Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Introduction

Texte intégral

  • 1 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile au temps du Second Empire. Paris 1956, 534 p. SUZUKI (Hiromas (...)

1Au milieu du XIXe siècle, Rouen et Elbeuf constituaient l’une des principales agglomérations industrielles de France1 : l’arrondissement de Rouen comptait 317 000 habitants au recensement de 1851. Les ouvriers représentaient environ un tiers de cette population selon une statistique de l’autorité militaire qui soulignait les dangers de cette concentration. Aux élections d’avril 1848, la démocratie sociale obtint 40 % des suffrages dans les principales communes ouvrières et c’est à Rouen et à Elbeuf qu’éclatèrent les premières graves émeutes qui suivirent la Révolution de février.

2Mais en 1851 l’opposition républicaine et le mouvement ouvrier se trouvèrent réduits à l’impuissance et le coup d’Etat du 2 décembre ne provoqua aucune réaction sérieuse.

3En 1876, la situation paraissait à peu près semblable : les associations ouvrières avaient disparu et les radicaux ne présentaient plus de candidats aux élections depuis 1871.

4Pourtant à la fin de l’Empire le mouvement ouvrier avait connu quelques années d’intense activité : Rouen fut alors l’un des principaux foyers de l’Association internationale des travailleurs ; avant Paris, Lyon ou Marseille, il s’y constitua la première fédération ouvrière de France. Et si la ville ne fut pas troublée par des mouvements insurrectionnels après la chute de l’Empire, d’importantes grèves éclatèrent à la fin de 1871.

5Trois séries de problèmes peuvent être posés pour l’histoire du mouvement ouvrier rouennais.

1 - LES ASSOCIATIONS OUVRIERES, LE ROLE DE L’A. I. T. A ROUEN

6A son apogée, au début de 1870, l’organisation ouvrière rouennaise se confond avec l’Internationale.

  • 2 La Première Internationale. Recueil de documents publié sous la direction de Jacques Freymond - Gen (...)
  • 3 ROUGERIE (J.)-La Première Internationale à Lyon (1865-1870), problèmes d’histoire du mouvement ouvr (...)

7De très nombreux ouvrages ont paru au sujet de l’A. I. T., de ses congrès et de ses conflits idéologiques. Mais les historiens de l’Internationale ont souligné l’intérêt de l’histoire, encore incomplète, des sections ou fédérations régionales : « Une connaissance de la vie du mouvement dans chaque pays est aussi nécessaire à la compréhension de l’évolution de l’Association que les discussions au niveau international... »2. « Ne faudrait-il pas... se demander, pour commencer, comment réagissent à la base les simples adhérents, les masses ouvrières, avant de s’adresser aux ténors et aux idéologues du mouvement ? Etudier une section ou plusieurs, le milieu social et socialiste dans lequel elle vient à naître, son recrutement, le nombre, la nature de ses adhérents, comment ses adhérents entendaient d’en bas le socialisme, quelles influences originales leurs délégués apportaient dans les congrès et seulement enfin comment les grandes directives que définissent les congrès ont retenti en ce milieu précis ?...Ce faisant, il est possible qu’on coure le risque de disperser l’étude de l’Internationale en celle de diverses expériences socialistes nationales, comme on dirait aujourd’hui, ou même régionales... Même à ce risque, il est indispensable de retremper une bonne fois de grandes questions qu’on a trop facilement tendance à abstraire, dans la vie concrète des sections pour y déceler leur signification véritable... »3.

8Une approche rapide révèle l’originalité de l’A. I. T. à Rouen.

  1. L’A. I. T. n’a pas connu comme à Lyon ou Paris deux phases de développement séparées par une crise mais une progression lente jusqu’en 1868 puis un brusque essor en 1869. Elle n’a donc pas rencontré les mêmes types d’obstacles que les autres sections.

  2. Du point de vue de l’idéologie, la Fédération rouennaise a subi initialement l’influence prédominante du mutuellisme proudhonien, mais celui-ci a dû s’adapter aux nouvelles conditions des luttes politiques et sociales. Cette évolution peut être suivie avec précision grâce aux nombreuses publications d’Emile Aubry, secrétaire de correspondance de la Fédération, délégué aux congrès de Genève, Lausanne, Bruxelles et Bâle, qu’Albert Richard a considéré comme l’un des principaux fondateurs de l’Internationale et propagateurs du socialisme en France. Quelle attitude la Fédération a-t-elle adoptée au milieu des controverses qui ont ébranlé l’A. I. T. ? Comment a-t-elle réagi devant les événements de 1870-1871 ?

2 - LE MILIEU OUVRIER

9Les industriels rouennais ont voulu expliquer l’agitation sociale et les grèves par l’action concertée des meneurs de l’Internationale. La réalité est bien différente et fait apparaître des mouvements spontanés antérieurs même à la création de la Fédération - le comportement des ouvriers et la manifestation des revendications variant d’ailleurs avec les professions et les localités.

10Il faut donc essayer de déterminer l’influence de la structure des établissements : si la région de Rouen est dominée par l’industrie textile, le coton à Rouen et dans les villes voisines, la laine à Elbeuf, les types d’entreprises sont très divers : artisans dépendant de grands manufacturiers à Elbeuf, filatures ou tissages familiaux de la vallée du Cailly, grandes usines modernes de Sotteville ou de Saint-Etienne-du-Rouvray.

11Puis celle du cadre géographique : aux ouvriers du Cailly ou de la Sainte-Austreberthe encore plus ou moins attachés au milieu rural s’opposent ceux de la rive gauche de la Seine qui en sont presque complètement isolés.

12Enfin la conjoncture économique a été très diversement ressentie selon les branches d’industrie. La guerre de Sécession crée de graves difficultés à l’industrie du coton mais contribue à la prospérité d’Elbeuf. Malheureusement les conséquences des crises sur la condition ouvrière, le salaire et l’emploi ne peuvent être rigoureusement analysées : faute de séries statistiques, il est impossible d’établir les courbes de l’évolution des salaires - qui différent d’ailleurs selon les types d’entreprises-, ou des prix - qui varient d’une commune à l’autre (en particulier les loyers). Cependant en suivant de près les rapports des préfets, procureurs généraux et commissaires de police, on peut dégager l’influence exercée sur l’état d’esprit des ouvriers par les fluctuations des salaires au cours des crises (1853-1857, 1861-1865...) ou le problème de l’emploi résultant de la concentration dans l’industrie cotonnière à la fin de l’Empire ou dans l’industrie de la laine au début de la IIIe République.

3 - MOUVEMENT OUVRIER ET DEMOCRATIE SOCIALE

13Tous les témoignages confirment que les conservateurs et l’Eglise, malgré leurs efforts, n’ont exercé qu’une faible influence politique sur les ouvriers ; par contre l’étude des rapports de l’Internationale et de la démocratie sociale présente à Rouen un intérêt particulier.

  • 4 Nous avons dressé les cartes des résultats en pourcentage de votants et non d’inscrits. Le nombre d (...)

14La Fédération rouennaise s’efforça de regrouper les travailleurs pour une action économique autonome alors que, depuis vingt ans, ceux-ci se montraient fidèles au parti démocratique. Grâce aux nombreux scrutins, il est possible d’évaluer la pénétration du courant démocratique dans les cantons et communes industriels, variable selon les types d’élections, législatives, cantonales ou communales (ces dernières étant parfois d’interprétation malaisée à cause des listes de coalition)4.

15La démocratie sociale telle quelle s’était définie en 1849 ne constituait pas un parti de classe ; elle rassemblait des bourgeois, des paysans, des artisans et la majorité des ouvriers d’usine.

16Au contraire, l’A. I. T. entendait lutter contre le jacobinisme qui amènerait au pouvoir les éléments socialement les plus favorisés. D’où le conflit entre les deux mouvements, particulièrement en 1869 avec la candidature d’Aubry au Corps législatif.

17Mais en 1870 l’Empire libéral combat désormais à la fois les démocrates et les socialistes. Comment les uns et les autres ont-ils réagi contre les poursuites, puis accueilli le gouvernement de la Défense nationale ?

18Rouen va traverser ensuite une période troublée, l’invasion, l’occupation allemande, de décembre 1870 à juillet 1871. Jeanne Gaillard (Communes de province, Commune de Paris, 1870-1871)a posé le problème des rapports entre les radicaux de province et la Commune de Paris. Si la présence des Allemands à Rouen suffisait à interdire la proclamation d’une Commune, quel appui cependant radicaux et internationaux envisagèrent-ils d’apporter à la capitale ?

19Dernière question enfin. Alors que la répression judiciaire fut limitée, comment expliquer l’effacement de la démocratie sociale et du mouvement ouvrier de 1871 à 1876 ?

LES LIMITES GEOGRAPHIQUES

20Pourquoi limiter cette étude à la région de Rouen alors que la filature et le tissage du coton s’étendent vers l’Eure (vallées de la Risle et de l’Andelle) et qu’il existe également des industries au Havre. C’est que l’arrondissement présente aussi bien pour l’étude de la démocratie sociale que pour celle de l’A. I. T. une homogénéité qui l’oppose aux autres régions de Haute ou de Basse-Normandie.

21Du point de vue politique, Cord’homme, ferme partisan de la démocratie, reconnaissait qu’en 1851 celle-ci n’avait rien à espérer dans la plus grande partie de la Normandie « toujours à la tête de la réaction ». Le Havre même, qui avait voté pour Cavaignac en 1848, se montrait alors plutôt favorable à la République libérale. L’arrondissement de Rouen représentait donc le seul groupe de cantons démocrates de toute la Normandie.

22De même l’influence de l’A. I. T. n’avait pratiquement pas dépassé les limites de l’arrondissement. Les premiers contacts, sans résultats d’ailleurs, ne furent pris avec Le Havre qu’au début de 1871. L’Internationale n’a fait qu’une fugitive apparition dans l’Eure à la fin de 1869 et au début de 1870 ; les sections signalées en Basse-Normandie en 1865 ou 1866 : Caen, Lisieux, Condé-sur-Noireau, Granville ne semblent avoir connu qu’une existence fragile. L’Internationale en Normandie apparaît donc essentiellement comme un phénomène rouennais et elbeuvien.

LES SOURCES

23Si, comme nous l’avons vu, la documentation économique est incomplète, les sources concernant l’Internationale et la démocratie sociale sont nombreuses mais très dispersées.

24Certes des documents essentiels ont disparu - ainsi les procès-verbaux de l’A. I. T. signalés chez Marque en 1872 ou les papiers de Vaughan et d’Aubry. Mais les souvenirs de Cord’homme ont paru dans le Progrès social et ceux de Vaughan, partiellement, dans l’Aurore.

25Pour le second Empire, nous disposons des nombreux rapports de police, en particulier ceux de l’indicateur Philippon (1856-1862).

26La presse consacre beaucoup d’articles à la vie politique et sociale à partir de 1867. Le Journal de Rouen a d’abord soutenu l’A. I. T. par sympathie pour le mouvement coopératif ; ensuite le Nouvelliste, conservateur, pour diviser les républicains ; par contre le Progrès de Rouen, radical, ne s’intéresse qu’au mouvement démocratique. Enfin, la Fédération rouennaise publie son propre hebdomadaire : la Réforme sociale de janvier à juillet 1870.

27Des documents sur les corporations ouvrières existent à la Bibliothèque nationale, à l’Institut Feltrinelli de Milan et à l’Institut du Marxisme-Léninisme de Moscou ; les minutes du Conseil général de l’A. I. T. conservées à Londres et récemment publiées renferment un certain nombre d’allusions concernant la section de Rouen.

28Enfin les archives de Bruxelles (archives de la Ville et archives du Royaume) permettent d’étudier les rapports entre les proscrits et Rouen.

29Nous avons rassemblé, en annexe, les principaux documents qui peuvent être utiles à la connaissance du mouvement ouvrier français et de la Première Internationale.

Notes

1 FOHLEN (Claude) - L’industrie textile au temps du Second Empire. Paris 1956, 534 p. SUZUKI (Hiromasa)-L’évolution de l’industrie cotonnière dans la région rouennaise au XIXe siècle (1789-1880) - Rouen 1959. 208 p. dactylographiées, A. D. Seine-Maritime.

2 La Première Internationale. Recueil de documents publié sous la direction de Jacques Freymond - Genève, 4 vol. , 1962-1971, t. I. p. V.

3 ROUGERIE (J.)-La Première Internationale à Lyon (1865-1870), problèmes d’histoire du mouvement ouvrier français. Annali dell’Istituto G. Feltrinelli. 1961, pp. 126-127.

4 Nous avons dressé les cartes des résultats en pourcentage de votants et non d’inscrits. Le nombre d’inscrits manque parfois (élections de 1871). Mais surtout les listes électorales ne présentent aucune garantie d’exactitude, ce qui fut d’ailleurs signalé par les démocrates. Voici deux exemples : à Rouen, le nombre d’inscrits tombe de 30 358 (1848) à 19 161 (1869) alors que la population n’a pratiquement pas varié. Avant les élections de 1869 le maire d’Elbeuf aurait procédé à la radiation de 1 500 noms d’électeurs qu’il considérait disparus ! Plusieurs dizaines d’entre eux protestèrent vivement.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540