Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Développement du sport en Haute-Normandie

 | 
Jean-Pierre Lefèvre

Débats

Texte intégral

1Ne pensez-vous pas que les bénévoles sont maintenant dépassés ?

2M. MICHEL : C'est une excellente question. Dans la thèse que j'ai soutenue il y a pas mal d'années, j'avais dit que le bénévolat est synonyme d'incompétence. Là encore, j'étais provocateur, mais tout simplement, je reprenais le propos d'un président de fédération actuel, que je partageais complètement et je vais vous dire pourquoi et de quelle façon. Je dis qu'il y a, qu'il doit y avoir dans les clubs des volontaires que je différencie des bénévoles. Un bénévole, c'est quelqu'un qu'on ne peut pas obliger, il faut le remercier quand il est là, mais on ne peut pas l'obliger à quoique ce soit. Un volontaire, c'est quelqu'un qui dit : "Voilà, pendant un an je me mets au service d'une association", et je peux vous dire que je suis allergique à ces gens qui disent : "moi, je suis un bénévole, lui c'est le salarié de l'entreprise. Voyez, il est responsable administratif ou directeur administratif, il gagne de l'argent, moi, je donne de mon temps". Alors, je suis dans un club de tennis, un grand : 500 membres, et il y a 3 ans, ils ont décidé pour différentes raisons de couper court à la participation de certaines personnes. Je suis allé voir le président, en lui disant : "Tu fais ça, tu as raison, mais dans 3 ans, tu vas te casser la figure". Il s'est cassé la figure cette année, c'était un an plus tôt. Il y a des sportifs professionnels, et maintenant il faut des professionnels du sport. C'est comme ça, on est dans un monde où il faut consacrer du temps. Il faut des bénévoles en ce sens, des gens qui donnent des coups de main. Il faut des gens responsables, il faut les payer. Il ne s'agit pas d'être manichéen, du tout état on est en train de passer au tout privé. Je crois qu'il y a un juste milieu à faire, mais il ne faut pas passer non plus du tout bénévolat au tout professionnalisme, il y a un juste milieu. Mais on ne peut plus fonctionner maintenant avec des bénévoles seulement. En Haute-Normandie, nous sommes en ce moment en train de faire l'audit d'une grande ville de l'Eure, dont le maire est un conseiller régional où un grand club omnisport est en train d'éclater. Or, pourquoi ? Le président de ce club omnisport s'était identifié à la présidence, et à partir du moment où l'on fait parler une trop grande chaleur affective dans une institution, on dénature l'institution. On peut avoir une fois une conviction, mais il ne faut pas mélanger les genres, et pour en revenir au club de tennis, le président, n'était pas neutre, il avait un fils qui était entraîné dans ce club, qui est maintenant entraîné par la fédération, lequel président du club à un siège à la fédération, ce qui ne me gêne pas, mais il faut annoncer la couleur. Je peux vous dire qu'en radiographant 10, 50 ou 100 clubs, on peut voir qui dirige et pourquoi. Bon, il faut bien sûr que les gens soient impliqués, mais attention. Pour moi, le sport, le loisir sportif et le tourisme sont des choses sérieuses, et ces choses sérieuses doivent être traitées par des "pros". A partir du moment où dans un grand club omnisport de 2 000 membres, vous refusez les assemblées générales, avec vote à bulletins secrets, vous oubliez les comptes rendus financiers, et qu'à un moment, il y a un conflit gui éclate, ne soyez pas étonnés. Et quand je vous parlais des mélanges des générations dans les comités directeurs, il n'y avait jamais de jeunes dedans, c'est sûr qu'un jeune gène, dérange, mais c'est un facteur de progrès, le turn-over en France, il n'existe pas. Il faut accepter les gens qui vous bousculent un petit peu, et puis les conflits, c'est indispensable. Il faut des conflits, ce qui fait la force, c'est de savoir les dépasser.

3Ma réponse à le mérite de la clarté d'une provocation calculée, et on peut en tirer une grande leçon, c'est que, aujourd'hui, il faut probablement gérer le sport comme une grande entreprise, ce qui n'est pas si simple, parce qu'aujourd'hui aussi, gérer une entreprise, c'est souvent du sport.

4- Comment voyez-vous l'avenir des petites pratiques sportives, celles qui ne bénéficient pas de la puissance médiatique ?

5Vous avez donné vous-même l'explication, ce sont des pratiques qui n'attirent pas les médias, et puis, il était suggéré aussi de parler des petits clubs et il me semble que ce sont deux questions qui s'interceptent, mais ce n'est pas tout à fait la même chose. Cela dépend des personnes qui dirigent, parce qu'il n'y a pas de pratique sportive, à la limite, qui ne soit télégénique. Le golf, télévisé par des Français, personne ne voit la balle, le golf télévisé par des Américains, c'est passionnant, mais il faut des pros. La lutte, je peux vous dire que c'est quelque chose de formidable, mais il faut l'expliquer. Vous me parliez de passion, Monsieur, il faut quelqu'un qui passionne les choses, et tout est uniquement une affaire de professionnels. Je vous accorde que peut-être l'escrime ne serait pas télégénique pour voir celui qui est touché en face, peut-être, mais à partir du moment où on a quelqu'un qui sait présenter les choses alors, je peux vous dire que ça marche. Un club, c'est sinusoïdal, il y a des temps forts et des temps faibles, et là encore, il faut à chaque fois sauver la mise et la ressource humaine, c'est pour moi essentiel.

6M. GIBERT : Y-at-il d'autres questions sur ce thème ou sur d'autres ?... Alors, il y a effectivement un mot important qui vient ou en tout cas, une formule importante qui vient d'être utilisée qui est une des caractéristiques du monde du sport, qu'il ne sait pas présenter, mais je ne dis pas qu'il ne sait pas la vendre. Ce sont les ressources humaines. Le monde sportif est caractérisé par un potentiel humain considérable qui est tout à fait mésestimé, qu'il utilise mal lui-même, qui est présenté à l'extérieur généralement par des gens qui sont des professionnels de la communication ou souvent du marketing, sans bien connaître quel est le contenu du monde sportif, ce qui se retourne parfois contre lui. Si nous étions plus conséquents avec nous-mêmes, nous ne reprendrions pas les choses en main, mais nous exercerions notre contrôle à partir d'une réflexion un peu plus approfondie. Il faut bien voir ce que le monde du sport représente, à la fois à l'intérieur et, à l'extérieur, dans l'économie, c'est probablement 1 ou 2 % du produit national, c'est à peu près la moitié de ce que représente en France les activités de construction. Et puis, dans le monde universitaire, ce n'est peut-être pas le lieu pour le dire, on n'en fait pas le meilleur usage. Mais il y a des contre-exemples, il y en a un c'est le DEUST et l'organisation d'aujourd'hui, il y en a un autre, c'est le témoignage que vous venez d'apporter. Alors, sur ce thème des ressources humaines, y-a-t-il quelqu'un qui souhaite, soit tenir une position différente, soit contribuer à un éclairage nouveau ?

7Maître LAGARDE : Je vais être odieux, comme d'habitude, je vais vous donner un exemple. Nous étions l'autre jour à Lille avec les présidents de comités régionaux. Je cherche ma route et j'interroge un jeune garçon qui était gentil, bien élevé, qui devait avoir 18 ans et je lui ai demandé la préfecture. De toute évidence, ce garçon ne savait pas qu'il existait une préfecture et par voie de conséquence, encore moins ce que cela pouvait être. Alors pourquoi citer un exemple ? Je suis désolé, vous avez dit membres de l'enseignement et du monde universitaire, comment hélas nous rendez-vous les gosses que nous vous donnons ? On a considéré, nous disions tous les deux, comme un homme extraordinaire, ce ministre qui trouvait qu'il fallait commencer par leur apprendre à écrire et à compter, c'était un mieux ! Alors, les problèmes dont vous parlez, Président, ils viennent de là. C'est qu'on ne forme pas nos jeunes Français et Françaises en fonction de la place dans la société. On en fait des historiens, alors qu'il faudrait en faire des hommes connaissant l'histoire. Cependant nos intellectuels sont certainement parmi les meilleurs au monde. Un tas d'éléments sont essentiels à la vie qu'ils ne connaissent pas. Voilà mon observation, ce n'est pas à moi de résoudre le problème, puisque je dis qu'il faut le résoudre !

8M. GIBERT : M. Le Batonnier LAGARDE vous avez manié comme d'habitude la provocation avec habileté, vous savez qu'entre Normands, on ne répond jamais à la provocation par une contre provocation, mais que d'une certaine manière, on fait soit à peu près la même chose, soit on évite de répondre à la question posée. Je n'ai pas la prétention de formuler la réponse, je vais laisser perfidement ce soin à mes collègues, mais je voudrais faire deux ou trois petites observations. Il se trouve que par hasard, j'étais moi-même à Lille ce matin et que m'étant égaré sur le chemin de la gare, j'ai demandé mon chemin à un jeune garçon. Ma qualité d'universitaire, qui n'était pas affichée, ne pouvait l'impressionner, au surplus, l'eût-il connue, je pense en étant réaliste que ça ne l'eut point conduit à me donner spontanément le renseignement, et cependant il le fit. Voyez, toute règle à ses exceptions. Ma deuxième remarque c'est pour vous dire que j'ose espérer que les enfants qui sont déjà des adolescents, et pour certains même des hommes, quand ils arrivent ici, probablement, nous n'avons plus grand chose à leur apprendre de ce point de vue-là. On essaie de les rendre en moins mauvais état qu'ils ne nous ont été donnés. Ceci pour ajouter que lire, écrire et compter, c'est un programme remarquable, mais il me semble que dans les cycles d'enseignement, ça ne se place pas exactement au niveau de l'enseignement supérieur, bien que, hélas, ayant déjà une certaine expérience, je constate comme mes collègues, que parfois on peut effectivement se poser des questions. Les étudiants savent-ils véritablement écrire et lire ? Compter, dans cette région, cela va de soi. Alors en revanche, je vous accorderai, et sans malice cette fois, qu'il faut sans doute mieux utiliser le potentiel humain. Pour ce qui est du potentiel humain à l'Université, je ne voudrais pas m'exprimer à titre personnel, ni à fortiori au nom de mes collègues, pour ce qui est du potentiel humain dans le sport, qui a un lien quand même avec l'observation précédente, il y a quelques illustrations ; M. MICHEL en a donné quelques-unes, mais je ne doute pas que sa capacité de réflexion permette d'en ajouter d'autres qui sont au moins aussi pertinentes que les précédentes.

9A. MICHEL : Je crois que vous avez dit que vous souhaitiez que nos jeunes, nos universitaires, nos étudiants, aient une meilleure connaissance des choses, mais il faut parler des programmes. De quelle façon ? Vous savez que dans la maîtrise de sciences et techniques, créée en 83 à Dauphine, aucun professeur de rang A ne voulait venir enseigner. On n'enseignait pas dans une maîtrise à filière professionnelle ; il a donc fallu que je persuade des collègues de venir.

10Nous préparons actuellement un voyage aux Etats Unis ; "il nous faut absolument un sponsor pour se payer le voyage", m'ont dit mes étudiants. Je leur ai répondu ; "le voyage vous vous le payez ! Maintenant évidemment, si vous voulez vous faire sponsoriser, bravo, mais c'est votre problème !" Il faut aussi qu'ils mouillent la chemise. Vous parliez ce matin, Maître, d'équipements sportifs ; eh bien si je vous disais que sur le campus de l'université américaine, il y a un golf, il y a des tennis à perte de vue, il y a un gymnase de basket aussi grand que Bercy !

11J-.P. LEFEVRE : Ce n'est pas une question que je voulais poser, c'est une petite réponse que je voulais faire à mon voisin, Maître LAGARDE, quant à la manière d'enseigner, quant au savoir universitaire. Il faut absolument dire, un petit peu comme vient de l'expliquer Alain MICHEL, que les MST et DEUST sont par nature des diplômes qui se veulent très concrets, très branchés sur les réalités de la vie sociale. A cet égard, les types d'enseignements qui sont dispensés dans les cursus, semblent donner satisfaction par rapport à ce que vous vouliez dire : des enseignements concrets, réalistes, qui donnent une bonne maîtrise des problèmes contemporains, et qui permettent à quelqu'un d'"assurer immédiatement après qu'il ait reçu sa formation. Tant mieux si telle est l'évolution de l'université, par rapport à la diffusion du savoir et à la conception qu'elle en avait jusqu'alors ; par rapport à l'idée de l'enseignement fondamental, de la "culture à la française", etc... Ces diplômes là constituent donc un "progrès" réel dans ce sens ; c'est un élément de réponse à ce que vous aviez dit tout à l'heure.

12A. MICHEL : Je dois vous dire, M. le Directeur, que l'évolution que nous venons d'évoquer ne nous empêche pas de faire de la recherche. M. POCIELLO, ce matin, nous a parlé de son centre de sociologie et de prospective ; nous, nous faisons aussi de la recherche "sur le terrain" et nous essayons de dégager quelles sont les orientations à moyen et long terme. En effet, il y a eu la décentralisation et l'horizon 92 constitue pour nous un sacré pari à tenir.

13E. GIBERT : Souhaitez-vous que nous poursuivions ce débat ou que nous y mettions un terme ? Si l'un ou l'autre d'entre vous a une question à poser, qu'il ne reparte pas en ayant le sentiment qu'il aurait mieux valu le faire. Non ?... Alors dans ce cas une dernière fois, je remercie en votre nom à tous, M. BONNENFANT et M. MICHEL pour ces deux éclairages très différents l'un de l'autre dans leurs contenus, mais qui recouvrent en fait une même réalité. Nous allons passer aux études de cas et, dans ces conditions-là, il est nécessaire de changer d'animateur pour laisser la place à une animatrice. Je regrette de ne pas pouvoir rester, parce que je m'aperçois que vous allez beaucoup gagner au change.

14J.-P. LEFEVRE : Je pense que vous avez tous remarqué la présence de M. SIMON, qui représente M. FOSSE, président du Conseil Régional, le Conseil Régional ayant tenu à honorer de sa présence cette manifestation, ce dont nous les remercions infiniment. Avant que M. SIMON ne prenne la parole pour clore ce colloque, il convient de mener le petit débat initialement prévu consacré à l'étude de cas. Nous avons la participation de M. DUCABLE du hockey-club et je crois que c'est Christelle MORIN, chargée de cours à l'Université, notamment pour le DEUST, qui va conduire ce débat.

15Maître DUCABLE qui, outre ses activités professionnelles, est président du Rouen Hockey Club, nous a fait le plaisir d'être présent ici aujourd'hui et je voudrais, avant d'entrer dans le vif du sujet, que vous nous brossiez rapidement un portrait du Rouen Hockey Club, afin que le public fasse une plus ample connaissance avec ce club.

16M. DUCABLE : Bien volontiers. Très succinctement, le Rouen Hockey Club est un club qui cette année est le premier club de France par le nombre des licenciés puisqu'il compte 327 licenciés pratiquant effectivement ce sport. C'est un club qui évolue en première division, qui y est resté de justesse cette année, mais enfin, qui est en première division. Il fonctionne grâce à des structures (on pourra peut-être en reparler) faites à la fois de bénévoles et professionnels. Sur le plan sportif, le RHC dispose d'un certain nombre d'internationaux seniors et juniors, ce qui a permis d'organiser cette année pour la première fois dans notre région les championnats du monde junior A, c'est-à-dire, les juniors de 20 ans. Voilà à peu près, sommairement brossé, le tableau du club. Sur le plan des structures, je peux peut-être déjà dire un mot ; le club est actuellement (depuis la refonte de ses statuts), dirigé par un conseil d'administration de 24 personnes élues par l'assemblée générale. Ce conseil d'administration élit lui-même un comité directeur beaucoup plus restreint de 7 personnes comprenant un président, 2 vices présidents et des membres élus, qui dirigent donc le club.

17Mais ce qui est important, et ça peut intéresser, je pense, les étudiants qui sont ici, c'est que depuis un an, le club a annexé une structure permanente, qui comprend, outre les entraîneurs qui sont bien sûr des professionnels, une structure permanente en la personne d'un gestionnaire qui assure la totalité de la gestion du club, les rapports avec les médias, les rapports avec les supports publicitaires, etc... Nous avons d'ailleurs eu beaucoup de mal à trouver une telle personne ; son emploi correspond assez bien je pense au profil des étudiants qui sont formés dans les DEUST. Je signale d'ailleurs que nous souhaitons dans l'avenir étendre cette structure. Je peux répondre à vos questions à ce sujet, ça peut être quelque chose de très intéressant.

18Christelle MORIN : Ce colloque s'attache, vous le savez, aux aspects socioéconomiques du sport et je voudrais ici envisager ces deux aspects à travers le cas particulier qui nous est proposé. Nous allons essayer de débattre à partir de l'exemple du Rouen Hockey Club. J'aborderai tout d'abord l'aspect social. Vous avez des joueurs qui jouent en première division, ce qui demande pour eux un effort important en matière d'entraînement et ce qui est lourd de conséquences sur l'activité professionnelle, s'agissant de joueurs promotionnels ou amateurs. Alors puisque la formation professionnelle, puisque l'insertion professionnelle a été à l'honneur ici et est encore à l'honneur au niveau national et au niveau régional, je voudrais savoir de quelle façon vous envisagez l'insertion sociale des joueurs, à savoir est-ce que votre club régule lui-même l'insertion professionnelle des joueurs ? Est-ce que vous prenez en main l'organisation du temps des promotionnels et des amateurs entre l'entraînement au Rouen Hockey Club et l'activité professionnelle ? Est-ce que vous favorisez une formation pour les professionnels, pour leur réinsertion future après leur activité au sein du Hockey Club ?

19M. DUCABLE : Il faudrait peut-être que je vous dise d'abord quelles sont les contraintes d'un sportif en 1ère division. Ce sont des contraintes assez lourdes puisque pendant les 6 mois que dure la saison, nous disputons deux matches par semaine dont certains à Gap, Chamonix, Grenoble donc avec des déplacements relativement importants. En dehors des rencontres, l'entraînement a lieu tous les jours, avec des horaires qui sont, compte-tenu des disponibilités de glace, assez difficiles. Par exemple, nous avons eu des entraînements à 7 H du matin, à 10 H du soir, ce qui fait qu'effectivement sur le plan de la vie professionnelle et familiale ça pose pas mal de problèmes à nos joueurs. Nous avons en réalité trois catégories de joueurs au sein du Rouen Hockey Club. Nous avons des gens qui sont, il faut le dire, de stricts professionnels, par exemple les joueurs étrangers. Nous avons des joueurs que, par assimilation avec le football, je pourrais qualifier de promotionnels, c'est-à-dire qui ont une activité professionnelle mais avec des allègements de contraintes qui sont importants, par exemple nous avons deux garçons qui entrent dans le cadre des contrats passés entre les fédérations et les entreprises, qui travaillent, l'un à la SNCF et l'autre chez MATRA, qui ont de parfaites libertés d'entraînement et de pratique de compétitions. Le rôle du club est précisément dans ce cas d'essayer de trouver des employeurs (ce qui n'est pas très facile mais on y arrive) qui acceptent les contraintes d'entraînement et qui acceptent de libérer les joueurs pour la pratique d'un sport qui, je le répète, est extrêmement astreignant. En fin de compte, on s'aperçoit que ce genre de convention est très difficile à négocier et que les possibilités sont très limitées. La dernière catégorie de joueurs, ce sont les moins difficiles, ce sont les étudiants. Nous avons des étudiants, quelques lycéens mais surtout des étudiants, qui sont, il faut le dire, taillables et corvéables à merci, et sont soumis aux mêmes contraintes que les autres pratiquement sans rémunération. Ils jouent cependant avec une joie extraordinaire et ceux-là, ce sont de vrais amateurs se conduisant en professionnels suivant la formule qui était employée, je crois, par M. MICHEL tout à l'heure. Voilà décrite en quelques mots la structure de notre club. On peut se contenter de rémunérer ce qui suppose des problèmes financiers, que M. SIMON connaît bien d'ailleurs, mais ce n'est pas la solution, la solution c'est quand même de pouvoir dire à un athlète de haut niveau qu'il risque d'être blessé, qu'il ne va pas jouer jusqu'à 50 ans, de lui dire qu'à la sortie il faut avoir quelque chose. C'est ce que nous essayons de faire et je le reconnais, avec beaucoup de mal et de nombreux échecs.

20Christelle MORIN : L'aspect emploi, l'aspect vie active, a-t-il autant d'importance que le club lui-même lorsque vous contactez des joueurs pour le recrutement ?

21M. DUCABLE : Ecoutez, je pourrais être hypocrite et dire que je suis plus intéressé par la qualité professionnelle d'un joueur que par sa qualité sportive. Non, je dois dire honnêtement que je suis surtout intéressé par le niveau et à partir du moment où j'ai le niveau, j'essaie de l'adapter à la vie professionnelle, voilà !

22Christelle MORIN : Peut-être que des gens dans la salle ont à poser des questions ? M. LECLERCQ ?

23M. LECLERCQ : Oui, moi en ce qui me concerne, je m'occupe de volley-ball, donc un sport purement amateur pour l'instant. A Rouen, la volonté est de faire monter le club en Nationale 1 B. Ceci dit, je suis très curieux de connaître le fonctionnement financier d'un club tel que le RHC, qui suppose des structures financières sûrement très très importantes. La question qui m'intéresse également, est celle-ci : est-ce qu'il est plus difficile de faire un montage financier lorsque l'équipe est à un niveau très élevé, donc à un niveau qui est susceptible de motiver les sponsors, où est-ce qu'il est plus difficile de construire un montage financier lorsqu'on décide au début de construire une équipe qui est sensée accéder à un niveau, par exemple nationale 1, donc susciter une offre de sponsoring de la part d'employeurs, sans que des résultats préalables soient là pour fixer cette demande de sponsoring ?

24M. DUCABLE : Je vais vous répondre très nettement : il est infiniment plus difficile de partir d'un club à un niveau relativement faible et d'essayer d'obtenir des concours financiers, que d'obtenir des concours financiers lorsque vous êtes à un niveau plus élevé. Je crois que c'est tout à fait évident. Je me souviens qu'en 79, le club avait un budget annuel de 40 000 F et trouver 5 000 F c'était un exploit. Là maintenant, nous avons un budget qui cette année va dépasser 3 millions de francs et cela est relativement plus facile, tout du moins, je dirais que les arguments sont plus forts.

25M. LECLERCQ : Graduellement, comme cela se passe-t-il ?

26M. DUCABLE : Dans le temps, les choses ont été simples, à nos débuts, en 79, nous avions 60 licenciés, trois équipes et un budget de F 40 000 ; maintenant nous avons 320 licenciés, 12 équipes en compétition et 3 millions de budget. Ça s'est fait progressivement, mais la chance aura été le choix, à un certain moment, d'un entraîneur qui nous a permis de passer au niveau supérieur. Je crois que ça c'est capital. Le premier stade c'est l'entraîneur, ensuite c'est la structure administrative et la gestion ; vous "craquez" complètement si vous n'avez pas une structure administrative et de gestion cohérente. Alors en ce qui concerne la répartition de ce budget, ce n'est pas un secret... bon, on en parlera après.

27Question : De quoi vivent vos joueurs ?

28Christelle MORIN : On est en train d'empiéter sur le deuxième aspect. Sur l'aspect social est-ce qu'il y a d'autres questions ?

29M. DUCABLE : Eh bien écoutez. Oui, votre question m'intéresse beaucoup parce que je l'attendais. Effectivement nous nous sommes posés la question, il y a deux ans, de rechercher quelqu'un qui soit la structure permanente du club, parce qu'on s'apercevait que les bénévoles, qui sont des gens extraordinairement dévoués, qui travaillent beaucoup, ne sont pas toujours disponibles au bon moment. Par exemple, il faut prendre rendez-vous avec un sponsor éventuel ou un annonceur, c'est dans la matinée, c'est dans l'après-midi, c'est le moment où le bénévole, lui, travaille. Toutes ces questions-là se posent en permanence. Il faut voyager, il faut se déplacer, il faut être sans arrêt sur la route, et ça, le bénévole ne peut pas le faire ou ne peut pas toujours bien le faire. Alors on s'est aperçu au club que l'on risquait d'être complètement débordé, de laisser passer des tas de choses. On a alors cherché un permanent et là, effectivement la surprise a été de constater que c'était extraordinairement difficile à trouver. On aurait pu penser qu'il fallait quelqu'un qui connaisse bien le sport, alors ce sont présentés de nombreux sportifs ou anciens sportifs, mais ce n'était pas la seule qualité, il fallait également des gens qui aient le sens des relations, qui sachent s'exprimer, écrire, faire des tas de choses, qui connaissent un peu le droit, qui sachent également rentrer en rapport avec les administrations au plus haut niveau et ne pas être perdus lorsqu'ils sont justement en rapport avec ces administrateurs. On a eu beaucoup de mal et, finalement, après avoir étudié 25 ou 26 candidatures, nous avons pris quelqu'un qui s'appelle Vincent LEROYER, qui est un ancien international de natation et qui, au surplus, avait fait une école supérieure de commerce, donc correspondant aux deux critères. Mais je pense qu'à l'avenir les DEUST devraient nous éviter ce genre de dilemme, je veux dire on ne devrait plus avoir qu'à choisir au sein des DEUST, à mon avis, c'est ce qui doit à terme se produire. Parce que cela correspond tout à fait à ce que nous demandons. C'est un extraordinaire travail d'animation, de rigueur de gestion, de suivi de tout ce qui est la partie matérielle et également de contact avec tout le monde. Le contact avec les médias, c'est capital.

30C. MORIN : Y-a-t-il d'autres questions ? Oui ?

31Question : Qui emploie vos joueurs et pour quel salaire ?

32M. DUCABLE : Alors je vais vous répondre tout de suite que c'est la première question que pose le joueur. Les joueurs viennent chez nous parce qu'ils y trouvent un avantage, ils ont raison d'ailleurs, ils ne sont pas des philanthropes. Lorsque le sportif vient dans un club ou propose ses services dans un club, c'est qu'il espère y trouver soit une situation meilleure, soit des conditions de vie meilleures, c'est indiscutable, et donc c'est nous qui devons les lui procurer. Actuellement, par exemple, je suis en train de chercher un emploi pour un gardien de but que je dois avoir l'année prochaine qui vient de Briançon ; il est un spécialiste de la publicité. Je vais donc rechercher dans les agences de publicité chez tous les gens que je connais ; je vais tâcher de trouver quelqu'un qui accepte de l'employer dans des conditions de disponibilité qu'il souhaite, voilà ! Alors ça c'est notre boulot, c'est par exemple l'une des tâches de notre administrateur général, que l'on a appelé pompeusement "manager général" parce qu'il fallait lui trouver un nom, mais c'est une de ses tâches.

33C. MORIN : Oui ? M. MICHEL ?

34M. MICHEL : Comment arrivez-vous dans votre fédération qui regroupe sept spécialités à faire passer la vôtre qui est très professionnelle à côté des six autres moins professionnelles ?

35M. DUCABLE : Alors écoutez, ça ne va pas pouvoir continuer comme ça. Vous savez, je fais partie du comité national de hockey sur glace, je suis de ceux qui se battent pour la séparation. Il est évident qu'on ne peut pas faire vivre sept disciplines côte à côte ; cela va du curling à la luge, au patinage de vitesse qui doit compter quelques dizaines de licenciés au hockey sur glace qui est un sport maintenant quasiment professionnel. Ce n'est pas pensable. La solution c'est sans doute l'éclatement ou tout du moins, une très grande autonomie des comités nationaux à l'intérieur de la fédération ; cela, M. VIL en est pleinement convaincu.

36C. MORIN : Y a-t-il encore une question ?

37Un étudiant en DEUST : Pensez-vous que la situation offerte aux étudiants en DEUST est une situation durable ?

38M. DUCABLE : Vous savez, moi, je ne peux pas vous répondre, c'est un choix comme on vous l'a dit tout à l'heure. Il est évident que plus personne ne peut penser être assis à sa table, je crois qu'il faut tenter des expériences, il faut les pousser à fond avec le maximum de forces et de convictions, et si ça ne va pas, on change. Je suis bien persuadé que je ne serai pas président de ce club pendant encore 20 ans et je n'ai pas l'intention de l'être ; mes dirigeants changeront, mes administrateurs changeront. Je crois qu'il faut trouver des gens qui soient disponibles et qui aient la foi dans ce qu'ils font, mais qui soient prêts à changer très vite, il ne faut certainement pas s'incruster et faire un choix de carrière à 22, 23, 24 ans, en se disant : est-il plus avantageux pour moi de rester là ou de ne pas rester là, je crois que ce n'est pas la bonne démarche. Je crois qu'il faut mieux courir le risque, en sachant que si ça ne va pas, on change. C'est peut-être un peu brutal comme réponse, mais je vois mal ce que je pourrais dire d'autre.

39J.-P. LEEEVRE : Oui, à propos du DEUST et de la contribution éventuelle dans laquelle cette formation se situe par rapport aux besoins des jeunes et de la jeunesse, je crois pouvoir dire que l'an prochain, on aura probablement un étudiant en première année de DEUST qui sera un membre du hockey Club de Rouen et un international junior me semble-t-il. On remplit ainsi notre fonction, on le formera. J'ose espérer qu'une fois formé, il intéressera le milieu sportif concerné, ici ou ailleurs, tout au moins aura-t-il entre les mains des éléments de négociations supplémentaires pour se vendre sur le marché de l'emploi. S'il a une image de sportif, une compétence sportive et une formation universitaire en plus, tout fonctionnant en terme de plus, il a des chances d'aboutir dans les démarches pour trouver un emploi, c'est un peu notre philosophie au sein de cette formation universitaire. Un diplôme universitaire tout seul, sans une réelle compétence sportive, à mon avis, ça ne vaut pas grand-chose. Un diplôme universitaire en plus de l'image sportive, de la compétence sportive, acquise de longues années en amont, donne quelque chose de parfaitement opérationnel sur le plan des potentialités de l'insertion professionnelle.

40C MORIN : S'il n'y a pas d'autres questions sur ce point particulier, je vourdais aborder maintenant l'aspect économique ou plutôt financier de cette étude de cas. On l'a d'ailleurs un petit peu abordé tout à l'heure avec la question de M. LECLERCQ. Il me semble que le hockey sur glace repose sur un certain paradoxe au niveau de la gestion financière. Un avantage tout d'abord, parce que c'est un sport spectaculaire qui attire le public, on pourrait donc penser à priori en fonction de la tarification, que les recettes peuvent être importantes, et puis un inconvénient aussi, c'est que le sport est semble-t-il coûteux parce qu'il demande un matériel et un équipement importants. Alors au niveau de la gestion financière, au niveau du budget, comment faites-vous pour équilibrer votre budget ? Quelle est votre politique, autrement dit, à l'égard des subventions, à l'égard du sponsoring, à l'égard de la tarification des entrées ?

41M. DUCABLE : Je veux bien vous parler de budget. Ce n'est pas facile, car je n'en ai pas sous les yeux, mais enfin je vais essayer d'être aussi franc que possible. D'abord, je vais vous dire une chose, je voudrais bien qu'un club puisse programmer à long terme sa gestion et notamment ses structures financières et ses résultats financiers. Malheureusement, l'expérience montre qu'avec les meilleures intentions du monde et les budgets les mieux préparés, vous n'êtes jamais dans le créneau où vous vous étiez situé. Je vais citer un exemple. Dans un budget prévisionnel, vous prévoyez X dizaines de milliers de francs d'entrées de matchs, et puis pendant 5 ou 6 matchs, vous avez de mauvais résultats et vous perdez vos spectateurs dans la proportion de moitié, ça signifie que votre budget a volé en éclats. De même, si les résultats ne sont pas bons, les annonceurs qui nous avaient promis leur concours se font tirer l'oreille, sont moins disposés, ils ont raison d'ailleurs, donc c'est très difficile. En ce qui nous concerne, pour l'an dernier, je peux assez facilement vous dire quel était notre budget. Nous avions un budget de 2 700 000 F qui comprend pour un tiers des subventions, subventions du conseil général au titre des clubs de haut-niveau qui sont trois en Seine-Maritime : le HAC, le FCR et le RHC. Mais M. SIMON pourrait vous en parler beaucoup mieux que moi. Subventions de la ville de Rouen et subventions de l'office des sports de Rouen, donc en gros 900 000 F de subventions. Ajoutons environ 700 000 F de recettes de matchs ce qui est quand même considérable, c'est très très important et le reste, ce sont les annonceurs, le sponsoring, je n'aime pas le mot sponsoring, mais enfin je l'emploi pour la clarté, c'est-à-dire un sponsor principal qui est la chaîne d'hypermarchés Rond Point, puis les panneaux sur les balustrades et différentes manifestations que nous organisons. Mais enfin, il faut bien savoir que c'est quand même de la corde raide. Je dois dire humblement que c'est beaucoup plus difficile encore que je ne le pensais, je croyais m'être prémuni contre les mauvaises surprises, mais on en a toujours, d'autant que vous aviez raison de la dire, c'est un sport qui est relativement coûteux. D'abord parce qu'une équipe de hockey sur glace c'est 22 ou 23 joueurs, c'est déjà considérable. En second lieu, les frais de déplacements sont en proportion, puisque vous avez 22 personnes à déplacer à chaque fois, plus le kiné, le responsable du matériel, le coach, l'entraîneur, en gros un déplacement c'est 25 personnes, ce qui signifie qu'une fois par semaine, on envoie 25 personnes à l'autre bout de la France. Les coûts de matériels, par exemple, il faut savoir qu'une crosse de hockey sur mesure pour un joueur de haut niveau, ça vaut dans les 200 F et qu'un joueur peut en casser 3 dans un match. Par contre il peut garder la même pendant 8 matchs, des bottes de gardien ça vaut 10 000 F, c'est un sport qui coûte très cher. Des bottes en cuir rembourrées de poils de poulain, ça vaut très très cher. C'est notre problème, l'an dernier, notre budget de transport était de 350 000 F sur l'année, en voyageant au minimum, et ça aussi c'est une des contraintes du sport, c'est-à-dire on n'envoie pas les gens par avion et à l'hôtel. Lorsque nous allons jouer par exemple le samedi soir à Chamonix, nous partons le vendredi soir vers 10-11 H en car couchettes, les joueurs dorment dans le car sur la route, le voyage dure entre 10 et 12 H.

42C. MORIN : On pourrait peut-être envisager l'aspect financier sous l'angle de l'organisation des championnats du monde qui se sont déroulés en avril dernier. Quelles ont été les retombées financières, s'il y en a eu et comment ça s'est passé ?

43M. DUCABLE : Je pense que lorsque nous aurons perçu, ce qui n'est pas encore le cas parce que ça arrive toujours en retard, les subventions que nous devons recevoir, nous équilibrerons le bubget des championnats du monde. C'est un budget d'un million de francs pour 8 jours de manifestations, enfin un peu moins : 900 000 à 950 000, là je crois que nous allons équilibrer à peu près de justesse, on ne perdra pas d'argent, ce qui est quand même exceptionnel parce que dans la plupart des cas, ce type d'organisation coûte beaucoup d'argent. Nous, n'en perdrons pas, nous ne ferons pas de bénéfices mais nous n'en perdrons pas, par contre les retombées sont considérables. Il faut savoir que nous avons reçu pour les championnats du monde 20 000 spectateurs dont 7 000 scolaires qui sont venus aux matchs de l'après-midi, et je peux vous assurer qu'une patinoire avec 7 000 scolaires, il y a de l'ambiance, ce n'était pas triste ! On voit maintenant les retombées dans les relations que nous avons avec les gens que nous allons rencontrer justement pour le financement du club. Qu'il s'agisse des élus ou qu'il s'agisse des annonceurs, des industriels, ils ont quand même été très sensibles à l'impact des championnats du monde. Ça, je crois qu'il ne faut jamais hésiter à se lancer dans ce type d'organisation, il faut le faire à tout prix. M. LECANUET est venu à la finale, ça lui a montré que notre patinoire était trop petite.

44C. MORIN : Est-ce qu'il y a des questions sur ce sujet ? Oui, M. LEGRAND ?

45M. LEGRAND : Aviez-vous été préparés spécialement pour accueillir les retombées du championnat du monde ? Est-ce que vous les aviez prévues ?

46M. DUCABLE : C'est-à-dire que, oui on y pensait quand même, si on s'est donné le mal d'organiser, alors il fallait savoir quand même que les championnats du monde, ça représentait... le comité d'organisation, une centaine de personnes, tous des bénévoles dont certains ont pris 15 jours sur leurs congés payés pour les consacrer uniquement aux championnats du monde. Alors là moi je tire mon chapeau car il y a des gens vraiment exceptionnels. Il y a l'argent, mais il y a aussi la foi, il y a des gens qui ont vraiment la foi cheville au corps et ça représentait quand même une centaine de personnes. Alors les préparations des retombées, non, je crois qu'on ne savait pas trop ce qui allait se passer. On l'espérait, mais on ne savait pas trop et puis c'est très difficile, vous savez. Moi je crois vraiment que le domaine du sport, c'est le domaine de l'imprévisible par définition, je crois que l'on peut tout prévoir et ce qui arrive, c'est ce que l'on n'avait pas prévu. Je vais citer un exemple, cette année nous avions une équipe que tous les augures annonçaient en 3ème ou 4ème place du championnat de France, en fait on a sauvé notre saison sur le dernier match, pourquoi ? Pour un tas de raisons ; problèmes d'entraîneur, un gardien de but blessé pendant 3 mois, toutes des choses imprévisibles.

47C. MORIN : M. LEFEVRE, vous voulez intervenir ?

48J.-P. LEFEVRE : Oui, je suis désolé, car en tant que co-organisateur, je suis obligé de regarder ma montre, je connais certaines contraintes. Non, une des caractéristiques de notre époque, enfin de cette période très précise, c'est que beaucoup de gens et souvent les mêmes, sont très pris, très sollicités, ce qui explique peut-être que cette après-midi il y ait beaucoup moins de monde que ce matin, c'est tout à fait dommage. Néanmoins avant de passer la parole à M. SIMON, conseiller régional, je voudrais dire combien les organisateurs de ce colloque, et en priorité les étudiants, assistés bien sûr des enseignants du DEUST, sont heureux d'avoir pu mener à bien cette tâche et heureux aussi de la participation de M. Le Recteur ce matin. Nous tenons à remercier particulièrement les intervenants, mon ami Alain MICHEL, M. BONNENFANT du Ministère qui ne manque pas une occasion de nous honorer de sa présence et de sa compétence, les autorités universitaires, les autorités politiques, les décideurs. Enfin je crois que nous avons eu beaucoup de monde, même si certains étaient pressés devaient repartir ou ne participer qu'à une partie des travaux, c'est souvent comme ça dans les manifestations. Donc, pour terminer, je voudrais dire un tout petit mot sur le DEUST que nous avons mis en place il y a deux ans et qui suscite donc cette organisation. Nous y tenons beaucoup, d'abord parce que cela nous donne beaucoup de travail, l'Université fait de gros efforts, je crois qu'il faut le dire, l'ensemble des personnels de l'Université plus spécialement attachés aux problèmes du sport, aidés par un bon nombre de collègues des autres disciplines, sans lesquels nous ne pouvons non plus rien faire, essaient de mener à bien ce diplôme. Il y a beaucoup de choses à améliorer encore, nous travaillons avec des bouts de ficelle, il faut bien le dire, des bouts de ficelle au niveau des moyens, au niveau des locaux, au niveau d'un tas de choses. Les étudiants eux-mêmes en souffrent un peu, il y a beaucoup de choses à améliorer, mais je crois que ce colloque doit témoigner du fait que nous avons une politique volontariste, c'est-à-dire que même dans la difficulté nous persévérerons. Enfin je vais peut-être paraître immodeste, mais c'est le signe des gens de qualité que de persévérer même dans la difficulté, et de ce point de vue là, vous pouvez compter sur nous. Nous sommes aussi très heureux de "rendre des services" au mouvement sportif. Cela me fait très plaisir, personnellement, quand des gens du mouvement sportif me téléphonent pour me soumettre un cas de tel ou tel athlète qui serait très heureux de s'inscrire dans cette formation. Ainsi, je pense que nous remplissons une mission, une mission de service public et une mission de rencontre avec le milieu socio-professionnel vers lequel nous devons très naturellement être tournés. Alors un dernier mot pour remercier M. SIMON, qui représente M. FOSSE président de la région, parce que je suis très bien placé pour savoir quelles sont les difficultés pour représenter une aussi haute instance à un si modeste colloque. Situons un peu les choses dans la hiérarchie des besoins de représentation d'une région comme celle-ci, et néanmoins, M. SIMON me fait l'honneur d'être là et je l'en remercie au nom des organisateurs. Je vous passe la parole.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540