Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Deuxième partie. La crise de l'industrie cotonnière et le mouvement ouvrier (1860-1868)

Chapitre II. Sociétés de secours mutuels, coopératives et coalitions

Texte intégral

  • 1 Le renouvellement du conseil général ne concernait que les 1er et 2e cantons de Rouen, celui du con (...)

1Les coalitions de 1865 n’avaient eu qu’un caractère éphémère ; les seuls groupements ouvriers durables restent les sociétés de secours mutuels, dont le développement subit cependant un ralentissement après 1860 ; dans différents milieux, l’intérêt se porte à partir de 1863 sur les coopératives de production ou de consommation, mais elles ne connaissent cependant qu’un succès très limité ; quant au Cercle d’études économiques, qui va introduire à Rouen l’Association internationale des travailleurs, il reste à peu près ignoré, jusqu’au moment où le Journal de Rouen publie son programme, à la veille du congrès de Lausanne (29 août 1867). Si de nouveaux conflits du travail se produisent en 1866 et 1867, l’organisation ouvrière ne fait donc pratiquement aucun progrès. La même remarque s’impose d’ailleurs dans le domaine politique : de 1865 à 1868, les électeurs ne sont convoqués que pour le renouvellement partiel des conseils généraux et des conseils d’arrondissement (1867) qui n’intéresse qu’un petit nombre de cantons de l’arrondissement de Rouen1.

LES SOCIETES DE SECOURS MUTUELS

  • 2 A. D. S-M., M. Etablissements de prévoyance, sociétés de secours mutuels - Statistiques 1870 et 187 (...)

2Jusqu’en 1869, la situation des sociétés de secours mutuels ne nous est qu’imparfaitement connue par les rapports annuels adressés à l’Empereur ; les tableaux départementaux qui ont servi à leur établissement fournissent des renseignements plus détaillés sur les effectifs et les opérations des sociétés, mais ils n’ont été conservés en Seine-Inférieure que de 1869 à 18712.

  • 3 D’anciennes sociétés autorisées ont obtenu l’approbation : cinq étaient antérieures à 1848 ; la Soc (...)
  • 4 A Amfreville-la-Mi-Voie, il n’existait que la société des ouvriers de l’entreprise Maze.
  • 5 A. N., F 12 5401. L’Union fraternelle regroupait les ouvriers de l’établissement Buddicom (secours (...)

3Quelques remarques générales se dégagent de ces statistiques. Le nombre des sociétés, qui ne s’est pratiquement pas modifié au cours de la crise cotonnière, augmente en 1864 et 1865 pour se stabiliser à nouveau. Dans l’arrondissement de Rouen, on compte 34 sociétés approuvées en 1869 contre 20 en 1 859, mais dans 7 cas, il s’agit seulement d’un changement de catégorie3 ; la plupart des sociétés créées entre 1860 et 1869 intéressent des communes (Boos, Duclair, Monville, Amfreville-la-Mi-Voie4 ou des catégories professionnelles (instituteurs, employés d’administration et de commerce) qui ignoraient jusqu’alors la mutualité ; deux exceptions seulement : à Oissel où Fauquet patronne l’association des ouvriers de sa nouvelle filature (1861) et à Sotteville où la fondation de la Prévoyance (1865) compense la disparition de l’Union fraternelle (1862)5.

  • 6 Les deux sociétés disparues sont les Amis de l’humanité à Rouen et la Société de Saint-Maurice (tei (...)

4Le nombre des sociétés simplement autorisées ou libres tombe de 20 en 1859 à 13 en 1869 (7 transformations, 2 dissolutions et seulement 2 créations numériquement de faible importance : en 1866 les tailleurs de la maison Dubuisson ; en 1869, les tapissiers de Rouen)6.

Effectifs des sociétés de secours mutuels en Seine-Inférieure

Effectifs des sociétés de secours mutuels en Seine-Inférieure
  • 7 La progression totale des sociétés de secours mutuels dans le département est inférieure à celle de (...)

5Pour l’ensemble de la Seine-Inférieure, l’effectif des adhérents s’accroît de 12 618 en 1859 à 16 284 en 1869, mais cette augmentation de 3 666 membres est inférieure au total des participants actifs des nouvelles sociétés (3 841 en 1869) ; les anciennes organisations ont donc légèrement régressé7.

6Comment expliquer ce progrès limité de la mutualité en Seine-Inférieure ? Les difficultés de l’industrie textile de 1861 à 1864 et après 1867 ont certainement contribué à restreindre le nombre des adhésions, mais d’autres facteurs sont intervenus.

Les Sociétés de Secours Mutuels de l’arrondissement de Rouen (31 décembre 1869). Sociétés approuvées

Les Sociétés de Secours Mutuels de l’arrondissement de Rouen (31 décembre 1869). Sociétés approuvées
  • 8 L’Emulation chrétienne fut reconnue d’utilité publique en 1869, c’était la seule société de cette c (...)

Note 88

Sociétés approuvées (suite)

Sociétés approuvées (suite)

Sociétés autorisées

Sociétés autorisées

7Le bilan des opérations de l’Emulation chrétienne de Rouen, qui avec ses 2 069 membres actifs (2 717 en y joignant ceux de Darnétal, Maromme et Sotteville) tient toujours de loin la première place en Seine-Inférieure, révèle les difficultés internes des sociétés de secours mutuels.

  • 9 A. D. S-M., M, Sociétés de secours mutuels. Emulation chrétienne. Une société de secours mutuels de (...)

L’Emulation chrétienne de 1850 à 18719

Années

Nombre de sociétaires

Cotisations des participants
(F)

Total des recettes
(F)

Total des dépenses
(F)

1850

434

1 100

1 100

1 096

1851

2 007

4 710

14 664

8 304

1852

2 950

10 757

25 257

18 511

1853

1 919

1 8 596

26 352

20 523

1854

1 969

1 5 055

22 108

18 672

1855

2 366

17 137

28 869

21 978

1856

2 971

20 851

28 616

24 438

1857

3 441

26 540

35 550

34 856

1858

3 292

31 935

40 826

40 593

1859

3 112

31 272

40 617

34 246

1860

2 865

31 362

38 21 2

31 223

1861

2 725

29 221

36 071

33 878

1862

2 708

28 21 6

35 594

32 543

1863

2 685

28 004

35 472

30 896

1864

2 664

28 075

35 91 7

31 324

1865

2 610

28 736

35 775

34 609

1866

2 598

27 253

34 735

29 509

1867

2 495

26 735

33 654

30 671

1868

2 428

26 667

34 834

34 782

1869

2 422

26 449

33 560

33 017

1870

2 331

25 202

31 770

32 554

1871

2 166

22 673

28 824

28 770

  • 10 198 adhésions en 1859, 127 en 1861 : après un léger redressement en 1864 (201), une nouvelle baisse (...)
  • 11 En 1869. 353 membres honoraires à Rouen ; 466 avec Darnétal. Maromtne et Sotteville, soit 14 % du n (...)

8En 1857, grâce à 803 adhésions, l’Emulation atteignait l’effectif de 3 441 sociétaires, mais à partir de 1 859 le recrutement tombe au-dessous de 200 membres par an et ne compense plus les décès et les démissions10. Jusqu’en 1856, le montant des recettes ordinaires avait largement dépassé celui des dépenses ; en 1857 et 1858 les dépenses tendent à rejoindre les recettes et l’équilibre risque de ne plus être maintenu, même avec l’appoint des cotisations des membres honoraires11. Par plusieurs révisions des statuts, la société s’efforce d’augmenter ses ressources et de diminuer ses engagements.

9En 1857, l’âge d’admission des enfants est élevé de 2 à 7 ans, le droit unique d’entrée de 1,25 F remplacé par un droit gradué selon les âges de 1,50 F à 10 F, la cotisation des hommes portée de 0,20 F à 0,25 F par semaine, celle des femmes et des enfants à 0,60 F par mois. Grâce à la formation d’une caisse de prévoyance, une pension devait être versée à partir de 1863 aux hommes incurables ou incapables de travailler, sociétaires depuis au moins douze ans. En 1860, l’âge d’admission est limité de 15 à 45 ans pour les hommes, 12 à 35 ans pour les femmes dont la cotisation est élevée à 0,85 F par mois ; le droit d’entrée uniformément fixé à 2 F ; le service des retraites serait assuré à partir de 1866 pour les adhérents de 65 ans, sociétaires depuis quinze ans. Nouvelle réforme en 1864 : les versements des hommes passent à 13 F ou 15 F par an, et le paiement des retraites reporté à 1871 (20 ans d’appartenance à l’organisation). Les modifications ne furent adoptées qu’après de longs débats agités ; l’Emulation chrétienne accusée de ne pas tenir ses promesses subit un certain discrédit qui se traduisit par la forte diminution du nombre des nouveaux adhérents tant honoraires, qu’actifs.

  • 12 A. D. S-M., M. Secours mutuels, statistique de 1870. L’équilibre budgétaire est obtenu dans la plup (...)
  • 13 Fauquet représente la troisième création officielle d’une société d’établissement après Maze (1829) (...)

10Les difficultés que rencontrent les associations de secours mutuels pour équilibrer leur budget et respecter leurs engagements sans devoir exiger de trop lourdes cotisations expliquent le faible développement des sociétés sans membres honoraires - 13 sur 47- qui ne regroupent qu’une minorité d’ouvriers de la profession : 303 tisserands, 86 fileurs à Elbeuf, 45 fondeurs de fer à Rouen... Les membres honoraires représentent 13 % de l’effectif total des sociétaires dans l’arrondissement ; ils apportent des ressources importantes (un sixième des recettes ordinaires de l’Emulation chrétienne)12. Cette garantie financière ne suffit pas à attirer beaucoup d’ouvriers qui hésitent à subir le patronage des notables ; ils ne se tiennent obligés d’adhérer que si le patron dirige lui-même la société (345 fileurs font partie de la société de l’établissement Fauquet) mais les groupements de ce type sont rares - trois seulement dans la région de Rouen - et à la fin du second Empire, la majorité des travailleurs de la grande industrie restait à l’écart de la mutualité13.

LE MOUVEMENT COOPERATIF

  • 14 GAUMONT (Jean) - Histoire générale de ta coopération en France – Paris, 1923, 2 vol., 630 et 735 p.(...)
  • 15 GAUMONT (Jean) - Op. cit., t. I, p. 458.

11Après 1848, quelques coopératives avaient été fondées en Seine-Inférieure ; elles avaient rapidement disparu. Sous le second Empire, l’idée coopérative sommeille14. La propagande en sa faveur ne réapparaît qu’à la fin de 1862 quand le Progrès de Lyon fait connaître l’histoire des Equitables pionniers de Rochdale ; la campagne se généralise en 1863 : les principaux partisans de l’association ne sont plus des socialistes, comme en 1848, mais des bourgeois libéraux : « L’association apparaissait à ces hommes doublement intéressante d’abord parce qu’ils y voyaient un moyen de recueillir pour leur parti et pour les hommes d’opposition la reconnaissance populaire et aussi parce qu’ils la considéraient comme un dérivatif aux dangereuses idées de révolution ouvrière... ; les sociétés coopératives représentaient à plus d’un comme une digue contre le socialisme »15.

  • 16 Degouve-Denuncques (Albert. François. Joseph), 1810-1878. Libéral sous la monarchie de juillet, il (...)
  • 17 Journal de Rouen. 31 août 1866.
  • 18 Journal de Rouen. 3 novembre 1866 : « Les dénominations et les doctrines » (Degouve-Denuncques) ; i (...)

12Ainsi le Journal de Rouen, très neutre jusqu’alors, engage après les élections de 1863 une campagne en faveur de la coopération. Un de ses collaborateurs, Albert Degouve-Denuncques16, ancien préfet du Pas-de-Calais puis des Deux-Sèvres sous la seconde République, journaliste au Temps, suit les progrès du mouvement et s’efforce de le propager en Haute-Normandie au cours des années 1864 et 1865. Citons parmi ses principaux articles : 13 février et 14 avril 1866, le Crédit au travail (l’auteur signale les avantages que les associations peuvent retirer de cette institution fondée par Beluze le 29 septembre 1863) ; le 25 avril, les sociétés de coopération ; 9 novembre, Degouve-Denuncqués annonce la fondation du journal l’Association (1er novembre 1864) ; le 14 novembre, paraît le bilan des associations de crédit mutuel, de production et de consommation existant en France, à Paris et à Lyon principalement ; aucune n’est signalée dans la région de Rouen ; 10 janvier et 23 janvier 1865, deux articles sur les associations ouvrières inspirées du Moniteur ; 26 janvier, un commentaire du projet de loi sur les sociétés coopératives ; 16 et 17 juillet, nouvelle étude dans laquelle Degouve-Denuncques cite une brochure de Casitnir-Périer parue en 1864. Puis, le Journal de Rouen suit les travaux de la commission d’enquête nommée par le gouvernement ; il publie le rapport du conseil des prud’hommes d’Elbeuf (2 février 1866) et revient sur les possibilités offertes par le crédit au travail (30 juillet et 2 août) ; le 11 août, il présente à ses lecteurs un nouveau périodique, la Coopération, qui doit remplacer l’Association. Le 18 septembre 1866, Degouve-Denuncques résuma clairement sa conception de la coopération : « Jusqu’à ce jour, association a voulu dire soumission de l’individu à la collectivité, aboutissant presque infailliblement à l’anéantissement de la liberté et de l’initiative individuelle. Coopération veut dire contrat librement consenti dans un but unique, déterminé et défini à l’avance ; c’est la collectivité mettant au service de l’individu le moyen de développer toutes ses facultés. Dans l’association, l’intérêt général était le principe supérieur devant lequel s’inclinait l’individu ; dans la coopération, c’est la collectivité qui s’organise en vue de fournir à l’individu tous les moyens d’augmenter sa liberté d’action, de développer son initiative individuelle ». Il tenait à préciser qu’il n’entendait pas faire de l’idée coopérative un instrument de révolution et de bouleversement mais « qu’il poursuivait... une transformation, une organisation nouvelle de la condition des travailleurs »17 ; les hommes d’ordre ne pouvaient pas s’inquiéter : « la plupart de ceux qui, il y a dix-huit ans, se signaient lorsqu’on prononçait devant eux le mot de socialisme, trouvent au contraire dans celui de coopération une idée qui éveille en eux toutes leurs sympathies »18.

  • 19 HOMBERG (Théodore) - Les sociétés coopératives - Précis analytique des travaux de l’Académie des Sc (...)
  • 20 A la Société d’émulation, il existait une section d’économie et de commerce. Elle fut consultée par (...)
  • 21 DECAENS-Des associations ouvrières de consommation - Bull. Soc. Emul. Seine-Inf., 1864-1865, p. 147 (...)
  • 22 DE LERUE (J. A.) - Etudes sur les applications du principe d’association. Bull. Soc. Emul. Seine-In (...)
  • 23 DECAENS, op. cit. : « La peur, n’est-ce pas le mobile auquel la majorité des ouvriers a attribué le (...)

13La loi de 1864 sur les coalitions et les mouvements de grève dont elle aurait porté la responsabilité n’étaient pas étrangers à cette nouvelle attitude d’une partie de la bourgeoisie. A la coalition qui était la guerre, on espérait opposer la coopération qui apporterait la paix sociale19. Telle est la préoccupation dominante qui apparaît dans les travaux de l’Académie de Rouen ou de la Société libre d’Emulation du commerce et de l’industrie de la Seine-Inférieure20. Les auteurs ne croient pas que l’association réussira à faire disparaître le salariat ; du moins pourra-t-elle apporter une amélioration matérielle du sort des ouvriers. Laissant de côté « toutes les élucubrations des socialistes et des communistes, ces malfaiteurs intellectuels, comme les appelle M. Guizot, utopistes qui certainement n’ont servi, en faussant le sens moral du peuple qu’à augmenter le paupérisme qu’ils prétendaient combattre... », Decaëns affirme que « si la société de consommation ne peut abolir la misère, elle sera au moins un moyen de restreindre par des palliatifs, les navrants résultats de la désolante position de nos frères pauvres »21. Selon Homberg, les membres des coopératives de production renonceront à exiger des augmentations de salaires qui provoquent une hausse des prix : « quand les ouvriers travailleront pour leur propre compte, il leur faudra bien se contenter des bénéfices qu’ils sauront réaliser. D’ailleurs travaillant avec plus d’ardeur, ils produiront davantage ; s’entendant pour produire, ils s’entendront pour consommer et paieront moins cher ce qu’ils achèteront en commun ; comprenant mieux les avantages de l’économie, ils renonceront aux habitudes ruineuses du cabaret ; puis enfin, pour vendre plus, ils vendront moins cher et la concurrence ramènera les prix de consommation à de justes proportions avec les prix de production »22. De Lerue insiste sur le progrès moral dû à l’association : « c’est chez les ouvriers appartenant aux sociétés de secours mutuels que l’on trouve... le plus de courage dans le travail, la meilleure tenue, l’esprit d’ordre, le plus de résignation dans les mauvais jours, le plus d’économie et surtout de tempérance... ; (ces regroupements) sont de véritables associations de tempérance appropriées aux mœurs, à l’indépendance et à la dignité de nos populations ouvrières ». Decaëns citant les exemples de Paris, Lyon, Grenoble, Mulhouse, s’écrie : « Rouen ne fera-t-il donc rien pour ses ouvriers ? Ne tentera-t-il pas de les arracher à ces habitudes dégradantes qui les rapprochent de la brute ? Ne sera-t-il pas tenté de relever le niveau moral du peuple qui, sans dignité et sans justice, traîne dans les ruisseaux infects d’un quartier Martainville une vie honteuse, délabrée, pleine de haine et d’envie »23.

  • 24 Enquête sur les sociétés de coopération - Exposé des travaux de la Chambre de commerce de Rouen, 18 (...)

14La chambre de commerce invita tous les Rouennais à lui adresser leurs réflexions sur les réalisations et les possibilités de la coopération ; elle fut étonnée de ne recevoir qu’une seule réponse, celle du tisserand Noiret24.

  • 25 Journal de Rouen. 15 et 26 septembre 1866, article de Degouve-Denuncques. Juridiquement la société (...)
  • 26 LEPLIEUX (Auguste) - Essai d’association coopérative à Rouen et dans l’arrondissement. 1866-1867 - (...)

15Cette campagne suscita la formation de quelques coopératives dans la région de Rouen de 1865 à 1867. La grande industrie ne se prêtait guère au développement de sociétés ouvrières. La société coopérative des tisseurs de Rouen, « industrielle, commerciale et de prévoyance » représente le premier essai, depuis 1848, pour constituer une association de production. Regroupant des ouvriers en rouenneries, « elle avait pour objet la fabrication et la vente des tissus et surtout pour but d’améliorer la position des sociétaires en leur assurant une part aux bénéfices produits par l’exploitation de leur propre industrie et en créant une caisse de retraite ou de secours... au profit des ouvriers devenus infirmes ou invalides (art. 4 des statuts). La durée de la société était fixée à vingt ans, le capital social à vingt mille francs (deux cents actions de cent francs) ; les actionnaires devaient être des tisseurs ou du moins se rattacher au tissage, soit par les préparations antérieures à la confection des étoffes, soit par les opérations de vente et de placement des produits fabriqués. Les bénéfices étaient ainsi répartis : 50 % pour les actions libérées, « mais encore dans la proportion du travail (de l’actionnaire) s’il travaille pour l’association et dans la proportion des bénéfices que ce travail aura procurés » ; 25 % pour le fonds de réserve ; 15 % pour le fonds de secours et de prévoyance ; 10 % à la gérance. Les devoirs généraux des membres de l’association envers la société étaient précisés : « Des liens d’une fraternelle amitié sont la première loi des associés entre eux... ; sera exclu celui qui cherchera à nuire à la société ou à l’un de ses membres... »25. Les statuts avaient été présentés par l’avocat démocrate Leplieux à la première réunion (octobre 1866) ; au début de 1867 l’association comptait une centaine d’adhérents. A Sotteville, se constitua en 1866 la société fraternelle des mécaniciens ; le noyau originel était un groupe d’ajusteurs chaudronniers et serruriers qui grâce à quelques économies rassemblées en 1863, purent en 1864 ouvrir un atelier où ils travaillaient la nuit et aux heures des repas26.

Coopératives de l’arrondissement de Rouen (1865-1870)

Communes

Nom de la société

Nature

Date de la fondation

Déville

Coopérative de consommation

consommation

1866

Elbeuf

Société pour le commerce de la boucherie

consommation

1865

Maromme

Société d’épargne et de crédit mutuel des ouvriers tisseurs

consommation

1866

Pavilly

Société de consommation et de crédit mutuel

consommation

1866

Rouen

Avenir

consommation

1866

Société coopérative des tisseurs

production

1866

Store coopératif

consommation

1866

Sotteville-lès-

Rouen

Persévérance

Société fraternelle des mécaniciens

Consommation

production

1867

1866

  • 27 GAUMONT (Jean) - Histoire générale de la coopération en France, op. cit., t. I, p. 514. Livret du s (...)

16Les coopératives de consommation, dont la création présentait en principe moins de difficultés, connurent des fortunes diverses, généralement peu brillantes. La plus ancienne apparaît à Elbeuf le 10 décembre 1865 : la Société économique et de prévoyance pour le commerce de la boucherie, société en commandite au capital de 10 000 F (100 actions de 100 F) transmissibles avec assentiment du conseil de surveillance. Les fondateurs étaient des tisserands d’Elbeuf et des environs : Chabert ex-conseiller municipal d’Elbeuf ; Charles Lemoine, conseiller municipal d’Orival ; Louis Fossard, vice-président de la société des secours mutuels des tisserands et conseiller prud’homme ; Eugène Diot et François Monfray, tous démocrates militants ; ils espéraient arrêter la montée du prix de la viande, briser les ententes entre les bouchers ; « on a pris le bœuf par les cornes ! »27.

  • 28 Journal de Rouen, 16 septembre, 23 octobre 1866.
    LECOEUR (Raoul) - Projets de statuts d’une société (...)
  • 29 Journal de Rouen, 31 août. 16 octobre, 14 novembre 1866. La maison de Ry, antérieure à l’associatio (...)

17Les origines des deux sociétés rouennaises, l’Avenir et le Store coopératif sont fort différentes. Un groupe d’ouvriers consulta la Société d’Emulation et la chambre de commerce au sujet de statuts de l’Avenir, qui devait assurer la vente des denrées alimentaires et généralement de tous les objets de première nécessité au meilleur marché possible ; constituée le 12 août 1866, cette association, qui acceptait aussi bien les chefs de maison que les ouvriers, reçut deux cents adhésions avant la fin de l’année28. Le Store coopératif est dû à l’initiative de Jouanne, propriétaire à Ry, où il avait établi une maison rurale d’expérimentation sociétaire, à la fois jardin d’enfants et service d’approvisionnement ; Jouanne imaginait de réconcilier bourgeois et ouvriers par la coopération : « Sortie du fond des masses populaires, ce serait une erreur de croire qu’elle doive se restreindre au service d’une seule classe de la société. La coopération ne restera pas longtemps un ressort du travail contre le capital ; elle passera bientôt au service de toutes les classes sociales... La coopération en éteignant la misère et le paupérisme n’anéantira point pour cela les grandes fortunes, mais elle réalisera la richesse graduée et la solidarité universelle ». Un premier magasin fut ouvert, le 10 octobre 1866, rue de la Prison et un second, le 25 octobre, rue de la Cigogne29.

  • 30 Journal de Rouen, 11 septembre, 22 octobre 1866, 6 avril 1867.
  • 31 Almanach de la coopération, 1869.
  • 32 A. D. S-M., M, Coopératives, 1887-1903.
  • 33 Journal de Rouen, 30 octobre 1866, 6 avril 1867. La Persévérance disposait à sa fondation d’un capi (...)

18En banlieue, des associations sont signalées, au cours de la même année, à Déville30, Maromme31, Pavilly32 et Sotteville-lès-Rouen33. A Déville, la coopérative organisée par un graveur sur cuivre, Alfred Buquet, se contentait d’une souscription de dix francs ; « les hommes les plus considérables comme les travailleurs les plus modestes apportaient leur concours » ; 130 sociétaires étaient présents à la réunion d’ouverture (21 octobre 1866). A Sotteville, la Persévérance, fondée par 70 ouvriers de la Compagnie de l’Ouest, demandait une souscription de 25 à 100 F, comme l’Avenir de Rouen.

  • 34 Journal de Rouen, 6 avril 1867.
  • 35 L’Avenir et le Store coopératif en 1868, la coopérative de Déville en 1869, celle d’Elbeuf en 1870. (...)

19En 1867, les grandes communes ouvrières, à l’exception de Darnétal, disposaient donc d’une société de consommation ; « les travailleurs semblaient entrer résolument dans la voie de la coopération »34, cependant, la plupart de ces groupements devaient disparaître avant 187035.

  • 36 Journal de Rouen, 5 octobre 1866. « La société économique et de prévoyance d’Elbeuf » (Degouve-Denu (...)

20Le montant élevé des souscriptions initiales, même si elles n’étaient pas exigibles immédiatement, limita évidemment le nombre des actionnaires et le capital disponible. Malgré les prix avantageux, les acheteurs ne se pressèrent pas en foule comme on l’avait espéré ; il fallait quitter des fournisseurs « chez lesquels on trouvait des complaisances et du crédit » que refusaient la plupart des magasins coopératifs. La gestion, faute d’expérience commerciale se révéla parfois défectueuse et surtout les nouveaux établissements se heurtèrent aussitôt à la résistance du commerce traditionnel. Un an après la naissance de la boucherie elbeuvienne, Degouve-Denuncques ne dissimulait pas les difficultés qu’elle rencontrait : « Il y a un an, les fondateurs... étaient remplis d’espérance. Si cet essai n’a pas réussi, c’est que l’on a commencé par le plus difficile ». L’administrateur est de bonne volonté mais n’a pas toutes les connaissances voulues ; les achats ont été confiés à des intermédiaires malhabiles ; l’exploitation est grevée par un matériel et un mobilier trop complets, la boutique trop luxueusement installée. « Il a fallu vendre à très bas prix et parfois même à perte pour lutter contre les bouchers depuis longtemps établis, qui ont cru qu’il était de leur intérêt de s’entendre pour écraser immédiatement fût-ce au prix de sacrifices, une concurrence naissante et qui pouvait devenir redoutable ». Pour essayer d’accroître le nombre des actionnaires, le minimum de commandite fut réduit à dix francs ; on promit un intérêt de 5 96 au capital et la répartition des bénéfices au prorata des achats. Au commerce de la boucherie s’ajouta la vente du pain, des vins et des légumes36.

  • 37 Journal de Rouen, 5 décembre 1866. Commentaire d’un article de Mirés paru dans la presse : « Les so (...)
  • 38 Parmi les associés du Crédit au travail : Alfred Buquet, le tailleur Dalleinne. Louis Fossard. Char (...)
  • 39 NOIRET (Charles) - Un projet d’institution sociale - la Mutualité, 15 octobre 1866 (Il s’agit de la (...)

21Il semble donc que la coopération n’ait pas éveillé dans la masse ouvrière l’enthousiasme que l’on espérait ; les militants eux-mêmes furent divisés. On prétendait parfois que « les sociétés coopératives formaient le tronc de l’arbre socialiste »37. A Elbeuf, des démocrates, dont plusieurs membres ouvriers du conseil des prud’hommes, luttèrent pour défendre la boucherie coopérative ; par ailleurs ils s’associèrent au Crédit au travail, la banque des coopératives de production et de consommation38. Charles Noiret cependant conseillait une extrême prudence : « Il faut laisser pour un certain temps les associations financières... ; la société de production n’est guère praticable que pour la petite industrie » ; les sociétés de consommation seraient par contre assurées d’un succès facile : il suggéra de limiter les souscriptions à 25 F, dont 10 F exigibles à la fondation ; de commencer par le commerce de l’épicerie, de l’étendre ensuite à la boulangerie, la boucherie, les chaussures, les tissus... Dans une étape ultérieure, lorsque les capitaux seraient devenus plus importants, on pouvait envisager des sociétés de caractère financier ou de production ; d’autre part, les coopératives pourraient développer les œuvres sociales (salles d’asile, lavoirs et buanderies, bibliothèques, salles de conférences et de récréations diverses...)39.

  • 40 Journal de Rouen, 11 septembre 1866.
  • 41 D’ESTAINTOT - Rapport.... op. cit., p. 82 et suiv.
  • 42 Le Nouvelliste de Rouen, 12 février 1867.

22Même lorsque les ouvriers prirent l’initiative, ils durent souvent avoir recours à des appuis extérieurs, soit pour la rédaction des statuts, soit même pour la gestion de l’association : à Déville par exemple, l’adjoint de Buquet, Dessainy faisait partie de la Société de St-Vincent-de-Paul40 ; quand le préfet Leroy de Boisaumarié demanda à la Société d’émulation de faire une enquête sur les coopératives, d’Estaintot répondit qu’il n’avait pas cru devoir consulter les ouvriers « en raison de la situation intellectuelle et morale de la classe ouvrière dans notre ville et dans les vallées qui l’avoisinent »41. Emile Aubry, délégué au congrès de l’Internationale à Genève (1866), protesta contre cette appréciation : « A Londres et à Genève les ouvriers avaient prouvé à quel degré de compréhension de leurs intérêts, ils étaient arrivés... Evidemment c’était l’élite de la classe, mais il y a sans doute aussi une élite dans nos populations et la section d’économie et de commerce eût gagné à la consulter »42.

  • 43 Le Courrier français, 17 février 1 867 (Rouen. 13 février 1867).
  • 44 La Première Internationale, op. cit., t. I. p. 380. Déclaration d’Aubry au Congrès de Bruxelles.

23Et dans un autre article, Aubry exprimait nettement son hostilité aux coopératives contrôlées par des notables : « Si le projet de loi qui s’élabore en ce moment sur la nouvelle législation de la presse accordait... un abaissement dans le cautionnement... Monsieur le rapporteur... apprendrait avec étonnement... qu’il y a quelque chose de plus sérieux et de plus efficace pour le bien-être physique et moral des masses que les sociétés coopératives telles qu’il les comprend, organisées d’après les lois de la subalternisation du travail au capital »43. Il se déclarait certain que les travailleurs rouennais n’accorderaient point leur concours à cette fausse application du principe de coopération et reconnut plus tard qu’il avait même souhaité l’échec de l’entreprise : « Nous avons affirmé dès le début que ces sociétés seraient appelées à succomber ; l’expérience a démontré que nous ne nous étions pas trompés et, faut-il le dire, nous désirions, dans l’intérêt même de l’émancipation générale, qu’il n’en fût pas autrement »44.

LES DIFFICULTES ECONOMIQUES ET LES GREVES (1866-1868)

  • 45 A. N., BB 30 387. Procureur général, 15 avril 1866.
  • 46 FOHLEN (Claude) – L’industrie textile... op. cit., p. 373 et suiv.

24« La crise cotonnière a grevé beaucoup d’usines d’un lourd arriéré. Pour amortir le passé, il leur faudra une période prolongée de prospérité », déclarait le procureur général en 186645 ; or, au cours des années 1866 et 1867, une dépression toucha de nombreux secteurs économiques en France et à l’étranger ; l’industrie cotonnière fut particulièrement atteinte46. Dès 1865, la famine du coton avait disparu, mais les entreprises connurent de nouvelles et sérieuses difficultés. Quelles en furent les origines ?

  • 47 Ibid., p. 377. Archives de la Banque de France, rapport d’inspection du 19 juin 1868.
  • 48 A. N., F 12 4477. Chambre de commerce de Rouen, 20 juin 1866 : « La Filature est naturellement atte (...)

25Essentiellement, l’équilibre du marché de la matière première n’a pas été retrouvé ; aux approvisionnements de l’Inde s’ajoutent ceux d’Amérique ; il se produit une véritable inondation de coton brut en Angleterre et en France ; par saccades plus ou moins brutales, les prix s’abaissent de 1866 à 1868. Cette dépréciation provoque la débâcle du commerce d’importation à Liverpool et au Havre ; « on estime que depuis deux ans, le Havre a perdu bien près de 50 millions (dix-sept maisons ont été forcées de suspendre leurs affaires et sont en liquidation). Il reste encore dans les docks 80 000 balles de coton qui forment le solde des achats aux cours de 125 à 130 francs et sur lesquelles le commerce devra se résigner à subir une perte de 10 millions... »47. Les filateurs qui avaient dû naguère constituer des stocks devaient pour limiter les pertes fabriquer et vendre au plus vite48.

  • 49 A. N., F 1 C III Seine-inf. 9. Préfet, décembre 1866. Le décret du 22 juin 1862 avait donné la libe (...)
  • 50 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 janvier 1867.
    A. N., F 12 4478. Chambre de commer (...)

26Mais le commerce des tissus est limité par la crise agricole ; les prix des denrées alimentaires, très bas de 1863 à 1865, se relèvent au milieu de l’année 1866. A Rouen, le pain monte de 0,30 F le kilo à plus de 0,40 F à la fin de 1867 et à 0,50 F en 1 86849, ce qui provoque très normalement une diminution des achats de tissus, surtout des rouenneries et des indiennes. La disette affecte l’Algérie, important débouché pour les produits rouennais ; les ventes sont à peu près nulles en 1867 : « Le débouché est paralysé..., le trafic ramené aux proportions d’il y a vingt-cinq ans,... l’Arabe est tombé dans une misère profonde... et le crédit du Juif, notre intermédiaire habituel, est fortement ébranlé ». Il faut attendre la fin de 1869 pour que les expéditions reprennent mais elles n’arrivent qu’au tiers des années ordinaires50.

  • 51 A. M. Rouen. Subsistances, prix du pain de 1852 à 1933.

Prix à Rouen du kilo de pain bourgeois51

Prix à Rouen du kilo de pain bourgeois51
  • 52 A. N., F 12 4477. Chambre de commerce de Rouen, 20 juin 1866.
    A. D. S-M., M. Situation industrielle. (...)
  • 53 A. N., BB 30 387. Procureur général. 11 juillet 1867.

27Les complications internationales freinent également les exportations ; la guerre austro-prussienne ralentit en 1866 les expéditions vers l’Allemagne et l’Autriche, de même vers l’Italie, où le cours forcé des billets a élevé le change de 20 %52. Après la fin du conflit, quand les transactions se raniment, on commence alors à s’inquiéter de l’éventualité pour 1868 d’une guerre entre la France et la Prusse ; préfet, procureur et chambre de commerce y voient la cause du ralentissement de la production53.

28De 1866 à 1868, la trésorerie des entreprises a connu trois périodes particulièrement difficiles :

  • 54 A. N., F 1C III. Seine-Inf. 9. Préfet, février 1866.
  • 55 A. N., BB 30 387. Procureur général, 15 avril 1866. 550 ouvriers. 2.000 prévus.
  • 56 A. N., F 1C III, Seine-inf. 9. Préfet, mai 1866.
    A. D. S-M., M. Situation industrielle. 1866-1870. P (...)
  • 57 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 juillet 1866.

291) Avril à juillet 1866 — L’activité industrielle avait été satisfaisante à la fin de 1865 et au début de 1866 ; on ne signalait qu’une faillite notable à Saint-Pierre-de-Varengeville54 ; largement compensée par l’ouverture de la maison Scheppers à Saint-Etienne-du-Rouvray55. En avril 1866, d’énormes arrivages de coton provoquèrent une chute subite et imprévue du prix des cotons en laine (25 % en avril, à peu près autant en mai), un resserrement général du crédit et des suspensions de paiements au Havre et à Rouen56 ; elle sont plus nombreuses, selon le procureur, que pendant la crise américaine57, mais n’entraînent cependant pas de faillites : « chaque créancier craint le dépôt d’un bilan qui rendrait ses pertes publiques et diminuerait d’autant son crédit ».

  • 58 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 janvier 1867.

30Parmi les établissements touchés : Narcisse Crépet, filateur à Rouen et à Petit-Quevilly (passif, 3.000.000 F), Lemaître, banquier à Fécamp et filateur à Darnétal (passif, 500.000 F), Poiret, filateur à Pavilly (passif, 7 à 800.000 F), Duchemin, filateur à Rouen (passif, 280.000 F), Aubé, filateur à Rouen (passif non précisé). En juillet, l’optimisme revient, c’est la fin de la guerre austroprussienne : les cours du coton sont en reprise, les liquidations s’arrangent à l’amiable, la presque totalité des établissements a retrouvé son activité58.

  • 59 A. N., F 1C III. Seine-inf. 17. Préfet, 7 mai 1867 : « La place de Rouen est affectée par la liquid (...)
  • 60 A. N., F 1C III, Seine-inf. 9. Préfet, juillet 1867.
  • 61 A. D. S-M., M. Situation industrielle, 1866-1870. Chambre de commerce de Rouen, 19 juillet 1867.
  • 62 A. N., F 12 4478 A. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1867.
  • 63 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1866-1870. Chambre de commerce de Rouen, 31 octobre 1867.
  • 64 F 1C III. Seine-inf. 9. Préfet, septembre 1867.

312) Mars à décembre 1867 — Au renchérissement des denrées alimentaires, aux craintes de guerre s’ajoute, à partir de mars, la menace d’une nouvelle baisse du prix du coton. La mévente des tissus, le gonflement des stocks incitent cette fois les fabricants à modérer leur production. En mai, le comptoir Louis Mallet, qui assurait la plus grande partie du commerce avec l’Algérie, est mis en liquidation ; l’activité des ateliers est réduite de deux à trois heures par jour59. En juin, la faiblesse des transactions s’accentue : « Les situations les mieux assises sont suspectes ; on ne traite plus que par petites quantités et au comptant »60. En juillet, la chambre de commerce assure que le fléchissement du coton brut a provoqué des faillites « nombreuses et considérables » et craint que « ces déconfitures n’aient point atteint leur terme »61, mais aucune liste n’est fournie : nous savons seulement que deux manufactures d’indiennes, qu’une filature de coton qui venait d’être installée et une filature de laine ont suspendu le travail62. Selon le procureur général, le ralentissement de la production n’aurait pas dépassé le quart de l’activité normale63. La situation difficile semble avoir duré jusqu’à la fin de l’année ; à ce moment, 598 ouvriers ont dû quitter les fabriques de coton et, pour la plupart, retrouver du travail ailleurs64. A partir de janvier 1868 seulement, une nette amélioration est constatée.

  • 65 Notices scientifiques, historiques, industrielles, commerciales et statistiques sur la ville de Rou (...)
  • 66 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 janvier 1867. Le rapport ajoute : « Les deux ou (...)
  • 67 A. N., F 12 4487 A. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1867.
  • 68 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1868.

32Nous manquons de statistiques précises pour apprécier l’influence de ces crises sur la structure de l’industrie rouennaise. Selon des renseignements fournis à l’occasion de l’exposition de 1867, 18 filatures auraient repris le travail après la crise de la guerre de Sécession65. Mais un déficit subsiste, dû à la concentration : « Plusieurs fabriques d’indiennes se sont fermées pour ne plus se rouvrir ; une multitude de petites filatures que le traité franco-anglais avait frappées de non-valeur n’ont pas été remplacées. Tous les établissements industriels sans distinction ont subi une telle dépréciation que la transmission ou la vente exige des sacrifices qui dépassent souvent 50 % de la valeur totale »66. Au cours de la dépression de 1867, la chambre de commerce constate que le nombre des fabricants d’indiennes diminue chaque année ; il y en avait 32, il y a cinq ans et 18 maintenant. Quelques-uns ont vu leur production grandir, mais l’ensemble a perdu de son importance »67. Le procureur général fait une réserve importante : « pas une seule manufacture n’a arrêté définitivement parmi les propriétaires qui ont une fortune ou un crédit bien établis »68.

Filatures de coton de la Seine-Inférieure

Années

Nombre de filatures

Nombre de broches

1860

228

1 396 000

1867

198

1 489 000

  • 69 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce de Rouen, 9 juillet 1868. Le coton des Indes passe de 1.44 (...)

333) Avril-juillet 1868 — La spéculation reprend, mais cette fois à la hausse ; le prix du kilo de coton s’élève de 35 à 50 % selon les variétés69. La chambre de commerce de Rouen déplore cette attitude des négociants et des fabricants : « un élément pernicieux s’est développé dans le commerce des cotons, c’est le jeu ; il faut des aléas fictifs ou réels. La donnée pour la récolte américaine était d’environ 2 500 000 balles ; l’aléa porte sur le beau ou le mauvais temps qui pourrait prolonger on interrompre la cueillette et ajouter au stock 100 ou 200 000 balles.

  • 70 A. D S-M., M. Situation industrielle 1866-1870. Chambre de commerce de Rouen, 20 avril 1868 : « Si (...)
  • 71 A. N., F 1C III, Seine-Inf. 9. Préfet, juillet 1868. Les achats de l’Italie et de l’Algérie restent (...)
  • 72 F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, octobre 1868.

34« C’est en saisissant au passage les vicissitudes chimériques ou fondées que les spéculateurs et plus encore les faiseurs passionnent le marché et provoquent des excitations passagères qui exaltent les prix pour les laisser s’affaisser à nouveau... Ces fièvres de l’agiotage sont au détriment des industriels et amoindrissent de plus en plus leurs moyens d’action »70. Rapidement en effet la hausse des produits fabriqués freine l’essor des ventes et de la production. Dès le mois de mai, plusieurs établissements s’arrêtent ; en juillet, la majeure partie ne travaillent plus que de 9 heures à 10 heures par jour ; dans quelques ateliers, où le travail est complet, les salaires ont été diminués de 10 %71. Le marasme général des affaires incite les manufacturiers à une extrême prudence jusqu’au mois de septembre 1868 : « Depuis un certain temps, ils ne laissent rien au hasard, ils s’assurent préalablement du placement de leurs marchandises et, par suite, leur stock est insignifiant »72.

35Quelle fut l’évolution des autres industries de 1866 à 1868 ?

  • 73 F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, novembre 1865.
  • 74 A. D S-M., M, Situation industrielle, 1866-1870. Chambre de commerce d’Elbeuf. 12 avril 1866.
  • 75 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 juillet 1866.
  • 76 Ibid., 13 octobre 1866.
  • 77 A. D S-M., M. Situation industrielle, 1866-1870. Chambre de commerce d’Elbeuf. 23 avril 1867.

36L’industrie de la laine a vu en 1865 la fin de la situation exceptionnelle qu’elle connaissait depuis quatre ans. Une condition favorable subsiste : la baisse régulière depuis 1862 du prix de la matière première ; mais la fabrique elbeuvienne subit le contrecoup de la reprise du coton73 ; en 1865, sept dixièmes seulement des articles d’été ont été vendus ; le chômage partiel apparaît dans les fabriques de draps74. En avril, les ventes reprennent vers l’Amérique ; par contre, Elbeuf souffre particulièrement de la guerre austro-prussienne ; un commissionnaire en draperies fait faillite : sa clientèle était surtout composée d’Allemands et d’Autrichiens75. La fin du conflit amène une reprise des transactions et la prospérité76. Au début de 1867, l’activité est stimulée par la proximité de l’Exposition qui doit « permettre aux manufacturiers d’attirer l’attention sur leurs produits, faire ressortir leur supériorité »77. Et même si les exportateurs se plaignent de la difficulté de vendre aux Etats-Unis par suite de l’élévation des tarifs douaniers, la situation à Elbeuf reste satisfaisante en 1867 et er 1868 ; un certain nombre d’ouvriers cotonniers de la région de Rouen et surtout du pays de Caux viennent à nouveau se faire employer dans les établissements lainiers.

  • 78 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 1er trimestre 1869 : les droits énormes des América (...)

37Les entreprises de produits chimiques font preuve d’une activité régulière et soutenue en 1866 et au début de 1867, grâce aux ventes vers Paris et aux besoins de la teinturerie, mais les débouchés deviennent difficiles à partir de l’été 1867 ; l’année 1868, marquée par un renforcement de la concurrence anglaise, fut « peu fructueuse »78.

  • 79 A N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, janvier 1868.
  • 80 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 2e trimestre 1867.
  • 81 Les industries secondaires ont également connu des difficultés, la distillerie à cause de la concur (...)

38La métallurgie a connu à peu près les mêmes fluctuations ; en janvier 1868, la fabrication de machines et la fonderie sont en souffrance, « les ouvriers perdent quatre jours par quinzaine »79 ; la situation n’est très grave que pour les constructions navales : « les chantiers sont déserts ; depuis plusieurs années, il ne se construit plus aucun navire »80 ; le déclin était dû à l’admission des navires étrangers à la francisation (1860) et au remplacement des bateaux en bois et à voiles par des bâtiments en fer de fort tonnage81.

39Comment les patrons et les ouvriers ont-ils réagi devant les difficultés ?

40Certains industriels qui, grâce aux stocks accumulés avaient largement profité de la famine du coton, subirent des pertes à cause de la dépréciation de la matière première. Tout naturellement le préfet et le procureur général s’en prenaient aux spéculations des filateurs et la chambre de commerce dénonçait plus généralement les méfaits de l’agiotage : « Si nous nous reportons quinze ans en arrière, nous voyons toute une école d’économistes surgir tout à coup au sommet des affaires. Pendant les vingt années qui avaient précédé, elle avait sans cesse proclamé que le crédit, c’était tout, qu’avec du crédit la production n’aurait pas de limites et que, par la même conséquence, la consommation se développerait en proportion. Le bon sens de la génération qui nous avait précédés avait constamment repoussé ces doctrines et les avait refoulées dans le domaine de la science spéculative où elles semblaient devoir rester ensevelies. Mais à partir de 1852, elles firent irruption dans la pratique et tout fut en effervescence. De gigantesques sociétés industrielles s’organisèrent sur tous les points et en même temps..., on imagina une foule de combinaisons en vue de mobiliser la propriété et de l’offrir en garantie... Les milliards pullulèrent à la Bourse de Paris..., ce fut un entraînement vertigineux : négociants en gros, marchands de demi-gros et boutiquiers, la plupart y ont passé. Mais aux premiers points noirs qui se montrèrent à l’horizon, les habiles se hâtèrent de capitaliser leurs profits et de les enfouir dans les caves de la Banque de France..., ce fut un sauve-qui-peut général, un désastre financier incalculable.

  • 82 A. N., F 12 4478 A. Chambre de commerce de Rouen, 9 janvier 1868.

41La province a résisté dans une certaine mesure à l’entraînement elle n’en a pas moins été atteinte par le fléau... Nous pouvons l’affirmer, beaucoup de nos commissionnaires sont obligés de venir en aide à leurs correspondants parce que ces derniers ont engagé une partie de leurs ressources dans les opérations de bourse... Toutes ces causes réunies suffisent pour expliquer l’affaissement général de notre place »82.

  • 83 A. N, F 1 C III. Seine-Inf. 9. Préfet, septembre 1867 : « Les manufacturiers attribuent injustement (...)
  • 84 A. N., BB 30 387. Procureur général, 8 avril 1868 ; A. N., BB 30 390. Procureur général, 2e trimest (...)
  • 85 A. N., F 12 4478 A. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1867.

42Mais de nombreux fabricants préféraient toujours une autre interprétation ; la crise n’était due ni à la spéculation sur le coton, ni au prix du pain ou aux menaces de guerre, ni à l’agiotage, mais à la concurrence anglaise. A la fin de 1867, « reprend l’inintelligente campagne contre les traités de 1860 » ; une pétition est d’abord signée par 260 manufacturiers de la région rouennaise. A Elbeuf, où la situation est bonne, elle n’obtient que peu de succès, les industriels finissent cependant par s’y associer « avec une blâmable complaisance ; les doléances sont une habitude chronique du commerce et de l’industrie »83. En fait, ils ne semblent pas avoir espéré l’abolition des traités, mais seulement le maintien du statu quo : « Si le gouvernement était en mesure de faire connaître, dès à présent, sur quelles bases il se propose de traiter avec l’Angleterre, ses déclarations pourraient apaiser bien des inquiétudes »84. La chambre de commerce de Rouen avait d’ailleurs, dans un rapport du 11 juillet 1867, précisé ses revendications : « Nous ne demandons pas de revenir sur les traités internationaux, ce qui serait chimérique, mais... que l’on affranchisse l’industrie des droits et taxes qui continuent à peser sur certaines matières premières et d’un certain nombre d’autres droits (droit de navigation, droit de canaux, droit d’attache qui grève la batellerie »85. Les industriels cependant continuaient à souhaiter une protection élevée qui leur permettrait d’augmenter leurs prix et de réaliser en très peu de temps d’énormes bénéfices.

43Chez les ouvriers, la crise de 1861-1864, tempérée par l’assistance, avait été un peu considérée comme une calamité naturelle et n’avait pas provoqué de réactions immédiates ; en 1865 seulement, ils s’étaient efforcés de retrouver le niveau de salaires de 1860. Il n’en fut pas de même en 1867 et 1868, où la responsabilité des fermetures totales ou partielles d’établissements fut rejetée sur les patrons.

  • 86 A. N. BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1867.A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 1er jui (...)
  • 87 Ibid., 9 novembre 1867.
    A. D S-M., M, Evénements 1866. A Lillebonne, cependant, près de 300 ouvriers (...)
  • 88 A. N., F 1 C III. Seine-Inf. 9. Préfet, avril 1866.
    Ibid., février 1867. Le préfet signale comme sym (...)

44En 1866, les difficultés des trésoreries n’ont tout d’abord pas atteint le personnel des établissements travaillant à temps complet ; comme l’ancien outillage a été remplacé par des machines plus perfectionnées, les salaires sont parfois plus élevés qu’en 1860. Le procureur général cite le cas des usines Fauquet et Pouyer-Quertier : « Les défenseurs de la protection à outrance ont constamment répété dans leurs discours et dans leurs écrits que les manufacturiers pour soutenir la concurrence anglaise seraient amenés forcément à diminuer le prix de la main-d’œuvre et voilà, qu’au contraire, le cours des salaires s’élève et s’affermit. C’est là un fait important qui ne doit pas passer inaperçu »86 ; seuls les gains des tisserands à la main continuent à diminuer87. Le préfet affirme que les rapports entre patrons et ouvriers sont bons ; lorsque des réclamations se produisent, les contestations s’arrangent à l’amiable, les conseils de prud’hommes contribuent à régler les différends ; par exemple 80 tisseurs de chez Bertel qui demandaient une augmentation de 0,20 F par jour s’en seraient rapportés à l’avis des prud’hommes et auraient renoncé à faire grève88.

45Mais au cours de l’hiver 1866-1867, les ouvriers doivent subir le renchérissement des denrées alimentaires ; quelques grèves éclatent dont les principales sont celles des couvreurs et plombiers de Rouen et des cotonnières de Saint-Etienne-du-Rouvray.

  • 89 A. D S-M., M, Grèves 1851-1882.
    A. N., F 12 4652.
    A. N., F 1 C III.
    Seine-Inf. 9. Préfet, février, ma (...)

46Les couvreurs et plombiers au nombre de 162 répartis dans une trentaine d’ateliers, cessent le travail le 23 février, réclamant 5 F par jour au lieu de 4 F89.

  • 90 A. N., F 12 4652, Préfet, 19 mars 1867.
  • 91 Ibid., 24 mars 1867.
  • 92 Ibid., 5 juin 1867 : 40 grévistes environ.
    A N., F I C III. Seine-Inf. 9. Préfet, juin 1867.

47Les patrons sollicitent l’intervention du commissaire de police, qui répond qu’aux termes de la loi de 1864, il ne peut agir que dans le cas d’une tentative de désordre. Le préfet, à son tour, se déclare étranger au débat des intérêts pécuniaires. Le 16 mars, une réunion de chefs d’ateliers et d’ouvriers ne donne aucun résultat. Si les patrons reconnaissent comme légitimes les prétentions de leur personnel, « c’est à qui ne commencera pas à accorder l’augmentation demandée »90. A la fin de mars, la grève paraît toucher à sa fin ; de jeunes ouvriers sont arrivés de l’extérieur, d’autre part quelques grévistes ont repris le travail ; « bien qu’au dire des deux parties les ouvriers rentrent aux anciennes conditions, il est à peu près certain que les patrons ont accordé l’augmentation demandée. Quoi qu’il en soit, cette combinaison a, comme effet moral, l’avantage de présenter la rentrée des ouvriers comme un acte de soumission de leur part »91. En réalité, une soixantaine continuent la grève en avril, travaillant au dehors comme journaliers ou dans la ville pour le compte de particuliers, ce qui va leur permettre de résister longtemps encore. La grève ne se termine qu’à la fin de mai, les bons ouvriers obtenant une augmentation de 0,50 F par jour, les autres devant reprendre le travail aux anciennes conditions. Quelques jours plus tard, les couvreurs d’Elbeuf, à leur tour, demandent 4,5 F au lieu de 4 F. Il semble qu’après quelques jours de réflexion, les patrons d’Elbeuf firent la même concession que leurs collègues de Rouen92.

  • 93 A. N. BB 30 387. Procureur général, avril 1867.

48Vers la même époque, 140 tisseurs de Darnétal cessèrent le travail pendant huit jours pour obtenir une augmentation de salaire93.

  • 94 A. N, F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, novembre 1867 : « Les salaires restent encore élevés ; sans (...)
  • 95 A. N. BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1867.
    Sur cette grève, A. N., F 12 4652 ; A. N., F 1 (...)

49A partir du printemps de 1867, les ouvriers du textile subissent des réductions d’horaire, de primes et même de salaire de base - dans la filature : 0,30 F à 0,40 F par jour, soit à peu près 10 %94. Une vive réaction se produit à la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray. Il s’agissait de la plus récente des grandes entreprises textiles de la région ; les nouveaux métiers du modèle le plus perfectionné assuraient aux employés un salaire exceptionnel de 4 à 7 F par jour95 ; or, le 14 avril, la direction décide d’adopter un nouveau tarif pour les fileurs « en raison de la facilité que présentent pour la manutention les qualités de coton en usage dans l’établissement ». Le 16 avril, 260 fileurs sur 580 ne se présentent pas à l’usine.

50Ce mouvement se heurte à l’opposition irréductible des dirigeants de l’établissement ; dès le 18 avril, des grévistes rentrent à l’usine ; l’effectif du personnel est complet le 22 ; seule concession : le nouveau tarif ne devait être appliqué que le 8 mai.

  • 96 A. N., F 12 4652, Préfet, 2 avril, 11 mai 1867.
  • 97 Ibid., 30 avril. 29 mai 1867.

51Ces grèves n’ont été marquées que par quelques rares incidents. Poursuivis pour avoir proféré des menaces contre des ouvriers qui avaient repris le travail, deux couvreurs furent condamnés, l’un à 15 jours de prison et 25 F d’amende (1er avril), le second à 2 mois de prison (11 mai). Chez Scheppers, un fileur qui avait porté des coups à son employeur fut condamné par défaut à 6 mois de prison96. Le préfet estima que « la juste sévérité » du tribunal à l’égard des délinquants, avait produit une salutaire impression et n’avait pas peu contribué à calmer l’effervescence qui, à tout moment menaçait d’envahir la population ouvrière ; aujourd’hui, tout symptôme de grève a disparu, le calme règne parmi les ouvriers des diverses industries »97.

  • 98 Ibid., 9 août 1867. A. N., F I C III, Seine-Inf. 17. Il s’agissait de l’ancien établissement Fauque (...)
  • 99 A. N„ F 12 4652, Préfet, 16 août 1867.

52Une seule grève en effet est signalée au cours de l’été de 1867, au tissage Lemarchand98 ; le 8 août, les ouvriers protestèrent lorsqu’ils apprirent que leurs salaires seraient réglés d’après un nouveau mode d’évaluation, déjà adopté dans d’autres ateliers. Une centaine réclamèrent leurs livrets, mais finalement une dizaine seulement quittèrent le travail99.

  • 100 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, septembre 1867.
    Ibid., juin, juillet 1868.

53La condition des ouvriers du textile continue à se dégrader pendant l’automne ; d’après un rapport du procureur général (12 janvier 1868), certains salaires auraient baissé de 25 %. Et le chômage partiel reprend au printemps de 1868100. A l’automne enfin le travail redevient normal et le pain tombe au-dessous de 0,40 F le kilo.

  • 101 A. D S-M., M, Corr. Leroy, 1857-1870. Cc police, 17 juin 1868.
    Sur les 250 ouvriers, 5 ou 6 meneurs (...)

54En 1868, on n’enregistre qu’une seule grève, de nouveau chez Lemarchand (16 juin 1868) ; les tisseurs réclament, en vain d’ailleurs, le départ d’un employé de bureau dont ils avaient à se plaindre101.

55Malgré les craintes des industriels, la loi sur les coalitions n’a donc pas multiplié considérablement les mouvements de grève, du moins jusqu’en 1868 ; cependant, des modifications intéressantes sont apparues dans le comportement des ouvriers rouennais.

  • 102 A. N. BB 30 387. Procureur général, 7 avril 1867.
    A Roubaix, des manufacturiers avaient voulu, à cau (...)

56Tout d’abord, ils s’intéressent de plus en plus aux luttes sociales qui se produisent dans d’autres régions de la France ; la presse libérale, le Journal de Rouen en particulier, a relaté les manifestations de Roubaix ; « Ces événements sont suivis avec une grande attention par les ouvriers et surtout par ceux d’Elbeuf ; les relations entre patrons et ouvriers tendent à s’aigrir sans toutefois que les ouvriers de ce pays soient sortis de leur calme habituel »102.

  • 103 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, avril 1867 : « Les ouvriers se montrent d’humeur difficile, (...)
  • 104 Une exception sous le second Empire : la grève de Bolbec de 1856. Les tisseurs de Desgenétais reçur (...)

57D’autre part, certaines grèves ont été soutenues par d’autres corps de métier : les tailleurs ont fourni des cotisations au profit de leurs camarades de Paris. Les couvreurs de Rouen ont reçu quelques subsides de l’extérieur103. Pareilles manifestations de solidarité ne s’étaient pas vues depuis bien longtemps104.

Notes

1 Le renouvellement du conseil général ne concernait que les 1er et 2e cantons de Rouen, celui du conseil d’arrondissement le 1er canton.
L’opposition ne présenta pas de candidats.

2 A. D. S-M., M. Etablissements de prévoyance, sociétés de secours mutuels - Statistiques 1870 et 1871.
A, N., F 20 742.

3 D’anciennes sociétés autorisées ont obtenu l’approbation : cinq étaient antérieures à 1848 ; la Société du Saint-Esprit (Rouen) avait été fondée en 1819.

4 A Amfreville-la-Mi-Voie, il n’existait que la société des ouvriers de l’entreprise Maze.

5 A. N., F 12 5401. L’Union fraternelle regroupait les ouvriers de l’établissement Buddicom (secours aux malades et aux blessés).

6 Les deux sociétés disparues sont les Amis de l’humanité à Rouen et la Société de Saint-Maurice (teinturiers d’Elbeuf).

7 La progression totale des sociétés de secours mutuels dans le département est inférieure à celle de la France entière :
1859 : 4 143 sociétés et 472 855 membres
1869 : 6 189 sociétés et 794 473 membres.

8 L’Emulation chrétienne fut reconnue d’utilité publique en 1869, c’était la seule société de cette catégorie dans l’arrondissement de Rouen.
DUVAL (Victor) - La charité à Rouen : les œuvres catholiques - Rouen 1895, 583 p.

9 A. D. S-M., M, Sociétés de secours mutuels. Emulation chrétienne. Une société de secours mutuels de province. L’Emulation chrétienne de Rouen, aperçu historique critique et analytique, op. cit., fasc. 1, p. 51.

10 198 adhésions en 1859, 127 en 1861 : après un léger redressement en 1864 (201), une nouvelle baisse se produit.

11 En 1869. 353 membres honoraires à Rouen ; 466 avec Darnétal. Maromtne et Sotteville, soit 14 % du nombre des sociétaires.

12 A. D. S-M., M. Secours mutuels, statistique de 1870. L’équilibre budgétaire est obtenu dans la plupart des sociétés grâce aux cotisations des membres honoraires, aux dons des bienfaiteurs, aux legs...

13 Fauquet représente la troisième création officielle d’une société d’établissement après Maze (1829) et Keittinger (1851), mais il a existé des sociétés non reconnues à l’intérieur de quelques établissements, par exemple chez Besselièvre et Badin.

14 GAUMONT (Jean) - Histoire générale de ta coopération en France – Paris, 1923, 2 vol., 630 et 735 p.
Id. - La coopération en Normandie - 1957, 71 p.
FIUBERT-VALLEROUX (Paul) - Les associations coopératives – Paris, 1884, 470 p.
Journal de Rouen. 2 février 1866 « Prises de panique après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, les sociétés se sont dissoutes brusquement, leurs différents membres n’osant pas se réunir... Les sociétés nouvelles savent qu’elles n’ont plus rien à craindre et au contraire tout à espérer du gouvernement de S. M. l’Empereur ».

15 GAUMONT (Jean) - Op. cit., t. I, p. 458.

16 Degouve-Denuncques (Albert. François. Joseph), 1810-1878. Libéral sous la monarchie de juillet, il collabora à des journaux réformistes ; préfet (1848-1849), dans l’opposition, sous l’Empire, il fut candidat aux élections de 1863 (Pas-de-Calais) et correspondant à Paris du Journal de Rouen. Adjoint au maire du Xe arrondissement de Paris en novembre 1870, il refusa de reconnaître le Comité central et dut s’enfuir pour éviter d’être arrêté (mars 1871) : il fut rétabli dans ses fonctions après la Commune.

17 Journal de Rouen. 31 août 1866.

18 Journal de Rouen. 3 novembre 1866 : « Les dénominations et les doctrines » (Degouve-Denuncques) ; il s’agit du commentaire d’une leçon de Laboulaye parue dans la Revue des cours et conférences.

19 HOMBERG (Théodore) - Les sociétés coopératives - Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, belles-lettres et arts de Rouen, 1866-1867.

20 A la Société d’émulation, il existait une section d’économie et de commerce. Elle fut consultée par le préfet à l’occasion de l’enquête sur la coopération. Les fondateurs de l’Avenir, coopérative de consommation, lui soumirent leur projet de statuts.

21 DECAENS-Des associations ouvrières de consommation - Bull. Soc. Emul. Seine-Inf., 1864-1865, p. 147-181 (1er mars 1865).
D’ESTAINTOT (Langlois) - Rapport sur la question des sociétés coopératives - Bull. Soc. Emul. Seine-lnf., 1865-1866, p. 82-106 (17 janvier 1866). Selon d’Estaintot, la société de consommation isolée pourrait provoquer une baisse des salaires. « Pour que le principe coopératif affranchisse l’ouvrier, il faut qu’il se produise largement sous sa triple forme et que l’ouvrier réalisant le capital économie dans les sociétés de consommation, le double à l’aide des associations de crédit et parvienne à trouver dans les sociétés de production les bénéfices afférents à son travail et à son capital réunis ».

22 DE LERUE (J. A.) - Etudes sur les applications du principe d’association. Bull. Soc. Emul. Seine-Inf., 1864-1865. p. 181-200 (15 mars 1865).

23 DECAENS, op. cit. : « La peur, n’est-ce pas le mobile auquel la majorité des ouvriers a attribué les résultats de cette magnifique souscription qui remplit au commencement de la crise que nous traversons les colonnes des journaux ».

24 Enquête sur les sociétés de coopération - Exposé des travaux de la Chambre de commerce de Rouen, 1865-1866. p. 58-64.

25 Journal de Rouen. 15 et 26 septembre 1866, article de Degouve-Denuncques. Juridiquement la société se présentait « en nom collectif, à l’égard de la gérance et en commandite à l’égard de tous les associés actionnaires ».

26 LEPLIEUX (Auguste) - Essai d’association coopérative à Rouen et dans l’arrondissement. 1866-1867 - Rouen 1867, 27 p. Selon Leplieux, les tisseurs de rouenneries avaient également réuni chaque semaine « leurs petites économies pour constituer un petit capital avec lequel ils pourraient essayer peut-être un jour de réaliser une petite fabrication » ; ils se mirent ensuite en relation avec le Crédit au travail. Les tisseurs avaient fait appel d’eux-mêmes à l’avocat Leplieux, un des dirigeants du mouvement démocratique rouennais.

27 GAUMONT (Jean) - Histoire générale de la coopération en France, op. cit., t. I, p. 514. Livret du sociétaire pour la fondation d’une société économique de prévoyance elbeuvienne pour le commerce de la boucherie. Statuts - Rouen, s.d.
Journal de Rouen, 2 février 1866 ; rapport du conseil des prud’hommes d’Elbeuf sur les sociétés coopératives.
Journal de Rouen. 5 octobre 1866 ; article de Degouve-Denuncques.
LEPLIEUX (Auguste) - Essai d’association, op. cit. Parmi les fondateurs se trouvaient presque au complet les membres ouvriers du conseil des prud’hommes « La plupart de ces hommes nous étaient connus et nous savions la sympathie et l’estime que professent pour eux leurs concitoyens, même ceux avec lesquels ils semblent parfois être en contradiction d’intérêts ». Leplieux, consulté, leur signale les écueils qu’ils rencontreraient : « Les premiers entretiens auxquels nous prîmes part nous firent apercevoir un tel bon sens pratique et une telle connaissance de l’association coopérative que nous dûmes ne pas continuer nos objections... ». Le statut juridique proposé par Leplieux ressemblait à celui de la société des tisseurs.

28 Journal de Rouen, 16 septembre, 23 octobre 1866.
LECOEUR (Raoul) - Projets de statuts d’une société coopérative de consommation - Bull. Soc. Emul. Seine-Inf., 1865-1866, p. 107-129. Le projet des ouvriers, inspiré des règlements des sociétés de secours mutuels, dut être adapté à la législation sur les sociétés commerciales.

29 Journal de Rouen, 31 août. 16 octobre, 14 novembre 1866. La maison de Ry, antérieure à l’association, n’avait pas pris la forme de société. Le Store coopératif fut fondé par soixante membres ; la souscription s’élevait au minimum à soixante francs, payables en plusieurs versements.

30 Journal de Rouen, 11 septembre, 22 octobre 1866, 6 avril 1867.

31 Almanach de la coopération, 1869.

32 A. D. S-M., M, Coopératives, 1887-1903.

33 Journal de Rouen, 30 octobre 1866, 6 avril 1867. La Persévérance disposait à sa fondation d’un capital de 2.000 F « résultat encourageant si l’on tient compte de tous les préjugés, de toutes les difficultés dont on a à triompher lorsqu’il s’agit de faire accepter par la masse une idée nouvelle »,

34 Journal de Rouen, 6 avril 1867.

35 L’Avenir et le Store coopératif en 1868, la coopérative de Déville en 1869, celle d’Elbeuf en 1870. Seules celles de Maromme et de Pavilly ont pu atteindre le 20e siècle. Nous ne possédons aucun bilan annuel de ces sociétés, ce qui empêche d’analyser rigoureusement leur influence et les causes de leur échec.

36 Journal de Rouen, 5 octobre 1866. « La société économique et de prévoyance d’Elbeuf » (Degouve-Denuncques).

37 Journal de Rouen, 5 décembre 1866. Commentaire d’un article de Mirés paru dans la presse : « Les sociétés de secours mutuels entre les ouvriers représentent les rameaux de l’arbre socialiste dont les sociétés coopératives sont le tronc ».

38 Parmi les associés du Crédit au travail : Alfred Buquet, le tailleur Dalleinne. Louis Fossard. Charles Noiret. Eugène Diot, Martial Fortin, fileur à Caudebec-lès-Elbeuf (ces deux derniers furent membres de l’Internationale).

39 NOIRET (Charles) - Un projet d’institution sociale - la Mutualité, 15 octobre 1866 (Il s’agit de la réponse de Noiret à la Chambre de commerce de Rouen). Noiret excluait complètement la grande industrie (aucune aptitude des ouvriers, énormité du capital, opérations sur une trop vaste échelle).

40 Journal de Rouen, 11 septembre 1866.

41 D’ESTAINTOT - Rapport.... op. cit., p. 82 et suiv.

42 Le Nouvelliste de Rouen, 12 février 1867.

43 Le Courrier français, 17 février 1 867 (Rouen. 13 février 1867).

44 La Première Internationale, op. cit., t. I. p. 380. Déclaration d’Aubry au Congrès de Bruxelles.

45 A. N., BB 30 387. Procureur général, 15 avril 1866.

46 FOHLEN (Claude) – L’industrie textile... op. cit., p. 373 et suiv.

47 Ibid., p. 377. Archives de la Banque de France, rapport d’inspection du 19 juin 1868.

48 A. N., F 12 4477. Chambre de commerce de Rouen, 20 juin 1866 : « La Filature est naturellement atteinte la première ; depuis quatre ans, l’insuffisance de l’approvisionnement avait habitué les filateurs à se pourvoir de quantités importantes de matières premières afin d’assurer la continuation de leur travail... En treize mois, la matière première est descendue de 40 à 50 %, ce qui a entraîné des pertes énormes ».

49 A. N., F 1 C III Seine-inf. 9. Préfet, décembre 1866. Le décret du 22 juin 1862 avait donné la liberté à la boulangerie. Mais, à l’exception d’une douzaine sur 376, les boulangeries du département vendaient le pain ordinaire (pain bourgeois) à la taxe officieuse.

50 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 janvier 1867.
A. N., F 12 4478. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1867. 9 janvier 1868.

51 A. M. Rouen. Subsistances, prix du pain de 1852 à 1933.

52 A. N., F 12 4477. Chambre de commerce de Rouen, 20 juin 1866.
A. D. S-M., M. Situation industrielle. 1866-1870. Préfet. 17 juillet 1866.

53 A. N., BB 30 387. Procureur général. 11 juillet 1867.

54 A. N., F 1C III. Seine-Inf. 9. Préfet, février 1866.

55 A. N., BB 30 387. Procureur général, 15 avril 1866. 550 ouvriers. 2.000 prévus.

56 A. N., F 1C III, Seine-inf. 9. Préfet, mai 1866.
A. D. S-M., M. Situation industrielle. 1866-1870. Préfet. 17 juillet 1866.

57 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 juillet 1866.

58 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 janvier 1867.

59 A. N., F 1C III. Seine-inf. 17. Préfet, 7 mai 1867 : « La place de Rouen est affectée par la liquidation de la maison Mallet, le plus considérable des comptoirs rouennais qui trafiquent des cotonnades avec l’Algérie. Effrayé par la difficulté des rentrées et l’abolition de la contrainte par corps (moyen de répression contre la duplicité des trafiquants israélites algériens), le chef de la maison Mallet vient d’interrompre le cours de ses opérations avec notre colonie et de quitter les affaires... ».

60 A. N., F 1C III, Seine-inf. 9. Préfet, juillet 1867.

61 A. D. S-M., M. Situation industrielle, 1866-1870. Chambre de commerce de Rouen, 19 juillet 1867.

62 A. N., F 12 4478 A. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1867.

63 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1866-1870. Chambre de commerce de Rouen, 31 octobre 1867.

64 F 1C III. Seine-inf. 9. Préfet, septembre 1867.

65 Notices scientifiques, historiques, industrielles, commerciales et statistiques sur la ville de Rouen, rédigées à l’occasion du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences – Rouen, 1883, 680 p., p. 269.

66 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 10 janvier 1867. Le rapport ajoute : « Les deux ou trois établissements nouveaux qui commencent à fonctionner ne compensent pas ces pertes » ; mais ils n’avaient pas encore atteint leur pleine activité.

67 A. N., F 12 4487 A. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1867.

68 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1868.

69 A. N., F 12 4478 B. Chambre de commerce de Rouen, 9 juillet 1868. Le coton des Indes passe de 1.44 F à 2.16 F, celui d’Amérique de 1,70 F à 2,25 F. La spéculation est due à la possibilité d’une insuffisance de l’approvisionnement ». Tous ceux qui antérieurement avaient succombé lors de la liquidation de la crise d’Amérique s’étaient jetés sur cette marchandise espérant y trouver la réparation de leurs désastres.

70 A. D S-M., M. Situation industrielle 1866-1870. Chambre de commerce de Rouen, 20 avril 1868 : « Si cette progression dans les prix ne s’arrêtait pas, si même elle ne faisait place à une franche réaction, il serait à craindre... que la transformation ne revint encore une fois à une modération sensible dans la production ».

71 A. N., F 1C III, Seine-Inf. 9. Préfet, juillet 1868. Les achats de l’Italie et de l’Algérie restent encore faibles à cette époque.

72 F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, octobre 1868.

73 F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, novembre 1865.

74 A. D S-M., M, Situation industrielle, 1866-1870. Chambre de commerce d’Elbeuf. 12 avril 1866.

75 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 juillet 1866.

76 Ibid., 13 octobre 1866.

77 A. D S-M., M. Situation industrielle, 1866-1870. Chambre de commerce d’Elbeuf. 23 avril 1867.

78 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 1er trimestre 1869 : les droits énormes des Américains incitent les producteurs anglais à chercher des débouchés en France.

79 A N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, janvier 1868.

80 A. N., F 12 4537. Chambre de commerce de Rouen, 2e trimestre 1867.

81 Les industries secondaires ont également connu des difficultés, la distillerie à cause de la concurrence de l’Allemagne, la savonnerie à cause de la concurrence de Marseille, seule l’huilerie a pu maintenir son activité en accroissant ses importations d’oléagineux tropicaux. Voir A. D S-M., M, Situation industrielle, 1866-1870. Rapports trimestriels de la Chambre de commerce de Rouen, 1866-1868.

82 A. N., F 12 4478 A. Chambre de commerce de Rouen, 9 janvier 1868.

83 A. N, F 1 C III. Seine-Inf. 9. Préfet, septembre 1867 : « Les manufacturiers attribuent injustement la perturbation dans la situation industrielle aux mesures économiques adoptées par le gouvernement de l’Empire ». A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1868.

84 A. N., BB 30 387. Procureur général, 8 avril 1868 ; A. N., BB 30 390. Procureur général, 2e trimestre 1868, allusions à un discours de Pouyer-Quertier reconnaissant que les droits de 1860 sont assez protecteurs : « On n’a demandé avec tant de fureur le retour en arrière que pour obtenir le statu quo ».

85 A. N., F 12 4478 A. Chambre de commerce de Rouen, 11 juillet 1867.

86 A. N. BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1867.A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 1er juillet 1866 : « Le travail est actif même dans les établissements dont les chefs se sont trouvés entrainés dans la débâcle ».

87 Ibid., 9 novembre 1867.
A. D S-M., M, Evénements 1866. A Lillebonne, cependant, près de 300 ouvriers se mettent en grève le samedi matin contre une diminution de salaire (sous-préfet du Havre, 28 août 1866) mais le lundi suivant, ils reprennent le travail.

88 A. N., F 1 C III. Seine-Inf. 9. Préfet, avril 1866.
Ibid., février 1867. Le préfet signale comme symptôme de l’activité des affaires la fréquentation plus marquée depuis quelques temps des spectacles et des lieux de distractions par la classe ouvrière ».

89 A. D S-M., M, Grèves 1851-1882.
A. N., F 12 4652.
A. N., F 1 C III.
Seine-Inf. 9. Préfet, février, mars 1867.
A. N, BB 30 387. Procureur général, 7 juillet 1867.

90 A. N., F 12 4652, Préfet, 19 mars 1867.

91 Ibid., 24 mars 1867.

92 Ibid., 5 juin 1867 : 40 grévistes environ.
A N., F I C III. Seine-Inf. 9. Préfet, juin 1867.

93 A. N. BB 30 387. Procureur général, avril 1867.

94 A. N, F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, novembre 1867 : « Les salaires restent encore élevés ; sans la cherté du pain, la condition des ouvriers serait bonne, elle est, dans les conditions actuelles, très tolérable ».

95 A. N. BB 30 387. Procureur général, 12 janvier 1867.
Sur cette grève, A. N., F 12 4652 ; A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 17. La société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray (Scheppers) employait alors 1 140 ouvriers : 560 tisseurs, 580 fileurs ; la filature seule se mit en grève.

96 A. N., F 12 4652, Préfet, 2 avril, 11 mai 1867.

97 Ibid., 30 avril. 29 mai 1867.

98 Ibid., 9 août 1867. A. N., F I C III, Seine-Inf. 17. Il s’agissait de l’ancien établissement Fauquet-Lemaître, il employait environ 300 ouvriers.

99 A. N„ F 12 4652, Préfet, 16 août 1867.

100 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, septembre 1867.
Ibid., juin, juillet 1868.

101 A. D S-M., M, Corr. Leroy, 1857-1870. Cc police, 17 juin 1868.
Sur les 250 ouvriers, 5 ou 6 meneurs furent renvoyés. Seule autre grève en Seine-Inférieure, jusqu’en juillet 1868, au tissage Delanoë, à Bafentin (7-10 mars 1868) (demande d’augmentation de salaire) - sans résultat.

102 A. N. BB 30 387. Procureur général, 7 avril 1867.
A Roubaix, des manufacturiers avaient voulu, à cause de la crise, faire travailler les ouvriers sur deux métiers, d’où la grève et une manifestation le 16 mars 1867 qui dégénéra en émeute.
FOHLEN (Claude), op. cit., p. 412.

103 A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, avril 1867 : « Les ouvriers se montrent d’humeur difficile, acceptent souvent avec aigreur les observations les plus modérées, menacent sous le plus faible prétexte de quitter le travail ».

104 Une exception sous le second Empire : la grève de Bolbec de 1856. Les tisseurs de Desgenétais reçurent des subsides de Lillebonne. Fécamp et Montivilliers.

Table des illustrations

Titre Effectifs des sociétés de secours mutuels en Seine-Inférieure
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Les Sociétés de Secours Mutuels de l’arrondissement de Rouen (31 décembre 1869). Sociétés approuvées
Légende Note 88
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8286/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Sociétés approuvées (suite)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8286/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Sociétés autorisées
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8286/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Prix à Rouen du kilo de pain bourgeois51
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8286/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540