Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Deuxième partie. La crise de l'industrie cotonnière et le mouvement ouvrier (1860-1868)

Chapitre III. Le cercle d’études économiques de Rouen

Texte intégral

  • 1 Archives de la préfecture de police. Ba 349. Copies des lettres d’Aubry à Schrub.

1Nous ne disposons d’aucun document précis sur la formation du Cercle d’études économiques de Rouen, en fait section rouennaise de l’Association internationale des travailleurs ; les quelques lettres conservées à la Préfecture de police de Paris ne sont pas antérieures au congrès de Genève de 18661. Cette lacune s’explique facilement par le peu d’importance de l’organisation jusqu’à cette date. Ce sont les congrès de l’A. I. T. de 1866 à 1868 qui, chaque année, donneront une impulsion à l’activité du cercle et lui permettront de prendre la direction du mouvement ouvrier rouennais.

LES ORIGINES DU CERCLE D’ETUDES ECONOMIQUES DE ROUEN

2La fondation du Cercle d’études économiques de Rouen doit vraisemblablement être attribuée à certains ouvriers proudhoniens dont la police signalait l’existence en 1859 à l’occasion du conflit qui les opposait aux démocrates au sujet de la question italienne ; mais nous ne savons rien sur l’importance de ce groupe, ni sur son activité, hormis la diffusion des ouvrages de Proudhon.

  • 2 NOEL (Eugène) (1816-1899) - Directeur de la bibliothèque de Rouen (1879-1898), il a publié des sou (...)

3Il faut attendre les élections de 1863 pour rencontrer de nouvelles allusions à l’action des proudhoniens rouennais grâce à une lettre de P. J. Proudhon lui-même, adressée à Eugène Noël2. Eugène Noël, né à Rouen le 4 septembre 1816, fils d’un modeste propriétaire d’un moulin à triturer les bois de teinture, avait fait ses études au lycée de Rouen ; grâce à son ami Alfred Dumesnil, il était entré en relations avec Michelet, Edgar Quinet et Proudhon. Avant de s’établir à Rouen, puis à Boisguillaume, il vécut au Tôt entre Monville et Clères de 1842 à 1861 et se passionna pour la botanique et l’économie rurale ; à partir de 1860, il collabora à l’Opinion nationale, puis au Journal de Rouen où il publiait une chronique « Les loisirs du pèreLabêche, libres propos d’un paysan du Danube quelque peu humanisé, cueillant par monts et par vaux les histoires et les idées et les semant à tout vent ».

  • 3 L’Opinion nationale, 20 février 1863. L’article sur la situation lamentable des ouvriers de l’indu (...)
  • 4 PROUDHON (P.-J.) - Correspondance, op. cit., t. XII, 10 avril 1863, p. 377-379.
  • 5 NOEL (Eugène) - Fin de vie, op. cit., p. 132.

4Mais en dehors des sujets champêtres, Noël s’intéressait aussi au mouvement social3 et à la littérature. Il publia plusieurs ouvrages sur Rabelais, Molière et Voltaire. En avril 1863, Proudhon remercie Noël de lui avoir adressé un exemplaire dédicacé de son livre Voltaire et Rousseau4, puis aborde la question politique : « Je suis heureux que vous ne soyez pas scandalisé de mon principe et que vous ayez pris la chose par le bon côté. Vous savez ce que signifie ma scission. Il faut sauver notre malheureuse démocratie et la pousser en vraie république, ce à quoi elle résiste de son mieux à grand renfort de préjugés, d’instigailleries, de charlataneries, de machiavélisme et même de conservatisme bourgeois... ». Proudhon recommande à Noël la lecture de sa brochure Les démocrates assermentés et les réfractaires et attaque l’opposition : « J’ignore ce qui se passe dans vos quartiers, mais je puis vous certifier qu’ici le gâchis est à son comble, qu’on ne s’occupe plus du tout ni des droits, ni des libertés, ni des principes. On fait de l’agitation par tempérament, par besoin de mouvement, et on tâche de la diriger contre l’Empire, par vieille habitude d’opposition. C’est tout. Aussi cette opposition inintelligente n’est-elle autre chose qu’un compérage bonapartiste, à faire pleurer nos grands-pères dans leurs fosses ». Et Proudhon demande à Noël de s’associer à faction du comité abstentionniste de Paris : « Si vous jugez que je sois dans le vrai et que quelque chose, dans le sens que je propose, soit praticable à Rouen, je vous engagerai à vous mettre, vous et vos amis, en rapport avec le comité que nous allons former à Paris, et qui, je vous en réponds, n’obtînt-il que la minorité dans les comices, aura les honneurs de la campagne ». Eugène Noël qui, malgré les sollicitations n’avait pas accepté d’être candidat aux élections de 1848 et avait refusé après le 2 décembre de participer à tout scrutin, ne pouvait qu’approuver l’attitude de Proudhon5.

  • 6 Comme nous l’avons vu, Desseaux avait été procureur général en 1848 et avait requis contre la Soli (...)
  • 7 PROUDHON (P.-J.)-Correspondance, op. cit., t. XII. Lettre à Charles Morand (10 avril 1863).
  • 8 Ibid. Lettre à M.-J. Buzon (14 mai 1863).

5Aux élections des 31 mai et 1er juin 1863, les Républicains présentèrent à Rouen l’avocat Louis-Philippe Desseaux dont la candidature suscitait cependant des réserves chez quelques démocrates6. Dans une lettre du 14 mai7, Proudhon signalait que le mouvement en faveur de l’abstention semblait s’étendre : « Il y a de l’écho pour nous à Bordeaux et à Rouen, à Lyon, partout...8.

  • 9 Ibid. Lettre à M.-J. Buzon (9 juillet 1863). 27.960 inscrits, 20.844 votants, 20.785 suffrages exp (...)
  • 10 Ibid. Lettre à M.-J. Buzon (19 juin 1863).
  • 11 PROUDHON (P.-J.) - Lettre aux ouvriers - Correspondance, t. XIII, p. 263.

6Pouyer-Quertier fut élu par 10 903 voix contre 8 117 à Desseaux. Proudhon triompha. « Les abstentionnistes ont fait manquer l’élection de Desseaux, candidat opposant »9, « à Rouen, nous avons un foyer d’ouvriers fort intelligents qui ont fait manquer l’élection de M. Desseaux... les lettres que j’ai reçues, m’assurent que... nous pourrions compter en Normandie, le cas échéant, sur un groupe de 20 000 hommes »10. A Rouen, comme à Paris, Proudhon a évidemment exagéré la portée de sa brochure11.

  • 12 Journal de Rouen, 1er mars 1864, manifeste de l’Opinion nationale et un extrait de l’article du Si (...)

7Les élections partielles de Paris (20-21 mars 1864) et le Manifeste des Soixante furent l’occasion d’une correspondance directe entre Proudhon et les ouvriers rouennais. Le manifeste parut dans l’Opinion nationale le 17 février. Dans ses numéros des 1er et 2 mars, le Journal de Rouen relate la controverse entre l’Opinion et le Siècle au sujet de la candidature ouvrière12.

  • 13 PROUDHON (P.-J.) - Correspondance, t. XIII, p. 245. Lettre à Larramat, de Passy. Le Réveil Social,(...)

8Proudhon fut consulté d’abord par des ouvriers rouennais puis par des parisiens : « On m’annonce une communication de quelques ouvriers amis et abstentionnistes qui désirent avoir sur tout cela mon sentiment ; il est probable que je leur répondrai comme je l’ai fait à quelques amis de Rouen. Je suis satisfait de la chose ; je fais mes réserves sur les sujets, et je conclus tout juste comme vous que si les Soixante avaient raisonné logiquement, ils auraient dit : votons blanc ! »13.

  • 14 PROUDHON (P.-J. - Correspondance, op. cit., t. XIII, p. 247 :
    « Je ne m’attendais pas, je vous l’av (...)

9Le même jour, le Journal de Rouen, bien renseigné, annonce que Proudhon prépare un manifeste contre les candidatures ouvrières. C’est la Lettre aux ouvriers, datée du 8 mars 186314 : « Citoyens, vous me demandez ce que je pense du manifeste des soixante ouvriers qui a paru dans les journaux ? Vous désirez surtout savoir si, après vous être prononcés en mai dernier contre toute espèce de candidature, vous devez persévérer dans cette ligne ou appuyer, en raison de la circonstance, l’élection d’un camarade digne de vos sympathies... ». Proudhon se réjouit du réveil de l’idée socialiste : « Assurément je suis d’accord avec vous et avec les Soixante, que la classe ouvrière n’est pas représentée et qu’elle a le droit de l’être : comment pourrais-je professer une autre opinion ? La représentation ouvrière, n’est-ce pas, aujourd’hui comme en 1848, au point de vue législatif, politique et gouvernemental, l’affirmation du socialisme ? »Proudhon sait gré à ses correspondants de n’avoir pas supposé un seul instant qu’il pût être d’un autre sentiment que le leur. Mais il passe à la seconde question : « l’exercice du droit à l’éligibilité est-il bien pour la classe ouvrière le meilleur moyen d’arriver aux réformes qu’elle sollicite... ? » Les conditions dans lesquelles s’exerce le suffrage universel le rendent illusoire. Il insiste en particulier sur le monopole de la presse : pourquoi... faire élire quelques représentants « dans une opposition aux trois quarts ralliée à l’idée de la monarchie constitutionnelle et bourgeoise » et s’affirmant antisocialiste : « Ils sont plus antisocialistes que le gouvernement lui-même ». Selon Proudhon, il n’est donc qu’une conclusion logique du Manifeste des Soixante, c’est que la démocratie ouvrière déclare, par son vote, qu’elle désavoue l’opposition et qu’elle renonce, jusqu’à des temps meilleurs, non à voter, mais à se faire représenter.

  • 15 PROUDHON (P.-J.) - De la capacité politique des classes ouvrières - Paris, Rivière, 1924, 424 p., (...)

10« Par le manifeste, la démocratie ouvrière s’est posée en patricienne ; par l’élection d’un représentant, vous retomberiez au rang d’affranchis. Existe-t-il parmi vous un homme hors ligne ? Votez lui une couronne civique, n’en faites pas un prostitué, n’en faites pas un candidat ». Cette protestation par le bulletin blanc aurait été « parfaitement accueillie »15.

  • 16 L’ouvrage inachevé à la mort de Proudhon (janvier 1865) fut terminé par Gustave Chaudey (mai 1865)
  • 17 Manifeste électoral du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen.
    Aux ouvriers des 1(...)

11Proudhon développa son commentaire du manifeste dans le livre De la capacité politique des classes ouvrières dédié à quelques ouvriers de Paris et de Rouen qui l’avaient consulté sur les élections16 : « Il s’agit de montrer à la Démocratie ouvrière, qui, faute d’une suffisante conscience d’elle-même et de son Idée, a porté l’appoint de ses suffrages sur des noms qui ne la représentent pas, à quelles conditions un parti entre dans la vie politique ; comment, dans une nation, la classe supérieure ayant perdu le sens et la direction du mouvement, c’est à l’inférieure de s’en emparer, et comment un peuple incapable de se régénérer par cette succession régulière est condamné à périr. Il s’agit, le dirai-je ? de faire comprendre à la plèbe française que, si en 1869, elle s’avise de gagner pour le compte de ses patrons encore une bataille comme celle qu’elle leur a gagnée en 1863-64, son émancipation peut être ajournée d’un demi-siècle ». Aux élections de 1869, cette dernière phrase inspire l’épigraphe du manifeste du Cercle d’étudeséconomiques, pour soutenir la candidature ouvrière de son secrétaire Emile Aubry, dans les 1re et 2e circonscriptions de Rouen17.

12C’est le 28 septembre 1864 que s’était tenu le meeting de Saint-Martin’s Hall où fut fondée l’Association internationale des travailleurs.

13Le bureau parisien de l’A. I. T. s’ouvrit le 8 janvier 1865, 44 rue des Gravilliers.

  • 18 Le Lubez démissionna, dès le début d’avril, de ses fonctions de délégué pour la France et fut remp (...)

14Le 6 février, le Journal de Rouen publia au milieu de sa campagne en faveur des associations ouvrières, les statuts de l’A. I. T. parus dans l’Avenir national : « Les personnes qui désirent établir un bureau de renseignements devront s’adresser directement au secrétaire pour la France, M. Le Lubez18.

  • 19 The General Council of the First International, Minutes - Institute of Marxism-Léninism of the C.C (...)
  • 20 The General Council..., op. cit., t. I, p. 232 et 240.
  • 21 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 20 - Brochure publiée par la Section de Paris de l’ (...)

15Les minutes du Conseil général de l’A. I. T. permettent de dater approximativement la naissance des groupes français ; il est question de la section de Lyon au cours des séances des 14 et 28 mars 1865, de Neufchâteau le 13 juin ; le 20 juin, le Conseil central cite des correspondants à Caen, Lisieux, Pantin et Saint-Denis19. La première mention concernant Rouen et Elbeuf apparaît dans le compte rendu de la conférence de Londres (25-28 septembre 1865) qui remplaçait le congrès initialement prévu à Bruxelles. Des groupements français, seul celui de Paris était représenté par Tolain, Fribourg, Limousin, Schily, Varlin, Clarion et Dumesnil-Marigny. Fribourg exposa la situation financière à Paris puis Tolain déclara que des membres avaient été recrutés à Rouen, Nantes, Elbeuf, Caen, Lisieux, Saint-Denis, Pantin et Puteaux, mais que dans toutes ces localités, le progrès avait été ralenti par l’ajournement du congrès ; les délégués ajoutèrent même que tout nouveau retard serait fatal à l’A. I. T. en France20. A la fin de la conférence, au cours de la célébration du premier anniversaire de l’A. I. T., Dupont, secrétaire pour la France, annonça à son tour que des correspondants, en communication directe avec le Conseil central, étaient établis dans les villes de Paris, Lyon, Marseille, Rouen, Caen, Nantes, Lisieux, Elbeuf et Neufchâteau21.

  • 22 The General Council, op. cit., t I, p. 183-184 (1er mai 1866).

16La conférence de Londres avait décidé que le congrès de l’A. I. T. se réunirait non à Bruxelles, mais à Genève, au plus tard en mai 1866 ; mais, le 1 er mai, le Conseil central repoussa à nouveau le congrès au mois de septembre. Dupont avait pourtant lu une lettre de Fribourg qui, au nom du bureau parisien, s’opposait à tout nouveau délai et signalait que les correspondants de province désiraient également que le congrès se réunît le 4 juin. Mais Lafargue pensait que Fribourg exagérait les risques de l’ajournement : « Si cette décision pouvait jeter la panique à Paris, il n’en serait pas de même en province où l’association commençait à peine à s’organiser »22.

  • 23 Ibid., p. 208 (10 juillet 1866).
    Allusions à de nouvelles créations : Condé-sur-Noireau (21 novembr (...)

17Il semble bien qu’à Rouen en particulier, l’existence du groupe de l’A. I. T. resta purement nominale jusqu’au congrès de Genève ; le 10 juillet 1866, Jung lut au Conseil général une lettre des adhérents rouennais ; ils regrettaient le retard qu’ils avaient pris, rattrapaient le temps perdu et travaillaient pour l’avenir »23.

LE CONGRES DE GENEVE

18Le congrès de Genève finit par se réunir du 3 au 8 septembre 1866.

  • 24 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 27 à 108. Etaient également représentées 4 sections (...)
  • 25 Ibid., p. 27. Deux documents : le rapport du Conseil central publié en 1867, dans le Courrier inte (...)

19Soixante délégués représentaient 25 sections de l’A. I. T. (46 délégués) et 11 sociétés adhérentes (14 délégués) ; quatre sections françaises seulement participaient aux débats, Paris : 11 délégués, dont Tolain, Chemalé, Benoît Malon, Varlin et Fribourg ; Lyon, 4 délégués dont Albert Richard ; Fleurieu-sur-Saône : 1 délégué ; Rouen : 1 délégué, Emile Aubry, lithographe 12, rue de l’Amitié24. Le Conseil central avait proposé un ordre du jour chargé : 1) Organisation de l’Association - 2) Combinaison internationale des efforts, par le moyen de l’Association, pour la lutte du travail contre le capital avec établissement d’une statistique des conditions des classes ouvrières de toutes les contrées faites par les ouvriers eux-mêmes - 3) Réduction des heures de travail - 4) Travail des jeunes personnes et des enfants des deux sexes - 5) Travail coopératif - 6) Sociétés ouvrières (Trade’s Unions), leur passé, leur présent, leur avenir - 7) Impôts directs et indirects - 8) Crédit international - 9) De la nécessité d’anéantir l’influence russe en Europe pour l’application du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de reconstruire une Pologne sur des bases démocratiques et sociales - 10) Armées permanentes ; leurs rapports avec la production - 11) Des idées religieuses ; leur influence sur le mouvement social, politique et intellectuel. Il est certain que ces questions n’avaient pas été étudiées à Rouen. Les comptes rendus du congrès ne parlent que des rapports de Paris et de Lyon25.

  • 26 La Première Internationale, op. cit., t. I. p. 107.
    PUECH (Jules) - Le proudhonisme dans l’Associat (...)

20Le mémoire des délégués parisiens, d’inspiration proudhonienne, fut lu par Chemalé ; les représentants de Lyon renoncèrent à la parole et retirèrent du bureau leurs manuscrits, s’en référant complètement aux conclusions des délégués de Paris. Aubry fit la même déclaration. Le mémoire des délégués parisiens prit le nom de Mémoire français des délégués au congrès de Genève et fut signé de tous les représentants de Paris, Lyon et Rouen26.

  • 27 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 79.

21Le compte rendu de J. Card ne mentionne qu’une seule autre intervention d’Aubry : « la proposition de M. Aubry que le congrès déclare que l’Association poursuit l’émancipation des travailleurs des champs tout aussi bien que celle des ouvriers industriels, est approuvée sans discussion »27.

  • 28 Ibid., t. I. p. 38.
  • 29 A. P. P., Ba 439 - Lettre d’Aubry à Fribourg, 26 novembre 1866.
    Les discussions sur les statuts ont (...)

22Aubry fit aussi partie, avec Tolain, Fribourg et Varlin de la commission de 14 membres chargés de rédiger les statuts définitifs de l’A. I. T., qui furent votés le 5 septembre28. A ce sujet, Aubry écrivit plus tard à Fribourg « qu’il trouvait l’organisation de l’Internationale peu en harmonie avec les grands principes émis avec tant d’intelligence et de talent par le mémoire ». Sur quel point portaient les réserves d’Aubry ? Probablement sur le rôle du Conseil central qui avait pourtant été limité au cours de la discussion29.

23Malgré la faible participation du délégué rouennais aux travaux de Genève, le congrès a exercé une double influence sur le développement de l’A. I. T. en Haute-Normandie.

  • 30 Degouve-Denuncques semble s’inspirer d’un article du Temps qui a félicité les ouvriers de la profe (...)
  • 31 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 99-100.
  • 32 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1867. Le procureur, qui parle de 160.000 adhérents (...)

24D’abord, il a fait connaître l’A. I. T. elle-même. Le 18 septembre 1866, Degouve-Denuncques consacre un long article au congrès dans le Journal de Rouen30. Il insiste sur la partie du mémoire des délégués français consacrée à la distinction de la coopération et de l’association : « l’association englobe les individus qui cessant d’être des personnes deviennent des unités ; la coopération, au contraire, groupe les hommes pour exalter les forces et les initiatives de chacun »31. M. Degouve-Denuncques retient donc surtout la convergence des principes de l’A. I. T. et de sa propre conception de la coopération : « Aujourd’hui nous ne voulons nous occuper que des efforts qui ont été faits par les délégués français pour obtenir que, dans le langage pratique et technique, on substituât désormais le mot de coopération à celui d’association. La question a de l’intérêt pour Rouen et pour plusieurs localités de la Seine-Inférieure, où, après un certain temps donné à la réflexion, on paraît vouloir enfin se rendre compte du bien qui peut résulter des idées coopératives. L’A. I. T. reçut donc un accueil favorable du Journal de Rouen. Mais, dans d’autres milieux, le congrès ouvrier compromit et rendit suspect le mouvement coopératif : « Ce qui reparaît au jour après quinze ans de silence et d’obscurité, c’est le socialisme de 1848 avec son triste cortège... Sous les formules nouvelles et à travers un vêtement rajeuni on retrouve les préjugés haineux, l’ignorance économique, la foi aveugle dans une formule abstraite qui doit comme d’un coup de baguette magique transformer l’état social et régénérer l’humanité. Seulement cette panacée ne s’appelle plus l’association, c’est désormais la coopération... Les chefs d’industrie ne sont pas sans se préoccuper de ce mot nouveau au sens flottant auquel se rattachent en ce moment tant d’illusions »32.

  • 33 A. P. P., Ba 439. L’entrée en France du mémoire des délégués français fut interdit par la police ; (...)

25D’autre part, le congrès de Genève fit sortir de son isolement la section rouennaise, le Cercle d’étudeséconomiques, dont le nom apparaît pour la première fois dans une lettre du 26 novembre 1866. Aubry écrit à Fribourg : « Nous faisons... des efforts pour organiser un groupe pouvant se mettre sérieusement en rapport avec Londres »33. Le congrès de Genève permit d’établir des contacts avec les militants de Paris et de Lyon ; l’écho des discussions se retrouvera plus tard dans les rapports d’Aubry. Le Cercle se consacra d’abord à l’étude statistique de la condition ouvrière, pour agir avec quelque chance de succès, selon le Conseil central qui avait établi le sommaire général de l’enquête, on devait connaître les matériaux sur lesquels on voulait agir.

  • 34 The General council..., op. cit., t. II, 1866-1868, p. 80 - Séance du Conseil général.1er janvier (...)
  • 35 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme au ban de l’Europe - 2 vol. , Paris 1872, 448 (...)
  • 36 Le Courrier français, fondé par Vermorel en 1866, publiait les communications de l’Internationale  (...)

26Cependant, aucun appel public ne fut encore lancé ; pendant trois mois, la surveillance de la police interrompit tout échange de lettres entre les sections françaises et le Conseil général. Le1 er janvier 1867 enfin, Dupont annonce plusieurs communications de Neufchâteau, de Fleurieu-sur-Saône, de Bordeaux et de Rouen. Aubry, comme les autres correspondants, se plaint de ne pas avoir reçu le compte rendu du congrès de Genève : « Ce retard est en train de ruiner l’A. I. T. en Normandie »34. Dupont va chercher à réconforter Aubry : « Vous dites que vous êtes peu nombreux, mais qu’importe. Ce qu’il faut, c’est avoir la conviction et ne pas se décourager. Fussiez-vous seul à Rouen, vos principes vous font un devoir de rester sur la brèche. Rien ne doit vous faire désespérer, ni l’ignorance de vos frères, ni la persécution des gouvernants »35. Dupont invitait de plus Aubry à utiliser le Courrier français pour la propagande36.

  • 37 Le Courrier français, 17 février 1867.
  • 38 Le Courrier français, 10 mars 1867.

27Aubry suivit le conseil : le 17 février, il adressa à ce journal une protestation contre l’attitude de la Société libre d’émulation de Seine-Inférieure qui avait dédaigné l’avis des ouvriers au sujet de l’enquête sur les coopératives37 ; le 10 mars, il publia une chronique où il attaquait d’abord une société prétendument coopérative, l’Alliance des départements puis les maîtres imprimeurs, réunis en congrès à Tours, parce qu’ils réclamaient à la fois le remboursement de leurs brevets et l’exigibilité d’un cautionnement à ceux qui désiraient exercer la profession, ce qui interdisait pratiquement aux ouvriers de fonder un établissement : « Plus que jamais nous devons être convaincus que nous ne devrons notre émancipation qu’à nous-mêmes »38.

  • 39 A. P. P., Ba 439. Schrub au Courrier français, 26 mars 1867. Les rapports entre Aubry et Schrub ne (...)
  • 40 Ibid. Lettre de Schrub. 25 mai 1867.
  • 41 Ibid. Lettre de Schrub à Chemalé. 1er août 1867.
  • 42 Histoire de l’Internationale par un bourgeois parisien. Londres-Paris-Bruxelles, 1873, 216 p., p.  (...)
  • 43 A. P. P., Ba 439. Lettre de Schrub, 17 août 1867.
  • 44 Ibid. Lettre de Schrub, 8 août 1867.

28Ces articles émanent du seul Aubry ; le Cercle d’études économiques ne se manifeste véritablement qu’à la suite de l’appel du Courrier français en faveur des bronziers de Paris en grève. Le tailleur Schrub, au nom du Cercle d’études économiques adresse un prêt de 20 F39 mais l’activité du cercle demeure encore insignifiante. Schrub écrit le 25 mai : « Il nous serait un peu difficile de vous donner chaque mois le compte rendu de nos travaux ; ils sont parfois peu nombreux, cependant un peu plus tôt, un plus tard, nous vous tiendrons au courant de ce que nous ferons ». Le porte-parole du groupe rouennais qui a envoyé 21 cotisations en mars s’inquiète surtout de ne pas recevoir les cartes des adhérents40 ; il renouvelle instamment sa réclamation le1 er août. Des impatiences se manifestent ; quelle est la cause du retard ? « Il y a même des personnes qui croient que nous apportons de la négligence »41. Le 17 août enfin, Schrub accuse réception de 48 carnets, ainsi que d’une pétition de la Ligue internationale du désarmement publiée par la section parisienne de l’A. I. T.42 ; mais il n’estime pas possible de la faire signer : les Rouennais sont pour la paix, mais auront trop peur de se compromettre43 Chemalé demandait en outre au cercle de désigner un représentant pour le congrès de Lausanne. Schrub déclina l’offre ; le groupe était « resté trop longtemps sans fonctionner ; à présent nous allons nous mettre à l’œuvre pour être prêts à envoyer un délégué... à la réunion du congrès qui aura lieu en 1868 »44.

  • 45 Association Internationale des Travailleurs. Groupe rouennais. Les membres du Cercle d eludes écon (...)
  • 46 A. P. P., Ba 439. Lettre d’Aubry à Chemalé, 28 août 1867.

29Aubry va donner alors l’impulsion décisive à la section rouennaise de l’A. I. T. Le 18 août, il publie un appel aux ouvriers de l’arrondissement de Rouen45. Ce texte, reproduit en partie dans le Courrier français (25 août) et le Journal de Rouen (28 août) met fin à la période d’existence quasi confidentielle de la section : « Il est bien regrettable, conclut Aubry, que nos collègues ne se soient pas décidés beaucoup plus tôt à lancer cet appel. Nous serions aujourd’hui en meilleure voie, mais la peur, la peur ! »46.

30A combien s’élevaient à cette époque les effectifs du Cercle ?

  • 47 The General Council.... op. cit., t. I, p. 80, 1er janvier 1867.
  • 48 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 167. D’après le rapport du Conseil général au congr (...)

31A la fin de 1866, Aubry a envoyé les versements de 20 membres pour les comptes rendus du congrès de Genève47 ; le 26 mars 1867, Schrub fait parvenir au Courrier français pour qu’il les transmette à Londres, 21 cotisations (6,30 F) (le congrès de Genève avait fixé exceptionnellement à 0,30 F pour 1866-1867 le montant de la cotisation individuelle)48. De nouvelles adhésions ne semblent apparaître qu’après l’appel du 18 août 1867.

  • 49 Les recensements de Rouen n’ont été conservés qu’à partir de 1881 et les listes électorales de l’é (...)
  • 50 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 161 - Les six membres disposant de leurs cartes son (...)
  • 51 A. D S-M., M, Corr. Leroy (1857-1870). C.c. police, 25 janvier 1868.

32Quelles étaient les professions représentées ? Nous ne les connaissons que dans la mesure où les premiers adhérents ont joué un rôle ultérieurement49. Parmi les 21, il faut distinguer d’abord six membres qui possédaient déjà leurs carnets le 26 mars 1867 et qui avaient donc adhéré avant le congrès de Genève puisque les carnets envoyés de Londres après le congrès furent saisis par la police française50. Parmi eux, un lithographe : Aubry, un tailleur : Schrub, un tisseur : Lefrançois, un tisseur de bretelles : Désormière. Nous ignorons le métier des 15 autres membres, à l’exception de Duménil, fileur de laine à El-beuf51 et de Berroux (Henri), plombier à Darnétal.

33Schrub (Jean) né en 1806 à Etting (Meurthe) est signalé dans un rapport de police comme un ardent propagandiste des doctrines de Proudhon : « Il jouit d’une certaine influence sur un grand nombre d’ouvriers peu intelligents qu’il étourdit par les grands mots de régénération sociale... Il ne se mettra pas en avant, mais il aidera de toutes ses forces au bouleversement de l’ordre social et politique ». A cause de son âge, il paraissait moins actif qu’Aubry.

  • 52 Dictionnaire du mouvement ouvrier (J. MAITRON), t. IX, p. 147 - Aubry s’appela d’abord Dosmont du (...)
  • 53 L’Emancipation normande. no 5, mai 1850.
  • 54 A. D S-M., M, Associations 1834-1852 - Rapport du 17 février 1852 à la suite d’une protestation de (...)
  • 55 A. D S-M., M, Affaire Blaizet (5 février 1856).
  • 56 A. D S-M., M, Sûreté nationale, second Empire, 27 novembre 1854.
    Aubry a été surveillé au début de (...)
  • 57 L’Annuaire de Rouen signale qu’il possède également une boutique de gommes.
  • 58 Déclaration faite au congrès de Lausanne. La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 178.

34Aubry (Emile, Hector), né à Rouen le 8 avril 182952, avait participé au mouvement démocratique sous la seconde République. En 1850 il organisa une « association mutuelle pour la fondation d’une association-restaurant »53 ; il était devenu secrétaire du comité de surveillance de la maison d’épicerie de la rue Saint-Amand54, association fraternelle que le commissaire central qualifiait de société secrète, composée des hommes les plus actifs du parti socialiste. On retrouve Aubry membre du comité de résistance contre le coup d’Etat du Deux-Décembre ; les papiers saisis chez le démocrate Blaizet en 1856 prouvent qu’il fut chargé en 1851 de collecter des fonds pour les républicains réfugiés à l’étranger55. Sous le second Empire, les rapports de Philippon ne mentionnent pas Aubry56. En 1856, il travaille comme lithographe au Nouvelliste deRouen, journal de la préfecture, ce qui lui attirera plus tard des insinuations malveillantes de la part de ses adversaires57. Quand est-il devenu proudhonien ? Au début de l’Empire, selon ses propres déclarations58.

35En 1868, le commissaire central de Rouen le présente comme un démocrate ardent, qui rêve de l’émancipation de la classe ouvrière : « Il possède une certaine intelligence, s’exprime avec facilité et paraît avoir la confiance d’un groupe d’ouvriers sur lesquels il exerce son influence... D’un naturel assez craintif, il ne se mettra jamais en avant pour opérer par la violence, mais si un mouvement se produisait, il y apporterait certainement son contingent d’hommes et d’idées.

  • 59 A. D S-M., M, Corr. Leroy (1857-1870). C.c. police. 25 janvier 1868 : « La conduite d’Aubry n’est (...)

36Il veut, dit-il, arriver à affranchir l’ouvrier de la domination des patrons et, par ce moyen, arriver à une révolution sociale »59.

  • 60 RICHARD (Albert) - Les propagateurs de l’Internationale en France - Revue socialiste, 1896, p. 641 (...)

37Albert Richard a de son côté, laissé un portrait plus complet d’Aubry : « Il était impossible de trouver un homme d’un tempérament plus calme, d’un caractère plus modéré. Il était affable et courtois avec tout le monde, absolument incapable d’exagération ou d’emportement ; il parlait avec douceur, toujours réfléchi, toujours mesuré. Il était convenablement instruit, mais son esprit lent à comprendre et à décider ne se laissait point aller à l’enthousiasme et s’effrayait des contrastes trop accentués. Dans une théorie ou dans une idée, Aubry cherchait tout de suite le côté pratique et, s’il ne le trouvait pas, il se tenait sur la réserve. Doué d’un grand esprit de suite et d’une rare persévérance, observateur méticuleux et propagateur consciencieux de l’idée qui lui paraissait la plus juste, Aubry savait trop apprécier les hommes de ce temps et la société actuelle pour avoir beaucoup d’illusions sur l’avenir immédiat du socialisme »60.

  • 61 Le Courrier français, 25 août 1867.

38A la veille du congrès de Lausanne, Aubry s’était cependant montré plus audacieux que ses anciens collègues du Cercle et c’est avec sept nouveaux adhérents qu’il avait lancé l’appel aux ouvriers : Charles Goupil, lithographe ; Delahaye, lithographe ; Durel, relieur ; Pfanmuller ; Désollais, teinturier ; P. Jullien, chineur ; Hallot, chef d’atelier de teinture. Les deux derniers au moins travaillaient à Darnétal, qui allait devenir le berceau de l’A. I. T. dans la région rouennaise61

LE CONGRES DE LAUSANNE (2-8 SEPTEMBRE 1867)

  • 62 A. P. P., Ba 439. Aubry à Chemalé, 28 août 1867.
  • 63 Ibid., 29 août 1867.

39Le 8 et le 17 août 1867, Schrub avait assuré que la section de Rouen ne pourrait envoyer un délégué au congrès de Lausanne, mais Aubry n’hésita pas à faire appel à un appui financier extérieur : « notre caisse étant très peu garnie, nous sommes encore en pourparlers avec la personne qui nous avait promis d’avancer la somme nécessaire. Serons-nous en mesure ? Je l’ignore »62. Mais le 29 août, Aubry annonce qu’un délégué rouennais se rendra à Lausanne. Qui a pu financer le déplacement ?63 Probablement le Journal deRouen, peut-être grâce à Degouve-Denuncques. C’est en effet le 29 août que paraît dans le Journal de Rouen la circulaire aux ouvriers de l’arrondissement ; le 1er septembre, le Journal de Rouen peut signaler qu’un délégué rouennais assistera au congrès de l’A. I. T. ; le 6 et le 11 septembre, il publiera deux longs comptes rendus d’Aubry sur les travaux de Lausanne.

  • 64 Ibid., 22 septembre 1867.
  • 65 Journal de Rouen, 29 août 1867. Les ouvriers qui désiraient prêter leur concours pouvaient s’adres (...)
  • 66 A. P. P., Ba 439. Aubry à Chemalé, 28 août 1867.

40Le soutien apporté par le Journal de Rouen a été souligné par Aubry lui-même64. Il est intéressant d’examiner comment les buts de l’A. I. T. ont été présentés aux lecteurs65. D’abord dresser la statistique du travail dans la contrée, comme le demande le Conseil central de Londres : « cette importante question ne peut être consciencieusement résolue que par le concours de tous les intéressés » ; mais il ne s’agit pas seulement de collecter des chiffres : « Qui pourra enfin mieux que nous, chers camarades, faire connaître les terribles effets de la centralisation financière et industrielle sur le moral et le physique de chacun de nous ? » ; le but essentiel c’est « le développement de la dignité du travailleur par l’élévation du niveau intellectuel ». L’appel se termine par la devise de l’Internationale « Pas de droits sans devoirs, pas de devoirs sans droits ». Le Journal de Rouen publie ensuite des extraits des statuts de l’A. I. T. ; article 1, l’objet de l’association, procurer aux ouvriers un point central de communication et de coopération entre les ouvriers aspirant au même but, le concours mutuel, le progrès et le complet affranchissement de la classe ouvrière... ; article 5, organisation d’une enquête internationale sur l’état social ; article 6, réunion en association nationale des diverses sociétés ouvrières existantes ; article 7, appui fraternel aux membres de l’Association changeant de pays. Sans complètement dissimuler que l’A. I. T. se proposait d’émanciper les travailleurs, le programme ne mentionnait pas les considérants qui auraient pu inquiéter les bourgeois libéraux. Aubry parut satisfait des premiers résultats : « l’appel a produit un assez bon effet ; nous attendons pour dimanche prochain un certain nombre d’adhésions qui nous sont annoncées »66.

  • 67 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 158.
  • 68 Ibid., t. I, p. 116.
  • 69 Ibid., t. I, p. 135 à 137.
  • 70 La décision d’envoyer un délégué rouennais à Lausanne datant du 29 août, la préparation du congrès (...)
  • 71 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 177-182. Plusieurs de ces rapports français très br (...)

41Aubry n’arriva à Lausanne que le mardi 3 septembre, alors que le congrès était commencé depuis la veille. Parmi les 64 délégués, on comptait 17 Français : 8 de Paris, dont Chemalé, Murat et Tolain ; 5 de la région lyonnaise dont Palix, un de Caen (Charles Longuet), un de Bordeaux, un de Marseille, un de Rouen67. Aubry fut désigné pour faire partie de la 2e commission « Comment les classes ouvrières peuvent-elles utiliser pour leur émancipation le crédit qu’elles donnent à la bourgeoisie et aux gouvernements ? Crédit et banques populaires, monnaie et papier-monnaie, assurances mutuelles, sociétés ouvrières »68. Au cours de la discussion s’opposèrent les thèses de Chemalé favorable au seul crédit mutuel réciproque ou gratuit et celle de Walton (Brecon, Angleterre) qui proclamait que c’était le devoir des différents gouvernements d’aider les opérations industrielles du peuple en mettant à sa disposition les moyens de crédit dont il avait besoin69. Aubry déclara brièvement qu’il était opposé à toute intervention de l’Etat en matière de crédit ; mais sa contribution de loin la plus intéressante fut la lecture le 3 septembre d’un rapport de la section de Rouen daté du 30 août 186770 ; en effet, alors qu’en 1866 Paris et Lyon avaient été les seuls groupes français à préparer des mémoires, en 1867, huit furent présentés par la section de Paris, les relieurs de Paris, les sections de Rouen, Villefranche (Rhône), Neuville-sur-Saône, Vienne, Marseille et Fuveau, Bordeaux71.

  • 72 Aubry a emprunté à Proudhon ce terme de prélibation ainsi que celui d’aubaine. « La propriété est (...)
  • 73 Le Courrier français, 12 août 1867. Projet d’une fédération du travail : « Le mouvement qui s’acco (...)
  • 74 PROUDHON (P.-J.) - De la capacité politique..., op. cit., p. 123.
  • 75 Ibid., Idée générale de la Révolution au XIXe siècle - Paris - Marpon et Flammarion, s.d., 320 p.  (...)
  • 76 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 100-101. Mémoire des délégués français.
  • 77 La grève des bronziers de Paris avait retenu l’attention de la section de Rouen. Les bronziers ava (...)
  • 78 Rapport de commission de la mutualité au congrès de Lausanne (De Paepe, Murat...) La Première Inte (...)

42Aubry souligne d’abord les difficultés rencontrées pour répandre les idées de justice et de mutualité dans une population courbée sous le joug abrutissant du monopole industriel : « La crainte du pouvoir et du chômage est tellement puissante qu’elle empêche toute tentative personnelle ». L’influence de l’Internationale, espère-t-il, pourra vaincre une partie de tous ces obstacles. Aubry se déclare complètement d’accord avec le programme économique mutuelliste des Parisiens : comme moyen pratique pour faire disparaître la « prélibation »72 du capital, assurer l’émancipation positive des ouvriers de tous les pays en supprimant le salariat ; il faut « développer la mutualité par les sociétés de crédit, la formation de sociétés coopératives et faire ce qu’à Paris les sociétés ouvrières essaient de fonder dans l’organisation de la fédération du travail »73. La base de la nouvelle organisation sera la « corporation » qui réunira les ouvriers d’une même profession74 ; elle permettra de déterminer la moyenne des salaires, d’établir la valeur exacte des produits, d’après la quantité d’heures nécessaires à leur fabrication, et de faire partout disparaître « le vol dans les échanges »75. Aubry rejette la grève comme moyen d’émancipation de la classe ouvrière. Il n’insiste pas sur les arguments développés au congrès de Genève (la grève diminue les ressources des travailleurs et entraîne ainsi le chômage pour d’autres industries)76. Elle n’est qu’un instrument de guerre, elle peut cependant inciter les ouvriers à constituer entre eux une union durable, une corporation77. Aubry termine en soulignant la différence entre la coopérative mutuelliste et la société en commandite assurant une rémunération au capital fourni par les actionnaires et cherchant à réaliser des bénéfices ; « autrement nous ne serions que des boutiquiers d’une nouvelle espèce et n’apporterions aucune idée susceptible de nous faire prendre au sérieux par les ouvriers désireux de s’occuper de leur affranchissement »78.

43Dans ce texte rapidement composé, Aubry esquisse sommairement le pro¬-gramme qu’il développera par la suite. Les idées en sont empruntées à l’œuvre de Proudhon, au mémoire des délégués parisiens au congrès de Genève, au projet d’une fédération du travail paru dans le Courrierfrançais, le 12 août 1867 ; il s’y ajoute des réflexions suscitées par les exemples du mouvement ouvrier parisien ainsi que l’expérience personnelle d’Aubry à Rouen.

  • 79 Ibid., t. I, p. 234.
    Le texte de la résolution affirmait que « l’établissement des libertés politiq (...)
  • 80 Pour trois questions, le résumé était fidèle, car les résolutions correspondaient exactement aux s (...)

44Le 6 septembre 1867, le Journal de Rouen cita une grande partie de l’intervention d’Aubry au congrès de Lausanne : « Parmi les rapports présentés, celui du délégué de Rouen s’est fait remarquer par la netteté de ses vues... » mais le passage consacré à Rouen et au joug abrutissant du monopole industriel est omis. Le 7 septembre, Aubry adresse de Lausanne un compte rendu de plus de 300 lignes (Journal de Rouen, 11 septembre). Il tient à préciser que la mission du congrès était de s’occuper exclusivement d’économie sociale « en recherchant les moyens les plus certains d’affranchir le prolétaire de la servitude que lui impose le monopole financier et industriel ». Il a bien été question de revendiquer les libertés politiques inséparables des libertés économiques... mais il faut « travailler dans les limites du possible à les conquérir pacifiquement » (7e question)79. Si Aubry dresse la liste exacte des sujets traités au congrès, sa relation prend parfois quelques libertés avec le texte des résolutions votées80. La 6e question concernait la définition et le rôle de l’Etat, les services publics, transport et circulation, les intérêts collectifs et individuels. Aubry explique que les délégations ouvrières ne voient dans l’Etat que la représentation de la collectivité sociale réduite à sa plus simple expression... Son rôle se bornerait à faire exécuter ponctuellement les travaux concernant tous les services publics comme routes, canaux, chemins de fer et monuments. La conclusion du rapport de la commission était sensiblement différente : « Les efforts des nations doivent tendre à rendre l’Etat propriétaire des moyens de transport et de circulation, afin d’anéantir le puissant monopole des grandes compagnies qui, en soumettant la classe ouvrière à leurs lois arbitraires, attaquent à la fois et la dignité de l’homme et la liberté individuelle. Par cette voie on arrivera à donner satisfaction à la fois à l’intérêt collectif et à l’intérêt individuel ».

  • 81 Le congrès de Lausanne subordonnait son adhésion à une modification de l’organisation sociale dans (...)

45Pour la 8e question - adresse collective au Congrès de la Paix à Genève-, le texte du Journal de Rouen invite le Congrès de la Paix à s’associer aux efforts que font les délégués ouvriers pour obtenir non seulement la paix politique mais encore la paix sociale... Or le congrès de l’A. I. T. avait décidé d’adhérer pleinement et entièrement au Congrès de la Paix, de le soutenir énergiquement et de participer à tout ce qu’il pourrait entreprendre pour réaliser l’abolition des armées permanentes et le maintien de la paix81. Il est incontestable que le délégué de Rouen a voulu édulcorer, dans ces deux cas, des résolutions qui auraient pu provoquer des réactions trop vives.

  • 82 L’organisation de l’enseignement a été également abordée dans la 5e question. Aubry est peu explic (...)

46Pour deux autres questions, Aubry a présenté son point de vue plutôt que les véritables décisions de Lausanne. 1re question : moyens pratiques de faire de l’A. I. T. un centre commun d’action pour la classe ouvrière dans la lutte qu’elle soutient contre le capital ? - Le congrès conseillait aux membres de l’A. I. T. de créer « des institutions de production ou de tout autre nature qui présentent une utilité directe pour la classe ouvrière ». Beaucoup plus précis, Aubry propose « d’établir la solidarité entre les professions par la constitution corporative suivant les lois de l’esprit moderne » et de fonder dans chaque pays un comité national centralisant l’action en conservant l’autonomie des groupes et sections corporatives. Cette solution est évidemment conforme au rapport qu’il avait présenté au congrès. 5e question : travail des femmes, l’assemblée avait été divisée : la majorité (A. Vandenhouten, L. Fontaine, C. De Paepe) avait formellement condamné le travail des femmes dans l’industrie ; la minorité (P. Eslens, Hins, P. Robin) laissait la femme libre de travailler : « La femme peut revendiquer le droit au travail au même titre que l’homme, car, en lui seul, elle trouvera l’indépendance ». Aubry n’expose que la première opinion : le véritable rôle de la femme est de rester au foyer domestique comme éducatrice des enfants et gérante du ménage... ; de plus la concurrence du travail féminin tend à abaisser le salaire des hommes82.

47Malgré toutes ces précautions, Aubry précise encore dans sa conclusion que le congrès n’a pas prévu de moyens complètement praticables en France pour assurer la rénovation sociale : « Si l’assemblée s’est trompée, elle acceptera tous les conseils qui pourraient lui être offerts par les citoyens habitués à étudier ces sortes de questions ».

48Comment fut accueillie la publication du compte rendu ?

  • 83 Journal de Rouen, 11 septembre 1867.

49Le Journal de Rouen, sous la signature de Beuzeville ne se prononça pas sur le fond des problèmes et constatant que les discussions avaient été menées sérieusement, il en profita pour placer une déclaration libérale : « C’est une raison de regretter que ce soit à l’étranger qu’il faille se réfugier pour trouver la liberté nécessaire à de pareilles assemblées. Il est triste que des réunions pacifiques offrant un spectacle aussi digne que celui qui a été présenté au congrès de Lausanne puissent être considérées en France comme de dangereuses manifestations que le gouvernement ne saurait souffrir sans courir quelque péril ». Il commente seulement la résolution sur le travail des femmes ; s’il reconnaît que le rôle de la femme est surtout celui de mère de famille, il remarque qu’il existe des femmes célibataires, veuves... qui doivent trouver un emploi rémunérateur pour ne pas « nécessairement tomber dans le vice »83.

  • 84 Le Nouvelliste de Rouen. 11 septembre 1867.

50Le Nouvelliste dans un article sur le Congrès de la Paix ne consacre que quelques lignes méprisantes à celui de Lausanne. Il ne retient également que la résolution sur le travail des femmes : « Il n’était absolument pas nécessaire de se rendre à Lausanne pour découvrir que la femme ne peut être considérée comme un agent de production, comme travailleur industriel ; il paraîtra sans doute qu’on pourrait se dispenser de réunir des congrès à allures soi-disant philanthropiques dans le but d’enlever à la femme le droit au travail, car c’est forcément la vouer à l’inconduite ; mais laissons cela de côté, passons sous silence les déclamations des orateurs de Lausanne contre les machines employées dans l’industrie »84.

  • 85 A. P. P., Ba 439. Aubry à Chemalé, 22 septembre 1867.

51Aubry se déclara satisfait de ces réactions. Il écrivit à Chemalé le 22 septembre : « La publicité que le Journal de Rouen nous a accordée a produit un très grand effet ici ; tout va bien, je travaille à former des noyaux corporatifs »85. Le 5 novembre, le Conseil général de Londres prenait connaissance d’une lettre de Rouen annonçant l’adhésion de soixante nouveaux membres.

  • 86 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 octobre 1867.
  • 87 A. D S-M., M, Corr. Leroy. C.c. police, 25 janvier 1868.

52Le Cercle de Rouen sortait de l’anonymat : « La bourgeoisie seule est effrayée, d’ici quelques jours, je vais devenir sa bête noire... ». Dès la fin de l’année 1867, l’administration et la police portèrent leur attention sur le Cercle d’études économiques : « Les exagérations des doctrines socialistes ont toujours grande chance d’être accueillies dans les centres manufacturiers. Tout s’est borné à des conférences entre certains chefs du parti et quelques ouvriers » (Procureur général, 10 octobre 1867)86. C’est du 25 janvier 1868 qu’est daté le premier rapport du commissaire central de Rouen concernant Aubry et Schrub. Selon lui, leur objectif, sous une apparente modération, c’était la Révolution sociale : « L’un et l’autre prétendent que, grâce à la ligne politique suivie par le gouvernement, ils pourront arriver à leur but au moyen des élections et des associations ouvrières »87.

LA FONDATION DES GROUPES CORPORATIFS

1) Les premiers groupes (octobre 1867 - mai 1868)

  • 88 Le Nouvelliste de Rouen, 26 septembre 1868 : « Ce n’est pas sur la coopération qu’il faut compter (...)

53A la fin de 1867, il n’est plus guère question de la coopération ; les chroniques de Degouve-Denuncques s’espacent, aucune création de coopérative n’est signalée88. Toute l’activité du mouvement ouvrier se ramène à la formation des groupes corporatifs de l’A. I. T. auxquels le congrès de Bruxelles va donner un nouvel essor, toujours avec l’appui du Journal de Rouen.

  • 89 Journal de Rouen, 20 octobre 1867. CHAUVET (Paul) - Les ouvriers du Livre en France - Paris 1956. (...)

54Dès son retour de Lausanne, Aubry s’efforça de créer les groupes dont il avait parlé au congrès, en commençant tout naturellement par ses collègues lithographes. Avec l’approbation de la préfecture, il organisa une réunion le dimanche 20 octobre à l’école Saint-Louis, place de la Rougemare89. L’ordre du jour prévoyait :

  • la nomination des membres du comité chargé d’élaborer le tarif du prix de la main-d’œuvre dans la lithographie ;
  • la nomination d’une commission chargée de rédiger les statuts ou règlements de la corporation ;
  • la détermination du taux d’une cotisation personnelle hebdomadaire pour la création d’un fonds de caisse destiné à venir en aide à ceux de nos confrères qui, munis de certificats dûment légalisés et par l’autorité et par le bureau de la corporation du lieu d’où ils sortent, feraient appel à notre générosité pour se diriger vers une autre localité, ou encore pour alléger ceux d’entre nous qui seraient atteints d’un accident de nature à les priver momentanément du bénéfice de leur travail ;
  • le choix d’un collègue remplissant la fonction de caissier et la désignation de l’atelier où il est employé ».

55Il s’agit donc, conformément au programme d’Aubry, d’arriver à l’égalisation des salaires de la profession en élaborant un tarif et en facilitant les déplacements des ouvriers, éventuellement des grévistes, comme l’envisage l’article 33 des statuts.

  • 90 Journal de Rouen, 1er décembre 1867.

56L’assemblée générale convoquée le 1er décembre devait discuter le tarif proposé par le comité, fixer le jour où il serait soumis aux patrons ; adopter les statuts préparés par la commission et nommer le comité corporatif définitif90.

  • 91 Le Courrier français, 12 décembre 1867 : « Les lithographes rouennais viennent de se constituer en (...)
  • 92 Journal de Rouen, 19 mai 1868.

57Les statuts furent en partie publiés dans le Courrier français91 puis, après approbation par le préfet, dans le Journal de Rouen92. Selon le préambule, le groupement des lithographes ne représentait qu’une première étape ; l’organisation corporative devait s’étendre à toutes les professions : « En présence des transformations économiques qui se sont opérées depuis vingt ans dans les rapports du travail et du capital et qui ont donné naissance à d’immenses centralisations financières, industrielles et immobilières..., il y a urgence d’opposer à cette concentration... une organisation vraiment économique... en fondant chaque profession en corporation, « seul moyen de développer la solidarité entre les producteurs et de sauvegarder les intérêts multiples de la richesse nationale ». Ce n’étaient évidemment pas les lithographes qui avaient été les plus atteints par la concentration capitaliste.

  • 93 Le Courrier français, 12 décembre 1867 : « Ce que veulent les ouvriers ce n’est point retourner en (...)
  • 94 Journal de Rouen, 19 mai 1868 : « De cette façon, justice pourrait être plus facilement rendue et (...)

58Les adversaires des sociétés ouvrières prétendaient qu’on ressusciterait ainsi les corporations d’Ancien Régime et leurs abus. Le préambule cherche à dissiper l’équivoque ; la nouvelle corporation n’est pas oppressive, elle laisse aux adhérents l’entière liberté de travailler où ils veulent et leur demande seulement de respecter l’acte constitutif, qui détermine les droits et les devoirs des intéressés envers la collectivité93. D’autre part elle se défend de vouloir créer des privilèges aux dépens des autres producteurs : « Dans la formation du tarif de leur profession, ils n’adopteront comme étalon de comparaison que la moyenne des salaires donnée par les statistiques générales de la production nationale »94.

59Les statuts proprement dits de l’Union corporative des ouvriers lithographes de Rouen comptent 39 articles.

60Le but de l’Union est de fonder la solidarité ou mutualité entre tous ses membres, à l’intérieur du cercle purement corporatif (art. 2). L’association se limite donc strictement aux activités professionnelles. Elle est administrée par un comité de neuf membres élus pour un an et rééligibles. La cotisation est fixée à 0,25 F par semaine, ce qui correspond à peu près à 1 % du salaire.

61La seconde partie traite des devoirs des sociétaires : ne pas accepter de travailler plus de 10 heures par jour (art. 21) ou à un tarif inférieur à celui qui a été adopté par l’Union (art. 24) ; informer le comité des possibilités d’embauche (art. 26) ; payer très exactement les cotisations (art. 29), tout sociétaire qui, sans motif valable, cesserait de les verser pendant six semaines, serait exclu ; assister aux réunions générales (art. 31). Les articles 22 et 25 envisagent le cas d’un conflit du travail : seule la corporation peut prendre l’initiative d’une grève ; aucun sociétaire ne doit en effet quitter son atelier sans en référer au préalable au comité (art. 22) ; celui-ci peut d’ailleurs se constituer en chambre syndicale pour négocier avec le patron (art. 25). La corporation qui se veut le seul interlocuteur avec le capital est soucieuse de l’honorabilité de ses membres. Tout acte d’improbité dans une maison entraîne la radiation (art. 29) ; il est interdit de quitter un établissement en y laissant un travail payé inachevé (la corporation envisage même le remboursement de la somme avancée jusqu’à concurrence de 12 F).

  • 95 Les statuts cherchent à limiter le montant des indemnités de chômage en précisant que tout sociéta (...)
  • 96 Les ouvriers étrangers à la ville, venus chercher vainement du travail à Rouen, pourraient obtenir (...)

62La troisième partie concerne les droits des sociétaires : indemnité de deux francs par jour aux ouvriers renvoyés pour ne pas avoir accepté de travailler au-dessous du tarif corporatif (art. 33), aux victimes d’accidents du travail, aux travailleurs en chômage (au-delà de quinze jours), éventuellement en cas de crise exceptionnelle une cotisation extraordinaire pourra être demandée aux adhérents (art. 33)95 ; un secours de route de 10 F sera versé aux adhérents qui devraient quitter la ville pour aller chercher du travail dans une autre localité96. La question du secours maladie a été étudiée, mais le comité a seulement prévu de constituer une société libre de secours mutuels avec d’autres corporations quand le chiffre des membres deviendrait suffisant pour diviser les risques.

  • 97 The General Council..., op. cit., t. II, p. 201. Le correspondant annonçait que l’on se préparait (...)

63L’Union des lithographes servira de modèle aux corporations qui apparaîtront ensuite dans la région rouennaise. Les difficultés avaient été facilement surmontées chez eux, il s’agissait d’un petit nombre d’ouvriers spécialisés, répartis dans quelques ateliers de la ville ; les problèmes étaient tout autres pour la grande industrie : jusqu’en mars 1868, les lithographes resteront la seule profession organisée. Cependant le chiffre des adhérents de l’A. I. T. progressa rapidement ; en mars, Rouen adressa au conseil général 8 shillings représentant les cotisations de 100 nouveaux membres97.

  • 98 TCHERNOFF (Touda) - Le parti républicain au coup d’Etat et sous le second Empire - Paris 1906, 676 (...)
  • 99 Procès de l’A. I. T., première et deuxième commission - Paris 1870, 216 p. ; p. 123.
  • 100 Ibid., p. 165 et 195.

64Mais pendant quelque temps, l’attention va se porter sur les procès du bureau parisien de l’A. I. T. La participation de membres de l’Internationale à la manifestation du 2 novembre 1867 sur la tombe de Manin, rendit l’Internationale suspecte au gouvernement98. Dès la fin de 1867, des poursuites furent engagées contre la première commission parisienne pour société secrète, puis simplement pour association non autorisée de plus de vingt personnes. Le tribunal correctionnel de Paris condamna les 15 prévenus, dont Chemalé, Tolain, Murat... à 100 F d’amende99. La première commission, qui avait démissionné le 19 février, fut remplacée le 8 mars par une seconde commission ; Varlin, Benoît Malon, et leurs collègues furent à leur tour condamnés le 22 mai 1868 à 3 mois de prison et 100 F d’amende, jugement confirmé en appel100.

  • 101 Journal de Rouen, 28 février 1868. Lettre d’Aubry, 27 février, à la suite d’une note parue dans l’ (...)

65Dès avant l’ouverture du premier procès, Aubry adressa une lettre au Journal de Rouen pour demander le retrait de l’accusation101 : l’A. I.T. ne s’occupe aucunement de politique, au contraire, elle recommande à ses adhérents d’étudier sérieusement les réformes économiques propres à hâter l’affranchissement du travail, en dehors de toute influence de parti et cela surtout grâce à l’activité de la branche française au congrès de Lausanne. L’A. I. T. n’est pas une société secrète ; elle a publié ses statuts et les comptes rendus de ses congrès : « Nous nous refusons à croire que l’autorité veuille s’aliéner complètement la partie du prolétariat qui pense, quelle confiance alors pourrait-elle avoir dans les promesses du 19 janvier, elle qui y avait mis toutes ses espérances ? »

  • 102 Journal de Rouen, 2 mars 1868. Article d’Henri Leneveux.

66L’article paru dans le Journal de Rouen, le 2 mars 1867, apparaît plus mordant à l’égard du gouvernement : « L’A. I. T. a réalisé depuis 1864 ce que les ouvriers qui fondèrent l’Atelier en 1840 avaient déjà projeté et vainement essayé : une étude en commun, par leurs camarades de toute l’Europe, des conditions économiques du travail dans chaque groupe national. Un gouvernement intelligent aurait encouragé ces efforts. Il était glorieux pour la France que la pensée première en ait germé chez elle. Mais comme la réalisation n’en pouvait éclore que dans un pays ouvert à la liberté, il a bien fallu que les créateurs de cette grande œuvre allassent la baptiser à Londres ». L’auteur cite une partie des considérants de l’Internationale « Les hommes, qui ont proclamé ces principes comme base de leur action, ont-ils menti à leur programme ? En ont-ils fait une arme de guerre civile ? Ont-ils évoqué le spectre rouge et les fantômes du socialisme gouvernemental ? Ce sont les ouvriers français qui se sont montrés les plus conciliants, les plus convaincus de la puissance démocratique, les plus résolus à ne la servir que par la propagande de l’écrit et de la parole »102. Le texte permet de constater qu’au début de 1868, le Journal de Rouen défend encore l’A. I. T. avec vigueur.

  • 103 Le Nouvelliste de Rouen, 22 mars 1868.
  • 104 Le Nouvelliste de Rouen. 28 mars 1868. Voir aussi, 2 avril : « L’A. I.T., c’est la négation complè (...)

67Le Nouvelliste se borna d’abord à citer le jugement sans aucun commentaire103, puis il profita de la grève des ouvriers de Genève pour présenter l’A. I. T. comme un groupement subversif : « c’est le premier acte d’une conspiration organisée par l’A. I. T. qui, se substituant aux ouvriers, a voulu s’ingérer despotiquement entre ceux-ci et les patrons, sous prétexte de régler les conflits qui les divisent... Ce sont les Trade’s Unions de l’Angleterre qui cherchent à implanter sur le sol de la Suisse leurs fatales doctrines »104. Le Nouvelliste s’abstenait de faire la moindre allusion au cercle de Rouen.

  • 105 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme au ban de l’Europe, op. cit., t.I, p. 357-358  (...)
  • 106 Procès de l’A.I. T., 1re et 2e commissions, op. cit., p. 165. Aubry fait en particulier, allusion (...)

68Les poursuites contre les bureaux parisiens et des dissensions internes provoquèrent un sérieux affaiblissement et parfois même la désagrégation des organisations de Paris, Lyon et Marseille au cours de l’année 1868 ; par contre le mouvement rouennais ne fut affecté que par un certain ralentissement de la progression105. Aubry, qui avait éprouvé de sérieuses craintes attribue cette situation favorable à la prudence de son action, à son respect de la légalité. Fort de la justesse de ses conceptions, si dans une lettre du 26 mai 1868 il félicite Varlin de son éloquente intervention au cours du procès106, il n’hésite pas à lui donner des conseils de sagesse : « Pour réorganiser la branche parisienne, il faudra en appeler à la formule administrative, j’entends celle qui n’entendra aucunement entraver votre marche économique, qui respectera mordicus la dignité de tous ; c’est ainsi qu’ici nous procédons ; nous déclarons, nous accomplissons les formalités banales établies par les gouvernements prudents... Faites pour le mieux à Paris, secouez la torpeur si vous le pouvez, mais ne permettez pas qu’on dise que vous compromettez le mouvement ; pas de concessions, mais aussi pas d’imprudences. Je compte sur votre intelligente sagesse et fais des vœux pour que mes fraternels conseils soient entendus ».

69Dès le printemps 1868, le mouvement corporatif reprend à Rouen et gagne l’industrie textile : la teinture et la filature de laine.

  • 107 Journal de Rouen, 17 mars 1868.
  • 108 A. D S-M., X, Secours mutuels, Darnétal. Pétition de l’Union corporative des ouvriers teinturiers (...)

70Le 15 mars, les teinturiers en rouge de Darnétal, après avoir obtenu l’autorisation du préfet, se réunissent à l’hôtel de ville107. Le comité d’initiative fait appel à la concorde et à l’esprit de justice des assistants pour développer parmi eux le principe de solidarité en fondant une société corporative. Les teinturiers avaient en effet particulièrement à se plaindre des conditions de l’embauche, de l’irrégularité du travail et de l’âpre concurrence qui régnait entre les ouvriers par suite des difficultés de l’industrie textile108.

  • 109 Archives municipales de Darnétal, 2 F 2. Etablissements industriels (15 octobre 1867)

71Le nombre total des ouvriers employés dans les teintureries de Darnétal était tombé de 177 à 115109

72On peut supposer que parmi les principaux organisateurs figuraient P. Jullien et Hallot, qui avaient signé l’appel du 19 août 1867.

  • 110 Les autres filatures de laine de la région se trouvaient à Elbeuf, Louviers et Pont-Authou.

73Le 10 mai 1868, se constitue encore à Darnétal, une seconde union corporative, celle des fileurs de laine, dont le nombre s’était élevé de 287 en 1860 pour 4 établissements à 388 en 1867 pour 7 établissements110. Le compte rendu de la réunion a été publié dans le Journal de Rouen du 12 mai.

  • 111 A D S-M., X, Secours mutuels, Darnétal. Lettre du maire de Darnétal au préfet, 12 mai 1868.
  • 112 Le Moniteur universel, 31 mars 1868. Rapport à l’Empereur sur les vœux des délégations ouvrières à (...)
  • 113 A. D S-M., X, Secours mutuels, Darnétal. Le préfet semble avoir hésité à accorder une autorisation (...)

74Aubry insiste sur la légalité de l’assemblée, le caractère strictement social du groupement qui doit venir en aide aux membres se trouvant atteints par le chômage ou par un accident de travail111 ; le président du comité d’initiative se défend de chercher à établir des corporations à privilèges « Il y aurait injustice complète de vouloir exiger un salaire supérieur aux autres professions ; nous ne voulons emprunter aux corporations que l’esprit de solidarité ». Seconde accusation réfutée : l’organisation n’aurait d’autre motif que la grève : « Nous sommes essentiellement amis de la tranquillité publique, parce que nous savons aujourd’hui, après une expérience chèrement et longuement acquise, que sans l’ordre, dans la rue ou ailleurs, il n’y a pas de travail possible... La grève, c’est la haine s’étendant non seulement entre les patrons et les ouvriers, mais encore jusqu’à la famille ». En dehors du soulagement apporté aux infortunes, les cotisations serviront à fonder une société de production et à développer l’instruction des enfants. Cet exposé reste bien dans la ligne définie par Aubry à Lausanne ; en se conformant strictement à la loi et en particulier aux recommandations concernant les chambres syndicales112, les dirigeants de l’union espéraient rassurer à la fois l’administration et les collègues hésitants113.

2) Le projet de fédération ouvrière rouennaise

  • 114 Les deux réunions corporatives déposèrent leurs statuts à la préfecture, les teinturiers le 2 mai, (...)

75Ainsi grâce à l’action de quelques militants, Darnétal devient en 1868 le centre de propagation de l’A. I. T. dans la région de Rouen114. Pour constituer la fédération des groupes corporatifs, il suffisait de modifier l’organisation du Cercle d’études économiques dont les nouveaux statuts furent envoyés à la préfecture, le 22 avril 1868.

  • 115 II en résulte donc une complication pour estimer les effectifs de l’A. I. T. ; les membres des soc (...)

76Le Cercle recevrait désormais non seulement les cotisations des adhérents individuels (0,50 F par mois) mais également les versements globaux des sociétés coopératives ou corporatives (0,25 F par mois et par membre)115.

  • 116 A. D S-M., M, Cercles - Les statuts déposés le 22 avril 1868 ne semblent pas avoir été modifiés en (...)
  • 117 Journal de Rouen, 20 août 1868 - Le Journal de Rouen, écrit « Ph. Jullien », probablement par erre (...)

77Des assemblées générales doivent se réunir tous les trois mois, un comité directeur est élu chaque année au scrutin de liste ; il représente « les différentes professions qui entretiennent et alimentent les industries de nos régions », ce qui signifie que chaque groupe peut disposer d’au moins un siège au comité. Celui-ci choisit en son sein un secrétaire de correspondance, un secrétaire de bureau et un secrétaire-comptable, le trésorier étant nommé par l’assemblée générale. Le secrétaire de bureau est chargé de rédiger les procès-verbaux des réunions générales, ainsi que celles du comité. Le secrétaire de correspondance détient les attributions les plus importantes ; il communique avec les sociétés étrangères, recueille les documents nécessaires pour dresser la statistique du travail dans l’arrondissement, prépare des rapports destinés aux réunions qui pourraient se tenir en Europe - c’est-à-dire aux congrès de l’A. I. T. - veille à ce que « les principes d’économie sociale qui sont la base du cercle ne soient pas travestis, ni faussement interprétés, soit par les intéressés, soit par les adversaires »116. En août 1868, Aubry était secrétaire de correspondance, P. Jullien secrétaire du bureau et Ch. Goupil trésorier117.

  • 118 A. N., F I C III Seine-Inf. 9. Préfet, avril 1868 : « On essaie de faire adopter par les ouvriers (...)

78Comment étaient présentés les liens des groupes corporatifs et du Cercle avec l’A. I. T. et en particulier le Conseil général ? Il est regrettable que les statuts d’avril 1868 n’aient pas été conservés, car nous verrons qu’ils furent modifiés pour rendre ces attaches plus discrètes118.

  • 119 Journal de Rouen, 20 août 1868. A l’ordre du jour figure également la fondation d’un hebdomadaire. (...)

79A l’ordre du jour de l’assemblée générale du 23 août 1868, figurait non seulement la lecture des statuts du cercle, mais la discussion du mémoire qui devait être exposé par les délégués rouennais au congrès de Bruxelles119. La liste des questions définitivement adoptée par le Conseil général de l’A. I. T. le 28 juillet venait de parvenir à Rouen ; elle comprenait :

  1. La réduction des heures de travail.
  2. L’influence des machines entre les mains des capitalistes.
  3. La question de la propriété terrienne.
  4. L’éducation des classes ouvrières.
  5. L’institution du crédit.
  6. L’émancipation sociale par le moyen de la coopération120.

80A cause de la brièveté du délai, il est vraisemblable que le mémoire rouennais représente essentiellement les opinions du comité du cercle et surtout celles de son secrétaire de correspondance.

LE CONGRES DE BRUXELLES (6-13 SEPTEMBRE 1868)

  • 121 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 439-440.
    VERDES (Jeannine) - Les délégués français a (...)

81Parmi les 100 délégués qui assistèrent au congrès de Bruxelles, on comptait 58 Belges et seulement 18 Français : 13 représentants de Paris dont Tolain, Murat, Theisz, Tartaret..., 2 de Lyon (dont Albert Richard), un de Marseille, un de Caen (Charles Longuet) et un de Rouen (Emile Aubry)121 ; seuls Tolain, Murat et Aubry avaient participé aux deux précédents congrès, Richard à celui de Lausanne ; la crise de 1868 avait contribué à ce renouvellement.

82Aubry présenta trois rapports : de la propriété terrienne ; de la réduction des heures de travail, question confondue avec la seconde et la sixième ; de l’instruction et de l’éducation des classes ouvrières ; l’institution du crédit (5e question) lui paraissait avoir été suffisamment étudiée par De Paepe à Lausanne.

1) De la propriété terrienne122

  • 122 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 361-379.
  • 123 Ibid., t. I, p. 127-129.

83A Lausanne, De Paepe avait proposé plusieurs moyens d’opérer un changement radical et définitif de la société : la transformation des banques nationales en banques de crédit gratuit, l’abolition des héritages à certains degrés de parenté et l’entrée du sol à la propriété collective ; à Chemalé et Tolain qui estimaient que cette dernière mesure était inapplicable et injuste, De Paepe répondait qu’il « ne considérait pas l’idée de l’entrée du sol à la propriété sociale comme ne pouvant pas s’accorder avec le mutuellisme, au contraire... C’est parce que je suis mutuelliste que je veux, d’une part, pour le cultivateur des garanties qui lui assurent, vis-à-vis de la société, le produit intégral de son travail, d’autre part, des garanties pour la société vis-à-vis du cultivateur et c’est pourquoi le sol ne peut être la propriété que de la collectivité sociale et le cultivateur ne peut en avoir que la simple possession, le droit d’user sans abuser »123.

  • 124 Ibid., t. I, p. 365-379. Rapport de la section bruxelloise sur la question de la propriété foncièr (...)

84Au congrès de Bruxelles, De Paepe développe son argumentation124. Selon le rapporteur, Proudhon a démontré dans son Premier mémoire que la propriété foncière ne peut être légitime dans son principe... elle ne saurait être expliquée que par sa destination sociale ; « la nécessité toute matérielle d’accroître la production en un mot les exigences de l’agriculture, d’autre part le désir d’établir une certaine égalité entre les colons, tels paraissent être les motifs en vue desquels fut instituée la propriété foncière individuelle... ». De Paepe s’interroge alors : « les mêmes motifs qui déterminèrent l’appropriation individuelle du sol exigent-ils encore le maintien de cette forme toute primitive ou ne demandent-ils pas l’application d’une nouvelle forme d’appropriation ? Avec le développement de la grande culture moderne intensive et mécanisée, seule la propriété collective pourra empêcher le triomphe de la grande propriété individuelle qui fera tomber le paysan dans le salariat agricole ; mais comment faut-il concevoir cette propriété collective ? De Paepe reconnaît que les membres de la section bruxelloise ne sont pas d’accord : faut-il constituer des associations communales libres et indépendantes ou des groupements à l’échelle nationale ou même internationale ? »

85Le rapport d’Aubry, beaucoup plus bref, affirme également l’illégitimité de la propriété individuelle du sol. Selon la science économique, la terre donnée gratuitement à l’homme ne peut être qu’une « propriété collective commune » : « Il n’y a de propriété acquise que le produit des cultures, résultat du travail que l’homme exerce sur le sol pour le fertiliser, les constructions qu’il y établit ». L’analyse est moins approfondie que dans le rapport bruxellois, mais le délégué rouennais propose également un moyen de faire rentrer la terre dans le domaine public : « le rachat du sol en vingt ou trente annuités représentant la période destinée à indemniser les détenteurs actuels ». Pourquoi ne pas exiger une restitution immédiate ? Aubry répond que les transformations sociales qui s’opèrent par voie de conciliation sont plus certaines de s’accomplir. Il ne faudrait utiliser une méthode plus énergique que « si la partie ravisseuse refusait d’accepter l’indemnité généreusement offerte par la partie, de temps immémorial, dépouillée ».

  • 125 Ibid., t. I. p. 361-365.
    Aubry, comme De Paepe, semble donc s’écarter de Proudhon. Voir PROUDHON (P (...)

86Comment s’organiseront les producteurs agricoles ? Sur le modèle des corporations industrielles : la compagnie ouvrière d’agriculture exploitera le sol « d’après le droit accordé par la commune, qui seule pourra en déterminer l’exercice au point de vue de l’intérêt général »125.

  • 126 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 405. Les considérants de la résolution sur la propr (...)
  • 127 GUILLAUME (James) - L Internationale, Documents et souvenirs, op. cit., t. I, p. 86. Les quatre dé (...)

87Aux partisans de la collectivisation s’opposèrent d’ardents défenseurs de la propriété individuelle : Tolain, Longuet, Murat, Hins et Fontaine (Bruxelles) ; ce fut l’une des discussions les plus animées du congrès qui vota finalement la résolution suivante : « Le congrès pense que l’évolution économique fera de l’entrée du sol arable dans la propriété collective une nécessité sociale, et que le sol sera concédé aux compagnies agricoles comme les mines aux compagnies minières, les chemins de fer aux compagnies ouvrières, et ce avec des conditions de garanties pour la société et pour les cultivateurs analogues à celles nécessaires pour les mines et les chemins de fer »126. Le texte fut approuvé par 30 voix contre 4 et 15 abstentions ; Aubry avait voté avec les collectivistes. James Guillaume a expliqué plus tard comment des mutuellistes dont les idées économiques se rattachaient généralement à Proudhon en ce qu’ils voulaient la suppression de tous les prélèvements du capital sur le travail, l’égal échange des produits sur la base du prix de revient, le crédit gratuit réciproque, ont pu accepter l’entrée du sol dans la propriété collective : « pour eux, il n’y avait point de contradiction entre le mutuellisme applicable à l’échange des services et des produits en prenant pour base le prix de revient, c’est-à-dire la quantité de travail contenue dans les services et les produits, et la propriété collective applicable au sol, lequel n’est pas un produit du travail et par suite ne leur paraît pas devoir tomber sous la loi de l’échange, sous la loi de la circulation »127. La minorité essaya vainement de faire renvoyer la question au congrès suivant, estimant qu’elle n’avait pas été complètement étudiée ; Tolain lut une déclaration au nom des délégués qui déclinaient la responsabilité du vote.

2) Question de la réduction des heures de travail

88On aurait pu s’attendre à trouver dans ce rapport des observations sur la situation dans la région de Rouen où le problème de la durée du travail avait été posé depuis la fin de la guerre d’Amérique ; en fait, les considérations locales sont presque totalement absentes.

  • 128 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 379-385.

89Aubry étudie d’une manière générale la réduction des heures de travail, l’influence des machines entre les mains des capitalistes et l’émancipation sociale par le moyen de la coopération128.

90De ce rapport assez diffus, il faut surtout retenir les éléments qui contribuent à expliquer l’action menée par le groupe de l’A. I. T. dans la région de Rouen.

  • 129 Ibid., t. I, p 385-387. Rapport de la commission pour la réduction des heures de travail, lu par T (...)

91Aubry insiste sur la nécessité de limiter la durée du travail pour permettre à l’homme de développer les forces morales que la nature lui a léguées, mais il affirme qu’elle ne pourra aboutir dans le « monde économico-bourgeois » sans conséquences fâcheuses pour les ouvriers. Si la diminution de la journée se fait sans augmentation de salaire horaire, le niveau de vie des ouvriers sera atteint et le fléchissement de la consommation entraînera le chômage. Si le salaire horaire est augmenté, les prix de revient s’élèveront et le niveau de vie sera également menacé. Raisonnement trop simple que la commission du congrès n’a pas retenu : Tartaret remarqua que l’on pouvait baisser les prix de revient grâce à l’emploi de matières premières plus avantageuses, au développement de l’instruction professionnelle des ouvriers et enfin « par la sage utilisation des moyens mécaniques »129.

  • 130 Ibid., t. I, p. 201 - Rapport de De Paepe.

92La réduction de la durée du travail selon Aubry, ne pourra apporter d’avantages effectifs qu’avec la transformation de la structure économique et la création de corporations ouvrières. C’est l’occasion de distinguer à nouveau ces groupements des coopératives qui s’étaient créées à Rouen, sociétés de production ou autres qui ne recherchaient que le profit et auxquelles on pouvait adresser les mêmes critiques qu’aux sociétés capitalistes, comme l’avaient fait plusieurs orateurs et Aubry lui-même, au congrès de Lausanne. Elles n’aboutiraient qu’à la création d’un quatrième et d’un cinquième état plus misérables encore qu’auparavant130. Les corporations seules pourraient grâce à l’utilisation du droit de coalition, établir la valeur moyenne du salaire et mettre fin à la concurrence des travailleurs entre eux.

  • 131 Ibid., t. I, p. 289.
    The General Council..., op. cit., t. II, p. 55-57. Réunions du 30 octobre et d (...)

93Aubry précise le projet d’organisation qu’il avait rapidement esquissé en 1867. Dans chaque corporation devra être fondée une caisse de prévoyance pour « parer les coups que nos adversaires pourraient nous porter ». Elle sera soutenue elle-même par un atelier de refuge qui emploiera les grévistes pendant un conflit du travail et allégera ainsi les charges de la caisse de prévoyance. Au cours d’une séance précédente, Dupont avait signalé un exemple de grève, auxiliaire du mouvement coopératif : les basket’s makers de Londres s’étant mis en grève, les patrons avaient fait venir des ouvriers flamands qui, après intervention de l’A. I. T. étaient repartis en Belgique ; les basket’s makers se constituèrent alors en société coopérative pour recevoir les commandes que les patrons ne pouvaient plus exécuter131. L’atelier de refuge serait l’embryon des compagnies ouvrières de production qui se regrouperaient dans une fédération industrielle corporative. De plus, les caisses de prévoyance pourraient confier leurs fonds à des banques coopératives créditant les ateliers.

  • 132 L’organisation d’un atelier de refuge n’était guère envisageable que dans les industries où l’util (...)
  • 133 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 408-409. « Les sociétés de résistance pourraient se (...)

94« Les corporations ainsi organisées ne tarderaient pas même, dès le début, à pouvoir réduire les heures de travail parce qu’elles feraient des efforts pour meubler leurs ateliers de machines leur permettant de lutter contre les capitalistes bourgeois ». Aubry reporte donc l’amélioration du sort des ouvriers après la constitution de corporations aussi bien équipées que les entreprises capitalistes. Objectif difficile à atteindre132. Cependant, il faut remarquer que d’autres délégués envisageaient aussi de transformer des sociétés de résistance en coopératives de production, par exemple Verrycken, de Bruxelles133, mais les groupements belges étaient beaucoup plus riches. Il sera toutefois intéressant de suivre les tentatives du groupe rouennais même si elles n’ont abouti qu’à des réalisations partielles.

3) De l’instruction et de l’éducation des classes ouvrières

  • 134 DUVEAU (Georges) - La pensée ouvrière et l’éducation pendant la seconde République et le second Em (...)

95Georges Duveau a montré comment le problème du développement de l’instruction et de l’éducation chez les travailleurs, dont s’étaient préoccupés seulement quelques militants au cours des années quarante, devint dans les années soixante le sujet de débats passionnés auxquels s’intéressaient un grand nombre d’ouvriers134. Les congrès de l’A. I.T. se devaient de proposer des solutions.

  • 135 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 89-98. Mémoire des délégués parisiens, 3e partie : (...)

96Dès le congrès de Genève, les discussions portent essentiellement sur le rôle respectif de l’Etat et de la famille et sur le contenu de l’enseignement : la question de l’enseignement intégral. Les délégués parisiens sont d’accord pour proclamer que « développer les facultés morales et matérielles des travailleurs... est assurément le meilleur, ou plutôt le seul moyen d’émancipation que puisse pratiquer la démocratie » ; d’où la nécessité de donner une éducation forte, sérieuse, complète, de développer parallèlement l’instruction et l’apprentissage obligatoire. L’enseignement sera donc à la fois scientifique et professionnel135.

  • 136 PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la Révolution au XIXe siècle, op. cit., p. 289-292.
  • 137 Les majoritaires confient à la mère de famille seule la première éducation de l’enfant.
    A l’objecti (...)

97Mais à qui incombera le devoir de répandre l’instruction ? Les majoritaires (Tolain, Chemalé, Murat, Fribourg...) sont hostiles à l’intervention de l’Etat et défendent la liberté de l’enseignement : ils se réfèrent à Proudhon : « Dans une démocratie réelle, où chacun doit avoir sous la main le haut et le bas enseignement... dès lors que l’éducation se confond avec l’apprentissage, qu’elle consiste pour la théorie dans la classification des idées comme pour la pratique dans l’exécution des travaux, qu’elle est devenue tout à la fois chose de spéculation, de travail et de ménage, elle ne peut dépendre de l’Etat, elle est incompatible avec le gouvernement ». L’instituteur est avant tout l’homme du groupe industriel ou agricole qui l’emploie... ; l’école devient le lien entre les groupes industriels et les familles136. C’est la commune qui choisira elle-même son instituteur : « jeune ou vieux, élève de l’école normale ou de lui-même, avec ou sans diplôme... la seule chose est que ledit instituteur convienne aux pères de familles et qu’ils soient maîtres ou non de lui confier leurs enfants... ». Pour les majoritaires, l’instruction par l’Etat, c’est logiquement, nécessairement un programme uniforme, ayant pour but de modeler toutes les intelligences d’après un type unique... qui sera la négation de la vie sociale137.

  • 138 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 97. En ce qui concerne les programmes, « l’administ (...)

98La minorité (Varlin, Bourdon), juge que dans un état civilisé, l’éducation atteint un niveau trop élevé pour que la famille puisse fournir à tous les enfants des moyens d’enseignement égaux ; même s’il existe des sociétés coopératives d’enseignement, des parents imprévoyants négligeront d’y adhérer et les enfants seront ainsi privés d’instruction ou ne la devront qu’à la charité publique ou privée. La Société doit donc prendre l’éducation à sa charge pour faire cesser les inégalités..., mais Varlin se prononce aussi contre le monopole universitaire, pour la liberté de l’enseignement : « c’est-à-dire le droit naturel qu’a l’individu d’enseigner ce qu’il sait, d’apprendre ce qu’il ignore »138.

  • 139 Ibid., t. I, p. 214 : « Presque tous les gouvernements sont sympathiques aux erreurs traditionnell (...)
  • 140 Ibid., t. I, p. 224.

99A Lausanne, la séance du 7 septembre 1867 (matin) fut consacrée à l’éducation des enfants, à l’enseignement intégral et à la liberté d’enseignement. La commission présenta un rapport encore proche du point de vue des majoritaires de 1866 : éducation de la première enfance jusqu’à 7 ans confiée à la mère de famille, système de l’école-atelier à partir de 12 ans ; l’instruction doit être obligatoire et gratuite et donnée par l’Etat, mais celui-ci aura seulement le droit de se substituer au père de famille impuissant à remplir son devoir : « Il doit y avoir... place libre pour tous ceux qui désirent former une école à leurs frais... ; avec la liberté, nous formerons des écoles coopératives »139. Chemalé, Longuet et Tolain intervinrent contre l’instruction donnée par l’Etat ; d’autre part tous les délégués furent d’accord pour rejeter l’enseignement religieux140.

  • 141 Ibid., t. I, p. 307-309.

100Le congrès de Lausanne avait proposé l’étude d’un programme d’enseignement intégral ; le Conseil général de Londres décida de mettre à l’ordre du jour du congrès de Bruxelles l’éducation des classes ouvrières. Les relieurs de Paris et la section de Genève ne parlent que de la gratuité, de l’obligation et du rôle de l’Etat. Les relieurs remettent en cause la résolution de Lausanne : sans la gratuité complète, il y aura inégalité d’instruction des enfants ; la charge doit donc être répartie entre tous les citoyens : « l’instruction publique est d’intérêt général, la dépense doit passer dans les frais généraux de la nation »141. La section de Genève, constate que l’amélioration du niveau intellectuel est une cause de prospérité pour une nation ; l’obligation est légitime mais elle peut devenir la source d’une grande iniquité ; l’enseignement sera donc gratuit et l’Etat subviendra aux frais d’entretien de toute la jeunesse pendant la durée de l’instruction de chacun, à tous les degrés.

  • 142 Ibid, t. I., p. 331. Rapport des sections de Genève : « L’obligation n’est matériellement exigible (...)
  • 143 Ibid., t. I., p. 312 : « Que, en même temps que les écoles ouvrières sont des foyers intellectuels (...)

101Les idées développées par Varlin en 1866 ont donc fait des progrès142. Cependant la section de Liège reste très hostile à l’intervention de l’Etat dans le domaine scolaire : « Rendre l’Etat dépositaire de tous les enseignements, juge même, comme certains le proposent, des vocations ? Voir tous les jeunes gens instruits par l’Etat, les sciences par l’Etat, les professions par l’Etat, l’Etat médecin, maître maçon, menuisier, agriculteur ; les citoyens instruits constitutionnellement, travaillant constitutionnellement, ne faisant plus rien qui ne soit constitutionnellement réglé ; l’homme cessant d’être un homme pour devenir rouage dans la grande machine sociale... ne serait-ce pas là le meurtre de l’individu, c’est-à-dire de l’essence de l’humanité ? » Ce sont les associations ouvrières qui devront fonder leurs propres écoles143.

  • 144 Ibid., t. I., p. 300-306. Rapport sur l’enseignement intégral, par la section bruxelloise. Ce rapp (...)

102La section de Liège avait abordé la question de l’enseignement intégral - en reprenant d’ailleurs purement et simplement les idées de Proudhon. Celle de Bruxelles consacre tout son rapport aux moyens de donner aux jeunes une éducation individuelle et de les former à une fonction déterminée ou plutôt à un certain nombre de fonctions. Au cours d’une première période, l’accumulation des connaissances sera toute spontanée, résultant de l’observation individuelle, de l’expérience, des conversations avec les autres enfants ou avec les directeurs. Dans la seconde époque, les enfants pourront recevoir un enseignement théorique des sciences selon l’ordre hiérarchique d’Auguste Comte, mais aussi une formation professionnelle « dans laquelle ils chercheront à acquérir la plus grande supériorité possible »144.

  • 145 DUVEAU (Georges) - La pensée ouvrière, op. cit., p. 99.
    L’Internationale, 31 janvier 1869.

103Selon Duveau, la communication d’Aubry est le seul projet complet de réorganisation de l’enseignement qui sous le second Empire ait été rédigé par des ouvriers145.

  • 146 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 312-322. « Le mineur, pour se conduire dans les pro (...)

104Dans l’introduction, le délégué rouennais rappelle que la principale cause de l’impuissance des travailleurs, c’est le défaut d’instruction, le manque de lumières : « l’instruction est à l’affranchissement de l’ouvrier ce que l’outil dont il se sert est au travail qu’il accomplit chaque jour »146.

  • 147 Le groupe havrais de la Ligue de l’enseignement avait cité également ces chiffres et décidé d’édit (...)

105Le degré d’instruction du peuple est lié à l’état de dépendance dans lequel il est tenu. Au XIXe siècle, l’enseignement secondaire est de nature essentiellement aristocratique, accessible seulement aux enfants de familles riches ; si en France depuis la loi Guizot, l’enseignement primaire a connu une certaine extension, il ne répond toujours pas aux besoins des travailleurs : « Aujourd’hui, il relève en partie du prêtre et s’inspire de l’esprit dont le prêtre est animé lui-même. Aubry s’en prend particulièrement aux sœurs munies d’une simple lettre d’obédience : « Elles sont généralement pourvues d’une assez forte dose d’ignorance qui n’échappe pas même aux moins clairvoyants. Voilà les institutrices de la fille du travailleur, voilà celles qui sont chargées du soin d’en faire des mères de famille » ; cet enseignement primaire n’arrive pas à donner à tous les enfants les rudiments élémentaires de l’instruction. En 1867, sur 100 conscrits, il y en avait 23 en moyenne en France qui ne savaient ni lire ni écrire, sur 100 conjoints qui se présentaient à la mairie, il y en avait 33 qui ne savaient pas signer l’acte de mariage. Il suffit de comparer aux pays étrangers pour constater l’état d’infériorité dans lequel se trouvait la France par rapport à l’Angleterre, la Suisse, la Belgique ou l’Allemagne... C’est une remarque que l’on retrouve dans les études consacrées à l’enseignement et même dans les publications officielles147.

106Aubry expose quelques principes « basés sur la justice et sur l’intérêt du plus grand nombre tout à la fois » :

  • Tout membre du corps social, sans distinction d’origine ni de sexe, a droit selon ses aptitudes et ses goûts à l’acquisition des connaissances qui composent le domaine du savoir public. Aucune limite n’est fixée, la société devra donc dispenser l’instruction dans la proportion la plus large possible148.
  • L’enseignement sera laïque, même si le mot n’est pas prononcé. La morale n’est autre chose que la science des rapports sociaux, les lois religieuses ne reposent sur aucune base scientifique et sont une cause de conflits entre les hommes : ce sont des « conceptions poétiques, insuffisantes aujourd’hui pour conduire et diriger l’humanité dans sa voie, condamnées à déchoir de la place qu’elles ont occupée dans le passé et à disparaître avec le temps ».
  • L’enseignement des lettres et de sciences doit aller de pair avec le travail manuel : « Tantôt la plume, tantôt l’outil à la main, voilà le citoyen véritable, voilà l’homme fort, l’homme de l’avenir ». Le dégoût pour le travail manuel est un préjugé qu’il faut faire disparaître. Aubry met en garde le fils du travailleur contre certaines carrières : « qu’il n’aille pas grossir la foule des valets du fonctionnarisme..., tenir sa vie du caprice d’un puissant... c’est abdiquer la dignité d’homme... ; qu’il n’entre pas non plus dans le dédale ténébreux de la chicane... »149.

107Le délégué rouennais esquisse ensuite son programme d’enseignement. L’enfant reste dans la famille jusqu’à 8 ans, principalement sous la tutelle de la mère ; il apprend à lire, à écrire, à compter..., il faut le préserver de toute formation religieuse : « on aura beaucoup fait pour ses développements ultérieurs si on ne l’a pas embéguiné de tous les contes de la mythologie religieuse ».

  • 150 La méfiance à l’égard des professions libérales apparaît à nouveau : « la connaissance de la physi (...)

108De 8 à 14 ans, l’enfant reçoit un enseignement commun : langues vivantes, « moyen de préparer les peuples à l’entente cordiale », sciences positives : les mathématiques, la physique, la chimie, les sciences naturelles, l’hygiène150, l’histoire qui fournit d’utiles leçons pour la conduite et la direction de la vie. Les enseignements seraient décentralisés pour éviter les déplacements des élèves à grande distance.

  • 151 Dans le système d’Aubry, les concours figurent donc à deux niveaux : les petits concours entre les (...)

109De 14 à 16 ans, enseignement professionnel spécialisé ; des concours sélectionneront les élèves les plus capables de diriger plus tard les grandes entreprises151.

110La scolarité sera donc volontairement limitée pour débarrasser le pavé d’une foule de désœuvrés « qui, sous prétexte d’études, cultivent avec toutes les excentricités, la vie de liesse et de plaisir... L’étudiant à long stage et le militaire, autre désœuvré, vrai parasite social, voilà les deux plaies, les deux fléaux des familles pauvres ».

  • 152 Le rôle des femmes dans la corporation enseignante n’est pas étudié : « Rien n’empêche qu’elles ne (...)

111Les enseignants constitueront une corporation recrutant ses membres par concours public ; ils ne relèvent pas de l’Etat, mais de leur ordre et de l’opinion publique ; (Aubry reste vague à ce sujet et reconnaît ne pas avoir la prétention de déterminer les procédés qui pourraient empêcher les abus). Les enseignants spécialisés n’auront donc la charge que des enfants de 8 à 14 ans ; avant ce seront les familles, après, les corporations ouvrières. Par qui seront-ils payés ? non par l’Etat, mais par les communes ou des circonscriptions plus étendues, ce qui, selon Aubry, devra leur assurer l’indépendance la plus complète152.

  • 153 PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la Révolution, op. cit.,p. 289.
    Ibid. - De la justice dans la R (...)

112Ce projet s’inspire évidemment de Proudhon153. L’hostilité est affirmée à l’égard d’un enseignement dirigé par l’Etat ; les maîtres sont choisis et contrôlés par la commune ou le groupe de communes.

  • 154 L’enseignement des familles sera également contrôlé : « Il y aurait de petits concours qui servira (...)

113Le rôle de la famille est précisé : elle assure l’enseignement jusqu’à 8 ans, elle surveille ensuite les instituteurs ; puisque l’enseignement est public les familles y assisteront, ce qui pourra être « un stimulant, un frein même quelquefois pour les professeurs »154.

114L’instruction est inséparable de l’apprentissage. C’est l’école-atelier de Proudhon, mais elle n’apparaît dans le système d’Aubry qu’après 14 ans.

  • 155 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 213-214.
    « Il est clair que l’enseignement professio (...)
  • 156 PROUDHON (P.-J.) - De la capacité politique des classes ouvrières, op. cit., p. 343. « Les associa (...)

115Le délégué de Rouen a tenu compte en effet des discussions du congrès. La distinction entre la période d’enseignement familial et d’enseignement en commun apparaît dans le rapport de la commission de Lausanne155, qui souligne également le danger d’un enseignement professionnel dispensé à un âge trop tendre (pas d’enseignement polytechnique avant 12 ans) ; le projet de sociétés coopératives pour la formation d’écoles-ateliers a été évoqué, aussi bien à Lausanne qu’à Bruxelles156.

116Aubry complétera son programme dans le manifeste électoral du Cercle d’études économiques de Rouen à la veille des élections de 1869 ; il se prononcera alors pour la liberté entière de l’enseignement, l’instruction laïque et obligatoire, la même pour tous et accessible à tous, à tous les degrés, aux frais de la circonscription communale.

  • 157 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 388 : « Il est bien entendu que la réduction des he (...)

117A Bruxelles, il reconnaît que ses propositions ne pourraient être réalisées dans l’avenir immédiat, mais « dès aujourd’hui, il est possible d’en appliquer certaines parties. Le but est marqué, la direction est tracée ». Le congrès admettait également que l’on ne pouvait organiser pour le moment un enseignement rationnel et il se borna à inviter les diverses sections à « établir des cours publics suivant un programme d’enseignement scientifique, professionnel et productif, c’est-à-dire enseignement intégral pour remédier, autant que possible, à l’insuffisance de l’instruction que les ouvriers reçoivent aujourd’hui »157.

  • 158 Journal de Rouen, 27 novembre, 11 novembre 1866 ; 6 mars et 10 septembre 1867.
  • 159 Bibliothèque nationale. Fonds maçonnique, loges de Rouen ; Vérité, Persévérance couronnée, Arts ré (...)

118Le groupe rouennais de l’A. I. T. se trouva naturellement amené à soutenir le Cercle rouennais de la Ligue de l’enseignement fondé le 3 janvier 1868 grâce à la propagande patiente d’Eugène Noël et à l’action de Jean Macé lui-même qui vint deux fois en Seine-Inférieure, en août 1867 et avril 1868158. Les organisateurs appartenaient aux professions libérales, au commerce, rarement à l’industrie. On trouvait parmi eux des républicains (Desseaux, Chouillou, Besselièvre) et aussi des partisans de l’Empire (PouyerQuertier, Raoul-Duval) ; on ne peut contester l’influence prépondérante des protestants et des francs-maçons : Desseaux était vénérable de la loge La Persévérance couronnée et Eugène Viénot, secrétaire du cercle de la Ligue, lui succédera en 1869159.

  • 160 Bulletin de la Ligue de l’enseignement, 15 décembre 1866, 15 février, 15 mai, 1er novembre 1867, 3 (...)
  • 161 Marque (Jean Armand), 1809-1903, professeur à Bernay, Evreux, Rouen, puis professeur libre - secré (...)
  • 162 Groupe rouennais de la Ligue de l’enseignement, 1er bulletin, rapport sur les travaux et la marche (...)
  • 163 Parmi les conférences proposées : Bernard Palissy, l’Air atmosphérique, Hygiène de la famille, Ben (...)
  • 164 Publication du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen, rapport sur les travaux e (...)

119Les membres du Cercle d’études économiques ne figuraient pas parmi les fondateurs160 ; mais le comité élu par l’assemblée générale du 12 août 1868 comprit aux côtés d’Eugène Noël, Raoul-Duval, Pouyer-Quertier, un professeur libre, Marque, membre de l’Internationale161. Le Cercle avait encouragé ses membres à « envahir cette organisation du savoir contre les ténèbres de l’ignorance ». Dans son rapport du 7 février 1869, Aubry constate avec satisfaction que « bon nombre des adhérents s’étaient empressés d’entrer dans la Ligue de l’enseignement » dont la mission est de répandre parmi les déshérités de l’instruction, et ils sont nombreux parmi nous, les bienfaits du savoir...162. Les relations n’allaient cependant pas tarder à se refroidir, non pas à cause des objectifs que se fixait la Ligue mais en raison des moyens d’action envisagés : secours accordés aux familles nécessiteuses ou aux écoles peu fortunées, programme des conférences publiques qui devaient commencer en juin 1869 : les sujets concernaient la culture générale, mais évitaient les problèmes économiques ou sociaux d’actualité163. En publiant le 20 mars 1869 le compte rendu des travaux du cercle de l’A. I. T., Aubry exprima ses désillusions : « il n’avait pas prévu que le comité qui dirige la Ligue de l’enseignement donnerait à cette institution un caractère de philanthropie qui éloigne considérablement l’institution du but que s’est proposé le promoteur et auquel le Cercle économique s’était franchement associé ». Cependant, il maintenait son adhésion, espérant pouvoir infléchir l’orientation du comité164.

120La période comprise entre le congrès de Lausanne et celui de Bruxelles a donc été décisive pour le développement de l’Internationale dans la région de Rouen. L’initiative d’un petit groupe de lithographes a réussi à intéresser un certain nombre d’ouvriers de Darnétal, les teinturiers et les fileurs de laine.

121L’A. I. T. n’est pas encore une organisation de masse - la filature et le tissage du coton, la métallurgie, ne sont pas touchés - mais elle fait cependant preuve d’une activité authentique ; les rapports du congrès de Bruxelles manifestent une réflexion plus poussée - même si les éléments originaux sont rares - et proposent un programme assez précis.

122Ces progrès récents ne suscitent aucune réaction hostile, ni de l’administration préfectorale, qu’Aubry ménage, ni des républicains libéraux - le Journal de Rouen publie volontiers les communications d’Aubry-, ni des conservateurs - car si le Nouvelliste attaque l’A. I. T. en général, il s’abstient de mentionner le groupe rouennais-, ni même des patrons - l’Internationale n’a encore été mêlée à aucun conflit local du travail.

  • 165 BLANQUI (Auguste) - Critique sociale - Paris 1885, 2 vol. , texte daté de mars 1868.
  • 166 Journal de Rouen, 2 mars 1868. Il s’agit de la protestation à l’égard des poursuites dirigées cont (...)

123La prudence du cercle lui attira cependant une sévère critique de Blanqui165. Celui-ci jugea d’une incroyable naïveté la protestation publiée dans le Journal de Rouen le 2 mars 1868166 : « On supprime donc l’A. I. T. qui est punie par où elle a péché. Elle a déclaré que les travailleurs pouvaient conquérir leur émancipation sans le concours du gouvernement et en dehors du gouvernement et sous n’importe quel gouvernement. Le gouvernement lui-même s’est chargé de démontrer la folie de cette prétention, en supprimant l’Internationale. Adieu le rêve et les chimères !

124Les imbéciles seuls pouvaient s’imaginer qu’il soit donné à un peuple de s’affranchir sans tenir compte du gouvernement, comme si l’Etat n’était pas le peuple en action et qu’en dehors de cette action, il pût en surgir une autre arrivant à son but, sans toucher à l’action de l’Etat ».

  • 167 Lettre d’Emile Ollivier à Emile Aubry (St-Tropez, 14 septembre 1868). Le texte fut cité par Héligo (...)

125Par contre, en septembre 1868, Emile Ollivier qu’Aubry avait consulté sur ses projets, l’encourageait chaleureusement à persévérer167 : « J’ai lu (vos) documents avec un grand intérêt et je vous félicite hautement de l’esprit d’élévation morale et de noblesse de cœur qu’ils respirent : vous y êtes, ce qui me réjouit aussi, très fidèle aux préceptes de la science économique et sociale, et si vous entendez faire sortir l’association de la liberté, vous n’en voulez pas tirer le monopole et l’oppression.

126Votre but est de faire précéder l’association coopérative de l’union corporative. Je n’y ai aucune objection »...

  • 168 Emile Ollivier manifeste évidemment ses préoccupations électorales. Voir OLLIVIER (Emile) - LEmpir (...)

127Grâce au suffrage universel (1848), au droit de coalition (1864) et à la liberté de réunion, trois obstacles au développement de l’initiative ouvrière étaient tombés. Restait à conquérir le droit d’association : « Concentrez votre effort sur ce point - au lieu de vous perdre dans les déclarations surannées du jacobinisme, dans des phrases creuses, imposez à vos candidats, à vos amis, la réclamation du droit d’association. Dès que vous l’aurez obtenu, vous serez maîtres de vos destinées... »168.

  • 169 Journal de Rouen, 14 septembre 1868. Aubry remercie le Journal de Rouen du bienveillant accueil av (...)

128Dans son compte rendu du congrès de Bruxelles, le délégué de Rouen exprimait surtout ses propres options et veillait comme en 1867, à rassurer l’opinion : la grève est un moyen barbare dont il faut à tout prix éviter l’emploi, auquel il ne faut recourir que si l’existence des ouvriers est sérieusement menacée ; la réforme de la propriété ne sera pas une loi agraire, comme certaines écoles l’avaient proclamé il y a quelques années. « Nous nous plaisons à supposer que les esprits clairvoyants nous aideront à trouver les moyens de rétablir pacifiquement, c’est-à-dire scientifiquement, l’ordre véritable des échanges entre producteurs »169.

  • 170 Rapport sur les travaux et la marche du cercle..., op. cit., p. 9-10.

129Mais la situation va évoluer rapidement à la fin de 1868 et au début de 1869 avec la grève des tisseurs de Sotteville et la préparation des élections : le 7 février 1869, Aubry souligne lui-même l’inquiétude qui gagne la bourgeoisie : « Tel qui disait, il y a à peine un an, qu’est-ce que le Cercle d’études économiques : une société à l’état manuscrit, s’informe aujourd’hui si nous sommes nombreux et si nos camarades d’infortune font quelque attention aux idées que nous répandons ; quelques-uns même commencent à comprendre que nous serons bientôt un obstacle pour les ambitieux, quel que soit le manteau dont ils pourront s’affubler »170.

Notes

1 Archives de la préfecture de police. Ba 349. Copies des lettres d’Aubry à Schrub.

2 NOEL (Eugène) (1816-1899) - Directeur de la bibliothèque de Rouen (1879-1898), il a publié des souvenirs : Mémoires d’un imbécile écrits par lui-mème (1872) ; Fin de vie, avec préface d’Elisée Reclus (1902).
Sur sa vie, on peut consulter : AUBE (Raoul) - E. Noël - La Normandie (octobre 1905) ; BEAURAIN (Narcisse) - Le monument d’Eugène Noël - Rouen 1905, 188 p.

3 L’Opinion nationale, 20 février 1863. L’article sur la situation lamentable des ouvriers de l’industrie cotonnière normande entraîna des poursuites (L’Opinion nationale, 3 avril 1863). Noël fut également à l’origine de la fondation du Cercle rouennais de la Ligue de l’enseignement.

4 PROUDHON (P.-J.) - Correspondance, op. cit., t. XII, 10 avril 1863, p. 377-379.

5 NOEL (Eugène) - Fin de vie, op. cit., p. 132.

6 Comme nous l’avons vu, Desseaux avait été procureur général en 1848 et avait requis contre la Solidarité Républicaine, mais il avait refusé de prêter serment comme conseiller général (4e canton de Rouen).

7 PROUDHON (P.-J.)-Correspondance, op. cit., t. XII. Lettre à Charles Morand (10 avril 1863).

8 Ibid. Lettre à M.-J. Buzon (14 mai 1863).

9 Ibid. Lettre à M.-J. Buzon (9 juillet 1863). 27.960 inscrits, 20.844 votants, 20.785 suffrages exprimés.

10 Ibid. Lettre à M.-J. Buzon (19 juin 1863).

11 PROUDHON (P.-J.) - Lettre aux ouvriers - Correspondance, t. XIII, p. 263.

12 Journal de Rouen, 1er mars 1864, manifeste de l’Opinion nationale et un extrait de l’article du Siècle ; 2 mars, lettre de Tolain au Siècle.

13 PROUDHON (P.-J.) - Correspondance, t. XIII, p. 245. Lettre à Larramat, de Passy. Le Réveil Social, 23 juin 1895 - Biographie d’Aubry : « Sous l’Empire... Aubry se consacre à l’étude des questions sociales ; il entre en relation avec Proudhon, s’inspirant de ses idées, il institue le Cercle d’études économiques ».

14 PROUDHON (P.-J. - Correspondance, op. cit., t. XIII, p. 247 :
« Je ne m’attendais pas, je vous l’avoue, à être consulté par qui que ce fût dans une pareille affaire. Je croyais le mouvement électoral épuisé, et ne songeais, dans ma retraite, qu’à en amortir autant qu’il pouvait dépendre de moi, les effets déplorables. Mais puisque, par des considérations qui me semblent personnelles, votre confiance en mon opinion a cru devoir, pour ainsi dire, me mettre en demeure, je n’hésite point à répondre à votre question, d’autant moins que ma pensée ne saurait guère être autre chose que l’interprétation de la vôtre ».

15 PROUDHON (P.-J.) - De la capacité politique des classes ouvrières - Paris, Rivière, 1924, 424 p., p. 48... « Je puis assurer que cette réserve (au sujet de la participation aux élections) de vous parfaitement accueillie, a reçu depuis lors la sanction de l’expérience ».

16 L’ouvrage inachevé à la mort de Proudhon (janvier 1865) fut terminé par Gustave Chaudey (mai 1865).

17 Manifeste électoral du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen.
Aux ouvriers des 1re et 2e circonscriptions - Imp. Lefèbvre (Paris). « Si les ouvriers, en 1869, votent encore pour leurs patrons politiques, ils retarderont leur affranchissement de cinquante ans... ».
Le Cercle d’études économiques semblait donc juger remplies les conditions formulées par Proudhon.

18 Le Lubez démissionna, dès le début d’avril, de ses fonctions de délégué pour la France et fut remplacé par Eugène Dupont.

19 The General Council of the First International, Minutes - Institute of Marxism-Léninism of the C.C. C. P. S. U. - 5 vol. Progress publishers, Moscow - t. I (1864-1866), séance du 14 mars 1865, p. 81 ; séance du 20 juin 1865, p. 109.

20 The General Council..., op. cit., t. I, p. 232 et 240.

21 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 20 - Brochure publiée par la Section de Paris de l’Internationale.
Lettre de Jung à l’Echo de Verviers (20 février 1866) : « A Paris, une administration forte, active, à l’abri de tout reproche avec plus de deux mille adhérents : des ramifications à Lyon. Rouen. Nantes, Caen. Neufchâteau, Pont-l’Evêque, Pantin. Saint-Denis. Lisieux. Puteaux, Belleville... ». The General Council, op. cit., t. I, p. 320.

22 The General Council, op. cit., t I, p. 183-184 (1er mai 1866).

23 Ibid., p. 208 (10 juillet 1866).
Allusions à de nouvelles créations : Condé-sur-Noireau (21 novembre 1865), Granville, Rennes (3 avril 1866), Bordeaux (26 avril 1866). Vienne (14 août 1866), Neuville-sur-Saône, Fleurieu-sur-Saône (10 juillet 1866).

24 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 27 à 108. Etaient également représentées 4 sections allemandes. 15 sections suisses, le Conseil central et la section française de Londres.

25 Ibid., p. 27. Deux documents : le rapport du Conseil central publié en 1867, dans le Courrier international et la brochure de Joseph Card, journaliste, délégué de la section de Genève, parue dès 1866. Il n’y eut aucun compte rendu officiel détaillé.

26 La Première Internationale, op. cit., t. I. p. 107.
PUECH (Jules) - Le proudhonisme dans l’Association internationale des travailleurs. Paris 1907. 285 p.

27 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 79.

28 Ibid., t. I. p. 38.

29 A. P. P., Ba 439 - Lettre d’Aubry à Fribourg, 26 novembre 1866.
Les discussions sur les statuts ont principalement porté sur l’élection du secrétaire général et la convocation des congrès. Voir La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 39-40. Mais ni le rapport du Conseil central, ni le compte rendu de Card ne précisent le point de vue d’Aubry.

30 Degouve-Denuncques semble s’inspirer d’un article du Temps qui a félicité les ouvriers de la profession de foi nettement libérale qu’ils viennent de faire en matière économique.

31 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 99-100.

32 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1867. Le procureur, qui parle de 160.000 adhérents à l’A. LT., conseille de « soumettre promptement le régime coopératif au contact des faits et à l’épreuve de la pratique ». L’engouement pour l’association ne cédera qu’aux rudes leçons de l’expérience ; les ouvriers n’auront ni les moyens financiers, ni les capacités pour réussir dans leur entreprise.

33 A. P. P., Ba 439. L’entrée en France du mémoire des délégués français fut interdit par la police ; Fribourg demanda donc à Aubry de signer un nouvel exemplaire du mémoire : « J’accepte, répondit Aubry, avec la plus grande sincérité, la plus complète solidarité avec les rédacteurs dudit document parce qu’il exprime les principes pour lesquels je lutte depuis douze ans ».

34 The General council..., op. cit., t. II, 1866-1868, p. 80 - Séance du Conseil général.1er janvier 1867. Dans sa.lettre à Fribourg, Aubry expliquait déjà que le retard de Londres empêchait de s’exprimer catégoriquement au sujet de la création du groupe rouennais. Ces critiques furent reprises par Varlin au congrès de Lausanne. Le Conseil général répondit que la publication du compte rendu aurait coûté 3.000 F alors qu’il n’y avait que 22 F en caisse. Voir La Première Internationale, op. cit., t. I. p. 160 et 176-177.

35 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme au ban de l’Europe - 2 vol. , Paris 1872, 448 et 450 p. ; t. I, p. 7-8.

36 Le Courrier français, fondé par Vermorel en 1866, publiait les communications de l’Internationale : « c’est le seul journal socialiste » (Dupont).

37 Le Courrier français, 17 février 1867.

38 Le Courrier français, 10 mars 1867.

39 A. P. P., Ba 439. Schrub au Courrier français, 26 mars 1867. Les rapports entre Aubry et Schrub ne semblent pas avoir été bien cordiaux en 1867. Schrub écrit, probablement à Chemalé : « Vous vous êtes adressé au citoyen Aubry pour avoir mon adresse ; cela ne m’étonne pas qu’il ne vous ait pas répondu à raison que le citoyen Aubry est un peu comme Voltaire qui voulait qu’il n’y ait qu’un soleille (sic) en Europe. Monsieur Aubry ne veut qu’il n’y ait que lui à Rouen ». Cette lettre semble confirmer qu’il y a eu un changement de correspondant de la section rouennaise de l’A. I. T.

40 Ibid. Lettre de Schrub. 25 mai 1867.

41 Ibid. Lettre de Schrub à Chemalé. 1er août 1867.

42 Histoire de l’Internationale par un bourgeois parisien. Londres-Paris-Bruxelles, 1873, 216 p., p. 93-95 : « Désarmement général, organisation des milices, telle est la devise inscrite sur notre drapeau ».

43 A. P. P., Ba 439. Lettre de Schrub, 17 août 1867.

44 Ibid. Lettre de Schrub, 8 août 1867.

45 Association Internationale des Travailleurs. Groupe rouennais. Les membres du Cercle d eludes économiques aux ouvriers de l’arrondissement de Rouen. Rouen, Imp. D. Brière et fils, 3 p.

46 A. P. P., Ba 439. Lettre d’Aubry à Chemalé, 28 août 1867.

47 The General Council.... op. cit., t. I, p. 80, 1er janvier 1867.

48 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 167. D’après le rapport du Conseil général au congrès de Lausanne, Rouen a versé 4 shillings 5 pence (5,5 F).

49 Les recensements de Rouen n’ont été conservés qu’à partir de 1881 et les listes électorales de l’époque ont disparu ; les annuaires de Rouen ne mentionnant pas les ouvriers.

50 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 161 - Les six membres disposant de leurs cartes sont Aubry, Desormière, Bunel, Zacharie, Lefrançois et Schrub.

51 A. D S-M., M, Corr. Leroy (1857-1870). C.c. police, 25 janvier 1868.

52 Dictionnaire du mouvement ouvrier (J. MAITRON), t. IX, p. 147 - Aubry s’appela d’abord Dosmont du nom de sa mère, blanchisseuse, et ne prit le nom d’Aubry que le 5 novembre 1831, après reconnaissance et légitimation par le mariage de sa mère. Son signalement figure dans le dossier A. P. P., Ba 941, parquet de Rouen (21 mai 1871) : « 1,70 m. cheveux châtain foncé, front haut, barbe châtain, moustaches longues et mal soignées, bourgeonné près du nez qui est très rouge ».

53 L’Emancipation normande. no 5, mai 1850.

54 A. D S-M., M, Associations 1834-1852 - Rapport du 17 février 1852 à la suite d’une protestation de Blériot fils contre la fermeture de la maison d’épicerie.

55 A. D S-M., M, Affaire Blaizet (5 février 1856).

56 A. D S-M., M, Sûreté nationale, second Empire, 27 novembre 1854.
Aubry a été surveillé au début de l’Empire : « Saisie d’une lettre adressée par un nommé Aubry, ouvrier lithographe... à un nommé Eugène Barbier, soldat au camp de Boulogne. Cette correspondance était présumée contenir une provocation ayant pour but de détourner un militaire de ses devoirs ».

57 L’Annuaire de Rouen signale qu’il possède également une boutique de gommes.

58 Déclaration faite au congrès de Lausanne. La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 178.

59 A. D S-M., M, Corr. Leroy (1857-1870). C.c. police. 25 janvier 1868 : « La conduite d’Aubry n’est pas exempte de reproches ; il s’adonne à la boisson et il n’est pas rare de le rencontrer ivre dans les rues ».

60 RICHARD (Albert) - Les propagateurs de l’Internationale en France - Revue socialiste, 1896, p. 641-667.

61 Le Courrier français, 25 août 1867.

62 A. P. P., Ba 439. Aubry à Chemalé, 28 août 1867.

63 Ibid., 29 août 1867.

64 Ibid., 22 septembre 1867.

65 Journal de Rouen, 29 août 1867. Les ouvriers qui désiraient prêter leur concours pouvaient s’adresser à Aubry, secrétaire de correspondance, 12 rue de l’Amitié.
Le Courrier français n’a pas reproduit entièrement l’appel d’Aubry. La variante des statuts de l’Internationale à laquelle sont empruntés les extraits publiés par le Journal de Rouen est celle adoptée au congrès de Genève. La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 68-70.

66 A. P. P., Ba 439. Aubry à Chemalé, 28 août 1867.

67 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 158.

68 Ibid., t. I, p. 116.

69 Ibid., t. I, p. 135 à 137.

70 La décision d’envoyer un délégué rouennais à Lausanne datant du 29 août, la préparation du congrès a donc été fort rapide.

71 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 177-182. Plusieurs de ces rapports français très brefs ne donnent que quelques renseignements sur la situation des sections : le plus long est celui de Rouen. L’étude la plus appronfondie fut présentée par la section belge (Comment les classes ouvrières peuvent-elles utiliser pour leur émancipation le crédit qu’elles donnent à la bourgeoisie et aux gouvernements ?).

72 Aubry a emprunté à Proudhon ce terme de prélibation ainsi que celui d’aubaine. « La propriété est le droit d’aubaine que le propriétaire s’attribue sur une chose marquée par lui de son seing... L’aubaine reçoit différents noms selon les choses qui la produisent : fermage pour les terres ; loyer pour les maisons et les meubles ; rentes pour les fonds placés à perpétuité ; intérêt pour l’argent ; bénéfice, gain, profit pour les échanges... PROUDHON (P.-J.) - Qu’est ce que la propriété ? Deuxième mémoire - Paris, Marpon et Flammarion, 355 p., p. 122-123).
Dans son rapport sur la propriété terrienne au congrès de Bruxelles, Aubry précise : « Le droit de premier occupant... s’est perpétué à l’aide d’un autre droit connu sous le nom d’aubaine, qui n’est autre que la prélibation du seigneur sur le serf de la glèbe, comme la prélibation financière et mercantile sur le serf de l’industrie » (La Première Internationale, op. cit., t. I. p. 361).
Sur la « prélibation capitaliste » d’après Proudhon, voir BANCAL (Jean)Proudhon. Pluralisme et autogestion - Paris, 1970, 2 vol. , 253 + 239., t. I, p. 178-179.

73 Le Courrier français, 12 août 1867. Projet d’une fédération du travail : « Le mouvement qui s’accomplit au sein de la classe travailleuse a pour but d’élever le prolétaire au rang de producteur libre, c’est-à-dire de possesseur de ses outils et matières premières, disposant ainsi de la totalité de son produit, sans avoir à subir, comme par le passé, la prélibation capitaliste. La Fédération du travail devrait être une société générale de crédit mutuel ».

74 PROUDHON (P.-J.) - De la capacité politique..., op. cit., p. 123.

75 Ibid., Idée générale de la Révolution au XIXe siècle - Paris - Marpon et Flammarion, s.d., 320 p. ; p. 236 et suivantes.

76 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 100-101. Mémoire des délégués français.

77 La grève des bronziers de Paris avait retenu l’attention de la section de Rouen. Les bronziers avaient fondé une société de solidarité pour défendre par la grève leurs conditions de travail.

78 Rapport de commission de la mutualité au congrès de Lausanne (De Paepe, Murat...) La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 201-205. La rémunération du capital permet aux plus importants actionnaires de vivre de leur revenu ; la recherche du bénéfice se fait aux dépens de la masse des prolétaires : « Il y a donc là une tendance réelle à la constitution d’un nouvel état privilégié à côté du tiers état ou bourgeoisie, à la constitution d’un quatrième état ».

79 Ibid., t. I, p. 234.
Le texte de la résolution affirmait que « l’établissement des libertés politiques était une mesure première d’une absolue nécessité ».

80 Pour trois questions, le résumé était fidèle, car les résolutions correspondaient exactement aux solutions proposées par Aubry. 2e question, crédit, institution de crédit mutuel et fondation d’une fédération du travail. 3e question, sociétés ouvrières : résolution favorable aux sociétés coopératives mutuelles et condamnant les coopératives rétribuant le capital. 4e question, travail et capital, machinisme... : la résolution de Lausanne pour arriver à supprimer le salariat « commandait l’étude de moyens économiques basés sur la justice et la réciprocité ». Voir La Première Internationale, op. cit., t. I. p. 190-210.

81 Le congrès de Lausanne subordonnait son adhésion à une modification de l’organisation sociale dans le sens d’une répartition toujours plus équitable de la production (adjonction de Tolain).
La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 235.

82 L’organisation de l’enseignement a été également abordée dans la 5e question. Aubry est peu explicite : « Le congrès propose l’enseignement libre, intégral pour tous... » mais il exposera longuement ses conceptions personnelles au congrès de Bruxelles. Il faut noter qu’Aubry ne mentionne pas la fin de la résolution rédigée par Tolain : « Tout enseignement religieux doit être écarté du programme ».
La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 224.

83 Journal de Rouen, 11 septembre 1867.

84 Le Nouvelliste de Rouen. 11 septembre 1867.

85 A. P. P., Ba 439. Aubry à Chemalé, 22 septembre 1867.

86 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 octobre 1867.

87 A. D S-M., M, Corr. Leroy. C.c. police, 25 janvier 1868.

88 Le Nouvelliste de Rouen, 26 septembre 1868 : « Ce n’est pas sur la coopération qu’il faut compter pour arrêter le progrès des idées socialistes ».
En 1867, le Journal de Rouen publia plusieurs articles concernant la Ligue de l’enseignement : 9 et 21 février, 6 mars, 10 septembre (sur le voyage récent’de Jean Macé à Rouen), 16 septembre (statuts de la Ligue).

89 Journal de Rouen, 20 octobre 1867. CHAUVET (Paul) - Les ouvriers du Livre en France - Paris 1956. 2 vol. ; t. II (de 1789 à la fondation de la Fédération du livre), p. 515-519.

90 Journal de Rouen, 1er décembre 1867.

91 Le Courrier français, 12 décembre 1867 : « Les lithographes rouennais viennent de se constituer en société et publient en tête de leurs statuts le préambule suivant, remarquable à plus d’un titre... ».

92 Journal de Rouen, 19 mai 1868.

93 Le Courrier français, 12 décembre 1867 : « Ce que veulent les ouvriers ce n’est point retourner en arrière, mais ce qu’ils désirent avec raison, c’est établir entre eux des liens de solidarité. C’est la transformation économique... qui oblige les ouvriers à se grouper solidairement... C’est le sentiment et le besoin de la défense qui les réunit et la liberté individuelle... est affirmée très franchement afin de répondre par avance aux insinuations malveillantes’ ».

94 Journal de Rouen, 19 mai 1868 : « De cette façon, justice pourrait être plus facilement rendue et l’équité, base des rapports, dont les soussignés entendent ne jamais se départir envers les tiers, serait entièrement sauvegardée ». La corporation, conformément aux idées exprimées par Aubry à Lausanne, ne veut pas se laisser entraîner dans des grèves qui ne concerneraient pas l’intérêt général de la profession, l’établissement de la valeur ».

95 Les statuts cherchent à limiter le montant des indemnités de chômage en précisant que tout sociétaire qui refuserait une place vacante, sans motifs valables, perdrait son droit à l’indemnité.

96 Les ouvriers étrangers à la ville, venus chercher vainement du travail à Rouen, pourraient obtenir un secours de 3 F ou même s’ils étaient sociétaires, de 5 F pour gagner une autre ville.

97 The General Council..., op. cit., t. II, p. 201. Le correspondant annonçait que l’on se préparait à publier un périodique et demandait à être mis en relation avec des fileurs anglais.

98 TCHERNOFF (Touda) - Le parti républicain au coup d’Etat et sous le second Empire - Paris 1906, 676 p. ; p. 470 et suiv.

99 Procès de l’A. I. T., première et deuxième commission - Paris 1870, 216 p. ; p. 123.

100 Ibid., p. 165 et 195.

101 Journal de Rouen, 28 février 1868. Lettre d’Aubry, 27 février, à la suite d’une note parue dans l’Opinion nationale concernant la citation à comparaître des membres de la première commission.

102 Journal de Rouen, 2 mars 1868. Article d’Henri Leneveux.

103 Le Nouvelliste de Rouen, 22 mars 1868.

104 Le Nouvelliste de Rouen. 28 mars 1868. Voir aussi, 2 avril : « L’A. I.T., c’est la négation complète de la liberté du travail qu’on poursuit et cela lorsque partout on proclame l’égalité des ouvriers et des patrons » (article également consacré aux événements de Genève).
Le bureau de Paris avait appelé ses adhérents à venir en aide aux grévistes et ouvert une souscription.

105 TESTUT (Oscar) - L’Internationale et le Jacobinisme au ban de l’Europe, op. cit., t.I, p. 357-358 : « Que de mal cela nous donne, pour empêcher les groupes de se séparer quand ils sont à peine formés. Il m’a fallu toutes les peines du monde pour continuer le mouvement que j’ai sérieusement commencé à mon retour de Lausanne » (Aubry à Varlin, 26 mai 1868).

106 Procès de l’A.I. T., 1re et 2e commissions, op. cit., p. 165. Aubry fait en particulier, allusion à la péroraison de Varlin : « Que la bourgeoisie comprenne donc que, puisque ses aspirations ne sont pas assez vastes pour embrasser les besoins de l’époque, elle n’a qu’à se confondre dans la jeune classe qui apporte une régénération plus puissante, l’égalité et la solidarité par la liberté » (audience du 22 mai 1868)..

107 Journal de Rouen, 17 mars 1868.

108 A. D S-M., X, Secours mutuels, Darnétal. Pétition de l’Union corporative des ouvriers teinturiers en grand teint (7 mars 1868) : « Le but serait de développer la solidarité au point de vue des intérêts de notre profession en prévision des moments de chômage où il arrive que quelques patrons oubliant la position toujours précaire de leurs ouvriers, leur font subir des diminutions de salaires et suscitent par cela même de grandes difficultés à leurs confrères ».

109 Archives municipales de Darnétal, 2 F 2. Etablissements industriels (15 octobre 1867)

1860

« Temps normal »

15 octobre 1867

Manufactures

11

10

9

Ouvriers

195

177

115

.

110 Les autres filatures de laine de la région se trouvaient à Elbeuf, Louviers et Pont-Authou.

111 A D S-M., X, Secours mutuels, Darnétal. Lettre du maire de Darnétal au préfet, 12 mai 1868.

112 Le Moniteur universel, 31 mars 1868. Rapport à l’Empereur sur les vœux des délégations ouvrières à l’Exposition universelle de 1867 (Forcade - Laroquette, 30 mars 1868) ; « ... En admettant les mêmes règles pour les ouvriers que pour les patrons, l’administration n’aura pas à intervenir dans la formation des chambres syndicales. Elle ne serait amenée à les interdire que, si contrairement aux principes posés par l’Assemblée constituante dans la loi du 17 juin 1791, les chambres syndicales venaient à porter atteinte à la liberté du commerce et de l’industrie, ou si elles s’éloignaient de leur but pour devenir, à un degré quelconque, des réunions politiques non autorisées par la loi».

113 A. D S-M., X, Secours mutuels, Darnétal. Le préfet semble avoir hésité à accorder une autorisation aux fileurs de laine. D’où la pétition du 14 août 1868 : « La corporation est composée d’honnêtes et laborieux ouvriers ne voulant pas participer à une société qui pourrait passer pour illicite avec juste raison, attendu qu’elle n’est pas autorisée. Nous avons jugé qu’il n’y avait pas d’autre moyen pour nous de maintenir nos salaires et en même temps nos heures de travail, fixées à 12 heures et surtout pour arriver à éveiller parmi nos ouvriers l’amour de l’instruction primaire ».

114 Les deux réunions corporatives déposèrent leurs statuts à la préfecture, les teinturiers le 2 mai, les fileurs de laine le 21 juillet et demandèrent l’autorisation de les faire imprimer. Le préfet ne se hâta pas de leur répondre. Les teinturiers lui envoyèrent une pétition le 18 juin (120 signatures) et les fileurs le 14 août.

115 II en résulte donc une complication pour estimer les effectifs de l’A. I. T. ; les membres des sociétés corporatives n’y adhèrent qu’indirectement.

116 A. D S-M., M, Cercles - Les statuts déposés le 22 avril 1868 ne semblent pas avoir été modifiés en ce qui concerne l’administration du cercle.

117 Journal de Rouen, 20 août 1868 - Le Journal de Rouen, écrit « Ph. Jullien », probablement par erreur. P. Jullien et Ch. Goupil étaient parmi les signataires de l’appel du 25 août 1867.

118 A. N., F I C III Seine-Inf. 9. Préfet, avril 1868 : « On essaie de faire adopter par les ouvriers le principe de l’association. Un typographe (sic) de Rouen, Emile Aubry, socialiste ardent, fait d’actives démarches en vue de la création dans le centre industriel rouennais d’un groupe correspondant de la Société internationale des travailleurs (sic). Il a sollicité l’autorisation de faire une réunion publique pour l’exposé de son projet... Aubry voudrait aussi fonder un journal hebdomadaire, l’organe du prolétariat, mais c’est là un projet très vague jusqu’ici ».

119 Journal de Rouen, 20 août 1868. A l’ordre du jour figure également la fondation d’un hebdomadaire. Cette publication avait été envisagée dès le début de 1868. Voir The General councit..., op. cit., t. II, p. 201 (lettre du 31 mars 1868).

120 Des propositions avaient été présentées par Chemalé et De Paepe au congrès de Lausanne, mais aucune décision n’avait été prise ; au conseil général incomba le soin de rédiger le programme en fonction de ces recommandations. Examiné le 11 juillet 1868 par le comité permanent, l’ordre du jour fut définitivement adopté par le Conseil général le 14 juillet et la discussion des questions commença le 18. Voir The General council.... op. cit., t. II. p. 225-227. La Première Internationale, op. cit., t. I. p. 155.

121 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 439-440.
VERDES (Jeannine) - Les délégués français aux congrès de l’A. I. T.
Cahiers de l’I. S. E. A., août 1964, p. 83-177.

122 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 361-379.

123 Ibid., t. I, p. 127-129.

124 Ibid., t. I, p. 365-379. Rapport de la section bruxelloise sur la question de la propriété foncière.

125 Ibid., t. I. p. 361-365.
Aubry, comme De Paepe, semble donc s’écarter de Proudhon. Voir PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la Révolution au XIXe siècle, op. cit., p. 226 : « Le travail agricole est celui qui exige le moins, disons mieux, qui repousse avec le plus d’énergie la forme sociétaire : jamais on ne vit de paysans former une société pour la culture de leurs champs ; on ne le verra jamais ». Mais dans sa théorie de la propriété, Proudhon accepte certaines formes d’association. « Les associations industrielles et agricoles... ont pour objet non pas de remplacer l’initiative individuelle par l’action sociétaire... mais d’assurer à tous entrepreneurs de petite et moyenne industrie, ainsi qu’aux petits propriétaires le bénéfice des découvertes, machines, améliorations et procédés inaccessibles autrement aux entreprises et aux fortunes médiocres ».
PROUDHON (P.-J.) - Théorie de la propriété - Paris, Librairie internationale, 1866, 310 p. ; p. 183.

126 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 405. Les considérants de la résolution sur la propriété foncière sont surtout inspirés du rapport de la section bruxelloise :
- considérant que les nécessités de la production et l’application des connaissances agronomiques réclament une culture faite en grand et avec ensemble, exigent l’introduction de machines et l’organisation de la force collective dans l’agriculture, et que d’ailleurs l’évolution économique elle-même tend à ramener la culture en grand ;
- que dès lors le travail agricole et la propriété du sol doivent être traités sur le même pied que le travail minier et la propriété du sous-sol ;
- que, du reste, le fonds productif du sol est la matière première de tous les produits, la source primitive de toutes les richesses, sans être lui-même produit du travail d’aucun particulier ;
- que l’aliénation à quelques-uns de cette matière première indispensable rend la société entière tributaire de ceux à qui elle a été aliénée ; le congrès pense...

127 GUILLAUME (James) - L Internationale, Documents et souvenirs, op. cit., t. I, p. 86. Les quatre délégués français qui ont voté pour la collectivisation du sol sont Aubry, Delacour (Paris), Albert Richard et Lemonnier (Marseille).

128 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 379-385.

129 Ibid., t. I, p 385-387. Rapport de la commission pour la réduction des heures de travail, lu par Tartaret. Aubry n’a pas étudié en réalité l’effet des machines sur la situation des travailleurs (2e question) auquel les sections de Bruxelles, de Liège et les relieurs de Paris ont consacré un rapport. Il se borne à constater « le triste et désolant spectacle du salarié employé dans les usines de la grande industrie comme subalterne de la machine et confondu avec les rouages dont il est reconnu faire partie intégrante ».

130 Ibid., t. I, p. 201 - Rapport de De Paepe.

131 Ibid., t. I, p. 289.
The General Council..., op. cit., t. II, p. 55-57. Réunions du 30 octobre et du 6 novembre 1866.

132 L’organisation d’un atelier de refuge n’était guère envisageable que dans les industries où l’utilisation de machines très coûteuses ne l’avait pas encore emporté.

133 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 408-409. « Les sociétés de résistance pourraient se transformer en sociétés de production, et comme elles possèdent toutes des capitaux, la généralité de leurs membres pourraient en faire partie. Il en est même plusieurs qui englobent le corps de métier tout entier ; il n’y aurait donc pas d’exclusion possible ».

134 DUVEAU (Georges) - La pensée ouvrière et l’éducation pendant la seconde République et le second Empire - Paris 1947, 348 p.

135 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 89-98. Mémoire des délégués parisiens, 3e partie : Instruction, éducation, famille.

136 PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la Révolution au XIXe siècle, op. cit., p. 289-292.

137 Les majoritaires confient à la mère de famille seule la première éducation de l’enfant.
A l’objection que le père chargé de famille sera dans l’impossibilité de payer l’instruction de ses enfants, les majoritaires répondent que « pour l’instruction, comme l’incendie, le chômage, la maladie et autres risques, l’assurance mutuelle qu’il ne faut pas confondre avec la mendicité, la charité, le secours, est destinée à rendre accessible à tous l’éducation nécessaire ».

138 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 97. En ce qui concerne les programmes, « l’administration centrale, après avoir formulé un programme d’étude comprenant seulement les notions essentielles et d’utilité universelle, laisserait aux communes le soin d’y ajouter ce qui leur semblerait bon et utile par rapport aux lieux, moeurs et industries du pays et de choisir leurs professeurs, ouvrir et diriger leurs écoles ».

139 Ibid., t. I, p. 214 : « Presque tous les gouvernements sont sympathiques aux erreurs traditionnelles, à l’ignorance et aux ténèbres intellectuelles. Jamais l’état, avec ses armées et ses fonctionnaires, ne fera jaillir le soleil de justice et de liberté sur les masses, en répandant l’instruction ».

140 Ibid., t. I, p. 224.

141 Ibid., t. I, p. 307-309.

142 Ibid, t. I., p. 331. Rapport des sections de Genève : « L’obligation n’est matériellement exigible qu’autant que la collectivité reconnaît le droit de vivre à la jeunesse soumise à cette loi... L’état doit, dans l’intérêt de tous, se charger comme d’un service public, de subvenir aux frais de nourriture et d’entretien de la jeunesse pendant la durée de ses études » : d’où le projet d’indemnité scolaire.

143 Ibid., t. I., p. 312 : « Que, en même temps que les écoles ouvrières sont des foyers intellectuels, elles soientes centres productifs ; que les jeunes gens, en même temps qu’ils s’instruisent, s’emploient - et cela fait partie de leur apprentissage - à des travaux utiles ».

144 Ibid., t. I., p. 300-306. Rapport sur l’enseignement intégral, par la section bruxelloise. Ce rapport aborde de nombreuses autres questions pédagogiques : l’autodiscipline, la constatation du progrès individuel, opposée à l’émulation entre individus, l’enseignement des langues vivantes...

145 DUVEAU (Georges) - La pensée ouvrière, op. cit., p. 99.
L’Internationale, 31 janvier 1869.

146 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 312-322. « Le mineur, pour se conduire dans les profondeurs souterraines et pour arracher à la terre les richesses qu’elle recèle, a besoin d’une lampe pour éclairer ses pas : pour guider le travailleur dans la conquête de ses droits et de sa légitime indépendance, il lui faut la lumière de l’intelligence, il lui faut l’instruction » (p. 313).

147 Le groupe havrais de la Ligue de l’enseignement avait cité également ces chiffres et décidé d’éditer une carte dont la réalisation fut confiée à J. Manier. Le groupe havrais de la Ligue de l’enseignement, 1er bulletin, p. 4 (juillet 1868). Voir aussi : Statistique générale de l’instruction primaire en France au 1er janvier 1866, d’après le recensement quinquennal de 1866, publié par le groupe havrais.

148 Aubry ne parle pas d’obligation, mais elle résulte évidemment du droit qu’a tout être humain arrivant à la lumière d’accéder « à la nourriture de l’esprit au même titre qu’il a droit à la nourriture du corps ».

149 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 319-320. La section de Bruxelles croyait remarquer que l’utilité de l’avocat se restreignait de jour en jour avec le développement de la morale publique, de l’habileté oratoire de chaque homme et de la simplification des lois ».

150 La méfiance à l’égard des professions libérales apparaît à nouveau : « la connaissance de la physiologie humaine débarrasserait un peu du charlatanisme ruineux de la médecine patentée ». Les médecins rejoignent ainsi lès fonctionnaires et les avocats.

151 Dans le système d’Aubry, les concours figurent donc à deux niveaux : les petits concours entre les élèves de moins de 8 ans, et la sélection finale.

152 Le rôle des femmes dans la corporation enseignante n’est pas étudié : « Rien n’empêche qu’elles ne soient soumises à un régime analogue à celui des hommes ».

153 PROUDHON (P.-J.) - Idée générale de la Révolution, op. cit.,p. 289.
Ibid. - De la justice dans la Révolution et dans l’Eglise - Paris, Rivière, 4 vol. ; t. III, p. 87 et suiv.

154 L’enseignement des familles sera également contrôlé : « Il y aurait de petits concours qui serviraient... à établir la valeur comparative de l’instruction donnée par les familles. Ces concours seraient entourés de toute la publicité possible... ».

155 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 213-214.
« Il est clair que l’enseignement professionnel doit être appliqué avec opportunité, et ne peut pas être pratiqué à un âge trop tendre, trop faible. L’expérience a démontré en Suisse (mais en petit) que par une bonne organisation on pourrait mettre les élèves des deux sexes à même d’exécuter un travail productif avant l’âge de seize ans, sans aucun danger pour les forces physiques et sans mettre en souffrance le développement intellectuel et moral... Toutefois il conviendrait de ne pas faire commencer le travail manuel avant l’âge de douze ans... ».

156 PROUDHON (P.-J.) - De la capacité politique des classes ouvrières, op. cit., p. 343. « Les associations ouvrières mises en rapport avec le système d’instruction publique deviennent à la fois foyers de production et foyers d’enseignement... »

157 La Première Internationale, op. cit., t. I, p. 388 : « Il est bien entendu que la réduction des heures de travail est considérée comme une condition préalable indispensable ».

158 Journal de Rouen, 27 novembre, 11 novembre 1866 ; 6 mars et 10 septembre 1867.

159 Bibliothèque nationale. Fonds maçonnique, loges de Rouen ; Vérité, Persévérance couronnée, Arts réunis, Constance éprouvée.

160 Bulletin de la Ligue de l’enseignement, 15 décembre 1866, 15 février, 15 mai, 1er novembre 1867, 31 mai 1868. Ces listes furent également publiées par le Journal de Rouen.

161 Marque (Jean Armand), 1809-1903, professeur à Bernay, Evreux, Rouen, puis professeur libre - secrétaire du bureau de la Fédération ouvrière rouennaise en 1869.

162 Groupe rouennais de la Ligue de l’enseignement, 1er bulletin, rapport sur les travaux et la marche du Cercle, p. 12-14 ; Journal de Rouen, 15 août 1868.

163 Parmi les conférences proposées : Bernard Palissy, l’Air atmosphérique, Hygiène de la famille, Benjamin Constant, Histoire de Rouen, Jacquard, Astronomie élémentaire, Hygiène des enfants, la Morale universelle, Dante et Le Tasse...

164 Publication du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen, rapport sur les travaux et la marche du cercle depuis le 15 août 1868 - Rouen 1869, 36 p. ; p. 13.

165 BLANQUI (Auguste) - Critique sociale - Paris 1885, 2 vol. , texte daté de mars 1868.

166 Journal de Rouen, 2 mars 1868. Il s’agit de la protestation à l’égard des poursuites dirigées contre le bureau parisien, reproduite dans l’Opinion nationale.

167 Lettre d’Emile Ollivier à Emile Aubry (St-Tropez, 14 septembre 1868). Le texte fut cité par Héligon le 30 juin 1870, au cours du 3e procès de l’Internationale.
Troisième procès de l’A. I. T. à Paris, op. cit., p. 124-125. La lecture fut accueillie par des rires « ces rires sont inconvenants, et s’ils continuent, menaça le président, je me verrai obligé de faire évacuer la salle ».

168 Emile Ollivier manifeste évidemment ses préoccupations électorales. Voir OLLIVIER (Emile) - LEmpire libéral, tome XI, Paris 1907, p. 105.
« A la fin de la session de 1868, grâce à ma vigoureuse offensive, ma situation paraissait toute différente... Les journaux radicaux se montraient moins âpres... Vermorel écrivait un article laudatif sur mes discours... chez Delescluze lui-même, il fut convenu qu’en raison des services que je venais de rendre, on amnistierait, comme ils disaient, mes défaillances passées et on ne me combattrait pas aux prochaines élections... ».
Voir aussi : OLLIVIER (Emile) Le 19 janvier - Paris 1869, 483 p. ; p. 405.

169 Journal de Rouen, 14 septembre 1868. Aubry remercie le Journal de Rouen du bienveillant accueil avec lequel il reçoit toutes publications ayant trait aux intérêts généraux. Cependant, le 22 septembre, le Journal de Rouen publie un article de Molinari sur l’Internationale, paru dans le Journal des débats dénonçant la propagande collectiviste au congrès de Bruxelles et accusant l’Internationale, sous prétexte d’affranchir le prolétariat de la tyrannie du capital, de chercher à assujettir les classes ouvrières à une espèce de comité de salut public international.

170 Rapport sur les travaux et la marche du cercle..., op. cit., p. 9-10.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540