Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Troisième partie. La fédération ouvrière rouennaise de novembre 1868 à mai 1870

La fédération ouvrière Rouennaise de novembre 1868 à mai 1870

Texte intégral

1Après une période de lents progrès, le Cercle d’études économiques de Rouen connut au début de 1869, en quelques semaines, un brusque développement qui surprit même ses dirigeants.

2Le Cercle se trouva entraîné dans l’agitation politique et sociale qui gagnait toute la France : mouvements de revendications ouvrières auxquels les travailleurs rouennais ne pouvaient rester insensibles à cause des répercussions de l’évolution des structures industrielles sur les conditions de travail et les salaires, luttes politiques à la veille des élections de 1869. Grâce à la nouvelle loi sur la presse, des journaux d’opposition sont apparus à Rouen, le Courrier de Rouen, légitimiste, le Progrès de Rouen, radical ; au début de 1870, la Fédération ouvrière elle-même disposera de son hebdomadaire : la Réforme sociale.

3Le Cercle ne va donc plus seulement se consacrer à l’organisation de la classe ouvrière mais participer à des actions immédiates : il se trouve amené à soutenir les grèves ; il constitue des comités électoraux et présente un candidat en 1869. C’est l’apogée de l’A. I. T. à Rouen, l’époque la mieux connue de son existence d’après ses propres publications et les attaques de ses adversaires : les interventions du Cercle lui attirant à la fois l’hostilité des patrons et des conservateurs mais aussi des démocrates et enfin des poursuites judiciaires au printemps de 1870.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540