Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le Développement du sport en Haute-Normandie

 | 
Jean-Pierre Lefèvre

Ouverture du colloque par M. Bancel, recteur de l'académie de Rouen, chancelier de l'université

Testo integrale

1Si vous voulez bien, nous allons ouvrir ce colloque sur le développement du sport en Haute-Normandie, organisé à l'initiative des élèves du DEUST de gestion et organisation des activités physiques et sportives. C'est une formation qui en son temps, m'a beaucoup intéressé ; sa mise en place (réalisée avec l'aide des responsables universitaires), je dois le dire, m'a pris beaucoup de temps ; je suis donc, à ce titre, particulièrement heureux de procéder à l'ouverture de ce colloque. Toutefois, avant de passer la parole à Mr. PASQUIS, qui représente le Président de l'Université, je voudrais quand même vous signaler qu'il existe dans nos établissements des sections sportétudes et aussi des sections promotionnelles qui ne manquent pas d'intérêt. J'ai fait procéder récemment à l'évaluation de ces sections dans l'Académie, et je dois dire qu'il y a, sauf quelques cas très particuliers, une bonne relation entre la qualité des résultats sportifs et la qualité des résultats scolaires. Je dirais même que souvent les sections promotionnelles ou les sections sport-études marchent très bien. Les sections sport-études sont à dimension nationale, les sections promotionnelles ont une dimension plus académique. Des efforts relativement importants ont été faits en la matière, il y a même eu l'année dernière, au lycée Marcel Sembat, création d'une section promotionnelle de rugby qui donne tout de suite d'excellents résultats puisque, ouverte à cette dernière rentrée, elle a fait la finale du championnat de France cadet de rugby, ne perdant en finale que devant une autre équipe qui m'est chère, celle de Toulouse.

2Voilà, j'avais promis de passer rapidement la balle, alors j'espère que je vous la passe, Mr. Le Président, dans de bonnes conditions.

Monsieur le Président de l'Université (représenté par M. PASQUIS, vice-président)

3Dans de très bonnes conditions, effectivement. Je vais également essayer de la passer très rapidement aux modérateurs. Ce colloque, le premier comme l'a écrit le président, est pour moi aussi une bonne occasion de m'exprimer à différents titres. En tant que représentant de l'université, bien sûr, puisque l'Université s'intéresse beaucoup aux problèmes du sport : elle a beaucoup investi dans la création du DEUST APS et elle y croit beaucoup. Ce colloque m'intéresse également en raison de mes multiples "casquettes" dont une en particulier la médecine du sport qui pose actuellement, et c'est pour ça que je vais écouter de façon encore plus attentive certains des orateurs, le problème de la décentralisation des moyens. En effet, les médecins du sport vont être obligés, comme beaucoup de gens d'aller voir au niveau régional s'il y a des possibilités d'aides, puisque l'Etat se désengage assez rapidement de ce problème. Nous sommes très heureux, M. le Président et moi-même, de cette initiative des élèves du DEUST APS qui enrichit les connaissances dans ce domaine. Je voudrais simplement avant de laisser le modérateur prendre la parole, remercier M. le Doyen SADOURNY de nous avoir hébergés ici et excuser M. le Doyen de la Faculté de Médecine qui a été retenu par ailleurs. Alors tout de suite bon colloque, merci de l'avoir envisagé et j'espère que nous apprendrons beaucoup de choses aujourd'hui.

4Monsieur LECLERCQ ouvre les débats.

Modérateur : Eric LECLERCQ, Maître de conférence, U.E.R. Sciences Economiques

5"Oui, le colloque qui s'ouvre ici aujourd'hui présente indéniablement un objectif institutionnel sous-jacent. Il s'agit, au-delà de l'établissement d'un bilan et de perspectives, d'éclaircir le rôle que pourrait jouer les différentes institutions publiques ou privées d'une manière générale, et l'Université en particulier, dans le cadre d'une contribution allant dans le sens d'une revitalisation du développement du sport.

6De fait, les diverses interventions qui vont être faites dans la journée sur le thème "bilan et perspectives du développement du sport en HauteNormandie" sont intéressantes à double titre : d'abord parce qu'elles s'inscrivent dans une approche pluridisciplinaire ensuite, parce qu'elles sont révélatrices : premièrement, (en allant au-delà des stéréotypes) de la diversité et des interdépendances des problèmes posés par le développement du sport ; deuxièmement, par contre-coup, de la nécessité de réfléchir sur l'intérêt qu'il peut y avoir, selon les cas, à une intensification des relations entre les différents partenaires ayant vocation à intervenir au sein du mouvement sportif.

7Certes, cette pluridisciplinarité n'est pas exhaustive puisqu'elle se concentre autour d'une problématique socio-économique, mais ceci constitue à Rouen, à n'en pas douter, la première pierre d'une démarche dont on peut espérer qu'elle sera complétée par d'autres de nature complémentaire. Les interventions qui vont avoir lieu présentent par ailleurs un autre intérêt, en ce sens qu'elles sont toutes à même de contribuer de manière plus ou moins directe à une meilleure compréhension de la spécificité régionale, et par là même, peut-être, de permettre une amorce de solution, soit au plan analytique soit au plan relationnel, ce qui serait déjà un résultat intéressant pour les problèmes concrets posés ou rencontrés par le mouvement sportif à cet échelon. Autant dire, en définitive, que les contributions, études de cas et débats qui jalonneront cette journée devront, me semble-t-il, être constamment appréciés suivant, une double perspective, d'abord pour leur contenu propre en tant que révélateurs d'une expérience ou d'une analyse isolée, mais aussi, et peut-être surtout, en tant qu'éléments d'un puzzle en interaction avec d'autres éléments du mouvement sportif, et plus spécifiquement du mouvement sportif régional, dans la perspective d'une recherche de synergies plus importantes. Trois thèmes étroitement liés viendront à cet égard nourrir la réflexion. Le premier thème, sera le thème de la gestion de l'activité sportive, envisagée sous deux de ses angles essentiels que sont : premièrement, la gestion financière par M. LEFEBVRE qui nous parlera des sources de financement du sport ; deuxièmement, la gestion des équipements sportifs à partir des contributions de MM. SERVER et BONNENFANT, avec très certainement un débat sur la gestion publique et la gestion privée qui promet d'être intéressant.

8Deuxième thème, le thème de l'analyse prospective sur les types d'activités physiques à entrevoir pour demain avec l'intervention de M. POCIELLO, et, enfin, faisant le pont, par le biais du marché, entre la gestion et les pratiques d'aujourd'hui et de demain, le thème de l'analyse économique avec une démarche envisagée suivant une double problématique : une problématique sectorielle d'abord, sur le lien emploi-formation et plus spécifiquement encore sur le lien emploi-formation universitaire dans les industries du sport avec la contribution de M. MICHEL ; une problématique spatiale ensuite, d'ordre régionale avec deux approches complémentaires, une contribution de M. VIDAL mettra l'accent tout à l'heure, sur la place du sport dans l'économie régionale mais, pour que cette analyse prenne tout son sens il convient, bien entendu, de se doter d'un schéma de références spécifiant le contexte économique et social dans lequel elle est à même de s'inscrire, ce sera l'objet de la première intervention, intitulée "Bilan socio-économique régional", que va tout de suite faire M. DUPONT, Secrétaire Général aux Affaires Régionales, à qui, je cède la parole.

"Bilan socio-économique régional" par M. DUPONT, secrétaire général aux affaires régionales

9"Merci M. Le Recteur, M. Le Président. Mon rôle est donc de brosser la toile de fond sur laquelle un certain nombre d'orateurs, l'audience et la salle toute entière, vont discuter toute la journée. Je remercie les initiateurs de ce colloque, et notamment M. LEFEVRE, de nous permettre de faire aujourd hui le point sur les activités sportives, leurs liaisons avec l'économie et leurs liaisons avec le développement régional. Faire ce tableau de la situation socio-économique de la région en vingt minutes est un exercice très difficile ; je ne vous submergerai donc pas d'informations statistiques. J'essaierai de dégager les points forts et les points faibles de l'économie de la Haute-Normandie et surtout de voir quels efforts sont entrepris dans la perspective de l'an 2000 qui, pour les activités que vous développez et qui concernent plus particulièrement les jeunes, constituent une échéance fondamentale. Nous sommes ici dans une région qui, à bien des égards, est une région de paradoxes, et si l'on y trouve, dans cette région de Haute-Normandie, des éléments qui pris un par un la destineraient à devenir l'une des toutes premières régions de la France, une des toutes premières régions européennes, on doit constater en même temps qu'il manque entre ces éléments, entre ces points forts, le ciment qui rendrait possible l'atteinte de cet objectif, ce grand développement économique de vie sociale développée et de vie culturelle très active. Depuis longtemps certes, l'observateur extérieur qui veut qualifier la Haute-Normandie, insiste sur sa richesse. Lorsqu'un Français parle de régions en crise, il cite le Nord-Pas-de-Calais, il cite la Lorraine, il cite la désertification du Massif Central, mais il ne cite pas la Haute-Normandie. En effet, le PIB par habitant place la Haute-Normandie à la tête des régions de province, derrière l'Ile de France bien sûr. La géographie naturelle et économique semble l'avoir privilégiée : une bordure maritime avec des ports, la Seine, cette artère essentielle de la France, qui conduit à Paris la capitale. La Haute-Normandie est tout à la fois un carrefour d'échanges maritimes, une zone clé pour l'approvisionnement énergétique de tout le pays, enfin une zone puissante par son tissu industriel quantitativement fort et son agriculture de premier plan. Mais force est de constater, je reviendrai sur les problèmes de chômage tout à l'heure, que ces images sont tout à fait insuffisantes, voire caricaturales pour décrire la réalité présente. En cette seconde partie des années 80, à la veille des échéances de 92, le marché unique européen, on continue à avoir ici des techniques et des secteurs bien dominants : textile, papier-carton, automobiles, pétrochimie, construction mécanique, construction et réparation navales. Chacun aura en mémoire des événements récents ou actuels qui concernent ces activités industrielles. On voit donc ces anciens points forts de l'économie normande s'effacer au profit de technologies nouvelles et je dirai tout à l'heure comment la Haute-Normandie a pris en charge les implantations du développeraent de ces activités nouvelles. On observe que la nature et la qualité des flux et des échanges dans le monde d'aujourd'hui, se modifient dans une économie mondialisée. Il n'y a pas d'activités économiques, qu'elles soient industrielles, qu'elles soient de séries, qui ne soient pas compétitives. Il y a d'autre part un renversement du flux entre l'offre et la demande ; nous sortons d'un système où la Haute-Normandie s'était spécialisée, où il fallait produire, où la production l'emportait sur la demande, pour entrer dans un système où c'est maintenant la demande qui est fondamentale, où le client est roi.

10On constate que de grandes disponibilités en énergie, et c'est bien le cas dans notre région, ne suffisent pas à réussir la mutation économique, technologique et culturelle qui s'impose à tous. On constate enfin, ce qui est important dans la région agricole où nous sommes, qu'un problème important, notamment pour les nations européennes, n'est pas un problème quantitatif de production, mais un problème d'excédents agricoles.

11Le résultat de cette inadaptation par rapport à ce nouveau contexte économique, nous le connaissons ; et même si les statistiques que nous aurons dans quelques jours au niveau régional marqueront un petit palier en matière de demande d'emploi, force est de constater qu'au mois dernier, au mois de mars, le taux de demandeurs d'emploi était de 13,4 %, ce qui place la région de Haute-Normandie derrière le Languedoc-Roussillon, le Nord-Pas-de-Calais, mais devant la Lorraine. Il est important, lorsque l'on brosse un tableau socio-économique, de parler démographie, car la démographie est bien, je parle sous le contrôle de M. Le Recteur, est bien une science exacte et grâce à l'étude démographique nous sommes sûrs de ce que sera la Haute-Normandie dans les prochaines années, au moins dans les deux décennies prochaines. Il est intéressant de constater que la Haute-Normandie, avec ses deux départements, c'est 1 700 000 habitants environ, dont 1 200 000 en Seine-Maritime, 480 000 dans l'Eure, donc deux départements de poids démographique certes différent et de système démographique également très différent. Et ce qu'il est important de constater, c'est que la Haute-Normandie se classe dans les régions dont le solde démographique est encore positif. Et pourquoi, positif ? Parce que c'est une région qui a une population jeune, dont justement, le taux de croissance démographique l'emporte sur le solde migratoire absolu. Sur le plan du solde migratoire, c'est-à-dire sur le plan des gens qui quittent la région pour travailler ailleurs, ou qui viennent travailler en Haute-Normandie, le recensement de 1982 marquait le premier recensement où le solde migratoire était pour la première fois négatif, c'est-à-dire où plus de gens quittaient la Haute-Normandie. Ceci étant, ce solde migratoire est compensé, je l'ai dit, par un flux de population jeune particulièrement représentatif. Pour les deux sexes, le poids des tranches d'âge quinquennales reste supérieur à ce qu'il est au niveau national, et le poids des tranches d'âge, donc de moins de 25 ans, c'est 3,6 % du poids des moins de 25 ans en Erance, alors que la population de Haute-Normandie, toutes tranches comprises, c'est 3,06 % ; donc il y a ici plus de jeunes qu'ailleurs. Ce constat est d'autant plus intéressant quand on le relie à l'un des constats qui a marqué l'action des pouvoirs publics depuis ces dernières années : le constat de retard en matière de scolarisation dont à souffert à la période, justement d'expansion économique, des années 70, la Haute-Normandie, retard que la crise économique et les mutations technologiques actuelles ont particulièrement mis en lumière. Ce retard devait particulièrement être surmonté, d'autant plus qu'il ne concernait pas seulement les pouvoirs publics, mais aussi l'évolution des mentalités : choix des familles pour une formation plus poussée et politique de création des places dans les établissements. L'objectif que 80 % de jeunes par classe d'âge atteignent le niveau baccalauréat d'ici l'an 2000 implique la création de plusieurs milliers de places dans les lycées haut-normands. Je sais que M. le Recteur d'Académie fait tout, en matière de postes, pour concentrer l'effort des autorités académiques au niveau des lycées et que le Conseil Régional, maintenant responsable de la gestion des lycées, a pris pour objectif, justement de réaliser ce pari pour l'an 2000. Les efforts entrepris depuis quelques années ont permis de rattraper de manière significative le retard constitué au moment des crises pétrolières, au moment où la Haute-Normandie, sur le plan des indicateurs du chômage n'était pas encore atteinte par la "crise", pour rattraper cette situation qui n'avait pas été à l'époque parfaitement comprise. Sur le plan de l'emploi, il y a à l'heure actuelle, en 1 986, une population active de 640 000 personnes ; cela correspond, entre 86 et 85, à la perte de 6 700 emplois en un an. Ceci est considérable, mais ceci est lié à l'impératif de restructuration que doivent faire nos entreprises comme j'en parlerai un petit peu plus loin. Outre la chute inéluctable du nombre d'exploitations agricoles dans nos régions, c'est l'industrie qui est le secteur économique le plus concerné avec une baisse d'environ 3 % par an de ses effectifs. En revanche, le secteur du tertiaire (et les activités économiques liées au sport se situent bien dans ce secteur tertiaire) marque une augmentation d'environ 1 % par an, mais force est de constater que, dans les secteurs qui concernent les services industriels ou les services aux entreprises, il y aurait plus d'emplois à créer à notre avis. Une amélioration au niveau des bâtiments et des travaux publics a commencé à être perçue l'an dernier, et les mesures récentes prises, les décisions récentes concernant la construction d'autoroutes, comme les mesures de construction d'un certain nombre de bâtiments publics, sont, je crois, très significatives sur le plan de la reprise des travaux publics dans une grande mesure, et un peu moins du secteur du bâtiment. Il reste que, depuis le mois de décembre 86, nous avons dépassé en Haute-Normandie la barre fatidique des 100 000 demandeurs d'emploi. 100 000 demandeurs d'emploi, mais avec une structure des demandeurs d'emploi qui est encore plus inquiétante, car c'est, d'une part, une tendance à une très longue demande d'emploi, c'est-à-dire à une part de chômeurs de longue durée qui nous place cette fois-ci au deuxième rang au niveau national, juste après le Nord-Pas-de-Calais. La moyenne de demande d'emploi atteint maintenant plus d'un an chez nos chômeurs et, d'autre part, il y a une part des jeunes qui est particulièrement importante, elle est de 34 % alors qu'au niveau national elle est de 29,4 %. Ceci montre combien il faut se mobiliser en faveur des jeunes, et notamment dans la cadre du plan pour l'emploi des jeunes qui, il faut le reconnaître, a eu des effets très significatifs depuis notamment la rentrée 86 ; de ce point de vue, le taux de jeunes au chômage s'est stabilisé depuis octobre dernier. Voilà donc le contexte en matière d'emploi qui montre combien il faut faire des efforts pour corriger la situation spécifique de la Haute-Normandie par rapport à la situation française. Je le répète, trois aspects particulièrement significatifs, la Haute-Normandie connaît depuis les années 76-77 une évolution de l'emploi plus défavorable que la moyenne des régions françaises. Deuxième caractéristique, celle-ci a un taux de chômage supérieur à la moyenne des régions françaises (13,4 % contre 10,9 %). Enfin, elle connaît un important problème d'insertion professionnelle, d'où un effort d'autant plus prioritaire vers cette forte population de jeunes. Ceci étant, le fait d'avoir une population jeune sur le plan démographique, constitue une force économique pour la compétivité et les rendez-vous de demain. C'est un peu de cela dont je parlerai dans la seconde partie de mon exposé pour, à partir d'un constat sur quelques secteurs qui me paraissent représentatifs, voir quelles sont les forces pour demain et vers quels secteurs nous devrions nous orienter. Je ne m'étendrai pas sur les problèmes de formation ; j'ai montré combien une politique dynamique avait été faite ici dans l'enseignement, que ce soit dans l'enseignement secondaire ou dans l'enseignement supérieur, je dirai simplement que la formation a été la priorité des priorités du contrat de plan. Ce sont les efforts conjugués de la région (qui a, selon la loi, une responsabilité particulière parmi les collectivités locales en matière économique) et de l'Etat, notamment en matière d'enseignement supérieur, qui ont pris forme un certain nombre de décisions, les plus récentes étant les décisions concernant l'INSA à Mont-Saint-Aignan. Même chose en matière de formation professionnelle où la Région se voit reconnaître une compétence de droit commun. Toutefois, citons quelques chiffres pour montrer la distorsion entre des compétences de droit commun et la réalité du terrain. En matière de formation professionnelle, la Région Haute-Normandie consacre par an quelque 120 millions de francs en matière de formation professionnelle.

12N'oublions pas que l'Etat, quand on ajoute les actions qui s'adressent à tous les chômeurs et la rémunération des stagiaires a consacré 420 millions de francs pour la formation professionnelle et que les entreprises, notamment depuis le transfert par défiscalisation du 0,1 % ou 0,2 % au titre de l'apprentissage ou de la formation professionnelle, consacre également près de 400 millions de francs en matière de formation professionnelle, ce qui représente globalement dans la région Haute-Normandie 1 milliard de francs, avec le handicap lié au fait que bon nombre de sièges sociaux sont dans la région parisienne et que, de ce point de vue, les décisions sont prises à Paris et ne sont pas forcément redistribuées selon la part du poids des secteurs ou des unités de production haut-normandes par rapport au poids des autres unités de production sur le territoire national. Même effort en matière de recherche technologique avec la définition de quelques pôles prenant leur support sur des équipes, sur des pôles d'excellence au niveau de l'Université de Rouen. A présent, je parlerai un petit peu, en citant quelques chiffres, de l'agriculture, puisque la Haute-Normandie est une région forte au niveau agricole. Le nombre d'exploitations agricoles en Haute-Normandie est aujourd'hui de 25 000 ; il sera de 22 000 en 1990, ce qui représente une disparition de quelque 600 exploitations par an. Lorsque l'on fait une extrapolation du rythme actuel de disparition et du constat qu'une exploitation sur cinq seulement est reprise par un jeune (pour quatre qui disparaissent), au rythme actuel, nous arrivons à 4 500 exploitations à l'horizon 2015, avec, vous le comprenez, tous les problèmes de production. Ce choix qui interpelle nos agricultures européennes entre une meilleure compétitivité, une plus grande productivité et l'hypothèse défendue par certains d'un retour à l'extensitivité de l'exploitation qui n'est pourtant pas, à mon avis, l'orientation qui va s'imposer à la majorité de nos exploitants.

13La conséquence de cela sera des dizaines, voire des centaines d'hectares de friches agricoles avec des problèmes d'utilisation de l'espace, des problèmes de protection de l'environnement, alors qu'il n'y a pas si longtemps, le problème foncier agricole était un problème considéré par certains, comme le problème important. Il y a lieu aussi, face à cette force des entreprises agricoles, de développer tout le secteur des industries agricoles et agro-alimentaires. Dans cette perspective, l'Université, ses pôles de recherche, son service de transfert de technologies, son service de formation professionnelle, jouent un rôle important et doivent continuer à être les locomotives de ce développement. Dans le secteur industriel, j'ai cité les pôles qui ont fait la force de la région Haute-Normandie, certains se sont effondrés ; quand on pense au textile, quand on sait combien le textile a été la locomotive économique jusqu'à la deuxième guerre mondiale, jusqu'aux années 50, et que par exemple Elbeuf, connue pour ses draps, Elbeuf n'a plus d'entreprises textiles. Il y a eu certes un effort de modernisation des entreprises mais avec bien sûr son revers, c'est-à-dire la restructuration. De ce point de vue, l'effort de modernisation s'est traduit ces dernières années, par le fait qu'en ce qui concerne les aides à l'innovation, qui étaient données par l'ANVAR, la Haute-Normandie était encore à l'avant-dernier rang à la fin des années 70, alors qu'elle se situe maintenant entre le sixième et le huitième rang. C'est donc que nos chefs d'entreprises ont compris la nécessité absolue de mettre la modernisation technologique, l'innovation, comme priorités de leur développement.

14Je crois d'ailleurs, de ce point de vue, que tous les efforts qui sont faits en matière d'élévation du taux de qualification de nos enfants, des élèves de lycée ou des élèves de nos universités jouent également un rôle de locomotive pour le développement économique de cette région, car, à quoi bon élever le niveau de qualification de nos jeunes si nos entreprises ne développent pas les postes de qualifications correspondants, les processus correspondants et le développement technologique correspondant. Je crois que de ce point de vue, ce qui se fait depuis ces dernières années est assez encourageant, notamment dans les domaines de la chimie, de la pharmacie, de la mécanique et des industries électriques et électroniques. Alors, reste la place de la Haute-Normandie dans le monde, ses ports et notamment ses deux grands ports autonomes, qui font du complexe portuaire haut-normand, le deuxième complexe français (alors qu'il était le premier il y a quelques années) et le troisième au niveau européen, doivent jouer un rôle moteur essentiel en matière économique. Reste le développement d'activités nouvelles, le développement du tertiaire. Je sais que nous faisons tout ce qu'il faut pour encourager l'initiative en matière de tourisme, un tourisme qui ne doit plus être un tourisme saisonnier mais un tourisme de passage, un tourisme de transit, un tourisme spécialisé, et le sport me paraît un élément thématique très important de ce développement. Il y a là une symbiose qui me paraît intéressante à étudier aujourd'hui dans votre journée.

15Autre point qui me paraît très important, la création d'emplois par la création d'activités économiques liées directement ou indirectement au sport, je sais que nous avons sollicité la Région récemment pour qu'elle étudie un plan "Golf pour la Haute-Normandie", l'un de nos arguments a été le nombre d'emplois directs et indirects que ce sport pouvait générer. Mais il y a bien d'autres exemples et je crois que tout ceci va être étudié aujourd'hui. Alors en conclusion, nous sommes dans une région qui a des problèmes, qui est en crise, en mutation technologique mais je crois, ce qui est bon dans ces périodes difficiles, que ça oblige chacune et chacun d'entre nous de réfléchir un peu plus, de concentrer ses forces, de développer les synergies et de tirer le meilleur parti de l'esprit créateur de l'esprit innovant de chacun. L'une de nos forces, ce sont nos jeunes, je crois que de ce point de vue, il faut que nous travaillions tous pour qu'en 92, pour qu'en 2000, ils soient dans une région qui retrouve la situation économique qui a fait sa renommée dans la mémoire de la France. Voilà M. le Président ce que je voulais dire pour introduire vos débats d'aujourd'hui.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1989

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540