Version classiqueVersion mobile

Le Développement du sport en Haute-Normandie

 | 
Jean-Pierre Lefèvre

La place du sport dans l'économie régionale

H. Vidal

Texte intégral

INTRODUCTION

1Double constatation

  • les difficultés rencontrées par l'économie

  • le développement du phénomène sportif

2La question est de savoir si l'on peut venir au secours de l'autre et réciproquement et en corollaire une deuxième question : qui de la poule ou de l'œuf est apparu le premier.

3Premier volet : Les retombées du sport sur l'économie

4Elles remontent sans doute aux Grecs. En France, on peut les faire remonter à la Renaissance : Jeu de Paume qui fait vivre fabricants de raquettes, de balles et constructeurs de salles.

5Deuxième volet : Prise en compte du sport par le pouvoir économique qui a tout d'abord commencé à s'intéresser au sport commercial (Harlem Globetrotters, Holiday on Ice, etc...).

6Dans les deux cas : les économistes ont jugé utile d'entreprendre des études sérieuses sur le phénomène associatif il n'y a guère que deux décennies.

I - L'EXPLOSION DU PHÉNOMÈNE SPORTIF

7Ce n'est pas un hasard si l'explosion du phénomène associatif a lui-même moins de 20 ans :

1950 :

2 millions de licenciés

1960 :

2 millions 800 000

1970 :

5 millions 200 000

1980 :

9 millions 500 000

1984 :

11 millions 800 000

1985 :

+ de 12 millions de licenciés

8Plus de 150 000 associations sportives. Compte tenu des non-licenciés, on peut considérer qu'il y a plus de 15 millions de pratiquants sportifs en France dès 1985. En effet, le développement n'est ni seulement associatif, ni seulement quantitatif. Il s'accompagne de 3 phénomènes :

a. la diversification des pratiquants

  • sport scolaire et universitaire

  • sport associatif - sport corporatif

  • et surtout le "sport pour tous" et tous les pratiquants inorganisés qui représentent pour le monde économique un marché considérable.

b. une séparation plus ou moins tranchée entre

  • le sport spectacle

  • le sport de haut niveau

  • le sport de masse

  • le sport de loisirs

c. les phénomènes de mode

9Ex : danse sportive, body building, aérobic

10C'est ainsi que le seul commerce des appareils de musculation est en plein essor et qu'on estime à 280 000 000 F le chiffre d'affaires qui résulte de ces modes. QUE LA FRANCE NE SOIT PAS EN TETE DU PELOTON, ce phénomène sportif a des retombées importantes sur l'économie française.

Comment ?

111 - par équivalence : un million de dirigeants bénévoles représentent en équivalents de salaires environ 8 milliards de Francs par an ;

122 - par le fait que 200 000 personnes environ vivent du sport et de ses retombées parmi lesquels les métiers du sport (professionnels, Brevetés d'Etat, Enseignants d'E.P.S., professeurs de sport) proprement dits fournissent environ 50 000 emplois

13Et n'oublions pas les étudiants du DEUST qui sont les administratifs et les gestionnaires de demain ;

143 - par le marché du sport en général que l'on peut estimer en France à 30 milliards de francs et qui comprend :

  1. les articles et matériels de sport

  2. le marché du spectacle sportif (boissons etc.)

  3. le marche de la presse sportive

  4. les marchés divers (médecine, pharmacie, assurances, banques, transports, hôtellerie, etc.)

  5. l'industrie des équipements sportifs qui regroupent environ 250 entreprises et font vivre environ 5 000 personnes.

II - LA PART DE L'ÉCONOMIE

15Encore que la relation sport-économie soit plus ancienne, jusqu'à ces 20 dernières années on ne connaissait que deux partenaires :

  • l'Etat et les collectivités locales d'un côté

  • le mouvement associatif de l'autre

16Aujourd'hui du fait de deux phénomènes :

  • la décentralisation d'une part

  • la prise en compte par l'économie du phénomène sportif, on peut parler de quatre partenaires

  • l'Etat (Jeunesse et Sports, Education, Université)

  • les collectivités territoriales

  • le monde économique

  • le mouvement associatif

17Comment, le monde économique, qui nous concerne aujourd'hui intervient-il ?

1 - par la publicité

18Surtout avec le phénomène télévisuel, le sport est pour la publicité un support exceptionnel. Cela a donné naissance à des sociétés intermédiaires. Si, en retour, la publicité finance le sport, le monde sportif le lui rend bien (image de marque d'une équipe, d'un champion etc.).

2 - par le sponsoring ou parrainage

19Cette forme récente de la publicité préserve l'intérêt mutuel des deux parties contractantes. Le sponsorisme peut se limiter au patronage d’une épreuve ou d'un challenge, ou aller jusqu'au financement en permanence d'une équipe, d'un sportif (ex : l'A.S.M. équipe de Michelin).

3 - en faisant d'un club sportif une vraie filiale (Matra-Racing)

20Mais il importe que des parties demeurent vigilantes :

  • le sponsor doit veiller à ce que l'équipe ou le champion soutenus garde son niveau de rentabilité

  • tandis que le sport doit conserver son éthique et son autonomie sur le plan purement sportif

21En un mot : se rendre réciproquement service ne doit en aucun cas aboutir pour l'une ou l'autre des parties à une sujétion.

III - ET LA HAUTE-NORMANDIE ?

22"En Haute-Normandie, peut-être plus qu'ailleurs, compte-tenu d'une situation générale très difficile, la recherche et le développement des synergies potentielles entre le sport, et principalement le sport de haut niveau, et l'économie, est très certainement une des composantes du redéploiement économique régional" (M. Patrizio, Vice-Président de la Chambre de Commerce).

A - Le sport de haut niveau

23"Or, ajoute M. Patrizio, il est désormais reconnu que le nom d'une ville attaché à une équipe qui gagne, valorise son image de marque et contribue à être le moteur de la politique régionale".

Handicaps de la Haute-Normandie

  • Pour le moment du moins, aucune équipe de très haut niveau qui fasse la une de la presse nationale.

  • Certes la Haute-Normandie possède de très grands champions (Caron, Renault,...) mais :

    1. l'impact des sports individuels est moindre que celui des sports d'équipe

    2. les clubs auxquels nos champions appartiennent n'arrivent pas à se faire reconnaître pour de grands clubs

    3. on assimile moins qu'autrefois le champion à sa région d'origine (ex : naguère à la radio : "Le Normand ANQUETIL", "Le Petit Breton Jean ROBIC"). Aujourd'hui : "Le Français CARON", "Le Français NOAH" (on ne fait d'exception que pour les Parisiens).

Il n'empêche que

  • le champion recèle son poids économique (le maillot qu'il porte, les produits dont il fait la publicité) et contribue à créer une dynamique sportive ;

  • moins qu'une équipe certes, le champion honore sa région.

Il importe donc de garder nos champions

241 - la création de Centres Permanents de Haut-Niveau peut y aider. Normalement installés dans un C.R.E.P.S. une région comme la nôtre est privée de C.R.E.P.S. :

  • les fédérations ont habilité des associations (gymnastique, hockey sur glace) ;

  • l'Université dans le haut-niveau, peut jouer son rôle (projet d'équipement sportif qui pourrait abriter un Centre de Haut-Niveau - Cycle Universitaire)

252 - Conventions : un danger pour la Haute-Normandie : la proximité de Paris et de quelques autres grands centres) et l'appel des Sirènes.

Comment lutter pour conserver nos champions ?

26Là, l'économie régionale peut jouer son rôle grâce à la signature par les entreprises de conventions qui garantissent aux athlètes la possibilité de s'entraîner et de préparer leur avenir professionnel. Cela se pratique au niveau national (Services publics ou entreprises privées) avec, en contrepartie, une aide de l'Etat pour les pratiquants de "sport pour tous" des entreprises concernées. A tous partenaires régionaux, d'examiner les contres-parties possibles.

B - Et le sport de masse ?

  • Haute-Normandie, région jeune : la deuxième de France après la Picardie

  • Or pour le rapport licenciés-population, la Haute-Normandie est l'avant dernière région de France, juste avant la Corse.

27Des chiffres ? Sur 55 millions de Français il y a 12 millions de licenciés : soit 21 % environ. Or en Haute-Normandie, un peu plus de 16 % à peine (260 000 sur une population d'un million six cent mille et quelques milliers). Que ce soit préjudiciable aux entreprises susceptibles de bénéficier des retombées du sport est incontestable. A noter toutefois que la Région est très nettement mieux placée en ce qui concerne les licenciés des fédérations olympiques où d'excellents résultats sont obtenus et les pratiquants libres, l'ensemble contribuant à donner de la Région une image sportive, méritée par les résultats, la quantité et la qualité des pratiquants tous niveaux confondus.

C - Handicap général

  • absence de C.R.E.P.S.

  • absence provisoire de Centres de Formation

  • absence d'équipements susceptibles d'abriter de grandes rencontres et accueillir la grande foule (en l'état, même si Paris avait obtenu les Jeux de 92, je crains que nous n'ayons pas eu de retombées).

D- Qu'en résulte-t-il ?

28Que la relation sport-économie est avant tout en Haute-Normandie EVENEMENTIELLE (les Essarts, les 24 heures motonautiques, peut-être demain le National de Tennis pour lequel nous sommes bien équipés, championnats internationaux de volley-ball à Evreux ou de hockey sur glace à Rouen).

IV- EXISTE-T-IL DES SOLUTIONS ?

29Existe-t-il des solutions dans une région qui souffre à la fois :

  • d'une économie en difficulté

  • d'une forte proportion de jeunes au chômage

  • d'un sport qui est encore à la recherche de son identité et de sa place dans le tissu régional, malgré :

    1. le dévouement de milliers de dirigeants

    2. l'effort de l'Etat pour le Fonds National pour le Développement du Sport ;

    3. l'intérêt que portent au sport les conseilleurs généraux ;

    4. le fait que pour la première fois le Conseil Régional vient d'inscrire en faveur du sport une ligne budgétaire et a confirmé récemment sa "volonté de mettre en place rapidement une vraie politique sportive ;

    5. le rôle considérable que jouent les maires et leur conseil municipal ;

    6. le soutien de l'Education Nationale, dont les responsables, du Rectorat à l'Inspection Académique, en passant par l'Université sont tous ouverts au phénomène sportif ;

    7. un milieu économique qui ne cesse de soutenir le sport malgré une situation parfois difficile : je ne pourrais citer en quelques lignes toutes les entreprises, centres commerciaux, restaurants, journaux, etc... auxquels je pense ;

    8. un réservoir considérable de jeunes ;

    9. le soutien des médias qui assurent une bonne couverture du sport ;

30Un regret cependant : que ce soient toujours les mêmes sports qui en profitent. Mais l'on n'y peut rien : il y a des sports porteurs (comme le tennis) et des sports confidentiels (comme la spéléologie ou les sports sous-marins). En outre, il y a aussi les grands et les petits qui éprouvent plus de difficultés à se faire aider ou connaître.

QUE POUVONS-NOUS FAIRE ?

311 - Ne pas partir en combat en ordre dispersé

32Il importe que toutes les synergies possibles se concertent ne serait-ce que pour bâtir des programmes cohérents, éviter les doublons et coordonner les co-financements.

332 - Pérenniser ce qui n'est pour le moment qu'événementiel par une politique concertée d'équipements appropriés.

343 - Aider les grands clubs de la région à retrouver vite ou à conquérir les premiers rangs.

354 - Continuer, comme Jeunesse et Sports et le Comité Régional Olympique et Sportif à assurer la formation des dirigeants sportifs afin de les rendre encore plus compétents et en faire de vrais gestionnaires d'entreprises.

365 - Inciter le mouvement sportif à établir des relations institutionnelles non plus seulement avec ses partenaires traditionnels mais avec les chambres de commerce, le tourisme (afin de développer le sport pour tous) ainsi qu'avec les médias pour une meilleure maîtrise du phénomène sponsoring à la télévision notamment et pour une répartition plus équitable des créneaux horaires disponibles entre les différentes disciplines sportives.

376 - Tourisme et image de marque de la Normandie

38Chacun sait que la Haute-Normandie possède avec ses richesses touristiques un atout considérable. Il est connu aussi que les touristes passent par la Haute-Normandie plutôt qu'ils n'y résident. Or, écoutons Trigano : "A l'heure actuelle, on ne peut plus vendre un produit touristique sans le sport". Alors, pourquoi JUMIEGES et le GOLF, par exemple, ne s'uniraient-ils pas pour faire de la Haute-Normandie, non plus un lieu ou l'on passe tout court, mais un lieu où l'on passe ses vacances. Et nous voilà munis d'un nouveau partenaire : le monde du tourisme. J'ai dit le golf, parce qu'il y a dans l'air un projet de golfs publics qui couvriraient toute la région. J'aurais pu tout aussi bien citer le centre de loisir que le Conseil Général de Seine-Maritime entend mettre en place à Saint-Etienne-du-Rouvray et nombre d'autres projets.

OUTRE L'IMAGE DE MARQUE DE LA RÉGION, QUELS EN SERAIENT LES AVANTAGES ?

  • les retombées sur le commerce régional

  • la création d'emplois nouveaux

39Songeons que 75 hectares de terre rapportent un salaire complet d'agriculteur alors que 75 hectares de golf créent au minimum entre 5 et 10 salaires de niveau équivalent et qu'un plan régional de 4 golfs génèrerait entre 40 et 50 emplois directs et environ 200 emplois indirects. Songeons aussi qu'un golf apporte de 5 000 à 20 000 invités par an à sa région et génère un chiffre d'affaires de 2 à 8 millions de francs par an. N'oublions pas non plus qu'au moment où nous nous efforçons d'attirer les investisseurs, la possibilité pour les cadres et les employés de trouver une gamme sportive variée est un sérieux atout pour une région.

CONCLUSION

40Récemment, nous pouvions lire dans un hebdomadaire régional la liste des atouts de la Haute-Normandie pour l'accueil des entreprises, résultant d'une étude de l'Association "Normandie et Développement" :

  • qualité de l'environnement

  • importance de la façade maritime

  • importance des disponibilités foncières

  • potentiel de sous-traitance locale

41Eh bien, c'est à nous tous de veiller ensemble à ce que le sport devienne le 5ème atout de cette liste. Nous avons beaucoup parlé de sport et d'économie.

42Je ne voudrais pas, à l'issue de cet exposé que nous oubliions que le sport, qui a reçu pour cela délégation de l'Etat, doit conserver la maîtrise de ses options et de sa discipline et préserver son autonomie. Et que nous n'oubliions pas non plus qu'à côté de son rôle économique, le sport comporte également et peut-être surtout :

  • un enjeu social

  • un enjeu éducatif

Bibliographie

Bibliographie

- "Sport et Economie" édité en 1986 par le Comité Economique et Social National.

- "L'Economie du Sport en France. Un compte satellite du sport" par Chantal MALENFANT-DAURIAC. Ed. Cuja 1961.

- "Les retombées économiques du spectacle sportif", par CALVET, DI ROZZA et GUERRIER (P.U.F. 1981).

- Dossiers du C.N.O.S.F. "Sport et décentralisation", conclusions du colloque de Besançon des 23 et 24 avril 1983.

- "Sponsoring et mécénat" : La communication par l'événement - Editions VUIBERT, collection gestion 1985.

- "Le sponsoring", par Pascale BIOJOUT, collection de Droit et d'Economie du Sport - Entreprise Imprimerie Bontemps, l'image.

- "Sponsoring, le parrainage publicitaire" par V. PLAT, (avec la collaboration de A. CERNEC, Ed. Delmas 1985).

- "L'Industrie et le Sport" (Que sais-je ?).

- "Economie du Sport" (Que sais-je ?).

Annexes

Modérateur : Jean-Pierre LEFÈVRE Directeur du SUAPS

"Nous avions pensé que dans ce colloque, il était absolument indispensable que nous fassions un détour par une sorte de prospective à partir des mouvances actuelles, des changements, éventuellement peut-être des ruptures dans les pratiques. Cela peut éclairer le débat et peut-être aider le mouvement sportif dans ses réflexions sur les développements du sport et éclairer sur les développements de chacune des fédérations concernées. Christian POCIELLO, certains le connaissent déjà puisqu'il est venu nous voir ici dans ce même amphithéâtre il y a une dizaine d'années. Si en tant qu'universitaire, il est d'une certaine manière le tenant d'une culture savante, néanmoins, ses ouvrages nombreux, par exemple, celui sur le rugby, sont fort intéressants, et abordables, très agréables à lire et d'un grand intérêt pour les gens qui s'intéressent au sport en général. Le thème de son intervention, bien sûr, je ne dois pas me substituer à lui, j'en serais tout à fait incapable, sera de situer ce que l'on appelle "peut-être" les nouvelles pratiques. Que se passe-t-il en ce moment ? De même que le sport a émergé avec l'industrialisation après qu'il y eut les jeux, ce que l'on appelait les jeux anciens, maintenant peut-être se passe-t-il quelque chose d'important que l'on n'a pas encore complètement qualifié d'ailleurs, d'où cette appellation de "nouvelles pratiques". Alors je n'en dirai pas plus, je passe toute de suite la parole à Christian".

Auteur

D.R.J.S.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search