Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mouvement ouvrier dans la région de Rouen 1851-1876. Tome 1

 | 
Marcel Boivin

Avant-propos

Claude Mazauric

Texte intégral

1Le 15 août 1985, Marcel Boivin nous quittait. Bien au-delà de sa famille et de ses amis, sa disparition prématurée bouleversa étudiants et collègues qui avaient en lui reconnu un homme compétent et généreux, un enseignant toujours disponible et attentif. Pour le signataire de ces quelques lignes d’avant-propos, c’est remplir une tâche d’honneur et répondre au devoir de l’amitié fidèle que de présenter au public, selon le vœu de Madame Boivin, cette Histoire du mouvement ouvrier dans la région de Rouen de 1851 à 1876, méticuleux travail d’historien auquel Marcel Boivin consacra de belles années de sa vie. Car ce grand livre enfin édité, son auteur l’avait présenté et soutenu comme thèse de Doctorat d’Etat ès lettres à l’Université de Rouen le 11 octobre 1975 devant un jury présidé par M. le Professeur Duroselle, de l’Institut, et auquel participait entre autres spécialistes l’inspirateur de sa recherche, Jean Vidalenc, à qui Marcel Boivin était lié par toutes les attaches de l’amitié et du compagnonnage intellectuel et professionnel depuis son entrée à la Faculté des Lettres de Rouen en octobre 1961.

2Collaborateur du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Jean Maitron et de nombreuses autres revues et publications, Marcel Boivin était un chercheur passionné par l’histoire du mouvement ouvrier français, notamment dans la période de constitution de sa sociabilité de classe et de formation des grands dispositifs idéologiques et organiques de la culture ouvrière. C’est dire la grande portée de sa recherche. L’attention que Marcel Boivin portait aux fortes personnalités - comme celle d’Aubry - et aux petits groupes militants ne lui faisait pas perdre de vue l’arrière-plan des mutations économiques et sociales ou des rapports de force qui poussaient le mouvement ouvrier à renforcer son unité ou à connaître la division dans le champ toujours mouvant des luttes sociales, voire politiques. Travailler, comme l’a fait Marcel Boivin sur la Fédération rouennaise de l’Association Internationale des Travailleurs - « La Première Internationale » - n’était pas réduire le champ de l’observation mais en approfondir la connaissance et cela pour deux raisons : en premier lieu parce que l’Internationale était particulièrement bien implantée et active à Rouen et ensuite parce que l’originalité de ses positions, simultanément marquées par le réformisme et le mutuellisme proudhonien et par une forte identité ouvrière, visible dans l’extrême capacité à l’organisation de classe, méritait qu’un historien averti consacrât son talent à l’étudier. La crise terminale de la fédération rouennaise, contemporaine de la répression de la Commune de Paris et de l’éclipse consécutive du mouvement ouvrier français, n’a pas signifié la disparition de la culture socio-politique des ouvriers de l’agglomération rouennaise ; bien au contraire, fondée sur des traditions solides, celle-ci se ressourcera aux luttes nouvelles de la fin du XIXe siècle sans rien abandonner de son héritage.

3Ces quelques indications disent assez l’importance du travail de Marcel Boivin que trop modestement il appelait « contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français et de l’Internationale ». Le second volume offrira aux lecteurs un magnifique recueil de textes et de documents puisés à des sources multiples (Rouen, Milan, Paris, Moscou...) qui viendront à l’appui des analyses de Marcel Boivin, tout entières rassemblées dans le premier volume.

4On doit regretter que le scrupule érudit de l’auteur et les lenteurs de l’édition aient retardé de près de treize ans la publication de cette histoire exemplaire : elle n’en aura peut-être que plus d’originalité paradoxale tant l’histoire du mouvement ouvrier a perdu au cours des deux dernières décennies le prestige qui fut le sien entre 1945 et 1970 ! Bien entendu, les lecteurs des deux volumes publiés par les PUR comprendront que des travaux et ouvrages récents, parus depuis 1983-1984, ne soient pas évoqués dans l’appareil de références d’un ouvrage posthume dont la mise au point assurée par Madame Boivin et Y. Maréc n’a pu légitimement aller au-delà des indications ultimes de l’auteur. Ainsi ne devra-t-on pas s’étonner de ne pas y trouver mention, à propos des origines de la culture ouvrière rouennaise, d’ouvrages récents fort utiles comme le livre de J.-P. Chaline consacré à L’affaire Noiret (1986), ou les fortes pages consacrées par Yves Schwartz (Expérience et connaissance du travail, Paris 1988) à l’analyse de « l’industrialisme ouvrier » à Rouen dans le premier dix-neuvième siècle comme base de la conscience de classe, ou encore, le 1848 à Rouen de Yannick Maréc (Luneray 1988) précisément dédié par son auteur à la mémoire de Marcel Boivin. Mais cette situation n’est-elle pas le propre de toutes les œuvres qui comptent ? Leur actualité tient d’abord à la force des démonstrations et à la qualité des sources exploitées. La thèse de Marcel Boivin est à l’évidence de cette trempe.

5Me le pardonnera-t-on ? C’est aussi la personnalité de l’ami et du collègue, de plusieurs années mon aîné, que je voudrais enfin évoquer. Né en 1921 à Cherbourg de parents instituteurs laïques, Marcel Boivin poursuivit ses études à Caen puis à Paris avant d’enseigner comme professeur agrégé d’histoire, reçu au concours de 1945, à Metz, puis à partir de 1947 au lycée Corneille à Rouen où je le connus, encore chargé de responsabilités professionnelles et syndicales, à la rentrée de 1960. L’extrême attention qu’il portait à son enseignement lui valut d’être professeur de classes préparatoires et ses collègues admiraient que nombre de ses élèves successifs eussent été si souvent mentionnés dans le palmarès du concours général. C’est assez tardivement, à 40 ans, qu’il entra dans l’enseignement supérieur universitaire rouennais alors en voie de constitution. Mais il y prit immédiatement une place fort active de directeur de travaux, efficace et dynamique, constituant à partir de bien peu de chose l’utile bibliothèque de l’Institut d’Histoire, encourageant un nombre croissant d’étudiants et de chercheurs à poursuivre avec lui des recherches sur l’histoire du mouvement ouvrier, non seulement dans la région rouennaise mais dans toute la Haute-Normandie. Professeur d’Université en 1979, professeur émérite en 1984 : les dernières années de Marcel Boivin à la Faculté ont été celles de la reconnaissance tardive par les instances universitaires du zèle d’un enseignant et de la créativité d’un chercheur, que ses collègues, étudiants et amis, avaient, eux, depuis longtemps reconnus. Mais j’en suis convaincu, la vraie justice ne sera rendue à l’historien Marcel Boivin et à son oeuvre que par des lecteurs nombreux et interrogatifs qui découvriront dans son grand livre posthume avec quelle attention fraternelle et respectueuse à la fois, il savait parler, en savant scrupuleux, de l’histoire ouvrière du peuple de Rouen.

6Le 8 juin 1988

Auteur

Directeur de l’Institut d’histoire de l’Université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540