Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Développement du sport en Haute-Normandie

 | 
Jean-Pierre Lefèvre

Les grandes orientations dans les pratiques pour demain. Point de vue d'un sociologue

Christian Pociello

Texte intégral

1Personne ne s'est jamais risqué sans inquiétude sur le terrain de la prospective des sports qui est un domaine très peu étudié, qui supposerait outre une collaboration étroite entre des économistes, des urbanistes, des sociologues, de pouvoir disposer d'un outillage intellectuel assez complexe, d'une machinerie intellectuelle assez complexe et donc fragile, et pourtant nous nous sommes lancés dans cette aventure sans disposer de ces conditions et de cette logistique. En effet, l'Université de Paris Sud-Orsay vient d'avoir l'habilitation d'un diplôme d'études approfondies sur la prospective des pratiques, des consommations et des espaces sportifs. C'est un programme ambitieux qui au cours de quelques mois de mise en place s'est employé à délimiter le terrain, à confronter un certain nombre de points de vue, à engager des collaborations que j'évoquais il y a un instant. Il s'agissait de soumettre ce que j'appellerai, l'évolution des goûts et des comportements sportifs dans la population française à un certain nombre d'éclairages différents offerts par les sciences sociales : éclairage de la sociologie bien sûr, éclairage de l'économie, mais aussi éclairage de la démographie, éclairage de la géographie, et enfin, éclairage de l'anthropologie.

2Alors ceci nous a donné l'occasion d'observer tout d'abord un développement quantitatif et qualitatif très sensible dans ce domaine de recherche spécialisé. Sans doute, les enjeux économiques, industriels et marchands, dont on a évoqué tout à l'heure l'importance, sans doute, les bouleversements sociaux et culturels, que la société française connaît aujourd'hui, y sont pour quelque chose, mais aussi, sans doute, les inquiétudes professionnelles et institutionnelles plus aiguës qui sont ressenties dans les organisations fédérales. Donc, tout ceci explique une espèce d'effervescence et d'efflorescence de ces recherches et quoi qu'on en pense, les chercheurs se sont mis à se mobiliser pour répondre à ces demandes sociales qui sont aujourd'hui diversifiées. Alors les avancées, je voudrais quand même en faire état ici rapidement. Les avancées les plus sensibles s'observent notamment en cartographie et en sociogéographie sportive. Un magnifique atlas national des sports vient de sortir chez Fayard-Reclus de MATHIEUX et PRECHEUX, deux géographes de Besançon, qui ont décrit vraiment dans l'infinitésimal du local, du régional, mais aussi la distribution cartographique des différentes pratiques sportives prises une à une, ce qui sont autant de sujets de réflexion et de pistes pour les chercheurs, mais aussi pour les responsables, pour les urbanistes etc. Au-delà de cette description cartographique de l'implantation et de la diffusion des pratiques, on peut observer une contribution très intéressante des sociogéographes de Bordeaux qui porte sur la constitution de territoires de pratiques, et de pratiquants, et qui porte sur la logique, je dirais socio-politique des communes en matière d'équipements sportifs, réglant leur nature et leur implantation. Il y a aussi des avancées très sensibles en économie. En effet, les économistes ont identifié, classé des logiques économiques qui portent différenciellement les pratiques et qui sont donc susceptibles d'expliquer leur émergence, leur développement ou même leur déclin.

3Je passe très rapidement sur l'identification au moins de trois logiques économiques qui portent les pratiques et qui leur impulsent des développements et des gradians de développement très différents, par exemple : premièrement, on ne peut pas confondre la logique liée à l'existence de secteurs de production directement liée à la pratique, c'est-à-dire les équipements, les instruments, les machines, mais aussi les vêtements spéciaux comme les fabricants de raquettes. Mais il y a aussi, une deuxième logique qui est liée au poids des enjeux de la spécialité, appréciée en termes d'emploi et d'aménagement du territoire, deuxième encouragement. Mais il y a une troisième logique, c'est la logique de l'impact médiatique des différentes spécialités qui détermine pour une large part, les financements privés, dont il a été question, et aussi, qui drainent les flux financiers du parrainage sportif. On peut comprendre ainsi, en distinguant différentes logiques, ce développement inégal, mais on peut aussi comprendre pourquoi des sports, brusquement, profitent d'une synergie, d'une convergence entre ces trois catégories de facteurs. C'est ainsi qu'on explique la montée du ski dans les années 60, en raison justement de la convergence de ces trois logiques, puis la montée du tennis dans les années 70, et maintenant la synergie de ces trois logiques économiques se porte sur le golf. Donc, avancée tout à fait considérable, qui rend les choses irréversibles, je crois, du point de vue de la recherche dans ce domaine. Mais il y a aussi des avancées en démographie et en socio-géodémographie sportives. On ne soupçonne pas sans doute, les progrès de cette démographie comme technique, qui sont des objectifs modestement comptables, mais aussi les progrès d'une socio-géodémographie qui examine les évolutions quantitatives et comparées des différents sports, c'est-à-dire qui examine les effets des transformations qualitatives des recrutements par âge, par sexe notamment, sur la sociabilité sportive à l'intérieur d'un sport, sur les rapports hiérarchiques qui s'y établissent, les transformations de ses structures de recrutement sur les images et les représentations que les pratiquants se font de l'activité et que l'on se fait à l'intérieur de l'activité. On n'imagine sans doute pas non plus les avancées en matière de sociologie empirique, je rappelle pour mémoire l'enquête tout à fait unique qui est menée actuellement sous la direction de Paul IRLINGER au laboratoire de sociologie de l'INSEP sur les usages sportifs du temps libéré, c'est la première fois dans notre histoire, qu'une enquête nationale lourde s'opère sur un échantillon représentatif de la population, un échantillon de 3000 personnes, et qui subvise dans une description très minutieuse des comportements sportifs, aussi bien à l'intérieur du domicile sur les pratiques d'entretien et d'exercices, que les pratiques à l'extérieur du domicile, que des pratiques de vacances. Nous allons donc pouvoir disposer là d'une matière tout à fait originale qui va enfin nous permettre de réfléchir sur une description des goûts et des comportements sportifs de la population française dans le dernier quart du XXème siècle. Il y a aussi des avancées très importantes, je crois, des sciences des organisations sportives. Certains experts, et je pense en particulier à des chercheurs qui travaillent à l'université de paris IX Dauphine, avec Alain MICHEL, sur le repérage de la montée des experts dans les organigrammes fédéraux et ce que l'on appelle dans notre jargon le pilotage par le marketing, c'est-à-dire une transformation des stratégies fédérales, des stratégies des organisations sportives, par rapport aux transformations que je vais essayer de décrire.

4Vous comprenez donc aisément par rapport à toutes ces avancées, premièrement, que plus rien ne sera comme avant, on ne pourra plus accepter une simplification, une schématisation de ces phénomènes. Je vous engage à éprouver une certaine méfiance vis-à-vis des grandes théories explicatives. La connaissance accumulée fera que le sport ne sera plus désormais le lieu de la compétence universelle qui permet à n'importe qui de dire n'importe quoi. Deuxièmement, vous comprendrez que, avant de parler de prospectives, il faut intégrer tous ces apports, et ceci ne va pas sans un certain nombre de difficultés de type encyclopédique, mais aussi de digestion et de synthèse. Alors en observant, troisièmement, ces avancées, je vous ferai remarquer que ces renouvellements théoriques s'opèrent souvent aux frontières des disciplines scientifiques, je parlais de socio-géographie, de socio-démographie, et bien justement, nous nous efforçons dans notre travail d'articuler les différents domaines et nous essayons d'en faire notre profit, c'est pour cela que nous avons engagé des collaborations avec Marc GUILLAUME à l'Université de Paris IX Dauphine, qui est un économiste éminent, avec Bernard RAMANAMSU qui est un spécialiste du marketing à HEC, avec des psychologues comme GRECAUX, avec des spécialistes de la prospective comme GAUDE. Donc c'est dans ce travail difficile de débroussaillage, dont je ne pourrais pas vous donner des certitudes, des assurances, je pourrais simplement vous faire part d'un certain nombre de pistes. Alors, quelques cadres théoriques, je m'en excuse, et méthodologiques, ça c'est le pendant des chercheurs ou des universitaires, c'est de définir les conditions dans lesquelles leurs spéculations ou leurs acquis ont été véritablement opérés. Alors pour risquer quelques propositions prospectives, il faut tenir compte de ces acquis, et en particulier des acquis de la sociologie des pratiques sportives consignées dans ce que l'on a appelé l'espace des sports. Il s'agissait d'essayer de comprendre et de visualiser la distribution sociale des pratiques sportives dans notre métier, c'est-à-dire d'expliquer ce rapport de régularité statistique qui existe entre certains types de sport et certains groupes sociaux, entre certaines pratiques, techniquement définies, et d'essayer de comprendre pourquoi il y avait une relative stabilité de cette distribution. Cette distribution statistique définit ce que nous appelons, dans notre jargon, la structure des goûts sportifs dans la société française au moment où elle aborde, cette société, une conjoncture difficile. Il s'agissait donc de décrire la structure avant que cette société ne connaisse ces secousses sous le double effet d'une crise économique et d'une crise culturelle - il faut dire que la structure que vous trouverez dans les ouvrages que mon ami LEFEVRE a bien voulu rappeler, décrivent l'état antérieur de cette distribution, c'est-à-dire dans les années 60-70, et maintenant nous sommes dans un système en instabilité. La crise économique et culturelle, qui s'est redoublée dans les années 68-70, a imposé de profonds bouleversements dans les mentalités dans les usages, qu'il s'agit d'abord de décrire, c'est ce que nous appellerons des tendances lourdes d'évolution. On ne peut pas faire de prospectives sans se poser la question de la structure de la population française en l'an 2000, voir le document tout à fait intéressant de l'INSEE qui atteste, qui confirme, le vieillissement de la population, mais aussi la transformation de la structure des budgets des ménages, c'est-à-dire, les ménages n'organiseront pas leurs dépenses comme elles les organisent aujourd'hui. La santé et aussi le loisir, sont des postes budgétaires qui montent dans les dépenses des ménages. On doit donc tenir compte de ce que j'appellerais les tendances lourdes d'évolution comme les tendances démographiques. Mais on dispose aujourd'hui pour ceux qui disent "mais alors comment raisonner dans ce cadre d'une crise où tout bouge, où une chatte ne reconnaît plus ses petits ?" et bien, je dirais que nous disposons de modèles aujourd'hui, permettant de saisir les réactions paradoxales ou irrationnelles des systèmes en instabilité sur lesquels des événements les plus modestes, les plus insignifiants en apparence, peuvent avoir des répercussions tout à fait décisives, massives, alors que des effets, au contraire, colossaux peuvent n'avoir pas d'effets sur ces systèmes en instabilité. C'est donc, voyez-vous, dans ce cadre difficile, incertain que je vais placer mes propositions avec beaucoup de prudence vous l'imaginez bien. On peut sortir, un moment de la description des structures, on peut cesser de s'attacher au mécanisme de reproduction, c'est-à-dire, par lequel les organismes, les institutions se reproduisent à l'identique. Maintenant, il faut essayer de pousser quelques suppositions sur l'avenir. Alors quels sont les points forts, les points qui nous paraissent convergents, les acquis dont je parlais tout à l'heure, et dont nous pourrions faire notre miel ? Je crois que l'on assiste depuis une quinzaine d'années dans notre société, à une transformation d'ensemble des goûts et des comportements sportifs. Ceci ne fait pas de doute, il y a un déplacement et une reformulation de la demande sociale en la matière. Ceci est objectivable, en termes institutionnels. Il y a dans certains secteurs fédéraux une crise des affiliations fédérales, il y a un développement de ce que l'on appelle la pratique libre ou de la pratique sauvage ; il y a des effets spatiaux de ces transformations de la demande, certains équipements sont désaffectés, désertés ou on transforme leurs usages ; il y a de grandes migrations agrophiles, extensives vers les espaces libres de la pleine nature ; il y a des effets sociaux et culturels de cette transformation, on sent de nouvelles formes d'exigence chez les usagers ou les utilisateurs ou les pratiquants, nouvelles formes d'exigence qui se traduisent par un rapport plus intelligent à son corps et aux activités qui lui sont proposées ; il y a aussi et peut-être surtout des transformations dans les modes de sociabilité sportive, dans les types de relations que l'on entretient avec les autres dans cet univers sportif ; il y a aussi et peut-être surtout des transformations de représentations que les gens se font des activités, que les enfants se font des activités, et là j'évoquerais, bien sûr, l'impact considérable que les medias exercent sur ces représentations. Ces transformations peuvent être rapportées aux mutations des mentalités, on a parlé d'un développement de l'individualisme, de la montée en puissance des classes moyennes et des professions intermédiaires, qui vont entraîner des modifications considérables dans les rapports sociaux. Mais il faut évoquer aussi les transformations des rapports au système scolaire, et les effets de l'inflation des titres scolaires, je n'insisterai pas là-dessus, mais aussi des transformations des rapports à l'autre sexe. Vous ne pouvez pas imaginer l'importance que ces transformations des rapports à l'autre sexe, dans un sens de l'égalité, a au niveau des pratiques sportives, et pas seulement dans la sociabilité.

5Alors, pour ramasser tous ces éléments, je dirais que les transformations s'opèrent sur quatre dimensions principales, il y a une inspiration, une attente, une demande en matière de nouveaux cadres d'exercice. Nouveaux cadres d'exercice plus ouverts, plus grands, plus extérieurs. Deuxièmement, aspiration à de nouveaux gestuels ou à de nouveaux rapports sportifs au corps. Troisièmement, aspiration ou attente dans les nouveaux modes de sociabilité, en enfin, des attentes pour pouvoir transformer les styles de transmission des savoir-faire techniques. Voici une chose très importante, on attend une plus grande rapidité, une plus grande efficacité des apprentissages, on veut pouvoir se prendre soi-même en charge plus rapidement, pouvoir avoir une autonomie décisionnelle dans les activités. Alors vous imaginez bien que tout ceci devrait entrainer des déplacements, des reformulations au niveau des formations de cadres, au niveau de la prospective des équipements, je n'insiste pas. Alors, j'en arrive à une supposition et je vous demande de la prendre comme telle, c'est-à-dire, je formule une hypothèse sur un axe de développement du système des sports tel qu'il a été décrit précédemment et qu'il se définissait dans les années 60. Cet axe de développement, qui figurerait ce que j'appellerais un fait porteur d'avenir, réside dans l'aventure, dans la thématique de l'aventure. Ce qui est frappant dans cette société réputée confortable, enfin qui était encore naguère considérée comme confortable, c'est la montée en puissance de la thématique de l'aventure, d'une part dans les vecteurs de la culture de masse, dans les films, dans les romans, dans les publicités, dans les jeux et les jouets, mais aussi une poussée des pratiques d'aventure des comportements aventureux, des jeux d'aventure et de vertige dans l'univers sportif lui-même qu'il est possible de décrire. J'évoquerais non seulement les modalités motorisées de l'aventure comme le Paris-Dakar, mais aussi l'aventure à pied ; la course s'aventurise, la course, elle-même, qui était une pratique traditionnelle, elle devient dans les traversées de La Vallée de la Mort, de Gao à Dakar, etc... : elle s'aventurise. Il y a aussi des observations sur les styles de vie de nos contemporains, dans les vêtements, mais aussi dans le langage courant. Il est frappant de constater que, dans notre formulation habituelle, notre langage se charge des métaphores du baroud et des actions de commando, à chaque instant on dit "on va se faire un coup", "on est sur un bon coup", "j'ai réussi un bon coup.'" et ceci aussi bien dans la sphère économique, commerciale et même sentimentale. Alors, je pense qu'il y a lieu d'examiner un corpus hétéroclite, à faire un corpus d'observation que l'on n'a pas l'habitude de rassembler : romans, films, jouets, presse de week-end et de loisir, publicité, soucoupe de café, affiches publicitaires pour le défi du "Camel Trophy" etc. Observez dans la chaire même des pratiques la "culture fun" par rapport à la planche à voile traditionnelle ou au dériveur de compétition ! Hier deux responsables de la fédération française de voile me faisaient remarquer qu'en compétition, les représentants du Fun-Board développaient une forme de roublardise vis-à-vis de toute forme d'arbitrage et de compétition, tandis que les tenants du dériveur ou de la croisière en sont encore au respect, à l'auto-discipline et au respect des décisions arbitrales. Je vous demande de bien réfléchir sur ces aspects. Or, le répertoire hétéroclite sur lequel je m'appuie pour essayer de donner du sens à ces observations, est guidé par le souci de comprendre ce qui se passe dans notre société en cette fin de siècle. Toute ceci doit être mis en rapport avec la montée de ce que j'appellerais la "tapisation" de la culture d'entreprise, ce que j'appellerais les changements d'esthétique, mais aussi, je le répète, cette présence insistante, lancinante de la thématique de l'aventure dans une nouvelle configuration. Je voudrais, pour éviter de nous entraîner dans une démarche un peu erratique, vous proposer d'examiner successivement les points suivants : définir l'aventure et mettre en évidence ce phénomène dans les pratiques sportives ; deuxièmement repérer ces manifestations dans le système social, dans le monde de l'entreprise, et même, dans la sphère économique et enfin d'essayer d'expliquer ces rapports entre l'aventure sportive, l'aventure sociale et l'aventure industrielle ou économique à travers l'hypothèse de la diffusion d'une disposition à la guérilla sociale. Alors, dans "Le Monde" daté du 2 avril 87, il y a eu une grande première dans les souhaits que le ministre de l'éducation nationale a formulé, je cite :

Voir l'enseignement d'aujourd'hui et de demain, valoriser le goût du risque et de l'aventure, clé de la réussite professionnelle des jeunes.

6Voici donc que le thème de l'aventure devient un objectif éducatif. Aussi surprenant que cela puisse paraître dans une société hier encore confortable, vous remarquerez que l'aventure est dans l'air du temps. Alors je parlerai bien sûr de cette montée en puissance des pratiques d'aventure sportive, d'escapades sportives en tout genre : les aventures de marche ou de course à pied, Gao, l'Arbre du Ténéré, La Vallée de la Mort, Le Hoggar, que sais-je... la commercialisation des voyages à pied avec imprévus garantis sur dépliant. Célébration médiatique très insistante de ces nouveaux héros, j'évoquerai Philippe de DIEULEVEUX, Arnaud de ROSNAY ou bien Thierry SABINE, ce sont des figures médiatiques qui sont spécialement construites et façonnées, qui ont d'ailleurs disparu en service commandé de l'aventure pour signaler, en l'occurrence, que là, la dure réalité dépasse la fiction. Ceci va de pair avec la diffusion du langage de l'aventure, du baroud et même du gang, en tous cas, les métaphores des actions de commando dans le langage courant, dans les rapports commerciaux.

7Cette diffusion des images et des représentations de l'aventure fait une percée dans la culture de masse : romans et récits, films et publicités, jeux et jouets, les films à succès : "Mosquito Coast", depuis "Délivrance", il y a eu sans cesse cette relance de la thématique aventurière. Mais il y a des pratiques d'aventure qui se développent et qui ont un succès au niveau de la télévision, pensez au Docteur ETIENNE. Alors, l'aventure et ses héros, d'une part, s'est démocratisée, ce ne sont plus les commandants COUSTEAU, les Aristocrates de l'Aventure, Paul-Emile VICTOR, etc., ce sont de modestes employés qui désertent leur caisse et qui s'enfoncent dans la jungle amazonienne, ce sont des agents de police qui traversent le Grand Nord etc.

8L'aventure s'est sportivisée, l'aventure s'est commercialisée et elle s'est aussi tragédisée. C'est dire les impacts sur le grand public, téléspectateurs notamment qui sont quasiment témoins de la mort en direct je dirais. Rappelez-vous les rapides d'Inga. Donc, on peut observer par ailleurs, que si l'aventure possède ses professionnels aujourd'hui, elle possède ses médias, ses sponsors comme l'on dit, c'est en raison de l'existence d'une masse critique de consommateurs de rêves d'aventure. Regardez, par exemple, les succès, l'engouement pour les festivals de films d'aventure : "La nuit de la glisse" etc. Il y a donc un phénomène qui mérite que l'on s'y attache.

9Or, il y a, grâce à la télévision, notamment, une mise en scène ostensible des nouveaux héros de l'aventure et des exploits sportifs. C'est une production de figures qui est donnée à voir à l'admiration des publics jeunes et, il y a là un déplacement déjà objectivable des consommations médiatiques : presse de loisirs et de week-end, films, publicité, qui manifestent une espèce de glissement dans les représentations classiques qui posent des combats sportifs durs, dont vous avez peut-être vu ce matin un exemple à 5 H, vers de nouvelles formes ou un héros solitaire, individualiste, un rien baroudeur, se lance à corps perdu contre une nature hostile et où, il s'efforce de survivre et d'ailleurs situation qui peut s'achever dans une sauvage chasse à l'homme. Je crois que le mythe qui est en train de se construire ici est assez révélateur d'une évolution des représentations et des représentations sportives en cette fin de siècle. Il y a lieu donc de s'interroger sur ces nouveaux mythes, sur la diffusion dans les différents secteurs de la vie sociale, économique, industrielle, (dans le monde industriel, manifestement, il y a une aventure, j'aurai l'occasion d'en parler à propos de la "tapisation" de la culture d'entreprise). Il y a donc des enjeux industriels, professionnels, sportifs où cette thématique de l'aventure porte ses effets. Alors je crois qu'il y a lieu de rapporter cela, évidemment, à des transformations qui affectent la société, notre société dans son ensemble en ce dernier quart du XXème siècle. S'il y a ces phénomènes ce ne sont pas seulement des phénomènes éphémères, il y a là des effets de structure que je voudrais essayer rapidement d'évoquer. Alors d'abord, il y a les défaites coloniales, le succès des guerres de libération, la revanche des pays faibles dans les guerres économiques, la montée des terrorismes internationaux ; ce sont des modèles (je crois que c'est Mme SERAT qui a dit que finalement, dans son désespoir, que "c'était normal", que "c'était la force du faible") ; le terrorisme, c'est l'aventure, c'est la force du faible. Mais il y a la perte des identités collectives, il y a le recul des grandes idéologies, il y a la montée de l'individualisme et du désir d'autonomie, la crise de l'état providence. Tout cela se transpose terme à terme dans le registre des sports. I1 y a une montée, dans les sociétés développées, de ce climat d'inquiétude et de catastrophe imminent, qui aspire précisément ces schèmes culturels. Par ailleurs, l'arme nucléaire, impersonnelle et apocalyptique, a complètement vidé la guerre de sa symbolique héroïque. Et bien, pour la réhabiliter, en quelque sorte, cette action guerrière, qui peut servir de métaphore généralisée à tous les affrontements, y compris les affrontements sportifs, bien sûr, et bien on n'a plus qu'un ultime recours, le recours imaginaire au schème de la guérilla de partisans. Je crois que les pratiques et les représentations de l'aventure et de la survie dans la nature, procèdent, manifestement, de ces mouvements qui entretenaient, naguère, des relations idéologiques avec les utopies du retour, la conscience écologique, les frugalités néo-rurales etc. Il y a là comme une espèce de phase dans les années 60-70, au moment où se sont ancrées les principales illusions des militants de 68, apaisés ou reconvertis, il y a comme une phase de contre-attaque. Sur le fond culturel qui s'est déposé dans les années 70, sur nos mentalités, ont brusquement surgi, dans nos projets, des réactions cyniques et dures, qui célèbrent la débrouillardise des gens cultivés. Réactions, d'ailleurs, d'autant plus larges, d'autant plus fortes, qu'elles émanent de groupes fortement scolarisés et de groupes menacés par le déclassement. Alors, en se généralisant, en bref, la crise économique a pour effet évident d'accroître les tensions, les concurrences, sur la totalité des champs d'investissement, socioprofessionnel de sorte que les agents qui sont dotés de modestes ressources, les jeunes, les femmes, les déclassés, qui arrivent nombreux sur les marchés, agents tout à fait marginalisés au sens propre ici, puisque c'est la périphérie qui joue contre le centre et bien, ils n'ont d'autre issue et d'autre choix que de tenter d'exploiter leurs modestes ressources, de vivre sur le pays etc. Ainsi, une espèce d'idéologie tend à se substituer au combat dur livré de face, qui était le modèle de nos grands-pères, encore en train de survivre à travers les affrontements sportifs collectifs. Ce schème mental, culturel inspire la mobilité, la dispersion, la ruse, la fuite, l'inventivité des actions individuelles, l'intelligence des petites actions combinées etc. des petits groupes déterminés plutôt que des grandes mobilisations massives. C'est pour cela que je vous demanderai de convenir de l'appeler une espèce de développement de diffusion du schéma de la guérilla sociale. Il semblerait qu'il y ait une espèce de transposition d'ombres portée entre ce que j'appellerais les aventures sportives et les aventures sociales. Je vais aller très très vite maintenant, sur un chapitre qu'il me faut traverser au grand galop, que j'appellerai " Exploits sportifs d'excellence, défis sociaux, esprit d'entreprise". Ce qui est frappant, c'est que, si je me résume, l'aventure sportive, c'est accepter d'être livré à ses seules et modestes ressources face aux dangers imprévus que réserve toujours un monde inconnu, hostile et le monde social est un monde hostile pour les jeunes dont je parlais il y a un instant.

10On sent que l'aventure rime parfaitement avec un libéralisme sauvage et un individualisme vivement recommandé. Elle se trouve donc logiquement célébrée comme un modèle de réussite dans le montage des coups inventifs, audacieux, qui supposent : préparation, conduite et gestion d'une entreprise risquée. La figure du sportif est en train de devenir le modèle général d'action, parce qu'il est le type idéal de la méritocratie à laquelle notre société semble se reconvertir à toute vitesse. Je crois qu'il y a là, dans cette efflorescence du marché de la réussite : Winner, Dymaster, Challenge, Défi, etc. et toutes ces officines spécialisées, la volonté d'ériger le modèle du défi. Le "Camel Trophy" qui est un type même de défi lancé dans la presse par l'étalage d'affiches, suggère d'ailleurs une valeur exemplaire "t'es pas chiche, t'es pas cap de tout lâcher pour nous, avec nous, pour tenter la grande aventure en Amazonie". Je pense qu'il y a là une pertinence sociale par rapport à des déplacements. Voyez à la télévision, on appelle les jeunes à plus d'ambition, je cite ces managers entrepreneurs nouveau style qui ont ravalé la race des patrons cannibales au rang d'anciens combattants et de dinosaures : vous avez un projet, vous avez de l'ambition, vous allez avoir de l'autonomie, vous avez une volonté à toute épreuve, vous avez ce minimum de solidarité de petit groupe, dans ces petites équipes synergiques, soyez rassuré, ce sont des valeurs qui montent ! Et elles montent partout. Dans l'évolution du management d'entreprise, qui est marquée par la découverte de l'importance, enfin de la relance de l'importance des ressources humaines, on a suivi pas à pas l'évolution des mentalités, la rapidité d'action, la souplesse de fonctionnement des moyennes unités qui doivent, pour survivre, s'adapter très rapidement à la demande, s'accommodant tout à fait, de la levée des contraintes bureaucratiques, de la logique taylorienne, d'où l'incitation à cette création des sectes d'excellence, la promotion des initiatives individuelles, les défis collectifs etc. J'appellerais ça la tapisation de la culture d'entreprise, mais aussi une certaine tapisation de la culture où des petits groupes déterminés sur le modèle du commando, du gang se lancent dans le secteur commercial, industriel etc. sur ce même modèle. Pour terminer, dans la conquête des marchés, Georges SALOMON, je crois le meilleur exemple, rappelle opportunément, je cite

les affaires sont des batailles d'extermination, à l'issue desquelles généralement, seuls deux ou trois, les plus forts, survivent.

11Or, il arrive que les forts faiblissent, et trouvent leur maître :

Attaquer ROSSIGNOL de face, serait une grave erreur, il ne faut jamais essayer de percer le front à Verdun

12reconnaît Georges SALOMON, fin stratège. Or, contourner Verdun, dans le registre du ski, c'est évidemment attaquer ROSSIGNOL par l'Autriche. Donc il y a là, voyez-vous, dans la France du dernier quart du XXème siècle, des transformations des mentalités, qui ne manquent pas de projeter leurs ombres portées sur le registre des sports. Il n'y a pas de raisons que le système des pratiques, des consommations et des représentations sportives, soit un monde à part, qui échappe à ces transformations de structure. C'est ce que j'essayais rapidement de décrire. Et en dernier lieu, je voudrais dire que, comme je ne fais pas seulement que de me complaire dans les considérations théoriques, je me suis efforcé, à l'Université de Paris Sud, où je travaille, de réaliser en vraie grandeur, un site pilote d'innovation et d'expérimentation, que j'appelle, comme par hasard : Site d'aventure sportive : S.A.S. 2000, site d'aventure sportive pour le XXIème siècle, où l'on essaie d'intégrer toutes ces transformations, tout ce qui bouge, pour essayer sur un espace limité, péri-urbain, c'est-à-dire entre 15 et 20 hectares, c'est-à-dire dans des communes qui ont une réserve foncière, j'ai cru entendre toute à l'heure qu'il en existait ici, de proposer de nouveaux schèmes, de nouveaux modèles sportifs à l'expérimentation et de s'inspirer de ce que nous faisons par exemple à Orsay en relation donc, avec toutes ces spéculations. Alors, je vous remercie de votre attention, et je vous prie de m'excuser d'avoir été si long et si bavard.

DÉBAT

13Jean-Pierre LEFEVRE, directeur du SUAPS : Bien, je vous avais dit que l'on pourrait écouter Christian POCIELLO pendant des heures. On va lancer le débat tout de suite par une question d'Eric LECLERCQ.

14Eric LECLERCQ, maître de conférence, U.E.R. sciences économiques : Oui, on a fait à l'occasion de cette matinée un tour d'horizon assez vaste, me semble-t-il, de tous les aspects socio-économiques du développement du sport avec, pour résumer, d'abord une incidence sport/économie, ensuite une incidence économie/sport par le biais de la gestion. Il me semble que sur le plan de la sociologie, là encore la dualité économie et sport peut être intégrée. M. POCIELLO a parlé tout à l'heure, de la logique de marché qui, par l'incertitude, aboutissait à un certain nombre de modifications de comportement. J'étais un peu étonné, en tant qu'économiste du travail, de ne pas voir une explication dans son analyse, de, disons, l'exogénéité du front culturel en tant que variable explicative du modèle proposé à partir des schémas qui définissent l'organisation du travail. Alors je voulais lui poser la question : est-ce que, si l'on veut s'inscrire sur un moyen long terme, dans ce cadre-là on ne peut pas intégrer des variables structurantes importantes dans son modèle ?

15J.-P. LEFEVRE : Est-ce qu'il y a d'autres questions dans la salle ?

16Maître LAGARDE : Moi j'en ai une mais c'est plutôt une critique. J'avais cru comprendre qu'il s'agissait du développement du sport. Or, j'assiste depuis ce matin à une analyse qui est, ce n'est pas pour cela qu'il fallait le dire, l'étude du sport. Or, à mon avis, j'ai l'impression, si l'on me permet de faire une référence à l'Angleterre, on se fait plaisir, mais le sport, je n'en ai pas entendu parler. Je crois Monsieur que vous ne nous avez dit si vous étiez partisan ou nom de développer le sport, et vous ne nous avez pas dit, ce qui me paraissait essentiel, pourquoi il faut le développer, pourquoi il ne faut pas le développer. Or je pense que c'est essentiel. Nous sommes à l'université, elle à l'excellente idée de nous réunir, et on ne va pas étudier pourquoi l'Université française est tellement en retard par rapport aux pays étrangers en ce qui concerne la pratique sportive, et si l'université ne fait pas ce qui doit être fait, il ne faut pas s'attendre à ce que le reste de la France le fasse.

17Or tout cela fait partie d'une éducation, d'une forme de vie, et dans vos propos, je pense à ce que vous appelez, je crois, les "professeurs-SNCF" qui se dépêchent de finir les cours, les "turbo profs", ça en fait partie, ça fait partie de notre refus d'appliquer l'expérience du sport. Alors tout cela, on n'en parle pas, je le déplore, car les analyses, surtout de la qualité du dernier professeur, sont parfaitement utiles, mais je pense plutôt que : "si tu veux savoir jusqu'où tu peux aller, lève-toi et marche !".

18J.-P. LEFEVRE : Je crois bien entendu, qu'il sera répondu à tous les intervenants. Est-ce qu'il y a une autre question, à regrouper ?

19Laurent BUISSON, élève du DEUST APS : Alors, pour répondre à ce que vient de dire Monsieur, je crois que M. POCIELLO a quand même en grande partie répondu un peu à la question que vous venez de poser. Il n'a pas donné une réponse directe, mais il a donné des prémices de réponse, c'est à nous aussi de se développer dans ce sens-là. Ma question serait aussi : "pensez-vous que le mouvement tel qu'il est à l'heure actuelle lancé, va se poursuivre ? Est-ce que des freins vont se développer ? A l'heure actuelle, beaucoup de gens, des responsables ont en grande partie tout dans les mains. Pensez-vous que si tout le monde commence à avoir un petit peu de potentialité, ça va pouvoir se développer ?

20J.-P. LEFEVRE : Dans le même ordre d'idée, est-ce qu'il y a encore une autre intervention ? Bon je pense que l'on va donc regrouper ceci autour d'un thème, je ne vais pas répondre moi-même. Je voudrais simplement dire un petit mot en tant que co-organisateur avec les élèves du DEUST, nous avons pensé que l'université avait pour vocation, dans un premier temps, de porter une réflexion sur les choses, l'université ne se substitue pas au monde des décideurs, qui est le monde politique, elle fait des analyses, elle fait des prospectives, elle fait de la recherche, comme le fait Christian POCIELLO dans un laboratoire de recherche sur la culture sportive, elle analyse de différents points de vue, notamment du point de vue de la sociologie, elle remet sa réflexion au grand public, en l'occurrence aujourd'hui, à des élus, elle joue donc son rôle elle contribue à faire émerger les décisions en tant qu'elle a apporté un niveau de réflexion qui se veut au plus haut niveau. Sinon, qui veut répondre plus précisément aux questions posées ?

21Christian POCIELLO : Oui, je peux dire un mot sur l'intervention enthousiaste de Maître LAGARDE. Je pense qu'il est important de préciser que je suis issu, et je ne renie absolument pas mes origines, du corps professionnel des enseignants de l'éducation physique, et j'ai moi-même eu à souffrir d'un certain nombre de crises qui affectent le monde sportif aujourd'hui, et j'ai éprouvé le besoin de faire, ce que j'appellerai, la pause conceptuelle, c'est-à-dire d'essayer de comprendre sans porter de jugement sur ce qui se passe. Je crois que c'est une question d'étapes, d'abord proposer des outils intellectuels pour l'analyse, parce que, finalement, si vous avez la solution, et bien, il vous faut la proposer. Moi je n'ai pas la solution, donc je m'efforce d'abord de porter un regard un peu descriptif, le plus objectif possible, sans d'abord porter de jugement sur le sens des transformations. Sans doute, ce qui se passe aujourd'hui dans notre société et qui affecte, je crois, le système des sports de manière assez radicale, porte préjudice aux pratiques traditionnelles, auxquelles nous étions nous-même attachés. Donc, je crois qu'il est important de ménager dans un premier temps, une pause permettant l'analyse économique, sociologique, institutionnelle, juridique etc. de ce qui se passe avant d'engager les actions qui s'imposeront. Or là, il ne faut pas mélanger les compétences. Les laboratoires de recherche, les universitaires ne sont pas chargés de mener l'action. Il y a pour cela des instruments, des institutions, en particulier, les institutions fédérales, les organismes fédéraux et ministériels. Donc ce que nous essayons d'apporter, ce sont des outils pour comprendre les évolutions qui affectent le sport dans la société française dans le dernier quart du XXème siècle. Ceci dit, je dois reconnaître que je dois refouler un certain nombre d'enthousiasmes qui me viennent de mon passé professionnel. Je crois qu'il ne faut pas confondre les temps et je pense qu'il est important d'abord de disposer d'un certain nombre d'outils intellectuels pour comprendre les transformations avant d'agir. Et peut-être que l'action, elle, doit se mener ailleurs, dans les cadres fédéraux en particulier.

22Maître LAGARDE : Monsieur le Professeur, si vous me permettez de répondre, vous avez raison, sauf sur un point. A l'intérieur de l'Université, c'est bien à elle de décider, ce n'est pas aux autres, or j'estime que l'on a déjà perdu beaucoup de temps. Alors, le reste de la France, vous avez mille fois raison, mais l'intérieur de l'université, ce qui fait que les universités n'ont pas voulu appliquer la loi Edgard Faure gui leur permettait d'imposer le sport, ça nous regarde bien, et ça regarde bien l'université, voyez-vous.

23Eric LECLERCQ : On peut quand même admettre que l'université n'est qu'un sous-système dans le mouvement sportif et qu'elle est en étroite interdépendance avec les autres éléments du système.

24Christian POCIELLO : Je peux ajouter aussi qu'il y a quand même aussi un sous-développement du point de vue des structures de réflexion sur le sport à l'université. Il faut quand même dire qu'il y a dans notre pays une longue tradition d'isolement institutionnel et intellectuel des disciplines "sport", et qu'il y a très peu de temps, enfin personnellement, je m'honore d'avoir été choisi pour travailler, réfléchir dans une université, mais nous étions complètement isolés dans le monde institutionnel de la jeunesse et des sports, et qu'il y a très peu de temps que nous avons la possibilité de libérer les forces de l'imaginaire et de la recherche. Donc, je pense que là surtout, c'est un phénomène spécifiquement français, cet isolement de la réflexion en matière de sport. Cela ne se produit pas dans les autres pays du monde, et je pense que là nous avons beaucoup de retard. Alors permettons-nous dans cette pause conceptuelle, d'étudier cet objet qui est culturellement déprécié. Dans l'université française, cet objet de recherche a beaucoup de mal à s'intégrer. Et bien, il faudrait nous donner un peu de temps pour appliquer à cet objet, je le répète culturellement déprécié, les outillages intellectuels, les méthodes, les sciences humaines, les sciences sociales, les sciences exactes etc. des sciences nobles de la partie noble de l'université. Je pense que ça va demander beaucoup de temps. Mais si l'on nous demande de mélanger l'action et la réflexion, le temps de l'action et le temps de la réflexion, là, on risque de faire des boulettes. Mais en tout état de cause, si les organisations et les structures fédérales ont les solutions, il faut les appliquer. Je pense qu'il y a lieu de ménager une pause réflexive pour essayer de comprendre ce qui se passe dans notre société, dans cette fin de siècle.

25J.-P. LEFEVRE : Monsieur Alain MICHEL ?

26Alain MICHEL, responsable de la maîtrise de Sciences et techniques "Economie et Gestion du Sport" de l'Université de Paris-Dauphine : Oui, ce que je voulais ajouter à l'intervention de Monsieur, c'est que d'une part, M. BONNENFANT, cette après-midi, va nous parler des équipements sportifs et de tout ce qu'il y a autour, c'est important, parce que vous parliez de l'Angleterre, on pourrait parler notamment de l'Allemagne et des Etats-Unis ou du Canada. Aucun moment, en France quand des universités se sont construites, il y a eu à côté un campus universitaire avec des équipements sportifs dignes de ce nom. Alors cette première matinée notamment qui a permis de bien camper et l'économie régionale et les données sociologiques telles que M. POCIELLO nous les a expliquées, va déboucher cette après-midi, sur le pourquoi des équipements sportifs. Le manque de pratique, ou le vide des installations universitaires mais ce n'est pas par hasard ! On est en 1987, on n'attire pas les gens dans les universités avec des salles délabrées, avec l'absence de club-house et notamment de pôles d'attraction, cet après-midi, vous aurez peut-être l'explication du fait que nos étudiants sont peu ou pas sportifs, mais ce n'est pas entièrement de leur faute.

27Eric LECERCQ : On pourrait peut-être tout de suite aborder la cadre des réponses, avec éventuellement une question supplémentaire en ce qui me concerne, qui se greffe sur celle que j'ai déjà posée. Peut-être serait-il intéressant de développer tout ce qui concerne le dualisme, "innovation technologique sport", dans la perspective où l'innovation technologique via l'organisation du travail joue, bien entendu, sur les pratiques sportives, mais dans la mesure aussi où les innovations technologiques peuvent être, le support, par le biais du sport, d'un développement économique au sein de la région.

28Christian POCIELLO : J'ai l'air de monopoliser la parole et je vous prie de m'en excuser, mais je ne suis pas le seul interlocuteur dans cette affaire ; d'ailleurs je n'ai pas la science infuse et je n'ai qu'une vision extrêmement partielle et partiale, vous l'avez senti, de la chose. Enfin, pour ce qui me concerne, je crois que votre question est tout à fait pertinente en ce qui concerne la technologie et les rapports du sport, ce que j'ai observé pour ma part, c'est que les activités qui se développent avec un très très fort gradient en ce moment dans notre société, ce sont précisément les pratiques instrumentées et les pratiques machinisées, comme je dirais dans mon jargon, et là, il y a des incidences, évidemment, économiques qui sont tout à fait évidentes, une relance de marché qui était jusque-là stagnante ou en déclin, grâce à cette utilisation des instruments et des machines sportives. Et il y a évidemment des enjeux économiques considérables qui sont attachés à ces productions et il faut savoir que dans le secteur de la planche à voile ou du deltaplane, les Français font preuve d'un dynamisme japonais je dirais, et il n'est pas inintéressant de l'observer. Mais si ces pratiques marchent, je dirais, ont du succès, ce n'est pas seulement parce qu'il y a des stratégies commerciales, industrielles qui proposent de nouveaux produits. C'est parce que, il y a dans les mentalités, dans l'évolution culturelle, des éléments qui leur permettent d'avoir tout leur impact, et c'est là que se porte mon propre objet d'étude.

29J.-P. LEFEVRE : Oui. Alors nous reprendrons ces débats intéressants cette après-midi. Je signale que M. Le Recteur m'a prié de l'excuser pour être parti un petit peu plus tôt que prévu, il devait honorer de sa présence le repas ce midi. Néanmoins ce repas se fera sous la présidence du représentant de M. Le Préfet, M. DUPONT, Secrétaire Général aux Affaires Régionales.

30M. GIBERT, Maître de conférence, U.E.R. Sciences Economiques : Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, nous allons ouvrir cette séance de l'après-midi avec quelques minutes, selon la formule traditionnelle, de retard que vous voudrez bien nous pardonner. Nous avons décidé, pour simplifier les choses, de confondre le débat qui était prévu ce matin avec le débat de l'après-midi. Avant de vous présenter différents intervenants, et de les remercier de leur présence un samedi après-midi à Rouen par un temps un peu médiocre, dans un printemps qui n'en finit pas de venir, c'est extrêmement méritoire. Les thèmes de cette après-midi sont plus spécifiquement consacrés aux relations qui existent entre l'économie, la gestion et le sport et il fut un temps, récent encore, où l'idée d'examiner les relations entre la gestion, le sport et l'économie, était considérée comme une idée incongrue, voire même parfois comme une idée inconvenante. Idée baroque en tout cas aux yeux des économistes, qui sont des gens sérieux, on le sait, par nature, distingués, et qui comprenaient mal la nécessité d'intégrer à leur champ de préoccupations sociales habituelles, des pratiques, ludiques dont ils ne voyaient pas toujours la nécessité, pour ne pas les avoir pratiquées dans le passé, et qui en tout cas, leur paraissaient un peu vaines. Idée étrange, voire suspecte, il faut bien le dire, aux yeux des pratiquants et même de l'opinion publique qui souhaitait préserver sa part d'évasion, de rêve, d'effort mesuré, de préoccupations externes qu'elle considérait comme étant bassement commerciales. En bref, les économistes avec la superbe qui les caractérisent, ignoraient le monde du sport. Et il faut dire en contrepartie, que celui-ci le leur rendait bien, avec une remarquable constance et une certaine naïveté souvent feinte, mais rarement désintéressée. Et pourtant, tout concourait à les réunir un jour ou l'autre, et si ce fut tard, cela finit par arriver. En fait, entre le sport qui nous est cher, l'économie, la gestion, il y a au moins un grand point commun. Les uns et les autres sont tendus vers le même objectif qui est la réalisation d'une performance, la recherche de résultats. Encore faut-il pour cela se mettre d'accord sur ce que l'on entend, par performance, sur les critères qui seront utilisés et sur les moyens dont on dotera les acteurs pour qu'ils puissent réaliser ces mêmes performances. Et progressivement, les liens entre économistes gestionnaires et sportifs se sont développés, assez facilement, parce que, au début, et même depuis, souvent encore, les économistes ou les gestionnaires concernés étaient aussi d'anciens sportifs, qui avaient au moins, par ce biais, essayé de prolonger une jeunesse qui avait tendance à les quitter trop rapidement à leur gré. Aujourd'hui, chacun sait qu'il existe des liens très étroits entre l'économie et le sport. L'économie est entrée dans le sport sans doute plus rapidement que le sport est entré dans l'économie, à tel point qu'aujourd'hui on peut se demander, si cette collaboration entre l'économie et le monde du sport n'est pas en train de changer de nature, et si nous ne sommes pas arrivés à un moment où le sport sera gouverné par l'économie. Ce sont là des questions qui vous paraîtront bien générales, mais l'enjeu a une importance particulière. Il n'est évidemment pas question de les traiter en tant que telles, néanmoins nous avons souhaité, surtout les organisateurs ont souhaité, que des gens qui soient à la fois habitués à réfléchir et concernés par les problèmes de terrain, viennent évoquer devant vous, sur des cas ponctuels, sur des situations concrètes, un certain nombre de ces problèmes. Et cela vous explique la manière dont le programme avait été conçu. Il n'y a pas de colloque qui soit définitivement réussi si on ne peut souligner au moins une absence, et en ce domaine, nous avons satisfait à la tradition. J'ai le regret de vous dire que M. SERVER, dont l'intervention devait débuter cette réunion, M. SERVER est président de l'association française pour le développement des équipements sportifs, pour des raisons qui, hélas, ne dépendent pas de lui, n'a pas pu être avec nous cette après-midi. Néanmoins, nous avons la chance d'avoir avec nous M. BONNENFANT, qui représentera le Ministère de la Jeunesse et des Sports, et mon collègue MICHEL de l'Université de Dauphine qui a mis sur pied, déjà depuis un certain nombre d'années, un type d'enseignement original, qui connaît un assez grand succès, qui répond en partie à un certain nombre de nos préoccupations. Dans les relations entre l'économie et le sport, il est évident que les pouvoirs publics ont un rôle à jouer. Resterait encore à savoir, ce que pourrait être son rôle. Pour simplifier et ne pas répondre à la question, je dirai tout simplement qu'ils n'ont pas un rôle mais plusieurs, et l'une de ces facettes, du rôle ou des rôles qu'ils doivent tenir, concerne à l'évidence l'équipement. Où est la cause, où est l'effet, entre le développement de l'économie et le développement du sport ? Je n'en sais rien, mais je sais que tout cela passe par les équipements. Et c'est la raison pour laquelle je cède la parole à M. BONNENFANT qui va nous présenter tous ces thèmes relatifs à la mission équipement du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Auteur

Maître de conférence à l'Université de Paris-Orsay

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540