Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Deuxième partie. La crise de l'industrie cotonnière et le mouvement ouvrier (1860-1868)

Chapitre premier. La crise de l’industrie cotonnière (1860-1865)

Texte intégral

1Les années 1860-1865 furent marquées par de profonds changements dans la situation économique et politique du monde ouvrier.

  • 1 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 5 janvier 1860. La situation physique de la classe ouvrière (...)

2C’est d’abord - et surtout - la crise économique de 1861-1865. Alors qu’au début de janvier 1860, la condition des ouvriers « paraît sans précédent »1, peu après se produit un certain ralentissement des affaires dû à la menace de la suppression des prohibitions ; puis de 1861 à 1864, la guerre d’Amérique et la famine du coton provoquent une des plus graves crises que la Seine-Inférieure ait connues : 150 000 chômeurs, dit-on, au cours de l’hiver 1862-1863 et, si elle s’atténue un peu ensuite, les années 1863 et 1864 n’en demeurent pas moins difficiles.

3La vie politique s’élargit à la suite des réformes de 1860 ; les oppositions libérales renaissent, orléaniste ou républicaine modérée ; cette dernière va supplanter la démocratie sociale, affaiblie au cours des dernières années.

4Enfin, après le vote de la loi de 1864 sur les coalitions, le mouvement ouvrier se ranime. Au début de l’Empire, les grèves avaient été rares, localisées ; vite réprimées. En 1865, on assiste à la première flambée de grèves depuis 1848.

LA SUPPRESSION DES PROHIBITIONS (1860-1861)

  • 2 Le Moniteur universel. 15 janvier 1860.
  • 3 Le Moniteur universel. 11 février 1860.

5La Lettre de l’Empereur du 5 janvier 18602, exposant le programme économique du gouvernement, puis le texte du traité du 23 janvier3 provoquèrent une réaction immédiate dans la région de Rouen.

6Les prohibitions étaient supprimées et les droits de douane limités. L’empereur s’engageait à admettre les produits d’origine et de manufactures britanniques moyennant un droit qui ne devrait dépasser en aucun cas 30 % de la valeur, l’article 15 stipulait que les nouveaux tarifs seraient applicables :

  1. la houille et le coke, à partir du 1er juillet 1860 ;

  2. pour les fers, les fontes, les aciers, à partir du 1er octobre 1860 ;

  3. pour les ouvrages en métaux, machines, outils et mécaniques de toutes espèces, le 31 décembre 1860, au plus tard ;

  4. pour les fils et les tissus de lin et de chanvre, à partir du 1er juin 1861 ;

  5. pour tous les autres articles, à partir du 1er octobre 1861.

  • 4 Rapport à l’Empereur du 18 février 1860 - Le Moniteur universel du 19 février.

7A partir du 1er octobre 1864, le maximum des droits ad valorem devait être fixé à 25 %4.

  • 5 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 21 janvier 1860.
  • 6 Ibid., 26 janvier 1860 : « Par le choix des expressions et les mesures qu’elle renfermerait, cette (...)
  • 7 Ibid., 21 janvier 1860 : « C’est parmi les filateurs à bras que se trouve cet excès de langage ; sa (...)
  • 8 Ibid., 23 janvier 1860, témoignage de Gratigny. Les démagogues assuraient que les ultramontains et (...)

8Dès le 21 janvier, l’agitation règne à la halle aux toiles ; c’est la panique chez les fabricants ; la vente du coton en laine est limitée à la consommation de la semaine et parfois même de la journée, car les commandes de filés et de tissus diminuent, les acheteurs escomptant une baisse des prix... Une députation se rend aussitôt à Paris pour insister sur la gravité de la menace que fait peser la concurrence des grandes entreprises anglaises5. Même réaction à Elbeuf, où la lettre de Napoléon III a provoqué « une sensation douloureuse » ; une adresse collective des manufacturiers d’Elbeuf et de Rouen est envoyée à l’empereur ; ils souhaitent le maintien d’une protection efficace jusqu’à ce que, « assurés par des perfectionnements dans l’ensemble de leur matériel industriel, ils puissent avoir les chances de lutter avec la concurrence de l’Angleterre, de la Belgique et de la Silésie prussienne »6. Les industriels insistent, comme toujours, sur la solidarité qui lie les ouvriers aux patrons, sur le risque de fermeture de certains établissements (le bruit court que Levavasseur renoncerait à ouvrir sa nouvelle usine de Radepont)7, sur la menace de baisse des salaires8.

9Le procureur général essaie d’examiner d’une manière objective les conséquences pour Rouen et Elbeuf de la levée des prohibitions et de la réduction des tarifs douaniers. A Elbeuf, il considère qu’il ne doit en résulter aucune perturbation grave ; la concurrence ne sera dangereuse que pour les tissus de basse qualité, la draperie fine et les grandes nouveautés pourront tenir si les industriels améliorent leur matériel. « En fait Elbeuf a bénéficié des prohibitions d’entrée pour économiser sur son capital travaillant... ».

  • 9 A. N., BB.30 387. Procureur général. 12 avril 1860 : Les petits ateliers d’une vingtaine d’ouvriers (...)

10Dans l’industrie cotonnière, les grandes filatures, par les perfectionnements de l’aménagement, l’excellence de l’outillage ne peuvent craindre la concurrence anglaise. Mais les établissements les plus modestes ne sont pas armés pour la lutte à cause de leur vieux matériel d’une infériorité toujours croissante qui rend la production coûteuse et le bénéfice modique ; ils devront se transformer ou disparaître... ; la prohibition seule permettait de les faire vivre..., le palliatif des droits protecteurs ne les empêchera pas de périr... Quant aux tisseurs et indienneurs « ils auront à combattre »9.

  • 10 Conseil supérieur de l’agriculture, du commerce et de l’industrie. Enquête sur le traité de commerc (...)

11La commission d’enquête sur les traités de commerce chercha dans les limites du maximum établi par le traité avec l’Angleterre, 30 % d’abord, puis 25 % à partir de 1864, à déterminer un tarif suffisamment protecteur, les industriels normands, Pouyer-Quertier, Octave Fauquet, filateur à Oissel, Barbet, indienneur, Cordier et Hazard, fabricants de tissus de coton... essayèrent évidemment d’obtenir le chiffre le plus élevé possible ; de même les représentants de l’industrie de la laine, Flavigny, Delandemare, Chennevière... Flavigny que ses confrères considéraient comme le seul suffisamment équipé pour soutenir l’offensive des Anglais, réclama des droits de 15 à 30 %10.

12« La crise d’attente » de l’application du traité se traduisit par un ralentissement des affaires au début de 1860 ; la crainte de l’avenir, les dépenses dues à l’installation de forces motrices plus puissantes, le perfectionnement du matériel incitèrent les patrons à rogner sur les salaires, même dans les industries qui ne paraissaient pas sérieusement menacées.

  • 11 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1860 : Trois fabriques d’indiennes sur 16 connaissent (...)
  • 12 A. N., F I C III, Seine-Inférieure 17. Préfet, 24 mai 1860 : Pétition des fabricants de coton. Malg (...)

13Comme toujours, ce furent les tisserands à domicile les premiers touchés ; « les fabricants de rouenneries ont exploité la panique en diminuant de 2 puis 4 et même 5 et 6 francs la rétribution de la chaîne... puis les fabriques d’indiennes diminuèrent la durée du travail »11 ; indienneurs et fabricants de rouenneries attendaient le dégrèvement et la baisse des filés que les filateurs s’obstinaient à maintenir à haut prix12 ; la teinturerie fut atteinte à son tour, mais la filature et le tissage maintenaient à peu près leur activité, à l’exception de quelques établissements secondaires qui faisaient chômer un millier d’ouvriers un ou deux jours par semaine.

  • 13 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 5 juillet 1860 : « Les patrons restent sourds à toute représ (...)

14Comme ceux de Rouen, les ouvriers d’Elbeuf subirent une réduction de salaire évaluée de 10 à 15 %, malgré l’entrée en franchise de la laine, car les industriels invoquaient la baisse du prix du drap et le ralentissement des ventes13.

  • 14 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 15 avril 1861. A. N., BB 30 387. Procureur (...)
  • 15 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 12 mai 1860 : « La diminution qu’ont subie ceux qui travaill (...)

15On note une certaine reprise à partir de juillet et la situation industrielle paraît satisfaisante à la fin de l’année, sauf dans la métallurgie qui connaît à son tour le chômage partiel et la baisse des salaires ; dans ce secteur également « les dégrèvements sur les matières premières (houille, fer) profitent surtout aux importateurs »14. La grande majorité des ouvriers a supporté la crise avec patience, espérant qu’elle serait de courte durée15 ; mais au cours de l’hiver 1860-1861, une nouvelle menace apparaît ; la montée des prix agricoles : le pain s’élève à 0,40 F le kilo (0,30 en 1859). Il faut ajouter la brusque poussée des loyers à cause du programme d’urbanisme ; malgré un léger tassement, les prix restent à un assez haut niveau pendant le printemps 1861.

  • 16 Ibid., 17 novembre 1860. Les teinturiers se plaignaient du manque de sécurité de l’emploi, du non-r (...)
  • 17 F I C III, Seine-Inférieure 17. Préfet, 18 janvier 1860.
    A. D. S-M., M, Grèves, coalitions 1860. C.c (...)
  • 18 A. D. S-M., M.Corr. Leroy. Philippon, l0 janvier 1861. 8 avril 1861 : En avril les teinturiers récl (...)

16Des réactions se produisirent dans les catégories les plus atteintes, sauf chez les tisserands à la main qui n’avaient aucun moyen de défense. Les teinturiers en rouge se signalèrent les premiers, dès janvier 1860, à la suite d’une modification de leurs conditions de rémunération16 : pour lutter contre l’absentéisme en début de semaine, les patrons avaient décidé, le 22 décembre 1859, de mettre leurs ouvriers à la journée à partir du 31 décembre au prix uniforme de 3,25 F pour 11 heures de travail17 ; 200 teinturiers en rouge de Rouen, Maromme et Darnétal cessèrent alors le travail et cherchèrent à susciter une grève générale de tous les teinturiers, y compris les teinturiers en bleu. Le préfet demanda aux ouvriers de rentrer immédiatement dans les ateliers en les menaçant de poursuites judiciaires, mais comme les prétentions des patrons lui paraissaient exagérées, il conseilla à ceux-ci d’assouplir leurs règlements ; la grève était à peu près terminée le 12 janvier. A la fin de 1860, la diminution du travail due au ralentissement de la production des rouenneries et à l’augmentation des denrées alimentaires, provoqua un commencement de coalition chez Lécalard à Rouen ; trois meneurs furent arrêtés. De nouveaux bruits de grève circulèrent en janvier et avril 1861, mais la « crainte maintint l’ordre »18.

  • 19 A. N., F 12 4651. Préfet. 18 février 1861.
  • 20 A. D. S-M., M, Grèves et coalitions. 1861. C.c. police, 27 mars 1861 ; préfet, 28 mars. 29 mars, 5 (...)
  • 21 Le préfet affirme que « le mouvement ne paraît pas isolé... des tentatives de grève ont eu lieu à l (...)

17Les indienneurs, malgré leur réputation de docilité, présentèrent également des revendications : le 14 février 1861, chez Rauppet Rondeaux au Houlme, 50 ouvriers sur 120 se mettent en grève pour obtenir une augmentation de 0,20 F par jour ; le commissaire, qui craint une extension du mouvement aux autres établissements où les ouvriers ont des salaires restreints, intervient aussitôt et le travail reprend19. Mais en mars, les hommes de peine de plusieurs fabriques d’indiennes réclament soit une augmentation de 0,20 F, soit une réduction d’une heure de la durée journalière du travail ; Barbet, manufacturier à Déville ayant cédé, les ouvriers des autres usines menacent de quitter les ateliers une heure plus tôt ; le commissaire de police brise la coalition en faisant arrêter les trois meneurs qui sont relâchés après « une admonestation sévère » : « à la moindre menace de grève , la justice devait agir avec vigueur »20. Cependant les meilleurs ouvriers obtiennent une augmentation de 0,20 F ou 0,25 F21.

  • 22 A. M. Rouen. Procès-verbaux des délibérations du Conseil municipal.
  • 23 Coût des travaux : 22 200 840 F
    Subventions de l’Etat : 5 000 000 F
    Terrains, matériaux : 5 950 840 F(...)

18Si en 1860, textile et métallurgie connaissent des difficultés, une prospérité exceptionnelle s’annonce pour le bâtiment... Le 11 février 1859, Verdrel, maire de Rouen depuis 1858, a présenté au conseil municipal un plan de grands travaux comprenant en particulier l’ouverture d’un axe nord-sud, la rue de l’Impératrice (actuellement rue Jeanne d’Arc), un axe est-ouest, rue de l’Hôtel-de-Ville (actuellement rue Thiers), et la reconstruction du quartier compris entre le Palais de Justice et le Vieux-Marché (rue Rollon et rue Guillaume-le-Conquérant) ; ces percées devaient assurer le débouché de la gare rive droite vers le marché et la Seine. Le traité signé avec la compagnie Poncet et Lévy, le 12 novembre 1859, fut adopté par le conseil municipal le 9 décembre 1859 ; l’ouverture de la rue de l’Impératrice devait être réalisée dans un délai de deux ans à compter de la signature du décret déclarant les travaux d’utilité publique, celle des autres voies et places dans un délai de trois ans ; les constructions terminées en dix ans pour les deux premières voies, douze pour les autres. Un traité complémentaire du 30 janvier 1860 ramena ces délais à trois ans pour la rue de l’Impératrice, à six pour les autres22 ; le plan fut approuvé par le ministère des Travaux publics le 26 avril 1860 et la loi du 14 juillet 1860 permit de commencer les travaux. Leur coût devait s’élever à plus de 22 millions, dont la moitié à la charge de la ville23.

  • 24 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 25 août 1860.
  • 25 Projet du 9 décembre 1859, article 5. Journal de Rouen, 6 et 7 juin 1864.

19On imagine les conséquences d’une pareille entreprise d’urbanisme, la plus importante depuis le comblement des fossés de Rouen et l’ouverture des boulevards à la fin du XVIIIe siècle. Sur les conditions de logement d’abord ; 981 maisons devaient être démolies, 6 500 personnes relogées ; il était hors de question pour la plupart de trouver place dans les nouveaux immeubles, trop chers ; une partie des habitants gagnèrent Saint-Sever, alors en plein développement, ou même les communes environnantes (la population de Rouen diminue de plus de 2 000 habitants de 1861 à 1866). Les loyers, avant même que les travaux eussent commencé, subirent une hausse importante de plus de 50 %24 ; dès le mois d’août, ils finirent par doubler. Autre incidence sur le coût de la vie : pour trouver des ressources, la municipalité décida de maintenir la surtaxe sur les alcools jusqu’en 1875, vota vingt centimes additionnels sur toutes les contributions directes pendant quinze ans, prolongea le tarif des octrois dont le recouvrement n’était autorisé que jusqu’au 31 décembre 1 87125.

  • 26 Aucun chiffre n’est malheureusement fourni sur le nombre d’ouvriers employés dans les travaux de dé (...)
  • 27 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 17 juillet 1860 : « Les ouvriers du bâtiment augmentent leur (...)

20Mais, en contrepartie, du travail allait être offert à une nombreuse main d’œuvre26. Les déblaiements (92 000 m3) commencèrent dès juillet 1860 et le 15 août, on inaugura officiellement les grands travaux de Rouen par la pose de la première pierre du nouvel octroi ; le quartier du Vieux-Marché fut d’abord dégagé, puis la rue de l’Impératrice inaugurée le 15 novembre 1862, la rue de l’Hôtel-de-Ville en octobre 1863 ; toutes les rues furent livrées à la circulation en 1864, un an avant la date prévue. Les premières constructions d’initiative privée, commencèrent au début de 1861 dans le quartier du Vieux-Marché. Les besoins en ouvriers du bâtiment se firent immédiatement sentir ; en février 1861, ceux-ci menacèrent de se mettre en grève et réclamèrent 45 à 50 centimes de l’heure au lieu de 30 à 35 centimes ; maçons, couvreurs, plâtriers et manœuvres réussirent à obtenir une augmentation d’un franc par jour27.

  • 28 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865. Préfet. 15 avril 1861 : « Conditions satisfaisante (...)

21La politique économique de 1860 semblait donc entraîner une évolution conforme aux prévisions de ses défenseurs : l’industrie textile disposait du temps nécessaire pour lutter victorieusement ; seuls le tissage à la main ou quelques filatures anciennes étaient vraiment touchés, le spectre de la concurrence anglaise n’effrayait plus que quelques esprits timorés28 ; l’agriculture et les grands travaux absorbaient le chômage. Mais la guerre de Sécession allait provoquer une crise d’une tout autre ampleur et démentir ces prévisions optimistes.

LA FAMINE DU COTON

La guerre de Sécession

22Les aspects économiques de la famine du coton ont été étudiés par M. Claude Fohlen dans sa thèse sur l’Industrie textile au temps du Second Empire. Quelles furent les conséquences de la crise pour les ouvriers rouennais ? Quelles réactions entraîna-t-elle ?

  • 29 A. N., BB 30 387. Procureur général. 2e trimestre 1861 : « Les prétentions des détenteurs des stock (...)

23La Sécession et le blocus des côtes du Sud (19 avril 1861) firent naître des inquiétudes pour le ravitaillement en coton après la fin de la campagne 1860-1861. Les stocks étaient estimés à 327 000 balles, ce qui représentait au moins six mois de consommation29 ; la hausse des filés fut immédiate, mais les tisseurs ne pouvaient imposer une augmentation correspondante aux consommateurs ; le pouvoir d’achat de la clientèle était limité par l’élévation du prix des denrées alimentaires, surtout à l’automne de 1861 (le pain dépassa 0,45 F de septembre 1861 à janvier 1862). Les fabricants qui avaient terminé leurs commandes n’en acceptaient plus ; dès le mois d’août, le tissage mécanique perdit deux jours par semaine, la filature commença à en subir le contrecoup à l’automne.

24Les stocks s’amenuisaient : 211 000 balles en septembre, 180 000 en octobre, 90 000 en janvier 1862, 28 000 en juin, le prix du coton en laine, passa de 1,80 F le kilo (juin 1861) à 2,80 F (novembre) et 3 F (mai 1862).

  • 30 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 20 août. 27 août 1861.
    A. N., BB 30 387. Procureur général, 1 (...)

25Les fabricants de rouenneries avaient ralenti la distribution du travail dès juillet 186130 ; en janvier 1862, vieillards et enfants sont pratiquement éliminés et les autres tisserands, réduits à 8 ou 10 jours de travail par mois, ne gagnent que 1,25 F à 1,50 F par jour ; dans les fabriques d’indiennes un ouvrier sur douze est au chômage et les autres occupés 9 à 10 heures par jour.

  • 31 Ibid., 12 octobre 1861 : « La situation est plus grave pour les tisserands à la main que pour les t (...)
  • 32 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 19 décembre 1861.

26Des manufacturiers qui n’ont ni stocks, ni crédit limitent leur production31 : suppression des veillées, diminution du nombre de jours de travail ou du nombre d’heures. Le 9 janvier 1861, le procureur général estime que deux tiers des filatures sont en activité 12 heures par jour, un tiers 9 ou 10 heures ; 5 tissages sur 6, 12 heures et les autres 8 à 10 heures. Les arrêts complets de production sont encore rares ; en décembre dans la vallée du Cailly, la plupart des usines travaillent à plein temps32.

  • 33 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 13 avril 1862 : « Il n’y a point encore de (...)
  • 34 Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 30 septembre 1861 : « Plusieurs filateurs ont pris la résolutio (...)
  • 35 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 3 février. 10 février. 2 avril 1862.
  • 36 Ibid., 11 février 1862.

27La situation s’aggrave au début de 1862 ; on signale des réductions de salaires (0,20 F par jour) : 20 000 tisserands de la campagne ne gagnent plus que de 0,75 F à 1 F. « Envisagée dans son ensemble, l’industrie cotonnière ne peut fournir qu’une moyenne de trois jours de travail par semaine »33. Plusieurs petites filatures s’arrêtent en février 1862 : Dougnac, Saunier, Eliot... ; après une légère reprise, quelques-unes ferment à nouveau en mars34. Au début d’avril, Philippon constate que dans la vallée du Cailly, 10 établissements travaillent à plein temps, 16 pendant 8 heures, 8 pendant 6 heures et 2 sont fermés35. Les teinturiers ne sont plus occupés que 3 à 4 jours par semaine ; quant au port, il n’emploie qu’un tiers ou même un quart de ses ouvriers. Le tableau dressé par le procureur général de Rouen, le premier avril 1862, montre qu’aucun secteur de l’industrie n’est épargné et révèle l’ampleur du chômage partiel : « La mendicité prend des proportions formidables. Chaque soir, de 7 heures à minuit, les quais et les rues sont envahis par une foule de gens sans aveu qui profitent du malaise pour s’en faire les victimes »36.

  • 37 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 avril 1862.
  • 38 A. N., BB 30 387

28Cependant, cette première phase de la crise n’a pas atteint les plus importants manufacturiers qui bénéficient de la revalorisation de leurs stocks et de la spéculation à la hausse. Le procureur général37 assure « qu’il résulte de renseignements tout à fait dignes de foi et contrôlés avec soin, qu’on reste au-dessous de la vérité en évaluant à 75 000 balles les quantités de coton qui, après avoir été achetées par les filatures de la Normandie, de l’Est ou de la Suisse pour les besoins de leurs usines, ont été revendues par eux et rejetées dans la spéculation ; 15 000 balles arrivées dans les usines ont été réexpédiées au Havre ». D’où la conviction d’une partie de l’opinion qu’il existe une société internationale d’accapareurs pour faire monter le prix du coton en laine, une bande noire de Français, Belges et Anglais dont font partie Pouyer-Quertier, Levavasseur, Fauquet-Lemaître, de Loys, Despeaux ; les petits manufacturiers croient « à une manœuvre pour les abattre afin de faire triompher le système anglais qui n’admet pas d’intermédiaires entre les manufacturiers et l’ouvrier. Cette idée féconde les mauvaises passions et ranime l’antagonisme, aussi l’esprit de vengeance s’aiguise et voudra-t-il se satisfaire sur quelques-uns des plus gros... Pouyer-Quertier et Levavasseur sont à l’index »38.

  • 39 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon. 10 mars 1862 : Le bruit courait à Rouen qu’une lettre compro (...)

Situation des ouvriers des principales industries dans l’arrondissement de Rouen (1er avril 1862)39

Situation des ouvriers des principales industries dans l’arrondissement de Rouen (1er avril 1862)39
  • 40 Le Moniteur universel. 19 mars 1862.
  • 41 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 22 mars 1862.
  • 42 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Lettre de Pouyer-Quertier au préfet (16 mars 1862) : « Au sujet du trai (...)

29Mais Pouyer-Quertier contre-attaqua habilement. Les critiques systématiques contre le traité de commerce s’étaient affaiblies en 1861 ; à l’occasion de la discussion de l’adresse de 1862, le député de Rouen rejette la responsabilité de la crise non pas sur la guerre de Sécession mais sur la politique inaugurée en 186040 ; l’accusation est retournée : « les petits filateurs sont convaincus que le gouvernement veut partager la société industrielle en deux classes, les patrons et les ouvriers »41. Rouher n’apprécia guère l’intervention de Pouyer-Quertier42.

La crise pendant l’hiver 1862-1863

  • 43 Le Temps. 26 décembre 1862 ; Journal des débats. 9 janvier 1863. Revue des Deux-Mondes. t. XLIII. 1 (...)
  • 44 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 juillet 1862. Depuis le 1er janvier 47 000 balles seulement (...)
  • 45 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 15 janvier 1863.

30Au cours de l’hiver 1862-1863, l’attention de la France entière fut attirée sur la gravité, du point de vue social, de la crise qui désolait la Seine-Inférieure43. Au Havre, les stocks étaient tombés à leur plus bas niveau ; les arrivages par Liverpool des cotons de l’Inde laissaient espérer une amélioration de la situation, mais les quantités restaient encore insuffisantes ; la spéculation n’avait été freinée que par la crainte d’un brusque effondrement des cours lorsque les stocks accumulés aux Etats-Unis pourraient être acheminés. La prise de la Nouvelle-Orléans permit de constater que ces réserves n’existaient pas44 ; la spéculation redoubla et le kilo de coton progressa de 3 F en mai à 6,40 F en septembre entraînant la hausse des Filés et des tissus dont la quantité livrée à la consommation tomba aux 2/5e du chiffre normal, en partie à cause de la concurrence d’articles de remplacement en laine ou laine et coton45.

  • 46 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863 : 21 105 métiers en chômage, réduction de sala (...)

31Dans le pays de Caux la misère fut extrême ; au début de 1863, on estime que 21 000 métiers sur 27 000 ne fonctionnent pas et que les salaires sont tombés à 0,70 F et même à 0,55 F46 ;

  • 47 A. D. S-M., M. Crise cotonnière.

Statistique du chômage en Seine-Inférieure47 (10 décembre 1862)

Statistique du chômage en Seine-Inférieure47 (10 décembre 1862)
  • 48 Aucun chiffre ne figure pour les cantons de Boos, Buchy et Elbeuf.

Statistique du chômage en Seine-Inférieure 48
(Cantons de l’arrondissement de Rouen)

Statistique du chômage en Seine-Inférieure 48(Cantons de l’arrondissement de Rouen)
  • 49 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863. Le coton de l’Inde à fibre courte exigeait un (...)
  • 50 CORDIER (Alphonse) - La crise cotonnière dans la Seine-Inférieure. Ses causes, ses effets : Rapport (...)

32Dans l’agglomération de Rouen, plusieurs établissements de petite et moyenne importance cessent toute activité : « Les chefs ne disposent que d’un capital et d’un crédit limités. Le prix de la matière première ayant plus que triplé, le capital et le crédit qui permettaient d’entretenir l’activité en temps normal se trouvent aujourd’hui tout à fait insuffisants ; les commissionnaires en coton hésitent à leur faire des avances calculées sur le prix ordinaire des marchandises à cause du risque de baisse subite », de plus l’outillage est défectueux et nécessite renouvellement et modification49. Mais les grands établissements eux-mêmes qui réunissaient des conditions favorables de crédit et d’équipement durent ramener la journée de travail entre 12 et 8 heures50.

33Le chômage prit l’allure d’une catastrophe ; on parla de 150 000 et même de 200 000 chômeurs dans le département. En fait, les chiffres ne sont pas exactement connus ; les maires ont eu tendance à les exagérer pour obtenir des secours plus importants, les industriels pour souligner le caractère néfaste du traité de 1860 ; l’administration a cherché plutôt à les minimiser. La seule statistique en apparence précise a été dressée par l’administration en décembre 1862 et utilisée par le Comité central de bienfaisance.

  • 51 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863. La chambre de commerce (3 novembre 1862) parl (...)

34Les résultats ont parfois été exploités abusivement par suite d’une confusion entre les individus à secourir et les chômeurs. Le recensement fournit le nombre des chefs de famille en chômage (39 439 pour le département) et l’effectif total des membres de leurs familles, individus à secourir (1 18 498) ; nous ne connaissons donc pas le chiffre exact des chômeurs totaux ou partiels, puisque nous ignorons combien de femmes et d’enfants de ces familles exercent une profession et combien parmi eux sont sans travail en 1862 ; il dépasse celui des chefs de famille tout en restant évidemment bien inférieur à celui des personnes à secourir, qui comprend les jeunes enfants, les vieillards. Pour l’arrondissement de Rouen, alors qu’il y a 9 159 chefs de famille en chômage, 37 809 personnes à secourir, le procureur dénombre 13 107 chômeurs (dont 5 424 partiels qui travaillent moins de 7 heures par jour)51.

35On peut donc faire quelques réserves sur la valeur du recensement, mais des conclusions se dégagent qui confirment et précisent les rapports précédemment cités.

  • 52 Ces proportions correspondent aux estimations du procureur, 21 105 métiers en chômage sur 27 000. C (...)
  • 53 Journal de Rouen. 12, 16, 19 et 26 janvier 1863.

36Le chômage a surtout atteint l’industrie à domicile, les tisserands des campagnes ; dans l’arrondissement d’Yvetot, sur 27 122 ouvriers, 20 713 sans travail (76 %)52. Le Journal de Fécamp, en janvier 1863, étudie la situation de plusieurs cantons : Doudeville, 3 190 sans travail sur 4 950 ; Fontaine-le-Dun, 1 833 sur 3 673, et l’on compte 315 mendiants ; Ourville, sur 2 961 tisserands, 2 200 occupés irrégulièrement, 752 ont abandonné le tissage, 550 mendiants53.

  • 54 A. N., F I C III, Seine-Inférieure, 17. Fermeture de la filature Liégault à Monville (500 ouvriers)

37Même si quelques usines de moyenne importance ont dû fermer54 la filature et le tissage mécanique ont mieux résisté, en particulier les établissements intégrés où les filés avaient des débouchés assurés. C’est l’arrondissement de Rouen qui, proportionnellement, a le moins souffert de la crise (39 % de chômeurs) ; dans la banlieue, la différence est sensible entre le canton de Grand-Couronne et ses entreprises modernes (20 % de chômeurs) et les cantons de Maromme (39 %) ou de Pavilly (62 %).

  • 55 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1863.

38Ce tableau n’a pas dû beaucoup se modifier au cours de l’hiver où, en l’absence de travaux agricoles, le chômage a encore légèrement progressé : 1 200 chômeurs de plus dans l’arrondissement55.

  • 56 Conseil général de la Seine-Inférieure, août 1863. Voir FOHLEN (Claude), op. cit., p. 266.

39Le nombre des personnes à secourir s’élève à 121 562 en mars et recule à 119 500 en avril56.

  • 57 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 janvier 1863. Pour 12 heures, le salaire de l’homme se trou (...)

40A de rares exceptions près, tous les ouvriers ont donc été plus ou moins victimes de la crise : chômage total ou partiel, baisse des salaires (même lorsque le salaire à la tâche était nominalement inchangé, l’utilisation plus difficile du coton indien entraînait une diminution du gain horaire)57. Cependant, il existe une différence essentielle avec 1848 : à aucun moment, plusieurs secteurs de l’activité industrielle n’ont été intégralement paralysés et des milliers d’ouvriers jetés en même temps sur le pavé.

41Afin d’éviter des troubles, diverses mesures furent prises pour lutter contre la misère ; les municipalités, le département et l’Etat participèrent à leur financement.

  • 58 A. N., Rouen. I L I. Budgets 1863-1869 ; sommes payées sur le budget primitif et les chapitres addi (...)
  • 59 ROUSSEL (Alexandre) - Mémoire sur l’industrie des tissus - Annuaire normand, t. 44. 1878. p. 388 et (...)

42La municipalité de Rouen augmenta les crédits du bureau de bienfaisance qui passèrent de 55.000 francs en 1860 à plus de 211.000 en 1863 (extension des ateliers de charité et des distributions en nature)58 ; le conseil général accorda à la fin de 1861, un crédit de 1.500.000 F pour les travaux publics ; l’Etat, 1.500.000 F à la fin de 1861 pour la construction de routes et 5 millions le 31 janvier 1863 en faveur des localités atteintes par la crise59.

  • 60 CORDIER (Alphonse) - La crise cotonnière, op. cit., p. 16-18.
  • 61 A. N., F I C III, Seine-Inférieure, 17. Lettre pastorale de l’archevêque de Rouen : « Faut-il donc (...)

43L’initiative la plus spectaculaire fut la souscription publique lancée en novembre 1862. Le 3 novembre, la chambre de commerce proclamait qu’il y avait 100 000 chômeurs en Seine-Inférieure et qu’il y en aurait bientôt 150 000 ; le 13 janvier 1862, un groupe d’industriels constitua sous la présidence de Pouyer-Quertier un Comité central de bienfaisance au profit des ouvriers sans travail de la Seine-Inférieure qui sollicita les souscriptions des particuliers, des municipalités, des ouvriers encore en activité, des sociétés de secours mutuels...60. Une large publicité fut donnée au manifeste de la chambre de commerce et l’appel renouvelé chaque jour dans la presse régionale61 ; puis on s’adressa à l’esprit de solidarité des grandes villes françaises. Le 1er février 1863 se constitua un comité national (le comité rouennais se transforma en sous-comité) ; l’assemblée générale du comité se réunit à Rouen, le 15 avril 1863, pour procéder à la première répartition nationale des secours.

  • 62 FORCADE (Eugène) - Chronique - Revue des Deux-Mondes, t. 43. 1863, p. 228-241. « 200 000 F en trois (...)

44Les listes de souscripteurs parurent dans la presse : l’Empereur, 40 000 F ; les ministres, chacun 500 F ; la reine Amélie, 2 000 F ; le duc de Nemours, 2 000 F ; le comte de Chambord, 5 000 F, Pie IX, 10 000 F ; le préfet Leroy, 1 000 F ; l’archevêque de Rouen, 1 000 F..., les notables de Rouen... Les organisateurs agissaient-ils seulement par philanthropie ? Roussel, dans une étude sur le tissage dans le pays de Caux, a douté de l’opportunité de la souscription publique ; il souligne son faible rendement, à peine plus de deux millions (2 077 718 F) recueillis en un an dans toute la France62. Les pouvoirs publics auraient pu faire face à la situation, ce qui aurait été plus digne. Mais surtout, l’auteur soupçonne des arrière-pensées : « En publiant leur manifeste alarmant, les promoteurs de cette œuvre, qui a sans doute rendu des services, n’avaient-ils pas un autre but que celui de soulager les ouvriers de l’industrie ? N’y avait-il pas de leur part une pensée politique ? Après la conclusion des traités de commerce, ils avaient proclamé hautement que ces traités seraient la ruine de l’industrie cotonnière en France ». La démonstration semblait éclatante aux yeux de l’opinion. « Ce fut bien plus dans un but de politique que dans un but d’humanité que les deux principaux industriels qui avaient fait d’abord d’énormes bénéfices en s’approvisionnant de coton avant la guerre, fondèrent ce comité de secours. On ne voulait pas laisser au gouvernement seul, la popularité attachée aux efforts pour tenir tête à la crise... ».

45Les élections au Corps législatif approchaient ; Pouyer-Quertier allait se présenter à nouveau dans la circonscription de Rouen !

46Comment furent utilisés les fonds recueillis ?

  • 63 ROUSSEL (Alexandre) - Op. cit., p. 416 : « Les fonctionnaires n’étaient pas non plus fâchés qu’on m (...)

47D’abord pour les secours en nature ou en argent dont il est impossible d’apprécier l’importance, car à l’effort des bureaux de bienfaisance municipaux s’ajoute celui des œuvres de charité privées. Seuls les dons du comité de bienfaisance sont connus avec exactitude ; un premier versement de 150 000 F eut lieu le 10 décembre 1862 : 1 F en campagne, 1,50 F en ville, « une bouchée de pain » ; sur 2 077 718 F, 1 083 819 F furent distribués jusqu’à la fin de 1863, « à peu près 80 c par mois, somme qu’il aurait été facile de trouver sur place », remarque Roussel qui conteste également la juste répartition de ces sommes ; des communes qui n’en avaient pas besoin auraient reçu des secours, comme moyen de propagande électorale63.

  • 64 CORDIER (Alphonse) - La crise cotonnière, op. cit., p. 139-140.

Répartition jusqu’au 24 juillet 1863, des fonds de la souscription aux ouvriers cotonniers sans travail64

Arrondissement de ROUEN
Arrondissement du HAVRE
Arrondissement de DIEPPE
Arrondissement de NEUFCHATEL
Arrondissement d’YVETOT

200 335 F
88 910 F
95 995 F
6 850 F
321 285 F

  • 65 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863. Dans l’arrondissement de Rouen, 2 754 ouvrier (...)

48Des ateliers de charité s’ouvrirent dans la plupart des communes touchées par la crise, des chantiers pour l’amélioration des routes en particulier, financés par les centimes additionnels ou les subventions du conseil général et de l’Etat. A Rouen, l’atelier employait 1 521 ouvriers en février 1863 contre 1 088 en février 186265.

49Roussel affirme que finalement, il ne s’est pas trouvé un ouvrier valide obligé de mendier faute d’ouvrage. « Il n’y avait que des femmes sans travail et en petit nombre, car outre qu’elles avaient à tisser, il y en a qui cassaient des cailloux avec leurs enfants ». Plus que par la charité, la misère a été atténuée par les changements d’emploi des chômeurs.

  • 66 CORDIER (Alphonse) - La crise cotonnière, op. cit., p. 90-92.
    Profession des ouvriers : 119 fileurs, (...)

50L’émigration est impossible à chiffrer ; elle ne fut pas simplement spontanée, comme pendant d’autres crises, mais encouragée par le comité de bienfaisance qui organisa le transport gratuit de 460 personnes, dont 334 de Rouen, 58 de Pavilly, 21 de Barentin ; il s’agissait surtout de fileurs, que l’on dirigea vers la Grand’Combe et Paris66.

  • 67 GIRARD (Louis) - La politique des travaux publics du Second Empire - Paris 1951, 419 p. ; p. 286 : (...)

51Dans la région même, une partie de la main-d’œuvre fut attirée par deux activités en pleine prospérité ; le bâtiment et le tissage de la laine. C’est au cours des années 1862 et 1863 que s’achèvent les travaux de déblaiement et que se développe l’aménagement des nouvelles rues de Rouen ; c’est en 1862 qu’est entreprise la construction de la voie ferrée de Rouen à Amiens67. Les besoins de l’industrie lainière ne furent pas moins importants que ceux du bâtiment ou des travaux publics.

52La prospérité de l’industrie de la laine

  • 68 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 octobre 1861.
  • 69 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. La chambre de commerce d’Elbeuf a manifesté en par (...)
  • 70 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 10 octobre 1861.

53L’annonce de la levée des prohibitions avait provoqué une légère dépression dans l’industrie elbeuvienne en 1860 et au début de 186168 ; plus que la concurrence des produits anglais, on craignait celle des articles légers belges et des draps lisses de Prusse rhénane69. Puis la cherté des subsistances entraîna une diminution des achats intérieurs, enfin la chute des exportations 140 vers les Etats-Unis contribua à provoquer la baisse du prix des draps et nouveautés70.

  • 71 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1862.
    A. N., F 12 2370-2374. Lettre de Dufay.
    Dans sa r (...)
  • 72 Voir aussi A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865. Préfet. 15 janvier 1863.

54Le ralentissement des affaires s’accompagna d’un peu de chômage partiel, au moment du changement d’article, en octobre 1861, mais surtout d’un fléchissement des salaires, au minimum de 5 à 10 %. D’Elbeuf, 260 tisserands adressèrent au préfet de la Seine-Inférieure une protestation contre cette réduction qu’ils chiffraient à 14 % ; ils réclamaient la fixation d’un salaire minimum par le conseil des prud’hommes et des mesures de rationalisation de la production qui permettraient de diminuer les prix et de soutenir la concurrence étrangère sans toucher aux salaires. Le préfet rejeta évidemment les solutions proposées71. Certains patrons s’efforcèrent pourtant de moderniser leur matériel dès 1861 ; les métiers à tisser mécaniques étaient très rares en 1860, il en existait 27 en janvier 1862, 40 en octobre ; le préfet remarquait que des fabricants expérimentaient de nouvelles machines à égrateronner, à sécher les laines ou à bobiner, des cardes continues, l’encoleuse mécanique, le chardon métallique... « On se prépare activement à la lutte, mais on ne s’alarme pas de la concurrence anglaise ; les produits anglais ont reçu un accueil froid... L’industrie est très suffisamment protégée par le droit protecteur de 15 %... De nouvelles fabriques sont construites, d’anciennes s’augmentent »72.

  • 73 FOHLEN (Claude)-Op. cit., p. 329. Les laines importées passent de 3,70 F le kg (1862) à 3,40 F en 1 (...)
  • 74 Déposition de Flavigny (Charles). Enquête de 1870, op. cit., t. III, p. 41

55La crise cotonnière dissipa les inquiétudes des fabricants d’Elbeuf ; en 1862, le prix du coton ne cessa de s’élever, alors que celui de la laine diminuait, grâce aux importations de l’étranger (Australie, La Plata)73. Les articles de laine ou les tissus mélangés pouvaient dès lors, concurrencer les indiennes. « Les étoffes de laine pénétrèrent dans une consommation qui leur était fermée jusque là : elles prirent la place des cotonnades et l’habillement du peuple des campagnes auquel on put offrir des vêtements chauds, solides et durables, fournit un élément nouveau et précieux à notre fabrication »74.

  • 75 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 juillet 1862. « Elbeuf offre un heureux contraste avec Roue (...)
  • 76 Ibid., 12 octobre 1862.
  • 77 Ibid., 10 janvier 1863.
  • 78 Ibid., 15 octobre 1863.
  • 79 Ibid., 10 avril 1863.
  • 80 Les recensements de 1861 (20 692) et 1866 (21 544) ne reflètent qu’incomplètement l’accroissement d (...)

56L’accroissement des ventes est signalé dès juillet 1862, aussi bien sur le marché intérieur qu’à l’étranger75. L’extension de l’activité des établissements elbeuviens provoqua un appel de main-d’œuvre au moment où la crise cotonnière sévissait le plus durement ; il était relativement facile à un tisserand du coton de s’adapter au travail de la laine ; dès le 12 octobre, on constate une augmentation de 2 000 personnes de la population d’Elbeuf76, l’allongement de la durée du travail et la construction d’une filature de 30 000 broches77, un nouvel accroissement de 500 ouvriers en octobre 186378. « La fabrication très importante paraît n’avoir jamais été plus active et les débouchés plus faciles ; c’est une heureuse compensation au fâcheux effet de la crise cotonnière »79. Les ouvriers en profitent pour obtenir sans difficulté, dès le début de 1863, le rétablissement des anciens salaires, 2,35 à 2,50 F pour le drap lisse, 3 F à 5 F pour les nouveautés ; malgré l’arrivée des ouvriers de l’extérieur, la main d’œuvre restait insuffisante. « Les tisserands d’Elbeuf deviennent exigeants pour leurs salaires, indociles aux observations et lents au travail »80.

  • 81 Journal d’Elbeuf. 19 mars 1863. Délibération de la chambre de commerce, relative à la création d’un (...)
  • 82 Ibid. Lettre de la Société du Prince impérial. 25 février 1863.
    Journal d’Elbeuf. 15 novembre 1863.

57Dans la conjoncture, il semblait possible d’accélérer la reconversion des ouvriers cotonniers en créant une école de tissage à Rouen. La chambre de commerce d’Elbeuf n’apprécia guère cette suggestion ; elle reconnaissait que les fabricants étaient fondés à rechercher les moyens d’augmenter le nombre des tisserands, mais il fallait éviter de les attirer à Elbeuf : « L’école de tissage de Rouen formerait des ouvriers peu désireux de retourner dans les lieux d’où la misère les a chassés ; ils viendraient à Elbeuf ou resteraient à Rouen occupés par une industrie rivale qui y serait implantée ». L’école de tissage serait dangereuse ; les principaux fabricants se refuseraient à lui confier leurs dessins qui sont leur propriété personnelle81. Néanmoins, le comité de patronage constitué par Pouyer-Quertier et quelques notables de Rouen réussit à créer une école d’apprentissage avec le soutien de la Société du Prince Impérial qui finança l’achat de 26 métiers82.

  • 83 A. D. S-M., M, Réforme agricole... Sous-préfet d’Yvetot, 4 février 1863.
    ROUSSEL (Alexandre), op. ci (...)
  • 84 A. D. S-M., M. Réforme agricole. Sous-préfet de Dieppe, 3 février 1863.
  • 85 Ibid. Préfet, 26 septembre 1863.
    Bazin, président du conseil des prud’hommes d’Elbeuf, 1er décembre (...)
  • 86 Journal d’Elbeuf. 5 mai 1864.
  • 87 A. D. S-M., M, Réforme agricole... Rapport de G. Lamy, chargé d’inspecter l’état de la reprise du t (...)

58La fabrique d’Elbeuf préférait, en se substituant à celle de Rouen, distribuer les chaînes aux habitants du pays de Caux : « Le pays de Caux offre une précieuse ressource... En cas de crise, notre ville n’aurait toujours qu’à pourvoir aux besoins des ouvriers de la localité ». La première initiative semble être venue d’Yvetot, où se constitua en janvier 1863, avec le concours d’industriels elbeuviens, une société qui devait fournir aux ouvriers les métiers à tisser le drap83 ; peu après, le curé d’Imbleville imagina, lui aussi, de s’adresser à la Société du Prince Impérial pour obtenir les sommes nécessaires à la transformation de métiers à coton (100 à 150 F) ou à la construction de métiers à laine perfectionnés (200 F) ; des retenues sur chaque pièce d’étoffe confectionnée devaient en assurer le remboursement en deux ans84. Au cours du printemps et de l’été 1863, ces exemples furent imités dans plusieurs communes des arrondissements d’Yvetot (Vibeuf, Hautot-Saint-Sulpice, Yerville, Néville...), de Dieppe (Ambrumesnil...), de Rouen (Fréville, Boisguillaume, Ecalles-Alix...). Le 28 juillet 1863, 281 métiers étaient transformés ; 341, le 26 septembre. Les manufacturiers d’Elbeuf se plaignaient parfois des défauts dus à l’inexpérience des Cauchois ; les tisserands accusaient les intermédiaires, commissionnaires ou porteurs, de se livrer à des prélèvements abusifs sur les salaires. Le mouvement se développa cependant85 ; d’après une lettre de Pouyer-Quertier à la Société du Prince Impérial, 1 700 métiers à tisser la laine fonctionnaient dans le pays de Caux au début de 1864, dont 1 400 pour l’arrondissement d’Yvetot86. Si l’opération fut ruineuse pour la société, elle a sensiblement amélioré la condition de 6 000 personnes87.

Les réactions des ouvriers devant la crise

  • 88 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 avril 1864 : 3 000 métiers aura (...)
  • 89 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 juillet 1862.
  • 90 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, août 1861, 17 juin, 19 juillet 1862. Les petits marchands do (...)
  • 91 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863.
  • 92 Dr HELLIS (Eugène) - Correspondance avec Floquet - ms. cité. Lettre du 26 février 1862. Bien que lé (...)

59La famine du coton, très diversement subie par les ouvriers, n’a pas suscité les graves difficultés sociales ou politiques que l’on pouvait craindre. « Parfois, la population murmure ; on reproche au gouvernement de ne pas agir avec assez de fermeté contre les accapareurs, mais aucune manifestation d’hostilité ne se généralise » ; les rapports de police affirment que l’influence des partis ne s’infiltre pas dans les masses, ni celle de la démagogie, ni celle des cléricaux88. « L’attitude est très différente dans les classes moyennes où l’on réussit à faire accepter aussi bien les appréhensions pessimistes sur les choses que les calomnies chez les personnes »89 et surtout chez les petits marchands, mécontents du ralentissement des affaires et de la lourdeur des impôts »90. « Par contre, dans les campagnes et les classes laborieuses, l’Empereur n’a rien perdu de son renom de sagesse et d’habileté ». Au plus fort de la crise, les ouvriers restent convaincus du désir énergique de l’empereur d’améliorer leur situation par les secours et les grands travaux91. Un bourgeois rouennais, le docteur Hellis, admire le calme qui règne et la résignation d’une malheureuse population qui espère toujours mieux de l’avenir92.

  • 93 Sur ces grèves, rapport de Philippon, 17 février 1862 (grève Harel). « Dans l’opinion des masses, c (...)
  • 94 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 11 février. 25 février 1862.

60Dans les établissements industriels les conflits paraissent rares, les conditions du marché du travail n’étant guère favorables au développement des grèves. Les seules qui soient signalées, se produisirent lorsque commença la réduction des salaires en février et mars 1862. En février, le filateur Harel de Rouen diminua les salaires de 4 centimes par kilo de coton filé (environ 0,80 F à 1 F par jour) ; les ouvriers protestèrent devant le conseil des prud’hommes et demandèrent leur quinzaine. Harel n’eut aucune peine à remplacer cinq ou six récalcitrants, les autres devant accepter les nouvelles conditions. D’autres grèves se produisent au tissage Burel de Rouen, du 24 au 26 février, à cause d’une réduction de 0,15 F par jour à compter du 1er mai, à la filature Delamare de Fontaine-le-Bourg (réduction de 2 centimes par kilo de coton filé) ; le commissaire de police intervint et le patron accepta de limiter la baisse à 1 centime. A la filature Prével, de Saint-Paër, à la suite d’une diminution de salaire de 6,65 %, les ouvriers déclarèrent d’abord qu’ils ne pouvaient accepter, mais changèrent d’avis le soir même93. Il ne s’agit donc que de cas exceptionnels et à la fin de 1862 et en 1863, les grèves disparaissent complètement. Cependant des actes d’insubordination s’étaient produits dans les chantiers communaux ; « Les travaux ouverts en faveur des ouvriers sans travail sont conduits avec une brutalité qui rebute le plus grand nombre, outre le dégoût que beaucoup éprouvent d’avoir à se montrer en public armés d’un balai ou de tous autres accessoires... ; les piqueurs n’ont aucun égard et pour le moindre retard font perdre la journée de 75 centimes à celui qui s’en rend coupable ; ce procédé envers des gens, que le besoin seul force à ce métier, a un retentissement déplorable et peut avoir des conséquences graves par la publicité qui s’en fait dans les quartiers populeux ». L’agitation allait-elle partir à nouveau des ateliers de charité ? En fait, les incidents restèrent mineurs94.

  • 95 Ibid., 8 décembre 1861. Philippon se fait l’écho des accusations portées contre la spéculation qui (...)
  • 96 Ibid., 17 février 1862.

61Apaisement apparent, car l’antagonisme à l’égard des manufacturiers trouva à s’alimenter. La guerre d’Amérique ne fut pas considérée comme unique responsable ; elle aurait servi de prétexte aux manœuvres des spéculateurs ; la rumeur s’en répandit surtout pendant les premiers mois de la crise, quand il existait encore des stocks importants dont la simple revente assurait de beaux bénéfices95 ; on excepta quelques patrons qui préféraient se contenter d’un faible profit en faisant travailler leurs entreprises96.

  • 97 Ibid., 5 mars 1862.
    Chez Védie (Grand-Quevilly), le renouvellement du matériel (6 métiers de 720 bro (...)

62Les transformations techniques fournirent un autre sujet de mécontentement ; l’adoption de nouveaux métiers diminuait les besoins en fileurs : « l’innovation des métiers continus fait surgir de vives récriminations et porte les ouvriers à souhaiter une émeute pour les anéantir ; leur attitude envers les patrons est menaçante »97.

  • 98 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1862. Philippon, 22 mars 1862 : « L’opinion populaire (...)
  • 99 Ibid., 10 juillet 1862.

63« Les masses ouvrières sont confiantes envers le gouvernement, écrivait le procureur général de Rouen ; elles évitent toute manifestation ; la responsabilité retombe sur les manufacturiers. Les ouvriers connaissent leurs rapides et colossales fortunes. C’est une croyance répandue parmi eux que les patrons ne se plaignent si haut que pour avoir le prétexte à ne pas les entretenir pendant la crise, après s’être enrichis de leur travail pendant la prospérité... Les filateurs seraient les premières victimes des désordres que pourraient faire naître leurs injustes reproches, si la main du chef de l’Etat n’était assez forte pour les protéger contre leur propre imprudence »98... Dans un autre rapport, le procureur revient sur le même sujet. « Les souffrances qu’éprouvent les ouvriers ne semblent pas avoir altéré leurs bons sentiments politiques... Toute leur irritation paraît se reporter sur les patrons »99. Ce jugement mérite d’être retenu à la veille des élections de 1863 pour lesquelles le candidat officiel allait être Pouyer-Quertier, le champion du protectionnisme.

LES ELECTIONS AU CORPS LEGISLATIF (1863)

  • 100 Ibid., 20 janvier 1861. « Les orléanistes sont divisés, les libertés pour les uns sont plus apparen (...)

64Le décret du 24 novembre 1860 (droit d’adresse, publication dans la presse du compte rendu analytique des séances des chambres) est venu, constata le procureur général de Rouen, « susciter des idées, réveiller des espérances, ranimer des craintes que l’on croyait amorties et créer ainsi un nouvel état de choses » ; les réactions semblent en effet avoir été très variées selon les milieux sociaux : nulles chez les paysans, enthousiastes chez les ouvriers, plutôt favorables dans les classes moyennes, suivant les convictions politiques : les orléanistes et surtout les républicains expriment leur satisfaction, à l’inverse, cléricaux et légitimistes ne cachent pas leur crainte que l’empereur puisse disposer de l’appui moral que des démonstrations parlementaires pourraient fournir aux desseins qu’on lui attribue contre le pouvoir temporel du pape »100. Le décret a donc été le point de départ d’un renouveau de la vie politique qui ne s’est pourtant vraiment manifesté qu’à l’occasion des élections de 1863.

Les partis de 1860 à 1863

  • 101 A. N., F 19 2572, Mgr de Bonnechose.
    Mgr BESSON - Vie du cardinal de Bonnechose - Paris 1887, 2 vol. (...)
  • 102 A. D. S-M., M, Mandements du cardinal de Bonnechose.
  • 103 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 27 juin 1860 : « L’emprunt romain ne trouve d’appui qu’auprè (...)
  • 104 Audiences des 20 juillet, 28 décembre 1860, 12 octobre 1861.
  • 105 Mgr BESSON - Vie du cardinal de Bonnechose. op. cit., t. I. p. 417-428.

65Dans les années 1860 à 1862, la grande préoccupation de l’administration reste l’opposition cléricalo-légitimiste apparue en 1859. Elle n’a pas été, en Seine-Inférieure, dirigée par la hiérarchie. L’archevêque de Rouen, Mgr de Bonnechose, a évité les protestations publiques contre la politique romaine de Napoléon III101. Au début de décembre 1859, il obtient une audience de l’empereur au sujet du congrès qui était envisagé et conseille de rendre au pape les Romagnes ; après la publication de la brochure, Le Pape et le Congrès, il écrit une lettre à Napoléon (22 décembre 1859) : « Je vois devant nous un péril immense pour la paix publique, pour votre gouvernement, pour celui du fils que Dieu vous a donné, pour la France et pour l’Eglise » ; mais le 23 février 1860, il précise au ministre qu’il n’y a aucune trace d’agitation religieuse dans le diocèse : « Le bon esprit, l’esprit sage et prudent des prêtres de cette contrée est assez connu pour qu’il n’y ait rien à craindre de leur part ». Le 17 juin, l’archevêque adresse dans les paroisses une lettre circulaire relative à l’emprunt et aux dons ayant pour objet de venir en aide au Saint-Père ; « Cette lettre sera lue en chaire sans commentaire »102. Mgr de Bonnechose rencontre encore l’empereur à plusieurs reprises en 1860 et 1861 sans d’ailleurs pouvoir infléchir sa politique romaine103 ; alors dans son mandement de Carême de 1862, il s’adresse aux fidèles pour faire connaître et célébrer les bienfaits de la papauté104. L’archevêque de Rouen préféra donc les avertissements discrets aux plaintes véhémentes. « Je passe à Rome, constatait-il, pour un impérialiste trop complaisant envers le pouvoir ; à Paris, on me reproche d’être trop dévoué au pape. Dans un autre temps on m’eût appelé Gibelin à Rome et Guelfe à Paris. Ne serait-ce pas la preuve que je suis dans la voie de la justice et de la modération »105.

  • 106 A. N., BB 30 387. Procureur général, 18 octobre 1860.
  • 107 Ibid., 20 janvier 1861 : « Le légitimisme n’aurait aucune force sans sa communauté de vues avec une (...)
  • 108 Ibid., 12 octobre 1861.

66Mais l’ensemble du clergé n’a pas observé cette attitude conciliante. « Malgré sa réserve de conduite, sa modération de langage et son apparence de résignation actuelle, il a pris parti en majorité contre tous les actes de la politique impériale qui peuvent de près ou de loin intéresser le pape. J’hésite à affirmer, reconnaît le procureur général, qu’il se désaffectionne et que son irritation, pour être aujourd’hui plus silencieuse que l’an dernier, n’en est peut-être que plus vive, mais beaucoup de gens le pensent et le disent »106. Plusieurs de ses membres tendaient à se rapprocher du légitimisme107. « Car le parti légitimiste comprenant des gens riches et désœuvrés s’est passionné ou fait semblant de se passionner pour l’inviolabilité de la puissance temporelle du pape ; mais il n’a ni racines profondes, ni grande influence sur les masses »108.

  • 109 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 24 février 1861 : « Dans les séminaires et même, diton, dans (...)
  • 110 Ibid., 13 janvier 1860 : « Ce qui la met à l’abri de tout soupçon, c’est que le commerce y est larg (...)
  • 111 Ibid., 17 novembre 1860, 9 novembre. 23 décembre 1861.
    A. N., BB 30 387. Procureur général, 9 janvie (...)
  • 112 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 16 octobre 1861 : « La société de l’Emulation chrétienne... (...)
  • 113 Ibid., 3 juin 1861 : La discrimination dans la répartition des aumônes aurait contribué à l’impopul (...)

67L’Eglise ne pouvait-elle pas cependant apporter au légitimisme le soutien populaire qui lui manquait ? La police ne s’inquiétait pas tellement des propos subversifs tenus dans les séminaires ou les pensions religieuses109 mais de « la puissance morale qu’exerceraient... sur les indigents les sociétés de charité alors que, dans un mouvement irréfléchi, elles feraient un appel occulte aux passions en faveur de la papauté ». La plus influente à Rouen, paraissait être la Société de St-Vincent-de-Paul « qui pouvait à elle seule faire plus que tout le clergé rouennais » ; au début de 1860, on la jugeait uniquement soucieuse du bien de l’humanité et étrangère à toute préoccupation politique110 ; à la fin de l’année, elle semblait engagée dans la défense du pouvoir temporel du pape et en 1861, elle finit par être considérée comme un grave danger ; lorsque Persigny voulut subordonner l’action de la société à la surveillance du gouvernement et nommer son président, les dirigeants de Rouen protestèrent et suspendirent les conférences ; on les soupçonna de constituer une organisation secrète !111. Certaines sociétés de secours mutuels furent même accusées d’être des foyers d’agitation cléricalo-légitimiste, en particulier la plus puissante d’entre elles, l’Emulation chrétienne (112. Les autorités se rassurèrent en constatant que la propagande n’obtenait aucun succès auprès de la plupart des ouvriers, indifférents au sort du pape : leur hostilité n’était pas désarmée par les aumônes. « Si l’ultramontanisme est considéré comme le seul parti qui puisse sinon donner des craintes, du moins créer de graves embarras au gouvernement, l’attitude non moins menaçante des masses populaires contre lui, modérera sa force et paralysera toujours ses entreprises brutales »113.

  • 114 Ibid., 4 février 1861. Certains démagogues connaissent, de plus, des difficultés financières : Leco (...)
  • 115 Ibid., 16 mars, 24 mars, 15 juin 1862. Gazette des tribunaux. 20 juillet 1862. Affaire de la Sociét (...)
  • 116 Ibid., 6 juin, 17 juin 1862.
    Le Réveil social. 28 février 1897.

68L’opposition des ultramontains relégua au second plan celle de la démocratie sociale, en partie ralliée ou neutralisée depuis 1859 par l’évolution politique de l’Empire. Restaient les « incorrigibles » qui paraissaient plus isolés que jamais ; les rapports de police ne mentionnent pratiquement plus leur activité114, sauf en deux occasions, en mars et en juin 1862. En mars, après la découverte à Paris du complot de Greppo qui avait projeté d’enlever Napoléon III, la police arrêta deux Rouennais, Eustache Beaufour et Nicolas Bray, celui-ci accusé d’être venu à Paris le 23 février comme délégué de Rouen pour recevoir des instructions en vue d’une insurrection ; il aurait été chargé de couper la ligne téléphonique et la voie ferrée de Rouen à Paris115. En juin 1862, la police s’inquiéta des réactions possibles des démocrates au sujet de la question romaine : la réunion à Rome des évêques du monde entier pour la béatification des martyrs du Japon au XVIIIe siècle ne pouvait-elle pas être le prélude à un « grand coup » en Italie contre les libéraux ; les républicains devaient donc se préparer à y faire face en constituant une nouvelle société d’où l’on éliminerait les éléments les moins sûrs ; parmi les incorruptibles on trouvait Cord’homme, Bachelet, Meyer, Beaufour...116.

  • 117 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon. 16 août 1862. Philippon donne un exemple de manifestations d (...)
  • 118 A. N., BB 30 387. Procureur général, 20 janvier 1861.

69Le personnel de la démocratie sociale ne se renouvelait donc pas ; s’il existait encore des militants, le nombre des dirigeants s’était amenuisé ; d’après Cord’homme, il n’en restait que trois ; Berthelot, Leplieux et lui-même « les trois anabaptistes »117. Par contre, le décret du 24 novembre 1860 permit la réapparition dans la vie politique d’éléments libéraux qui s’en étaient écartés depuis 1852 ; orléanistes « timides quand ils craignent de se trouver en face du parti extrême, frondeurs ardents et incorrigibles dès qu’ils sont rassurés », mais « ils ne se composent que de quelques groupes dépourvus d’importance et de quelques individualités notables mais sans cohésion entre elles118 ; républicains modérés qui avaient reculé devant une action semi-clandestine aux côtés des démagogues, mais qui comptent que tôt ou tard « l’affranchissement de la tribune ranimera à leur profit dans les masses des aspirations que l’on aurait tort de croire étouffées ».

  • 119 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 14 mars. 20 mars 1861 : « Enthousiasme des républicains pour (...)

70Cependant, ce réveil de la vie politique fut très lent en Seine-Inférieure ; seule la discussion de l’adresse en 1861 suscita quelque passion, en particulier, le discours de Jules Favre119.

  • 120 Journal de Rouen. 17 et 24 juin 1861. Elections au conseil général pour les 3e et 4e cantons de Rou (...)
  • 121 Par exemple, le Journal de Rouen, en janvier 1863, reproduit plusieurs articles du Journal de Fécam (...)
  • 122 A. N., BB 30 387. Procureur général, 9 janvier 1862. « L’opinion républicaine n’existe plus en ce m (...)

71Les élections au conseil général et aux conseils d’arrondissement des 15 et 16 juin 1861 ne se différencient pas des précédentes ; les républicains sont absents ; une élection est sérieusement contestée, celle d’Elbeuf, mais elle oppose l’ancien commissaire de la République, Deschamps, candidat maintenant « recommandé », au manufacturier Flavigny120. Dans la presse, le Journal de Rouen ne s’enhardit guère et au lieu de critiques personnelles sur la situation politique ou économique, préfère publier des citations d’articles parus dans les journaux de Paris ou de province121. En 1862, la crise économique estompe les autres préoccupations ; il faut attendre l’approche des élections de juin 1863 pour que se développe brusquement l’activité politique des républicains libéraux122.

Les élections de 1863

  • 123 A cause du soutien qu’il avait apporté aux ultramontains (adresse de 1861), Ancel, député sortant d (...)
  • 124 Sur les élections législatives de 1863 ; A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril, 17 octobre (...)

72Les circonscriptions électorales n’avaient pas été modifiées depuis 1857. Dans la première circonscription, le député sortant Pouyer-Quertier est à nouveau candidat officiel, malgré la position qu’il a prise contre les traités de commerce : rapporteur de la loi sur les tarifs douaniers, il n’a pas caché son hostilité à la nouvelle politique économique mais il a voté le texte, ce qui l’a fait taxer d’inconséquence ; puis en 1863, au cours du débat sur l’adresse, il a défendu le travail national et rendu les traités de 1860 responsables de la crise économique ; il ne s’est pas, cependant, comme Ancel au Havre123, compromis dans l’agitation cléricale. Dans la seconde circonscription, Quesné, député sortant et candidat officiel, également n’a joué qu’un rôle effacé au cours de la dernière législature124.

73Levavasseur, à Rouen, représente la tendance orléaniste et libérale ; il n’a pas pardonné au gouvernement son éviction en 1857 et se porte candidat à nouveau en 1863. A Elbeuf, Mathieu Bourdon réapparaît ; élu le 15 octobre 1849, il ne s’était pas rallié au coup d’Etat de décembre 1851, et avait subi un échec sévère aux élections de 1852.

  • 125 Le Réveil Social. 2 février 1897. A la réunion du Comité démocratique chez Berthelot, Lieury demand (...)

74En 1852 et 1857, les républicains avaient désigné des partisans de la démocratie sociale : Achille Lemasson et Leballeur-Villiers ; en 1863, c’est un ancien membre du Comité central républicain de 1848 qui est choisi à Rouen : Louis-Philippe Desseaux, vénérable de la loge La Persévérance couronnée, semble avoir hésité à accepter l’appui des démocrates et certains de ceux-ci le lui ont d’ailleurs accordé sans enthousiasme, parce qu’en tant que procureur, il avait requis en 1849 contre la Solidarité républicaine. Cependant ce vétéran de la cause libérale paraissait être le candidat le plus susceptible de gagner les voix des modérés125. A Elbeuf, par contre, on retrouve un démocrate, Eugène Manchon, avocat à la cour impériale de Paris, propriétaire à La Feuillie (canton d’Argueil) ; il avait en 1847 contribué à soutenir financièrement la Réforme, journal de Ledru-Rollin et en 1849, figuré sur la liste du Comité central démocratique.

  • 126 Le Réveil Social 28 février 1897.
    A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1863.
  • 127 Journal de Rouen. 20 mai 1863 : « Ce que les électeurs amis de leur pays veulent affirmer d’abord, (...)
  • 128 Journal de Rouen 21 mai 1863.
  • 129 Journal de Rouen. 24 mai 1863.

75La campagne électorale fut très différente de celle de 1857 ; les républicains constituèrent à Rouen, chez Berthelot, un comité de douze membres qui dirigea la propagande et s’occupa de surveiller les listes électorales126. Si le Nouvelliste, comme en 1857, soutint vigoureusement les candidats officiels, le Journal de Rouen cette fois, publia et commenta le programme des républicains. Desseaux insiste sur la défense des libertés, liberté de pensée, liberté de la parole, liberté de réunion et de discussion, liberté absolue d’élection. Les nouveaux députés devront avant tout réclamer la réalisation toujours ajournée des espérances de liberté données à la nation ; ce sera le moyen le plus efficace de prévenir le retour des commotions du passé. Desseaux tient absolument à ne pas être confondu avec les révolutionnaires ; il reste « fidèle aux idées de sage liberté et déplore tout ce qui n’est que l’œuvre de la force brutale »127. Son programme économique et social est assez vague en faveur des ouvriers victimes de la crise cotonnière : il faut « étudier les moyens de suppléer au travail qui fait défaut par un équivalent suffisamment rémunérateur qui ne soit pas empreint du cachet de l’aumône » ; hostile au protectionnisme, il promet aux manufacturiers de rechercher la possibilité d’alléger les charges qui pèsent sur les établissements industriels et leur faciliter ainsi les moyens de lutter dans des conditions égales. Quant aux cantons agricoles, « Ils ont aussi leurs intérêts spéciaux qui ne doivent pas être négligés ! »128. La circulaire de Manchon aux électeurs met également au premier plan l’extension des libertés : « Je suis toujours ce que j’étais (en 1849) soldat de la liberté... aussi bien de la liberté individuelle que du droit de réunion, aussi bien de la liberté de la presse que de toutes les autres libertés... » mais il ajoute cependant : « conquises par nos diverses révolutions ». Il se déclare en outre contre les gros traitements et favorable à « l’amélioration du sort de plus grand nombre »129.

  • 130 Les attaques contre les adversaires n’apparaissent qu’à la fin de la campagne ; le Nouvelliste repr (...)
  • 131 A. D. S-M., M. Elections de 1863. Préfet. 29 mai 1863.
  • 132 Ibid. Préfet. 2 juillet 1863.

76Si la presse conserve un ton mesuré130 il ne semble pas en avoir été de même pour la propagande orale, si l’on en croit les rapports du préfet de la Seine-Inférieure : « La lutte électorale prend, dépasse toutes les proportions de vivacité, d’agitation qu’on pouvait redouter... A Rouen on exploite audacieusement la misère des ouvriers, leur crédulité ; on excite la haine contre ceux qui possèdent, contre les maîtres qui les exploitent ; on leur promet la permanence du travail, l’élévation des salaires, la suppression des taxes, des octrois, de l’impôt personnel. C’est la résurrection des principes de 1848... L’attaque est partout. C’est une conspiration générale131. « Il est un moyen de propagande, un genre d’attaque contre le gouvernement que les candidats de l’opposition ont employé, sans exception, à des degrés différents. Dans leurs entretiens avec les électeurs, sur les places, dans les marchés, dans les cabarets et les auberges, il n’est pas un seul candidat opposant qui, par lui-même ou par ses agents, ne se soit récrié contre les dépenses de l’Etat, le régime des avertissements, le contingent militaire, les expéditions lointaines, la diminution du travail et qui n’ait pompeusement fait valoir, que s’il était nommé, le budget serait diminué, l’effectif de l’armée ramené à son ancien chiffre, la liberté rendue à la presse, la propriété foncière dégrevée, un salaire élevé et permanent assuré à l’ouvrier »132.

  • 133 PROUDHON (P. J.) - Correspondance - Paris 1874-1875,14 vol., t. III, lettre à M.-J. Buzon, 19 juin (...)
  • 134 Si l’on étudie le cas des cantons et communes où l’action des proudhoniens aurait pu le plus fortem (...)

77Malgré l’ardente campagne des républicains, les candidats officiels furent élus dans les circonscriptions de Rouen et d’Elbeuf. Les proudhoniens, que ne pouvaient satisfaire ni la personnalité, ni surtout le programme de Desseaux, s’étaient prononcés pour l’abstention ; ils ont assuré qu’ils avaient ainsi empêché l’élection du candidat républicain133. Affirmation contestable ; il convient de remarquer que la proportion des votants a considérablement augmenté en 1863 (74 % au lieu de 53 % en 1857). Il paraît difficile d’admettre que Desseaux aurait pu recueillir les 2 800 voix qui lui ont manqué si le petit groupe des proudhoniens avait soutenu sa candidature. Leur décision ne semble donc pas avoir eu d’influence sur les résultats du scrutin, mais elle fait ressortir leur singularité au milieu de la démocratie rouennaise134.

78Les candidats officiels conservaient un nombre de voix égal à celui de 1857, mais, par suite de la diminution des abstentions, les pourcentages par rapport aux votants devenaient plus faibles.

Résultats des élections de 1863 au Corps législatif. 1ère Circonscription (ROUEN)

Résultats des élections de 1863 au Corps législatif. 1ère Circonscription (ROUEN)

Résultats par cantons. (pourcentages par rapport aux votants)

Résultats par cantons. (pourcentages par rapport aux votants)

79Desseaux obtient son meilleur résultat à Saint-Sever, dont le caractère ouvrier se renforçait à cause des déplacements de population à l’intérieur de Rouen. Dans ce canton, ainsi que dans le 4e, il dépasse la majorité absolue, ce qui n’était pas arrivé à un républicain depuis 1849. Le canton de Boos presque intégralement rural, fournit le plus faible chiffre. Dans le canton de Darnétal, s’opposent les communes rurales où Desseaux n’atteint pas 20 % et les localités industrielles Saint-Léger-du-Bourg-Denis (50 %), Darnétal (62 %). Le rapprochement avec 1857 est instructif : le pourcentage de Pouyer-Quertier ne baisse que faiblement, les progrès des républicains aux dépens du candidat libéral Levavasseur sont donc plus importants dans les cantons « bourgeois » que dans les cantons ouvriers, 43 % dans le 3e canton au lieu de 29 %, 32 % dans le 1er canton au lieu de 19 %. Desseaux a donc pu, à la fois, conserver l’électorat démocrate et attirer une partie des voix libérales.

80Les comparaisons sont plus difficiles dans la 2e circonscription où ne se présentait pas de candidat libéral en 1857. On note un important progrès de la participation électorale (65 % de votants au lieu de 56 %) ; Quesné conserve son total de voix de 1857, mais son pourcentage tombe de 68 % à 54 %.

Résultats des élections de 1863 au Corps législatif. 2ème Circonscription (ELBEUF)

Résultats des élections de 1863 au Corps législatif. 2ème Circonscription (ELBEUF)

Résultats par cantons. (pourcentages par rapport aux votants)

Résultats par cantons. (pourcentages par rapport aux votants)

81A Elbeuf, Manchon ne recueille que 28 % des suffrages (au lieu de 44 pour Leballeur-Villiers en 1857) et Quesné 34 % (au lieu de 54). Bourdon, bien connu à Elbeuf, gagne des voix à la fois sur le candidat officiel et sur le démocrate, mais sa présence ne modifie guère la situation dans les autres cantons.

82Manchon progresse en effet partout ailleurs : majorité absolue dans le canton de Maromme, dans les communes industrielles de la vallée du Cailly (Maromme : 68 % ; Déville, Le Houlme, Notre-Dame-de-Bondeville et dans quelques localités voisines, où résident des ouvriers, Montigny, Saint-Jean-du-Cardonnay...) ; le canton de Pavilly reste moins favorable (40 % à Pavilly, 20 % à Barentin...) ; même les faibles résultats obtenus dans les communes rurales manifestent une évolution intéressante : une douzaine d’entre elles n’avaient accordé aucune voix au candidat démocrate en 1857.

  • 135 A. N., BB 30 431. Procureur général, 18 juin 1863 : « Si pendant quelque temps, on a pu penser que (...)
  • 136 A. N., BB 30 431. Procureur général. 25 mai 1863.

83Les élections, remarque le procureur général de Rouen, ont fait apparaître des minorités menaçantes pour l’avenir... « elles attestent nettement dans leur ensemble les progrès des partis antidynastiques... C’est contre l’Empire lui-même que la lutte est engagée... »135. Il regrette que des libertés aient été prématurément accordées en novembre 1860, et reprend la conclusion souvent formulée ; « Toutes les fois que le peuple n’est pas entraîné par un appel direct du souverain, l’influence démocratique peut l’emporter sur les conseils des agents de l’autorité »136.

Les élections au conseil général (1864)

  • 137 A. N., BB 30 387. Procureur général, 15 octobre 1863. Le Comité électoral d’union démocratique et l (...)
  • 138 Journal de Rouen, 11 juin 1864. Duvivier (Eugène), 1817-1889, négociant, député de Rouen en mai 188 (...)

84Enhardis par le succès, les républicains décidèrent de continuer la lutte à l’occasion des élections au conseil général et au conseil d’arrondissement des 18 et 19 juin 1864137. Les candidats d’Union démocratique et libérale présentés dans les cantons où les résultats avaient été les meilleurs en 1863 étaient des démocrates connus : Cord’homme, Manchon, Leplieux, Berthelot... Ils insistèrent sur la nécessité des réformes libérales, mais dans le respect de la légalité : « Mon opposition à la candidature officielle, déclare Duvivier, n’a d’autre but que d’offrir à quelques-uns de mes concitoyens le moyen de manifester légalement leurs tendances et leurs aspirations aux idées libérales, compatibles avec les principes d’ordre »138.

Elections au Conseil Général (10-19 juin 1864). Arrondissement de Rouen

Elections au Conseil Général (10-19 juin 1864). Arrondissement de Rouen
  • 139 A. N., BB 30 387. Procureur général, 9 juillet 1864.

85A Rouen, dans le 5e canton, où Desseaux avait largement dépassé la majorité absolue, Cord’homme obtient à peine le tiers des voix : Bazille, président de tribunal de commerce « n’est ni patron, ni chef d’usine ; il n’a pas d’occasion de froissement avec les ouvriers, or l’expérience a montré que dans les cantons manufacturiers les candidatures des maîtres soulèvent presque toujours d’invincibles répugnances »139.

  • 140 Ibid., 9 juillet 1864. Turgis, manufacturier à Elbeuf, conseiller sortant était populaire à cause d (...)
  • 141 A. D. S-M., M, Conseil général, Maromme. Parmi les irrégularités, Manchon signale par exemple à Not (...)

86A Grand-Couronne, Leplieux (21 % des voix) est très largement distancé par Turgis140. A Maromme seulement, Manchon retrouve à peu près son pourcentage de suffrages de l’élection au Corps législatif, précédant Levavasseur de huit voix ; au second tour, ce dernier l’emporta de six voix ; les deux candidats s’accusèrent mutuellement de manœuvres et pressions électorales141.

  • 142 Au conseil d’arrondissement, l’opposition avait présenté des candidats à Rouen (1er, 4e, 6e cantons (...)

87L’Union démocratique et libérale n’enregistra donc qu’un seul succès, l’élection du conseiller d’arrondissement du 6e canton de Rouen : au second tour, Berthelot, négociant, ancien sous-commissaire de la République au Havre en 1848, 668 voix ; Pariset, directeur de l’usine à gaz, 499 voix142.

88Les résultats furent donc beaucoup moins satisfaisants pour les républicains que ceux de juin 1863 ; les élections de 1864 avaient peu intéressé le corps électoral (le nombre élevé des abstentions le prouve) ; la propagande de l’opposition avait été moins active : le Journal de Rouen en particulier s’était montré bien discret, probablement parce que les candidats étaient trop démocrates, à son gré.

89Le procureur général n’était cependant pas rassuré ; il constatait que si le parti démocratique ne comptait que peu d’adhérents déclarés, « il agissait avec une regrettable facilité sur la masse des ouvriers des principaux centres manufacturiers ».

LA FIN DE LA GUERRE DE SECESSION - LES GREVES DE 1865

  • 143 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 janvier 1865.
  • 144 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 8 janvier 1864 : « Les différentes branche (...)
  • 145 Ibid., 11 janvier 1865. Les industriels ralentissent à nouveau la production. La fermeture de débou (...)
  • 146 A. N., F I C III, Seine-Inférieure 9. Préfet, 15-31 janvier 1865 ; « En deux jours le coton a baiss (...)
  • 147 A. N., F 12 4476 E. Chambre de commerce de Rouen, 2e trimestre 1865 (29 juin 1865).
  • 148 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1865.

90La troisième phase de la crise provoquée par la guerre de Sécession se développe du milieu de l’année 1863 jusqu’à l’été de l’année 1865. Les traités de commerce, malgré les accusations de leurs adversaires, n’exercent pratiquement aucune influence à cette époque ; après le 1er octobre 1864 seulement, les tarifs douaniers sont réduits de 30 % à 25 %, mais les articles anglais qui restent plus chers ne pénètrent guère sur le marché français ; ce sont les difficultés croissantes des états du Sud et les variations du prix du coton qui déterminent l’activité de l’industrie cotonnière normande. Le kilo de coton brut a atteint 6 F au Havre en novembre 1863, la spéculation à la hausse ne peut plus guère s’exercer, car l’Inde assure les deux tiers des besoins et, d’autre part143, la consommation est limitée par les hauts prix des produits fabriqués. Tout événement militaire qui semble annoncer l’écroulement proche des Sudistes, la fin de la guerre et la pléthore de coton entraîne immédiatement une chute des prix : les commissionnaires n’achètent plus de tissus de crainte de la baisse ; les tisseurs ne fabriquent plus qu’au jour le jour, les filateurs réduisent le travail. Quand l’espoir de la paix s’éloigne, les affaires reprennent provisoirement. Ainsi, après une période d’expectative au cours de l’été et de l’automne de 1863, on assiste à la suite de la prise de Chattanooga (23-25 novembre) à une baisse du coton qui jointe à une hausse du taux de l’escompte de 7 % à 9 % provoque un arrêt partiel de la production144 ; la crise atteint une intensité presque égale à celle des plus mauvais jours. Après une remontée du coton à 6,20 F, la marche de Sherman sur Atlanta et les bruits de paix rapportés dans un article du Times ramènent le coton à 4 F (septembre 1864)145. L’invasion de la Caroline du Sud provoque au Havre une véritable panique dont sont victimes plusieurs importateurs en janvier 1865146. Après la capitulation des armées sudistes, le coton tombe à 2,80 F ; mais la décision du secrétaire au Trésor Mac-Culloch de faire saisir les stocks des états confédérés est suivie d’un relèvement des cours (4,60 F en octobre 1865)147. Malgré ces oscillations, la tendance générale est à la reprise en 1864 ; les chiffres de consommation le prouvent, 75 à 80 millions de kg avant la guerre, 39 en 1862, 55 en 1863, 67 en 1864148.

L’activité industrielle de 1863 à 1865 - Bilan de la crise

  • 149 Ibid., 15 octobre 1863.
  • 150 Ibid., 10 janvier 1864. A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 8 janvier 1864 : « (...)
  • 151 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1864.
    A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. (...)

91Il est difficile de connaître avec précision quelles ont été les conséquences de ces fluctuations sur les entreprises et la condition des ouvriers. A la fin de 1863, si les affaires paraissent à peine rémunératrices, le travail a repris... ; au cours de l’été, les ouvriers « de bonne volonté » n’ont pas eu trop à souffrir149 ; dans les filatures, la journée passe de 9 h à 11 h 30 ; dans les tissages, à 12 h ; si l’indienne s’améliore peu, on ne compte plus que 1217 chômeurs dans l’arrondissement d’Yvetot (au lieu de 16 751 en janvier). A partir de juin 1863, on a pu réduire les travaux extraordinaires, mais certains ouvriers « habitués aux salaires trop élevés » des chantiers ont exprimé leur mécontentement ; la situation reste à peu près satisfaisante au cours de l’hiver et les chômages jugés exceptionnels150. En janvier 1864, le travail subit un sérieux fléchissement ; des fermetures sont signalées, le chômage total atteint un huitième des fileurs, un neuvième des tisserands, un sixième des indienneurs ; la journée varie entre 10 h et 10 h 30, l’excédent de main d’œuvre devant être absorbé par les travaux de la campagne, la construction des routes et des chemins de fer (gare du Nord) ou l’émigration ; pendant quelques semaines, on put se croire revenu à l’hiver 1862-1863151. La situation s’améliore à nouveau dès la fin du printemps et au cours de l’été la région de Rouen, à l’exclusion d’Elbeuf, occupe 24 000 ouvriers, au lieu de 23 000 en juin, surtout grâce aux progrès de la filature ; la durée du travail varie de 11 h à 11 h 30. La crise de septembre 1864 a été de courte durée ; quelques fabricants réduisent leur production, mais il ne se produit ni faillites ni fermetures d’usines ; « les ouvriers peuvent traverser l’hiver sans grandes souffrances... ; si les salaires n’atteignent pas le niveau souhaitable, tous les bras sont occupés ».

  • 152 Ibid. Préfet, 18 avril 1865.
  • 153 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.

92Quant à la dernière poussée du prix du coton, de mai à octobre 1865, elle n’a pas eu de conséquence sur le marché de l’emploi ; les besoins de la consommation étaient impérieux et les magasins à peu près vides152 Dans son rapport du 1er juillet 1865, le procureur général annonce avec soulagement que la crise cotonnière est terminée et que les filatures et les tissages ont retrouvé leur activité, depuis mai 1865. Ce sont les bras qui manquent153.

  • 154 Ibid., 11 janvier 1865 : « Ont bénéficié de cet encombrement les soldeurs qui achètent quand les ma (...)
  • 155 Ibid., 10 avril 1865 : « Les ouvriers cotonniers initiés depuis peu à la fabrication des draps et m (...)
  • 156 Ibid., 16 juillet 1865.

93Cependant, à la même époque, la manufacture elbeuvienne connaissait à son tour quelques difficultés. Encouragés par une prospérité ininterrompue depuis le début de la crise cotonnière, les industriels ont fabriqué en 1864 des tissus d’hiver en quantité bien supérieure aux besoins. Si en juillet 1864, la situation est encore très satisfaisante, à la fin de l’année, les stocks encombrent les magasins et des pertes sont enregistrées en fin de campagne154. Les fabricants incités à la prudence, réduisent d’un tiers la production de l’été 1865 qui s’écoule cependant assez lentement par suite de la prolongation de la saison rigoureuse, puis retardent la production de l’article d’hiver ; le chômage partiel apparaît, ce qui ne s’était pas vu depuis longtemps. Au début de 1865, les salaires baissent de 5 à 15 % ; les plus atteints sont les ouvriers les moins expérimentés, venus du pays de Caux155. Et ainsi va s’amorcer un retour à l’industrie du coton des ouvriers qui l’avaient abandonnée depuis trois ans, un déplacement de population d’Elbeuf vers la région de Rouen156.

  • 157 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton el des produits chimiques dans (...)
  • 158 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. La plupart du temps, l’auteur recopie purement et (...)

94Quel fut le bilan de la crise ? Quelles transformations les industries de la région ont-elles subies de 1861 à 1865 ? Il est impossible de le déterminer exactement ; pour l’industrie cotonnière nous ne disposons que des statistiques de Cordier au 31 décembre 1868, qui ne permettent pas de distinguer la part de la crise de 1861-1865 de celle des années qui ont suivi157 ; pour l’industrie lainière, les rapports en apparence précis de la chambre de commerce d’Elbeuf ne semblent pas avoir été établis avec beaucoup de sérieux158 ; nous pouvons donc dégager seulement quelques caractères généraux de l’évolution des principales branches de l’industrie.

  • 159 Ibid., 21 janvier 1865.
  • 160 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 janvier 1864.
    Exposé des travaux de la Chambre de Commerce d (...)
  • 161 DUCHEMIN (Pierre) - Histoire de Saint-Etienne-du-Rouvray - Rouen 1892. 2 vol. - t. II. p. 394.
    La So (...)

95Dans la filature de coton, ce sont les petits établissements non intégrés qui ont subi le plus durement toutes les phases de la crise ; certains ne peuvent reprendre leur activité et ferment définitivement159. Sur 46 filatures disparues de 1859 à 1869, 36 avaient moins de 5 000 broches ; les régions affectées sont évidemment le Cailly, l’Austreberthe et Oissel. Par contre, les grands établissements, grâce à leurs stocks, leurs capitaux et leur crédit, ont pu continuer leur activité et même, s’il était nécessaire, modifier leur outillage ; la modernisation de la filature esquissée avant 1860 semble s’être rapidement étendue au cours de la crise : « Les métiers renvideurs ont presque partout remplacé les anciennes mull-jennies »160. Bien plus, si quelques grands établissements ont été fondés, à l’époque de la signature du traité franco-anglais (Pouyer-Quertier à Petit-Quevilly en 1859, Fauquet à Oissel en 1861, Rousselin à Darnétal en 1859), c’est au début de 1865 seulement qu’apparaît sur l’initiative de l’industriel belge Emile Scheppers la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray, société à responsabilité limitée qui, avec plus de 90 000 broches et de 500 métiers, va devenir la première entreprise de la Seine-Inférieure161.

96Le tissage mécanique est sorti renforcé de la crise, aux dépens du tissage à la main ; ce dernier paraissait condamné dès 1860 et, au cours de l’hiver 1862-1863, la plupart des métiers s’étaient arrêtés : mais la rouennerie reprit en 1863, sans cependant retrouver son niveau antérieur.

  • 162 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 19.
  • 163 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. 1866-1870.
  • 164 Les chiffres de l’Annuaire de Rouen ne concordent pas avec ceux de Cordier, qui, utilisant les docu (...)
  • 165 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Rapport de Louis Fromage, 8 juillet 1865. L’établi (...)

97Selon Cordier, il existait 29 398 métiers en 1859 et seulement 22 670 en 1869162 ; la diminution semble s’être surtout produite avant 1865 : les rapports du préfet dénombrent 22 800 ouvriers dans l’arrondissement d’Yvetot en 1861 (il s’agit évidemment des chefs de famille), 11 250 en janvier 1863, 16 100 en janvier 1864, chiffre qui ne se modifie pratiquement plus jusqu’en 1870163. Les tissages mécaniques ont augmenté en nombre et en puissance ; l’Annuaire de Rouen en signale 13 en 1860 et 20 en 1865 dans la seule ville de Rouen164 ; les plus importants n’ont jamais interrompu le travail : Louis Fromage, industriel à Darnétal, déclare par exemple que tous ses ouvriers ont été occupés pendant la crise, trois cents à l’intérieur de l’établissement, autant à l’extérieur165.

  • 166 Ibid. D’après les renseignements trimestriels communiqués par la Chambre de commerce d’Elbeuf, le n (...)

L’Industrie de la laine dans la région d’Elbeuf (1861-1865)166

L’Industrie de la laine dans la région d’Elbeuf (1861-1865)166
  • 167 A. N., F 12 2370-2374, Le tisserand Dufay dans un mémoire adressé au préfet de la Seine-Inférieure (...)
  • 168 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 avril 1862.
  • 169 Ibid., 12 octobre 1862. Le procureur signale la création de l’établissement Legris (31 métiers à ti (...)
  • 170 Ibid., 10 avril 1864.
  • 171 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, travail des enfants dans les manufactures. Tableau no 2, mouv (...)

98La prospérité de l’industrie de la laine n’a pas entraîné, sauf exception, la naissance de nouveaux établissements, mais seulement le développement de l’activité de ceux qui existaient et une certaine modernisation. La menace de la concurrence belge ou allemande avait semblé rendre nécessaire une transformation rapide des conditions de production, la mécanisation et la concentration des opérations du tissage ; dans les apprêts en particulier la multiplicité des travaux et le nombre de mains par lesquelles passait le travail entraînaient des frais supplémentaires que l’on estimait à 10 % environ167. En janvier 1862, on remarque des expériences pour la mécanisation des apprêts168 ; les nouveaux métiers à tisser, objet de curiosité avant 1860, commencent à se répandre169 : anglais, saxons ou français (les métiers Mercier, de Louviers, qui sont considérés comme les plus efficaces mais coûtent de 900 à 1 000 francs). La prospérité paraît cependant avoir plutôt ralenti la transformation de la manufacture elbeuvienne : au début de 1874, 222 métiers mécaniques seulement sont en fonctionnement170 ; les fabricants elbeuviens ayant préféré renforcer l’effectif des tisserands à main dont 8 000 métiers travaillent en 1 865171.

  • 172 DUCHEMIN (Paul) - Petit-Quevilly, et le prieuré de Saint-Julien - Pont-Audemer. 1890, 301 p.

99Si les autres industries ont plus ou moins souffert de la crise cotonnière, elles ne semblent pas avoir connu de sensibles modifications de structures ; la fonderie et la construction de machines retrouvent leur activité en 1864 ; l’industrie chimique, malgré l’abaissement des droits sur les houilles et les matières premières, doit lutter contre la concurrence anglaise : en 1862, Malétra qui vient de mettre au point un four de combustion pour les pyrites fines, absorbe l’usine Maze de Lescure et crée un nouvel établissement à Saint-Denis172.

100Seules donc, les transformations de l’industrie cotonnière ont eu des incidences durables sur la condition des industries. D’abord, l’importance relative de la filature et du tissage mécanique du coton a changé. Dès la fin de 1864, le nombre des tisseurs employés dans l’arrondissement de Rouen a rejoint celui de 1861 et il ne va pas tarder à le dépasser ; par contre, la diminution est très sensible dans la filature : elle a entraîné le « déclassement » des ouvriers vers d’autres professions et l’émigration.

  • 173 A. N., BB 30 387. Procureur général. 1er avril 1862, 11 octobre 1864.

Nombre d’ouvriers de l’arrondissement de Rouen (à l’exception de la région d’Elbeuf)173

Nombre d’ouvriers de l’arrondissement de Rouen (à l’exception de la région d’Elbeuf)173
  • 174 Le Houlme, de 2 053 à 1 707, Malaunay de 1 915 à 1 590 ; Maromme, 3 109 à 2 829. Seule progresse la (...)
  • 175 Le canton de Maromme dans son ensemble passe de 24 166 en 1861, maximum jusqu’alors enregistré, à 2 (...)

101Le recensement de 1866, fait apparaître un recul significatif de la population dans la plupart des localités industrielles de la vallée du Cailly, les plus touchées par la crise : Le Houlme, Malaunay, Maromme, Monville, Notre-Dame-de-Bondeville, alors que les communes du canton de Grand-Couronne continuent leur progression (Sotteville passe de 8 990 à 9 976 habitants de 1861 à 1866, Saint-Etienne-du-Rouvray de 1 633 à 2 197174 ; la plupart des communes du canton de Maromme ne retrouveront leur chiffre de population de 1861 qu’en 1881 ou 1886175.

102Les salaires horaires ou bimensuels ont subi de 1861 à 1865 des fluctuations variables selon les secteurs industriels et les types d’entreprises. Quel était leur niveau en 1865 ? A défaut de séries de salaires des usines de l’arrondissement ou seulement d’enquêtes générales, nous devons nous contenter des estimations communiquées par le procureur de Rouen, en ignorant d’ailleurs comment elles ont été établies ; elles font état de baisses du salaire journalier de 10 à 15 % dans la filature et de 15 à 30 % dans le tissage, dues à la diminution des tarifs à la tâche et à l’utilisation des cotons de l’Inde.

  • 176 A. N., BB 30 387. Procureur général, 14 octobre 1865.

Comparaison des salaires journaliers des ouvriers du textile (en francs)176

Comparaison des salaires journaliers des ouvriers du textile (en francs)176
  • 177 A. D. S-M., J, Fonds Lemaistre.
    HURPIN (Gérard) - Les ouvriers de la filature Lemaistre de Lillebonn (...)

103Bien que la filature Lemaistre soit située à Bolbec (arrondissement du Havre) il est intéressant de relever les renseignements que nous fournissent ses livres de compte sur la condition du personnel. Notons au cours de la crise une diminution des effectifs de cardeurs et de fileurs (non compris les rattacheurs) 83 ouvriers en 1860, 60 seulement en 1866 pour une masse de coton filé sensiblement égale de 7 000 à 8 000 kg par quinzaine ; les fluctuations du salaire par quinzaine qui tient compte de la durée réelle du travail font apparaître des creux au début de 1862, pendant l’hiver 1862-1863 et au début de 1864. Il s’agit d’une affaire moyenne - 9 000 broches - que l’on ne peut comparer aux grandes entreprises de la région, mais qui cependant a disposé de stocks, le bilan qu’elle nous présente correspond à peu près aux indications fournies par les rapports officiels177.

La loi de 1864 sur les coalitions et les grèves de 1865

104En 1865, l’accroissement des besoins de main-d’œuvre au moment de la reprise des affaires permit aux ouvriers de retrouver et même de dépasser le niveau des salaires de 1860. Ce mouvement de grève très bref, mais dont la généralisation contrasta avec le caractère sporadique des conflits depuis 1852, fut grandement facilité par l’application de la loi de 1864 sur les coalitions.

  • 178 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.
    A. D. S-M., M, Grèves 1864. Préfet. 11 mars 18 (...)
  • 179 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1857-1867. Cc police, 23 août 1864. Les ouvriers adressèrent une pétiti (...)

105En 1864 encore, deux grèves seulement s’étaient produites, provoquées par des changements de règlements d’atelier. En mars, le nouveau directeur de l’établissement Lemarchand décide de payer la quinzaine le mardi au lieu du samedi pour empêcher les ouvriers de déserter l’usine le lundi comme ils avaient coutume de le faire ; sur 400 tisseurs, 340 se retirent. Le commissaire central de Rouen intervient selon la coutume et les persuade de rentrer le lendemain178. En août, un incident analogue se produit chez Rénaux, constructeur-mécanicien, 32 rue Martainville à Rouen ; celui-ci décide d’infliger une amende de 0,50 F à tout ouvrier qui sera absent le lundi sans excuse légitime, « cela dans un but moral, pour protéger les ouvriers faibles qui ont un penchant à la boisson et qui dépensent le lundi leur salaire au cabaret ». Les 150 ouvriers cessent le travail, le 23 août, protestant contre des mesures contraires aux dispositions figurant sur les livrets et appliqués depuis un temps immémorial ; l’intervention du commissaire apaise cette fois encore le conflit179.

  • 180 Sur les grèves de 1852 à 1865 : A. D. S-M., M. Corr. Leroy, 1857-1867. A. N. F 12 4651 ; A. N., F 1 (...)
  • 181 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.
    Le chiffre fourni par le procureur général de (...)
  • 182 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, Cc police, 26 juin 1865, « 25 jeunes garçons rattacheurs à la filature (...)
  • 183 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.
  • 184 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 8 juillet 1865.

106Les grèves de juin et de juillet 1865180 ont toutes pour origine des revendications de salaires ; elles se déclenchent juste au moment où se termine la crise cotonnière et s’étendent à plusieurs villes et à plusieurs corps de métiers. Certains manufacturiers ont devancé le mouvement : Lemarchand, Camentron, Aubé... ont accordé aux tisserands une augmentation d’un demi-centime par mètre, soit environ 25 à 30 centimes par jour. Les grèves éclatent chez les patrons récalcitrants : le 19 juin par exemple, les ouvriers de l’établissement de Loys interrompent brusquement le travail et se retirent dans le plus grand calme ; une dizaine de tissages occupant 2 500 ouvriers181, s’arrêtèrent parfois quelques heures, généralement un ou deux jours, exceptionnellement cinq jours chez Harel ; le mouvement gagna même les rattacheurs chez Crépet et Pouyer-Quertier182. Partout, dans le cas des tisseurs du moins, les patrons ont cédé. « Il faut reconnaître, admet le procureur général, que dans ce conflit d’intérêts, les ouvriers avaient pour eux l’équité et le bon droit ; tout aussi éprouvés que leurs patrons, ils demandaient dans le bénéfice de la reprise des affaires une part qui n’avait rien d’exagéré ; les prix sont aujourd’hui les mêmes qu’avant la crise ; la hausse des salaires est un fait général et définitivement acquis »183. Lucien Fromage, tisseur à Darnétal, estimait même que très prochainement ses ouvriers gagneraient 20 % de plus sans accroissement du prix de revient, simplement grâce à l’utilisation de meilleures matières premières184.

Grèves en Seine-Inférieure (1852-1864)

Grèves en Seine-Inférieure (1852-1864)

Grèves de Juin et Juillet 1865

Etablissements

Date

Nombre d’ouvriers en grève

Revendications

Résultat

Marais, filature de coton, Rouen

17/6

 ?

0,5 c/mètre

accordé

De toys, tissage de coton, Rouen

19-29/6

110

0,5 c/mètre

accordé

Lefèbvre-Séré, filature de coton, Rouen

23/6

118

1 F/jour

0,5 F/jour

Harel, tissage de coton, Rouen

20-25/6

110

0,5 c/mètre

accordé

Berthet. tissage de coton, Rouen

23-27/6

90

0,5 c/mètre

0,25

c/mètre

Rouzée, tissage de coton, Darnétal

23/6

65

0,5 c/mètre

0,25

c/mètre

Crépet, filature de coton, Rouen

23/6

6

 ?

échec

Dougnac, filature de coton, Rouen

23-25/6

13

0,25 F/jour

"

Pouyer-Quertier, filature de coton, Petit-Quevilly

26-27/6

25

0,25 F/jour

"

Flavigny, teinturier, Elbeuf

22/6

4

 ?

 ?

Boucher, charbons, Elbeuf

21-22/6

14

 ?

 ?

Boudier, constructions mécaniques, Rouen

24/6

56

11 h

échec

Dumont, filature de laine, Darnétal

24-25/7

30

0,75 F/jour

"

Riberprey, filature de laine, Darnétal

24-25/7

25

0,75 F/jour

"

  • 185 Ibid. Préfet, 14 juillet 1865.

107En dehors de l’industrie cotonnière, quelques établissements furent également touchés : à Rouen, les mécaniciens de Boudier réclamèrent en vain la réduction de la journée du travail à 11 heures (au lieu de 12) ; à Elbeuf, les fabricants de tissus coupèrent court à des velléités de grève en accordant une légère augmentation de salaire185 ; mais, les ouvriers du port de Rouen, non spécialisés, durent reprendre le travail aux anciennes conditions. Le 27 juin, les grèves étaient à peu près terminées, à l’exception de deux tentatives d’ailleurs vaines, des fileurs de Darnétal (24-25 juillet 1865).

  • 186 A. D. S-M., M, Grèves 1865.
    Marais, tisseur à Rouen, avait, à la suite d’une première grève, accordé (...)
  • 187 Pour pallier le manque de bras. Marais demande la suppression du recours abusif aux bureaux de bien (...)

108Malgré l’appel de certains patrons, les autorités n’étaient pas intervenues dans les conflits. Le 18 juin 1865, Marais186 se plaint au préfet de ses ouvriers, qui se mettent en grève à chaque instant : « Ils emploient et exercent toutes manœuvres condamnables par la loi, mais qui ne sont pas saisissables par nous et qu’il serait facile d’éviter si l’autorité voulait envoyer le plus petit agent pour s’en enquérir quand les ouvriers, en masse, cessent leur travail sans avoir au préalable discuté ; sans aucune espèce de préliminaires, ils arrêtent toutes les machines d’un atelier, sans se préoccuper du dégât matériel qu’ils peuvent occasionner... Cette position n’est plus tenable et elle paraît devoir durer tant que l’autorité dira que cela ne la regarde pas et qu’il y aura manque de bras »187.

  • 188 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.

109La passivité de l’administration s’explique par les instructions du ministre de l’Intérieur au préfet sur l’attitude à garder devant les grèves : « En présence du droit nouveau créé par la loi du 25 mai 1864, la latitude la plus grande doit être laissée aux patrons comme aux ouvriers pour la défense de leurs intérêts et l’administration ne doit intervenir que pour maintenir l’ordre, s’il était troublé, et protéger ceux qui seraient l’objet de menaces ou de violences. L’immixtion de l’autorité présente en effet le danger de provoquer une fausse interprétation des démarches qui seraient faites en laissant supposer que le gouvernement prend parti soit pour les patrons, soit pour les ouvriers, elle n’a le plus souvent comme résultat que de mécontenter les uns et les autres ». Le ministre demandait seulement au préfet d’assurer la liberté du travail et de s’attacher à rechercher discrètement mais avec soin si les ouvriers en grève pour une augmentation de salaire ou une diminution des heures de travail « étaient uniquement préoccupés de leur intérêt matériel et ne cédaient pas à des suggestions inspirées par une politique hostile »188. Or les ouvriers, selon le procureur général, avaient débattu de leurs revendications avec toute la modération désirable : « pas de tumulte, pas de paroles irritées, pas même de réunions pour se concerter. Ils se sont entendus à l’entrée et à la sortie des usines sans même que les patrons en fussent avertis ; quelques indications peuvent faire penser que les conseils des hommes d’action des partis démagogiques n’ont pas été étrangers à ce mouvement, toutefois aucun sentiment politique, aucune animosité de classe ne s’est mêlée aux débats qui ne sont jamais sortis de la question des salaires ».

  • 189 D’après les usages locaux, les ouvriers cotonniers étaient considérés comme travaillant à la quinza (...)
  • 190 Arrêté du préfet de la Seine-Inférieure (6 juillet 1832), art. 10 : « S’il n’existe pas de conventi (...)
  • 191 Dans un souci d’apaisement, Harel renonça à la mise à exécution de la décision des prud’hommes.

110Les manufacturiers n’étaient pourtant pas désarmés devant une brusque cessation du travail189. La loi de 1864 n’avait aboli ni les usages locaux ni les textes concernant les contrats de louage190. Le filateur Harel, par exemple, fit comparaître devant le conseil des prud’hommes six ouvriers qui n’avaient pas effectué leur quinzaine de congé ; le conseil décida que non seulement ils devraient s’en acquitter mais qu’ils verseraient une indemnité de 5 F191. C’était un exemple qui pouvait suffire le plus souvent à « calmer les entraînements irréfléchis » et donner le temps aux patrons de recruter un nouveau personnel.

  • 192 A. N., F 12 4476 D. Chambre de commerce de Rouen, 29 juin 1865.
  • 193 A. N., BB 30 387. Procureur général, 14 octobre 1865.

111Les industriels cependant accablèrent d’aussi violentes critiques la loi sur les coalitions que le traité avec l’Angleterre quatre ans auparavant : « A son apparition, affirmait la chambre de commerce de Rouen, elle a donné un ébranlement général aux conditions centenaires qui réglaient les rapports des travailleurs ; des prétentions exagérées ou justifiées se manifestent de tous côtés »192. Le procureur général au contraire estimait que l’irritation des manufacturiers était déplacée et que la première épreuve de la nouvelle législation était satisfaisante, mais qu’il faudrait un certain temps aux chefs d’établissements industriels pour admettre « l’existence de la part des ouvriers d’un pouvoir dont ils avaient joui seuls pendant de longues années »193.

Les élections municipales de 1865

  • 194 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1865.
  • 195 Ibid., 16 juillet 1865.

112En juillet 1865, le renouvellement des municipalités marqua une nouvelle étape du développement des comités politiques. Les préoccupations électorales apparaissent dès octobre 1864 : « On parle de nouveaux groupes prêts à se former ; tout cela n’existait pas il y a trois ou quatre ans » ; les démocrates ne sont plus seuls à se concerter : la lutte pour des réformes libérales peut rassembler des opposants d’origines fort diverses : « Depuis les élections de 1863, les tendances du public se sont gravement modifiées... on voit renaître jusque dans les milieux conservateurs ces aspirations vers un libéralisme indéterminé, cet engouement pour toute nouveauté, ce penchant involontaire pour toute opposition auxquels a cédé tant de fois la bourgeoisie française et qui, tant de fois, l’ont entraînée si loin. La classe moyenne semble se tenir indécise entre les souvenirs encore vivants de son passé et la tentation de nouvelles et redoutables expériences politiques »194. Les attaques portent essentiellement contre l’autorité de l’administration et la candidature officielle : « On repousse généralement la faculté laissée au gouvernement de choisir les maires en dehors des conseils municipaux ; on se plaint des candidatures officielles, comme si elles n’avaient pas existé sous tous les régimes ; on veut en politique, comme en administration, faire une place de plus en plus restreinte aux agents du gouvernement. Pour les classes moyennes, 1848 n’est plus qu’un souvenir effacé... »195.

  • 196 A. D. S-M., M, Elections municipales, Rouen. A Rouen, une seule liste s’était présentée en 1855 et (...)
  • 197 A. N., BB 30 387. Procureur général. 16 juillet 1865. Il y avait d’autres listes, non imprimées ; c (...)
  • 198 Il existe deux listes d’opposition incomplètes, de 25 et de 21 candidats ; cette dernière élimine l (...)
  • 199 Journal de Rouen. 11 juillet 1865 (article de Beuzeville). Les listes d’opposition comprenaient sur (...)
  • 200 A. D. S-M., M. Elections municipales de 1865. Préfet, 18 juillet 1865 : « Comme toujours, on peut c (...)

113Le scrutin des 22 et 23 juillet 1865 prit un caractère politique absent des élections communales depuis le début du second Empire196. Le changement est particulièrement remarquable à Rouen où sept groupes ou comités distribuèrent des bulletins imprimés. Les conseillers de la municipalité Verdrel, qui avait parfois été critiquée pour son programme de grands travaux jugé dispendieux. se retrouvent sur trois listes qui ne présentent que quelques variantes197. Une réunion d’électeurs qui « entendaient faire triompher le principe de la liberté électorale en même temps qu’ils voulaient une représentation complète de la ville » constitua une liste d’opposition198 ; elle comprenait quelques membres de la municipalité sortante, des anciens de la démocratie sociale (Cord’homme, Leplieux, Berthelot...) aux côtés de républicains modérés (Desseaux) ou d’orléanistes (Germonière). Pour bien marquer son opposition à la candidature officielle, le comité avait écarté « tous les membres de l’administration qui par leurs fonctions avaient été associés à une direction politique qu’il désapprouvait » ; par contre, il avait fait une place, d’ailleurs très modeste, aux candidatures ouvrières : « Ici nous n’avons à faire aucune réserve, car il est aussi sage qu’équitable que tous les rangs de la population aient leurs représentants dans le conseil de la commune. Il faut que tous les membres de la famille rouennaise aient leur place marquée au foyer de la cité »199. Les démocrates avaient décidé de s’effacer devant les libéraux, républicains ou non : « Dans les villes de Rouen, d’Elbeuf et au Havre, le parti le plus avancé n’ose prétendre exclusivement à la direction du mouvement ; une semblable prétention amènerait probablement les hommes d’ordre à réunir leurs efforts contre lui. Il se borne par une tactique habile, dans la coalition avec les ennemis du gouvernement et les mécontents incorrigibles de toutes les classes, à faire passer un certain nombre des siens »200. Mais, comment les opposants, en particulier dans les milieux des artisans et des ouvriers, allaient-ils accueillir des alliances aussi surprenantes ?

  • 201 La signification politique du scrutin est moins nette que pour les élections au Corps législatif. L (...)
  • 202 A. D. S-M., M. Elections municipales de 1865. Statistique des résultats dressée par le préfet :
  • 203 A. D. S-M., M, Elections municipales. En 1855, l’opposition l’avait emporté à Elbeuf. Sotteville. O (...)

114A Rouen, les résultats furent très favorables à la municipalité sortante : sur 12 509 votants, 4 841 à 8 935 voix et 33 sièges contre 3 373 à 5 705 voix (Desseaux) aux candidats communs à toutes les listes d’opposition ; mais au second tour, les 29 et 30 juillet, deux libéraux l’emportèrent, grâce au soutien des démocrates201. Dans la banlieue, l’opposition s’infiltrait dans quelques conseils municipaux, à Darnétal, Elbeuf, Grand-Couronne, Petit-Quevilly ; elle obtenait la majorité absolue à Sotteville, Caudebec-lès-Elbeuf, St-Pierre-lès-Elbeuf, La Londe ; la presque totalité des sièges à Maromme202. Même si Elbeuf et Rouen n’avaient pas répondu à l’appel de l’opposition, celle-ci enregistrait cependant des progrès par rapport aux élections municipales précédentes203.

  • 204 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 janvier 1866.
  • 205 Ibid., 16 juillet 1865.
  • 206 A. N., BB 30 380. Procureur général, 14 octobre 1865. Le procureur général attribue un rôle essenti (...)

115La renaissance de la vie politique à l’occasion des élections de 1863, 1864 et 1865, la reprise de l’action ouvrière en 1865, ne représentaient aucune menace pour l’ordre, dans l’immédiat. Au cours des débats électoraux, jamais la question du régime n’avait été évoquée ; cependant, le procureur général ne dissimulait pas ses inquiétudes pour l’avenir ; « Chaque jour, on s’écarte davantage de cet ensemble d’idées et de sentiments qui, sous le nom de principe d’autorité, ont été la doctrine dominante des premiers temps de l’Empire. Ce n’est pas, comme il y a vingt ans, vers le socialisme que porte le courant, c’est vers les doctrines anglaises et américaines, la liberté sans limite de l’individu, l’affaiblissement de tout pouvoir... Les anciens partis ne font pas de recrues, l’opposition nouvelle affecte plutôt de se désintéresser des questions de dynastie et de forme politique. Elle a trouvé dans la revendication exclusive des pratiques libérales un terrain commun, habilement choisi sur lequel tous les mécontents peuvent s’unir sans rien abdiquer de leur passé, sans rien engager de l’avenir... »204. Mais la campagne contre l’autoritarisme du gouvernement et de l’administration permettait à la gauche de regagner du terrain : « elle reprend peu à peu sa popularité traditionnelle et on semble oublier ses arrière-pensées républicaines »205 ; les plus vulnérables étaient les jeunes électeurs « qui n’avaient pas connu le désordre moral produit par la Révolution de 1848 »206.

  • 207 A. N., BB 30 387. Procureur général. 15 juillet 1865.

116Les grèves s’étaient terminées sans le moindre incident ; mais l’apaisement social serait-il durable ? « Les prétentions qui se produiront dans l’avenir seront-elles aussi justifiées que celles auxquelles on vient de faire droit ; les exigences déraisonnables ne succéderont-elles pas aux demandes légitimes ? Après les coalitions favorisées par l’état du marché, appuyées par la hausse, étouffées dès le début par l’acquiescement des patrons, n’aurons-nous pas la lutte contre la nature des choses, la résistance forcée des chefs d’industrie, les conflits inclinant vers la violence ? »207.

Notes

1 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 5 janvier 1860. La situation physique de la classe ouvrière dans la vallée du Cailly est sans précédent ; le bien-être est partout, aussi les fournisseurs sont-ils parfaitement heureux, les cafetiers et les débitants n’ont jamais eu une année aussi fructueuse... ».

2 Le Moniteur universel. 15 janvier 1860.

3 Le Moniteur universel. 11 février 1860.

4 Rapport à l’Empereur du 18 février 1860 - Le Moniteur universel du 19 février.

5 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 21 janvier 1860.

6 Ibid., 26 janvier 1860 : « Par le choix des expressions et les mesures qu’elle renfermerait, cette adresse serait un modèle d’extravagance et de grossières prétentions... ». Voir aussi 31 janvier 1860 : « Le haut négoce et les détaillants semblent manifester leur désaccord ».

7 Ibid., 21 janvier 1860 : « C’est parmi les filateurs à bras que se trouve cet excès de langage ; sans cesse au milieu d’un personnel ouvrier que la débauche et les mauvaises passions ont réduit à leurs ateliers, ils excitent par leur imprudence, ces hommes à colporter les impressions défavorables qu’ils ressentent de l’état à venir... ».

8 Ibid., 23 janvier 1860, témoignage de Gratigny. Les démagogues assuraient que les ultramontains et les légitimistes colportaient des rumeurs alarmantes pour susciter une agitation chez les ouvriers.
Voir aussi 26 janvier 1860, 11 février 1860 : « Les réformes économiques et l’humiliation des manufacturiers est à leurs yeux une œuvre digne de vaillant républicain... ».

9 A. N., BB.30 387. Procureur général. 12 avril 1860 : Les petits ateliers d’une vingtaine d’ouvriers, les filatures à bras ne fabriquent que les plus gros numéros délaissés par les autres usines ; on y est, selon le procureur, à l’abri de la concurrence étrangère.
A. N., F I C III, Seine-Inférieure 17. Préfet. 24 mars 1860 : « L’application du nouveau régime économique amènera certainement la chute de quelques établissements secondaires, mais ceux qui disposent de grandes ressources ou auxquels viendra en aide l’association de capitaux arriveront à dominer avantageusement la situation.
Bien plus, des transformations ou créations de grands établissements sont en projet, Fauquet à Oissel, Pouyer-Quertier à Petit-Quevilly... ».

10 Conseil supérieur de l’agriculture, du commerce et de l’industrie. Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre. Tome I, industrie textile, coton. Tome II, industrie textile, laine - Paris 1870.

11 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1860 : Trois fabriques d’indiennes sur 16 connaissent le chômage partiel dans la vallée du Cailly. Voir aussi Philippon, 22 mars 1860.

12 A. N., F I C III, Seine-Inférieure 17. Préfet, 24 mai 1860 : Pétition des fabricants de coton. Malgré l’entrée en franchise du coton, les filés au lieu de baisser de 25 c le kilo ont augmenté ; les fabricants accusent de gros filateurs et tisseurs de coalition pour maintenir les cours. Ils demandent que les filés entrent sinon en franchise, du moins avec un droit de 5 %.
A. N., BB 30 387. Procureur général, 15 juillet 1860. Les filateurs prétendent que l’entrée en franchise des matières premières n’apporte qu’un bénéfice infime... Des contradicteurs prétextent qu’ils font tourner à leur profit un bénéfice qui devrait appartenir à tous ».

13 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 5 juillet 1860 : « Les patrons restent sourds à toute représentation ; ils invoquent l’incertitude où se trouve l’industrie vis-à-vis de la levée totale des prohibitions, la transition qui doit s’opérer leur étant inconnue ».

14 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 15 avril 1861. A. N., BB 30 387. Procureur général, 15 juillet 1860.

15 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 12 mai 1860 : « La diminution qu’ont subie ceux qui travaillent aux produits textiles les a trouvés presque indifférents parce qu’ils s’y attendaient... Ils pensent que la politique de l’empereur réussira et que les mauvais moments à passer ne peuvent être de longue durée ».
D’ailleurs des chômeurs avaient pu trouver dans les campagnes un travail mieux rétribué comme faucheurs (5 à 7 francs par jour), journaliers (100 à 120 francs par mois) (Philippon, 8 juillet 1860).

16 Ibid., 17 novembre 1860. Les teinturiers se plaignaient du manque de sécurité de l’emploi, du non-respect de la mise en quinzaine par les patrons.

17 F I C III, Seine-Inférieure 17. Préfet, 18 janvier 1860.
A. D. S-M., M, Grèves, coalitions 1860. C.c. police. 4 janvier 1860 ; préfet 10 et 12 janvier 1860. Les patrons accusaient leurs ouvriers d’abandonner souvent les ateliers le lundi et le mardi consacrés aux libations - d’où le retard dans la livraison des commandes ; les teinturiers en rouge auraient refusé d’autre part de former des apprentis afin d’être peu nombreux et de pouvoir se montrer plus exigeants pour les salaires.

18 A. D. S-M., M.Corr. Leroy. Philippon, l0 janvier 1861. 8 avril 1861 : En avril les teinturiers réclament la journée de 10 heures, comme cela se pratiquait dans quelques grands établissements.

19 A. N., F 12 4651. Préfet. 18 février 1861.

20 A. D. S-M., M, Grèves et coalitions. 1861. C.c. police, 27 mars 1861 ; préfet, 28 mars. 29 mars, 5 avril. Dans les fabriques d’indiennes, les hommes de peine gagnaient alors 2 F à 2.25 F par jour ; l’augmentation de 0,20 F ou la diminution d’une heure étaient équivalentes (les ouvriers travaillaient 10 heures en hiver et 11 heures en été) ; c’est à la reprise du travail d’été que les indienneurs ont présenté leurs revendications principalement chez Chancé (Déville). Raupp (Le Houlme), Rhem (Maromme). Barbet a prétendu avoir été trompé par ses ouvriers qui affirmaient que les autres manufacturiers avaient accordé la réduction d’une heure. Finalement, chez Barbet, comme ailleurs, seuls les meilleurs ouvriers obtinrent une augmentation.

21 Le préfet affirme que « le mouvement ne paraît pas isolé... des tentatives de grève ont eu lieu à la même époque dans d’autres départements ». En fait, la coalition semble limitée aux hommes de peine du Cailly, aucune grève n’est signalée chez les indienneurs de la région de Darnétal.

22 A. M. Rouen. Procès-verbaux des délibérations du Conseil municipal.

23 Coût des travaux : 22 200 840 F
Subventions de l’Etat : 5 000 000 F
Terrains, matériaux : 5 950 840 F
Contribution de la ville : 11 250 000 F.

24 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 25 août 1860.

25 Projet du 9 décembre 1859, article 5. Journal de Rouen, 6 et 7 juin 1864.

26 Aucun chiffre n’est malheureusement fourni sur le nombre d’ouvriers employés dans les travaux de déblaiement ou de reconstruction.

27 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 17 juillet 1860 : « Les ouvriers du bâtiment augmentent leurs prétentions. Ils réclament 4 F, 4,50 F et 5 F. prétention justifiée par l’abondance des travaux et la ténacité des propriétaires qui élèvent déjà leurs locations en vue des grands travaux qui vont forcer une multitude de commerçants et de familles à chercher des logements »
Voir aussi. 18 février 1861.
A. N., F 1 C III. Seine-Inférieure 9. Préfet, mars 1859.

28 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865. Préfet. 15 avril 1861 : « Conditions satisfaisantes d’activité, aucune influence nuisible jusqu’à présent du nouveau régime sur le développement du travail industriel ».
(Voir aussi, Philippon. 5 et 24 décembre 1860).
Seules l’industrie chimique et les constructions mécaniques devaient réduire leur activité.
La Chambre de commerce (30 mars 1861) reconnaît que la situation est satisfaisante, sauf pour l’impression des cravates et les rouenneries de qualité inférieure.

29 A. N., BB 30 387. Procureur général. 2e trimestre 1861 : « Les prétentions des détenteurs des stocks augmentent chaque jour et l’on cite plus d’une maison qui refuse en ce moment de réaliser des bénéfices de 500 000 à 600 000 F. Les importations de coton qui arrivaient pour 95 % par Le Havre étaient passées de 80 000 t (1858-1859) à 123 000 (1860). D’où la diversité des appréciations du procureur général sur les besoins. 400 000 balles ou 600 000, balles (de 199 kg pour le coton américain).
FOHLEN (Claude) - L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 257 et suiv.

30 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 20 août. 27 août 1861.
A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 octobre 1861. 9 janvier, 12 avril 1862.

31 Ibid., 12 octobre 1861 : « La situation est plus grave pour les tisserands à la main que pour les tisseurs à la mécanique qui ont deux débouchés presque forcés : l’exportation en Algérie et les fabricants d’indiennes. La hausse des matières premières ne laisse que des bénéfices fort modiques aux filateurs les mieux outillés ».

32 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 19 décembre 1861.

33 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 13 avril 1862 : « Il n’y a point encore de ces chômages complets qui laissent sans occupation la plus grande partie de la population ouvrière. Ainsi l’arrondissement d’Yvetol où se trouve le nombre le plus considérable des familles atteintes par la crise ne compte que le dixième de ses ouvriers absolument sans travail ».

34 Ibid. Chambre de commerce de Rouen, 30 septembre 1861 : « Plusieurs filateurs ont pris la résolution de suspendre complètement leurs travaux plutôt que de s’exposer à se trouver détenteurs d’une matière arrivée à un prix tellement anormal qu’ils seraient condamnés à une ruine complète le jour où cette marchandise reviendrait à son cours régulier ». Le cours du coton en laine se tassa de décembre 1861 à avril 1862.

35 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 3 février. 10 février. 2 avril 1862.

36 Ibid., 11 février 1862.

37 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 avril 1862.

38 A. N., BB 30 387

39 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon. 10 mars 1862 : Le bruit courait à Rouen qu’une lettre compromettante de Pouyer-Quertier adressée à un correspondant anglais était parvenue aux mains de Napoléon III. Pouyer-Quertier aurait été frappé d’une attaque... et n’en était pas encore guéri.
Voir aussi. 21 mai 1862.

40 Le Moniteur universel. 19 mars 1862.

41 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 22 mars 1862.

42 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Lettre de Pouyer-Quertier au préfet (16 mars 1862) : « Au sujet du traité, le ministre (Rouher) nous a tous accusés, je ne sais pourquoi, d’égoïsme. Il s’est emporté contre mon amendement et contre le discours que je dois faire ; il ne comprend pas qu’on se plaigne car la crise américaine est tout et le traité n’est rien... Nous nous sommes quittés un peu froidement ».

43 Le Temps. 26 décembre 1862 ; Journal des débats. 9 janvier 1863. Revue des Deux-Mondes. t. XLIII. 1863. p. 229.

44 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 juillet 1862. Depuis le 1er janvier 47 000 balles seulement étaient arrivées au lieu de 523 000.

45 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 15 janvier 1863.

46 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863 : 21 105 métiers en chômage, réduction de salaire pour les autres tisserands : 0.55 F à 0.70 F brut, c’est-à-dire 0.45 F à 0.60 F net.

47 A. D. S-M., M. Crise cotonnière.

48 Aucun chiffre ne figure pour les cantons de Boos, Buchy et Elbeuf.

49 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863. Le coton de l’Inde à fibre courte exigeait une modification des métiers. L’établissement de Pouyer-Quertier le filait avec une perfection remarquable : « Pouyer-Quertier a vendu des filés en Angleterre, il aurait pu tout vendre si par prudence il n’en avait gardé une partie pour ses correspondants en France ».
A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 octobre 1862.

50 CORDIER (Alphonse) - La crise cotonnière dans la Seine-Inférieure. Ses causes, ses effets : Rapport au Comité central de bienfaisance - Rouen 1864, 172 p.
SION (Jules) - Les paysans de la Normandie Orientale - Paris 1909, 544 p. ; p. 306-307.
A. D. S-M., M. Commerce et industrie. Crise cotonnière 1860-1863.
On considérait que devaient être secourus non seulement les chômeurs complets, mais aussi les ouvriers qui ne travaillaient que deux jours par semaine ; il est bien certain, en tenant compte de la baisse des salaires, que ces derniers se trouvaient réduits à l’indigence.

51 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863. La chambre de commerce (3 novembre 1862) parlait de 100 000 personnes à secourir ; les chiffres concordent sensiblement.

52 Ces proportions correspondent aux estimations du procureur, 21 105 métiers en chômage sur 27 000. Chiffre différent dans un rapport du préfet. 11 250 ouvriers en janvier 1863 contre 22 800 en 1861 ; mais, ici, le chômage partiel n’est vraisemblablement pas retenu.

53 Journal de Rouen. 12, 16, 19 et 26 janvier 1863.

54 A. N., F I C III, Seine-Inférieure, 17. Fermeture de la filature Liégault à Monville (500 ouvriers).

55 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1863.

56 Conseil général de la Seine-Inférieure, août 1863. Voir FOHLEN (Claude), op. cit., p. 266.

57 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 janvier 1863. Pour 12 heures, le salaire de l’homme se trouve réduit de 3,20 F à 2.50 F ; celui de la femme de 1.70 F à 1 F.

58 A. N., Rouen. I L I. Budgets 1863-1869 ; sommes payées sur le budget primitif et les chapitres additionnels (bureau de bienfaisance) :
1861 : 55 000 F
1862 : 155 814 F
1863 : 211 311 F
1864 : 135 605 F
1865 104 794 F

59 ROUSSEL (Alexandre) - Mémoire sur l’industrie des tissus - Annuaire normand, t. 44. 1878. p. 388 et suiv.

60 CORDIER (Alphonse) - La crise cotonnière, op. cit., p. 16-18.

61 A. N., F I C III, Seine-Inférieure, 17. Lettre pastorale de l’archevêque de Rouen : « Faut-il donc s’étonner de voir, le jour et la nuit, nos campagnes sillonnées par des troupes d’infortunés qui vont demander de ferme en ferme du pain et un abri, de voir nos stations de chemin de fer assiégées par de pauvres enfants implorant la pitié du voyageur et de lire les ravages de la faim et du froid sur les visages hâves et amaigris des malheureux qui errent autour des villes... » (27 décembre 1862).

62 FORCADE (Eugène) - Chronique - Revue des Deux-Mondes, t. 43. 1863, p. 228-241. « 200 000 F en trois semaines à Paris, c’est à peu près la somme qu’à l’heure actuelle, la détresse du Lancashire produit en Angleterre chaque jour ; c’est un résultat dérisoire ». Selon Forcade, il faudrait trouver douze millions pour faire vivre les ouvriers du textile pendant trois mois en leur donnant un franc par jour.

63 ROUSSEL (Alexandre) - Op. cit., p. 416 : « Les fonctionnaires n’étaient pas non plus fâchés qu’on mît à leur disposition des fonds dont la distribution les rendait populaires... Maintenir la tranquillité, dans un pays qui était représenté comme si malheureux, était un titre à l’avancement ».

64 CORDIER (Alphonse) - La crise cotonnière, op. cit., p. 139-140.

65 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863. Dans l’arrondissement de Rouen, 2 754 ouvriers étaient employés aux travaux communaux ; 19 028 individus secourus (10 624 en temps normal).
A. D. S-M., 2 XP 76. Bureau de bienfaisance. 5 163 familles secourues en janvier 1863 (environ 2 600 en I860).
En avril 1848, plus de 16 000 ouvriers avaient été inscrits dans les ateliers nationaux.

66 CORDIER (Alphonse) - La crise cotonnière, op. cit., p. 90-92.
Profession des ouvriers : 119 fileurs, 19 tisserands, 8 indienneurs, 4 apprêteurs. 11 tisserands à la main ; 14 teinturiers. 33 mécaniciens et forgerons. 20 terrassiers. 83 journaliers.
Lieux de destination : La Grand’Combe, 131 ; Paris, 50 ; Bayonne, 35.

67 GIRARD (Louis) - La politique des travaux publics du Second Empire - Paris 1951, 419 p. ; p. 286 : « Le décret déclarant d’utilité publique la construction du chemin de fer d’Amiens par Darnétal a été accueillie avec enthousiasme » (Philippon, 16 avril 1862).

68 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 octobre 1861.

69 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. La chambre de commerce d’Elbeuf a manifesté en particulier la crainte d’un traité avec le Zollverein (12 avril 1862).

70 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 10 octobre 1861.

71 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1862.
A. N., F 12 2370-2374. Lettre de Dufay.
Dans sa réponse, le préfet reconnaît qu’il s’est produit une diminution des salaires de 10 à 20 % ; il l’attribue à la baisse des draps, mais il ne croit pas que les fabricants se soient concertés.

72 Voir aussi A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865. Préfet. 15 janvier 1863.

73 FOHLEN (Claude)-Op. cit., p. 329. Les laines importées passent de 3,70 F le kg (1862) à 3,40 F en 1864 et 1,90 F en 1869 ; elles entraînèrent la baisse des laines indigènes. A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 septembre 1863.

74 Déposition de Flavigny (Charles). Enquête de 1870, op. cit., t. III, p. 41

75 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 juillet 1862. « Elbeuf offre un heureux contraste avec Rouen. La baisse de la laine de 20 %a provoqué des achats considérables. L’exposition de Londres a dépassé les espérances » (Elle permit de montrer la supériorité des draps d’Elbeuf).

76 Ibid., 12 octobre 1862.

77 Ibid., 10 janvier 1863.

78 Ibid., 15 octobre 1863.

79 Ibid., 10 avril 1863.

80 Les recensements de 1861 (20 692) et 1866 (21 544) ne reflètent qu’incomplètement l’accroissement de la population ; car en 1866, une partie de ces ouvriers temporaires avaient déjà quitté Elbeuf.

81 Journal d’Elbeuf. 19 mars 1863. Délibération de la chambre de commerce, relative à la création d’une école de tissage à Rouen.
Le Nouvelliste de Rouen. 5 mars 1863.
A. D. S-M., M, Réforme agricole, industrielle et commerciale. Lettre de Vauquelin (Elbeuf). 13 février 1863.

82 Ibid. Lettre de la Société du Prince impérial. 25 février 1863.
Journal d’Elbeuf. 15 novembre 1863.

83 A. D. S-M., M, Réforme agricole... Sous-préfet d’Yvetot, 4 février 1863.
ROUSSEL (Alexandre), op. cit. - Annuaire normand. t. 44, 1878, p. 328-345 : 70 métiers installés.

84 A. D. S-M., M. Réforme agricole. Sous-préfet de Dieppe, 3 février 1863.

85 Ibid. Préfet, 26 septembre 1863.
Bazin, président du conseil des prud’hommes d’Elbeuf, 1er décembre 1863.
A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1864 : « A Cliponville, les frères Dugard ont loué un atelier dans lequel ils ont monté un métier qui fonctionne sous la conduite d’un professeur de tissage. Les ouvriers sans travail de cette commune et des communes voisines ont été appelés à faire leur apprentissage sur ce métier. Dès qu’un ouvrier a fait ses preuves - et il suffit presque de quelques heures d’un enseignement pratique - la maison Dugard lui fournit un métier et lui confie une chaîne.

86 Journal d’Elbeuf. 5 mai 1864.

87 A. D. S-M., M, Réforme agricole... Rapport de G. Lamy, chargé d’inspecter l’état de la reprise du travail.... 17 mai 1863 ; il estime que le salaire des tisserands en laine variait de 2.50 F à 2,75 F ; celui des ouvriers des chantiers de 1,50 à 2 F ; les tisserands de colon ne gagnaient alors que 6 à 10 F par semaine (rapport du 27 juin 1863).

88 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 avril 1864 : 3 000 métiers auraient été transformés. Philippon. 5 mars 1862.

89 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 juillet 1862.

90 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, août 1861, 17 juin, 19 juillet 1862. Les petits marchands dont le chiffre d’affaires était tombé au tiers, formaient le milieu le plus hostile au gouvernement.

91 A. N., BB 30 387. Procureur général. 10 janvier 1863.

92 Dr HELLIS (Eugène) - Correspondance avec Floquet - ms. cité. Lettre du 26 février 1862. Bien que légitimiste et clérical. Hellis écrit encore « Comme une main ferme tient les rênes de l’Etat et que chez nous le vent n’est point aux révolutions, on garde sa sécurité ; le peuple souffre et se tait ».
Voir aussi. 3 décembre 1862, 5 mars 1863.

93 Sur ces grèves, rapport de Philippon, 17 février 1862 (grève Harel). « Dans l’opinion des masses, c’est une connivence arrêtée entre les patrons et adoptée par tous, il deviendra difficile de revenir aux anciens prix ».
A. D. S-M., M, Sûreté générale, événements de 1850. Grève Burel (140 tisseurs).
A. N., F I C III. Seine-Inférieure, 17. Grève Delamare, 24 mars 1862.
A. D. S-M., M, Sûreté générale... C.c. police Rouen. 21 mars 1862 : grève Prével (53 ouvriers).

94 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 11 février. 25 février 1862.

95 Ibid., 8 décembre 1861. Philippon se fait l’écho des accusations portées contre la spéculation qui accumule les cotons en laine dans ses magasins et la Banque qui entrave tout en rendant presque impossible le mouvement des capitaux ».

96 Ibid., 17 février 1862.

97 Ibid., 5 mars 1862.
Chez Védie (Grand-Quevilly), le renouvellement du matériel (6 métiers de 720 broches) permettait de remplacer neuf fileurs par six rattacheurs. « Les transformations qui s’opèrent auront pour effet d’éliminer un grand nombre d’ouvriers comme fileurs ou pareurs, mais généralement ce personnel est peu recommandable, et selon les prévisions, il ne sera guère employé que ceux d’une bonne conduite ; cette épuration sera lente mais infaillible et donnera d’excellents résultats » (16 mars 1862).

98 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1862. Philippon, 22 mars 1862 : « L’opinion populaire est convaincue que les riches veulent renverser l’Empereur. Elle attribue tous ses maux à l’inflexible avarice des patrons qui voudraient comme par le passé, faire une prompte grande fortune. Trompés dans leurs calculs, ils n’auront plus qu’à briser l’obstacle et renverser celui qui l’a créé ».

99 Ibid., 10 juillet 1862.

100 Ibid., 20 janvier 1861. « Les orléanistes sont divisés, les libertés pour les uns sont plus apparentes que réelles : pour les autres, un premier pas vers des institutions véritablement libres.
Les républicains s’abandonnent à plus d’illusions ; ils comptent que tôt ou tard... l’affranchissement de la tribune ranimera, à leur profit, dans les triasses, des passions que l’on aurait tort de croire étouffées ».

101 A. N., F 19 2572, Mgr de Bonnechose.
Mgr BESSON - Vie du cardinal de Bonnechose - Paris 1887, 2 vol. , 680 p. et 516 p., t. I, p. 395 et suiv.
Lettre à M. Rouland sur les reproches que ce ministre fait au clergé (23 février 1860), t. I. p. 490-494. A la suite de la campagne cléricale de janvier 1860, Rouland, ministre des cultes, avait invité les évêques à contenir leurs subordonnés (circulaire du 17 février).

102 A. D. S-M., M, Mandements du cardinal de Bonnechose.

103 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 27 juin 1860 : « L’emprunt romain ne trouve d’appui qu’auprès du parti déricalo-légitimiste ; la lettre pastorale de l’archevêque a été fort mal accueillie ; on ne peut croire que des hommes voués au culte oublient la charité chrétienne pour se faire pourvoyeurs d’argent afin de défendre une cause surannée, antipathique aux lumières du siècle. C’est pour armer des mercenaires, pour procéder à l’extermination, pour détruire le principe du libéralisme tant de fois défendu par l’Empereur auprès du pape... ».

104 Audiences des 20 juillet, 28 décembre 1860, 12 octobre 1861.

105 Mgr BESSON - Vie du cardinal de Bonnechose. op. cit., t. I. p. 417-428.

106 A. N., BB 30 387. Procureur général, 18 octobre 1860.

107 Ibid., 20 janvier 1861 : « Le légitimisme n’aurait aucune force sans sa communauté de vues avec une partie du clergé ».

108 Ibid., 12 octobre 1861.

109 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 24 février 1861 : « Dans les séminaires et même, diton, dans les pensions religieuses, les plus étranges théories seraient expliquées aux élèves, où l’odieux le dispute au grotesque, l’Empereur et son gouvernement y seraient dépeints sous les couleurs les plus fausses... ».
Voir aussi, 2 mars 1861, sur le rôle des prédicateurs à l’époque du Carême.

110 Ibid., 13 janvier 1860 : « Ce qui la met à l’abri de tout soupçon, c’est que le commerce y est largement représenté et (qu’il a) des intérêts bien plus précieux à garder qu’à tenter de sauver une cause qu’il respecte, mais qui ne serait plus de notre temps ».

111 Ibid., 17 novembre 1860, 9 novembre. 23 décembre 1861.
A. N., BB 30 387. Procureur général, 9 janvier 1862 ; la société suspendit son action à la suite de l’interdiction d’une réunion qui devait se tenir à l’archevêché ; deux dirigeants adressèrent une protestation au préfet (Le Nouvelliste de Rouen, 17 décembre 1861) : « Les conférences de St-Vincent-de-Paul sont suspendues jusqu’à ce qu’on nous ait rendu notre conseil général, notre constitution primitive, notre indépendance et la liberté de l’aumône, la plus sacrée de toutes et que nous avaient concédée depuis trente ans tous les gouvernements ».
Le préfet regretta simplement de voir les préoccupations de charité passer au second plan (A. D. S-M., M, Corr. Leroy. 13 décembre 1861).

112 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 16 octobre 1861 : « La société de l’Emulation chrétienne... serait fortement travaillée et présenterait déjà bon nombre de sectaires illuminés capables de se livrer aux plus grands excès. Ce que j’en ai entendu dire me semble trop monstrueux pour en rapporter les paroles avant de m’être complètement éclairé... Toutefois l’élément légitimo-clérical pourrait produire des Cadoudal ».

113 Ibid., 3 juin 1861 : La discrimination dans la répartition des aumônes aurait contribué à l’impopularité du clergé ; 10 février 1862 : « Dans le clergé, il n’y a guère d’aumône délivrée qu’à ceux qui fréquentent les églises ; l’impression que cela produit est déplorable... ».
Ibid., 13 janvier 1860 : « L’aumône du clergé ne tombe que dans les escarcelles des piliers de confessional... ».

114 Ibid., 4 février 1861. Certains démagogues connaissent, de plus, des difficultés financières : Lecompte fils est en fuite ; Blaizet et Meyer menacés de faillite ; voir aussi 4 juillet 1861, 10 mars 1862.

115 Ibid., 16 mars, 24 mars, 15 juin 1862. Gazette des tribunaux. 20 juillet 1862. Affaire de la Société démocratique socialiste. Bray (Nicolas), scieur de long, combattant de juin 1848 et ancien transporté, prétendit qu’il avait seulement rendu visite à un ami qui s’était cassé le bras et qu’il n’existait d’ailleurs pas de « société » à Rouen ; il fut cependant condamné à un an de prison.

116 Ibid., 6 juin, 17 juin 1862.
Le Réveil social. 28 février 1897.

117 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon. 16 août 1862. Philippon donne un exemple de manifestations des « démagogues ». « La démagogie, à la fête de l’Empereur, s’est distinguée par la saleté de ses vêtements ; l’affection ridicule qu’elle affichait, avait quelque chose qui soulevait le cœur ».

118 A. N., BB 30 387. Procureur général, 20 janvier 1861.

119 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 14 mars. 20 mars 1861 : « Enthousiasme des républicains pour Jules Favre ; la liberté de parole leur fait croire qu’ils auront bientôt celle d’écrire ». Philippon, 25 février 1862. A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1862.

120 Journal de Rouen. 17 et 24 juin 1861. Elections au conseil général pour les 3e et 4e cantons de Rouen. Darnétal et Elbeuf. Au 2e tour. Deschamps obtint 2 413 voix et Flavigny 1 652.

121 Par exemple, le Journal de Rouen, en janvier 1863, reproduit plusieurs articles du Journal de Fécamp pour décrire l’ampleur de la crise cotonnière en Seine-Inférieure.

122 A. N., BB 30 387. Procureur général, 9 janvier 1862. « L’opinion républicaine n’existe plus en ce moment à l’état de parti ».

123 A cause du soutien qu’il avait apporté aux ultramontains (adresse de 1861), Ancel, député sortant de la circonscription du Havre, ne fut pas désigné, comme candidat officiel en 1863 ; il fut cependant réélu au second tour, grâce à une partie des voix qui s’étaient portées au premier tour sur Emile Ollivier.

124 Sur les élections législatives de 1863 ; A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril, 17 octobre 1863. A. N., BB 30 387. Elections, ressort de Rouen. A. D. S-M., M. Elections de 1863. Journal de Rouen et Nouvelliste de Rouen, mai 1863. Le Journal de Rouen publia un article quotidien sur la candidature de Desseaux à partir du 20 mai.

125 Le Réveil Social. 2 février 1897. A la réunion du Comité démocratique chez Berthelot, Lieury demanda : « Allons-nous appuyer cet ancien procureur qui a fait condamner nos amis républicains lors du procès de la Solidarité républicaine ? »

126 Le Réveil Social 28 février 1897.
A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1863.

127 Journal de Rouen. 20 mai 1863 : « Ce que les électeurs amis de leur pays veulent affirmer d’abord, ce sont leurs préférences pour la liberté : liberté de la pensée qui permet à l’homme de développer toutes ses facultés morales et d’atteindre par l’élévation de ses sentiments à la véritable égalité sociale ; liberté de la parole qui permet de dévoiler tous les abus et qui n’a pour limite que l’action de la loi ; liberté qui doit servir de frein à toutes les autorités administratives, à toutes les tyrannies de clocher, à toutes les pressions exercées par tous ceux qui se croient un pouvoir sans contrôle fussent-ils les moins élevés dans la hiérarchie des fonctionnaires ; liberté de réunion et de discussion ; liberté absolue d’élection, dégagée de toutes les formalités qui n’ajoutent rien à la sincérité des votes ; liberté enfin qui conduise par la connaissance exacte des vœux de la nation à la réalisation de ses volontés ».

128 Journal de Rouen 21 mai 1863.

129 Journal de Rouen. 24 mai 1863.

130 Les attaques contre les adversaires n’apparaissent qu’à la fin de la campagne ; le Nouvelliste reproche à Desseaux son âge, son effacement, le soutien que lui apportent des gens qui n’ont jamais voulu que l’anarchie. Ce sont en effet les « démagogues » qui ont servi d’agents électoraux à Desseaux et donné le ton à la propagande orale.

131 A. D. S-M., M. Elections de 1863. Préfet. 29 mai 1863.

132 Ibid. Préfet. 2 juillet 1863.

133 PROUDHON (P. J.) - Correspondance - Paris 1874-1875,14 vol., t. III, lettre à M.-J. Buzon, 19 juin 1863.

134 Si l’on étudie le cas des cantons et communes où l’action des proudhoniens aurait pu le plus fortement s’exercer, on constate que le pourcentage d’abstentions s’écarte assez peu de la moyenne. Il est inférieur dans le 4e canton de Rouen (22 %), supérieur dans le 6e canton (33 %) et à Darnétal (29 %).
On ne trouve un très fort pourcentage d’abstentions que dans la 2e circonscription, à Elbeuf (52 %) et à Caudebec-lès-Elbeuf (56 %). Hostilité à la candidature de Manchon ?, ou plutôt pourcentage particulièrement élevé chez les tisserands qui venaient d’arriver à Elbeuf (A Caudebec-lès-Elbeuf, le nombre des inscrits sur les listes électorales passe de 856 en 1857 à 2019 en 1863.).

135 A. N., BB 30 431. Procureur général, 18 juin 1863 : « Si pendant quelque temps, on a pu penser que les mauvaises passions du socialisme, jetées parmi les ouvriers par la Révolution de 1848, étaient à peu près anéanties, l’épreuve qui vient d’avoir lieu, démontre à mon sens, que cette espérance n’était qu’une illusion »...

136 A. N., BB 30 431. Procureur général. 25 mai 1863.

137 A. N., BB 30 387. Procureur général, 15 octobre 1863. Le Comité électoral d’union démocratique et liberale, comprenant douze membres, ne s’était pas dissous après les élections de 1863.
Pour le conseil général, élections dans deux cantons de Rouen (5e et 6e), Grand-Couronne, Maromme. Pavilly... Pour le conseil d’arrondissement, les six cantons de Rouen, Buchy, Grand-Couronne et Elbeuf.

138 Journal de Rouen, 11 juin 1864. Duvivier (Eugène), 1817-1889, négociant, député de Rouen en mai 1881, à la mort de Desseaux ; réélu en août 1881, en 1885 et 1889 ; il fit partie de l’Union républicaine, puis de la Gauche radicale.

139 A. N., BB 30 387. Procureur général, 9 juillet 1864.

140 Ibid., 9 juillet 1864. Turgis, manufacturier à Elbeuf, conseiller sortant était populaire à cause de la « tradition de bienfaisance de sa famille ».

141 A. D. S-M., M, Conseil général, Maromme. Parmi les irrégularités, Manchon signale par exemple à Notre-Dame-de-Bondeville une distribution simultanée de pain et de bulletins au nom de Levavasseur...
Elections intéressantes à Pavilly : de Bagneux, légitimiste, 1 628 voix ; Bataille (Eugène), candidat officiel, 1 568. Bataille, avait fait ses études à Rouen, accompagné Louis-Napoléon dans sa tentative de Boulogne ; condamné, il fut gracié en 1844 ; élu député de la Haute-Vienne en 1851, puis nommé au Conseil d’état. En 1864, les ouvriers ont voté pour Bataille, qu’ils appelaient « l’ami de l’Empereur ». « Rebelles à l’action de l’administration, les masses votent avec ensemble dès qu’elles croient faire un acte qui sera directement agréable à Sa Majesté. Bataille a recueilli les voix des électeurs qui s’étaient prononcés pour la démocratie avancée » (Procureur général, 9 juillet 1864).

142 Au conseil d’arrondissement, l’opposition avait présenté des candidats à Rouen (1er, 4e, 6e cantons) et à Grand-Couronne. Dans le premier canton : inscrits, 2 952 ; votants, 1 315 ; Bademer, candidat officiel, 723 ; Duvivier, 585. Dans le 6e canton, au premier tour, Pariset, 713, Berthelot, 517. Pariset avait bénéficié des voix d’électeurs qui étaient venus voter pour Bazille, mais qui s’abstinrent au second tour.

143 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 janvier 1865.

144 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 8 janvier 1864 : « Les différentes branches de l’industrie cotonnière se relèvent sensiblement du long chômage qui les avait frappées. Il est difficile de prévoir l’époque où cette renaissance se complétera, néanmoins on peut se féliciter de cette tendance favorable à la reprise du travail... ».
A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1864.

145 Ibid., 11 janvier 1865. Les industriels ralentissent à nouveau la production. La fermeture de débouchés en Amérique du Sud aggrave la situation : faillites au Brésil ; conflits qui vont conduire à la guerre du Paraguay.

146 A. N., F I C III, Seine-Inférieure 9. Préfet, 15-31 janvier 1865 ; « En deux jours le coton a baissé de 45 à 50 F par 100 kg... Une différence de plusieurs millions a été supportée par les maisons du Havre ».

147 A. N., F 12 4476 E. Chambre de commerce de Rouen, 2e trimestre 1865 (29 juin 1865).

148 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1865.

149 Ibid., 15 octobre 1863.

150 Ibid., 10 janvier 1864. A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 8 janvier 1864 : « Les populations ouvrières souffriront encore exceptionnellement cet hiver, mais l’assistance qui leur a été attribuée contribuera à combler les déficits de leurs salaires... ».

151 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1864.
A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 18 avril, 9 juillet 1864.

152 Ibid. Préfet, 18 avril 1865.

153 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.

154 Ibid., 11 janvier 1865 : « Ont bénéficié de cet encombrement les soldeurs qui achètent quand les marchandises ont cessé d’être des nouveautés ».

155 Ibid., 10 avril 1865 : « Les ouvriers cotonniers initiés depuis peu à la fabrication des draps et moins habiles que les autres ont été plus atteints que les cantons voisins d’Elbeuf : les salaires sont encore rémunérateurs et la classe ouvrière a accepté la baisse sans réclamation. Elle se souvient que celle qui s’est produite il y a trois ans dans des circonscriptions analogues n’a eu que peu de durée ».

156 Ibid., 16 juillet 1865.

157 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton el des produits chimiques dans la Seine-Inférieure et dans l’Eure 1859-1969 - Rouen 1869, 170 p.

158 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. La plupart du temps, l’auteur recopie purement et simplement les chiffres du trimestre précédent.

159 Ibid., 21 janvier 1865.

160 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 janvier 1864.
Exposé des travaux de la Chambre de Commerce de Rouen. 1865-1866, p. 19-21.

161 DUCHEMIN (Pierre) - Histoire de Saint-Etienne-du-Rouvray - Rouen 1892. 2 vol. - t. II. p. 394.
La Société cotonnière se transformera en société anonyme en 1872 ; en 1869, elle comptait 90 900 broches et 563 métiers. Après Emile Scheppers, les gérants furent Jules Martin (1867-1869), puis César Lucas. La construction de l’établissement avait commencé en 1863, donc en pleine crise cotonnière.

162 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation, op. cit., p. 19.

163 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. 1866-1870.

164 Les chiffres de l’Annuaire de Rouen ne concordent pas avec ceux de Cordier, qui, utilisant les documents fiscaux, ne cite que les établissements en activité, soumis à l’impôt.

165 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Rapport de Louis Fromage, 8 juillet 1865. L’établissement (fabrication de toile à voile) avait été fondé en 1861.

166 Ibid. D’après les renseignements trimestriels communiqués par la Chambre de commerce d’Elbeuf, le nombre des fabricants n’aurait pratiquement pas varié (203 au lieu de 202) ; principales augmentations : loueurs de force motrice (26 au lieu de 22), retordeurs de fils (35 au lieu de 28), marchands de déchets (14 au lieu de 8) ; à Caudebec-lès-Elbeuf, 4 retordeurs de fils au lieu d’un seul. Le dénombrement des ouvriers parait fantaisiste : comment la population de Saint-Pierre-lès-Elbeuf aurait-elle pu passer de 6 903 (1861) à 9 184 (1866) si le nombre d’ouvriers ne s’était pas accru ?

167 A. N., F 12 2370-2374, Le tisserand Dufay dans un mémoire adressé au préfet de la Seine-Inférieure estime ces frais à 8 % : « Parmi les opérations, il y en a beaucoup qui comme la filature, le tissage et le foulage se font à des distances pas moindres de 44 km... » (6 mars 1862).

168 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 avril 1862.

169 Ibid., 12 octobre 1862. Le procureur signale la création de l’établissement Legris (31 métiers à tisser) et annonce la construction d’autres usines.

170 Ibid., 10 avril 1864.

171 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, travail des enfants dans les manufactures. Tableau no 2, mouvement industriel et commercial d’Elbeuf.

172 DUCHEMIN (Paul) - Petit-Quevilly, et le prieuré de Saint-Julien - Pont-Audemer. 1890, 301 p.

173 A. N., BB 30 387. Procureur général. 1er avril 1862, 11 octobre 1864.

174 Le Houlme, de 2 053 à 1 707, Malaunay de 1 915 à 1 590 ; Maromme, 3 109 à 2 829. Seule progresse la commune de Déville qui n’est pas absolument liée au textile ; dans le canton de Pavilly, recul de Pavilly (3 207, 3 070) mais progrès de Barentin, à cause du développement de l’industrie du lin (établissement Badin). 3 072 à 3 290 habitants.

175 Le canton de Maromme dans son ensemble passe de 24 166 en 1861, maximum jusqu’alors enregistré, à 23 139 (1866), 22 665 (1876) et 24 961 (1881).

176 A. N., BB 30 387. Procureur général, 14 octobre 1865.

177 A. D. S-M., J, Fonds Lemaistre.
HURPIN (Gérard) - Les ouvriers de la filature Lemaistre de Lillebonne (1848-1914) - Mémoire de maîtrise de la faculté des lettres de Rouen (histoire contemporaine) - 1970, 148 p.
Image 10000000000002AB000000D9F1E02005.jpg

Pour les 82 ouvriers de 1861, 36 fileurs, 12 cardeurs, 25 cardeuses. En 1865, sur 63 ouvriers, 20 fileurs, 9 cardeurs, 16 cardeuses. Le nombre des rattacheurs ne figure pas ; chez Lemaistre, ils étaient rétribués par les fileurs.
SUZUKI (Hiromasa) L’évolution de l’industrie cotonnière, op. cit., p. 163-175. En 1841, la filature Lemaistre était équipée de mull-jennies et de continues, en 1866, de renvideurs selfacting. Le prix de la main-d’œuvre par kilo de coton filé tombe de 0,35 F à 0,29 F (0,20 F à 0,14 F pour l’opération de filature proprement dite) ; cela malgré une augmentation du salaire des fileurs, et grâce à une amélioration sensible de la productivité.

178 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.
A. D. S-M., M, Grèves 1864. Préfet. 11 mars 1864.
Ibid., Corr. Leroy 1857-1867, Cc police, 10 mars 1865, le tissage de Fauquet-Lemaître venait d’être acquis par son directeur Lemarchand.

179 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, 1857-1867. Cc police, 23 août 1864. Les ouvriers adressèrent une pétition au préfet pour lui demander sa médiation. Sur l’intervention du commissaire de police, les ouvriers reprirent le travail le 25 août.

180 Sur les grèves de 1852 à 1865 : A. D. S-M., M. Corr. Leroy, 1857-1867. A. N. F 12 4651 ; A. N., F 1 C III - Seine-Inf. 9 ; A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865. A. D. S-M., M, Grèves 1865. Il n’est cependant pas certain que toutes les grèves aient fait l’objet d’un rapport.

181 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.
Le chiffre fourni par le procureur général de Rouen est très supérieur à ceux du commissaire central et du préfet ; peut-être des rapports ont-ils disparu ? ou bien le procureur veut-il parler de l’effectif total des ouvriers atteints par les grèves ? Or à la Foudre par exemple, la grève de 25 rattacheurs immobilisait 50 fileurs. Chez Lefebvre-Séré, 12 fileurs seulement cessèrent le travail, mais les 118 ouvriers obtinrent une augmentation de salaire.

182 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, Cc police, 26 juin 1865, « 25 jeunes garçons rattacheurs à la filature la Foudre ont réclamé une augmentation de 0,25 F par jour..., une pareille demande ne pouvait être que rejetée... On croit que le véritable motif était de créer aujourd’hui un jour de chômage à l’occasion de la fête patronale de Petit-Quevilly. Quelques parents sont venus aujourd’hui ramener à la Foudre une partie des fugitifs... ».

183 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.

184 A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Préfet, 8 juillet 1865.

185 Ibid. Préfet, 14 juillet 1865.

186 A. D. S-M., M, Grèves 1865.
Marais, tisseur à Rouen, avait, à la suite d’une première grève, accordé une augmentation de 0,25 centime par mètre ; des ouvriers s’étaient alors mis à nouveau en grève, pour réclamer 0,50 centime.

187 Pour pallier le manque de bras. Marais demande la suppression du recours abusif aux bureaux de bienfaisance : « Les ouvrières des fabriques déserteraient les ateliers parce qu’elles n’ont pas besoin de nourrir leurs vieux parents qui sont entretenus par les maisons de charité ».

188 A. N., BB 30 387. Procureur général, 16 juillet 1865.

189 D’après les usages locaux, les ouvriers cotonniers étaient considérés comme travaillant à la quinzaine et ceux qui étaient employés dans l’industrie de la laine comme travaillant à la semaine. Les ouvriers qui se mettaient en grève étaient tenus d’avertir le patron avant la paie et de faire, selon les cas, une quinzaine ou une semaine de congé avant de quitter l’atelier.

190 Arrêté du préfet de la Seine-Inférieure (6 juillet 1832), art. 10 : « S’il n’existe pas de convention écrite entre le maître et l’ouvrier il y sera suppléé d’après les règles ci-après fondées sur l’usage généralement adopté dans les ateliers, fabriques et manufactures du département : « Tout ouvrier travaillant à la semaine, à la quinzaine ou au mois sera réputé avoir fini son temps et deviendra libre de tout engagement lorsqu’après avoir averti son maître ou le représentant d’icelui, le jour même de la paie, de l’intention de quitter l’atelier, il aura encore travaillé pour lui une semaine, une quinzaine ou un mois ».
L’article 14 avertit l’ouvrier que s’il entreprend l’ouvrage pour un nouveau maître, sans congé d’acquit de celui qui l’occupe, il est passible de dommages-intérêts envers le maître dont il compromet les intérêts.

191 Dans un souci d’apaisement, Harel renonça à la mise à exécution de la décision des prud’hommes.

192 A. N., F 12 4476 D. Chambre de commerce de Rouen, 29 juin 1865.

193 A. N., BB 30 387. Procureur général, 14 octobre 1865.

194 A. N., BB 30 387. Procureur général, 10 avril 1865.

195 Ibid., 16 juillet 1865.

196 A. D. S-M., M, Elections municipales, Rouen. A Rouen, une seule liste s’était présentée en 1855 et en 1860, d’où le grand nombre d’abstentions.

InscritsVotants185522 9392 884186015 5255 329186518 38912 509

197 A. N., BB 30 387. Procureur général. 16 juillet 1865. Il y avait d’autres listes, non imprimées ; certaines constituées « en dehors des positions politiques par des intérêts de quartier ou des ambitions personnelles ». En tout 10 listes et 70 candidats !

198 Il existe deux listes d’opposition incomplètes, de 25 et de 21 candidats ; cette dernière élimine les conseillers sortants, sauf deux.

199 Journal de Rouen. 11 juillet 1865 (article de Beuzeville). Les listes d’opposition comprenaient surtout des négociants et des membres des professions libérales, et seulement deux ou trois ouvriers.

200 A. D. S-M., M. Elections municipales de 1865. Préfet, 18 juillet 1865 : « Comme toujours, on peut craindre qu’au dernier moment on n’entraîne un bon nombre (d’ouvriers) avec ces grands mots de suppression des octrois, de diminution des impôts, d’augmentation réglementée des salaires ».

201 La signification politique du scrutin est moins nette que pour les élections au Corps législatif. Le comité Taillet, conservateur, soutient 24 candidats de la liste Verdrel et 4 de la liste d’opposition, dont Nétien, le futur maire de Rouen, et Quénet, élus au second tour - « A Rouen, sur 36 conseillers, 34 sont les candidats de l’administration, les deux autres n’ont pas de couleur politique tranchée, ce sont d’honnêtes négociants qui n’engageront aucune lutte politique ». Pour le second tour, Cord’homme et Leplieux avaient lancé un appel à leurs amis : « Convaincus qu’en l’absence du nom de l’honorable M. Desseaux. MM. Duchemin. Nétien. Quénet tiendront à prendre la place qui leur avait été assignée et défendre, dans l’ordre des idées libérales, le programme commun à tous les candidats de l’opposition, nous n’hésiterons pas à répondre à un grand nombre de nos amis que, dans les circonstances actuelles, nous n’acceptons aucune candidature pour un deuxième scrutin » (Journal de Rouen, 28 juillet 1865).

202 A. D. S-M., M. Elections municipales de 1865. Statistique des résultats dressée par le préfet :

CantonsCommunesNombre total de siègesOppositionELBEUFElbeuf274St-Pierre-lès-Elbeuf2112St-Aubin168Caudebec-lès-Elbeuf2316La Londe1611GRAND-COURONNESotteville2313Le Petit-Quevilly231Grand-Couronne163MAROMMEMaromme2119DARNETALDarnétal233

203 A. D. S-M., M, Elections municipales. En 1855, l’opposition l’avait emporté à Elbeuf. Sotteville. Orival, mais les conseils municipaux avaient été dissous et remplacés par des commissions municipales. Aux élections municipales de 1865, l’opposition obtient partout des résultats inférieurs à ceux des élections au Corps législatif de 1863, aussi bien dans la banlieue (Déville. Notre-Dame-de-Bondeville) qu’à Elbeuf ou à Rouen.

204 A. N., BB 30 387. Procureur général, 11 janvier 1866.

205 Ibid., 16 juillet 1865.

206 A. N., BB 30 380. Procureur général, 14 octobre 1865. Le procureur général attribue un rôle essentiel aux jeunes électeurs dans les progrès du libéralisme : 1900 nouveaux électeurs par an dans l’arrondissement ; 22 000 avaient moins de 15 ans en 1848 : « Peut-on espérer que ceux qui n’ont pas eu connaissance du mal apprécient la nécessité des remèdes. Ils ne voient que des entraves inutiles dans les mesures d’autorité auxquelles la France a dû son salut ».

207 A. N., BB 30 387. Procureur général. 15 juillet 1865.

Table des illustrations

Titre Situation des ouvriers des principales industries dans l’arrondissement de Rouen (1er avril 1862)39
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-1.jpg
Fichier image/, 68k
Titre Statistique du chômage en Seine-Inférieure47 (10 décembre 1862)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-2.jpg
Fichier image/, 88k
Titre Statistique du chômage en Seine-Inférieure 48(Cantons de l’arrondissement de Rouen)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-3.jpg
Fichier image/, 104k
Titre Résultats des élections de 1863 au Corps législatif. 1ère Circonscription (ROUEN)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-4.jpg
Fichier image/, 48k
Titre Résultats par cantons. (pourcentages par rapport aux votants)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-5.jpg
Fichier image/, 84k
Titre Résultats des élections de 1863 au Corps législatif. 2ème Circonscription (ELBEUF)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-6.jpg
Fichier image/, 48k
Titre Résultats par cantons. (pourcentages par rapport aux votants)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-7.jpg
Fichier image/, 72k
Titre Elections au Conseil Général (10-19 juin 1864). Arrondissement de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-8.jpg
Fichier image/, 64k
Titre L’Industrie de la laine dans la région d’Elbeuf (1861-1865)166
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-9.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Nombre d’ouvriers de l’arrondissement de Rouen (à l’exception de la région d’Elbeuf)173
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-10.jpg
Fichier image/, 48k
Titre Comparaison des salaires journaliers des ouvriers du textile (en francs)176
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-11.jpg
Fichier image/, 48k
Titre Grèves en Seine-Inférieure (1852-1864)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8285/img-12.jpg
Fichier image/, 72k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540