Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Troisième partie. La fédération ouvrière rouennaise de novembre 1868 à mai 1870

Chapitre premier. L’évolution économique de la région rouennaise en 1869 et 1870

Texte intégral

  • 1 A. D. S-M., M, Situation de l’industrie. Préfet, 22 octobre 1868.

1A l’automne de 1868, les fluctuations du prix du coton brut s’atténuèrent ; jusqu’à la fin de 1869, le kilogramme de coton de Louisiane ne varie plus guère qu'entre 2,40 F et 2,80 F. Mais l’industrie ne retrouve pas son équilibre ; dans leurs rapports, le préfet et le procureur général ne parlent pas de crise, mais continuent cependant à attendre une véritable reprise des affaires1.

  • 2 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton et des produits chimiques dans (...)

2L’enquête à laquelle a procédé la chambre de commerce de Rouen pour dénoncer les méfaits des traités de 1860 permet de dresser un tableau comparatif de la situation de l’industrie cotonnière en 1859 et 1869, les chiffres les plus récents révèlent la situation au 31 décembre 1868 d’après les rôles des contributions2.

  • 3 Ibid., p. 66.

Filatures de coton en Seine-Inférieure3

Filatures de coton en Seine-Inférieure3

Arrondissement de Rouen

Arrondissement de Rouen

LES INDUSTRIES

  • 4 Journal de Rouen, 19 novembre 1869. Il faudrait réduire pour ces établissements le nombre des broc (...)
  • 5 SUZUKI (Hiromasa) - L'évolution de l’industrie cotonnière, op. cit., p. 181 et suiv. En 1860, 1/10 (...)

3Le nombre de broches a donc augmenté de 135 282 c'est-à-dire 12 %. Mais l'administration aurait inclus dans ce chiffre les bancs à broches, appareils de préparation à la filature proprement dite qui avaient remplacé les rota-frotteurs dans les établissements modernes4. Inversement, il faudrait tenir compte du meilleur rendement des broches, grâce à la généralisation des métiers self-acting ; en définitive, les industriels ne pouvaient contester un accroissement de la capacité de production qu’il est cependant impossible d'évaluer5.

  • 6 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 142. De 1859 à 1869, 54 établissements a (...)

4La nécessité de moderniser l’outillage avait provoqué d'importants changements dans la structure de la filature rouennaise. En 1869, il n’existe plus que 150 établissements au lieu de 1916 ; ce sont surtout des filatures de moins de 10 000 broches qui ont disparu : « Que pouvaient, constate Cordier, les petites filatures de 2 000 à 4 000 broches, gagne-pain de quelques familles. Comment affronter le choc des gigantesques associations anglaises ? Tenter la lutte eût été courir au-devant de la mort ; la crise économique aidant, un grand nombre fermèrent pour ne plus rouvrir ».

  • 7 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 66 : « La plus grande somme des efforts (...)

5Par contre, 10 nouveaux établissements étaient apparus depuis 1859, dans l’arrondissement de Rouen ; quatre dépassaient 30 000 broches, alors qu’il n’y en avait aucun en 1859 : Pouyer-Quertier à Petit-Quevilly, Martin à Saint-Etienne-du-Rouvray, Fauquet à Oissel, Bertel à Sotteville représentant à eux seuls 20 % de la capacité de production de la région7.

Répartition géographique des filatures en 1869 dans l'arrondissement de Rouen

Répartition géographique des filatures en 1869 dans l'arrondissement de Rouen
  • 8 Ibid., p. 67.
  • 9 Enquête parlementaire sur le régime économique, op. cit., p. 309. Lamer montre les difficultés de (...)
  • 10 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 9. En 1869, la force hydraulique ne repr (...)
  • 11 D’après la statistique de Cordier, on constate que le léger accroissement du nombre n’est pas, en (...)

6Ce sont les vallées du Cailly et de la Sainte-Austreberthe qui ont surtout souffert de cette évolution ; selon Cordier, 21 filatures possédant 121 000 broches furent liquidées et mises aux enchères, sans trouver acheteur ; puis quelques-unes furent enfin vendues à vil prix ou bien le matériel brisé et dispersé par les brocanteurs8. Les petites et moyennes entreprises employant encore la force hydraulique étaient particulièrement vulnérables : 7 filatures disparurent dans la vallée de la Sainte-Austreberthe, une à Duclair, une à Saint-Paër, 2 à Barentin et 3 à Pavilly ; 7 dans la vallée du Cailly (une à Canteleu, à Déville et à Monville, 2 au Houlme et à Marotnme), mais un nouvel établissement fut ouvert à Fontaine-le-Bourg9. Les usines modernes fonctionnant à la vapeur10 s'établissaient à proximité des lieux de débarquement du charbon. Si en 1869 la banlieue de la rive gauche ne possède plus que 49 filatures au lieu de 61, cette diminution est seulement due à la disparition de quelques ateliers d’Oissel (49 en 1859, 39 en 1869) ; mais le nombre des broches a plus que doublé 351 000 au lieu de 140 960 et représente 29 % de la capacité de production de l'arrondissement, au lieu de 13 %. La ville de Rouen ne compte plus que 27 filatures au lieu de 38, mais le total des broches a peu varié (254 226 au lieu de 272 000) ; la situation est semblable dans la région de Darnétal : 4 filatures en moins (3 à Darnétal, une à Saint-Aubin-Epinay) mais 5 00 broches en plus11.

Tissages de coton en Seine-Inférieure

Tissages de coton en Seine-Inférieure
  • 12 Journal de Rouen, 5 novembre 1869.
  • 13 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 148. Dans ces chiffres sont compris les (...)
  • 14 Ibid., p. 19.

7Malgré les plaintes des industriels, le tissage du coton n'a pas connu en Seine-Inférieure de difficultés comparables à celles de la filature ; en dix ans, quatre établissements seulement dans l'arrondissement de Rouen durent suspendre le travail : 2 à Rouen, 1 au Houlme, 1 à Monville, au total 706 métiers. Si Lamer affirme en 1869 que la dépréciation des tissages n'est pas inférieure à celle des filatures et qu’il est impossible de vendre ou même de louer une usine arrêtée12, il faut cependant enregistrer l’important accroissement du nombre de tissages et de métiers ; pour la région rouennaise, 28 tissages et 6 420 métiers en 1859 ; 35 tissages et 8 510 métiers en 186913. Cordier estime en outre qu’en 1859 un métier mécanique pouvait fabriquer 9 000 mètres de tissu par an, avec un mouvement de navette de 120 coups à la minute, en 1869 11 000 à 11 500 mètres avec 150 coups à la minute ; il en résultait une augmentation de 62 à 69 % de la capacité de production, pour l’arrondissement de Rouen14.

Tissages de coton Arrondissement de Rouen

Tissages de coton Arrondissement de Rouen

Répartition géographique des tissages dans l'arrondissement de Rouen (1er janvier 1869)

Répartition géographique des tissages dans l'arrondissement de Rouen (1er janvier 1869)
  • 15 Journal de Rouen, 5 décembre 1869. Les grandes filatures créées en 1859, sauf celle d’Oissel, disp (...)

8La concentration a gagné le tissage comme la filature. Afin d’assurer un débouché régulier à leur production, des filateurs ont créé leurs propres tissages15 ; d’autre part en augmentant la taille des établissements, les manufacturiers cherchaient à diminuer leurs frais généraux ; en 1859 il existait 13 tissages de plus de 200 métiers et 19 en 1869 ; les usines de plus de 200 métiers représentaient, en 1859, 31 % de la capacité de production (1 996 métiers) et 40 % en 1869 (3 453 métiers). Mais les petits tissages n’ont pas disparu, bien au contraire, il en existait six de moins de 100 métiers en 1869 (un seul en 1859).

  • 16 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 154-155.
    Tableau des exportations et impo (...)
  • 17 Voir aussi Journal de Rouen, 20 novembre 1869.
  • 18 Journal de Rouen, 5 novembre 1869.

9Comment l'augmentation de la production pouvait-elle être écoulée alors que la chambre de commerce se plaignait de l’invasion des tissus britanniques ? D'abord les exportations ont fortement progressé et la balance est restée favorable à l'industrie française du tissage16 et surtout le tissage mécanique a conquis une partie du marché intérieur, aux dépens du tissage à la main : « Certains producteurs de genres se tissant jusque-là à la main se sont trouvés dans la nécessité d'abandonner cette fabrication devenue ruineuse et d'essayer en se créant un outillage mécanique, de sauver leur situation »17. La commission des rouenneries de la chambre de commerce estimait la diminution de production à 38 % et, selon Cordier, le nombre de métiers était tombé de 29 398 à 22 670, soit une réduction de 6 728, correspondant environ à 13 000 emplois : « Les nombreux ouvriers qui dépendent de cette industrie et qui sont indispensables à la culture du pays de Caux tendent à s'expatrier et ceux qui sont assez heureux pour n'être pas inoccupés voient leur salaire se réduire, dès aujourd'hui de 10 % »18.

Métiers à bras en Seine-Inférieure

Métiers à bras en Seine-Inférieure
  • 19 En 1869, la vallée de l'Austreberthe possédait trois tissages comme en 1859 ; la vallée du Cailly (...)

10Il faut remarquer que le progrès du tissage mécanique ne profita guère aux vallées19 ; par contre, le nombre de métiers s'accrut sensiblement à Rouen, à Darnétal et surtout sur la rive gauche de la Seine (14 % des méters en 1859, 19 % en 1869).

  • 20 FOHLEN (Claude) – L'industrie textile, op. cit., p. 465-466.
  • 21 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 69-70. Cependant, deux usines ont été tr (...)
  • 22 Journal de Rouen, 20 novembre 1869. Cordier estime que la capacité de production a été réduite de (...)
  • 23 Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit., t. I, p. 378 et suiv.

11L'indienne a été plus atteinte que n’importe quelle autre branche industrielle de la région20 de 1859 à 1869. 13 manufactures ont cessé toute activité dans le département de la Seine-Inférieure, dont 10 dans la région rouennaise : une à Rouen, 4 dans la région de Darnétal (2 à Darnétal, une à Roncherolles, une à Amfreville-la-Mi-Voie) et 5 dans la vallée du Cailly (une à Canteleu, une à Maromme, une à Notre-Dame-de-Bondeville et 2 à Déville)21 ; la capacité de production a été sensiblement réduite car on ne signale pas d'agrandissements dans les établissements qui ont survécu22 ; l’industrie rouennaise n'aurait livré qu'un peu plus de 800 000 pièces de 100 mètres en 1869 contre un million en 185923.

Imprimeries d'étoffes de l'arrondissement de Rouen

Imprimeries d'étoffes de l'arrondissement de Rouen
  • 24 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op, cit., p. 70.
    Ibid. - Indiennes, rouenneries, teint (...)

12Alors que la fabrique alsacienne, spécialisée dans les articles de luxe et de fantaisie trouvait de larges débouchés à l'étranger, l’indienne rouennaise de qualité plus ordinaire était sévèrement concurrencée par les tissus mélangés laine et coton venant de Roubaix ou importés de Suisse et d’Angleterre : « Si l'on veut trouver les causes réelles des souffrances de l'indienne de Rouen, c'est par les cinquante-trois millions de tissus mélangés de laine et de coton venus d’Angleterre, joints à la production de Roubaix, devenue par cela même surabondante, qu’il faut expliquer cet avilissement des prix et ce délaissement partiel du produit »24.

  • 25 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 47. Journal de Rouen, 5 et 9 novembre 18 (...)

13Les difficultés de l’industrie cotonnière s’étendirent aux deux industries qui en dépendaient étroitement : on signalait la fermeture de quelques établissements de teinture. D’autre part, sur 17 ateliers de construction de machines de filature et de tissage de coton qui existaient à Rouen en 1860, 13 avaient disparu ; des 4 qui subsistaient, l’un ne produisait plus que des moteurs hydrauliques, un autre des machines pour le travail de la laine ; depuis le traité de commerce, un seul établissement avait été créé, destiné à la fabrication de métiers renvideurs de coton mais son activité était très réduite en 186825.

  • 26 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce de Rouen, 13 octobre 1868.
    La reprise des transactions avec (...)
  • 27 A. N., BB 30 389. Procureur général, 11 janvier 1869.
  • 28 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, novembre, décembre 1869.

14Après la liquidation de la crise américaine, les industriels avaient espéré une période de prospérité et de gros bénéfices, comparable à celles qui avaient suivi les précédentes crises. 1868 fut encore dans l’ensemble une année d'expectative et en octobre, si l'activité de l’industrie cotonnière paraît normale, la moyenne de la durée du travail s'élevant à onze heures et demie, les affaires sont peu animées26 ; la production est circonspecte, les manufacturiers ne traitent qu'au comptant et s'assurent préalablement du placement de leurs marchandises pour éviter d’accumuler des stocks ; les établissements qui avaient dû fermer ne rouvrent pas ; « c'est la prudence qui évite les secousses »27. En novembre, cependant, on constate une légère amélioration des transactions, particulièrement pour la filature, une remontée des cours que la chambre de commerce attribue à la baisse du prix du pain ; « Toutes les industries sont actives, les ouvriers recherchés »28.

  • 29 Ibid. Préfet, juillet, août 1869. A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 8 juillet 1869.
  • 30 A. D. S-M., M, Situation de l’industrie 1866-1870. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1869.
    I (...)
  • 31 Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 20 octobre 1869.
  • 32 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 7 octobre 1869.
  • 33 A. N., BB 30 389. Procureur général, 9 octobre 1869. A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, septe (...)

15En mars, le pessimisme l'emporte à nouveau. La chambre de commerce insiste sur l’inertie de la consommation que le préfet explique par l’approche des élections ; les prix des filés et des tissus sont insuffisants, le travail réduit autant que possible « sans arriver au chômage » ; le personnel ouvrier intégralement employé ne fait cependant pas de journées ou de semaines complètes29. « On ne peut se dissimuler qu'un certain nombre de manufactures se trouvent depuis quelques années déjà dans des conditions peu rassurantes ; leur avenir est en ce moment compromis »30. La situation ne tarde pas en effet à s'assombrir : « La campagne d’automne a été désastreuse, les affaires sont mortes », la mévente atteint tous les produits : filés, tissus, indiennes et rouenneries ; le crédit se resserre et la position de certains industriels sérieusement menacée31. « Les liquidations amiables ou judiciaires se multiplient ne laissant à constater le plus souvent qu'un actif entièrement anéanti... ; il faut se reporter bien loin en arrière pour constater un pareil affaissement... ; nous sommes en pleine crise commerciale et industrielle32. De nombreuses filatures ne travaillent plus que quatre jours par semaine ; les travaux de réparations sont volontairement prolongés au-delà du temps nécessaire, plusieurs fermetures se produisent dans les vallées autour de Rouen (dont une à Pavilly, 100 ouvriers), une à Rouen même (280 ouvriers), 2 autres à Bolbec (200 ouvriers)33.

  • 34 A N., F 1 C III, Seine-Inf. 17. Préfet, 11 décembre 1869, 15 janvier 1870.
  • 35 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, février, mars 1870.
    A. N., F 12 4537. Préfet, 31 décembre 1 (...)

16En décembre 1869 et janvier 1870, une légère reprise des transactions fait à peu près disparaître le chômage complet34 mais plusieurs ateliers se limitent cependant à une activité partielle : 5 jours de 12 heures ou 9 à 10 heures seulement par jour ; à La Foudre, sous prétexte de réparations, Pouyer-Quertier emploi son personnel par roulement un jour sur deux35.

  • 36 Ibid. Préfet, 2 juin 1870.
  • 37 A. N., BB 30 389. Procureur général, juin 1870. Le travail a repris dans 3 filatures (260 ouvriers (...)

17On invoque cette fois l’agitation politique et la campagne plébiscitaire, mais à la fin de mai et en juin la situation ne s’améliore pas ; bien au contraire : à Rouen, 5 filatures s'arrêtent, 3 réduisent le travail, 600 ouvriers en chômage doivent chercher un emploi temporaire à la campagne36. C’est seulement à la veille de la guerre que l’activité paraît redevenue à peu près normale, mais la position de quelques filatures ou manufactures d’indiennes reste pourtant précaire37.

18De l'automne de 1868 à l'été de 1870, et particulièrement à la fin de l'année 1869, les industriels n'ont cessé de se plaindre de la difficulté d'écouler leurs produits et de la médiocrité de leurs bénéfices. Diverses explications furent proposées à ce marasme des affaires.

19Les incertitudes de la politique : crainte de la guerre à la fin de 1868, élections de 1869, troubles politiques et sociaux, plébiscite de mai 1870 ? Mais tous les rapports soulignent que lorsque les menaces s’éloignent, il n’y a cependant aucune reprise durable de l’activité économique.

  • 38 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce de Rouen, 13 octobre 1868.
    Ibid., 10 février 1870. La chamb (...)
  • 39 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 13 octobre 1868.
  • 40 Ibid., 8 juillet 1869.

20Par habitude, depuis la guerre d’Amérique, on s'en prend aussi à la spéculation sur les cotons en laine qui inciterait les manufacturiers à traiter au jour le jour et à éviter de constituer des stocks qui risqueraient de s’avilir38. « Si nous remontons à l’origine de cet état de choses, nous nous trouvons en présence de toutes ces associations qui ont été imaginées en vue de l’agiotage et dont les créations industrielles sont dominées par l’esprit de spéculation. Tel est le fruit le plus certain de chacun de ces monopoles qui obstruent les principales avenues du commerce »39. Le mouvement désordonné des marchés cotonniers en est une manifestation nouvelle qui se développe au détriment des industriels ; la chambre de commerce de Rouen attaque en particulier la place du Havre en effervescence, « où l’on enregistre chaque jour des ventes qui représentent jusqu’à huit à dix fois la consommation quotidienne du pays »40. Mais il faut cependant remarquer que les fluctuations du prix du coton brut sont devenues relativement faibles depuis juin 1868.

21Par ailleurs, le marché des produits textiles est plus large qu’en 1867 ; les exportations vers l’Algérie ont repris en juillet 1868 ; le prix du pain est retombé de 0,50 F le kilo en janvier 1868, à 0,34 F en décembre, à 0,30 F en mai et il reste à ce niveau jusqu'à l’été de 1870. Le pouvoir d'achat des ouvriers s’est donc accru.

  • 41 Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit., t. I, p. 534 : « La laine a pris (...)
  • 42 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 8 avril 1869. A. N., F 12 4498 B. Chambre de comme (...)
  • 43 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 154-155.
  • 44 Journal de Rouen, 19 novembre 1869.
  • 45 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 76.
  • 46 A. N., BB 30 390. Procureur général, 7 janvier 1870.

22Mais, depuis 1860, l’offre à considérablement augmenté ; des tissus de laine ou mélangés laine et coton se sont substitués, grâce à leur bas prix aux articles de coton, dans la proportion de 12 %, selon Cordier41 ; l’industrie cotonnière rouennaise est concurrencée par l'Alsace pour les indiennes, par le Nord pour certains filés42 ; les manufacturiers insistent sur la pression exercée par les importations anglaises. Pourtant, les exportations de filés, tissus et indiennes ont connu de 1859 à 1868 une progression sensiblement égale. En 1859 : exportations 40,8 millions de francs, importations 2 millions ; en 1868 : exportations 67,5 millions, importations 27,8 millions43. Mais, comme le fait remarquer Pouyer-Quertier, « L'influence de l’importation est bien plus funeste par les prix qu'elle impose aux producteurs que par les quantités importées effectivement. Le tisseur, sans cesse menacé par cette importation, est forcé d’abaisser ses prix de vente ou d'arrêter son établissement »44. Il faut cependant surtout tenir compte du progrès de la capacité de production de la filature et du tissage : « Le développement de notre outillage, son perfectionnement et par la suite, l’augmentation de notre production ne se sont pas trouvés en rapport avec les besoins de notre marché, l’équilibre a été rompu, de là les réactions violentes dans les opérations de commerce, de là les chômages partiels et les liquidations si fréquentes... »45. « Dès qu’un mouvement de reprise s’amorce, les usines mises en pleine activité ne tardent pas à dépasser les besoins de la consommation et on voit se produire ce qu'on appelle la crise du trop plein ». Les victimes des transformations de structure n'ont pas été seulement les entrepreneurs qui n'avaient pas su ou pu modifier leur équipement, mais également ceux qui n’y étaient parvenus que par le recours au crédit des banquiers ou des commissionnaires ». Il leur aurait fallu quelques années de prospérité pour les remettre au pair ; ils ne les ont pas trouvées46.

  • 47 L'industrie cotonnière en Angleterre et en Normandie - Rouen 1870. Enquête parlementaire sur le ré (...)
  • 48 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 143 et 145.
  • 49 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 8 avril 1869.

23Aussi le mouvement de concentration a-t-il continué après 1868 : depuis le rapport de Cordier jusqu'au 1er mars 1870, 53 filatures représentant 332 624 broches ont été fermées ou ont disparu47 ; pour le seul arrondissement de Rouen, 216 420 broches réparties en 22 filatures : 4 à Rouen, 9 sur la rive gauche (dont 7 à Oissel), 7 dans la vallée de la Sainte-Austreberthe, 2 dans celle du Cailly48 ; il faut y joindre un tissage à Rouen et une indiennerie dans la vallée du Cailly49.

  • 50 A. D. S-M., M, Situation de l’industrie, 1866-1870. Préfet, 15 juillet 1868.
    I. N. S. E. E. - Annua (...)
  • 51 A. N., BB 30 389. Procureur général, 11 juillet 1869.
  • 52 A. N., BB 30 390. Procureur général, 7 février 1870. La valeur de la production elbeuvienne s’élev (...)

24L’industrie lainière présente un contraste complet avec l’industrie cotonnière. Au printemps de 1868 les fabricants elbeuviens ont à nouveau dû faire appel aux tisserands du pays de Caux ; le marché intérieur a été surexcité par la baisse ininterrompue de la matière première depuis 186250. En avril 1869, selon le procureur général, l'industrie elbeuvienne a retrouvé l’activité exceptionnelle qui avait suivi les traités de 1860 ; les fabricants n’arrivent pas à satisfaire les commandes. « La baisse des laines de 25 % assure des prix rémunérateurs et d’énormes bénéfices sur les étoffes dont les prix n'ont pas fléchi dans les mêmes proportions »51. Après un certain ralentissement à la fin de 1869 pendant la grève des fileurs, la situation redevient excellente au début de 1870, malgré un léger relèvement du prix de la laine : « Depuis deux ans, la fabrique elbeuvienne a traversé une phase de prospérité dont ses annales n'offrent pas d’exemples »52.

  • 53 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce d’Elbeuf, 15 janvier 1869.
  • 54 A. D. S-M., M, Situation de l’industrie, 1866-1870.

25La baisse du prix de la matière première a modifié l'orientation de la production elbeuvienne ; les articles de qualité courante tiennent une place de plus en plus grande53. Par contre, la structure même de l’industrie n’évolue que lentement ; on constate bien une diminution du nombre des fabricants : 234 en 1870 au lieu de 270 en 1866, mais peu d’entre eux ont adopté les métiers mécaniques pour les draps ou les nouveautés. En 1870, il n’existe encore à Elbeuf que deux tissages mécaniques de nouveautés (56 métiers) ; 20 fabricants emploient à la fois des métiers à main et des métiers mécaniques (10 fabricants et 191 métiers pour les draps unis, 10 fabricants et 98 métiers pour les nouveautés) ; la production mécanique représente 4 % pour les nouveautés contre 50 % en Angleterre.54

Les établissements industriels de l'agglomération elbeuvienne

Les établissements industriels de l'agglomération elbeuvienne
  • 55 Notices scientifiques, historiques, industrielles et commerciales, statistiques sur la ville de Ro (...)

Etat de l'industrie de la laine dans l'agglomération elbeuvienne (métiers à tisser et broches à filer)55

Etat de l'industrie de la laine dans l'agglomération elbeuvienne (métiers à tisser et broches à filer)55
  • 56 Enquête parlementaire sur le régime économique. Industries textiles, tome II, la laine. Déposition (...)

26Le tissage mécanique qui avait fait une timide apparition avant 1860 n’a donc entraîné qu’un faible recul des métiers à main : 7 179 en 1870 contre 7 694 en 1867. Le travail à façon conserve sa prépondérance ; 11 fabricants seulement possèdent une filature ; 6, une foulonnerie ; 36, un atelier d’apprêts et un seul, une teinturerie. La prospérité n'a donc favorisé ni la modernisation de l’outillage, ni l’intégration des entreprises56 ; c’est seulement la crise due à la guerre de 1870 qui accélérera les transformations.

LA CONDITION DES OUVRIERS

27A la fin de second Empire, l’évolution de la condition ouvrière est donc assez différente selon les branches d’activité et le type même des établissements.

28Emploi : Dans l’industrie de la laine, le travail abonde ; les manufacturiers s’efforcent de trouver la main-d'œuvre nécessaire en recourant aux veillées et en demandant l’autorisation d’occuper les salariés au-delà du temps légal, mais surtout en faisant appel, dans de plus grandes proportions que d’ordinaire, au pays de Caux dont les tisserands en rouenneries connaissent le chômage partiel.

  • 57 A. D. S-M., M, Situation industrielle, 1866-1870. 14 700 ouvriers « à l’intérieur de la ville », 4 (...)
  • 58 Enquête parlementaire sur le régime économique, 1870, op. cit. Déposition de Flavigny, p. 48.
  • 59 A. D. S-M., M, Industrie et Commerce, Inspection du travail des enfants. Filatures de laine (juin (...)

29Quel est le nombre des travailleurs de la fabrique d’Elbeuf ? Selon la chambre de commerce : 22 100 soit 1 500 de moins qu’en 1865, par suite de la diminution du chiffre des tisserands occupés hors d’Elbeuf57. Flavigny fournit des chiffres plus élevés : 30 000 (15 000 hommes, 14 000 femmes et 1 000 enfants) parmi lesquels 8 000 tisserands58 et 1 312 ouvriers de filature59.

  • 60 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Rapport du commissaire Girard, 11 octobre 1871.

Etat comparatif de la marche de l'industrie
(arrondissement de Rouen, Elbeuf exclu)60

Etat comparatif de la marche de l'industrie(arrondissement de Rouen, Elbeuf exclu)60
  • 61 Le commissaire ne précise pas ce qu’il désigne comme « temps normal ». Il s’agit vraisemblablement (...)
  • 62 112 filatures au lieu de 150 en 1869 selon Cordier.
  • 63 A. N., F 12 4478 B (1er trimestre 1869) ; F 12 4537 (2e trimestre 1870) : les exportations anglais (...)
  • 64 A. N., F 12 4537. Rapports de 1869.

30Pour les autres industries, nous disposons d'un tableau dressé par le commissaire central de Rouen ; il permet rétrospectivement de comparer l'effectif des ouvriers d'octobre 1871 et de mars 1870 - quand la reprise du travail était manifeste après les difficultés de 1869 - avec la situation « en temps normal »61. Ce rapport confirme dans l'ensemble les données non chiffrées fournies par le préfet et le procureur général : diminution du nombre de filatures et de fileurs, progression du tissage mécanique aux dépens du tissage à la main des rouenneries62, fléchissement de la teinturerie ; l’industrie chimique a subi à la fois le contrecoup de la crise du textile et l’effet de la concurrence des produits anglais auxquels s’était fermé le marché américain, mais un redressement s’est produit dès le début de 187063 ; les ateliers de construction métallurgique restent peu actifs, à l’exception des chantiers de Sotteville ; la construction navale est à peu près nulle : un chaland en 1869 et deux pontons de grues !64.

  • 65 A. M. de Darnétal, 2 F 2.

Nombre d’établissements et d’ouvriers à Darnétal65

Nombre d’établissements et d’ouvriers à Darnétal65

31Le nombre total des ouvriers - laine exclue bien entendu - aurait donc diminué de 10 96 entre 1868 et 1870.

  • 66 Exposé des travaux de la chambre de commerce de Rouen, 1866-1868, op. cit. Travail des enfants dan (...)
  • 67 A D. S-M., M, Législation industrielle, 1860-1870. Chambre de commerce d'Elbeuf, 25 février 1868.
  • 68 A. D. S-M., M, Manufactures, Inspection du travail des enfants. Statistiques de 1866 et de 1871 ; (...)

32Selon les industriels, la réduction aurait porté en particulier sur les enfants. D’après la chambre de commerce de Rouen, dans les indienneries, les enfants sont moins recherchés par suite de l’évolution technique : « On emploie de préférence ceux dont les forces sont le plus en rapport avec les fatigues de leur tâche »66 ; la chambre de commerce d’Elbeuf assure que « le nouvel outillage exige des aides de l’ouvrier une force physique relativement développée ; le tout jeune enfant n’est plus employé dans les grandes usines et seulement pour les travaux accessoires »67. Cependant les statistiques ne le confirment que partiellement : pour l’arrondissement de Rouen (Elbeuf excepté) on dénombre 4 996 enfants en 1866, 4 741 en 1871, dans les établissements soumis au contrôle68.

  • 69 D’après les recensements de 1876, (celui de 1872 n’a pas été conservé), on constate par exemple qu (...)

33Il convient surtout de constater que le problème du travail a été différemment ressenti selon les régions. Dans les vallées de l'ouest de Rouen, aucune activité nouvelle n'est venue s’offrir aux ouvriers de filature en chômage ; de 1861 à 1872, la population fléchit de plus de 3 000 habitants dans les deux cantons de Maromme et de Pavilly. A Darnétal le déclin de la filature a été partiellement compensé par le progrès d’autres industries. Sur la rive gauche la population du canton de Grand-Couronne augmente de près de 3 000 habitants, mais il ne s'agit pas d'un transfert des cantons défavorisés, car les grandes usines d’Oissel, de Sotteville et de Saint-Etienne-du-Rouvray ont été ouvertes avant que ne ferment celles du Cailly ; elles ont même dû recourir dans une forte proportion à de la main-d'œuvre étrangère à l'agglomération rouennaise proprement dite69.

34Salaires : Les difficultés de certains établissements cotonniers ont entraîné des conséquences fâcheuses sur l’évolution des salaires ; nous ne possédons de série continue pour aucune entreprise rouennaise, mais les indications fournies par les rapports de l'administration ou de la chambre de commerce de Rouen sont concordants.

  • 70 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 79.
    Enquête parlementaire sur le régime é (...)

35A la fin de 1868, Cordier estime que depuis 1959, les salaires des ouvriers normands ont augmenté de 20 % dans toutes les branches de l’industrie textile, qu'ils sont supérieurs à ceux des Suisses et ont presque rejoint ceux des Anglais70. Waddington attribue cette hausse à trois causes principales :

  1. L’utilisation de coton plus cassant et difficile à travailler ; les fileurs et tisseurs ont demandé une augmentation du salaire de base pour compenser la diminution de leur production.
  2. La rareté des bras due à la dénatalité et à la conscription qui enlève aux ateliers les ouvriers les plus vigoureux.
  3. La cherté de la vie dans la région de Rouen, en particulier le prix élevé des logements71.

Salaires dans l’industrie du coton (en francs)

Salaires dans l’industrie du coton (en francs)
  • 72 A D. S-M., M, Grèves de 1872.

Salaires masculins pour différentes professions (en francs)72

Salaires masculins pour différentes professions (en francs)72
  • 73 Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit, p. 309. La statistique de la préfe (...)

36Mais, dès le début de 1869, pour lutter contre la concurrence intérieure ou extérieure, les manufacturiers profitent de la baisse des denrées alimentaires et de la menace du chômage pour diminuer les salaires. Dans l'enquête parlementaire de 1870, le filateur Lamer en rejette évidemment la responsabilité sur les traités de commerce73.

  • 74 Journal de Rouen, 14 décembre 1867.
  • 75 Ibid 10 mars 1868. Le livre de Reybaud fut édité en 1867, mais des articles ont paru dès 1865 dans(...)

37Dans l’industrie de la laine, les données concernant les salaires sont encore plus incertaines ; il faudrait pouvoir distinguer avec exactitude le salaire à la journée et le salaire à la tâche ; la fabrication du drap lisse et celle des nouveautés. Fossard a souligné ces difficultés dans une critique de l'ouvrage de Reybaud sur la laine74 ; selon Reybaud, à Elbeuf, un ouvrier à la journée gagnait de 2 à 3 F ; à la tâche, 4,5 F et parfois un peu plus ; une femme à la journée 1,10 F à 2 F, à la tâche 1,75 F à 2,50 F, un enfant travaillant 8 heures 0,75 F à 1,10 F, s’il travaillait 12 heures 1,25 à 1,50 F. Fossard se demandait où Reybaud avait pu recueillir ses renseignements75. La moyenne du salaire à la tâche ne dépassait pas 2,50 F si l’on tenait compte des chômages, « qui à Elbeuf sont longs et fréquemment répétés », particulièrement dans les tissus de nouveautés ; entre chaque saison, le travail s’arrêtait plus ou moins longtemps, selon la vitalité du commerce, la nécessité d'essayer les nouveaux modèles..., le tisseur n’arrivait à gagner 5 F qu’en pleine saison, pendant quelques semaines : « ses forces physiques ne lui permettant pas de continuer au-delà une tâche aussi lourde »... Les fileurs assujettis aux mêmes chômages ne dépassaient 2,50 F que dans quelques grandes maisons qui fabriquaient du drap lisse et « n’avaient pas à subir les caprices des tissus nouveautés ». Quant aux enfants, Fossard affirmait que la loi de 1841 n’avait jamais été appliquée à Elbeuf ; l'enfant travaillait autant que l’ouvrier ; s’il était d’une force et d’une habileté exceptionnelles, il pouvait recevoir 1 F par jour.

  • 76 A. N., BB 30 389. Procureur général, 15 octobre 1863 (hommes, nouveautés 3,5 à 6 F, drap lisse 2,2 (...)
  • 77 Etude sur l’importance commerciale et manufacturière des villes et cantons d'Elbeuf (novembre 1858 (...)
  • 78 A. N., BB 30 389. Procureur général, 14 juillet 1869. Tisserands habiles de hautes nouveautés ; 6 (...)

38Il est possible cependant de faire deux constatations sur le salaire des tisserands ; après la baisse qu'il a subie à la fin de la guerre de Sécession, il a retrouvé au début de 1868, le niveau de 186376. Si l’on compare avec les années qui ont précédé le conflit, les différences paraissent peu sensibles77 ; d’après Fossard, la rémunération de certains articles aurait même diminué. Dans la filature, on peut constater une semblable évolution. Comment expliquer que les ouvriers de la laine n'aient pas davantage bénéficié de la prospérité ? D'abord pour les draps lisses, la concurrence des métiers mécaniques commençait à s’exercer, mais surtout pendant les crises cotonnières, les chômeurs qui refluaient sur Elbeuf ont pu largement satisfaire aux besoins de main-d'œuvre. C'est seulement en 1869 que l'on note une progression du salaire des tisserands78.

39Si les revendications de salaires furent à l'origine des principaux conflits qui éclatèrent à la fin de l'Empire, le procureur général soulignait cependant l'intérêt que beaucoup d'ouvriers portaient également à d'éventuelles réformes de la législation sociale : livrets d'ouvriers, travail des enfants, durée du travail des adultes.

  • 79 A. D. S-M., M, Législation industrielle, rapports annuels, 1860-1870. Rapport du conseil des prud’ (...)
  • 80 A. D. S-M., M, Législation industrielle..., Préfet, 22 avril 1869.
  • 81 Ibid. Rapport du maire de Pavilly (1863). Le maire de Darnétal n'est pas étonné de constater qu’un (...)

40Livret d’ouvrier : Les dispositions concernant les livrets d’ouvriers étaient plus ou moins respectées selon les corps de métier ; les entrepreneurs de bâtiment, les menuisiers et les plombiers paraissaient pour la majeure partie oublier que la loi existait79. Elle n’était à peu près observée que dans les établissements clos où le travail était permanent80 ; encore les fraudes étaient-elles fréquentes ; plusieurs maires (Déville, Darnétal, Saint-Aubin-Epinay...) rapportent que certains ouvriers logés et nourris en hôtes, laissent leur livret comme garantie puis disparaissent dans une autre commune, le jour de la paie ; « comme en général, les patrons sont peu soucieux de la loi, ils reçoivent l’ouvrier, qui vient leur dire : « J’ai perdu mon livret »81.

  • 82 Ibid. Conseil de prud’hommes d'Elbeuf, mars 1869.
  • 83 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, mars 1869. Certains maires avaient souhaité que la loi de (...)
  • 84 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 8 avril 1869.

41Lorsqu'au début de 1869, le bruit courut que le gouvernement envisageait une réforme, le conseil de prud’hommes d’Elbeuf réclama aussitôt la suppression pure et simple du livret82 ; par contre, certains manufacturiers souhaitaient le maintien et même le renforcement de la règlementation : « Les patrons de la laine et du coton dont les ouvriers sont agglomérés... craignent d’être à leur merci »83. La chambre de commerce de Rouen adressa au ministre du Commerce un long rapport justifiant l’intérêt du livret pour les patrons et les travailleurs eux-mêmes : l'ouvrier de province est attaché à son établissement et ne le quitte jamais... ; s’il vient à changer, il reste dans la localité, dans une commune voisine ou tout au moins dans le canton ; « la durée des séjours donne la mesure de ses aptitudes et fournit une appréciation instantanée et suffisante de sa docilité et de sa bonne conduite. Jamais un seul de nos ouvriers n’a trouvé sa dignité froissée par l’obligation du livret. Loin de là, il en est fier comme le soldat l'est de ses états de service ; il y tient d'autant plus qu’il rend les rapports faciles avec le patron ; à la simple inspection du livret, l’engagement est consenti ou refusé »84.

  • 85 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures. Inspection du travail, 2 août 1868, 27 j (...)
  • 86 Le préfet a ajouté en marge : « On l’enverrait à l’école, c’est précisément là l'objectif de la lo (...)
  • 87 A. D. S-M., M, Législation du travail. Conseil de prud'hommes d’Elbeuf, 9 mai 1871 ; à Elbeuf, 500 (...)
  • 88 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 juillet 1867.
  • 89 Exposé des travaux de la chambre de commerce de Rouen, op. cit., 1867-1868, p. 48 et suiv. Voir ra (...)

42Travail des enfants : L’inspecteur du travail de la Seine-Inférieure reconnaissait que, malgré quelques progrès, la règlementation du travail des enfants n’était que partiellement respectée85. A Elbeuf, selon le conseil de prud'hommes, elle ne l’était pas du tout ; les enfants travaillaient 12 heures, le système des relais n’ayant jamais été accepté ; « les parents verraient avec chagrin le partage des salaires ; que deviendrait l’enfant pendant les heures de repos »86. L'âge des enfants n'était pas constaté à leur admission ; presque toujours, les ouvriers qu’ils devaient servir les enrôlaient sous leur responsabilité et à leur solde87. Les militants ouvriers réclamaient vainement une application stricte de la loi « Les meneurs du parti socialiste se sont emparés de cette question et en font un moyen d'agitation ; on peut penser, dès maintenant, que le travail des enfants sera un grief mis en avant par les démocrates aux élections du Corps législatif88. Consultée par la circulaire du 30 août 1867, la chambre de commerce de Rouen proposa des solutions qui ménageaient les intérêts des manufacturiers89 :

  1. Extension de la loi de 1841 à tous les établissements industriels quelle qu’en soit l'importance, à l’exception des enfants qui travaillent dans leur famille.
  2. Elévation du minimum d'âge à 11 ans, ou 10 ans, si l'enfant savait lire et écrire (le nombre des enfants qui travaillaient avant 10 ans était déjà fort restreint, surtout dans les grands établissements).
  3. Limitation à 10 heures par jour de la durée du travail (la chambre de commerce, estimant que le système des relais ne pouvait pas donner de bons résultats, jugeait préférable le minimum d’âge plutôt que de diminuer la durée du travail).
  4. Le contrôle serait confié au juge de paix ou à son suppléant.
  • 90 Journal de Rouen, 22 septembre 1867.
  • 91 Journal de Rouen, 24 septembre 1867. Réponse de M. Carbonnier apprêteur public à Elbeuf... (22 sep (...)
  • 92 Journal d'Elbeuf, 26 septembre 1867 (L, Kurzer).

43La durée du travail des adultes : Les lois sur la durée de la journée de travail étaient-elles vraiment appliquées ? Le 16 septembre 1867, Louis Fossard, écrivit au Journal de Rouen pour l’informer qu’il allait adresser au Sénat une pétition relative à l’exécution des lois de 1848 sur le travail des ouvriers de plus de 12 ans. Selon l'auteur, des ouvriers restaient à l'usine 16, 18 et même 20 heures sur 24 ; un seul repas par jour leur était parfois accordé ; en Amérique, le maximum était de 8 heures et tout le monde y gagnait, car le rendement du travail était supérieur90. Le Journal de Rouen, fidèle à son libéralisme fit quelques réserves sur l’utilité de la réglementation : la loi devait-elle intervenir avec des prescriptions obligatoires et, au risque de porter atteinte au principe de la liberté de chacun, décider que nul ne pourrait donner chaque jour à celui à qui il aurait loué ses bras, son habileté de main... qu’une certaine somme de travail également limitée... Le jour même, Carbonnier apprêteur public à Elbeuf, contesta les faits signalés par Fossard91 : 16, 18 et 20 heures sont des cas exceptionnels ; le décret du 17 mars 1851 permet la prolongation de la journée pour certains travaux industriels ; ce sont les ouvriers eux-mêmes qui se réjouissent de ne faire qu’un seul repas, ils peuvent ainsi quitter l’atelier une heure plus tôt... Carbonnier ne conteste donc pas que la loi n’est pas appliquée ; il invoque à la fois l'intérêt des ouvriers et celui des patrons, la nécessité de résister à la concurrence étrangère. Le Journal d’Elbeuf se refusa à discuter la question soulevée par Fossard, « à relever les exagérations pour ne pas dire les inexactitudes » que renfermait l'article ; « Quant au ton déclamatoire qui règne dans cette lettre, c'est là, on le sait, la note favorite de l’école à laquelle appartient M. Fossard et, grâce à Dieu, les ouvriers sensés, et ils sont nombreux, ne s’y laissent plus prendre »92.

  • 93 A. D. S-M., M, Grèves de 1872, Etat comparatif de la marche de l'industrie (11 octobre 1871),

Durée du travail journalier93

Durée du travail journalier93
  • 94 Pétition du 25 mars 1865 ; no 753 « Pétition établie de concert avec un certain nombre d’ouvriers (...)
  • 95 Journal de Rouen, 16 octobre 1867. Lettre de Charles Noiret, 15 octobre 1867.
  • 96 Ibid., « Faisons donc appel aux chefs d’établissements qui ont l’intelligence de leurs intérêts ; (...)
  • 97 Rivière échappera ainsi aux grèves de 1871, dont l’objectif principal sera la diminution de la jou (...)

44Fossard reçut cependant l'appui de Charles Noiret qui, trois ans auparavant, avait lui-même adressé une pétition au Sénat sur le même sujet94. La liberté de transaction était tout à fait illusoire : « elle ressemble beaucoup à la liberté de combat laissée à deux hommes dont l’un serait armé, bardé de fer de la tête aux pieds tandis que l’autre n'aurait que ses poings pour attaquer et pour se défendre »95. Noiret estime que cette nouvelle pétition risque d’être aussi inutile que la sienne. Quelles sont les solutions ? La coopération ? « Mais hélas... » ajoute Noiret, qui regrette les échecs qu'elle a subis récemment. La négociation avec les chefs d’établissements ?96 « La crise actuelle est propice à la réduction de la durée du travail sans amener de perturbation dans les affaires, il faut réclamer la journée de 10 heures » ; Rivière, tisseur de bretelles à Rouen, ne venait-il pas de l'accorder à ses employés ?97.

45Il ne s’agit donc plus seulement d’obtenir l’application de la loi de 1848, mais sa révision complète.

  • 98 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce, 14 novembre 1868. F 1 C III, Seine-Inférieure 9. Préfet, (...)
  • 99 Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit. Déposition de Lamer, p. 307 et sui (...)

46Le 14 novembre 1868, la chambre de commerce de Rouen rapporta qu’une pétition circulait pour que la journée de travail fût légalement fixée à 10 heures dans les fabriques cotonnières de Rouen et des vallées de Bolbec, Lillebonne et Maromme98. Certains industriels reconnaissaient que le rendement de l’ouvrier anglais en 10 heures de travail était équivalent à celui de l’ouvrier français en 12 heures. Lamer admettait que la réforme était inévitable : « Il faut prévoir le cas sans doute assez proche où l’industrie cotonnière sera obligée de réduire la durée du travail... à 10 heures »99.

47Les nouvelles conditions de production dans l'industrie cotonnière, l'accroissement du rendement du travail grâce au perfectionnement des machines donnaient un-fondement sérieux aux campagnes qui se développèrent à partir de 1867 pour exiger une meilleure application ou une réforme de la législation sociale. Des concessions mineures ne pouvaient donner satisfaction aux ouvriers. Si les élections, les événements politiques et militaires de 1870 vont, pour un temps, faire passer au second plan ces revendications, la lutte pour la journée de 10 heures reprendra peu après la chute de la Commune.

48Le mouvement pour les réformes avait été inspiré par les démocrates d’Elbeuf et surtout les conseillers prud'hommes élus en 1864 ; il se distinguait complètement, à l'origine, de l’action du Cercle d’études économiques, plus préoccupé de développer les corporations que d’en appeler à l’Etat ou aux parlementaires ; mais les deux courants se rencontrèrent à la fin de 1868 pour la publication de la Protestation ouvrière contre la chambre de commerce d’Elbeuf.

Notes

1 A. D. S-M., M, Situation de l’industrie. Préfet, 22 octobre 1868.

2 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton et des produits chimiques dans la Seine-Inférieure et dans l’Eure, 1859-1869 - Rouen 1869, 170 p. A. Cordier fut le rapporteur du travail préparé par une commission nommée le 21 janvier 1869 comprenant plusieurs industriels : J. Levavasseur, H. Barbet, Pouyer-Quertier, Bertel, A. Cordier, b. Hazard, Dubourg, E. Malétra, L. Ferry, Germonière. Voir Journal de Rouen, 8 octobre 1869.

3 Ibid., p. 66.

4 Journal de Rouen, 19 novembre 1869. Il faudrait réduire pour ces établissements le nombre des broches de 1/5e environ. A la fin du second Empire, 20 % des établissements disposaient de bancs à broches.

5 SUZUKI (Hiromasa) - L'évolution de l’industrie cotonnière, op. cit., p. 181 et suiv. En 1860, 1/10'des établissements étaient équipés en self-acting. L’estimation de l’accroissement de la capacité de production varie selon les sources de renseignements. Pouyer-Quertier l’évalue à 22 % dans son usine de Petit-Quevilly. Aucune indication précise n’est fourme sur le nombre total des métiers self-acting en 1869.

6 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 142. De 1859 à 1869, 54 établissements avaient suspendu momentanément ou définitivement leur travail, ils représentaient 308 356 broches ; en 1869, 24 étaient encore en chômage.
Enquête parlementaire sur le régime économique, 1870, t. I, p. 307 et suiv. ; déposition de Lamer.

7 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 66 : « La plus grande somme des efforts tend vers l’installation de filatures dépassant 20 000 broches ».

8 Ibid., p. 67.

9 Enquête parlementaire sur le régime économique, op. cit., p. 309. Lamer montre les difficultés de la filature en citant le cas de son propre établissement. Il avait racheté en 1866 à Saint-Pierre-de-Varengeville, 210.000 francs, un établissement de 15 000 broches monté en 1863 et qui avait coûté alors 760.000 francs.

10 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 9. En 1869, la force hydraulique ne représente plus qu’1/5e de l’énergie utilisée dans la filature.

11 D’après la statistique de Cordier, on constate que le léger accroissement du nombre n’est pas, en général dû à l’extension d’anciennes filatures, mais à la fondation de nouveaux établissements : à Rouen, Lefèbvre, 10 000 broches, Rivière, 22 500 ; à Darnétal, Rousselin, 16 300 broches.

12 Journal de Rouen, 5 novembre 1869.

13 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 148. Dans ces chiffres sont compris les tissages de bretelles : deux tissages (447 métiers) en 1859, trois tissages (902 métiers) en 1869.

14 Ibid., p. 19.

15 Journal de Rouen, 5 décembre 1869. Les grandes filatures créées en 1859, sauf celle d’Oissel, disposent toutes de tissages : Pouyer-Quertier, 178 métiers à Fleury-sur-Andelle (Eure) ; Bertel, 384 métiers à Sotteville ; Martin, 563 métiers à Saint-Etienne-du-Rouvray.

16 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 154-155.
Tableau des exportations et importations des fils et tissus de-coton
Image

17 Voir aussi Journal de Rouen, 20 novembre 1869.

18 Journal de Rouen, 5 novembre 1869.

19 En 1869, la vallée de l'Austreberthe possédait trois tissages comme en 1859 ; la vallée du Cailly cinq au lieu de quatre (un tissage a disparu au Houlme, mais deux ont été créés à Malaunay et à Déville).

20 FOHLEN (Claude) – L'industrie textile, op. cit., p. 465-466.

21 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 69-70. Cependant, deux usines ont été transformées en imprimeries de lainages (trois en 1869, au lieu d’une en 1859).

22 Journal de Rouen, 20 novembre 1869. Cordier estime que la capacité de production a été réduite de 50 %, ce qui semble exagéré d'après les statistiques qu’il a lui-même établies.

23 Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit., t. I, p. 378 et suiv.

24 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op, cit., p. 70.
Ibid. - Indiennes, rouenneries, teinture, apprêts - Annuaire de l'Association normande, 1868, p. 481-495.
A. N., BB 30 390. Procureur général, 7 janvier 1870. Pendant la guerre d’Amérique la production d’indiennes aurait été à peu près égalée par celle des étoffes de laine. Le prix de l’indienne n'a pas assez diminué pour qu’elle puisse reprendre sa place. La Normandie produisait environ 800 000 pièces et l’Alsace 500 000.

25 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 47. Journal de Rouen, 5 et 9 novembre 1869.

26 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce de Rouen, 13 octobre 1868.
La reprise des transactions avec l’Algérie n’aurait pas donné le coup de fouet attendu.

27 A. N., BB 30 389. Procureur général, 11 janvier 1869.

28 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, novembre, décembre 1869.

29 Ibid. Préfet, juillet, août 1869. A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 8 juillet 1869.

30 A. D. S-M., M, Situation de l’industrie 1866-1870. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1869.
Il s'agit en particulier de celles qui étaient soutenues par des banquiers ou des commissionnaires.

31 Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 20 octobre 1869.

32 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 7 octobre 1869.

33 A. N., BB 30 389. Procureur général, 9 octobre 1869. A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, septembre, octobre 1869.
A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 février 1870.

34 A N., F 1 C III, Seine-Inf. 17. Préfet, 11 décembre 1869, 15 janvier 1870.

35 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, février, mars 1870.
A. N., F 12 4537. Préfet, 31 décembre 1869, 1er mars 1870.

36 Ibid. Préfet, 2 juin 1870.

37 A. N., BB 30 389. Procureur général, juin 1870. Le travail a repris dans 3 filatures (260 ouvriers).

38 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce de Rouen, 13 octobre 1868.
Ibid., 10 février 1870. La chambre de commerce montre comment tout le risque retombe sur le manufacturier. lorsqu'on avait foi dans l’avenir industriel, les intermédiaires détenaient la moitié du stock disponible, les filateurs n'étaient chargés que de l’autre moitié. « Aujourd’hui, les intermédiaires n’achètent plus rien ; les manufacturiers surchargés de leurs stocks, effrayés de la concurrence étrangère, baissent leurs tarifs et écoulent dans des conditions ruineuses ».

39 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 13 octobre 1868.

40 Ibid., 8 juillet 1869.

41 Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit., t. I, p. 534 : « La laine a pris dans le vêtement la place de 12 % du coton qui était employé précédemment ; mais c'est un chiffre que je donne sous toutes réserves... » (Cordier).

42 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 8 avril 1869. A. N., F 12 4498 B. Chambre de commerce de Rouen, 13 octobre 1868 : « Les tissus en laine ont baissé depuis deux ans de 15 à 16 %. La consommation de la laine se substitue dans les étoffes de fantaisie à celle des impressions sur coton ».

43 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 154-155.

44 Journal de Rouen, 19 novembre 1869.

45 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 76.

46 A. N., BB 30 390. Procureur général, 7 janvier 1870.

47 L'industrie cotonnière en Angleterre et en Normandie - Rouen 1870. Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit., t. I, p. 307. Intervention d’Alfred Lamer, filateur ; il conclut que plus de la moitié des établissements existant en 1860 ont succombé. En réalité, la fermeture de certaines usines a été de courte durée ; exemple : la Cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray.

48 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 143 et 145.

49 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 8 avril 1869.

50 A. D. S-M., M, Situation de l’industrie, 1866-1870. Préfet, 15 juillet 1868.
I. N. S. E. E. - Annuaire statistique 1951.

Prix de gros du kilo de laine brute
Image

51 A. N., BB 30 389. Procureur général, 11 juillet 1869.

52 A. N., BB 30 390. Procureur général, 7 février 1870. La valeur de la production elbeuvienne s’élevait à 85 millions de francs en 1868, 90 en 1869, contre 110 en 1863, mais il faut tenir compte de la baisse de la matière première.

53 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce d’Elbeuf, 15 janvier 1869.

54 A. D. S-M., M, Situation de l’industrie, 1866-1870.

55 Notices scientifiques, historiques, industrielles et commerciales, statistiques sur la ville de Rouen, rédigées à l'occasion du congrès de l'Association française pour l’avancement des sciences - Rouen 1883, 680 p. ; p. 342.

56 Enquête parlementaire sur le régime économique. Industries textiles, tome II, la laine. Déposition de Flavigny, p. 38 et suiv.
Au total l’industrie elbeuvienne faisait travailler 363 métiers mécaniques, dont 268 dans la région elbeuvienne et les autres dans l’Eure.
Le ravitaillement d’Elbeuf en laine brute a subi une transformation radicale. En 1858, 38 % de laines indigènes, 28 % de l’Australie, 3 % de la Plata. En 1869, 6  de laines indigènes, 26 % de l'Australie, 46 % de la Plata.

57 A. D. S-M., M, Situation industrielle, 1866-1870. 14 700 ouvriers « à l’intérieur de la ville », 4 400 de l'extérieur occupés tous les jours à l’intérieur de la ville, 3 000 ouvriers hors d'Elbeuf occupés chez eux pour l’industrie de la ville.

58 Enquête parlementaire sur le régime économique, 1870, op. cit. Déposition de Flavigny, p. 48.

59 A. D. S-M., M, Industrie et Commerce, Inspection du travail des enfants. Filatures de laine (juin 1869).

60 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Rapport du commissaire Girard, 11 octobre 1871.

61 Le commissaire ne précise pas ce qu’il désigne comme « temps normal ». Il s’agit vraisemblablement des périodes (en 1867 et 1868) au cours desquelles les usines ont travaillé 12 h par jour.

62 112 filatures au lieu de 150 en 1869 selon Cordier.

63 A. N., F 12 4478 B (1er trimestre 1869) ; F 12 4537 (2e trimestre 1870) : les exportations anglaises se dirigent à nouveau vers les Etats-Unis.

64 A. N., F 12 4537. Rapports de 1869.

65 A. M. de Darnétal, 2 F 2.

66 Exposé des travaux de la chambre de commerce de Rouen, 1866-1868, op. cit. Travail des enfants dans les manufactures..., p. 109.

67 A D. S-M., M, Législation industrielle, 1860-1870. Chambre de commerce d'Elbeuf, 25 février 1868.

68 A. D. S-M., M, Manufactures, Inspection du travail des enfants. Statistiques de 1866 et de 1871 ; le préfet reconnaît la difficulté de faire des constatations précises sur le travail des enfants.

69 D’après les recensements de 1876, (celui de 1872 n’a pas été conservé), on constate par exemple qu'à Saint-Etienne-du-Rouvray, 44 % des fileurs et tisserands sont nés dans la commune ou les communes limitrophes, 30 % dans les autres régions de la Seine-Inférieure (dont 5 % dans la vallée du Cailly), 9 % dans l'Eure ; 14 % dans les autres départements français et 3 % à l’étranger.

70 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 79.
Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit., p. 353. Lamer insiste sur le meilleur rendement des ouvriers anglais qui produisent en 10 heures autant que les Français en 12 heures.
Selon Fauquet, le salaire aurait augmenté de 45 % pour certains articles.

71 Ibid., p. 367-368. Pour une cuisine et deux chambres, 150 F par an à Rouen, 130 à Darnétal, 120 F à Barentin, 112 à Manchester.

72 A D. S-M., M, Grèves de 1872.

73 Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit, p. 309. La statistique de la préfecture établie d’après la circulaire du 4 décembre 1859, n’apporte pas de renseignements sérieux. Il est évident que le rédacteur s’est borné souvent à reproduire les chiffres de l’année précédente.
Salaires journaliers (en francs)
Image
Salaires journaliers (en f rancs)
Image
A. D. S-M., M, Salaires ouvriers (salaire minimum, moyen et maximum).

74 Journal de Rouen, 14 décembre 1867.

75 Ibid 10 mars 1868. Le livre de Reybaud fut édité en 1867, mais des articles ont paru dès 1865 dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences morales et politiques.

76 A. N., BB 30 389. Procureur général, 15 octobre 1863 (hommes, nouveautés 3,5 à 6 F, drap lisse 2,25 à 3,50 F ; femmes 1,75 F) ; 12 janvier 1868 (hommes 3 à 6 F ; femmes 2 à 3 F ; enfants 0,75 F à 2 F).

77 Etude sur l’importance commerciale et manufacturière des villes et cantons d'Elbeuf (novembre 1858) - Rouen 1858. Salaire à la journée 2 à 3 F, à la tâche 3 à 4,5 F ; femmes 1,10 à 2 F.

78 A. N., BB 30 389. Procureur général, 14 juillet 1869. Tisserands habiles de hautes nouveautés ; 6 à 8 F, tissus unis ; 3,5 à 5 F ; femmes 2 à 2,5 F. Selon Flavigny (Enquête parlementaire de 1870, op. cit., p. 38) : salaire à la journée, 2, 5 à 3 F, à la tâche, 3,75 à 4 F.

79 A. D. S-M., M, Législation industrielle, rapports annuels, 1860-1870. Rapport du conseil des prud’hommes de Rouen, janvier 1863. Il en était de même pour les ouvriers du port.

80 A. D. S-M., M, Législation industrielle..., Préfet, 22 avril 1869.

81 Ibid. Rapport du maire de Pavilly (1863). Le maire de Darnétal n'est pas étonné de constater qu’un tiers des livrets qu’il délivre sont destinés à remplacer des livrets perdus...

82 Ibid. Conseil de prud’hommes d'Elbeuf, mars 1869.

83 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, mars 1869. Certains maires avaient souhaité que la loi de 1854 fût étendue à tous les ouvriers sans exception ; d’autres, que les livrets puissent de nouveau être conservés par les patrons.

84 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 8 avril 1869.

85 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures. Inspection du travail, 2 août 1868, 27 juillet 1869.

86 Le préfet a ajouté en marge : « On l’enverrait à l’école, c’est précisément là l'objectif de la loi ».

87 A. D. S-M., M, Législation du travail. Conseil de prud'hommes d’Elbeuf, 9 mai 1871 ; à Elbeuf, 500 enfants environ étaient employés dans l’industrie.

88 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 juillet 1867.

89 Exposé des travaux de la chambre de commerce de Rouen, op. cit., 1867-1868, p. 48 et suiv. Voir rapport-du commissaire central de police d'Elbeuf, 25 février 1868 ; « Le nouvel et puissant outillage qui remplace aujourd’hui les bras de l’ouvrier et réclame de sa part une plus grande somme de surveillance exige, en revanche, de ses jeunes aides une force physique relativement développée, aussi ne craignons-nous pas de dire qu’aujourd'hui le tout jeune enfant n'est plus employé au service des machines dans les grandes usines et seulement pour les travaux accessoires » ; A. D. S-M., M, Législation industrielle, 1860-1870.

90 Journal de Rouen, 22 septembre 1867.

91 Journal de Rouen, 24 septembre 1867. Réponse de M. Carbonnier apprêteur public à Elbeuf... (22 septembre 1867).

92 Journal d'Elbeuf, 26 septembre 1867 (L, Kurzer).

93 A. D. S-M., M, Grèves de 1872, Etat comparatif de la marche de l'industrie (11 octobre 1871),

94 Pétition du 25 mars 1865 ; no 753 « Pétition établie de concert avec un certain nombre d’ouvriers de la contrée... La question préalable fut prononcée comme flagellation des idées les plus mauvaises et les plus dangereuses contenues dans cette pétition ».

95 Journal de Rouen, 16 octobre 1867. Lettre de Charles Noiret, 15 octobre 1867.

96 Ibid., « Faisons donc appel aux chefs d’établissements qui ont l’intelligence de leurs intérêts ; prions-les de limiter la journée à dix heures... de donner une heure pour déjeuner au lieu d'une demi-heure. Le résultat sera plus certain que l’exécution d’une loi qu’on ne veut pas respecter... ».

97 Rivière échappera ainsi aux grèves de 1871, dont l’objectif principal sera la diminution de la journée de travail.

98 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce, 14 novembre 1868. F 1 C III, Seine-Inférieure 9. Préfet, octobre 1868.

99 Enquête parlementaire sur le régime économique (1870), op. cit. Déposition de Lamer, p. 307 et suiv. A. D. S-M., M, Salaires ouvriers (salaire minimum, moyen et maximum).

Table des illustrations

Titre Filatures de coton en Seine-Inférieure3
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Arrondissement de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Répartition géographique des filatures en 1869 dans l'arrondissement de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tissages de coton en Seine-Inférieure
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Tissages de coton Arrondissement de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Répartition géographique des tissages dans l'arrondissement de Rouen (1er janvier 1869)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Métiers à bras en Seine-Inférieure
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Imprimeries d'étoffes de l'arrondissement de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Les établissements industriels de l'agglomération elbeuvienne
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Etat de l'industrie de la laine dans l'agglomération elbeuvienne (métiers à tisser et broches à filer)55
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Etat comparatif de la marche de l'industrie(arrondissement de Rouen, Elbeuf exclu)60
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Nombre d’établissements et d’ouvriers à Darnétal65
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Salaires dans l’industrie du coton (en francs)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Salaires masculins pour différentes professions (en francs)72
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Durée du travail journalier93
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8290/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540