Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Première partie. L'industrie et les ouvriers au début du second empire (1852-1859)

Chapitre II. Ouvriers et patrons - (1851-1860)

Texte intégral

1Du comportement économique et social des patrons rouennais, tel qu’il a été souvent opposé à celui des Alsaciens, deux caractères généraux méritent surtout d’être retenus, en raison de leur incidence sur les rapports avec les ouvriers :

    • 1 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile, op. cit., p. 90-91. Citation d’un rapport du procureur génér (...)
    • 2 SUZUKI (Hiromasa) - L’évolution de l’industrie cotonnière dans la région rouennaise au XIXe siècle (...)

    Les manufacturiers rouennais auraient manqué d’esprit industriel. Ils se seraient plus attachés à la gestion spéculative de leurs affaires - grâce, en particulier, à la protection douanière - qu’au développement et à la rationalisation de la production1. Ils auraient cherché à s’enrichir le plus vite possible, lorsque la conjoncture était favorable, quitte à vendre ou louer leurs établissements, si les perspectives s’annonçaient moins brillantes et, au lieu d’investir leurs profits dans la modernisation des entreprises, préféré se constituer un patrimoine foncier2.

    • 3 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile, op. cit.,p. 86-87.
      REYBAUD (Louis)-Le coton, op. cit !., p. 1 (...)

    Alors que l’Alsace était « le domaine élu du paternalisme » et de ses réalisations sociales (œuvres d’assistance, sociétés de secours mutuels, cités ouvrières, écoles...) la patronat normand n’aurait souvent montré que de l’indifférence à l’égard des questions sociales : « C’est l’esprit normand, constatait Reybaud, se méfiant d’autrui et habitué à ne compter que sur lui-même, ne communiquant rien de ce dont il espère tirer parti, plus disposé à empiéter qu’à se laisser envahir... et n’étant jamais d’humeur à sacrifier ni un droit, ni un intérêt, ni un préjugé... »3.

2Si ces critiques ne sont pas applicables, comme nous le verrons, à tous les manufacturiers, la plupart des observateurs contemporains ont cependant reconnu que l’attitude générale du patronat rouennais ne favorisait guère la paix sociale...

  • 4 BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières en France..., op. cit., Mémoires de l’Académie des scienc (...)
  • 5 DEYON (Pierre) - Aspects industriels de la crise à Rouen dans Aspects de la crise et de la dépressi (...)
  • 6 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières, op. cit., p. 75.

3Après son enquête de juillet 1848, Adolphe Blanqui se montrait très pessimiste sur l’avenir des rapports entre patrons et ouvriers : « La Seine-Inférieure, travaillée par le double fléau du paupérisme et de l’utopie, figure au premier rang des foyers de troubles... »4. Dès 1846 et 1847, la crise industrielle avait provoqué quelques incidents dans la région : à la fin de mai 1846, à Elbeuf, une manifestation de 4 000 ouvriers contre l’installation d’une machine moderne dans les ateliers de Félix Aroux ; en octobre 1845 et en octobre 1847, de courtes grèves de tisserands à Elbeuf liées à des revendications portant sur les salaires. Mais ce sont surtout les événements de 1848 qui laissèrent un souvenir durable dans la mémoire des bourgeois rouennais : le 1er mars, Graindor, filateur à Lillebonne fut malmené par ses ouvriers ; le 10 mars, son collègue Lemoine était entraîné, pieds nus, par ses employés, de Malaunay à Monville, localité distante de 5 km. Le 24 mars, à Maromme, le personnel de Barbet saccageait les bois de l’industriel pour protester contre une baisse de salaire ; le 26 mars, des ouvriers rouennais pénétraient dans la prison de Bicêtre pour libérer les coupables ; le 1er avril,, la troupe et la garde nationale de Lillebonne tiraient sur des manifestants et tuaient six personnes ; enfin, le 27 avril, le jour de la proclamation du résultat des élections, c’était l’émeute à Martainville, à Saint-Sever et dans le centre d’Elbeuf5. Après la Révolution de février, concluait Audiganne, les ouvriers éprouvèrent « une continuelle défiance contre les manufacturiers. Prompts au soupçon, ils craignaient sans cesse d’être trompés ; ils se croyaient victimes d’une exploitation organisée..., c’est encore la paille qui prendrait aisément feu dans les moments de crise... »6. Aussi, pendant le second Empire, procureur général et préfet de la Seine-Inférieure portèrent-ils toute leur attention au mouvement des affaires.

LA CONJONCTURE ECONOMIQUE : L’EMPLOI ET LES SALAIRES

  • 7 CORNEILLE (A.) - La Seine-Inférieure industrielle et commerciale, op. cit., p. 149-206.
    Pour l’indus (...)
  • 8 A. N., Fl C III, Seine-Inférieure 9. Préfet, 29 novembre 1854.
    Allusion aux difficultés économiques (...)
  • 9 A. N., Fl C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 20 septembre 1853.
  • 10 A. N., Fl C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 1er juillet 1854.
  • 11 ROUSSEL (Alexandre) - Mémoire sur l’industrie des tissus de lin, chanvre et coton du pays de Caux d (...)

4Dans presque tous les secteurs économiques de la région rouennaise, la condition des ouvriers se trouvait directement ou indirectement liée à l’activité du textile. Or, cette industrie se prêtait particulièrement aux opérations spéculatives, à cause du grand nombre d’intermédiaires. Ainsi pour le coton : négociants importateurs du Havre, courtiers, commissionnaires en coton brut, filateurs, commissionnaires en filés, établissements de tissage mécanique, commissionnaires des marchands de tissus en gros...7. Le circuit était légèrement réduit dans le cas des entreprises intégrées : filatures et tissages associés mais, au contraire, allongé pour les rouenneries. Les deux principales impulsions de la spéculation provenaient d’abord des variations de prix de la matière première qui dépendaient elles-mêmes de conditions extérieures à la région (récolte aux Etats-Unis, achats de l’Angleterre...), puis des perspectives d’écoulement des produits finis : à la différence de l’Alsace, spécialisée dans les tissus de luxe, la Normandie fabriquait des cotonnades ordinaires ; toute crise de subsistance entraînait une baisse sensible de la consommation : « L’industrie cotonnière a besoin pour prospérer que le pain soit à bon marché, elle produit pour les classes les plus pauvres de la société »8. En septembre 1853, le préfet remarque que « tous les ans, à cette époque, les ouvriers ont l’habitude d’acheter des rouenneries et des cotonnades pour la saison d’hiver. Cette année, ils s’abstiennent et attendent la diminution des subsistances »9. Les achats différés pendant la période de hauts prix provoquent ensuite une poussée spéculative : « A peine un fabricant a-t-il réalisé des bénéfices, qu’il construit de nouvelles fabriques ; quand les commandes arrivent, il les remplit d’ouvriers qu’il recrute partout, il demande même l’autorisation d’organiser des services de nuit10, puis, les commandes terminées, il diminue insensiblement les heures de travail, ferme une partie des ateliers, renvoie les ouvriers et attend... ». Ainsi alternent les périodes difficiles et de brusques poussées de prospérité11.

  • 12 GILLE (Bertrand) - La banque et le crédit en France de 1815 à 1848 - Paris 1959. 380 p.
  • 13 Certains fabricants furent accusés d’avoir délibérément favorisé la crise. Voir A. N., BB 30 387. P (...)
  • 14 Journal de Rouen. 14 novembre 1848. Le nombre des inscrits aux ateliers communaux aurait même dépas (...)
  • 15 A. M. Rouen, Délibérations du conseil municipal, 25 mai 1848. A. N., F 12 2446. Lettres d’Hippolyte (...)

5L’industrie textile connut trois crises en vingt ans, de 1828 à 1832, de 1839 à 1 843 et de 1845 à 1848, celle-ci d’une gravité exceptionnelle : à la fin de 1845, le déséquilibre entre la production et la consommation provoqua de nombreuses faillites12 ; la mauvaise récolte de 1846 aggrava encore la situation : après une légère détente en 1847, la Révolution de février entraîna une véritable paralysie des affaires et la fermeture de nombreux établissements13. Alors que 885 ouvriers étaient occupés en 1845 dans les ateliers communaux de Rouen et 3 920 en 1847, leur nombre s’éleva à 9 430 le 3 mars 1848 et à 14 000, le 15 avril14 En mai, sur l’initiative de la mairie et de la chambre de commerce fut constituée l’Union des intérêts municipaux et industriels ; elle acheta du coton pour donner du travail aux usines en chômage et soulager ainsi les ateliers communaux dont les effectifs furent réduits à 3 500 personnes à la fin de mai15.

  • 16 A. N., F 12 4476 C. Préfet, 8 juin 1852. A. N., BB 30 887. Procureur général. 3 juin 1 852.

6La reprise esquissée à l’automne de 1848 s’affirma vigoureusement en 1849 ; la limitation de la durée du travail favorisa l’ouverture de nouveaux établissements. Cette prospérité, encore stimulée par le coup d’Etat arriva même à susciter les inquiétudes du procureur général en juin 1852 : « Les affaires du commerce et de l’industrie continuent de se développer de plus en plus. Les marchés à long terme ont repris. Il y a des filateurs qui ont vendu d’avance tout le coton qu’ils pourraient filer d’ici à deux ans. Les mécaniciens constructeurs de métiers sont tellement chargés de commandes qu’ils n’en acceptent plus qu’à la condition de pouvoir ajourner à 15 ou 18 mois la livraison ». Cette « activité surexcitée » ne dépassait-elle pas les besoins ? Une crise n’allait-elle pas s’ensuivre ?16.

  • 17 A. N., FI C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 5 octobre 1853. 1er juillet 1854.
  • 18 Ibid., 10 mai, 14 et 29 novembre 1854.
  • 19 Ibid., 14 janvier 1858.
  • 20 Ibid., 5 septembre 1854.
    A. N., BB 30 387. Procureur général. 31 janvier 1855. 2 février 1857.
    A. N., (...)
  • 21 A. N.. BB 30 387. Procureur général. 12 janvier 1855.
    A. D. S-M., M, Police générale. Rapports spéci (...)

7Elle éclata en effet à l’automne de 1 853, liée à la perspective d’une mauvaise récolte et à la hausse du blé ; à Rouen, le prix du pain s’élève de 0,32 F en juin à 0,54 F en décembre ; des troupes de mendiants réapparaissent en particulier dans le canton de Pavilly17 ; la baisse s’amorce au printemps de 1854 et entraîne une reprise d’activité passagère18, puis le cours du pain se stabilise à 0,42 ; la situation s’aggrave à nouveau en 1855 quand le pain atteint son prix maximum de 0,60 F (double du prix normal) ; la fin de la guerre de Crimée, une meilleure récolte le ramènent à 0,40, mais la crise ne se termine vraiment qu’avec la récolte de 185719. Sa durée a parfois fait supposer l’intervention des spéculateurs sur les grains20 et des adversaires du libre-échange21.

  • 22 Ibid., 5 juin 1858.
  • 23 Ibid., 6 août 1858.
  • 24 A. N., F I C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 10 avril 1859.
  • 25 Archives de la Banque de France. Rapports d’inspection. Rouen. 3 novembre 1859. Cité par FOFILEN (C (...)

8C’est à partir de janvier 1858 que se développa le « boom » de l’industrie cotonnière ; tout chômage disparaît, et même des filatures à bras qui avaient complètement arrêté le travail, le reprennent22 ; en juillet filatures et tissages manquent de personnel : « ils s’arrachent la main-d’œuvre » et suffisent à peine aux besoins de la consommation23. Les industriels du Cailly et de l’Austreberthe font monter des pompes à feu pour pallier le faible débit des rivières aggravé par la sécheresse24. « Comme la demande a été croissante, il en est résulté, constate l’inspecteur de la Banque de France, une hausse formidable dont profitent ceux qui travaillent... On peut estimer les bénéfices énormes que font les producteurs. Aussi, des industriels éclairés, bravant les craintes de leurs confrères, s’occupent-ils d’élever trois puissantes filatures dont le nombre total de broches ne sera pas inférieur à 150 000 » ; il s’agissait de Fauquet à Oissel, Pouyer-Quertier au Petit-Quevilly et Levavasseur à Radepont25.

  • 26 LE VERDIER (P.) - Une famille de haute bourgeoisie rouennaise, histoire de la famille Rondeaux - Ro (...)

9La conjoncture économique a entraîné en effet des variations considérables du profit des entreprises ; on peut en juger d’après les bilans de Rondeaux, imprimeur à Notre-Dame-de-Bondeville : le bénéfice net a pu s’élever de 0 en 1853 à 86 millions en 186026. Les ouvriers de leur côté subissaient des fluctuations de salaires qui mettaient en cause la possibilité de se procurer les objets de première nécessité.

  • 27 Les seuls registres de salaires conservés aux A. D. de la Seine-Maritime concernent l’établissement (...)
  • 28 Ces systèmes d’amendes étaient prévus par les règlements d’atelier. Voir A. D. S-M., M. Ouvriers, r (...)

10Il n’existe malheureusement pas à cette époque pour la région de Rouen de séries générales ou particulières de salaires, ni de registres d’entreprises27. Il faut se contenter des statistiques fournies par les enquêtes ou les rapports administratifs ; elles sont difficilement comparables parce que nous ne savons pas comment elles ont été établies, ni même ce qu’elles représentent exactement ; qu’est-ce que le salaire moyen des ouvriers d’une filature par exemple, alors qu’on y rencontre plusieurs catégories de travailleurs ? Les salaires sont-ils calculés à l’heure ou à la tâche ? Nous ne pouvons retirer de nos sources que des estimations assez imprécises. En outre, les amendes diminuaient les salaires réellement versés28.

11Les documents dont nous disposons permettent cependant de retracer grossièrement les fluctuations du chômage total ou partiel et des salaires. Les ouvriers ont subi très diversement les crises selon le type d’entreprises auxquelles ils appartenaient.

  • 29 Enquête sur les traités de commerce de 1860, coton, op. cit. Dépositions de Pouyer-Quertier (p. 1 e (...)
  • 30 VILLERME (Louis-René)-Tableau de l’état physique et moral... op. cit., t. I. p. 142-143.
  • 31 A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er avril 1862.
    ROUSSEL (Alexandre) - L’industrie dans l’arrond (...)
  • 32 REYBAUD (Louis) - Le colon, op. cit., p. 398 ; 0.70 F en 1847. A. D. S-M., M, Renseignements statis (...)

12Les plus durement touchés furent les tisserands de rouenneries : dès que la mévente menaçait, les fabricants ralentissaient l’envoi des chaînes et diminuaient les salaires ; leur magasin étant le seul investissement, ils avaient même intérêt à le fermer, plutôt que de risquer de liquider ensuite à perte. Privé de son activité industrielle, le tisserand pouvait parfois se retourner vers les travaux de la terre, mais en hiver, toute ressource faisait défaut. Ce sont les travailleurs à domicile qui ont été les principales victimes des crises de 1853-1857 et de 1861-1865 ; leur dispersion facilitait peut-être l’organisation de l’assistance, mais la reprise des affaires ne leur permettait pas de retrouver leur situation antérieure, la machine réduisant peu à peu leur domaine : les calicots furent perdus après 1830, certaines étoffes façonnées, vers 1855, Les industriels qui projetaient en 1859 de créer de grands établissements songeaient à de nouvelles conquêtes qui entraîneraient la disparition complète de l’industrie rurale : « Les pauvres artisans attachés à leur coin de sol qui leur vient de leurs pères préfèrent leurs chaumières et les plus minces salaires à l’existence d’un valet de ferme ou d’un ouvrier de fabrique... » ; si le fabricant Quesnel concède que les anciens ne partiront pas, les jeunes accepteront de venir chercher en ville un travail plus rémunérateur29 : les salaires des tisserands en effet n’avaient pas connu d’augmentation depuis trente ans : 1,50 F dans les périodes de prospérité, 1825 à 1828, 1833-1834, selon Villermé30, et 1859-1860 (procureur général de Rouen)31, mais ils pouvaient décroître de moitié pendant les crises32.

  • 33 A. D. S-M., M. Enquête industrielle décennale de 1860. A Rouen, le salaire moyen des fileurs à bras (...)
  • 34 BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières... - Mémoires de l’Académie des Sciences morales..., op. (...)
  • 35 A. D. S-M., M, Correspondance du préfet Leroy. Rapport de Philippon, 7 novembre 1856. Ce rapport so (...)

13Les entreprises marginales pouvaient soutenir la concurrence seulement grâce aux bas salaires quelles accordaient ; c’étaient le cas notamment des filatures à bras où les ouvriers gagnaient deux fois moins que dans les filatures mécaniques33 ; et plus ou moins celui de tous les établissements équipés de matériel ancien : « L’ouvrier réduit à travailler sur les métiers surannés se contente du plus modeste salaire plutôt que de perdre le peu de travail qu’il y trouve ; il s’établit entre le malheureux patron et lui comme un concert de résignations devant l’impérieuse nécessité qui les pousse tous les deux »34. En cas de crise, ces fabriques sont les premières atteintes : elles manquent de stocks pour faire face à une hausse des matières premières ; leurs rendements sont trop faibles pour qu’elles puissent supporter une baisse des filés ou des tissus. Là encore, les patrons doivent ralentir la production ou même fermer les ateliers35.

  • 36 Enquête sur les traités de I860, coton, op. cit. Déposition de Pouyer-Quertier.
  • 37 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du colon, op. cit., p. 45-47. L’auteur s (...)

14Les grandes entreprises modernes ont un comportement fort différent qui a été complaisamment souligné par Pouyer-Quertier au cours de l’enquête de 1860 : « Alors que, à la première crise, les ouvriers éparpillés dans les campagnes voient leur salaire diminuer et leur travail disparaître..., le chômage est inconnu dans nos ateliers ; depuis vingt ans pas une journée n’a été perdue sauf en 1848 où ils (nos employés) refusèrent le travail. C’est le salaire des usines qui a poussé en avant le taux général de la rétribution de l’ouvrier »36. Les ateliers fonctionnent alors que les prix de vente sont moins rémunérateurs ; parfois même les patrons prétendent travailler à perte par pure philanthropie... Et aussi par nécessité ! car même en cas de fermeture, ils devaient supporter les frais d’entretien d’un matériel coûteux37 ; aussi se bornent-ils à réduire les horaires tout en conservant le personnel, ce qui présentait encore l’avantage de pouvoir développer rapidement la production au moment de la reprise.

15Les statistiques publiées par Villermé, d’après les recherches de deux manufacturiers rouennais, fournissent le niveau et la hiérarchie des salaires de 1825 à 1834, c’est-à-dire de part et d’autre de la crise des années 1830. Plusieurs remarques se dégagent dont certaines resteront valables pendant tout le second Empire :

  • les salaires dans la métallurgie et les constructions mécaniques (mouleurs, fondeurs, forgerons, ajusteurs...) sont notablement supérieurs à ceux des autres professions ;

  • ceux des ouvriers du bâtiment sont au-dessus de la moyenne ; par ailleurs, ils n’ont subi que peu de variations au cours des années 1828-1832 ;

  • dans l’industrie du coton, il existe un très large éventail des rémunérations, depuis les spécialistes de l’indiennerie (graveurs...) jusqu’aux femmes et enfants auxiliaires de la filature et du tissage (trameuses, rattacheurs...) ;

    • 38 VILLERME (Louis-René) - Tableau de l’état physique et moral, op. cit., p. 142. Pendant un tiers de (...)

    les teinturiers grand teint sont mieux payés que les teinturiers petit teint, mais les uns et les autres subissent des chômages partiels fréquents38.

  • 39 VILLERME (Louis-René) - Tableau de l’état physique et moral, op. cit., p. 140-144 ; prix des journé (...)

Les salaires dans la région de ROUEN (1826-1834) d’après Villermé39

Les salaires dans la région de ROUEN (1826-1834) d’après Villermé39

16L’enquête de 1840-1845 n’est guère utilisable en ce qui concerne les salaires, car nous ignorons à quelle date exacte ils se rapportent (année de crise ou de prospérité) ; d’autre part, elle ne distingue pas les diverses catégories dans chaque branche d’industrie ; elle permet par contre de mesurer les écarts entre les rémunérations des hommes, des femmes et des enfants.

  • 40 Statistique générale de la France, op. cit., p. 47-49. La récapitulation pour l’arrondissement est (...)

Salaires d’après l’enquête de 1839-1845 (Arrondissement de ROUEN)40

Salaires d’après l’enquête de 1839-1845 (Arrondissement de ROUEN)40
  • 41 REYBAUD (Louis) - Le coton, op. cit., p. 395 et 400.
    A. N., F 12 4476 C, s.d. [1er mars 1848]. Les c (...)

17La statistique de 1846-1847 publiée par Reybaud précise la répartition des salaires dans la filature et le tissage ; malheureusement, elle ne distingue pas les arrondissements de la Seine-Inférieure41.

Salaires dans l’industrie textile en 1846-1847

Salaires dans l’industrie textile en 1846-1847

18La seule statistique complète des salaires pour 1843-1844 donc avant la crise, concerne seulement la ville de Rouen, elle ne révèle pas de différences notables avec 1834.

Salaires à Rouen en 1844 et 1859

Salaires à Rouen en 1844 et 1859
  • 42 A. D. S-M., M, Commerce et industrie, statistiques, 1840-1852. Maire de Rouen, 5 mars 1844.
  • 43 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 20 décembre 1859.

Note 4242
Note 43
43

  • 44 A. N., BB 30 387. Procureur général. 2 février. 5 mars. 3 juin. 4 avril 1 852 et 8 juillet 1853 ; c (...)

19La reprise de 1849 fit disparaître tout chômage jusqu’en 1852 : « Pas un homme de bonne volonté n’est sans travail ». Le commerce et l’industrie connaissent une situation exceptionnelle, les salaires permettent aux ouvriers de faire de notables économies et des dépôts à la caisse d’épargne ; « c’est le bien-être pour la classe laborieuse », affirme le procureur général44.

  • 45 A N., FI C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 16 novembre 1853.
  • 46 Ibid., 6 janvier, 20 juin 1854. A Petit-Quevilly, il s’agit de La Foudre, alors filature de lin (1  (...)
  • 47 Ibid., 4 mars 1854, 10 avril et 20 juillet 1855.
  • 48 Ibid., 29 novembre 1854.
  • 49 A. N., BB 30 387. Procureur général. 31 janvier 1855, 8 février 1 856.
  • 50 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 6 novembre 1856.
    La menace de la levée des prohibitions n’aur (...)
  • 51 A. N., BB 30 387. Procureur général. 2 février 1857. Buddicom lui-même dut réduire ses effectifs. V (...)
  • 52 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 9 mai 1857.

20A la fin de 1853, la crise provoque le ralentissement de la production de plusieurs filatures : celles d’Oissel, par exemple réduisent la durée du travail et diminuent les salaires45, d’autres s’arrêtent complètement : à Monvrile, Déville, Malaunay et même Petit-Quevilly46. Si de 1854 à 1856 des améliorations passagères sont parfois signalées - par exemple au printemps de 1855 tous les métiers sont occupés dans la perspective de l’Exposition universelle47 - les rapports présentent en général une situation peu brillante : novembre 1854 : « La plupart des fabriques chôment de un à deux jours »48 ; janvier 1855 : « Ce sont les indienneurs qui ont le plus souffert..., le travail est réduit à trois ou quatre jours..., de la gêne partout, de la misère sur plusieurs points » ; février 1856 : « Le coton a périclité ; en décembre, on a fermé quelques filatures, ailleurs, les veillées sont supprimées ou les journées raccourcies, les salaires sont au-dessous des besoins »49. Novembre 1856 : « Les teinturiers ne travaillent que trois ou quatre jours par semaine et trop souvent au-dessous ; les ouvriers du port, dans la majeure partie ne travaillent pas depuis longtemps...)50. La situation devient particulièrement critique au début de 1857 : « Les tisserands ont, depuis longtemps, à peine de quoi pour ne pas mourir de faim... Quelques filatures ont fermé dont sept dans le canton de Darnétal, l’état de la métallurgie est déplorable pour la fonderie des métaux et la construction des machines... »51. En mai, selon un rapport de police, « on compte près de 6 000 fileurs, tisserands ne faisant que trois ou quatre jours par semaine, 300 apprêteurs, deux ou trois, 400 teinturiers petit teint, deux ou trois, et sur le port, 300 autres qui ne font rien ; 7 000 individus chargés de famille ne peuvent vivre en travaillant... »52.

  • 53 Le tissage mécanique parut moins atteint. « Les fabricants de calicot sont généralement de riches i (...)

21Si la crise de 1853-1857 n’a pas connu l’intensité de celle de 1848, elle a cependant sérieusement affecté toutes les branches d’activité surtout à cause de sa durée53 ; seule l’industrie de la laine échappa plus rapidement à ses effets.

  • 54 BOURDON (Mathieu) - Intérêts matériels et moraux d’Elbeuf, op. cit. - Annuaire des cinq département (...)
  • 55 PETIT (L.) - Histoire de la ville d’Elbeuf, op. cit., p. 237. Production en 1852, 82 900 pièces ; e (...)

22Le tissage elbeuvien apparaît alors moins sensible à la conjoncture ; l’approvisionnement en matières premières est plus diversifié, les laines françaises étant en grande partie remplacées par celles d’Australie et de la Plata54 ; leurs prix tendent à la hausse jusqu’en 1862, mais sans brusques variations. Les débouchés sont également variés ; Elbeuf produit à la fois des draps unis et des nouveautés, des tissus ordinaires et de luxe, les uns destinés à la consommation régionale, les autres, par l’intermédiaire des négociants de Paris, au marché national ou à l’exportation, ce qui assure une certaine régularité de la fabrication55.

  • 56 A. N., FI C III, Seine-Inf. 9. Préfet. 4 mars, 6 mai 1854.
  • 57 Ibid., 1er juillet 1854.
  • 58 A. N., BB 30 387. Procureur général. 31 janvier 1855.
  • 59 A N., FI C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 14 avril 1855.
  • 60 Ibid. 22 octobre 1856.

23La hausse des denrées alimentaires entraîna cependant un ralentissement des affaires à Elbeuf à l’automne de 1853 ; le chômage apparaît au début de 1854, s’accroît au printemps56 ; il atteint 6 000 tisserands à Elbeuf et Caudebec-lès-Elbeuf en juillet et il faut ouvrir des ateliers de charité57. Au début de 1855, un cinquième des ouvriers sont sans ouvrage et les salaires ont diminué d’un tiers58, mais des commandes de l’armée surviennent alors59 ; la situation se redresse assez rapidement puisque le niveau de la production en 1855 dépasse celui de 1852. En 1856, la draperie est en pleine prospérité et de nouveaux établissements apparaissent60 ; jamais la production n’a été aussi élevée.

  • 61 Ibid.. 15 juillet 1857 : « Sans être prospère, la situation est satisfaisante : il n’y a pas de chô (...)
  • 62 Ibid., 6 janvier 1858.
  • 63 A N., BB 30 387. Procureur général. 18 août 1858.
  • 64 A. N., FI C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 5 décembre 1858.
  • 65 Ibid., 5 mars 1859 : « La foule se presse dans les lieux publics, les théâtres ».

24Par contre, l’industrie cotonnière ne sort de la crise que pendant l’été de 1 85761. En janvier 1858, la filature et le tissage occupent tous les ouvriers, les veillées ont repris, les fabricants qui avaient diminué les salaires les ont rétablis dans les conditions ordinaires ; les teintureries et les indienneries sont plus actives... »62. « Un homme rangé, dont une grande famille ne vient pas quotidiennement épuiser les ressources, entrevoit comme proche le moment où, après avoir liquidé ses dettes du passé, il lui sera permis de songer à nouveau à l’épargne pour l’avenir... »63. En décembre, l’industrie se trouve dans d’excellentes conditions, les usines à vapeur en pleine activité... les salaires se maintiennent, « la position des ouvriers n’a pas, depuis longtemps, été si bonne ». Même les tisserands du pays de Caux sont « dans un état relativement prospère »64. En 1859 encore, le préfet remarque que l’aisance est générale dans toutes les classes, le travail ne fut jamais plus actif, le salaire plus élevé...65.

25En 1859-1860, les rémunérations moyennes des ouvriers nous sont connues par deux sources :

  • l’enquête décennale de 1860 (malheureusement le nombre de réponses est très faible pour certains métiers : tisseurs de coton, fileurs de laine) ;

  • le rapport rédigé par le policier Philippon, chargé spécialement de la surveillance des ouvriers depuis plusieurs années (20 décembre 1859).

Répartition des salaires dans les industries d’après l’enquête de 1860 (Salaire moyen masculin)

Répartition des salaires dans les industries d’après l’enquête de 1860 (Salaire moyen masculin)
  • 66 Voir aussi A. M. Darnétal. 2 F 2. Liste des manufactures. 1860.
    Salaires des fileurs de coton (13 ét (...)

Note 6666

  • 67 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 20 décembre 1859. Philippon affirme que les ouvriers demande (...)

26On retrouve la même hiérarchie que dans les précédentes enquêtes ; le travail des fileurs à bras s’est encore déprécié, ce sont « des hommes vie crapuleuse, n’ayant pas d’autres ressources... ». Par contre les professions hors ligne de la métallurgie ne laissent à désirer que pour les hommes à tout faire ; l’intelligence et le bien-être du plus grand nombre rend toute grève impossible67.

  • 68 Enquête sur les traités de commerce. 1860. colon, op. cit. : déposition de Pouyer-Quertier. p. 1-30

27Les salaires féminins sont pour toutes les professions très inférieurs à ceux des hommes : 1,35 à 1,80F dans la filature, 1,75 à 2,50F dans le tissage du coton où les femmes sont en majorité ; « ce sont les hommes les plus faibles de tempérament et qui n’ont pas la force de surveiller les métiers à filer qui travaillent aux métiers mécaniques ; la filature donne des salaires de 25 % plus élevés... »68.

28Les moyennes dissimulent les écarts qui peuvent exister d’une entreprise à l’autre, liés au degré de perfectionnement technique ; les fileurs de Pouyer-Quertier gagnent 4 F à Fleury-sur-Andelle (mull-jennies), de 4 à 4,5 F à Perruel (self-acting).

  • 69 Ibid. Pouyer-Querlier ne cite d’ailleurs que le cas des femmes qui gagneraient 30 â 32 F par quinza (...)
  • 70 A. D. S-M., J., Fonds Slackler. Salaires en 1845. 1.5 F : 1846. 1.98 F : 1847, 1.8 F : 1848. 0.82 F (...)

29Au cours de l’enquête de 1860 sur les traités de commerce, Pouyer-Quertier a affirmé que les salaires des ouvriers avaient doublé depuis 20 ans ; il s’agit évidemment d’un cas particulier, celui de la filature mécanique : les conducteurs de self-acting gagnent nettement plus que les fileurs de 184069. Mais, dans la plupart des métiers, la progression du salaire nominal paraît beaucoup plus limitée, elle ne dépasse pas 20 à 25 % pour les fileurs et les tisseurs. Il faut surtout souligner que les ouvriers n’ont pas bénéficié d’un accroissement régulier de leur revenu. Ainsi chez l’imprimeur sur indiennes Stackler, le salaire moyen journalier varie entre 0,82 F à 1,20 F, de 1845 à 185270.

  • 71 Voir la protestation du Groupe ouvrier elbeuvien adressée à la Chambre de commerce d’Elbeuf.

30Les brusques variations de salaires, de la durée du travail, et du prix des denrées de première nécessité affectent fondamentalement la situation matérielle et morale de la plupart des ouvriers de la région71.

31Reybaud a estimé que pour se procurer le strict nécessaire, un ouvrier devait pouvoir disposer de 525 F par an, une ouvrière de 323 F, ce qui correspondait à des salaires journaliers respectifs de 1,75 et de 1 F, d’environ 4 F pour un ménage avec deux enfants.

  • 72 REYABAUD (Louis) - Le coton, op. cit., p. 401-403 : « Ces prix ont été établis d’après ceux des den (...)
  • 73 A. D. S-M., M. Administration des contributions directes, archives du contrôle de Rouen.... 1846-18 (...)

32L’équilibre supposait le prix du pain - qui représentait pour l’homme 30 % des dépenses - à 0,38 F le kilo et une durée annuelle du travail de 300 journées complètes72 ; il est vraisemblable que pendant la période 1852-1859, ces conditions n’ont été complètement remplies que pendant quatre ans pour beaucoup de travailleurs73.

  • 74 A. D S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 9 mai 1857. Voir aussi. Philippon. 12 janvier 1857 : « Trois (...)

33Les ressources étant donc parfois entièrement consacrées à l’alimentation, il en résultait les conséquences déplorables décrites par les contemporains sur l’état des logements d’ouvriers : en mai 1857, par exemple, Philippon rapporte que, réduits à vendre leurs meubles par suite de la crise, « beaucoup de ceux qui avaient un joli ménage couchent aujourd’hui sur leur paillasse... »74.

  • 75 Ibid. Préfet. 1er juillet 1854.
  • 76 REYABAUD (Louis) - Le coton, op. cit., p. 274. « Les mœurs ne sont pas bonnes et l’argent qui reste (...)

34De plus, l’ouvrier rouennais n’aurait pas eu le sens de l’économie : « Dès qu’il a des gains appréciables, il les dépense sans se préoccuper de l’avenir, il se trouve réduit à la misère et tombe à la charge du bureau de bienfaisance »75. Audiganne, Villermé et Reybaud en rejettent la principale responsabilité sur l’alcoolisme. Mais les militants ouvriers contestaient cette accusation souvent reprise par les industriels76.

  • 77 MAREC (Yannick) - Dépôts et déposants de la caisse d’épargne de Rouen (1848-1914) - Mémoire de maît (...)

35La caisse d’épargne de Rouen dont le nombre des déposants passe de 7 375 en 1851 à 19 641 en 1870 ne semble guère avoir attiré les ouvriers d’usine77. Le mont-de-piété, lui-même, contrairement à ce que l’on pourrait supposer, n’a joué qu’un rôle secondaire en période de crise ; on constate alors une augmentation des engagements, mais de faible importance bien que les ouvriers et les journaliers eussent représenté sept dixièmes de la clientèle.

Opérations du Mont-de-Piété de Rouen (1850-1858)

Opérations du Mont-de-Piété de Rouen (1850-1858)
  • 78 BALLIN (Armand-Gabriel) - Tableau décennal des opérations des monts-de-piété de Rouen (1848-1857) -(...)

36L’auteur d’une étude parue en 1858 explique en effet que, lorsqu’ils touchaient des salaires élevés, ils dépensaient tout et n’hésitaient pas à engager des objets ; par contre, ils n’usaient de l’établissement qu’avec précaution en temps de crise, par crainte de ne pouvoir dégager leurs dépôts : « la gêne et la prospérité peuvent contribuer à alimenter le mont-de-piété et ces différentes causes amènent une espèce de compensation, sauf si les circonstances étaient poussées à l’extrême, comme en 1848 »78. Les ouvriers recouraient plus facilement au crédit des commerçants du quartier, encore fallait-il que la crise ne durât pas trop longtemps.

  • 79 A. N.. F I C III. Seine-inf. 9. Préfet. 5 octobre 1853, 8 juillet 1854.
  • 80 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 18 avril 1856.
  • 81 Ibid. 21 novembre 1856.
    A. M. Rouen. Délibérations du conseil municipal. 14 novembre 1854.

37En 1853, la mendicité par bandes et de nuit avait fait sa réapparition dans les campagnes de l’arrondissement d’Yvetot et même dans le canton de Pavilly ; elle fut rapidement réprimée79, mais la mendicité urbaine semble avoir mieux résisté : en avril 1856, « les mendiants pullulent à Rouen sur le boulevard Cauchoise jusqu’à Beauvoisine, rue Saint-Patrice et aux environs, aux abords du Théâtre des Arts..., des femmes d’un aspect misérable raccrochent les passants... »80. La crainte que la misère ne fût exploitée par l’opposition démocratique stimula l’assistance publique et privée de 1853 à 1857. A Rouen, grâce aux ateliers communaux, des chantiers furent ouverts pour un certain nombre de chômeurs81.

  • 82 A. M.. Rouen. Délibérations du conseil municipal. 8 septembre 1855. En 1856, les dépenses totales d (...)
  • 83 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 janvier 1854 : distribution de bons de pain, de viande et d (...)
  • 84 A. N., F I C III. Seine-inf. 9. Préfet. 8 juillet 1854.
  • 85 Ibid., 9 novembre 1855. « Des manufacturiers aident les ouvriers en fournissant des denrées aliment (...)

38Le bureau de bienfaisance secourut en 1855, 3 820 familles et 11 294 individus (en 1853, 3 263 familles et 9 063 individus) et, de plus, extraordinairement, autant de familles d’ouvriers inoccupés82 ; pour soulager le budget, une collecte fut organisée dans la population par la municipalité et une autre parmi les fonctionnaires publics83. Un comité central de secours se constitua en décembre 1854 sous la présidence du comte de Germiny, receveur général des finances, avec la collaboration des sous-comités de quartiers de Rouen et d’autres villes de la Seine-Inférieure ; il devait venir en aide aux travailleurs chargés de famille84. Plutôt que de fonder des œuvres philanthropiques, les manufacturiers rouennais préféraient accorder une aide en temps de crise85.

  • 86 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 janvier 1854 : « Les rigueurs inusitées de l’hiver et le pr (...)
  • 87 A. N., BB 30 387. Procureur général. 13 juillet 1854.
  • 88 Ibid., 31 juillet 1855.
  • 89 Ibid., 8 août 1856 : voir aussi Philippon. 9 janvier et 21 novembre 1856.

39Ce sont donc les secours de toutes origines qui ont contribué à limiter l’expression du mécontentement. Les rapports officiels soulignent le calme des ouvriers86. « En 1854, malgré la crise alimentaire qui sévit, ils ont supporté leur part du mal avec une résignation exemplaire, sans jamais faire remonter la responsabilité au gouvernement... Pas d’émeutes, pas de désordres sur les marchés, pas un seul propos séditieux. Bien plus, moins de délits contre la propriété et pas plus de délits de mendicité que dans les temps ordinaires ; les efforts faits pour recevoir les malheureux ont été plus grands qu’à aucune autre époque ; les classes ouvrières ont bien vu les efforts faits par le gouvernement, les communes et les particuliers »87. Lorsque les murmures ont dépassé la limite des lamentations, ils ne sont guère allés à dire que l’autorité pourrait agir d’une façon directe et par voie de répression contre les spéculateurs... »88. La prolongation de la crise ne fait que renforcer cette conviction : « le peuple accuse tour à tour les fariniers, les cultivateurs, le château et les prêtres d’accaparer les denrées pour créer une pénurie factice... ; les ouvriers s’irritent, quelques-uns menacent... »89. Seule l’amélioration de la situation économique au début de 1857 mit fin à la montée des protestations.

  • 90 Journal de Rouen, 11 septembre 1867 : « Le congrès proclame... que le véritable rôle de la femme es (...)
  • 91 Par exemple beaucoup d’enfants étaient en nourrice dans les cantons de Darnétal, de Grand-Couronne (...)
  • 92 A. D. S-M., M. Commerce et industrie, législation industrielle. 22 janvier 1861.
    A. D. S-M., M, Insp (...)
  • 93 Groupe havrais de la Ligue de l’enseignement. 3e bulletin, p. 4. Dans le canton de Pavilly, Charles (...)

40Dans les ménages ouvriers, le travail de la femme et des enfants permettait d’éviter la misère mais il entraînait une double conséquence, soulignée en particulier par Aubry dans son compte rendu du congrès de Lausanne90. D’abord la désagrégation de la famille : la mère occupée 12 heures et plus à l’usine ne pouvait élever elle-même ses enfants ; elle était parfois contrainte de les mettre en nourrice dans les communes des environs avec tous les risques que cette solution comportait91. D’autre part, les jeunes de 8 à 12 ans, employés dans les mêmes conditions que les adultes ne recevaient pas l’instruction la plus élémentaire ; l’article 5 de la loi du 21 mars 1841, qui obligeait les enfants de moins de douze ans à suivre une école, n’était que rarement appliquée, même à la fin de l’Empire92. Aussi, d’après le recensement de 1866, on dénombrait 28 % de conscrits illettrés pour l’ensemble du département, 35 à 40 % dans le 4e canton de Rouen, à Elbeuf, Maromme et Duclair93, alors qu’ils n’étaient que 23 % pour l’ensemble de la France.

  • 94 A. D. S-M., M. Procès-verbaux des délibérations du conseil général. 2e session ordinaire de 1876.

Pourcentage d’illettrés en 187694

Pourcentage d’illettrés en 187694
  • 95 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières.... op. cit., p. 74-75.

41En 1876, la situation ne s’était pas sensiblement modifiée. Audiganne pouvait donc remarquer : « A Rouen, les masses lisent fort peu ; à peine, dans les cabarets, au temps des émotions les plus convulsives, jetait-on un regard sur le journal ; les brochures politiques, les écrits socialistes n’ont jamais été très répandus... »95.

LES GROUPEMENTS OUVRIERS

42Sous la seconde République, le mouvement d’association n’avait pas connu une grande ampleur en Seine-Inférieure. Après 1851, les sociétés de secours mutuels sont les seules organisations au sein desquelles peuvent se regrouper les ouvriers.

La disparition des coopératives

  • 96 L’Emancipation normande, « journal paraissant tous les mois, rédigé par des ouvriers », no 1, novem (...)
  • 97 GAUMONT (Jean) - Histoire générale de la coopération en France - Paris 1924, 2 vol., 630 p. et 735  (...)
  • 98 L’Emancipation normande, no 1, novembre 1849.
    A. M. Rouen. Procès-verbaux du Club du passage Nitrièr (...)
  • 99 L’Emancipation normande, no 2, décembre 1849.
  • 100 Ibid... no 5, mars 1850.
  • 101 GAUMONT (Jean) - Op. cit., t. I., p. 325.
    Association fraternelle et mutuelle de consommation de Rou
    (...)
  • 102 L’Emancipation normande, no 7, mai 1850 : « Tout citoyen qui voudra coopérer à la fondation de l’am (...)

43En novembre 1849, l’Emancipation Normande96 qui venait de succéder au Républicain de Rouen signalait l’existence de quelques coopératives dans la région de Roden : l’Association fraternelle de consommation, comptoir central 108, rue Malpalu, avec trois succursales à Rouen, rue d’Elbeuf (Saint-Sever), à Déville et à Elbeuf97 ; l’Association phalanstérienne, 128, rue Saint-Vivien, avec deux succursales à Rouen, rue Ecuyère et rue Saint-Hilaire98. Il existait également deux coopératives de production, celle des cordonniers « qui garantit tout ce qui sort de ses ateliers et offre au public un avantage de 20 % au-dessous des cours »99 et l’Association fraternelle des tailleurs, qui offrait aux ouvriers des bons de 1 à 10 F : « les dépôts d’argent serviront à faire des achats dont les bénéfices seront, par le prix de vente, répartis entre les consommateurs »100. En mars 1850, se constitua l’Association fraternelle et mutuelle de consommation - avec, comme gérants, Morainville, puis Jouanne - « ayant pour but d’assurer à ses membres une amélioration dans les conditions de vie par l’économie et la mutualité du crédit »101 et en mai, l’Association mutuelle pour la fondation d’une association-restaurant ; dans le comité figurait le nom d’Emile Aubry102 ; la police crut déceler qu’elle camouflait une organisation secrète. Toutes ces coopératives auraient disparu avant le coup d’Etat.

Les sociétés de secours mutuels

  • 103 VINGTRINIER (Dr Arthus) -Les sociétés de secours mutuels à Rouen 1843-1848 - Bulletin de la Société (...)

44Les sociétés de secours mutuels s’étaient formées depuis 1808 et principalement entre 1819 et 1825 ; quatorze seulement sur trente-sept subsistaient en 1848, mais la situation de plusieurs d’entre elles n’étaient pas brillante. Selon le docteur Vingtrinier, à cause de la méconnaissance de l’espérance de vie, elles avaient pris pour les secours vieillesse des engagements au-delà de leurs forces ; cinq ou six d’entre elles, en déficit, paraissaient même condamnées à court terme103 ; les ressources pouvaient juste subvenir aux secours maladies. Les seules sociétés prospères étaient les plus récentes, qui ne supportaient pas encore la charge de vieillards. Par ailleurs, les cotisations pourtant trop faibles (0,30 à 0,60 F par semaine) rentraient difficilement en temps de crise.

  • 104 Ainsi, la Société Saint-Romain (42 adhérents, dont 28 payants) devait secourir, en 1848. 14 grabata (...)

Les sociétés de secours mutuels dans la région de Rouen en 1848104

Les sociétés de secours mutuels dans la région de Rouen en 1848104
  • 105 En 1848. 157 malades secourus et 59 grabataires.

45Depuis 1843, aucune création n’avait été enregistrée et le nombre des adhérents ne s’était guère accru (1 172 en 1848 contre 1 031 en 1843) ; « l’esprit d’association n’a pas progressé », regrettait Vingtrinier105.

  • 106 A. N., BB 30 397. Procureur général. 5 juillet 1853.

46A partir de 1849, « de nouvelles sociétés se formèrent grâce aux dons et aux efforts de membres honoraires. Réduits à eux-mêmes, les ouvriers, surtout ceux des manufactures, n’auraient pas avancé dans cette direction plus que dans le passé »106. Les deux plus remarquables créations furent l’Alliance et l’Emulation chrétienne.

  • 107 VINGTRINIER (Dr Arthus) - Quelques réflexions sur les sociétés de secours mutuels - Annuaire des ci (...)

47L’Alliance résultait de la fusion de deux sociétés en difficulté, Saint-Romain et Saint-Vincent ; le docteur Vingtrinier, qui rédigea les statuts essaya d’éviter les erreurs de ses prédécesseurs grâce à un accroissement régulier du capital et du nombre des membres, qui doubla en trois ans : 85 en 1850, 185 en 1853 ; l’organisation de l’Alliance servit de modèle à plusieurs autres groupements107.

  • 108 A. D. S-M., X. Emulation chrétienne, s.d. [1853] : « Carpentier est un ouvrier sellier, très intell (...)
  • 109 Une société de secours mutuels de province, l’Emulation chrétienne de Rouen - Paris 1892. 94 p.
    A. D (...)
  • 110 Voir Statuts du 17 septembre 1853 (A. D. S-M., X, Emulation chrétienne) article 5 : « Par d’intéres (...)
  • 111 Une société de secours mutuels de province, l’Emulation chrétienne, op. cit., p. 8 et suiv. A. D. S (...)

48L’Emulation chrétienne fut constituée le 2 décembre 1849 par sept ouvriers de Rouen ; deux selliers, Carpentier qui devint président108, et Tassel ; un tailleur, Duval ; deux teinturiers Gilon et Houdeville et un tisserand Vorger : « Ils résolurent de faire une société libre, égale et fraternelle, appuyée sur les sentiments religieux et les principes démocratiques pour venir en aide aux associés qui deviendraient malades, donner du travail à ceux qui en auraient besoin et récompenser les plus méritants109. Elle obtint aussitôt le concours de membres honoraires, Chéron, conseiller à la cour, l’abbé Forbras, curé de Saint-Vivien, l’abbé Boudement, curé de Saint-Maclou. L’Emulation chrétienne voulait être plus qu’une société de secours mutuels et créer une véritable fraternité entre ses membres groupés en décuries et en centuries. Elle s’efforça de développer leur instruction et leur moralité par des lectures, des conférences - en particulier une conférence religieuse chaque mois dans l’une des paroisses de Rouen-, des soirées musicales auxquelles étaient conviés les sociétaires et leurs familles110. La faible cotisation de 0,05 F par semaine assura à l’Emulation un essor inconnu à l’époque : 434 adhérents au 31 décembre 1850, 2 007 en 1851, 2 950 en 1852 ; à partir de 1854 les femmes et les enfants furent admis, mais comme la société envisagea d’assurer des pensions de retraite, la cotisation fut élevée à 0,10 F puis 0,20 F et 0,25 F ; les effectifs fléchirent pendant quelque temps pour progresser à nouveau : 3 447 membres en 1857 ; l’Emulation étendit son influence sur toute la région en créant des groupes à Darnétal, Sotteville, Maromme et Bolbec111.

  • 112 Ce sont principalement les sociétés de Rouen dont Vingtrinier avait souligné les difficultés financ (...)
  • 113 DU VERGER - Collection de lois et décrets. 26 mars - 6 avril 1852.
  • 114 Rapports à l’Empereur sur les sociétés de secours mutuels, annuels depuis 1852.

49Si, de 1849 à 1860, quelques petites sociétés aux ressources fragiles disparurent112, on compta en revanche de nombreuses créations : en 1850, la Société Saint-Pierre à Déville ; en 1851, celle des ouvriers de M. Keittinger à Lescure. La loi de 1852 encouragea les initiatives : « Une société de secours mutuels sera créée par les soins du maire et du curé dans chacune des communes où l’utilité en aura été reconnue. Cette utilité sera déclarée par le préfet, après avoir pris l’avis du conseil municipal ». Le texte distingue les sociétés autorisées, approuvées et d’utilité publique, définissant exactement leurs capacités respectives et le contrôle de l’administration publique113. Il n’y eut que deux fondations à Rouen les Sauveteurs médaillés (1855) et les médecins (1857), mais elles se multiplièrent dans les communes de banlieue : Saint-Martin à Canteleu (1 856), Saint-Martin à Oissel (1856), sociétés de Pavilly (1859), de Ry (1855), Sahurs et Hautot-sur-Seine (1855), Saint-Léger-du-Bourg-Denis (1851), Saint-Aubin-Celloville (1855)... (114.

  • 115 BOURDON (Mathieu) - Intérêts moraux et matériels d’Elbeuf, op. cit. - Annuaire des cinq département (...)

50A Elbeuf, selon Villermé, il n’existait vers 1840 aucune société de secours mutuels ; la première apparut en 1842 : Saint-Roch, pour les tisserands puis celles des anciens militaires (1844), des garçons de magasin et des fileurs (1848). La Société de secours mutuels des ouvriers de la fabrique d’Elbeuf fut constituée en 1855 sous la présidence du député Quesné et avec le concours de nombreux membres honoraires ; moyennant une cotisation de 1 F par mois, elle assurait un secours de 1 F par jour pour maladie et une retraite à 55 ans en cas d’incapacité de travail115.

Sociétés de secours mutuels de l’arrondissement de Rouen (1860)

Sociétés de secours mutuels de l’arrondissement de Rouen (1860)
  • 116 Ibid., 21 décembre 1872 : « Ce sont seulement les ouvriers qui peuvent payer régulièrement les coti (...)

51En Seine-Inférieure, on comptait en 1852, 41 sociétés avec 7 411 membres dont 1 184 membres honoraires ; en 1860, 60 sociétés et 14 061 membres dont 1 374 honoraires. Malgré les progrès des années 1855 et 1856, elles ne regroupaient donc qu’une faible proportion des travailleurs116.

  • 117 A. D. S-M., X. Emulation chrétienne. Lettre de Carpentier. 17 février 1853 : « Les fondateurs compr (...)
  • 118 A D. S-M., X, Emulation chrétienne. Rapport d’origine inconnue (1853). L’administration avait refus (...)
  • 119 L’influence de l’Eglise était évidente dans plusieurs sociétés de secours mutuels. A l’Emulation ch (...)

52Les secours mutuels étaient considérés comme le meilleur moyen d’apaiser les tensions sociales, de « constituer un élément d’ordre pour la société industrielle ». C’était exactement la pensée de Carpentier : « L’intention des fondateurs de l’Emulation chrétienne était de réconcilier la classe ouvrière avec elle-même et avec les classes supérieures avec lesquelles il s’était opéré une complète scission... »117. Un rapport de 1853 estimait que « Carpentier valait cent, que dis-je, mille soldats... Lié au gouvernement par la reconnaissance, Carpentier eût pu rendre de grands services dans le département en établissant dans tous les cantons de population ouvrière des sociétés propres à moraliser la population et à la ramener à nous... »118. C’est seulement à l’époque de la lutte pour le pouvoir temporel du pape que la police commença à craindre que l’influence cléricale pût transformer l’Emulation chrétienne et d’autres sociétés en entreprises de subversion119.

  • 120 Corr. Leroy. Rapport de Philippon, 30 octobre 1856.

53Les républicains n’auraient pas désavoué ces jugements : « La démagogie, selon Philippon, considère les sociétés de secours mutuels comme le dernier degré de l’abrutissement humain, attendu que les citoyens sont parqués comme des bêtes de somme sous l’œil scrutateur de la calotte et d’autres aristos qui ne perdent ni un geste, ni une de leurs paroles. Cette manière d’envisager les sociétés n’empêche pas quelques-uns d’en faire partie, non par goût, mais pour le bénéfice qu’ils peuvent en retirer étant malades. Quant à chercher à faire des adeptes parmi les sociétaires, ils n’oseraient faire cette tentative, ils ont toujours peur »120.

  • 121 A. D. S-M., X, Société des travailleurs de Pavilly. Liste nominative du 17 mai 1855 : sur 234 membr (...)
  • 122 Ibid. Maire de Pavilly. 7 et 22 mars 1851 ; c.c. police de Rouen. 5 avril 1855 : « Braquehais, son (...)

54Le cas de la société des travailleurs de Pavilly mérite cependant d’être signalé. Fondée pour dix ans le 10 octobre 1848, elle comptait 102 membres en 1851, 234 en 1855, principalement des fileurs de Pavilly et des communes voisines ; Monville, Malaunay, Notre-Dame-de-Bondeville, Maromme et Déville121. L’administration était convaincue qu’on s’y occupait de tout autre chose que de bienfaisance, que l’association était essentiellement composée des démocrates et des socialistes de la région « qui avaient ainsi trouvé le moyen de communiquer sans donner l’éveil... »122. Aussi, en 1855, le préfet et la municipalité de Pavilly, firent-ils pression sur les dirigeants pour les amener à solliciter l’autorisation administrative et en même temps à modifier les statuts ; en particulier supprimer le secours chômage (article 16), susceptible de favoriser les coalitions.

  • 123 A. D. S-M., X. Société des travailleurs de Pavilly. Préfet, 2 mai 1855 ; président de la société. 1 (...)
  • 124 Ibid. Préfet, 23 septembre 1858. La société paraissait toujours aussi dangereuse : « Elle pourrait (...)
  • 125 Ibid. Braquehais. 19 janvier 1809.
    La société comptait alors 390 membres. En 1855, Braquehais avait (...)
  • 126 Ibid. Préfet, 6 février 1859. La Société des travailleurs de Pavilly avait pourtant finalement cons (...)

55Le président répondit que l’association des travailleurs de Pavilly refusait « de devenir une société approuvée avec des membres honoraires parce que le versement de ceux-ci ne pouvait être considéré que comme une aumône... ; acte qui serait jugé blessant par beaucoup de sociétaires qui ne voulaient rien devoir à la charité... »123. Le préfet se contenta donc d’attendre la date normale d’expiration de la société pour prononcer sa dissolution (23 septembre 1858)124 ; Braquehais protesta vainement que « la société n’avait jamais fait de politique..., et que désireuse de se conformer aux intentions du chef de l’Etat, elle n’avait en vue que travailler au bien-être de la population laborieuse »125. Sous le patronage d’un conseiller de préfecture et « d’habitants honorables » se constitua alors la Société de secours mutuels des ouvriers de la commune de Pavilly qui, selon le préfet, satisfaisait à la fois aux besoins des ouvriers et aux exigences de l’ordre public126.

LES CONFLITS ENTRE PATRONS ET OUVRIERS : LES COALITIONS

  • 127 A. D. S-M., M. Presse 1852-1862. Circulaire de l’Intérieur, 16 mai 1855.

56Les conflits du travail paraissent rares de 1851 à 1860, les archives administratives n’en mentionnent qu’une vingtaine pour l’ensemble du département ; de son côté, la presse les ignore complètement : il était interdit aux journaux de publier des informations sur « les grèves, les coalitions ou les arrestations qui en étaient la suite »127.

57De 1852 à 1854, des coalitions se forment presque uniquement dans les métiers du bâtiment.

  • 128 A. D. S-M., M. Grèves de 1852. Préfet. 9 juin 1852.
    A. N., BB 18 1507. Procureur général. 9. 18 et 2 (...)

58Juin 1852 : Les charpentiers de Rouen essaient d’obtenir une diminution de la journée de travail de 11 h à 10 h et une augmentation de salaire de 0,75 F par jour (3,50 F au lieu de 2,75 F). « Depuis plusieurs jours, écrit le préfet le 9 juin, des meneurs parcourent les chantiers et provoquent les ouvriers à se mettre en grève usant de menaces et souvent de violences. Déjà plusieurs chantiers sont abandonnés... ; le mouvement menace de s’étendre aux scieurs de long, menuisiers, peintres, que les charpentiers travaillent sourdement... ». Les grévistes réunis le 8 juin à 5 h du matin sur la place Notre-Dame se virent brusquement encerclés par 100 hommes de la ligne, 12 chasseurs à cheval et 40 gardes municipaux ; 98 ouvriers furent arrêtés, on relâcha ceux que leurs patrons réclamèrent et qui promirent de reprendre le travail. Sur les 22 meneurs qui comparurent devant le tribunal correctionnel, 6 furent condamnés à trois mois de prison. Les patrons accordèrent cependant la journée de 10 h et un salaire de 3 F128.

  • 129 A. D. S-M., M. Grèves de 1853, C.c. police, 6 avril.

59Avril 1853 : 200 menuisiers réclament à leur tour la journée de 11 h et une augmentation de 0,50 F « pour aligner leurs salaires sur ceux de leurs collègues parisiens », 52 sont arrêtés, les autres quittent la ville et se réfugient dans les environs : sept meneurs sont condamnés à 10 jours de prison129.

  • 130 Ibid., Sûreté générale, second Empire. C.C. police de Rouen, 30 juillet 1853.

6029 juillet 1853 : les couvreurs de Barentin se mettent en grève, la police procède à plusieurs arrestations130.

  • 131 A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er septembre 1853. Au Havre, éclata également une grève des m (...)

61Enfin, à Elbeuf, en août 1853, les poursuites judiciaires brisent immédiatement une coalition des ouvriers du bâtiment131.

  • 132 En dehors de l’industrie du bâtiment, on peut noter une brève cessation de travail au tissage Harel (...)

62L’administration a donc réagi avec beaucoup de vigueur par crainte de l’extension des grèves et de leur exploitation politique par les républicains132.

  • 133 A. D. S-M., M. Grèves de 1854 ; sûreté générale, événements, 1856. A Saint-Léger-du-Bourg-Denis, 14 (...)
  • 134 A. D. S-M., M, Grèves de 1856. Grève Desgenétais. c.p. de Bolbec, 6 juillet 1856. A. N., BB 18 1555
  • 135 A. N., BB 30 387. Procureur général. 13 juillet 1854. II s’agit du système des amendes ; aucune pré (...)

63Entre 1854 et 1857, quelques grèves de courte durée se produisent dans le textile, la plupart contre des menaces directes ou indirectes de diminution des salaires : chez Graindor à Lillebonne (10 février) et à la filature Formont de Saint-Saëns (21 février 1854), chez Burel à Torcy-le-Grand (6 mars 1854), à Gruchet-la-Valasse (juillet 1854), à la filature Lavoisier de Saint-Léger-du-Bourg-Denis (14 avril 1856)133. La plus inquiétante fut celle des 150 tisserands de Desgenétais à Bolbec, contre un changement d’article qui aboutissait à une réduction de salaire ; le soutien des ouvriers de Lillebonne, Fécamp, Le Havre et Montivilliers permit au mouvement de durer du 5 au 22 juillet 1856. Trois arrestations furent opérées134. La justice s’était montrée plus clémente pour les grèves localisées et éphémères : à Gruchet-la-Valasse, le procureur général s’était même refusé à sévir pour défendre un « système inique de retenues sur les salaires »135.

  • 136 A. N., F 1 C III Seine-Inf. 9. Préfet, mars 1859.

64De 1857 à 1859, on ne signale pratiquement plus de grèves ; la conjoncture favorable incite les manufacturiers à accorder plus facilement des réajustements de salaires. Ainsi, en mars 1859, quelques concessions faites par les patrons et l’« intervention conciliatrice de l’autorité » suffisent pour arrêter quelques vélléités de grève dans le bâtiment136.

  • 137 Exemple cité par Philippon, en décembre 1856. Au cours de la crise, Vaussard (Notre-Damede-Bondevil (...)

65A cause des conséquences judiciaires qu’entraînait le délit de coalition, les conflits du travail apparaissaient rarement au grand jour et se réglaient discrètement à l’intérieur des établissements137.

  • 138 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières..., op. cit., p. 74.
  • 139 A. N., C 2857. Enquête sur le projet de loi sur les coalitions. Déposition d’A. Cordier : « Avant 1 (...)

66Si les associations ouvrières étaient interdites, il existait cependant en effet des groupements embryonnaires. Audiganne y a fait allusion : « Dans les filatures des vallées, écrit-il, chaque salle a un chef qui est toujours l’ouvrier le plus ancien, le curé... Quand le personnel est nombreux, il est assisté d’un vicaire... Il est chargé de maintenir l’ordre et d’assurer l’exécution des diverses mesures arrêtées (par les ouvriers) entre eux en dehors du règlement général de l’usine... ; il peut infliger des amendes, ou couper le ventre (du responsable) c’est-à-dire l’ignorer... ». Des délégués pouvaient être nommés en cas de difficultés avec les patrons138. L’auteur considérait que cette tendance avait besoin d’être surveillée139.

67Malgré le calme apparent, les rapports entre patrons et ouvriers ne s’étaient cependant guère améliorés depuis la crise de 1848.

  • 140 A N., BB 30 387. Procureur général, 5 juillet 1853.

68En 1853, le procureur général regrettait que les « maîtres, sauf des exceptions trop peu nombreuses, continuent de chercher uniquement à augmenter leurs bénéfices... sans se préoccuper jamais des questions d’équité ou d’humanité, bien plus en méconnaissant tout sentiment de justice. Depuis que le gouvernement est fort et qu’ils ne craignent plus les émeutes, ils reprennent autant qu’ils peuvent leurs anciens procédés, leurs anciennes exactions... »140.

  • 141 Ibid..., 13 juillet 1854.

69En 1854, il réaffirme que « le même antagonisme divise toujours profondément les patrons et les ouvriers... ; sauf quelques exceptions, les patrons ne font rien pour gagner la confiance de leurs ouvriers... ne communiquant avec eux que par des contremaîtres trop préoccupés de se faire valoir aux dépens des ouvriers... »141.

  • 142 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Deux questions étaient posées : 1) Existe-t-il dans votre départemen (...)

70En 1858, le préfet de la Seine-Inférieure répond à un questionnaire du ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics sur les dispositions morales de la classe ouvrière142.

71« Aucune industrie n’est notoirement connue en raison d’une parfaite entente - dans le sens complet du mot - entre les patrons et les ouvriers.

72« Aucun groupe de travailleurs n’est spécialement désigné à l’attention publique par l’esprit d’antagonisme... une mésintelligence sourde se révèle, il est vrai, mais ne menace nulle part de prendre un caractère d’agression.

  • 143 Ibid. Préfet, 8 juillet 1858.

73« Les mauvaises habitudes et, comme conséquence, la pauvreté, sont la principale cause de l’envie qui fermente plus ou moins au cœur de l’ouvrier contre son patron quel qu’il soit, surtout si ce dernier est sorti des rangs de la classe ouvrière... Au lieu de considérer le travail comme une obligation naturelle, il le regarde comme un signe d’abaissement. L’industriel dans sa pensée, n’est plus un chef qui l’occupe et le fait vivre, c’est un maître qui l’exploite... ». Le préfet insiste sur le rôle néfaste du système des amendes. « Certains règlements contiennent des dispositions parfois rigoureuses ; dans ces conditions, les amendes encourues deviennent des causes d’irritation143.

74En fait, tous les témoignages le confirment, l’opposition se manifestait plus ou moins fortement selon la localisation et la nature des entreprises.

75« Les agglomérations ouvrières situées à l’écart des villes sont meilleures... ; l’ouvrier y est plus sédentaire, il est attaché au sol dont il possède souvent une petite parcelle. Ces conditions sont propres à lui inculquer les idées d’ordre, l’esprit de famille et deviennent des éléments essentiels de moralisation... ».

  • 144 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières…, op. cit., t. I., p. 72.
    Il faut tenir compte égalem (...)
  • 145 BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières, op. cit., p. 707.
    Voir A. D. S-M., P., Administration des (...)

76« A Rouen et dans la banlieue, les tissages qui emploient une forte proportion de femmes et d’enfants paraissent plus calmes que les filatures ». Audiganne remarque que dans ces derniers établissements où se trouvent fréquemment un certain nombre d’ouvriers nomades, les têtes sont en général un peu moins rassises que dans les manufactures d’indiennes où les ouvriers viennent du pays même et n’aiment pas changer de patron... »144. Blanqui avait déjà signalé en 1848 que « c’étaient les fileurs les plus rétribués et les moins nombreux qui avaient toujours le verbe haut et la menace à la bouche »145.

  • 146 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 17 octobre 1860.
  • 147 Les ouvriers du bâtiment échappaient en fait à la législation sur le livret : « Les entrepreneurs d (...)
  • 148 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 20 décembre 1859 : « Ils dissimulent peu leur façon de voir  (...)

77Mais la police surveillait également les teinturiers, mécontents de l’irrégularité de leur travail146 ; les ouvriers du bâtiment, qui profitaient de la conjoncture favorable créée par les travaux d’urbanisme147, et plus encore les mécaniciens, surtout ceux des ateliers de Sotteville, repaire de républicains148.

  • 149 Les vols étaient évidemment facilités par les nombreux transports et manipulations de la laine. Voi (...)

78Le préfet estime que les dispositions de la classe ouvrière sont particulièrement mauvaises à Elbeuf : « L’esprit d’antagonisme y est entretenu par un nombre considérable d’ouvriers drapiers nomades apportant de divers points industriels de France des principes de subversion morale. D’un autre côté, il faut reconnaître que cette irritation sourde est entretenue par la défiance extrême des patrons ; ces derniers, victimes de vols nombreux de déchets de bouts de laine sont amenés à étendre trop facilement peut-être sur tous les ouvriers les soupçons qui ne sont mérités que par un petit nombre »149. De leur côté, les tisserands se plaignent des retenues pour malfaçons, des trop longues interruptions du travail à l’occasion des changements saisonniers d’articles, aussi « profitent-ils des moments de presse pour ne travailler que trois jours par semaine prétextant qu’ils gagnent dans ces trois jours l’argent de six... ».

  • 150 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 5-6 mai, 7 décembre 1858.
    TURGAN (Julien)- Les grandes entrep (...)

79Philippon concluait : « Il y a lutte engagée entre les producteurs et les confectionneurs, la force financière veut placer les ouvriers à son vouloir, mais ces derniers sentant leur force numérique se raidissent contre le despotisme de l’argent »150.

  • 151 A. N., BB 30 387. Procureur général. 5 juillet 1853 : « Si les ouvriers se plaignaient, ils seraien (...)
  • 152 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières, op. cit., p. 73. « Une préoccupation tourmente nos (...)
  • 153 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 19 décembre 1858.

80Les menaces de renvoi151 et de poursuites judiciaires empêchaient les coalitions, la sévérité des règlements d’atelier suffisait généralement à limiter les revendications : « Tous les ateliers sont tenus dans un ordre sévère, brutal trop souvent ; cela tient au genre du personnel, à ses habitudes et à ses idées... ; (les ouvriers) crient après les maîtres et les contremaîtres152 mais ils se bornent là, par la seule crainte du châtiment et la frayeur de l’opinion qui ne leur pardonnerait pas ; bien convaincus de leur impuissance, ils traitent les prix amiablement avec le patron ou directeur et tout s’arrange avec une demi-satisfaction »153.

81Les témoignages prouvent que le faible nombre de conflits du travail ne reflétait pas l’état véritable des relations entre les patrons et leurs employés. Nous en aurons la confirmation dans l’attitude politique et les choix électoraux de la majorité des ouvriers après 1848.

Notes

1 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile, op. cit., p. 90-91. Citation d’un rapport du procureur général de Colmar A. N., BB 30 376, 20 janvier 1863 : « J’ai étudié pendant trois ans le caractère de la fabrication normande. A chaque rapport, je constatais que les industriels de la Seine-Inférieure, uniquement préoccupés de maintenir ou d’accumuler d’incroyables bénéfices, maintenaient ou haussaient le prix des filés ou des fabriqués, alors qu’ils obtenaient pour presque rien la matière première... Tel ou tel fabricant gagnait par an deux millions de francs sans que le peuple payât un centime moins cher le vêtement qui le couvrait ».

2 SUZUKI (Hiromasa) - L’évolution de l’industrie cotonnière dans la région rouennaise au XIXe siècle (1789-1880). Thèse citée - Le comportement économique et social du patronat, p. 132. « Les patrons rouennais, assis sur des fortunes acquises étaient soucieux de conserver leurs fortunes et situation sociale plutôt que de courir le risque d’un brasseur d’affaires ». SION (Jules) - Les paysans de la Normandie orientale - Paris 1909, 544 p.. p. 401 et suiv.

3 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile, op. cit.,p. 86-87.
REYBAUD (Louis)-Le coton, op. cit !., p. 175-176.

4 BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières en France..., op. cit., Mémoires de l’Académie des sciences morales et politiques, t. VII, p. 725. Voir aussi Journal de Rouen. 17 janvier 1849. Compte rendu de l’enquête de Blanqui.

5 DEYON (Pierre) - Aspects industriels de la crise à Rouen dans Aspects de la crise et de la dépression de l’économie française au milieu du XIXe siècle - Bibliothèque de la Révolution de 1848. t. XIX, 1956, p. 142-163.
DUBUC (André) - Les émeutes de Rouen et d’Elbeuf (27-29 avril 1848) dans Etudes sur la Révolution de 1848 - Etudes d’histoire moderne et contemporaine, t. II, Paris 1948.
GOSSEZ (A. -M.) - Mémoires de l’ouvrier François Leblanc - Bibliothèque de la Révolution de 1848. t. II, 1908.
TOUTAIN (Jacques) - La Révolution de 1848 à Rouen - Paris 1948, 108 p.

6 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières, op. cit., p. 75.

7 CORNEILLE (A.) - La Seine-Inférieure industrielle et commerciale, op. cit., p. 149-206.
Pour l’industrie de la laine, les fluctuations des importations et des prix étaient moins brutales. Voir tableaux publiés par FOHLEN (Claude) - L’industrie textile, p. 514 et suiv.

8 A. N., Fl C III, Seine-Inférieure 9. Préfet, 29 novembre 1854.
Allusion aux difficultés économiques provoquées par la mauvaise récolte de 1853 : « Les ouvriers ont, l’hiver dernier, épuisé leurs dernières ressources pour acheter du pain ». Les rouenneries étaient également exportées dans les colonies : Algérie. Antilles : ce marché était lui aussi très sensible aux variations du prix des denrées alimentaires.

9 A. N., Fl C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 20 septembre 1853.

10 A. N., Fl C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 1er juillet 1854.

11 ROUSSEL (Alexandre) - Mémoire sur l’industrie des tissus de lin, chanvre et coton du pays de Caux depuis plusieurs siècles jusqu’à nos jours - Annuaire des cinq départements. 1 878, p. 388-425. L’auteur a résumé l’évolution de la conjoncture : crise de 1828 à 1832, prospérité à partir de 1832 associée à la conquête de la fabrication du calicot par le tissage mécanique, nouvelle crise de 1839 et 1842 ou 1843 selon les branches : bonne activité en 1844 et 1845.

12 GILLE (Bertrand) - La banque et le crédit en France de 1815 à 1848 - Paris 1959. 380 p.

13 Certains fabricants furent accusés d’avoir délibérément favorisé la crise. Voir A. N., BB 30 387. Procureur général, 13 juillet 1854 « Sous Louis-Philippe, les légitimistes laissaient systématiquement la misère grossir pour en faire un instrument de subversion ».

14 Journal de Rouen. 14 novembre 1848. Le nombre des inscrits aux ateliers communaux aurait même dépassé 16 000.

15 A. M. Rouen, Délibérations du conseil municipal, 25 mai 1848. A. N., F 12 2446. Lettres d’Hippolyte DUSSARD, commissaire général du département, 23 octobre 1848.

16 A. N., F 12 4476 C. Préfet, 8 juin 1852. A. N., BB 30 887. Procureur général. 3 juin 1 852.

17 A. N., FI C III, Seine-Inf. 9. Préfet, 5 octobre 1853. 1er juillet 1854.

18 Ibid., 10 mai, 14 et 29 novembre 1854.

19 Ibid., 14 janvier 1858.

20 Ibid., 5 septembre 1854.
A. N., BB 30 387. Procureur général. 31 janvier 1855. 2 février 1857.
A. N., FI C III, Seine-Inf. 9. Préfet. 12 avril 1856 ; la guerre de Crimée avait contribué à l’élévation du prix du blé.

21 A. N.. BB 30 387. Procureur général. 12 janvier 1855.
A. D. S-M., M, Police générale. Rapports spéciaux et confidentiels : « L’unique désir des manufacturiers en ce moment est de décider le gouvernement à ne pas persister dans son projet de révision des lois de prohibition... ils emploient tous les moyens en leur pouvoir pour arriver à ce but... » (7 septembre 1856).
A. N., FI C III, Seine-Inf. 9. Préfet. 6 janvier 1854. 9 avril 1857.

22 Ibid., 5 juin 1858.

23 Ibid., 6 août 1858.

24 A. N., F I C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 10 avril 1859.

25 Archives de la Banque de France. Rapports d’inspection. Rouen. 3 novembre 1859. Cité par FOFILEN (Claude) – L’industrie textile, op. cit., p. 96.
Cependant à cause de la menace de la levée des prohibitions, la plupart des manufacturiers se bornaient à utiliser les moyens traditionnels de production : « L’incertitude paralyse l’esprit d’entreprise et arrête la transformation bien désirable de l’outillage », A. N., F 1 C III, Seine-Inf. 9. Préfet. 14 février 1859.

26 LE VERDIER (P.) - Une famille de haute bourgeoisie rouennaise, histoire de la famille Rondeaux - Rouen 1928. 314 p.

27 Les seuls registres de salaires conservés aux A. D. de la Seine-Maritime concernent l’établissement Stackler (indiennes) à Saint-Aubin-Epinay mais les chiffres s’arrêtent à 1852 et la filature Fauquet-Lemaître, mais celle-ci était située à Bolbec dans l’arrondissement du Flavre.

28 Ces systèmes d’amendes étaient prévus par les règlements d’atelier. Voir A. D. S-M., M. Ouvriers, règlements. Un règlement conservé aux A. M. de Darnétal (Filature et tissage Geuffroy et Huet, 1843) comprenait une vingtaine d’articles et de nombreux cas d’amendes : retards, absences, consommation de boissons alcoolisées, malfaçons, mauvais entretien des métiers, tenue indécente, etc. « Les ouvriers qui viendront au travail dans un état d’ivresse ou qui troubleront le bon ordre dans les ateliers, soit en formant des coalitions ou injuriant le contremaître ou tout autre employé perdront leur salaire ou seront renvoyés sur-le-champ, cela à la volonté du maître » (Art. 10). Mais faute de registres de salaires, nous ne connaissons pas le montant réel des amendes. Il semble bien que l’application du système ait été très variable d’un établissement à l’autre.

29 Enquête sur les traités de commerce de 1860, coton, op. cit. Dépositions de Pouyer-Quertier (p. 1 et suiv.) et de Quesnel (p. 398 et suiv.).
A. N., BB 30 387. Procureur général. 24 décembre 1853 : « Les fabricants de tissus n’ont pas comme les filateurs, des frais généraux qui courent toujours et un matériel qu’il importe de conserver en activité, au moins deux ou trois jours par semaine, pour ne pas voir bientôt les métiers réduits à l’état de ferraille... ».

30 VILLERME (Louis-René)-Tableau de l’état physique et moral... op. cit., t. I. p. 142-143.

31 A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er avril 1862.
ROUSSEL (Alexandre) - L’industrie dans l’arrondissement d’Yvetot - Bull. Soc. Emut. Seine-Inf., 1861-1862. p. 144-160 ; salaire du tisserand. 1,25 F à 1.75 F.

32 REYBAUD (Louis) - Le colon, op. cit., p. 398 ; 0.70 F en 1847. A. D. S-M., M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle.

33 A. D. S-M., M. Enquête industrielle décennale de 1860. A Rouen, le salaire moyen des fileurs à bras est de 1,50 à 1.75 F ; celui des fileurs des établissements à vapeur de 3 à 4,50 F.

34 BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières... - Mémoires de l’Académie des Sciences morales..., op. cit., p. 710 et suiv.

35 A. D. S-M., M, Correspondance du préfet Leroy. Rapport de Philippon, 7 novembre 1856. Ce rapport souligne la dépendance des petites filatures à l’égard des grands établissements : « D’après l’opinion d’hommes compétents la crise actuelle ne serait pas étrangère au calcul sordide qu’auraient fait les gros manufacturiers en faisant hausser le coton à un prix excessif pour gagner sur les petits après leur avoir fait des achats de filés... à leur fournir dans un temps déterminé. On cite plusieurs petits filateurs qui seraient pris et dont l’avenir serait gravement compromis. J’ai entendu parler de Napoléon Deshays d’Oissel qui en aurait 5 000 kg à fournir et sur lesquels il aurait 2 500 F à perdre.

36 Enquête sur les traités de I860, coton, op. cit. Déposition de Pouyer-Quertier.

37 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du colon, op. cit., p. 45-47. L’auteur souligne la difficulté de vendre ou de louer des entreprises qui ont cessé leur activité. A. D. S-M., M, Correspondance du préfet Leroy. Rapport de Philippon, 19 juillet 1856. Les ouvriers doutaient que l’attitude des patrons fût inspirée par un souci d’humanité : « A Oissel, Potel et Lenormand ne feraient travailler que par philanthropie pour ne pas laisser de nombreuses familles sans pain, attendu, disent-ils, qu’ils perdent de l’argent. Les ouvriers comme beaucoup de personnes qui n’ont aucun intérêt, pensent le contraire et, ajoutent que, si cela était, leur philanthropie ne tarderait pas à s’évanouir devant leur intérêt... ».
Le procureur général, en 1 853, attribuait l’attitude des patrons à la prudence : « Après avoir tant gagné depuis trois ans, ils ne peuvent suspendre le travail sans s’exposer à une grande responsabilité... Ils travaillent à perte ou sans bénéfice... ».

38 VILLERME (Louis-René) - Tableau de l’état physique et moral, op. cit., p. 142. Pendant un tiers de l’année environ, ces ouvriers ne travaillent que la moitié de la semaine ; parfois ils font des heures supplémentaires.

39 VILLERME (Louis-René) - Tableau de l’état physique et moral, op. cit., p. 140-144 ; prix des journées payées à Rouen aux ouvriers des diverses professions.
La journée de travail serait de 15 h à 15 h 30 comprenant 1 h 30 à 2 h pour les repas. Certains établissements fonctionnent sans interruption avec deux relais : jour 14 h (12 h 30 de travail effectif), nuit 10 h (9 h de travail effectif).
Salaires des tisserands d’Elbeuf, d’après les délégués de la chambre de commerce d’Elbeuf, ouvriers les plus habiles, 3 à 4 F ; ouvriers ordinaires, 1,75 à 2 F ; femmes, 1 à 1,25 F ; ouvriers les moins habiles, 1,50F.

40 Statistique générale de la France, op. cit., p. 47-49. La récapitulation pour l’arrondissement est erronée pour les teinturiers (1,35-0,85 - 0,68 F) alors que toutes les entreprises signalent : 2 à 3 - 1.50 - 1. Pour la laine, il s’agit de Darnétal, les fabricants d’Elbeuf n’ayant pas répondu à l’enquête.

41 REYBAUD (Louis) - Le coton, op. cit., p. 395 et 400.
A. N., F 12 4476 C, s.d. [1er mars 1848]. Les chiffres se rapportent à 1846-1847.

42 A. D. S-M., M, Commerce et industrie, statistiques, 1840-1852. Maire de Rouen, 5 mars 1844.

43 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 20 décembre 1859.

44 A. N., BB 30 387. Procureur général. 2 février. 5 mars. 3 juin. 4 avril 1 852 et 8 juillet 1853 ; cependant le procureur reconnaît qu’au printemps 1852, des difficultés économiques ont momentanément mis un quart des ouvriers des fabriques en chômage.

45 A N., FI C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 16 novembre 1853.

46 Ibid., 6 janvier, 20 juin 1854. A Petit-Quevilly, il s’agit de La Foudre, alors filature de lin (1 200 ouvriers) ; la réouverture était prévue pour novembre.

47 Ibid., 4 mars 1854, 10 avril et 20 juillet 1855.

48 Ibid., 29 novembre 1854.

49 A. N., BB 30 387. Procureur général. 31 janvier 1855, 8 février 1 856.

50 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 6 novembre 1856.
La menace de la levée des prohibitions n’aurait pas été étrangère à la réduction du travail. Voir A. N, BB 30 387 : « Un filateur a réduit le travail à 4 jours par semaine et mis ses fileurs en congé afin de pouvoir les renvoyer, disait-il, dès que la loi serait promulguée » (Procureur général. 8 août 1856).

51 A. N., BB 30 387. Procureur général. 2 février 1857. Buddicom lui-même dut réduire ses effectifs. Voir Philippon. 22 décembre 1 857. Alors que le prix du pain diminuait, le ralentissement de l’activité industrielle était alors expliqué par la cherté du coton et la crainte de la levée des prohibitions : « On disait que les manufacturiers avaient fait entre eux une convention pour diminuer le travail » (Philippon, 27 avril 1857).

52 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 9 mai 1857.

53 Le tissage mécanique parut moins atteint. « Les fabricants de calicot sont généralement de riches industriels que les oscillations du crédit paralysent moins facilement que les filateurs... Ils sont en majorité tisseurs et filateurs à la fois, alimentant leurs tissages avec leurs propres produits. Ils peuvent ainsi, sinon réaliser de constants bénéfices, du moins obtenir une compensation... » (A. N., FI C III Seine-Inf. 17. Préfet. 11 décembre 1856).

54 BOURDON (Mathieu) - Intérêts matériels et moraux d’Elbeuf, op. cit. - Annuaire des cinq départements.
En 1858, sur 42 millions de francs d’achats ; France. 16 ; Australie. 12 ; Allemagne. 8 ; Russie, 2 ; Espagne. 2 ; République Argentine. 1,5.

55 PETIT (L.) - Histoire de la ville d’Elbeuf, op. cit., p. 237. Production en 1852, 82 900 pièces ; en 1855, 90 000 ; en 1858. 110 000.

56 A. N., FI C III, Seine-Inf. 9. Préfet. 4 mars, 6 mai 1854.

57 Ibid., 1er juillet 1854.

58 A. N., BB 30 387. Procureur général. 31 janvier 1855.

59 A N., FI C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 14 avril 1855.

60 Ibid. 22 octobre 1856.

61 Ibid.. 15 juillet 1857 : « Sans être prospère, la situation est satisfaisante : il n’y a pas de chômage » : 15 octobre : « Débarrassée des préoccupations que faisait naître la crise des subsistances, la situation rentre dans un cours normal... ».

62 Ibid., 6 janvier 1858.

63 A N., BB 30 387. Procureur général. 18 août 1858.

64 A. N., FI C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 5 décembre 1858.

65 Ibid., 5 mars 1859 : « La foule se presse dans les lieux publics, les théâtres ».

66 Voir aussi A. M. Darnétal. 2 F 2. Liste des manufactures. 1860.
Salaires des fileurs de coton (13 établissements). 2 à 4 F.
Salaires des fileurs de laine (4 établissements). 2.25 a 4 F.
Salaires des teinturiers (11 établissements). 2 à 4F.

67 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 20 décembre 1859. Philippon affirme que les ouvriers demanderaient des augmentations de salaires pour la campagne prochaine en particulier dans le bâtiment.

68 Enquête sur les traités de commerce. 1860. colon, op. cit. : déposition de Pouyer-Quertier. p. 1-30.

69 Ibid. Pouyer-Querlier ne cite d’ailleurs que le cas des femmes qui gagneraient 30 â 32 F par quinzaine au lieu de 15 à 16 F ; par contre, celui des hommes ne paraît pas avoir vraiment doublé, à moins que l’on ne prenne comme référence une année de crise.

70 A. D. S-M., J., Fonds Slackler. Salaires en 1845. 1.5 F : 1846. 1.98 F : 1847, 1.8 F : 1848. 0.82 F : 1849. 1.94 F : 1850. 1.98 F : 1851 : 1.89 F : 1852. 1,79 F.

71 Voir la protestation du Groupe ouvrier elbeuvien adressée à la Chambre de commerce d’Elbeuf.

72 REYABAUD (Louis) - Le coton, op. cit., p. 401-403 : « Ces prix ont été établis d’après ceux des denrées â Rouen, ville et banlieue ; on pourrait en déduite un dixième pour les ouvriers de la campagne. Pour l’ouvrier de 19 à 50 ans : nourriture 386.90 dont 156.95 pour le pain ; vêtements, 41 F ; blanchissage, 18,20F ; éclairage et chauffage, 15 F ; logement, 40F ; médecin et médicaments, 13.75 F ; divers, 10,15 F ; total 525 F.

73 A. D. S-M., M. Administration des contributions directes, archives du contrôle de Rouen.... 1846-1880. Classement des chefs de famille du canton de Maromme : nombre de chefs de famille : 6 500.
propriétaires, manufacturiers, rentiers riches : 1 238.
petits propriétaires, rentiers, marchands, revendeurs de position médiocre ou peu aisée : 2 420.
ouvriers et journaliers nécessiteux ou indigents : 2 842.

74 A. D S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 9 mai 1857. Voir aussi. Philippon. 12 janvier 1857 : « Trois années de cherté ont réduit des infortunés â de dures extrémités. Des pères de famille ont été obligés de se défaire du nécessaire... ».
F I C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 29 novembre 1854. Le préfet constate qu’au cours de l’hiver dernier les ouvriers ont épuisé leurs dernières ressources pour acheter du pain.

75 Ibid. Préfet. 1er juillet 1854.

76 REYABAUD (Louis) - Le coton, op. cit., p. 274. « Les mœurs ne sont pas bonnes et l’argent qui reste libre après la satisfaction des premiers besoins se dissipe dans les plaisirs grossiers ou dans ces distractions raffinées des grandes villes qui sont autant de pièges pour la sagesse de l’ouvrier et dont il se montre de plus en plus avide ».
Le développement de l’alcoolisme dans la classe ouvrière a été contesté en particulier par les dirigeants rouennais de l’Internationale ; voir Aubry (Emile) - Protestation adressée par le groupe ouvrier elbeuvien du Cercle d’études économiques de l’arrondissement de Rouen - Rouen. 1868. 34 p., p. 3-7 et Vaughan (Ernest) - Souvenirs - L’Aurore. 21 novembre 1862 : « Les soirs de paie, il n’est pas rare de rencontrer de-ci, de-là, quelque poivrot battant les murs, presque toujours ce sont les mêmes et ça ne leur arrive qu’une fois au plus par quinzaine... Pendant mes sept années de séjour à La Laine, je n’ai renvoyé qu’un seul ouvrier pour intempérance, un seul. Je l’ai, il est vrai, renvoyé un certain nombre de fois ».

77 MAREC (Yannick) - Dépôts et déposants de la caisse d’épargne de Rouen (1848-1914) - Mémoire de maîtrise de la faculté des lettres de Rouen. 1972. La caisse d’épargne de Rouen avait été fondée en 1820 ; en 1851, 24 % des livrets appartiennent â des ouvriers ; de 1851 à 1870 ceux-ci détiennent, selon les années, de 44 % (1858) â 25 % (1870) des livrets nouveaux ; mais ces pourcentages comprennent les ouvriers agricoles et les artisans ; la caisse d’épargne n’a donc en fait attiré qu’une minorité d’ouvriers d’usine, comme le fait observer en 1865 l’agent général Dieusy, « quinze mille livrets sont, en ce moment, ouverts à la caisse d’épargne de Rouen : sur ce nombre un tiers seulement appartient à la classe ouvrière ou, pour mieux dire, à la classe des artisans de la ville : une plaie est toujours béante dans nos populations industrielles : l’ouvrier des filatures, l’ouvrier des fabriques... ne forme pas d’économies... ». Pendant la crise de 1861-1865 « les remboursements n’ont pas eu d’accroissement sensible pour celte raison très simple, c’est que l’ouvrier des fabriques n’a jamais voulu comprendre qu’il existait des caisses d’épargne... » (compte rendu de 1865).

78 BALLIN (Armand-Gabriel) - Tableau décennal des opérations des monts-de-piété de Rouen (1848-1857) - Precis analytique des travaux de l’Académie de Rouen (1857-1858). p. 197.

79 A. N.. F I C III. Seine-inf. 9. Préfet. 5 octobre 1853, 8 juillet 1854.

80 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon. 18 avril 1856.

81 Ibid. 21 novembre 1856.
A. M. Rouen. Délibérations du conseil municipal. 14 novembre 1854.

82 A. M.. Rouen. Délibérations du conseil municipal. 8 septembre 1855. En 1856, les dépenses totales d’assistance pour la ville de Rouen s’élèvent à 1 221 000 F sur un budget de 3 509 000 F soit près du tiers.

83 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 janvier 1854 : distribution de bons de pain, de viande et de bois.

84 A. N., F I C III. Seine-inf. 9. Préfet. 8 juillet 1854.

85 Ibid., 9 novembre 1855. « Des manufacturiers aident les ouvriers en fournissant des denrées alimentaires au prix de revient et en élevant le taux des salaires... ».

86 A. N., BB 30 387. Procureur général. 12 janvier 1854 : « Les rigueurs inusitées de l’hiver et le prix des subsistances imposent de dures privations aux classes ouvrières, nulle part, on ne lait remonter au gouvernement, comme c’est arrivé en 1847, la responsabilité de la crise alimentaire : le peuple sait que le gouvernement de l’Empire fait ce qu’il était possible... pour alléger le mal... la classe nécessiteuse est calme et résignée... ».

87 A. N., BB 30 387. Procureur général. 13 juillet 1854.

88 Ibid., 31 juillet 1855.

89 Ibid., 8 août 1856 : voir aussi Philippon. 9 janvier et 21 novembre 1856.

90 Journal de Rouen, 11 septembre 1867 : « Le congrès proclame... que le véritable rôle de la femme est de rester au foyer domestique comme éducatrice des enfants, gérante du ménage et qu’elle ne doit plus être enfermée dans des ateliers qui altèrent sa santé et la rendent impropre aux devoirs de la maternité... ».

91 Par exemple beaucoup d’enfants étaient en nourrice dans les cantons de Darnétal, de Grand-Couronne et de Routot. Voir Souvenirs de Vaughan, dans l’Aurore (21 novembre 1902) : l’auteur rappelle un dicton au sujet des nourrices de La Bouille « un mois d’avance, les frais d’enterrement, çà fait le compte ».

92 A. D. S-M., M. Commerce et industrie, législation industrielle. 22 janvier 1861.
A. D. S-M., M, Inspection du travail des enfants dans les manufactures. Rapport du 11 juillet 1867 : « Dans un petit nombre d’établissements de filature et de tissage, les enfants de 8 à 12 ans sont envoyés régulièrement à l’école. En général, ils ne la fréquentent qu’après le travail et c’est l’exception ».
Voir aussi, rapport du 2 août 1868.
BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières, op. cit., p. 725 et suiv.

93 Groupe havrais de la Ligue de l’enseignement. 3e bulletin, p. 4. Dans le canton de Pavilly, Charles Besselièvre signalait le cas de deux communes où respectivement 12 enfants sur 32 et 6 sur 22 étaient inscrits à l’école.
Les variations du nombre de conscrits illettrés sont considérables d’un canton à l’autre. 2 à 5 % à Rouen (1er et 2e cantons) ; 15 à 20 % à Buchy ; 20 à 25 % à Rouen (3e et 5e cantons) ; 25 à 30 % à Rouen (6e canton), Boos et Grand-Couronne ; 30 à 35 % à Pavilly ; 35 à 40 % à Rouen (4e canton), Duclair, Elbeuf et Maromme.

94 A. D. S-M., M. Procès-verbaux des délibérations du conseil général. 2e session ordinaire de 1876.

95 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières.... op. cit., p. 74-75.

96 L’Emancipation normande, « journal paraissant tous les mois, rédigé par des ouvriers », no 1, novembre 1849, no 7, mai 1850. Collection André Dubuc.

97 GAUMONT (Jean) - Histoire générale de la coopération en France - Paris 1924, 2 vol., 630 p. et 735 p., t. I. p. 325.
A. M. Rouen. Procès-verbaux du Club du passage Nitrière : « La seule association fonctionnant à Rouen a fait hier pour 1.200 F de ventes quoi qu’il n’y ail que 200 actionnaires » (22 janvier 1849).

98 L’Emancipation normande, no 1, novembre 1849.
A. M. Rouen. Procès-verbaux du Club du passage Nitrière, 26 décembre 1848. « Le citoyen Dasseville lit un prospectus d’une société philanthropique et commerciale qui devait donner à tout acquéreur de denrées de toute espèce un avantage de 5 % et qu’il avait fondée il y a 18 mois et engage tous les citoyens à se rallier à cette société qui va recommencer à fonctionner et dont le siège est chez lui. rue Saint-Vivien... ».
DASSEVILLE (H. B.) - L’association centrale phalanstérienne de Rouen, acte de société - Rouen 1848, 16 p.

99 L’Emancipation normande, no 2, décembre 1849.

100 Ibid... no 5, mars 1850.

101 GAUMONT (Jean) - Op. cit., t. I., p. 325.
Association fraternelle et mutuelle de consommation de Rouen.
Les statuts donnaient comme objet l’union des sociétaires, les achats en commun au prix de revient avec addition proportionnelle des frais généraux. L’action était de 12 F constituée par versements mensuels de 2 F.

102 L’Emancipation normande, no 7, mai 1850 : « Tout citoyen qui voudra coopérer à la fondation de l’amicale est prié de vouloir bien prendre connaissance des statuts. S’adresser chez Emile Aubry. Constant Lallier, Digard et Creton. »

103 VINGTRINIER (Dr Arthus) -Les sociétés de secours mutuels à Rouen 1843-1848 - Bulletin de la Société d’émulation. 1848. p. 48-71.
Ibid. - Les sociétés de secours mutuels en France - Précis des travaux de l’Académie de Rouen. 1853-1854.
A. D. S-M., X. Etablissements de prévoyance. Les statistiques (1870-1871) mentionnent également, à Déville, la société de Saint-Henri (1835), à Elbeuf, celles des anciens militaires (1839) et de Saint-Roch (tisserands. 1842), à Saint-Aubin-Epinay, celle de Saint-Aubin.

104 Ainsi, la Société Saint-Romain (42 adhérents, dont 28 payants) devait secourir, en 1848. 14 grabataires. Selon Vingtrinier, la plupart des sociétés n’avaient pu durer plus de 25 à 30 ans

105 En 1848. 157 malades secourus et 59 grabataires.

106 A. N., BB 30 397. Procureur général. 5 juillet 1853.

107 VINGTRINIER (Dr Arthus) - Quelques réflexions sur les sociétés de secours mutuels - Annuaire des cinq départements. 1853, p. 336-368.
VINGTRINIER (Dr) - Une société de secours mutuels, l’Alliance - Bull. Soc. Emul. Seine-Inf., 1855.
La cotisation s’élevait à 18 F par an : ce sont les intérêts du capital qui devaient servir les pensions dont le taux était fixé chaque année et mis sévèrement en rapport avec les ressources.

108 A. D. S-M., X. Emulation chrétienne, s.d. [1853] : « Carpentier est un ouvrier sellier, très intelligent, niais complètement illettré. Cet homme qui est religieux et attaché à l’ordre s’est dévoué depuis trois ans à l’œuvre de la société avec un zèle qui lui a fait compromettre ses intérêts... Il s’est obéré de 1.500 F qu’il doit à ses fournisseurs... ».

109 Une société de secours mutuels de province, l’Emulation chrétienne de Rouen - Paris 1892. 94 p.
A. D. S-M., X. Emulation chrétienne.

110 Voir Statuts du 17 septembre 1853 (A. D. S-M., X, Emulation chrétienne) article 5 : « Par d’intéressantes et instructives lectures, par de fréquents exercices de musique vocale, la société offre à ses associés d’utiles récréations, et leur apprend à préférer aux plaisirs dangereux des assemblées bruyantes, les joies si pures du foyer domestique et la douce intimité des réunions honnêtes... ».

111 Une société de secours mutuels de province, l’Emulation chrétienne, op. cit., p. 8 et suiv. A. D. S-M., X, Emulation chrétienne. Préfet. 3 octobre 1853 : « L’Emulation chrétienne s’est placée au premier rang des sociétés de secours mutuels établies en France par son importance numérique, par l’extension et la diversité des secours qu’elle accorde, par les heureux résultats qu’elle a obtenus ».
AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières, op. cit., p. 75 et suiv.

112 Ce sont principalement les sociétés de Rouen dont Vingtrinier avait souligné les difficultés financières : Société de bienfaisance et d’humanité. Société des Amis de l’humanité. Société de Saint-Pierre et Saint-Paul.

113 DU VERGER - Collection de lois et décrets. 26 mars - 6 avril 1852.

114 Rapports à l’Empereur sur les sociétés de secours mutuels, annuels depuis 1852.

115 BOURDON (Mathieu) - Intérêts moraux et matériels d’Elbeuf, op. cit. - Annuaire des cinq départements, 1863, p. 379-381. L’Industriel elbeuvien, 18 septembre 1872.

116 Ibid., 21 décembre 1872 : « Ce sont seulement les ouvriers qui peuvent payer régulièrement les cotisations qui en bénéficient. Ces sociétés ne rempliront leur but philanthropique que lorsque les ouvriers auront un salaire rémunérateur... ».

117 A. D. S-M., X. Emulation chrétienne. Lettre de Carpentier. 17 février 1853 : « Les fondateurs comprirent que pour arriver à ce grand résultat, il fallait faire naître un besoin du riche, c’est pourquoi les cotisations furent fixées à dix centimes par semaine, faible somme qui fut à la portée des ouvriers les plus nécessiteux. La complète réussite, vous la connaissez ainsi que la transformation morale qui s’est produite jusque dans la vie des familles... Le nombre considérable des associés honoraires qui patronnent notre œuvre a produit un ébranlement parmi les classes ouvrières... ».

118 A D. S-M., X, Emulation chrétienne. Rapport d’origine inconnue (1853). L’administration avait refusé d’accorder un bureau de tabac à Carpentier. En 1855, un notaire. Allard, devint président de l’Emulation chrétienne.

119 L’influence de l’Eglise était évidente dans plusieurs sociétés de secours mutuels. A l’Emulation chrétienne, si l’instruction religieuse n’était pas obligatoire, l’article 6 des statuts précisait cependant « Par des instructions religieuses périodiques, elle rappellera aux sociétaires la loi doublement salutaire de la sanctification du dimanche et ranimera dans leur cœur la précieuse semence de foi et de morale qu’une précieuse éducation chrétienne y avait répandue... ».
La Société de Saint-Joseph fondée en 1843 par l’abbé Just, vicaire général de Saint-Maclou. invitait les sociétaires à résister aux dangers de l’individualisme, à supporter les amertumes de l’existence ; elle proposait « des délassements honnêtes » et une instruction religieuse et morale.
Voir DUVAL. (Victor) - La charité à Rouen, les œuvres catholiques - Paris 1895, 583 p.

120 Corr. Leroy. Rapport de Philippon, 30 octobre 1856.

121 A. D. S-M., X, Société des travailleurs de Pavilly. Liste nominative du 17 mai 1855 : sur 234 membres. 189 fileurs. 4 contremaîtres. 3 cafetiers. 3 menuisiers. 7 laboureurs. 8 papetiers...

122 Ibid. Maire de Pavilly. 7 et 22 mars 1851 ; c.c. police de Rouen. 5 avril 1855 : « Braquehais, son président, est un socialiste de la pire espèce... A la réunion d’avril, on s’est appelé citoyen...
A. D. S-M., M. Sûreté nationale, second Empire, liste des individus qui se sont le plus signalés par leurs opinions anarchiques et qui ont persisté dans ces mêmes idées (1853). La société des travailleurs de Pavilly est mentionnée : 18 fileurs sont considérés comme « dangereux ».

123 A. D. S-M., X. Société des travailleurs de Pavilly. Préfet, 2 mai 1855 ; président de la société. 12 août 1855.

124 Ibid. Préfet, 23 septembre 1858. La société paraissait toujours aussi dangereuse : « Elle pourrait constituer, dès à présent, le cadre d’une société secrète... » (juge de paix, 18 juin 1858). « Toute la démagogie en est ou va en faire partie » (Philippon, 15 octobre 1858), mais aucun fait répréhensible n’avait pu être constaté.

125 Ibid. Braquehais. 19 janvier 1809.
La société comptait alors 390 membres. En 1855, Braquehais avait déjà fait remarquer que la société avait fourni presque tous les contremaîtres des établissements de la vallée : « Les propriétaires préfèrent de beaucoup avoir pour locataires ou consommateurs les ouvriers qui dépendent de la société parce qu’ils les considèrent comme l’élite des travailleurs remplissant très scrupuleusement les engagements qu’ils contractent... ».

126 Ibid. Préfet, 6 février 1859. La Société des travailleurs de Pavilly avait pourtant finalement consenti à admettre des membres honoraires et à renoncer aux indemnités en cas de chômage. La nouvelle société fut évidemment fort mal accueillie par les démocrates (Voir Philippon, 13 janvier 1860).
A. N.. F I C III. Seine-Inf. 9. Préfet. 10 avril 1858 : « J’ai dû repousser une demande de la société dite des travailleurs de Pavilly... Elle présentait par la composition de son personnel, par ses tendances politiques, un caractère suspect... ».

127 A. D. S-M., M. Presse 1852-1862. Circulaire de l’Intérieur, 16 mai 1855.

128 A. D. S-M., M. Grèves de 1852. Préfet. 9 juin 1852.
A. N., BB 18 1507. Procureur général. 9. 18 et 26 juin 1852.
A. N., F 1 C III Seine-Inf. 9. Préfet. 5 juillet 1852.
Sur 500 charpentiers de Rouen, une centaine se trouvaient réunis le 8 juin sur la Place Notre Dame.
Le procureur promit aux condamnés une notable diminution de leur peine si leurs camarades reprenaient immédiatement le travail. Le président de la commission de surveillance des prisons remarquait qu’aucun d’entre eux « n’avait de mauvaises notes de police ni d’antécédents judiciaires et n’avait jamais fait partie de ces réunions qui à une époque de désastreuse mémoire, avaient jeté l’inquiétude et le trouble dans la cité ».

129 A. D. S-M., M. Grèves de 1853, C.c. police, 6 avril.

130 Ibid., Sûreté générale, second Empire. C.C. police de Rouen, 30 juillet 1853.

131 A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er septembre 1853. Au Havre, éclata également une grève des menuisiers en avril 1854 : « L’arrestation de 13 individus empêcha les peintres et les maçons de les imiter » (Rapport de gendarmerie, 28 avril 1854).

132 En dehors de l’industrie du bâtiment, on peut noter une brève cessation de travail au tissage Harel à Rouen en juillet 1852 et une grève de quelques jours dans trois ateliers de métallurgie du Havre. Le conflit le plus long (novembre 1852 - février 1853) se produisit à la filature la Foudre de Pelit-Quevilly qui employait environ 500 personnes dont 120 Ecossaises et Irlandaises. Pour protester contre le rappel d’un contremaître précédemment congédié, plusieurs d’entres elles en appelèrent au vice-consul d’Angleterre afin d’obtenir leur rapatriement en raison des « indignes traitements qui leur étaient infligés ». Huit Irlandaises furent arrêtées et l’une d’elles condamnée à trois mois de prison pour troubles et violences envers le directeur.

133 A. D. S-M., M. Grèves de 1854 ; sûreté générale, événements, 1856. A Saint-Léger-du-Bourg-Denis, 14 jeunes rattacheurs avaient cessé le travail pour obtenir une augmentation de salaire, « à l’instigation des maîtres fileurs qui n’avaient pas osé eux-mêmes se mettre en grève par peur d’être arrêtés... » (C.c. police de Rouen, 14 et 15 avril 1856).

134 A. D. S-M., M, Grèves de 1856. Grève Desgenétais. c.p. de Bolbec, 6 juillet 1856. A. N., BB 18 1555.

135 A. N., BB 30 387. Procureur général. 13 juillet 1854. II s’agit du système des amendes ; aucune précision n’est fournie à ce sujet.

136 A. N., F 1 C III Seine-Inf. 9. Préfet, mars 1859.

137 Exemple cité par Philippon, en décembre 1856. Au cours de la crise, Vaussard (Notre-Damede-Bondeville) prétendit diminuer les salaires : « Les ouvriers ayant tenu bon, il les avait punis en retranchant les veillées. Aujourd’hui la force du travail a retranché cette prétention... ».

138 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières..., op. cit., p. 74.

139 A. N., C 2857. Enquête sur le projet de loi sur les coalitions. Déposition d’A. Cordier : « Avant 1849, en Seine-Inférieure se produisaient des manifestations d’une nature particulière : il arrivait assez fréquemment que des ouvriers faisaient ce qu’on appelait un bloc ; à un jour donné pour une raison quelconque et sans avertissement de leur part, ils cessaient le travail, l’établissement était bloqué, c’est-à-dire placé dans une espèce d’interdit... Si l’industrie était prospère, l’ouvrier en abusait pour élever des prétentions excessives... ». Mais, de 1849 à 1864, selon Cordier, il n’y eut guère de grèves et pas de faits marquants qui puissent éclairer la commission.

140 A N., BB 30 387. Procureur général, 5 juillet 1853.

141 Ibid..., 13 juillet 1854.

142 A. D. S-M., M, Grèves de 1872. Deux questions étaient posées : 1) Existe-t-il dans votre département des industries notoirement connues à raison de la bonne entente entre patrons et ouvriers ? 2) Existe-t-il au contraire, des populations ou des groupes d’ouvriers qui seraient désignés à l’attention publique par l’esprit d’antagonisme qui les anime contre les patrons ?

143 Ibid. Préfet, 8 juillet 1858.

144 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières…, op. cit., t. I., p. 72.
Il faut tenir compte également du fait que dans les manufactures d’indiennes, il existait à la fois des ouvriers spécialisés bien payés, et des manœuvres. Cordier reconnaît qu’il n’hésitait pas à accorder des augmentations aux premiers. Voir Enquête sur les coalitions. A. N., C 2857.

145 BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières, op. cit., p. 707.
Voir A. D. S-M., P., Administration des contributions directes, archives du contrôle de Rouen, 1846-1880 : « Dans le canton de Maromme, les ouvriers de fabriques peuvent être divisés en deux classes principales bien distinctes, les fileurs et les imprimeurs ; ces derniers sont mieux payés mais chôment souvent, sont rangés, propres dans leur mise et se fixent volontiers dans le pays où ils deviennent ordinairement propriétaires. Les premiers, adonnés à l’ivrognerie, malpropres et grossiers, voyagent sans cesse de fabrique en fabrique ».

146 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 17 octobre 1860.

147 Les ouvriers du bâtiment échappaient en fait à la législation sur le livret : « Les entrepreneurs du bâtiment paraissent oublier que la loi existe aussi bien pour eux que pour les autres... L’ouvrier trouve de l’ouvrage chez un patron sans avoir fait son congé... ». Voir A. D. S-M., M, Commerce et Industrie, législation industrielle, rapports annuels 1860-1870. Conseil des prud’hommes, janvier 1863.

148 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 20 décembre 1859 : « Ils dissimulent peu leur façon de voir ; comme ils étalent leur vues politiques au grand jour, rarement il s’y trouvera des conspirateurs ; des républicains, oui ».

149 Les vols étaient évidemment facilités par les nombreux transports et manipulations de la laine. Voir A. N., BB 18 1605 - Mémoire de la chambre de commerce d’Elbeuf. Celle-ci estime les vols à 1 200 000 millions pour 43 de matières premières. Les complices étaient les marchands de déchets, 30 à Elbeuf dont les émissaires venaient solliciter les tisserands.

150 A. D. S-M., M, Corr. Leroy. Philippon, 5-6 mai, 7 décembre 1858.
TURGAN (Julien)- Les grandes entreprises, op. cit., t. V, p. 64.
A. D. S-M., M, Commerce, objets généraux, réforme agricole, industrielle et commerciale, affaires générales. 18 mars 1865. L’opposition se manifestait même au conseil de prud’hommes. Voir A. N.. BB 30 387. Procureur général. 13 juillet 1854 : « A Elbeuf, il est impossible d’organiser un conseil de prud’hommes ; les patrons et les ouvriers se trouvent en présence dans le conseil avec les opinions les plus absolues, les plus invariables sur toutes les questions. A la première discussion, ils se divisent en deux camps et il n’y a pas de transaction possible.
Les ouvriers ont été élus par leurs camarades avec la mission de faire prévaloir certaines thèses socialistes qui prétendent que jamais le salaire ne peut-être abaissé au-dessous d’un certain minimum, même en cas de malfaçon. Les prud’hommes ouvriers ont déclaré qu’ils ne pouvaient se départir de leur mandat et une décision contraire à leur vote étant intervenue grâce à la voix du président, ils se sont démis de leurs fonctions... Les ouvriers neutralisent ainsi l’institution elle-même... ».

151 A. N., BB 30 387. Procureur général. 5 juillet 1853 : « Si les ouvriers se plaignaient, ils seraient congédiés et ne trouveraient plus d’ouvrage nulle part ».

152 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières, op. cit., p. 73. « Une préoccupation tourmente nos ouvriers plus encore que les questions de salaire : c’est le besoin de certains égards, de certaines convenances dans l’exercice de l’autorité, qui les relèvent à leurs yeux et rapprochent les distances sans porter atteinte à la hiérarchie. L’indignation contre ce qui semble injuste est une autre face de ce même sentiment dont la racine se trouve dans la pensée d’égalité ».

153 A. D. S-M., M. Corr. Leroy. Philippon, 19 décembre 1858.

Table des illustrations

Titre Les salaires dans la région de ROUEN (1826-1834) d’après Villermé39
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Salaires d’après l’enquête de 1839-1845 (Arrondissement de ROUEN)40
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Salaires dans l’industrie textile en 1846-1847
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Salaires à Rouen en 1844 et 1859
Légende Note 4242Note 4343
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Répartition des salaires dans les industries d’après l’enquête de 1860 (Salaire moyen masculin)
Légende Note 6666
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Opérations du Mont-de-Piété de Rouen (1850-1858)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Pourcentage d’illettrés en 187694
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Les sociétés de secours mutuels dans la région de Rouen en 1848104
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Sociétés de secours mutuels de l’arrondissement de Rouen (1860)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8282/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540