Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Première partie. L'industrie et les ouvriers au début du second empire (1852-1859)

Chapitre premier. Les industries et les groupes industriels

Texte intégral

L’INDUSTRIE COTONNIÈRE

  • 18 LEVAINVILLE (Jacques) - Rouen, étude d’une agglomération urbaine - Paris 1913, 418 p. SUZUKI (Hirom (...)

1A la fin du 18e siècle, la filature et le tissage du coton étaient des activités essentiellement rurales : les artisans du pays de Caux travaillaient à façon pour le compte des fabricants rouennais. L’adoption de nouvelles techniques transforma progressivement les structures et la localisation géographique de l’industrie cotonnière ; celle-ci présentait cependant vers 1850 un tableau assez hétérogène ; des ateliers familiaux subsistaient encore à côté de grands établissements modernes18.

La filature à bras

  • 19 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, affaires diverses. 1854-1856.

2L’apparition de la continue, de la mull-jenny, l’utilisation de la force hydraulique avaient, au début du XIXe siècle, ruiné le travail domestique et concentré la filature sur les chutes d’eau des petits affluents de la Seine, Cailly, Sainte-Austreberthe, Robec ; puis l’emploi de la vapeur permit d’établir des usines à Rouen même et sur la rive gauche de la Seine. Cependant, au milieu du XIXe siècle toutes les filatures à bras n’avaient pas disparu, il en existait encore à Rouen et sur la rive gauche, à Sotteville, Petit-Quevilly, et surtout Oissel où, en 1854, un rapport de l’inspection du travail en dénombra 32 et 633 ouvriers contre 27 filatures mécaniques et 707 ouvriers : ce sont de très petites entreprises de 10 à 20 employés (exceptionnellement 50 chez Panier fils à Oissel)19 ; quelques-unes survivent encore à la fin du second Empire, spécialisées dans la fabrication des gros fils, mais leur production globale paraît négligeable ; à cause de la médiocrité des salaires, ne travaillent dans ces ateliers que les ouvriers qui n’ont pu trouver d’emploi ailleurs.

Les établissements cotonniers en Seine-Inférieure (1847-1876)

Les établissements cotonniers en Seine-Inférieure (1847-1876)
  • 20 A. N., F 12 4476 C. Pour le tissage, arrondissement de Rouen et de Dieppe : 28 établissements, 5 14 (...)
  • 21 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton..., op. cit., pp. 7-8 et p. 19.
  • 22 A. D. S-M., M. Travail des enfants dans les manufactures 1875-1891, statistique industrielle de 188 (...)

Note 2020
Note 21
21
Note 22
22

Le tissage à bras

  • 23 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton, op. cit., p. 41 Cordier estime (...)

3Le tissage à bras avait beaucoup mieux résisté que la filature ; il constituait encore un tiers de la production en 1859 ; 350 fabricants, dont 161 de l’arrondissement de Rouen, fournissaient du travail à 29 398 métiers du pays de Caux et à 4 000 de Picardie et de l’Artois, c’est-à-dire, selon Cordier, à plus de 61 000 personnes, si l’on tient compte des femmes et des enfants employés à des travaux annexes...23.

  • 24 SION (Jules) - Les paysans de la Normandie orientale - Paris 1909. 544 p., pp. 295-327. ROUSSEL (Al (...)

4Le tisserand à domicile, propriétaire de son métier, travaillait à la tâche pour le compte du fabricant de la ville ; un commissionnaire ou « porteur » lui remettait chaque semaine les chaînes et les filés, généralement au marché voisin, et reprenait les articles fabriqués. Cependant, le tisserand ne consacrait qu’une partie de l’année à son activité industrielle ; il l’interrompait plus ou moins longtemps à l’époque des travaux agricoles souvent plus lucratifs24.

5Sous le premier Empire et surtout après 1815, le pays de Caux s’était lancé dans la fabrication du calicot. Selon Roussel, le salaire d’un tisserand pouvait atteindre 5 F par jour : « Tous les ouvriers voulaient devenir tisserands ; on ne trouvait plus parmi ceux qui étaient encore assez jeunes pour pouvoir se former au tissage, ni charpentiers, ni maçons, ni autres hommes de métier, ni domestiques..., dans la classe aisée, c’était la même fureur, tout le monde voulait être fabricant... ». Mais à la fin de la Restauration et au début de la Monarchie de juillet, en une dizaine d’années, le tissage mécanique réussit à s’emparer de cette production ; en 1839, des fabricants furent ruinés et leurs tisserands contraints d’émigrer vers les villes ; d’autres se spécialisèrent dans les rouenneries, mais il s’agissait d’articles destinés à la clientèle populaire, très sensibles à la conjoncture, particulièrement à la hausse du prix des denrées alimentaires : « Quand le pain est cher disait-on, la rouennerie ne va pas » ; on put le vérifier en 1846 !

  • 25 A. D. S-M., M. Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle... (...)

6Le domaine du tissage à bras était à peu près délimité par le quadrilatère Etretat, Bolbec, Tôtes, Dieppe ; il tendait à se contracter dans le centre du pays de Caux, qui ne subissait pas la concurrence des salaires relativement plus élevés offerts dans les agglomérations du Havre et de Rouen. Une statistique de 1 855 permet d’établir la carte des salaires journaliers des tisserands : ils varient de 1 à 1,50 F dans les cantons de Cany-Barville, Fontaine-le-Dun, Doudeville, Yerville, à 2F pour la périphérie (Goderville, Caudebec, Longueville)25.

  • 26 PATROU (M.) - Enquête agricole et industrielle dans le canton de Darnétal - Annuaire des cinq dépar (...)
  • 27 A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er avril 1862.
    La statistique de 1850 fait apparaître, dans l’ (...)

7Au milieu du siècle, le tissage à bras ne représente plus qu’une survivance dans la région de Rouen : 247 tisserands à Barentin en 1855, 150 à Darnétal et une centaine à Boisguillaume en 185026, 1 132 en 1860 pour l’ensemble de l’arrondissement27.

  • 28 A. D. S-M., M, Législation industrielle. 1860-1870. Rapport du sous-préfet d’Yvetot. 7 février 1867

8Les tisserands à bras, à cause de leur double activité industrielle et agricole et surtout de leur dispersion, n’ont joué aucun rôle dans le mouvement ouvrier au XIXe siècle. Le sous-préfet d’Yvetot remarque, en 1867 : « Depuis de longues années, il n’y a pas eu de coalition d’ouvriers dans l’arrondissement ; le résultat dû au bon esprit de la population, peut aussi être attribué à cette circonstance qu’en général les ouvriers travaillent isolément et non réunis en ateliers »28.

9Leur existence cependant a, indirectement, exercé une influence sur l’industrie urbaine ; en temps de crise, ils sont les premiers et le plus durement frappés, mais en période de prospérité, les manufacturiers des villes puisent dans les campagnes le complément de main-d’œuvre qui permet de freiner les exigences des travailleurs de la ville.

  • 29 A. N., BB 30 387. Procureur général. 5 juillet 1 853.
  • 30 Conseil supérieur de l’agriculture, du commerce et de l’industrie. Enquête sur le traité de commerc (...)

10Economiquement, le tissage à bras paraissait condamné dès le milieu du XIXe siècle ; il n’assurait plus aux ouvriers qu’une existence précaire : « Accoutumés de père en fils à un travail dont les progrès de la mécanique diminuent d’année en année la valeur et par conséquent le profit, attachés à leurs métiers du matin jusqu’au soir et pendant une partie des nuits pour gagner à peine quelques sous, s’obstinant à ne point changer d’industrie et se faisant une sorte de point d’honneur de la léguer à leurs enfants, énervés d’esprit et de corps par ces extrémités du labeur et de la souffrance, ils acceptent leur condition comme fatale, ils ne comptent plus pour la supporter que sur les secours de la charité privée ou de l’assistance publique »29. Il ne s’agissait que d’un sursis, les industriels de Rouen ne s’étant pas encore intéressés aux rouenneries ; la réforme du système douanier les incita à conquérir un secteur qui leur échappait ; ainsi Pouyer-Quertier exprima devant la commission d’enquête de 1860 le souhait de voir les manufacturiers normands suivre l’exemple de leurs confrères du Nord et construire des ateliers mécaniques pour la fabrication des articles de couleur30.

La filature mécanique

  • 31 FOHLEN (Claude) – L’industrie textile, op. cit., p. 196. La consommation des filatures de Haute-Nor (...)
  • 32 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton..., op. cit., pp. 7-8 - Selon R (...)

11La Haute-Normandie consommait près de la moitié du coton importé en France31. Sur les 1 870 000 broches de la Seine-Inférieure et de l’Eure, on en comptait 1 042 000 dans l’arrondissement de Rouen en 1859 pour 191 filatures sur 29532.

  • 33 NOIRET (Charles) - Mémoires d’un ouvrier rouennais - Rouen 1836. 100 p.
    Noiret, né à Rouen le 20 oct (...)

12Les mull-jennies introduites au début du XIXe siècle n’avaient exigé que des investissements relativement limités. Aussi, à côté de propriétaires ou de commerçants disposant de fortunes assez importantes, de petits entrepreneurs avaient pu monter eux-mêmes ou louer de modestes établissements. Quelques ouvriers, rapporte le tisserand Noiret en 1836, avaient fait assez d’épargne pour devenir maîtres : « La plupart de nos manufacturiers d’aujourd’hui sont des ouvriers laborieux et économes de ce temps-là. Il est à remarquer que la plupart des ouvriers parvenus sont des étrangers que la vogue a attirés à Rouen... »33. Mais il reconnaît lui-même que ce temps était passé depuis 1825 ; le prix des chutes d’eau et des nouvelles machines avait rendu cette ascension sociale impossible.

13La tendance à la concentration se manifesta au milieu du siècle ; pour la Seine-Inférieure, le nombre des filatures diminua de 293 à 236 entre 1847 et 1859, alors que le nombre de broches s’élevait de 1 287 000 à 1 395 000 ; mais il convient de distinguer le cas des vallées de la rive droite de la Seine-Inférieure et celui de Rouen et de la rive gauche.

  • 34 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton....op. cit., p. 88 et suiv. Il (...)

Filatures de la région de Rouen (1859) et nombre de broches34

Filatures de la région de Rouen (1859) et nombre de broches34
  • 35 CORDIER (Alphonse) - Etude sur les industries du coton, du lin, de la soie et leurs dérivés dans la (...)

14Les chutes d’eau de la Sainte-Austreberthe, du Cailly avaient été à peu près complètement utilisées dès la Monarchie de Juillet ; à moins d’importants travaux (terrassements, barrages...), il n’était plus possible d’en accroître la puissance ; le nombre et la taille de ces établissements se sont donc peu modifiés ; certains utilisaient parfois des machines à vapeur, mais à cause du prix élevé du charbon, majoré par les frais de transport, il ne s’agissait que d’une source d’énergie complémentaire, servant d’appoint pendant les périodes de sécheresse35.

  • 36 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile...op. cit., p. 193 et suiv. En Alsace, la taille des entrepri (...)
  • 37 II s’agit des établissements pour lesquels nous connaissons l’effectif du personnel. A. D. S-M., M. (...)

15Ces petites et moyennes entreprises ne dépassaient que rarement 15 000 broches en 1859 : Delavigne à Malaunay (15 600), Leseigneur à Maromme (17 000), François Vaussard à Notre-Dame-de-Bondeville (19 000) et Delamare à Fontaine-le-Bourg (27 000)36 ; elles employaient de 50 à 100 ouvriers, exceptionnellement 200 chez Delavigne ou Vaussard en 185437. A Monville, par exemple, on dénombrait au total 540 ouvriers pour 6 établissements en 1847 (moyenne : 90), 799 pour 8 établissements en 1861-1865 (moyenne : 99).

  • 38 Les filatures de moins de 50 ouvriers sont pour la plupart établies à Oissel : 55 en 1854.

Effectifs des ouvriers dans les filatures38 de l’arrondissement de Rouen

Effectifs des ouvriers dans les filatures38 de l’arrondissement de Rouen
  • 39 La vapeur avait été utilisée dès 1818 à la filature Sevène d’Oissel, mais le prix du charbon avait (...)

16En dehors des vallées ne pouvaient fonctionner que les filatures à bras ou à la vapeur, qui avait souvent été substituée à la force humaine sans que l’importance de l’atelier fût accrue ; ainsi s’explique la plus grande proportion de petits établissements de moins de 5 000 ou même de 2 000 broches à Rouen, Petit-Quevilly et surtout Oissel39.

  • 40 Archives de la Banque de France. Rapports d’inspection. Rouen 1er septembre 1860. FOHLEN (Claude), (...)
  • 41 POUYER-QUERTIER (Augustin) - De l’heureuse influence des expositions sur le développement général d (...)
  • 42 TURGAN(Julien) - Les grandes entreprises de France - Paris 1860. t. III. pp. 3-47. C’est également (...)

17Malgré certains perfectionnements apparus sous la Monarchie de Juillet (banc à broches, rota-frotteur...), la filature normande restait trop attachée aux anciens procédés de fabrication ; selon l’inspecteur de la Banque de France, « l’outillage était à renouveler presque tout entier et ce sacrifice était pénible, parce qu’en réalité il serait très onéreux... »40. Dans un article du Bulletin de la Société Libre d’Emulation (1857), Pouyer-Quertier répondit au reproche souvent adressé aux Rouennais de ne pas utiliser les machines modernes : « Des familles étaient passées par des liquidations successives » ; il insistait sur le coût élevé des installations, la nécessité de construire des bâtiments plus solides, l’entretien dispendieux, la force motrice considérable qui était exigée. Cependant, il reconnaissait que depuis peu, de nouvelles améliorations, en particulier l’économie de combustible, permettaient d’envisager l’utilisation du renvideur automatique (self-acting)41 ; connu depuis 1842, il ne fut guère utilisé en effet qu’à partir de 1856. Devant la menace de la concurrence anglaise, des établissements modernes d’une importance jusqu’alors inconnue vont apparaître sur la rive gauche de la Seine : en 1859, à Petit-Quevilly, la Foudre (55 000 broches) appartenant à Pouyer-Quertier lui-même42, en 1860, à Oissel, l’usine Fauquet (49 000 broches), et en 1863, la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray (90 000 broches).

  • 43 Conseil supérieur de l’agriculture, du commerce et de l’industrie. Enquête sur le traité de commerc (...)
  • 44 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton, op. cit., p. 10.
  • 45 A. N., F 12 1476 C.
  • 46 A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er avril 1862.
    Après 1860, alors que le nombre des broches con (...)

18Le self-acting pouvait diminuer considérablement les besoins de main-d’œuvre ; devant la Commission d’enquête sur les traités de commerce, Pouyer-Quertier cita l’exemple de ses propres filatures : A Fleury-sur-Andelle, pour 9 000 broches de mull-jennies, il employait 90 ouvriers, à Perruel pour 14 500 broches en self-acting, 97 seulement43. Cordier estimait que, dans de bonnes conditions, le rendement des fileurs doublait ou parfois même triplait, qu’il suffisait en général de 7 ouvriers pour 1 000 broches. Il faut cependant remarquer que cette économie n’avait pas eu encore de répercussions dans la région de Rouen ; en 1860, il était plus fréquent d’employer 10, 12, 15 ou même 17 fileurs pour 1 000 broches44 ; en 1847, en Seine-Inférieure on estimait leur nombre à 17 44845 ; en 1860, à 21 077 dont 15 017 pour l’arrondissement de Rouen46.

Le tissage mécanique

  • 47 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton, op. cit., p. 116 et suiv.

19L’évolution du tissage mécanique diffère sensiblement de celle de la filature ; le nombre des ateliers augmente régulièrement, ainsi que celui des métiers et des ouvriers. En 1847, pour l’ensemble de la Seine-Inférieure, 39 tissages et 7 794 métiers, en 185947, 46 tissages et 10 287 métiers.

20Le tissage mécanique, apparu à Rouen en 1816, n’avait d’abord fait que de lents progrès ; 200 métiers dans la région en 1829, 600 en 1831 ; c’est entre 1 834 et 1 842, quand s’effondre le tissage à la main du calicot, que sont créés de grands ateliers de tissage mécanique : Vaussard à Notre-Dame-de-Bondeville (1834), Rousée à Darnétal (1 835)... En 1842, 6 000 métiers travaillent dans 31 établissements de la Seine-Inférieure.

21La localisation géographique du tissage où l’on ne compte qu’un dixième de moteurs hydrauliques ne correspond pas à celle de la filature ; le rôle des vallées est moindre ; 2 tissages à Barentin, 5 dans la vallée du Cailly, 4 à Darnétal ; en revanche, près de la moitié sont installés à Rouen même, sur la rive gauche, route de Caen, rue d’Elbeuf, rue de Grammont ; 5 enfin sur la rive gauche, à Sotteville et à Grand-Quevilly.

  • 48 Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre, coton, op. cit., p. 82. déclaration de Wadding (...)
  • 49 Cependant, le tissage du Haut-Rhin était encore beaucoup plus concentré. Cf FOHLEN (Claude) - L’ind (...)

22Le degré de concentration est bien supérieur à celui de la filature ; en 1859, il n’existe qu’un seul tissage de moins de 100 métiers, la plupart en groupent 150 à 200, ce qui représente déjà un important capital, puisque en 1860, Waddington estime à 450 F le prix d’un métier48. Les deux plus importants, ceux de Fauquet-Lemaître et de Dubosc, à Rouen, comptaient respectivement 540 et 541 métiers49.

Les tissages de coton de l’arrondissement de ROUEN en 1859 (nombre de métiers)

Les tissages de coton de l’arrondissement de ROUEN en 1859 (nombre de métiers)
  • 50 En 1847, 122 ouvriers en moyenne par tissage et 40 par filature.

23Cordier estimait qu’il fallait à peu près 175 ouvriers pour 200 métiers. Sans même tenir compte des personnes travaillant en dehors des ateliers (trameuses, ourdisseuses...), l’effectif moyen des tisseurs par usine dépassait sensiblement celui des fileurs50 ; onze établissements de la région rouennaise auraient employé plus de 200 travailleurs.

24Il faut également tenir compte de l’intégration des filatures et des tissages qui permettait d’assurer le ravitaillement en filés et de diminuer le prix de revient.

  • 51 A. D. S-M., M, Industrie, ouvriers, règlements (an XI-1 855) - Statistique des ouvriers appartenant (...)

25Quinze manufacturiers parmi les plus importants associaient les deux activités : par exemple Alfred Fauquet-Lemaître (540 métiers à Rouen, 7 800 broches à Monville), Jacques Bertel (360 métiers et 10 800 broches à Rouen) et surtout François Vaussard (480 métiers et 19 000 broches à Notre-Dame-de-Bondeville) qui, avec 600 ouvriers en 1849 et 717 en 1856 possédait la plus grosse entreprise cotonnière de l’arrondissement51.

26Les progrès du tissage mécanique, assez lents de 1848 à 1860, plus rapides après la crise cotonnière, contrastaient avec les difficultés de l’impression sur étoffe.

L’indienne

  • 52 CORDIER (Alphonse) - Indiennes, rouenneries - Annuaire des cinq départements de la. Normandie. 1868 (...)
  • 53 CORDIER (Alphonse) - Exposé sur la situation des industries du coton. op. cit., p. 26 et suiv.

27L’impression sur calicot avait connu une grande prospérité au début du XIXe siècle52 ; il existait plus de 60 fabriques en 1829. Les techniques s’étaient perfectionnées : à l’impression à la planche, qui remontait au XVIIIe siècle, étaient venus s’ajouter le rouleau en cuivre à deux ou trois couleurs, puis la perrotine en 1830, ces trois procédés continuant à coexister après 1 85053.

28En 1847, il ne subsistait plus déjà que 43 indienneries en Seine-Inférieure, et 33 seulement en 1859 pour la même production totale d’un million de pièces.

  • 54 COLLEN-CASTAIGNE (Edouard) - Les manufactures d’indiennes de Bolbec - Annuaire des cinq département (...)

29La concurrence anglaise des tissus mélangés laine et coton avait surtout frappé la région de Bolbec54. Celle de Rouen, où le charbon était moins cher et les salaires à peine plus élevés, avait mieux résisté. Ses 29 fabriques étaient principalement groupées dans la vallée du Cailly (18, dont 6 à Déville, 5 à Canteleu, 4 à Maromme), à Darnétal et dans les communes voisines (10, dont 4 à Darnétal), 2 à Saint-Aubin-Epinay, 2 à Amfreville-la-Mi-Voie. Si le nombre total des ouvriers était tombé de 7 000 en 1847 à 5 000, l’arrondissement de Rouen avait été peu affecté jusqu’en 1860.

Fabriques d’indiennes (d’après le nombre d’ouvriers)

Fabriques d’indiennes (d’après le nombre d’ouvriers)
  • 55 II s’agit pour 1840-1845 et 1861-1865 du nombre d’établissements ayant répondu aux enquêtes.

Note 5555

  • 56 L’impression n’est presque jamais intégrée avec le tissage. Le seul cas signalé est celui de Long ( (...)

30La taille des fabriques d’indiennes était comparable à celle des tissages ; plusieurs employaient plus de 200 ouvriers, Barbet à Déville, 280 en 1854 ; Keittinger à Amfreville-la-Mi-Voie, 217 en 186056.

  • 57 CORDIER (Alphonse) - Exposé sur la situation des industries du coton, op. cit., p. 27 et suiv. : «  (...)

31Mais les conditions de travail étaient plus variées, l’impression exigeait des ouvriers très spécialisés : graveurs, dessinateurs, chimistes, préparateurs de colorants, dont les salaires s’élevaient bien au-dessus de la moyenne (un dessinateur pouvait gagner de 4 000 à 12 000 F par an, un chimiste de 6 000 à 15 000 F) et aussi des manœuvres doués d’une certaine force physique ; la proportion d’hommes atteignait 58 % en 1860, supérieure à celle des autres secteurs de l’industrie textile57.

  • 58 A. D. S-M, M, Grèves de 1858. Rapport du préfet de la Seine-Inférieure, 8 juillet 1858 : « Le trava (...)

32L’industrie de l’indienne se distinguait également par son irrégularité saisonnière avec deux périodes de travail intensif de février à la fin d’avril et de juillet à septembre, respectivement pour les articles d’été et d’hiver ; elle subissait aussi fortement que les rouenneries l’influence de la conjoncture économique : alors que l’Alsace était spécialisée dans les articles de qualité, la Normandie produisait plutôt des indiennes ordinaires destinées au marché intérieur ou aux colonies. Il en résultait donc pour les ouvriers de fréquentes et amples fluctuations de la durée du travail58.

Teinture et apprêts

  • 59 A. D. S-M., M, Correspondance du préfet Leroy de Boisaumarie 1856-1862. Rapport Philippon, 17 octob (...)

33L’instabilité de l’emploi était encore plus marquée dans l’industrie de la teinture étroitement liée à la rouennerie. Les fabricants faisaient travailler à façon les teinturiers avant de confier les filés aux tisserands. « Quand un patron reçoit une grande quantité de coton à teindre, il prend autant d’ouvriers qu’il lui en faut pour livrer cette quantité au jour donné et, alors que le travail est achevé, il renvoie sans autre forme tous ceux qui lui deviennent inutiles. Chaque semaine, un grand nombre d’ouvriers sans travail viennent s’assurer dans leurs ateliers provisoires s’il n’est pas venu d’ouvrage. Cette grave infraction aux règlements qui régissent tous les autres ateliers industriels où les ouvriers en cas de renvoi ou toute autre cause obtiennent une huitaine et même une quinzaine de congé place les teinturiers dans une situation si précaire que beaucoup ne font que deux ou trois jours de travail par semaine et cela presque toute l’année... » Il n’est pas de métier où l’esprit d’antagonisme soit plus grave... »59.

  • 60 CORDIER (Alphonse) - Expose sur la situation des industries du coton, op. cit., p. 47. Des renseign (...)

34L’enquête de 1840-1845 a recensé dans l’arrondissement de Rouen 62 entreprises avec 2 052 ouvriers : 42 à Rouen (1 670 ouvriers) dans l’est de la ville, (Martainville) ; 6 dans la vallée du Cailly (4 à Déville, 2 à Maromme, 171 ouvriers) ; 9 à Darnétal (119 ouvriers). Trois teinturiers de Rouen seulement employaient entre 100 et 120 personnes. La concentration n’a guère été sensible sous le second Empire : en 1869, Cordier, qui admet que la teinturerie, comme la rouennerie et l’indienne, a perdu 20 96 de son importance en dix ans, dénombre 45 établissements occupant 2 000 ouvriers : 14 teintureries en rouge andrinople, 22 en bleu indigo, 3 blanchisseries, 6 ateliers de teinture et apprêts60.

LES AUTRES INDUSTRIES : CHIMIE ET METALLURGIE

35Chimie et métallurgie dépendaient également du textile ; elles en subissaient les vicissitudes.

36L’industrie chimique fournissait des matières premières à la teinturerie et à l’impression.

  • 61 CORDIER (Alphonse) - Exposé sur la situation des industries du coton, op. cit.. p. 51. DUCHEM1N (Pi (...)

37Des établissements mentionnés à Amfreville-la-Mi-Voie, Belbeuf, Canteleu, Maromme (Chouillou) et Petit-Quevilly, deux seulement présentaient une certaine importance : Maze à Amfreville-la-Mi-Voie (90 ouvriers en 1840-1845, 162 en 1860), et surtout Malétra. La petite usine d’acide sulfurique fondée en 1808 par Pierre Malétra s’était rapidement développée après 1836 ; elle employait à Petit-Quevilly 350 ouvriers en 1860, plus de la moitié des effectifs de l’industrie chimique61.

  • 62 DUCHEMIN (Pierre) - Sotteville-lès-Rouen et le faubourg Saint-Sever - Rouen 1893. 556 p. ; p. 288 e (...)

38La métallurgie. L’influence des techniciens anglais avait été prépondérante aux origines de la métallurgie rouennaise ; fabrique de machines à vapeur de Hall, Powell et Scott à Saint-Sever (1817), fonderie de Rawcliffe et Barker...)62. Vers 1860, une soixantaine d’entreprises et près de 3 000 ouvriers se répartissaient entre trois principaux secteurs d’activité : la fonderie, la fabrication de matériel textile (cardes, machines pour l’impression, broches selfacting, métiers à tisser) et les constructions mécaniques diverses (machines à vapeur...).

  • 63 L’atelier Buddicom avait été fondé en 1841 aux Chartreux à Petit-Quevilly, puis pour la commodité d (...)
  • 64 TOUGARD (A.) - Géographie du département de la Seine-Inférieure, arrondissement de Rouen - Rouen 18 (...)

39Les ateliers, de dimensions très variables, étaient presque tous concentrés à Rouen, dans le faubourg Saint-Sever, rue d’Elbeuf, rue Saint-Julien... A Sotteville avait été transféré en 1845 l’établissement Buddicom où, en 1847, 600 ouvriers construisaient et entretenaient le matériel de chemin de fer des lignes de l’Ouest63. A Déville, s’était développée l’usine Laveissière, une des plus importantes de France pour la fonderie, le laminage et l’étirage du plomb et du cuivre64 (14 ouvriers en 1840-45, 128 en 1854, 280 en 1856, 503 en 1876) ; en 1860, fut également installée à Déville la fonderie Curé.

  • 65 Statistique générale de la France, enquête de 1840-1845. op. cit. A. D. S-M., M. Commerce et indust (...)

Les principaux établissements métallurgiques dans la région de ROUEN (nombre d’ouvriers)65

Les principaux établissements métallurgiques dans la région de ROUEN (nombre d’ouvriers)65
  • 66 Chiffres de 1 856. A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1846-1856.
    D’après la m (...)

Note 6666

  • 67 La Statistique générale de la France (enquête de 1861-1865) a mentionné 4 distilleries (119 ouvrier (...)

40Pour compléter le tableau de l’industrie, il convient de mentionner quelques huileries, distilleries (Rouen, Boos, Canteleu...), savonneries (Petit-Quevilly, Sotteville...) n’occupant jamais plus de 10 à 20 ouvriers67.

  • 68 A. N„ F 20 501. Principaux établissements manufacturiers de chaque département 1849-1850.

Principaux établissements industriels de l’arrondissement de ROUEN (1849-1850)68

Vaussard

Filature, tissage de coton

Notre-Dame-de-Bondeville

600

Buddicom

Construction mécanique

Sotteville

572

Leveillé

Filature de coton

Rouen

482

Girard

Impression

Déville

397

Mouchelet

Filature de coton

Monville

397

Flavigny

Fabrique de draps

Elbeuf

377

Legrand

Tissage de coton

Rouen

351

Chennevière

Fabrique de draps

Elbeuf

339

Delamare-Deboutteville

Filature de coton

Fontaine-le-Bourg

339

  • 69 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures. Inspection du travail (1855). Les chiffre (...)

41En conclusion, quels que fussent les secteurs d’activité et malgré une tendance à la concentration, les entreprises de plus de 300 ouvriers restaient très rares dans l’arrondissement de Rouen. Une statistique de 1859 fait bien ressortir la prépondérance des petits ateliers : 130 établissements de plus de 20 personnes emploient 7 128 ouvriers dans la ville de Rouen ; 217 établissements, 15 647 ouvriers dans la région ; au total 347 établissements pour 22 775 ouvriers69.

LES GROUPES INDUSTRIELS DE LA REGION ROUENNAISE70

  • 70 LEVAINVILLE (Jacques) - Rouen, op. cit., pp. 187-235.
    BEAUMONT (C. du BOSC de) – L’industrie cotonni (...)

42Malgré la prépondérance générale du coton, l’agglomération rouennaise n’était pas homogène ; quelques groupes de communes présentaient des caractères économiques et sociaux nettement individualisés qui n’ont pas été sans influence sur la mentalité ouvrière.

La Sainte-Austreberthe

43Du nord-est au sud-ouest, la Sainte-Austreberthe traversait sept communes industrielles : Sainte-Austreberthe, Pavilly, Barentin, Villers-Ecalles, Saint-Paër, Saint-Pierre-de-Varengeville et Duclair.

  • 71 Auguste Badin avait d’abord été à 12 ans rattacheur dans cette usine (1842) puis contremaître, dire (...)

44La vallée restait presque exclusivement consacrée à la filature (180 662 broches, en 1859, dans 30 établissements) ; trois tissages seulement (744 métiers) : deux à Barentin, un à Pavilly. Aussi, la population ne s’accrut-elle plus après 1846 (17 221 habitants dans le canton de Pavilly). Le seul élément nouveau sera, au cours de la crise cotonnière, le développement de l’établissement Badin, filature et tissage de lin, à Barentin (78 ouvriers en 1851, 100 en 1866, 840 en 1876)71.

45La vallée de la Sainte-Austreberthe, groupe industriel assez éloigné de Rouen, isolé au milieu des communes rurales, restera relativement à l’écart des mouvements politiques et sociaux.

Le Cailly72

  • 72 ALEXANDRE (Alain) - L’évolution industrielle de la vallée du Cailly (1850-1914) - Bulletin municipa (...)
  • 73 NOEL (Eugène) - Rouen, Rouennais, Rouenneries - Rouen 1894, 228 p. -, p. 189.

46Au début du XIXe siècle et surtout de 1825 à 1845, les établissements textiles s’étaient multipliés, sur une quinzaine de kilomètres, le long du Cailly : « ce chapelet d’usines, écrivait Eugène Noël, devait aller bientôt, sans interruption, de Rouen à Monville, si bien que la vallée où se réunissaient les rivières de Clères et de Cailly fut nommée petite vallée de Manchester... Ce n’était pas un voyage à quatre lieues de Rouen que nous faisions, c’était un voyage en pays nouveau, en pays imprévu ; nous étions en plein Manchester73 ».

47Cependant, l’activité était plus variée que sur les bords de la Sainte-Austreberthe : 44 filatures avec 370 388 broches, mais également 4 tissages (843 métiers) à Notre-Dame-de-Bondeville (Vaussard), Le Houlme, Monville et Maromme, et surtout 19 indienneries à Canteleu (5), Malaunay (2), Maromme (4), Notre-Dame-de-Bondeville (2), Déville (6), ainsi que les ateliers de graveurs, fabricants de planches... ; quelques teintureries et blanchisseries, enfin l’établissement Laveissière à Déville (travail du plomb et du cuivre).

Population des communes industrielles de l’agglomération de ROUEN

Population des communes industrielles de l’agglomération de ROUEN

Population des cantons de l’arrondissement de ROUEN

Population des cantons de l’arrondissement de ROUEN

48La population du Cailly comme celle de la Sainte-Austreberthe n’augmente plus que très légèrement après 1841 : 24 166 habitants dans le canton de Maromme contre 23 514 en 1841 et seulement à cause de la progression de Déville.

  • 74 LEVAINVILLE (Jacques) - Rouen, op. cit., p. 228 et suiv.
  • 75 A. D. S-M., M, Recensement de 1866, canton de Maromme :

49Les deux vallées présentaient d’autres caractères communs : elles conservaient tout d’abord des liens étroits avec les communes rurales voisines ; leur peuplement s’était opéré en quarante ans par l’arrivée progressive de villageois du plateau cauchois ; de nombreux travailleurs continuaient même d’habiter la campagne et se rendaient tous les jours à la ville74 : aussi les ouvriers étaient-ils en majorité dans plusieurs communes exclusivement agricoles comme Houppeville, Montigny ou Saint-Jean-du-Cardonnay75.

  • 76 DUCHEMIN (Pierre) - Maromme et les communaux de la Muette, op. cit., p. 126. Rapport de la commissi (...)
  • 77 VILLERME (Louis-René) - Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufact (...)

50D’autre part, les conditions de vie semblent avoir été relativement moins dures que dans les grandes agglomérations. Il est vrai que les commissions d’hygiène ont pu signaler des rues entières de taudis à Maromme par exemple76. Mais Villermé remarquait que « les ouvriers des vallées lui avaient paru, en général, un peu plus propres que ceux de la ville..., que les salaires étaient à peu près les mêmes qu’à Rouen, les logements moins chers, les droits d’octroi sur les denrées nuls ou moins forts, et les occasions de dépenses, de débauches, moins répétées, moins entraînantes »77.

  • 78 AUDIGANNE (Armand) - Les populations et les industries de la France dans le mouvement social du XIX(...)

51Selon Audiganne, « les familles des vallées sont plus soigneuses. Il semble qu’on y éprouve l’influence de la belle nature au milieu de laquelle on vit et dont le caractère est précisément la fraîcheur et la coquetterie »78.

  • 79 VAUGHAN (Ernest) - Les étapes de ma raison. Souvenirs parus dans l’Aurore du 30 juillet au 13 décem (...)

52Autre témoignage particulièrement intéressant, celui d’Ernest Vaughan, membre de l’Internationale qui vécut à Déville puis à Darnétal : « Déville n’avait pas l’aspect misérable et sinistre de beaucoup d’autres centres industriels de ma connaissance. Il y avait, en abondance, de l’eau, de la verdure et des arbres. Chaque famille ouvrière avait sa maison et son jardin. Beaucoup habitaient à plusieurs kilomètres de leur travail dans les communes environnantes. Les fabriques ayant besoin pour l’étendage en plein air de grandes prairies donnaient moins qu’ailleurs l’impression de prisons ou de casernes... »79.

La banlieue Est : Darnétal

  • 80 LESGUILLEZ (Alexandre) - Notice sur Darnétal - Rouen 1835, 354 p.
    PATROU (M.)-Enquête agricole et in (...)
  • 81 Statistique générale de la France. Enquête de 1840-1845, op. cit. Pour les statistiques de 1854 et (...)

53L’industrie était apparue très anciennement à Darnétal. Au XVIIIe siècle, la ville possédait des tissages de draps, des indienneries et des teintureries80 ; la population qui atteignait déjà 5 206 habitants en 1806 augmenta faiblement ensuite et ne dépassa 6 000 habitants qu’en 1861 ; au début du XIXe siècle, la draperie, en déclin, fut supplantée par le travail du coton. En 1859, la région de Darnétal présentait donc une activité industrielle variée : tissage et filature de la laine, 17 filatures de coton (79 824 broches), 4 tissages (797 métiers), 10 fabriques d’indiennes, dont Koechlin à Darnétal, Keittinger à Amfreville-la-Mi-Voie, Stackler à Saint-Aubin-Epinay81.

  • 82 A. D. S-M., J. Fonds Stackler.
    Situées au Sud de Darnétal les communes de Blosseville-Bonsecours, Am (...)

Les industries de Darnétal (nombre d’établissements et d’ouvriers)82

Les industries de Darnétal (nombre d’établissements et d’ouvriers)82
  • 83 Notices scientifiques, historiques, industrielles et commerciales et statistiques sur la ville de R (...)

54La plupart des filatures utilisaient la force hydraulique du Robec (Saint-Martin-du-Vivier, Roncherolles) ou de l’Aubette (Saint-Aubin-Epinay, Saint-Léger-du-Bourg-Denis), deux petites rivières qui confluaient à Darnétal ; la plupart des autres établissements étaient situés à Darnétal même : 3 tissages, en particulier le tissage de bretelles Huet, un des plus importants de France (343 ouvriers en 1845-1850, 213 en 1854, 273 en 1860)83 et 4 fabriques d’indiennes.

  • 84 PATROU (M.) - Enquête agricole et industrielle, op. cit., p. 316 : « Les ouvriers à Darnétal ont gé (...)
  • 85 II faut ajouter qu’il existait encore dans le canton de Darnétal 200 tisserands à la main et 300 tr (...)

55Plus que toute autre commune, Darnétal va souffrir de la concurrence des établissements mieux équipés ; elle subit à la fois la décadence de son tissage de la laine et la concentration de la filature et du tissage du coton. Dans une enquête agricole et industrielle en 1850, M. Patrou souligne la condition de vie misérable de la population, les logements exigus et malsains, la nourriture insuffisante : « La position est depuis longtemps tellement critique qu’il est impossible de dire s’il y a eu de l’aisance dans aucune des branches qui sont toutes plus ou moins frappées du fléau de l’indigence... »84. La principale difficulté était de trouver et de conserver du travail à cause de la pléthore de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs. Ces remarques sont confirmées par les statistiques : 3 468 ouvriers d’après l’enquête de 1840-1845 ; 2 236 seulement en 1860 !85.

La ville de Rouen

  • 86 Par exemple, voici le nombre de réponses à l’enquête de 1840-1845 : 23 filatures, 5 tissages de cal (...)

56C’est pour Rouen même que nous possédons le moins de renseignements précis sur la composition de la population ouvrière ; les réponses fournies par les chefs d’entreprises à l’occasion des enquêtes sont très incomplètes et l’administration municipale n’a pu ou voulu se substituer à eux86.

57Il existe cependant l’estimation faite par le maire à la demande du général commandant la division militaire : le 1er octobre 1855, 68 500 ouvriers auraient travaillé à Rouen, dont 15 000 venant des communes voisines.

  • 87 A. D. S-M., M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle du (...)

Population ouvrière travaillant à ROUEN (1 855)87

Population ouvrière travaillant à ROUEN (1 855)87
  • 88 Le nombre des habitants est de 103 223 en 1856, mais il existait une population flottante qui échap (...)

58Les chiffres paraissent exagérés, car ils ne laissent qu’une place trop faible au commerce et à l’artisanat. On peut remarquer que Cordier ne compte que 2 000 teinturiers en 1859 pour l’ensemble du département et que le procureur général fait état en 1860 de 2 728 métallurgistes pour l’arrondissement de Rouen !88.

59Il est donc seulement possible d’évaluer l’importance relative des principales industries par rapport à l’ensemble de la région.

60La part de Rouen est prépondérante pour le tissage : 3 182 métiers, 49 % de la capacité de production, dans 12 établissements dont trois des quatre plus importants : Fauquet-Lemaître (540 métiers), Dubosc Frères (541) et Levavasseur (435).

61La filature ne représente que 25 % (272 000 broches pour 38 filatures, 7 en ont moins de 2 000).

62A l’exception de Buddicomet de Laveissière, les entreprises métallurgiques (fonderies, chaudronneries, tréfileries, constructions mécaniques...) sont installées à Saint-Sever et la plupart des teintureries le long du Robec.

63Longtemps, les ateliers s’étaient concentrés dans le 4e canton (Martainville, Saint-Hilaire) et les faubourgs de l’est de la ville, où s’entassaient cotonniers, tanneurs, foulons, teinturiers... Ce sont des quartiers qui ont été décrits par Adolphe Blanqui : « Il existe à Rouen des repaires, mal à propos honorés du nom d’habitations, où l’espèce humaine respire un air vicié qui tue au lieu de faire vivre, qui attaque les enfants sur le sein de leur mère et qui conduit à une décrépitude précoce, au travers des maladies les plus tristes, les scrofules, les rhumatismes, les phtisies. Quand ils parviennent à 20 ans, on n’en trouve pas dix pour cent capables de devenir soldats ; la misère, les privations, le froid... les ont amaigris, atrophiés, corrompus, démoralisés...

  • 89 BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières en France pendant l’année 1848 - Mémoires de l’Académie d (...)

64« On n’entre dans les maisons que par des allées basses, étroites et obscures, servant de lit à un ruisseau fétide, chargé des eaux grasses et des immondices de toute espèce qui pleuvent des étages. On y monte par des escaliers en spirales, sans garde-fou, sans lumière et on aborde ainsi de sinistres réduits, bas, mal fermés, mal ouverts et presque toujours dépourvus de meubles et d’ustensiles de ménage. Le foyer domestique des malheureux habitants se compose d’une litière de paille effondrée sans draps ni couvertures et leur vaisselle consiste en un pot de bois ou de grès qui sert à tous les usages... Il faut que personne n’ignore qu’il existe des milliers d’hommes parmi nous, dans une situation pire que l’état sauvage, car les sauvages ont de l’air et les habitants du quartier Saint-Vivien n’en ont pas »89.

  • 90 LEVAINVILLE (J.) - Rouen, op. cit., pp. 341-342.
    En 1821, 2 184 maisons dans le 1e canton et 1 549 d (...)

65Le manque de place, la difficulté d’accès et surtout l’éloignement relatif des gares incitèrent les nouvelles entreprises à s’installer sur les vastes espaces libres de la rive gauche. La migration des ouvriers qui avait commencé dès la fin de la Restauration, s’accéléra sous le second Empire à cause des travaux d’urbanisme, du percement de nouvelles rues et de l’assainissement partiel du quartier Martainville90.

66Pour plusieurs secteurs de l’économie, nous ne possédons aucune estimation même vague du nombre de travailleurs.

67Le bâtiment — Si les grands travaux de Rouen ne commencent qu’après 1860, on a déjà procédé, au début de l’Empire, au percement de la rue Napoléon III vers la prison de Bicêtre (partie ouest de la rue d’Amiens actuelle), à l’élargissement de la rue du Bouvreuil, à l’aménagement du Jardin Sainte-Marie, et au dégagement du quartier de l’hôtel de ville vers la rue Beauvoisine ; le développement de Saint-Sever a dû également attirer terrassiers, maçons, charpentiers.

  • 91 LEVAINV1LLE (Jacques) - Rouen, op. cit., p. 128-129.
    LE CORBEILLER (Armand) - Histoire du port de Ro (...)
  • 92 A. D. S-M., M, Corr. Leroy (1856-1862). Rapports de Philippon, 7 novembre 1856, 18 janvier 1857.

68Le port — Le port a subi une baisse de trafic à cause de la concurrence faite par les chemins de fer à la batellerie et au cabotage ; le tonnage manutentionné a diminué malgré les travaux de la Basse-Seine, les endiguements longitudinaux pour approfondir le chenal (à partir de 1846)91 ; il ne se relève qu’en 1861. Il n’existe pas de statistiques sur le nombre d’ouvriers du port (déchargeurs de fûts, de pierres...) qui semble avoir été très variable selon la conjoncture économique. Nous ignorons dans quelle mesure leur condition a été modifiée par l’utilisation des nouveaux moyens de levage. (Il existait trois grues en 1847 ; la chambre de commerce en fit établir une de 70 t en 1850 et une autre en 1857). Le port semble vraiment constituer un monde à part, et les dockers, une population de marginaux, que les rapports officiels et la presse ignorent généralement, sauf en temps de crise, quand les « soleils », comme on les surnomme, se répandent dans la ville ou les campagnes environnantes, « cette partie la plus misérable de la classe ouvrière, n’ayant plus que la mendicité ou le vol comme ressources92 ». Les ouvriers du port n’ont pratiquement eu aucune place dans le mouvement ouvrier avant la fin du siècle.

  • 93 Annuaire de Rouen, le nombre des boutiques de tailleurs et de cordonniers semble avoir diminué : en (...)

69L’artisanat en général — En l’absence des recensements, il est impossible d’évaluer le grand nombre d’artisans du commerce ou de l’industrie, ce qui est d’autant plus regrettable que certains d’entre eux, les tailleurs, les cordonniers, ont joué un rôle particulièrement actif dans la vie politique93.

La rive gauche de la Seine : le canton de Grand-Couronne94

  • 94 DUCHEMIN (Pierre) - Petit-Quevilly et le prieuré de Saint-Sever, op. cit.
    Id. - Sotteville-lès-Rouen
    (...)

70Le glissement de l’industrie de Martainville vers Saint-Sever n’est qu’un aspect particulier du développement de la rive gauche.

71Le simple examen des recensements révèle le progrès économique du canton de Grand-Couronne. Principalement agricole en 1831, alors que les vallées sont déjà industrialisées, il ne compte que 17 169 habitants, puis 20 418 en 1851, 25 863 en 1861, 31 154 en 1876 ; de 1841 à 1876, Saint-Etienne-du-Rouvray passe de 1 482 à 2 864 habitants, Le Petit-Quevilly de 2 379 à 6 250, et Sotteville-lès-Rouen de 3 971 à 11 763.

Sotteville-lès-Rouen

  • 95 DUCHEMIN (Pierre) - Sotteville-lès-Rouen. op. cit., pp. 504-544.
    Selon Duchemin, il existait à Sotte (...)

72Six filatures à vapeur avaient été installées à Sotteville de 1824 à 1835 ; huit sont mentionnées dans l’enquête de 1840-1845 avec 462 ouvriers ; il faut ajouter quelques petites fabriques de colles, de noir animal, savonneries... ; il existait encore dans la commune 150 tisserands à bras95.

  • 96 Ibid. p. 288.

73C’est en 1845 que fut transféré entre la gare de Rouen (rive gauche) et la station de Sotteville, l’établissement Allcard Buddicom et Cie (fabrication et entretien de locomotives, wagons...) ; les ateliers s’étendaient sur plus de 12 hectares, et occupaient 600 ouvriers en 1848, 1 450 en 1856 ; en 1860, ils furent cédés à la Compagnie de l’Ouest ; lorsque Buddicom se retira en Angleterre, un de ses collaborateurs John Whaley assuma pendant plusieurs années la direction de l’établissement96.

  • 97 A. D. S-M., M, Exposition de Rouen (1854).
    CORDIER (Alphonse) - Etude sur les industries du coton, o (...)

74Sous le second Empire, deux entreprises textiles augmentèrent sensiblement leur capacité de production : les filatures et tissage Lemaître (317 ouvriers en 1855) et surtout les filature et tissage Bertel : Victor Bertel avait fondé un petit atelier de tissage à la main en 1801, un tissage mécanique en 1838 puis, en 1852 une filature qu’il modernisa en 1855. Bertel fut un des premiers à s’équiper en self-acting et obtint une médaille d’or à l’exposition de Rouen (1859)97 ; il employait 210 ouvriers en 1856 et 703 en 1876.

Le Petit-Quevilly

75L’essor de cette commune est aussi remarquable que celui de Sotteville. La métallurgie ne tient qu’une place secondaire ; après le départ de l’établissement Buddicom fondé en 1841, Le Petit-Quevilly ne possède qu’un atelier de construction mécanique, Corbran et Lemarchand (32 ouvriers en 1854).

76Par contre, l’industrie chimique est représentée par l’établissement Malétra. En 1808, Pierre Malétra, marchand de Rouen, construisit une petite usine de produits chimiques (en particulier d’acide sulfurique) ; en 1855, la Société Malétra père et fils monte des appareils Gay-Lussac. Après la mort de Pierre Malétra, les fils Malétra installent pour le traitement des pyrites le four qui porte leur nom (1862) ; Emile Malétra acquiert de sa soeur, l’usine Maze de Lescure. Ces développements successifs portèrent le nombre d’ouvriers de 250 en 1840-1845, à 280 en 1856 et 597 en 1876.

77Au Petit-Quevilly, également depuis 1843, Davey-Watson (Société Davey Bickford, Watson et Cie), fabriquent des mèches de mineurs (32 ouvriers en 1854) et la savonnerie Lacour, des Chartreux, différents produits destinés à l’industrie textile ou aux particuliers (20 ouvriers en 1854).

  • 98 L’enquête de 1840-1845 mentionne seulement 2 filatures (174 ouvriers) ; en 1856, selon l’inspection (...)
  • 99 La filature de lin des frères Hartog avait succédé à une petite filature de coton. Elle avait été é (...)

78Sur les cinq filatures de 185998, une seule atteignait 10 000 broches, celle de Narcisse Crépet, fondée en 1829 ; la même année, Pouyer-Quertier racheta la filature des frères Hartog : la Foudre avait connu une brillante prospérité (465 ouvriers en 1855), puis avait dû être mise en liquidation en 1859 ; Pouyer-Quertier qui possédait déjà les usines de Perruel, Fleury-sur-Andelle et Vascœuil, en fit un établissement modèle avec un bâtiment de quatre étages équipé de 35 500 broches self-acting, de 5 machines à vapeur de 100 CV chacune ; environ 600 ouvriers y travaillaient99.

Oissel

  • 100 TURGIS (Edouard) - Oissel. op. cit., pp. 299-323.

79L’évolution de la commune d’Oissel avait été fort différente. Après la filature de la laine, celle du coton avait été introduite à la fin du XVIIIe siècle avec la manufacture Holker ; Sévène, en 1818, adopta la machine à vapeur, mais l’établissement dut fermer vers 1850100. Pendant plusieurs années, coexistèrent à Oissel de petites filatures à bras, à manèges ou à vapeur : en 1854, 27 filatures à vapeur (707 ouvriers) et 32 filatures à bras (633 ouvriers). En 1861, l’aspect industriel d’Oissel fut complètement modifié par la création de la filature Octave Fauquet ; avec ses 49 500 broches modernes, elle disposa en 1869, d’une capacité de production supérieure à celle des 38 autres établissements de la commune. En 1876 il ne subsistera que 28 filatures avec 1 029 ouvriers (dont 333 chez Fauquet).

Saint-Etienne-du-Rouvray

  • 101 DUCHEMIN(Pierre) - Saint-Etienne-du-Rouvray, op. cit., p. 384.

80En 1860, Saint-Etienne-du-Rouvray était encore une commune exclusivement agricole. En 1865 seulement fut fondée par l’industriel belge Scheppers la Société cotonnière de Saint-Etienne-du-Rouvray comprenant deux filatures (la grande de 72 000 broches et la petite de 13 000), un tissage de 563 métiers. Elle est de loin devenue la plus grande entreprise textile de la région avec 917 ouvriers en 1876101.

81Dans les autres communes du canton, deux établissements industriels méritent encore d’être signalés : une filature et tissage à Grand-Quevilly et une fabrique de tulle à Grand-Couronne.

82Le canton de Grand-Couronne tient donc une place particulière dans l’industrie rouennaise. Si le coton prédomine, il ne dispose pas cependant d’une prépondérance écrasante, puisque la métallurgie et l’industrie chimique emploient près de 2 500 travailleurs. Dans le textile même, à côté de petites entreprises anciennes, sont apparus les plus gros établissements que la région ait jamais connus.

83Villermé et Audiganne avaient bien distingué les caractères spécifiques des vallées et de la ville de Rouen. Avec le canton de Grand-Couronne apparaît un troisième type de milieu ouvrier. Attirés rapidement dans de grandes usines par la promesse de salaires plus élevés, les travailleurs coupés à la fois du monde rural et de l’artisanat, auront un comportement assez différent au point de vue social et politique.

L’INDUSTRIE DE LA LAINE : ELBEUF

  • 102 SAINT-DENIS (Henri) - Histoire d’Elbeuf - Elbeuf 1984-1905, 12 vol.
    SAINT-DENIS (Henri) et DUCHEMIN (...)

84La région d’Elbeuf mérite d’être étudiée à part ; elle se consacrait exclusivement à l’industrie de la laine, qui fournissait du travail non seulement à la ville et à sa banlieue, mais à de nombreuses communes rurales ; des localités de la Seine-Inférieure ou de l’Eure, éloignées de 30 kilomètres, faisaient partie de ce que l’on appelait le « rayon elbeuvien »102.

Population des communes ouvrières de l’agglomération d’ELBEUF

Population des communes ouvrières de l’agglomération d’ELBEUF
  • 103 Caudebec-lès-Elbeuf fut amputé en 1857 d’une partie de ses quartiers de l’Est qui formèrent avec Sa (...)

Note 103103

  • 104 En 1806, population d’Elbeuf : 5 600 h, en 1826 : 10 020 ; pour le canton respectivement 13 902 et (...)
  • 105 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’exposition universelle par A. POUSS (...)

85L’accroissement régulier de la population d’Elbeuf (47 % de 1851 à 1876) s’explique par le développement du tissage de la laine104. En 1804, Elbeuf fabriquait environ 15 500 pièces de drap ; en 1853, 82 000 ; en 1858, 109 000105 ; plus des neuf dixièmes provenant de la ville même. L’apogée d’Elbeuf se situe sous le second Empire, le maximum de la production fut atteint en 1863 avec plus de 160 000 pièces.

Production de tissus dans l’agglomération d’ELBEUF (en nombre de pièces)

Production de tissus dans l’agglomération d’ELBEUF (en nombre de pièces)
  • 106 BRISSON (Charles) - Ruche et Croix de Lorraine, op. cit., p. 21 et suiv. Id. - Origines et développ (...)

86Il convient d’insister sur l’évolution des types d’articles : au début du siècle ce sont seulement des draps unis, surtout les draps noirs ; vers 1830 apparaissent les tissus nouveautés qui, en 1860, représentent environ les deux tiers de la production106.

  • 107 SAINT-DENIS (Henri) - Histoire d’Elbeuf. op. cit., t. X. p. 387. A. D. S-M., M, Situation industrie (...)

Etablissements industriels d’ELBEUF107

Etablissements industriels d’ELBEUF107
  • 108 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’Exposition universelle par A. POUSS (...)

87Le comité d’Elbeuf, à la commission impériale de l’Exposition universelle de 1855, « se montrait saisi d’une admiration croissante devant la riche et merveilleuse exhibition d’étoffes d’une diversité infinie... ; il y en avait pour l’usage des classes les plus humbles, des classes intermédiaires et des classes les plus opulentes de la société »108.

  • 109 Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre, t. III, industrie textile, laine - Paris 1860  (...)
  • 110 REYBAUD (Louis)-La laine, nouvelle série des études sur le régime des manufactures - Mémoires de l’ (...)

88Longtemps, tous les travaux s’effectuèrent à la main, puis les machines ont peu à peu été introduites à différents stades de la production : les machines à vapeur en 1817, la peigneuse Heilmann vers 1850, les machines pour le lavage et le dégraissage chez Flavigny en 1858, mais elles restèrent rares à cause du manque de capitaux109. La filature utilisait des mull-jennies de 250 broches, le self-acting n’étant pas encore adapté à la laine. « A propos du coton, il a bien fallu dire que la Normandie avait montré quelque lenteur dans sa marche, une certaine résistance à changer des instruments frappés ailleurs de désuétude. A propos de la laine, aucun de ces reproches ne peut lui être adressé ; dans cet ordre de travaux, la Normandie s’est constamment tenue au courant des meilleurs procédés de fabrication... »110.

Etablissements de CAUDEBEC-LES-ELBEUF et SAINT-PIERRE-LES-ELBEUF (1861)

Fabricants de drap

66

Teinturiers

1

Filateurs de laine

2

Retordeurs

1

Marchands de déchets

18

Colleurs de chaînes

11

Fabricants de cardes

1

Lamiers-rotiers

1

Fabricants de savon

1

  • 111 Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre, op. cit., t. III. pp. 67-90, déclarations de F (...)
  • 112 Annuaire des cinq départements... 1870, pp. 317-326. De quel développement et de quels perfectionne (...)

89Le tissage mécanique s’était longtemps révélé plus onéreux que le tissage à la main, à cause du prix du combustible et de l’entretien des métiers111. La concurrence étrangère incita, vers 1855-1860, plusieurs fabricants (Chennevière, Flavigny...) à essayer des métiers mécaniques pour les draps unis ; pour les nouveautés, on considérait toujours que la complexité du travail interdisait leur emploi112.

  • 113 Enquête sur le traité de commerce de I860, op. cit., t. III, pp. 45 et suiv. Déclaration de Jules M (...)

90La mécanisation n’a donc entraîné une certaine concentration que dans la filature : 14 en 1853, 11 en 1858, 10 en 1861113, dont 2 à Saint-Pierre et Caudebec. Par contre, le nombre de fabricants de tissus n’a cessé de croître jusqu’en 1859 : 120 en 181 1, 206 en 1840, 282 en 1858 et 4 190 métiers à main ». Il faut dire de quelle façon procédait à cette époque heureuse de l’histoire elbeuvienne le jeune homme à la recherche d’une position sociale dans le drap (115) : il louait un petit local sur la rue, 2 000 ou 3 000 francs (à ce moment les loyers étaient fort chers) puis prenait à la journée, une femme âgée la plupart du temps, dite « épinceteuse ». Cette personne avait pour charge d’épousseter les quelques pièces de drap qui passaient annuellement dans le magasin (5 à 600 tout au plus). Ces 20 à 30 000 mètres de drap qui entraient pour la première fois à un prix de 10 à 12 F environ, en sortaient aussitôt revendues 12 à 14 F et constituaient un bénéfice net annuel d’environ 40 000 F.

  • 114 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’Exposition universelle, op. cit., p (...)

Les principales fabriques de tissus d’ELBEUF (1855)114

Les principales fabriques de tissus d’ELBEUF (1855)114
  • 115 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, circulaire du 15 octobre 1884. Industrie drapière, mouvement (...)

91La plupart des fabricants n’avaient pas d’ateliers, achetaient la laine à des maisons de commission et la faisaient travailler à façon : « La balle de laine était prise directement à la gare ou au bateau par le trieur ou batteur qui l’envoyait ensuite chez le teinturier dégraisseur ; de là, on l’expédiait parfois dans une filature des environs de Louviers ou d’Evreux, à 30 km environ ; la laine filée ou retordue était ramenée chez une ourdisseuse de la ville ou des magasins qui faisait la chaîne sur les indications d’un monteur subventionné. Le tisserand venait chercher 5 ou 6 kilos de cette chaîne avec la trame et les cartons pour le dessin et la faisait encoller par un ouvrier spécialisé. A son retour, la pièce, après nettoyage des matières étrangères par les soins des épinceteuses de ville, était retournée dans la vallée d’Eure pour être débarrassée de l’huile (dégraissage) qui avait servi pour filer la laine ; réexpédiée pour la seconde fois à Elbeuf, elle était visitée par l’épinceteuse et la rentrayeuse puis, de nouveau, était reportée par voiture dans cette même vallée chez le foulonnier chargé, cette fois, de la feutrer en la réduisant dans la longueur et la largeur. Revenue pour la dernière fois à la ville, cette laine voyageuse passait aux laineries et aux tondeuses de l’apprêteur, aux rames du sècheur, était revue définitivement par l’épinceteuse et la rentrayeuse quand elle n’était pas corrigée par le débarreur, passait sous les rouleaux du décatisseur et enfin entrait ou rentrait, suivant le cas, dans la fabrique, en magasin, attendant l’acheteur.115

  • 116 L’inspecteur du travail a décrit le circuit le plus compliqué qui pût exister mais toutes les étude (...)

92Ainsi, c’est après avoir subi 20 manipulations chez 15 intermédiaires, après avoir parcouru près de 200 km depuis son arrivée à Elbeuf que la laine, transformée en drap, était mise en vente116.

  • 117 TURGAN (Julien) - Les grandes entreprises, op. cit., p. 66 : « Ce perpétuel va-et-vient de la laine (...)

93Le prix de revient des articles fabriqués se trouvait donc sensiblement majoré par le coût des transports117 mais de nombreux fabricants jugeaient fort avantageuse cette organisation de la production : « Ils n’immobilisent pas leurs capitaux en constructions industrielles considérables ; ils n’ont point d’impôts à payer et, le jour où une crise se présente, ils restreignent leurs affaires, ou même ferment leur comptoir, sans songer aux ouvriers qu’ils occupent... ».

  • 118 Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre.... op. cit. Déclaration de Chennevière, p. 129 (...)

94Trois quarts des fabricants employaient moins de 25 personnes, même de plus grandes maisons avaient essentiellement recours au travail à façon ; quelques rares établissements effectuaient la plupart des opérations de la préparation au tissage : Victor Grandin, Chennevière118 ; seul Charles Flavigny « faisait tout chez lui », il disposait de deux ateliers, l’un pour le dégraissage, le lavage et la teinture (Charles Flavigny, Crabit et Fils), l’autre pour la Filature et le tissage qu’il dirigeait avec ses deux fils aînés. Il s’agissait en 1860 d’une entreprise modèle, comparable à celle de Pouyer-Quertier pour le coton et où la mécanisation était portée à son plus haut degré. Elle seule paraissait capable de lutter sans protection contre la concurrence anglaise (néanmoins, Flavigny lui-même faisait en partie filer à façon et travailler 200 tisserands à bras de l’extérieur). C’étaient, comme le constatait Reybaud, ces grands établissements qui donnaient le ton aux productions d’été et d’hiver ; les fabricants de second ordre suivaient le mouvement et s’y associaient de leur mieux.

95Selon la chambre de commerce, le nombre total des ouvriers de la fabrique d’Elbeuf était resté à peu près stationnaire entre le début du siècle et 1853, cependant leur répartition géographique avait subi une double évolution.

Ouvriers de la fabrique d’ELBEUF

Ouvriers de la fabrique d’ELBEUF
  • 119 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’Exposition universelle, op. cit., p (...)
  • 120 A. D. S-M., M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle de (...)
  • 121 A D. S-M., M. Situation industrielle. 1861-1865 - Rapport de la chambre de commerce d’Elbeuf, 1er t (...)

Note 119119
Note 120
120
Note 121
121

  • 122 Précis de la statistique générale d’Elbeuf - Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1843, (...)
  • 123 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’Exposition universelle, op. cit., p (...)
  • 124 A. D. S-M., M, Commerce, réforme agricole et industrielle et commerciale, affaires générales. Lettr (...)
  • 125 L’Industriel elbeuvien, 28 août 1872. Alors que selon ces critères la chambre de commerce dénombre (...)

96Jusque vers 1830, le tissage était localisé dans les campagnes : « Il n’y avait pas 50 métiers chez les fabricants de la ville » ; les inconvénients qui en résultaient (pertes ou vols des matières premières, indiscrétions concernant les dessins de nouveautés) incitèrent les manufacturiers à regrouper autant que possible leurs ouvriers122. Mais, après les troubles de 1848, les patrons redoutèrent cette concentration de la main-d’œuvre123. « Il y a quinze ans, écrivait un tisserand en 1865, la position que nous occupions vis-à-vis du patron était meilleure et plus facile car nous avions de nombreux ateliers et nous pouvions nous concerter ensemble, sans aucun dérangement et sans contrevenir à la loi.... Depuis, les manufacturiers de la ville d’Elbeuf ont compris que, par les ateliers, ils ne pouvaient nous dominer et se rendre nos maîtres... Aussi ont-ils réussi, car nous ne pouvons compter au maximum que deux ouvriers sur cent occupés en atelier... »124. Il est impossible de connaître le nombre total des employés de la fabrique d’Elbeuf puisque les statistiques de la chambre de commerce ne tiennent compte que de ceux qui travaillaient à Elbeuf, Caudebec et Saint-Pierre-lès-Elbeuf125.

97Selon leur résidence, les ouvriers en laine étaient traditionnellement classés en trois catégories :

  • 126 REYBAUD (Louis) - La laine - Mémoires de l’Académie des sciences morales et politiques, t. XVII, 18 (...)

981) Ceux qui habitaient Elbeuf, Caudebec ou Saint-Pierre et y travaillaient, soit à domicile, soit en atelier ; ils représentaient la plus grande partie de la main-d’œuvre aux différents stades de la production, à l’exception du foulage (vallée d’Eure), de la filature (effectuée en partie à Louviers et dans l’Eure) et surtout du tissage dont Elbeuf et les localités voisines « n’avaient retenu que la partie la plus raffinée, qui ne pouvait être confiée qu’à des ouvriers exercés... ; le métier appartenait au tisserand, ce qui expliquait son état de délabrement. C’est dans l’atelier commun seulement que les machines avaient leur place... »126.

  • 127 C’est l’afflux des ouvriers du dehors entre les recensements de 1831 (10 258 habitants) et de 1846 (...)

99Audiganne a insisté sur le rôle tenu par les travailleurs originaires d’autres régions de France ; de 1830 à 1848, « le nombre des ouvriers s’était grossi lorsque la fabrication des draps était arrivée à employer les métiers à la Jacquard » ; ils étaient originaires du Lyonnais, du Forez, « rapportant de leurs courses vagabondes, avec les vices des différentes localités une somme plus forte d’idées trop souvent fausses ou peu réfléchies »127.

  • 128 A. D. S-M., M, Administration des contributions directes, archives du contrôle de Rouen.... 1846-18 (...)
  • 129 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières et les industries de la France, op. cit., t. I. p. 8 (...)

1002) Des ouvriers du canton venaient également travailler à Elbeuf ; s’ils habitaient dans les communes limitrophes, ils rentraient chaque soir chez eux128 ; « ceux qui demeuraient jusqu’à trois lieues ou trois lieues et demie, couchaient souvent en ville dans les chambres communes,... grandes salles autour desquelles sont collés l’un près de l’autre quarante à cinquante lits et où des hommes, femmes et enfants venaient naguère encore confusément chercher le gîte ». La municipalité d’Elbeuf s’efforça de supprimer ces foyers d’immoralité en exigeant que des salles spéciales fussent réservées aux hommes et aux femmes129.

  • 130 L’Industriel elbeuvien, 11 septembre 1872. Enquête ouvrière de 1872, rapport de Nosegay ; 1er novem (...)

1013) Enfin les tisserands de la campagne constituaient un élément essentiel de la fabrique elbeuvienne. Leur condition paraissait satisfaisante à Reybaud, un travail « sûr et régulier » garanti à toute la famille ; l’artisan était propriétaire de sa chaumière et d’un coin de terre ; « un revenu de cinq ou six cents francs par an, ce serait la gêne en ville, mais l’aisance à la campagne » ; l’enquête de 1872 souligne cependant que les frais de transport et la marge des commissionnaires réduisaient beaucoup les salaires et que « les tisserands considéraient le travail de la laine comme un pis-aller ; ils acceptaient à n’importe quel prix les chaînes qu’ils tissaient à peu près suivant leur bon plaisir et quand ils n’avaient rien de plus pressé à faire »130.

102Pour Audiganne, « l’empire des relations habituelles entre les deux éléments de la fabrique elbeuvienne - ouvriers du pays et du dehors - formait un mélange où il était toujours facile d’exciter la fermentation », mais la position des travailleurs de la ville était incontestablement affaiblie par la concurrence de la campagne ; quand les besoins de main-d’œuvre augmentaient, les fabricants elbeuviens avaient même la ressource de faire appel aux tisserands en rouenneries du pays de Caux.

MAIN-D’OEUVRE MASCULINE ET FEMININE

  • 131 ALLARD (Paul) - Le travail des enfants dans les manufactures - Bulletin des travaux de la Société l (...)

103Pour compléter le tableau du milieu ouvrier, il est important de déterminer la proportion de femmes et d’enfants employés dans les diverses industries131.

104Le travail des enfants a surtout retenu l’attention et suscité de nombreux rapports administratifs. La loi du 21 mars 1841 concernait en effet deux types d’établissements :

  1. les manufactures, usines et ateliers à moteur mécanique ou à feu continu et leurs dépendances.

  2. les fabriques occupant plus de 20 ouvriers réunis en atelier.

  • 132 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, inspection du travail des enfants dans les manufactures (affa (...)

105Le travail y était interdit aux enfants de moins de 8 ans, limité à 8 heures par jour de 8 à 12 ans, à 12 heures de 12 à 16 ans ; le repos du dimanche était obligatoire, ainsi que la scolarité jusqu’à 12 ans132.

  • 133 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, inspection du travail des enfants. Rapport du 15 juillet 1852 (...)
  • 134 Ibid. Préfet, 5 novembre 1855.
  • 135 Ibid. Préfet, 14 janvier 1851.
  • 136 Ibid. C.c. police de Rouen. 10 juillet 1852.

106Afin d’assurer l’exécution de la loi, cinq commissions d’inspecteurs bénévoles (une par arrondissement) furent créées en 1842, elles étaient composées de notables, anciens manufacturiers, médecins, prêtres... Elles auraient fait preuve d’un zèle persévérant pendant quatre ans, puis relâché leur surveillance à l’époque de la crise économique : « Il fallait éviter, remarque le préfet, d’ajouter la rigueur de l’inspection à la gêne qu’éprouvaient les industriels à cause du chômage et des événements politiques »133 ; mais il soupçonne également un manque de conviction chez certains membres : « Dans le sein des commissions se trouvent des industriels ou anciens manufacturiers imbus de cette idée que les développements de l’industrie doivent être libres ; toute réforme dans le travail des enfants, gênant cette liberté, était une atteinte au progrès en même temps qu’à l’intérêt privé ». Peu de commissaires visitèrent les ateliers ; ceux qui accomplirent en partie leur tâche furent rebutés par l’inertie de leurs collègues et l’opposition systématique des chefs d’établissement134. En 1850, quand le préfet fit établir l’état général des enfants employés dans les fabriques, plusieurs inspecteurs lui adressèrent leur démission135. Lorsque en 1852, le procureur de la République transmit aux industriels une circulaire leur enjoignant de se mettre en règle avec la loi de 1841, le commissaire central de Rouen rapporta « qu’aucun acte de l’autorité n’avait pu faire plus de tort au gouvernement »136.

  • 137 Ibid. Lettre de Fauquet, maire de Bolbec, 1842 ; préfet, 5 novembre 1855.

107Les industriels expliquaient leur hostilité à la loi pour des raisons techniques. La limitation de la durée du travail à 8 heures imposerait la création de relais, mais comment trouverait-on un nombre suffisant d’enfants dans les communes des vallées ? Par qui remplacerait-on les rattacheurs pour le travail de nuit ? Les dispositions de la loi alourdiraient les charges des entreprises : « Jamais l’industrie n’a été plus tracassée... ; la lutte avec l’étranger deviendra impossible si le gouvernement persiste dans cette voie de persécution, s’il n’arrête à temps le zèle funeste de ceux qui le servent »137.

108Les manufacturiers prétendaient en outre que la loi allait à l’encontre de l’intérêt des ouvriers eux-mêmes. Le salaire des enfants était indispensable à la vie de la famille ; comment l’assurer si on limitait la durée du travail et si on obligeait l’enfant à suivre l’école ?

  • 138 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, inspection du travail. C.c. police, 10 juillet 1852.

109« Les ouvriers s’adressent au Prince-Président : Est-ce là le prélude des améliorations promises ?... Louis-Philippe qui a fait la loi n’a pas osé la faire exécuter et c’est Napoléon qui a fait une chose semblable ! » D’autre part, que deviendraient les enfants livrés à la rue ? A la fabrique, du moins, leurs parents pouvaient les surveiller138.

  • 139 Ibid. Le décret du 7 décembre 1868 confia la surveillance du travail des enfants aux ingénieurs des (...)

110Après 1852, la loi ne semble pas avoir été mieux appliquée ; la crise de la guerre de Sécession suspendit même complètement l’activité des commissions. En 1854 et 1857, l’administration avait proposé de nommer des inspecteurs salariés, mais s’était heurtée à l’opposition du conseil général. Un poste - un seul pour toute la Seine-Inférieure - fut seulement créé en 1866 et confié à un ancien chef de bureau de la préfecture, qui préféra recueillir une documentation statistique plutôt que de sévir139.

  • 140 Ibid. La statistique de 1848 ne mentionnait que 9 enfants de moins de 8 ans, dont 2 dans l’arrondis (...)
  • 141 Ibid. Inspecteur du travail, 16 juillet 1867 ; selon l’inspecteur du travail, « des registres serai (...)
  • 142 Ibid. Inspecteur du travail, 24 août 1867.

111Les rapports de l’inspecteur Beaufour font apparaître la médiocrité des résultats obtenus : les enfants de moins de 8 ans ne seraient plus admis dans les ateliers140, mais la vérification est en fait impossible ; l’inspecteur reconnaît que si les enfants rencontrés possèdent bien un livret, il n’existe aucun registre spécial les concernant dans la plupart des établissements ; le texte de la loi n’est pas même affiché141. Cependant, les enfants paraissent un peu mieux traités que par le passé, n’étant plus exposés à recevoir de mauvais traitements ou des châtiments abusifs..., « les parents, les enfants, les patrons ne toléreraient plus de pareils sévices qui ne sont heureusement plus dans nos mœurs... »142.

  • 143 Ibid. Inspecteur du travail, 18 juillet 1867 : « Le simple aspect des rattacheurs occupés au travai (...)

112Les prescriptions sur la durée du travail entre 8 et 16 ans sont presque complètement ignorées : un petit nombre de manufacturiers seulement n’occupent que 8 heures les enfants de 8 à 12 ans ou les dispensent du travail de nuit143 ; s’ils ne les emploient pas le dimanche, c’est parce que la plupart des ateliers sont alors fermés.

  • 144 Ibid. D’après la loi de 1841, les enfants admis dans un établissement industriel devaient fréquente (...)
  • 145 Ibid. Inspecteur du travail, 15 juillet 1867 ; l’école était fréquentée par 151 enfants ; l’usine e (...)
  • 146 Ibid. Inspecteur du travail, 29 juin 1870 ; 68 inscrits, l’établissement occupait 38 enfants. D’aut (...)

113Les dispositions concernant l’instruction primaire ne peuvent être appliquées à cause de l’éloignement des écoles et de l’insouciance des parents ; très peu d’enfants de 8 à 12 ans reçoivent un enseignement élémentaire ; quelques rares adolescents suivent les cours d’adultes, en été, après le travail144 ; deux industriels seulement ont créé des écoles à l’intérieur de leurs fabriques : à Barentin, Badin fait appel depuis 1864 à des religieuses et au curé (pour le catéchisme)145 ; chez Besselièvre, à Maromme, l’instituteur communal et son sous-maître donnent, à partir de 1869, des cours du soir aux ouvriers146.

  • 147 ALLARD (Paul) - Le travail des enfants dans les manufactures-Bulletin de la Société d’Emulation de (...)

114Les rapports ne décrivent évidemment pas la situation des petits ateliers qui employaient quatre cinquièmes des enfants et où se produisaient les plus graves abus ; « Le chef d’un atelier de quelques personnes seulement est chez lui maître absolu ; qu’il se cache dans une cave comme le tisserand de nos banlieues ou qu’il réunisse ses ouvriers et ses apprentis entre les quatre murs d’une chambre, il est presque entièrement à l’abri des regards du public ; il lui suffit de la complicité de quelques-uns de ceux qui travaillent avec lui pour que tous les abus de la force, la cruauté, l’immoralité lui soient permis sur des enfants livrés sans défense... »147.

  • 148 L’âge décisif semble avoir été celui de la première communion à laquelle tenaient beaucoup les pare (...)

115Dans la grande industrie, deux conclusions se dégagent ; les enfants de 8 à 12 ans étaient beaucoup moins nombreux que ceux de 12 à 16148 ; ces derniers dans leur grande majorité restaient soumis aux mêmes conditions de travail que les adultes.

  • 149 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, inspection du travail. Les deux tableaux ne sont pas exacteme (...)

Nombre d’enfants employés dans l’industrie (établissements soumis à la loi de 1841)149. 1er janvier 1848

Nombre d’enfants employés dans l’industrie (établissements soumis à la loi de 1841)149. 1er janvier 1848

Pourcentage d’hommes, de femmes et d’enfants dans l’industrie textile

Pourcentage d’hommes, de femmes et d’enfants dans l’industrie textile
  • 150 Statistique générale de la France, 1re série, 4e partie - Industrie. Paris 1847-1852, t. III.
  • 151 A. D. S-M., M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle de (...)
  • 152 A. D. S-M., M, Dénombrement décennal de l’industrie, enquête de 1860.
  • 153 A. D. S-M., M. Enquête parlementaire sur les conditions de travail en France, 1872. Rapport de Lame (...)

Note 150150
Note 151
151
Note 152
152
Note 153
153

116Quel était le pourcentage de femmes et d’enfants occupés dans les différents secteurs de l’industrie ? Les enquêtes de 1840-1845, 1855, 1861-1865 fournissent des chiffres apparemment précis pour un certain nombre d’entreprises seulement, celles de 1872 des estimations globales.

117Il convient de remarquer que toutes les entreprises n’ont pas répondu aux diverses enquêtes et ce ne sont pas toujours les mêmes ; d’autre part, elles n’indiquent probablement que le chiffre des ouvriers réunis dans les ateliers ; or, dans l’industrie textile, beaucoup de femmes (trameuses, bobineuses...) exécutaient des travaux préparatoires à domicile. On ne peut donc retenir de ces statistiques qu’un certain ordre de grandeur.

  • 154 A. D. S-M.. M. Travail des enfants dans les manufactures. Inspection du travail, 15 juillet 1867 : (...)

118Filature du coton : plus d’un tiers d’hommes, un quart d’enfants ; la filature mécanique mieux payée était plus recherchée par les hommes, mais les enfants étaient indispensables à l’enlèvement et au remplacement des bobines154.

119Tissage du coton : pourcentage très élevé de femmes ; par contre, l’indienne, où l’on a besoin de spécialistes et de manœuvres apparaît plutôt un métier d’hommes.

120On peut constater que la proportion de main-d’œuvre masculine est plus élevée pour le tissage de la laine que pour celui du coton : les nouveautés exigent en effet un personnel plus qualifié avec l’emploi des métiers à armures.

  • 155 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures. 1854-1856. L’enquête de 1855 mentionne po (...)

121Dans les autres industries, métallurgie, industrie chimique, la place des femmes et des enfants est très restreinte : en 1856, Buddicom emploie 60 enfants, sur 1 450 ouvriers, Laveissière à Déville 8 sur 280155, Malétra 5 sur 280 ; il en est de même pour la teinturerie : dans les 84 établissements mentionnés par l’enquête de 1861-1865, travaillent 1 027 hommes, 108 femmes et 85 enfants.

  • 156 Comptes rendus des travaux de la Chambre de commerce de Rouen. 1867-1868, pp. 99-119. Travail des e (...)

122Le manque d’homogénéité des statistiques empêche de tirer des conclusions précises sur l’évolution des pourcentages sous le second Empire ; les transformations techniques, l’utilisation de plus grands métiers laissent à penser qu’il y aurait eu plutôt tendance à une diminution pour la catégorie des enfants de 8 à 12 ans156. Cependant la forte proportion de femmes et d’enfants dans l’industrie textile a continué à peser sur le niveau des salaires.

Notes

18 LEVAINVILLE (Jacques) - Rouen, étude d’une agglomération urbaine - Paris 1913, 418 p. SUZUKI (Hiromasa) - L’évolution de l’industrie cotonnière dans la région rouennaise au XIXe siècle (1789-1880) - 1969, thèse dactylographiée. 208 p. A. D. Seine-Maritime.

19 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, affaires diverses. 1854-1856.

20 A. N., F 12 4476 C. Pour le tissage, arrondissement de Rouen et de Dieppe : 28 établissements, 5 140 métiers.

21 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton..., op. cit., pp. 7-8 et p. 19.

22 A. D. S-M., M. Travail des enfants dans les manufactures 1875-1891, statistique industrielle de 1884,
Les chiffres fournis pour 1876 par la Statistique générale de la France sont différents : en 1876 pour la Seine-Inférieure : 172 filatures. 14 tissages et filatures. 62 tissages. 1 421 000 broches. 14 937 métiers ; mais ces chiffres comprennent des tissages à main et des filatures qui n’étaient pas en activité.

23 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton, op. cit., p. 41 Cordier estime approximativement la production des métiers mécaniques en 1859 à 88 millions de mètres, celles des métiers à bras à 44 millions ; en 1869, le pourcentage de la production à bras est tombé à 18 %.

24 SION (Jules) - Les paysans de la Normandie orientale - Paris 1909. 544 p., pp. 295-327. ROUSSEL (Alexandre) - L’industrie dans l’arrondissement d’Yvetot - Bulletin des travaux de la Société libre d’Emulation du Commerce et de l’Industrie de la Seine-Inférieure. 1861-1862. pp. 144-160.
MAZEL (Jean) - L’industrie cotonnière dans l’arrondissement d’Yvetot au XIXe siècle - Etudes Normandes. 4e trimestre 1972.

25 A. D. S-M., M. Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle... (16 novembre 1855).
Ce sont les cantons de la périphérie qui ont les premiers souffert de l’exode rural : Bellencombre et Yvetot (1826). Valmont, Fauville. Tôtes. Longueville (1836), Bacqueville (1851), Cany-Barville et Fontaine-le-Dun (1856).
I. N. S. E. E. - Mouvement de la population de la Seine-Inférieure (1806-1946) - Direction Régionale de Rouen.

26 PATROU (M.) - Enquête agricole et industrielle dans le canton de Darnétal - Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1850, pp. 130-139.

27 A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er avril 1862.
La statistique de 1850 fait apparaître, dans l’arrondissement, des tissages de rouenneries employant 100, 200 et même 700 ouvriers ; seul, ou à peu près, le fabricant était rouennais, mais les tisserands, cauchois.

28 A. D. S-M., M, Législation industrielle. 1860-1870. Rapport du sous-préfet d’Yvetot. 7 février 1867.

29 A. N., BB 30 387. Procureur général. 5 juillet 1 853.

30 Conseil supérieur de l’agriculture, du commerce et de l’industrie. Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre, t. I, Industrie textile, coton - Paris 1860 - Déposition de Pouyer-Quertier, pp. 1-30 ;
Cf également la déposition de Quesnel (p. 289) ; « Pour soutenir la concurrence anglaise, il faut mécaniser la fabrication des tissus de coton... » et de Leblond (p. 398) : « L’ouvrier tisserand à la main qui vit dans son village résistera, tant qu’il pourra, avant d’entrer en atelier... ».

31 FOHLEN (Claude) – L’industrie textile, op. cit., p. 196. La consommation des filatures de Haute-Normandie s’élevait à 32 ou 34 000 t. sur 70 000.

32 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton..., op. cit., pp. 7-8 - Selon Reybaud en 1846-1847 254 filatures et 1 000 662 broches dans l’arrondissement.

33 NOIRET (Charles) - Mémoires d’un ouvrier rouennais - Rouen 1836. 100 p.
Noiret, né à Rouen le 20 octobre 1802, mort au Havre le 18 mars 1877, militant politique et théoricien ouvrier sous la Monarchie de Juillet ; il a écrit plusieurs brochures sur la condition ouvrière et les réformes qu’il proposait pour l’améliorer. Sous-commissaire du gouvernement provisoire à Neufchâtel en 1848 ; déporté en 1852, puis en 1858 ; commissaire central de police au Havre en 1871, puis inspecteur de la voirie. MAITRON (Jean)-Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, t. III.

34 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton....op. cit., p. 88 et suiv. Il existait également une filature à Ry et une autre à Tourville-la-Rivière.

35 CORDIER (Alphonse) - Etude sur les industries du coton, du lin, de la soie et leurs dérivés dans la région Nord précédée de quelques considérations économiques - Rouen 1860, 212 p. Cordier signale qu’au cours des quatre dernières années plusieurs filatures ont dû s’équiper de machines à vapeur à cause de la sécheresse.

36 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile...op. cit., p. 193 et suiv. En Alsace, la taille des entreprises était beaucoup plus grande. Ainsi, dans le Haut-Rhin, en 1856, sept établissements possédaient plus de 40 000 broches. 32 de 10 000 à 40 000. 16 seulement moins de 10 000.

37 II s’agit des établissements pour lesquels nous connaissons l’effectif du personnel. A. D. S-M., M. Travail des enfants dans les manufactures, affaires diverses. 1854-1856.

38 Les filatures de moins de 50 ouvriers sont pour la plupart établies à Oissel : 55 en 1854.

39 La vapeur avait été utilisée dès 1818 à la filature Sevène d’Oissel, mais le prix du charbon avait arrêté le développement de ce type de filature. Cf TURGIS (Edouard) - Histoire d’Oissel - Evreux 1886, 794 p.

40 Archives de la Banque de France. Rapports d’inspection. Rouen 1er septembre 1860. FOHLEN (Claude), op. cit., p. 196.

41 POUYER-QUERTIER (Augustin) - De l’heureuse influence des expositions sur le développement général de l’industrie - Bulletin des travaux de la Société libre d’Emulation, de Commerce et d’industrie de la Seine-Inférieure, 1857.

42 TURGAN(Julien) - Les grandes entreprises de France - Paris 1860. t. III. pp. 3-47. C’est également à la même époque que la petite filature Bertel (1 000 broches) devient un établissement moderne de 31 000 broches.

43 Conseil supérieur de l’agriculture, du commerce et de l’industrie. Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre, industrie textile, coton. Déposition de Pouyer-Quertier. pp. 1-30. Le self-acting diminuait également les besoins en énergie ; la puissance des machines à vapeur s’élevait à 80 CV à Fleury-sur-Andelle à 100CV à Perruel.

44 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton, op. cit., p. 10.

45 A. N., F 12 1476 C.

46 A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er avril 1862.
Après 1860, alors que le nombre des broches continue à augmenter, celui des fileurs diminue, à cause de la généralisation du self-acting : 16 000 à 17 000 en 1869, selon une estimation de Cordier - Exposé de la situation des industries du coton, op. cit., p. 13.

47 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton, op. cit., p. 116 et suiv.

48 Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre, coton, op. cit., p. 82. déclaration de Waddington ; les Waddington possédaient un tissage de 286 métiers à Nonancourt dans l’Eure.
Il faut tenir compte du coût des bâtiments, des moteurs et machines. Selon Cordier, le métier installé revenait en 1869 à 1.300 F.

49 Cependant, le tissage du Haut-Rhin était encore beaucoup plus concentré. Cf FOHLEN (Claude) - L’industrie textile, op. cit., p. 212. Sur 56 établissements, 20 de moins de 200 métiers, 25 de 200 à 300, 8 de 500 à 1 000 et 3 de plus de 1 000.

50 En 1847, 122 ouvriers en moyenne par tissage et 40 par filature.

51 A. D. S-M., M, Industrie, ouvriers, règlements (an XI-1 855) - Statistique des ouvriers appartenant aux établissements de l’arrondissement qui en possèdent le plus grand nombre. A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1854-1855.

52 CORDIER (Alphonse) - Indiennes, rouenneries - Annuaire des cinq départements de la. Normandie. 1868, pp. 481-495.
Bulletin de la Société industrielle de Rouen.
1898, p. 588 et suiv. Les impressions sur étoffes dans la Seine-Inférieure.

53 CORDIER (Alphonse) - Exposé sur la situation des industries du coton. op. cit., p. 26 et suiv.

54 COLLEN-CASTAIGNE (Edouard) - Les manufactures d’indiennes de Bolbec - Annuaire des cinq départements de la Normandie, pp. 261-302.
La divulgation des procédés de teinture, la tendance à l’égalisation des salaires avaient fait perdre ses avantages à Bolbec.

55 II s’agit pour 1840-1845 et 1861-1865 du nombre d’établissements ayant répondu aux enquêtes.

56 L’impression n’est presque jamais intégrée avec le tissage. Le seul cas signalé est celui de Long (indiennerie et tissage de 32 métiers à Déville en 1869).

57 CORDIER (Alphonse) - Exposé sur la situation des industries du coton, op. cit., p. 27 et suiv. : « La fabrication des indiennes diffère essentiellement sous tous les rapports de la filature et du tissage... Chaque établissement a son type préféré ; tel aura des genres d’une exécution simple, rapide, tel autre produira des articles d’une exécution compliquée, réclamant une nombreuse succession de main-d’œuvre... ».

58 A. D. S-M, M, Grèves de 1858. Rapport du préfet de la Seine-Inférieure, 8 juillet 1858 : « Le travail de la terre représente pour les indienneurs le quart environ du travail annuel.
« Cet état de choses tient, d’un côté, aux besoins de l’agriculture et, de l’autre, aux conditions d’un genre d’industrie dont la production s’est ralentie depuis que les habitudes de luxe et de bien-être ont généralement fait préférer les étoffes de laine aux indiennes ».

59 A. D. S-M., M, Correspondance du préfet Leroy de Boisaumarie 1856-1862. Rapport Philippon, 17 octobre I860.

60 CORDIER (Alphonse) - Expose sur la situation des industries du coton, op. cit., p. 47. Des renseignements plus précis n’existent que pour Darnétal (Archives communales, 2 F 2). Ils révèlent d’assez importantes fluctuations de l’emploi : en 1854, 9 teintureries (100 ouvriers), 1867, 9 (155 ouvriers). 1860, 11 (195 ouvriers), 1867, 10 (109 ouvriers).
CORDIER (Alphonse) - Indiennes, rouenneries, teintures et apprêts - Annuaire des cinq départements. 1868, pp. 481-495.

61 CORDIER (Alphonse) - Exposé sur la situation des industries du coton, op. cit.. p. 51. DUCHEM1N (Pierre) - Petit-Quevillv et le prieuré de Saint-Julien - Pont-Audemer 1890, 301 p
A. N., BB 30 387. Procureur général, 1er avril 1862. Le nombre d’ouvriers de l’industrie chimique dans l’arrondissement de Rouen se serait élevé à 61 5 (735 pour l’ensemble de la Seine-Inférieure) en 1860.

62 DUCHEMIN (Pierre) - Sotteville-lès-Rouen et le faubourg Saint-Sever - Rouen 1893. 556 p. ; p. 288 et suiv.

63 L’atelier Buddicom avait été fondé en 1841 aux Chartreux à Petit-Quevilly, puis pour la commodité des transports, transféré à Sotteville.

64 TOUGARD (A.) - Géographie du département de la Seine-Inférieure, arrondissement de Rouen - Rouen 1879, 491 p. ; p. 407.

65 Statistique générale de la France, enquête de 1840-1845. op. cit. A. D. S-M., M. Commerce et industrie, situation industrielle. 1840-1852. administration du conseil des mines, 21 octobre 1848 (année 1847).
Statistique générale de la France, enquête de 1861-1865, op. cit.
Les effectifs des ateliers fabriquant des machines textiles sont faibles (10 à 30 ouvriers) à l’exception de l’établissement Thouroude.

66 Chiffres de 1 856. A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1846-1856.
D’après la même source en 1854, Buddicom occupait 1 200 ouvriers, Laveissière, 128. A la fin du second Empire. Laveissière figurait en tête de la liste des propriétaires d’usines les plus imposés de la vallée du Cailly, bien avant les manufacturiers du textile.

67 La Statistique générale de la France (enquête de 1861-1865) a mentionné 4 distilleries (119 ouvriers), 3 tanneries (40), 5 huileries (56), 6 savonneries (64)...

68 A. N„ F 20 501. Principaux établissements manufacturiers de chaque département 1849-1850.

69 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures. Inspection du travail (1855). Les chiffres concernant Elbeuf ne figurent pas dans le tableau.

70 LEVAINVILLE (Jacques) - Rouen, op. cit., pp. 187-235.
BEAUMONT (C. du BOSC de) – L’industrie cotonnière en Normandie, son histoire sous les différents régimes douaniers -Paris 1901.
CORNEILLE (A.) - La Seine-Inférieure commerciale et industrielle, op. cit.
MORLENT (Joseph) - Petite géographie historique, statistique, commerciale, agricole et industrielle du département de la Seine-Inférieure - Le Havre 1853, 464 p. ; pp. 104-109.

71 Auguste Badin avait d’abord été à 12 ans rattacheur dans cette usine (1842) puis contremaître, directeur, locataire et enfin propriétaire de l’établissement ; une filature de coton fut ajoutée en 1871.
Cf HELOT (Paul)-Le centenaire des établissements Badin 11852-1952) - 39 p.
A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures. Inspection du travail, Rapport de 1867.

72 ALEXANDRE (Alain) - L’évolution industrielle de la vallée du Cailly (1850-1914) - Bulletin municipal de Maromme (1972-1973).

73 NOEL (Eugène) - Rouen, Rouennais, Rouenneries - Rouen 1894, 228 p. -, p. 189.

74 LEVAINVILLE (Jacques) - Rouen, op. cit., p. 228 et suiv.

75 A. D. S-M., M, Recensement de 1866, canton de Maromme :

Population totaleAgricultureIndustrieHouppeville61320033153 %Montigny60218132053 %St-J. du Card.65321737757 %Ces liens maintenus avec la campagne facilitaient évidemment le retour aux travaux agricoles en temps de crise industrielle.

76 DUCHEMIN (Pierre) - Maromme et les communaux de la Muette, op. cit., p. 126. Rapport de la commission du 26 janvier 1851 sur les logements insalubres.

77 VILLERME (Louis-René) - Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, op. cit., p. 186 et suiv.

78 AUDIGANNE (Armand) - Les populations et les industries de la France dans le mouvement social du XIXe siècle ; Tome I - Paris 1854. 359 p., pp. 61-94.

79 VAUGHAN (Ernest) - Les étapes de ma raison. Souvenirs parus dans l’Aurore du 30 juillet au 13 décembre 1902. L’Aurore, 1er décembre 1902.
Vaughan conteste également que l’alcoolisme ait été aussi répandu que certains moralistes l’ont prétendu ; de même la prostitution : « Si à cause de la promiscuité dans laquelle vivaient garçons et filles, les liaisons amoureuses étaient naturellement et fatalement fréquentes, elles étaient rarement intéressées... ».

80 LESGUILLEZ (Alexandre) - Notice sur Darnétal - Rouen 1835, 354 p.
PATROU (M.)-Enquête agricole et industrielle dans le canton de Darnétal - Annuaire des cinq départements, 1850, pp. 130-139. A. D. S-M.. J, Journal d’un habitant de Darnétal (manuscrit).

81 Statistique générale de la France. Enquête de 1840-1845, op. cit. Pour les statistiques de 1854 et de 1860, archives municipales de Darnétal. 2 F 2.

82 A. D. S-M., J. Fonds Stackler.
Situées au Sud de Darnétal les communes de Blosseville-Bonsecours, Amfreville-la-Mi-Voie et Belbeuf ainsi que Saint-Aubin-Epinay font partie du canton de Boos.

83 Notices scientifiques, historiques, industrielles et commerciales et statistiques sur la ville de Rouen, rédigées à l’occasion du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences - Rouen 1883, 680 p. ; pp. 289-303.
Le tissage de bretelles, apparu à Rouen vers 1826, puis à Darnétal, fut d’abord très prospère mais subit, entre 1850 et 1860, une crise qui provoqua la disparition d’un établissement à Darnétal.

84 PATROU (M.) - Enquête agricole et industrielle, op. cit., p. 316 : « Les ouvriers à Darnétal ont généralement un logement très restreint. Il est composé d’une cuisine, c’est-à-dire d’une salle dans laquelle est un lit et d’une partie de grenier ».

85 II faut ajouter qu’il existait encore dans le canton de Darnétal 200 tisserands à la main et 300 trameuses qui, selon Patrou, tendaient à abandonner le travail.

86 Par exemple, voici le nombre de réponses à l’enquête de 1840-1845 : 23 filatures, 5 tissages de calicots ; à l’enquête de 1861-1865, 18 filatures et 3 tissages mécaniques.

87 A. D. S-M., M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle du département de la Seine-Inférieure (récapitulation du 16 novembre 1855).

88 Le nombre des habitants est de 103 223 en 1856, mais il existait une population flottante qui échappait aux recensements. En 1867, elle est estimée à 10 000 personnes. Cf A. D. S-M., M, Subsistances, commerce de la viande, salaire des ouvriers. Remarques au tableau de 1867.

89 BLANQUI (Adolphe) - Des classes ouvrières en France pendant l’année 1848 - Mémoires de l’Académie des sciences morales et politiques de l’Institut de France, t. VII 1850. pp. 691 - 822 ; pp. 725-726.
Description analogue de REYBAUD (Louis)-Le colon, son régime, ses problèmes, op. cit., p. 270 : « Autant le cadre où se déploie l’industrie est riant sur le plateau et le long des vallées, autant il est sombre quand on se reporte vers les ateliers des villes... Ce sont partout des allées basses et étroites servant de lit à un ruisseau d’immondices dont le seul débouché est dans les cours converties en mares d’où s’exhalent des odeurs pestilentielles... ».

90 LEVAINVILLE (J.) - Rouen, op. cit., pp. 341-342.
En 1821, 2 184 maisons dans le 1e canton et 1 549 dans le 6e ; en 1856, respectivement 1 596 et 2 778.
A. D. S-M., M, Administration des contributions directes, archives du contrôle de Rouen, registre des renseignements statistiques et administratifs, 1846-1880, tableau des forces contributives de la commune et de leurs mouvements annuels.
La ville de Rouen était divisée en 12 sections, les 1re, 2e et 3e correspondaient au 4e canton de Rouen, la 11e au 6e canton (Saint-Sever)
Image 10000000000002A8000000CD408EC466.jpg

91 LEVAINV1LLE (Jacques) - Rouen, op. cit., p. 128-129.
LE CORBEILLER (Armand) - Histoire du port de Rouen - Rouen 1902. 349 p. Le trafic des marchandises a diminué de 655 000 tonnes (505 000 aux entrées. 150 000 aux sorties) en 1852 à 449 000 tonnes 351 000 aux entrées. 98 000 aux sorties) en 1859 pour remonter à 516 000 tonnes (328 000 aux entrées. 188 000 aux sorties) en 1866.

92 A. D. S-M., M, Corr. Leroy (1856-1862). Rapports de Philippon, 7 novembre 1856, 18 janvier 1857.

93 Annuaire de Rouen, le nombre des boutiques de tailleurs et de cordonniers semble avoir diminué : en 1851, 304 cordonniers et 241 tailleurs ; en 1861, 249 et 167 ; en 1876, 211 et 132 (mais ces listes sont incomplètes). Cf OUIN-LACROIX (Charles) - Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers de la ville de Rouen, la capitale de la Normandie - Rouen 1850, 783 p. ; pp. 375-378 : 352 tailleurs en 1850.

94 DUCHEMIN (Pierre) - Petit-Quevilly et le prieuré de Saint-Sever, op. cit.
Id. - Sotteville-lès-Rouen et le faubourg Saint-Sever. op. cit.
Id. - Histoire de Saint-Etienne-du-Rouvray -
Rouen 1892, 2 vol. 
TURGIS (Edouard) - Oissel - Evreux 1886, 794 p.

95 DUCHEMIN (Pierre) - Sotteville-lès-Rouen. op. cit., pp. 504-544.
Selon Duchemin, il existait à Sotteville, en 1845, 12 filatures avec 800 ouvriers.

96 Ibid. p. 288.

97 A. D. S-M., M, Exposition de Rouen (1854).
CORDIER (Alphonse) - Etude sur les industries du coton, op. cit.. Rapport sur l’exposition régionale de Rouen.

98 L’enquête de 1840-1845 mentionne seulement 2 filatures (174 ouvriers) ; en 1856, selon l’inspection du travail, 3 filatures et 134 ouvriers.

99 La filature de lin des frères Hartog avait succédé à une petite filature de coton. Elle avait été équipée de la chaudière du remorqueur La Foudre qui avait coulé dans la Seine, d’où le nom de l’établissement.
En 1856, la filature de lin aurait occupé 720 ouvriers dont un certain nombre d’Anglais. Pour la description de La Foudre, cf TURGAN (Julien) - Les grandes entreprises, op, cit., t. III, pp. 33-60.

100 TURGIS (Edouard) - Oissel. op. cit., pp. 299-323.

101 DUCHEMIN(Pierre) - Saint-Etienne-du-Rouvray, op. cit., p. 384.

102 SAINT-DENIS (Henri) - Histoire d’Elbeuf - Elbeuf 1984-1905, 12 vol.
SAINT-DENIS (Henri) et DUCHEMIN (Pierre) - Notices historiques sur les communes des environs d’Elbeuf - Elbeuf 1885-1890, 8 vol. - t. VI, Caudebec-lès-Elbeuf ; t. VII Saint-Aubin-Jouxte-Boulleng ; t. VIII, La Londe.
PETIT (L) - Histoire de la ville d’Elbeuf, de Caudebec, d’Orival, de Saint-Aubin -Elbeuf 1856.
BRISSON (Charles) - Ruche et Croix de Lorraine - Le Havre 1960, 263 p.
Id. -Elbeuf, ma ville - Rouen 1951, 244 p.
BOURDON (Mathieu) - Etude industrielle commerciale et manufacturière de la ville et du canton d’Elbeuf - Caen 1863, 111 p.

103 Caudebec-lès-Elbeuf fut amputé en 1857 d’une partie de ses quartiers de l’Est qui formèrent avec Saint-Pierre-de-Liéroult la commune de Saint-Pierre-lès-Elbeuf.

104 En 1806, population d’Elbeuf : 5 600 h, en 1826 : 10 020 ; pour le canton respectivement 13 902 et 20 526.

105 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’exposition universelle par A. POUSSIN-Elbeuf 1855, 56 p.
Chambre consultative des arts et manufactures de la ville d’Elbeuf. Etude sur l’importance commerciale et manufacturière des ville et canton d’Elbeuf novembre 1858 - Rouen 1858. 33 p.
La pièce de drap uni mesurait 55 m, celle de nouveautés 67 mètres.

106 BRISSON (Charles) - Ruche et Croix de Lorraine, op. cit., p. 21 et suiv. Id. - Origines et développement de l’industrie drapière à Elbeuf et Louviers - Etudes normandes, 1952, 16 p.

107 SAINT-DENIS (Henri) - Histoire d’Elbeuf. op. cit., t. X. p. 387. A. D. S-M., M, Situation industrielle 1861-1865. Elbeuf 1er trimestre 1861.

108 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’Exposition universelle par A. POUSSIN, op. cit., 56 p. : « Les uns, ce sont les articles de nouveauté, répondant aux inspirations plus ou moins excentriques de la mode, et sont destinés peut-être à passer aussi vite qu’elles ; les autres tissus plus simples, plus graves et plus sérieux, ce sont les draps minces légers, forts et imperméables..., l’ancien type de la fabrication elbeuvienne.

109 Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre, t. III, industrie textile, laine - Paris 1860 ; p. 30, déclaration de Fromont.
Jusqu’en 1824, le lavage des laines était effectué dans le ruisseau du Puchot, puis des pontons furent construits sur les bords de la Seine.

110 REYBAUD (Louis)-La laine, nouvelle série des études sur le régime des manufactures - Mémoires de l’Académie des sciences morales et politiques, t. XVI, pp. 119-120.

111 Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre, op. cit., t. III. pp. 67-90, déclarations de Flavigny, Poussin et Chennevière.
Selon PETIT (Louis) - (Histoire de la ville d’Elbeuf, op. cit. p. 237). La production par tisserand était 5 fois et demi plus élevée par ouvrier avec les métiers mécaniques.

112 Annuaire des cinq départements... 1870, pp. 317-326. De quel développement et de quels perfectionnements est susceptible le tissage mécanique des étoffes de laine pour combattre avec succès la concurrence étrangère ?
BOURDON (Mathieu) - Intérêts moraux et matériels d’Elbeuf - Annuaire des cinq départements, 1863, pp. 304-468.

113 Enquête sur le traité de commerce de I860, op. cit., t. III, pp. 45 et suiv. Déclaration de Jules May : « De petites entreprises peuvent tenir grâce à leurs conditions d’existence,... le chef de maison est son propre contremaître... ». En 1858, 20 500 broches dans les 11 filatures.

114 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’Exposition universelle, op. cit., pp. 56-57.

115 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, circulaire du 15 octobre 1884. Industrie drapière, mouvement industriel et commercial de l’agglomération elbeuvienne de 1852 à 1884, rapport de l’inspecteur départemental, 14 novembre 1884.

116 L’inspecteur du travail a décrit le circuit le plus compliqué qui pût exister mais toutes les études sur l’industrie d’Elbeuf ont souligné la multiplicité des travaux à façon.
TURGAN (Julien) - Les grandes usines de France, op. cit., t. V (1865) ; Charles Flavigny. pp. 55-128 ; p. 66 : « Il suffit à la plupart des fabricants d’un comptoir et d’un magasin pour une installation provisoire qu’ils peuvent céder le jour où il leur plaît... ».

117 TURGAN (Julien) - Les grandes entreprises, op. cit., p. 66 : « Ce perpétuel va-et-vient de la laine, des fils, des draps soit en toile, soit en feutrés constitue un véritable préjudice pour toute la fabrique d’Elbeuf en fournissant l’occasion de détournements faciles et empêchant le secret des dessins de nouveautés... ».

118 Enquête sur le traité de commerce avec l’Angleterre.... op. cit. Déclaration de Chennevière, p. 129 et suiv.
A. N„ F 12 2370, 2374. Mémoire d’Emile Dufay, tisserand à Elbeuf, début de mars 1862 : « A deux ou trois exceptions près, les fabricants sont des marchands... La multiplication des travaux et le nombre des mains par lesquelles passe le travail, entraînent des frais énormes... ». A. D. S-M., M, Industrie et commerce, circulaire du 15 octobre 1884. Inspecteur du travail, 25 décembre 1884 : « Les fabriques, filatures, teintures et apprêts doivent avoir une importance, une organisation telles que l’on puisse diminuer les frais généraux... et partout la manutention, qui entrent pour moitié au moins dans la valeur du drap... ».

119 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’Exposition universelle, op. cit., pp. 49-50.

120 A. D. S-M., M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle de la Seine-Inférieure. Il conviendrait d’ajouter 800 ouvriers à Saint-Aubin, 800 à La Londe et 600 à Oissel.

121 A D. S-M., M. Situation industrielle. 1861-1865 - Rapport de la chambre de commerce d’Elbeuf, 1er trimestre 1861.

122 Précis de la statistique générale d’Elbeuf - Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1843, p. 375 et suiv.

123 Rapport du comité cantonal d’Elbeuf à la commission impériale d’Exposition universelle, op. cit., p. 51 : « Si la concentration intérieure du travail a eu ses avantages, ils ont été et sont encore inséparables de sérieux inconvénients. Les mauvais jours de 1848 en ont fourni de tristes exemples. Les coalitions et les grèves... germent et se développent plus rapidement, là où les travailleurs communiquent entre eux et sont en contact permanent, là où les excitations mutuelles n’éprouvent aucune gêne et où les entraînements peuvent à l’occasion des salaires faire l’effet d’une traînée de poudre ».

124 A. D. S-M., M, Commerce, réforme agricole et industrielle et commerciale, affaires générales. Lettre d’un tisserand au préfet, lui demandant d’autoriser une réunion des tisserands « pour maintenir les prix de façon ». 18 mars 1865.

125 L’Industriel elbeuvien, 28 août 1872. Alors que selon ces critères la chambre de commerce dénombre 23 300 employés de la fabrique elbeuvienne, l’Industriel elbeuvien donne le chiffre de 60 000 (32 000 hommes, 23 000 femmes. 5 000 enfants) !

126 REYBAUD (Louis) - La laine - Mémoires de l’Académie des sciences morales et politiques, t. XVII, 1864, p. 125.
L’auteur note que le tissage des nouveautés exigeait « une élite qui tranchait avec le reste par un art supérieur », un état-major de dessinateurs, parfois associés à l’entreprise, de monteurs, piqueurs de cartons, liseurs qui disposaient les armures, échantillonneurs ; c’étaient « les enfants de la maison » des grands établissements.

127 C’est l’afflux des ouvriers du dehors entre les recensements de 1831 (10 258 habitants) et de 1846 (16 318) qui aggrave les conditions déplorables du logement à Elbeuf. La commission de salubrité d’Elbeuf, créée en 1849, a insisté en particulier sur l’absence totale d’hygiène des « cours » où s’entassaient les ouvriers. Cf A. M. Elbeuf. Rapports de février 1849.

128 A. D. S-M., M, Administration des contributions directes, archives du contrôle de Rouen.... 1846-1880, Elbeuf : « A Orival, soir et matin les deux tiers de la population... hommes et femmes viennent dans les fabriques. On peut citer cette commune comme l’une des plus pauvres de la contrée. L’exiguïté de son territoire arable ne laisse point de place à l’ouvrier pour y cultiver un coin de terre près de sa maison... Elle ne doit de conserver ses habitants qu’au moyen de s’y loger à bon compte dans de mauvaises cabanes ou de vieilles maisons construites à une époque où ils jouissaient en propre d’une certaine vie industrielle...

129 AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières et les industries de la France, op. cit., t. I. p. 86.

130 L’Industriel elbeuvien, 11 septembre 1872. Enquête ouvrière de 1872, rapport de Nosegay ; 1er novembre 1872, commentaires du tisserand Piéton : « Les cultivateurs prêtaient ou louaient leur outillage soit en échange d’une semaine de travail, soit en faisant payer le labourage mais, abusant de la situation, refusaient parfois de fournir aux ouvriers les moyens de récolter et les contraignaient ainsi à vendre leur production dans des conditions désavantageuses ».

131 ALLARD (Paul) - Le travail des enfants dans les manufactures - Bulletin des travaux de la Société libre d’Emulation de la Seine-Inférieure..., 1868-1869.

132 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, inspection du travail des enfants dans les manufactures (affaires diverses).
Le travail de nuit était également interdit aux enfants de moins de 13 ans. Afin de permettre le contrôle de ces dispositions, le chef d’établissement devait afficher dans chaque atelier le texte de la loi, tenir un registre spécial des enfants qu’il employait ; chaque enfant serait pourvu d’un livret remis par le maire de la commune.

133 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, inspection du travail des enfants. Rapport du 15 juillet 1852, autre rapport sans date (1860 ?).

134 Ibid. Préfet, 5 novembre 1855.

135 Ibid. Préfet, 14 janvier 1851.

136 Ibid. C.c. police de Rouen. 10 juillet 1852.

137 Ibid. Lettre de Fauquet, maire de Bolbec, 1842 ; préfet, 5 novembre 1855.

138 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, inspection du travail. C.c. police, 10 juillet 1852.

139 Ibid. Le décret du 7 décembre 1868 confia la surveillance du travail des enfants aux ingénieurs des mines. En 1869, l’inspection fut rattachée au ministère de l’Agriculture et du Commerce mais les anciens inspecteurs maintenus en fonction.

140 Ibid. La statistique de 1848 ne mentionnait que 9 enfants de moins de 8 ans, dont 2 dans l’arrondissement de Rouen, travaillant dans les ateliers ou fabriques auxquels se rapportait la loi de 1841.

141 Ibid. Inspecteur du travail, 16 juillet 1867 ; selon l’inspecteur du travail, « des registres seraient prochainement tenus à jour... » et le texte de la loi affiché dans les ateliers.

142 Ibid. Inspecteur du travail, 24 août 1867.

143 Ibid. Inspecteur du travail, 18 juillet 1867 : « Le simple aspect des rattacheurs occupés au travail de nuit m’a attristé. La première impression a été pénible, j’allais dire navrante ».

144 Ibid. D’après la loi de 1841, les enfants admis dans un établissement industriel devaient fréquenter une école publique ou privée ; rapports du 16 juillet 1867, 2 août 1868, 27 juillet 1869.

145 Ibid. Inspecteur du travail, 15 juillet 1867 ; l’école était fréquentée par 151 enfants ; l’usine employait au total 550 ouvriers.

146 Ibid. Inspecteur du travail, 29 juin 1870 ; 68 inscrits, l’établissement occupait 38 enfants. D’autres industriels, dont Pouyer-Quertier, auraient essayé de créer des écoles mais y avaient renoncé faute d’élèves.

147 ALLARD (Paul) - Le travail des enfants dans les manufactures-Bulletin de la Société d’Emulation de la Seine-Inférieure, op. cit. ; remarques de l’industriel Keittinger.

148 L’âge décisif semble avoir été celui de la première communion à laquelle tenaient beaucoup les parents quelle que fût leur pratique religieuse habituelle. Cf rapports des 6 avril et 18 juillet 1867 et aussi AUDIGANNE (Armand) - Les populations ouvrières, op. cit., p. 61 ; VAUGHAN (Ernest) – L’Aurore. 21 novembre 1902.

149 A. D. S-M., M, Industrie et commerce, inspection du travail. Les deux tableaux ne sont pas exactement comparables. Dans celui du 1er janvier 1848, les délimitations des faubourgs de Rouen ne sont pas précisées ; il est vraisemblable d’autre part, qu’un certain nombre d’établissements d’Elbeuf ont été omis.

150 Statistique générale de la France, 1re série, 4e partie - Industrie. Paris 1847-1852, t. III.

151 A. D. S-M., M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle de la Seine-Inférieure. 16 novembre 1855.

152 A. D. S-M., M, Dénombrement décennal de l’industrie, enquête de 1860.

153 A. D. S-M., M. Enquête parlementaire sur les conditions de travail en France, 1872. Rapport de Lamer (22 septembre 1872), rapport du c.c. de police de Rouen (24 août 1872).

154 A. D. S-M.. M. Travail des enfants dans les manufactures. Inspection du travail, 15 juillet 1867 : « Les enfants enlèvent les bobines pleines pour les remplacer par des bobines vides... Sur un coup de sifflet de l’un des surveillants, ils se précipitent dans l’allée principale. Là, on leur indique le point où doit être exécuté le travail qu’ils ont à faire ! ».
Les rattacheurs étaient généralement engagés et payés par les fileurs eux-mêmes et n’avaient donc pas de rapports directs avec le manufacturier.

155 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures. 1854-1856. L’enquête de 1855 mentionne pour Buddicom 1 400 hommes et 100 enfants, pour Malétra 250 hommes, 2 femmes et 8 enfants.

156 Comptes rendus des travaux de la Chambre de commerce de Rouen. 1867-1868, pp. 99-119. Travail des enfants dans les manufactures.

Table des illustrations

Titre Les établissements cotonniers en Seine-Inférieure (1847-1876)
Légende Note 2020Note 2121Note 2222
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Filatures de la région de Rouen (1859) et nombre de broches34
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Effectifs des ouvriers dans les filatures38 de l’arrondissement de Rouen
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Les tissages de coton de l’arrondissement de ROUEN en 1859 (nombre de métiers)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fabriques d’indiennes (d’après le nombre d’ouvriers)
Légende Note 5555
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Les principaux établissements métallurgiques dans la région de ROUEN (nombre d’ouvriers)65
Légende Note 6666
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Population des communes industrielles de l’agglomération de ROUEN
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Population des cantons de l’arrondissement de ROUEN
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Les industries de Darnétal (nombre d’établissements et d’ouvriers)82
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Population ouvrière travaillant à ROUEN (1 855)87
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Population des communes ouvrières de l’agglomération d’ELBEUF
Légende Note 103103
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Production de tissus dans l’agglomération d’ELBEUF (en nombre de pièces)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Etablissements industriels d’ELBEUF107
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Les principales fabriques de tissus d’ELBEUF (1855)114
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Ouvriers de la fabrique d’ELBEUF
Légende Note 119119Note 120120Note 121121
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Nombre d’enfants employés dans l’industrie (établissements soumis à la loi de 1841)149. 1er janvier 1848
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 1866
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pourcentage d’hommes, de femmes et d’enfants dans l’industrie textile
Légende Note 150150Note 151151Note 152152Note 153153
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8281/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540