Version classiqueVersion mobile

Le Développement du sport en Haute-Normandie

 | 
Jean-Pierre Lefèvre

Réponse universitaire au problème de l'emploi en relation avec les industries du sport

Michel

Texte intégral

1Lorsque M. GIBERT a présenté cette après-midi, il m'a ravi lorsque je me suis aperçu que le monde universitaire, et notamment les économistes, plaçaient le sport avec un éclairage de gestion et d'économie. Pourquoi vous dire ceci d'entrée ? Tout simplement parce que c'est avec une triple, une quadruple casquette que je vous parlerai. C'est d'abord celle d'un sportif de compétition, c'est ensuite celle d'un universitaire, c'est également celle d'un élu local d'une petite commune rurale. J'ajouterai que mon expérience pendant une dizaine d'années de kinésithérapie sportive au niveau olympique et au niveau du championnat du monde me permet de balayer l'ensemble. Alors pourquoi vous avoir dit cela d'entrée ? Parce que, quand je me suis retrouvé professeur de judo, j'ai été montré du doigt car j'étais un vil mercenaire. Vous savez qu'il y a quelques spécialités, les maîtres-nageurs, les moniteurs de ski, les professeurs de tennis et les professeurs de judo qui gagnaient de l'argent en enseignant une spécialité. Je dois vous dire que lorsque j'ai démarré le judo, ce n'était pas pour devenir professeur de judo, je n'y pensais pas du tout. Mais à l'époque, situons-nous, ça fait à peu près une vingtaine d'années, celui qui gagnait de l'argent en France, et notamment par le sport, était montré du doigt.

2Chemin faisant, j'ai continué à être le mercenaire et puis j'ai creusé un petit peu les choses en me demandant comment il se faisait que, dans ma spécialité, dans certaines spécialités, on gagnait de l'argent. J'ai continué et au gré de ma carrière, à un moment donné, je me suis retrouvé chercheur sur les problèmes économiques du sport et du loisir à l'Ecole des Hautes Etudes. J'ajoute ce mot "loisir" car, à une époque, un peu avant 1968 et après, il ne fallait surtout pas parler de sports de compétition, de performances, sous peine d'être assimilé aux réactionnaires, aux conservateurs, aux sélectionneurs, et c'était très mal. Maintenant, les choses commencent à changer et faire de la compétition, c'est beaucoup moins mal. Donc de l'Ecole des Hautes Etudes, à un moment donné, l'Université Dauphine m'a demandé de m'occuper d'ateliers économiques ciblés sur l'économie du sport et du loisir. Le test, là-bas, pour monter un atelier d'économie en maîtrise, c'était de présenter à des étudiants le sujet en trois ou quatre minutes et si on avait du monde qui s'inscrivait à cet atelier, l'atelier était ouvert. Vous voyez un petit peu la façon de procéder. Donc j'ai présenté mon produit, puisque nous sommes entre économistes, le produit a marché et il y a eu beaucoup de demandes. Ça me rappelle un petit peu ce que font les sportifs et les entraîneurs aux Etats-Unis, vous savez qu'aux Etats-Unis on délivre quelques brevets en sport, mais celui qui est bon, c'est celui qui a du monde ; est-ce un bien, est-ce un mal, c'est comme ça. Après une année d'expérience de cet atelier économique, le directeur d'UER m'a dit : "Ce ne serait peut-être pas mal de créer une maîtrise de sciences et techniques d'économie et de gestion du sport" (on était début 83), parce qu'il y a un énorme marché, une formation qui semble promise à un bel avenir. Pourquoi ne pas engager le pari ? On a constitué le dossier. Quelle est cette maîtrise de sciences et techniques ? C'est une maîtrise qui a la particularité suivante : elle est d'abord à filières professionnelles, elle comprend ensuite un double du volume horaire d'une maîtrise normale, (une maîtrise normale fait 730 heures par an, une maîtrise de sciences et techniques fait 1300 heures). C'est en même temps l'obligation que le corps professoral soit constitué de 50 % de gens du privé. C'est également l'obligation d'avoir à l'entrée de cette maîtrise de sciences et techniques un certificat préparatoire, un terme très gentil qui désigne en fait un véritable concours, et c'est enfin, pour la particularité de notre maîtrise, l'obligation pour les étudiants qui postulent, d'avoir un brevet d'Etat.

3C'est évidemment très sélectif, mais une maîtrise de sciences et techniques a une autre particularité (que connaissent un certain nombre de mes collègues universitaires) : l'Université ne débourse pas un franc pour la création d'une telle maîtrise. L'Education Nationale, le Ministère, donnent 1500,00 F x XF pour le fonctionnement de cette maîtrise, c'est dire que l'Université accueille évidemment à bras ouverts quelque chose qui ne lui coûte rien. Ceci étant dit, voilà comment est apparue, en quelque sprte, cette maîtrise. Je vous parlerai également de son implication économique pour envisager son évolution et nous essaierons enfin de conclure : à l'horizon 2000, que se passera-t-il et pouvons nous prévoir ?

4Proposer un produit, c'était une bonne chose, mais on nous attendait au tournant au sujet des débouchés. C'est bien beau un diplôme de plus, mais pourquoi faire ? En 1983, on était en pleine crise de l'emploi. Vous allez me dire qu'on y est encore, et si c'est pour former de nouveaux étudiants avec des diplômes et la garantie du chômage, c'est pas la peine. Je dois vous dire que les débouchés, on les avait quand même projetés. Il y avait pour nous un pari, je vous l'ai dit tout à l'heure, pour moi, c'était un challenge, c'est-à-dire que s'il n'y avait pas de débouchés, je plongeais, s'il y en avait, j'étais le meilleur, mais la deuxième alternative n'était pas du tout sûre. Et puis, étant, comme je vous l'ai dit tout à l'heure, un homme de compétition, pourquoi ne pas tenter ?

5Si, au point de départ de la compétition, on joue perdant, ce n'est pas la peine de démarrer. Etre figurant, je n'ai jamais trop aimé. Donc, nous avions envisagé des débouchés vers le secteur privé, à savoir, des entreprises de matériels et d'équipements, tout ce qui concerne le marketing, le sponsoring et, en même temps, la gestion de clubs privés. Dans le secteur public, cela pouvait intéresser de grosses collectivités locales, des collectivités territoriales et, dans le secteur para-public, c'était toutes les associations, les fédérations et les ligues. Voilà ce que nous avions prévu en 1983 lors du dépôt du dossier. Alors vous allez me dire, nous sommes en 87, deux promotions sont sorties, il y en a une autre qui sort dans un mois, comment les choses se sont-elles présentées ? Comment vont-elles se présenter ? Ce que nous avions envisagé dans le secteur du privé s'est en partie réalisé ; mais se sont présentées des demandes tout à fait nouvelles, tout à fait réconfortantes et qui font que, on ne peut pas du tout prévoir ce qui se passera dans cinq ou dix ans, tellement l'horizon change et la demande se diversifie. Parmi les sortants de nos deux premières promotions, nous avons deux directeurs de golfs, mais pas de directeurs de golfs qui assurent les poignées de main à l'entrée, qui font des ronds de jambe ou des baise-mains aux membres ; ce sont des gens qui gèrent un budget. M. BONNENFANT, tout à l'heure, vous a parlé de budgets de un à trois millions ; ce sont des gens qui sont capables de constituer des dossiers juridiques, des plans de financement, qui sont également capables d'animer et d'encadrer des personnes. Cela signifie que leur profil est très particulier et, croyez-moi, ils sont passés dans des bureaux de recrutement où ils étaient passés au crible. Nous en avons également deux qui se sont retrouvés au Club Méditerranée, pas comme gentils organisateurs, pas du tout les G.O. Vous savez que, jusqu'il y a deux ou trois ans, le Club Méditerranée recrutait. Le recrutement était vertical, on prenait des chefs de village et on leur faisait gravir les différents échelons. Depuis à peu près deux ou trois ans, ils se sont aperçus que, arrivé à un certain seuil, un chef de village ne pouvait pas passer au stade de cadre dirigeant. Il leur a donc fallu faire appel à des gens l'extérieur pour assurer les postes de cadres supérieurs.

6Nous en avons également qui se sont retrouvés dans des sociétés qui s'occupent de vacances sportives et de loisir, des responsables de sport dans des agences de communication, des personnes qui dirigent des grandes surfaces liées au sport, notamment en Suisse ; nous avons une de nos étudiante qui est chez Daniel HECHTER, un autre étudiant est à Strasbourg dans un cabinet d'Audit-International ; une de nos dernières étudiantes est entrée dans un groupement qui s'occupe de golf, de clubs de golf. Un autre est directeur de toute la partie promotion au Matra-Racing ; un autre encore s'occupe d'une société qui vient de se constituer dans le domaine des assurances du sport et du loisir, à vocation nationale et internationale, comportant également les événements sportifs. Ceci pour vous dire que les perspectives sont très vastes. Il faudrait que je complète quand même ce profil de débouchés en revenant sur l'évolution intervenue depuis cette création de maîtrise, notamment au niveau de l'augmentation des demandes. Première promotion, nous avions 60 inscrits, 22 reçus, 11 qui ont terminé. Deuxième promotion, 80 inscrits sur 1 200 qui se sont présentés, 25 reçus, 17 qui ont terminé. Et en ce moment, nous avons énormément de demandes, ce qui nous a fait notamment créer en 85, la première formation d'éducation permanente. En 86, c'est-à-dire, à cette présente rentrée universitaire, nous avons eu la première promotion d'athlètes de haut niveau. Nous avons 7 athlètes de haut niveau qui sont rentrés, la convention a été établie avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports, avec le Comité Olympique et les différentes fédérations. Et pourtant, au début, je dois vous dire, on nous a regardé d'un air goguenard, parce qu'en France, il ne faut pas faire preuve d'originalité, il ne faut pas déranger ; et dites vous bien que l'économie et la gestion du sport prêtaient à rire. Donc, nous avons tenu bon, nos étudiants ont fait preuve d'un dynamisme formidable par leur association, par des événements qu'ils ont montés comme leurs deux forums-sport. L'année dernière, ils ont organisé un forum à propos du Mondial en rassemblant l'équipe de football "du temps de Kopa" et l'équipe actuelle avec Maxime BOSSIS. Cette année, ils ont fait un forum sur le sponsoring qui a rassemblé une quantité de personnes. Je dois vous dire, les très nombreux gens du privé présents ont été étonnés de la qualité des intervenants et de l'assistance énorme à ce forum. Donc, encourageant, à tel point que nous avons été dans l'obligation, en quelque sorte, de créer un groupe de recherche en économie appliquée au sport et au loisir, car un certain nombre de collectivités locales, de bases de loisir, de ligues et fédérations, nous demandaient des audites, des diagnostics, des radiographies de leur entreprise, sollicitant en même temps des recommandations, des propositions et des conseils pour l'avenir.

7Ce qui me permettra, si vous voulez, d'agrémenter mon propos d'exemples concrets, en essayant, non pas de vous convaincre, j'espère que vous le serez, mais de vous montrer que le sport est une réalité économique et source d'emplois, tout comme le loisir (nous jetons un pont également avec le tourisme, car sport, loisir et tourisme à la limite ne font qu'un quand on l'envisage sous un terme générique).

8Je vous ai donc parlé de la création de cette maîtrise, je voudrais aborder maintenant le problème de son application économique. Implication économique, lorsque l'intitulé de mon intervention m'est parvenu, à savoir "Réponse Universitaire aux problèmes de l'emploi en relation avec les industries du sport". Je me suis dit : on me confine dans un secteur, le secteur secondaire où je me sens très à l'étroit. De plus, on va trouver que l'industrie n'est pas un domaine où peut s'exprimer un universitaire. Alors je dois vous dire que le secteur de l'industrie, c'est une des courroies de transmission de l'économie, que le sport, nous devons le considérer (le sport et le loisir sportif) comme un produit avec l'offre et la demande. Si le privé est venu sur notre territoire à nous, les sportifs, ce n'est pas par hasard ; il y a donc un marché. J'ouvrirai une toute petite parenthèse pour vous dire que lorsque j'étais le "mercenaire", lorsque j'étais professeur de judo, la loi de finance de 1973 a commencé à faire poindre à l'horizon que les personnes dans les clubs qui percevaient des indemnités, à partir du 1er janvier 1974, jusqu'à concurrence de 9000,00 F, pouvaient éviter de les déclarer. Je me demande dans cette salle s'il y en a qui ont eu connaissance de ceci, mais à l'époque, je m'intéressais évidemment à ce secteur de l'économie et de la gestion du sport, mais la fiscalité savait qu'il y avait quelque chose qui commençait. Ceci veut dire que notre marché du sport tient compte du niveau de vie et d'une nouvelle consommation ; il n'y a pas qu'une mode et les médias sont venus au secours de la victoire. Ce que je peux vous dire, c'est que le tennis a eu son plein succès pas du tout grâce à la télé, et le directeur de Roland-Garros à gui je faisais rencontrer une future thésarde, était bien d'accord avec moi sur ce point. Les dirigeants fédéraux du tennis ont ramé et la télévision est venue après ; ce n'est pas l'inverse. Les médias, maintenant, sont intéressés, mais rappelez-vous les propos qui ont été dits ce matin : on a payé la télé au départ pour certaines activités, mais le tennis n'en a pas eu besoin. Donc, offre et demande, c'est-à-dire qu'il y a production d'un bien et qu'il y a une consommation et tous les secteurs sont intéressés. Je vous ai parlé tout à l'heure du secteur de l'industrie et du secteur secondaire. Moi je vais balayer les trois secteurs, et mon collègue me permet, enfin mes deux collègues, je parlerai d'un quatrième secteur, qui me tient à coeur.

9Le premier secteur qui est intéressé, c'est le secteur primaire, parce que les collectivités locales qui mettent à disposition leur terrain, un espace de 50 à 60 hectares dans une commune, dans un département ou une région, c'est quelque chose. Soyez rassurés, le village dans lequel je suis élu est une commune de l'Yonne, de la partie sud-est de l'Yonne qui se dépeuple : les agriculteurs partent et le Club Méditerrannée est venu prendre une option sur 200 hectares pour créer un golf, un espace de loisir, donc générateur d'emplois. Et ce n'est pas par hasard, c'est un espace obligé ; ce qui veut dire que la zone d'intervention sportive est peut-être à créer, et nos aménageurs n'ont jamais pensé à créer des zones d'intervention foncière en matière sportive. Le deuxième secteur, c'est le secteur industriel. Salomon qui est à Annecy intéresse beaucoup la ville, car la taxe professionnelle qui ramène un certain nombre de subsides, c'est Adidas à Landersheim en Alsace, ce sont les chantiers Bénéteau dans la région de Nantes, ça correspond également à des emplois. Le secteur tertiaire, mon collègue en a parlé tout à l'heure, concerne tous les services, certes, les assurances, l'informatique, l'administration, les banques, les transports, mais j'ajouterai que notre secteur correspond au secteur quaternaire. On a entendu, il y a huit ou dix ans, que l'audio-visuel était à mettre dans le quaternaire. Puis on a essayé de mettre aussi la santé dans le quaternaire, j'y mettrai aussi humblement le sport et le loisir sportif. En quelque sorte, ce nouvel espace est un espace récréatif, ludique, indivuduel et collectif et il est générateur d'un nouveau mode de vie. Les partenaires viennent de différents horizons ; ils sont privés et publics. Tout à l'heure, mon collègue M. BONNENFANT, nous a parlé des collectivités locales, et je vais être un peu provocateur dans mon propos en vous disant ceci. J'ai entendu le responsable de la Jeunesse et des Sports ce matin, il ne faut pas oublier que les collectivités locales financent 75 % des investissements en France. C'est bien beau de dire, et je regrette que le responsable du comité olympique soit parti, mais ce sont les communes qui payent et ce sont les fédérations qui obligent à certaines règles. Ce sont les communes qui payent également, en dehors de l'investissement, le fonctionnement et ce sont les fédérations qui disent : cette année pour le volley-ball, on veut 12,5 m de plafond". La commune qui, il y a trois ans, en était restée à 9 mètres, vous voyez ce qu'il lui reste à faire. Une équipe de hand-ball qui passe de nationale 3 en nationale 2, il lui faut des dimensions rajoutées en largeur. A partir du moment où vous avez une salle qui est construite, qu'est-ce qu'il faut faire ? J'en arriverai enfin au dernier moment de mon propos, en affirmant que l'on va assister à une mini-révolution. Il y a de la dynamite dans l'air, car il n'est plus possible que les gens qui paient, n'aient même pas un strapontin dans les organismes de décision, c'est-à-dire les fédérations et les ligues, ou les comités départementaux à fortiori. Donc, l'implication économique est certaine et nous avons créé, je vous l'ai dit tout à l'heure, un groupe de recherche en économie appliquée. Cela nous s a conduit à passer au crible les politiques sportives des collectivités locales ou territoriales. Je regrette évidemment que M. Le Préfet ne soit pas là, mais il faut demander à un maire ou à un responsable de conseil régional ou départemental quelle est sa politique sportive. J'ai appris ce matin qu'on avait versé au sport sur le plan régional une aubole de 3 millions je crois. Il fallait une ligne budgétaire, on l'avait oubliée, alors on a donné un crouton de pain à rogner. Je suis méchant volontairement. C'est quand même incroyable qu'en 1987, un conseil régional oublie cette ligne budgétaire. La décentralisation date de 1984, c'est significatif. Il ne s'agit pas de regretter, c'est une réalité, c'est comme cela, c'est la place du sport en France. Nous avons été demandés, il y a deux mois sur "technopâle". Vous savez qu'en ce moment, il y a une redistribution de l'espace et de l'aménagement du territoire qui envisage d'immenses technopôles en France. Il y a déjà Sophia-Antipolis dans le sud et vous allez avoir toute la région de Charentes, la Loire, la Lorraine et une des grandes villes de Lorraine nous a dit : "voilà nous envisageons un golf, il est voté, les finances sont là. Comment envisager la commercialisation de toute cette base ?". Je vous ai parlé de technopoles, mais le point sur lequel je voudrais insister, quid de l'évolution ? Le point principal de notre formation de généralistes sortant de notre maîtrise est une très bonne connaissance de l'économie, une bonne connaissance de la gestion, du droit évidemment, de l'informatique certainement, de l'anglais obligatoirement, mais ce seront quand même des généralistes. En revanche il y a un problème d'hommes et nous, la façon dont nous recrutons nos gens dans cette maîtrise, fait que ce sont des profils que nous recrutons et non des hommes. Actuellement devant les difficultés de l'emploi, un cabinet de recturement à affaire à 100, 150, 1 000 demandes pour un poste. Le Club Méditerrannée, dont le responsable du recrutement était avant hier, à l'université pour nous expliquer les perspectives, la prospective du Club Méditerrannée, nous disait comment il recrutait ses personnels. Il a 70 000 lettres par an de candidatures spontanées pour 3 000 emplois. Il peut recruter qui il veut. Indépendemment des gens qui disent : "moi, je veux la vie au grand air, j'ai un coeur gros comme ça, je travaillerais 15 H sur 24", ce qu'ils veulent, ce sont des gens motivés, ce sont des gens qui ne comptent pas leur temps, mais en même temps sont animés, sont capables de galvaniser les autres, et je crois que l'un des éléments que l'on a oublié dans différentes réformes qui ont été faites, ce sont les ressources humaines, et la qualité des personnes est irremplaçable. Vous pouvez avoir les plus beaux diplômes, cela ne suffit pas. Aux Etats-Unis on vous dit : "Vous avez des diplômes ? Très bien ! Vous vous mettez-là. Au travail. On va voir". En France, on vous dira : "Vous avez un diplôme ? Bon vous vous mettez là". Voyez, vous êtes là-haut ! Même si vous n'êtes pas bon à la limite. Alors, c'est toute la différence qu'il y a, où en France, on entre avec un C.V., alors que dans d'autres pays, il faut réaliser, et après, on vous met en position de responsabilités, ça, c'est important.

10Donc, les ressources humaines, nous obligent à définir un profil, une attitude et surtout, des motivations. Le directeur de cette séance, celui qui anime ces propos, nous a dit que nous rassemblerons les questions tout à l'heure et nous serons évidemment à votre disposition pour répondre, mais je crois que tout l'aspect "encadrement" est fondamental dans la société dans laquelle nous vivons. Encadrement parce que, c'est ce dont on manque le plus. Il y a des personnes qui sont dans des carcans. Alors je vais passer rapidement, pour vous dire que l'universitaire que je suis a une certitude, c'est que désormais il y aura une mobilité des formations. On n'embrassera pas un métier à vie. C'est peut-être déstabilisant, mais c'est ! Ce qui impliquera une adaptation constante, une remise en question permanente, ce qui n'implique pas le doute, mais il faudra être constamment à l'écoute. Je voudrais terminer ce propos en vous disant qu'il y a trois semaines a peu près, j'écoutais à la télévision un chanteur qui doit avoir 35 ou 40 ans. C'est un homme qui avait été drogué, qui s'en est sorti, et à qui on demandait d'expliquer pourquoi il en était arrivé là. Il a eu cette réponse : "Qu'est-ce qui fait planer la jeunesse actuellement ?" et là, je peux vous dire que les adultes, enfin les décideurs, les dirigeants actuels, il faut les montrer du doigt un peu. Je ne fais pas de démagogie puisque je n'ai aucun de mes étudiants dans cette salle, ni aucun de mes électeurs, et je dois vous dire, qu'est-ce qui fait planer, il y a peu de gens qui font planer la jeunesse. Si on arrive à progresser c'est grâce à la jeunesse qu'on arrivera à évoluer, c'est grâce à leurs critiques et puis, comme ce sont des critiques positives, eh bien, je peux vous dire que l'on est remis en question, ça fait du bien et puis c'est la compétition. Je vous remercie de votre attention.

11M. GIBERT : Nul doute que la qualité de cette intervention qui a mobilisée votre attention, suggère un certain nombre de questions. Mais je voudrais, là aussi, remercier M. MICHEL d'avoir fait un exercice difficile, et fourni la preuve, une preuve extrêmement délicate à fournir, que les universitaires, premièrement, sont capables de continuer à réfléchir, deuxièmement, de le faire sur des questions qui concernent ce qui se passe dans la vie sociale, et enfin en troisième lieu, d'apporter des propositions utiles. Nous allons maintenant, si vous le voulez bien, entrer dans le débat, et ce n'est pas parce que vous n'êtes pas très nombreux que les questions en seront moins intéressantes, elles n'en auront que plus de mérite et sans doute plus d'intérêt.

Auteur

Responsable de la Maîtrise de sciences et techniques "Économie et Gestion du sport" de l'Université de Paris-Dauphine

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search