Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Développement du sport en Haute-Normandie

 | 
Jean-Pierre Lefèvre

Clôture du colloque

M. Simon

Texte intégral

1Mesdames et Messieurs, je suis très heureux de vous saluer au nom du Président du Conseil Régional, Roger FOSSE, qui en tant que parlementaire de la Seine-Maritime et Président du Conseil Régional, est retenu ce week-end par toutes sortes de manifestations. Il m'a exprimé son regret de ne pouvoir être des vôtres aujourd'hui et je vous transmets bien sûr tout l'intérêt qu'il porte aux problèmes sportifs. Je salue les personnes présentes que je connais, les personnalités que je ne connais pas, mais j'ai vu la liste, vous êtes trop modeste M. LEFEVRE en disant que c'est un modeste colloque car je crois que vous avez situé le débat à un niveau élevé. Les élus, voyez-vous, sont un peu des généralistes, vous êtes des spécialistes du sport, nous sommes des généralistes et l'avantage des généralistes, c'est que souvent par nécessité, ils s'appliquent à saisir l'essentiel d'un débat en peu de temps et à en retenir les idées forces. J'ai prêté attention aux propos que j'ai entendus notamment aux paroles de M. MICHEL tout à l'heure, qui, soulignant avec juste raison l'importance de situer les événements historiques dans le temps, a mentionné la décentralisation. La décentralisation, vous le savez, a transféré aux collectivités locales et territoriales des responsabilités nouvelles, sans toujours d'ailleurs transférer les ressources correspondantes, mais ceci peut être modifié avec le temps, elle a sensiblement modifié les compétences de chacun. En gros, les écoles, pour nous limiter au domaine éducatif qui s'inscrit dans les préoccupations essentielles de ce colloque, les écoles ont été transférées aux communes, les collèges aux départements, nous en avons 112 en Seine-Maritime, les lycées et la formation aux régions, les universités et l'enseignement supérieur restant à l'Etat. Ceci paraît un peu compligué dans ce maquis administratif, et je suis devant un auditoire d'universitaires et d'étudiants, mais je suis persuadé que vous comprenez très facilement ces choses. En revanche, lorsque nous autres, élus, nous nous adressons souvent à nos administrés, je dois dire que les choses sont beaucoup moins faciles, en réalité il y a encore un cinquième étage administratif dont on ne parle pas mais qui est celui des groupements de communes. C'est donc, voyez-vous, assez compliqué et quelquefois, nos interlocuteurs ne comprennent pas très bien les responsabiltiés incombant à chacun. C'est donc en tant que Conseiller Régional que j'ai le plaisir de m'adresser à vous cet après-midi, pour essayer de vous brosser aussi rapidement que possible, aussi clairement que possible ce que sera au cours des années à venir, la politique de la région de Haute-Normandie en matière de sport.

2Au cours de la session budgétaire de 1987, notre assemblée régionale a décidé de réserver une première enveloppe, je dis que c'est une première enveloppe car c'est une nouveauté, de 3 000 000 de nouveaux francs en autorisation de programme et 1 500 000 F en crédit de paiement, aux actions qui pourraient être initiées dans le domaine sportif. En effet, l'intervention régionale s'était limitée jusqu'à présent à des actions ponctuelles en faveur de bases de loisirs comme celle de Léry-Pose-Tournedos ou de Jumièges et au financement de certaines formations. La région a considéré qu'elle devait rechercher un domaine d'intervention qui lui soit propre, tout en s'intégrant à des actions ponctuelles, tout en s'intégrant dans des actions de l'Etat, des autres collectivités territoriales, en particulier le département de la Seine-Maritime qui, Maître DUCABLE le soulignait à l'instant, fait un gros effort dans le domaine sportif, notamment en faveur des clubs de haut-niveau, et à des degrés divers d'autres collectivités territoriales comme les communes. Nous avons mené pendant plusieurs semaines des travaux de réflexion sur cette question, travaux menés sous la direction de M. Haste, Conseiller Régional et maire de Vernon, et nous allons proposer, très rapidement, le 1er juin très exactement, lors de notre deuxième session de 1987, une politique d'orientation du Conseil Régional dans le domaine sportif. Cette politigue s'orientera dans quatre directions :

  • investissement en faveur des lycées

  • équipement des clubs

  • formation

  • opération médiatique

3L'investissement en faveur des lycées, cela est logique, puisque je vous disais il y a quelques minutes qu'en vertu de la décentralisation, les lycées incombent désormais à la région. Les investissements concernant les lycées dans le domaine sportif, sont donc tout à fait logiques et nous songeons à participer en particulier, au financement des gymnases, dès lors que ceux-ci sont contigués l'établissement et prioritairement utilisés par les élèves. Voyez-vous, je suis personnellement angliciste de formation, j'ai passé un certain nombre d'années de ma vie tant en Angleterre qu'aux Etats-Unis, et je crois qu'il y a été fait allausion par M. MICHEL, il est certain que lorsque l'on compare l'équipement de nos établissements scolaires, notamment les établissements secondaires à ceux que possèdent les Anglais, les Américains, nous avons de quoi être quelque peu mal à l'aise, surtout lorsque en plus nous les recevons pour des compétitions sportives. Alors la région, à son modeste échelon, mais nous l'espérons de manière efficace, va essayer de compenser ce handicap et de participer à l'amélioration de l'infra-structure sportive scolaire, dans les deux départements de Seine-Maritime et de l'Eure. La subvention d'équipment lourd figure au nombre de ces opérations, elle pourrait être limitée dans le premier temps, au tiers du coût des opérations, c'est-à-dire à un plafond de 1 000 000 F hors taxes. J'en viens à l'équipement des clubs, la région ne peut évidemment négliger les 4 000 clubs qui existent sur son territoire et qui comptent 275 000 licenciés, représentant 45 sports en tout. Ces clubs sont les ferments de la pratique sportive des adultes autant que des jeunes. Sous réserve de l'accord du représentant de l'Etat, car vous avez entendu je crois ce matin le représentant aux Affaires Régionales de l'Etat, M. DUPONT, alors que nous nous représentons la région, collectivité territoriale, vous voyez la complication des choses, sous réserve de l'accord du représentant de l'Etat, c'est-à-dire le Préfet, il pourrait être créé un fond régional d'aide à l'équipement sportif, alimenté à parité par la réserve régionale du FNDS et par le Conseil Régional. La formation fait partie des compétences nouvelles de la région, et c'est un domaine extrêmement important. Le projet de formation professionnelle en 1987-88 prévoit le financement d'un certain nombre de préparations au Brevet d'Etat d'Educateur Sportif, soit 684 000 F et 273 personnes formées, cela représente presque le double de ce qui a été consacré en 1986-87 à ces opérations. Le Conseil Régional envisage de compléter cette action en finançant certaines formations de dirigeants sportifs, par exemple, à condition que celles-ci s'inscrivent dans un projet précis, matérialisé par un contrat temporaire. Nous envisageons également d'aider un certain nombre de sportifs de haut niveau régional par l'attribution de bourses, initiative qui, à nos yeux, se justifie doublement. La liste des sportifs de haut niveau national, pris en charge partiellement par l'Etat, a été, vous le savez, considérablement réduite en 1987, de 6 500 à 2 000, et complétée par une autre liste intitulée "De haut niveau régional" donnant à ceux qui y figurent des avantages certes, mais des avantages moins substantiels que les sportifs de haut niveau national. Deuxième raison de notre action, les sportifs de haut niveau régional sont très attirés par Paris et c'est légitime car la capitale leur offre beaucoup plus de possibilités d'entraînement et de formation, nous souhaitons donc les fixer, dans toute la mesure du possible en Haute-Normandie. Enfin, une région qui consacre une part non négligeable de son budget au sport, n'importe quelle opération, a le désir très légitime d'en assurer la publicité. C'est pourquoi il importe que l'action du Conseil Régional soit connue du public. Chaque année, selon un plan à définir, le Conseil Régional envisage de lancer une opération médiatique, consistant par exemple, à acheter certains matériels destinés à un sport donné, ce pourrait être par exemple des attributions de ballons aux clubs de foot-ball, pourquoi pas certains matériels au hockey sur glace, mais je ne vends pas "la peau de l'ours", il sera donc proposé lors de notre prochaine session, le 1er juin, de répartir le crédit prévu par l'Assemblé Régionale, selon les modalités suivantes ;

  • 1/3 pour les investissements dans les lycées

  • 1/3 pour la formation

  • 1/6 pour le fond régional d'équipement sportif

  • 1/6 pour cette opération médiatique

4Voilà résumé à grands traits, mesdames et messieurs, ce que sera au cours des années à venir la politique de la région de Haute-Normandie dans le domaine du sport. Lorsqu'il nous arrive de recevoir des dirigeants de clubs et qu'ils s'adressent à leurs élus, à leurs conseillers, à leurs députés, à leurs conseillers régionaux, à leur conseiller général, et que nous leur disons," Ecoutez, nous pouvons peut-être vous avoir une subvention de quelques milliers de francs, voire de quelques dizaines de milliers de francs pour de grands clubs, on observe quelquefois certaines crispations sur les visages, car effectivement, lorsqu'on reçoit 2 000, 3 000, 4 000 ou 5 000 francs ou plus, cela semble peu pour équilibrer un budget, mais si vous faites le total des subventions accordées, subventions d'équipement, de fonctionnement, pour tous les clubs d'un département, vous atteignez alors des sommes considérables, et c'est sous cet angle, voyez-vous qu'il faut apprécier les efforts des collectivités. La politique, c'est toujours une affaire de choix, des choix qui sont quelquefois difficiles, voire désagréables, mais auxquels sont contraints ceux qui votent l'impôt et qui, par conséquent, sont comptables de l'argent public. En ce qui concerne le département de la Seine-Maritime, je parle aussi en son nom, en tant que membre du bureau et rapporteur des questions sportives à la plupart des sessions, nous n'avons jamais hésité un seul instant sur l'importance du secteur éducatif, de la formation et du sport. En effet, nous considérons en Haute-Normandie qu'on ne fait jamais trop pour la jeunesse, parce que la jeunesse c'est l'avenir du pays, c'est notre avenir à tous, mais, le dire c'est une chose, le faire c'est mieux encore et on fait quelque chose pour la jeunesse en assurant sa formation. En ce qui concerne le sport, vous avez parlé à l'instant, madame, de politique volontariste ou vous-même, M. LEFEVRE, excusez-moi, de politique volontariste en ce qui concerne votre structure. Je n'hésite pas à reprendre pour la région ces formules. Nous avons également la volonté de mettre en place une politique du sport qui satisfasse un certain nombre d'ambitions, et notamment, une certaine analyse. Voyez-vous, le sport, cela fait partie de l'ensemble éducatif, en tant qu'enseignant moi-même, je sais à quel point le sport est important pour l'équilibre des jeunes, je sais aussi par expérience, a quel point il est négligé. Certes, on entend des jeunes, des parents, dire : "nos infrastructures, nos installations sportives sont pauvres !" mais ne sont-ils pas nombreux aussi, les parents qui sollicitent de leur médecin une dispense pour que leur fils ou leur fille ne fasse pas de sport ? Ne sont-ils pas nombreux aussi les jeunes qui sèchent les cours de sport ? Voyez-vous, moi je préfère dire les choses carrément, quelquefois crûment, la démagogie n'étant pas ma spécialité, je crois qu'il y a une prise de conscience qui s'impose dans l'ensemble du pays, de la part de tous les partenaires, des parents, des enseignants, mais aussi des jeunes, le sport, c'est une affaire d'engagement personnel, il faut y croire, et il faut croire aussi à ce qu'il représente, c'est-à-dire, tout d'abord un élément d'équilibre dans l'éducation, mais aussi peut-être, une règle de comportement très utile dans le monde actuel, c'est une règle du jeu qui est importante dans la vie quotidienne, c'est une école de tolérance, c'est l'apprentissage de la vie en commun, c'est aussi l'esprit d'équipe qui se développe match après match, compétition après compétition, cet esprit d'équipe qui est si important pour la réussite dans le monde moderne. C'est aussi, pour ne pas le dire, un apprentissage concret de ce gui est également une règle à laquelle nous ne pouvons pas échapper : la sélection, la sélection par l'effort personnel, la sélection pour une certaine promotion. C'est aussi et j'ajouterai, j'y pense car j'ai été confronté aujourd'hui même à un problème de delinquance, que c'est aussi un remède particulièrement efficace contre le désoeuvrement des jeunes et vous savez à quel point le désoeuvrement pèse lourd dans le processus de la délinquance. Alors je pense que sur ces données nous pouvons nous mettre d'accord, par delà nos sensibilités politiques, nos appartenances peut-être. Le sport est précisément l'un des domaines où l'on peut entre gens de bonne volonté, entre humanistes, se mettre d'accord pour faire quelque chose en commun, et dans l'intérêt général. Je crois qu'une grande région comme la Haute-Normandie, réduite certes à deux départements et je suis de ceux qui regrettent qu'il en soit ainsi, mais les faits sont têtus, une région réduite sur le plan géographique, mais importante sur le plan démographique et sur le plan économique, par ses industries, ses activités portuaires, se doit de nourrir une grande ambition pour sa jeunesse, car la population de la Haute-Normandie est jeune, nous avons cette ambition. D'autre part, il faut réussir ce défi, quelqu'un a parlé de 1992, c'est une date à laquelle nous ne réfléchissons pas suffisamment, et qui, je l'ai discerné à travers la partie de vos débats à laquelle j'ai assisté, et parmi vos préoccupations figure en effet dans le domaine sportif comme dans beaucoup d'autres, économique, social, celui de la santé, comme dans le domaine de l'éducation ; 1992 marquera une étape décisive, il faut nous y préparer, car il y va de l'avenir non seulement de notre pays mais de tous nos jeunes. Par conséquent, Mesdames et messieurs, c'est sur ce constat, de responsabilité et d'optimisme que je terminerai mon exposé en vous remerciant de votre attention en espérant que vos travaux déboucheront sur des solutions concrètes et aboutiront aussi à la promotion du sport dans notre région de Haute-Normandie.

5J.-P. LEFEVRE : Rendez-vous est dont pris. Evidemment l'organisation d'un colloque c'est assez lourd et je ne dis pas qu'on en fera un tous les ans. Néanmoins l'Université pour ce qui concerne le sport, aura des idées dans l'avenir, pour faire quelque chose, rayonner, faire connaître, tendre la main aux partenaires, et diffuser de la connaissance et de la culture, ce qui est notre but. Merci.

Auteur

Conseiller Régional, représentant M. FOSSE, Président du Conseil Régional

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540