Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Première partie. L'industrie et les ouvriers au début du second empire (1852-1859)

Chapitre III. Les ouvriers et la démocratie sociale

Texte intégral

  • 1 CORD’HOMME (Charles) - Ma vie, mes souvenirs - Le Réveil social, 15 août 1894.
  • 2 Le tisserand Charles Noiret (1802-1877) avait publié après les Mémoires d’un ouvrier rouennais (183 (...)

1A la fin de la monarchie de Juillet, sous le régime censitaire, la Seine-Inférieure était représentée par sept députés ministériels et quatre membres de l’opposition dynastique qui détenait trois sièges sur quatre dans la région de Rouen, Le courant démocratique apparaît alors très faible : une trentaine de radicaux, selon Cord’homme, se réunissaient à Rouen dans un café de la rue Grand-Pont ; parmi eux Alexandre Leballeur-Villiers, avocat à la cour d’appel ainsi que son fils Charles, un négociant, Berthelot, un avoué, Bachelet et un riche propriétaire, Achille Lemasson. Ils y rencontraient quelques artisans et ouvriers : le tailleur Dalleinne, l’ourdisseur Beaufour, le tisserand Gruel1... Comme socialiste, on ne peut guère signaler que le tisserand Charles Noiret2 et un petit groupe de cabettistes à Elbeuf.

2La Révolution de 1848 provoqua une explosion de la vie politique, la fondation de nombreux clubs et de comités électoraux. Trois courants vont alors rapidement se dégager du suffrage universel en Seine-Inférieure : conservateur, républicain libéral et démocratique. En 1848 et 1849, le pays de Caux vote conservateur (ou monarchiste) et si les républicains libéraux obtiennent un assez grand nombre de suffrages au Havre et dans le pays de Bray, dans la région de Rouen la démocratie sociale devient la principale force politique grâce aux cantons ouvriers de la ville (4e et 6e), de la banlieue (Maromme, Grand-Couronne) et d’Elbeuf.

LES ELECTIONS DE 1848 ET DE 1849 : LE PROGRAMME DE LA DEMOCRATIE SOCIALE

  • 3 DUBUC (André) - Frédéric Deschamps commissaire de la République en Seine-Inférieure (février-mai 18 (...)

3En février, l’administration était passée aux mains des démocrates, de l’avocat Frédéric Deschamps, commissaire général du département et du nouveau maire de Rouen, Alexandre Leballeur-Villiers. Les mesures sociales (application de la loi du 10 mars 1848 sur la limitation à 11 h de la journée de travail, amélioration des salaires des tisseurs et des teinturiers en rouge, suppression des amendes...) leur valurent la reconnaissance des ouvriers mais, en revanche, l’hostilité déclarée de la bourgeoisie conservatrice et même des républicains libéraux qui ne pouvaient admettre l’intrusion parfois tapageuse de la classe ouvrière dans la vie politique3.

4En avril 1848, quatre listes principales s’opposent pour l’élection de 19 députés ; si trois d’entre elles présentent neuf candidats communs, dont Lamartine, et plusieurs députés sortants, Lefort-Gonssolin, Desjobert, Levavasseur et Osmont, leur orientation est cependant fort différente :

5La liste du Comité départemental républicain (comité Taillet), conservatrice, est formée de républicains du lendemain qui camouflent leur drapeau en accueillant quelques républicains de la veille tel le procureur général Sénard.

6La liste du Comité des amis de Tordre et de la liberté (comité Hellot), nettement monarchiste, exclut Sénard.

  • 4 Journal de Rouen, 21 avril 1848.

7La liste du Comité central républicain est composée de républicains de la veille, on l’appelle la liste Sénard. Le procureur général est un ferme partisan de la résistance aux clubs et à l’agitation ouvrière ; il se déclare favorable à l’établissement d’une « république sage, modérée, tolérante, qui devrait réformer, non révolutionner, protéger les principes essentiels et sacrés de toute société, la propriété et la famille »4. A treize noms du Comité départemental républicain s’ajoutent ceux de Deschamps, de l’avocat Desseaux, de Charles Lebon, administrateur de l’arrondissement de Dieppe...

  • 5 Parmi les neuf ouvriers candidats : un fondeur en fer, un cordonnier (Duboc), deux tisseurs, un fil (...)
  • 6 Journal de Rouen. 13 et 21 avril 1848.

8L’unique liste bien individualisée est donc celle du Comité central démocratique, patronnée par Deschamps (seul candidat sur une autre liste). Elle regroupe les animateurs de la lutte contre la monarchie avant 1848, deux adjoints au maire de Rouen, Achille Lemasson et Durand-Neveu, Vasselin, rédacteur au Progressif cauchois, neuf ouvriers, mais seulement deux notables ruraux5. Le Journal de Rouen regrette que le comité démocratique ait systématiquement éliminé les membres de l’ancienne opposition dynastique, mais Deschamps a également pris ses distances avec les éléments révolutionnaires : les cabettistes Beaufour, Coutelier, Espouy ont été écartés, malgré leurs protestations6.

  • 7 Le Journal de Rouen (27 avril 1848) fit remarquer qu’il y avait 60 000 ouvriers dans le département (...)

9La liste du Comité départemental républicain fut intégralement élue : 100 604 à 147 565 voix (Lamartine) ; les treize élus de la liste Sénard l’étaient donc grâce aux conservateurs et monarchistes. Avec un peu plus de 30 000 voix, arrivait en seconde position la liste du Comité central démocratique. La démocratie sociale n’avait obtenu que des résultats insignifiants dans les cantons ruraux (moins de 5 % des voix dans 26 cantons de la Seine-Inférieure sur 50) et même à Dieppe (12 %) et au Havre (13 %) mais, par contre, 44 % à Rouen (62 % dans le 4e canton, Martainville et le 6e Saint-Sever), 44 % à Elbeuf, 46 % à Grand-Couronne, 48 % à Maromme7.

  • 8 DUBUC (André) - Les émeutes de Rouen et d’Elbeuf (27-29 avril 1848), op. cit., p. 243 et suiv.
    A. N. (...)

10La victoire de la droite devait être à l’origine des émeutes de Rouen et d’Elbeuf du 27 au 29 avril 1848 : massée devant l’Hôtel de Ville de Rouen, la foule manifesta sa déception et s’en prit à la garde nationale chargée de maintenir l’ordre. Après quelques accrochages, celle-ci dégagea la place Saint-Ouen ; des barricades s’élevèrent alors à Martainville et Saint-Sever ; l’agitation gagna Elbeuf. La garde nationale et l’armée reprirent les quartiers insurgés dans la soirée du 27 et la matinée du 28 avril, Elbeuf le 29 avril seulement. Il y avait eu une quarantaine de morts, 500 arrestations à Rouen et 140 à Elbeuf. Les conservateurs prétendirent que les deux villes avaient échappé de peu à un soulèvement général des ouvriers, entraînés par les meneurs du parti démocratique ; ceux-ci, en réalité, s’étaient efforcés, à Elbeuf notamment d’éviter l’effusion de sang. Mais le souvenir de ces journées, aboutissement des troubles sociaux qui avaient commencé en février, ne devait pas s’effacer dans la mémoire des notables, de là, en 1870, leur refus d’armer les ouvriers contre les Prussiens8.

  • 9 Frédéric Deschamps se démit de ses fonctions (1er mai). Il fut remplacé par Hippolyte Dussard, anci (...)
  • 10 L’élection partielle du 4 juin fut provoquée par les démissions de Lamartine, Dobremel et Marbnetz. (...)
  • 11 Il s’agit de Deschamps à Elbeuf. Voisin à Maromme. Lechaptois à Bolbec le 27 août, et de Lemasson à (...)

11La répression qui suivit les émeutes d’avril et les journées parisiennes de juin entraîna la disparition de la plupart des clubs et des journaux démocratiques9. Aux élections partielles de juin 1848 le Comité démocratique décida de ne présenter aucun candidat pour protester contre les atteintes portées aux libertés10. Aux élections cantonales, 4 démocrates cependant furent élus à Elbeuf, Maromme, Bolbec et Rouen (6e canton)11.

  • 12 A. M. Rouen. Procès-verbaux du Club du passage Nitrière - ms - Séances des 13 et 16 novembre, 4 déc (...)

12A la veille de l’élection présidentielle des 10 et 11 décembre 1848, la propagande républicaine put se réorganiser au Havre grâce à la fondation d’un groupe de la Solidarité républicaine qui compta vite 1 500 adhérents ; à Rouen le Club du Passage Nitrière, seule organisation démocratique, apporta également son soutien à Ledru-Rollin. Au cours des réunions qui précédèrent le scrutin, 16 orateurs sur 25 se prononcèrent en faveur de sa candidature, 3 pour Cavaignac et 6 pour Louis-Napoléon12.

13Mais la masse de l’électorat ouvrier ne suivit pas cette consigne et les résultats de l’élection causèrent une profonde déception aux militants de la démocratie rouennaise qui n’avaient pas mesuré l’ampleur du bonapartisme ouvrier.

14La Seine-Inférieure accorda en effet une très forte majorité à Louis-Napoléon (78 % des votants) - supérieure à la moyenne nationale -, 16 % à Cavaignac et seulement 3 % à Ledru-Rollin.

  • 13 Raspail obtint 172 voix dont 68 à Elbeuf.

15Et surtout il n’existe plus, cette fois, de contraste entre l’agglomération de Rouen et les cantons ruraux : à Rouen, Louis-Napoléon obtient 78 96 des suffrages, Cavaignac 13 %. Dans la banlieue, Louis-Napoléon, 92 % à Darnétal, 82 96 à Elbeuf, 86 % à Grand-Couronne, 87 % à Maromme, 95 % à Pavilly. Cavaignac n’atteint 10 96 qu’à Duclair et Elbeuf ; seule la région du Havre lui a été favorable (le Havre 51 %, Criquetot-l’Esneval 65 %, Montivilliers 56 %, Saint-Romain-de-Colbosc 54 %), ainsi que Dieppe (49 %). Ledru-Rollin ne recueille qu’une faible partie des voix de la démocratie sociale ; il ne dépasse 10 96 qu’à Fécamp et Bolbec, 9 % au Havre, et seulement 6 96 à Rouen et à Grand-Couronne, 5 % à Elbeuf13.

  • 14 Le Républicain du Havre appuya Ledru-Rollin et le Journal du Havre Cavaignac qui fut soutenu par la (...)

16Il est vrai que Ledru-Rollin n’a disposé à Rouen de l’appui d’aucun quotidien14 ; le Journal de Rouen soutenait Cavaignac, l’impartial et le Mémorial, Louis-Napoléon. Mais cela ne suffit pas à expliquer un tel écroulement. Il est incontestable que la popularité de Louis-Napoléon apparaît au moins aussi forte dans les milieux ouvriers que chez les paysans. Le Républicain de Rouen invoqua l’insuffisante formation politique du peuple.

17« Le peuple subit encore la loi du passé, il est soumis à toutes les influences illégitimes qui pèsent sur lui depuis de longs siècles, il est garotté par l’ignorance et la misère ; il avait besoin de s’instruire par l’expérience, de s’éclairer par la déception...

18« Le peuple avait à se prononcer entre le dogme démocratique et le fétichisme d’un nom, entre sa propre souveraineté et un nom d’homme qui avait été glorieux et sonore.

  • 15 Le Républicain de Rouen. 14 mai 1849.

19« O misère ! Le peuple déserta sa propre cause, choisit un mot au lieu d’un principe et se prépara pour l’avenir des luttes et des dangers... »15.

  • 16 Le Progressif cauchois, 13 et 16 décembre 1848.

20Quant au Progressif cauchois, il souligna également que « l’on avait fait à ce pauvre peuple les promesses les plus contradictoires, et qu’il avait tout cru... Le 10 décembre a été la journée des dupes »16.

21Les élections des 13 et 14 mai 1849 vinrent cependant prouver que les candidats démocratiques bénéficiaient toujours de la confiance des ouvriers lorsqu’il s’agissait de choisir les députés.

22La situation apparaît alors plus nette qu’en 1848 ; trois listes principales seulement sont en présence.

23La liste de conciliation regroupe ouvertement tous les partisans de l’ordre : Comité départemental républicain, Comité des amis de l’ordre et de la liberté, Comité du droit national (légitimiste), Comité national bonapartiste ; les vrais républicains ont été éliminés et remplacés par des bonapartistes et des légitimistes. Parmi les neuf députés sortants figure Adolphe Thiers.

24La liste du Comité central républicain (Sénard, ancien président de l’Assemblée nationale, Cavaignac, Dupont de l’Eure, Louis Bonaparte) n’a plus que deux candidats communs avec la liste précédente ; elle affirme rejeter à la fois la monarchie et le socialisme : « Ni blancs, ni rouges ! ».

  • 17 Liste du Comité central démocratique ; Ledru-Rollin, Joly père, représentant du peuple ; Auguste Ba (...)

25La liste du Comité central démocratique cherche à regrouper, sans discrimination, tous les défenseurs de la démocratie sociale ; Ledru-Rollin, Deschamps, Alexandre Leballeur-Villiers, Lemasson, Bachelet, l’avocat Manchon ; un seul ouvrier, mais il s’agit de Gruel (Il n’y a donc plus d’exclusive contre les Icariens) et un soldat du 69e de ligne ; d’autre part, le comité a pu restreindre la part de Rouen et rééquilibrer la liste au profit du Havre, de Dieppe, de Bolbec...17.

  • 18 Manifeste du Comité central électoral démocratique du département de la Seine-Inférieure (27 mars 1 (...)
  • 19 A. M. Rouen. Procès-verbaux du Club du passage Nilrière, ms. cité (5 octobre 1848 - 12 mai 1849). C (...)

26Un manifeste électoral expose les principales orientations de la démocratie sociale rouennaise plus complétement qu’en 184818. Certains passages peuvent être éclairés par les discussions qui eurent lieu précédemment au Club du passage Nitrière19.

  • 20 Procès-verbaux du Club du passage Nitrière.... ms. cité. Contre la menace monarchiste. 18 décembre (...)

27Le premier devoir des démocrates est de défendre la République « menacée par les éternels ennemis de tous progrès », c’est-à-dire les monarchistes mais également les bonapartistes : Louis-Napoléon n’aurait, en effet, été élu que pour renverser le régime20. Il faut conserver la constitution de 1848, si imparfaite soit-elle, mais l’aménager dans le sens du progrès : accorder la liberté « illimitée » de la presse, rétablir le droit de réunion et d’association.

  • 21 Ibid., 20 novembre 1848. 21 avril 1849.
  • 22 Ibid., 26 octobre 1848 : « Le socialisme n’a jamais voulu la destruction de la propriété, mais la m (...)

28Le programme démocratique se distingue de celui des républicains modérés surtout du point de vue social : il est indispensable de compléter l’œuvre des révolutions de 1789 et de 1848 : « Nous n’avons, proclama le typographe Blériot que la République démocratique et, à l’avenir, nous compléterons notre légende par sociale... »21. Mais les démocrates refusent d’être confondus avec les communistes ; le manifeste insiste sur le respect dû à la famille et à la propriété22.

29Trois séries de mesures sont principalement envisagées pour tendre vers l’égalité :

    • 23 Ibid., 22 janvier 1849. Intervention de Furet, journaliste : voir aussi Meslay : « La réduction du (...)

    La réforme du système des impôts : abolition de l’impôt indirect sur les objets de première nécessité et son remplacement par un impôt progressif et proportionnel sur le revenu net « qui seul peut équilibrer le budget, sans rien laisser à la charge du prolétaire »23.

    • 24 Ibid., 26 octobre 1848.

    Le développement de l’enseignement gratuit et obligatoire et, en particulier, la création d’écoles professionnelles24.

  1. La constitution d’associations ; il s’agit là de la pièce maîtresse du nouveau système.

  • 25 Ibid., 19 octobre 1848.
  • 26 Ibid., 5 mars 1849. « L’association est le levier qui doit renverser l’ancienne société au profit d (...)

30Ce sont l’individualisme économique et la concurrence qui sont causes de la ruine du commerce et de l’industrie et de la misère des ouvriers25 ; l’organisation du travail par l’association mettra fin à cet état d’anarchie, assurera la solidarité des producteurs et permettra d’échapper à la tyrannie du capital26.

  • 27 Ibid., 23 octobre 1848. Juenin : « Son sytème repose sur l’association forcée, le droit au travail (...)
  • 28 La question des salaires à l’intérieur de l’association avait également provoqué de vives discussio (...)
  • 29 Ibid., 12 octobre 1848. « Le gouvernement, s’il le voulait, pourrait être le banquier des prolétair (...)

31Mais de quel type d’association s’agit-il ? L’association universelle et forcée ou l’association partielle qui doit, seulement peu à peu, se substituer au régime économique actuel27. Les partisans des deux solutions s’étaient fréquemment opposés au Club du passage Nitrière ; le comité central démocratique se prononce nettement pour l’association libre des travailleurs28, mais il retient à la fois les deux moyens de financement envisagés : subventions de l’Etat grâce à la restitution du milliard des émigrés ainsi que l’organisation du crédit par une banque d’échange29.

  • 30 Les militants démocrates étaient presque tous anticléricaux ; Cord’homme remarque que, parmi eux, s (...)

32Il est intéressant de noter que le programme ne fait aucune mention des rapports entre l’Eglise et l’Etat ; jamais la question ne fut même évoquée aux séances du club démocratique30.

  • 31 Procès-verbaux du Club du passage Nitrière, ms cité, 6 novembre 1848, 22 janvier 1849.

33Justice sociale, rétablissement des libertés auxquels s’ajoute l’émancipation des peuples opprimés31, tels sont donc les principaux objectifs de la démocratie sociale rouennaise en 1849.

  • 32 Ibid., 23 octobre 1848. Jamelin engage les citoyens au calme en leur montrant « combien il y a de d (...)

34Les dirigeants soulignaient que pour les atteindre, ils s’abstiendraient de recourir à toute action illégale. Duboc, le 5 octobre 1848 montrait aux ouvriers le danger de vouloir en appeler à la violence ; il ne fallait pas compromettre les fruits de la Révolution en voulant en jouir prématurément ; il engageait tous les citoyens à s’unir pour triompher dans les luttes électorales : « pas de batailles à coups de fusils, mais des batailles à coups de bulletins... ». Blériot, cependant, admettait que « si la monarchie revenait, ce serait une nouvelle révolution... Alors, il n’y aurait plus de grâce ni de pardon pour vous qui rêvez de cette nouvelle restauration »32.

  • 33 Ibid., 5 mars 1849. Duboc : « Le capital doit être improductif, le contraire de l’exploitation... ; (...)
  • 34 A. M. Rouen, K 1/2. Election de 1848 : Composition du Comité central démocratique. président : Alex (...)
  • 35 Procès-verbaux du Club du passage Nitrière..., ms cité. Meslay : « Les gens des campagnes demandent (...)

35Les démocrates désignaient comme leurs principaux adversaires les financiers et les industriels bénéficiaires de la concentration capitaliste33 ; le parti recrutait par contre des adhérents dans toutes les autres classes de la population. « Dans la République que nous voulons fonder, assurait Blériot, il y aura satisfaction pour tous, même pour la bourgeoisie, haine seulement pour le capital... »34. Ainsi trouvait-on réunis des bourgeois de professions libérales, Alexandre Leballeur-Villiers, Manchon, Leplieux, des négociants : Cord’homme, Berthelot, des artisans, - la catégorie la plus nombreuse, tels les orateurs du Club du passage Nitrière -, mais également des ouvriers de la grande industrie (métallurgie, filature de coton) ; des agriculteurs même, à qui l’on promettait une amélioration de leur condition, n’hésitaient plus à être candidats sur la liste démocratique et sociale35.

36Le scrutin de 1849 fut, dans l’ensemble du département, plus favorable à la démocratie sociale que celui de 1848.

Elections de 1848 et 1849 (en pourcentage de votants)

Elections de 1848 et 1849 (en pourcentage de votants)
  • 36 Les républicains modérés obtiennent de 14 000 à 18 000 voix pour l’ensemble de la Seine Inférieure.(...)

37La liste de conciliation enlève tous les sièges mais n’obtient plus que 71 000 à 108 000 voix ; par contre, celle du Comité central démocratique passe de 25 000-33 000 à 34 000-40 000 (soit de 24 à 27 % des votants) ; les progrès sont assez inattendus dans certaines villes : Dieppe (31 %), Bolbec (39 %) et dans les cantons ruraux puisque six cantons seulement apportent moins de 5 96 des voix (à Fauville 31 % des suffrages au lieu de 0,1 %) ; 40 96 des voix de l’armée vont à la liste démocratique36.

  • 37 Le journal le Républicain de Rouen ne commença à paraître que le 9 mai.

38Dans l’agglomération de Rouen, cependant, on constate un certain fléchissement dû aux conditions de la campagne électorale37, aux pressions et aux poursuites en particulier contre la Solidarité républicaine ; néanmoins le chiffre de voix dépasse largement celui obtenu par Ledru-Rollin en décembre 1848 et tend à rejoindre celui d’avril 1848. Le Républicain de Rouen triompha « Eh bien ! Rouen vient de prouver qu’il entrait de plain-pied dans le sein de la démocratie ; le même peuple qui, il y a quelques mois encore, donnait 500 voix à la démocratie, aujourd’hui compte ses votes par milliers... ».

  • 38 Le Républicain de Rouen, 16 et 18 mai 1849.

39En Seine-Inférieure, si la démocratie n’a pu faire élire ses candidats « elle s’y est constituée, du moins, d’une façon indissoluble qui épouvante ses ennemis... »38.

  • 39 A. N., BB 30 368. Le procureur général rapporte que pendant l’incendie de l’établissement Grandin à (...)
  • 40 Procès-verbaux du Club du passage Nitrière, ms. cité. « Louis Napoléon a gagné l’amitié du peuple p (...)
  • 41 A. N., BB 30 368. Procureur général, 1er juin 1851.

40Les résultats, en apparence contradictoires, des trois élections de 1848 et de 1849, montrent pourtant les limites de l’influence du parti démocratique. Les dirigeants, qui appartiennent à la bourgeoisie, sont prêts à tous les sacrifices (Lemasson, Manchon, Cord’homme seront ruinés par leur activité politique...) mais ils sont peu nombreux. Chez les artisans et les ouvriers, il existe quelques dizaines de militants, mais la masse n’est pas organisée ; l’action des clubs a été trop brève. La population ouvrière ne suit pas fidèlement les mots d’ordre des chefs de la démocratie sociale même si elle cherche à manifester constamment son hostilité aux manufacturiers accusés d’avoir en 1848, délibérément provoqué la fermeture des ateliers et le chômage39. En avril 1848, elle vote pour la liste démocratique par opposition à la bourgeoisie manufacturière ; en décembre, pour Louis-Napoléon, que l’on a présenté comme le défenseur des travailleurs40, en mai 1849, elle vote à nouveau pour le Comité central démocratique et Ledru-Rollin. Dans ses rapports, le procureur général de la Seine-Inférieure a souligné la signification du comportement électoral ; « Les ouvriers votent pour Louis-Napoléon, mais au scrutin pour la nomination des représentants, la question se pose partout entre ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas, entre la liste des maîtres et la liste des ouvriers... »41.

LES POURSUITES CONTRE LES DEMOCRATES

  • 42 Leroy de Boisaumarié (Ernest), 1810-1872, fils d’un préfet du premier Empire, souspréfet de Villefr (...)
  • 43 Daviel (Alfred), 1800-1856, avocat, procureur général à Rouen (février 1850), ministre de la Justic (...)
  • 44 Salva (Léon), chef de bataillon de la garde nationale de Sotteville, fut condamné à 5 mois de priso (...)

41Le succès relatif des démocrates en mai 1849 resta sans lendemain. L’épuration administrative et judiciaire commencée dès mai 1848 s’acheva en décembre avec la nomination, à la tête de la Seine-Inférieure, d’Ernest Leroy de Boisaumarié, ancien préfet des Landes sous la Monarchie de juillet et le remplacement du procureur général républicain Desseaux par d’Oms (juillet 1849)42, puis par Daviel, un bonapartiste convaincu (février 1850)43. Préfet et procureurs généraux surent parfaitement étouffer la propagande des démocrates. Nous ne rappellerons que les principales poursuites dont ceux-ci furent l’objet44.

Procès des insurgés de Rouen (13 novembre - 7 décembre 1848)

  • 45 A. N., BB 30 365. Procureur général, 8 décembre 1848.

42Devant les assises du Calvados, 81 accusés, 49 condamnations d’une extrême sévérité : 5 aux travaux forcés à perpétuité dont celles de Durand Neveu, du tailleur cabettiste Suireau et de Philippe, professeur de mathématiques... tous orateurs de clubs ; 6 aux travaux forcés à temps et 38 à des peines de deux à vingt ans de prison. Les jurés à l’unanimité, signèrent une demande de grâce : « Ils ne s’étaient pas rendu compte de l’énormité des peines qu’entraînaient leurs déclarations »45. Après la cassation des jugements, l’affaire revint devant la cour d’assises d’Alençon qui se montra moins rigoureuse : Durand-Neveu, Philippe et Suireau furent condamnés à la déportation (17 avril 1849).

Procès des insurgés d’Elbeuf (22-31 décembre 1848)

  • 46 A. D. Calvados, U, Troubles de Rouen et d’Elbeuf (1848).

4347 accusés. 20 condamnations, cette fois à des peines moins lourdes, de 13 mois à 5 ans de prison46.

  • 47 Les professions des accusés de Rouen sont très variées. On trouve des artisans (6 serruriers, 4 men (...)

44Il s’agissait dans l’un et l’autre cas d’émeutiers surpris sur les barricades ; l’existence d’un complot insurrectionnel n’avait pas été retenue par l’accusation, la plupart des dirigeants du mouvement démocratique échappèrent donc à ces poursuites47.

La dissolution de la Solidarité républicaine48

  • 48 A. N., BB 30 394. Procureur général, 7-8 février 1849. CORD’HOMME (Charles) - Ma vie, mes souvenirs (...)
  • 49 Ces poursuites semblent avoir été les premières engagées en France contre la Solidarité républicain (...)

45Fondée le 4 novembre 1848 par Charles Delescluze, cette société devait regrouper toutes les forces démocratiques, constituer « le grand parti de la république démocratique et sociale » et coordonner la lutte contre les réactionnaires. Elle comprenait des comités hiérarchisés de département, d’arrondissement, de canton. Après les démocrates du Havre, ceux de Rouen cherchèrent donc à s’organiser en janvier 1849 sur l’initiative de Bachelet, Charles Leballeur-Villiers, Lemasson et Furet. Les autorités judiciaires réagirent brutalement et dès la première réunion tenue à Elbeuf, poursuivirent plusieurs membres du comité (pour avoir fait partie d’un club affilié à d’autres clubs et tenu une réunion publique sans autorisation). Furet et Bachelet furent condamnés à huit mois de prison49.

  • 50 Le dernier procès-verbal du club est daté du 12 mai. La séance - fort animée - fut consacrée aux él (...)

46L’interdiction totale des clubs (mars 1849) entraîna la disparition du dernier club de Rouen, celui du passage Nitrière50.

Les procès du Républicain de Rouen

  • 51 A. N., BB 30 368. Procureur général. 13 juin 1850. CORD’HOMME (Charles) - Ma vie, mes souvenirs, op (...)
  • 52 A. D. S-M. - Etat des journaux ou écrits périodiques (5 avril 1850) - Le Progressif cauchois, bi-he (...)

47Ce journal radical, apparu après les élections de mai 1849, succomba à la suite d’une série de procès ; son gérant. Furet, subit plusieurs condamnations : deux mois (2 juin), un an (4 juin), deux ans (12 juillet) puis un an de prison (23 août) ; les radicaux cherchèrent alors à publier des feuilles mensuelles : l’Union démocratique (Charles Leballeur-Villiers), l’Emancipation normande (Letellier) dont l’existence fut éphémère. Dès le milieu de 1850, les démocrates ne disposaient plus d’aucun périodique dans l’arrondissement de Rouen51. A Fécamp cependant le Progressif cauchois malgré plusieurs condamnations de son gérant Vasselin réussit à survivre jusqu’au coup d’Etat52

  • 53 A. N., BB 30 368. Procureur général, 8 mars 1850, 9 mars 1851.
  • 54 Ibid., juin 1851.
    Une pétition fut également organisée pour obtenir l’abrogation de la loi électoral (...)

48Sans clubs, sans journaux, le parti démocratique était complètement désorganisé et ses anciens militants étroitement surveillés ; aucune réunion n’était possible, hormis les conciliabules dans les cafés ; les banquets prévus le 24 février 1851 pour la commémoration de la République ne regroupèrent qu’une trentaine de convives à Rouen et vingt-cinq à Grand-Quevilly ; encore ce dernier fut-il dispersé !53. Par ailleurs la reprise de l’activité économique contribua à écarter les ouvriers de l’agitation politique ; enfin, beaucoup d’entre eux continuaient de manifester leur sympathie à l’égard du Prince-Président ; le procureur général se réjouit de leur empressement à signer la pétition du comité bonapartiste en faveur de la prorogation des pouvoirs présidentiels (19 juin 1851)54.

Le 2 Décembre

  • 55 A. N., BB 30 395. Procureur général, 4 décembre 1851.
    CORD’HOMME (Charles), (op. cit., p. 55 et suiv (...)
  • 56 CORD’HOMME (Charles), op. cit., p. 57-58. Bachelet, Dalleinne, Salva, Charles LeballeurVilliers, Ma (...)
  • 57 A. N., BB 30 395. Procureur général. 6 décembre 1851.

49On comprend facilement qu’aucune réaction ne put être opposée en Seine-Inférieure au coup d’Etat du 2 Décembre. En juillet 1851, une délégation de démocrates rouennais (Berthelot, Dalleinne, Manchon, Cord’homme) s’était rendue à Richmond pour rencontrer Ledru-Rollin ; on y décida de créer dans l’arrondissement, à Rouen. Elbeuf et Maromme, des comités de résistance contre un éventuel coup de force55. Mais le 3 décembre, toute action isolée parut vouée à l’échec et les dirigeants préférèrent attendre l’initiative de Paris ; si bien que la police eut le temps de procéder à des arrestations préventives : 9 à Rouen, 6 à Elbeuf56 ; un seul incident notable : le tisserand Boissel, ancien chef de bataillon de la garde nationale, tenta sans succès d’entraîner les habitants de La Londe et d’Orival vers Elbeuf pour soulever la ville. L’inaction de la Seine-Inférieure parut « une incroyable victoire des idées de calme qui avaient autrefois distingué la population ouvrière, mais qui semblaient l’avoir abandonnée depuis février 1848 »57.

  • 58 A. N., BB 30 396. Tableau des inculpés, en exécution de la circulaire du 29 décembre 1851.

50Il n’y eut donc que 19 inculpations dans l’arrondissement de Rouen (36 en Seine-Inférieure) à la suite des événements de décembre 1851, la plupart d’ailleurs pour des délits mineurs (cris séditieux, offenses au Président de la République) ; la plus grave concernait Boissel, accusé de complot ayant pour but d’armer les citoyens58.

  • 59 A. N., BB 30 397. Travaux de la commission mixte. A. D. S-M. M, Sûreté nationale, second Empire. 25 (...)
  • 60 Expulsions :
    Bachelet Auguste. 41 ans, ancien avoué, adjoint au maire de Rouen, condamné en 1849 (So (...)

51En 1852, la commission mixte de Seine-Inférieure proposa en définitive des mesures d’éloignement à l’égard d’individus qui, sauf Boissel, n’avaient pu être compromis dans les événements récents, mais s’étaient désignés à la vigilance de l’autorité par leurs antécédents : les dirigeants du Club du passage Nitrière ou de la Solidarité républicaine, d’anciens condamnés de décembre 1848 pour les émeutes de Rouen ou d’Elbeuf, des membres du comité de résistance de 1851. Il en résulta pour l’arrondissement de Rouen, une transportation à Cayenne (Eustache Beaufour), douze en Algérie (Aymard, Dalleinne, Fouque, Gruel, Leballeur-Villiers, Prospert, Rémond, Salva, Noiret, Boissel, Bréant, Leprêtre)59, et six expulsions (Bachelet, Caron, Chesnée, Duboc, Letellier, Potelette)60.

  • 61 A. N., BB 30 387. Procureur général. 5 juillet 1 853.

52Ces chiffres peuvent paraître faibles, comparés à l’ensemble de la France (26 834), mais les commissions mixtes avaient frappé à la tête « Elles ont écarté les généraux et les colonels, restaient les brigadiers et les caporaux, l’armée est toujours dissoute »61.

LES PLEBISCITES DE 1851 ET DE 1852 - LES ELECTIONS DE 1852

  • 62 Une élection partielle avait eu lieu en Seine-Inférieure les 14 et 15 octobre 1849 pour remplacer V (...)

53Quelles furent les répercussions de ces poursuites sur le comportement de l’électorat rouennais ? Les plébiscites de décembre 1851 et de novembre 1852, les élections au Corps législatif des 29 février et 1er mars 1852 permettent de faire des constatations analogues à celles qui se dégagent des consultations de 1848 et de 1849 : la majorité des ouvriers continue à la fois à s’opposer aux bourgeois conservateurs et à soutenir Louis-Napoléon62.

  • 63 A. N., BB 30 387. Procureur général, 4 janvier 1852.

54Au plébiscite de 1851, le pourcentage des non est nettement plus faible dans les cantons ruraux que dans les cantons urbains, mais dans ces derniers, il n’est pas plus élevé dans les cantons ouvriers que dans les cantons bourgeois et parfois même inférieur (Maromme 11 %) ; il en est de même pour les abstentions. Dans l’ensemble, Louis-Napoléon obtient des résultats supérieurs à ceux de l’élection présidentielle de 1848, sauf dans la ville même de Rouen (17 641 oui contre 21 071 voix en 1848). Le procureur général croyait pouvoir conclure que les « meneurs socialistes » n’avaient plus aucune prise sur les ouvriers63.

Plébiscite des 20 et 21 décembre 1851

Plébiscite des 20 et 21 décembre 1851

Elections au Corps législatif des 29 février et 1er mars 1852. 1ère circonscription (Rouen)

Elections au Corps législatif des 29 février et 1er mars 1852. 1ère circonscription (Rouen)

2è circonscription (ELBEUF)

2è circonscription (ELBEUF)

Plébiscite des 21 et 22 novembre 1852

Plébiscite des 21 et 22 novembre 1852

Résultats comparés des plébiscites de 1851 et 1852 et des élections de 1852 (En pourcentage par rapport aux inscrits pour les abstentions et aux votants pour les non et les républicains)

Résultats comparés des plébiscites de 1851 et 1852 et des élections de 1852 (En pourcentage par rapport aux inscrits pour les abstentions et aux votants pour les non et les républicains)
  • 64 Pour les élections au Corps législatif, la première circonscription comprenait non seulement Rouen, (...)

55Aux élections des 29 février et 1er mars 185264, le chiffre des abstentions est extrêmement élevé ; il atteint 50 % à Rouen. Les républicains n’ont pu faire campagne ; ni le Mémorial, ni même le Journal de Rouen ne publièrent les noms de leurs candidats qui ne furent connus des ouvriers que par la propagande dans les ateliers.

  • 65 CORD’HOMME (Charles) - Ma vie et mes souvenirs, op. cit., p. 62.
    « Les républicains modérés, ni chai (...)

56Dans la circonscription de Rouen, au candidat officiel Levavasseur, député sortant, s’oppose le démocrate Lemasson, les républicains modérés s’étant effacés65 ; par contre à Elbeuf, le fabricant de draps Randoing, adversaire du manufacturier Quesné, candidat officiel, était un républicain libéral, ancien candidat du Comité central républicain en 1848.

  • 66 CORD’HOMME Charles - Op. cit., p. 64.

57Les candidats officiels obtinrent une confortable majorité à Rouen (Levavasseur, 12 791 voix ; Lemasson, 3 832) et à Elbeuf (Quesné. 11 988 ; Randoing, 4 251) ; Chennevière et Bourdon, indépendants, respectivement 2 597 et 1 495 ; mais, dans les villes, les républicains atteignaient un pourcentage de voix assez élevé : 38 % dans le 4e canton de Rouen, 42 % dans le 6e et 46 % à Elbeuf ; tenant compte des conditions de la campagne électorale, certains démocrates allèrent jusqu’à prétendre qu’il s’agissait d’un véritable succès. Dans les cantons ruraux, au contraire, le pourcentage des voix républicaines s’était effondré ; la candidature officielle y avait été notablement plus efficace66.

  • 67 A. N., BB 30 387. Procureur général, 7 décembre 1852.
  • 68 Ibid., 5 mai 1852.
    Pour l’arrondissement de Rouen. 51 367 oui et 4 404 non en 1852, contre 55 202 ou (...)

58Au plébiscite de novembre 1852 sur le rétablissement de l’Empire, Louis-Napoléon va retrouver ses majorités écrasantes de 1848 et de 1851. Cependant le chiffre des abstentions a augmenté : à Rouen, il passe de 21 à 31 %. Le nombre des oui ne s’élève qu’à 15 735, mais celui des non n’est plus que de 2 236 (au lieu de 4 990) ; le pourcentage des oui atteint 86 % à Rouen, 84 % à Elbeuf, 91 % à Maromme ; il est plus élevé dans les cantons ouvriers de banlieue que dans les cantons bourgeois de Rouen. Le procureur général attribue l’augmentation des abstentions aux orléanistes et aux légitimistes, « c’est dans les classes supérieures de la bourgeoisie et du commerce que l’on a constaté le plus d’apathie et de mauvaise volonté... ». A Rouen, au Havre et à Elbeuf, des manufacturiers parmi les plus notables s’étaient abstenus ; on en citait même qui avaient voté non. Par contre, il n’avait qu’à se louer des ouvriers ; « le bonapartisme des classes populaires est notre seule sauvegarde contre le socialisme ; le dernier vote l’a montré... ». Partout où les ouvriers ont la majorité, les élections municipales ont été mauvaises et le vote sur le plébiscite a été bon...67. « Le nom de l’Empereur est dans les masses comme une religion qui protège l’ordre social que le héros de l’an VIII a relevé de ses ruines... Effacer ce nom, détruire cette digue, rien n’empêchera plus l’invasion du Socialisme dans tous les esprits qu’aucune éducation forte et religieuse ne préserve de la contagion »68.

L’OPPOSITION DEMOCRATIQUE ET LES OUVRIERS DE 1852 A 1857

  • 69 Ibid., 18 août 1858.
  • 70 Ibid., 5 juillet 1853.
    A. N., F 1 C III, Seine-Inférieure 7. Préfet, 5 février 1853.
    A. D. S-M., M, S (...)

59Les autorités administratives de la Seine-Inférieure donnaient une interprétation fort simple des événements de 1848 et des troubles sociaux en général : ils résultaient de l’action des meneurs démagogues sur une masse d’ouvriers en chômage : « Les classes populaires, plus portées à se préoccuper des questions matérielles qu’à se passionner directement pour des idées politiques, s’obstinent, dans leur ignorance, à imputer aux hommes qui gouvernent ou administrent, tantôt leur aisance et tantôt leur détresse. L’hostilité apparaît chez elles lorsque le prix des denrées augmente et que le travail diminue en même temps que le salaire. Elle ne se manifeste jamais quand la situation agricole et industrielle lui offre des avantages dont elle ne manque pas de reporter au pouvoir le principal mérite »69. Les meneurs étaient arrêtés ; l’activité de l’industrie cotonnière qui avait repris dès la fin de 1849, n’avait pas été perturbée par le coup d’Etat ; le bien-être de la classe laborieuse maintenait l’apaisement des esprits et neutralisait la propagande des doctrines subversives70.

60La situation se modifia à la fin de 1853, par suite d’une mauvaise récolte et du renchérissement des denrées alimentaires. A Rouen, le pain passa de 0,24 F le kilo au début de l’année 1853 à 0,48 F ; après une légère diminution en 1854, les hauts prix se maintinrent au cours des campagnes de 1855 et de 1856 (maximum 0,60 F en 1855) ; les autres denrées subirent également des augmentations importantes, d’où un fléchissement de la production industrielle entraînant, sinon des fermetures complètes, du moins une diminution de la durée du travail dans les filatures et les tissages mécaniques. Cependant on ne constata pas d’incidences politiques au cours du premier hiver de crise ; « Le plus remarquable résultat est la solidité conservée, pendant cette période de temps, par l’esprit public dans un pays jadis si sujet à s’émouvoir, à s’agiter, à se passionner contre son gouvernement.

  • 71 A N., BB 30 387. Procureur général, 13 juillet 1854.
    Ibid.. 12 janvier 1854. « Nulle part, on ne fai (...)

61« Les classes ouvrières ont supporté leur part du mal avec une résignation exemplaire..., sans jamais en faire remonter la responsabilité au gouvernement et les anciens partis n’ont pas trouvé une chance à saisir... ; pas d’émeutes, pas de désordre, pas un seul propos séditieux. Les efforts faits pour secourir les malheureux ont été plus grands qu’à n’importe quelle époque. Les classes ouvrières ont bien vu les efforts faits par le gouvernement, les communes et les particuliers...71.

  • 72 Ibid.. 8 août 1857.
    A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 21 novembre 1856 : « Les manufacturiers a (...)
  • 73 Ibid., 27 avril 1857.
    « Les manufacturiers veulent l’émeute, eh bien, on ne leur donnera pas cette s (...)
  • 74 Ibid., 31 janvier 1855.
    Selon Philippon, certains ouvriers rejetaient la responsabilité sur l’entour (...)
  • 75 Non seulement les démagogues ou les légitimistes, mais aussi les orléanistes. « On entend déjà dire (...)

62La crise se prolonge en 1855 et 1856, mais l’ordre continue à régner, l’opinion s’en prenant a la spéculation qu’elle accuse de maintenir une cherté artificielle des grains72. Autres responsables, les manufacturiers qui, alors que la crise des subsistances paraît finie ne s’empressent pas de rendre une complète activité à leurs ateliers. Ne cherchent-ils pas à faire pression sur le gouvernement pour empêcher la levée des prohibitions ?73. La popularité de l’empereur ne semble pas avoir été gravement atteinte74 ; cependant les rapports de police signalent un certain mécontentement que les anciens partis politiques vont essayer d’exploiter aux élections de 185775.

  • 76 A D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 1er décembre 1858.
    A. D. S-M., M. Corr. Leroy, dossiers indivi (...)

63L’action des républicains continuait à être entravée par la surveillance constante dont ils étaient l’objet. La police suivait leurs déplacements, réussissait à infiltrer ses agents dans les groupes démocrates, si bien qu’on finit par soupçonner certains amnistiés d’être des indicateurs76. Les opposants les plus actifs furent parfaitement identifiés, au moins jusque vers 1860.

  • 77 A. N., F I C III. Seine-Inf. 6.
    A. D. S-M., M, Corr. Leroy, dossiers individuels (D-L). Préfet, 10 n (...)
  • 78 A. N., BB 30 387. Procureur général. 5 juillet 1853.

64Les républicains modérés préférèrent se retirer de la lutte ; à Rouen, de 1849 à 1863, aucun d’eux ne fut candidat aux élections législatives : Sénard s’effaça ; et même Deschamps son adversaire de 1848, accepta de prêter le serment, après le Deux-Décembre ; élu au conseil général (canton d’Elbeuf), ses antécédente politiques semblaient parfois être un fardeau pour lui77. « Les républicains disséminés dans la bourgeoisie affectent une résignation un peu dédaigneuse ou une indifférence qui cache mal le découragement des uns et l’ardente rancune des autres »78. Sans se rallier, la plupart préféraient se tenir sur la réserve.

  • 79 Ibid. Desseaux, membre du Comité central démocratique avait cependant requis, comme procureur, cont (...)

65Cependant si la prison, la déportation ou l’exil ont à peu près détruit l’état-major de la démocratie les « meneurs en sous-ordre » ont échappé aux commissions mixtes et conservé leurs relations et leurs espérances. Ils n’attendent que l’occasion favorable pour reconstituer leur organisation79.

  • 80 CORD’HOMME (Charles) - Ma vie, mes souvenirs - Réveil social (15 avril 1894-23 mai 1897).
  • 81 Philippon (Antoine). 1817-1890. Après avoir été renvoyé de la police, il devint employé à la préfec (...)

66Nous connaissons une partie de leur activité par deux témoignages d’origine fort dissemblable : d’abord les souvenirs de Charles Cord’homme, membre du Comité central démocratique en 1848, de la Solidarité républicaine et du comité de résistance de 1851, qui, par chance, avait pu échapper aux arrestations de décembre 185180 et continuer à lutter contre l’Empire et surtout les rapports fréquents hebdomadaires ou bihebdomadaires du policier Philippon qui avait réussi à gagner la confiance d’un groupe d’ouvriers républicains81.

67Les démocrates, ne pouvant tenir de réunions générales, se rendaient les uns chez les autres ou se rencontraient dans les cafés de Martainville et de Saint-Sever ; il s’est donc constitué un certain nombre de groupes d’après le milieu social et la profession, que Philippon appelle improprement « comités ».

  • 82 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philipppon, 15 mars 1858, 14 décembre 1858.

68Parmi les membres des professions libérales et les commerçants, on trouvait Eugène Manchon, avocat à Rouen et propriétaire à La Feuillie, le « Démosthène de la démagogie », ancien membre du comité radical de 1847 - il avait soutenu financièrement le Réveil de Delescluze et défendu, à plusieurs reprises, des accusés républicains- ; le pharmacien Thiessé ; un négociant, Lecompte ; et surtout les « trois anabaptistes » : l’avocat Leplieux, Berthelot, commissionnaire en liquides et Cord’homme, négociant en vins. Ils correspondaient par l’intermédiaire de Lemasson avec le Comité Guinard de Paris ; à Rouen, ils se réunissaient chez Gaudet, rue de Buffon82.

  • 83 Ibid., 13 février 1858, 7 juin 1 858.

69Le « comité Blaizet » comprenait surtout des artisans et de petits commerçants, le cordonnier Meyer, le cafetier Tropinel, le cordonnier Duboc, ancien expulsé de 1852, Simon, marchand de comestibles. En relations avec le groupe précédent, ils se montraient d’actifs agents électoraux83.

  • 84 Ibid., 27 juillet 1857. C’est avec certains de leurs membres que Philippon avait pu établir des con (...)

70Les « comités ouvriers »84 : comité de Rouen avec Louis Beaufour, frère du déporté de 1852, le tailleur Boutteville, des fileurs, Lautour, Poirier, le fondeur Roger ; comités de Sotteville, Darnétal et Déville (le menuisier Hervé, le brocanteur Grenet...).

71Ce sont là les groupes d’amis le plus souvent cités par Philippon, mais il en existait vraisemblablement d’autres.

  • 85 Ibid., 14 décembre 1858, 23 septembre 1859.

72Les relations n’étaient pas exemptes de défiance ; les deux premiers comités soutenaient Ledru-Rollin ; d’autres semblent avoir été plutôt favorables à la Commune révolutionnaire ; certains ouvriers reprochaient par ailleurs aux bourgeois de ne pas fraterniser et parfois même de ne pas les tenir au courant de leurs initiatives, mais la « démagogie supérieure » craignait les imprudences et les indiscrétions des « frères ouvriers »85.

  • 86 Ibid., 19 décembre 1856.
  • 87 A. D. S-M., M, Sûreté nationale, second Empire. Sûreté générale, condamnés, transportés, individus (...)

73Les trois quarts des groupes démocratiques étaient composés, selon Philippon, de « misérables tailleurs, cordonniers ou ouvriers de fabrique86. De 1852 à 1857, divers rapports de police donnent des précisions sur la profession de 227 individus suspects ou dangereux87.

  • 88 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 15 mars 1858. « Le nombre des démocrates est grand à Déville (...)
  • 89 Ibid., 8 août 1857.
  • 90 Ibid., 10 septembre 1858.
    A. D. S-M. M. Rapports spéciaux et confidentiels. 7 et 9 octobre 1855 : Da (...)
  • 91 A. D. S-M. M. Corr. Leroy. Philippon, 10 mai 1858. « Ils ne participent pas aux loteries de souscri (...)
  • 92 Ibid., 25 avril 1857. « Ils se vantent de la force de leur parti dans les ateliers, de la facilité (...)

74Les artisans tiennent une place prépondérante : tailleurs, cordonniers, ainsi que les petits commerçants ; débitants, gargotiers... Parmi les ouvriers particulièrement sensibles à la propagande démocratique, on remarque les lithographes, les graveurs et imprimeurs sur indiennes de Déville88. Les fonderies et ateliers de constructions mécaniques sont des repaires de « démocs » ; Powell, Elmering, Rawcliff à Saint-Sever89 et surtout Buddicom à Sotteville : « Les ouvriers de cette entreprise qui ont une certaine science, une éducation plus soignée, un esprit vif et pénétrant, doués d’une grande énergie sont entrés dans la vie politique par la porte que leur a ouverte 1848... ; l’atelier des monteurs occupe 180 ouvriers..., il n’y en a pas un qui ne soit démocrate et il en est à peu près de même dans les autres ateliers90 ; mais mieux payés, plus instruits, plus audacieux que les autres ouvriers de fabrique, ils ne fraternisent pas avec eux »91. De ce fait, la police les considérait moins dangereux que les tailleurs ou les cordonniers92.

  • 93 Ce sont eux que Philippon fréquentait particulièrement. Il existait un groupe démocratique de fileu (...)
  • 94 A. D. S-M. M, Corr. Leroy. Philippon, 8 novembre 1857.

75Dans le textile, la démagogie n’était pas absente ; plusieurs fileurs faisaient partie du « comité ouvrier »93, mais cette industrie n’était pas représentée en proportion de ses effectifs ; la surveillance des patrons incitait à une extrême prudence ; il n’était pas recommandé de se faire remarquer pour ses opinions politiques ; un exemple : le fileur Périer qui avait distribué des bulletins de vote aux élections de 1857 ne put retrouver du travail dans aucun établissement et dut quitter la région94.

  • 95 Siegfried (André) - Tableau politique de la France de l’Ouest - 2e éd. Paris 1964, p. 266.
  • 96 « Les ouvriers d’Oissel ont peu d’intelligence et n’ont que fort peu de connaissances sur toutes le (...)

76L’opposition entre le comportement politique des ouvriers de la rive gauche et celui des ouvriers de la rive droite de la Seine, que Siegfried a soulignée pendant la III e République, apparaît dès le second Empire ; les travailleurs de la rive gauche, moins dépendants du manufacturier que l’ouvrier des vallées, ne sont pas des résignés apathiques mais des militants et des combatifs »95. Il convient cependant de remarquer qu’il y avait des noyaux démocrates actifs à Déville, Maromme ou Pavilly et qu’en revanche Oissel passait pour vivre en marge de la politique96.

  • 97 A. D. S-M., M. Corr, Leroy. Philippon, 9 décembre 1 856.

77A Elbeuf, le rôle des artisans (cordonniers, tailleurs, mécaniciens) était aussi important qu’à Rouen ; mais de leur côté, les tisserands manifestaient leur esprit d’indépendance, en particulier ceux de Caudebec-lès-Elbeuf97. En août 1852, le canton d’Elbeuf élut conseiller général Frédéric Deschamps, encore considéré comme opposant, contre le candidat officiel.

78Quelle fut l’activité de ces groupes démocratiques ?

  • 98 Ibid., 16 mai 1857.
  • 99 Ibid., 13 juillet 1857, 16 août 1857, 8 novembre 1857.
  • 100 Ibid., 31 août 1857.
  • 101 Ibid., 23 octobre 1857.
  • 102 Ibid., 15 avril, 5 juillet 1858. Cette collecte provoqua un différend entre les démocrates : tisser (...)
  • 103 Ibid., mai 1858.

79D’abord l’organisation de souscriptions, collectes et loteries à des fins diverses : mai 1857, souscription en faveur de la veuve de Cabet98 - 4 juillet 1857, loterie sociale des partisans de la Commune révolutionnaire (grâce aux 200 billets de 0,50 F, elle devait permettre de venir en aide aux patriotes dans l’embarras et aux détenus ; son premier prix consistait en un porte-montre en coquillages « au pied duquel est le tombeau du vieux mannequin, Napoléon Ier)99 - Août 1857, achat par les ouvriers de Rouen, Sotteville et Darnétal d’une couronne civique pour la tombe de Béranger100 - Octobre 1857, souscription parmi les « notables de la démagogie » pour élever un monument à Manin101 - Mars 1858, collecte en faveur des quatre républicains de la Seine-Inférieure arrêtés après l’attentat d’Orsini102 - Mai 1858, collecte pour le journaliste Furet, ancien gérant du Républicain de Rouen103.

  • 104 Ibid., 8 novembre 1857.
  • 105 A. D. S-M., M, Affaire Blaizet. Bachelet, réfugié à Guernesey, demande des vêtements et ses fusils (...)

80Les organisateurs s’élevaient contre le manque de générosité de la population : sur les 200 billets de la loterie de juillet, deux tiers seulement étaient placés en novembre104 ; les exilés de leur côté se plaignaient d’être abandonnés : « Aujourd’hui, nous sommes oubliés par tous ou presque tous et c’est à de bien rares intervalles qu’un sentiment de sympathie fraternelle nous arrive de France »105.

  • 106 Les exemplaires étaient rares ; on les recopiait ! Parmi les autres ouvrages clandestins : les chan (...)

81Autre forme d’action : la diffusion des livres interdits ; les écrits des démocrates de la première République, de ceux qui avaient combattu la Restauration et la Monarchie de Juillet sont très recherchés... et surtout les œuvres de Cabet, de Louis Blanc (La Révolution de 1848), de Victor Hugo, de Félix Pyat106.

  • 107 A. D. S-M., M. Sûreté nationale, second Empire. Commissaire central de Rouen, 15 juin 1853.

82Ces activités, comme les « rencontres d’amis » tendaient à maintenir les liens entre les démocrates de 1848. Les réunions où l’on se répandait en propos injurieux à l’égard du gouvernement, où l’on buvait à l’assassinat de l’’empereur, contribuaient à entretenir les esprits dans l’attente d’événements où chacun devrait faire son devoir107.

83Le préfet et le procureur général se sont demandé s’il n’existait pas dans le mouvement démocratique rouennais une organisation structurée affiliée à une société secrète nationale.

  • 108 A. N., BB 30 409. Procureur général, 6 août 1855. La Fraternité universelle aurait regroupé les dif (...)

84Il est incontestable qu’il y eut des relations avec les démocrates de Paris comme avec les réfugiés de Londres, de Guernesey ou de Bruxelles. A l’occasion de la formation de La Fraternité universelle le procureur général de la Seine, dans un rapport du 6 août 1855, affirme que la Marianne existait à Rouen. Tours, Orléans et que certains affiliés de la Fraternité rendaient compte des travaux de ces ateliers108.

  • 109 A. D. S-M., M, Sûreté nationale, second Empire. Rapport de Philippon, 20 septembre 1855. « Les préd (...)
  • 110 A. N., BB 30 415. Individus dangereux, 25 septembre 1855.
  • 111 A. D. S-M., M, Corr. Leroy (1852-1857). Procureur général Savary, 14 août 1857 : « J’ai acquis la c (...)

85Philippon, le 20 septembre 1855 révèle qu’une société secrète qui a 500 adeptes, existe à Rouen, Sotteville et Déville... mais il ajoute qu’elle n’est pas entièrement constituée et que la formule du serment pour les prédestinés n’est pas encore trouvée... Il conclut que rien ne sera entrepris pour le moment, le temps n’étant pas venu pour frapper un coup décisif109. Le procureur général, à son tour, assure que si les partis n’ont pas dans le ressort de Rouen la violence et l’organisation qu’ils paraissent avoir dans d’autres régions de la France, il y existe des affiliés aux sociétés secrètes, notamment à la Marianne110 ; il verra dans l’affaire Blaizet la confirmation de son rapport111.

  • 112 A. N., BB 30 118. Procureur général, 27 avril 1856. Blaizet fut relaxé, cinq autres fileurs furent (...)

86En janvier 1856, en effet, furent arrêtés deux ouvriers fileurs, Laloille et Brunet, qui avaient proposé une nouvelle souscription à leurs camarades : il fallait verser 50 centimes par semaine pour se procurer des fusils en vue d’une insurrection qui devait éclater en février à Paris et dans les principales villes de France. La police crut d’abord que ces deux individus, déjà condamnés pour vol et recel, voulaient exploiter la crédulité de leurs amis ; on perquisitionna cependant, mais sans résultat, chez le tailleur Blaizet et quelques autres républicains. Brunet dénonça plusieurs fileurs parmi lesquels Gratigny et Lieugard, qui furent traduits devant le tribunal correctionnel de Rouen en mai 1856, sous la prévention d’avoir fait partie d’une société secrète dont Lieugard était le chef ou le fondateur. Bien que de nouvelles perquisitions n’eussent donné aucun résultat, Lieugard et Gratigny s’entendirent condamner à deux ans de prison « Tout dans la procédure avait concouru à démontrer que Lieugard avait des rapports personnels et suivis, soit avec d’autres chefs de section, soit avec des chefs supérieurs de la société »112.

  • 113 A. D. S-M„ M, Corr. Leroy. Philippon, 8 juillet 1857 : « Le comité ne s’organise pas ; les démocs h (...)
  • 114 Ibid., 25 novembre 1857. Philippon signale une entrevue de Blaizet et des membres de la Commune rév (...)
  • 115 Qualitativement, Philippon estime que la situation est aussi mauvaise : « les trois quarts sont rui (...)
  • 116 A D. S-M., M, corr. Leroy. Philippon, 21 novembre 1856, 4 et 7 mai 1857 ; « Les élections les préoc (...)

87Quoiqu’il en soit, il n’y eut jamais d’organisation regroupant la plupart des démocrates de Rouen ; toutes les tentatives de 1855, de 1857 (essai de constitution d’un comité de surveillance)113 ou de 1859114 échouèrent. Il était facile d’ironiser sur les divisions de l’opposition : « Si l’on envisage la force numérique de la démagogie, on peut s’en alarmer, car elle est nombreuse ; mais si l’on descend aux qualités, on est bien vite rassuré... Sur mille il y a dix opinions différentes, sur ces dix opinions il n’y a pas quarante démocs qui se connaissent intimement ; sur quarante, vingt se défient des vingt autres, voilà pour l’ensemble... »115. Les démocrates paraissent sans influence sur la masse ouvrière qui craint de se compromettre avec eux. « A la sortie des ateliers, ils sont toujours isolés... Cette répulsion est éloquente »116 ; les « amis » de Philippon s’indignaient de l’engourdissement général... Les élections de 1857 allaient créer une certaine surprise.

LES ELECTIONS AU CORPS LEGISLATIF (21 ET 22 JUIN 1 857)

88Depuis la proclamation de l’Empire, la participation des républicains avait été fort réduite aux deux consultations électorales qui avaient eu lieu : élections cantonales et municipales de 1855.

  • 117 A. D. S-M., M, Conseil général, canton d’Elbeuf. Au premier tour, inscrits 10 083 ; votants, 3 290  (...)
  • 118 Grandin fut élu au second tour de scrutin (16-17 octobre 1852). Inscrits, 10 203 ; votants, 1 492 ; (...)

89En août 1852, au renouvellement des conseils généraux et des conseils d’arrondissement, les républicains n’avaient été représentés que dans le canton d’Elbeuf où ils l’avaient d’ailleurs emporté : au conseil général, l’ancien commissaire de la République Deschamps sur le manufacturier Flavigny117 ; au conseil d’arrondissement, Camille Randoing sur un autre industrie], Constant Grandin ; mais Randoing ayant refusé de prêter serment, Grandin fut quand même élu en octobre 1852118. Aux élections partielles de 1855(5e et 6e cantons de Rouen, Grand-Couronne, Maromme et Pavilly), les candidats officiels n’eurent pas d’adversaires.

  • 119 Une seule liste : celle des conseillers sortants. Inscrits, 22 939 ; votants, 2 884 ; la liste obti (...)
  • 120 A. D. S-M., M. Elections municipales d’Elbeuf. Maire d’Elbeuf, 8 août 1855. « Leroy, tourneur sur b (...)
  • 121 Décret du 6 octobre 1855.

90Aux élections municipales, l’opposition ne se manifesta pas dans la plupart des communes - à Rouen par exemple119 - mais elle obtint cependant trois succès, à Elbeuf, Sotteville et Orival. A Elbeuf, dans deux sections sur cinq, des républicains rouges de 1848 furent élus120 ; à Orival, les résultats furent tels que le préfet ne jugea pas possible d’installer le conseil municipal « Cette commune, voisine d’Elbeuf, presque composée uniquement d’ouvriers, reste encore sous l’influence de 1848 » ; Sotteville désigna 13 opposants sur 23 conseillers parmi lesquels plusieurs anciens membres de la commission municipale de 1848 qui avaient fait figurer sur leur programme « le droit au travail, la suppression des impôts pour les ouvriers et le renvoi des deux vicaires, un curé étant suffisant... ». Ces trois conseils furent dissous et remplacés par des commissions municipales121.

  • 122 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 18 avril, 30 avril 1 857.
  • 123 A. N., BB 30 1567. Procureur général, 24 mai 1 857. Pour Levavasseur « une tentative de réélection (...)
  • 124 Journal de Rouen. 7 juin 1857.

91La situation électorale paraissait cependant si peu favorable en 1857 que de nombreux membres des groupes démocratiques préconisèrent l’abstention pour éviter un échec trop lourd. En avril, les orléanistes seuls songeaient à pressentir un adversaire de la levée des prohibitions « qui serait appuyé par la force physique que donne la puissance manufacturière sur les ouvriers... » ; on pensa même à Thiers qui avait représenté la Seine-Inférieure de 1848 à 1852122. Mais le gouvernement écarta le député sortant Levavasseur et désigna comme candidat officiel, un défenseur du travail national, le manufacturier Pouyer-Quertier, qui était « apprécié de ses confrères, aimé de ses ouvriers, dévoué à l’Empereur »123. Levavasseur refusa de s’incliner et le Journal de Rouen invita tous les électeurs libéraux à lui accorder leurs suffrages124.

92Quant aux républicains, après de longues discussions, ils finirent par écarter Sénard trop compromis dans la répression des journées d’avril 1848 et choisirent à nouveau Achille Lemasson qui jouissait de la confiance de tous les démocrates.

  • 125 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 30 août 1857.
    « Tout ce qui s’est fait aux élections n’a été (...)

93Dans la circonscription d’Elbeuf, à la différence de 1852, deux candidats seulement se présentèrent : le député sortant Quesné et Alexandre LeballeurVilliers. Les conditions de la campagne furent exactement semblables à celles de 1852 et les républicains durent recourir au porte à porte pour la propagande125

  • 126 A. D. S-M.. M, Elections de 1857.

Elections au Corps législatif (21-22 juin 1857)126 (pourcentage par rapport aux votants). 1ère Circonscription (Rouen)

Elections au Corps législatif (21-22 juin 1857)126 (pourcentage par rapport aux votants). 1ère Circonscription (Rouen)

2è circonscription (Elbeuf)

2è circonscription (Elbeuf)
  • 127 A. D. S-M., M, Elections de 1857. Le programme de Pouyer-Quertier avait été bien accueilli dans les (...)
  • 128 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 30 août 1857.
    Avec beaucoup d’exagération, Philippon attribue (...)
  • 129 L’opposition républicaine retrouve à peu près ses pourcentages de 1849 dans les cantons de Darnétal (...)

94Le pourcentage d’abstentions fut comparable à celui de 1852. Les deux candidats officiels l’emportèrent ; mais dans la circonscription de Rouen, Lemasson gagnait près de 1 500 voix, dont plus de 1 200 dans le canton de Darnétal, où de nombreux suffrages s’étaient dispersés en 1852 ; à Rouen même, la progression était peu sensible (30 % au lieu de 26 %)127 ; dans la circonscription d’Elbeuf, Leballeur-Villiers obtenait 1 300 voix de plus que Randoing en 1852, grâce à Sotteville et aux communes industrielles de la vallée du Cailly. On attribua parfois ces progrès des républicains à la crise économique, à la misère qui avait aigri les esprits : « Les masses ouvrières ne croyaient mieux témoigner leur mécontentement qu’en se jetant tête baissée dans l’opposition »128. La comparaison entre les résultats des loteries, des collectes et le choix des électeurs étonna les démocrates eux-mêmes. En fait, des changements notables n’étaient apparus que dans quelques communes ouvrières qui avaient été sensibles en 1852 à l’appui donné par l’Empereur à certains candidats ; les résultats de 1857 traduisent l’affaiblissement de la candidature officielle accordée à des manufacturiers129.

  • 130 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 29 juin 1857.

95Les démocrates trouvèrent dans le scrutin de 1857 de nouvelles raisons d’espérer : « Le vote universel qui a élevé l’Empire servirait à le renverser ; dans cinq ans l’opposition sera maîtresse de la place »130, mais les années qui suivirent apportèrent bien des désillusions.

L’OPPOSITION DEMOCRATIQUE EN I860

  • 131 A. D. S-M., M, Sûreté générale, transportés... Commissaire central de Rouen, 16 février 1858 : « Da (...)
  • 132 Ibid. Voir aussi les rapports de Philippon. 27 février, 15 avril 1858.

96Les poursuites contre les démocrates reprirent après l’attentat d’Orsini (14 janvier 1858). Le 23 février, pour prévenir toute tentative de désordre à l’occasion du procès, le préfet reçut l’ordre de faire arrêter les hommes les plus dangereux du département ; pour la Seine-inférieure, leur nombre était fixé à quatre, à choisir parmi ceux qui, condamnés depuis 1848 pour société secrète ou frappés par des décisions des commissions mixtes de 1851, avaient été libérés ou graciés et avaient persisté dans leurs coupables manœuvres. Furent donc désignés : Eustache Beaufour, ourdisseur à Rouen, Charles Noiret, tisserand à Rouen, Pascal Bréant, tisserand à Elbeuf, Rémond Emile, journalier au Havre. Circonstances aggravantes pour les trois premiers, ils s’étaient fait remarquer pour leur ardeur à combattre les candidats du gouvernement en 1857131. Il s’agissait de frapper les autres démagogues d’une terreur salutaire ; le résultat semble avoir été atteint : par crainte de nouvelles arrestations, l’ardeur des opposants les plus acharnés paraît s’être calmée pendant quelque temps132.

  • 133 A. N., BB 30 387. Procureur général, 8 janvier 1860.

97L’évolution de la conjoncture économique est un autre facteur d’apaisement. A la fin de 1857, et jusqu’à la récolte de 1860, le prix du pain est revenu au niveau de 1852 ; si la viande reste chère - les bouchers sont accusés de ne pas répercuter au détail la baisse du bétail sur pied due à la sécheresse de 1858-, légumes et fruits sont bon marché. Grâce à la reprise du textile et de la construction mécanique, le procureur général rapporte que l’industrie, à la fin de 1859, connaît une prospérité exceptionnelle133.

  • 134 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 7 septembre, 5 octobre 1857, 19 décembre 1859.

98Le travail ne manque pas et dans plusieurs établissements, les ouvriers peuvent obtenir des augmentations de salaires « La classe ouvrière n’a jamais joui d’autant de bien-être qu’aujourd’hui, » au grand regret, dit-on de quelques meneurs des comités134.

  • 135 Ibid., 7 février, 24 février 1859.
  • 136 Ibid., 11 mars. 8 mai, 28 mai, 13 juin 1859.
  • 137 Ibid., 9 novembre, 14 novembre 1859.
  • 138 Ibid., 19 août 1859 « La démagogie est pétrifiée ; dans ses rêves les plus dorés, elle n’avait jama (...)

99La politique italienne de l’empereur joua un rôle essentiel dans l’évolution de certains démocrates. Après la publication de la brochure de La Guéronnière, Napoléon III et l’Italie, les rapports de police parlent de l’intérêt porté aux affaires italiennes par les démagogues135. La commémoration du 24 février a lieu en 1859 dans un calme sans précédent... les libations ont été faibles et deux pauvres toasts ont été portés, l’un à l’émancipation des peuples, l’autre à la République universelle... « L’Italie préoccupe seule les démagogues, ils croient que l’Empereur la rendra indépendante ; cette croyance les a rendus très malléables et d’une politesse qui ne leur est pas commune » (2 mars 1859). Certains vont jusqu’à imaginer que Napoléon III et le roi de Sardaigne vont s’entendre pour accorder la liberté aux peuples... Des collectes commencent en faveur des frères d’Italie. L’entrée en guerre contre l’Autriche semble avoir été approuvée par toutes les classes de la société ; après Magenta, les démagogues manifestent leur enthousiasme « un rêve se développe, qu’après la guerre, la liberté rendue à un peuple devra inévitablement s’étendre à celui qui la lui a rendue... »136. Même après Villafranca, on ne désespère pas : « Les Italiens sauraient bien achever l’œuvre et, à un moment donné, la Révolution embraserait l’Italie entière et au lieu d’une confédération, il y aurait une république ». Tous les espoirs reposent sur Garibaldi en faveur de qui on organisa une nouvelle souscription137. Et l’amnistie du 15 août 1859, qui suivit le rétablissement de la paix, ne suscita de critiques que dans la bourgeoisie où l’on s’effrayait du retour de quelques centaines d’individus dangereux ; les démocrates furent déconcertés par cette mesure qui annulait la rigueur exceptionnelle de la loi de sûreté générale138.

  • 139 A. N., BB 30 387. Procureur général, 20 juillet 1859 « Les démocrates les plus violents entrevoyaie (...)
  • 140 En particulier les mandements de Mgr de Bonnechose, archevêque de Rouen depuis 1858 (cardinal en 1  (...)
  • 141 A. D. S-M., M, Mandements du Cardinal de Bonnechose.
    A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 5 janvie (...)

100Le règlement de la question italienne causa une certaine déception139, mais les difficultés qui surgirent avec Rome allaient de nouveau provoquer un rapprochement entre les démocrates et le gouvernement impérial ; les protestations de Mgr Dupanloup, les menées ultramontaines, l’appel pour envoyer des volontaires défendre Rome, les prières, les mandements, les prêches et les collectes, l’activité de la Société de St-Vincent-de-Paul irritèrent les anticléricaux140. « La démagogie s’emporte contre le clergé et fait des vœux pour son anéantissement, d’autant plus qu’elle voit se rallier à la cause du pape la plupart des légitimistes ; elle approuve l’Empereur aussi bien dans sa politique italienne que dans sa politique française hostile au pape et dans les mesures prises en France contre l’ultramontanisme... Les républicains ne seraient pas les derniers à soutenir l’Empereur contre toute tentative légitimiste »141.

  • 142 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, Philippon, 26 janvier 1860.
  • 143 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 26 janvier 1860.
  • 144 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1860 « La masse est reconnaissante de la sollicitude (...)

101Enfin une dernière grave question passionna particulièrement la région de Rouen vers 1860, celle de la levée des prohibitions. Elle avait déjà été posée à plusieurs reprises, mais jamais d’une manière aussi pressante. A l’annonce de la signature du traité avec l’Angleterre, les manufacturiers de Rouen et d’Elbeuf ripostèrent par une vive protestation pour soutenir l’intervention de Pouyer-Quertier au Corps législatif142 ; ils cherchèrent, d’autre part, à émouvoir les ouvriers en leur représentant que la concurrence anglaise entraînerait le chômage et une baisse inévitable des salaires. Mais les ouvriers se méfiaient de la sollicitude des patrons ; ceux-ci ne voulaient-ils pas, en invoquant la diminution des salaires et le chômage, les pousser à la révolte ? « La classe ouvrière est favorable à la Lettre de l’Empereur ; sans attachement à ses patrons, elle n’a jamais reconnu en eux que des exploiteurs qui les ont payés le moins possible et ne se sont pas fait faute dans les temps de disette de les jeter sur le pavé sans aucune ressource ; l’embarras qui leur est suscité aujourd’hui n’est à ses yeux que la monnaie qui leur est rendue en son nom... »143. Et la campagne de 1860 contre la levée des prohibitions ne suscita guère plus d’écho chez les ouvriers que celle de 1856 ; il ne leur déplaisait pas d’espérer que les bénéfices des patrons pouvaient être atteints144.

  • 145 A D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon. Il février 1860.
  • 146 Ibid., 12 Juillet I860.
  • 147 A. N., BB 30 387. Procureur général, 3 février 1859... « Il n’y a pas maintenant d’excitation capab (...)

102Les difficultés du gouvernement avec les manufacturiers, le clergé et les légitimistes au cours des années 1859 et 1860 ont donc modifié l’attitude de certains démocrates à l’égard de l’empereur : « Si les réformes soulevaient une insurrection, ce ne pouvait être qu’entre les manufacturiers, le clergé et les ultramontains..., la classe ouvrière bien résolue à résister à toute influence contraire à l’esprit et à la Lettre de l’Empereur formera toujours une barrière infranchissable et un levier puissant prêt à réprimer tout écart »145. « La classe ouvrière se bonapartise... »146. Jamais le gouvernement de l’empereur, selon le procureur général de Rouen, n’avait paru entouré de plus de confiance et de sympathie des classes populaires147.

  • 148 A. D. S-M., M.Corr. Leroy. Philippon, 2 mars 1859, 3 avril 1859. « La grande généralité des ouvrier (...)
  • 149 Ibid., 1er février 1861 : « Le parti légitimiste est le seul parti qui puisse être à craindre » ; « (...)

103Si quelques opposants seulement se sont véritablement ralliés, beaucoup, sans aller jusque là, ont atténué leur hostilité à Napoléon. Philippon constate l’abandon de projets sanguinaires, de propos injurieux que l’on réserve désormais aux cléricalo-légitimistes148. Il est significatif de constater que la surveillance de la police à l’égard des républicains se relâche à partir de 1860 ; pour les autorités, la principale menace pendant quelque temps devient l’ultramontanisme149.

  • 150 Ibid., 12 mai 1860.
    Blaizet a fait un voyage en Belgique pour rencontrer des membres de la Commune r (...)

104Cependant, il existe des démocrates irréductibles, bourgeois et ouvriers, que désespère ou indigne cette évolution ; à la fin de 1859, ils vont essayer à nouveau de se regrouper ; des contacts sont pris entre le groupe Blaizet et les exilés de la Commune révolutionnaire, sans succès cette fois encore150. Bien au contraire, une nouvelle secte se développa dans la « Babel de la démocratie », à l’occasion des événements d’Italie : celle des Proudhoniens.

  • 151 Ibid. Il parle seulement d’un proudhonien - un cafetier ami de Philippe, l’ancien président en 1848 (...)
  • 152 Ibid., 11 mai, 4 août 1859.
  • 153 Ibid., 25 novembre 1860 ; « La démagogie suit toujours sa même conduite, divisée d’opinion sur le r (...)

105En 1849, le Club du passage Nitrière avait compté, nous l’avons vu, quelques proudhoniens. Mais il n’avait plus guère été question d’eux pendant plusieurs années. C’est seulement en 1860 que Philippon mentionne à nouveau leur activité151. Alors que la plupart des démocrates vouent un véritable culte à Garibaldi, voient en lui le futur libérateur des peuples et se cotisent pour lui offrir une épée d’honneur, d’autres sont déconcertés par ses variations politiques. Garibaldi ne va-t-il pas abandonner la Sociale152 ? « Garibaldi est un dieu pour les uns, un renégat pour les autres » ; les proudhoniens ne croient pas qu’il puisse fonder une véritable république sociale. A la diffusion des ouvrages sur Garibaldi, ils répondent par le placement des œuvres de Proudhon153.

  • 154 Ibid., 30 novembre, 15 décembre, 24 décembre 1860.

106Mais au-delà de cette rivalité, apparaît le problème de l’organisation de la société. A un simple changement de régime politique, la « secte sociale » oppose la fondation d’une république égalitaire ; à l’action politique qui n’a guère donné de résultats, elle va substituer l’étude des moyens économiques pour transformer la société. Aussi Philippon considère-t-il ses membres comme « des démagogues de la pire espèce »154.

107Fraîchement accueilli, le groupe proudhonien ne joue encore qu’un rôle très faible ; il se heurte à l’attitude adoptée par les ouvriers depuis la fin de la seconde République : dans l’impossibilité de s’opposer directement à la bourgeoisie manufacturière, ils continuent à la fois à placer leurs espoirs dans les interventions de l’empereur et à apporter leur appui électoral aux démocrates-contre les notables. Ce n’est qu’aux élections de 1863 que sera timidement posé devant l’opinion le problème d’une action politique autonome de la classe ouvrière.

Notes

1 CORD’HOMME (Charles) - Ma vie, mes souvenirs - Le Réveil social, 15 août 1894.

2 Le tisserand Charles Noiret (1802-1877) avait publié après les Mémoires d’un ouvrier rouennais (1836) une Première (1840) puis une Deuxième lettre aux travailleurs (1841) dans laquelle il se prononçait, comme Louis Blanc, en faveur de l’organisation du travail.

3 DUBUC (André) - Frédéric Deschamps commissaire de la République en Seine-Inférieure (février-mai 1848) - Actes du congrès international du centenaire de la Révolution de 1848. p. 381-395.

4 Journal de Rouen, 21 avril 1848.

5 Parmi les neuf ouvriers candidats : un fondeur en fer, un cordonnier (Duboc), deux tisseurs, un fileur, un teinturier, un ivoirier de Dieppe, un tailleur d’Yvetot, un calfat du Havre.

6 Journal de Rouen. 13 et 21 avril 1848.

7 Le Journal de Rouen (27 avril 1848) fit remarquer qu’il y avait 60 000 ouvriers dans le département et que le Comité central démocratique n’obtenait que 30 000 suffrages.

8 DUBUC (André) - Les émeutes de Rouen et d’Elbeuf (27-29 avril 1848), op. cit., p. 243 et suiv.
A. N. BB 30 3652.
La Réforme, 30 avril 1848 - La vérité sur les événements de Rouen.

9 Frédéric Deschamps se démit de ses fonctions (1er mai). Il fut remplacé par Hippolyte Dussard, ancien rédacteur du Journal des Economistes puis directeur de l’exploitation commerciale du chemin de fer de Paris à Rouen. Le baron Leroy de Boisaumarié lui succéda le 31 décembre 1848.

10 L’élection partielle du 4 juin fut provoquée par les démissions de Lamartine, Dobremel et Marbnetz. Les candidats conservateurs du Comité départemental républicain Thiers, Charles Dupin et Loyer furent largement vainqueurs. Thiers (64 % des suffrages) élu dans plusieurs départements choisit la Seine-Inférieure parce que c’était « le département qui avait le plus besoin qu’on lui épargnât des nouvelles agitations ». Si le Comité central démocratique préconisa l’abstention, certains démocrates demandèrent de voter pour une liste d’union républicaine (deux candidats du Comité central républicain. Desseaux et Expast, auxquels ils ajoutèrent Bobée, maire de Rouen, successeur de Leballeur-Villiers) - Bobée obtint seulement 10 % des suffrages, mais les abstentions avaient été très nombreuses dans les cantons ouvriers.

11 Il s’agit de Deschamps à Elbeuf. Voisin à Maromme. Lechaptois à Bolbec le 27 août, et de Lemasson à Rouen (6e canton), le 8 octobre.

12 A. M. Rouen. Procès-verbaux du Club du passage Nitrière - ms - Séances des 13 et 16 novembre, 4 décembre 1848.

13 Raspail obtint 172 voix dont 68 à Elbeuf.

14 Le Républicain du Havre appuya Ledru-Rollin et le Journal du Havre Cavaignac qui fut soutenu par la bourgeoisie commerçante de la ville.

15 Le Républicain de Rouen. 14 mai 1849.

16 Le Progressif cauchois, 13 et 16 décembre 1848.

17 Liste du Comité central démocratique ; Ledru-Rollin, Joly père, représentant du peuple ; Auguste Bachelet, ancien avoué à Rouen, Bollinger, négociant au Havre ; E. Desmarest, employé à Dieppe ; F. Deschamps, avocat, conseiller général d’Elbeuf ; P. J. Féret, aîné, bibliothécaire à Dieppe ; Gruel, tisserand à Rouen ; Alexandre Leballeur-Villiers, conseiller à la cour d’appel ; Fortuné Leblanc, commissionnaire en draperies à Dieppe ; Lechaptois, médecin, conseiller général de Bolbec ; Vasselin, rédacteur au Progressif cauchois, conseiller général de Fécamp ; Achille Lemasson, conseiller général de Rouen ; Eugène Manchon, avocat à Rouen ; F. Vergnes, soldat du 69e de ligne ; Voisin, médecin, conseiller général de Maromme.

18 Manifeste du Comité central électoral démocratique du département de la Seine-Inférieure (27 mars 1849), A. M. Rouen, K l/2.
« Aux électeurs.
Citoyens,
Le peuple est appelé à nouveau à faire acte de souveraineté absolue.
Il faut conserver la République et la Société menacées par les éternels ennemis de tout progrès. Nous ne voulons pas et la France ne peut retourner vers un passé qui la ramèneait nécessairement à de nouvelles révolutions. L’humanité ne saurait reculer : elle marche malgré tout dans la voie de la civilisation et de la liberté. Il faut, enfin, que le pays jouisse des libertés et des droits conquis dans l’ordre politique et social, par tant d’efforts, de sacrifices, de luttes sanglantes et héroïques.
Nous sommes Républicains démocrates.
Notre point de départ et d’appui, c’est la Constitution de 1848 ; mais, à nos yeux, cette Constitution renferme des solutions imparfaites que le temps doit perfectionner.
Dans l’élection, savoir profiter de l’enseignement que nous apporte l’histoire de chaque jour et la connaissance des hommes, voilà la grande oeuvre qui doit nous préoccuper. Nous voulons, citoyens, la République avec toutes ses conséquences, aussi repoussons-nous toute forme de gouvernement émanant de tous, qui ne donnerait pas à tous satisfaction pour leurs besoins et leurs droits.
La révolution de février, faite par le peuple, doit donner au peuple justice pleine et entière. Renverser un trône n’est rien, si la conséquence n’est pas de faire disparaître tous privilèges.
Nous inscrivons sur notre programme :
Abolition de tous les impôts sur les objets de première nécessité, car l’impôt ainsi perçu est un attentat permanent contre l’existence de l’homme. Impôt progressif et proportionnel sur le revenu net. C’est-à-dire que l’impôt prenne plus à celui qui possède plus, et surtout ne frappe pas celui qui ne possède que le strict nécessaire.
Réformes administratives.
Réduction des gros traitements.
Abolition du surnumérariat.
Diminution du budget de la guerre. Que la garde nationale soit la plus importante armée de la République, que tout citoyen soit armé. Nous verrons ainsi décroître ce budget formidable qui absorbe les plus grandes ressources de la nation.
Restitution du milliard, cette odieuse spoliation commise par la monarchie au profit des hommes qui ont appelé l’étranger sur le sol de la patrie ; que cette somme soit affectée à rembourser une partie de la dette publique, l’impôt des 45 centimes, à favoriser l’agriculture et le développement des associations ouvrières.
Education gratuite et obligatoire pour tous, sous la surveillance du gouvernement. Création d’écoles professionnelles, car l’ignorance empêche le peuple de comprendre ses droits et ses devoirs et d’apprécier ses infatigables ennemis. Le peuple trouvera, dans l’enseignement, un élément puissant de bonheur et de moralisation, et la République une garantie solide pour l’ordre social et le respect des lois.
Liberté illimitée de la presse, liberté de la pensée, liberté de la conscience.
Liberté pour les droits d’association et de réunion, droits conquis irrévocablement sur les barricades de février, et qui sont inhérents à la nature de l’homme, antérieurs et supérieurs à toute Constitution.
Organisation du crédit.
Association libre des travailleurs entre eux.
Développement de l’agriculture, cette mère nourricière du peuple, par l’abaissement graduel du taux de l’intérêt de l’argent, jusqu’à ce qu’il soit équilibré avec l’intérêt territorial, de telle sorte que le cultivateur ne soit plus ruiné par l’usure.
Abolition du remplacement militaire, car nul n’a le droit, à quelque prix que ce soit, de se soustraire au service de la patrie.
Respect de la famille.
Respect de la propriété.
Abolition de la peine de mort en matière criminelle comme en matière politique.
Appui immédiat et efficace aux peuples opprimés combattant pour leur indépendance.
Solidarité des peuples.
Nous voulons enfin supprimer tous les abus et protéger tous les droits.
Républicains démocrates, nous vous disons assez franchement, assez hardiment nos pensées, nos désirs, pour que le jugement vous soit facile ; c’est à vous d’examiner s’il vous plaît de reculer de deux siècles, en vous liant aux hommes des anciennes choses, ou si vous voulez marcher avec nous dans les voies nouvelles, sous la bannière de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité.
Vive la République démocratique et sociale. »

19 A. M. Rouen. Procès-verbaux du Club du passage Nilrière, ms. cité (5 octobre 1848 - 12 mai 1849). C’était alors le seul club politique de Rouen ; le président Letellier y déclarait la séance ouverte « au nom de la République démocratique et sociale ». Le nombre des auditeurs s’éleva de 800 à 1 200 en novembre et décembre 1848, avant l’élection présidentielle, tomba à 250 ou 300 au début de 1849 pour remonter à 600 ou 800 à la veille des élections de mai. Nous connaissons les professions de quelques orateurs, un tailleur, un lithographe (Blériot), un peintre, deux commis voyageurs, un cordonnier, deux tourneurs sur métaux, un serrurier, un sabotier (Letellier), un homme de lettres, un menuisier, un marbrier...

20 Procès-verbaux du Club du passage Nitrière.... ms. cité. Contre la menace monarchiste. 18 décembre 1848, 15 janvier 1849 ; contre les bonapartistes. 18 décembre 1848.

21 Ibid., 20 novembre 1848. 21 avril 1849.

22 Ibid., 26 octobre 1848 : « Le socialisme n’a jamais voulu la destruction de la propriété, mais la modification de cette propriété. Ceux qui disent le contraire ont menti, comme, lorsqu’ils disent que les socialistes veulent la destruction de la famille » (Duboc).
Ibid., 22 octobre 1848. « La doctrine de Cabet est la destruction de la famille et la spoliation de la propriété ».
Ibid., 23 octobre 1848.

23 Ibid., 22 janvier 1849. Intervention de Furet, journaliste : voir aussi Meslay : « La réduction du traitement des fonctionnaires est une mesure insuffisante pour rétablir l’ordre dans les finances »,... Il pense que l’impôt progressif peut seul sauver l’état. Meslay avait en juin et juillet publié à Rouen le journal l’Association libre des travailleurs.

24 Ibid., 26 octobre 1848.

25 Ibid., 19 octobre 1848.

26 Ibid., 5 mars 1849. « L’association est le levier qui doit renverser l’ancienne société au profit de la nouvelle... » (Letellier).
Ibid., 15 février 1849. « Qui veut être républicain doit être socialiste ; tout découle de l’association ; la solidarité amènera la fraternité. La concurrence conduit au chaos ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas. On nous reproche d’être des pillards, des utopistes, des incendiaires ; le pillage et l’incendie viendront mais par la concurrence » (Blériot).

27 Ibid., 23 octobre 1848. Juenin : « Son sytème repose sur l’association forcée, le droit au travail et la gestion de l’état... On doit attendre que l’on puisse fonder l’association universelle des travailleurs et pour cela il faut reconstituer les corporations d’états divers... ».
Ibid.,
26 mars 1849. Furet affirme que les associations partielles de toutes les professions doivent conduire au socialisme.

28 La question des salaires à l’intérieur de l’association avait également provoqué de vives discussions entre partisans et adversaires d’une rigoureuse égalité des rémunérations.

29 Ibid., 12 octobre 1848. « Le gouvernement, s’il le voulait, pourrait être le banquier des prolétaires ; l’on ne pourra combattre la concurrence du capitalisme que par les ateliers sociaux ». Ibid., 30 octobre 1848. Juenin annonce un nouvel ouvrage de Proudhon sur la banque d’échange.

30 Les militants démocrates étaient presque tous anticléricaux ; Cord’homme remarque que, parmi eux, seul Manchon était catholique pratiquant (Le Réveil social, 31 janvier 1897) ; l’attitude politique de l’Eglise les a contraints rapidement à manifester une hostilité grandissante à l’égard du clergé. Très peu de dirigeants démocrates, par ailleurs, ont fait partie de la Franc-maçonnerie : Charles Leballeur-Villiers adhéra à La Persévérance Couronnée et Charles Cord’homme, pendant quelques années à La Vérité dont Frédéric Deschamps fut vénérable - Le Réveil social, 30 juin 1895 ; Bib. Nationale, fonds maçonnique, F. M. 2 389, 390.

31 Procès-verbaux du Club du passage Nitrière, ms cité, 6 novembre 1848, 22 janvier 1849.

32 Ibid., 23 octobre 1848. Jamelin engage les citoyens au calme en leur montrant « combien il y a de danger dans l’émeute ».
Ibid., 5 mars 1849. Dasseville : « S’il y avait encore des républicains qui voulussent, par un coup de main, ressaisir le pouvoir, ils auraient tort ; il faut que l’ère des révolutions soit terminée ».

33 Ibid., 5 mars 1849. Duboc : « Le capital doit être improductif, le contraire de l’exploitation... ; nous ne devons nommer que ceux qui veulent émanciper et organiser le travail, abolir l’intérêt du capital ».

34 A. M. Rouen, K 1/2. Election de 1848 : Composition du Comité central démocratique. président : Alexandre Leballeur-Villiers, conseiller à la cour d’appel ; vice-présidents : Achille Lemasson, propriétaire ; Bachelet, ancien avoué ; Letellier, fabricant de sabots.
Secrétaires : Manchon : avocat ; Bernard, comptable : Furet, architecte ; Lelaumier, employé.
Assesseurs : Lambert, tailleur ; Potelette, entrepreneur de menuiserie ; Gruel, tisserand ; Simon, commerçant ; Beaufour, tisserand ; Voisin, docteur-médecin.
Trésorier : Cord’homme, marchand de vins en gros.

35 Procès-verbaux du Club du passage Nitrière..., ms cité. Meslay : « Les gens des campagnes demandent la restitution du milliard des émigrés qui est un vol manifeste ; si la réaction ramène Henri V, ses soutiens demanderont un nouveau milliard ». Il faut remarquer que le manifeste évite de poser la question des associations agricoles.

36 Les républicains modérés obtiennent de 14 000 à 18 000 voix pour l’ensemble de la Seine Inférieure.
A Rouen : Grandin (conciliation), Il 866 voix ; Ledru-Rollin, 7 190 ; Sénard, 2 261.
Autres cantons de l’arrondissement de Rouen : Grandin, 19 153 ; Ledru-Rollin. 12 494 ; Sénard, 5 644.

37 Le journal le Républicain de Rouen ne commença à paraître que le 9 mai.

38 Le Républicain de Rouen, 16 et 18 mai 1849.

39 A. N., BB 30 368. Le procureur général rapporte que pendant l’incendie de l’établissement Grandin à Elbeuf, « les ouvriers des autres manufactures n’ont pas voulu porter secours » (4 octobre 1851).

40 Procès-verbaux du Club du passage Nitrière, ms. cité. « Louis Napoléon a gagné l’amitié du peuple par son ouvrage sur l’extinction du paupérisme, en couvrant les murs de ses écrits » (Juenin).

41 A. N., BB 30 368. Procureur général, 1er juin 1851.

42 Leroy de Boisaumarié (Ernest), 1810-1872, fils d’un préfet du premier Empire, souspréfet de Villefranche-de-Lauraguais (1834), Saint-Sever (1835), Bayonne (1839), préfet des Landes (1847-1848). Baron en 1854, sénateur en 1857, il reste préfet de la Seine-Inférieure jusqu’à la chute de l’Empire.
Voici comment sa personnalité est présentée dans les rapports de Maupas et de Rouher.
Maupas, ministre de la Police, 13 avril 1852 (A. N., FI B 1 166 29). « De mœurs douces et faciles, M. Leroy passe pour avoir les défauts de ses qualités. C’est, dit-on, l’homme aux demi-mesures, des moyens termes. Il ne manque ni d’instruction, ni de capacité. On lui en reconnaîtrait beaucoup plus s’il savait vouloir...
...Il n’a pas d’entourage. Les Orléanistes, les Républicains, les Bonapartistes fréquentent également ses salons... Cette entente cordiale, entre des hommes d’opinions opposées, provient de ce que, par un accord tacite, personne, pas même le Préfet, ne se permet d’arborer son drapeau... »
Et Maupas concluait que le remplacement du préfet était une nécessité politique.
Rouher, ministre d’Etat, 15 octobre 1867 (Papiers et correspondance de la famille impériale - Paris, 1870, p. 135). « On reproche à M. le baron Leroy, de la mollesse de caractère et une sorte de scepticisme politique. Ce double reproche est-il bien fondé ? Je ne connais M. Leroy que par des relations à larges intermittences ; c’est évidemment un caractère arrondi sans angles qui n’a jamais dû donner à son dévouement des formes exaltées et bruyantes. Mais enfin, voilà de longues années qu’il administre la Seine-Inférieure ; il a été constamment en face d’un double écueil : les passions socialistes des classes ouvrières agglomérées ; les ardeurs protectionnistes d’industriels aveugles et avides, et il y a maintenu l’influence gouvernementale à une grande hauteur. Dans une fonction où les plus capables s’usent rapidement, il n’a fait que se fortifier graduellement. Ne sont-ce pas là des garanties sérieuses !...
Cf ROUAULT DE LA VIGNE (René) - Un préfet du Second Empire, le baron Ernest Leroy - Etudes Normandes, 2e trimestre 1971, Supplément littéraire.

43 Daviel (Alfred), 1800-1856, avocat, procureur général à Rouen (février 1850), ministre de la Justice du début de novembre 1851 au coup d’Etat.

44 Salva (Léon), chef de bataillon de la garde nationale de Sotteville, fut condamné à 5 mois de prison, le 4 juin 1849, pour avoir crié à la tête de son bataillon « Vive la République démocratique et sociale ».

45 A. N., BB 30 365. Procureur général, 8 décembre 1848.

46 A. D. Calvados, U, Troubles de Rouen et d’Elbeuf (1848).

47 Les professions des accusés de Rouen sont très variées. On trouve des artisans (6 serruriers, 4 menuisiers, 2 tailleurs), 6 petits commerçants : pour la grande industrie, 13 fileurs, mais seulement 5 tisserands, 7 ouvriers de la métallurgie (dont 4 chez Buddicom), 4 teinturiers. Notons aussi 9 journaliers, 3 ouvriers du port, 2 employés. A Elbeuf, par contre, nette prédominance des ouvriers de l’industrie lainière : sur 41 accusés, 19 tisserands et 5 fileurs, cardeurs...).

48 A. N., BB 30 394. Procureur général, 7-8 février 1849. CORD’HOMME (Charles) - Ma vie, mes souvenirs. La Révolution de 1848 à Rouen, p. 34 - B. M. Rouen.
« Au Havre, on arrive à 2 000 adhérents ; à Rouen, même campagne, tous les ouvriers adhèrent... ».
DESSAL (Marcel) Charles Delescluze - Paris 1952, 443 p., p. 98.

49 Ces poursuites semblent avoir été les premières engagées en France contre la Solidarité républicaine. Selon Cord’homm, elles auraient été réclamées par Victor Grandin, manufacturier à Elbeuf et député.
La Révolution démocratique et sociale. 16 janvier 1849.

50 Le dernier procès-verbal du club est daté du 12 mai. La séance - fort animée - fut consacrée aux élections (600 présents).

51 A. N., BB 30 368. Procureur général. 13 juin 1850. CORD’HOMME (Charles) - Ma vie, mes souvenirs, op. cit., p. 40-48.

52 A. D. S-M. - Etat des journaux ou écrits périodiques (5 avril 1850) - Le Progressif cauchois, bi-hebdomadaire (600 à 700 abonnés) a exercé une certaine influence dans les campagnes.

53 A. N., BB 30 368. Procureur général, 8 mars 1850, 9 mars 1851.

54 Ibid., juin 1851.
Une pétition fut également organisée pour obtenir l’abrogation de la loi électorale du 31 mai. Elle ne connut que peu de succès.
On perquisitionna chez certains républicains (Gratigny, Roger...) qui avaient projeté de se présenter en armes aux élections de 1852 et de revendiquer le droit de vote, le pistolet au poing. A. N., BB 30 394, procureur général, 11 octobre 1851.

55 A. N., BB 30 395. Procureur général, 4 décembre 1851.
CORD’HOMME (Charles), (op. cit., p. 55 et suiv.), affirme que les républicains modérés refusèrent de s’associer à l’action envisagée.
La seule protestation placardée à Rouen fut celle de l’impartial (légitimiste) ; les démocrates ne purent trouver d’imprimeur.
Beaufour qui avait été envoyé à Paris « pour prendre le mot d’ordre de l’insurrection » fut arrêté à son retour à la gare de Rouen.

56 CORD’HOMME (Charles), op. cit., p. 57-58. Bachelet, Dalleinne, Salva, Charles LeballeurVilliers, Manchon... furent arrêtés.

57 A. N., BB 30 395. Procureur général. 6 décembre 1851.

58 A. N., BB 30 396. Tableau des inculpés, en exécution de la circulaire du 29 décembre 1851.

59 A. N., BB 30 397. Travaux de la commission mixte. A. D. S-M. M, Sûreté nationale, second Empire. 25 mesures d’éloignement pour la Seine-Inférieure, dont 19 pour l’arrondissement de Rouen.
Transportation à Cayenne : Beaufour Eustache, 47 ans, commis de fabrique, condamné en 1836 (fabrication de poudre de guerre), conseiller municipal de Rouen en 1848, candidat du Comité central démocratique en 1848, un des fondateurs de la Solidarité républicaine.
Transportations en Algérie : Aymard Victor, peintre, 33 ans. Notre-Dame-de-Bondeville : il avait organisé une coalition chez Vaussard : c’était « le principal agitateur de la vallée de Maromme ».
Dalleinne Dumas, 43 ans, tailleur, président du Club de l’amphithéâtre de chimie à Rouen en 1848.
Fouque Pierre, 55 ans, ancien préposé à l’octroi révoqué, responsable de l’incendie du Pont-aux-Anglais le 26 février 1848.
Gruel Dominique, 40 ans, tisserand à Rouen, candidat du Comité central démocratique en 1849, membre du comité de la Solidarité républicaine.
Leballeur-Villiers Charles, 38 ans, commerçant à Rouen, quatre fois condamné en 1850 et 1851 (cris séditieux, délits de presse), ancien vice-président du Club du passage Nitrière. Réfugié en Angleterre, il était rentré en France à la suite du coup d’état.
Prospert Victor, 52 ans, tailleur, condamné en 1832 (complot contre l’Etat), ancien commissaire central de police de Rouen en 1848.
Rémond Emile, 34 ans, marbrier à Rouen, secrétaire du Club du passage Nitrière.
Salva Léon, 38 ans. commis voyageur, ancien maire de Sotteville, condamné en 1849.
Noiret Charles. 49 ans, tisserand à Rouen, deux fois condamné en 1841 (outrage envers un ministre du culte, excitation à la haine de ses concitoyens), auteur de plusieurs brochures : Mémoires d’un ouvrier rouennais (1836), Aux travailleurs (1840), Deuxième lettre aux tra vailleurs (1841)...
Boissel Louis, tisserand, 31 ans, maire de La Londe en 1848, déjà poursuivi en décembre 1848 (troubles d’Elbeuf).
Bréant Pascal, 32 ans, tisserand à Caudebec-lès-Elbeuf, condamné en décembre 1848 (troubles d’Elbeuf).
Leprêtre Joseph. 32 ans, jardinier à Caudebec-lès-Elbeuf, condamné en décembre 1848.

60 Expulsions :
Bachelet Auguste. 41 ans, ancien avoué, adjoint au maire de Rouen, condamné en 1849 (Solidarité républicaine) et en 1850 (cris séditieux et outrage à magistrat).
Caron Félix. 44 ans, peintre, ancien conseiller municipal de Rouen, poursuivi en 1848 (troubles de Rouen).
Chesnée Jean-Baptiste. 45 ans, ancien fileur, ancien secrétaire de Deschamps, poursuivi pour les troubles de 1 848.
Duboc Pierre. 33 ans, cordonnier à Rouen, candidat du Comité central démocratique en 1848 et en 1849. vice-président du Club du passage Nitrière.
Letellier Anselme. 39 ans, sabotier, ancien président du même club, condamné en 1850 pour délits de presse.
Potelette Evariste, 39 ans, menuisier à Rouen, ancien vice-président du Club du passage Nitrière.
Aymard, Dalleinne, Gruel, Prospert, Leprêtre, Bréant, Duboc, Potelette, Beaufour et Fouque avaient été membres du comité de résistance de 1851.

61 A. N., BB 30 387. Procureur général. 5 juillet 1 853.

62 Une élection partielle avait eu lieu en Seine-Inférieure les 14 et 15 octobre 1849 pour remplacer Victor Grandin, décédé. Il est difficile de comparer les résultats avec ceux de mai à cause du grand nombre d’abstentions, surtout dans les campagnes : 89 410 votants en octobre (sur 213 522 inscrits) contre 146 223 en mai. Le candidat de l’Ordre, Bourdon, recueillit 58 732 suffrages contre 28 956 à Frédéric Deschamps ; dans l’arrondissement de Rouen. 20 845 contre 18 217 (en mai 1849, Victor Grandin ; 31 019, Deschamps ; 20 637). Les progrès relatifs du candidat républicain étaient incontestables. Il arrivait en tête à Rouen ; 8 779 voix contre 8 310 à Bourdon (en mai ; Grandin : 11 816, Deschamps : 7 626). En pourcentage ; Deschamps 40 % des votants dans le 1er canton, 44 dans le 2e, 51 dans le 3e, 69 dans le 4e, 42 dans le 5e, 68 dans le 6e.
En banlieue, Deschamps obtenait la majorité absolue à Grand-Couronne, 50 % et à Maromme, 62 %, 48 % à Elbeuf et 45 % à Darnétal ; mais seulement 22 % à Pavilly, 39 % à Boos, 18 % à Buchy, 20 % à Clères, 26 % à Duclair.

63 A. N., BB 30 387. Procureur général, 4 janvier 1852.

64 Pour les élections au Corps législatif, la première circonscription comprenait non seulement Rouen, mais aussi les cantons de Darnétal et de Boos, ce qui devait avantager les candidats officiels ; la deuxième circonscription, les cantons d’Elbeuf, Duclair, Grand-Couronne, Maromme et Pavilly ; Buchy et Clères appartenant à la troisième circonscription (Neufchâtel), mais par contre, Caudebec à la seconde.

65 CORD’HOMME (Charles) - Ma vie et mes souvenirs, op. cit., p. 62.
« Les républicains modérés, ni chair, ni poisson, disparaissent dans les jours de danger et ne reviennent à la surface que quand la bataille est gagnée... Sénard l’ancien mitrailleur des journées d’avril, faisait risette au nouveau pouvoir... ».

66 CORD’HOMME Charles - Op. cit., p. 64.

67 A. N., BB 30 387. Procureur général, 7 décembre 1852.

68 Ibid., 5 mai 1852.
Pour l’arrondissement de Rouen. 51 367 oui et 4 404 non en 1852, contre 55 202 oui et 7 106 non en 1851.

69 Ibid., 18 août 1858.

70 Ibid., 5 juillet 1853.
A. N., F 1 C III, Seine-Inférieure 7. Préfet, 5 février 1853.
A. D. S-M., M, Sûreté générale, second Empire. Commissaire central de Rouen, 15 juin 1 853 : « Les individus qui ont eu le plus de crédit sur l’esprit des ouvriers pendant les années calamiteuses que nous avons traversées ont dû la plus grande partie de leur influence aux circonstances qui leur livraient ces malheureux désoeuvrés nécessiteux et sans moyen de gagner leur vie... Tant que durera le travail, les meneurs, encore nombreux à Rouen, n’ont aucune chance de reconquérir l’ascendant qu’ils avaient acquis sur la classe ouvrière, entièrement revenue à des idées d’ordre et complètement désabusée sur le compte de ses prétendus protecteurs comme sur les promesses de bien-être dont ils l’avaient bercée ».

71 A N., BB 30 387. Procureur général, 13 juillet 1854.
Ibid.. 12 janvier 1854. « Nulle part, on ne fait remonter au gouvernement, comme en 1847, la responsabilité de la crise alimentaire ; le peuple sait que le gouvernement de l’Empereur a fait ce qu’il était possible de faire pour alléger le mal. L’ouverture des travaux fut bien accueillie ».

72 Ibid.. 8 août 1857.
A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 21 novembre 1856 : « Les manufacturiers ayant toujours eu pour eux le droit de faire à leur fantaisie, ne voudraient pas se soumettre à la volonté de l’Empereur qui ne demande que le bien-être des classes ouvrières, aussi les regardent-ils (les ouvriers) comme les plus cruels ennemis et rangent-ils en première ligne ceux qui ont réduit la journée de travail... ».

73 Ibid., 27 avril 1857.
« Les manufacturiers veulent l’émeute, eh bien, on ne leur donnera pas cette satisfaction, dût-on mourir de faim ».

74 Ibid., 31 janvier 1855.
Selon Philippon, certains ouvriers rejetaient la responsabilité sur l’entourage de l’Empereur (18 juillet 1856, 1er avril 1 857).

75 Non seulement les démagogues ou les légitimistes, mais aussi les orléanistes. « On entend déjà dire : on était plus heureux sous Louis-Philippe et si l’Empereur était à réélire, il n’aurait pas le quart des voix qu’il a eues », remarque que Philippon attribue à l’influence de certains manufacturiers (9 mai 1857).

76 A D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 1er décembre 1858.
A. D. S-M., M. Corr. Leroy, dossiers individuels M - S. A Elbeuf, des renseignements sur les réunions des républicains étaient fournis par un forçat libéré se faisant passer pour ancien condamné politique.

77 A. N., F I C III. Seine-Inf. 6.
A. D. S-M., M, Corr. Leroy, dossiers individuels (D-L). Préfet, 10 novembre 1863 : « Deschamps... chef le plus influent du parti du mouvement a pris, depuis plusieurs années, une attitude convenable et qui ne doit donner aucune crainte au gouvernement. Au Conseil général sa conduite n’a jamais eu de caractère hostile. »
En 1861, sa candidature a été agréée par le gouvernement.

78 A. N., BB 30 387. Procureur général. 5 juillet 1853.

79 Ibid. Desseaux, membre du Comité central démocratique avait cependant requis, comme procureur, contre la Solidarité républicaine en 1849. J’ajoute, affirme le procureur général (18 juin 1863), qu’il montra beaucoup de zèle, je dirais presque de rigueur dans la surveillance des magistrats qui par leurs tendances ou leurs relations pouvaient être suspectés d’appartenir aux opinions avancées. Cette conduite ne le sauva pas de la disgrâce. Nommé à Amiens, il n’accepta pas le poste et reprit sa place au barreau (A. N., BB 30 431, Elections, ressort de Rouen).

80 CORD’HOMME (Charles) - Ma vie, mes souvenirs - Réveil social (15 avril 1894-23 mai 1897).

81 Philippon (Antoine). 1817-1890. Après avoir été renvoyé de la police, il devint employé à la préfecture, en fait indicateur de 1855 à 1862. Il adressait des rapports directement au cabinet du préfet. Nous les signalons sous la référence A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon.

82 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philipppon, 15 mars 1858, 14 décembre 1858.

83 Ibid., 13 février 1858, 7 juin 1 858.

84 Ibid., 27 juillet 1857. C’est avec certains de leurs membres que Philippon avait pu établir des contacts.

85 Ibid., 14 décembre 1858, 23 septembre 1859.

86 Ibid., 19 décembre 1856.

87 A. D. S-M., M, Sûreté nationale, second Empire. Sûreté générale, condamnés, transportés, individus dangereux ; rapports de Philippon. Sur 227 : 23 cordonniers. 23 débitants et gargotiers. 22 tailleurs, 17 fileurs, 14 ouvriers des métaux, 12 marchands (détail), 7 tisserands, 6 épiciers, 6 peintres, 5 lithograhes, 5 teinturiers, 5 avoués, hommes de loi, avocats, 4 indienneurs, 4 commis, 4 médecins, 4 négociants, 4 journaliers, 3 brocanteurs, 3 graveurs, 3 pharmaciens. 2 coiffeurs, 2 menuisiers.
A. N., BB 30 415. Individus dangereux, cour de Rouen.

88 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 15 mars 1858. « Le nombre des démocrates est grand à Déville notamment chez les graveurs et imprimeurs en indiennes, la plupart sont très énergiques et d’une violence de pensée peu commune ».
Voir aussi, 16 septembre 1859.

89 Ibid., 8 août 1857.

90 Ibid., 10 septembre 1858.
A. D. S-M. M. Rapports spéciaux et confidentiels. 7 et 9 octobre 1855 : Dans la région rouennaise un dixième d’ouvriers socialistes effrénés, un dixième plus ou moins tièdes. Chez Buddicom trois quarts et demi de rouges parmi les ajusteurs et les forgerons ; à Sotteville, 2 000 dont un quart de la pire espèce.
A. N., BB 30 409. Procureur général, 6 août 1855. Le procureur Rouland souligne également la force de la démocratie dans les ateliers de chemin de fer.

91 A. D. S-M. M. Corr. Leroy. Philippon, 10 mai 1858. « Ils ne participent pas aux loteries de souscription pour les condamnés politiques ; pleins de mépris pour les ouvriers des fabriques, ils croiraient s’abaisser que d’entretenir des relations avec eux... Hervé a tenté un rapprochement, mais il a complètement échoué. Philippon déclare qu’il n’a jamais remarqué un ouvrier des manufactures de coton dans les gargotes ou débits où allaient boire les ouvriers de chez Buddicom (24 mai 1857).

92 Ibid., 25 avril 1857. « Ils se vantent de la force de leur parti dans les ateliers, de la facilité qu’ils auraient à armer 2.000 hommes en six heures, de fondre et monter un canon en douze heures, si une révolution éclatait et qu’ils voulussent s’en mêler, mais en matière de mouvement, ils ne sont redoutables que de la langue ».

93 Ce sont eux que Philippon fréquentait particulièrement. Il existait un groupe démocratique de fileurs à Pavilly (A. D. S-M., M, Sûreté nationale, second Empire ; individus qui se sont signalés pour leurs opinions anarchiques à Boos, Maromme et Pavilly).

94 A. D. S-M. M, Corr. Leroy. Philippon, 8 novembre 1857.

95 Siegfried (André) - Tableau politique de la France de l’Ouest - 2e éd. Paris 1964, p. 266.

96 « Les ouvriers d’Oissel ont peu d’intelligence et n’ont que fort peu de connaissances sur toutes les affaires politiques du jour ; c’est un peuple à part... qui semble être à cent lieues de tout pays civilisé ». (Philippon, 31 octobre 1856). « Je ne crois pas qu’il existe un pays où la négation politique soit aussi complète » (Philippon, 1er avril 1857).
Oissel était la commune de banlieue la plus en retard pour la concentration industrielle.

97 A. D. S-M., M. Corr, Leroy. Philippon, 9 décembre 1 856.

98 Ibid., 16 mai 1857.

99 Ibid., 13 juillet 1857, 16 août 1857, 8 novembre 1857.

100 Ibid., 31 août 1857.

101 Ibid., 23 octobre 1857.

102 Ibid., 15 avril, 5 juillet 1858. Cette collecte provoqua un différend entre les démocrates : tisserands et menuisiers voulaient principalement soutenir Beaufour et Noiret ; les fileurs leur collègue Gratigny à qui sa femme refusait même d’envoyer des vêtements.

103 Ibid., mai 1858.

104 Ibid., 8 novembre 1857.

105 A. D. S-M., M, Affaire Blaizet. Bachelet, réfugié à Guernesey, demande des vêtements et ses fusils de chasse. Il se plaint de ne plus recevoir de lettres (13 mars 1855).

106 Les exemplaires étaient rares ; on les recopiait ! Parmi les autres ouvrages clandestins : les chansons de Pierre Dupont et le dictionnaire de Lachâtre (Philippon, 3 novembre 1856, 12 mars, 15 mars 1858, 31 mai 1858), Des marchands de parapluies les colportaient dans les campagnes (Philippon, 13 juin 1858).

107 A. D. S-M., M. Sûreté nationale, second Empire. Commissaire central de Rouen, 15 juin 1853.

108 A. N., BB 30 409. Procureur général, 6 août 1855. La Fraternité universelle aurait regroupé les différentes nuances du mouvement démocratique et rassemblé les affiliés d’anciennes organisations dispersées.

109 A. D. S-M., M, Sûreté nationale, second Empire. Rapport de Philippon, 20 septembre 1855. « Les prédestinés sont ceux sur lesquels le sort tombera pour tuer l’empereur... ».

110 A. N., BB 30 415. Individus dangereux, 25 septembre 1855.

111 A. D. S-M., M, Corr. Leroy (1852-1857). Procureur général Savary, 14 août 1857 : « J’ai acquis la certitude que la société secrète dont les membres ont été condamnés en 1856 était une section de la Marianne et que cette société continue d’avoir à Rouen et Darnétal une organisation qui n’est pas sans danger ». Le préfet avait été moins affirmatif en 1856 ; il écrivait dans son rapport du 18 février : « Il n’y a rien de nature à éclairer l’autorité sur l’existence présumée d’un complot ».

112 A. N., BB 30 118. Procureur général, 27 avril 1856. Blaizet fut relaxé, cinq autres fileurs furent condamnés à des peines variant de deux mois à un an de prison. A. D. S-M., M, Sûreté générale, transportés, condamnés politiques, individus dangereux. Affaire Blaizet.

113 A. D. S-M„ M, Corr. Leroy. Philippon, 8 juillet 1857 : « Le comité ne s’organise pas ; les démocs haut placés déclinent l’honneur de la présidence et laissent se débrouiller ceux qui ont commencé et continuent encore aujourd’hui ».

114 Ibid., 25 novembre 1857. Philippon signale une entrevue de Blaizet et des membres de la Commune révolutionnaire pour reconstituer cette société « qui avait pris quelque développement à Rouen, il y a deux ans ».

115 Qualitativement, Philippon estime que la situation est aussi mauvaise : « les trois quarts sont ruinés par l’intempérance et les privations qui en sont les suites ; le reste est seul capable de faire face aux événements, mais sur ce reste la moitié se mettra de la cave au grenier et il ne restera plus qu’une centaine de forcenés qui entraîneront les ivrognes et les gens mal famés » (30 août 1857).

116 A D. S-M., M, corr. Leroy. Philippon, 21 novembre 1856, 4 et 7 mai 1857 ; « Les élections les préoccupent beaucoup : ... ils ne sont retenus que par la frayeur que leur inspirent les baïonnettes et la transportation. Aussi tout leur venin retombe d’abord sur les traîneurs de sabres, sur le « mannequin » ; la majeure partie de la classe ouvrière n’est pas mieux dans leurs bonnes grâces, disant qu’elle est abrutie, que les bons n’osent élever la voix par crainte de la dénonciation, la police ayant des agents partout ».

117 A. D. S-M., M, Conseil général, canton d’Elbeuf. Au premier tour, inscrits 10 083 ; votants, 3 290 ; Deschamps, 1 398 ; Flavigny, 1 843. Second tour, votants 4 282 ; Deschamps. 2 374 ; Flavigny, 1861.

118 Grandin fut élu au second tour de scrutin (16-17 octobre 1852). Inscrits, 10 203 ; votants, 1 492 ; Grandin, 943 ; Delaunay (opposant), 494.

119 Une seule liste : celle des conseillers sortants. Inscrits, 22 939 ; votants, 2 884 ; la liste obtient de 2 668 à 2 802 voix.

120 A. D. S-M., M. Elections municipales d’Elbeuf. Maire d’Elbeuf, 8 août 1855. « Leroy, tourneur sur bois, reçoit chez lui tous les adhérents au républicanisme les plus acharnés contre le gouvernement de Napoléon ; a abdiqué la religion de son père et s’est mis protestant... ». Sont cités également Piquet, cordonnier et Martin, ouvrier tailleur...

121 Décret du 6 octobre 1855.

122 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 18 avril, 30 avril 1 857.

123 A. N., BB 30 1567. Procureur général, 24 mai 1 857. Pour Levavasseur « une tentative de réélection serait à la fois inutile et dangereuse » ; il n’a ni la sympathie des classes ouvrières, ni le concours des classes bourgeoises... : on lui reprochait non son attitude politique mais « des torts de caractère, des maladresses de langage..., de la bizarrerie d’habitudes... ».

124 Journal de Rouen. 7 juin 1857.

125 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 30 août 1857.
« Tout ce qui s’est fait aux élections n’a été entrepris que par quinze d’entre eux, en particulier du Comité Blaizet ».

126 A. D. S-M.. M, Elections de 1857.

127 A. D. S-M., M, Elections de 1857. Le programme de Pouyer-Quertier avait été bien accueilli dans les milieux du commerce et de l’industrie : Lutte contre les abus du monopole des compagnies de chemin de fer - Défense du travail national : « J’ai la certitude que le régime prohibitif sera bien longtemps encore une nécessité pour un grand nombre de nos industries ». Mais Philippon constate que cette candidature attire peu de sympathies chez les ouvriers parce qu’il s’agissait d’un manufacturier (26 juin 1857).

128 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 30 août 1857.
Avec beaucoup d’exagération, Philippon attribue les trois quarts des voix de l’opposition à la cherté de la vie.

129 L’opposition républicaine retrouve à peu près ses pourcentages de 1849 dans les cantons de Darnétal, Maromme et Grand-Couronne.
Les résultats de Sotteville méritent d’être signalés : 1852, Quesné, 664 ; Randoing, 136 ; Indépendants, 257 - 1857, Quesné, 473 ; Leballeur-Villiers, 807.

130 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 29 juin 1857.

131 A. D. S-M., M, Sûreté générale, transportés... Commissaire central de Rouen, 16 février 1858 : « Dalleinne, Fouque et Beaufour sont influents auprès de la classe ouvrière et servent d’agents auprès d’elle à ceux de leur parti que leur position sociale et l’observation dont ils sont l’objet obligent à plus de réserve et de circonspection... Les relations de Beaufour et de Noiret s’étendent au dehors et ils sont, à ce qu’il paraît, en rapport avec les nommés Delatour et Rémond du Havre ainsi qu’avec le nommé Bréant d’Elbeuf... Les correspondances qu’ils reçoivent de Paris et des départements me portent à croire qu’ils font partie d’une vaste association socialiste et que leurs menées se rattachent à l’action générale de quelque société secrète ».
Beaufour Eustache, né en 1804, transporté à Cayenne en 1852, rentré en 1856 ; Noiret Charles, né en 1802, transporté en Algérie en 1852, rentré en 1856 ; Rémond Emile, 44 ans, transporté en Algérie en 1852, autorisé à rentrer en 1854 ; Bréant Pascal, 32 ans, interné en Algérie en 1852, autorisé à rentrer en 1854, gracié en 1856.
A. D. S-M., M, Sûreté générale, transportés. Commissaire central, 19 février 1858.

132 Ibid. Voir aussi les rapports de Philippon. 27 février, 15 avril 1858.

133 A. N., BB 30 387. Procureur général, 8 janvier 1860.

134 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 7 septembre, 5 octobre 1857, 19 décembre 1859.

135 Ibid., 7 février, 24 février 1859.

136 Ibid., 11 mars. 8 mai, 28 mai, 13 juin 1859.

137 Ibid., 9 novembre, 14 novembre 1859.

138 Ibid., 19 août 1859 « La démagogie est pétrifiée ; dans ses rêves les plus dorés, elle n’avait jamais eu celui d’une amnistie sans restrictions ; décidément Napoléon a du bon et on pourra en faire quelque chose ».
A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 10 octobre 1859.
« Les victoires en Italie ont porté le coup le plus sensible aux partis hostiles. L’amnistie est d’ailleurs venue leur ôter tout prétexte à récriminations » ; le préfet avait signalé que c’était principalement la classe ouvrière qui avait manifesté son sentiment patriotique (avril 1859).

139 A. N., BB 30 387. Procureur général, 20 juillet 1859 « Les démocrates les plus violents entrevoyaient l’Italie révolutionnée en entier, l’insurrection gagnant de proche en proche en Europe, la République prenant partout le dessus sur la monarchie et l’Empire mis en péril par une conséquence de ses propres victoires. La paix a dissipé tous ces rêves et les démocrates ont repris maintenant leurs anciennes habitudes d’hostilité expectante mais avec le redoublement de colère et de haine que ne pouvait manquer d’exalter pour eux une déception éclatante ».

140 En particulier les mandements de Mgr de Bonnechose, archevêque de Rouen depuis 1858 (cardinal en 1 863). Lettre pastorale du 17 juin 1860, relative à l’emprunt et aux dons ayant pour objet de venir en aide au Saint-Père (Circulaire du 5 octobre 1860 : « Qui ne pleurerait la mort de tant d’héroïques défenseurs du Saint-Siège accablés par le nombre de leurs ennemis... ».

141 A. D. S-M., M, Mandements du Cardinal de Bonnechose.
A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 5 janvier 1860, 8 mars 1861. Philippon cite de nombreux exemples de l’anticléricalisme des démocrates rouennais « Ils ont la haine des prêtres, ils ne seront satisfaits qu’alors qu’il ne restera pas pierre sur pierre des églises » (4 avril 1857).
A l’occasion de la St-Eloi, les ouvriers de la métallurgie refusent d’offrir un pain bénit « avec la raison qu’il vaut mieux boire qu’engraisser l’Eglise » (1er décembre 1859).
Voir aussi visite pastorale de 1 868 (Caudebec-lès-Elbeuf) « Les cabarets ne sont pas fermés pendant les offices... Parmi les vices dominants : l’esprit de vengeance chez certains travailleurs. Une foi vive soutient les autres malgré les efforts qu’on fait pour les amener aux idées du solidarisme... » (A. D. S-M. 1 JP 4).

142 A. D. S-M., M, Corr. Leroy, Philippon, 26 janvier 1860.

143 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 26 janvier 1860.

144 A. N., BB 30 387. Procureur général, 12 avril 1860 « La masse est reconnaissante de la sollicitude que l’Empereur témoigne pour les classes populaires... Ceux, que leur tendance politique dispose le plus à se prononcer d’habitude contre le pouvoir, voyant aujourd’hui les journaux de la démocratie défendre le principe du libre-comrnerce, se sont eux-mêmes transformés en approbateurs sans réserve de tout ce que le gouvernement accomplit ou propose... ».

145 A D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon. Il février 1860.

146 Ibid., 12 Juillet I860.

147 A. N., BB 30 387. Procureur général, 3 février 1859... « Il n’y a pas maintenant d’excitation capable de les tourner contre l’Empire qui a pour lui le triple prestige de l’origine, du bonheur, de la gloire et contre lequel la situation présente ne fournit, à leurs yeux, ni motif de désaffection, ni prétexte d’attaque... ».

148 A. D. S-M., M.Corr. Leroy. Philippon, 2 mars 1859, 3 avril 1859. « La grande généralité des ouvriers, même ceux de chez Buddicom, sont enthousiastes de l’Empereur » (1er août 1859).

149 Ibid., 1er février 1861 : « Le parti légitimiste est le seul parti qui puisse être à craindre » ; « La démagogie... devient pygmée devant l’ultramontanisme » (16 octobre 1861).

150 Ibid., 12 mai 1860.
Blaizet a fait un voyage en Belgique pour rencontrer des membres de la Commune révolutionnaire (Phillipon, 25 septembre 1859. 25 novembre 1859)

151 Ibid. Il parle seulement d’un proudhonien - un cafetier ami de Philippe, l’ancien président en 1848 du Club de la Madeleine (26 novembre 1856). Il faut remarquer cependant qu’Aubry a fait remonter ses premières lectures de Proudhon à la fin de la République et au début de l’Empire.

152 Ibid., 11 mai, 4 août 1859.

153 Ibid., 25 novembre 1860 ; « La démagogie suit toujours sa même conduite, divisée d’opinion sur le remaniement de la société ; les sectaires se font mutuellement tort dans le placement des oeuvres de Garibaldi et de Proudhon. Ces derniers sont de la pire espèce et ne veulent aucune fusion avec les autres sectes qui n’adoptent pas leurs principes ».

154 Ibid., 30 novembre, 15 décembre, 24 décembre 1860.

Table des illustrations

Titre Elections de 1848 et 1849 (en pourcentage de votants)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8283/img-1.jpg
Fichier image/, 108k
Titre Plébiscite des 20 et 21 décembre 1851
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8283/img-2.jpg
Fichier image/, 144k
Titre Elections au Corps législatif des 29 février et 1er mars 1852. 1ère circonscription (Rouen)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8283/img-3.jpg
Fichier image/, 84k
Titre 2è circonscription (ELBEUF)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8283/img-4.jpg
Fichier image/, 68k
Titre Plébiscite des 21 et 22 novembre 1852
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8283/img-5.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Résultats comparés des plébiscites de 1851 et 1852 et des élections de 1852 (En pourcentage par rapport aux inscrits pour les abstentions et aux votants pour les non et les républicains)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8283/img-6.jpg
Fichier image/, 120k
Titre Elections au Corps législatif (21-22 juin 1857)126 (pourcentage par rapport aux votants). 1ère Circonscription (Rouen)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8283/img-7.jpg
Fichier image/, 84k
Titre 2è circonscription (Elbeuf)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8283/img-8.jpg
Fichier image/, 67k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540