travaux, op. cit., p. 17. Compte rendu matériel de la grève Bertel. Il s’agit uniquement des sommes collectées par le Cercle d’études économiques dont l’origine est indiquée - D’autres quêtes ont été organisées par exemple aux ateliers de Sotteville, mais nous en ignorons le montant.

39 Ibid., p. 10.

40 Ibid., p. 14.

41 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Préfet, 13 janvier 1869. A cette date 210 ouvriers travaillaient chez Bertel. Le préfet pouvait donc considérer que la grève était terminée ; 16 livrets cependant n’avaient pas été repris et il manquait 30 ouvriers.
Selon le préfet, il avait été facile aux récalcitrants de trouver du travail dans d’autres établissements, à cause de l’activité de la production dans toutes les branches de l’industrie.

42 Rapport sur les travaux..., op. cit., p. 34. Remerciements à tous les souscripteurs de Paris et des environs de Rouen.

43 Ibid., p. 20.
L’exagération est évidente ; le mouvement a surtout concerné les tisseurs de coton. Les conclusions d’Aubry furent reprises dans le rapport du Conseil général de l’A. I. T. au congrès de Bâle : « La grève de Sotteville enrégimenta les ouvriers cotonniers de la Normandie dans l’armée révolutionnaire du travail, elle donna naissance à des trade-unions à Rouen, Elbeuf, Darnétal et les environs et scella le nouveau pacte d’alliance des classes ouvrières anglaise et française ».
Voir La Première Internationale, op. cit., t. II, p. 23.

44 A N., C 2857. Projet de loi sur les coalitions (déposition de Cordier, 7 février 1872).
Cette explication, nous l’avons vu, est fausse : La grève a été spontanée ; les grévistes ont d’abord consulté l’avocat démocrate Leplieux, mais la législation ne permettait pas d’engager une action en justice ; c’est seulement ensuite que les tisseurs ont fait appel au Cercle d’études économiques.

45 A. P. P., Ba 439. Proclamation aux électeurs des 1e et 2e circonscriptions de Rouen (élections au corps législatif de 1869).

46 Malgré la protestation de novembre 1869, les tisserands en laine d’Elbeuf ne forment pas une organisation particulière, mais ils sont représentés dans le comité électoral elbeuvien par Piéton et Parmentier.

47 Journal de Rouen, 27 février 1869.

48 Nouvelliste de Rouen, 20 mars 1869.
Journal de Rouen, 20 mars 1869.

49 Union corporative et fédérative des ouvriers tisseurs et tisseuses de l’arrondissement de Rouen - Rouen, imp. Brière, op. cit., 15 p.

50 Ibid. Art. 3 : « Autant de membres qu’il y aura de fractions de 50 adhérents... ». Ils sont élus tous les ans en assemblée générale.

51 Ibid. Art. 15 à 24.
Les comités de chaque spécialité restent libres de modifier leurs propres tarifs.

52 Instruite par la difficulté de soutenir une longue grève, l’Union envisage dans ce cas une augmentation des cotisations des autres sociétaires (art. 26 - 7e paragraphe).

53 Union corporative et fédérative des ouvriers tisseurs et tisseuses de l’arrondissement de Rouen, groupe des ouvriers tisseurs et tisseuses de bretelles - Rouen, imp. Brière, s.d., 1 p. Institut du Marxisme-Léninisme de Moscou.

54 De même l’article 31 prévoit que tout sociétaire refusant une place vacante sans motif valable perdrait son droit à l’indemnité.

55 Journal de Rouen, 3 avril 1869.

56 Rapport sur les travaux et la marche du Cercle..., op. cit., p. 27.

57 En particulier aux congrès de Lausanne et de Bruxelles et dans les comptes rendus publiés par le Journal de Rouen, mais aussi dans la protestation du groupe ouvrier elbeuvien.

58 A. D. S-M., M, Cercles. Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen, statuts déposés le 20 février 1869.

59 Le Moniteur Universel, 31 mars 1868. rapport de Forcade - Laroquette, Ministre de l’Agriculture, des Transports publics et du Commerce. « Les chambres syndicales patronales libres existent depuis plusieurs années. En adoptant la même règle pour les ouvriers que pour les patrons, l’administration n’aura pas à intervenir dans la formation des chambres syndicales. Elle ne serait amenée à les interdire que si... les chambres syndicales venaient à porter atteinte à la liberté du commerce ou de l’industrie pour devenir, à un degré quelconque, des réunions politiques non autorisées par la loi ».

60 Il était difficile de mentionner l’Empereur et sa famille, c’étaient pourtant eux qui avaient surtout été visés dans les pamphlets que faisaient circuler les démocrates.

61 Voir article 35 : « sera exclu celui qui chercherait sciemment à compromettre la Société ».

62 Certains membres du cercle appartenaient en effet à des professions où aucune corporation n’était encore organisée.

63 Art. 8 - Le nombre des membres risque d’être élevé puisque il y en aura un pour vingt adhérents ou fraction de vingt.

64 Art. 15-11 convient de remarquer que les statuts définitifs sont tout à fait conformes à la pratique qui s’était établie dès la constitution du cercle.

65 Il s’agit de congrès économiques et non politiques. Il faut se souvenir des difficultés que les délégués français au Congrès de la Paix à Genève avaient pu rencontrer à leur retour en France.

66 Art. 24 - On retrouve l’écho des discussions passionnées qui avaient opposé aux congrès de Lausanne et de Bruxelles partisans et adversaires des grèves.

67 Rapport sur les travaux et la marche..., op. cit., p. 6. D’autre part, les secours sont de simples prêts remboursables, ce qui est conforme au principe de solidarité, mais évite également d’épuiser les ressources des corporations.

68 TESTUT (Oscar) - L’Internationale – 7e éd., Paris 1871, 288 p. ; p. 106-109.

69 Ibid., p. 109-113.

70 Ibid., p. 113-117. Il s’agit du projet des statuts.

71 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme au ban de l’Europe, op. cit., t. I, p. 48.

72 Voir préambule des statuts du cercle.

73 Statuts du cercle de Rouen, art. 15.

74 Ibid., préambule. Cette disposition n’exclut évidemment pas une coordination de l’action avec les autres sociétés, mais seulement des liens de dépendance.

75 A. D. S-M., M, Cercles. Lettre d’Aubry au préfet de la Seine-Inf. (20 février 1869).

76 A. D. S-M., M, Elections de 1869. Préfet, 1er mai 1869.
A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 1er mai 1868. « Aubry fait des démarches pour créer dans le centre rouennais un groupe correspondant de la Société Internationale des Travailleurs. Il a sollicité l’autorisation de faire une réunion pour l’exposé de son projet... ».

77 A. N., C 2857. Enquête sur les coalitions. Cordier fait remarquer l’inertie de la justice pendant les grèves de 1869 : « Mon appréciation est qu’il y a eu une intervention du gouvernement dans cette affaire, qu’une pression supérieure s’est exercée. C’est un fait pour moi bien certain... ».

78 Journal de Rouen, 17-18 mai 1869. Il ne peut s’agir du nombre de personnes qui ont assisté à la réunion du 9 mai où fut acclamée la candidature ouvrière (700 environ selon le commissaire de police)... car la circulaire demande de voter pour le candidat patronné par 3 000 camarades « organisés corporativement ».

79 Rapport sur les travaux et la marche du cercle, op. cit., p. 10.

80 Rapport du préfet de la Seine-Inférieure, 26 juillet 1871. Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars - Versailles 1872, t. I, p. 591. Le préfet estime à 2 500 le nombre d’adhérents au début de 1869.

List of illustrations

Title Collecte pour les grévistes de Sotteville38
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8291/img-1.jpg
File image/jpeg, 54k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Terms of use: http://www.openedition.org/6540