Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Première partie. L'industrie et les ouvriers au début du second empire (1852-1859)

L’industrie et les ouvriers au début du second empire

Texte intégral

1En 1840, Villermé résumait ainsi l’activité économique de la Seine-Inférieure : « Les principales branches de l’industrie manufacturière dans le département... l’un des plus industriels, des plus commerçants, des plus riches de la France, et le plus populeux après ceux du Nord et de la Seine, sont la filature, la teinture du coton et de la laine et le tissage des étoffes que l’on fait avec les deux substances...

  • 1 VILLERME (Louis-René) - Tableau de l’état physique et moral des ouvriers - Paris 1840. 2 vol., 446 (...)

2« ... M. le baron Dupont-Delporte, préfet de la Seine-Inférieure, m’a dit en décembre 1835, que le nombre des ouvriers en coton et en laine de son département était d’environ 130 000, sur lesquels il fallait en compter 106 000 à Rouen et dans un très petit rayon autour de cette ville. Ce serait, relativement à la population totale du département, 1 sur 5 individus et demi. Enfin, si j’en crois plusieurs personnes, il n’y en a pas loin de 50 000 à Rouen, c’est à peu près la moitié de la population attribuée à cette ville... »1.

  • 2 GILLE (Bertrand) - Les sources statistiques de l’histoire de France des enquêtes du XVIIe siècle à (...)

3La situation ne s’était pas sensiblement modifiée vers 1850. Cependant, il est difficile d’établir avec précision quelle était la part de chacune des branches de l’industrie ; les sources statistiques dont nous disposons sont incomplètes et parfois même contradictoires2.

LES GRANDES ENQUETES DE LA STATISTIQUE GENERALE DE LA FRANCE

  • 3 Statistique générale de la France, industrie. 1840-1845 - Paris 1847-1852. 4 vol. (t. III. Seine-In (...)

4L’enquête industrielle de 1840-1845 devait fournir la liste des entreprises avec le nombre d’ouvriers (hommes, femmes, enfants), le montant des salaires, la force motrice employée... Mais des lacunes très graves apparaissent, dont il n’est pas tenu compte dans les totaux par arrondissement ou département. Ainsi, à Oissel sont mentionnées deux filatures de coton, avec 126 ouvriers, alors qu’il en existait une cinquantaine ; plus grave encore, l’industrie d’Elbeuf est complètement ignorée : deux imprimeries seulement et 17 ouvriers, mais aucune filature ni aucun tissage de laine !3.

L’enquête industrielle de 1861-18654

  • 4 Statistique générale de la France, industrie, résultats généraux de l’enquête effectuée dans les an (...)
  • 5 Réponse (non datée) de Narcisse Crepel. filateur de Petit-Quevilly. « Il me parait inutile de répon (...)

5Entreprise après la conclusion des traités de commerce, elle aurait dû être réalisée avec grand soin : la circulaire ministérielle du 22 novembre 1860 prévoyait que les bulletins individuels remplis par les manufacturiers seraient envoyés aux présidents des commissions de statistiques cantonales, puis contrôlés par les commissions d’arrondissement ; une commission centrale siégeait à Rouen. Mais de nombreux industriels méfiants sabotèrent l’enquête en ne répondant pas ; le préfet envoya des lettres de rappel sans grand succès. A la le ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics priait encore le préfet de faire de nouveaux efforts : « Sous l’influence des préoccupations qui ont suivi l’inauguration du nouveau régime commercial de la France, un assez grand nombre de manufacturiers de votre département et en de Rouen ont négligé ou refusé de remplir le bulletin qui leur avait été envoyé par vos soins... » ; à Rouen, en effet, sur 409 industriels, 217 seulement avaient répondu ! Quelques récalcitrants cédèrent à cette nouvelle sollicitation. L’enquête cependant resta incomplète ; d’autre part, il n’est pas certain que tous les intéressés aient donné exactement des renseignements sur la situation de leurs entreprises en 1860, comme on le leur demandait5.

La statistique régulière

  • 6 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865, 1866-1870. Cf aussi A. N., F 1 2 4476 (C. D. E. F) (...)

6Aux rapports trimestriels des préfets sur la situation industrielle sont joints des tableaux statistiques sur le nombre d’établissements et d’ouvriers dans les arrondissements de Dieppe, Le Havre, Neufchâtel et Yvetot ; par contre, pour l’arrondissement de Rouen, il n’est fait mention que d’Elbeuf et de sa banlieue6. Ces documents peuvent parfois être complétés par la correspondance des procureurs généraux.

Les enquêtes spéciales

  • 7 A. N.. C 943 à 969. Il existe aux Archives nationales (F12 4476 0 une statistique de l’industrie te (...)

7L’enquête de 1848 sur le travail n’a laissé aucun résultat concernant la région de Rouen7.

L’enquête de la division militaire (1855)8

  • 8 A. D. S-M.. M. Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle du (...)
  • 9 Il s’agit du nombre d’ouvriers employés dans les communes. A Elbeuf. il est supérieur à celui des h (...)

8Le 1er octobre 1855, le général commandant la 2e division militaire demanda aux maires des communes où se trouvait une population ouvrière agglomérée de lui fournir des renseignements sur les diverses activités industrielles, l’effectif de la population ouvrière (hommes, femmes et enfants), les salaires moyens par catégorie. Les résultats sont complets, mais difficiles à interpréter : dans certaines communes, on a inclus les journaliers agricoles, les bûcherons, ailleurs les artisans, boulangers (Barentin), épiciers et aubergistes (Buchy) et parfois les ouvriers malades et âgés (La Londe). Et dans ce cas encore les estimations concernant Rouen sont très vagues : 24 500 divers sur 68 500 ouvriers !9, (30 138 sur 117 413 pour l’arrondissement).

L’enquête de la chambre de commerce de Rouen (1869)

  • 10 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton et des produits chimiques dans (...)

9En prévision des débats sur la révision des traités de 1860, la chambre de commerce de Rouen chargea en 1869 une commission de dresser l’état des industries du coton et des produits chimiques. Le rapport présenté par Alphonse Cordier le 19 avril 1869 fournit l’inventaire le plus précis dont nous puissions disposer sur les entreprises de la Seine-Inférieure et de l’Eure en 1859 et 1869, le matériel (broches, métiers à tisser...) qui les équipait, mais aucun renseignement sur le personnel10.

Les rapports des inspecteurs du travail11

  • 11 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, affaires diverses. Etablissements visités (...)
  • 12 A D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1875-1891, statistique industrielle, 1876- (...)

10Créées en 1842, des commissions, composées d’inspecteurs bénévoles, fonctionnèrent irrégulièrement et n’eurent à peu près aucune efficacité ; elles recueillirent cependant des informations statistiques, en particulier en 1854 et 1856, sur le personnel des entreprises, le nombre d’enfants employés, limitées évidemment aux établissements visités (82 en 1856). Avec la nomination d’un fonctionnaire spécialement chargé de l’inspection (1866), les renseignements deviennent plus complets. C’est grâce à un rapport de 1884 que nous pouvons connaître les effectifs et les salaires des ouvriers depuis 187612 dans tous les établissements de la Seine-Inférieure.

L’enquête parlementaire sur les conditions de travail (1872)

  • 13 A. D. S-M.. M, Enquête parlementaire sur les conditions de travail en France (1872), rapports et do (...)

11Les rapports des sous-préfets, des chambres de commerce et des commissaires de police de Rouen et d’Elbeuf ont permis au préfet de la Seine-Inférieure de faire une estimation globale pour le département des ouvriers dans chaque branche d’industrie13.

Les recensements

  • 14 A. D. S-M., M, Recensement de la population.
    Les listes nominatives ont été conservées à partir de 1 (...)

12Les listes nominatives des recensements de Rouen n’existent qu’à partir de 1881 ; cependant, celles de quelques cantons de banlieue ont été conservées depuis 1836, mais les répartitions professionnelles, lorsqu’elles ont été effectuées, restent difficiles à interpréter ; par exemple, comment classer les journaliers ? Le recensement de 1866 présente un intérêt particulier, parce qu’il rappelle le nombre d’ouvriers en chômage pendant la crise de 1861-186514.

13En résumé, ces sources fournissent des chiffres assez nombreux concernant les communes de banlieue, mais beaucoup plus rares pour la ville de Rouen. D’autre part les statistiques, établies selon des méthodes diverses souvent non précisées, ne sont pas comparables et ne permettent pas d’établir l’évolution des industries et des effectifs de salariés.

14Les divergences apparaissent par exemple lorsque l’on compare les résultats de l’enquête de la division militaire (1855) et la statistique de 1862, établie par le procureur général sur la situation « normale » des principales industries de la Seine-Inférieure, c’est-à-dire avant la crise de la guerre d’Amérique.

  • 15 On peut rapprocher ces chiffres de ceux qui ont été cités par Reybaud pour l’arrondissement de Roue (...)

15Il est certain que ceux de 1862 sont sous-estimés pour le tissage de la laine (toutes les autres sources évaluent à plus de 20 000 le nombre des ouvriers du rayon d’Elbeuf) ; l’enquête, de plus, néglige certaines industries de l’arrondissement : la filature de lin, les huileries...15.

  • 16 A. D. S-M.. M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population ouvrière (1855) (...)

Enquête de la division militaire (1855)16
Arrondissement de Rouen

Filature de coton

18 511

Tissage du coton

18 424

Indiennes

3 871

Teinturerie et apprêts

5 749

Filature de la laine

1 257

Tissage de la laine

21 943

Fonderie

3 750

Constructions mécaniques

13 710

Industries chimiques

260

Activités diverses

30 138

TOTAL

117 613

  • 17 A. N.. BB 30 387. Procureur général. 1er avril 1862. Le procureur ne compte vraisemblablement que l (...)

Situation des ouvriers des principales industries en temps normal17 - Arrondissement de Rouen

Filatures de coton

15 017

Tissage mécanique

3 034

Tissage à la main

1 372

Indiennes

2 922

Dentelles

285

Blanchisserie

664

Teinturerie

1 910

Tissage de la laine

11 422

Métallurgie

2 798

Industrie chimique

615

TOTAL

40 039

16Par contre, l’enquête de 1855 paraît avoir exagéré le nombre des ouvriers de l’industrie en retenant, comme nous l’avons vu, des artisans, des ouvriers agricoles (180 à Oissel, 600 à Grand-Couronne). Pour le tissage du coton, elle inclut les tisserands à bras et dans les activités diverses, tous les travailleurs à domicile.

17Ces statistiques, cependant, permettent d’estimer l’importance relative des principales industries de la région :

  • la place prépondérante de la filature, du tissage du coton et des activités annexes (impression, blanchisserie, teinturerie...) qui emploient ensemble la moitié des ouvriers ;

  • l’importance de l’industrie de la laine - surtout du tissage - qui en occupe 1/5e à 1/4 ;

  • enfin la place non négligeable de la fonderie et des constructions mécaniques.

Notes

1 VILLERME (Louis-René) - Tableau de l’état physique et moral des ouvriers - Paris 1840. 2 vol., 446 et 451 p. - t. I, p. 135.

2 GILLE (Bertrand) - Les sources statistiques de l’histoire de France des enquêtes du XVIIe siècle à 1870 - Genève. Paris 1964. 288 p.

3 Statistique générale de la France, industrie. 1840-1845 - Paris 1847-1852. 4 vol. (t. III. Seine-Inférieure).

4 Statistique générale de la France, industrie, résultats généraux de l’enquête effectuée dans les années 1861-1865 - Nancy 1873.
A. D. S-M.. M. Dénombrement décennal de l’industrie, enquête de 1860. Cette liasse contient les bulletins individuels des industriels qui ont consenti à répondre à l’enquête, en particulier les constructeurs mécaniciens de Rouen, les manufacturiers de plusieurs communes du Cailly et de Darnétal.

5 Réponse (non datée) de Narcisse Crepel. filateur de Petit-Quevilly. « Il me parait inutile de répondre à ces diverses demandes : le gouvernement devant être assez éclairé par enquête qu’il a faite l’année dernière et qui a dû lui montrer suffisamment que l’industrie française du coton n’est pas en état de lutter contre l’industrie anglaise ».
CORNEILLE (A) - La Seine-Inférieure industrielle et commerciale - Rouen 1873. 547 p. L’auteur semble utiliser, pour la laine seulement, une statistique de 1870 dont il n’indique pas l’origine.

6 A. D. S-M., M. Situation industrielle 1861-1865, 1866-1870. Cf aussi A. N., F 1 2 4476 (C. D. E. F). 4477. 4478 (A et B). 4537.

7 A. N.. C 943 à 969. Il existe aux Archives nationales (F12 4476 0 une statistique de l’industrie textile par arrondissement (1er mars 1848) qui a été publiée par REYBAUD (Louis) - Le coton, son régime, ses problèmes - Paris 1863, 459 p., pp. 395-404.
Cette statistique de 1846-1847 a été établie par un industriel François Depeaux.

8 A. D. S-M.. M. Renseignements statistiques sur les principaux centres de population industrielle du département de la Seine-Inférieure (16 novembre 1855).

9 Il s’agit du nombre d’ouvriers employés dans les communes. A Elbeuf. il est supérieur à celui des habitants de la ville, à cause des travailleurs de l’extérieur.
L’enquête demandait également des appréciations du maire sur l’esprit politique de ses administrés ; elles sont en général très sommaires.

10 CORDIER (Alphonse) - Exposé de la situation des industries du coton et des produits chimiques dans la Seine-Inférieure et dans l’Eure 1859-1869 - Rouen 1869. 170 p.

11 A. D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, affaires diverses. Etablissements visités dans l’arrondissement de Rouen, 1854 et 1856.

12 A D. S-M., M, Travail des enfants dans les manufactures, 1875-1891, statistique industrielle, 1876-1884.

13 A. D. S-M.. M, Enquête parlementaire sur les conditions de travail en France (1872), rapports et documents. Cf aussi A. N., C 3024 et 3026.

14 A. D. S-M., M, Recensement de la population.
Les listes nominatives ont été conservées à partir de 1836 pour les cantons d’Elbeuf, Grand-Couronne, Maromme et Pavilly, de 1841 pour le canton de Darnétal, mais celles de 1872 manquent pour l’ensemble de l’arrondissement de Rouen.

15 On peut rapprocher ces chiffres de ceux qui ont été cités par Reybaud pour l’arrondissement de Rouen (1846-1847) : Tissage du coton. 3 475 ouvriers (y compris l’arrondissement de Dieppe, moins de 200 ouvriers) ; Filature de la laine, 1 000 ; Tissage de la laine, 9 084 ; Pour les indiennes, 7 000 ouvriers (30 700 dans les arrondissements de Rouen et du Havre).

16 A. D. S-M.. M, Renseignements statistiques sur les principaux centres de population ouvrière (1855).
La statistique ne distingue que rarement les tisserands à bras : 247 à Barentin...
557 ouvriers étaient employés dans les filatures de lin (92 à Barentin, 465 à Petit Quevilly).
La construction mécanique comprend probablement tous les petits artisans.

17 A. N.. BB 30 387. Procureur général. 1er avril 1862. Le procureur ne compte vraisemblablement que les ouvriers travaillant en usine sauf pour le tissage à la main ; dans ce cas, il ne retient que le nombre des chefs de famille.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540